Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

Résumés

Résumés

Texte intégral

Pascale Goetschel

Les politiques culturelles : un champ neuf pour lhistoire culturelle ?

Au croisement de l’histoire politique étudiant les acteurs, les processus de décision et les champs d’exercice du pouvoir et de l’histoire culturelle par l’objet même de son étude, l’étude des politiques culturelles permet de nourrir une réflexion de type méthodologique et épistémologique sur la pratique de l’histoire culturelle en France. Après avoir dressé un bilan des acquis de la recherche en matière de terrains défrichés et esquissé les orientations récentes de la recherche en cours, l’auteur propose un retour sur le statut de l’histoire des politiques culturelles en montrant comment, en France, celle-ci renvoie à une histoire ancrée dans le politique. Aussi cette histoire ne doit pas s’enfermer dans la description des processus administratifs mais accepter d’être au croisement de regards politiques, sociaux, économiques et des sensibilités qui traduisent une certaine conception de la culture, empreinte de son temps et contribuant à lui donner sa singularité.

 

Michel Leymarie

L’histoire des intellectuels aujourdhui

L’histoire récente des intellectuels en France se fait dans une conjoncture particulière et durable : celle de la fin proclamée des intellectuels. Depuis près d’un quart de siècle, cette thématique hante les débats invitant ainsi à revisiter les traditions françaises à la lumière d’un réinvestissement des polémiques et des héritages. Ce développement concomittant de la discipline historique qui s’occupe des intellectuels et de l’étiolement de leur figure sociale ne peut manquer d’avoir des répercussions méthodologiques qui cependant ont favorisé l’éclosion de nouveaux champs de recherches investis par de jeunes chercheurs, mouvement qui prouve que le chantier de l’histoire des intellectuels reste largement fécond. Enfin, la comparaison avec les autres traditions nationales permet de commencer à dessiner un espace unifié de recherches européennes.

 

Jean-Yves Mollier

La lecture et le monde de lédition dans lespace francophone

Le rappel de la généalogie de l’histoire de la lecture et de la consolidation progressive de l’enquête historique autour du monde du livre et de l’imprimé permet de rendre compte des inflexions et des enrichissements problématiques qui ont marqué ce champ historiographique depuis un bon demi-siècle. L’intérêt pour la diversité des pratiques de lecture en fonction des milieux sociaux, des régions, des traditions spirituelles et politiques a considérablement renouvelé une approche purement quantitative. Elle permet aussi de réinvestir le continent éditorial en en montrant toutes les coordonnées économiques et sociales, mais aussi politiques et culturelles. Si ce domaine de l’histoire culturelle jouit d’une solide tradition historiographique faite de résultats exemplaires, il n’en demeure pas moins un champ où des enquêtes novatrices peuvent encore voir le jour.

 

José Carlos Mainer

Vers une nouvelle histoire littéraire entre livres et lecture

La communication présente la constitution de l’histoire littéraire nationale espagnole qui est l’héritage intellectuel d’un dix-neuvième et d’un vingtième siècles avides de taxonomie et de clarifications chronologiques. Malgré toutes les remises en cause partielles que l’on peut apporter à ce « canon littéraire » tel qu’il s’est progressivement construit, il a légué un acquis décisif : la volonté de faire reposer le texte littéraire sur sa matérialité et sa lecture, c’est-à-dire dans sa complexité créatrice et réceptrice. Les renouvellements méthodologiques initiés dans les années 1970, dans un contexte d’explosion démographique universitaire tant dans le monde étudiant que parmi les enseignants, ont à la fois renforcé la tradition philologique historique de tendance positiviste et nationaliste mais ils ont aussi ouvert la voie à l’accueil de nouveaux concepts, dont certains sont venus des Cultural Studies nord-américaines. Depuis une vingtaine d’années, la richesse des enquêtes fondées sur l’étude du texte et du livre ont donné à l’histoire littéraire produite en Espagne une qualité exceptionnelle que confirme la consolidation de l’histoire de l’édition.

