Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

II. L’histoire culturelle comme détour problématique

Histoire et identité nationale en Espagne

Benoît Pellistrandi

Résumé

Les représentations du passé national et les réflexions sur l’identité espagnole agissent sur les discours politiques, de même que ceux-ci contaminent ces représentations. Il existe donc bien un champ que l’histoire culturelle est appelée à couvrir pour rendre compte non seulement de l’émanation de ces problèmes identitaires mais aussi pour explorer comment les mises en forme du passé se sont effectuées et essayer de comprendre leur fortune inégale. Le caractère inachevé de l’héritage nationaliste et historiographique du xixe siècle explique l’éclatement du discours au cours du premier tiers du xxe siècle tandis que les concurrences politiques investissent amplement la représentation du passé pour en faire un enjeu idéologique. Le franquisme triomphant, travaillé de l’intérieur et de l’extérieur, ne lèguera pas de vision consensuelle. En revanche, la méditation de l’histoire espagnole aidera à l’émergence d’une volonté nouvelle qui inspirera les hommes de la transition démocratique.

Note de l’auteur

Lors du colloque en mai-juin 2005, l’auteur de ces lignes achevait son second mandat de directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à la Casa de Velázquez.

Texte intégral

1Il est assuré, pour un esprit français, qu’existe une intime liaison entre l’histoire du pays et son identité nationale :

  • 1 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, p. 5.

Toute ma vie je me suis fait une certaine idée de la France […]. Cette foi a grandi en même temps que moi dans le milieu où je suis né. Mon père, homme de pensée, de culture, de tradition, était imprégné du sentiment de la dignité de la France, il m’en a découvert l’Histoire. Ma mère portait à la patrie une passion intransigeante à l’égal de sa piété religieuse1.

2Ces phrases du général de Gaulle, même si pour l’historien elles traduisent d’abord un moment de cette relation entre histoire et identité nationale, ne manquent pas, cependant, d’exprimer aussi un trait de l’esprit français. J’ai emprunté au domaine politique l’exemple parce qu’il est sans doute celui qui fait apparaître le mieux la différence qui sépare la France de l’Espagne. On a prêté à Antonio Cánovas del Castillo le trait d’esprit suivant : selon lui, seraient Espagnols ceux qui ne peuvent pas être autre chose ! Le scepticisme ironique de cette affirmation trahit bien un doute quant à la force du sentiment national espagnol. Et ce n’est pas dans les discours redondants de nationalisme exarcerbé d’un général Franco ou d’un amiral Carrero Blanco qu’on essaiera d’aller chercher les indices d’une relation pacifiée et sereine entre l’histoire nationale et l’identité des Espagnols. Aujourd’hui, le débat politique plein des interrogations sur l’évolution de la structure territoriale de l’Espagne révèle les malformations de cette relation en opposant des identités concurrentes et (ou à ?) des histoires nationales relues et reconstruites. Notre ami Javier Tusell a analysé ces questions dans un ouvrage paru en 1999 et dont le titre à lui seul résume la problématique : España, una angustia nacional.

3L’actualité nous montre à quel point les représentations du passé national et les réflexions sur l’identité espagnole agissent sur les discours politiques et comment ceux-ci, en retour, les contaminent. Il existe donc bien un champ que l’histoire culturelle est appelée à couvrir pour rendre compte non seulement de l’émanation de ces problèmes, mais aussi pour explorer comment les mises en formes du passé se sont effectuées et essayer de comprendre leur fortune inégale. L’approche culturelle, loin de n’être qu’un détour scintillant ou un phénomène de mode, est devenue une priorité de l’enquête historiographique pour essayer de démêler cet écheveau qu’est le dossier des relations entre histoire et identité nationale en Espagne.

Histoire et identité au xixe siècle : un itinéraire inachevé

4L’histoire de la construction de l’identité nationale espagnole à l’époque contemporaine, abordée depuis le prisme qui est le nôtre, à savoir l’histoire culturelle, conduit à une périodisation relativement claire qui distingue grossièrement le xixe siècle et le xxe siècle. Affirmation tellement banale qu’il faut donc expliquer pour la justifier.

  • 2 B. Pellistrandi, Un discours national ?, notamment les chapitres ii et iii ; « L’Histoire comme est (...)

5Au xixe siècle, l’Espagne participe du mouvement qui, partout en Europe, renouvelle l’historiographie. Sans rejeter l’érudition ecclésiastique et embrassant le projet d’histoire de la civilisation esquissé par les Lumières, les historiens créent une pratique historique où les récits nationaux permettent de légitimer les constructions politiques libérales issues du démantèlement de l’Ancien Régime. Scènes et récits du passé envahissent alors l’imaginaire collectif, fondant une véritable « culture de l’histoire »2. Le gouvernement libéral encourage ce développement de la recherche et crée — ou réforme dans le cas de la Real Academia de la Historia — pour l’accompagner des institutions spécialisées, entre autres la Escuela de Diplomática, calque de l’École française des Chartes.

  • 3 Il s’agit de l’ouvrage coordonné parJ. S. Pérez Garzón et al., Historiografía y nacionalismo españo (...)
  • 4 C. Reyero, La pintura de historia en España ; Id., La escultura conmemorativa en España. On pourra (...)
  • 5 I. Fox, La invención de España.
  • 6 J. Álvarez Junco, Mater Dolorosa.
  • 7 B. Michel, Nations et nationalismes en Europe centrale ; A.-M. Thiesse, La création des identités n (...)

6L’histoire de ce phénomène a été explorée au cours de ces vingt dernières années : l’enquête pionnière date de 19853. L’histoire de l’art n’a pas été absente de ce mouvement et on doit à Carlos Reyero une exploration systématique de la peinture d’histoire du xixe siècle ainsi que de la sculpture monumentale, dont la dimension commémorative n’échappe à personne4. Jusque là le cas espagnol ressemble aux autres exemples européens. L’histoire « scientifique » au même titre que l’histoire comme référence contribuent à doter l’Espagne de son « récit national ». Nous sommes dans les processus d’invention5 ou de construction nationale6 dont les mécanismes, les structures et la chronologie renvoient à d’autres exemples européens7.

  • 8 « No exagera Pérez Bustamante cuando afirma que “la Historia de España de don Modesto Lafuente ha s (...)

7C’est en 1850 que l’historien Modesto Lafuente (1806-1866) publie le premier volume de son Historia general de España. Le dernier volume dont il aura la responsabilité sort en 1867 (un an après sa mort) mais le projet d’histoire générale sera poursuivie jusqu’aux périodes les plus contemporaines par Antonio Pirala, Andrés Borrego et Juan Valera devenant un succès éditorial et un signe culturel8. Un discurso preliminar ouvre l’entreprise : plus qu’un résumé, c’est une profession de foi en l’existence historique de l’Espagne et une proposition d’unification nationaliste de la complexité chronologique de l’histoire de la Péninsule ibérique.

  • 9 Pierre Vilar voit dans la géographie de l’Espagne les contraintes qui ont empêché son unification p (...)

8Si l’affirmation de la prédisposition de la Péninsule à l’unité relève du lieu commun nationaliste — et comme tel contestable —9, si l’affirmation de l’existence d’une conscience espagnole remontant au plus haut de l’histoire participe du même mouvement, en revanche la réflexion sur la chronologie et les grandes ruptures qui caractérisent, plus que dans d’autres pays européens, l’histoire de l’Espagne offrent une intéressante matière à réflexion pour notre sujet. Célébrer les richesses de l’Espagne romaine et s’enorgueillir de Sénèque et de Trajan conduit forcément ensuite à une réflexion sur la décadence de cette situation marquée par le triomphe facile des Wisigoths sur les Hispano-romains au début du vie siècle. Voir dans l’étape wisigothique le fondement politique de la nation espagnole en faisant des Conciles de Tolède les antécédents des Cortes que le libéralisme revendique et défend, relève là encore d’une tradition héritée du gothicisme du xviiie siècle mais oblige Modesto Lafuente à s’interroger sur le sens de l’accident de 711 et de la « perte de l’Espagne ». Faire de la reconquête une inexorable reprise de l’Espagne par elle-même force notre auteur à en écraser l’épaisseur chronologique en instituant dans la victoire initiale de Covadonga la promesse de celle finale de Grenade. Associant systématiquement — un procédé général chez les historiens espagnols du xixe siècle — les deux noms, Lafuente fait de la Reconquête une continuité et non huit siècles de flux et de reflux. Au moment tant attendu de 1492, un quatrième bouleversement chronologique ouvre un chapitre nouveau dans l’histoire nationale : celui de la découverte de l’Amérique. C’est une réorientation profonde du dynamisme espagnol qui rompt avec la dynamique de la Reconquista — celle-là même qui pousse le cardinal Cisneros à conquérir Oran en 1509. En 1517, très proche donc de la précédente date, nouvelle réorientation avec l’arrivée sur le trône de Charles Quint. L’Espagne devient impériale en Europe et dans le monde ; s’ouvre alors un âge d’or et de fer. Le feu de la guerre finira par ruiner cette grandiose construction. La décadence trouve dans le débile et pathétique Charles II un symbole que l’absence de descendance manifeste. Nouveau tournant chronologique avec la guerre de Succession d’Espagne et l’arrivée d’une nouvelle dynastie, celle-là même qui brisa les Habsbourg, les Bourbons. On le comprend bien : il faut beaucoup de talent et beaucoup de sens nationaliste pour reconstituer dans un panorama si heurté, si violemment contradictoire une unité et une continuité. Or, là réside le succès de Lafuente qui sait mettre en forme cette continuité nationale. Là est aussi son principal legs historiographique.

