Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

III. L’histoire culturelle au présent

La société espagnole entre conflit et sensibilité à l’histoire

Benoît Pellistrandi

Résumé

L’identité nationale en Espagne n’est pas l’objet d’un consensus. Au contraire, la division et le conflit courent le long des lignes de partage de conceptions divergentes et concurrentes. Cette lecture débouche obligatoirement sur les aspects culturels des enjeux. C’est effectivement sur ce plan-là que le conflit est le plus significatif et qu’il révèle les idéologies mobilisées, les représentations forgées et les symboles instrumentalisés. Si la société espagnole contemporaine a donné des signes de son goût pour l’histoire comme pratique culturelle, ses divisions politiques l’ont conduit à instrumentaliser l’histoire, devenue objet de débats politiques où s’expriment à la fois des frustrations liées à la Guerre civile et à la longue dictature franquiste comme la volonté d’une société pleinement démocratique de regarder son passé le plus objectivement — sereinement ? — possible.

Texte intégral

  • 1 Bien que ce texte s’insère dans les actes d’un colloque qui s’est tenu en juin 2005 à Madrid, nous (...)

1C’est nuitamment, en juin 2005, que le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero a procédé au déboulonnage et au retrait de la statue équestre de Franco qui, place San Juan de la Cruz à Madrid, se dressait encore trente ans après la mort du dictateur. L’opération suscita une polémique dont le cadre général est relativement simple : ces mesures servent-elles la concorde civile ? Faut-il réveiller des passions apaisées ? Le temps est-il venu, au contraire, d’expurger de la mémoire officielle les restes du franquisme ? Si le clivage gauche-droite se retrouve aisément dans cette discussion, force est de constater qu’il ne peut constituer la seule grille de lecture de cette polémique qui vient de marquer en profondeur la société espagnole1. La Guerre civile, même si elle constitue le cœur de l’enjeu de mémoire, n’est pas l’unique objet du débat historique. Querelles de statues toujours : en août 2005, la directrice de la Bibliothèque nationale, Rosa Regàs, entend déplacer la statue de Marcelino Menéndez Pelayo (1856-1912) qui se trouve dans le vestibule du bâtiment au centre de Madrid. L’homme incarne en effet la tradition intellectuelle catholique et conservatrice dont s’inspira, en l’instrumentalisant, le régime franquiste. Mais cette statue, antérieure à 1939, avait été placée pour honorer l’ancien directeur de la Bibliothèque nationale qu’il avait été. Le conflit symbolique tourna au désavantage de la fougueuse et engagée directrice qui dut abandonner son projet. L’anecdote en dit assez long sur l’exaspération symbolique qui a commencé de saisir l’Espagne depuis une dizaine d’années et qui semble avoir réactivé le mythe et la réalité des « deux Espagnes ». La société espagnole contemporaine est travaillée encore par la relation conflictuelle à sa mémoire nationale et collective. La question qui se pose est de savoir si cela empêche ou pénalise une évidente sensibilité à l’histoire.

Le goût de l’histoire

2L’identité nationale en Espagne n’est pas l’objet d’un consensus. Au contraire, la division et le conflit courent le long des lignes de partage de conceptions divergentes et concurrentes. Elles ouvrent grand le champ de l’enquête historique permettant en premier lieu une lecture politique dans laquelle les divers projets « nationalisateurs » et les identités collectives plurielles sont analysés. Cette lecture débouche obligatoirement sur les aspects culturels des enjeux. C’est effectivement sur ce plan là que le conflit est le plus significatif et qu’il révèle les idéologies mobilisées, les représentations forgées et les symboles instrumentalisés.

  • 2 J. S. Pérez Garzón (dir.), La gestión de la memoria.

3Dans une étude collective décapante et partisane, Juan Sisinio Pérez Garzón prétend démontrer comment l’histoire de l’Espagne a été mise au service du pouvoir quel qu’il soit et que les historiens doivent s’attacher à « déconstruire la tradition de nationalisme romantique qui affecte tant l’Espagnol, que le Catalan, le Basque, l’Estremègne ou le Cantabre »2. Il montre comment l’historien peut lui-même mettre fin aux représentations artificielles qui idéalisent le passé. Rappelant les travaux récents des historiens économistes et ceux de Juan Pablo Fusi et Jordi Palafox qui, en 1996, publièrent une Historia de España. El desafio de la modernidad dans laquelle ils défendaient la thèse de la « normalité » de l’histoire espagnole, J. S. Pérez Garzón appelle à l’abandon de tout l’environnement métaphysique ou philosophique qui a si durablement entouré l’écriture de l’histoire nationale.

