Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

I. Les champs de l’histoire culturelle

La notion de transfert culturel dans l’histoire culturelle

François Chaubet

Résumé

Les travaux consacrés aux transferts culturels étudient les interrelations, les complexes processus d’imbrication entre ensembles culturels non comme des déplacements de concepts, de percepts, de matériaux intellectuels mais comme des adaptations dans des configurations locales précises. Cette nouvelle démarche culturelle en histoire permet de dépasser les vieux partis pris méthodologiques et idéologiques qui stipulaient l’existence d’une universalisme abstrait de la communication ou, au contraire, l’étanchéité rigoureuse des cultures et des savoirs. L’histoire semble ainsi s’approprier une thématique des acculturations et des métissages qui se trouvent au cœur de l’anthropologie. Concrètement, ce sont les études pionnières sur les relations franco-allemandes au xixe siècle qui générèrent ce vaste mouvement historiographique qui s’empara ensuite des relations franco-américaines dans la seconde moitié du xxe siècle. L’examen des acquis historiographiques de la recherche actuelle et les conséquences méthodologiques et épistémologiques de ces démarches constituent les deux autres volets de cet article.

Texte intégral

  • 1 Montaigne, Les Essais.
  • 2 M. Espagne, « Approches anthropologiques et racines philologiques des transferts culturels ». Il no (...)

1« Un honnête homme, c’est un homme mêlé » soulignait jadis Montaigne1 et, à cette intuition psychologique et anthropologique d’un Gascon du xvie siècle, contemporain de ces Indiens d’Amérique devenus alors un peu familiers des Européens, répond aujourd’hui, dans le champ des études historiques, un nombre croissant de travaux consacrés aux « transferts culturels ». Il s’agit en effet d’une étude des interrelations, des complexes processus d’imbrication entre ensembles culturels mis en contact, du cas de l’Amérique Latine coloniale au « couple » franco-allemand tout au long du xixe siècle, afin d’étudier, non un simple déplacement (de concepts, de percepts, de matériaux intellectuels), mais un processus d’adaptation dans une configuration locale précise. Après l’auteur des Essais ou, surtout, après les réflexions et les travaux de l’anthropologie culturelle dès le xixe siècle2 (de Humboldt à Ratzel et Boas), la démarche culturelle en histoire écarte, à son tour, deux vieux partis pris méthodologiques et idéologiques classiques dans la réflexion sur les contacts entre aires culturelles : soit croire en un universalisme abstrait de la communication, sans entraves et sans déformations, soit postuler l’étanchéité rigoureuse des cultures et des savoirs. Il est vrai qu’aujourd’hui, à l’heure d’une nouvelle mondialisation, à l’instant d’efforts accrus en direction de l’unité européenne, la communauté des chercheurs pourrait difficilement ne pas se montrer sensible au thème des imbrications culturelles et à la perspective de déconstruction des cadres d’analyse et objets d’étude par trop marqués par des références étroitement nationales. Le congrès d’Oslo en 2000 n’a t-il pas avalisé ces tendances générales en consacrant dans son premier thème de réflexion celui de la global history ?

  • 3 Il s’agit d’un chercheur français spécialiste de l’Allemagne (Michel Espagne) et d’un chercheur all (...)
  • 4 De manière beaucoup plus générale et moins ponctuellement érudite, mais de façon pionnière (cinquan (...)

2 En effet, si cette thématique des acculturations et des métissages se trouve au cœur de l’anthropologie depuis longtemps, la discipline historique, en revanche, s’est longtemps complue dans la constitution de discours généalogiques identitaires. Pour apprécier la pleine rupture méthodologique avec ceux-ci, il faut se reporter aux années 1980, théâtre du grand moment réflexif de sciences sociales en général et de l’histoire en particulier, où fut lancé, à l’instigation de deux spécialistes de la France et de l’Allemagne3, un questionnement systématique4 des emprunts culturels mutuels entre ces deux nations. Il a abouti à un renouvellement complet de ces deux historiographies nationales et de leur ethnocentrisme explicite. Leurs travaux ont permis de repenser à neuf le processus dynamique de création des identités nationales, non seulement en exhumant l’archéologie culturelle commune des deux nations (l’humanisme antique), mais aussi en suivant de près l’incessante navette des va-et-vient littéraires, philosophiques et artistiques : se tissa, entre les deux sociétés, une étoffe culturelle dans laquelle les brins du pays émetteur sont mêlés à celui du pays récepteur. Ainsi chacune des deux nations entremêla-t-elle les fils culturels pour construire sa référence nationale, fondée dès lors sur un « cosmopolitisme du national », une complémentarité de l’identité et de la différence, une dimension ethnocentrique et une dimension d’ouverture.

3Cette démarche, exemplaire par sa richesse empirique et sa rigueur méthodologique, a servi dès lors de tremplin pour l’étude d’autres situations de contact intellectuel afin d’en analyser également les complexes processus de confrontation/réception placés, très généralement, sous les auspices de malentendus créateurs. Ainsi, pour la deuxième moitié du xxe siècle, à mesure que le gradient scientifique et intellectuel se déplaçait vers les États-Unis, l’attention s’est-elle désormais déplacée vers le champ des relations culturelles franco-américaines qui apparaît, depuis peu, propice à la mise en jeu de cette problématique des transferts culturels. Nous proposerons ainsi un bilan des principaux travaux de l’histoire culturelle française depuis une vingtaine d’années sur ce terrain devenu de plus en plus fécond, tout en formulant quelques interrogations de fin de parcours sur la spectaculaire extension, actuellement, de cette problématique des transferts culturels.

Historique : de la littérature comparée aux transferts culturels

a) De la littérature comparée au comparatisme « idéologique » durant le xixe siècle

  • 5 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, p. 36.
  • 6 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales.

4Avant d’aborder la nouveauté historiographique représentée par les analyses en termes de transferts, il est bon de rappeler que l’attention accordée à l’Autre culturel trouva au xixe siècle dans une discipline scientifique nouvelle, la littérature comparée, un premier exutoire de recherches et de réflexions. En dépit des reproches que les historiens des transferts culturels ont pu adresser à cette histoire comparative des idées, accusée le plus souvent « de pétrifier les oppositions »5 entre nations, mais aussi, à l’inverse, d’une naïveté coupable quant à l’image d’un inéluctable rapprochement des peuples, il n’est pas inutile de brosser une rapide esquisse des travaux comparatifs menés aux xixe et xxe siècles pour mieux comprendre la rupture introduite par la problématique des transferts culturels. En effet, dans le meilleur des cas, dans les travaux sur le « cosmopolitisme littéraire européen » essentiellement, on peut trouver des analyses, déjà assez fines, du processus de déformation créatrice au travers de l’étude de petits groupes spécifiques (journalistes et traducteurs) et de la constitution de discours sur l’autre. Mais il manque alors à ces travaux une réflexion plus systématique, de l’ordre d’une sociologie historique, sur l’imbrication au xixe siècle de la dimension nationale et de la dimension cosmopolite, cette internationalité du national qui apparaît aujourd’hui comme le visage spécifique de l’Europe des années 1789-19146. Dans une deuxième série de travaux comparatifs, c’est, au contraire, la pensée d’une clôture propre à l’identité culturelle nationale qui empêche de poser l’imbrication du même et de l’autre.

  • 7 Voir P. Brunel et al., Qu’est-ce que la littérature comparée ? On pourra surtout se reporter, pour (...)
  • 8 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, p. 23.

