Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

II. L’histoire culturelle comme détour problématique

Les cultures politiques

Serge Berstein

Résumé

La mise à jour de la notion de culture politique procède d’une volonté de mieux saisir l’acte politique par une approche qui tienne compte de sa complexité. Il existe une grille de lecture, un ensemble de représentations, porteuses de normes et de valeurs qui parcourent les familles idéologiques et définissent les traditions politiques. Ce concept permet à l’historien de se situer au croisement des comportements individuels et des attitudes collectives. Loin de se substituer aux autres modèles explicatifs de la vie politique, l’étude des cultures politiques prétend enrichir l’analyse historique et permet d’éclairer la vie politique à partir d’une approche temporelle qui privilégie la longue durée des traditions culturelles.

Texte intégral

1Évoquer les cultures politiques, c’est se placer délibérément dans le champ de l’histoire politique. Il ne s’agit en rien, en effet, d’examiner un quelconque rapport entre les activités culturelles traditionnelles étudiées dans les premières séquences de ce colloque et la politique, pas plus que de traiter du rôle des intellectuels en politique, des politiques culturelles ou des vecteurs culturels des thèmes et des idées politiques. L’objet de l’approche n’est pas de faire une histoire culturelle du politique, mais de mieux comprendre les motivations complexes des comportements politiques à un moment donné de l’histoire. Toutefois, il est bien évident que la culture politique ne saurait être totalement indépendante des autres éléments de la culture globale d’une société donnée à un certain moment de l’histoire. Je voudrais donc très brièvement évoquer la nature et la fonction des cultures politiques avant d’examiner la portée et les limites de cette approche du politique.

Nature des cultures politiques

2Si, voici une vingtaine d’années, les historiens du politique ont, dans une recherche collective, défini une approche du politique par le culturel, ce n’était évidemment pas pour le plaisir d’inventer une catégorie nouvelle d’instruments d’analyse, mais parce que leurs recherches les avaient conduits à juger peu satisfaisantes les explications généralement avancées pour comprendre l’acte politique, qu’il s’agisse de l’adhésion raisonnée à des idées ou à un programme politique, du déterminisme sociologique du marxisme ou de ses avatars contemporains, des motivations tirées de la sociologie ou de la psychologie du comportement comme l’intérêt, la recherche de la sécurité, le sens du devoir, le dévouement civique, l’irritation, la haine, etc. Non que ces données soient absentes de l’acte politique, mais même en les combinant, on reste en deçà de ce que révèlent les documents des historiens. Quant à l’explication univoque par un seul de ces facteurs, elle apparaît comme sollicitant, voire martyrisant, la complexité du réel.

  • 1 J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, préface.

3C’est l’observation pragmatique des comportements politiques qui, en mettant en avant un paradoxe apparent, a conduit à tenter de mieux saisir l’acte politique par une approche qui tienne compte de sa complexité. Le paradoxe est que le choix politique paraît, dans la plupart des cas historiques examinés, résulter d’une forme de réaction instinctive de l’individu précédant tout raisonnement, mais qu’en même temps un grand nombre d’individus partagent ce même réflexe et que le sens de cette réaction instinctive, en face d’événements très divers, semble s’inscrire dans une logique identique et continue. D’où l’idée que l’explication essentielle de l’acte politique paraît bien être l’existence d’une grille de lecture commune, d’une vision partagée du monde, de la société, de la place qu’y tient l’homme, grille de lecture qui explique à la fois les réactions identiques de très nombreux individus, l’instantanéité de celles-ci et leur permanence dans le temps. On pourrait ainsi définir la culture politique comme un ensemble de représentations, porteuses de normes et de valeurs qui définissent l’identité des grandes familles politiques ou encore, comme le proposait Jean-François Sirinelli comme « une sorte de code […] et un ensemble de référents, formalisés au sein d’un parti ou plus largement diffus au sein d’une famille ou d’une tradition politiques »1. L’important est cependant qu’on est ici en présence de comportements répandus au sein de la société, d’un phénomène social de caractère culturel déterminant des attitudes politiques, qui traduit, pour le groupe considéré à une époque donnée de l’histoire, non seulement le regard qu’il porte sur le monde qui l’entoure, mais aussi l’ensemble des aspirations qui pourraient permettre de le transformer en l’améliorant.