  • 10 « Así [el] detenido análisis [de Lafuente] del pasado integra el drama de la decadencia y sus motiv (...)

9Comment opère-t-il ? En s’attachant à déceler dans les avatars des luttes une continuité du caractère espagnol, « créé dans les temps les plus reculés qui échappent à la chronologie historique ». L’homme espagnol est celui qui donne sens à l’histoire nationale. Un invariant chronologique sert de fil conducteur aux désordres de la chronologie politique et donne au sentiment national des motifs de satisfaction. Car ce nationalisme ne se contente pas d’affirmer cette continuité espagnole, il fabrique les moments d’exaltation nationale comme les sièges de Sagonte et de Numance que les Celtibères soutinrent contre les Romains ou celui de Saragosse au moment de la guerre contre Napoléon. L’histoire nationale révèle une grande nation, accomplie dans des entreprises extraordinaires — la Reconquête, la colonisation de l’Amérique, la domination de l’Europe — et prête, malgré sa prostration contemporaine, à renouer avec la grandeur10.

10Le roi Alphonse XII assumera cette valeur de l’histoire lorsque, au cours d’une visite à la Real Academia de la Historia, il exalte la grandeur de l’Espagne et invite les historiens à

  • 11 B. Pellistrandi, Un discours national ?, pp. 321-322.

faire comprendre au peuple espagnol que lui qui a su vaincre à Grenade, à Pavie, à Lépante et en tant d’autres entreprises glorieuses, peut encore donner un magnifique exemple en se présentant aux yeux des autres peuples comme un modèle de foi inébranlable de moralité dans les usages, de respect de la loi, d’amour de la science et du travail11.

11Malgré les inévitables variations d’interprétation et de jugement sur telle ou telle période de l’histoire nationale des auteurs aux sensibilités politiques différentes et opposées, une ligne directrice se dégage des histoires générales publiées au xixe siècle. Un carliste comme Victor Gebhart — dont le livre est publié en 1861 — et un républicain maçon comme Miguel Morayta (1873) divergent sur l’interprétation des causes en histoire. L’un reconnaît le rôle de la Providence quand l’autre élimine tout facteur de causalité autre que l’homme. L’un exaltera l’ambiance religieuse du xvie siècle tandis que l’autre y verra la menace permanente de l’intolérance. Mais l’un comme l’autre ont érigé l’Espagne en sujet historique qui puise ses fondements dans l’avant-histoire et qui s’est forgé dans une continuité permanente. L’identité de l’Espagne devient l’être de l’Espagne, le ser de España, une sorte de code génétique de la nation.

12Dans les années 1880-1890, le directeur de la Real Academia de la Historia, Antonio Cánovas del Castillo, artisan de la restauration des Bourbons sur le trône en 1875, chef du parti conservateur et plusieurs fois président du gouvernement, engage l’institution politico-érudite sur une entreprise dont les ambitions disent bien la construction du consensus historique — à défaut d’être historiographique. Il souhaite publier une histoire générale de l’Espagne écrite par les académiciens. L’originalité tient en deux choses :

  • la composition de l’Académie tente de refléter (malgré une domination conservatrice) l’éventail des sensibilités historiques, historiographiques et politiques de l’élite libérale espagnole ;

  • l’Académie, refondée en 1847, avait pour mission « d’illustrer l’histoire nationale » et elle s’est progressivement dotée des instruments de la science historique moderne (notamment le Boletin de la Real Academia de la Historia, revue érudite ou encore la publication de documents comme la Colección de Documentos Inéditos para la Historia de España).

13La publication d’une histoire collective représenterait comme le point culminant de ce renouvellement de l’Académie. L’œuvre serait ainsi au croisement d’un projet politique et d’une ambition historiographique. Plusieurs volumes furent publiés et le plan d’ensemble tracé. Mais l’entreprise restera inachevée.

14Faut-il voir dans cet échec — dont l’une des causes fut bien sûr l’assassinat du président Cánovas en août 1897 — le symbole de la non formalisation du « récit national consensuel » ? La crise de conscience nationale qui suivit la perte humiliante de l’empire colonial en 1898 transforma le panorama intellectuel de l’Espagne. Cette nouvelle donne va participer de ce qu’on appelera ici « l’éclatement du discours national » bien que d’autres phénomènes de nature culturelle et politique participent de cette crise de la conscience nationale, notamment l’expression des nationalismes catalan (1892) et basque (1898).

  • 12 C. P. Boyd, Historia Patria, p. 262.

15Comme l’écrit avec justesse Carolyn Boyd, ce phénomène, conjugué aux rivalités politiques et idéologiques convirtió el pasado español en terreno de conflicto cultural12. Le conflit entre au cœur du débat autour de l’identité nationale et l’une de ses modalités sera l’interprétation de l’histoire nationale. Avec Marcelino Menéndez Pelayo (1856-1912) on est en présence de l’effort le plus sytématique de mise en forme, selon des critères scientifiques, du passé national espagnol à la lumière de l’apport catholique. Disciple de l’érudit catalan Manuel Milà i Fontanals (1818-1884) qui présida au mouvement de renaissance des lettres catalanes, Menéndez Pelayo se fait connaître dès 1876 parune intervention passionnée dans la polémique sur la science espagnole. Alors que les libéraux — Gumersindo de Azcarate en tête — soulignent combien l’influence de l’Inquisition et la tradition intolérante du catholicisme espagnol ont tué la science, le jeune érudit catholique se lance dans une « défense et illustration de la science catholique ». Son projet intellectuel se complète par une Historia de los heterodoxos españoles (1880-1881), appelée à une postérité confortée sous le franquisme. Il propose en plusieurs volumes un recensement des courants espagnols qui se sont écartés du catholicisme et qui ont donc abandonné leur véritable nature espagnole. Le lien entre foi et identité devient si fort que ceux qui l’écartent ou le rejettent perdent quasiment leur condition d’Espagnol. On voit ce qu’une pensée aussi sectaire dans le fond, alors qu’elle est précise et informée par une érudition considérable qui renouvelle en profondeur la connaissance du passé intellectuel espagnol, peut devenir lorsqu’un pays se déchire dans la Guerre civile. Menéndez Pelayo donnera au « national-catholicisme » son fondement intellectuel et historiographique. Mais réduire l’auteur chargé d’honneurs à cette utilisation spécieuse par une dictature cléricalisante serait passer à côté de son apport à l’exploration de l’histoire espagnole. Éditeur de textes anciens — notamment le théâtre du Siècle d’or — sa contribution à la philologie espagnole, comme à l’histoire des doctrines et des idées, est de tout premier ordre.

  • 13 Voir la récente mise au point de J. M. López Sánchez, Heterodoxos españoles.