  • 3 Des historiens de l’édition pourraient sans doute tracer ici un parallèle avec ce qui se passa dans (...)

4En dépit de l’absence de consensus sur « le récit national » — ce qui rendrait l’écriture d’un pendant espagnol du volume des Lieux de mémoire, intitulé Les Espagne, conflits et partages fort possible et même éminemment désirable —, la société espagnole entretient avec son histoire une relation forte qui marque aujourd’hui la réalité de sa vie culturelle. On en a eu une éclatante démonstration avec la fièvre des commémorations qui a pris l’Espagne à partir de 1988 (le gouvernement socialiste de Felipe González célébra alors avec faste le bicentenaire de la mort de Charles III, présenté comme un roi modernisateur et éclairé. Le parallèle avec le gouvernement d’alors était plus que recherché !) pour ne plus l’abandonner. Qu’on en juge : apogée avec 1992 et le cinquième centenaire de l’aventure de Christophe Colomb qui assignait à l’Espagne une place dominante dans le monde ; 1998, quatrième centenaire de la mort de Philippe II et 2000, cinquième centenaire de la naissance de Charles Quint. Les gouvernements successifs ont appuyé puissamment, et avec beaucoup d’argent, les manifestations diverses qui rythmaient les commémorations (expositions, colloques, concerts). Des succès inattendus de librairie ont démontré l’étonnante vitalité de la biographie historique : en 1998, Manuel Fernández Álvarez vendra plusieurs centaines de milliers d’exemplaires de sa biographie de Philippe II. En 2000, son Charles Quint pulvérisait son précédent et tout récent record. Lancé en si bon chemin, il signa un Jeanne la Folle et d’autres titres vendus là encore à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. L’histoire était à la mode. Et quelle histoire ? L’histoire la plus traditionnelle, l’histoire récit, celle des rois et des princes, des batailles et des traités de paix, des successions et des amours royales ! Quant à la continuité de l’histoire espagnole, elle était affirmée avec force par un historien parvenu au sommet de sa carrière et au terme de sa vie, un historien qui revendiquait le droit d’écrire une histoire de l’Espagne des origines à nos jours : Antonio Domínguez Ortiz publiait en 2000, chez la jeune maison d’édition Marcial Pons España, tres milenios de historia. Ce fut un succès énorme : plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires vendus qui contribuèrent à asseoir la collection d’ouvrages historiques chez Marcial Pons, devenu depuis l’un des principaux et meilleurs éditeurs d’histoire3.

5Dans ces même années, la communauté des historiens de l’université était traversée par un débat lié à la place et au statut des humanités dans le plan national élaboré par le gouvernement du Parti Populaire. Toutes sortes de propositions furent élaborées et défendues. Elles montrent au moins que l’histoire continue d’avoir sa place dans le débat culturel et que sa définition suscite toujours les passions.

  • 4 On se reportera à notre contribution dans ce volume, « Histoire et identité nationale en Espagne ».

6Le cas espagnol se distingue-t-il beaucoup d’autres exemples européens. Nous avons insisté sur la présence du conflit au cœur des définitions nationales. Nous avons souligné la prégnance d’un substrat métaphysique et philosophique qui a marqué l’historiographie espagnole et la mise en forme de l’identité nationale4.

