Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

III. L’histoire culturelle au présent

Culture nationale et cultures régionales en France

Patrick Cabanel

Résumé

L’observation des processus historiques ne permet pas aisément de respecter la règle qui veut qu’une démonstration s’organise en trois temps : thèse, antithèse, synthèse. Ce mouvement n’est peut-être pas la plus mauvaise manière d’aborder la dialiectique entre culture nationale et cultures régionales en France, de la fin du xviiie siècle à nos jours. La thèse — l’inculcation réussie d’une culture nationale — tient dans la conception jacobine de l’unité en France. Les antithèses — qui font de la culture nationale inachevée une culture mortifère — renvoient à des condamnations régionalistes d’extrême droite (maurrassienne) puis d’extrême gauche (à partir des années 1960) ainsi qu’à l’historiographie révisionniste d’un E. Weber ciblant les retards de la nationalisation dans une France bruissant de patois et de mesures anciennes. La synthèse — une culture nationale inclusive — d’emblée exprimée par un Michelet et un Vidal de la Blache a été perdue de vue avant qu’une nouvelle génération historiographique n’en retrouve le sens.

Texte intégral

  • 1 M. Agulhon évoque dans « Conscience nationale et conscience régionale » un autre type d’antithèse d (...)

1L’observation des processus historiques ne permet pas aisément de respecter la règle chère aux littéraires et qui veut qu’une démonstration s’organise en trois temps, thèse, antithèse, synthèse. Ce n’est peut-être pas, cependant, la plus mauvaise manière d’aborder la dialectique entre culture nationale et cultures régionales dans la France contemporaine, de la fin du xviiie siècle à nos jours. La thèse est bien connue : elle tient, en un mot, dans la conception jacobine de l’unité en France. Les antithèses — elles sont plusieurs — nous sont également familières, des condamnations régionalistes d’extrême droite (maurrassienne) puis d’extrême gauche (à partir des années 1960) à l’historiographie révisionniste d’un Eugen Weber ciblant les retards de la nationalisation dans une France buissonnière bruissant de patois et de mesures anciennes1. La synthèse, d’emblée exprimée par de prestigieux parrains, un Michelet, un Vidal de la Blache, a par la suite été perdue de vue avant qu’une nouvelle génération historiographique n’en retrouve le sens : elle affirme que la relation entre le national et le régional a été une dialectique féconde autant qu’une confrontation stérilisante. C’est ce triple mouvement que ce texte, volontairement simplificateur, va s’efforcer de suivre.

Thèse : l’inculcation réussie d’une culture nationale

  • 2 B. de Riquer i Permanyer, « La faiblesse du processus de construction nationale en Espagne », pp. 3 (...)

2La France a joui d’un État ancien et puissant, chacun le sait. Elle a également été le théâtre d’une formidable « fabrique » de la nation, pour reprendre un mot de Maurice Agulhon. À cet égard, le contraste est fascinant avec ce qui se passe en Espagne, où l’État est également ancien et puissant mais où il a largement échoué, au xixe siècle, à fabriquer une nation espagnole, laissant du coup le champ libre à l’auto-édification de nations régionales, Catalogne et Pays basque au premier chef. C’est du moins la thèse de l’historien Borja de Riquer i Permanyer2. Un autre contraste, tout aussi fascinant, s’impose entre Espagne et Italie : si la seconde n’est un État que depuis 1861, après avoir été trop longtemps réduite à la « réalité géographique » dont se moquait Metternich, elle « fait » très vite des Italiens, selon un autre mot célèbre (Italia e fatta, bisogna di fare gli Italiani), ou du moins elle s’est donné et a donné à croire qu’elle était une nation unie, en dépit de la force des « campanilismes ». Face à ses deux voisines latines, la France semble avoir cumulé héritage (l’État séculaire) et réussite (la nation nouvelle) : on peut voir à bon droit en elle la quintessence de cet « État-nation » qui est peut-être la chose la moins naturelle au monde, alors que les Français croient un peu naïvement qu’elle est la manière normale d’articuler une forme politique et une appartenance culturelle.

  • 3 E. Quinet, Le Christianisme et la Révolution ; Id., La Révolution.

3C’est la puissance à peu près irrésistible de cette construction d’une culture nationale qu’il convient d’évoquer ici. Elle est faite de continuités, de mutations et de ruptures. La grande continuité est celle de l’État, de la centralisation, de l’administration et de leurs outils régaliens. Monarchiste, napoléonien ou républicain, l’État reste au centre de la vie de la nation. Les lois ont succédé aux édits, les préfets aux intendants, les inspecteurs généraux aux missi dominici, le Grand Larousse du xixe siècle au Dictionnaire de l’Académie française, l’université de 1808 à l’ancienne Sorbonne, etc. Tout est dit dans L’Ancien Régime et la Révolution (1856), de Tocqueville ; ou encore, de manière critique, dans les travaux de Quinet sur la politique religieuse de la Révolution3, lorsqu’il martèle que 1793 est un 1685 inversé, la Terreur antichrétienne et la monarchie anti-protestante ayant cherché à réaliser une unité nationale quasi mystique, quoique par des chemins opposés, en recourant à l’éradication violente des « hérésies ». Un ou deux siècles plus tard, selon le terminus a quo, le rêve d’unité est toujours là, catholique, monarchiste et « classique » dans la synthèse maurrassienne, républicain et laïque dans la synthèse réalisée par la Troisième République. La tentation autoritaire n’a pas même entièrement disparu : évidente, quoique sans emprise sur le réel, dans le cas de l’Action française, elle est scandée, du côté républicain, par les décrets de 1880 et les lois de 1901 et 1904 destinés à frapper l’Église catholique dans son bras armé et pédagogique, les congrégations religieuses enseignantes des premier et second degrés. Cette continuité de l’État central connaît donc des inversions idéologiques qui ne peuvent pour autant nous faire négliger une approche plus « structuraliste », plus attentive à la perpétuation d’une forme, l’armature d’un commandement unique porté par un discours d’État. Si l’Ancien Régime eut son Roi Soleil, la Semeuse, omniprésente sur les monnaies et les timbres des années 1900, évoque une République Soleil qui n’a guère à lui envier : la lumière continue à irradier du centre et à donner vie aux périphéries lointaines.

4Plus que de révolutions donc, il convient de parler de mutations qui conservent le même en le faisant autre. Je prendrai un seul exemple, qui touche directement à la construction de la culture nationale. En 1697, chargés de préparer le duc de Bourgogne à l’exercice de ses futures responsabilités royales et à la connaissance de son royaume, les abbés Fénelon et Fleury le dotent de deux instruments remarquables. Ce sont tout d’abord les Mémoires destinés à servir à l’instruction de Mgr le duc de Bourgogne demandés aux trente-deux intendants, avec ce message d’accompagnement de la part du gouverneur du dauphin, le duc de Beauvillier :

La connaissance du dedans du royaume devant faire une partie fort importante de l’instruction de M. le duc de Bourgogne, je vous prie très humblement, Monsieur, de m’envoyer vers la fin de l’année un mémoire ample et détaillé en réponse aux articles du petit (mémoire) que je joins à ce billet.

  • 4 Deux ouvrages judicieusement réunis, dans J.-P. Rioux (éd.), Tableaux de la France avec ceux de V. (...)

5C’est encore ce roman pédagogique qui allait devenir un best-seller européen, les Aventures de Télémaque, de Fénelon : l’écrivain y proposait à son royal lecteur d’accomplir un tour du monde antique et de sa culture, tout en recevant des leçons de gouvernement des hommes et de soi. Or, que font les régimes du xixe siècle ? Ils poursuivent strictement la même ambition, à cette double différence qu’il s’agit maintenant de former un dauphin collectif, les jeunes garçons appelés à devenir les dirigeants du pays, par les armes (conscription) et par le vote (à partir de 1848), et que la géographie et la culture dont ils ont besoin de s’imprégner ne sont plus celles de l’Antiquité classique — qui reste un élément de distinction au seul bénéfice des classes supérieures —, mais celles-là même de la nation concrète qu’ils auront à défendre un jour. Du coup, Les Mémoires destinés à servir à l’instruction… sont, en quelque sorte, réécrits, soit dans des séries prestigieuses, sous les noms de Michelet (Tableau de la France) et Lavisse (Tableau de la géographie de la France, de Vidal de La Blache)4, soit sous la forme simplifiée et démocratisée des manuels d’histoire et de géographie. Quant aux Aventures de Télémaque, cette leçon de gouvernement mise en roman, elles sont réécrites dans une quarantaine de nouveaux romans scolaires, plus ou moins habiles et plus ou moins célèbres, depuis Les jeunes voyageurs en France, dans les années 1820-1840 (plusieurs séries d’ouvrages coexistent sous ce même nom, dus à Mme de Flesselles, Constant Taillard, G.-B. Depping et Victor Malte-Brun), jusqu’au canonique Tour de la France par deux enfants, de Mme G. Bruno (1877). Télémaque s’appelle maintenant André et Julien Volden — les deux héros du manuel —, Mentor revêt une série de visages humains et livresques (les enfants rencontrent des personnages protecteurs, voire omniscients, et lisent des livres encyclopédiques), l’aventure d’un héros est devenue celle de plusieurs millions de nationaux anonymes. Mais chacun continue exactement à apprendre son métier de « prince » et fait le tour du territoire sur lequel il aura à l’exercer, au plus grand bénéfice de la nation.

