Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

I. Les champs de l’histoire culturelle

L’historiographie du patrimoine dans la France contemporaine

Dominique Poulot

Résumé

Au cours de la dernière génération, le patrimoine a été marqué par le passage d’une défense des monuments historiques à une perspective plus ample où, au nom d’une politique de développement culturel, la notion de patrimoine s’est étendue au monde de l’architecture et de l’urbanisme, celui des musées et de l’ethnologie, celui des archives et des mémoires. Le patrimoine « infuse » dans tout l’espace social. Retracer cette évolution oblige à repartir de la naissance de la prise en compte du patrimoine dans la France du xixe siècle marquée par l’effroi devant le vandalisme révolutionnaire. L’implication de l’État dans cette naissance constitue une spécificité française dont témoigne une historiographie administrative abondante, encouragée par la prise en charge par les institutions elles-mêmes de leur propre histoire. Celle-ci est maintenant entrée en dialogue avec le foisonnement des associations qui permet une approche d’histoire culturelle en reliant les acteurs administratifs et locaux, en insistant sur la dimension sociologique de ces phénomènes, en s’interrogeant enfin sur la réception de ces actions dans une société française en mutation.

Texte intégral

  • 1 A. Desvallées, « À l’origine du mot “patrimoine” ».
  • 2 M. Guillaume, La politique du patrimoine ; H.-P. Jeudy, Patrimoine en folie.

1Dans la perspective d’une présentation de l’historiographie française à l’étranger, il faut sans doute commencer par expliciter le terme de « patrimoine », en appliquant ici les leçons d’un nominalisme tempéré propre au métier d’historien. Si l’on repère dès la Révolution certains emplois du terme aux titres d’héritage collectif, de propriété commune des citoyens, le sens contemporain semble apparaître dans l’entre-deux-guerres, au sein de la littérature spécialisée internationale consacrée aux monuments, par exemple à l’Institut de coopération intellectuelle1. Mais c’est seulement à l’occasion de manifestations comme l’Année du patrimoine, et avec l’institution d’une direction du Patrimoine au ministère de la Culture, que le terme acquiert sa signification présente, non sans quelques polémiques, vite dissipées ou oubliées il est vrai2.

  • 3 Actes du colloque La formation des conservateurs en Europe.

2Au cours de la dernière génération, le patrimoine a été surtout marqué par le passage d’une défense de monuments historiques stricto sensu à une perspective plus ample, exigeant, au nom d’une politique du développement culturel, la jouissance élargie d’ensembles urbains ou naturels, définis de manière de plus en plus ouverte. Dans la mesure où l’administration a désormais réuni, à l’issue de vicissitudes diverses, l’Architecture et le Patrimoine, l’assimilation est quasi-automatique entre histoire du patrimoine et histoire de l’architecture. Est-ce à dire pourtant que toute l’histoire du patrimoine relève de l’histoire de l’architecture ? Ce serait oublier le monde des musées ou celui des archives, et encore le patrimoine ethnologique, qui relèvent tous de conservateurs du patrimoine issus pour la plupart de l’Institut national du Patrimoine, d’après une tradition administrative spécifique en Europe3. La reprise toute récente par la France de la défense du patrimoine « immatériel », à la suite de la convention du même nom promue par l’UNESCO, paraît du reste signifier que le patrimoine « infuse » dans tout l’espace social.

La littérature patrimoniale française dans la longue durée de la littérature artistique

3Le patrimoine est lié à la représentation des valeurs forgée par une société, à sa façon de penser une transmission. La primauté des valeurs littéraires dans la culture française explique sans doute que, plus qu’ailleurs, l’histoire de la patrimonialisation coïncide avec une histoire des textes : de l’ekphrasis, de l’histoire de l’art, des théories artistiques, comme des critiques. Pour reprendre les termes de Jacques Thuillier, « L’écrit a joué jusqu’ici un rôle déterminant, et l’on peut dire que c’est lui qui a mis en place le panorama […] fixant les hiérarchies : par conséquent commandant, à plus ou moins longue échéance, la survie même de l’œuvre ». Bref :

  • 4 J. Thuillier, Leçon inaugurale, p. 15.

Pour les périodes anciennes, la répartition des peintures et des sculptures conservées a fini par correspondre pratiquement au schéma des artistes et des œuvres cités par les historiens anciens — sans grand rapport avec la production même, telle qu’on peut la conclure des pièces d’archives. À quelques exceptions près, la résistance des écoles et des œuvres a été fonction de la présence des livres, et de la date où ils ont été publiés. La réalité a fini par se conformer à l’écrit4.

4La littérature patrimoniale, entendue au sens large, coïncide ainsi largement avec la littérature artistique tout court : l’histoire du patrimoine a été conçue d’abord comme une archive des œuvres et son écriture comme une besogne documentaire, avant de faire l’objet d’une prise de conscience et de révéler ses enjeux propres.

  • 5 D. Poulot, « La légende du patrimoine », pp. 11-33.
  • 6 Le rôle de l’État dans la constitution des collections des musées.

5On peut avancer que la version contemporaine du genre naît en France avec l’effroi devant le vandalisme ressenti pendant la Révolution par les amateurs et les hommes d’étude, effroi dont l’ombre portée pèse sur toute la génération de 1830 et connaît ultérieurement différents rejeux5. L’histoire du patrimoine dans la France des xixe et xxe siècles est de ce fait, majoritairement, le récit d’une lutte contre les destructions imbéciles, inscrite bon gré mal gré dans une logique manichéenne. Spécifiquement, la quête des origines du patrimoine français s’est mélangée avec les débats idéologico-politiques sur la Révolution. Du coup, l’histoire des musées se confond avec la marche vers une socialisation élargie des collections : mais celle-ci peut illustrer tantôt — de manière idéaltypique — le mode révolutionnaire de la création de musées, à partir d’œuvres nationalisées, dans un lieu créé ex nihilo par un État jacobin, tantôt le libre jeu de l’évergétisme ou du municipalisme. De la dispute sur la responsabilité et l’étendue des destructions vandales à l’affrontement des thèses étatiques (le musée résultat de la sollicitude publique) et libérales (le musée fruit des intérêts de la société civile), l’histoire du patrimoine français se révèle ainsi fertile en débats et de nature souvent commémorative — le colloque du Bicentenaire de l’arrêté consulaire du 14 fructidor an IX en a encore donné la preuve6.

  • 7 Notamment A. Chastel, Architecture et Patrimoine, mais encore Le présent des oeuvres, préface de Ma (...)

6Mais l’histoire du patrimoine procède aussi d’un regard continûment porté sur les œuvres du passé réinvesties par l’actualité : en ce sens, elle résulte d’une forme de veille devant les transformations, les redécouvertes ou les menaces dues aux conditions politiques, sociales, esthétiques et elle s’écrit, pour partie au moins, dans la presse — dans les revues spécialisées, certes, mais aussi dans les journaux d’opinion. La critique artistique, spécialement la critique d’architecture, a toujours revendiqué, par exemple, un rôle patrimonialisateur quant aux créations contemporaines, et a entendu exercer simultanément son jugement sur les patrimonialisations officielles en cours. La dernière génération a été marquée par les interventions à cet égard de divers historiens de l’art, dont les plus célèbres ont été celles d’André Chastel réunies par la suite en recueils7.

  • 8 C’est le cas de G. Monnier et J.-L. Langrognet, L’architecture du xxe siècle, édité de manière cara (...)

7Une part importante de cette littérature patrimoniale répond enfin à un dessein pédagogique qui veut soit accompagner une initiation au patrimoine, soit militer contre le vandalisme, ainsi en faveur de l’art contemporain8. Bien des manuels d’histoire de l’art envisagent la patrimonialisation sous la forme d’une chronique de la protection — la législation, les campagnes de travaux, les restaurations et les transformations — qui fait figure d’élément de la fortune critique des œuvres. Pour avoir été, jusque-là, moins développée en France que dans d’autres pays européens — l’Italie au premier chef — en raison de l’absence d’un enseignement régulier d’histoire de l’art dans le cadre scolaire, et d’une marginalité de la culture matérielle de la restauration dans les représentations de l’art, la tendance est aujourd’hui à la multiplication de telles considérations dans la littérature spécialisée.

La spécificité du patrimoine français

  • 9 L. Bobbio, Le politiche dei beni culturali in Europa.
  • 10 Ainsi E. du Sommerard, Les monuments historiques de France.
  • 11 Voir par exemple A. de Mondenard, Lamission héliographique.

