Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

I. Les champs de l’histoire culturelle

La lecture et le monde de l’édition dans l’espace francophone

Jean-Yves Mollier

Résumé

Le rappel de la généalogie de l’histoire de la lecture et de la consolidation progressive de l’enquête historique autour du monde du livre et de l’imprimé permet de rendre compte des inflexions et des enrichissements problématiques qui ont marqué ce champ historiographique depuis un bon demi-siècle. L’intérêt pour la diversité des pratiques de lecture en fonction des milieux sociaux, des régions, des traditions spirituelles et politiques a considérablement renouvelé une approche purement quantitative. Elle permet aussi de réinvestir le continent éditorial en en montrant toutes les coordonnées économiques et sociales, mais aussi politiques et culturelles. Si ce domaine de l’histoire culturelle jouit d’une solide tradition historiographique faite de résultats exemplaires, il n’en demeure pas moins un champ où des enquêtes novatrices peuvent encore voir le jour.

Texte intégral

  • 1 Pour être tout à fait complet, il conviendrait de remonter à la préparation par Lucien Febvre de L’ (...)
  • 2 M. de Certeau et al., « La beauté du mort ».

1On a coutume de faire remonter, en France, l’intérêt des historiens pour l’univers du livre et, accessoirement, de l’édition, à une note publiée dans la revue Les Annales par Lucien Febvre en 1952. De cet encouragement à ne plus abandonner aux seuls spécialistes de la littérature et de la bibliothéconomie les questions liées à l’objet-livre, à sa production, à sa diffusion et à sa réception, devait naître, en 1958, L’apparition du livre. Publié dans la Bibliothèque de Synthèse historique intitulée « L’Évolution de l’Humanité », chez Albin Michel, l’ouvrage allait constituer un tournant dans les études historiques, arracher le livre au seul domaine de l’érudition, de la conservation et le propulser au centre d’un vif mouvement de curiosité1. Tour à tour, les historiens des mentalités avec Robert Mandrou et Geneviève Bollème allaient s’attaquer aux cultures populaires, à l’univers mental des sorcières et à la littérature bleue, opposant alors culture savante ou lettrée et culture populaire. Peu après, d’autres spécialistes, plus tournés vers les pratiques culturelles que les clivages sociaux, se montreront sévères à l’égard de leurs devanciers et contesteront cette vision que l’article « La beauté du mort » de Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel acheva de ruiner2.

  • 3 Il va de soi que la conjoncture politique pesa sur ces analyses et que les attaques en règle contre (...)

2On était au lendemain de la crise de Mai-Juin 1968 et l’ébranlement des certitudes se manifestait jusque dans la façon de renouveler les approches de la lecture et des manières de lire, ou de s’approprier intellectuellement l’univers des hommes d’autrefois3. Des conceptions de Michel de Certeau, exprimées peu après dans La culture au pluriel puis dans L’invention du quotidien, on devait retenir le chapitre « Lire : un braconnage » dont la vérité oblige à dire qu’il n’annonce pas seulement la microstoria italienne et les travaux de Carlo Ginzburg sur son meunier du Frioul mais qu’ils doivent aussi beaucoup à un sociologue britannique de la littérature et des lecteurs issus des milieux populaires, Richard Hoggart. Alors même que Michel de Certeau ne se réfère qu’à François Furet et Jacques Ozouf pour leur grande enquête sur Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Ferry, aux réflexions de Jack Goody sur La raison graphique, aux travaux des chercheurs américains, à Borges et à Barthes ainsi qu’à la psychanalyse, il va de soi que la publication en 1957 de The Uses of Literacy n’a pu lui échapper et que la notion de « lecture oblique » a, d’évidence, aidé l’auteur de La culture au pluriel à définir sa propre conception du « lecteur braconnier ».

  • 4 A. Mattelart et E. Neveu, Introduction aux Cultural Studies.
  • 5 On se souvient que, dans Madame Bovary, Gustave Flaubert fait de son héroïne, Emma, une victime de (...)
  • 6 D. Saint-Jacques (éd.), Que vaut la littérature ?