6Un métier qui s’enseigne exclusivement en français, si on laisse de côté le latin et le grec anciens réservés au même souci de distinction évoqué plus haut. Ici encore, que de continuité depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 jusqu’à la circulaire d’Emile Combes, le 29 septembre 1902, imposant que les instructions religieuses, catéchisme compris, soient données en français ! Ou depuis le rapport Barère sur les patois, sous la Révolution, jusqu’au ministère de Victor Duruy, au cœur du Second Empire ; et de la fierté linguistique d’un Rivarol (1784) à celle d’un Foncin, le créateur de l’Alliance française (1883) ! Ces traits sont trop connus pour que j’y insiste. Mais on peut retenir que Le Tour de la France par deux enfants, par exemple, comporte une allusion unique aux langues régionales, alors même que le périple s’effectue presque intégralement en zone occitanophone. André et Julien arrivent dans une ferme-auberge de la Drôme : la vieille femme ne comprend que quelques phrases de français, les clients parlent tous « patois » entre eux. Les deux orphelins sont désappointés dans cette ferme « étrangère » qui les renvoie à leur solitude. Julien murmure à son aîné :

Pourquoi donc tous les gens de ce pays-ci ne parlent-ils pas français ? — C’est que tous n’ont pas pu aller à l’école. Mais dans un certain nombre d’années il n’en sera plus ainsi, et par toute la France on saura parler la langue de la patrie.

  • 5 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, pp. 164-165.
  • 6 Ibid., édition « laïcisée » de 1906, pp. 161-162.

7Les enfants de l’hôtelière arrivent alors de l’école : « Ces enfants doivent savoir le français, puisqu’ils vont à l’école, s’écrie Julien. Quel bonheur ! Nous pourrons causer ensemble »5. Notons que la réédition, pourtant soigneusement revue de 1906, n’a rien changé à la scène, comme si un quart de siècle d’école républicaine n’avait servi de rien ; elle a simplement remplacé un « certain nombre d’années » par un « petit nombre d’années »6. La dramatisation de la scène, digne du roman contemporain d’Hector Malot, Sans famille, en dit plus long que bien des discours sur la nécessité de parler français pour communiquer entre Français ; que sept millions d’exemplaires de l’ouvrage aient été vendus avant 1914, qu’ils aient été lus, dictés, commentés et récités par une masse bien plus abondante d’écoliers, laisse entendre ce qu’a pu être, à la longue, l’efficacité du message pour des générations d’enfants qui entraient en classe en parlant une autre langue que le français. Quant aux explications que les instituteurs étaient amenés à fournir, on peut en avoir une idée en étudiant le Livre du maître, qui définit le patois comme un « langage populaire et corrompu, particulier à une province » et qui se maintient « malgré les progrès de l’instruction populaire ». Une seconde note interroge :

  • 7 Livre du maître, pp. 262-263.

Est-il désirable de conserver tous les patois des provinces ? — Si l’on parle à la fois le français et le patois, à quoi bon se charger la mémoire de deux langues, au lieu d’apprendre des choses utiles ? Et si on ne parle pas français ou si on le parle mal, quelle honte7 !

  • 8 Sur cette question, voir en bibliographie les titres de R. Balibar et ceux de P. Cabanel.

8Encore faut-il préciser que ce français est très particulier : il est la langue des hussards noirs et de leurs classes, la langue des manuels, des dictées, des récitations, des rédactions, du certificat d’études. On ne le rencontre nulle part ailleurs, pas plus dans la rue (ou dans les chemins ruraux) que dans les salons bourgeois ; il n’est ni argotique, ni « classique ». C’est une langue proprement artificielle — un artefact, diraient les historiens anglo-saxons de la nation. C’est un français dominant, mais aussi dominé, plus ou moins subtilement ou crûment, parce qu’il appartient à des élèves et à des maîtres qui en ignorent les racines latines, les figures de style, les règles de versification, et sans doute jusqu’à la grande littérature, si l’on excepte les Fables de La Fontaine et Victor Hugo. Péguy, qui a commencé par ce français avant de passer à celui de l’École normale supérieure, l’a qualifié d’une épithète décisive : c’est un « parler primaire », à une époque où la France est coupée en deux, le peuple (le primaire) et les élites (le secondaire). Il ne s’agit évidemment pas d’une langue « maternelle », quoiqu’en dise le sens commun, et pas plus de la langue de l’État : les préfets et leurs rédacteurs ne sont pas passés par les Écoles normales, mais par le lycée… ou le collège des jésuites, et ne viennent pas des mêmes milieux modestes et ruraux que les instituteurs. C’est un autre niveau de français, qui en fait une langue de modeste fiction, une sorte d’espéranto républicain qui ne s’écrivait guère (ne se calligraphiait) que sur les tableaux et les cahiers et ne se parlait guère qu’avec d’étranges intonations, dictée du maître, récitation de l’élève. Renée Balibar lui a consacré plusieurs études, en le qualifiant de français « fictif » ou « national »8. D’une certaine manière, on peut le considérer comme une langue morte, ou comme un « latin » de République, qui s’est trouvé au cœur de la culture nationale élaborée au xixe siècle et spécialement sous la Troisième République.

  • 9 R. Thabault, 1848-1914. L’ascension d’un peuple, p. 63.

9Un des derniers à l’écrire aura peut-être été cet enseignant et auteur de manuels, Roger Thabault, dans le livre rédigé en 1938 et consacré à son bourg natal de Mazières-en-Gâtine, dans les Deux-Sèvres : 1848-1914. L’ascension d’un peuple. Mon village. Ses hommes, ses routes, son école. Ce texte propose une étonnante mise en abîme entre son objet et son style même : il raconte l’histoire scolaire d’un bourg absolument quelconque (c’est ce qui le rend remarquable) à la manière d’un auteur de manuel de l’époque. Cette monographie mériterait, si ce n’est déjà fait, d’être mise au rang des grands classiques de l’histoire ou de la sociologie : elle se déroule dans un paysage et un pays très particuliers, la Gâtine, mais ce trait n’a fondamentalement aucune importance car n’importe quel autre bourg français aurait pu accueillir un récit identique. Mazières-en-Gâtine n’est que l’une de ces quelque trente mille ou trente-cinq mille scènes sur lesquelles s’est donnée, des décennies durant, la même pièce jouée par les mêmes figurines, les représentants de l’État, le maire, le châtelain, l’instituteur, les pères de famille et les écoliers. En intitulant son livre Mon village. L’ascension d’un peuple, Thabault a offert son analyse à chacun de ses compatriotes. Mazières est nommée et chacun des personnages est réels, mais le livre se lit comme une fable républicaine à la fois austère et féconde. Rien d’horizontal dans cet essai pourtant fortement inscrit dans une réalité locale repérable sur une carte détaillée, mais la verticalité, ou le sens, qui permet à un peuple de se hausser, et/ou à l’État de descendre jusqu’à lui, la « culture nationale » jaillissant de cette rencontre. Le « patois », dont la nature n’est pas même précisée (son référent est-il l’occitan ou le français ?), ne fait l’objet que de deux brèves mentions, renvoyées à un passé révolu : « Et un art populaire s’entretenait (aux environs de 1850), dont il ne reste trace que dans les contes en patois recueillis par les érudits locaux »9. Quant à l’institution placée au centre de tout le mouvement, l’école, Thabault martèle qu’elle est une offre de l’État, et non une demande de la population ; la loi Guizot, en 1833, s’est révélée, à cet égard, proprement intempestive, avant que les échanges n’enserrent le pays dans un tissu de flux de plus en plus dense et que les gens n’adhèrent à la religion du progrès et de la République diffusée par ce transformateur électrique intellectuel qu’était l’école. Les livres qu’elle utilise n’ont aucune espèce d’inscription locale, il s’agit du Télémaque ou de Simon de Nantua, puis du Tour de la France par deux enfants ou du Lavisse. Le Panthéon qu’elle offre à l’admiration et à la méditation est tout national : quelques bons rois et leurs très grands ministres (avec mention particulière pour Sully, « pour qui le pâturage et le labourage étaient les deux mamelles de la France », et Colbert, « né parmi les marchands, économe, travailleur »), trop de mauvais rois qui ont fait du mal à la France et, depuis 1789, l’ouverture d’une époque de progrès indéfini. Tout ceci est trop connu pour que l’on y insiste.

10La conclusion de Thabault s’exprime en deux temps d’une superbe dialectique intégrative :

  • 10 Ibid., p. 236.

Ainsi, cette école qu’à première vue et de par sa situation, on eût pu prendre pour l’école rurale type, manifestait avec éclat, dès ses débuts, de par la volonté de ses créateurs et de par les besoins ou les désirs qui se manifestaient dans la population, qu’elle était au contraire d’origine essentiellement urbaine et que son dessein n’était point d’adapter ses élèves à l’étroit milieu où ils vivaient, mais de développer leur humanité, de les adapter à une vie sociale élargie10.

Antithèses : culture nationale inachevée, culture nationale mortifère

  • 11 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République.
  • 12 D’abord publié en anglais sous le titre France 1845-1945.
  • 13 E. Weber, La fin des terroirs, dans Id., La France de nos aïeux, pp. 575 et sqq.