 

Laurence Bertrand Dorléac

L’histoire de lart ou léloge de la faiblesse

Si l’histoire de l’art est d’emblée une histoire culturelle qui pose d’entrée de jeu les questions de réception et de fonction psychique, sociale, politique, anthropologique, religieuse, économique, a-t-elle pour autant embrassé tous ces champs ? Le rappel de sa généalogie, de ses traditions et de ses écoles permet de prendre la mesure de son enrichissement conceptuel et méthodologique. L’histoire de l’art est devenue progressivement un vaste territoire qui s’est étendu et complexifié, avec de nouvelles institutions et de nouvelles pratiques moins aristocratiques que celles qui marquèrent l’origine de la discipline. Il faut en prendre acte et tisser des liens entre l’histoire, l’histoire culturelle et l’histoire de l’art en veillant à ne pas développer une concurrence d’impérialismes qui conduirait, par réaction, les historiens de l’art à se replier sur un pré-carré inutilement balisé de manière trop rigide.

 

Javier González de Durana

L’histoire de lart dans l’Espagne récente : méthodes, thèmes et tendances de ces dernières années

La lente institutionnalisation de la discipline, la faiblesse des musées et les divisions idéologiques et culturelles ont contribué à fragiliser la constitution de l’histoire de l’art en Espagne. Mais, après une étape marquée par le positivisme et le besoin de cataloguer les œuvres, l’histoire de l’art a été profondément réinvestie. On doit à des précurseurs, devenus chefs d’école, d’avoir ouvert de nouvelles pistes thématiques et méthodologiques. La floraison de musées a permis la multiplication d’expositions importantes qui enrichissaient le corpus de cette histoire de l’art espagnol. Faire un bilan de l’historiographie actuelle conduit d’abord à constater la pluralité des voies explorées, à souligner ensuite les enjeux idéologiques, historiques et identitaires de l’histoire de l’art — accent mis sur les avant-gardes, instrumentalisations nationalistes ou politique étatique de synthèse — pour constater la richesse des productions actuelles qui embrassent à la fois toute l’échelle chronologique et la variété des manifestations de l’art dans ses productions et dans sa réception socio-culturelle.

 

Dominique Poulot

L’historiographie du patrimoine dans la France contemporaine

Au cours de la dernière génération, le patrimoine a été marqué par le passage d’une défense des monuments historiques à une perspective plus ample où, au nom d’une politique de développement culturel, la notion de patrimoine s’est étendue au monde de l’architecture et de l’urbanisme, celui des musées et de l’ethnologie, celui des archives et des mémoires. Le patrimoine « infuse » dans tout l’espace social. Retracer cette évolution oblige à repartir de la naissance de la prise en compte du patrimoine dans la France du xixe siècle marquée par l’effroi devant le vandalisme révolutionnaire. L’implication de l’État dans cette naissance constitue une spécificité française dont témoigne une historiographie administrative abondante, encouragée par la prise en charge par les institutions elles-mêmes de leur propre histoire. Celle-ci est maintenant entrée en dialogue avec le foisonnement des associations qui permet une approche d’histoire culturelle en reliant les acteurs administratifs et locaux, en insistant sur la dimension sociologique de ces phénomènes, en s’interrogeant enfin sur la réception de ces actions dans une société française en mutation.

 

Christian Delporte

Médias et histoire culturelle

Historiographie récente, l’histoire des médias possède sa légitimité propre au sein d’un monde contemporain habité, sinon structuré, par la puissance des supports médiatiques, de leurs réseaux, leurs interactions, leurs évolutions techniques. Si les médias imprègnent, irradient, cristallisent la société, éclairent et pèsent sur les comportements collectifs, l’étude de la « culture médiatique » s’impose à l’historien contemporanéiste. Pour ce faire, il faut en maîtriser l’histoire économique, politique et sociale qui sous-tend la production des discours médiatiques. Les enjeux qui attendent les historiens tiennent sans doute à l’élargissement de leur cadre géographique qui doit impérativement devenir international à l’heure où la circulation des informations est une donnée structurelle des médias. Chantier d’histoire comparée, d’histoire des circulations médiatiques et d’histoire interculturelle : l’histoire des médias est de plain-pied dans l’histoire culturelle.