16L’histoire nationale est interprétée à partir de cette opposition idéologique, intellectuelle et culturelle qui repose aussi sur une confrontation entre un idéal laïcisé et un catholicisme à la fois offensif et défensif. L’ambition épistémologique du positivisme, portée par des militants intellectuels et politiques, se confronte à la toute-puissance du catholicisme. Cette configuration du paysage intellectuel va constituer une singularité du cas espagnol. Le foyer de diffusion du positivisme, entendu comme ambition d’une démarche scientifique dégageant l’histoire de l’Espagne de ses surinterprétations providentialistes et mythiques, est l’Institución Libre de Enseñanza, fondée en 1876 par Francisco Giner de los Rios. Une généalogie de ce courant krausiste montre qu’il est aux origines du renouvellement historiographique des années 1910-1920 ainsi que de la politique d’instruction de la Seconde République entre 1931 et 1936. La Junta para la ampliación de Estudios (1907), organisme gouvernemental chargé de revivifier la science espagnole en favorisant le séjour, à travers des bourses, de chercheurs espagnols dans les universités étrangères donnera naissance au Centro de Estudios Históricos (1910) dont la progressive structuration va conditionner la recherche espagnole pour les décennies à venir13.

L’éclatement du discours national

  • 14 L’étude pionnière de M. Tuñon de Lara, La edad de plata, a souligné le rôle et l’influence de l’Ins (...)

17Au tournant du siècle apparaissent donc de nouvelles lignes de fractures liées à la rénovation de l’historiographie, rénovation qui nous fait aborder de plain-pied un domaine considérable de l’histoire culturelle espagnole : les traces de la Junta para la Ampliación de Estudios qui appelleraient une véritable stratigraphie de ses influences diverses et durables14.

  • 15 Voir J. Marichal, El designio de Unamuno, notamment « Unamuno y su interpretación de España », pp.  (...)
  • 16 B. Pellistrandi, « Face à la crise de la conscience nationale », p. 171.

18Ces transformations institutionnelles suivent la publication entre 1899 et 1902 de deux livres de Rafael Altamira Crevea qui représentent un tournant dans les histoires générales de l’Espagne. Le premier livre est une Historia de España y de la civilización española, le second une Psicología del pueblo español. La méthode revendiquée est positiviste : ne dire du passé que ce dont on est assuré par une enquête d’établissement des faits et de validation des résultats. L’ambition est d’aller au-delà de la simple chronique et le terme d’histoire de la civilisation le dit bien. Il s’agit de montrer que les usages, les pratiques économiques et sociales, les logiques d’organisation humaine, les créations culturelles participent de l’histoire. Ce que tentera Rafael Altamira dans sa Psicología del pueblo español ce sera d’entrer plus avant encore dans cette exploration de ce qu’au même moment Miguel de Unamuno appelle l’intra-historia, c’est-à-dire l’histoire lente et muette du peuple espagnol15. Il y a derrière ce programme une double motivation. D’abord, Altamira est fidèle à l’enseignement « institutionniste » qui voit dans le peuple la source de la culture espagnole. Cette conviction a été si décisive qu’elle a orienté la philologie espagnole dans l’exploitation systématique des romances, tâche dans laquelle excellera Ramón Menéndez Pidal et qui lui donnera une position dominante dans le paysage institutionnel de l’histoire espagnole. Ensuite, il y a une ambition « nationaliste » dans le projet d’Altamira. Dès 1898, il appelait de ses vœux un Fichte espagnol qui serait capable de refaire prendre conscience à la nation espagnole de son existence et de son identité. Ses deux livres sont en réalité la réponse à son ambition. Ce que l’on recherche c’est une identité positive c’est-à-dire dégagée de toute surinterprétation mythique. Aussi l’histoire est-elle opération de vérité et non plus seulement de légitimation. « Dès lors, la dimension nationaliste de l’Histoire chez Altamira ne consiste plus en une mise en scène d’une geste dont il suffit de rappeler le déroulement, mais en un enseignement d’une histoire vraie »16.

  • 17 Que l’on me permette de renvoyer dans ce volume à la communication de José Carlos Mainer très éclai (...)

19Le renouveau des études historiques espagnoles au début du xxe siècle s’opère à partir des méthodes positivistes et se fonde notamment sur l’histoire du droit ainsi que celle de la langue (que d’aucuns qualifieront d’obsession philologique)17. Deux noms doivent être mentionnés : ceux de Eduardo de Hinojosa (1852-1919) et de Ramón Menéndez Pidal (1869-1968). Au Centro de Estudios Históricos (CEH), ils vont former une génération d’historiens dont les travaux constitueront une nouvelle approche de l’Espagne. De plus, la proximité de José Ortega y Gasset avec la Junta et le CEH contribue à donner à ces lectures historiques de l’Espagne une profondeur philosophique qui explique le retentissement qu’elles auront dans les débats culturels du xxe siècle. La publication en 1921 du livre España invertebrada, un essai dans lequel la « méditation historique » sur le pays constitue le socle essentiel, représente un jalon décisif. L’Espagne invertébrée est donc une longue hypothèse sur les « malformations congénitales » du pays, malformations héritées de l’histoire. Ortega n’est certes pas historien de formation — il est philosophe —, mais c’est un grand lecteur et il a intégré les inflexions que ses amis du Centro de Estudios Históricos commencent à poser dans le discours historique global. Il brise l’héritage du xixe siècle qui voyait dans la Reconquista une geste nationale épique et, avec une ironie cinglante, il souligne qu’une entreprise de reconquête qui dure huit siècles ne peut être une entreprise militaire à succès, ou une reconquête glorieuse. Ce faisant il annule la rhétorique nationaliste. Sa critique du Siècle d’or — il voit la décadence espagnole commencer avec l’arrivée de Charles Quint au trône d’Espagne — le conduit à soutenir que l’identité nationale espagnole n’a cessé de se diluer à partir de 1580. C’est une véritable contre-chronologie qui s’esquisse. Elle ruine d’une part la synthèse libérale que Cánovas avait sans doute en tête et elle exprime la concurrence d’un nouveau nationalisme complexe et multiple qui entend répondre au défi des voix périphériques qui se font entendre. De là sans doute peut-on dater la naissance du thème de l’Espagne comme problème qui organise l’articulation entre Histoire, identité et mémoire nationales dans la culture espagnole.

  • 18 Voir à cet égard le livre très utile de A. Morales Moya et M. Esteban de Vega (éd.), ¿Alma de Españ (...)

20Le phénomène le plus frappant est le suivant : d’une très grande diversité d’axes de recherches et de discours — qui vont de l’article érudit à l’essai, en passant par la publication de sources, l’écriture de thèses, l’article de journal… — émerge un renouvellement du nationalisme espagnol fondé sur le socle castillan18. Paradoxalement, cette conclusion, née d’abord dans les cercles progressistes, repose sur l’évident héritage historiographique du xixe siècle et sera susceptible d’être récupéré par les secteurs politiques les plus conservateurs après 1939.

  • 19 On retrouve là l’intuition fondamentale de Modesto Lafuente !
  • 20 M. de Unamuno, En torno al casticismo, p. 166. On doit la première traduction française sous le tit (...)

21Les travaux de Ramón Ménendez Pidal sur le Romancero castillan ont alimenté les débats sur l’origine de la culture nationale ainsi que sur le terme de culture populaire. La définition espagnole de ce terme s’est enrichie des apports des écrivains. Un Miguel de Unamuno a eu sa part d’influence. En inventant le terme d’intra-historia, il a ouvert la voie à une réflexion sur la véritable portée de l’activité historienne et, par ricochet, sur l’identité profonde de l’Espagne. Avec son ton inimitable et ses embardées philosophiques et mystiques, il a prétendu explorer l’âme espagnole. Dans son En torno al casticismo, publié en 1916, il exalte l’Espagne rurale, la littérature traditionnelle exprimée par le Romancero et le caractère immuable du peuple espagnol19. Le livre n’a pas qu’une ambition purement littéraire. Il porte en lui une revendication historique : les Espagnols doivent se retrouver eux-mêmes : El porvenir de la sociedad española espera dentro de nuestra sociedad histórica, en la intrahistoria, en el pueblo desconocido20.

  • 21 Voir J. Varela, La novela de España.

22L’importance du legs littéraire à la réflexion historique doit être soulignée, non qu’il s’agisse d’une originalité extraordinaire mais parce que la rupture intellectuelle dramatique que représentera la Guerre civile puis le temps du franquisme feront ressortir avec plus d’éclat l’apport de ce premier tiers du xxe siècle. D’autres écrivains participent de ce mouvement complexe et ambigu de création d’une identité historique fondée sur une méditation autour du peuple castillan, de ses qualités et de sa trajectoire historique. Au premier rang de ceux-ci, Antonio Machado qui exalte une Espagne profondément enracinée dans une mémoire pluriséculaire21.