11Dix ans après la parution de Mon village, un jeune historien américain faisait l’acquisition du petit volume ; quarante ans après, il publiait un gros livre qui entendait démontrer exactement le contraire de la trop républicaine et trop lisse étude de Thabault. On aura reconnu Eugen Weber et sa Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, dont le titre original est infiniment plus intéressant : Peasants into Frenchmen (1976). Ce into Frenchmen résume à lui seul le mouvement de nationalisation des masses rurales, un peu l’équivalent du fare gli Italiani cité plus haut. Plutôt que d’observer toute la France, et au moins ce département des Deux-Sèvres dont Thabault avait fait la scène de l’irrésistible scolarisation, tout comme André Siegfried avait fait en 1913 de la France de l’Ouest la scène de la politisation11, Weber s’est « délibérément attaché aux régions qui servaient le mieux (ses) intérêts », — une phrase qui ferait fusiller sur-le-champ le moindre thésard, le jour de sa soutenance —, en retenant douze départements, Allier, Ariège, Cantal, Finistère, Gers, Gironde, Haute-Vienne, Lot, Puy de Dôme, Pyrénées-Orientales, Vosges et Yonne. Autant de « périphéries » à demi « sauvages », autant de langues régionales, autant de retards de la nationalisation et du développement tout court, vérifiables dans une vaste série de dossiers à la fois historiques, anthropologiques et ethnologiques, dont Weber, avec le Théodore Zeldin de l’Histoire des passions françaises12, excelle à tirer le portrait d’une France odorante, pittoresque, archaïque, désordonnée, volontiers violente, rétive à se moderniser et surtout à s’unir. Avant les années 1870 ou même la fin du xixe siècle, selon ces deux historiens, on ne peut parler de nation ni de sentiment national, le fait de se reconnaître comme sujet français n’étant pour beaucoup d’hommes et de femmes (de surcroît) qu’une abstraction. Il a fallu à la République rien moins qu’une « sorte de colonisation »13 (on n’ose ajouter : sic, tant cette thèse a pu être ou rester communément reçue) pour inculquer à ces populations le sentiment d’appartenance à une nation, et des devoirs (et quelques droits) qui sont corrélés à cette appartenance, la nécessité de s’exprimer en français à l’école ou celle d’accomplir ses obligations militaires et, bien sûr, de payer régulièrement ses impôts. La culture nationale ne se serait imposée que dans les années 1880- 1910, autour de trois vecteurs, les routes et chemins de fer, l’école, le service militaire.

12On notera que Weber ne dit rien d’autre que Thabault, à deux différences près : il sélectionne l’espace afin qu’il convienne à sa démonstration, alors que Thabault consacre une monographie à la commune dans laquelle il est né, ce qui n’est pas une garantie d’exemplarité, mais au moins d’aléatoire. Et, par ailleurs, il refuse l’idée même d’une linéarité du processus sur une relativement longue durée (« ascension » d’un peuple, selon Thabault) pour le dramatiser autour de deux étapes, le temps séculaire de survivance de cultures régionales ou même micro-régionales et l’imposition brutale et « coloniale » d’une culture nationale, en quelque trois décennies. À l’arrivée, les résultats sont identiques, mais la morale de l’histoire est bien différente : d’appropriation par le bas, au moins en partie, chez l’historien de Mazières, d’imposition par le haut pour Weber. On a pu penser, à lire les quelques lignes de Thabault données plus haut, qu’il adhérait lui aussi, par avance, à cette dernière thèse. Mais ses conclusions étaient bien plus dialectiques :

  • 14 R. Thabault, 1848-1914. L’ascension d’un peuple, p. 238. Souligné par l’auteur.

[…] L’école de Mazières nous a donc constamment paru urbaine et humaine, en son essence, non rurale et locale. À chaque moment, cependant, elle nous a paru dépendre étroitement du milieu dans lequel elle vivait. Les intentions du pouvoir central ne se réalisaient que dans la mesure où les esprits étaient préparés à ces réalisations et selon la forme qu’elles devaient revêtir pour les pénétrer. L’assiduité des élèves à l’école, l’influence qu’elle put avoir sur eux fut toujours fonction de l’état économique et social de la commune, de l’état des esprits. Et elle ne créa point la foi qu’elle contribua à répandre : elle ne fut que le miroir où cette foi se précisait et d’où elle s’irradiait14.

  • 15 En schématisant beaucoup, car un John M. Merriman ou un Ted W. Margadant, dans leurs travaux sur la (...)
  • 16 P. McPhee, Les semailles de la République.
  • 17 Dans la note additionnelle, « Politisation des campagnes », qui termine la reprise de l’article de (...)

13Ce débat renvoie à celui de la modernisation et de la politisation des campagnes françaises au xixe siècle, où l’on voit s’opposer, grosso modo, historiographie française et historiographie anglo-saxonne15. La première, incarnée par des noms comme ceux de Philippe Vigier et Maurice Agulhon, fait de 1848 et du suffrage universel masculin le point de départ de cette politisation, peut-être entamée auparavant (la vie municipale sous la monarchie de Juillet) et largement assimilée à une républicanisation. Vu de l’extérieur, cette historiographie même peut paraître « républicaine » au sens idéologique du terme : elle fait l’histoire de son penchant, donne un sens à l’histoire et se félicite de voir les populations marcher selon ce sens. Les historiens anglo-saxons, un Peter McPhee pour les Pyrénées-Orientales16, un Weber, un Zeldin, critiquent volontiers cette théorie agulhonienne et défendent la thèse de cultures paysannes ou régionales autonomes, à longue résistance face à l’intrusion d’un modèle véhiculé par les bourgeoisies urbaines, et qui n’en sont pour autant ni archaïques, ni réactionnaires, ni (et encore moins) méprisables. Dans la mesure où la modernisation, pour utiliser le mot le plus englobant, est porteuse de la nouvelle culture nationale, et où cultures régionales et cultures paysannes se confondent largement (même si les premières sont défendues ou portées par des élites non paysannes, clergé, érudits, notables, voire instituteurs), ce débat nous intéresse directement. Faut-il, du reste, durcir l’opposition entre les deux « écoles » ? Maurice Agulhon propose, pour les réconcilier, de changer d’énoncé : les différences sont moins dans le temps que dans l’espace, d’où, du reste, le choix judicieux de départements opéré parWeber. Au lieu de dire que la politique au village commence en 1789-1792 pour Paul Bois, en 1848 pour Agulhon et Vigier, en 1870 pour Weber, pourquoi ne pas dire qu’elle commence en 1792 pour la Sarthe, en 1848 pour le Dauphiné et la Provence, en 1870 dans les montagnes pyrénéennes, ce qui en outre met en scène une diffusion vers la « périphérie » la plus éloignée ?17

14Alain Corbin propose, pour sa part, de distinguer entre émission et réception du message, une distinction essentielle puisque la culture nationale est très largement un message envoyé par un État, des fonctionnaires, des instituteurs, des livres, à une population porteuse de cultures et de langues régionales ou infra-régionales :

  • 18 A. Corbin, « Recherche historique et imaginaire politique », p. 50.

De ce rapide bilan historiographique, se détache donc une première tradition : celle que composent les études de la conquête, de la propagation, de la diffusion des idéologies et du repérage des étapes de ce processus. Cette histoire accorde, en toute logique, beaucoup d’attention aux mécanismes de la médiation et de la propagande, à la structure des patronages. Elle s’arrête sur les acteurs : militants de toute nature, envoyés en mission, migrants, colporteurs, journalistes en leurs bureaux, militaires issus de la grande armée, etc. […]. Face à cette science hantée par ce qui s’élabore au centre et par ce qui relève de la coulée et de la propagation, se déploie depuis plus de dix ans une production historique d’un autre type. Celle-ci, à vrai dire, ne rompt pas totalement avec la précédente car elle demeure soumise au schème de l’intégration au national ; mais elle déplace le regard ; elle focalise l’attention sur la protestation ou la dissidence18.

  • 19 G. Cholvy, « Régionalisme et clergé catholique au xixe siècle » et « Clercs érudits et prêtres régi (...)

15Maîtres mots : protestation ou dissidence. L’imposition triomphante de la culture nationale, durablement assimilée, à partir du début des années 1880, à une culture républicaine, a été dénoncée par des mouvements idéologiques, régionalistes ou historiographiques qui ont insisté sur la violence éradicatrice à l’encontre des cultures et langues régionales et, osera-t-on avancer, de la « religion régionale ». J’entends par-là, ce catholicisme puissant, contre-révolutionnaire, anti-laïque, anti-moderne, qui a planté ses racines dans les « périphéries » nationales, littorales et montagnardes et s’est littéralement enlacé, comme le lierre autour du chêne, à la société et à la culture bretonnes, vendéennes, basques, flamandes, savoyardes, aveyronnaises…, voire corses ou provençales. Les prêtres y sont aussi, comme dans tant de nationalismes européens au xixe siècle, des érudits, des « mainteneurs », des militants de la langue régionale, ils l’utilisent dans leurs activités sacerdotales, composent des poèmes, des recueils de contes, des grammaires, des lexiques ou dictionnaires. Gérard Cholvy, entre autres, s’est fait leur historien19. Leur ennemi, pluriel et un à la fois, est la France deux fois jacobine : héritière des Lumières voltairiennes et de la Révolution, centralisatrice et laïcisatrice. La langue qu’elle parle et diffuse est, à leurs yeux, une « langue sans Dieu », puisque Voltaire, Barère, Grégoire, la Terreur, la franc-maçonnerie, la libre-pensée et les hussards noirs la parlent. La culture qu’elle impose, avec toute l’autorité d’un appareil d’État, nie et détruit les anciens équilibres socio-économiques et culturels, et la foi chrétienne elle-même. Religion et région doivent faire front commun face à une même attaque majeure. Un seul exemple :

  • 20 Semaine religieuse de Mende, 1897, p. 435.

C’est grâce à ses montagnes et surtout à sa langue que le Basque est resté si profondément catholique. Parce qu’il ne parle comme personne au monde, son esprit et son cœur ont été à l’abri de toutes les impiétés et de toutes les vilenies qui s’impriment dans les langues qu’il ne comprend pas20

  • 21 Les statuts datent de 1862 et annoncent la volonté de « conserver longtemps à la Provence sa langue (...)
  • 22 Sur le mouvement breton, voir D. Laurent, Aux sources du Barzaz Breiz ; F. Morvan, Le monde comme s (...)