 

María Antonia Paz

Médias et culture en Espagne

Secteur relativement récent de l’historiographie espagnole, l’histoire des médias présente en outre une singularité institutionnelle : elle se fait à la fois dans les facultés d’histoire et dans les facultés des Sciences de l’Information et de la Communication (qui forment aux métiers des médias, à commencer par ceux du journalisme). La trajectoire de ce champ est celle d’un enrichissement thématique — des monographies sur la presse à l’histoire des nouveaux supports technologiques (Internet) en passant par celle de la radio, du cinéma, de la télévision, de la publicité et de la propagande — parallèle à un renouvellement en profondeur des problématiques. L’étude des contenus n’épuise pas le sujet et l’on s’est intéressé aux structures entrepreneuriales, aux enjeux de la réception, aux significations de la notion de « culture de masse », aux valeurs revendiquées par les médias et à la manière dont ceux-ci les transforment. Aussi le bilan historiographique laisse-t-il apparaître à la fois des acquis remarquables — par exemple dans le domaine de l’histoire de la presse — et des promesses à confirmer — pour l’histoire du cinéma ou des nouveaux supports technologiques.

 

François Chaubet

La notion de transfert culturel dans lhistoire culturelle

Les travaux consacrés aux transferts culturels étudient les interrelations, les complexes processus d’imbrication entre ensembles culturels non comme des déplacements de concepts, de percepts, de matériaux intellectuels mais comme des adaptations dans des configurations locales précises. Cette nouvelle démarche culturelle en histoire permet de dépasser les vieux partis pris méthodologiques et idéologiques qui stipulaient l’existence d’une universalisme abstrait de la communication ou, au contraire, l’étanchéité rigoureuse des cultures et des savoirs. L’histoire semble ainsi s’approprier une thématique des acculturations et des métissages qui se trouvent au cœur de l’anthropologie. Concrètement, ce sont les études pionnières sur les relations franco-allemandes au xixe siècle qui générèrent ce vaste mouvement historiographique qui s’empara ensuite des relations franco-américaines dans la seconde moitié du xxe siècle. L’examen des acquis historiographiques de la recherche actuelle et les conséquences méthodologiques et épistémologiques de ces démarches constituent les deux autres volets de cet article.

 

Antonio Niño

Relations et ttransferts culturels internationaux

L’étude des relations et des transferts culturels internationaux participe d’un renouvellement de l’histoire diplomatique fondé sur une relecture de la notion de culture. Le rejet de la conception essentialiste de la culture conduit à voir en elle une construction plus ou moins structurée. Trois niveaux d’influences et d’échanges semblent pouvoir être distingués : le niveau local et domestique qui renvoit alors à l’étude des transferts et échanges culturels provoqués par les déplacements de populations (exode rural, flux migratoires) ; le niveau du marché qui amène à étudier les échanges de biens culturels sous leurs différentes modalités (de l’expansionnisme au colonialisme, de l’influence par la domination linguistique et technique à la maîtrise des normes) ; le niveau des relations culturelles extérieures qui concentre l’attention des chercheurs sur le développement de la « diplomatie culturelle » au xxe siècle. C’est donc à une mobilisation des méthodes et des apports épistémologiques de l’anthropologie, de l’histoire politique, économique, sociale qu’est appelée l’histoire des transferts culturels.

 

Serge Berstein

Les cultures politiques

La mise à jour de la notion de culture politique procède d’une volonté de mieux saisir l’acte politique par une approche qui tienne compte de sa complexité. Il existe une grille de lecture, un ensemble de représentations, porteuses de normes et de valeurs qui parcourent les familles idéologiques et définissent les traditions politiques. Ce concept permet à l’historien de se situer au croisement des comportements individuels et des attitudes collectives. Loin de se substituer aux autres modèles explicatifs de la vie politique, l’étude des cultures politiques prétend enrichir l’analyse historique et permet d’éclairer la vie politique à partir d’une approche temporelle qui privilégie la longue durée des traditions culturelles.

 

Ismael Saz

Histoire des cultures politiques en Espagne (et létrange cas du « nationalisme espagnol »)

Après avoir retracé à grands traits la genèse du concept de culture politique dans sa version anglo-saxonne comme dans sa version française, l’auteur montre comment il a été adopté en Espagne dans le contexte très précis de la transition du franquisme à la démocratie (décennie 1970) grâce notamment aux sociologues dont les premières enquêtes sur le sujet furent empiriques. Cependant, la grande plasticité du concept a eu pour effet de le transformer en une sorte de « joker historiographique » à la mode ou en substitut de la notion traditionnelle d’idéologie. Pour autant, la fécondité du concept et sa réception en Espagne peuvent être évaluées à la lumière des études récentes qui renouvellent l’approche du libéralisme et des républicanismes. En revanche, l’étude des familles et traditions des organisations ouvrières, selon cet angle de vue, reste à faire à quelques exceptions près. Enfin, l’examen des difficultés méthodologiques et épistémologiques que pose la question des nationalismes espagnols est proposé comme étude de cas afin de montrer comment la notion de culture politique peut introduire de la clarification dans un sujet délicat et quels défis historiographiques (étude des sociabilités, des langages, des changements sociaux) elle demande à relever.