23Cette dimension littéraire et philosophique a contaminé le débat historique. Les schémas d’Ortega, les propositions d’Unamuno ou les réflexions de Machado ont été intégrés par les historiens, plus ou moins consciemment et plus ou moins directement. Par ailleurs, elle a aussi prolongé les débats historiques comme nous allons le voir ultérieurement.

24Ce progressif éclatement du discours hérité du xixe siècle ne serait resté qu’au stade des disputes intellectuelles sans le drame de la Guerre civile. Au-delà de la conjoncture politique, l’affrontement idéologique passe par l’interprétation du passé national. La victoire des nationalistes et des franquistes conduira à celle d’un discours exclusif et à sa diffusion à travers une propagande massive qui puise dans la célébration des Rois Catholiques et de la grandeur impériale de l’Espagne ses symboles, ses mythes fondateurs et ses images. La rhétorique impériale et catholique du régime de Franco a pesé de tout son poids sur la vie culturelle entre 1939 et 1975. Tout, dans l’esthétique comme dans la morale du pays, exaltait un idéal suranné de grandeur impériale, synthèse nostalgique — ou à vertu thérapeutique selon Carolyn Boyd — du règne des Rois Catholiques et de l’époque de Philippe II. L’architecture néo-herrerienne du franquisme officiel traduit bien ce phénomène.

  • 22 C. P. Boyd, Historia Patria ; E. Martínez Tortola, La enseñanza de la historia ; Á. L. Abós, La his (...)

25L’école franquiste a enseigné une histoire orientée et d’un nationalisme étroit. Le terme étroit mérite examen : il renvoie à une conception simplifiée de la nation espagnole qu’accompagne un centralisme propre à toute dictature ! Comme l’ont montré les études de Carolyn Boyd et d’Esther Martínez Tortola l’enseignement de l’histoire porte l’empreinte du catholicisme triomphant, souligne les vertus individuelles des saints et des héros et organise le « récit national » autour d’une ascension qui trouve son apogée au xvie siècle22.

  • 23 Voir J. L. de la Granja et A. Reig Tapia (éd.), Manuel Tuñon de Lara ; J. L. de la Granja et al. (é (...)

26Pourtant cette politique de l’histoire ne saurait résumer l’évolution de la discipline et la complexité d’une situation dans laquelle les traditions intellectuelles et scientifiques poursuivent leur trajectoire en irriguant des champs sociaux et géographiques différents. D’un strict point de vue politique, la victoire nationaliste conduit des historiens sur le chemin de l’exil. L’un deux, le brillant Claudio Sánchez Albornoz, sera même, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, président de la République en exil. La vindicte des vainqueurs — et leur mesquinerie — les a conduit à exclure don Claudio de la Real Academia de la Historia ! Rafael Altamira s’exile au Mexique où, jusqu’en 1951, il fait vivre l’idéal de l’Institución Libre de Enseñanza. Le renouvellement de l’histoire contemporaine s’opérera en France autour de Manuel Tuñon de Lara qui emprunte au marxisme ses instruments d’analyse et dont l’influence historiographique sera considérable au moment de la transition démocratique espagnole23. D’autres historiens restent en Espagne et poursuivent leur travail de recherche en s’attachant à respecter les règles du métier. Ramón Menéndez Pidal, qui s’était déjà imposé comme le maître de l’histoire dans les années 1920 et 1930, voit sa position académique grandir au point de devenir hégémonique. En 1947, il lance un grand projet d’une Histoire générale de l’Espagne, entreprise collective. Il conduira ce projet jusqu’à sa mort en 1968 et lui succédera après José María Jover Zamora qui mènera à bon port cet immense ambition en mai 2005 ! La Historia de España Menéndez Pidal-Jover Zamora, comme on la connaît entre historiens de l’Espagne, est une enviable et belle entreprise de 75 volumes !

27La Guerre civile, le sectarisme franquiste ont donc achevé l’éclatement du récit national consensuel libéral mais la cause première de cette situation tient bien aux mutations — et à l’enrichissement — des problématiques sur l’histoire de l’Espagne. L’interprétation libérale — une continuité chronologique qu’exprime une « nationalité » espagnole vigoureuse et démocratique capable de survivre à des accidents majeurs comme la conquête arabo-musulmane ou la fin de l’hégémonie espagnole au xviie siècle — était trop simpliste, trop contredite aussi par l’effervescence du xxe siècle pour continuer à offrir la trame fondamentale de la mise en récit du passé national. Une vision catholique, fondée sur l’œuvre immense et érudite de Marcelino Menéndez Pelayo, était trop sectaire — elle reposait sur une distinction entre orthodoxes et hétérodoxes — pour être consensuelle. L’option « scientifico-positiviste » portée par les humanistes de l’Institución Libre de Enseñanza sous-évaluait trop constamment le catholicisme et contenait trop d’utopie réformiste et laïque pour ne pas être perçue comme une menace intellectuelle par le catholicisme lui-même. Bref, c’est un ensemble de failles qui parcourt l’historiographie espagnole, failles qui rejouent lors du grand drame de la Guerre civile.

L’histoire et la préparation de la transition démocratique

  • 24 Sur l’exil et la culture au xixe siècle, voir V. Llorens, Liberales y románticos.
  • 25 S. Juliá, Las dos Españas.
  • 26 M. Tuñon de Lar a, Espagne, p. 15.

28La vie culturelle espagnole à partir de 1939 retrouve une pratique déjà expérimentée au xixe siècle : celle de l’exil24. Éclatée entre des pôles géographiquement séparés — le pôle proprement ibérique, la France, le Mexique, l’Argentine mais aussi l’ensemble des pays américains (États-Unis compris) ou encore, dans une moindre part, l’Union Soviétique — et idéologiquement hostiles, la culture espagnole porte la marque des affrontements fratricides qui ont désolé le sol espagnol entre 1936 et 1939. Une lecture binaire opposant un désert culturel de l’Espagne franquiste à un foisonnement uniquement extérieur est évidemment trop simple et sous-estime le dialogue qui très vite s’est noué entre les « deux Espagnes »25. Cette expression dont la généalogie commence avec Manuel de Larra qui, en 1836, imagine une épitaphe pour l’Espagne : « Ci-gît une moitié de l’Espagne, tuée par l’autre moitié », révèle une structure fondamentale de la nation espagnole contemporaine. En 1956, dans un ouvrage destiné au grand public, l’historien Tuñon de Lara écrit : « Il s’agit de rendre bilingue à l’intérieur de cette même langue un peuple depuis longtemps enfermé dans le monologue »26, tentant par là d’expliquer le drame intérieur des Espagnols, plus profond encore que ce que les cicatrices politiques en révèlent. La compréhension de l’histoire nationale est un double enjeu politique et culturel. Après la Guerre civile, cet exercice présente une difficulté supplémentaire qui semble résumer toute l’expérience contemporaine.

  • 27 R. Menéndez Pidal, Los españoles en la historia, p. 182.
  • 28 P. Bosch Gimpera, « Dos Españas ».
  • 29 Ibid., p. 12.
  • 30 On se reportera évidemment au livre déjà cité de S. Juliá, Las dos Españas.
  • 31 S. Prades Plaza, « Escribirla historia para definirla nación ».
  • 32 Voir notamment I. Saz Campos, España contra España, et S. Juliá, Las dos Españas.