3Dire cela, ce n’est pas accuser un jésuite de plagiat ou de vol du feu sacré. C’est plutôt souligner d’emblée la porosité des frontières de la recherche après 1945 et la difficulté à prétendre écrire des histoires nationales, alors même que, depuis des lustres, chacun lit ses voisins et se nourrit de leurs avancées et de leurs problématiques. Au moment où, avec Richard Hoggart, Raymond Williams et Edward P. Thompson, le mouvement des Cultural Studies se mettait en place4, c’est l’un des prédicats de l’École de Francfort sur le lecteur aliéné par la propagande dans les pays totalitaires qui volait en éclats, conduisant les observateurs à interroger au plus près les manières de lire, qu’il s’agisse de littérature ou de politique, d’information ou encore de pactes de lecture élaborés pour lire les œuvres de fiction. D’une conception « bovaryste »5, ou « aliénante » des lectures en milieux populaires, on commençait à passer à une vision plus dynamique des rapports entre le texte et le lecteur et à en tirer un certain nombre de conséquences en matière de canon littéraire, voire de constitution des panthéons officiels, c’est-à-dire d’histoires littéraires totalement déconnectées du réel et oublieuses des sanctions du marché, donc, peu ou prou, du goût des lecteurs des siècles passés6.

  • 7 G. Cavallo et R. Chartier (éd.), Histoire de la lecture.
  • 8 Parmi les publications les plus récentes, on retiendra V. Infantes et al (éd.), Historia de la edic (...)

4La publication de l’Histoire de l’édition française, de 1982 à 1986, sous la double direction de Roger Chartier et du disciple de Lucien Febvre qu’avait été Henri-Jean Martin, devait conduire à une première grande synthèse, annonciatrice de l’Histoire des bibliothèques françaises et de l’Histoire de la lecture dans le monde occidental, la première en 1991-1992, la seconde en 19957. Avec ces fresques qui encourageaient d’autres équipes nationales à lancer des programmes d’étude, le risque existait cependant d’abandonner une vision fluide des échanges entre pays mais des raisons nombreuses militaient pour la rédaction de panoramas propres aux îles britanniques, aux territoires germaniques, à l’Italie ou à l’Espagne comme au Canada ou à l’Australie, tous pays dans lesquels ont été publiés récemment des histoires nationales de l’imprimé, du livre, de l’édition ou de la lecture8. Le colloque de Sherbrooke, en mai 2000, dont les actes ont été publiés sous le titre Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, a tenté d’esquisser une première comparaison planétaire de ces phénomènes. En juillet 2005, à Sydney, une seconde rencontre intercontinentale a tenté de prolonger cette approche, nécessairement interculturelle, afin de continuer à proposer des cadres généraux où inscrire, dans un second temps, les développements concernant tel ou tel aspect ou une région particulière plutôt qu’une autre.

L’histoire de la lecture dans l’espace français

  • 9 A. Mercier (éd.), Les trois Révolutions du livre.
  • 10 J.-Y. Mollier (éd.), Où va le livre ?
  • 11 R. Wittman, « Une révolution de la lecture à la fin du xviiie siècle ? ».
  • 12 On sait que Luther, après avoir encouragé la lecture directe de la Bible fit rapidement machine arr (...)

