Version classiqueVersion mobile

Être à table au Moyen Âge

 | 
Nelly Labère

Mange ma fille ! La privation et l'excès

Les noces dévorantes

Du rapport du Jaloux à la nourriture dans le Roman de Flamenca

Katy Bernard

Texte intégral

La jalousie est de toutes les maladies de l’esprit celle à qui le plus de choses servent d’aliment et le moins de choses de remède.
Michel de Montaigne, Essais, III, 5.

  • 1 Voir D. Luce-Dudemaine, Flamenca et les novas, pp. 11-31.
  • 2 Sur la symbolique générale de cette tour voir I. De Riquer, « La tors es grans ».
  • 3 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, l’œuvre épique, p. 694, vv. 996-997.
  • 4 Ibid., p. 712, vv. 1320-1321.

1La figure littéraire du jaloux esquissée par la lyrique des troubadours est stigmatisée dans le Roman de Flamenca plus que dans toute autre adaptation narrative de la fin’amor et participe à la profonde originalité de cette œuvre. Si la figure du jaloux se retrouve dans nombre de novas et de fabliaux, seul le personnage d’Archimbaut a droit à un portrait aussi complet et à un traitement aussi riche dans le paysage littéraire d’oc e d’oïl1. Parangon de la jalousie, Archimbaut fait de Flamenca sa prisonnière dans une tour2 après avoir fait d’elle une épouse adorée. Dès lors, une de ses principales obsessions est de lui donner à manger. Si l’auteur décrit en détail la transformation physique et morale d’Archimbaut qui se met à se négliger comme à négliger ses devoirs chevaleresques ; s’il insiste sur ses colères irraisonnées, ses envies de battre et de tuer sa femme ; s’il détaille tous ces comportements qui sont effectivement des conséquences de la jalousie, c’est dans le lien qu’il établit entre Archimbaut et la nourriture que son portrait du jaloux connaît sa véritable et profonde singularité. Son rapport à la nourriture est à l’image de celui qu’il entretient avec sa jeune épouse ; du banquet offert au repas exigé en passant par le repas surveillé, Archimbaut souffre son couple dans sa dépendance décalée à la chair. Archimbaut se révèle être un personnage qui dévore tout ce qui peut lui donner l’illusion de consommer Flamenca. L’auteur nous attire au cœur de ce cycle de la dévoration dans lequel elle est enfermée afin de nous conduire à appréhender les dessous de ce qu’il appelle « us mals cozentz3 » qui « afolla4 ». La dégradation parallèle des rapports d’Archimbaut avec la nourriture et avec Flamenca nous amène, non seulement à comprendre la naissance de sa jalousie mais aussi à voir quels en sont les fondements au cœur même de son être. Ainsi, nous verrons comment, une fois devenu jaloux, Archimbaut va jusqu’à faire de sa femme son principal aliment. Cette analyse révèlera que les fondements de cette jalousie maladive sont au cœur même d’Archimbaut qui associe depuis leur première rencontre, bien avant d’être jaloux, la chair de Flamenca et la chair des aliments. Finalement, par cette peinture sans indulgence de la progression de la folle jalousie d’Archimbaut jusqu’à son anéantissement par Flamenca elle-même, l’auteur du roman nous offre les prémices d’une analyse psychologique de ce mal qui dévore son personnage dévorant.

  • 5 Ibid., p. 700, vv. 1109-1110.

2À l’heure où sire Archimbaut prend conscience qu’il est devenu Jaloux « plus que null ome ques anc fos5 » son obsession d’enfermer et de garder sa femme s’accompagne de celle de la garder de la faim et de devenir gras car, au fond, il n’a rien envie de faire d’autre :

  • 6 Ibid., p. 710, vv. 1285-1303.

Mais eu segrai aquest cossell :
De trop freg e de trop soleil
La gardarai ben, e de fam.
Mal aia mos cors, pos tan l’am,
Si de totz autres non la garda !
[…]
Nulla ren als non ai a far :
Pron ai a beur’es a manjar
E de cavalgar sui totz las ;
Repausar m’ai per esser gras,
Car repausar si deu homs veils ;
[…]
En zo sera totz mos aturs
6.

  • 7 Sur cet aspect voir M. -F. Notz, « Le personnage d’Archimbaut ».
  • 8 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, p. 710, vv. 1304-1311.

3Ce conseil que le jaloux s’adresse à lui-même tend à révéler qu’il met sur le même plan le fait d’aimer sa femme, de la garder et de manger. Pour lui ces trois actions semblent s’inscrire dans le même mouvement. Cette confusion est révélatrice de la perte de sens qui touche Archimbaut. Sa jalousie maladive lui fait confondre le fait d’aimer sa femme et celui de la posséder puisque l’étendue de ce qu’il appelle son amour justifie à ses yeux son devoir de la garder de la vue et de la portée de tous les autres pour éviter l’adultère7. Ce délire de possession absolue se manifeste chez Archimbaut par une autre confusion dont il n’a pas conscience mais qui est bien plus révélatrice de sa folle jalousie que tout autre de ses comportements. Archimbaut réduit l’être de Flamenca à son corps et se réduit lui-même à cela en faisant de la nourriture son souci essentiel. En réduisant sa femme à sa chair, Archimbaut, à l’insu de lui-même, fait d’elle un aliment qui va contribuer à le rendre gras. Confondant aussi bien les chairs que leur consommation, il se déclare à lui-même que son rôle de mari amoureux consiste uniquement à veiller à ce que sa femme ne manque pas de chère et ne fasse pas de manquement à sa chair. Cette identification du corps de Flamenca à la nourriture est manifeste de l’incapacité du Jaloux à considérer qu’elle puisse exister dans sa chair indépendamment de la sienne. Ainsi, symboliquement parlant, dans la confusion de son esprit, enfermer Flamenca dans sa tour revient pour Archimbaut à l’ingérer comme un aliment. En effet, semblant faire de la solidité et de la grandeur de ses murs le gage de sa propre force8, la tour apparaît comme un double de lui-même, son image. Cette tour est la projection de son envie inconsciente de faire de sa femme un morceau de lui-même. Son agencement — il y fait ouvrir un pertuis débouchant uniquement sur la cuisine — révèle en effet que c’est dans son propre corps qu’Archimbaut aimerait garder Flamenca prisonnière :

  • 9 Ibid., p. 712, vv. 1312-1319.