29Dans son essai d’interprétation générale de l’histoire nationale, Los españoles en la Historia, R. Menéndez Pidal consacre son dernier chapitre à l’examen de cette énigme. Il propose une généalogie des « deux Espagnes » parce que ce qui frappe l’historien c’est « l’insolite véhémence avec laquelle les Espagnols d’idéologies politiques contraires s’opposent, brisant ainsi l’unité morale de la collectivité »27. Un an auparavant, dans la revue littéraire Las Españas, éditée à Mexico par un groupe d’intellectuels républicains, l’historien catalan Pere Bosch Gimpera relit ce thème des deux Espagnes à la lumière de la fracture provoquée par la Guerre civile et le franquisme28. L’article montre bien le modèle historique qui inspire le franquisme — El ideal es volver al siglo xvi y, a ser posible, restaurar el Imperio — et comment celui-ci repose sur une lecture du passé espagnol qui ne repose que sur le seul critère de l’unité de foi et l’unité politique comme éléments de l’identité espagnole. Aussi, P. Bosch-Gimpera revendique-t-il une autre tradition, celle de l’Espagne souterraine et plurielle que l’on peut nommer et illustrer par des références précises : saint Isidore de Séville, l’Espagne des chartes médiévales, des libertés municipales et des Cortes catalans, des fondateurs du droit international (Victoria, Suárez, Mariana, Saavedra Fajardo), des Comuneros de Castille et des insurgés valenciens des Germanías, de Pablo Claris, du poète catalan Maragall et du républicain fédéraliste Pi y Margall, de García Lorca et de Machado, et enfin l’Espagne des exilés de l’intérieur ou de l’extérieur (Miguel Servet, Luis Vives, les émigrés de la guerre de Succession, les libéraux des années 1814-1823). Cette généalogie d’une autre Espagne — de la « auténtica historia de España »—29 révèle une autre histoire qui s’oppose à l’histoire officielle, un autre cadre de référence que la longue durée de la dictature franquiste permettra de consolider mais aussi une grille de lecture historique qui offre la possibilité d’interpréter le franquisme dans une logique historique espagnole. Le thème des « deux Espagnes » devient une structure interprétative qui englobe tout discours sur l’identité nationale30. L’investissement de l’histoire devient un enjeu idéologique et culturel. Or, ce qu’il convient de remarquer c’est l’extraordinaire dynamique de ce mouvement qui est aux origines de la parution à la fois d’essais polémiques et interprétatifs — on songe naturellement ici au livre de Pedro Laín Entralgo España como problema (1949) dans lequel il montre que la définition de l’Espagne est problématique et à la réponse cinglante de Rafael Calvo Serrer dont le titre dit à la lui seul la position qu’il adopte, España sin problema (1950) — comme de recherches qui suivent un modèle historiographique et une démarche de type scientifique31. La polémique Laín Entralgo-Calvo Serrer, née dans les cercles franquistes, est une étape décisive dans l’histoire des deux Espagnes. Sur le plan politique, elle marque le début d’un dialogue des intellectuels regroupés autour de Pedro Laín avec les intellectuels exilés ainsi que la « bunkerisation » des franquistes purs et durs. Sur le plan historiographique, elle a nourri les réflexions de toute une génération d’historiens appelée à devenir les universitaires des années 1950, 1960 et 1970. Moins que la nature des débats, nous intéressent ici les thématiques qui conforment une certaine culture : la spécificité de l’Espagne, son être, les origines de la décadence espagnole, l’identité catholique de la nation et la place des traditions non catholiques de la culture espagnole. Le passé national et son interprétation devaient servir à justifier l’état présent de l’Espagne et sa position politique particulière dans l’Europe occidentale. Cette histoire est désormais bien connue grâce aux travaux de qualité qui l’ont éclairée et ont su mettre en lumière les relations profondes entre ces prises de positions intellectuelles et scientifiques avec une conjoncture politique particulière et évolutive32.

30Une autre polémique célèbre — et structurante tant du débat historiographique que de la vie intellectuelle — a opposé deux historiens, tous deux proches de Ramón Menéndez Pidal et du Centro de Estudios Historicos : Américo Castro et Claudio Sánchez Albornoz. Formés le premier à l’école philologique, le second à l’histoire du droit, ils se sont brutalement et violemment affrontés dans leur interprétation de l’histoire de l’Espagne. La publication en 1948 de España en su historia. Cristianos, moros y judíos par A. Castro appela la longue réponse de C. Sánchez Albornoz, España en su enigma histórico en 1956. L’étude de cette polémique est en elle-même un chapitre entier de l’histoire culturelle de l’Espagne. L’enjeu est de taille : il s’agissait de définir l’identité profonde du pays. S’était-elle formée au creuset particulier du Moyen Âge ibérique qui avait vu les trois monothéismes vivre en conflit ? Ou bien existait-elle déjà avant les Wisigoths ? A. Castro apporta les éléments qui justifiaient sa proposition (la première) tandis que C. Sánchez Albornoz revendiquait une hispanité plus ancienne. En réalité, sur le plan de l’histoire culturelle, importent moins les arguments proprement historiques développés par l’un ou par l’autre que la réception de ces thèses dans l’élaboration collective d’une conscience nationale. Le paradoxe, qui révèle combien contradictoire est cette question, veut que le livre de l’historien républicain qu’était Sánchez Albornoz a été reçu avec enthousiasme dans l’Espagne franquiste. Un « hétérodoxe » comme Juan Goytisolo, écrivain honni de la culture franquiste, épousera quant à lui les thèses de Castro, allant jusqu’à élaborer toute une œuvre littéraire sur celles-ci. Nous avons là une histoire littéraire et culturelle des représentations de l’Espagne qui reste, dans une grande mesure, à faire. Elle est d’ailleurs fascinante.

31La liste des auteurs dont nous avons parlé — Ortega y Gasset, Unamuno, Menéndez Pidal, Castro, Sánchez Albornoz, Laín Entralgo — dessine à elle seule le panorama de la culture espagnole contemporaine, pour emprunter ici une expression propre à Gaëtan Picon. Mais ce n’est que très récemment pourtant que les historiens commencent à aborder les fondements de la pensée historique de ces hommes. À l’opposition historiographie romantique-historiographie positiviste succède désormais une lecture qui montre à quel point l’historiographie du xxe siècle est héritière des passions romantiques — ainsi en est-il des thèmes du caractère national ou du Volkgeist —, combien elle s’est attachée à des questions intimement liées à la définition de la nation plus qu’à des problématiques économiques ou sociales. La trajectoire d’un Jaume Vicens Vives (1910-1960) est à cet égard significative. L’historien catalan, dont l’œuvre sert de support au nationalisme modéré de la démocratie, est présenté comme l’introducteur des Annales en Espagne. Sa participation au Congrès des Sciences Historiques de Paris en 1950 fut décisive. J. Vicens Vives, tout en se consacrant à l’application de problématiques et de méthodologies propres à l’école de Lucien Febvre et de Fernand Braudel, n’en demeure pas moins un historien catholique dont la réflexion théorique emprunte plus à l’explication du sens de l’histoire qu’à celle des structures de production et de l’échange.

  • 33 On se reportera à M. Tuñon de Lara (éd.), Historiografía española contemporánea, et à B. Pellistran (...)

32Une histoire de l’historiographie espagnole souligne l’absence d’écrits théoriques réellement novateurs33. Sans vouloir froisser aucune susceptibilité, on pourra souscrire à l’affirmation suivante : en Espagne, point de Bloch, de Febvre, d’Aron ou de Marrou. L’ouvrage de José Antonio Maravall, Teoría del saber histórico (1958) consiste plus en une présentation de thèses diverses qu’en un apport original à la théorie de l’histoire. Parmi les auteurs cités par Maravall, on ne trouve ni Bloch, ni Febvre. En revanche, aux côtés d’auteurs anciens et d’auteurs allemands, les références à Ortega ou à Unamuno abondent. Cela montre à quel point le débat historiographique s’est nourri des éléments extérieurs à la seule discipline universitaire et au seul champ scientifique pour embrasser la totalité de la production culturelle et combien celle-ci porte la marque de cette obsession de la définition de l’Espagne. On peut ainsi mieux souligner la nature du lien entre identité nationale et histoire dans le cas espagnol et insister sur la dépendance de la réflexion historique à l’égard de questionnements politiques, culturels et spirituels sur l’être de l’Espagne

  • 34 Je me permets de renvoyer à B. Pellistrandi, « Reflexiones sobre la escritura de la historia de la (...)
  • 35 Voir C. Dardé, La idea de España en la historiografía del siglo xx.

