Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

III. L’histoire culturelle au présent

L’usage de l’histoire dans le débat public en France

Claire Andrieu

Résumé

Un double mouvement caractérise l’usage de l’histoire dans le débat public français. On voit se développer à la fois des usages publics de l’histoire tandis que la culture historique semble comme évacuée de l’espace public. Le premier mouvement répond à des demandes mémorielles liées aux bouleversements politiques et sociaux subis par la société française depuis 1960 (fin de l’empire colonial, accélération puis chute de la croissance économique, disparition de l’identité rurale du pays, explosion et échos de Mai 1968, mutations géopolitiques d’après 1989…). Le second phénomème doit beaucoup au développement d’une pensée politique fondée sur l’expertise technocratique, l’autorité de l’économie, le choix de la construction européenne. Ces nouvelles orientations ne privilégient plus le rapport à l’histoire, assez vite considérée comme un héritage patrimonial. C’est dans cette bipolarité contradictoire que l’histoire se fraye aujourd’hui un chemin en France.

Texte intégral

1La culture historique est sans doute, en France, la chose du monde la mieux partagée. La place de l’histoire dans l’enseignement secondaire entretient cette situation. Mais, comme le bon sens, la culture historique s’entend de différentes manières, et ceux qui s’en réclament sont loin d’y mettre le même contenu. L’objet de cette étude n’est pas d’examiner les diverses interprétations du passé, ni même la raison de leur persistance malgré le développement continu du savoir historique. On s’interrogera plutôt sur la place de la culture historique, prise globalement, dans le débat public, à l’échelle locale ou nationale. L’analyse portera sur l’histoire contemporaine telle qu’on la définit en France, c’est-à-dire concernant les événements postérieurs à 1789.

2Le sentiment est aujourd’hui répandu, chez les historiens, d’un accroissement rapide de la présence de l’histoire contemporaine dans le débat public. Au lieu de s’en réjouir, ils s’en inquiètent le plus souvent, parce que cette promotion sur la place publique a pour corollaire l’instrumentalisation du passé, sa déformation ou sa simplification au service de causes diverses. Pour l’homme ou la femme de l’art, le dilemme est alors de choisir entre la retraite dans une tour d’ivoire réservée aux pairs et aux disciples, ou de s’engager dans une arène où les protagonistes sont nombreux, parfois puissants, et relativement indifférents aux règles de la discipline historique. Dans cette perspective, la parole de l’historien, placée au même rang que les autres discours sur le passé, risque de n’avoir bientôt qu’une valeur indicative sur le marché des opinions — savoir et témoignage se trouvant indistinctement offerts aux consommateurs.

  • 1 J.-N. Jeanneney, L’Histoire va-t-elle plus vite ?

3La question qui se pose est, d’abord, d’apprécier le degré d’exactitude de ce constat. Le phénomène de société — la place grandissante prise par le discours sur le passé sur la scène publique — est-il aussi nouveau, spécifique et généralisé qu’il paraît ? D’autres disciplines ne sont-elles pas, de longue date, dans la même situation ? Que pensent les médecins, notamment, des rubriques à prétention médicale dont les journaux et les magazines abondent ? Une illusion d’optique affecte peut-être le diagnostic actuel, qui permettrait de ranger l’instrumentalisation étendue du passé dans le catalogue des idées reçues, au même titre que la complexité croissante du monde contemporain ou l’accélération de l’histoire1. Si des éléments existent bien pour étayer la thèse de l’intensification de l’exploitation du passé, d’autres données indiquent aussi que, parfois, l’histoire piétine à la porte de la scène publique.

Le développement des usages publics de l’histoire

  • 2 J. Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ? et Id., La civilisation des loisirs ; J. Baudrilla (...)
  • 3 L. Vadelorge, « Les affres de l’histoire locale », pp. 37-47.

4La fréquence accrue du recours au passé tient pour une part au développement culturel rapide du second vingtième siècle. Avec l’élévation du niveau de vie et celle du niveau d’instruction, avec l’essor de la société de consommation et de la civilisation des loisirs2, l’histoire est devenue un produit de l’industrie culturelle et de l’économie touristique. La multiplication des spectacles historiques et des associations à but patrimonial, muséal ou commémoratif, est certainement parallèle à la croissance rapide du nombre de clubs sportifs ou de clubs du troisième âge observée depuis les années 1970. La floraison des producteurs de récits historiques — associations, agences de communication, communes, départements, régions et même, nouvelles circonscriptions transfrontalières créées par l’Union européenne — et la primauté donnée dans ce cadre à la demande sociale sur l’exactitude scientifique, conduisent à des errements dont souffre l’histoire locale3. L’opération de vulgarisation ne susciterait pas les mêmes inquiétudes chez les historiens si le passage de l’histoire savante à l’histoire populaire, ou la translation de la culture du petit nombre à la culture de masse, n’était pas aussi une transformation et une altération.