écrit en 1897, admirative, la Semaine religieuse de Mende, après que le pèlerinage lozérien a croisé, à Lourdes, un pèlerinage basque. Se développent donc des régionalismes catholiques de droite — autant de quasi-pléonasmes alors —, dont le Félibrige est le meilleur exemple, aussi bien dans la Provence de ses origines (qui sont celles de Maurras et de Léon Daudet, piliers de l’Action française) que dans une zone d’extension qui couvre une bonne partie du Midi occitan. Un important travail de conservation, de diffusion, de revitalisation des cultures régionales est alors accompli. Le seul Frédéric Mistral est capable de donner à la Provence un mouvement, le Félibrige (1854-1862)21, un chef d’œuvre littéraire, Mirèio, et sa reconnaissance internationale (Prix Nobel de littérature 1904), un imposant dictionnaire de la langue (Lou Tresor dou Felibrige), une devise identitaire, Prouvençau e catoulic (« Provençal et catholique », l’équivalent du feiz ha breiz, « Foi et Bretagne »), et un Musée que nous dirions d’arts et traditions populaires, un des tous premiers en France, le Museon Arlaten (Arles, 1896), dans lequel plusieurs campagnes de collecte ont fait affluer objets, costumes, reliques de la vie quotidienne. Une entreprise comparable avait été menée, de manière plus précoce, en Bretagne : le Musée breton de Quimper remonte à 1846, le célèbre recueil de chants populaires bretons, Barzaz Breiz, a été publié dès 1839 par Théodore Hersart de La Villemarqué22.

  • 23 O. Voillard, « Autour du programme de Nancy », pp. 287-302.
  • 24 P. Cabanel et P. de Robert (dir.), Cathares et Camisards.

16Du point de vue politique, une idéologie se cherche, qu’on l’appelle régionalisme (le mot est attesté en 1874) ou fédéralisme. D’abord en Lorraine, puis en Provence. Une brochure est rédigée en 1865 à Nancy par un collectif de notables qui publie les lettres d’approbation reçues de diverses personnalités nationales de premier plan et de couleurs politiques diverses. Le texte d’Un projet de décentralisation est bientôt connu sous le nom de « Programme de Nancy ». Il appelle à « émanciper le département », prévoit des ententes entre départements voisins dans un cadre qui consisterait en fait à redonner vie à des entités régionales : les concepteurs du projet appartiennent à un mouvement régionaliste lorrain, le « lotharingisme », actif depuis les années 1820-1830. Mais ce « coup médiatique » reste sans lendemain23. Un second manifeste est lancé en 1892, le texte est rédigé par les Provençaux Amouretti et Maurras (qui n’est pas encore « maurrassien »), il déclare passer outre les accusations des « centralisateurs parisiens » et appelle à « délivrer de leurs cages départementales les âmes des provinces ». Et c’est un autre méridional, le Montpelliérain Jean Charles-Brun (1870-1946), issu du même milieu catholique et légitimiste, qui fonde en 1900 la Fédération régionaliste française. Elle se prétend apolitique et ses références sont relativement éclectiques, de Proudhon à Frédéric Le Play, mais ses thèmes, exposés dans l’ouvrage Le régionalisme (1911), qui reprend certaines idées du « Programme de Nancy », et dans la revue L’action régionaliste, sont d’une droite à la Barrès et plus tard à la Pétain, Brun se ralliant au maréchal en 1940, après avoir échoué à imposer l’idée régionaliste sous la République. Le maurrassisme d’Action française, qui n’oublie pas de préciser que la monarchie, au rétablissement de laquelle il aspire, sera « décentralisée », n’est pas toujours parvenu à enrôler explicitement ces entreprises, mais elles apparaissent d’autant plus marquées à droite qu’elles résistent à la francisation diffusée par la gauche laïque — la République, en un mot. Signalons toutefois qu’il a existé un authentique « Félibrige rouge », dont la capitale fut Toulouse, porté par un pasteur protestant, l’Ariégeois Napoléon Peyrat, véritable Michelet du Midi cathare, et par un petit groupe de disciples, Louis-Xavier de Ricard, Auguste Fourès, etc. Mais Peyrat n’a cessé de dénoncer la dérive droitière des félibres de Provence et de se réjouir que l’Occitanie morte ait revécu dans la France des droits de l’homme24. Et la grande révolte des viticulteurs du Midi, en 1907, à laquelle Mistral refusa d’apporter son soutien, s’est vite avérée soluble dans la République : le Languedoc des vendanges n’avait-il pas tapissé de Mariannes ses fontaines et ses places publiques ?

  • 25 Le ministre Georges Ripert était le frère d’un Majoral du Félibrige et mainteneur de l’Académie des (...)
  • 26 Cité par Jean-Pierre Rioux dans J.-P. Azéma et F. Bédarida (dir.), La France des années noires, p.  (...)
  • 27 D’une bibliographie très abondante, je retiendrai G. Miller, Les Pousse-au-jouir du maréchal Pétain(...)
  • 28 C. Bougeard (dir.), Bretagne et identités régionales ; J.-M. Guillon, « L’affirmation régionale en (...)

17La règle était bien d’un régionalisme de droite, et le régime de Vichy ne s’y est pas trompé : aussi longtemps qu’il a pu développer son projet de véritable « révolution culturelle », jusqu’à l’été 1942 pour l’essentiel, il s’est attaché à défaire une culture nationale marquée par le jacobinisme détesté et à soutenir le développement des provinces, y compris sur le plan administratif, et des cultures et langues régionales. Il donne un grand essor au récent musée des Arts et Traditions populaires, rend hommage à Mistral, met sur pied des commissions de propagande régionaliste dans les départements de la zone non occupée, multiplie les initiatives liées au folklore et en faveur de l’enseignement des langues dialectales (circulaires Ripert et Carcopino, 1940-1941)25, etc. Il suffit de parcourir la chronologie proposée par Christian Faure au terme de son ouvrage sur Le projet culturel de Vichy pour être frappé par l’accumulation de signes allant tous dans le sens du terroir, du folklore, du régionalisme, du dialecte. Y compris des initiatives qui ne tiennent pas directement au régime, mais sont dans l’air du temps, comme la tournée de conférences de Maurras sur « Mistral et le maréchal Pétain », à partir de décembre 1940, ou l’obtention du prix Goncourt 1941 par le romancier Auvergnat Henri Pourrat pour Vent de Mars. En novembre 1941, le premier numéro de la revue Corrèze (publiée par la Commission limousine de propagande) affiche cette formule : « J’aime mon village plus que ton village ; j’aime ma province plus que ta province ; j’aime la France plus que tout »26. Vichy a tenté de bâtir une nouvelle culture nationale, de type totalitaire, essentiellement autour de l’imagerie du Maréchal27, en l’associant au renouveau des cultures provinciales, l’une et les autres ayant pour tâche d’effacer l’ancienne culture nationale « jacobine ». Il entrait dans ce projet, comme dans l’ensemble de la Révolution nationale, une authentique dimension de revanche sur les cent cinquante dernières années, et l’on comprend que les militants régionalistes, pour la plupart des hommes de droite, aient répondu aux offres en provenance du régime ou se soient portés au devant de lui, sans compter les quelques poignées d’activistes bretons, flamands ou alsaciens qui se sont engagés dans la voie du collaborationnisme28.

  • 29 A. Armengaud et R. Lafont (dir.), Histoire d’Occitanie, p. xi.

18Un tel épisode, outre qu’il a achevé de marquer à droite la plupart des régionalismes, risquait de leur être fatal aux lendemains de la Libération. Or, après un temps de latence d’une quinzaine d’années environ, la revendication des cultures régionales s’est à nouveau exprimée, mais du côté de la gauche ou de l’extrême gauche, désormais. La décolonisation de l’Empire, le mouvement de Mai 68, l’accélération sans précédent de l’exode rural, la mise en place d’une nouvelle « culture nationale », non plus républicaine mais médiatique et consumériste, autant d’événements sans lien direct mais dont les effets se sont conjugués, ont fait surgir un nouveau discours et de nouvelles actions, mêlant les nostalgies d’équilibres et de mondes perdus, ou en passe de sombrer à une remise en cause sévère de l’ancien consensus national. La République a été accusée de négation des droits des colonisés, des ouvriers, des femmes, des régions ; le mot jacobinisme a entamé une nouvelle carrière, toujours pour fustiger une centralisation et une nationalisation autoritaires, pour ne pas dire « génocidaires », à l’encontre des cultures régionales. L’école laïque et ses hussards noirs ont été accusés d’avoir servi, avec trop d’efficacité, la colonisation linguistique et culturelle de terroirs qui, jusque là, avaient pu résister — on retrouve la chronologie et le regard d’un Eugen Weber. D’une certaine manière, c’est un peu au triomphe de la culture anglo-saxonne que l’on a assisté, avec l’affirmation des droits imprescriptibles d’une série de communautés, la méfiance à l’encontre d’un État omniscient et interventionniste, et l’exaltation du pragmatisme qui aurait pu conduire à mettre l’accent sur un bilinguisme de fait, sereinement organisé, plutôt que sur un monolinguisme qui ne pouvait être atteint qu’au prix d’une amputation des personnalités. Les cultures et langues régionales connaissent, à partir des années 1960-1970, un nouveau printemps qui est à la fois associatif, politique, linguistique, musical, scolaire, éditorial, littéraire, historiographique également. J’en prendrai pour preuve la monumentale Histoire d’Occitanie (950 pages) publiée en 1979 aux éditions Hachette, par les soins de l’Institut d’études occitanes et sous la direction du linguiste Robert Lafont et de l’historien André Armengaud. Ce dernier signe une introduction à l’allure de manifeste. « Toute histoire n’est pas histoire des États » : et puisqu’il n’y a jamais eu d’Occitanie au sens d’unité politique, son histoire sera celle d’un « ensemble de pays ayant même langue et même culture. Ni plus, ni moins »29. L’histoire de l’Occitanie sera assez largement l’histoire de la culture occitane.

  • 30 Ibid., p. 777.