33Me permettra-t-on de dire que cette dépendance a accordé à la « métaphysique » de l’Espagne une place excessive ? Un constat s’impose : cette tendance a produit une avalanche d’écrits qui ont conformé les débats sur l’identité nationale à partir de catégories qu’il était possible d’historiser sans qu’elles soient pour autant historiques. Ainsi en est-il de la notion de caractère national dont on a vu qu’elle tissait un lien entre les écrits de Modesto Lafuente et ceux de Ramón Menéndez Pidal34. Une partie du legs historiographique du xixe siècle, comme du xxe siècle, en Espagne a été celui de la diversité et de la singularité d’une interrogation sur « l’essence de l’Espagne ». Peut-être ce questionnement n’était-il pas le meilleur ou le bon, mais c’était celui des Espagnols et en tant que tel celui qui était né d’une méditation sur l’histoire et d’un besoin d’exploration de ce passé qui semble expliquer le présent sans pour autant exonérer les contemporains de l’effort d’intelligibilité de ce présent. Telle est la double mission que les historiens espagnols ont prétendu remplir et de laquelle témoignent leurs écrits avec leurs certitudes et leurs doutes offrant ainsi à ceux qui les relisent aujourd’hui l’écho des motivations profondes qui les poussaient à entreprendre leurs recherches et à écrire leurs livres. De cet ensemble est sortie aussi la conviction que l’histoire dramatique de l’Espagne obligeait les générations contemporaines à une rupture avec cette fatalité. Nul doute donc que la longue et douloureuse méditation sur l’histoire de l’Espagne a préparé la société espagnole à la transition démocratique en lui proposant comme une sorte de défi : faire l’apprentissage de la convivencia democrática35.

Le temps présent : entre héritages et incertitudes

34Une des dimensions importantes de ce que nous avons exposé précédemment tient au caractère récurrent des débats. Un livre appelle un autre livre et la réflexion sur l’identité nationale repose sur un système de références en même temps qu’il met à jour l’actualisation des polémiques. De plus, la fracture de la Guerre civile, l’exil des intellectuels les plus brillants et représentatifs de l’aile gauche du libéralisme ou du socialisme, l’épuration sévère menée par le pouvoir franquiste ont accentué le caractère dramatique des débats sur l’identité nationale.

35La décadence espagnole est imputée aux influences étrangères anti-espagnoles, thèse classique de la pensée réactionnaire dont les premières formulations datent du xviiie siècle et que les luttes politiques et religieuses du xixe siècle ne cesseront de conforter. Il y a eu là une politique de « patrimonialisation » de la nation par une faction. Les conséquences culturelles de cet enseignement et de cette confiscation du passé national sont redoutables. Plus que l’étroitesse qu’il révélait, ce discours a porté en germe la disqualification de tout discours national. Par ses aspects caricaturaux, par son esprit de système, par son inadaptation aux mutations profondes de la société espagnole, il a été rejeté et, plus décisif encore, sa légimité étant niée on a étendu ce rejet jusqu’à des proportions qui déséquilibrent profondément la conscience nationale espagnole actuelle. La question de l’enseignement de l’histoire est progressivement passée au premier rang des polémiques à la fois culturelles et politiques.

36Aujourd’hui l’Espagne ne dispose pas d’un « récit national consensuel », fût-il partiel. Pourtant, la science historique en Espagne a connu un développement spectaculaire tant qualitatif que quantitatif. Mais à l’image de l’histoire en miettes, elle n’a pas produit un nouveau discours consensuel. Les initiatives n’ont pas manqué :

    • 36 Voir notamment G. Pasamar, « Las “historias de España”a lo largo del siglo xx », pp. 351-359.

    entreprises éditoriales (de la Historia de España Alfaguara dirigée par Miguel Artola à la Historia de España en cours de publication chez Marcial Pons en passant par la Historia de España dirigée par Manuel Tuñon de Lara et publiée par Labor) dont la diversité intellectuelle et méthodologique — des volumes personnels ou collectifs — recoupe une grande ouverture idéologique36 ;

  • essais personnels proposant une interprétation globale de l’histoire espagnole : on citera España inteligible du disciple d’Ortega Julián Marias et España. Tres milenios de historia de Antonio Domínguez Ortiz, énorme succès de librairie au tournant du xxe et du xxie siècles en passant par le España. La evolución de la identidad nacional de Juan pablo Fusi ;

    • 37 P. C. González Cuevas, « El retorno de la tradición “liberal-conservadora” » ; J. A. Aróstegui Rubi (...)

    initiatives gouvernementales de mise en valeur du patrimoine historique espagnol (et à cet égard le meilleur exemple est la politique culturelle du gouvernement du Parti Populaire en 1996 et 2004, faite de nombreuses commémorations tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur — rôle de la Sociedad Estatal de Acción Cultural Exterior — dont la signification idéologique et politique a fait l’objet de nombreux commentaires)37 ;

  • entrée dans le débat de la Real Academia de la Historia sous l’impulsion de son directeur Gonzalo Anes avec la publication de plusieurs cycles de conférences insistant sur l’identité nationale espagnole et dont les titres renvoient à des problématiques que d’autres historiens jugent dépassées : España. Reflexiones sobre el ser de España (1997), España como nación (2000), De Hispania a España. El nombre y el concepto a través de los siglos (2005).

37Les failles demeurent. Sur le plan politique, des mouvements contradictoires peuvent être mis en lumière. Si le marxisme intellectuel a dominé la scène dans les années 1970-1980, notamment en histoire médiévale et contemporaine (alors que l’histoire moderne restait dominée par l’influence des Annales), les événements de 1989, à savoir la relecture critique de la Révolution française et la chute du communisme européen, ont ouvert la voie au triomphe d’un nouveau libéralisme que le Parti Populaire prétendra incarner. Or son succès électoral et idéologique date effectivement de la décennie 1990. La dévaluation du nationalisme franquiste est complète, mais ses traces demeurent dans des mémoires collectives ou des stéréotypes. Si les historiens sourient aux mythifications autour de l’Espagne impériale, l’opinion publique continue de voir dans le Siècle d’Or un temps d’apogée espagnol. Enfin et surtout, la réorganisation démocratique de l’Espagne a conduit à privilégier les autonomies régionales donnant aux fondements nationalistes des revendications territoriales une légitimité et une visibilité dont on mesure tous les effets aujourd’hui.

  • 38 A. Morales Moya, « El problema español desde la transición ».

38On retrouve donc l’inévitable lien qui unit histoire et politique pour comprendre la singularité espagnole. La transition démocratique a été voulue pacifique. Il fallait conjurer le grand échec collectif de la Guerre civile. Le roi s’est appuyé sur la législation franquiste pour transformer le régime de l’intérieur et le dissoudre (1976-1977). Mais lui et Adolfo Suárez ont aussi récupéré la légimité de la Seconde République pour traiter la question régionale. En reconnaissant la Generalitat de Catalogne et son président en exil Josep Taradellas, ainsi que le caractère historique des nationalités basque et galicienne, ils puisaient aux réalités politiques et juridiques de la Seconde République. La constitution de 1978 actait cette reconnaissance. L’approfondissement et la généralisation de la politique d’autonomie ont fini par diluer la singularité catalane et basque ouvrant, sous l’effet d’un nationalisme qui ne peut se nourrir que d’une relance permanente, une nouvelle étape — celle que l’on observe aujourd’hui — de remise en cause du modèle espagnol38.

39Ce détour politique éclaire l’instrumentalisation dont est victime l’histoire ainsi que les résultats grotesques ou préoccupants (parfois les deux) de cette manipulation. Elle passe par des lectures étroitement nationalistes de l’histoire. Les polémiques sont politiques et institutionnelles. On citera, à titre d’exemple caractéristique, les interventions de la Real Academia de la Historia qui, le 23 juin 2000, a publié une critique sévère des manuels utilisés dans l’enseignement secondaire espagnol. Dans ce document, il est rappelé que les débats civiques autour de l’enseignement de l’histoire ont été propres à tous les États de l’Europe occidentale et qu’ils ont correspondu à la volonté des historiens de faire évoluer l’enseignement de leur discipline en fonction des acquis nouveaux de celle-ci. L’originalité espagnole tient bien à la conjoncture politique et au démantèlement politique et culturel de l’appareil franquiste. Au cœur de la transition politique, on trouve la construction de l’État des autonomies dont la conséquence, sur le plan de l’enseignement secondaire, réside dans le fait que les programmes diffèrent d’une région à une autre (55 % du programme est fixé par l’Autonomie dans les régions à langue propre, 45 % dans les régions où le castillan domine). Ayant exposé ces données et ayant rappelé qu’on avait donné un sens nouveau à l’enseignement de l’histoire dans lequel converge l’ensemble des sciences sociales, l’Académie expose, à partir d’exemples, les faits qui trahissent les profonds déséquilibres d’une histoire manipulée. Ainsi, d’un manuel de troisième, diffusé en Galice, dans lequel 22 lignes sont consacrées à l’histoire générale de l’Espagne de 1931 à 1975 contre 20 pages à l’histoire de la Galice entre ces mêmes bornes chronologiques ! La conclusion de ce rapport, légitimé par le décret de fondation de la Real Academia de la Historia de 1738, est qu’il convient de « rompre le cercle vicieux établi entre la lutte supposée entre le nationalisme espagnol et les nationalismes périphériques » et d’insérer l’histoire de l’Espagne dans l’ensemble de l’histoire européenne et mondiale.

