Version classiqueVersion mobile

Être à table au Moyen Âge

 | 
Nelly Labère

La table et ses tréteaux. La théâtralisation du repas

Être vu à table

Théâtralisations du repas et de la nourriture à la fin du Moyen Âge

Jelle Koopmans

Texte intégral

  • 1 N. de La Chesnaye, La condamnation de Banquet, v. 1058.
  • 2 Ibid. Et J. Koopmans, « la fin de banquet ».
  • 3 H. Greco-Kaufmann, Spiegel des vberflusses und missbruchs.
  • 4 R. A. Potter, The English Morality Play, p. 180.
  • 5 E. Viollet-le-Duc, Ancien théâtre françois, t. III, pp. 300-324.
  • 6 Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, éd. A. Le Roux de Lincy et F. Michel, t. II, n° 31. (...)
  • 7 L. Petit de Julleville, Répertoire du théâtre comique, p. 304.
  • 8 Ibid., p. 407.
  • 9 Deux jeux de Carnaval, éd. J.-C. Aubailly.
  • 10 J. Koopmans, « La table sur les tréteaux » ; H. Pleij, Dromen van Cocagne.

1Voir le repas, voir la nourriture : voilà une obsession récurrente de la période prémoderne. S’il faut dresser quelques contours du thème au sens large avant d’en arriver à une étude plus précise du théâtre des XVe et XVIe siècles, alléguons l’obsession de la nourriture riche dans les natures mortes de la peinture des Pays-Bas et le fameux Banquet du Faisan (où la nourriture est entièrement fonction de sa présentation visuelle). La nourriture se construit : on fait par exemple « de pure cresme un beau dauphin1 » et on se penche moins (mais est-ce totalement vrai ?) sur les éventuelles valeurs nutritives des aliments. Si nous problématisons d’emblée l’opposition entre la valeur performantielle et la valeur nutritive du banquet, c’est qu’il existe un texte hautement intéressant, la moralité de La condamnation de Banquet, de la main de Guillaume Flamang de Langres (autrefois attribuée à Nicolas de la Chesnaye2), qui nous montre justement, de manière scénique, le danger des excès de bouche. L’action de la pièce est simple : de joyeux banqueteurs sont invités successivement chez Dîner, chez Souper et chez banquet, mais ces deux derniers leur dressent une embuscade où ils seront assaillis par toutes sortes de maladies (des personnages allégoriques comme Hydropisie, Épilencie, Goutte et Colique). La seconde partie nous montre un procès où Souper et Banquet doivent comparaître, où Galien, Hippocrate, Averroès et Avicenne figurent comme témoins, où Remède, Pilule et Diète ont un rôle (et l’histoire de la médecine et de la bariatrie nous apprend que c’est bien là la première attestation du traitement pharmacologique de l’obésité). Ce qui présente un intérêt central pour notre thème, c’est l’importance que prend la mise en scène du repas dans l’action et, par là, un public qui regarde des acteurs qui mangent. Si nous nous plongeons encore dans cette pièce, constatons aussi que le texte original français, de la première décennie du XVIe siècle, de 3 600 vers environ, a été repris à la fin du XVIe siècle par le dramaturge et pharmacien ( !) lucernois Renwart Cysat, qui en a fait une espèce de mystère allégorique, voire une moralité religieuse de pas moins de 9 000 vers3 ! Le cas a son importance. Bob Potter, dans son histoire de la moralité anglaise, a bien fait valoir que de telles moralités ne sont possibles qu’en France4, il faut ajouter que ce texte est totalement isolé dans la production du théâtre allégorique français et que la reprise lucernoise de cette moralité (qui n’est pas française, mais bourguignonne) renvoie à une histoire de la représentation qui ne s’exprime pas dans les textes conservés — ni, à notre connaissance, dans la documentation historique qui, elle, n’a pas encore été complètement explorée. Dans la Farce morale des cinq sens de l’Homme — où le Cul revendique le droit d’être admis comme sixième sens — on banquette longuement car l’essence de l’action est bien la mise en scène du plaisir sensuel, mais aussi concrètement l’Homme à table (l’Ouye sera à son côté et les Mains devant lui, par exemple)5. Le même élément de base de l’action — regarder les acteurs à table — se retrouve dans le Moral […] le Ventre, les Jambes, le Cœur et le Chef6, qui ne sera pas analysé en détail ici. Ne seront pas non plus examinées les moralités à thème alimentaire (comme par exemple la pièce avec comme personnages Fromage, Farine, Petit Tournois et Tartelette7 ou celle plus curieuse encore sans doute avec les personnages Figue, Noix et Châtaigne — par le poète Castanea8) ni les beaux débats et dialogues entre poisson et chair, entre vin et eau, entre pain blanc et pain bis ni d’ailleurs les jeux de Carnaval9. Les obsessions portant sur la nourriture et sur leurs implications ont été étudiées ailleurs10 ; en outre le thème de l’imaginaire des aliments diffère bien de la question posée ici : celle des banqueteurs.