5Ce cadre général étant tracé, on peut maintenant revenir sur le premier point de notre investigation, l’histoire de la lecture. Le volume dirigé par Roger Chartier et Guglielmo Cavallo en 1995 a permis de mettre en évidence un certain nombre d’acquis de la recherche. Je citerai ici la nécessité de raisonner en termes anthropologiques sur cinq millénaires de civilisations de l’écriture9, en tenant compte de l’évolution des manières de lire ou de ce que l’on appelle aujourd’hui, les révolutions du « lire », plutôt que celles du « livre », du volumen au codex auquel s’est ajouté, plus récemment, l’écran plat10. Une des conséquences de cette perspective large a été la remise en cause de ce qu’Elisabeth L. Eisenstein avait nommé The Printing Revolution in Early Modern Europe. Puisque le livre préexistait dans sa forme matérielle à l’invention de l’imprimerie et que, par ailleurs, le régime de lecture n’avait pas été modifié en passant du manuscrit recopié dans les scriptoria aux livres produits dans les ateliers gutenbergiens, il ne s’était produit aucune rupture à la Renaissance. Au-delà de ce débat qui ignore superbement les conséquences sociales de l’imprimerie, la mise à disposition du plus grand nombre des écrits les plus divers, on constatera ici encore l’impact d’une réflexion centrée sur les pratiques culturelles sans lien direct avec la société qui les voit naître. À notre sens, il y eut bien « révolution de l’imprimé » en Europe, mais décalée dans le temps, contemporaine des Lumières et de la fureur de lire, cette Lesewut théorisée par les Allemands au moment où la lecture extensive, des romans de Richardson, Goethe ou Rousseau11, succède au ressassement intensif et toujours recommencé de la Bible ou du catéchisme, qu’il soit tridentin ou luthérien ne changeant rien à la suspicion engendrée par l’assimilation directe des œuvres par les fidèles12.

6Dans cette histoire monumentale de la lecture, on isolera aussi le chapitre rédigé par Martyn Lyons sur « Les nouveaux lecteurs au xixe siècle : femmes, enfants, ouvriers » parce qu’il reprend un des axes centraux du travail de ce Gallois qui enseigne en Australie mais a fait de la France le terrain privilégié de ses études. Déjà en 1987, avec Le triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du xixe siècle, il avait montré la voie féconde d’une étude attentive des registres de tirages des imprimeurs déposés au ministère de l’Intérieur pour la période 1811-1881. En observant les best-sellers des écrivains de cette époque, La Fontaine, Fénelon, Racine ou Molière, il était amené à formuler ce jugement décapant :

  • 13 M. Lyons, Le Triomphe du livre, p. 104.

Puisque les élèves des écoles primaires étaient nourris de La Fontaine et que les catéchismes et les almanachs avaient encore une diffusion impressionnante, le romantisme ne semble pas une notion adéquate pour résumer les goûts de l’époque. Il apparaît plutôt comme la crête fugitive d’une vague sur un océan de classicisme et de catholicisme13.

  • 14 J.-Y. Mollier, « Histoire culturelle et histoire littéraire ».

7Lui emboîtant le pas, j’ai moi-même suggéré, lors d’une table ronde organisée entre littéraires et historiens, de mettre en chantier une histoire de la littérature française qui partirait des lectures réelles des hommes et des femmes du temps plutôt que de la sélection opérée par les institutions, l’école et le canon littéraire14. Sans doute est-il encore prématuré d’espérer voir une équipe pluridisciplinaire entreprendre ce programme mais, au Canada, l’étude des best-sellers fait partie du cursus littéraire comme celle de la littérature policière aux États-Unis, ce qui évite de se montrer trop pessimiste en la matière.

  • 15 M. Lyons, « La culture littéraire des travailleurs ».
  • 16 J. Hébrard, « CommentJamerey-Duval apprit-il à lire ? ».
  • 17 M. Lyons, Readers and Society in Nineteenth Society France.
  • 18 N. Richter, Introduction à l’histoire de la lecture publique.