8Le cas français illustre ce que le sociologue Luigi Bobbio nomme la conception nationale-patrimoniale, fondée sur la métaphore de l’héritage, l’attribut de la souveraineté, l’élaboration d’un État-nation moderne9. Cette conception est hiérarchique et débouche sur une administration bureaucratique et savante, capable de mettre en place un patrimoine à partir de savoirs érudits, spécialisés, susceptibles d’accompagner telle intervention ou de la combattre, de justifier telle restauration ou tel inventaire, enfin de légitimer par là une mobilisation civique ou sociale. Ce travail (par exemple celui de recenser ou de mettre à jour des corpus de monuments, ou encore de rédiger des catalogues d’expositions des monuments français à l’occasion des manifestations internationales)10 a régulièrement produit des archives, dont la redécouverte et l’étude nourrissent aujourd’hui l’histoire de la patrimonialisation : un des fronts pionniers de la discipline est l’analyse des productions scientifiques des administrations et des associations des siècles passés, dont certaines avaient déjà une fonction commémorative, ou témoignaient au moins d’un premier retour sur soi11.

  • 12 B. Anderson, L’imaginaire national.
  • 13 C. Jullian, « La vie et l’étude des monuments français ». Par la suite les neuf cours de 1905 à 191 (...)

9Au cours du xixe siècle, la nation française, réunissant les petites patries au sein de la grande, devient l’incarnation par excellence du patrimoine, le mobilisant pour ainsi dire dans l’affirmation d’une « communauté imaginaire » comme l’a appelé Benedict Anderson12. Ainsi en est-il de l’invention d’ancêtres fondateurs, de la construction d’une histoire largement partagée et passée à l’état, pour ainsi dire, de connaissance diffuse dans le corps social, de l’affirmation d’une langue et d’une littérature communes, d’un culte des monuments qui renforce le sens de l’appartenance à une collectivité, ou de la consolidation et de la perpétuation d’un folklore, enfin de la progressive sensibilisation à l’égard d’un paysage conçu comme une représentation du pays. Dans sa leçon d’ouverture du cours d’histoire et d’antiquités nationales au Collège de France, le 7 décembre 1906, Camille Jullian dit le triomphe de cette représentation : « Les ruines des monuments ne témoignent pas seulement de la main d’un ouvrier, du plan d’un architecte, mais aussi des sentiments d’un peuple ; elles reflètent, pour une partie, l’esprit d’une génération d’hommes »13. L’histoire du patrimoine sacrifie alors souvent à une véritable téléologie des héritages successifs, comme à la conviction de leur nécessité historique, à laquelle doit veiller le sentiment patriotique. Les moments de l’histoire patrimoniale française les plus étudiés sont à cet égard révélateurs : la Révolution française, l’épisode fondateur Mérimée -Viollet-le-Duc, ensuite la séparation de l’Église et de l’État, avec Barrès et la politique de la beauté, le nouveau sentiment des sites et des paysages et, enfin, la volonté de recouvrer une forme d’hégémonie internationale perdue avec la proclamation par Georges Salles de la réconciliation de l’État et du génie, en 1947, à l’ouverture du musée d’Art moderne. Cette ambition se poursuit avec le décret de nomination d’André Malraux comme ministre d’État des Affaires culturelles (3 février 1959), qui le charge « d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel ».

  • 14 Ainsi P. Beghain, Le patrimoine. Sur les cas français C. Bromberger, « Ethnologie, patrimoine, iden (...)
  • 15 M. de Certeau, Pratiques culturelles des Français, p. 175.
  • 16 D. Chevallier, « “Conserver”le patrimoine ethnologique » ; Id., « Desvaches, des moutons et des pou (...)
  • 17 J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), La culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’h (...)
  • 18 Voir X. Greffe, La valorisation économique du patrimoine.

10Le patrimoine occupe aujourd’hui une place de choix dans les configurations de la légitimité culturelle, dans les réflexions sur l’identité et dans les politiques du lien social14. Les dispositifs législatifs et réglementaires à son endroit n’ont cessé de s’étendre pour mettre en œuvre une politique de préservation et de conservation sanctionnée par les organisations internationales, l’UNESCO, ou au sein de conventions culturelles à l’échelle de l’Europe (en termes de langues, d’histoire et de civilisation). Surtout, au-delà de ses enjeux traditionnels, le patrimoine a connu la mutation fondamentale de la définition de la culture, à partir des années 1960, qui englobe désormais les aspects les plus divers des pratiques sociales et mêle haute et basse culture. Loin de la définition canonique d’un héritage culturel restreint aux chefs-d’œuvre, le patrimoine est devenu peu à peu une image de la diversité des cultures : l’historien et essayiste Michel de Certeau écrit en 1974, invité par Augustin Girard à rédiger la postface de la première enquête sur les pratiques culturelles des Français, que « La culture au singulier impose toujours la loi d’un pouvoir (tandis que) la culture au pluriel appelle sans cesse un combat »15. Les politiques éducatives et culturelles de l’État-providence, durant ces dernières décennies, ont fait passer le culte de l’héritage de la préoccupation d’une mince élite à un engagement collectif, ne serait-ce que par délégation. Depuis l’Année du Patrimoine il fait figure d’élément de la démocratisation culturelle — jusqu’à la récente promotion du patrimoine immatériel16. Pris dans la culture de masse17, le patrimoine joue le rôle, enfin, d’instrument souvent décisif d’un développement local ou national, en raison de l’importance du tourisme et des pratiques marchandes du savoir et du loisir qui lui sont liées18.

  • 19 M. Querrien, Pourune nouvelle politique du patrimoine, pp. 5-7.

11Les propos officiels témoignent d’un dessein de plus en plus militant en la matière, depuis les « nouveaux patrimoines » promus en 1981 jusqu’au colloque « Les monuments historiques demain » (Paris, La Salpêtrière, novembre 1984), les Rencontres nationales des écomusées (en avant la mémoire ! 1986) ou le Forum du patrimoine à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette (1987). Le rapport Querrien de 1982, Pour une nouvelle politique du patrimoine, résume commodément les traits utopiques et gestionnaires à la fois de cette réflexion qui veut « faire passer dans notre patrimoine le souffle de la vie et d’en finir avec une vision trop répandue selon laquelle le patrimoine ne serait qu’un ensemble de choses inertes »19. Une abondante littérature professionnelle s’emploie depuis à inventorier des patrimoines inédits ou à reconsidérer les patrimoines déjà identifiés, qui requièrent dépoussiérage et mise à jour. Un tel triomphe n’est pas sans risques pour la définition et l’usage réflexif du terme de patrimoine : à bien des égards, le concept s’est peu à peu affaibli et banalisé, qui recouvre une multiplicité de notions et d’objets.

Une historiographie au miroir de l’actualité

  • 20 P. Léon, Les monuments historiques.
  • 21 J.-P. Babelon et A. Chastel, La notion de patrimoine.
  • 22 M. Segalen, « Le patrimoine et l’Europe ».
  • 23 P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire.

12Le phénomène majeur est que l’histoire du patrimoine, telle qu’elle s’écrivait au début du xxe siècle, sous la forme d’une histoire officielle des services et très largement dans une perspective d’illustration de leur lutte contre le vandalisme et ses ravages, n’est plus l’unique forme des études et des recherches20. Certes, cette histoire officielle des services se poursuit à travers certaines initiatives, tel l’ouvrage de Louis Chevallier sur le mode du militantisme et de la dénonciation, ou encore à l’occasion de certaines rééditions, telle celle de Louis Réau complétée par Michel Fleury. Le lancement de l’Année du Patrimoine a conduit à l’émergence puis à la multiplication d’analyses qui entendaient prendre pour sujet l’ensemble du phénomène, et non plus tel ou tel aspect. L’initiative a conduit, notamment, à des examens ou à des réexamens du lexique. Le numéro de la Revue de l’Art consacré au patrimoine, lors de l’année du même nom, a fourni une synthèse d’André Chastel et de Jean-Pierre Babelon, inaugurant une perspective qui, relayée par une réédition opportune21, s’est révélée féconde pendant environ un quart de siècle — avant qu’on ne constate une sorte de « panne » des études et des intérêts, après une génération d’« années patrimoine », pour reprendre la formule de Martine Segalen22. La grande entreprise conduite par Pierre Nora a, de ce point de vue, assez exactement signalé l’âge d’or de cette préoccupation patrimoniale chez les historiens avant, dans les quinze dernières années, d’assister à un véritable éclatement de l’histoire du patrimoine qui laisse aujourd’hui apercevoir un paysage considérablement divers23.