2Voir ceux qui mangent, voir la mise en scène du repas, voilà une seconde obsession récurrente de la période pré-moderne. Alléguons l’obsession de la Cène — bien connue des historiens de l’art et qui devrait être bien plus connue des historiens du théâtre — mais qui détermine également la forme et la fonction des repas à l’occasion, par exemple, d’élections, des repas cérémoniels des Bourguignons où, parfois, un public payant assistait aux grands banquets à Bruxelles, à Malines ou ailleurs. Là où l’étude du repas se mue en étude du regard, de la perspective, elle invite à entrer dans un domaine assez peu exploré de l’histoire culturelle.

  • 11 M. Jeanneret, Des mets et des mots ; pensons aux propos de table de luther dont le ton goguenard es (...)

3Voir et être vu, voilà les deux enjeux majeurs du fait d’être à table qui seront donc également les deux fils conducteurs de cette étude. La Renaissance y ajoutera encore l’importance des propos de table11. On ne va pas au théâtre seulement pour voir une pièce, mais aussi pour être vu ; on dîne cérémonieusement en vertu de conventions sociales ; voilà des parallèles modernes qui devraient ou auraient dû guider notre appréciation d’un certain nombre de documents de la fin du Moyen Âge. Naturellement, certains exemples précités entrent tout à fait dans ce cadre : la moralité de La condamnation de Banquet nous montre longuement, avec de jolis détails, le groupe des banqueteurs et les trois repas (Dîner, Souper, banquet), de sorte que le public de cette moralité a pu voir longuement comme unique action scénique des personnes qui mangent (et des cuisiniers qui préparent les plats et qui les font servir). Là déjà, l’homme à table devient l’enjeu de la mise en scène. Il existe toutefois toute une tradition où, justement, dans le cadre de représentations dramatiques, l’homme à table fait partie de la mise en scène plus ample qui détermine les festivités.

  • 12 L. Petit de Julleville, Les mystères, t. II p. 4.

4Ainsi le registre de l’échevinage de Lille mentionne, pour l’année 1351, une somme de 18 sous pour vin, fruits et fromages que « nos seigneurs depenserent quant on jua dou jeu de sainte Katherine12 ». Cela veut dire, donc, que les seigneurs mangent pendant le repas et ce, probablement, à la vue du public. À Dunkerque :

  • 13 Archives municipales de Dunkerque, série 310 nr. 1, comptes de Dunkerque 1519-1520, 50r, et série 3 (...)

Ledit jour [19 februari 1520] et le 26e dudit mois presenté aux compaingnons de la Retoricke de ceste ville, lesquelz ledit jour jouerent ung esbatement devant la maison de la ville au Rejouyssement du commun, en ce comprins deux kannes de vin ausdits compaingnons presenté le lundy perjuré a cause que adouct ilz jouerent ung esbatement a la maison de la ville, ou le bailly, burghmestres, eschevins, consilliers et aultres notables bourgois disnerent. En tout 6 kannes de vin a 6 s. par. Le pot, monte 3 lb. 12 s. par.
Au Jour des karesmeaulx presenté au Rethorisiens de la ville a cause de la farche qu’ilz avoient fait et joué en la presence de la loy estant a table a la maison de la ville six kannes de vin a 8 s. Vient icy 4 lb. 16 s. par.13.

5La « loy estant a table » est donc bien un élément de la mise en scène ou du moins, d’un scénario de la performance. Il s’agit cependant d’une pratique attestée ailleurs, car à Douai également on peut relever des exemples analogues :

  • 14 Archives municipales de Douai, CC 213, 1428-1429.

frais et despens fais en le halle par messieurs de la loy avec et en le compaignie de plusieurs seigneurs d’eglise et seculiers et autres gens notables de dehors et de dedans le ville tant au disner le jour de l’an en attendant les jeux et esbattements que on dist des asnes qui se firent celui jour… XI l. XIII s14.