 

Pablo Pérez López

Religion et culture dans lhistoriographie espagnole

Le traitement du thème religieux dans l’historiographie de l’Espagne contemporaine fait apparaître trois spécificités structurantes : 1) l’écrasante domination historique et sociologique du catholicisme ; 2) le lien entre histoire religieuse et histoire politique ; 3) l’opposition forte entre histoire ecclésiastique faite au sein de l’Église et histoire « laïque » du fait religieux, réduite à la portion congrue dans les universités. Or, cette situation, en dépit des travaux et des acquis, semble aboutir à une impasse. Plusieurs postulats s’affrontent (les catholiques comme éléments moteurs des forces réactionnaires antilibérales, la sécularisation comme libération ou au contraire décadence) qui renvoient à des luttes idéologiques fortes autour de l’identité de l’Espagne. Ainsi, ce n’est que par une réflexion renouvelée de l’articulation entre foi et culture et de la dialectique entre rationalité scientifique et expérience religieuse qu’on peut espérer réinvestir l’histoire religieuse en la renouvelant par un renversement épistémologique : plutôt que de partir de l’Église et des catholiques, il s’agirait de comprendre comment dans la culture espagnole se manifeste la dimension catholique que celle-ci soit le fruit d’actions institutionnelles ou d’initiatives individuelles ou collectives qui renvoient alors à une perception du monde structuré par le noyau de la foi.

 

Christian Amalvi

Identité nationale et histoire

Identité nationale et histoire forment en France, depuis l’époque romantique, un couple indissociable dont la force vient sans doute de ce que les Français s’attachent à reconstruire dans le passé une unité qui efface le traumatisme des divisions politiques du présent. L’article rappelle d’abord le statut de l’histoire universitaire au mitan des années soixante avant d’analyser l’évolution de la profession d’historien et son immersion de plus en plus profonde dans une position experte visant à éclairer l’opinion dans les crises de mémoire que traverse la communauté nationale. L’examen des raisons de cette métamorphose et de ses effets sur l’identité nationale vient clore la démarche.

 

Benoît Pellistrandi

Histoire et identité nationale en Espagne

Les représentations du passé national et les réflexions sur l’identité espagnole agissent sur les discours politiques, de même que ceux-ci contaminent ces représentations. Il existe donc bien un champ que l’histoire culturelle est appelée à couvrir pour rendre compte non seulement de l’émanation de ces problèmes identitaires mais aussi pour explorer comment les mises en forme du passé se sont effectuées et essayer de comprendre leur fortune inégale. Le caractère inachevé de l’héritage nationaliste et historiographique du xixe siècle explique l’éclatement du discours au cours du premier tiers du xxe siècle tandis que les concurrences politiques investissent amplement la représentation du passé pour en faire un enjeu idéologique. Le franquisme triomphant, travaillé de l’intérieur et de l’extérieur, ne lèguera pas de vision consensuelle. En revanche, la méditation de l’histoire espagnole aidera à l’émergence d’une volonté nouvelle qui inspirera les hommes de la transition démocratique.

 

Stéphane Audoin-Rouzeau

Les cultures de guerre

L’objet de cet article est de répondre à la question suivante : le détour problématique par la notion de « culture de guerre » permettrait-il de mieux saisir — au sens des sciences humaines et sociales — le phénomène guerrier occidental du xxe siècle ? Issue d’un effort historique et muséal de type international et collectif, mené à partir des années 1980-1990, la notion de culture de guerre s’entend comme le champ des représentations de la guerre forgées par les contemporains, pendant la guerre d’abord et après celle-ci ensuite. Elle est née d’une réflexion sur les « objets matériels » de la guerre — qui entraient au musée, notamment l’Historial de la Grande Guerre de Péronne — et qui obligeaient les historiens à un déchiffrage des pratiques matérielles et de leur signification anthropologique. En ce sens, la notion sert de détour problématique permettant de « relire » le conflit de 1914-1918. C’est à une nouvelle intelligibilité du conflit que visait l’élaboration du concept. Sa fortune et sa réception ont été largement positives et elle a débordé son objet premier qu’était la Première guerre mondiale. Mais l’évaluation de ses acquis se fera avec le temps et dans une approche comparatiste approfondie.