4Il s’agit donc d’un phénomène complexe dans lequel entrent des idées ou des principes philosophiques souvent exprimés sous forme de vulgate, des références historiques chargées de sens, un idéal social, des conceptions institutionnelles, une vision de l’organisation des sociétés, une réflexion sur le monde, etc. L’ensemble définissant une identité dont la cohérence tient à l’étroite solidarité qui unit tous les éléments constituant la culture politique considérée. Celle-ci est d’ailleurs révélée par une série de vecteurs de diffusion de la culture politique qui en soulignent la nature et qui permettent de la comprendre : un discours souvent codé où les mots signifient plus qu’ils ne disent, des réseaux de sociabilité, l’utilisation de symboles, des rituels spécifiques. On est bien ici à la charnière du culturel et du politique.

5Il reste que, si la culture politique constitue un élément d’explication des comportements politiques, c’est fondamentalement parce qu’elle naît comme une réponse aux grands enjeux qui se posent à la société. Pour prendre l’exemple de la France, il est clair que la grande crise de légitimité de la Révolution française fait naître les cultures politiques traditionalistes et libérales, cependant que la question de savoir jusqu’où s’étend la souveraineté du peuple provoquera l’antagonisme des libéraux et des démocrates. Au cours du xixe siècle, ce sont les réponses à apporter à la société industrielle naissante qui détermineront l’émergence des socialismes et l’infinie variété de leurs nuances cependant que le libéralisme se teintera en réaction de conservatisme social. Les grandes crises d’identité nationale que constituent les défaites de 1871 et de 1940 ouvriront la voie au nationalisme et, plus tard, au gaullisme. Ces cultures politiques se répandent dans l’opinion par les multiples canaux de la socialisation politique, la famille, le système d’éducation, l’activité professionnelle, les réseaux de sociabilité, etc. Et finissent par constituer le prisme d’interprétation à l’aune duquel les individus qui s’en réclament évaluent les événements et y réagissent. Enfin, on constate que ces cultures politiques ne demeurent pas figées dans le temps, mais s’adaptent à l’évolution de la conjoncture, s’estompent lorsque les enjeux qui les ont fait naître perdent de leur prégnance, se divisent parfois ou, au contraire, opèrent entre elles des syncrétismes. Le socialisme se divise ainsi très vite entre une culture de rupture révolutionnaire qui se réclame du marxisme et une culture de réformes graduelles qui se greffe sur la culture républicaine. La fin du xixe siècle voit naître une culture démocrate-chrétienne en forte rupture avec le traditionalisme conservateur, mais qui tente de marier inspiration chrétienne, libéralisme et préoccupations sociales.

6La nature des cultures politiques étant ainsi définie, quel est l’intérêt de leur étude pour l’historien ? Elle tient très largement aux fonctions qu’elles assument au sein des sociétés.

Fonctions des cultures politiques

7L’un des traits les plus intéressants pour l’historien de l’étude des cultures politiques réside dans le fait que le phénomène se situe au carrefour des comportements individuels et des attitudes collectives.