8Historien des « nouveaux lecteurs », Martyn Lyons s’est aussi intéressé à « la culture littéraire des travailleurs »15 et il a relu, dans ce but, un certain nombre d’autobiographies ouvrières, ce qu’avait commencé à faire Jean Hébrard en 1985 en examinant le cas de Jamerey-Duval, berger devenu bibliothécaire du duc de Lorraine au début du xviiie siècle16. Poursuivant son enquête et l’élargissant aux militants du xixe siècle, le même auteur devait signer le chapitre consacré aux « nouveaux lecteurs » dans le tome III de l’Histoire de l’édition française tandis que Martyn Lyons mettait en perspectives les lectures des ouvriers, des paysans et des femmes en France et en Grande-Bretagne à la même époque17. Jean Hébrard, pour sa part, s’orientait ensuite, avec l’aide d’Anne-Marie Chartier, vers l’auscultation des discours sur la lecture, du xixe au xxe siècle, ce qui revenait à enter les pratiques culturelles sur la société qui les voit surgir. Il retrouvait, au passage, les travaux d’un pionnier de l’histoire de la lecture, Noë Richter, dont les multiples publications, depuis le début des années 1970, ont jalonné le parcours de la recherche française18. On lui doit, entre autres, la redécouverte du Manuel de l’œuvre des Bons Livres qui date de 1834 et qui a marqué un tournant dans l’approche par les catholiques français de la fureur de lire. Sur sa lancée, de jeunes chercheurs, tel LoïcArtiaga, ont essayé de comparer les œuvres de lecture organisées dans plusieurs pays. Sa thèse sur Les Catholiques français et la littérature industrielle en France, en Belgique et au Québec de 1830 à 1864, est une réussite qui illustre la fécondité de l’histoire culturelle quand celle-ci s’appuie sur de solides fonds d’archives, celui de l’Index romain s’étant révélé ici l’un des plus riches.

  • 19 F. Furet et J. Ozouf, Lire et écrire.
  • 20 J.-Y. Mollier (éd.), Histoires de lecture. Voir aussi R. Chartier (éd.), Histoires de la lecture.

9Il va de soi que ces travaux n’épuisent pas la diversité des recherches menées en la matière depuis vingt ou trente ans. Une grande enquête sur la loi Guizot de 1833, la première à avoir installé des écoles primaires de garçons dans les campagnes françaises, avait été entamée sur la lancée du programme dirigé par François Furet et Jacques Ozouf. Elle n’a pas été publiée mais d’autres réflexions ont amené à nuancer la méthode du comptage des signatures sur les actes d’état civil comme preuve d’un savoir écrire confirmé. De même, si la fameuse ligne Saint-Malo-Genève tracée par le recteur Maggiolo et opposant une France du Nord alphabétisée précocement et un Midi plus récalcitrant à l’acculturation demeure opératoire19, elle doit être sérieusement discutée à la lumière d’enquêtes locales minutieuses. D’autres chercheurs privilégient les livres de classe, le matériel pédagogique ou les ouvrages religieux, les catéchismes en images plutôt que les Abécédaires illustrés. Les uns et les autres interrogent les manières de lire, ce qui nous a amené, lors d’un séminaire tenu pendant l’année universitaire 2003- 2004, à reprendre ces travaux sur la lecture, ses institutions — écoles, cabinets de lecture ou bibliothèques — ses instruments — les livres — et ses destinataires — les lecteurs. L’ensemble, intitulé Histoires de lecture. xixexxe siècles, a été publié en 2005. Il offre sous la forme commode d’un numéro de revue une synthèse à peu près complète sur l’évolution de l’histoire de la lecture en France depuis 1968 et ses divers chantiers, notamment en matière de livres illustrés, religieux ou profanes, didactiques ou ludiques20.

Le continent éditorial

  • 21 S. Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française ; R. Darnton, L’aventure de l’E (...)
  • 22 J.-Y. Mollier (éd.), Où va le livre ?
  • 23 Id., « L’histoire de l’édition, une histoire à vocation globalisante ».
  • 24 S. Grandjean-Hoog, L’évolution de la librairie Fayard de 1857 à 1936 ; J.-P. Rioux et J.-F. Sirinel (...)