  • 15 L. Laborde, Les ducs de Bourgogne, pp. 268-271 ; A. Vidal, « Notre-Dame-du-Montement à Rabastens ».

6Et c’est bien cette mise en spectacle qui nous intéresse : le spectacle est en quelque sorte décalé car le public qui assiste aux jeux voit en même temps les hommes attablés qui assistent aux jeux, ce qui fait que le spectacle dramatique proprement dit se double d’un spectacle théâtral, de la mise en scène du pouvoir local, sans doute ritualisé. En même temps, il y a plus, au sens où ce n’est pas seulement la mise en spectacle du repas qui est à prendre en compte, mais également le regard et la perspective du rédacteur des documents (comptes de la ville, délibération, etc.), puisque justement — dans leur conception de festivités dans l’espace public — c’est cette mise en scène du repas qui prime. Le regard du document, plus généralement, constitue un thème fascinant trop peu étudié — que l’on songe aux comptes du duc de Bourgogne où se trouvent décrites les réparations à faire à la galerie des merveilles de Philippe le Bon au château d’Hesdin ou au contrat conservé pour la réparation de la vis sans fin de Notre-Dame-du-Montement de Rabastens15. Ce sont des occurrences où le document, où la logique de la conservation documentaire, invitent à ne voir qu’une logique de comptable, une vue exclusivement financière. Pourtant, tel n’est pas le cas. L’œil du comptable devient parfois l’œil d’un visiteur, qui suit les détails, qui devient parfois même un reporteur : le contrat pour la galerie des merveilles à Hesdin devient presque une promenade, voire une visite guidée. Avant d’en arriver à l’évaluation des sources, essayons de documenter plus spécifiquement nos interrogations sur le repas qui se donne en spectacle.

LE REPAS MIS EN SCÈNE

  • 16 Les exemples qui suivent sont empruntés à la documentation réunie par A. Ledieu, « Vieilles coutume (...)
  • 17 Audengier en 1451, Lodengier en 1454, Lodenger en 1547.

7Ainsi, à Amiens16, il y a une représentation annuelle — hypothèse que permettent les sources disponibles — du Jeu d’Audengier à l’hôtel de ville, le Mardi gras. Les délibérations échevinales ne se soucient que très peu du titre exact du jeu (les variantes graphiques sont étonnantes17) ; en revanche, le maïeur et ses échevins se préoccupent bien plus sérieusement de leur nourriture et de la construction de la tribune à partir de laquelle ils verront le spectacle en mangeant. Les documents d’archive qui nous informent à ce sujet (délibérations de la ville et comptes municipaux) ne s’intéressent pas aux acteurs mais se centrent avant tout sur les commandes passées au pâtissier. Le vin, les pommes à la cannelle : voilà en quelque sorte l’enjeu majeur de ces représentations.

8La même chose vaut pour des représentations de mystères : là où l’historien du théâtre ne voit qu’une attestation d’une représentation, il y a description d’un rituel, voire d’un scénario festif mettant en scène, le plus souvent, un spectacle où le banquet des notables prime sur le théâtral.

9En 1427 la ville d’Amiens paie pour

  • 18 A. Ledieu, « Vieilles coutumes amiénoises disparues, IV ».

le pain, vin, char et autres vivres despencés par pluiseurs dudit eschevinage, conseilliers et officiers de ladicte ville […] qui furent veir es fourbours d’icelle ville les misteres de le Creation du Monde, le Nativité et Passion de Jhesucrist18 ;

  • 19 On pense aux fraises chantilly qui font la joie des fidèles du tournoi de tennis à Wimbledon.
  • 20 A. Ledieu, « Vieilles coutumes amiénoises disparues, IV ».