7Or, au-delà de cette idiosyncrasie espagnole, il convient de souligner l’inévitable nationalisme de proximité qui habite toute communauté nationale et dont l’Espagne apporte, comme les autres exemples européens, une illustration. Dans l’enquête pilotée par Jean-Noël Jeanneney et Philippe Joutard sur Du bon usage des grands hommes en Europe, des sondages ont été commandés en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie, en Pologne et en Espagne. À la question « quel est ou quels sont le personnage ou les personnages qui vous semblent représenter le mieux l’identité européenne ? », les Espagnols citent en premier Miguel de Cervantès (19 %), en deuxième Christophe Colomb et Léonard de Vinci (16 %) à égalité. Le podium français est occupé par Christophe Colomb et Charlemagne à égalité (36 %), Léonard de Vinci en troisième (35 %). Le classement italien place en premier Léonard de Vinci (32 %), en deuxième Dante (25 %) et en troisième François d’Assise (24 %). Cette manie du classement et du hit-parade historique en dit plus sur notre obsession du sondage que sur notre conscience nationale mais elle exprime assez bien l’humeur d’une société et ses sensibilités aux images du passé. En ce sens, ces sondages révèlent un état des représentations culturelles du passé national. Et pour qui parcourait en 2005 les rues de Madrid, regardait la télévision espagnole, flânait dans les librairies, il n’était pas sans intérêt de constater que la commémoration du quatrième centenaire de la publication du Quichotte entrait bien en consonance avec le panthéon imaginaire des Espagnols. S’agit-il là d’une donnée brute ou au contraire d’un indice des effets d’une construction culturelle qui n’a cessé d’élever le Quichotte en référence identitaire au cours d’aléas littéraires, artistiques ou musicaux dont Jean Canavaggio a retracé la cartographie et l’histoire dans Don Quichotte, du livre au mythe ?

L’histoire, une arme politique

8Tout n’est pas consensuel comme le Quichotte, sans doute parce que la polysémie du roman de Cervantès offre une pluralité de lectures possibles et que du texte ne sont sortis ni sang, ni larmes. L’histoire contemporaine de l’Espagne résonne des cris de Guerre civile, des assassinats politiques, des violences religieuses et des actes terroristes. Là encore, l’Espagne n’est pas un cas isolé : quel pays d’Europe peut prétendre avoir traversé le xxe siècle dans le calme et la tranquillité ? Quel pays peut se vanter, à l’exception de la Grande-Bretagne, de n’avoir pas connu d’épisode dictatorial ? Quel pays peut se targuer d’avoir évité sinon une guerre civile au moins des affrontements politiques violents ? Le cas espagnol n’est singulier que dans ses modalités. Ce sont elles qui resurgissent aujourd’hui et transforment l’histoire en un champ de bataille politique.

  • 5 S. Baby, « Sortir de la guerre civile à retardement », p. 12.

9La transition démocratique a comme « gelé » l’histoire contemporaine. Sur le plan politique, cela correspond au « pacte d’oubli » qui a rendu possible la réintégration de tous les Espagnols (vaincus comme vainqueurs de la guerre) à la vie démocratique, par le biais d’une loi d’amnistie (1976). Le succès de cette transition a validé la démarche. Mais depuis quelques années, un sentiment nouveau est apparu que traduit avec justesse Sophie Baby : « il ne fait aucun doute que le geste de réconciliation mené alors ait engendré de grandes frustrations qui renaissent aujourd’hui »5. C’est la montée de revendications nouvelles qui a conduit à rouvrir l’histoire de la mémoire contemporaine de l’Espagne.

  • 6 O. Schrameck, Mémoires d’alternance.
  • 7 Nous joignons en annexe à ce texte le préambule de la loi d’octobre 2007 qui révèle bien les ambiti (...)