  • 4 C. Andrieu, « Le traitement des traumatismes historiques dans la France d’après 1945 », pp. 599-621

5En dehors des effets seconds de la croissance économique, l’intensification des usages publics de l’histoire tient à des bouleversements politiques et sociaux survenus dans les années 1960, puis à la fin des années 1980. Qui change le présent, change le regard sur le passé. Face émergée de l’iceberg, Mai 68 a révélé et accéléré une transformation culturelle favorable à la reconnaissance des identités particulières, qu’elles soient fondées sur la revendication d’appartenance à une région, un groupe socioculturel ou un genre. Le développement des particularismes s’est accompagné d’une révision du passé de la part des groupes nouvellement constitués. Une partie des Bretons, des Basques, des Juifs, des femmes, des homosexuels, des harkis, des Noirs et d’autres encore, tend aujourd’hui à former des groupes mémoriels qui exercent une pression sur l’histoire. Quoique issu d’une toute autre logique, l’effondrement du système soviétique en 1989-1991 a renforcé le courant amorcé dans les années 1960. En dévalorisant les classes sociales comme principe explicatif de l’histoire, cette révolution a laissé le champ libre au principe des nationalités en Europe de l’Est, mais aussi à tous les particularismes identitaires en Europe occidentale. À l’échelle nationale, l’intégration ne passe plus par l’assimilation comme sous les Troisième et Quatrième Républiques, mais par la différenciation relative4. Il est possible, aussi, que la fermeture de « l’avenir radieux » entraînée par la fin actuelle des utopies, ait encouragé un repli sur le passé. Sans doute un peu trop mécanique, cette image d’un recentrage sur le passé, par suite de l’évanouissement du futur, est néanmoins éclairante, que le passé choisi par le groupe mémoriel soit celui d’un âge d’or ou, plus souvent, d’un âge d’airain dont la collectivité concernée se considère victime.

  • 5 M.-C. Lavabre, « Avant-propos », p. 9.
  • 6 F. Nietzsche, Deuxième considération intempestive ; M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire.
  • 7 M. Bloch, « Mémoire collective, tradition et coutume, à propos d’un livre récent », pp. 73- 83 ; re (...)
  • 8 P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire.

6Ces changements du passé et leur traduction dans l’espace public créent l’impression d’une saturation de celui-ci par l’histoire. Ils suffiraient déjà à expliquer l’attention nouvelle portée par les historiens aux usages publics du passé. Pourtant, leur curiosité est antérieure, ou du moins exactement contemporaine du tout début de la civilisation des loisirs. Cette quasi-anticipation semble attester l’existence d’un phénomène intellectuel indépendant de la scène sociale, qui aboutit, quarante ans plus tard, à la floraison de travaux historiques sur la mémoire, mais aussi à une nouvelle perception de l’histoire. Celle-ci est désormais couramment lue sur un double registre, en clé de sol et en clé de fa pourrait-on dire, sur les modes conjoints de l’histoire narrative et de l’histoire des représentations ou encore, dit autrement, de l’histoire et de la mémoire. Un précurseur de cette évolution a été René Rémond qui, lors de l’année universitaire 1964-1965, a ouvert à l’Institut d’études politiques de Paris un séminaire intitulé « Durée, mémoire et politique ». Cet enseignement invitait à examiner « le culte du passé tel que le conçoit et le célèbre notre société contemporaine : commémoration des hommes, des événements », et à étudier le « passé commémoré par les partis, les classes, les écoles de pensée, les Églises »5. Auparavant, à la fin du xixe siècle ou au début du xxe siècle, les usages politiques du passé avaient éveillé l’intérêt de philosophes comme Nietzsche ou de sociologues comme Halbwachs6. Mais, en 1925, la recension par Marc Bloch des Cadres sociaux de la mémoire n’avait pas suscité d’émules parmi les historiens7. Chez eux, l’école positiviste dominait. Texte précurseur, l’article de Bloch était resté sans successeur. Les années 1960, au contraire, ont ouvert un sillage puisque, parmi les auditeurs du séminaire de René Rémond, figurait Pierre Nora, le futur directeur du grand ouvrage collectif publié de 1984 à 1992, Les lieux de mémoire8.