10un marchand de toile est rémunéré pour avoir prêté la toile dont on a couvert la tribune des membres de l’échevinage. En d’autres mots : on veille à ce que les dignes sieurs du conseil soient bien à l’abri du soleil, surtout quand ils doivent s’exiler pour voir un mystère dans les faubourgs de la ville, et l’on s’assure qu’ils ne manquent de rien sur le plan alimentaire. C’est là, sans doute, l’interprétation de ce document à partir de sa propre logique. En même temps, cela nous révèle que l’intérêt des autorités citadines à cette occasion se porte avant tout sur le « hourt », sur la « scène » dirait-on, où aura lieu le repas des sieurs de la ville et bien moins sur le spectacle proprement dit. Bien plus qu’un simple effet de conservation des documents, il s’agit encore ici de la perception d’un spectacle : le hourt des messieurs de la loi n’a pas pour fonction unique de leur assurer une bonne vue, mais également de les mettre en évidence. Le pouvoir municipal, bienfaiteur des spectacles, veut être vu en tant que tel. C’est ce qui ressort clairement des documents relatifs à la préparation d’un autre mystère de la Passion. En 1445, du 17 au 20 mai, toujours à Amiens, on joue la Passion. C’est la Pentecôte. Dès le 25 janvier, il y a une requête faite par plusieurs notables qui souhaitent faire jouer la Passion, le jour de l’Ascension, et demandent des subventions. L’assemblée municipale accepte le principe, mais fixera une somme à une autre séance (Archives municipales d’Amiens [AMA], BB 5, f° 222). Le 9 mars, la représentation est prévue pour la Pentecôte ; deux échevins seront délégués auprès de l’évêque et des chanoines pour prendre leur avis. Si ces derniers y consentent, la ville est prête à accorder 100 livres parisis (AMA, BB 5, f° 224). Le 11 mai, il est annoncé que le maïeur et les échevins se feront apporter à manger aux frais de la ville sur le hourt pendant la durée de la représentation et on fera « la plus gracieuse despence que faire se porra ». La formule est belle et paraît montrer où se situe (selon la comptabilité municipale) l’intérêt de la ville. En outre, pendant qu’« on juera ledit jeu », les portes de la ville seront fermées, à l’exception de celles de Montrescu et de Beauvais, un guetteur sera placé pendant trois jours sur le beffroi et huit sergents de nuit garderont la ville (AMA, BB 5, f° 228). À la même occasion, il est indiqué que « frais faits chez Richard de Bougainville, pâtissier, par les maïeurs et échevins pendant les quatre jours que dura la représentation furent payés par le grand compteur sur la caisse municipale » ; le tout monte à 13 livres 10 sous 2 deniers (AMA, CC 33, f° 38v°)19. De même, cette attestation nous indique, comme le souligne sa place dans les documents d’archive et sa catégorisation en « dépense » effectuée pour des représentations dramatiques, que tout l’argent n’a pas nécessairement été employé à la représentation au sens strict. Il existe un cadre plus large de la représentation et le banquet du conseil de la ville en fait bien partie. Reste, naturellement, le regret que suscite l’absence de documents précis au sujet de la mise en scène, mais il est toutefois bien clair, dans ce qui précède, que le conseil de la ville a droit à un « hourt » spécial, parfois protégé par un « velum ». En 1446, pour le mystère de la Vengeance, la ville veut que pour les seigneurs « en leur dit hourt […] la despence se fera raisonnablement20 ». La mention n’est pas tout à fait univoque mais laisse à penser que le comptable demande aux seigneurs d’observer une certaine modération.

11En 1455, on joue la Passion, toujours à la Pentecôte — et toujours à Amiens. Dès le 26 janvier, il y a une demande de deux avocats et de trois procureurs de la ville qui veulent être autorisés à jouer avec plusieurs personnes notables d’Amiens le mystère de la Passion aux fêtes de la Pentecôte. Les requérants, amateurs passionnés qui se croyaient les aptitudes nécessaires à la représentation et qui montaient sur la scène autant pour satisfaire leur goût que pour s’attirer les applaudissements du public, se présentent d’abord à l’échevinage pour exposer l’objet de leur demande ; puis le maïeur et les échevins les invitent à se retirer pour délibérer. Les édiles « ont esté et sont tous contens que le dict mistere soit fait aux despens de ceulx qui y volront participer » (AMA, BB 7, f° 218v°). Ce sont donc bel et bien les acteurs qui doivent supporter les frais de la représentation — ce qui, étant donné les fonds alloués par le passé au repas du conseil, étonne un peu. Puis, le 15 avril, il y a une allocation de 200 livres ou plus aux « compaignons, confrères et amis ayans voulenté de monstrer par personnages au peuple le mistere de la Passion » aux fêtes de la Pentecôte « adfin que on ne die ou ne murmure contre euls [le maïeur et les échevins] qu’ilz aient esté et ne soient cause de destourner à le faire jouer et demontrer au peuple, mais sont très bien contens qu’il se face » (AMA, BB 7, f° 237v°). Le texte est loin d’être univoque et l’on pourra certes nous reprocher de procéder à une interprétation par trop circonstanciée de tels documents, mais il est bien possible en vertu de ce qui précède de comprendre que les citadins ont « murmuré » contre la dépense excessive des repas pour le conseil de la ville.