10José Luis Rodríguez Zapatero représente l’illustration typique de ces nouvelles revendications. Né en 1961, ce petit-fils de combattant de la Guerre civile ne cesse de revendiquer la mémoire de son grand-père, un officier de l’armée qui a choisi le camp républicain et qui a été fusillé par les troupes nationalistes de Franco. Le jeune dirigeant socialiste a placé son engagement politique dans le sillage de l’exemple donné par ce grand-père qu’il n’a pas connu. Il revendique aussi la souffrance de ce deuil, soit pour compatir avec les autres victimes de la guerre ou du terrorisme (et cela ne s’est pas fait sans violentes polémiques), soit pour rappeler la violence de l’affrontement fratricide qu’a vécu l’Espagne. Cette instrumentalisation repose — on ne peut pas ne pas lui concéder cela au risque d’en faire un cynique absolu, hypothèse que l’on écarte totalement pour des raisons de moralité évidentes — sur un désir de relire l’histoire espagnole et de permettre aux vaincus et aux victimes de l’histoire d’y retrouver leur place. Cette position personnelle dont témoigne l’observateur que fut Olivier Schrameck lorsqu’il était ambassadeur de France à Madrid6, rejoint celle des associations de victimes qui, depuis les années 1990, se sont constituées pour recenser et localiser les fosses communes où continuent de reposer sans sépulture des dizaines de milliers de cadavres. Un mouvement social, fondé sur des mémoires locales, veut, tant qu’existent encore les relais de ces mémoires — très concrètement, les personnes âgées qui peuvent encore témoigner de faits, rumeurs ou informations —, rassembler le maximum de données pour éviter que ne sombrent définitivement dans l’oubli ces morts abandonnés. À cet égard, le préambule du texte de loi sur la Mémoire Historique, voté le 31 octobre 2007 par le Parlement espagnol, est significatif. Il insiste sur la mobilisation des administrations pour aider les familles dans la recherche de leurs disparus, « comme ultime témoignage du respect qui leur est dû »7.

11Ce qu’il convient de comprendre c’est que ce mouvement procède à la fois d’une demande sociale et d’acquis historiographiques nouveaux. La Guerre civile ne cesse d’appeler des études qui se complètent ou se contredisent. Une des nouveautés consiste à en étendre le champ chronologique à la répression franquiste. Et c’est sans doute là que la convergence entre mémoire et histoire devient la plus féconde.

  • 8 Voir M. Ortiz Heras, « Memoria social de la guerre civil », p. 3.

12La Guerre civile a toujours été un traumatisme dans la construction de la culture démocratique espagnole. Si le mythe de la croisade pouvait satisfaire le régime franquiste, une fois celui-ci disparu seule une lecture « globale » de la guerre pouvait réconcilier entre eux les Espagnols. Lors du cinquantenaire du début de la guerre en 1986, le Parlement vota un texte consensuel condamnant la guerre mais faisant de tous les combattants des hommes de bonne foi8. Il faudra attendre l’an 2000 pour que, à l’initiative des partis de gauche, le Parlement (dominé alors par le Parti Populaire de droite) vote, à l’unanimité, une condamnation de la dictature franquiste. La nouvelle étape consiste bien à faire de la Guerre civile un événement provoqué par les forces armées déloyales, la droite anti-républicaine et une Église opposée au mouvement de laïcisation de la société. La conjonction de cette revendication avec le retour de la gauche socialiste au pouvoir dans des circonstances exceptionnelles — les élections eurent lieu trois jours après les attentats de Madrid du 11 mars 2004 — ont donné alors au débat historico-mémoriel son caractère d’affrontement qui le caractérise en ce moment. Si consensus il y a pour s’accorder sur la condamnation du franquisme et de son système dictatorial, on est loin en revanche d’un discours commun sur les causes de la guerre d’Espagne. Or l’examen de ces causes demeure un enjeu politique ! L’idée d’une loi de « mémoire historique » repose aussi sur la revendication d’un rétablissement de la mémoire des vaincus qui passe, entre autres, par l’affirmation de l’iniquité de la dictature franquiste. On est finalement assez proche d’autres phénomènes européens — ou français comme le signale Claire Andrieu — de revendications mémorielles de groupes qui s’estiment bafoués, ignorés ou maltraités par l’histoire.

  • 9 À ce jour, 977 martyrs ont été reconnus et béatifiés par l’Église (entre 1987 et 2007). Onze d’entr (...)

13Le réinvestissement de la mémoire de la Guerre, qu’il soit clérical et religieux — on pense ici à la politique de béatification des « martyrs de la persécution religieuse des années 30 », selon l’expression choisie par la Conférence épiscopale espagnole9 — ou qu’il soit républicain — on fait ici référence, entre autres, aux activités de l’Asociación para la recuperación de la memoria histórica — renvoit toujours à des événements douloureux qui mettent en avant des victimes… ce qui, à l’évidence, désigne aussi des bourreaux et des coupables. C’est cette dialectique de la violence civile qui fut celle de la guerre, mais qui fut aussi celle de la répression, qui continue à opposer au travail de mémoire la dure réalité de l’affrontement et du crime de masse.