Ges non [fai] demora ni resta,
Ans s’en vai tot dreih a la tor,
Et ac ab si un murador,
E fes li faire aital pertus
Con hom sol faire a reclus ;
Aquel respos en la cosina.
El non dorm ni pausa ni fina,
Anz poinet en far so que volc
9.

4Ce pertuis n’est ni plus ni moins qu’une représentation de la bouche d’Archimbaut. Ainsi, à partir du moment où il enferme Flamenca dans sa tour, Archimbaut l’ingère symboliquement à l’intérieur de lui-même. Elle devient l’essence de son alimentation. Il ne cesse en outre de la dévorer en la condamnant à évoluer dans la représentation de son conduit digestif qu’est cette tour qui s’ouvre principalement pour faire passage à la nourriture provenant de sa cuisine. L’univers de Flamenca se réduit le plus souvent au ventre de son époux. Cette manie de faire ingérer et d’ingérer est la preuve manifeste du trouble identitaire qui intervient dans la maladie de la jalousie. Archimbaut est inconsciemment en manque de lui-même et, pour se rassurer face à son propre néant, il doit trouver une solution pour que l’Autre absolue qu’est la femme qu’il aime devienne une partie de lui-même. Le Jaloux ne peut reconnaître l’altérité de la femme qu’il aime car il ne peut concevoir le monde au-delà de lui-même, au-delà des limites du chaos qui l’habite. À l’image de sa tour, la jalousie est cette maladie dont les terribles barrières cachent un creux identitaire. Réduire l’autre à soi permet alors de ne pas voir ce creux. C’est ainsi que le seul soulagement d’Archimbaut est de regarder évoluer Flamenca par le pertuis. Regardant par le pertuis comme il regarde à l’intérieur de lui-même, il est apaisé de voir qu’il y a autre chose que du néant. Le fait d’ingérer Flamenca n’est que la manifestation ultime de son désir de devenir gras. Pour lui, ingérer les aliments c’est se donner du corps, de la substance. C’est la seule chose que sa folie a trouvée afin de pallier cette sensation confuse de vide que lui donnent le désordre de son esprit et la déviance de ses sens. Car, en effet, le rapport obsessionnel que sa jalousie maladive lui fait avoir avec la nourriture révèle également le rapport décalé qu’il entretient avec le corps et les rapports charnels.

5Aboutissement ultime de sa confusion initiale des chairs, Archimbaut met sur le même plan la chair de Flamenca et celle qu’il lui donne à manger chaque jour. Ainsi, le fait qu’il se transforme en voyeur aux heures des repas pour regarder sa femme manger remplace l’acte de chair. Tous les repas de Flamenca font, en effet, l’objet d’un soin minutieux de la part du Jaloux. Il est soucieux de faire disposer la nourriture destinée à sa femme comme il devrait prendre du plaisir à toucher sa chair ; et, il la regarde manger, boire et couper la viande ou le pain avec le même plaisir qu’il devrait prendre lors d’un baiser ou d’une étreinte avec elle. Pour lui ce voyeurisme quotidien aux heures des repas constitue le seul moyen de consommer son mariage avec Flamenca : l’ayant enfermée dans cette tour constituant le double de lui-même, il ne peut plus toucher ni étreindre son corps de ses mains. Il ne peut plus que l’épier au moment où elle ingurgite la nourriture qu’il lui octroie. Ce faisant, dans une mise en abîme de l’absorption des chairs, il regarde son principal aliment consommer les aliments qu’il lui offre. Ils ne sont pas que la projection du corps de Flamenca, ils sont aussi le double de lui-même, comme la tour. Pour lui, consommer son mariage ne fut ni plus ni moins que consommer Flamenca ; consommer son temps et son espace d’abord, en l’enfermant ; puis, consommer sa personne, en la réduisant à ce qu’il voit d’elle. Enfin, ce voyeurisme forcené aboutit à consommer l’intimité et la sensualité de Flamenca en la condamnant à ne jamais échapper à son regard : il finit au fond, par le truchement de ses yeux, par s’ingérer lui-même dans Flamenca et à faire qu’elle s’ingère elle-même, en projetant confusément sur les aliments qu’elle consomme, l’image de leur chair à tous les deux :

  • 10 Ibid., pp. 714-716, vv. 1363-1383.

Las doas piucellas servion
Quant il manjavon ni beviu,
Car al fenestral de la tor,
Atressi con en [re]freitor,
Avía fag avan pausar
Tot zo qu’era obs al manjar.
[…]
Car en la cosina-s n’intrava
E de laïnz el esgarava

De sa moiller quo-s captenía,
E mòutas vez el la vezía
Qu’il eissa de la carn tallava
E del pa, e pois en donava
A sas punzelas bellamen,
[D]el vin e l’aiga eissamen.
Et el avía ben empres
Ab lo coc que non parles ges
Qu[e] el las agaites d’aqui
10.

6Le voyeurisme au moment du repas remplace le rapport sexuel dans l’esprit déviant d’Archimbaut. Il tire son plaisir de l’illusion qu’il s’offre à Flamenca à son insu mais ce plaisir s’apparente au viol puisqu’il fait tout cela sans son accord. C’est l’acte ultime de dévoration pour Flamenca, réduite à sa chair, elle est désormais meurtrie en sa chair sans même s’en rendre compte, elle en est donc privée. Son mariage avec Archimbaut n’a fait que la déposséder d’elle-même. Car, finalement, en chargeant la nourriture de son regard, en la regardant pénétrer dans le corps de Flamenca, Archimbaut ne fait rien d’autre que de s’imposer en elle, que de s’imposer à la chair de sa femme. Ne pouvant plus toucher Flamenca, il la regarde, et, pour lui, la regarder ingérer la nourriture qu’il lui octroie c’est comme se regarder coucher avec elle. Il la possède de toutes les façons. Ces scènes de voyeurisme constituent finalement des redites décalées et malsaines de leur nuit de noces. Car, en effet, cette manifestation ultime de la jalousie dévorante dont est victime Flamenca n’est jamais que l’aboutissement de tout un processus ayant pour point de départ la décision de son père de la marier avec Archimbaut.