  • 21 La part que se taillent ceux investis d’une fonction officielle et l’opposition qu’elle engendre au (...)

12Le 5 mai, l’assemblée décide qu’un hourt sera établi pour recevoir les membres de l’échevinage et que ceux-ci y dîneront aux frais de la caisse municipale, mais qu’il sera fait la moindre dépense possible « veu les grans affaires de la ville » (AMA, BB 7, f° 240v°)21. Autre bref exemple : en 1463, pour les « Jeux du lundi de la Pentecôte » à Duriame, deux canes de vin furent portées au hourt du maïeur et des échevins (AMA, CC 46, f° 28v°). En mai 1469, l’Échevinage autorise la Passion et, le 21 mai, il y a une gratification en vin « aux ouvriers qui manouvrerent au parc le jeu de Dieu » (AMA, CC 50, ffos 46 et 48). On relève 21 livres 4 sous de dépenses pour les hourts des maire, échevins, conseillers et autres pour la représentation de ce mystère qui dura trois jours ; une pipe de vin au prix de 16 l 16 s ; 6 l pour le pain, la viande, le poisson, le fromage, les tartes, les flans, les pommes et les issues (« desserts ») ; dans cette dépense « sont comprins chincq s. pour le vin donné aux compaignons qui porterent et raporterent les plas, escuelles, pos et vaisselles à faire a dicte despense » (AMA, CC 50, f° 76v°).

  • 22 Le livre de conduite du régisseur, éd. G. Cohen, p. LXXIII.
  • 23 Ibid., p. LXXIV.
  • 24 Ibid., p. LXXVI.

13La documentation au sujet de la Passion de Mons, publiée par Gustave Cohen, met bien en évidence l’importance des repas pour cette représentation. D’une part, il y a les repas sur scène (en Enfer, on boit, à dix-sept, un demi-tonneau de cervoise !22) et les documents spécifient bien ce que l’on mange — et où : pour ne donner qu’un exemple, évoquons l’épaule de mouton, la poitrine de veau et le pâté de poulet pour les noces d’Architriclin, mais n’oublions pas de mentionner l’herbe pour l’âne d’Abraham23. D’autre part, il y a les repas après la représentation, qui font en quelque sorte partie du scénario festif. Si Colart d’Or mange chez lui, avec les autres pharisiens, ceux de l’Enfer prennent leur souper dans des auberges, comme celles Au Cherf ou A le Clef. Le lendemain ainsi que le surlendemain de la représentation de la dernière journée du mystère, les acteurs prirent part à un grand banquet sur le hourt du mystère, qui coûta 24 livres 17 sols24. Bien sûr, il est tout à fait logique que — pour des entreprises théâtrales de cette envergure — la bouche ait sa place ; en même temps on ne peut manquer d’observer à quel point, sur la scène aussi bien qu’après la journée, les repas ponctuent le scénario et que les repas publics y tiennent un rôle majeur.

14Le rapport entre le théâtre et la nourriture va plus loin. Ainsi, à Lille, en 1590, Jaspard Flamand, Claude Gambon et d’autres, tous joueurs de jeux et comédies de cette ville, reçoivent l’autorisation de

montrer la Passion de NS en prenant de chaque personne six deniers tournois, à charge par chacun jeu qu’ils feront, de payer cent sols parisis, si comme la moitié au prouffit de la bourse commune des pauvres et l’autre moitié de l’eschole dominicale de cette ville.

  • 25 La représentation d’un mystère, éd. E. Konigson, pp. 56-57.
  • 26 Le mystère de saint Remi, éd. J. Koopmans, pp. 194-220.

15Le théâtre d’Amsterdam, pour sa part au XVIIe siècle, doit consacrer sa recette aux hôpitaux — notons un lien identique entre le profit du théâtre et le souci de nourrir les pauvres. D’ailleurs, à l’occasion des miracles des Passions françaises, comme la multiplication des pains, les metteurs en scène du Moyen Âge avaient également prévu une distribution de pain aux spectateurs25. La représentation apparaît comme un acte de charité — et souvent cette charité est mise en scène — qu’il s’agisse de l’eau changée en vin, de la multiplication des poissons et du pain, ou encore des flots de vin miraculeusement produits par saint Remi dans le mystère qui porte son nom26.