 

Eduardo González Calleja

La « culture de guerre » : État de la question en Espagne

Le champ ouvert par la notion de « culture de guerre » demeure marqué en Espagne — et malgré la présence et l’importance de la guerre dans l’histoire contemporaine du pays — par une grande hétérogénéité historiographique. Les concepts « d’expérience de guerre », de « brutalisation des sociétés », « d’image de l’ennemi » ou la gestion de la mémoire collective demeurent des importations méthodologiques qui expliquent la structure de cette communication. Une première partie explore la genèse et la signification de ce concept de culture de guerre. Une seconde partie aborde le rôle de la guerre dans la construction des sujets collectifs en Espagne. La notion de brutalisation sert de fil directeur à un troisième temps tandis que les enjeux de la mémoire collective sont examinés en fin de parcours. En effet, ce réinvestissement de la mémoire s’opère selon deux tendances divergentes — d’une part, le mouvement associatif qui relève de la démarche locale et de la protestation politique, d’autre part un mouvement historiographique de réinscription des questions mémorielles dans le débat politique national —, divergence qu’éclairent les notions de culture de guerre et de culture politique.

 

Patrick Cabanel

Culture nationale et cultures régionales en France

L’observation des processus historiques ne permet pas aisément de respecter la règle qui veut qu’une démonstration s’organise en trois temps : thèse, antithèse, synthèse. Ce mouvement n’est peut-être pas la plus mauvaise manière d’aborder la dialiectique entre culture nationale et cultures régionales en France, de la fin du xviiie siècle à nos jours. La thèse — l’inculcation réussie d’une culture nationale — tient dans la conception jacobine de l’unité en France. Les antithèses — qui font de la culture nationale inachevée une culture mortifère — renvoient à des condamnations régionalistes d’extrême droite (maurrassienne) puis d’extrême gauche (à partir des années 1960) ainsi qu’à l’historiographie révisionniste d’un E. Weber ciblant les retards de la nationalisation dans une France bruissant de patois et de mesures anciennes. La synthèse — une culture nationale inclusive — d’emblée exprimée par un Michelet et un Vidal de la Blache a été perdue de vue avant qu’une nouvelle génération historiographique n’en retrouve le sens.

 

Josep María Fradera

Niveaux de culture : « cultures nationales » et régionalisme culturel

L’exemple espagnol invalide toute approche qui tenterait de faire des cultures régionales un sous-ensemble d’une culture nationale. La pluralité des centres révolutionnaires qui animèrent la transition de l’Ancien Régime au libéralisme (y compris outre-mer) se heurte à l’effort centralisateur du pouvoir et en explique ses limitations et ses faiblesses. Dans cette entreprise centralisatrice, une politique culturelle étatique tenta de créer une « culture nationale » qui n’était autre qu’une « culture officielle » mais qui ne pouvait épuiser les autres formes de culture. L’exemple catalan permet d’approfondir la problématique de l’articulation des niveaux de culture. La culture régionale catalane participe pleinement des bouleversements culturels du xixe siècle et elle est moins régionale que travaillée par une tension entre libéralisme, progrès économiques et transformations sociales. À la fin du siècle, elle se pense en culture nationale en raison des dynamiques espagnoles et du tournant qui tend à confondre culture nationale espagnole et culture castillane. Ainsi les notions de culture régionale et de culture nationale doivent-elles faire l’objet d’une approche systémique pour échapper à leur instrumentalisation politique qui les transforme en cultures officielles dont l’écho et l’évaluation sont quasiment impossibles à mesurer dans l’Espagne du xixe siècle et du début xxe.