5Pour retracer les étapes de l’historiographie propre à la littérature comparée, on peut remonter au début du xixe siècle où plusieurs histoires universelles littéraires apparaissent. De l’abbé Tressan avec sa Mythologie comparée avec l’histoire (1803) à Degérando et son Histoire comparée des systèmes de philosophie (1804) jusqu’aux Cours de peinture et de littérature comparées de Sobry (1810), les prodromes de cette histoire comparative s’esquissent. Mais ce furent les cours de Guizot, Villemain, de Jean-Jacques Ampère et de Chasles, au tournant des années 18307, qui produisirent les premières véritables réussites du genre. Ces auteurs en effet, plutôt que de juxtaposer des séries parallèles sans interpénétration, prennent le parti de rechercher des interactions, des « influences » entre les littératures européennes. Le cours de Guizot consacré en 1827-1828 à un Tableau du xviiie siècle l’amena à évaluer l’impact des idées anglaises sur le continent — il fut suivi avec passion par le vieux Goethe, nostalgique du grand climat cosmopolite d’antan. Si la dynamique comparative s’interrompt partiellement, en France, sous le ciel voilé du déterminisme tainien (fondamentalement anti-comparatiste), elle reprend à la fin du siècle avec de nombreux travaux dédiés au « cosmopolitisme européen ». Autour d’Edouard Rod ou Georg Brandès d’un côté, et de travaux de type universitaire accomplis par un Joseph Texte ou un Fernand Baldensperger de l’autre, se réalise en partie le programme tracé par Michel Espagne en 1999 : « Un transfert culturel n’est pas déterminé principalement par un souci d’exportation. Au contraire c’est la conjoncture du contexte d’accueil qui définit largement ce qui peut être importé »8.

  • 9 J. Texte, Jean-Jacques Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire, pp. 18 et sqq.
  • 10 Ibid., pp. 80 et sqq.

6Par exemple, Texte reprend la question déjà bien labourée par Guizot de l’influence des idées anglaises sur le continent européen au xviiie siècle dans son Jean-Jacques Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire. L’ouvrage étudie bien le processus d’exportation/importation des idées libérales anglaises en portant attention aux intermédiaires culturels privilégiés que furent d’abord les réfugiés protestants français, journalistes (à cheval sur l’Angleterre et la Hollande où paraissent des journaux en français), traducteurs (Eidous, Armand de la Chapelle, Desmaizeaux) et vulgarisateurs de la philosophie et du libéralisme anglais9. D’autres chapitres sont consacrés à la deuxième vague de traducteurs ou d’informateurs qui se retrouvent à leur tour en situation d’importation (le Suisse Muralt, Voltaire, l’Abbé Prévost) et qui déforment volontairement les textes traduits (Prévost acclimate au goût français le style de Richardson) ou sélectionnent partialement (Voltaire) l’information transmise aux Français10. Ce constat d’une connaissance déformée de l’Angleterre vers la France, cette « naturalisation » de l’information au prisme des intérêts du pays importateur, s’avèrent très clairement identifiés dans ces travaux du tournant du xxe siècle. Un dernier exemple pourrait être apporté en prenant l’article de Paul Hazard dans le premier numéro de la Revue de littérature comparée (en 1921) intitulé « L’invasion des littératures du Nord dans l’Italie du xviiie siècle ». Il décrit de manière convaincante le processus de déformations créatrices au terme duquel les œuvres allemandes ou anglaises sont ramenées de l’inconnu au connu, du brouillard nordique à la claire lumière prodiguée par Rome et Athènes : la littérature du Nord se retrouve systématiquement « italianisée », soit dans les traductions (de Ossian notamment), soit dans les histoires littéraires générales produites alors. L’article aboutit au clair constat d’une connaissance systématiquement biaisée, au moins dans un premier temps, mais dont le principal résultat aurait été la renaissance véritable de l’esprit national italien.

7Or, en dépit de leur érudition factuelle sur le processus de croisements culturels et les déformations assez systématiques produites par celui-ci, que manquait-il à ces analyses pour nous satisfaire complètement ?

  • 11 Que l’on retrouve chez un auteur comparatiste plus tardif tel René Étiemble qui, dans un essai de 1 (...)
  • 12 Pour la fin du xixe siècle, consulter la thèse de B. Wilfert, Paris, la France et le reste. Pour le (...)

8Il semble que le présupposé idéologique implicite en faveur du cosmopolitisme pèse sur une grande partie de cette historiographie qui reste convaincue que l’homogénéité culturelle européenne l’emportera in fine sur tous les obstacles et déformations initiaux mis en jeu dans une confrontation interprétée (sommairement) en termes « d’esprit des peuples ». Une véritable téléologie du cosmopolitisme11 inspire, méthodologiquement, tous ces auteurs qui ne peuvent, de ce fait, raisonner plus finement sur l’opération de déformation et sur les complexes enjeux politiques de l’importation. À ce titre, la micro-histoire de la réception culturelle restait donc, malgré l’attention particulière prodiguée aux milieux et personnages de la traduction, trop peu systématiquement menée et les enjeux nationaux trop ignorés au nom d’une vision dépolitisée de ce quasi- « clergé cosmopolite » (Valéry Larbaud) que représenteraient les traducteurs. Certaines études récentes sur l’importation littéraire et le rôle de la traduction montrent au contraire que l’importation littéraire à la fin du xixe siècle participe d’une véritable « géopolitique littéraire » entre nations européennes rivales12 ; la traduction vient souvent conforter un processus diplomatique (la vogue de la traduction de l’anglais en France au début du xxe siècle au temps de l’Entente cordiale), parfois anticiper d’éventuelles alliances politico-culturelles (la vogue du roman russe vers 1880-1890 en France, l’introduction et la consécration françaises d’Annunzio à la fin du xixe siècle) ; globalement, entre 1890- 1940, les élites culturelles françaises ont envisagé la politique de l’importation littéraire au titre de nécessaire prolongement de la vocation mondiale propre aux lettres françaises.

  • 13 Voir J. Jurt, « Identité ».
  • 14 Voir J. Le Rider, « Kultur et civilisation » et G. Raulet, « Esprit-Geist ».

9Mais il faut présumer que les critiques adressées par Michel Espagne au comparatisme s’adressaient surtout à l’autre grande démarche comparative au xixe siècle, celle qui, à l’inverse du préjugé cosmopolite, aboutissait à conforter les logiques nationales de manière systématique en érigeant la nation comme un absolu. Le grand livre de Friedrich Meinecke consacré en 1907 à la réflexion sur l’État serait l’exemple parfait d’une telle démarche13. Là, l’historien allemand opposait schématiquement le Staatsnation français au Kulturnation allemand alors que les deux pays avaient en fait travaillé, tout au long du xixe siècle, à acquérir précisément ce que l’autre possédait déjà en propre. Les Français avaient emprunté à leur voisin l’idée de renforcer la constitution ethnico-linguistique de la nation (le schéma herderien) afin de renforcer leur cohésion unitaire, les Allemands avaient, avec l’unification de 1871, approfondi la dimension politique et juridique de leur union. Mais d’autres oppositions conceptuelles restent célèbres dans l’histoire des relations intellectuelles franco-allemandes depuis la fin du xviiie siècle, celle entre Kultur et Civilisation ou celle entre Geist et Esprit14 ont donné lieu à des commentaires infinis. Cette historiographie de type nationaliste présupposait ainsi des aires culturelles française et allemande closes sur elles-mêmes et profondément antinomiques.