13Devant cette explosion du patrimoine il n’est pas rare qu’on s’interroge sur sa nécessité. Sur le mode de la fiction ou de l’interrogation philosophique, on a ainsi vu fleurir, ces dernières années, des essais sur le trop de monuments ou la prolifération des musées qui se proposaient de faire passer au premier plan non pas l’exigence de conservation mais celle du tri, pour plaider une éventuelle destruction raisonnée des monuments inutiles ou obsolètes, à la manière dont les archivistes, par exemple, gèrent la multiplication récente des fonds. Sur un autre plan, et plus largement, archives, musées, institutions scientifiques, ont entrepris de mobiliser différents acteurs politiques ou sociaux autour du repérage et de l’inventaire de collections de différentes natures, et de mener à bien des actions de valorisation (ouvrages, audiovisuels ou encore projets muséographiques) de ce patrimoine. La « public history », sur le mode anglo-américain que certains historiens contemporanéistes appelaient de leurs vœux au cours de la décennie 1980, a peut-être trouvé là l’une de ses très rares manifestations françaises. En tous cas, la multiplication des activités patrimoniales a suscité de nombreux discours critiques, tantôt au nom de l’exhaustivité scientifique, tantôt au nom de l’authenticité perdue. Toute la gamme des oppositions réglées entre le mort et le vif a pu alors se décliner dans une abondante littérature d’essayistes et de publicistes, entre le patrimoine et l’histoire, la mémoire collective d’un côté, la science et son désenchantement de l’autre.

  • 24 D. Ades et al. (dir.), The Two Art Histories.

14Au-delà, si l’on considère le champ érudit proprement dit, on pourrait chercher à distinguer, par souci de clarté, deux histoires du patrimoine — à la manière dont on parle aujourd’hui de deux histoires de l’art —24, l’une relevant des musées et des conservateurs, l’autre de l’université et des chercheurs. Mais le départ entre une histoire administrative et professionnelle d’un côté, une histoire académique de l’autre n’est pas si évident au sein d’une discipline dont les initiateurs et les principaux représentants ont été régulièrement des hommes ou des femmes « doubles », entre l’université et l’expertise administrative. En particulier, l’histoire des lois de protection, de leurs modalités d’application, des critères des interventions est le plus souvent menée dans le cadre de tâches professionnelles, ou à l’occasion d’anniversaires et de rétrospectives. Elle suggère a posteriori une cohérence illusoire en rassemblant sous le terme de « patrimoine » des éléments qui n’en relevaient pas naguère ; elle construit par là une doctrine et court le risque de s’abîmer peu ou prou dans l’illusion téléologique. L’historien se confond alors avec l’expert en matière de normes et de conscience patrimoniales.

  • 25 Voir la thèse de doctorat de F. Malservisi, La restauration architecturale en France.
  • 26 J.-P. Oddos (dir.), Le patrimoine. Il n’entre pas dans le cadre de ce bref exposé de faire le tour (...)

15Sous ce rapport, les requisit sont différents d’une spécialité professionnelle à l’autre. Pour les acteurs du patrimoine bâti, la part la plus légitime de l’intérêt historique tient à l’histoire de la restauration, puisque l’architecture de restauration, par exemple, est encore une architecture et qu’elle a besoin de l’histoire pour situer ses propres travaux. Il n’en reste pas moins que colloques et ouvrages généraux consacrés à l’histoire des restaurations ne sont guère nombreux dans la tradition française25. Pour les musées, la nécessité d’un récolement des collections ou, dans une moindre mesure, la justification de projets — de rénovation, d’agrandissement ou de développement de l’établissement actuel — imposent de s’intéresser à l’histoire. L’exigence d’inventaires liée aux réformes de la décentralisation, à la loi musées, a ainsi débouché sur un effort d’histoire des collections nationales, de leurs dépôts dans les musées de province, des départements des grands musées. Auparavant, la rénovation des musées avait donné lieu à de nombreuses expositions commémorant la création et le développement de ces institutions, aboutissant parfois à des catalogues de référence, ainsi à Dijon. Dans le domaine du patrimoine écrit, l’acculturation, si l’on peut dire, du terme dans le monde des bibliothèques s’est jouée dans la prise de conscience d’une relative négligence des fonds anciens devant les impératifs de démocratisation et d’accessibilité qui gouvernaient les politiques de lecture publique : à preuve le volume collectif dirigé par Jean-Paul Oddos et sobrement intitulé Le patrimoine. Histoire, pratiques et perspectives26.

  • 27 Parmi de nombreux travaux ceux de D. Fabre, « Le patrimoine et l’ethnologie » ; « Conclusion de la (...)

16Mais l’intérêt rétrospectif peut aussi naître de la crise institutionnelle, ainsi d’une menace de destruction d’un édifice ou d’un fonds, de liquidation ou de déménagement d’un musée : la fermeture du musée des Arts et Traditions populaires (musée des ATP) à Paris, et l’annonce de son transfert à Marseille sous un nouveau sigle et avec un nouveau concept, ont entraîné la commande d’un grand nombre de rapports, la plupart avec une partie rétrospective, une prolifération d’études plus ou moins majeures, mais aussi un renouveau certain de l’intérêt pour l’histoire immédiate du patrimoine ethnologique. En particulier, le retour sur l’histoire récente du musée a occupé les colloques et les publications spécialisées — Muséum ou Musées et collections publiques de France —, de manière plus ou moins institutionnelle, mais aussi les revues intellectuelles — Le Débat a souvent joué un rôle de premier plan dans les différentes disputes patrimoniales nationales depuis vingt ans. Enfin, de véritables travaux scientifiques sont apparus, articles ou thèses, tous plus ou moins liés à l’actualité de la crise de tel ou tel dispositif patrimonial, ou à sa reconfiguration27.

Une historiographie administrative qui atteint un seuil critique

  • 28 Ainsi l’ouvrage collectif, L’architecture rurale française ; J. Cuisener, « Le corpus de l’architec (...)
  • 29 Les monuments historiques de la France. Ainsi F. Bercé, « Profession architecte en chef ». Il faut (...)
  • 30 Schéma directeur de la recherche en sciences humaines 2005-2008 dans les musées nationaux, février (...)
  • 31 Parmi les Notes et documents des Musées de France on peut citer : « La collection Saint-Morys au Ca (...)
  • 32 Je me permets de rappeler ma Bibliographie de l’histoire des musées de France.

17Au-delà de tels épisodes, la reconfiguration de la production institutionnelle savante a été remarquable pendant la dernière génération. Le temps des grandes entreprises d’édition (ou des travaux collectifs) directement liés à l’administration patrimoniale dans sa première manière, s’étend, dates larges, du ministère Malraux — l’Inventaire avait donné lieu à divers grands « vocabulaires » et d’autres entreprises savantes étaient liées au laboratoire d’ethnologie du musée des ATP — aux premières années de la décennie 1980, date d’un retour sur les pratiques qui a vu des colloques sur les inventaires des biens culturels en Europe (Obernai-Bischoffsheim, 1984) ou du patrimoine industriel (Paris, 1986)28. L’évolution de structures traditionnelles, comme la Caisse nationale des monuments historiques et des sites devenue, depuis l’an 2000, le Centre des monuments nationaux ou « Monum » — mais réformée auparavant —, a entraîné également des changements d’orientation éditoriale. La revue sans doute la plus associée à l’histoire du patrimoine, Monuments Historiques, a aujourd’hui disparu, qui publiait régulièrement des articles érudits29. La revue annuelle qui lui a succédé, Monumental, inaugurée par une réédition de la loi de 1917, œuvre de pieuse commémoration, ne joue pas le même rôle. Après les Cahiers de l’École nationale du patrimoine, dont certains numéros étaient particulièrement remarquables, ainsi le numéro 3 de 1999 consacré aux archives des sciences contemporaines, l’Institut national du patrimoine a lancé une nouvelle revue qui doit compléter le dispositif de revues « patrimoniales », avec une préoccupation d’histoire du patrimoine. Au sein des musées, la préoccupation de recherche est réaffirmée aujourd’hui, avec des schémas directeurs30, et elle a traditionnellement trouvé son principal débouché avec les catalogues d’expositions et avec la collection érudite des Notes et documents des musées de France, particulièrement riche en édition d’archives du patrimoine, en particulier quant au collectionnisme royal ou public31. On doit évoquer encore les efforts du Comité des travaux historiques et scientifiques, lié depuis l’origine aux politiques patrimoniales de l’État et des associations, pour éditer des instruments de travail ou des sources de l’histoire du patrimoine32.

  • 33 Parmi les sujets qui intéressent notre propos : Patrimoine et société contemporaine, Forum du patri (...)
  • 34 P. Nora (dir.), Science et conscience du patrimoine ; F. Furet (dir.), Patrimoine, temps, espace ; (...)
  • 35 M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine. Le chef-d’œuvre (...)
  • 36 Les travaux des juristes présentent de l’intérêt pour les historiens du temps présent — ainsi ceux (...)