  • 9 C. Andrieu, « Le pouvoir central en France et ses usages du passé », pp. 15-26.

7Amorcée il y a une quarantaine d’années, la double mutation intellectuelle et sociale qui touche la vision du passé a donné lieu à des manifestations publiques qui ont finalement atteint, depuis une douzaine d’années, la scène politique nationale. La simple liste des lois et des principaux décrets de nature mémorielle adoptés depuis 1993 comprend une dizaine de textes. Trois concernent le souvenir du génocide des Juifs (décret de 1993 instituant une journée commémorative des persécutions racistes et antisémites de 1940-1944, décret créant la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France en 1997, loi modifiant le décret de 1993 en 2000 et incluant les Justes de France dans la commémoration) ; trois visent la mémoire de la guerre d’Algérie et de la colonisation (loi de 1999 sur l’officialisation du terme de « guerre d’Algérie », décret de 2003 fixant une date de commémoration de la guerre d’Algérie, loi de 2005 portant notamment sur l’enseignement de l’histoire de la colonisation) ; deux concernent l’esclavage et la traite des Noirs (loi de 2001 sur la reconnaissance de ces pratiques en tant que crime contre l’humanité, décret de 2006 fixant la date de commémoration) ; une loi de 2001 reconnaît le génocide arménien, et un décret de 2005 crée une journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine. Traduisant la demande de groupes mémoriels et relayées par le Parlement, ces dispositions ont toutes pour origine la société civile. Participant d’un nouveau mode de représentation de la société, elles révèlent à la fois la place de la culture historique dans la construction des identités sociales et le maintien de l’échelon national comme lieu de reconnaissance ultime9.

8Si la culture historique devient un facteur de reconstitution du lien social, ses usages et mésusages publics vont vraisemblablement aller s’amplifiant. Aboutira-t-on, pour autant, à un kaléidoscope des passés, à une histoire nationale en patchwork ? Ce n’est pas certain puisque la revendication de reconnaissance continue de s’adresser à l’échelon parlementaire et gouvernemental. Dans la mesure où la nation demeure une valeur et où celle-ci se constitue ultimement à cet échelon, les décisions adoptées peuvent être influencées par le souci de la synthèse nationale. La cohésion nationale y gagne sans doute mais, en retour, l’histoire peut y perdre une partie de son sens. Par exemple, la « troisième génération du feu » — selon le nom que se donnent les appelés de la guerre d’Algérie — qui, dans les années 1990, était bien représentée sur les bancs de l’Assemblée nationale, a obtenu en 1999 que le terme de « guerre d’Algérie » soit substitué rétroactivement dans les textes juridiques à celui d’« opérations effectuées » dans ces départements. Si l’expression de « guerre d’Algérie » était devenue d’usage courant dès 1956, elle n’était pas, cependant, employée officiellement. Ce non-emploi avait un sens, un fondement et des conséquences. La guerre ne pouvait être déclarée puisque les combats se déroulaient entre Français, et cette non-déclaration avait des répercussions juridiques importantes, notamment pour les prisonniers qui ne jouissaient pas de la protection des prisonniers de guerre. Effacer les traces de ce fait majeur pour satisfaire un besoin de reconnaissance revient à récrire l’histoire. D’une autre façon, le choix de la date du 5 décembre pour journée d’hommage aux morts pour la France de la guerre d’Algérie n’a pas non plus de justification historique. Cette date, qui correspond à l’inauguration en 2002 du monument commémoratif national, résulte d’une négociation entre les partenaires divisés de la société civile. Devant l’impossibilité d’aboutir à une unanimité qui fût fondée sur des faits historiques, le Gouvernement a préféré s’appuyer sur le consensus majoritaire obtenu sur une date extérieure à la guerre d’Algérie. Ces deux cas montrent que l’usage public de l’histoire peut conduire à la dés-historicisation. Pour satisfaire une demande sociale de reconnaissance, qu’elle émane des nouveaux « malgré-nous » de la guerre d’Algérie ou de ses autres victimes, rapatriés ou harkis, l’échelon décisionnel peut suivre une stratégie d’évitement de l’histoire. Avec l’oubli des enjeux qui ont causé les conflits, une forme de religion civile et de culte des morts se trouve instituée, dans laquelle l’histoire a peu de part.