10Dans L’apparition du livre, Lucien Febvre et Henri-Jean Martin avaient eu le courage d’intituler leur chapitre iv : « Le livre, cette marchandise ». Sur la lancée de cette approche féconde, Suzanne Tucoo-Chaala et Robert Darnton ont, dans les années 1977-1982, accordé toute leur importance à l’aventure de l’Encyclopédie et à la figure de son véritable diffuseur, le libraire Charles-Joseph Panckoucke21. Archétype de l’éditeur moderne, le personnage annonce la lignée des Louis Hachette, Michel Lévy, Arthème Fayard, Ernest Flammarion, Albin Michel et Gaston Gallimard, voire Hubert Nyssen, des xixe et xxe siècles. C’est du moins ce que nous avons essayé de montrer dans de multiples travaux dont L’argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition, publié en 1988, présente la version la plus synthétique. En dirigeant de multiples mémoires de Maîtrise et de DEA, puis de Master ainsi que des thèses consacrés soit aux éditeurs, dans le cadre de monographies, soit à un secteur de l’édition — scolaire, populaire, religieuse, savante, etc.22 — soit aux liens tissés par les éditeurs avec la société de leur temps, nous avons proposé une approche globale du continent éditorial23. Les monographies d’éditeurs, malgré leur caractère parcellaire, demeurent indispensables dans la mesure où les archives des maisons et des entreprises d’édition livrent, quand elles sont convenablement exploitées, des informations précieuses. Ainsi la thèse consacrée aux deux Fayard, le père et le fils qui se prénommaient tous deux Arthème, a-t-elle permis de mieux cerner l’avènement de l’ère des grands tirages à 50.000 ou 100.000 exemplaires, dès 1905 et l’entrée précoce de la France dans un régime de culture de masse avant la Première Guerre mondiale24.

  • 25 E. Parinet, La librairie Flammarion.
  • 26 J.-Y. Mollier, Où va le livre ?
  • 27 Id., Le camelot et la rues.

11Outre cet aspect, l’implication forte de la maison Fayard aux côtés des anti-dreyfusards puis, après 1920, de l’Action Française et de Charles Maurras exigeait une approche tout autant politique qu’économique, idéologique que culturelle, ce qui confirme le caractère global de toute investigation en ce domaine. Les travaux consacrés à Ernest Flammarion25 ou, plus récemment, à la Table Ronde ou à François Maspero, à l’engagement d’éditeurs français à l’extrême droite ou, au contraire, à l’extrême gauche de l’échiquier politique, ont montré toute la fécondité d’une démarche qui entend aborder l’étude de la société environnante par le biais des producteurs et des diffuseurs de l’information et de la fiction26. De même, l’étude des foules antidreyfusardes et antisémites a-t-elle conduit à s’intéresser de plus près à ceux qui les abreuvaient en « littérature du trottoir », ces crieurs de rues et autres camelots de la Belle Époque plus ou moins manipulés par les officines qui avaient compris l’importance de la propagande moderne dans les luttes politiques du moment27. Certes, il s’agit en l’occurrence de microscopiques ateliers d’imprimerie et de petits éditeurs à la limite de la délinquance mais leur rôle s’est révélé si crucial entre la crise boulangiste de 1888-1889 et la fin de l’affaire Dreyfus en 1906, qu’il a paru nécessaire d’inclure la librairie du trottoir dans les études concernant le monde de l’édition en général.

  • 28 H.-J. Lüsebrink et al. (éd.), Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques.

12De ce fait, la perspective française s’est considérablement élargie et elle a fait éclater la notion traditionnelle de livre. Si celui-ci demeure, dans sa définition proposée par l’UNESCO, un imprimé de plus de 49 pages, il peut tout aussi bien, dans le cas de la littérature islamique vendue à même le sol, en Égypte ou en Inde, mais aussi à Paris ou à Londres, se réduire à une brochure de 8 ou 12 pages. Adoptant un point de vue plus pragmatique ou plus fonctionnaliste, les chercheurs ont donc pris la décision d’étendre la notion de livre et d’inclure dans son approche les brochures, libelles, pamphlets, et objets les plus divers circulant à un moment donné à une échelle plus ou moins grande dans une société. Par voie de conséquence ont été réexaminés les imprimés les plus anciens, tels les almanachs dont la destinée n’est pas encore achevée au début du xxie siècle, les chansons imprimées sur papier, les faire-part humoristiques et tous les faux testaments chargés d’amener les foules à enterrer symboliquement un personnage public ou une vedette de l’actualité soudainement pris à partie par ses adversaires28.

  • 29 J.-Y. Mollier, « Ecrivain-éditeur : un face à face déroutant » ; P. Durand et A. Glinoer, Naissance (...)
  • 30 A. Schiffrin, L’édition sans éditeurs.
  • 31 Id., Le contrôle de la parole.
  • 32 J.-Y. Mollier (éd.), Où va le livre ?