18Mais la manifestation la plus éclatante d’un changement de l’approche historique du patrimoine au sein du milieu conservateur a été l’inflexion donnée aux rencontres officielles de la profession : après une tradition de colloques exclusivement consacrés à des aspects techniques de restauration ou de conservation33, la série des actes des Entretiens du Patrimoine a mobilisé de nombreux historiens au fil de ses volumes plus ou moins thématiques, de même qu’elle a permis à quelques ténors de la profession ou à différents intellectuels de faire connaître à un public d’experts leurs principales thématiques. Tel a été le cas, successivement, des actes Science et conscience du patrimoine, 1994, sous la présidence de Pierre Nora ; Patrimoine, temps, espace, 1996, sous la présidence de François Furet ; Patrimoine et passions identitaires, 1997, sous la présidence de Jacques Le Goff ; tandis que L’abus monumental était confié à Régis Debray et à la médiologie en 1999 ; Ville d’hier ville d’aujourd’hui, 2001, à l’historien de l’art François Loyer ; Le regard de l’histoire, à nouveau à un historien, Henry Rousso, 2003 ; et les dernières éditions, sur les jardins, à Bruno Foucart et à Jean-Pierre Babelon, historiens de l’art et historien mais surtout, dans cette fonction, militants du patrimoine34. Semblable évolution manifeste assez combien la recherche a été marquée, depuis une vingtaine d’années, par la multiplication des disciplines concernées : les historiens d’art ont été peu à peu rejoints par les historiens, les économistes, les politistes et les sociologues, les géographes « culturalistes »35 ou les juristes36, ainsi que par les spécialistes des sciences de l’information et de la communication, les sémiologues et les nouveaux « médiologues ». Le cas des ethnologues mériterait un examen particulier, quand le retour sur soi est devenu partie intégrale de leur démarche scientifique. Enfin, le rôle de l’archéologie dans la construction des identités nationales, dans la conservation et la mise en scène ou la réélaboration du passé, est au centre d’un intérêt toujours croissant de la part des professionnels eux-mêmes, souvent à la suite des orientations internationales à ce propos.

Institutions et associations

  • 37 F. Bercé, Des monuments historiques au patrimoine.
  • 38 Cet investissement s’est nettement inscrit depuis au sein de l’histoire de l’architecture, avec la (...)

19On voit tout d’abord s’affirmer, se consolider et se développer une histoire des institutions et de leur fonctionnement, parfois dans un dialogue avec une histoire-mémoire officielle de ces mêmes institutions. Les historiens de l’administration ont pour objet les corps et les milieux spécifiques qui participent directement à la construction d’un patrimoine officiel. Leur étude permet de comprendre les logiques d’un fonctionnement administratif, ses enjeux et ses limites à travers la reconstitution de l’action des agents — architectes en chef, conservateurs, membres des conseils, chefs de bureaux, etc. Ces enquêtes dessinent les contours d’une idée du patrimoine, en grande partie à l’échelle nationale et, en creux, ceux d’un vandalisme toujours présent et menaçant qui permet de comprendre les investissements consentis. Cette perspective a peu à peu construit l’histoire du service des monuments historiques, grâce à des monographies de monuments et d’architectes, ou encore à l’histoire des techniques de restauration. Tous significativement issus de l’administration culturelle du patrimoine, Françoise Berçé37, Françoise Hamon, Jean-Michel Leniaud38 ont largement promu, dans leurs enseignements, leur directions de travaux ou leurs activités d’archivistes, selon les cas, pareille perspective.

  • 39 « Le musée en France depuis 1815 : territoires et fonctions », musée d’Orsay et musée de Picardie, (...)
  • 40 P. Gourbin, Les monuments historiques de 1938 à 1959 ; A. Auduc, « Le budget des monuments historiq (...)
  • 41 I. Chiva, Une politique pour le patrimoine culturel rural ; V. Siniscalchi, Le patrimoine culturel (...)
  • 42 N. Dias, « La fondation du musée d’ethnographie du Trocadéro » ; J. Eidelman, « La création du pala (...)

20Il est sans doute significatif d’une forme d’exception française qu’une partie de la recherche sur le patrimoine ait trouvé asile et encouragement au sein du Comité d’histoire du ministère de la Culture, ou bien encore dans le cadre — éphémère — d’un Comité d’histoire des musées de France qui organisa, en 1994, un premier et unique colloque39. Les périodes antérieures sont abordées par la thèse encore inédite que Patrice Gourbin porte sur les monuments historiques de 1938 à 1959 ou la thèse en cours d’Arlette Auduc sur l’administration des monuments historiques, 1830-194040. L’histoire des autres formes patrimoniales, plus récente, est en cours : ainsi pour le patrimoine ethnologique et, à un moindre degré, pour celui de l’éducation nationale41. La réticence française devant l’histoire des sciences et des techniques est ici à incriminer autant que le long désintérêt de l’administration de tutelle pour ces formes de patrimoine : aussi les études sur les musées de science sont-elles encore peu nombreuses42. Au moins a-t-on vu, dans un premier temps, les effets du programme Remus du ministère de la Recherche avec des recherches autour du patrimoine astronomique ou à propos du patrimoine savant de la montagne Sainte-Geneviève.

  • 43 Y. Lamy (dir.), Le pouvoir de protéger faisait en 1992 un premier inventaire ; voir désormais le li (...)

21À côté de cette première perspective, institutionnelle, nombre de travaux récents travaillent, souvent à l’échelle du local cette fois, sur les associations, les mouvements ou les initiatives locales en faveur du patrimoine. Une des voies d’un possible renouvellement des perspectives tient ainsi à l’approche du patrimoine comme terrain de rencontre entre l’État et les associations, ainsi que le décrivent les sociologues à travers les acteurs et leurs relations, sans le rabattre sur les effets d’institutionnalisation produits par les définitions et les sources administratives43. Il s’agit alors de mettre en évidence les articulations entre législation, savoirs érudits, positions politiques, investissements artistiques et littéraires, bref de renouer les fils d’une histoire commune entre d’éventuels vandales et les initiatives des élites patrimonialisatrices, comme les mesures prises par les responsables publics. C’est là ouvrir des perspectives plus vastes d’histoire culturelle, au-delà de la seule chronique des interventions.

  • 44 Les commémorations ou célébrations diverses en fournissent régulièrement, ainsiJ.-Y. Veillard, Mons (...)
  • 45 Notamment avec les ouvrages d’E. Gran-Aymerich et al., Naissance de l’archéologie moderne et d’E. G(...)
  • 46 L. Therrien, L’histoire de l’art en France.
  • 47 D. Gallo (dir.), Les vies de Dominique-Vivant Denon ; P. Angrand, Le comte Forbin et le Louvre en 1 (...)
  • 48 M. Rousseau, La vie et l’œuvre de Philippe-Auguste Jeanron.
  • 49 Le champ est fort vaste, qui va d’une plaquette d’exposition aux actes de colloques, de M. Provence(...)

22On peut aussi esquisser cette démarche à travers des portraits de patrimonialisateurs, fondateurs d’associations et de mouvements44. À la différence de l’archéologie, qui dispose d’histoires et de synthèses45, l’histoire du patrimoine n’a pas fait l’objet, à ce jour, d’enquêtes ou de synthèses d’ambition comparable. La thèse de Lyne Therrien demeure la seule référence disponible pour l’histoire de l’histoire de l’art universitaire et le continent des polygraphes d’histoire du patrimoine est à peu près inexploré46. Les nombreuses monographies de personnel de musées accumulées dans le cadre des travaux d’étudiants en muséologie de l’École du Louvre, il est vrai d’intérêt très inégal, sont demeurées à peu près confidentielles. Toutefois, au niveau des directeurs, on voit se dessiner une histoire renouvelée du directeur idéal de musée47 : ainsi de Denon au comte de Forbin, deux légendes, autoritaires et libérales, jusqu’à Jeanron48. L’exercice même de la responsabilité patrimoniale est à chercher encore dans les souvenirs de conservateurs : de Pierre de Nolhac à Michel Laclotte, en passant par Martine Segalen sur un autre plan, pour ne prendre que des titres aujourd’hui facilement accessibles en librairie, cette littérature d’ego-patrimoine, si l’on ose dire, a ses règles et ses exigences qu’il conviendrait d’interroger. Un champ de l’histoire immédiate est aussi à ouvrir avec la mémoire d’intervenants particulièrement remarquables : on pense aux auteurs d’émissions télévisées, et plus largement au journalisme patrimonial évoqué plus haut. Le hasard des expositions a parfois débouché sur des monographies utiles, tantôt émanant de musées ou de sociétés savantes, tantôt d’initiatives universitaires49. D’une manière générale, le rôle des patrimonialisateurs demeure sans doute sous-estimé dans l’historiographie patrimoniale, comme celui des critiques ou des intermédiaires non académiques, journalistes, médiateurs, associations, etc.

Le point de vue de la réception

  • 50 P. Bourdieu et A. Darbel, avec la collaboration de D. Schnapper, L’amour de l’art.
  • 51 J. Eidelman, Musées et publics.
  • 52 J. Galard, Visiteurs du Louvre.
  • 53 C. Bertho Lavenir, La visite du monument ; D. Fabre, Domestiquer l’histoire.