14L’entrée en résonance de ces débats avec l’actualité politique la plus contemporaine — le débat sur l’approfondissement des statuts d’autonomie des régions, en particulier la Catalogne ; la reprise d’une politique de sécularisation et de laïcisation (mariage homosexuel, révision des règles de financement de l’Église catholique comme de la place de l’enseignement religieux au sein de l’école publique) ; l’affrontement culturel entre la droite et la gauche — semble comme réactiver certains clivages des années 30 où ces thématiques étaient déjà dans l’arène politique. C’est la crispation politique d’un pays où droite et gauche font à peu près jeu égal sur le plan électoral mais avec une géographie très contrastée qui donne aux débats historiques leur écho polémique.

15Suivre l’usage de l’histoire dans le débat public espagnol permettra à l’historien du politique de comprendre la mise en forme culturelle du débat idéologique, la permanence de traditions antagonistes, les représentations de l’Espagne. On retrouve là un terrain commun à nos deux pays.

Bibliographie

Bibliographie

Baby, Sophie, « Sortir de la guerre civile à retardement : le cas espagnol », Histoire @ politique. Politique, culture, société, 3, 2007 (www.histoire-politique.fr).

Canavaggio, Jean, Don Quichotte, du livre au mythe : quatre siècles d’errance, Paris, Fayard, 2005.

Joutard, Philippe et Jeanneney, Jean-Noël (dir.), Du bon usage des grands hommes en Europe, Paris, Perrin, 2003.

Schrameck, Olivier, Mémoire d’alternance : l’Espagne de Zapatero, Paris, Le Seuil, 2005.

Ortiz Heras, Manuel, « Memoria social de la guerra civil », Historia Actual On Line (HAOL), 10, 2006, pp. 179-198.

Pérez Garzón, Juan Sisinio (dir.), La gestión de la memoria : la historia de España al servicio del poder, Barcelone, Crítica, 2000.

Annexes

Annexe. Préambule de la loi dite de Mémoire Historique (octobre 2007)

Exposición de motivos

El espíritu de reconciliación y concordia, y de respeto al pluralismo y a la defensa pacífica de todas las ideas, que guió la Transición, nos permitió dotarnos de una Constitución, la de 1978, que tradujo jurídicamente esa voluntad de reencuentro de los españoles, articulando un Estado social y democrático de derecho con clara vocación integradora.

El espíritu de la Transición da sentido al modelo constitucional de convivencia más fecundo que hayamos disfrutado nunca y explica las diversas medidas y derechos que se han ido reconociendo, desde el origen mismo de todo el período democrático, en favorde las personas que, durante los decenios anteriores a la Constitución, sufrieron las consecuencias de la guerra civil y del régimen dictatorial que la sucedió.

Pese a ese esfuerzo legislativo, quedan aún iniciativas por adoptar para dar cumplida y def initiva respuesta a las demandas de esos ciudadanos, planteadas tanto en el ámbito parlamentario como por distintas asociaciones cívicas. Se trata de peticiones legítimas y justas, que nuestra democracia, apelando de nuevo a su espíritu fundacional de concordia, y en el marco de la Constitución, no puede dejar de atender.

Por ello mismo, esta Ley atiende a lo manifestado por la Comisión Constitucional del Congreso de los Diputados que el 20 de noviembre de 2002 aprobó por unanimidad una Proposición no de Ley en la que el órgano de representación de la ciudadanía reiteraba que « nadie puede sentirse legitimado, como ocurrió en el pasado, para utilizar la violencia con la finalidad de imponer sus convicciones políticas y establecer regímenes totalitarios contrarios a la libertad y dignidad de todos los ciudadanos, lo que merece la condena y repulsa de nuestra sociedad democrática ». La presente Ley asume esta Declaración así como la condena del franquismo contenida en el Informe de la Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa firmado en París el 17 de marzo de 2006 en el que se denunciaron las graves violaciones de Derechos Humanos cometidas en España entre los años 1939 y 1975.