AVANT LE REPAS ET APRÈS LE REPAS : L’ORGANISATION DES FESTIVITÉS

  • 27 A. Thomas, « Une représentation d’Orson de Beauvais ». Pour ce type de scénario avec le repas au mi (...)
  • 28 Les mystères de la procession de Lille, éd. A. Knight.

16Dans les villes du Nord de la France — qui sont en fait à cette époque les villes des Pays-Bas méridionaux —, l’organisation de la vie théâtrale attribue une place centrale au repas. D’abord on joue les jeux sérieux, puis on mange et après le repas « vous aurez la farce ». À Tournai, en 1476 par exemple, on montre avant le repas une tapisserie avec l’histoire d’Orson de Beauvais ; après le repas, on fait jouer la même histoire par des acteurs27. Même les mystères de la procession de Lille — selon le titre fallacieux de l’éditeur moderne Alan Knight — ne sont, à y lire de près, que les pièces jouées devant l’organisation qui a, suite à la procession, bien banqueté et qui veut bien voir une présentation « par personnages » des tableaux vivants observés au cours de la journée sur les chariots de la grande procession28.

  • 29 Cela, toutefois, les historiens du théâtre ne l’ont jamais cherché car cela n’était point en leur r (...)
  • 30 Seraient-elles les ancêtres des madeleines ?

17Ce que les historiens de la littérature et du théâtre ont, à notre avis, manqué de voir en tout cela, c’est qu’il y a mise en scène de toute une journée, que les pièces de théâtre, au lieu d’être un moment fictionnel ou une boîte à images, constituent au contraire un élément dans une mise en scène plus ample et que cette mise en scène plus ample est presque rituelle. Ce qui revient à dire que la formule « avant le repas » et « après le repas » pour désigner des représentations théâtrales montre de toute évidence l’importance de ce repas dans la mise en scène plus générale des festivités29. Et cette implication joue a fortiori pour bien des Passions françaises, qui n’étaient souvent nullement des jeux de Pâques mais bien de jeux de la Pentecôte, où le repas est au centre et où sa mise en scène entre les parties du jeu en secrète le sens. Ajoutons-y la pratique de déverser sur l’assistance, du haut du beffroi ou par un trou pratiqué dans les voûtes de la nef de l’église non seulement des étoupes en feu (et de l’eau), mais encore des craquelins, des nieules (pains d’autel) et des coquilles30. On en rencontre de fréquentes mentions pour les Pays-Bas méridionaux, comme à la Pentecôte pour des publications de la paix.

DES SCÉNARIOS

  • 31 A. La Fons de Mélicocq, « Les sociétés dramatiques du nord de la France et du midi de la belgique » (...)

18Quelques exemples lillois peuvent étayer cette vue. En 1506, on joue des jeux et Jehan Peut, serviteur des échevins, « ruoit du haut du beffroy, alors que l’on sonnoit, bateloit et tribouloit les cloches, VC de nieulles, des cocquilles à 1 d. piece et une grande boiste plaine de pains d’ostel (“pains d’autel”)31 ». Pour célébrer l’élection de Charles Quint, neuf chariots de joueurs jouent neuf « jeux de moralité et folie honneste, et l’on jette du haut du beffroy, aux gens et enffans, adfin de memoire, XVc de nieulles et XXII quarterons de cocquilles ». Encore une fois, on constate que le « théâtre », au sens où nous l’entendons, fait partie d’une mise en scène plus ample, d’un scénario de réjouissances et que c’est précisément ce contexte qui lui confère son plein sens. C’est encore clair en 1598 lorsqu’il s’agit de célébrer la paix de Vervins. La ville rembourse six lots de vin à vingt patars le lot (comptabilité oblige) aux joueurs qui ont joué Piramus et Thisbe. « On rue du beffroy force cocquilles et ung corps d’estrain accoustré en soldat » et finalement, on remarque

  • 32 Ibid., p. 26.

des artifices en flambeaux et des feux de joye mis sur le beffroy, au sommet duquel le couvreur d’ardoises et ses valets firent plusieurs gaillardises durant la procession generalle, s’exposant, au péril de leur vie, au-dessus du dragon, y battant le tambourin a enseigne desployet32.