23Cette « France patrimoniale » est une France de professionnels et de militants tous ensemble mais dont, souvent, on saisit mal les liens avec la France « vandale » sur laquelle elle se détache. À défaut d’une prise de parole des destructeurs mutiques, un renversement de perspective apporté par les anthropologues, notamment mais pas exclusivement, a amené une histoire du patrimoine vécu, reçu, visité, attendu. La sociologie des publics avait quelque peu inauguré ce chantier — ainsi quant au public des musées depuis la monographie d’Alain Darbel et Pierre Bourdieu sur L’amour de l’art50, constituée à partir d’enquêtes de 1964-1965, publiée en 1969, et la parution régulière de volumes d’observations des Pratiques culturelles des Français, notamment depuis 1973. À partir des années 1980 les demandes se sont multipliées à cet égard, liées à la rénovation des musées : l’Habilitation de Jacqueline Eidelman sous la direction de François de Singly en porte la marque, qui ne ressortit pas à la sociologie critique mais s’est construite à partir d’une longue série de commandes institutionnelles sur l’évolution des publics de musées et d’expositions51. L’émergence de services culturels dans les musées a enfin conduit à collecter diverses informations, dans un souci rétrospectif, sur l’histoire des premiers publics52. Mais médiologues ou ethnologues ont aussi, de leur côté, envisagé le public des monuments ou la manière dont ces monuments sont « vécus » par leurs habitants53. Cette attention portée au public des musées, aux spectateurs des monuments, aux habitants des sites, pose plus ou moins explicitement la question d’une entrée en patrimoine comme rupture ou comme parenthèse dans la vie plus longue des images, ou comme fin de vie des objets, bref comme beauté du mort ou du vivant.

  • 54 Des entreprises ont pu montrer la richesse de ces perspectives, ainsi F. Guillet, Naissance de la N (...)
  • 55 F. Chenet, « Le Rhin, célébration de la ruine ».
  • 56 Voir dans le champ français Musées, écomusées et territoire, numéro spécial de la revue Géographie (...)
  • 57 La tradition d’histoire des musées, dans la perspective d’une histoire culturelle de l’art, a été o (...)

24Enfin, les imaginaires du patrimoine peuvent, selon les cas, engager des identifications personnelles, provoquer des débats au sein de communautés spécialisées ou encore accompagner des pratiques collectives — des modes de vivre le passé selon une poétique plus ou moins consciente d’elle-même. L’étude des stéréotypes liés aux représentations patrimoniales est l’un des axes les plus remarquables d’une perspective attachée à envisager l’héritage « inventé » ou « construit »54. On touche par là à une histoire du sensible et du culturel, de la ruine au paysage, qui peut aussi trouver sa place au sein de l’historiographie du patrimoine55 — comme elle la trouve parfois dans la recherche anglo-américaine au sein des études de géographie culturelle56. L’histoire du patrimoine apparaît de plus en plus comme une part de celle de la culture visuelle, qui interroge la multiplication de ses images, par la gravure puis par la photographie, et leur circulation élargie : les thèmes de la construction des savoirs, de la mise en forme de disciplines, ont donc jalonné cette nouvelle historiographie. En particulier, la prédilection des études présentes pour les questions de mise en scène semble rencontrer tout naturellement un régime de patrimonialisation qui a investi dans de tels dispositifs. C’est pourquoi, sans doute, les musées et les expositions constituent désormais un registre familier de ces entreprises57.

  • 58 Par exemple M. Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie et M. Volait, « Amateurs français et dynamique pa (...)
  • 59 N. Oulebsir, Les usages du patrimoine.
  • 60 Cf. D. Rivet, « De l’histoire coloniale à l’histoire des États indépendants ».
  • 61 Malgré le principe de cette recension, on signalera ici H. Lebovics, Mona Lisa’s Escort. Ses autres (...)
  • 62 Voir M. H. Geyer et J. Paulmann, « Introduction ».
  • 63 M. Baussant, Pieds-noirs : mémoires d’exils.

25Une autre perspective en développement est encore celle de l’international, afin de penser le lien entre patrimoines nationaux et étrangers, mais aussi le lien avec le patrimoine colonial. Si l’histoire du patrimoine a été longtemps prise dans une logique de réparation, voire dans un appel à la repentance à l’égard d’œuvres ou d’objets indûment saisis et collectés qui interdisait de penser une histoire coloniale du patrimoine, il n’en va plus de même aujourd’hui. L’historienne du patrimoine Mercedes Volait s’intéresse aux rhétoriques et narrations que la protection, ou demande de protection, d’objets de l’architecture et de la ville coloniale engage autour de la Méditerranée aujourd’hui et naguère58. À sa suite, Nabila Oulebsir59 dément de facto l’idée que l’histoire patrimoniale des anciens pays colonisés aurait vocation à se dissoudre dans les histoires nationales des États (re)devenus indépendants, ou des communautés à l’intérieur de ces États60. Si les usages du patrimoine artistique dans les politiques culturelles de l’État ont été abordés, notamment, par les historiens étrangers61, les images des patrimoines étrangers en France, ou français à l’étranger, commencent à être étudiées principalement par le biais de la représentation des écoles nationales au sein des musées : le couple France/Allemagne a été particulièrement envisagé. Mais le tourisme artistique et patrimonial, qui entre pleinement dans les « mécanismes » de l’internationalisation du monde que repèrent désormais les historiens62, est négligé au sein d’une historiographie encore largement centrée sur l’espace national. Enfin, la question d’une histoire des patrimoines des immigrés est à l’horizon des travaux de la préfiguration de la Cité de l’immigration, tandis que celle de patrimoines rapatriés se dessine en creux dans des études récentes qui n’ont pas a priori le patrimoine pour objet premier, mais qui doivent s’y attacher en considérant l’histoire de la mémoire63.

  • 64 F. Choay, L’allégorie du patrimoine ; A.-M. Thiesse, La création des identités nationales ; D. Poul (...)

26Au regard de ces productions et de dynamiques incontestablement fécondes, en termes de parutions, de revues spécialisées, de thèses produites, de rubriques ad hoc apparues au sein des bibliographies institutionnelles, enfin de synthèses peu à peu disponibles — preuves d’un enracinement du sujet dans l’enseignement universitaire64 —, on est en droit de conclure que l’histoire du patrimoine est, en France, un domaine désormais à part entière.

Bibliographie

Bibliographie

Ades, Dawn, Beyer, Andreas et Haxthausen, Charles W. (dir.), The Two Art Histories. The Museum and the University, New Heaven, Yale University Press, 2003.

Ageron, Charles-Robert et Nora, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

Allard, Sébastien, Le Louvre à l’époque romantique : les décors du palais (1815- 1835), Paris, Musée du Louvre Éditions - Fage Éditions, 2006.

Anderson, Benedict, L’imaginaire national : Réflexions sur l’origine et le développement du capitalisme, Paris, La Découverte, 1996.

Angrand, Pierre, Le comte Forbin et le Louvre en 1819, Lausanne, Bibliothèque des Arts, 1972.

— Histoire des musées de province au xixe siècle, Paris, Le Cercle d’or, 1984-1988 (9 vol.).

L’architecture rurale française. Corpus des genres, des types et des variantes, Paris, A. Die, Berget-Levrault, La Manufacture, 1983.

Auduc, Arlette, « Le budget des monuments historiques 1830-1920 : les moyens d’une politique de protection », dans Histoire du patrimoine, dossier publié dans Livraisons d’histoire d’architecture, 3, 1er semestre 2002, pp. 75-102.

Babelon, Jean-Pierre et Chastel, André, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.

Baussant, Michèle, Pieds-noirs : mémoires d’exils, Paris, Stock, 2002.

Beghain, Patrice, Le patrimoine : culture et lien social, Paris, Presses de Sciences Po, 1998.

Bensa, Alban et Fabre, Daniel (dir.), Une histoire à soi, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001.

Bercé, Françoise, « Profession architecte en chef », dans Françoise Bercé, Les concours des monuments historiques de 1893 à 1979, Paris, Monum, 1994.

— Des monuments historiques au patrimoine, du xviiie siècle à nos jours : ou « Les égarements du cœur et de l’esprit », Paris, Flammarion, 2000.

Bertho Lavenir, Catherine, La visite du monument, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2004.

Bobbio, Luigi, Le politiche dei beni culturali in Europa, Bologne, Il Mulino, 1992.

Boudia, Soraya, « Le patrimoine des institutions scientifiques comme objet de recherche », Lettre de l’OCIM, 84, 2002, pp. 45-49.

Bourdieu, Pierre et Darbel, Alain, avec la collaboration de Dominique Schnapper, L’amour de l’art. Les musées d’arts européens et leur public, Paris, Éditions de Minuit, 1966.