  • 11 Ibid., p. 651, vv. 119-122.

7S’il est manifeste que son obsession maladive de la chair de sa femme et des chairs nourricières se réveille réellement à l’instant précis où il se révèle à lui-même comme le parangon de Jalousie, il est tout aussi manifeste qu’avant même de devenir jaloux, Archimbaut entretenait déjà un rapport étrange et excessif aussi bien avec la nourriture qu’avec Flamenca. Du reste, il n’est pas le seul à connaître cette déviance dans la société qui l’entoure. Si Archimbaut est visiblement celui en qui le virus de la jalousie était le plus à même de se développer, toute la société assistant à son mariage, les parents de Flamenca eux-mêmes, le portaient en eux de manière insidieuse et ont contribué à la déclaration effective de la maladie d’Archimbaut. On observe qu’il y a une association exagérée de Flamenca au repas qui est donné en l’honneur de ses noces. La cour donnée doit être à l’image de la beauté de Flamenca selon les mots de son propre frère11, moins, semble-t-il, pour faire honneur à son futur mari que pour l’impressionner. C’est comme si le repas de ses noces devenait le double de Flamenca, comme si déjà son père et son frère soumettaient Flamenca à la dévoration de son futur mari, ne sachant pas faire autrement eux-mêmes. Il y a comme une passation de pouvoir, de bien, que Flamenca souligne elle-même lors de sa première rencontre avec Archimbaut :

  • 12 Ibid., p. 658, vv. 272-280.

Le coms di : « Vesi vostr’esposa,
N’Archimbaut, si-us plas, prendes la. »
— « Sener, si en leis non rema,
Anc ren tan volontiers non pris. »
Adonc la piucella somris,
E dis : « Senher, ben faitz parer
Que-m tengas en vostre poder,
Qu’aissi-m donas leugeraman ;
Mas, pos vos platz, ieu i consen.
12 »

8Par cette réponse, Flamenca fait bien sentir qu’Archimbaut n’est jamais que le double de son père puisqu’elle n’adresse pas son consentement à son futur époux qui vient de le lui demander mais à son père. Son discours lui faisant remarquer la facilité avec laquelle il la donne — terme choisi pour répondre à l’emploi du verbe prendre par les deux hommes — témoigne du fait que, dans ce mariage, elle semble se percevoir elle-même comme un objet, une prise, qui passe d’un possesseur à un autre. Cela semble être effectivement le cas puisque le narrateur souligne que, lors du repas de noces, Archimbaut boude toute prise de nourriture puisque la seule prise qu’il a envie de faire c’est elle. Au lieu de déguster le repas, au lieu de savourer le temps des noces, Archimbaut veut dévorer le temps qui le sépare de sa nuit de noces :

  • 13 Ibid., p. 660, vv. 311-323.

En Archimbaut[z] el coms serviron ;
Mas l’ueil d’En Archimbautz si viron
Soen e lai on son cors era.
Per so vol cascun[s] se levera,
Avant mieg manjar, de la taula
13.

9En voulant ainsi dévorer le temps qui le sépare de la prise de Flamenca, Archimbaut sans s’en rendre compte dévore son propre désir et son propre plaisir. En boudant les plaisirs de la bonne chère, ce sont les plaisirs de la chair qu’il condamne. Il considère en effet l’acte sexuel à venir comme une compensation, quelque chose qui lui est dû, qu’il doit faire sien. Flamenca y devient la chose à ingérer, à incorporer dans tous les sens du terme :

  • 14 Ibid., p. 660, vv. 319-326.

E tot aiso fon grans enueig
A N’Archimbaut, e si la nueg
D’aquest dan no-il feses emenda
Ja per poiso ni per bevenda
Non cuh que jamais revengues,
Emenda n’ac ; el eis la pres,
Car la nueg jac ab la puncela
E si la fes domna noella […]
14.

  • 15 Ibid., p. 662, v. 345.

10En faisant de Flamenca une simple compensation, un manque charnel, en la réduisant à une simple prise, il fait d’elle un morceau de chair auquel on ne peut plus toucher une fois qu’on l’a avalé. De fait, à l’issue de la nuit de noces, il ne peut que déclarer que « tot ha cant vol ni desira15 ». À aucun moment Flamenca n’est désirée par Archimbaut en tant que personne, c’est sa chair qu’il veut, pas elle. Elle devient son obsession, l’image nécessaire à Archimbaut pour compenser un manque initial :

  • 16 Ibid., p. 662, vv. 346-351.

De nulla ren mais non consira
Mais com pogues en grat servir
Leis cui vol onrar e blandir.
Si no-l fos vergonha trop granda
El eis li dera sa garlanda
E sa penche e so mirail
16.

  • 17 D’ailleurs, une fois devenu jaloux, il résistera de peu à l’envie de lui couper les cheveux (ibid.,(...)

11Il ne désire pas Flamenca en tant que femme, il désire maîtriser ce qui fait d’elle une femme en voulant la peigner ou lui tenir son miroir. Il désire maîtriser ce qui constitue la différence fondamentale de Flamenca, sa féminité17. Cette attitude excessive à l’égard de Flamenca témoigne de sa volonté de fusionner avec elle. Flamenca devient une image constitutive de l’être d’Archimbaut, il veut la considérer comme une part de lui-même. Avec cette scène, au lendemain de la nuit de noces, on perçoit qu’Archimbaut présente un trouble de la personnalité, un trouble identitaire bien antérieur au déclenchement de la jalousie. Ce trouble inhérent à Archimbaut apparaît donc comme la cause principale de la naissance et du développement de son mal. Ne se sentant pas un être complet, il s’incorpore à Flamenca ou plus exactement l’incorpore à lui. La nuit de noces apparaît alors comme la première dévoration de la jeune femme, de même que le premier acte révélateur de cette impression de vide qui dévore inconsciemment Archimbaut et qui va le pousser à vouloir posséder le monde de Flamenca comme le sien par le truchement du banquet.