Es la hora, así, de que la democracia española y las generaciones vivas que hoy disfrutan de ella honren y recuperen para siempre a todos los que directamente padecieron las injusticias y agravios producidos, por unos u otros motivos políticos o ideológicos o de creencias religiosas, en aquellos dolorosos períodos de nuestra historia. Desde luego, a quienes perdieron la vida. Con ellos, a sus familias. También a quienes perdieron su libertad, al padecer prisión, deportación, confiscación de sus bienes, trabajos forzosos o internamientos en campos de concentración dentro o fuera de nuestras fronteras. También, en fin, a quienes perdieron la patria al ser empujados a un largo, desgarrador y, en tantos casos, irreversible exilio. Y, por último, a quienes en distintos momentos lucharon por la defensa de los valores democráticos, como los integrantes del Cuerpo de Carabineros, los brigadistas internacionales, los combatientes guerrilleros, cuya rehabilitación fue unánimemente solicitada por el Pleno del Congreso de los Diputados de 16 de mayo de 2001, o los miembros de la Unión Militar Democrática, que se autodisolvió con la celebración de las primeras elecciones democráticas.

En este sentido, la Ley sienta las bases para que los poderes públicos lleven a cabo políticas públicas dirigidas al conocimiento de nuestra historia y al fomento de la memoria democrática.

La presente Ley parte de la consideración de que los diversos aspectos relacionados con la memoria personal y familiar especialmente cuando se han visto afectados por conflictos de carácter público, forman parte del estatuto jurídico de la ciudadanía democrática, y como tales son abordados en el texto. Se reconoce, en este sentido, un derecho individual a la memoria personal y familiar de cada ciudadano, que encuentra su primera manifestación en la Ley en el reconocimiento general que en la misma se proclama en su artículo 2.

En efecto, en dicho precepto se hace una proclamación general del carácter injusto de todas las condenas, sanciones y expresiones de violencia personal producidas, por motivos inequívocamente políticos o ideológicos, durante la Guerra Civil, así como las que, por las mismas razones, tuvieron lugar en la Dictadura posterior.

Esta declaración general, contenida en el artículo 2, se complementa con la previsión de un procedimiento específico para obtener una Declaración personal, de contenido rehabilitador y reparador que se abre como un derecho a todos los perjudicados, y que podrán ejercer ellos mismos o sus familiares.

En el artículo 3 de la Ley se declara la ilegitimidad de los tribunales, jurados u órganos de cualquier naturaleza administrativa creados con vulneración de las más elementales garantías del derecho a un proceso justo, así como la ilegitimidad de las sanciones y condenas de carácter personal impuestas por motivos políticos, ideológicos o de creencias religiosas. Se subraya, así, de forma inequívoca, la carencia actual de vigencia jurídica de aquellas disposiciones y resoluciones contrarias a los derechos humanos y se contribuye a la rehabilitación moral de quienes sufrieron tan injustas sanciones y condenas.

En este sentido, la Ley incluye una disposición derogatoria que, de forma expresa, priva de vigencia jurídica a aquellas normas dictadas bajo la Dictadura manifiestamente represoras y contrarias a los derechos fundamentales con el doble objetivo de proclamar su formal expulsión del ordenamiento jurídico e impedir su invocación por cualquier autoridad administrativa y judicial.

En los artículos 5 a 9 se establece el reconocimiento de diversas mejoras de derechos económicos ya recogidos en nuestro Ordenamiento. En esta misma dirección, se prevé el derecho a una indemnización en favor de todas aquellas personas que perdieron la vida en defensa de la democracia, de la democracia que hoy todos disfrutamos, y que no habían recibido hasta ahora la compensación debida (art. 10).

Se recogen diversos preceptos (arts. 11 a 14) que, atendiendo también en este ámbito una muy legítima demanda de no pocos ciudadanos, que ignoran el paradero de sus familiares, algunos aún en fosas comunes, prevén medidas e instrumentos para que las Administraciones públicas faciliten, a los interesados que lo soliciten, las tareas de localización, y, en su caso, identificación de los desaparecidos, como una última prueba de respeto hacia ellos.

Se establecen, asimismo, una serie de medidas (arts. 15 y 16) en relación con los símbolos y monumentos conmemorativos de la Guerra Civil o de la Dictadura, sustentadas en el principio de evitar toda exaltación de la sublevación militar de la Guerra Civil y de la represión de la Dictadura, en el convencimiento de que los ciudadanos tienen derecho a que así sea, a que los símbolos públicos sean ocasión de encuentro y no de enfrentamiento, ofensa o agravio.