8L’acte politique est, bien entendu, partiellement individuel qu’il s’agisse de l’adhésion à une formation politique, du militantisme ou du vote. Or il est clair que le bain culturel dans lequel l’individu se trouve immergé (et qui est de caractère collectif) constitue le noyau dur des motivations qui déterminent chez lui ces phénomènes d’adhésion. Cet environnement culturel est le résultat d’une longue élaboration acquise à l’époque de la formation intellectuelle, consolidée par les expériences de la vie, enracinée par l’habitude d’analyser les événements à la lumière de la grille de lecture du monde qu’il implique. Du même coup, cette culture politique est fortement intériorisée et structure durablement la personnalité, rendant très aléatoire toute remise en cause des postulats sur lesquels elle s’appuie. Elle ne se situe plus dans le champ du débat argumenté et le raisonnement est impuissant à contester des réflexes devenus désormais identitaires. Sans doute un traumatisme peut-il conduire à un réexamen d’une culture politique fortement enracinée. Les conditions de la défaite française de 1940 amèneront ainsi Léon Blum à un examen de conscience sur la pertinence de la culture républicaine à forme parlementaire à laquelle il adhère depuis sa jeunesse et à déplorer dans son livre À l’échelle humaine les défauts du parlementarisme absolu qui a caractérisé le régime de la Troisième République et son souhait d’un renforcement du pouvoir exécutif. Mais lorsque, quelques années plus tard, Charles de Gaulle proposera dans son discours de Bayeux une forme de régime répondant partiellement à ce schéma, Léon Blum se fera le porte-parole des opposants à ses propositions au nom d’un argumentaire fondé sur la culture politique républicaine la plus traditionnelle. L’effet du traumatisme n’a été que provisoire et la longue intériorisation des principes si longtemps défendus l’emporte en dernière analyse.

9Mais en même temps qu’elle structure les comportements politiques individuels, la culture politique est un phénomène collectif. Elle concerne au même moment des groupes entiers qui en partagent les postulats, les grilles de lecture, les interprétations, les propositions, qui utilisent les mêmes discours, se retrouvent dans les mêmes réseaux de sociabilité, participent aux mêmes rites. En d’autres termes, elle est bien le noyau central de l’identité du groupe qui se réclame d’elle. Ce qui entraîne deux conséquences. Vue de l’extérieur du groupe, la culture politique apparaît comme un marqueur identitaire qui le rend lisible aux yeux des contemporains, permet de comprendre (et souvent de prévoir) les réactions de ses membres à l’événement et, par conséquent, de mettre en évidence la cohérence de ses comportements.

10Mais c’est essentiellement à l’intérieur du groupe que la fonction de la culture politique apparaît comme la plus déterminante. C’est elle en effet, plus que l’adhésion, le paiement d’une cotisation ou l’action militante qui forme l’assise de l’appartenance politique. C’est elle qui conduit l’individu à s’identifier au groupe, à intérioriser son discours au point que les formes d’expression collective constituent spontanément l’armature même de sa propre argumentation, à adopter sa grille d’analyse du monde, à partager ses objectifs et ses espoirs, à adhérer aux multiples associations par lesquelles se diffuse son message, à voter pour le candidat de la formation politique qui le représente sur le plan électoral. On passe ainsi insensiblement du champ du raisonnement à celui de l’émotion, les représentations, le discours, les symboles et les rites partagés conduisant à une véritable communion, créatrice de profondes solidarités qui renforcent encore davantage le sentiment d’appartenance au groupe. Sans doute, cette communion est-elle plus forte dans le cas de cultures politiques fortement structurées comme c’est le cas des cultures politiques communiste, socialiste ou démocrate-chrétienne que dans celles marquées au coin de l’individualisme, comme les cultures politiques libérales. Mais il reste que la culture politique permet, par ces caractères, de retrouver dans un processus politique sécularisé de longue date une forme de référence au sacré constaté à l’origine même des phénomènes politiques.

11La nature et les fonctions des cultures politiques ayant été brièvement évoquées, il est nécessaire pour conclure d’en marquer la portée pour l’historien et les limites de son utilisation.