12Ainsi, de retour chez lui, il ne pense à rien d’autre qu’à effacer par un banquet le souvenir du repas de noces donné par le père de la mariée. Il se met donc en concurrence directe avec le père de Flamenca et apparaît sans plus aucune ambiguïté comme le double de ce dernier. Archimbaut traite le père de Flamenca comme un rival à évincer, soulignant par là-même le rapport initialement décalé qu’Archimbaut et le père de Flamenca entretiennent avec elle. Symboliquement, Flamenca est sortie du ventre de son père pour rentrer dans celui d’Archimbaut :

  • 18 Ibid., p. 662, vv. 363-366.

De sa cort far a pessamen,
Car faire la vol ricamen,
Que ja sol non sia parlat
D’aiso qu’a l’autra fon donat
18.

  • 19 Archimbaut exprime la peur de cette beauté une fois devenu jaloux (ibid., pp. 704-707, vv. 1182-121 (...)
  • 20 Voir la liste des provisions qu’il fait distribuer dans la ville de Bourbon (ibid., p. 664, vv. 394 (...)

13Cet excès dans les préparatifs du banquet est la marque d’un besoin absolu de déposséder totalement le père pour devenir l’unique possesseur de Flamenca. Archimbaut subit un manque identitaire qui déclenche un besoin extrême de possession dont l’assouvissement lui permet de se sentir être. Nous assistons à un trafic de substance, ni plus ni moins. Flamenca devient la substance et la consistance d’Archimbaut au mépris de ce qu’elle est, ressent et pense. L’essentiel est que son image soit là pour le justifier en tant qu’être. Cet excès de nourriture qu’il impose à sa cour est aussi la marque de sa peur de manquer de corps face à Flamenca et à son monde, la marque qui révèle sa peur de ne pas être à la hauteur de tant de beauté, de ne pas la mériter aux yeux de ses convives19. Il tombe donc dans l’excès et la multiplication des mets car sans doute a-t-il l’impression que plus il nourrit ses invités avec des plats choisis pour faire honneur à la beauté de sa femme, plus il leur montre qu’il est le possesseur de cette beauté et plus il a l’impression de les posséder à leur tour20.

  • 21 Ibid., p. 670, vv. 511-516.

14Ainsi, lors du banquet proprement dit, le narrateur s’applique à souligner, malgré sa volonté d’éluder leur liste complète, la diversité des mets proposés par Archimbaut21 au point de filer la métaphore, en soulignant qu’il offre finalement à ses invités un repas « élémentaire », équivalent à la complétude du monde, puisque :

  • 22 Ibid., p. 670, vv. 517-522.

Ni de so qu[e] aers suffris
Ni terra ni mars ni abis,
Que om manjar posca ni deja,
Que ja’n degues portar n’ enveja,
Aquel que menor part avía
A cel que plus ric lai vezía
22.

15C’est le monde qu’Archimbaut veut offrir à son monde par ce repas, et, par cette intention, c’est sa propre chair qu’il offre à ses invités en faisant de ce banquet au-delà d’un simple gage de pouvoir, une projection de lui-même et donc un gage de l’acceptation de sa personne. Cependant, si le narrateur s’applique si bellement à éluder le contenu des plats offerts par Archimbaut à ses convives, c’est que ce n’est pas réellement cela qui constitue l’aliment principal de ce repas : c’est Flamenca elle-même. Elle est moins à table avec les convives que sur table avec les plats, c’est elle que l’on consomme, que l’on mange, dont on se repaît les papilles par le truchement de la vue. Sa chair constitue la bonne chère du banquet d’Archimbaut ainsi que s’emploie à le souligner le narrateur :

  • 23 Ibid., p. 670, vv. 523-531.

Ben son servit a lur talen[z],
Mas ben i ac plus de. v. cenz
Que cascuns esgarda e mira
Flamenca, e can plus cossira
Sa faiso ni sa captenenza,
E sa beutat c’ades agenza,
Sos oilz ne pais a l’esgardar
E fai la boca jejunar ;
E perga-l Deus si grat l’en sap !
23

16À son insu, Flamenca est l’objet de toutes les bouches et de tous les ventres. Sa vue remplace ce qu’il y a à ingérer dans les plats, c’est donc son image que l’on ingère, son corps, ainsi que l’a fait son mari lors de la nuit de noces. Elle est réduite à sa chair et devient la chair de tous. Elle, qui est dévorée par la cour même de son mari, comment pourrait-elle échapper alors à la dévoration de ce dernier ? Et lui, comment pourrait-il éviter la dévoration de la jalousie quand il ne peut que constater que les mots de sa femme remplacent les mets qu’il offre pour ses épousailles ?

  • 24 Ibid., pp. 670-672, vv. 532-535.

Mai[s], si pogues traire a cap
Que sol un mot ab lei parles
No-il calgra si pois dejunes.
Mòut s’en levon boca dejuna
24.

  • 25 Elle est quant à elle la figure de la jalousie féminine. Elle provoque la jalousie dévorante d’Arch (...)

17Comment Archimbaut, dans le manque identitaire qui l’oppresse, pourrait-il ne pas se sentir privé doublement de chair ? Il est privé de celle dont il a fait sa consistance par ses propres sujets ; il est même privé de place. Le narrateur ne mentionne sa présence à aucun moment dans ce passage, comme s’il avait disparu du champ de vision de ses convives en même temps que les mets de son banquet. Archimbaut ne peut que se sentir complètement dépossédé par leur refus de manger ce qu’il offre pour mieux se repaître de sa femme. Devant ce spectacle de la consommation de Flamenca, comment pourrait-il trouver une autre solution que celle de la dévorer à son tour afin d’extraire sa chair — constitutive désormais de sa consistance — de l’emprise de tous ? Ainsi, les propos de la reine lui révélant, à la suite de ce repas, qu’elle pense que le roi entretient une liaison avec Flamenca ne sont pas la réelle cause de sa jalousie. Ce n’est pas parce qu’elle lui dit qu’il sera jaloux qu’il le devient : il le devient parce qu’il porte en lui le dérèglement de la personnalité inhérent à la jalousie maladive : un trouble de l’identité qui va de pair avec une absence à soi-même qui se manifeste par le besoin substantiel de réduire à soi la personne convoitée. La reine, par ses mots malsains, a donné à Archimbaut la sensation imagée de ce que pourrait être la perte de Flamenca. Cette image insupportable pour lui a réveillé sa folie. La reine n’est pas la cause mais la révélatrice de son mal, elle déclare en lui le virus de la jalousie qui était latent25. Ainsi, après le dialogue venimeux avec la reine, il n’est en rien surprenant que la première prise de parole d’Archimbaut consiste à annoncer l’heure du repas en avance. Se voyant, au su de tous, dépossédé par le roi de celle qui constitue sa substance, il est mû par le besoin irrépressible de manger et de faire manger :

  • 26 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, p. 690, vv. 911-917. Il faut noter le contraste entre la dé (...)