19Face à ces affirmations et à ces chantiers, que les violences d’autonomistes ou d’indépendantistes bretons, basques ou corses ne semblent pas avoir troublés durablement, la République et la nation allaient entrer dans une longue crise de légitimité et de mémoire qui est toujours ouverte : la traite et l’esclavage, la colonisation et les guerres de décolonisation (surtout en Algérie), la Shoah, le traitement réservé à l’immigration, la violence anti-régionale diffusée par l’école de Jules Ferry, ont été tour à tour portés à leur débit, jusqu’à cette fin des années 1990 où l’épithète républicain a pu, certes de manière fugace, renvoyer à une appartenance de droite, à un nationalisme, désormais, plus qu’à un jacobinisme. L’école a été jetée au cœur du conflit, après s’être trouvée au centre de la synthèse républicaine. Dans les milieux régionalistes militants, on est fasciné par l’utilisation dans les classes, jadis et naguère, du signal ou symbole, cet objet qui a pu revêtir des formes diverses et qui servait à punir le dernier élève surpris, au moment de la récréation, à parler en langue régionale. Le signal passait de main en main, au gré des trébuchements linguistiques. On oublie que cette pratique vient des collèges jésuites, pour ne retenir que la violence symbolique faite, jour après jour, à l’autre langue et à la culture qui s’exprime par elle. L’enfant dialectophone devient cette victime innocente que viole un État sûr de sa supériorité, parfois décrit (pas toujours, on peut être régionaliste sans être marxiste, même dans les années 1970) comme l’allié objectif du capitalisme. Comme souvent, face aux grands régimes ou aux grands moments, une légende noire est venue s’opposer à l’ancienne légende dorée et s’efforcer de la recouvrir. L’Histoire d’Occitanie citée plus haut semble même trahir un surprenant impensé, lorsqu’on lit : « Tant que l’enseignement primaire restait limité, la menace (du français) était faible »30. Les congréganistes, si l’on comprend bien la suite du texte, étaient moins redoutables pour l’occitan que les instituteurs imbus de laïcité.

20De quel crime ces derniers se sont-ils rendus coupables à l’encontre des cultures régionales ? D’un véritable « ethnocide », les auteurs ayant au préalable défini l’Occitanie comme une « ethnie », non pas au sens racial, mais comme une minorité nationale ou communauté linguistique établie sur son territoire traditionnel. Définition peu convaincante à vrai dire, et que les seuls événements des années 1990 en ex-Yougoslavie nous feraient hésiter à reprendre. Elle a au moins le mérite d’avoir été choisie face à la définition de la nation par Sieyès, puisque l’Occitanie ne bénéficie pas d’un État à partir duquel elle pourrait construire son propre État-nation. Cette distinction de l’ethnie et de la nation renvoie l’historien et le sociologue à des distinctions qui lui sont familières, entre tradition « française » (politique) de la nation et tradition « allemande » (culturelle et/ou ethnique), entre approche anglo-saxonne du lien social (par communautés ethniques) et approche française (par individus). L’auteur du chapitre sur la langue donne encore une citation de Robert Lafont, qui parle de chauvinisme, de colonialisme, de capitalisme, et conclut lui-même :

  • 31 Ibid., p. 779. L’auteur du chapitre est Claude Delpla, il cite un ouvrage de R. Lafont, La revendic (...)

Les instituteurs ont été ainsi les instruments d’une entreprise d’extermination de la culture et de la civilisation occitanes. Ils ont été les exécutants d’une politique d’oppression culturelle et de négation des libertés élémentaires. Rendus étrangers à leur propre peuple, ils ont contribué à détruire les valeurs de toute une civilisation, et tenté d’enlever au peuple occitan jusqu’à la conscience de son identité. Conditionnés par leur formation idéologique, ils se sont faits les zélateurs d’une conception unitaire et totalisante de la nation31.

21Tout semble dit. Les hussards noirs n’étaient que les zélotes d’un régime totalisant et ethnocidaire, ils ont accompli une œuvre de mort… On voit combien la sereine et lisse conquête de la France par une culture nationale progressiste, telle qu’a pu la présenter une certaine historiographie (et idéologie), a pu être assimilée par une autre historiographie (et idéologie) à un processus heurté et, de bout en bout, porté par la violence.

Synthèse : une culture nationale inclusive

  • 32 On relèvera trois exceptions, marginales mais qui méritent l’attention : l’émigration de départemen (...)
  • 33 J.-F. Chanet, L’École républicaine et les petites patries.
  • 34 Un Méridional et félibre de gauche, proche parent d’Antoine Chalamet dont il est question plus bas.

22L’historiographie récente a proposé de tenter une synthèse autour du conflit supposé entre culture nationale et cultures régionales. Deux études de Jean-François Chanet et Anne-Marie Thiesse ont montré, coup sur coup (1996-1997), que l’école républicaine, ses instituteurs et ses manuels ont reconnu une place authentique aux régions ou « petites patries » (Chanet). Les positions et les pratiques scolaires de la République s’avèrent bien éloignées de la vision sommaire qui a pu être donnée d’elles par les régionalismes d’extrême droite puis d’extrême gauche. Y compris pour une raison majeure : le recrutement des maîtres, strictement départemental, comme on le sait, fait d’eux des enfants du terroir, de sa culture et de sa langue32. Pourquoi, demande Jean-François Chanet, auraient-ils travaillé à briser chez leurs élèves des attachements dont ils éprouvaient aussi la solidité ? Pourquoi imaginer que leur formation, à l’École normale, ait été une déformation systématique, une espèce de déculturation et de décérébration qui les aurait rendus infidèles ou étrangers à leur petite patrie ? Le goût de tant d’instituteurs pour l’histoire locale, pour la littérature du terroir (qu’ils la lisent ou, assez souvent, qu’ils l’écrivent, jusqu’au prix Goncourt 1920 pour Ernest Pérochon), pour la langue dialectale, pour les sorties sur le terrain, emplit la troisième partie de l’ouvrage de Chanet, sous ce superbe titre : « Les arpenteurs des petites patries »33. Ces hommes et femmes ne sont nullement des militants isolés qui travailleraient clandestinement face à une administration jacobine ; leurs supérieurs les encouragent, notamment dans une circulaire adressée en 1911 par le ministre de l’Instruction publique, Maurice Faure34, à enseigner l’histoire et la géographie locales.

  • 35 Circulaire du 25 février 1911 aux Recteurs d’Académie, citée par A.-M. Thiesse, Ils apprenaient la (...)

C’est un fait malheureusement trop certain que la plupart des élèves et un trop grand nombre des Français ignorent presque entièrement tout ce qui a trait à la géographie et à l’histoire de la commune, du département où ils sont nés et de l’ancienne province dont ce département faisait partie avant la Révolution. Il y aurait cependant le plus sérieux avantage à ce que tous connussent bien la physionomie particulière de la terre natale, ses ressources, les coutumes et les mœurs de ses habitants, leurs traditions, contes, proverbes, légendes, le rôle qu’elle a joué dans le passé, les citoyens éminents qu’elle a enfantés […]. On est d’autant plus attaché à son pays qu’on a de plus nombreuses raisons de l’aimer, de s’y sentir en quelque sorte solidaire des générations disparues, et l’amour du sol natal […] est le plus solide fondement de l’amour de la patrie35.

  • 36 H. Lieutard et M.-J. Verny (éd.), L’école française et les langues régionales.
  • 37 L’auteur de Jean Coste (1901) a publié l’année suivante, dans L’École nouvelle, une étude recommand (...)
  • 38 Étudiés par J.-F. Chanet dans Les félibres cantaliens.

23Les travaux des spécialistes des langues régionales ont même montré que certains instituteurs sont allés bien au-delà : ils ont animé, dans plusieurs régions, une sorte de « Félibrige laïque » (même si les tenants des deux univers eussent sursauté à les entendre ainsi rapprochés), en militant activement pour la maintenance des langues régionales et leur présence accrue dans l’espace scolaire, en pariant sur la complémentarité plutôt que sur l’opposition des deux langues et de leur apprentissage. Un colloque organisé à Montpellier en 200636 a permis de mettre en lumière les figures du Catalan (d’origine héraultaise) Louis Pastre (1863-1927), du Corse Jean-Pierre Lucciardi (1862-1928), de l’Aveyronnais Henri Mouly (1896-1981) et de ses prédécesseurs (un Jean Carbonel, 1864-1942) et collègues (une Julienne Séguret, 1891-1981, et bien d’autres). Les spécialistes connaissaient déjà Prosper Estieu (1860-1939), Antonin Perbosc (1861-1944) et Antonin Lavergne (1863-1941)37 pour l’Occitanie, Louis Delhostal (1877-1933) et Henri Dommergues pour l’Auvergne38, Yann Sohier (1901-1935), le père de l’historienne Mona Ozouf, pour la Bretagne. Les dates ont été données pour mettre en valeur l’existence de deux générations, dont la première est celle-là même des hussards noirs dans leur f leur, puisque ces hommes, nés au début des années 1860, sont entrés dans la carrière au moment des lois Ferry et l’ont conduite au cœur de la Troisième République, tandis que leurs successeurs sont de purs produits de leurs écoles. Ils ont publié : Le catalan à l’école (1907) ; Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans (1911) ; Enseignement de la langue catalane par la méthode des doubles textes (1920) ; Rapport sur l’utilisation du corse dans l’enseignement du français (1923) ; Me a lenno (le manuel de breton de Yann Sohier, rédigé en 1934 et publié à titre posthume, en 1941) ; Éléments de langue occitane (1939), Teatre Escolari (1942), etc. L’ensemble dessine le portrait d’un groupe minoritaire mais qui ne mérite pas moins qu’on lui accorde sa place, quelque paradoxale qu’elle nous apparaisse : des serviteurs de la culture nationale ont pu, et au grand jour, et par écrit, servir les cultures et langues régionales. C’est donc que leur corporation n’était pas aussi monolithique, ni la République aussi autoritaire que nous pouvions le craindre.