La culture historique évacuée de l’espace public

  • 10 M. Crivello, « Les braconniers de l’Histoire ».

9Autant la culture historique semble généralement répandue et multifonctionnelle — fondement identitaire et civique pour les uns, base de loisirs citoyens pour les autres qui s’affairent localement, par exemple, à mettre en scène des reconstitutions historiques —10, autant elle paraît étrangement absente de certaines postures également civiques, ou encore de certains espaces publics. Ressentie souvent comme une invasion, la présence croissante du passé est en réalité limitée par différentes forces contraires qui tiennent à des cadres d’analyse comme à des contradictions internes au sein du processus d’accession à la place publique.

  • 11 J. Monnet, Mémoires, pp. 346 et 613.

10Le milieu des décideurs comprend une catégorie de personnalités étrangères à l’histoire, pour qui la bonne politique tend à se confondre avec la compétence. Ce sont souvent des modernisateurs, des « technocrates » qui pensent la Cité en termes de technique de management, de démographie, de géographie et d’économie. Jean Monnet en est un bon exemple, chez qui le passé, résumé aux deux guerres mondiales, est affecté d’une charge négative. Ce sont « les erreurs du passé » et « la volonté d’en finir avec un passé de violences » qui ont guidé son action après 194511. La question qu’il se pose en 1950 est d’ordre technique :

  • 12 Ibid., p. 342.

Qu’est-ce qui pourrait lier, avant qu’il ne soit trop tard, la France et l’Allemagne, comment enraciner dès aujourd’hui un intérêt commun entre les deux pays, telle était la question que je me posais sans trêve [… ]12.

  • 13 P. Mendès France, avec G. Ardant, La science économique et l’action et Id., Science économique et l (...)
  • 14 Id., Science économique et lucidité politique, pp. 24 et 375.
  • 15 J. Delors, L’unité d’un homme, p. 52.
  • 16 P. Garcia, « Valéry Giscard d’Estaing, la modernité et l’histoire », pp. 119-132.
  • 17 C. Andrieu, « La commémoration des dernières guerres françaises », pp. 39-46.

11La solution trouvée est également technique : c’est la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier, dont Robert Schuman fait l’annonce en mai 1950. Plus jeune que lui d’une vingtaine d’années, Pierre Mendès France figure également parmi ces modernisateurs à tendance technocratique. Ses livres, La Science économique et l’action, paru en 1954, puis, en 1973, Science économique et lucidité politique qui est une actualisation du premier, s’inscrivent dans cette tradition de pensée relativement an-historique et teintée de scientisme13. Partant notamment de l’idée qu’« une erreur de la science économique est à la base de la seconde guerre mondiale et de toutes ses conséquences », il fait des « progrès de la science [économique] » le fondement de la croissance d’après-guerre, et attribue les « problèmes » persistants, « dans une large mesure, au fait que les gouvernements ont souvent hésité à appliquer les enseignements de la science »14. Grand admirateur de Mendès France, Jacques Delors l’est notamment parce que, dit-il, Mendès a « réhabilité, avant et après la guerre, la science économique comme aussi une science de l’action »15. Mais Valéry Giscard d’Estaing est sans doute l’homme politique le plus emblématique de cette posture technocratique. Ses ouvrages, Démocratie française (1976) et État de la France (1981), donnent de la France et du monde l’image d’un espace économique et démographique, plutôt que celle d’un moment donné dans une longue durée16. Ce mode d’appréhension de la Cité est loin d’être neutre dans l’action politique. Il rend compte, particulièrement, de la décision solitaire prise par le Président de la République en 1975, de supprimer la célébration nationale de la victoire du 8 mai 1945. En effaçant ce passé du calendrier national, Valéry Giscard d’Estaing espérait pouvoir instituer, à la place, une journée de célébration de la construction européenne. La résistance de la société civile, orchestrée par le Parlement au point que le Sénat vota à l’unanimité, en 1979, le rétablissement du 8 mai, conduisit au retour à la situation antérieure, en 1981, à la suite du changement de la majorité présidentielle17.

  • 18 J. Monnet, Mémoires, p. 617.
  • 19 S. Guillaume, « Le rapport à l’histoire des pro- et anti-européens », pp. 169-178.
  • 20 P. Thibaud, « Une Europe post-historique » et « Europe manquée, Europe à faire ».
  • 21 Traité établissant une Constitution européenne pour l’Europe.