De la reïna s’es partitz
En Archimbautz tristz e marritz
Car trop l’ac dih mala novella,
Pero un escudier appella
E dis li : « Fa vespras sonar,
Quar ben es ora de sopar
Quant les aura le reis auzidas
26.

  • 27 Voir les propos vindicatifs des dames à l’annonce trop précoce du repas (ibid., pp. 690-692, vv. 91 (...)

18Il a hâte de happer sa femme et de l’extraire à toute autre présence masculine, à la présence du roi en particulier. L’obsession du Jaloux de manger et de faire manger sa femme pour consommer son mariage trouve son origine ici. La nourriture qu’il avait boudé dans un premier temps, obnubilé par la consommation de sa femme lors de sa nuit de noces, la nourriture boudée ensuite par ses convives, obnubilés par Flamenca dont ils se repaissent, apparaît dès lors comme le seul remède pour récupérer sa femme. Elles ne font désormais plus qu’un dans l’esprit troublé d’Archimbaut. Nous sommes au bout du cheminement de son mal, de l’envahissement du vide de son être par la jalousie. La nourriture lui apparaît comme le seul palliatif au vide qu’il ressent et qui va de pair avec sa peur irraisonnée de la dépossession et son délire de possession. Quand il mange, il a l’impression de combler son vide, alors il fait de Flamenca sa nourriture effective en l’enfermant dans cette tour qui est le double de lui-même. Seulement, il confond la chair et la substance des êtres, leur consistance : son « remplissage » ne peut fonctionner puisqu’il essaie de remplir avec de la matière le vide chaotique de son être, sa déficience identitaire. Ainsi, c’est en vain qu’Archimbaut, mû par l’obsession dévorante de vouloir dîner ou de faire dîner Flamenca, n’aura de cesse d’avancer l’heure des repas. Faire sonner l’heure des repas à sa guise, prendre les repas selon ses besoins semblent donner à Archimbaut l’illusion de maîtriser le temps. S’il s’obstine à faire sonner les repas en avance alors que les heures fixes de ces derniers rythment la journée de toute la société, s’il s’octroie cette possibilité, c’est qu’il pense ainsi pouvoir accélérer le temps, diminuer les instants qui le séparent de son prochain « remplissage ». Il se précipite ainsi tout seul en dehors de la société courtoise dont il était jusqu’alors une figure de proue27. Archimbaut se projette lui-même hors du chemin en s’enfermant en lui-même dans un cycle temporel décalé, manifestation de sa perception déviante du monde :

  • 28 Ibid., pp. 694-696, vv. 993-1000.

En Archimbautz totz los esdreissa,
Mais al cor ha una destreissa
Per que s’en torna mout dolentz.
Aisi-l destrein us mals cozentz
Ques om appella gelosía ;
Soven lo geta de la vía
E-l fai pensar tan que non sap
De som pessat venir a cap
28.

19Finalement, il s’enferme en lui-même comme il enferme Flamenca dans la tour, double de lui-même. Ainsi, il s’enferme avec elle, à son insu et à l’insu de lui-même. Sa folie ne lui laissait au fond pas d’autre choix pour obtenir de sa femme le corps et la substance qui lui font cruellement défaut. Il s’agissait moins pour lui de la posséder pour elle que de tenter de reprendre possession de lui-même par elle. Le Jaloux apparaît comme la figure du manque absolu mû par le désir de combler un vide dont il ne perçoit pas lui-même la totalité de l’étendue. Seulement, la dévoration totale de Flamenca, la réduction de son être à un morceau de chair que l’on ingère n’est possible que tant qu’elle ignore ce qui se joue autour d’elle et en elle. Le cercle de la dévoration ne tient en effet que le temps que celle-ci reste inconsciente de la meurtrissure qu’elle subit en elle, malgré elle, sous les coups des intrusions répétées et quotidiennes de son voyeur. Ainsi, les choses commencent à se renverser à l’instant même où le voyeur est vu à son tour :

  • 29 Ibid., pp. 714-716, vv. 1384-1392.

Uns jorns s’avenc que vis faili
A las puncellas que manjavon ;
C’om las gaites non s’en garavon :
L’una puncella levet sus
E pres del vin qu’er’al pertus,
E conoc ben qu’En Archimbautz
Estet en la cosin’enclauz,
Car, vesent ela, s’en anet,
Et il a si dons o comtet
29.

  • 30 À l’exception d’une seule fois. Voir note 38.

20Dès lors, le voyeurisme est devenu impossible ; il n’a plus aucune prise sur la chair de sa femme, il ne peut plus transférer l’acte sexuel sur la vision du repas de sa femme. Sa névrose de la chair se manifeste alors en obsession de la faire manger avec lui, de lui proposer de manger en sa compagnie, autre tentative pour mimer l’acte sexuel. Tentative vaine30. Cette impossibilité à convaincre Flamenca de partager un repas avec lui l’amène à être dévoré à son tour car, n’ayant plus l’illusion de la posséder par la nourriture, il n’a désormais plus aucun accès à la chair de sa femme. Il est définitivement coupé du corps de Flamenca et de sa substance. Étant découvert, il est dépossédé de son emprise absolue sur son épouse et devient alors possédé par elle, par le manque d’elle dont une des principales manifestations est qu’il se retrouve enchaîné à ses repas solitaires :

  • 31 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, p. 718, vv. 1449-1456. On observe le même processus de dévo (...)

Apres « missa est » s’en issía
Enz Archimbautz, que ges mieidía
No[n] i aten ni hora nona ;
Mantenen las donzelas sona :
« Venes vos ne, venes vos ne,
Qu’ieu m’anarai disnar dese,
No m’i fassas, si-us plas, estar. »
Non las giquía gens orar
31.