24Les historiens ont pu le vérifier à un plus haut niveau : la querelle plus ou moins feutrée, à la fois technique et idéologique, qui a opposé des inspecteurs généraux et des inspecteurs primaires autour de l’enseignement du français, dans les années 1880-1890, le révélait déjà. À la ligne intransigeante du célèbre Irénée Carré, tenant de la méthode dite « maternelle » (l’instituteur n’utilise en classe que le français, en s’aidant de gestes et d’objets, sans jamais passer par le truchement du patois), un Félix Pécaut, notamment — proche de Ferdinand Buisson et de Jules Ferry —, opposait un apprentissage plus bilingue et plus progressif. Son rapport d’inspection des Basses-Pyrénées, publié en 1880, comportait six pages spécialement consacrées au Pays basque. Il s’agissait d’en « prendre possession » de manière pacifique, par la conquête scolaire. Pour Pécaut, le basque ne doit pas être banni de l’école, tout au contraire ; il demande qu’une mention de basque soit ajoutée au brevet, et exigée pour tout postulant à une direction d’école en pays basque. Il souhaite encore que les inspecteurs primaires soient Basques, stables, déchargés d’une partie des écritures et convenablement remboursés de leurs frais de tournée. Et ajoute :

  • 39 F. Pécaut, Rapports d’inspection générale sur l’Académie de Bordeaux ; P. Cabanel, « Catholicisme e (...)

Il va sans dire que nul ne songe et ne doit songer à « supprimer » la langue basque ; ce serait à la fois violent, impolitique et inutile. Elle ne disparaîtra que trop tôt d’elle-même, sous la pression de tout un ordre supérieur de civilisation39.

  • 40 A.-M. Thiesse, Ils apprenaient la France, pp. 15 et 24.

25Quant à l’enseignement de l’histoire et de la géographie, une discipline sensible, assez tardivement intégrée dans les programmes d’instruction ou d’examen (certificat d’études), Jean-François Chanet et Anne-Marie Thiesse ont montré qu’il fait toute sa place au département et au local. Mais — car on peut estimer qu’il y a bien un mais —, ce département est toujours inséré dans un emboîtement qui n’en fait qu’un degré d’un tout, lui-même englobant des degrés plus réduits, dans une sorte de système métrique des espaces administratifs. C’est une constante, qui plie la diversité dans l’unité, et à propos de laquelle Anne-Marie Thiesse a parlé de « gigognes patriotiques » ou de construction « en matriochkas » du territoire national40. « L’Aude, résumé de la France », déclare un texte publié dans une Géographie et histoire de l’Aude (1941).

Province, que Paris traite négligemment,
Quand c’est, en abrégé, la France toute entière,
Ce morceau de Comté qui borde la frontière […]
C’est, vous dis-je, la France entière, en abrégé […]
Ma petite patrie, enclose dans la grande…

  • 41 Cité dans ibid., pp. 28-29. Le poème de Trouillot a été publié dans H. Boibessot, Anthologie classi (...)

s’écrie, dans le poème Petite patrie, le Jurassien Georges Trouillot en 192441. Il en va de même de l’histoire locale, qui n’est qu’une « miniature historique », entendons un résumé à l’échelle de la grande histoire nationale ; et quel bonheur, pour les rédacteurs de notices départementales, lorsqu’ils peuvent exalter la mémoire de grands hommes qui ont honoré et leur petite patrie et la grande, tels un Descartes en Indre-et-Loire, un Duguesclin dans les Côtes du Nord (d’Armor), un chevalier d’Assas dans le Gard, et tant de généraux révolutionnaires ou de l’Empire nés ici et là. Dans cette impeccable figure des poupées-gigognes, la région n’est pas à côté de la nation, comme dans la figure horizontale du centre et des périphéries : elle est dans la nation, selon un axe de verticalité qui, à la fois, respecte sa personnalité, la définit comme un agrégat d’éléments plus réduits (commune, canton, etc.) et l’intègre à plus vaste qu’elle — en oubliant au passage l’ancienne province, que la Troisième République ne reconnaît plus.

  • 42 En fait, Ferdinand Buisson en personne et son ami Jules Steeg, futur député et inspecteur général d (...)
  • 43 Paris, Picard et Kann, 1891. Chalamet appartient, comme Maurice Faure, à une dynastie ardéchoise et (...)

26Deux entreprises éditoriales caractéristiques de la Troisième République, y compris de par la personnalité et le statut de leurs auteurs, donnent une vérification presque expérimentale de cette conception qui inclut les régions dans la nation — pour mieux les y subsumer (étouffer), diront certains. Lectures courantes des écoliers français, du mystérieux Caumont42, et Jean Felber, d’Antoine Chalamet43, proposent en effet d’apparier dans un même volume un texte tronc commun, manuel d’instruction civique (Caumont) ou véritable roman familial (Chalamet) et un chapitre « intercalaire » consacré à chacun des départements, le tout composant autant de déclinaisons départementales d’un même titre général. Les Lectures courantes ont pour sous-titre La Famille - La Maison - Le Village - Notre département (Notre colonie) - Notre Pays. Caumont (dont l’une des têtes habite alors à Libourne) et Chalamet se sont adressés, pour cette notice départementale, à des fonctionnaires de l’enseignement en poste sur place et, sauf exception, originaires du département. Intéressant exercice d’écriture à quatre mains (la nation/le département), qui révèle le souci d’une complémentarité, et nullement d’une caricature ou d’une éradication de l’identité régionale. Or les Buisson, Steeg, Chalamet, sont des princes de la République laïque et de sa pédagogie et publient chez des éditeurs parisiens en vue, Delagrave et Picard et Kann, et non dans des maisons de province plus ou moins « régionalistes » : il apparaît donc un peu rapide de condamner en bloc une République qui n’aurait été que centralisatrice et unitaire, lorsque l’on se trouve face à des dispositifs qui ont eu droit de cité en classe et qui n’hésitent pas à exalter parfois histoire, héros et langue des régions.

27Ainsi pour la Drôme dans le Caumont — cette Drôme où les petits Volden avaient eu à subir une telle solitude linguistique. Le sud du département, explique l’auteur, conserve un patois dont tout porte à penser qu’il va survivre longtemps : « Je ne sais pas d’ailleurs jusqu’à quel point il serait désirable de voir disparaître un idiome qui a sa richesse et ses monuments ». La notice du Var regrette que le français, généralement compris et parlé, y soit sérieusement altéré par l’introduction d’une foule de provençalismes issus d’un patois très utilisé dans la conversation. Faut-il donc souhaiter l’étiolement du patois provençal ? Non, car il se prête « merveilleusement à l’expression de toute pensée ; ses tournures originales, son énergie, sa parfaite harmonie avec les mœurs locales et le caractère des habitants justifient pleinement une popularité qui n’est pas prête à disparaître ».

  • 44 Les déclinaisons départementales (et parfois coloniales) du Caumont et du Jean Felber ont été étudi (...)

28Quant à la notice du Tarn, l’inspecteur primaire qui la rédige dénonce la croisade contre les Albigeois et son but politique et regrette qu’elle ait « arrêté une civilisation dont les développements donnaient de l’inquiétude » et assuré ainsi « pour toujours la suprématie de la France du Nord sur celle du Midi »44.

  • 45 M. Ozouf, « Préface », p. 12.
  • 46 E. Le Roy Ladurie, Histoire de France des régions, pp. 357-358.

29Ainsi, si des républicains ont pu souhaiter explicitement l’éradication des « patois », d’autres, on le voit, ont considéré leur disparition comme probable ou inéluctable, mais l’ont regrettée. Si le résultat objectif est le même, les attitudes et les regards doivent être nettement distingués. Si les cultures régionales sont mortes, en France, elles le doivent pour une part à l’« agression » et au dynamisme d’une culture nationale dont on ne doit pas oublier, pour autant, qu’elle était diffusée par un régime authentiquement démocratique, « vérifié » dans les urnes tous les quatre ans ; elles le doivent aussi à la pression de « tout un ordre supérieur de civilisation », qui n’est pas une formule kabbalistique ou mystique mais un constat que nous pouvons sans doute faire nôtre. Dans la préface qu’elle a donnée à l’ouvrage de Jean-François Chanet, Mona Ozouf estime que si l’on veut trouver le coupable d’une logique meurtrière à l’égard des langues minoritaires, ce n’est pas dans les rangs des instituteurs, mais dans ceux de la société tout entière qu’il faut les chercher, avec les lumières de la ville, les rêves des parents, la culture de la réussite, la religion de l’utilité45. Emmanuel Le Roy Ladurie ne dit rien d’autre en conclusion de son Histoire de France des régions. La perte de la langue régionale a-t-elle eu des contreparties, a-t-elle été compensée par l’accès à divers avantages nationaux, que seul l’apprentissage du français pouvait offrir ? Le fait de poser la question est peut-être déjà lui répondre ; à tout le moins, on ne peut que constater que le sacrifice de la culture régionale a été accepté « d’un cœur léger » par bien des Flamands, Occitans, Bretons…46 Nous devons prendre en compte et respecter le « désir de français » qui a habité les familles et les enfants, tout comme le « désir de France » qui a poussé tant d’immigrés, y compris des anciennes colonies, vers notre pays ; un désir objectif, inclus dans une projection vers l’avenir, la libération, le mouvement. Une aliénation, une intériorisation de normes extérieures, un exil physique ou intérieur, diront certains. Une sortie, une libération, une appropriation conquérante, répondront d’autres. Les uns et les autres détiennent une part de la vérité sociale et humaine.