b) Limites du comparatisme historiographique au xxe siècle

10Globalement, les deux séries de travaux comparatifs appréhendaient la logique culturelle de constitution des nations au xixe siècle de manière trop superficielle ; les travaux sur le cosmopolitisme manquaient de profondeur analytique, ceux sur les comparaisons nationales abusaient de constructions dichotomiques dont la binarité se révélait le meilleur auxiliaire de l’ethos identitaire. Mais si les travaux de Michel Espagne et Michael Werner ont permis de renouveler notre regard sur l’identité nationale française et allemande, leur portée heuristique a été renforcée sous l’éclairage parallèle des réflexions inspirées par la sociologie historique de la nation. Ernest Gellner et Benedict Anderson ont mis en lumière la dimension récente et artificielle de la référence nationale forgée par un processus systématique de « nationalisation » ou d’inculcation systématique de l’habitus national — de la mise en œuvre des réseaux primaires d’enseignement à la mise en place de la carte d’identité, de la statuomanie à l’érection de bâtiments commémoratifs. Ainsi dans l’évocation de ce processus constructif, qui combine plusieurs échelles, temporelles (temps court de la conjoncture et temporalité longue), spatiales (régionales, nationales), l’identité culturelle d’une nation apparaît-elle désormais passible d’une description complexe qui met en évidence non les différences ou similitudes entre des notions/concepts/disciplines qui circulent entre deux pays, mais les transformations, adaptations ou traductions auxquelles ceux-ci sont soumis. « Identité » et « culture » cessent d’être fétichisées et réifiées dans une essence nationale plus ou moins intemporelle. Bien au contraire, dans le cadre du comparatisme (au sens large) dessiné par les travaux de Michel Espagne et Michael Werner, la notion de transfert culturel apparaît :

  • 15 M. Espagne, « Problèmes d’histoire interculturelle ».

comme la part prise par l’Allemagne dans la constitution des nations voisines et inversement comme une recherche de la part prise par les aires limitrophes dans l’histoire culturelle du monde germanique, […] les nations ne doivent pas être conçues comme des instances distinctes se définissant puis, dans un second temps, entrant en relations entre elles, mais plutôt comme des ensembles tels que chacun se structure d’emblée à partir d’une altérité présente en lui15.

  • 16 Ni Febvre, ni même Braudel ne reprendront cette thématique. En général, l’histoire macroscopique de (...)
  • 17 Voir le numéro consacré au comparatisme en histoire et ses enjeux de la revue Genèses avec les art (...)

11On le voit, cette histoire des rapports franco-allemands dessine les contours d’une véritable histoire interculturelle entre France et Allemagne, parfois même ouverte à d’autres pays (Russie, Italie), qui diffracte et démultiplie les systèmes culturels nationaux. Elle a récusé donc, de manière vigoureuse, les apories classiques du comparatisme qui, il est vrai, à la rare exception de Marc Bloch et de son appel d’Oslo (1928) au comparatisme16, n’a guère connu de vrai renouvellement dans l’historiographie du xxe siècle. Soit il s’agit des apories qui touchent à la position de l’observateur, avec l’impossible situation d’équidistance entre les deux objets analysés, ou du risque de projeter sur l’Autre des présupposés idéologiques de type identitaire de façon plus (les recherches sur le Sonderweg germanique dans une certaine historiographie allemande récente) ou moins (les comparaisons des « lieux de mémoire » européens enfermés dans une problématique nationale) avouée. Soit la difficulté concerne l’identification improbable d’objets comparables (eu égard à la différence de signification accordée aux mots concrets ou aux notions conceptuelles, aux situations et pratiques sociales dans deux contextes historiques donnés). Enfin, la relative fixité chronologique induite par la comparaison tend à conforter l’usage déductif de catégories d’analyse a priori, aux dépens d’une approche inductive qui partirait des objets d’étude et de leurs évolutions diachroniques selon un processus de transformations complexes. In fine, en confortant les investissements identitaires traditionnels, les vertus de la comparaison ont largement paru écornés, et leurs effets contre-productifs suffisamment avérés pour inciter à la remise en cause de la portée heuristique du comparatisme traditionnel17.

Objets d’étude et catégories d’analyse à l’œuvre dans les transferts culturels

a) Objets des transferts

✦ Les pensées/idées/rapports entre disciplines/ systèmes de représentations

  • 18 P. Vernière, Spinoza et la pensée française ; Y. Conry, Introduction au darwinisme ; E. Roudinesco, (...)

12Ce domaine d’études a concentré l’essentiel des analyses en termes de transferts, de l’histoire franco-allemande du xixe siècle aux récentes études des relations intellectuelles franco-américaines au xxe siècle. Avant même les travaux de Michel Espagne et Michael Werner à la fin des années quatre-vingt, on pourrait recenser, dans le domaine de l’histoire intellectuelle, d’importants travaux consacrés à l’introduction déformée et à la réinterprétation d’une grande figure de la pensée théorique quand elle est reçue dans un autre contexte, de Spinoza, Darwin et Freud18. Dans ce dernier exemple, de multiples filtres déformants avaient été mis en œuvre en France avant 1914 pour assimiler la psychanalyse « allemande », pour la naturaliser eu égard les tendances profondes qui travaillaient la société d’accueil.

  • 19 On pourra se reporter de manière utile à plusieurs dossiers de revues sur cette histoire culturelle (...)
  • 20 D’une bibliographie pléthorique, citons notamment L. Pinto, Les neveux de Zarathoustra ; J. Le Ride (...)
  • 21 P. Simon-Nahum, La science du judaïsme et la République.
  • 22 W. Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle.

13Par la suite, les chercheurs du terrain franco-allemand ont labouré ce champ de manière systématique et nous nous contenterons ici d’en donner une recension sommaire19. Ils ont pu porter soit sur la réception de la pensée de grandes personnalités en France (Nietzsche20 surtout, Heidegger), soit sur celle de courants intellectuels (la philologie allemande et les savants français d’origine juive alsacienne au xixe siècle21), soit sur le rôle d’intermédiaires culturels privilégiés : hommes de lettres (Heine), professeurs d’allemand en France, éditeurs et revuistes (Bernard Groethuysen), soit enfin sur les représentations de grands mythes culturels tels Paris au xixe siècle dont les Passages, chers à Walter Benjamin22, furent un des motifs privilégiés. Tous ces travaux précisent les circonstances de circulation des textes et des idées, la diversité des lieux de réception et, surtout, les motifs de déplacements et les modalités de la (ré) interprétation des œuvres. Toutefois, cette multiplicité convergente d’études a permis en outre de dépasser le constat de la simple déformation due aux intérêts du milieu récepteur : elle a établi la perspective ambitieuse d’une véritable histoire intellectuelle trans-culturelle des études littéraires et des sciences humaines allemandes et françaises entre 1800 et 1914.

  • 23 Voir les deux articles sur ces deux champs disciplinaires dans la Revue d’histoire des sciences hu (...)
  • 24 F. Cusset, French Theory.