12La représentation nationale eut ainsi gain de cause contre ces « modernes » d’un genre technicien. Même si dans ses Mémoires, Jean Monnet écrivait en 1976 que « les nations ne sont plus le cadre où peuvent se résoudre les problèmes du présent », il apparaît aujourd’hui que les nations n’ont pas disparu18. C’est cette prégnance culturelle de l’histoire, ou la persistance de l’enracinement national des cultures politiques, qui rend si difficile le recours à l’histoire dans le processus de construction de l’Europe. Dans le débat ouvert par le référendum sur le traité de Maastricht en 1992, les partisans du « oui » se sont signalés par la rareté de leurs références à l’histoire19. À l’inverse, les partisans du « non » se sont posés en défenseurs d’une histoire nationale menacée, qu’ils l’aient placée dans le modèle économique et social français ou qu’ils l’aient conçue sur un mode nationaliste, voire xénophobe. Le même schéma a reparu en 2005, lors du référendum sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe. Comme l’a écrit Paul Thibaud, « l’Europe ne s’institue pas en assumant son histoire, mais en lui tournant le dos »20. « Europe posthume » en quelque sorte, née de parents inconnus, qui décrit le passé sous un jour négatif en le caractérisant, selon les termes du préambule du traité, par des « expériences douloureuses » et d’« anciennes divisions » qu’il faut « dépasser »21. Si l’Europe présente néanmoins des « héritages culturels, religieux et humanistes », ils ne sont pas précisés mais seulement évoqués dans le préambule, pour souligner qu’ils ont donné lieu à des « valeurs universelles » comme la liberté et l’égalité. Le christianisme, la Renaissance, les Lumières, le Bill of Rights et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen n’y sont pas cités. La mention qui y est faite de l’histoire des nations lui attribue une simple valeur patrimoniale et presque muséographique en disant que les peuples d’Europe, « tout en restant fiers de leur identité et de leur histoire nationale, sont résolus à dépasser leurs anciennes divisions ».

  • 22 E. Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, conférence prononcée le 11 mars 1882.

13La discussion sur l’Europe pourrait-elle être une transposition du débat de l’après-guerre de 1870 sur Qu’est-ce qu’une nation ?22. Au sujet de cette dernière, en 1882, Renan se demandait posément si elle était une race, une langue, une religion, une communauté d’intérêts ou une géographie, et concluait que la nation était « une âme, un principe spirituel » reposant à la fois sur le passé et le présent, sur « un riche legs de souvenirs » et sur « la volonté de continuer à faire valoir cet héritage que l’on a reçu indivis ». En mettant le passé entre parenthèses, les défenseurs de la construction européenne exigent des peuples un européisme constitutionnel de type stoïcien et négligent la dualité de l’entité citoyenne qui est héritage autant que délibération. Pour que l’Europe soit « un plébiscite de tous les jours », il faudrait qu’elle soit aussi un « legs de souvenirs ». La question se posait déjà lorsque Renan réfléchissait à voix haute : « Les nations ne sont pas quelque chose d’éternel, disait-il. Elles ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement, les remplacera. Mais telle n’est pas la loi du siècle où nous vivons ». Plus d’un siècle après, la situation n’est plus la même, mais une Europe souffrant d’un défaut de « conscience historique » et reposant sur la seule volonté, peut-elle s’affirmer comme puissance démocratique ?

14Si elle nourrit le débat public, la culture historique ne l’a pas envahi. Des pôles de résistance à l’histoire demeurent, qui minorent cette partie de la vie des nations. Le tableau global s’en trouve contrasté, partagé entre un trop-plein qui pourrait un jour menacer la liberté de l’expression et de la recherche, et un vide qui, au nom d’une compétence ou d’une rationalité supérieure, risque d’entraver une construction internationale d’inspiration démocratique sans précédent.

Bibliographie

Bibliographie

Andrieu, Claire, « Le traitement des traumatismes historiques dans la France d’après 1945 », dans Patrick Weil et Stéphane Dufoix (dir.), L’esclavage, la colonisation et après…, Paris, PUF, 2005, pp. 599-621.

— « La commémoration des dernières guerres françaises. L’élaboration de politiques symboliques, 1945-2003 », dans Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre et Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Les usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, pp. 39-46.