  • 33 H. Pleij, Dromen van Cocagne, p. 165.
  • 34 Cités à partir de F. -C. Louandre, Histoire ancienne et moderne d’Abbeville.

19Ces quelques détails, même s’ils ne sont nullement représentatifs ou que leur représentativité reste à prouver, indiquent tout de même l’importance de l’étude des scénarios festifs plutôt que l’analyse de textes, d’attestations isolés. C’est justement parce que de tels documents d’archives nous montrent l’existence de tels scénarios qu’il faut en envisager l’existence pour des textes conservés sous forme isolée, hors de tout contexte. À partir de ces constatations, il est plus facile de comprendre la mise en scène des oppositions entre la cuisine grasse et la cuisine maigre ainsi que la mise en scène des aliments tout court. C’est que le repas lui-même est une performance ; dans ce contexte, Pleij parle d’une architecture épique de la bouffe33. Pensons que pour les noces du Téméraire avec Marguerite d’York, on dressera 36 arbres faits de pâte de fruits comme de pommes, de poires, de prunes, de cerises et d’autres fruits. La table d’honneur comprenait six navires avec des rôtis impressionnants, représentant chacun l’une des seigneuries du Téméraire. Ce côté public des soupers et des dîners est bien plus important qu’on le croirait. Prenons quelques exemples tirés des Registres des argentiers d’Abbeville34. En 1398, on rembourse des frais

a Bernard Clabaut nagaire prinche des sots pour li edier a siupporter les grants fres et coustages qu’il eut en l’an qu’il fu prinche a soustenir sa princheté, et aussi pour edier a payer le soupper qu’il doinna […] le jour qu’il issit de son puy, la ou furent les officiers de le ville VI liv.

20Les comptes mentionnent aussi fréquemment des dîners du Jour de l’an et de la Pentecôte afin de « tenir les boines gens en amour et unyon l’un aveuc l’autre ».

  • 35 Cité par F.-C. Louandre, Histoire ancienne et moderne d’Abbeville, p. 231. Les nouveaux-nés recevai (...)

Les baptêmes et les désaubages, les repas de noces et de confréries entraînaient le peuple dans de si excessives dépenses que les mayeur et échevins rendirent des ordonnances pour mettre un terme au luxe de la table. Par délibération du 22 avril 1467, il fut décidé que les nouveaux mariés ne pourraient donner aucun repas de noces sans en avoir obtenu l’autorisation ; que les plus riches ne pourraient servir plus de dix plats et les plus pauvres plus de quatre ; et qu’ils ne recevraient de leurs convives aucune vaisselle d’or ou d’argent, sous peine de 20 liv. 10 s. d’amende. Les dîners de confréries furent également défendus, à l’exception du jour et du lendemain de la fête patronale. On interdit aussi les repas de désaubages35.

21Toutefois, Abbeville organise des dîners offerts aux officiers du roi, selon le Registre des argentiers « pour que ils eussent mémoire en temps et lieu de ramentevoir au roi et a son conseil les charges et miseres de la ville ». Des banquets pour montrer les misères, voilà ce qui peut apparaître comme saugrenu. Il faut toutefois rappeler que le banquet — dans sa fonction typologique — représente aussi la communion et qu’il scelle symboliquement les rapports entre le prince et la ville. Cette fonction pourrait même avoir eu un rôle majeur dans tous les exemples que nous venons de citer.

22Cet article a essayé de montrer une certaine pratique de la table : la table dans sa fonction publique, dans sa fonction théâtrale. Comme le sujet est assez nouveau, la parole a été avant tout donnée aux documents, aux mentions d’archives qui placent cette pratique au centre d’un grand nombre de festivités, surtout — il faut le dire — dans les villes du Nord de la France ou du midi de la Belgique. Dans un premier temps, il est nécessaire de les écouter et d’essayer de les comprendre sans forcément déboucher sur une conclusion. Quelques lignes de force méritent pourtant d’être soulignées. Les deux éléments majeurs paraissent bien être, d’une part, la mise en spectacle des repas et, d’autre part, la place des repas (et des représentations dites dramatiques, d’ailleurs) dans des scénarios plus amples. Ce qui tend à poser un double programme. Il faudra parvenir, dans un proche avenir, à rendre compte de la théâtralité médiévale en privilégiant non pas des questions conceptuelles ni des discussions autour de définitions. Il s’agit d’une mise en spectacle qui se montre dans les documents : essayons d’en rendre compte telle qu’elle s’y manifeste. Les deux éléments majeurs que cet article a voulu illustrer dans un tel contexte sont la théâtralité des repas non seulement mis en scène, mais (re)présenté sur une scène (hourt) ainsi que l’intégration de tels « spectacles » dans une mise en scène plus large — on pourra parler de scénarios festifs — d’où une signification et une fonction symbolique peuvent être dégagées. Cela, toutefois, sera matière à une étude à son tour plus ouverte car la documentation hautement suggestive demande bien à être élargie.