14Plus récemment, le champ des études franco-américaines commence à engranger des travaux significatifs sur les transferts culturels dans le champ des diverses disciplines académiques. Qu’il en aille de la difficile importation en France, dans les années 1945-1965, de la sociologie américaine — jugée trop empirique et trop indifférente aux considérations de niveau macro-sociologique — ou de la philosophie analytique sur tout le xxe siècle — l’éthique intellectuelle, sobre et « professionnelle » du philosophe analytique contraste trop avec celle, polémique et « littéraire » et, surtout, universaliste, du philosophe français comme « spécialiste de l’universel »23 —, ou encore de l’importation aux États-Unis de la philosophie française « déconstructionniste »24 des années soixante-dix, des études de cas multipliées permettent de penser l’écart créatif entre milieux émetteurs et milieux récepteurs. Dans le cas de l’importation aux États-Unis de la philosophie française « déconstructionniste », on assiste à une véritable création ex nihilo, dans laquelle une partie de l’université américaine détourne assez radicalement et refaçonne la philosophie française post structuraliste, un peu à la façon dont, cent ans plus tôt, les naissantes sciences sociales en France avaient détourné à leur profit l’inspiration scientifique issue de la philologie allemande.

✦ Autres objets : histoire du livre, pratiques institutionnelles-intellectuelles

  • 25 F. Barbier, « Les normaliens, leurs livres et leur bibliothèque ».

15L’histoire des transferts culturels porte toute son attention aux voyageurs. Des marchands de la Hanse qui fréquentent les ports français de l’Atlantique au xviiie siècle, aux jeunes universitaires français présents dans les successives « Mecque » scientifiques (Allemagne après 1870, États-Unis après 1945) et qui établissent des contacts interpersonnels directs entre deux aires et univers culturels distincts. Mais ce sont aussi des pratiques institutionnelles qui peuvent être transplantées et donner lieu à une réflexion intense. Les institutions scientifiques françaises au xixe siècle qui n’ont eu de cesse d’importer le meilleur de la science germanique en France ont, pour ce dessein, imité deux institutions germaniques clé : le séminaire et la bibliothèque. Imiter le séminaire « à l’allemande » devint dans la France de l’après 1870 un souci constant afin de permettre le rattrapage de l’université française. Mais la généralisation de l’institution se prêta à de nombreux accommodements qui avaient pour fonction de préserver celle-ci de toute imitation servile ; l’École normale, l’un des principaux bastions pourtant de la réforme universitaire après la guerre de 1870, grâce à son directeur Fustel de Coulanges (1880-1883), n’en défend pas moins, aussi, le modèle français de la culture générale. Quant à la bibliothèque, là également, celle de l’École normale constitue un fascinant exemple de la proximité entre la rue d’Ulm et l’univers de la science germanique. Non seulement, l’École normale bénéficie, très tôt et sur le modèle allemand, d’un fonds d’une richesse inégalée dans le reste du pays — en 1865, les bibliothèques universitaires ne disposent que de 275 000 volumes et l’École, en 1844, conserve déjà 22 000 volumes —, mais aussi elle accumule un ensemble d’ouvrages allemands unique en France25 — sous l’impulsion de bibliothécaires au statut intellectuel et social clairement affirmés, à l’instar du modèle allemand (Lucien Herr deviendra le modèle du bibliothécaire, principal organisateur de la recherche).

16Dans cet univers du livre, les traductions peuvent constituer un fondement capital du rapport à autrui. Au xixe siècle, les collections philologiques importées d’Allemagne (Le Thesaurus Linguae Graecae et la Bibliothèque des auteurs grecs) puis, au xxe siècle, des collections philosophiques (« Critique de la Politique » chez Payot en 1975 est consacrée en grande partie à l’École de Francfort, la collection « Passages », née dans les années 1980 au Cerf, est consacrée à l’herméneutique allemande) introduisent la référence germanique. L’introduction de la French Theory passa par des collections consacrées presque exclusivement à la théorie française, telles Theory and History of Litterature aux Presses du Minnesota ou Post-Contemporary Interventions aux Presses de Duke University.

b) Mécanismes : vers une sociologie de la vie intellectuelle

  • 26 Cf. M. Espagne, Le paradigme de l’étranger et C. Charle, La République des universitaires, chap. i.
  • 27 Nous nous permettons de renvoyer à notre article, « Groethuysen : un médiateur culturel entre Franc (...)
  • 28 Voir le dossier par P.-M. Menger et J. Revel (dir.), Monde de l’art.

17Ces études de transferts culturels peuvent être centrées sur des acteurs singuliers ou sur des groupes ayant un fonctionnement de réseau. Parmi ces derniers, le rôle immigrés/émigrés, surtout celui des voyageurs (universitaires26, enseignants, écrivains, savants, traducteurs27) donne l’occasion de nombreuses études et débouche sur l’organisation de réseaux médiateurs (des marchands, musiciens ou libraires allemands en France au début du xixe siècle) et de groupes intercesseurs (les milieux des départements de français puis d’anglais dans les universités américaines pour la French Theory dans les années 1980- 1990). La démarche conduit ainsi à insister sur les réalités socio-institutionnelles (description des systèmes scolaires et universitaires) ou sur les modalités de la vie socio-culturelle à tous ses échelons (mondes de l’art28, de l’édition). Enfin, et le point suivant sur les exilés viendra le confirmer, il s’agit d’une histoire sociale des acteurs avec leurs trajectoires plus ou moins réussies en tant qu’« intermédiaires », que la possession d’un certain nombre d’atouts propres et la volonté de les mobiliser rendent capables d’opérer les transferts.

c) Conjonctures des transferts

  • 29 L’exilé, pour maintenir les liens intellectuels avec sa patrie, peut très bien entretenir les stéré (...)

18Les périodes de bouleversements politiques majeurs (guerres et leurs lendemains, révolutions) jouent souvent un rôle clé pour enclencher des processus de transferts culturels. L’histoire du kantisme en France connaît ainsi un moment décisif durant les années révolutionnaires où quatre courants (jacobin, émigré, idéologue, Mme de Staël) cherchent à se l’approprier. Cependant, c’est l’exil qui offre souvent, mais pas obligatoirement29, des exemples significatifs d’une mise en œuvre de transferts. Depuis le travail, publié en 1924, de Ferdinand Baldensperger sur Le mouvement des idées dans l’émigration française (1789- 1815), l’attention a été portée à l’expérience de décentrement morale, physique et métaphysique, que recouvre l’exil. Découverte des forêts américaines ou des tristes paysages de l’Europe du Nord, des coutumes anciennes ou des mœurs patriarcales de certaines petites principautés allemandes, lectures et traductions de toute une série d’ouvrages étrangers, redécouverte du passé médiéval à la lumière de Walter Scott, les exilés royalistes dédiés à la littérature rompirent avec le climat moral et intellectuel néo-classique et humaniste des Lumières. Après 1945, une véritable historiographie scientifique s’est emparée du sujet, mais avec des approches psychologiques et subjectives centrées sur, d’un côté, l’expérience glorifiée d’un nomadisme réussi et, de l’autre, sur la situation d’échec et de dépossession. Dans sa première version de type « romantique », l’universitaire américano-palestinien Edward Saïd a formulé les considérants de l’errance glorieuse qui peut être celle de l’exil :

  • 30 Citation par F. Cusset, French Theory, p. 30.

Pour un intellectuel à se rendre disponible, plus qu’il ne l’avait jamais été, au voyageur plutôt qu’au puissant, au risque et à l’éphémère aux dépens de l’habitude, à l’innovation et aux pratiques expérimentales contre le statu quo imposé30.

  • 31 E. Loyer, Paris à New York ; L. Jeanpierre, « Des hommes entre plusieurs mondes ».
  • 32 Voir cette remarquable comparaison chez L. Jeanpierre, « Des hommes entre plusieurs mondes », pp.  (...)
  • 33 E. Loyer, Paris à New York, pp. 232 et sqq.