— « Le pouvoir central en France et ses usages du passé, de 1970 à nos jours », dans Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre et Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Les usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, pp. 15-26.

Baudrillard, Jean, La société de consommation : ses mythes, ses structures, Paris, SGPP, 1970.

Bloch, Marc, « Mémoire collective, tradition et coutume, à propos d’un livre récent », Revue de synthèse, décembre 1925, pp. 73-83.

— L’histoire, la guerre, la Résistance, Paris, Gallimard, 2006.

Crivello, Marilyn, « Les braconniers de l’Histoire. Les reconstitutions historiques : nouveaux lieux du politique ? », dans Marilyn Crivello, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, pp. 49-58.

Delors, Jacques, L’unité d’un homme, Paris, Seuil, 1994.

Dumazedier, Joffre, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Seuil, 1962.

— La civilisation des loisirs : culture, morale, économie, sociologie. Une enquête sur le monde de demain, Verviers, Gérard et cie - L’inter, 1967.

Garcia, Patrick, « Valéry Giscard d’Estaing, la modernité et l’histoire », dans Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre et Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Les usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, pp. 119-132.

Guillaume, Sylvie, « Le rapport à l’histoire des pro- et anti-européens des années 1970 à nos jours », dans Marilyn Crivello, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, pp. 169-178.

Halbwachs, Maurice, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994.

Jeanneney, Jean-Noël, L’Histoire va-t-elle plus vite ? Variations sur un vertige, Paris, Gallimard, 2001.

Lavabre, Marie-Claire, « Avant-propos », dans Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre et Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Les usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, pp. 9-11.

Mendès France, Pierre, avec Ardant, Gabriel, La science économique et l’action, Paris, Unesco-Julliard, 1954.

— Science économique et lucidité politique, Paris, Gallimard, 1973.

Monnet, Jean, Mémoires, Paris, Fayard, 1976.

Nietzsche, Frédéric, Deuxième considération intempestive. De l’utilité et de l’inconvénient de l’histoire du point de vue de la vie, Paris, Mille et une Nuits, 2000.

Nora, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992.

Renan, Ernest, Qu’est-ce qu’une nation ?, Paris, Presses Pocket, 1992.

Thibaud, Paul, « Une Europe post-historique », Le Figaro, mai 2005.

— « Europe manquée, Europe à faire », Le Débat, septembre-octobre 2005.

Traité établissant une Constitution européenne pour l’Europe, Paris, La Documentation française, 2005.

Vadelorge, Loïc, « Les affres de l’histoire locale, 1970-2000 », dans Marilyn Crivello, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, pp. 37-47.

Notes

1 J.-N. Jeanneney, L’Histoire va-t-elle plus vite ?

2 J. Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ? et Id., La civilisation des loisirs ; J. Baudrillard, La société de consommation.

3 L. Vadelorge, « Les affres de l’histoire locale », pp. 37-47.

4 C. Andrieu, « Le traitement des traumatismes historiques dans la France d’après 1945 », pp. 599-621.

5 M.-C. Lavabre, « Avant-propos », p. 9.

6 F. Nietzsche, Deuxième considération intempestive ; M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire.

7 M. Bloch, « Mémoire collective, tradition et coutume, à propos d’un livre récent », pp. 73- 83 ; repris dans M. Bloch, L’histoire, la guerre, la Résistance.

8 P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire.

9 C. Andrieu, « Le pouvoir central en France et ses usages du passé », pp. 15-26.

10 M. Crivello, « Les braconniers de l’Histoire ».

11 J. Monnet, Mémoires, pp. 346 et 613.

12 Ibid., p. 342.

13 P. Mendès France, avec G. Ardant, La science économique et l’action et Id., Science économique et lucidité politique.

14 Id., Science économique et lucidité politique, pp. 24 et 375.

15 J. Delors, L’unité d’un homme, p. 52.

16 P. Garcia, « Valéry Giscard d’Estaing, la modernité et l’histoire », pp. 119-132.

17 C. Andrieu, « La commémoration des dernières guerres françaises », pp. 39-46.

18 J. Monnet, Mémoires, p. 617.

19 S. Guillaume, « Le rapport à l’histoire des pro- et anti-européens », pp. 169-178.

20 P. Thibaud, « Une Europe post-historique » et « Europe manquée, Europe à faire ».

21 Traité établissant une Constitution européenne pour l’Europe.

22 E. Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, conférence prononcée le 11 mars 1882.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search