13Au fond, de l’étude des éditeurs aux maisons puis entreprises d’édition, elles-mêmes matrices des groupes de communication actuels du type Hachette-Livre, Bertelsmann ou Pearson, le lien est évident. La recherche française a désormais sillonné en tous sens les plaines dans lesquelles ces hommes puis ces sociétés ont prospéré, de la fin du xviiie siècle à celle du xxe siècle. On a même pu récemment proposer une chronologie de ces phénomènes en datant des années 1780-1830 la naissance de l’éditeur, tant en France que dans les îles britanniques ou les territoires germaniques29. De ce fait, André Schiffrin et d’autres commentateurs en viennent à redouter la disparition prochaine de ce médiateur, de cet homme double, de ce passeur culturel dont le rôle ne se résume jamais à celui du simple financier de l’entreprise30. Aimé ou redouté, haï ou recherché, du moins fut-il longtemps un homme au talent sûr, un lettré ou un amateur de fictions, ce qui ne l’empêcha pas de conduire avec fermeté les destinées de son entreprise. Aux yeux d’André Schiffrin, la substitution récente d’une logique strictement financière à la logique industrielle qui présidait jusque-là, de même que la vente des géants de l’information et de la communication à des marchands d’armes ou à des financiers internationaux ferait craindre le pire31. Même si la propriété des chaînes de télévision et de radio et des journaux les plus puissants paraît plus déterminante que celle des maisons d’édition, les synergies liant les unes aux autres se multiplient, sans toutefois déboucher automatiquement sur des réussites comme l’ont montré en 2002 à la fois l’écroulement de Vivendi Universal Publishing, numéro un du livre en France, et le retrait de l’Allemand Bertelsmann, numéro deux mondial, des nouvelles technologies de la communication où il s’était aventuré auparavant32.

  • 33 G. J. Stigler, « The Dominant Firm and the Inverted Umbrella ».
  • 34 Voir le Supplément à Livres Hebdo, nº 682, 2007.

14Ainsi de l’almanach ou de la chanson de rue imprimée recto verso, ou du livret islamique à la lourde série d’encyclopédies mobilisant des capitaux considérables pour être offerte au grand public, le continent éditorial révèle-t-il son infinie variété, sa plasticité et sa capacité à se renouveler. Même si les économistes, à la suite de Stigler, définissent la structure du marché du livre comme celle d’un « oligopole à frange »33, il demeure suffisamment d’espace ou de latitude dans la frange des grands groupes pour que, chaque année, de nouvelles énergies prennent la place des précédentes. De cette naissance perpétuelle de nouveaux éditeurs qui réécrivent en quelque sorte l’histoire de leurs devanciers, on pourrait conclure que, chez ces professionnels comme ailleurs dans la nature, l’ontogenèse des nouveaux nés retrace de façon vertigineuse la phylogenèse du groupe. Toutefois les possibilités des débutants de jouer un véritable rôle dans l’évolution de l’oligopole paraissent plus minces aujourd’hui qu’elles ne l’étaient autrefois. Gallimard ou Albin Michel se situaient en 2000 dans le noyau des quatre éditeurs indépendants qui formaient une sorte de soupape de sécurité ou de sas entre les deux géants d’alors et les centaines de petites structures qui faisaient de l’édition. À l’heure actuelle Hachette Livre pèse plus de deux fois et demi plus lourd que son challenger Editis, et, parmi les dix suivants, le poids des vrais indépendants — les deux maisons susnommées — a reculé au profit des groupes Media Participations, Reed Elsevier, Wolters Kluwer, Lefèvre Sarrut, Atlas ou La Martinière Le Seuil qui n’a plus rien à voir avec la maison d’édition que fréquenta Emmanuel Mounier au lendemain de la Seconde Guerre mondiale34.