19Or, deux travaux récents viennent d’éclairer les conditions de l’exil d’intellectuels et d’artistes français aux États-Unis pendant la deuxième guerre mondiale et la difficulté de confronter deux espaces nationaux intellectuels constitués de traditions disciplinaires différentes et de références culturelles spécifiques31. Le caractère aléatoire de la rencontre entre les deux univers macro se retrouve de surcroît conditionné par les trajectoires propres aux acteurs. S’insérer dans la société intellectuelle américaine dépend à la fois du milieu local et de certaines de ses attentes, des atouts (intellectuels et sociaux) de l’universitaire exilé, de sa volonté de s’impliquer dans la vie locale tout autant que de sa capacité à procéder de façon appropriée. Ainsi deux situations archétypales apparaissent-elles : ceux qui refusent l’intégration et vivent un traumatisme tels Breton ou Adorno, ceux qui acceptent de se plonger dans la réalité américaine tels Lévi-Strauss ou Georges Gurvitch. Mais si la stratégie de celui-ci échoua, en revanche, celle de l’anthropologue réussit pleinement en vertu de sa capacité à articuler différents milieux intellectuels32. Aussi Claude Lévi-Strauss tire-t-il simultanément profit du milieu de l’anthropologie américaine (richesse empirique des travaux et ressources magnifiques des bibliothèques, brio intellectuel d’un Boas et d’un Lowie) et de celui de ses compagnons surréalistes (leur technique du collage inspire sa vision structuraliste des découpages et juxtapositions)33, tout en restant parfaitement intégré au milieu des universitaires français rassemblés dans l’École libre des hautes études de New York.

d) Échelles : penser les écarts déformants

  • 34 M. Werner, « Les usages de l’échelle dans la recherche sur les transferts culturels ».
  • 35 M. Espagne, Bordeaux-Baltique.

20Les échelles spatiales utilisées par l’histoire des transferts culturels évitent en général celle de la macro histoire dans la mesure où il s’agit de suivre des échanges entre niveaux différents, des processus de circulation avec leurs écarts. À ce titre, l’articulation d’échelles spatiales et temporelles plurielles semble la voie la plus féconde pour mettre en relation la pluralité des systèmes culturels34. Le cas de Bordeaux et de ses relations avec l’Allemagne et la Baltique35 permet de combiner un terrain micro spatial articulé sur d’autres échelles beaucoup plus générales qui ressortent, par exemple, de l’histoire de la musicologie et de l’introduction de la symphonie allemande ou de celle des sciences de l’éducation. La recherche sur les espaces frontaliers en général, le cas alsacien en particulier, incite également à dépasser la seule échelle régionale pour lui en associer d’autres, plus globales qui, seules, donnent une compréhension juste de l’objet local qui se retrouve en fait parasité par l’échelle nationale. La notion d’échelle renvoie moins à la nécessité d’élire un modèle (le micro) contre un autre (le macro), mais à la fécondité de comprendre les interactions saisies ainsi selon plusieurs points de vue, et de voir le local comme une version différenciée du global.

Interrogations sur le succès de la problématique des transferts

a) Extension du modèle à l’histoire transnationale

  • 36 Voir l’article et la bibliographie donnée par P.-Y. Saunier, « Circulations, connexions et espaces (...)
  • 37 V. R. Berghahn, America and the Intellectual Cold Wars in Europe.

21Les études de transferts ont eu le souci de casser le mythe de l’homogénéité culturelle nationale et de redonner fluidité à des réalités historiques pensées désormais sur le modèle de l’imbrication complexe et non sur celui du schéma comparatiste traditionnel fondé sur la recension des « différences » ou les considérations en termes de « retard » ou « d’avance ». Ce succès épistémologique se vérifie sur un terrain historiographique aujourd’hui en pleine expansion, celui de l’histoire transnationale du xxe siècle et des processus dits de « fertilisation croisée »36. Qu’il s’agisse de la circulation de connaissances autour des réformistes sociaux entre Europe et États-Unis au début du xxe siècle, de celle produite par l’action des grandes fondations philanthropiques américaines sur plusieurs continents, de celle organisée autour des missions de productivité aux États-Unis après 1945, ou encore de l’activité des organisations non gouvernementales internationales (la Croix Rouge, le mouvement Pugwash), des mécanismes de filtrage d’informations et de sélection de pratiques opèrent selon des fluctuations, des décalages et des variations particulièrement complexes dans la mesure où l’on sort, ici, du cadre bilatéral classique des relations culturelles. Émerge en fait au xxe siècle un espace d’action et de pensée intermédiaire, interstitiel entre les nations, animé en particulier par des voyageurs et organisateurs des circulations tel un Shepard Stone37, inlassable animateur des réseaux transatlantiques au temps de la guerre froide. En prenant l’histoire des sciences sociales et économiques en France après 1945, les processus de fertilisation croisée entre Europe et États-Unis conditionnent ainsi l’émergence d’innovations institutionnelles capitales telles la création, en 1948, de la 6ème section de l’École pratique des hautes études, du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ou de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), soit l’institutionnalisation progressive des sciences sociales avec un modèle de recherche organisée autour du travail d’équipe selon des objectifs précis.

22Cependant, à l’instar des études de transferts dans le cadre bilatéral, les questions posées demeurent les mêmes, bien qu’il faille travailler alors dans un cadre régional, voire mondial : quels contenus et quelles déformations ? Quels acteurs ? Quels usages et quelles stratégies ? Cette preuve supplémentaire conférée à la validité de la problématique des transferts doit, cependant, être nuancée par le surgissement de nouvelles interrogations épistémologiques qui tendent, sinon à la contester, du moins à la rendre encore plus complexe qu’elle ne l’était initialement.

b) Interrogations sur la problématique des transferts et sa mise en abîme dans un certain comparatisme du « détour »

  • 38 M. Werner et B. Zimmermann, « Penser l’histoire croisée ».

23En effet, aujourd’hui, un des anciens promoteurs de cette problématique des transferts culturels en critique certaines limites méthodologiques qui tiendraient à des cadres de référence et des catégories d’analyse restés tributaires de l’horizon national. Si la représentation culturelle des nations a été complexifiée grâce à l’attention prodiguée aux interactions entre les apports étrangers et la culture indigène, il demeure que les représentations de cette culture indigène ne sont pas vraiment mises en question, voire même seraient paradoxalement consolidées après cet assouplissement partiel procuré par les études sur les transferts culturels !38

24Il faudrait alors pouvoir procéder à des analyses qui ne se limitent pas à l’observation du point de départ et du point d’arrivée, mais procéder à une véritable histoire des « croisements culturels ».

  • 39 Ibid., p. 23.
  • 40 S. Gruzinski, Les quatre parties du monde, pp. 62 et 155.

25Une étude de ceux-ci permettrait, beaucoup mieux que ne le faisait la problématique des transferts, de faire apparaître et les données nouvelles produites et les changements induits par la perspective croisée39. L’histoire de l’Amérique coloniale et de ses métissages, mais aussi l’histoire « connectée » de l’Empire espagnol-portugais étendu à trois continents à la fin du xvie siècle40 et de ses multiples mélanges, en sont les exemplaires témoins : au contact des Européens, des langues écrites s’inventent, des Indiens du Mexique peignent des fresques, des cuisines hybrides se mijotent, etc.