El legislador considera de justicia hacer un doble reconocimiento singularizado. En primer lugar a los voluntarios integrantes de las Brigadas internacionales, a los que se les permitirá acceder a la nacionalidad española sin necesidad de que renuncien a la que ostenten hasta este momento (art. 18) ; y, también, a las asociaciones ciudadanas que se hayan signif icado en la defensa de la dignidad de las víctimas de la violencia política a que se refiere esta Ley (art. 19).

Con el fin de facilitar la recopilación y el derecho de acceso a la información histórica sobre la Guerra Civil, la Ley refuerza el papel del actual Archivo General de la Guerra Civil Española, con sede en Salamanca, integrándolo en el Centro Documental de la Memoria Histórica también con sede en la ciudad de Salamanca, y estableciendo que se le dé traslado de toda la documentación existente en otros centros estatales (arts. 20 a 22).

La presente ley amplía la posibilidad de adquisición de la nacionalidad española a los descendientes hasta el primer grado de quienes hubiesen sido originariamente españoles. Con ello se satisface una legítima pretensión de la emigración española, que incluye singularmente a los descendientes de quienes perdieron la nacionalidad española por el exilio a consecuencia de la Guerra Civil o la Dictadura.

En definitiva, la presente Ley quiere contribuira cerrarheridas todavía abiertas en los españoles y a dar satisfacción a los ciudadanos que sufrieron, directamente o en la persona de sus familiares, las consecuencias de la tragedia de la Guerra Civil o de la represión de la Dictadura. Quiere contribuir a ello desde el pleno convencimiento de que, profundizando de este modo en el espíritu del reencuentro y de la concordia de la Transición, no son sólo esos ciudadanos los que resultan reconocidos y honrados sino también la Democracia española en su conjunto. No es tarea del legislador implantar una determinada memoria colectiva. Pero sí es deber del legislador y cometido de la ley, reparar a las víctimas, consagrar y proteger con el máximo vigor normativo, el derecho a la memoria personal y familiar como expresión de plena ciudadanía democrática, fomentar los valores constitucionales y promover el conocimiento y la ref lexión sobre nuestro pasado, para evitar que se repitan situaciones de intolerancia y violación de derechos humanos como las entonces vividas.

Notes

1 Bien que ce texte s’insère dans les actes d’un colloque qui s’est tenu en juin 2005 à Madrid, nous l’avons rédigé en tenant compte des développements importants qui ont eu lieu depuis et qui ont culminé en octobre 2007 avec le vote par le Parlement espagnol, de la « Loi de Mémoire Historique ».

2 J. S. Pérez Garzón (dir.), La gestión de la memoria.

3 Des historiens de l’édition pourraient sans doute tracer ici un parallèle avec ce qui se passa dans le milieu des années 1970 en France avec la maison d’édition Fayard.

4 On se reportera à notre contribution dans ce volume, « Histoire et identité nationale en Espagne ».

5 S. Baby, « Sortir de la guerre civile à retardement », p. 12.

6 O. Schrameck, Mémoires d’alternance.

7 Nous joignons en annexe à ce texte le préambule de la loi d’octobre 2007 qui révèle bien les ambitions du législateur et le projet social de cette loi de mémoire historique.

8 Voir M. Ortiz Heras, « Memoria social de la guerre civil », p. 3.

9 À ce jour, 977 martyrs ont été reconnus et béatifiés par l’Église (entre 1987 et 2007). Onze d’entre eux ont été canonisés. Le 28 octobre 2007, à Rome, a eu lieu la béatification de 498 martyrs — il s’agit de la plus importante béatification collective de toute l’histoire de l’Église. La concordance de cet événement et du vote, trois jours plus tard, de la « Ley de Memoria Histórica » a illustré de manière particulièrement vive l’opposition entre deux mémoires. La presse de gauche (El País et le groupe Prisa) a vu dans la manœuvre de l’Église une provocation, tandis que la presse de droite (ABC) rappelait que la date choisie par l’Église l’avait été bien avant le choix de l’ordre du jour parlementaire, inspiré par le gouvernement de Zapatero. On le voit, chaque camp se renvoie la responsabilité du télescopage calendaire.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search