21Archimbaut fait désormais avec ses repas comme il a fait avec Flamenca lors de son repas de noces, il dévore le temps consacré à autre chose pour dévorer plus vite la chair convoitée, pour se remplir de ce qui semble pouvoir le combler et apaiser son mal-être. Entreprise inutile. Seulement, pour se rétablir complètement en son cors, il faudra que Flamenca prenne conscience réellement de la dévoration progressive dont elle a été victime et dont elle devra renverser le cycle afin de rétablir l’ordre.

22L’arrivée à Bourbon de Guillem de Nevers, le futur amant de Flamenca, va permettre à cette dernière avec l’aide de ses suivantes, Alis et Marguerite, d’y arriver. Fin’amant par excellence, Guillem par son attitude et son amour va permettre à Flamenca de trouver la force de retourner la situation à son avantage et de sortir définitivement du cercle dévorant dans lequel Archimbaut, bien qu’en partie disqualifié, continue de l’emprisonner. Le cercle est d’ailleurs rompu sans qu’elle s’en rende compte dès le premier repas de Guillem dans la ville du Jaloux :

  • 32 Ibid., p. 744, vv. 1936-1952.

Li donzell agron establat
[…]
Oimais pense, qui-s vol, d’amors !
Que pres es de Guillem li tors
On es le cors qu’en son cor ha,
Mais de lonc tems non o sabra
Cil qu’es enclausa, et enclau
Lo cor de cel que mout s’esgau
Quan pot vezer ni remirar
De lai on s’assis al manjar,
La tor on es so que tant ama.
On plus manja e plus afama
De venir lai on sos cors es
32.

23Grâce au regard désirant qu’il pose sur la tour, et qui le fait d’autant manger, il impose sur le symbole de la possession et de la dévoration de Flamenca le désir et l’appétit qu’elle lui inspire. La tour devient l’image même de Flamenca et efface celle d’Archimbaut. En outre, Guillem ne confond pas ce qu’il mange avec celle qu’il aime, au contraire, la vue de celle qu’il aime par l’intermédiaire de la tour lui ouvre un appétit insatiable. Guillem ne considère pas la nourriture comme un moyen de se combler, ce qui lui importe, au contraire, c’est de la goûter afin d’entretenir, grâce à elle, son appétit. C’est l’image même de son désir pour Flamenca. Il impose sur le cycle destructeur et mortifère d’Archimbaut le cycle de la vie et de l’envie.

  • 33 Voir K. Bernard, « Le morcellement du corps de la dame ».

24Ainsi le dialogue amoureux qu’il initie dans le cadre de l’église va inscrire Flamenca au cœur même de ce nouveau cercle vital. Si le dialogue amoureux entre Guillem et Flamenca est toujours entrecoupé par les interventions d’Archimbaut qui demande obstinément à sa femme si elle veut dîner, c’est pour mieux montrer que peu à peu le cercle de la dévoration se referme sur lui seul. Ce contraste entre le dialogue éminemment courtois et les déclarations univoques et prosaïques d’Archimbaut est destiné à souligner deux visions du temps qui vont de pair avec deux appréhensions de la chair. Archimbaut dévore le temps car il dévore tout court tandis que Guillem lui se sert du temps, en joue pour mieux goûter le désir jusqu’au plaisir du corps à corps avec Flamenca33. Ainsi, dans un premier temps, pour souligner ce contraste, les répliques courtoises destinées à Guillem sont trouvées par les demoiselles pendant le temps volé à la névrose d’Archimbaut, c’est-à-dire entre ces allées et venues destinées à convaincre Flamenca de manger avec lui :

  • 34 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, pp. 876-878, vv. 4529-4536.

Quan fon defors ab cor dolent,
Il levet sus e dis risen :
« sai vines, sa[i] vines, puncellas,
Voles ausir bonas novellas ? »
— « E domna, per Dieu ! digas las.
Mon sener s’en eis totz auras
Quar no-s disna, e tornara,
Que ja gaire non estara.
34 »

25En effet, à peine ont-elles le loisir de trouver la réponse destinée à Guillem que le Jaloux est déjà de retour essayant de convaincre Flamenca, qui s’est mise à feindre la maladie pour avoir du temps à elle, que le seul remède à son mal est de dîner :

  • 35 Ibid., p. 880, vv. 4580-4584.

En Archimbautz plus non demora,
Ans venc mugent coma taurelz,
De malesa cofla sas pelz,
E dis : « Qu’en faitz ? Ses melhurada ?
Ben garretz quant seres disnada.
35 »

  • 36 Voir également ibid., pp. 934-936, vv. 5649-5691.
  • 37 Ibid., p. 958, vv. 6082-6083.
  • 38 Flamenca acceptera cette seule fois de manger pour l’amour d’Archimbaut car, à ce stade, feindre la (...)
  • 39 Elle répond à Alis par des jeux de mots liant la nourriture et ses jeux sensuels avec Guillem (voir (...)

26Archimbaut sombre dans l’animalité à cause de la nourriture. Faire manger sa femme devient pour lui un réflexe irraisonné dont tout semble dépendre. Ainsi, loin de s’enquérir des symptômes de sa femme, sa seule et unique pensée est de la faire manger, pensant qu’elle souffre du même mal que lui. Il est incapable de prendre du recul. Il lie le fait d’ingérer au bien-être de sa femme alors que ce serait uniquement son bien-être à lui qui grandirait si elle mangeait36. Le transfert opéré par Archimbaut de la chair de sa femme sur la nourriture et inversement devient visible à tel point que l’enfermement des jeunes femmes va se transformer en clé de leur libération. En effet, le rapport d’Archimbaut à sa femme par le truchement de la nourriture est si systématique qu’Alis finit par contrefaire les paroles du jaloux si souvent entendues37. Cette imitation intervient à un moment clé du récit, après le premier échange de caresses entre Guillem et Flamenca aux bains de Bourbon. Après que Flamenca ait contrefait la maladie face à Archimbaut pour qu’il lui donne la permission d’aller aux bains38, sa suivante contrefait Archimbaut devant Flamenca. Ce jeu de mise en scène théâtrale désamorce définitivement le discours dévorant d’Archimbaut confondant le désir de la chair et le besoin de la chère. En prenant conscience par le rire de la déviance sexuelle d’Archimbaut39, Flamenca la renverse et s’en libère, ce qui lui permettra de se donner entièrement à Guillem dès le lendemain. Ainsi, comprenant que la nourriture est le double de Flamenca, les jeunes filles vont l’utiliser comme moyen d’extirper Archimbaut de leur monde alors que pendant longtemps, c’est cette même nourriture qui a permis au jaloux de s’immiscer si profondément dans l’intimité de sa femme. Voyant que celui-ci vit finalement accroché à la bouche de Flamenca, elles vont faire de l’appétit de cette dernière un moyen de pression sur leur geôlier. Grâce à leur compréhension de la dépendance d’Archimbaut, elles renversent les positions de chacun. L’enfermement est désormais leur espace de liberté et Archimbaut est pris en otage par ses propres prisonnières qui détiennent la clé de l’appétit. Ainsi, en mettant en balance sa possibilité de manger, Flamenca rétablit son équilibre charnel. Elle a ainsi trouvé la possibilité de déséquilibrer Archimbaut en le laissant suspendu à sa bouche, le plaçant définitivement hors d’elle :