26Mais l’obtention de ce gain de connaissance serait lui-même indissociable d’une historicité approfondie de la démarche réflexive afin de dépasser les conditionnements divers impliqués par l’appartenance à un milieu socio-historique donné. Cette exhortation à la réflexivité s’avère, il est vrai, indispensable dans un domaine tel celui des histoires des disciplines scientifiques afin de voir comment les grandes problématiques de recherche et leurs périodisations, qui nous apparaissent comme « naturelles » (l’objet historique Moyen-Âge par exemple), se sont constituées, d’un pays à l’autre, au xixe siècle pour l’essentiel.

  • 41 L. Valensi, « Retour d’Orient ». On lira également le même plaidoyer chez M. Trebitsch, « Histoire (...)
  • 42 M. Détienne, Comparer l’incomparable. Le livre attaque ainsi le comparatisme prôné en priorité par (...)
  • 43 B. Cassin, Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles.
  • 44 J.-L. Evard, « France-Allemagne ».

27Mais dans cette déconstruction poussée à l’extrême des catégories d’analyse indigènes, à laquelle déjà nous conviait la problématique des transferts et que radicalise encore celle de l’histoire « croisée », ne débouche t-on pas sur une cartographie, infiniment variée et hautement suggestive certes, des différences ? Il est symptomatique que les tentatives de sauvetage de la comparaison se présentent désormais, aujourd’hui, sous la bannière du détour41 nécessaire afin de contourner un problème ou pour lui donner un meilleur relief, de la comparaison de l’incomparable42, du décalage entre deux ordres de réalité presque totalement exclusifs l’un de l’autre, a priori — comme dans le cas de l’Inde hiérarchique et de l’Occident égalitaire mis en rapport par les travaux de Louis Dumont. Un autre domaine de la recherche illustre cette tendance réflexive à questionner les catégories d’analyse implicites fondées sur une généalogie de l’origine et de l’identité admises sans sourciller comme des a priori naturels, serait celui de la traduction philosophique. Un ouvrage récent consacré au problème de la traduction philosophique, à sa dimension d’« intraduisibilité », en propose l’exemplaire description. Sauf les Grecs, nul peuple ne fut monolingue en philosophie et l’histoire de celle-ci, en Europe, posa donc la question de la traduction43. Or, certains mots, du Dasein et destruktion heideggeriens, ou encore völkisch, seraient des « intraduisibles » dont la traduction fut souvent grosse de contre-sens et, par la suite, tout à la fois productrice de profonds malentendus mais aussi de controverses fécondes44. La philosophie européenne serait ainsi à relire telle un champ ouvert à tous, étrange pour tous et, en premier, pour les « nationaux » ; en effet, que Dasein ne soit pas traduisible pose d’abord à la communauté linguistique allemande la question de sa propre étrangeté à soi. Ainsi la mise au jour du genius loci propre à chaque langue philosophique devient-elle, en fait, la reconstitution du processus constant d’assimilation et de rejet, de transfert et de dissémination propre à toute langue philosophique.

  • 45 C. Charle, Les intellectuels en Europe au xixe siècle.

28Reste donc une interrogation de fin de parcours sur la capacité de ces diverses historiographies à (re)articuler et (re)agréger les éclats provoqués par cette mise en coupe réglée des substances culturelles nationales perçues comme de véritables boites noires dont il faudrait percer (ou déconstruire) les complexes et inavoués « montages » culturels. Le comparatisme, le comparatisme de la proximité notamment, est-il totalement à rejeter ? Un ouvrage consacré aux intellectuels européens au xixe siècle45 paraît cependant le réhabiliter avec une certaine efficacité à partir d’un dénominateur commun (l’aspiration à l’autonomie) et l’élaboration de trois points de comparaison, à la fois précis et souples : le positionnement social des intellectuels par rapport aux autres groupes, la définition de la culture dominante (littéraire ou scientifique), le degré de participation à la vie politique. En dépit des décalages linguistiques donnés au mot intellectuel dans les diverses sociétés européennes (par exemple la tradition allemande au xixe siècle préfère parler et décrire le groupe social de la Bildungsbürgertum) et de toutes les particularités sociales et historiques qui valorisent différemment les catégories liées aux professions intellectuelles (primat des universitaires en Allemagne, primat de l’homme de lettres en France), la construction méthodologique de la notion d’intellectuel à partir de ce questionnaire comparatif transversal autorise l’articulation de trois registres (social, culturel et politique) qui rend possible le dépassement des définitions a priori de l’intellectuel. Ainsi, n’est-il pas impossible de tenter de subsumer les descriptions fort hétérogènes, substantialistes ou nominalistes de l’intellectuel européen, qu’il s’agisse de celle des historiens des idées (privilégier les études des grands créateurs), de celle des sociologues fonctionnalistes (la distinction sociale entre « manuels » et « intellectuels ») ou encore de celle des spécialistes des luttes politiques (les intellectuels définis dans leurs luttes contre les régimes conservateurs).

29Cette robuste et exigeante réaffirmation des vertus d’un comparatisme « classique » n’est d’ailleurs absolument pas incompatible avec l’intérêt pour la problématique des transferts. Celle-ci reste un outil clé pour se prémunir contre le biais des diverses traditions culturelles qui gênent le plus souvent l’effort comparatif ; elle met en œuvre un travail de nettoyage initial susceptible de favoriser, dans un second temps, le travail proprement comparatif.

Conclusion

30La problématique des transferts culturels cherchait à démontrer que les opérations symboliques qui avaient fondé, au xixe siècle, la plupart des traditions intellectuelles nationales, étaient passées, moins par des processus strictement endogènes, que par une série de décalages et de déplacements entre l’Autre et Soi-Même. Dans le commerce international des idées depuis le Romantisme jusqu’au post-structuralisme, on a assisté en effet, le plus souvent, à des processus de décontextualisation/recontextualisation qui révélaient certainement les a priori propres à un champ culturel donné, mais aussi quelques-uns de ses principes dynamiques empruntés à des cultures extérieures.

31Aujourd’hui, cette exhortation au déplacement du regard et à la réflexivité pour dépasser les ethnocentrismes plus ou moins conscients, à la façon de l’ethnographe, est venue consacrer la généralisation d’un « paradigme » anthropologique dans les sciences historiques et sociales de la fin du xxe siècle : ainsi, se disent et se pensent l’inachèvement de l’homme et les liens entre culture et altérité. On doit reconnaître que cette inspiration anthropologique a été, de la façon la plus concrète, déclinée par l’histoire sociale des transferts culturels. Dans sa version historiographique initiale, celle de l’étude des relations culturelles entre France et Allemagne au xixe siècle, elle a incarné la volonté de renouer avec l’esprit des Lumières en montrant le caractère artificiel des diverses traditions nationales culturelles et leur dimension cosmopolite longtemps inavouée. Pensée de la relation paradoxale, l’épistémologie exigeante des transferts culturels résonne avec d’autant plus de force que l’époque se trouve bercée par la nouvelle doxa post-structuraliste des métissages heureux, des « déterritorialisations » enchantées et des décentrements et déracinements féconds. Or, le transfert nous rappelle, bien au contraire, que la rencontre de l’autre se traduit d’abord par des décalages délibérés et des écarts volontaires. Et l’on peut constater que la plus grande proximité peut très bien s’accompagner de la plus grande distanciation quand on envisage la relation franco-allemande de l’après 1870. En appelant à cet exercice constant de lucidité, cette historiographie des transferts culturels demeure l’une des plus passionnantes orientations de l’histoire culturelle contemporaine.

Bibliographie

Bibliographie

Abbé de Tressan, Mythologie comparée avec l’histoire, Paris, Dufour, 1803.