  • 39 « Las Historias autonómicas que representan esas identidades regionales y nacionales, constituyen u (...)

40Gonzalo Pasamar a bien montré d’ailleurs comment l’histoire des communautés autonomes renouvelle la problématique des identités nationales39. Il souligne aussi le caractère hétérogène des sensibilités exprimées. Nous sommes là au cœur du renouvellement de l’histoire nationale espagnole et dans un processus culturel inachevé. Son étude reste largement embryonnaire, quand elle n’est pas elle-même prisonnière de présupposés nationalistes.

  • 40 L’ensemble de ces études dans J. Moreno Luzón (coord.), « Nacionalismo español : las políticas de m (...)

41On rejoint là les enjeux des politiques de mémoire qui constituent aujourd’hui le champ le plus fécond des enquêtes en cours sur le lien entre identité nationale et histoire. En effet, en s’attachant à comprendre quelles ont été les politiques de mémoire et comment elles ont été mises en œuvre, les historiens éclairent les lacunes de ce lien qui semblent configurer si spécifiquement l’exemple espagnol. La méthode suivie par les historiens espagnols, français ou américains emprunte à bien des égards les chemins ouverts par Pierre Nora et son entreprise collective Les lieux de mémoire. Un hispaniste français de tout premier plan, lié à la Casa de Velázquez, Carlos Serrano (1943-2001) a été pionnier. En 1999, il a publié, en Espagne, le livre El nacimiento de Carmen. Símbolos, mitos y nación, ouvrage dans lequel il s’inscrit dans la ligne ouverte par Pierre Nora. C. Serrano, à travers des exemples précis — la diffusion du prénom Carmen, les drapeaux et les hymnes nationaux, les monuments de commémoration, les fêtes nationales — montre comment prennent corps des images concurrentes de la nation espagnole et comment celle-ci est parfois amenée à commémorer des échecs et des défaites. Il détecte là une carence appelée à jouer sur la plus longue durée et donc à passer du champ politique au domaine culturel. C’est la même analyse que propose Carloyn Boyd dans son étude sur le panthéon madrilène. Non seulement, le projet n’a pas réussi à rendre visible une mémoire nationale unamine, pris qu’il était dans l‘ambiguïté d’un sanctuaire marial ; mais pire encore, il a été « désactivé » par une politique de « dépeçage » sous le régime franquiste qui autorisa la sortie des cercueils de grands hommes comme le général Palafox (Saragosse), le général Castaños (Bailén), le général Prim (Reus). D’autres chercheurs ont apporté et continuent d’apporter des contributions essentielles à cette enquête. Ainsi en est-il de Stéphane Michonneau dont les travaux depuis sa thèse portent sur les politiques de mémoire à Barcelone, d’Eric Storm et Javier Moreno Luzón sur les commémorations au tournant du xixe et du xxe siècle, et de Zira Box sur les statues de Franco40.

42L’ouverture de ce nouveau champ — l’histoire de la mémoire et des politiques de mémoire — ne peut qu’enrichir la réflexion sur le lien entre histoire et identité nationale en Espagne. Elle permettra de mesurer la portée des travaux des historiens, leur réception dans une société espagnole soumise aux mutations propres de toutes les sociétés européennes — bouleversements démographiques, industrialisation, urbanisation, sécularisation. Ce travail est un préalable nécessaire à la dimension comparatiste qui s’impose. Nous avons vu comment les fondements intellectuels et culturels du débat historiographique se sont progressivement constitués au long des xixe et xxe siècles et combien ils ont formé un cadre de référence pour penser l’Espagne. Le risque est grand cependant d’en rester à ce qui pourrait devenir un enfermement réducteur dans la seule problématique du « problème espagnol » ou de l’identité. Aussi la comparaison avec les autres cas européens ou ibéro-américains offrira-t-elle le meilleur prolongement possible à ces enquêtes.

Bibliographie

Bibliographie

Abós, Ángel Luis, La historia que nos enseñaron (1937-1975), Madrid, Foca, 2003.

Aróstegui Rubio, Juan Arturo, « La política cultural del Estado en los Gobiernos populares (1996-2004) : entre el ¿ liberalismo ? y el continuismo socialista », Revista de Ciencias Sociales, 187, 2005, pp. 111-124.

Bosch Gimpera, Pere, « Dos Españas », Las Españas. Revista Literaria, 2, 1946, p. 1 et p. 12.

Boyd, Carolin P., Historia Patria. Política, historia e identidad nacional en España (1875-1975), Barcelona, 2000.

Dardé, Carlos, La idea de España en la historiografía del siglo xx, Santander, Universidad de Cantabria, 1999.

De Gaulle, Charles, Mémoires de guerre [1954], éd. Marius-François Guyard, Paris, Gallimard, La Pléiade, 2000.

La época de Carlos V y Felipe II en la pintura de historia del siglo xix, Valladolid, Museo Nacional de Escultura -Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos, 1999.

García Carcel, Ricardo (coord.), La construcción de las Historias de España, Madrid, 2004.

González Cuevas, Pedro Carlos, « El retorno de la tradición “liberal-conservadora” (El discurso histórico-político de la nueva derecha española », Ayer, 22, 1996, pp. 71-87.

Granja, José Luis de la et Reig Tapia, Alberto (éd.), ManuelTuñon de Lara. Su vida y su obra, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1993.

Granja, José Luis de la, Reig Tapia et Miralles, Alberto R., Tuñon de Lara y la historiografía española, Madrid, siglo XXI, 1999.

Gutiérrez Viñuales, Rodrigo, Monumento conmemorativo y espacio público en Iberoamérica, Madrid, 2004.

Jover Zamora, José María, La civilización española a mediados del siglo xix, Madrid, 1991.

Juliá, Santos, Historia de las dos Españas, Madrid, Taurus, 2004.

Llorens, Vicente, Liberales y románticos. Una emigración española en Inglaterra (1823-1834), Madrid, 1979.

López Vela, Roberto, « De Numancia a Zaragoza » dans Ricardo García Carcel (coord.), La construcción de las Historias de España, Madrid, 2004, pp. 195-298.

Marichal, Juan, El designio de Unamuno, Madrid, Taurus, 2002.

Martínez Tortola, Esther, La enseñanza de la historia en el primer bachillerato franquista (1938-1953), Madrid, 1996.

Menéndez Pidal, Ramón, Los españoles en la historia [1947], éd. Diego Catalán, Madrid, Espasa-Calpe, 1982.

Morales Moya, Antonio, « El problema nacional desde la transición », Nueva Revista de Política, Cultura y Arte, 71, 2000, pp. 27-45.

Morales Moya, Antonio et Esteban de Vega, Mariano (éd.), ¿Alma de España ? Castilla en las interpretaciones del pasado español, Madrid, Marcial Pons, 2005.

Moreno Luzón, Javier (coord.), Nacionalismo español : las políticas de memoria, dossier publié dans la revue Historia y política. Ideas, procesos y movimientos sociales, 12, 2004.

Pasamar, Gonzalo, « Las historias de España a lo largo del siglo xx : las transformaciones de un género clásico », en Ricardo García Carcel (coord.), La construcción de las Historias de España, Madrid, Marcial Pons-Fundación Carolina, 2004, pp. 299-381.

Pasamar Alzuria, Gonzalo et Peiró Martín, Ignacio, La Escuela Superior de Diplomática. Los archiveros en la historiografía española contemporánea, Madrid, Anabad, 1996.

Peiró Martín, Ignacio, Los guardianes de la historia, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1995.

Pellistrandi, Benoît, La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España, Madrid, Casa de Velázquez, 2002.

— Un discours national ? La Real Academia de la Historia entre science et politique (1847-1897), Madrid, Casa de Velázquez, 2004.

— « Face à la crise de la conscience nationale : l’Histoire entre rhétorique et recours » dans Paul Aubert (dir.), Crise espagnole et renouveau idéologique et culturel en Méditerranée, Aix-en-Provence, 2006, pp. 163-174.