30Thèse, antithèse, synthèse. Mais la thèse et la synthèse sont peut-être une seule et même chose, comme déjà chez Michelet, admirateur passionné de la fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, chantre de l’unité et de la diversité de la France à travers ses paysages et son histoire. Quelles qu’aient été les contestations, idéologiques (un nom : Maurras), mémorielles (un objet : le signal), historiographiques (un nom : Eugen Weber), la culture nationale diffusée par la Troisième République, et pour une part héritée des régimes précédents, pour une autre inventée par ses soins, a été une extraordinaire réussite, alors même que son cadre d’exercice était démocratique, et non totalitaire. Cette réussite frappe d’autant plus lorsque l’on regarde certains grands pays voisins, l’Italie et l’Espagne qui n’ont peut-être réussi à se doter d’une culture nationale que sous le couvert (la chape) des régimes mussolinien et franquiste. Cette réussite a été telle qu’elle s’est révélée une excellente machine à intégrer des vagues successives d’immigration, avec leurs langues et religions. Une double question se pose à cet endroit, du reste : pourquoi cette culture nationale, et l’école qui en était le solennel et délicieux chantier, sont-elles aujourd’hui autant à la peine ? Et pourquoi l’Europe a-t-elle échoué, si elle l’a tenté, à se doter d’un même type de culture, profondément intégrative et qui pourrait être aux nations du vieux continent ce que chacune d’elles avait été à ses régions ? La culture nationale républicaine de la France a tout été, sauf un nationalisme ; et c’est pour cela que son échec actuel doit être considéré comme un événement d’une particulière gravité, et que sa réussite passée peut servir d’exemple au moment d’inventer une culture européenne collective.

Bibliographie

Bibliographie

Abrate, Laurent, Occitanie 1900-1968, des idées et des hommes. L’émergence et l’histoire de la revendication occitane, Toulouse, Institut d’études occitanes, 2001.

Agulhon, Maurice, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979.

— Histoire vagabonde, Paris, Gallimard, 1988-1996 (3 vol.).

— « Conscience nationale et conscience régionale en France de 1815 à nos jours », dans Maurice Agulhon, dans Histoire vagabonde, t. II : Idéologie et politique dans la France du xixe siècle, Paris, Gallimard, 1988, pp. 144-171.

— Idéologie et politique dans la France du xixe siècle, t. II de l’Histoire vagabonde de Maurice Agulhon, Paris, Gallimard, 1988.

— Marianne au pouvoir l’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989.

— « La fabrication de la France, problèmes et controverses », dans Martine Ségalen (dir.), L’autre et le semblable, Paris, CNRS, 1989, pp. 109-120.

— « Suffrage universel et campagnes françaises », dans Maurice Agulhon, Histoire vagabonde, t. III : La politique en France, d’hier à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 1996, pp. 61-82.

— Les Métamorphoses de Marianne, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours, Paris, Flammarion, 2001.

Amalvi, Christian, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France. Essais de mythologie nationale, Paris, Albin Michel, 1988.

Armengaud, André et Lafont, Robert (dir.), Histoire d’Occitanie, Paris, Hachette, 1979.

Azéma, Jean-Pierre et Bédarida, François (dir.), La France des années noires, t. I : De la défaite à Vichy, Paris, Seuil, 1993.

Babel, Rainer et Moeglin, Jean-Marie, Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1997.

Balibar, Renée, Les français fictifs. Le rapport des styles littéraires au français national, Paris, Hachette, 1974.

— L’institution du français, essai sur le colinguisme, Paris, PUF, 1985.

Balibar, Renée et Laporte, Dominique, Le français national. Politique et pratique de la langue nationale sous la Révolution, Paris, Hachette, 1974.

Belmont, Nicole, Aux sources de l’ethnologie française : l’Académie celtique, Paris, Éditions du CTHS, 1995.

Bertrand, Michel, Cabanel, Patrick et Lafargue, Bertrand de (dir.), La fabrique des nations. Figures de l’État-nation dans l’Europe du xixe siècle, Paris, Les Éditions de Paris, 2003.

Boibessot, Henry, Anthologie classique d’écrivains comtois, Besançon, Éditions de Franche-Comté et Mont-Jura, 1924.

Bougeard, Christian (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale, Brest, Centre de recherche Bretonne et Celtique, 2002.

Boutan, Pierre, « La langue des Messieurs ». Histoire de l’enseignement du français à l’école primaire, Paris, Armand Colin, 1996.

Bruno, G., Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1877 (1906 pour l’édition « laïcisée »).

— Le tour de la France par deux enfants, dans Jean-Pierre Rioux (éd.), Tableaux de la France suivis de Le tour de la France par deux enfants, Paris, Presses de la Cité, 2007.

Cabanel, Patrick, Nation, nationalités et nationalismes en Europe (1850-1920), Gap, Ophrys, 1996 (2e éd. revue).

— La question nationale au xixe siècle, Paris, La Découverte, 1997.

— « Catholicisme et laïcité, langue et nation à la fin du xixe siècle, Félix Pécaut et les Basques », dans Les « Petites patries » dans la France républicaine, Cahiers Jean Jaurès, 152, juillet 2000, pp. 77-90.

— La République du certificat d’études. Histoire et anthropologie d’un examen (xixe-xxe siècles), Paris, Belin, 2002.

— Le tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (xixe-xxe siècles), Paris, Belin, 2007.

Cabanel, Patrick et Robert, Philippe de (dir.), Cathares et Camisards. L’œuvre de Napoléon Peyrat, Montpellier, Presses du Languedoc, 1998.

Certeau, Michel de, Julia, Dominique et Revel, Jacques, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975 (rééd. « Folio », 2002).

Chanet, Jean-François, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

— Les félibres cantaliens. Aux sources du régionalisme auvergnat (1879-1914), Clermont-Ferrand, Adosa, 2000.

— « École et politisation dans les campagnes françaises au xixe siècle », dans La politisation des campagnes au xixe siècle. France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, École française de Rome, 2000, pp. 91-106.

Charles-Brun, Jean, Le Régionalisme [1911], édité et présenté par Mireille Meyer, Paris, éditions du CNRS, 2004.

Cholvy, Gérard, « Régionalisme et clergé catholique au xixe siècle », dans Christian Gras et Georges Livet (dir.), Régions et régionalisme en France du xviiie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1977, pp. 187-201.

Cholvy, Gérard, « Clercs érudits et prêtres régionalistes », Revue d’histoire de l’Église de France, 71 (186), 1985, pp. 5-12.

Corbin, Alain, « Recherche historique et imaginaire politique. À propos des campagnes françaises au xixe siècle », dans La politisation des campagnes au xixe siècle. France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, École française de Rome, 2000, pp. 47-55.

Cultures régionales. Singularités et revendications, dossier publié dans la revue Ethnologie française, 95, 2003.

Duclert, Vincent et Prochasson, Christophe (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002.

Duruy, Victor, Introduction générale à l’histoire de France [1865], dans Jean-Pierre Rioux, Tableaux de la France, Paris, Presses de la Cité, 2007.

Enseigner la nation. Géopolitique des manuels, dossier publié dans la revue Outre-Terre, 12, 2005.

Fabre, Daniel (dir.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996.

Faure, Christian, Le projet culturel de Vichy, Paris, Lyon, CNRS-PUL, 1989.

Ford, Caroline, Creating the Nation in Provincial France. Religion and Political Identity in Britanny, Princeton, Princeton UP, 1993.

Gardy, Philippe, L’exil des origines : renaissance littéraire et renaissance linguistique en pays de langue d’oc aux xixe et xxe siècles, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2006.

Gerson, Stéphane, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century Place, Ithaca, Cornell University Press, 2003.

Gras, Christian et Livet, Georges (dir.), Régions et régionalisme en France du xviiie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1977.

Guillaume, Pierre (dir.), Le Midi dans la nation française, Paris, Éditions du CTHS, 2002.

Guillon, Jean-Marie, « L’affirmation régionale en Pays d’oc des années quarante », dans le dossier Cultures régionales. Singularités et revendications, publié dans Ethnologie française, 95, 2003, pp. 425-433.

Ihl, Olivier, La fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

Joutard, Philippe, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983.

Lafont, Robert, La révolution régionaliste, Paris, Gallimard, 1967.

— La revendication occitane, Paris, Flammarion, 1974.

Lagrée, Michel, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992.

Lagrée, Michel (dir.), Les parlers de la foi. Religion et langues régionales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995.

Les langues régionales en France de l’entre-deux-guerres à la Libération, dossier publié dans la revue Lengas, 50, 2001.

Laurent, Donatien, Aux sources du Barzaz Breiz, Douarnenez, L’Abri du Marin, 1989.

Le Roy Ladurie, Emmanuel, Histoire de France des régions. La périphérie française, des origines à nos jours, Paris, Seuil, 2001.

Lelièvre, Henry (dir.), Les Régions en révolte contre les États ? Corse, Kabylie, Pays basque, Kurdistan, Flandre…, Bruxelles, Complexe, 2002.

Lieutard, Hervé et Verny, Marie-Jeanne (éd.), L’école française et les langues régionales (xixe-xxe siècles). Études occitanes, 3, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007.

Livre du maître, Paris, Belin, 1906.

Lüsebrink, Hans-Jürgen, « “Littérature nationale” et “espace national”. De la littérature hexagonale aux littératures de la “Plus grande France” », dans Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire. Philologiques III, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994, pp. 265-286.

Martel, Philippe, Les cathares et l’histoire. Le drame cathare devant ses historiens (1820-1992), Toulouse, Privat, 2002.

— L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue, Études occitanes, 2, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007.

McPhee, Peter, Les semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales (1846- 1852). Classes sociales, culture et politique, Perpignan, Publications de l’Olivier, 1995.

Meyer, Mireille, « Vers la notion de “cultures régionales” (1789-1871) », dans le dossier Cultures régionales. Singularités et revendications, publié dans Ethnologie française, 95, 2003, pp. 408-416.

Michelet, Jules, Tableau de la France [1833], dans Jean-Pierre Rioux (éd.), Tableaux de la France, Paris, Presses de la Cité, 2007.