Aprile, Sylvie, « “Qu’il est dur à monter et à descendre l’escalier d’autrui”. L’exil des proscrits français sous le Second Empire », Romantisme, 110, 2000, pp. 91-100.

Atsma, Hartmut et Burguière, André (dir.), Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990.

Baldensperger, Fernand, « Littérature comparée : le mot et la chose », Revue de littérature comparée, 1, 1921, pp. 5-29.

— Le mouvement des idées dans l’émigration française (1789-1815), t. I : Les expériences du présent ; t. II : Prophètes du passé - théories de l’avenir, Paris, Plon, 1924.

Barbier, Frédéric, « Les normaliens, leurs livres et leur bibliothèque », dans Michel Espagne (dir.), L’École normale supérieure et l’Allemagne, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1996, pp. 89-108.

Benjamin, Walter, Paris, capitale du xixe siècle. Le livre des passages, Paris, Éditions du Cerf, 1997 (3e édition).

Berghahn, Volker R., America and the Intellectual Cold Wars in Europe : Shepard Stone between Philanthropy, Academy and Diplomacy, Princeton-Londres, Princeton University Press, 2001.

Bock, Hans-Manfed, Meyer Kalkus, Reinhart et Trebitsch, Michel (dir.), Entre Locarno etVichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années trente, Paris, Éditions du CNRS, 1993.

Brunel, Pierre, Pichois, Claude et Rousseau, André-Michel, Qu’est-ce que la littérature comparée ?, Paris, Armand Colin, 2000.

Casanova, Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999.

Cassin, Barbara (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Seuil, 2004.

Charle, Christophe, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994.

— Les intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 1996.

Chaubet, François, « Groethuysen : un médiateur culturel entre France et Allemagne », dans Catholicisme et Bourgeoisie. Bernard Groethuysen, dossier publié dans les Cahiers du Centre de recherches historiques, 32, octobre 2003, pp. 57-71.

Conry, Yves, Introduction au darwinisme, Paris, Vrin, 1974.

Cusset, François, French Theory, Paris, La Découverte, 2003.

Degérando, Joseph-Marie, Histoire comparée des systèmes de philosophie, relativement aux principes des connaissances humaines, Paris, A. Eymery, 1822 (2e éd.).

Détienne, Marcel, Comparer l’incomparable, Paris, Le Seuil, 2000.

Elias, Norbert, Uber den Prozess der Zivilisation [1939], Suhrkamp, Auflage, 2001 (nouvelle édition).

Espagne, Michel, Bordeaux-Baltique. La présence culturelle allemande à Bordeaux au xviie et xixe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

— Le paradigme de l’étranger. Les Chaires de littérature étrangère, Paris, Le Cerf, 1993.

— « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, 17, 1994, pp. 112-121.

— « Problèmes d’histoire interculturelle », Revue germanique internationale, 4, 1995, pp. 5-24.

— Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999.

— « Approches anthropologiques et racines philologiques des transferts culturels », Revue germanique internationale, 21, 2004, pp. 213-226.

Espagne, Michel et Werner, Michael, « La construction d’une référence allemande en France 1750-1914. Genèse et histoire culturelle », Annales ESC, juillet-août 1987, pp. 969-992.

Étiemble, René, Comparaison n’est pas raison. La crise de la littérature comparée, Paris, Gallimard, 1963.

Evard, Jean-Luc, « France-Allemagne. De la gestation d’un nouvel archipel philosophique », Archives de Philosophie, 65, 2002, pp. 269-289.

Gruzinski, Serge, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de la Martinière, 2004.

Hazard, Paul, « L’invasion des littérateurs du Nord dans l’Italie du xviiie siècle », Revue de littérature comparée, 1, 1921, pp. 30-67.

Jeanpierre, Laurent, Des hommes entre plusieurs mondes. Étude surune situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la deuxième guerre mondiale, thèse sous la direction de Jean-Louis Fabiani, EHESS, 2004.

Jurt, Joseph, « Identité », dans Jacques Leenhardt et Robert Picht (éd.), Au Jardin des malentendus : le commerce franco-allemand des idées, Arles, Actes Sud, 1997, pp. 159-166.

Kott, Sandrine et Nadau, Thierry, « Pour une histoire sociale comparative. La France et l’Allemagne contemporaines », Genèses, 17, 1994, pp. 103-111.

Le Rider, Jacques, « Kultur et civilisation », Topique Revue freudienne, 52, 1993, pp. 273-287.

— Nietzsche en France. De la fin du xixe siècle au temps présent, Paris, PUF, 1999.

Loyer, Emmanuelle, Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil (1940-1947), Paris, Grasset, 2005.

Marcel, Jean-Christophe, « Une réception de la sociologie américaine en France (1945-1960) », Revue d’histoire des sciences humaines, 11, 2004. pp. 45-68.

Menger, Pierre-Michel et Revel, Jacques (dir.), Monde de l’art, dossier publié dans la revue Annales ESC, 48, novembre-décembre 1993.

Montaigne, Les Essais, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2007.

Pinto, Louis, Les neveux de Zarathoustra. La réception de Nietzsche en France, Paris, Le Seuil, 1995.

Pudal, Romain, « La difficile réception de la philosophie analytique en France », Revue d’histoire des sciences humaines, 11, 2004, pp. 69-100.

Raulet, Gérard, « Esprit-Geist », dans Jacques Leenhardt et Robert Picht (éd.), Au Jardin des malentendus : le commerce franco-allemand des idées, Arles, Actes Sud, 1997, pp. 184-201.

Roudinesco, Elisabeth, Histoire de la psychanalyse en France. La Bataille de cent ans, Paris, Le Seuil, 1985-1986 (2 vol.).

Saunier, Pierre-Yves, « Circulations, connexions et espaces nationaux », Genèses, 57, déc. 2004, pp. 110-126.

Shober, Angelika, Nietzsche et la France. Cent ans de réception française de Nietzsche, thèse de doctorat d’État soutenue à l’Université de Paris X, 1990.

Simon-Nahum, Perrine, La science du judaïsme et la République, Paris, Le Cerf, 1991.

Sobry, Jean-Fançois, Cours de peinture et de littérature comparées, Paris, Delaunay, 1810.

Texte, Joseph, Jean-Jacques Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire, Paris, Hachette, 1895.

Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales, Europe xviiie-xxe siècles, Paris, Le Seuil, 1999.

Trebitsch, Michel, « Histoire comparée, histoire expérimentale », dans Marie-Christine Granjon et Michel Trebitsch (dir.), Pour une histoire comparée des intellectuels, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998, pp. 61-78.

Valensi, Lucette, « Retour d’Orient. De quelques usages du comparatisme en histoire », dans Hartmut Atsma et André Burguière (dir.), Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990, pp. 307-316.

Vernière, Pierre, Spinoza et la pensée française avant la Révolution française, Paris, PUF, 1954.

Werner, Michael, « Les usages de l’échelle dans la recherche sur les transferts culturels », Cahiers d’études germaniques, 28, 1995, pp. 39-53.

Werner, Michael et Zimmermann, Bénédicte, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », dans De la comparaison à l’histoire croisée, dossier publié dans Le Genre Humain, 42, 2004, pp. 15-49.

Wilfert, Blaise, « Paris, la France et le reste. Importations littéraires et nationalisme culturel en France 1885-1930 », thèse soutenue à l’université de Paris I sous la direction de Christophe Charle, 2003.