Histoire culturelle et histoire littéraire

15Obligé ainsi de cheminer du passé au présent, du xviiie au xxie siècle quand ce n’est pas du xve à aujourd’hui, et d’étendre sans cesse plus loin dans l’espace ses investigations et ses comparaisons, l’historien français de la lecture et du monde de l’édition doit mobiliser toujours plus de savoir faire et de compétences. Incontestablement amarré sur le terrain ou l’océan de l’histoire culturelle, afin d’étudier la réception des œuvres, l’évolution des sensibilités et des représentations, il ne peut ignorer ni l’histoire sociale ni l’histoire politique et doit utiliser au contraire le meilleur de ce que ces disciplines produisent pour mieux cerner son propre objet d’enquête. Amené à interroger les pratiques culturelles, à remettre en question les hiérarchies imposées par l’histoire littéraire, à retrouver la diversité des lectures qui ont circulé dans les sociétés, des plus légitimes aux moins valorisantes, il navigue au milieu des écueils que constituent pour lui les jugements esthétiques, les classements, le canon littéraire et la doxa sans toujours éviter le risque de prendre parti pour telle ou telle forme de lecture. S’il s’intéresse au roman-feuilleton, au roman policier ou au genre sentimental, il n’est pas tenu pour autant à l’obligation de vouloir les réhabiliter sous prétexte qu’ils furent plébiscités en leur temps.

  • 35 A. Mattelart et E. Neveu, Introduction aux Cultural Studies.
  • 36 J. Marseille et P. Eveno (éd.), Histoire des industries culturelles en France.

16De ce point de vue, constater que Les deux orphelines d’Adolphe Dennery fut le mélodrame le plus applaudi au xixe siècle, ou que Chaste et flétrie de Charles Mérouvel, Serge Panine et Le maître de forges de Georges Ohnet ou Chéri Bibi de Gaston Leroux furent les romans les plus appréciés du public français lors de leur mise en vente ne signifie pas qu’ils doivent pour autant être inscrits au programme de tout étudiant en littérature. Entre l’ignorance totale qui a conduit à sous-estimer l’influence et le rayonnement international d’Alexandre Dumas père ou d’Eugène Sue — Alejandro Dumas et Eugenio Sue en Espagne — et le procès en réhabilitation que tentent certains partisans des ethnic Studies, engagés, après le choc du linguistic turn dans le courant des études postcoloniales35, il demeure un espace qui est précisément celui de l’historien du livre, de l’édition et de la lecture. Ses travaux sur les formes de consommation culturelle les plus variées n’ont pas pour but de consacrer la télénovellisation ou le talk-show, voire le reality-show comme le must en matière de divertissement, mais de donner à comprendre comment et pourquoi leur filiation avec des genres autrefois très prisés permet de mieux en saisir l’essence. C’est la connaissance de la genèse et du développement des industries culturelles, de leur naissance dans la deuxième moitié du xixe siècle à aujourd’hui36 qui doit au contraire faire naître l’indispensable sens critique, la distance, le recul, comme on voudra l’appeler, par rapport à ces phénomènes et certainement pas l’adhésion béate au nom du multiculturalisme ou de la religion du consommateur-roi. Citoyen lucide dans un monde de plus en plus difficile à appréhender, l’historien de la culture de l’imprimé s’efforce de rester à sa place, et d’offrir à ceux qui le lisent des outils pour comprendre le cheminement des représentations et la formation des espaces mentaux dans un univers de plus en plus globalisé mais dans lequel les contre ou les sous-cultures se multiplient à une vitesse tout aussi accélérée.

Bibliographie

Bibliographie

Arnold, John et Lyons, Martyn (éd.), AHistory of the Book in Australia, Sydney, University of Queensland Press, 2001-2005 (3 vol.).

Artiaga, Loïc, « Les catholiques et la littérature industrielle au xixe siècle », dans Jacques Migozzi et Philippe Le Guern (dir.), Production(s) du populaire, Limoges, Pulim, collection « Médiatextes », 2005, pp. 221-233.

Barault, Julien (abbé) et Taillefer, Joseph-Hyacinthe (abbé), Manuels de l’œuvre des Bons livres, introduction et postface de Noë Richter, Bassac, Plein Chant, 1996.

Benhamou, Françoise, « Concurrence pour la table du libraire » dans Malaise dans l’édition, dossier de la revue Esprit, 6, 2003, pp. 98-115.