Miller, Gérard, Les Pousse-au-jouir du maréchal Pétain, Paris, Seuil, 1975.

Minorités nationales en France, dossier publié dans Les Temps modernes, août 1973.

Morvan, Françoise, Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes Sud, 2002.

Nationalismes régionaux en Europe, dossier publié dans la revue Hérodote, 95, 4e trimestre 1999.

Nguyen, Victor, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique à l’aube du xxe siècle, Paris, Fayard, 1991.

Nicolet, Claude, La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin, 2003.

Nora, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992 (7 vol.) [rééd., Gallimard, « Quarto », 1997, 3 vol.].

Ozouf, Mona, L’école de la France. Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984.

— « Préface », dans Jean-François Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

Ozouf, Jacques et Ozouf, Mona, La République des instituteurs, Paris, Gallimard-Seuil, 1992.

Pasquini, Pierre, Les pays des parlers perdus, Montpellier, Presses du Languedoc, 1994.

Pécaut, Félix, Rapports d’inspection générale sur l’Académie de Bordeaux, Paris, Imprimerie Nationale, 1880.

Les « petites patries » dans la France républicaine, dossier publié dans les Cahiers Jean Jaurès, 152, avril-juin 1999.

Quinet, Edgar, Le christianisme et la Révolution française, Paris, Cormon, 1845.

Quinet, Edgar, La Révolution, Paris, Verboeckhoven, 1865.

Riquer i Permanyer, Borja de, « La faiblesse du processus de construction nationale en Espagne au xixe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1994, pp. 353-366.

Rioux, Jean-Pierre (éd.), Tableaux de la France suivis de Le tour de la France par deux enfants, Paris, Presses de la Cité, 2007.

Rioux, Jean-Pierre et Sirinelli, Jean-François (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997.

Siegfried, André, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1913 (rééd. Paris, Imprimerie nationale, 1995).

Soulet, Jean-François, Les Pyrénées au xixe siècle, Toulouse, Éché, 1987 (2 vol.) [rééd. Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, 2004].

Supiot Ripoll, Alberto, El discurso escolar de la tercera Republica Francesa : la imagen de Francia en los libros de lectura de G. Bruno, thèse, Universidad de Valladolid, 1991.

Tacke, Charlotte, « Les lieux de mémoire et la mémoire des lieux : mythes et monuments entre nation et région en France et en Allemagne au xixe siècle », dans Dominique Julia (dir.), Culture et société dans l’Europe moderne et contemporaine, Florence, Institut européen de Florence, 1992, pp. 133-163.

Terral, Hervé, La langue d’oc devant l’école. Textes choisis (1789-1951), Puylaurens, Institut d’études occitanes, 2005.

Thabault, Roger, 1848-1914. L’ascension d’un peuple. Mon village. Ses hommes, ses routes, son école [1943], Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982.

Thiesse, Anne-Marie, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

— Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997.

— La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècle, Paris, Seuil, 1999.

Vidal de la Blache, Paul, Tableau de la géographie de la France [1903], dans Jean-Pierre Rioux (éd.), Tableaux de la France, Paris, Presses de la Cité, 2007.

Voillard, Odette, « Autour du programme de Nancy », dans Christian Gras et Georges Livet (dir.), Régions et régionalisme en France du xviiie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1977, pp. 287-302.

Weber, Eugen, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870- 1914), Paris, Fayard, 1983.

— La fin des terroirs repris dans La France de nos aïeux, Paris, Fayard, 2005.

Wright, Julian, The Regionalist Movement in France (1890-1914). Jean Charles-Brun and French Political Thought, Oxford, Clarendon, 2003.

Y a-t-il une exception sociolinguistique française ? Actes du colloque de Brest organisé par le Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne (juin 1997), publiées dans La Bretagne linguistique, 12, 1998.

Zeldin, Théodore, France 1845-1945, Oxford, Oxford Modern History, 1975- 1977 (2 vol.).

— Histoire des passions françaises, Paris, Éditions recherches, 1978-1979 (5 vol.) [rééd., « Petite bibliothèque Payot », 2002, 5 vol.].

Notes

1 M. Agulhon évoque dans « Conscience nationale et conscience régionale » un autre type d’antithèse dont je ne parlerai pas ici, le dépassement de la conscience nationale par le haut : universalismes, internationalisme, pacifisme, aujourd’hui peut-être l’européisme, pp. 144-171.

2 B. de Riquer i Permanyer, « La faiblesse du processus de construction nationale en Espagne », pp. 353-366.

3 E. Quinet, Le Christianisme et la Révolution ; Id., La Révolution.

4 Deux ouvrages judicieusement réunis, dans J.-P. Rioux (éd.), Tableaux de la France avec ceux de V. Duruy, Introduction générale à l’histoire de France et G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants.

5 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, pp. 164-165.

6 Ibid., édition « laïcisée » de 1906, pp. 161-162.

7 Livre du maître, pp. 262-263.

8 Sur cette question, voir en bibliographie les titres de R. Balibar et ceux de P. Cabanel.

9 R. Thabault, 1848-1914. L’ascension d’un peuple, p. 63.

10 Ibid., p. 236.

11 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République.

12 D’abord publié en anglais sous le titre France 1845-1945.

13 E. Weber, La fin des terroirs, dans Id., La France de nos aïeux, pp. 575 et sqq.

14 R. Thabault, 1848-1914. L’ascension d’un peuple, p. 238. Souligné par l’auteur.

15 En schématisant beaucoup, car un John M. Merriman ou un Ted W. Margadant, dans leurs travaux sur la résistance rurale au coup d’État du 2 décembre 1851, seraient à ranger dans l’historiographie « française », alors qu’un J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle, tiendrait plutôt de l’autre école.

16 P. McPhee, Les semailles de la République.

17 Dans la note additionnelle, « Politisation des campagnes », qui termine la reprise de l’article de M. Agulhon sur « Suffrage universel et campagnes françaises », pp. 61-82.

18 A. Corbin, « Recherche historique et imaginaire politique », p. 50.

19 G. Cholvy, « Régionalisme et clergé catholique au xixe siècle » et « Clercs érudits et prêtres régionalistes ».

20 Semaine religieuse de Mende, 1897, p. 435.

21 Les statuts datent de 1862 et annoncent la volonté de « conserver longtemps à la Provence sa langue, son caractère, sa liberté d’allure, son honneur national et sa hauteur d’intelligence car telle qu’elle est, la Provence nous plaît. Par Provence, nous entendons le midi de la France tout entier ».

22 Sur le mouvement breton, voir D. Laurent, Aux sources du Barzaz Breiz ; F. Morvan, Le monde comme si et plusieurs articles réunis dans le dossier Cultures régionales. Singularités et revendications.

23 O. Voillard, « Autour du programme de Nancy », pp. 287-302.

24 P. Cabanel et P. de Robert (dir.), Cathares et Camisards.

25 Le ministre Georges Ripert était le frère d’un Majoral du Félibrige et mainteneur de l’Académie des Jeux Floraux.

26 Cité par Jean-Pierre Rioux dans J.-P. Azéma et F. Bédarida (dir.), La France des années noires, p. 527.

27 D’une bibliographie très abondante, je retiendrai G. Miller, Les Pousse-au-jouir du maréchal Pétain.

28 C. Bougeard (dir.), Bretagne et identités régionales ; J.-M. Guillon, « L’affirmation régionale en Pays d’oc des années quarante » ; L. Abrate, Occitanie 1900-1968, pp. 323-380.

29 A. Armengaud et R. Lafont (dir.), Histoire d’Occitanie, p. xi.

30 Ibid., p. 777.

31 Ibid., p. 779. L’auteur du chapitre est Claude Delpla, il cite un ouvrage de R. Lafont, La revendication occitane, p. 216.

32 On relèvera trois exceptions, marginales mais qui méritent l’attention : l’émigration de départements de montagne vers d’autres départements (via la procédure de l’exeat) ; la nomination d’instituteurs béarnais dans la partie basque des Basses-Pyrénées ; l’envoi en Alsace, après 1918, d’instituteurs venus de la France de l’intérieur.

33 J.-F. Chanet, L’École républicaine et les petites patries.

34 Un Méridional et félibre de gauche, proche parent d’Antoine Chalamet dont il est question plus bas.

35 Circulaire du 25 février 1911 aux Recteurs d’Académie, citée par A.-M. Thiesse, Ils apprenaient la France, p. 9.

36 H. Lieutard et M.-J. Verny (éd.), L’école française et les langues régionales.

37 L’auteur de Jean Coste (1901) a publié l’année suivante, dans L’École nouvelle, une étude recommandant l’usage du « patois » dans l’école primaire ; il a développé les mêmes thèmes dans la revue L’École et la Vie, en 1918.

38 Étudiés par J.-F. Chanet dans Les félibres cantaliens.

39 F. Pécaut, Rapports d’inspection générale sur l’Académie de Bordeaux ; P. Cabanel, « Catholicisme et laïcité », pp. 77-90.

40 A.-M. Thiesse, Ils apprenaient la France, pp. 15 et 24.

41 Cité dans ibid., pp. 28-29. Le poème de Trouillot a été publié dans H. Boibessot, Anthologie classique d’écrivains comtois.

42 En fait, Ferdinand Buisson en personne et son ami Jules Steeg, futur député et inspecteur général de l’instruction publique (Paris, Delagrave, 1879).

43 Paris, Picard et Kann, 1891. Chalamet appartient, comme Maurice Faure, à une dynastie ardéchoise et drômoise, protestante, de députés, sénateurs, ministres et pédagogues républicains.

44 Les déclinaisons départementales (et parfois coloniales) du Caumont et du Jean Felber ont été étudiées par mes soins dans Le tour de la nation par des enfants.

45 M. Ozouf, « Préface », p. 12.

46 E. Le Roy Ladurie, Histoire de France des régions, pp. 357-358.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search