Breton-Ruget, Annie, Dufour, Stéphane, Fortunet, Françoise et Poirrier, Philippe (dir.), L’invention du patrimoine en Bourgogne, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2004.

Bromberger, Christian, « Ethnologie, patrimoine, identités. Y a-t-il une spécificité de la situation française ? », dans Daniel Fabre (éd.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996, pp. 9-23.

Cabantous, Alain, Lespagnol, André et Péron, Françoise, Les Français, la terre et la mer (xiiie-xxe siècle), Paris, Fayard, 2005.

Centenaire du service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie (1834-1934), tome I, Paris, Picard, 1935.

Certeau, Michel de, Pratiques culturelles des Français, Paris, Ministère des affaires culturelles, 1974.

Chastel, André, Le Présent des œuvres, Paris, Éditions de Fallois, 1993.

— Architecture et Patrimoine (choix de chroniques du journal Le Monde), éd. Christiane Lorques-Lapouge et Dominique Hervier, Paris, l’Imprimerie Nationale, 1994.

Chaudonneret, Marie-Claude, « Historicism and Heritage in the Louvre, 1820-1840, from the Musée Charles X to the Galerie d’Apollon », Art History, 4, 1991, pp.488-520.

— L’État et les artistes, de la Restauration à la Monarchie de Juillet (1815-1833), Paris, Flammarion, 1999.

— « Peinture et histoire dans les années 1820-1830 », dans Yves Gaulupeau, Krzysztof Pomian, Edouard Pommier et Béatrix Saule, L’Histoire au musée, Arles, Actes-Sud, 2004, pp. 127-138.

Chenet, Françoise, « Le Rhin, célébration de la ruine », dans Jean Peyras, Les monuments et la mémoire, Paris, L’Harmattan, 1993, pp. 169-176.

Chevallier, Denis, « L’architecture rurale française : un siècle de recherche », dans Les Monuments historiques demain, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 1987, pp. 21-27.

— « “Conserver” le patrimoine ethnologique », dans Meubles et immeubles, Paris, Ministère de la culture, 1993, pp. 114-121.

— « Des vaches, des moutons et des poules ou de quelques usages contemporains du patrimoine vivant », Revue de Géographie Alpine, 4, 1998, pp. 61-70.

Chevallier, Denis, Chiva, Isac et Dubost, Françoise, « L’invention du patrimoine rural », dans Denis Chevallier (éd.), Vives campagnes. Le patrimoine rural, projet de société, Paris, Autrement, 2000, pp. 11-56.

Chiva, Isac, Une politique pour le patrimoine culturel rural, rapport remis au ministre de la Culture et de la Francophonie, Paris, 1994.

Choay, Françoise, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992.

Cuisenier, Jean, « Le corpus de l’architecture rurale française. Esquisses pour une synthèse prochaine », Terrain, 9, oct. 1987, pp. 92-99.

Debray, Régis (dir.), L’abus monumental ?, Paris, Fayard, Éditions du patrimoine, 1999.

Desvallées, André, « À l’origine du mot “patrimoine” », dans Dominique Poulot (éd.), Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, 1998, pp. 89-105.

Dias, Nélia, La fondation du musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1900) : un aspect de l’histoire institutionnelle de l’anthropologie française, thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, EHESS, 1985.

Durand, Isabelle, La conservation des monuments antiques. Arles, Nîmes, Orange et Vienne au xixe siècle, Rennes, PUR, 2000.

Eidelman, Jacqueline, La création du palais de la Découverte : professionnalisation de la recherche et culture scientifique dans l’entre deux guerres, thèse soutenue à l’université de Paris V, 1988.

Eidelman, Jacqueline, Roustan, Mélanie et Goldstein, Bernadette (dir.), La place des publics. de l’usage des études et recherches par les musées, Paris, La documentation française, 2007.

Fabre, Daniel, « L’ethnologie française à la croisée des engagements (1940- 1945) », dans Jean-Yves Boursier (dir.), Résistants et Résistance, Paris, L’Harmattan, 1997, pp. 319-340.

— « Le patrimoine et l’ethnologie », dans Pierre Nora (dir.), Science et conscience du patrimoine, Paris, Fayard, Éditions du Patrimoine, 1997, pp. 59-72.

— « Conclusion de la journée du 7 janvier », dans Jacques Le Goff (dir.), Patrimoine et passions identitaires, Paris, Fayard, Éditions du Patrimoine, 1998, pp. 285-296.

— « L’ethnologie devant le monument historique », dans Daniel Fabre (dir.), Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2000, pp. 1-29.

Fabre, Daniel (dir.), Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2000.

La formation des conservateurs en Europe. Actes du colloque (9-11 décembre 1993), Paris, Direction des musées de France, 1993.

Furet, François (dir.), Patrimoine, temps, espace : patrimoine en place, patrimoine déplacé, Paris, Fayard, Éditions du Patrimoine, 1997.

Gaehtgens, Thomas W., Versailles de la résidence royale au musée historique. La galerie des batailles dans le musée historique de Louis-Philippe, Paris, Albin Michel, 1984.

Galard, Jean, Visiteurs du Louvre, Paris, Réunion des musées nationaux, 1993.

Gallo, Daniela (dir.), Les vies de Dominique-Vivant Denon, Paris, Musée du Louvre, 1999.

Geyer, Martin H. et Paulmann, Johannes, « Introduction », dans Martin H.Geyer et Johannes Paulmann, The Mechanics of Internationalism, Londres, OUP-German Historical Institute, 2001, pp. 11-13.

Giraud-Labalte, Claire, Les Angevins et leurs monuments (1800-1840), Angers, Société des études Angevines, 1996.

Gourbin, Patrice, « Les monuments historiques de 1938 à 1959, une administration au service de l’architecture », thèse de doctorat de l’université Panthéon-Sorbonne (Paris I), 2005.

Gran-Aymerich, Eve, Laronde, André et Leclant, Jean, Naissance de l’archéologie moderne (1798-1945), Paris, CNRS Éditions, 1998.

Gran-Aymerich, Eve et Leclant, Jean, Dictionnaire biographique d’archéologie (1798-1945), Paris, CNRS Éditions, 2001.

Gravari-Barbas, Maria et Guichard-Anguis, Sylvie (dir.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du xxie siècle, Paris, Presses universitaires de l’université de Paris-Sorbonne, 2003.

Greffe, Xavier, La valorisation économique du patrimoine, Paris, La Documentation française, 2003.

Guillaume, Marc, La politique du patrimoine, Paris, Éditions Galilée, 1980.

Guillet, François, Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France (1750-1850), Caen, Annales de Normandie et Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 2000.

Jeudy, Henri-Pierre, Patrimoine en folie, Paris, MSH, 1990.

Jullian, Camille, Au seuil de notre histoire, Paris, Boivin, 1930.

— La vie et l’étude des monuments français, leçon d’inauguration de la Chaire d’Histoire et d’Antiquités nationales prononcée au Collège de France le 7 décembre 1905, Paris, Éd de la Revue politique et litteraire (Revue Bleue), 1906.

Lamy, Yvon (dir.), Le pouvoir de protéger. Approches, acteurs, enjeux du patrimoine en Aquitaine, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1992.

Laurent, Xavier, Grandeur et misère du patrimoine d’André Malraux à Jacques Duhamel, Paris, Ministère de la Culture - La Documentation française, 2003.

Lebovics, Herman, True France : the Wars over Cultural Identity (1900-1945), Ithaca, Cornell University Press, 1992.

— Mona Lisa’s Escort. André Malraux and the Reinvention of French Culture, Ithaca, Cornell University Press, 1999.

— Bringing the Empire Back Home : France in the Global Age, Raleigh, NC, Duke University Press, 2004.

Le Goff, Jacques (dir.), Patrimoine et passions identitaires, Paris, Fayard, Éditions du Patrimoine, 1998.

Lengereau, Éric, L’État et l’architecture : 1958-1981. Une politique publique ?, Paris, Picard, 2001.

Léon, Paul, Les monuments historiques : conservation, restauration, Paris, H. Laurens, 1917.

Loyer, François, Histoire de l’architecture française, t. III : De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès, 1999.

Loyer, François (dir.), Ville d’hier ville d’aujourd’hui en Europe, Paris, Fayard, Éditions du Patrimoine, 2001.

Malservisi, Franca, La restauration architecturale en France : deux siècles de pratique ordinaire, thèse de doctorat, université de Versailles-Saint-Quentinen-Yvelines, 2005.

Mondenard, Anne de, La mission héliographique : cinq photographes parcourent la France en 1851, Paris, Monum, Éditions du patrimoine, 2002.

Monnier, Gérard et Langrognet, Jean-Louis, L’architecture du xxe siècle. Un patrimoine, Créteil, CRDP Académie de Créteil, 2004.