  • 40 Ibid., pp. 960-962, vv. 6141-6161.

Alis no-s fai gaire pregar
D’aisso que-il manda si dons far ;
A l’ui[s] s’en vai ans ques intres
En Archimbautz, e dis ades :
« Segner, segner, non sa intres,
Ma domna dorm, […]
Ques ara es fort trebaillada
E non a obs que-l fassas nausa,
Mai tenes ben la porta clausa. »
[…]
— « Sener, mais tenes vostra vía,
Quar eu sai ben que pro-il tenra ;
Ja tam petit non dormira,
Et aprop ne manjara mieils. »
— « Tu as ver dig, so dis le vieils
Cui Alis fai papïejar
Tan que da l’uis lo fes tornar,
E pueis s’en torna en son luec.
40 »

27Archimbaut, malgré ses efforts pour imposer sa présence dans le corps de sa femme, ne pourra pas empêcher l’adultère de se produire dès le lendemain. La consommation de l’adultère avec Guillem rétablit complètement Flamenca dans sa chair. Elle acquiert une telle affirmation d’elle-même et une telle indépendance qu’elle ne fait même plus cas d’Archimbaut après cela, et, à l’instar de sa suivante, elle finit par le contrefaire en faisant mine de devenir un double de lui-même grâce à un serment sophistique :

  • 41 Ibid., p. 988, vv. 6685-6690.

Mas certas bon plag vos faría :
Ma fe sobre sanz jararía,
Vezent mas donçellas, ades,
Qu’en aissi tostems mi gardes
Co vos m’aves saïns garada ;
E prendes, si-us plas, la palmada
41.

28En prononçant ce serment, Flamenca fait mine de se fondre dans la peau d’Archimbaut, d’intégrer sa perception du monde ; ce faisant, elle se transforme en apparence en double de lui-même. C’est ainsi qu’elle rompt définitivement la spirale du manque dans laquelle Archimbaut s’était enfermé. Elle lui offre d’être un autre lui-même en lui promettant qu’elle se gardera aussi bien qu’il l’a gardée. Désormais, en la voyant comme un double de lui-même, il cessera de croire qu’on peut la lui prendre et cessera donc d’avoir peur de manquer de substance. Sa jalousie s’arrête ainsi à l’instant même où il tape dans la main de Flamenca pour conclure le pacte. Ce contact charnel avec sa femme, le premier depuis longtemps, est une reprise de contact de « seigneure » à seigneur. Il rompt le cycle de la dévoration de la chair de l’autre en replaçant chacun à sa juste place, en son cors. Preuve en est qu’à la suite de cet épisode, Archimbaut arrive enfin à partager avec Flamenca et tous ses sujets le repas qu’il offre pour couronner la fin de sa jalousie :

  • 42 Ibid., pp. 990-992, vv. 6713-6731.

E quar m’ai lavada ma testa
Vueil que fassam ancuei gran festa,
E que mangem ancuei ensems
Car trop n’avem estat lonc tems ; […]
Mout a cel jorn gran festa facha ;
Flamenca es de preison tracha,
E-l cavallier tan s’alegreron ; […]
Per lur vol negun tems no-s tolgron
De son conseill, mais per onransa
Ne fai l’us a l’autre pitansa.
Anc Flamenca de tot cel jorn
Penre non poc vòuta ni torn
Consi al bains anar pogues,
Quar non ac talen que-s mogues
D’entre-ls cavalliers on sezía
42.

29Ce repas fait écho au banquet qu’Archimbaut avait donné en l’honneur de l’arrivée de Flamenca à Bourbon, mais cette fois elle partage le repas avec ses sujets, elle est à table avec eux et non plus sur table. Elle ne constitue plus le menu. Sa substance n’est plus réduite à sa chair et sa chair n’est plus réduite à de la simple nourriture. Archimbaut, s’étant lavé la tête, a retrouvé son sens. Quant à Flamenca, elle a retrouvé son intégrité charnelle ainsi que semble le souligner le narrateur en précisant qu’elle ne ressent ni besoin ni envie de rejoindre Guillaume aux bains. La remise en ordre de sa table est l’image de la remise en ordre de l’esprit de seigneur Archimbaut.

  • 43 Ibid., p. 712, vv. 1337-1342.

Ans dic ques eissa Gilosía
Non sap aitan con el fasía
D’esser gilosia, per c’uimais
Lo sobreplus als gelos lais,
Quar móut ne fan de feras merras
De tals n’i a, e follas erras
43.