Notes

1 N. de La Chesnaye, La condamnation de Banquet, v. 1058.

2 Ibid. Et J. Koopmans, « la fin de banquet ».

3 H. Greco-Kaufmann, Spiegel des vberflusses und missbruchs.

4 R. A. Potter, The English Morality Play, p. 180.

5 E. Viollet-le-Duc, Ancien théâtre françois, t. III, pp. 300-324.

6 Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, éd. A. Le Roux de Lincy et F. Michel, t. II, n° 31. Au sujet de ces pièces, voir J. Koopmans, « Le dialogue du corps ».

7 L. Petit de Julleville, Répertoire du théâtre comique, p. 304.

8 Ibid., p. 407.

9 Deux jeux de Carnaval, éd. J.-C. Aubailly.

10 J. Koopmans, « La table sur les tréteaux » ; H. Pleij, Dromen van Cocagne.

11 M. Jeanneret, Des mets et des mots ; pensons aux propos de table de luther dont le ton goguenard est bien connu.

12 L. Petit de Julleville, Les mystères, t. II p. 4.

13 Archives municipales de Dunkerque, série 310 nr. 1, comptes de Dunkerque 1519-1520, 50r, et série 310 nr. 9, comptes de Dunkerque 1556-1557, documents cités par A. -L. Van Bruaene, « Repertorium van rederijkerskamers ».

14 Archives municipales de Douai, CC 213, 1428-1429.

15 L. Laborde, Les ducs de Bourgogne, pp. 268-271 ; A. Vidal, « Notre-Dame-du-Montement à Rabastens ».

16 Les exemples qui suivent sont empruntés à la documentation réunie par A. Ledieu, « Vieilles coutumes amiénoises disparues, IV », pp. 215-254.

17 Audengier en 1451, Lodengier en 1454, Lodenger en 1547.

18 A. Ledieu, « Vieilles coutumes amiénoises disparues, IV ».

19 On pense aux fraises chantilly qui font la joie des fidèles du tournoi de tennis à Wimbledon.

20 A. Ledieu, « Vieilles coutumes amiénoises disparues, IV ».

21 La part que se taillent ceux investis d’une fonction officielle et l’opposition qu’elle engendre au sein de la société sont, sans doute, de tous les temps, mais il est rare de retrouver un document du XVe siècle qui fasse si précisément le point sur la question — une question de déontologie qui fait toujours problème pour les politiciens : que fait-on des « deniers communs » ?

22 Le livre de conduite du régisseur, éd. G. Cohen, p. LXXIII.

23 Ibid., p. LXXIV.

24 Ibid., p. LXXVI.

25 La représentation d’un mystère, éd. E. Konigson, pp. 56-57.

26 Le mystère de saint Remi, éd. J. Koopmans, pp. 194-220.

27 A. Thomas, « Une représentation d’Orson de Beauvais ». Pour ce type de scénario avec le repas au milieu, voir J. Koopmans, « Cultures théâtrales ».

28 Les mystères de la procession de Lille, éd. A. Knight.

29 Cela, toutefois, les historiens du théâtre ne l’ont jamais cherché car cela n’était point en leur roolet.

30 Seraient-elles les ancêtres des madeleines ?

31 A. La Fons de Mélicocq, « Les sociétés dramatiques du nord de la France et du midi de la belgique », p. 22.

32 Ibid., p. 26.

33 H. Pleij, Dromen van Cocagne, p. 165.

34 Cités à partir de F. -C. Louandre, Histoire ancienne et moderne d’Abbeville.

35 Cité par F.-C. Louandre, Histoire ancienne et moderne d’Abbeville, p. 231. Les nouveaux-nés recevaient, à leur baptême, une aube qu’on ne leur retirait qu’après huit jours ; c’était le désaubage.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search