Les monuments historiques de la France, Paris, Commission des monuments historiques et Commission supérieure des monuments naturels et des sites, 1936-1977.

Musées, écomusées et territoire, numéro spécial de la revue Géographie et Cultures, 16, 1995.

Nora, Pierre (dir.), Science et conscience du patrimoine, Paris, Fayard, Éditions du Patrimoine, 1997.

— « Le musée historique de Versailles », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, pp. 143-168.

Notes et documents des Musées de France, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Oddos, Jean-Paul (dir.), Le patrimoine. Histoire, pratiques et perspectives, Paris, Cercle de la Librairie, 1998.

Oulebsir, Nabila, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

Le patrimoine saisi par les associations, Paris, Ministère de la culture et de la communication - La Documentation française, 2002.

Péron, Françoise (dir.), Le patrimoine maritime. Construire, transmettre, utiliser symboliser les héritages maritimes européens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Perrot, Alain-Charles, Les architectes en chef des monuments historiques (1893- 1993), Levallois-Perret, HM éditions, 1994.

Poulot, Dominique, Bibliographie de l’histoire des musées de France, Paris, CTHS, 1994.

— « La légende du patrimoine », dans Dominique Poulot, Musée, nation, patrimoine (1789-1815), Paris, Gallimard, 1997, pp.11-33.

— Patrimoine et musées, Paris, Hachette, 2001.

— Une histoire de patrimoine en Occident, Paris, PUF, 2006.

Provence, Marcel, Un fou de patrimoine, Musées du Vieil Aix, de Moustiers, de la Vallée, Barcelonnette, 1995.

Querrien, Max, Pour une nouvelle politique du patrimoine, Paris, La Documentation française, 1982.

Rioux, Jean-Pierre et Sirinelli, Jean-François (dir.), La culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002.

Rivet, Daniel, « De l’histoire coloniale à l’histoire des États indépendants », dans François Bédarida (éd.), L’histoire et le métier d’historien en France (1945-1995), Paris, MSH, 1995, pp. 369-377.

Le rôle de l’État dans la constitution des collections des musées de France et d’Europe, Paris, Direction des musées de France, 2001.

Roth, Catherine, Étude sur le patrimoine scientifique : les enjeux culturels de la mémoire scientifique, rapport pour la mission du patrimoine ethnologique, novembre 2000, http://web.culture.fr/culture/mpe/recherche/Roth/r3_3.html

Rousseau, Madeleine, La vie et l’œuvre de Philippe-Auguste Jeanron : peintre, écrivain, directeur des musées nationaux (1808-1877), Paris, Réunion des musées nationaux, 2000.

Rousso, Henry (dir.), Le regard de l’histoire : l’émergence et l’évolution de la notion de patrimoine au cours du xxe siècle en France, Paris, Fayard, Éditions du patrimoine, 2003.

Schoeder-Gudehus, Brigitte (dir.), La société industrielle et ses musées. Demande sociale et choix politiques (1890-1990), Paris, Éditions des archives contemporaines, 1992.

Segalen Martine, Vie d’un musée (1937-2005), Paris, Stock, 2005.

— « Le patrimoine et l’Europe », Journal du CNRS, 184, mai 2005.

Siniscalchi, Valeria, Le patrimoine culturel rural et l’ethnologie au ministère de la Culture : bilan et perspective (1980-2003), rapport de recherche pour la mission à l’ethnologie, DAPA, Ministère de la Culture, 2004.

Sommerard, Edmond du, Les monuments historiques de France à l’Exposition universelle de Vienne, Paris, Imprimerie Nationale, 1876.

Therrien, Lyne, L’histoire de l’art en France, genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditions du CTHS, 1998.

Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales, Paris, Seuil, 1999.

Thuillier, Jacques, Leçon inaugurale, Collège de France, 13 Janvier 1978.

Vadelorge, Loïc, « Introduction, le patrimoine comme objet politique », dans Philippe Poirrier et Loïc Vadelorge, Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, La Documentation française, Comité d’histoire du ministère de la Culture et la Fondation Maison des sciences de l’Homme, 2003, pp. 11-24.

Vaisse, Pierre, La jeunesse des musées, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1994.

Veillard, Jean-Yves, Monsieur le « conservateur ». Musées et combats culturels en Bretagne au temps de Yann-Cheun Veillard, Rennes, Éditions Apogée, 2001.

Volait, Mercedes (dir.), Le Caire-Alexandrie, architectures européennes (1850- 1950), Le Caire, IFAO/Cedej, 2001.

— « Amateurs français et dynamique patrimoniale : aux origines du Comité de conservation des monuments de l’art arabe », dans André Raymond et Daniel Panzac (éd.), La France et l’Égypte à l’époque des vice-rois (1805-1882), Le Caire, Presses de l’IFAO, 2002, pp. 311-325.

Notes

1 A. Desvallées, « À l’origine du mot “patrimoine” ».

2 M. Guillaume, La politique du patrimoine ; H.-P. Jeudy, Patrimoine en folie.

3 Actes du colloque La formation des conservateurs en Europe.

4 J. Thuillier, Leçon inaugurale, p. 15.

5 D. Poulot, « La légende du patrimoine », pp. 11-33.

6 Le rôle de l’État dans la constitution des collections des musées.

7 Notamment A. Chastel, Architecture et Patrimoine, mais encore Le présent des oeuvres, préface de Marc Fumaroli, une autre sélection d’articles du Monde.

8 C’est le cas de G. Monnier et J.-L. Langrognet, L’architecture du xxe siècle, édité de manière caractéristique par le CRDP de l’Académie de Créteil.

9 L. Bobbio, Le politiche dei beni culturali in Europa.

10 Ainsi E. du Sommerard, Les monuments historiques de France.

11 Voir par exemple A. de Mondenard, Lamission héliographique.

12 B. Anderson, L’imaginaire national.

13 C. Jullian, « La vie et l’étude des monuments français ». Par la suite les neuf cours de 1905 à 1913 sont parus dans C. Jullian, Au seuil de notre histoire.

14 Ainsi P. Beghain, Le patrimoine. Sur les cas français C. Bromberger, « Ethnologie, patrimoine, identités » ; A. Bensa et D. Fabre, Une histoire à soi.

15 M. de Certeau, Pratiques culturelles des Français, p. 175.

16 D. Chevallier, « “Conserver”le patrimoine ethnologique » ; Id., « Desvaches, des moutons et des poules ».

17 J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), La culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui.

18 Voir X. Greffe, La valorisation économique du patrimoine.

19 M. Querrien, Pourune nouvelle politique du patrimoine, pp. 5-7.

20 P. Léon, Les monuments historiques.

21 J.-P. Babelon et A. Chastel, La notion de patrimoine.

22 M. Segalen, « Le patrimoine et l’Europe ».

23 P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire.

24 D. Ades et al. (dir.), The Two Art Histories.

25 Voir la thèse de doctorat de F. Malservisi, La restauration architecturale en France.

26 J.-P. Oddos (dir.), Le patrimoine. Il n’entre pas dans le cadre de ce bref exposé de faire le tour de toutes les tendances actuelles d’une histoire des divers patrimoines — ce qui, en l’occurrence, obligerait à considérer l’histoire des bibliothèques, etc.

27 Parmi de nombreux travaux ceux de D. Fabre, « Le patrimoine et l’ethnologie » ; « Conclusion de la journée du 7 janvier » ; « L’ethnologie française à la croisée des engagements (1940-1945) » ; M. Segalen, Vie d’un musée. Les travaux de Garaé ethnopôle, à Carcassonne, dessinent largement une histoire du patrimoine matériel et immatériel au xixe siècle, à travers les enquêtes sur les polygraphes, l’érudition occitane, etc.

28 Ainsi l’ouvrage collectif, L’architecture rurale française ; J. Cuisener, « Le corpus de l’architecture rurale française » ; D. Chevallier, « L’architecture rurale française ».

29 Les monuments historiques de la France. Ainsi F. Bercé, « Profession architecte en chef ». Il faut encore signaler l’importance de la collection de catalogues des expositions de la Délégation à l’action artistique de la ville de Paris : bien qu’inégaux et hâtivement réalisés, voire souvent convenus, ces ouvrages font le point sur un état de la recherche patrimoniale.