30C’est par ces mots que l’auteur de Flamenca conclut la description de la transformation d’Archimbaut en Jaloux. En précisant qu’il ne dit pas tout sur le comportement du jaloux et qu’il laisse imaginer aux jaloux eux-mêmes ce qu’il tait, l’auteur de Flamenca ne fait pas le constat de son échec à décrire complètement la jalousie mais souligne à quel point la jalousie est un mal intime qui se nourrit de la sensation confuse d’être privé de substance. Si l’auteur ne nous parle pas de cette sensation de vide et de dépossession de soi-même inhérente au jaloux, s’il ne la nomme pas clairement, c’est peut-être parce qu’il préfère nous la faire sentir, nous la faire appréhender à notre tour en nous entraînant auprès d’Archimbaut, en nous montrant combien cet être touché par la folie échoue à se remplir par quelque nourriture que ce soit. Qu’il tente de se faire aimer en nourrissant les autres, qu’il tente de s’aimer en se nourrissant de Flamenca, qu’il tente de consommer son mariage en réduisant le corps de sa femme et le sien à ce qu’il la voit ingérer ou à ce qu’il aimerait ingérer en sa présence ; ce n’est jamais pour lui que la volonté de trouver le moyen de se remplir. En observant son parcours, on s’aperçoit qu’il n’a pas conscience de tenter de trouver le moyen d’être en dérobant à celle qu’il croit aimer la substance qui la différencie de lui. Comment l’auteur de Flamenca aurait pu mieux expliquer cela qu’en nous plongeant au cœur du rapport obsessionnel et déviant qu’Archimbaut entretient inconsciemment avec la nourriture, en nous faisant suivre l’avancée du mal jusqu’à son éclatement ? Il nous entraîne bien avant l’heure dans une analyse psychologique du mal de la jalousie. Ainsi, en disant aux jaloux qu’il leur laisse imaginer ce qu’il ne dit pas, il les invite plus que tout à sombrer avec Archimbaut pour qu’ils prennent conscience de ce vide qui les habite et qui leur fait dévorer tout autour d’eux jusqu’à finalement se dévorer eux-mêmes. En utilisant la nourriture et l’acte de manger, en le liant de manière systématique aux sentiments et comportements d’Archimbaut, l’auteur de Flamenca nous offre, malgré ce qu’il dit, une analyse très complète des fondements de la jalousie. S’il la condamne sans l’ombre d’un doute, il essaie surtout de la comprendre et de nous l’expliquer, offrant d’Archimbaut, au-delà de la caricature fabliesque, un portrait profondément humain et d’une modernité troublante.

Notes

1 Voir D. Luce-Dudemaine, Flamenca et les novas, pp. 11-31.

2 Sur la symbolique générale de cette tour voir I. De Riquer, « La tors es grans ».

3 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, l’œuvre épique, p. 694, vv. 996-997.

4 Ibid., p. 712, vv. 1320-1321.

5 Ibid., p. 700, vv. 1109-1110.

6 Ibid., p. 710, vv. 1285-1303.

7 Sur cet aspect voir M. -F. Notz, « Le personnage d’Archimbaut ».

8 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, p. 710, vv. 1304-1311.

9 Ibid., p. 712, vv. 1312-1319.

10 Ibid., pp. 714-716, vv. 1363-1383.

11 Ibid., p. 651, vv. 119-122.

12 Ibid., p. 658, vv. 272-280.

13 Ibid., p. 660, vv. 311-323.

14 Ibid., p. 660, vv. 319-326.

15 Ibid., p. 662, v. 345.

16 Ibid., p. 662, vv. 346-351.

17 D’ailleurs, une fois devenu jaloux, il résistera de peu à l’envie de lui couper les cheveux (ibid., p. 702, vv. 1120-1134).

18 Ibid., p. 662, vv. 363-366.

19 Archimbaut exprime la peur de cette beauté une fois devenu jaloux (ibid., pp. 704-707, vv. 1182-1212 ; p. 708, vv. 1269-1270).

20 Voir la liste des provisions qu’il fait distribuer dans la ville de Bourbon (ibid., p. 664, vv. 394-405).

21 Ibid., p. 670, vv. 511-516.

22 Ibid., p. 670, vv. 517-522.

23 Ibid., p. 670, vv. 523-531.

24 Ibid., pp. 670-672, vv. 532-535.

25 Elle est quant à elle la figure de la jalousie féminine. Elle provoque la jalousie dévorante d’Archimbaut car elle-même est dévorée par elle à cause des attentions du roi envers Flamenca. Voir par exemple le présent des deux bécasses pouvant être vu comme un signe annonçant le toucher du sein de Flamenca par le roi (ibid., p. 668, vv. 458-461 ; p. 692, vv. 937-942 ; p. 694, vv. 977-987). Sur les rapports entre la reine et Archimbaut, voir K. Bernard, « Les motifs de la “science” divinatoire ». Sur l’identité de la reine, voir L. Lazzerini, « Une jalousie particulière : la “reina de Fransa” », pp. 47-57.

26 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, p. 690, vv. 911-917. Il faut noter le contraste entre la délicatesse de ce repas et le comportement des jaloux (ibid., p. 692, vv. 935-951).

27 Voir les propos vindicatifs des dames à l’annonce trop précoce du repas (ibid., pp. 690-692, vv. 918-926).

28 Ibid., pp. 694-696, vv. 993-1000.

29 Ibid., pp. 714-716, vv. 1384-1392.

30 À l’exception d’une seule fois. Voir note 38.

31 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, p. 718, vv. 1449-1456. On observe le même processus de dévoration du temps lorsqu’il permet aux demoiselles de se baigner (voir ibid., pp. 720-722, vv. 1495-1527).

32 Ibid., p. 744, vv. 1936-1952.

33 Voir K. Bernard, « Le morcellement du corps de la dame ».

34 R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, pp. 876-878, vv. 4529-4536.

35 Ibid., p. 880, vv. 4580-4584.

36 Voir également ibid., pp. 934-936, vv. 5649-5691.

37 Ibid., p. 958, vv. 6082-6083.

38 Flamenca acceptera cette seule fois de manger pour l’amour d’Archimbaut car, à ce stade, feindre la maladie n’est pas suffisant pour qu’il la laisse aller aux bains : elle cède alors à son chantage pour aller rejoindre Guillem le lendemain et se donner entièrement à lui. Dans ce passage, la relation triangulaire prend la forme d’un trafic de chair. Flamenca accepte d’ingérer la chère d’Archimbaut en feignant de le faire par amour pour lui afin de mieux goûter les plaisirs de la chair avec Guillem le lendemain (ibid., p. 970, vv. 6321-6328).

39 Elle répond à Alis par des jeux de mots liant la nourriture et ses jeux sensuels avec Guillem (voir ibid., p. 958, vv. 6082-6102).

40 Ibid., pp. 960-962, vv. 6141-6161.

41 Ibid., p. 988, vv. 6685-6690.

42 Ibid., pp. 990-992, vv. 6713-6731.

43 Ibid., p. 712, vv. 1337-1342.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search