Notes

1 Montaigne, Les Essais.

2 M. Espagne, « Approches anthropologiques et racines philologiques des transferts culturels ». Il note l’importance du livre de Ratzel dans les années 1880, Anthropogeographie, dans lequel l’auteur étudie le déplacement des éléments culturels dans l’espace et la formation de situations de métissage. Plus tard, dans les années 1950, un auteur tel Herkovits développe le concept « d’acculturation » et la dynamique des emprunts et des transformations qu’il crée dans le milieu d’accueil.

3 Il s’agit d’un chercheur français spécialiste de l’Allemagne (Michel Espagne) et d’un chercheur allemand spécialiste de la France (Michael Werner). Ils publient leur article méthodologique fondateur en 1987, « La construction d’une référence allemande en France ».

4 De manière beaucoup plus générale et moins ponctuellement érudite, mais de façon pionnière (cinquante ans auparavant), un identique questionnement sur une histoire interculturelle de la France et de l’Allemagne se trouve en fait dans l’œuvre de Norbert Elias et dans son livre fondateur Uber den Prozess derZivilisation (1939) où la réflexion confronte, en miroir, l’utilisation faite de part et d’autre des notions de bildung et de civilisation. Elias est le premier savant, nous semble-t-il, à penser de manière systématique le caractère relationnel du national.

5 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, p. 36.

6 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales.

7 Voir P. Brunel et al., Qu’est-ce que la littérature comparée ? On pourra surtout se reporter, pour tout le xixe siècle, à l’historique beaucoup plus détaillé brossé par F. Baldensperger, « Littérature comparée : le mot et la chose ».

8 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, p. 23.

9 J. Texte, Jean-Jacques Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire, pp. 18 et sqq.

10 Ibid., pp. 80 et sqq.

11 Que l’on retrouve chez un auteur comparatiste plus tardif tel René Étiemble qui, dans un essai de 1963 voulu rénovateur de la discipline, n’en affirmait pas moins d’emblée un présupposé idéologique et méthodologique cosmopolite fondateur : « La principale des tâches qui s’imposent donc aux comparatistes, désormais, c’est de renoncer à toute variété de chauvinisme et de provincialisme, de reconnaître enfin que la civilisation des hommes, où les valeurs s’échangent depuis des millénaires, ne peut être comprise, goûtée, sans référence constante à ces échanges, dont la complexité interdit à qui que ce soit d’ordonner notre discipline par rapport à une langue ou à un pays, entre tous privilégiés », dans R. Étiemble, Comparaison n’est pas raison, p. 15. Plus loin (pp. 21-22), Étiemble citait Marx et Montesquieu et quelques-unes de leurs déclarations qui exaltaient la conscience supra-nationale.

12 Pour la fin du xixe siècle, consulter la thèse de B. Wilfert, Paris, la France et le reste. Pour le xxe siècle et le rôle majeur de Paris dans la galaxie littéraire mondiale, voir P. Casanova, La République mondiale des lettres.

13 Voir J. Jurt, « Identité ».

14 Voir J. Le Rider, « Kultur et civilisation » et G. Raulet, « Esprit-Geist ».

15 M. Espagne, « Problèmes d’histoire interculturelle ».

16 Ni Febvre, ni même Braudel ne reprendront cette thématique. En général, l’histoire macroscopique des Annales a peiné à prendre en compte la diversité et les différences. Or une bonne part des recherches menées par l’histoire culturelle en général, la problématique des transferts culturels en particulier, visent à inventorier soigneusement les différences. Cf. sur la comparaison chez Marc Bloch, l’ouvrage de H. Atsma et A. Burguière (dir.), Marc Bloch aujourd’hui.

17 Voir le numéro consacré au comparatisme en histoire et ses enjeux de la revue Genèses avec les articles de S. Kott et T. Nadau, « Pour une histoire sociale comparative », et celui de M. Espagne, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle ».

18 P. Vernière, Spinoza et la pensée française ; Y. Conry, Introduction au darwinisme ; E. Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France.

19 On pourra se reporter de manière utile à plusieurs dossiers de revues sur cette histoire culturelle et intellectuelle franco-allemande dont le numéro 73 de la revue Romantisme consacré à France-Allemagne. Passages/partages ; le numéro 14 de Genèses (janvier 1994), consacré à France-Allemagne. Transferts, voyages, transactions ; le numéro 19 du Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne (1989), le numéro 2 de la Revue de Synthèse (avril-juin 1988), Transferts culturels franco-allemands. De même, on consultera l’important ouvrage collectif de H.-M. Bocket al. (dir.), Entre Locarno et Vichy.

20 D’une bibliographie pléthorique, citons notamment L. Pinto, Les neveux de Zarathoustra ; J. Le Rider, Nietzsche en France ;A. Shober, « Nietzsche et la France ».

21 P. Simon-Nahum, La science du judaïsme et la République.

22 W. Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle.

23 Voir les deux articles sur ces deux champs disciplinaires dans la Revue d’histoire des sciences humaines : J.-C. Marcel, « Une réception de la sociologie américaine en France » et R. Pudal, « La difficile réception de la philosophie analytique en France ».

24 F. Cusset, French Theory.

25 F. Barbier, « Les normaliens, leurs livres et leur bibliothèque ».

26 Cf. M. Espagne, Le paradigme de l’étranger et C. Charle, La République des universitaires, chap. i.

27 Nous nous permettons de renvoyer à notre article, « Groethuysen : un médiateur culturel entre France et Allemagne ».

28 Voir le dossier par P.-M. Menger et J. Revel (dir.), Monde de l’art.

29 L’exilé, pour maintenir les liens intellectuels avec sa patrie, peut très bien entretenir les stéréotypes classiques sur le pays qui lui sert d’asile, et choisir de se mêler le moins possible à la vie culturelle locale. Ainsi le cas des exilés français et de leur relation avec l’Angleterre après 1851. Voir S. Aprile, « “Qu’il est durà monter et à descendre l’escalierd’autrui” ».

30 Citation par F. Cusset, French Theory, p. 30.

31 E. Loyer, Paris à New York ; L. Jeanpierre, « Des hommes entre plusieurs mondes ».

32 Voir cette remarquable comparaison chez L. Jeanpierre, « Des hommes entre plusieurs mondes », pp. 586 et sqq.

33 E. Loyer, Paris à New York, pp. 232 et sqq.

34 M. Werner, « Les usages de l’échelle dans la recherche sur les transferts culturels ».

35 M. Espagne, Bordeaux-Baltique.

36 Voir l’article et la bibliographie donnée par P.-Y. Saunier, « Circulations, connexions et espaces nationaux ».

37 V. R. Berghahn, America and the Intellectual Cold Wars in Europe.

38 M. Werner et B. Zimmermann, « Penser l’histoire croisée ».

39 Ibid., p. 23.

40 S. Gruzinski, Les quatre parties du monde, pp. 62 et 155.

41 L. Valensi, « Retour d’Orient ». On lira également le même plaidoyer chez M. Trebitsch, « Histoire comparée, histoire expérimentale ».

42 M. Détienne, Comparer l’incomparable. Le livre attaque ainsi le comparatisme prôné en priorité par Marc Bloch (qui reconnaissait par ailleurs la possibilité d’un comparatisme du lointain), celui de réalités historiques voisines, qui consiste « à partir de ce que nous connaissons pour annexer en hâte ce qui lui ressemble le plus » (p. 58).

43 B. Cassin, Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles.

44 J.-L. Evard, « France-Allemagne ».

45 C. Charle, Les intellectuels en Europe au xixe siècle.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search