30 Schéma directeur de la recherche en sciences humaines 2005-2008 dans les musées nationaux, février 2005, http://www.culture.gouv.fr/culture/dmf/Rapports/schema_directeur_recherche_musees.pdf

31 Parmi les Notes et documents des Musées de France on peut citer : « La collection Saint-Morys au Cabinet des dessins du musée du Louvre », 1987 ; « La galerie espagnole de Louis-Philippe au Louvre, 1838-1848 », 1981 ; « Les antiques du musée Napoléon, édition illustrée et commentée des volumes V et VI de l’inventaire du Louvre de 1810 », 2004 ; « La collection de peintures de l’impératrice Joséphine », 2003 ; « Everhard Jabach, collectionneur, 1618-1695, les dessins de l’inventaire de 1695 », 2001 ; « Mazarin, prince des collectionneurs, les collections et l’ameublement du cardinal Mazarin (1602-1661), histoire et analyse », 1999 ; « Vivant Denon, directeur des musées sous le Consulat et l’Empire, correspondance, 1802-1815 ; Denon, Dominique Vivant (1747-1825) », 1999 ; « La collection de tableaux de Lucien Bonaparte, prince de Canino », 1997 ; « L’atelier de moulage du musée du Louvre, 1794-1928 », 1996 ; « La collection de dessins d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, reconstituée d’après son “Abrégé de la vie des plus fameux peintres”, éd. de 1762 », 1996 ; « De Khorsabad à Paris, la découverte des Assyriens », 1994 ; « Musée du Louvre [Texte imprimé], janvier 1797-juin 1798, procès-verbaux du Conseil d’administration du musée central des arts », 1992 ; « L’album Canini du Louvre et la collection d’antiques de Richelieu », 1988 ; « Muséologie et ethnologie », 1987 ; « L’Inventaire Le Brun de 1683, la collection des tableaux de Louis XIV », 1987 ; « La naissance du musée du Louvre, la politique muséologique sous la Révolution d’après les archives des musées nationaux », 1981.

32 Je me permets de rappeler ma Bibliographie de l’histoire des musées de France.

33 Parmi les sujets qui intéressent notre propos : Patrimoine et société contemporaine, Forum du patrimoine (Paris, 1987) ; Les enjeux du patrimoine architectural du xxe siècle (Evreux, couvent de la Tourette, 12-13 juin 1987) ; Faut-il restaurer les ruines ? (Caen, 1990) ; De l’utilité du patrimoine (Fontevraud-l’Abbaye, Maine-et-Loire, 1991) ; Les monuments historiques demain (Paris, 1987).

34 P. Nora (dir.), Science et conscience du patrimoine ; F. Furet (dir.), Patrimoine, temps, espace ; J. Le Goff (dir.), Patrimoine et passions identitaires ; R. Debray (dir.), L’abus monumental ? ; F. Loyer, Ville d’hier ville d’aujourd’hui ; H. Rousso (dir.), Le regard de l’histoire.

35 M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine. Le chef-d’œuvre du genre est à ce jour l’épais volume dirigé par F. Péron, Le patrimoine maritime, qui comporte un choix bibliographique sur la réflexion sur le patrimoine en sciences humaines en 1980-2002, pp. 533-534. Voir aussi A. Cabantous et al., Les Français, la terre et la mer.

36 Les travaux des juristes présentent de l’intérêt pour les historiens du temps présent — ainsi ceux de Pierre-Laurent Frier ou ceux de Marie Cornu —, comme les analyses conduites par les économistes Xavier Greffe, Françoise Benhamou, etc.

37 F. Bercé, Des monuments historiques au patrimoine.

38 Cet investissement s’est nettement inscrit depuis au sein de l’histoire de l’architecture, avec la fondation d’une revue spécialisée et l’écriture de monographies d’architectes, mais moins au nom de l’histoire que de « science politique appliquée au patrimoine » (préface à X. Laurent, Grandeur et misère du patrimoine, p. 13).

39 « Le musée en France depuis 1815 : territoires et fonctions », musée d’Orsay et musée de Picardie, 27-29 avril 1994. Pour un premier bilan voir L. Vadelorge, « Introduction, le patrimoine comme objet politique ». En ce qui concerne l’histoire administrative, la période contemporaine a été ainsi couverte par une thèse de l’École des Chartes (X. Laurent, Grandeur et misère du patrimoine) puis par la thèse d’É. Lengereau, L’État et l’architecture.

40 P. Gourbin, Les monuments historiques de 1938 à 1959 ; A. Auduc, « Le budget des monuments historiques ».

41 I. Chiva, Une politique pour le patrimoine culturel rural ; V. Siniscalchi, Le patrimoine culturel rural et l’ethnologie ; D. Chevallier et al., « L’invention du patrimoine rural ».

42 N. Dias, « La fondation du musée d’ethnographie du Trocadéro » ; J. Eidelman, « La création du palais de la Découverte » ; B. Schroeder-Gudehus (dir.), La société industrielle et ses musées. Voir C. Roth, Étude sur le patrimoine scientifique et les travaux en cours de diverses équipes universitaires scientifiques notamment à Strasbourg avec Soraya Boudia (ainsi S. Boudia, « Le patrimoine des institutions scientifiques » ouAndrée Bergeron au palais de la Découverte).

43 Y. Lamy (dir.), Le pouvoir de protéger faisait en 1992 un premier inventaire ; voir désormais le livre édité par le ministère de la Culture et de la Communication, Le patrimoine saisi par les associations. Àtitre d’exemple voir C. Giraud-Labalte, LesAngevins et leurs monuments, issu d’une des thèses nombreuses précocement lancées par François Loyer sur le thème et dont on trouvera la bibliographie dans les notes abondantes et précieuses de son ouvrage de référence, Histoire de l’architecture française.

44 Les commémorations ou célébrations diverses en fournissent régulièrement, ainsiJ.-Y. Veillard, Monsieurle « conservateur ». L’injonction commémorative est à l’origine duA.-C. Perrot, Les architectes en chef des monuments historiques et qui fait suite au volume collectif, Centenaire du service des monuments historiques.

45 Notamment avec les ouvrages d’E. Gran-Aymerich et al., Naissance de l’archéologie moderne et d’E. Gran-Aymerich et J. Leclant, Dictionnaire biographique d’archéologie.

46 L. Therrien, L’histoire de l’art en France.

47 D. Gallo (dir.), Les vies de Dominique-Vivant Denon ; P. Angrand, Le comte Forbin et le Louvre en 1819 ; M.-C. Chaudonneret, L’État et les artistes.

48 M. Rousseau, La vie et l’œuvre de Philippe-Auguste Jeanron.

49 Le champ est fort vaste, qui va d’une plaquette d’exposition aux actes de colloques, de M. Provence, Un fou de patrimoine, à l’initiative d’une association de Barcelonnette, à A. Breton-Ruget et al. (dir.), L’invention du patrimoine en Bourgogne. Les Archives d’Anjou, mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, nº 8, 2004, consacrent ainsi un ensemble spécial aux musées. La revue 303 a beaucoup publié sur l’histoire du patrimoine régional, comme d’autres revues à l’occasion, Le Festin (Patrimoines de pays en aquitaine, nº 57, 2006), etc., dont souvent maint collaborateurs sont des chercheurs de l’Inventaire ou des conservateurs.

50 P. Bourdieu et A. Darbel, avec la collaboration de D. Schnapper, L’amour de l’art.

51 J. Eidelman, Musées et publics.

52 J. Galard, Visiteurs du Louvre.

53 C. Bertho Lavenir, La visite du monument ; D. Fabre, Domestiquer l’histoire.

54 Des entreprises ont pu montrer la richesse de ces perspectives, ainsi F. Guillet, Naissance de la Normandie. Autre exemple relevant de l’histoire de l’art stricto sensu cette fois, le travail d’I. Durand, La conservation des monuments antiques.

55 F. Chenet, « Le Rhin, célébration de la ruine ».

56 Voir dans le champ français Musées, écomusées et territoire, numéro spécial de la revue Géographie et Cultures.

57 La tradition d’histoire des musées, dans la perspective d’une histoire culturelle de l’art, a été ouverte par les travauxde P. Angrand, Histoire des musées de province ; T. W. Gaehtgens, Versailles de la résidence royale au musée historique et P. Nora, « Le musée historique de Versailles » ; M.-C. Chaudonneret, « Peinture et histoire dans les années 1820-1830 » ; Id., « Historicism and Heritage in the Louvre » ; S. Allard, Le Louvre à l’époque romantique qui développe l’essai synthétique de P. Vaisse, La jeunesse des musées.

58 Par exemple M. Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie et M. Volait, « Amateurs français et dynamique patrimoniale ».

59 N. Oulebsir, Les usages du patrimoine.

60 Cf. D. Rivet, « De l’histoire coloniale à l’histoire des États indépendants ».

61 Malgré le principe de cette recension, on signalera ici H. Lebovics, Mona Lisa’s Escort. Ses autres titres touchent aussi largement à l’histoire du patrimoine français : True France et Bringing the Empire Back Home.

62 Voir M. H. Geyer et J. Paulmann, « Introduction ».

63 M. Baussant, Pieds-noirs : mémoires d’exils.

64 F. Choay, L’allégorie du patrimoine ; A.-M. Thiesse, La création des identités nationales ; D. Poulot, Patrimoine et musées.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search