 

Jean-François Sirinelli

Culture de masse

Si, contrairement à d’autres sciences sociales, l’histoire a accusé un indéniable retard pour appréhender et analyser les processus de massification des pratiques culturelles, le « gap historiographique » est en passe d’être comblé. Le travail sur la définition de la notion a été redoutablement difficile tant la culture de masse naît à la fois d’une massification des productions, des vecteurs et des pratiques transformant celle-ci en objet caméléon. Tenir l’amont (les productions) et l’aval (les perceptions, les sensibilités, les représentations collectives) devient le défi de l’historien de la culture de masse. De plus, cette démarche doit s’inscrire dans une chronologie qui embrasse les xixe et xxe siècles mais selon des modalités, des rythmes et des phases qu’il faut clairement identifier. L’historien, en réalité, découvre un avènement progressif d’une « culture-monde » qui est une seconde étape dans le processus de globalisation de la planète, après la phase économique et culturelle enclenchée à la fin du Moyen Âge. Ce mouvement de dilatation et de prolifération de la culture de masse au long du second xxe siècle constitue donc un objet d’histoire difficilement contournable.

 

Juan Francisco Fuentes

La culture de masse en Espagne

L’étude de la culture de masse repose sur plusieurs difficultés épistémologiques qu’on pourrait, pour le cas espagnol, symboliser par l’opposition entre José Ortega y Gasset, contempteur des masses dès 1930, et Antonio Machado, chantre du peuple créateur de culture. L’émergence de la notion n’échappe pas à des contextes idéologiques changeants : dans les années 1960, la culture de masse est pour des sociologues et des écrivains qui s’y intéressent un des instruments de « l’impérialisme yankee », alors que dans les années 1980 des intellectuels espagnols célèbrent l’hédonisme que cette culture de masse propose. À cela s’ajoute, bien entendu, l’enrichissement des supports culturels : le cinéma, puis la télévision qui modifient l’appréhension traditionnelle des phénomènes culturels. Mais ces débats peuvent masquer la genèse sociale, économique et politique de la culture de masse et donc son contenu. Une étude attentive montre combien les avant-gardes des années 1920 avaient décelé la force d’attraction sociale du cinéma et du sport ainsi que les changements de goûts et de pratiques qu’ils entraînaient, tandis que les historiens voient dans l’avènement d’une culture de masse le basculement d’un monde rural à un monde urbain et industriel. Cette pluralité d’approches indique combien la culture de masse doit être étudiée dans sa polysémie et dans sa chronologie propre au cas espagnol.

 

Claire Andrieu

L’usage de lhistoire dans le débat public en France

Un double mouvement caractérise l’usage de l’histoire dans le débat public français. On voit se développer à la fois des usages publics de l’histoire tandis que la culture historique semble comme évacuée de l’espace public. Le premier mouvement répond à des demandes mémorielles liées aux bouleversements politiques et sociaux subis par la société française depuis 1960 (fin de l’empire colonial, accélération puis chute de la croissance économique, disparition de l’identité rurale du pays, explosion et échos de Mai 1968, mutations géopolitiques d’après 1989…). Le second phénomème doit beaucoup au développement d’une pensée politique fondée sur l’expertise technocratique, l’autorité de l’économie, le choix de la construction européenne. Ces nouvelles orientations ne privilégient plus le rapport à l’histoire, assez vite considérée comme un héritage patrimonial. C’est dans cette bipolarité contradictoire que l’histoire se fraye aujourd’hui un chemin en France.

 

Benoît Pellistrandi

L’usage de lhistoire dans le débat public en Espagne

L’identité nationale en Espagne n’est pas l’objet d’un consensus. Au contraire, la division et le conflit courent le long des lignes de partage de conceptions divergentes et concurrentes. Cette lecture débouche obligatoirement sur les aspects culturels des enjeux. C’est effectivement sur ce plan-là que le conflit est le plus significatif et qu’il révèle les idéologies mobilisées, les représentations forgées et les symboles instrumentalisés. Si la société espagnole contemporaine a donné des signes de son goût pour l’histoire comme pratique culturelle, ses divisions politiques l’ont conduit à instrumentaliser l’histoire, devenue objet de débats politiques où s’expriment à la fois des frustrations liées à la Guerre civile et à la longue dictature franquiste comme la volonté d’une société pleinement démocratique de regarder son passé le plus objectivement — sereinement ? — possible.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search