Portée et limites de l’approche problématique par les cultures politiques

12Il importe de bien marquer en premier lieu la signification du recours à l’analyse par les cultures politiques. Il ne s’agit en rien d’un nouveau modèle d’explication universelle du politique destiné à se substituer aux grands modèles explicatifs plus ou moins abandonnés aujourd’hui. Il ne s’agit pas davantage de remplacer les approches traditionnelles de l’explication politique par les idées, les stratégies, les institutions, les études électorales, l’analyse des organisations, la sociologie, etc. Mais d’ajouter à celles-ci un élément supplémentaire de compréhension du réel qui, par la mise en œuvre d’une notion qui se réfère à des paramètres multiples organisés en un tout cohérent, rend assez bien compte de la complexité des comportements politiques. Je suis toujours surpris et un peu amusé des déclarations péremptoires sur le refus d’admettre cette notion comme s’il s’agissait d’adhérer à une école de pensée en trahissant des fidélités antérieures. L’utilisation de l’approche par les cultures politiques n’a pas d’autre intérêt qu’heuristique et me paraît apporter un élément supplémentaire de compréhension du politique. Il est d’ailleurs caractéristique que, ces dernières années, de très nombreux travaux aient prouvé sa fécondité en permettant de compléter et parfois de renouveler les interprétations de faits connus et établis de longue date, en les ancrant davantage dans la chair des sociétés humaines et en permettant de mieux analyser les comportements des acteurs.

13Bien souvent, et même parmi ceux qui utilisent la notion de culture politique, celle-ci est considérée comme un équivalent modernisé des idées politiques ou des programmes politiques. Dans les deux cas, il s’agit d’une assimilation réductrice, même s’il est évident qu’il existe un rapport entre culture politique et idée politique, entre programme politique et culture politique. Les idées politiques ne sont que l’un des éléments de la culture politique auquel manque l’ancrage dans la société et qui, étant l’apanage d’intellectuels qui les formulent, sont moins opératoires sur des groupes importants et hétérogènes qu’une vulgate simplifiée, s’exprimant de manière plus sommaire et plus symbolique. Quant au programme politique, s’il exprime les objectifs d’une formation politique à l’usage des électeurs, il s’inspire au mieux de la culture politique mais ne saurait en exprimer qu’une part relativement minime.

14La principale limite de l’approche par les cultures politiques me semble en dernière analyse la difficulté de son utlisation dans la période la plus contemporaine de l’histoire. Opératoire pour les deux siècles qui se sont écoulés depuis la Révolution française, elle paraît ne plus l’être dans les dernières années du xxe siècle et au début du xxie siècle. La cause principale en réside dans la déstructuration des systèmes politiques qui cessent de s’organiser autour de cultures politiques clairement identifiées. Il est évident dans un pays comme la France que les grandes cultures politiques constituées au cours des xixe et xxe siècles connaissent une crise profonde, les citoyens ne s’identifiant plus à elles. La disparition des grands projets alternatifs de société qui s’opposaient dans les consultations électorales, au profit de débats limités sur la gestion la plus efficace d’une société dont les structures ne sont plus guère remises en question, a un effet démobilisateur sur les citoyens. Du même coup s’est instaurée une crise de la représentation qui se marque par la croissance de l’abstention, le rejet des forces politiques à vocation gouvernementale dont les cultures politiques sont désormais brouillées, ou le vote inutile pour des forces extrêmes aux cultures politiques d’autant plus clairement marquées qu’elles n’ont aucune chance d’être confrontées au réel de la réalisation. La crise des cultures politiques traditionnelles masque-t-elle la genèse de nouvelles cultures politiques autour des grands enjeux de société du début du xxie siècle ? Si la chose est possible, elle n’est guère discernable, la seule réalité visible en ce domaine étant l’émergence de mouvements sociaux non directement partisans autour de thèmes sectoriels dont il n’est pas évident que la juxtaposition débouche sur un ensemble cohérent.

15Peut-être la culture politique constitue-t-elle ainsi une approche pour l’histoire, mais un instrument inadéquat pour l’étude du présent des sociétés.

Bibliographie

Bibliographie

Berstein, Serge, « La culture politique en France depuis de Gaulle », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 44, octobre-décembre 1994, pp. 19-24 et pp. 113-120.

— « La culture politique », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 1996, pp. 371-386.

Berstein, Serge (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Éditions du Seuil, 2003.

Berstein, Serge, Contamine, Philippe et Winock, Michel (dir.), Histoire de la France politique, Paris, Éditions du Seuil, 2000-2004 (4 vol.).

Sirinelli, Jean-François (dir.), Histoire des droites en France, t. I : Cultures, Paris, Gallimard, 1992.

Notes

1 J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, préface.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search