— « Reflexiones sobre la escritura de la historia de la nación española. Los discursos preliminares de las Historias generales de España desde Modesto Lafuente (1850) hasta Ramón Menéndez Pidal (1947) » dans El siglo de Oro en escena. Homenaje a Marc Vitse, Toulouse, 2006, pp. 747-757.

Pérez Garzón, Juan Sisinio, Cirujano, Paloma et Elorriaga, Teresa, Historiografía y nacionalismo español (1834-1868), Madrid, Centro de Estudios Históricos, 1985.

La pintura de Historia del siglo xix en España, Madrid, Museo Nacional del Prado 1992.

Prades Plaza, Sara, « Escribir la historia para definir la nación. La historia de España en Arbor, 1944-1956 », Ayer, 66, 2007, pp. 177-200.

Reyero, Carlos, La pintura de Historia en España, Madrid, 1989.

— La escultura conmemorativa en España. La edad de oro del monumento público (1820-1914), Madrid, 1999.

Rivière Gómez, Aurora, « La historiografía autonómica en España : un balance », Cuadernos de Historia Contemporánea, 22, 2000, pp. 349-358.

— Historia, historiadores e historiografía en la facultad de letras de la Universidad de Madrid (1843-1868), Madrid, Universidad Complutense, 2002.

Sánchez López, José María, Heterodoxos españoles. El Centro de Estudios Históricos (1910-1936), Madrid, Marcial Pons-CSIC, 2006.

Saz Campos, Ismael, España contra España. Los nacionalismos franquistas, Madrid, Marcial Pons, 2003.

Tuñon de Lara, Manuel, Espagne, Paris, Le Seuil, coll. « Petite planète », 1956.

Tuñon de Lara, Manuel (éd.), Historiografía española contemporánea, Madrid, siglo XXI, 1980.

Unamuno, Miguel de, En torno al casticismo [1916], éd. Jon Juaristi, Madrid, Biblioteca Nueva, 1996.

Varela, Javier, La novela de España. Los intelectuales y el problema español, Madrid, Taurus, 1999.

Notes

1 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, p. 5.

2 B. Pellistrandi, Un discours national ?, notamment les chapitres ii et iii ; « L’Histoire comme esthétique » et « L’Histoire, entre culture et professionalisation », pp. 49-113.

3 Il s’agit de l’ouvrage coordonné parJ. S. Pérez Garzón et al., Historiografía y nacionalismo español. D’autres monographies ont exploré le monde de l’érudition historique espagnole au xixe siècle. Entre autres, on citera G. Pasamar Alzuria et I. Peiró Martín, La Escuela Superior de Diplomática ; I. Peiró Martín, Los guardianes de la historia ; A. Rivière Gómez, Historia, historiadores e historiografía ; B. Pellistrandi, Un discours national ?

4 C. Reyero, La pintura de historia en España ; Id., La escultura conmemorativa en España. On pourra élargir cette vision du cas espagnol avec R. Gutiérrez Viñuales, Monumento conmemorativo y espacio público en Iberoamérica. On se reportera aussi aux catalogues La pintura de Historia del siglo xix en España et La época de Carlos V y Felipe II en la pintura de historia del siglo xix, qui ont marqué la redécouverte contemporaine de ce genre de peinture.

5 I. Fox, La invención de España.

6 J. Álvarez Junco, Mater Dolorosa.

7 B. Michel, Nations et nationalismes en Europe centrale ; A.-M. Thiesse, La création des identités nationales.

8 « No exagera Pérez Bustamante cuando afirma que “la Historia de España de don Modesto Lafuente ha sido uno de los libros más leídos durante la segunda mitad del siglo xix […] ; la serie ordenada de sus volúmenes será durante muchas décadas elemento de ornato y prestigio social en los armarios y en las librerías de las clases media y alta », J. M. Jover Zamora, La civilización española a mediados del siglo xix, p. 155.

9 Pierre Vilar voit dans la géographie de l’Espagne les contraintes qui ont empêché son unification profonde.

10 « Así [el] detenido análisis [de Lafuente] del pasado integra el drama de la decadencia y sus motivos, convirtiéndola en una lección para el presente con el objetivo de recuperar la prosperidad y la verdadera grandeza de la nación dentro de la acción política de la dinastía borbónica encarnada por Isabel II », R. López Vela, « De Numancia a Zaragoza », p. 298.

11 B. Pellistrandi, Un discours national ?, pp. 321-322.

12 C. P. Boyd, Historia Patria, p. 262.

13 Voir la récente mise au point de J. M. López Sánchez, Heterodoxos españoles.

14 L’étude pionnière de M. Tuñon de Lara, La edad de plata, a souligné le rôle et l’influence de l’Institución Libre de Enseñanza dans la mise en place d’une nouvelle configuration culturelle. Un autre ouvrage, encore plus précoce, celui de Mgr. P. Jobit, Les éducateurs de l’Espagne contemporaine (1936), était né du souci, dans le monde catholique, de comprendre la constitution de ce nouveau pôle culturel.

15 Voir J. Marichal, El designio de Unamuno, notamment « Unamuno y su interpretación de España », pp. 31-48.

16 B. Pellistrandi, « Face à la crise de la conscience nationale », p. 171.

17 Que l’on me permette de renvoyer dans ce volume à la communication de José Carlos Mainer très éclairante à ce sujet.

18 Voir à cet égard le livre très utile de A. Morales Moya et M. Esteban de Vega (éd.), ¿Alma de España ?

19 On retrouve là l’intuition fondamentale de Modesto Lafuente !

20 M. de Unamuno, En torno al casticismo, p. 166. On doit la première traduction française sous le titre L’essence de l’Espagne à Marcel Bataillon.

21 Voir J. Varela, La novela de España.

22 C. P. Boyd, Historia Patria ; E. Martínez Tortola, La enseñanza de la historia ; Á. L. Abós, La historia que nos enseñaron.

23 Voir J. L. de la Granja et A. Reig Tapia (éd.), Manuel Tuñon de Lara ; J. L. de la Granja et al. (éd.), Tuñon de Lara y la historiografía española.

24 Sur l’exil et la culture au xixe siècle, voir V. Llorens, Liberales y románticos.

25 S. Juliá, Las dos Españas.

26 M. Tuñon de Lar a, Espagne, p. 15.

27 R. Menéndez Pidal, Los españoles en la historia, p. 182.

28 P. Bosch Gimpera, « Dos Españas ».

29 Ibid., p. 12.

30 On se reportera évidemment au livre déjà cité de S. Juliá, Las dos Españas.

31 S. Prades Plaza, « Escribirla historia para definirla nación ».

32 Voir notamment I. Saz Campos, España contra España, et S. Juliá, Las dos Españas.

33 On se reportera à M. Tuñon de Lara (éd.), Historiografía española contemporánea, et à B. Pellistrandi (coord.), La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España.

34 Je me permets de renvoyer à B. Pellistrandi, « Reflexiones sobre la escritura de la historia de la nación española ».

35 Voir C. Dardé, La idea de España en la historiografía del siglo xx.

36 Voir notamment G. Pasamar, « Las “historias de España”a lo largo del siglo xx », pp. 351-359.

37 P. C. González Cuevas, « El retorno de la tradición “liberal-conservadora” » ; J. A. Aróstegui Rubio, « La política cultural del Estado en los Gobiernos populares ».

38 A. Morales Moya, « El problema español desde la transición ».

39 « Las Historias autonómicas que representan esas identidades regionales y nacionales, constituyen un conjunto abigarrado en el que podemos hallar obras de todos los tamaños, desde la enciclopédicas a las más sintéticas. Son todas hijas de la modernización de la historiografía española, del predominio de la historia económica y social, y presentan una gran variedad política puesto que constituyen un componente de la propia legitimidad de la democracia : desde las nacionalistas de izquierda y marxistas, hasta las de tono patriótico con tintes etnicistas, pasando por otras de orientación liberal, conservadora o de izquierda no nacionalistas propiamente hablando », G. Pasamar, « Las “historias de España” a lo largo del siglo xx », p. 365. Voir aussi A. Rivière Gómez, « La historiografía autonómica en España ».

40 L’ensemble de ces études dans J. Moreno Luzón (coord.), « Nacionalismo español : las políticas de memoria ».

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search