Bollème, Geneviève, Almanachs populaires aux xviie et xviiie siècles. Essai d’histoire sociale, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1969.

Botrel, Jean-François, Infantes, Victor et Lopez, François (éd.), Historia de la edición y de la lectura en España (1472-1914), Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 2003.

Cain, Julien, La civilisation écrite. Le livre, les journaux, les bibliothèques, t. XVIII de l’Encyclopédie française publiée sous la direction de Lucien Febvre et Anatole de Monzie, Paris, Société de gestion de l’Encyclopédie française, 1939.

Calvin, Jean, L’institution de la religion chrétienne, Paris, Labor et Fides, 1955 (5 vol.).

Cavallo, Guglielmo et Chartier, Roger (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 2001.

Certeau, Michel de, La culture au pluriel, Paris, Le Seuil, 1993 (nouvelle édition).

Certeau, Michel de, Girard, Luce et Mayol, Pierre, L’invention du quotidien. t. I : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (nouvelle édition).

Certeau, Michel de, Julia Dominique et Revel, Jacques, « La beauté du mort » dans M. de Certeau, La culture au pluriel, Paris, Le Seuil, nouvelle édition 1993, pp. 55-94.

Chartier, Anne-Marie et Hébrard, Jean, Discours sur la lecture (1880-2000), Paris, Fayard, 2000.

Chartier, Roger (dir.), Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, Paris, IMEC Édition, 1995.

Chartier, Roger et Martin, Henri-Jean (éd), Histoire de l’édition française, Paris, Fayard, 1982-1986 (4 vol.).

Darnton, Robert, L’aventure de l’Encyclopédie, Paris, Le Seuil, 1992.

Demange, Françoise et Mercier, Alain (éd.), Les trois révolutions du livre, Paris, Musée des arts et métiers - CNAM, 2002.

Dennery, Adolphe, Les deux orphelines, Paris, Gallimard, 1998.

Durand, Pascal et Glinoer, Anthony, Naissance de l’éditeur. L’édition à l’âge romantique, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2005.

Eisenstein, Elisabeth, The Printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

Eveno, Patrick et Marseille, Jacques (éd.), Histoire des industries culturelles en France (xixe-xxe siècles), Paris, ADHE, 2002.

Febvre, Lucien et Martin, Henri-Jean, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’humanité », 1958.

Furet, François et Ozouf, Jacques, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Ferry, t. I et II, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

Ginzburg, Carlo, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle [1976], Paris, Flammarion, 1992 (nouvelle édition).

Goody, Jack, Literacy in Traditional Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1968.

— La raison graphique, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Grandjean-Hoog, Sophie, L’évolution de la librairie Fayard de 1857 à 1936, thèse de doctorat en histoire, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 1997.

Hébrard, Jean, « Comment Jamerey-Duval apprit-il à lire ? L’autodidaxie exemplaire », dans Roger Chartier (dir), Pratiques de la lecture, Marseille, Rivages, 1985, pp. 23-60.

— « Les nouveaux lecteurs », dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. III : Le temps des éditeurs, Paris, Fayard, 1990, pp. 526-568.

Hoggart, Richard, La culture du pauvre. Études sur le style des classes populaires en Angleterre [1957], Paris, Éditions de Minuit, 1970.

— The Uses of Literacy, Somerset, Transactions Publishers, 1999 (nouvelle édition).

Lemire, Maurice et Saint-Jacques, Denis (éd.), La vie littéraire au Québec, Québec, Presses de l’Université de Laval, 1991-2007 (7 vol.).

Lucien Febvre et L’Encyclopédie française, dossier publié dans les Cahiers Jaurès, 163-164, février-juin 2002.

Lüsebrink, Hans-Jürgen, Mix, York-Gothart, Mollier, Jean-Yves et Sorel, Patricia (éd.), Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècles), Bruxelles, Complexe, 2003.

Lyons, Martyn, Le triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du xixe siècle, Paris, Promodis - Cercle de la Librairie, 1988.

— « Les nouveaux lecteurs au xixe siècle : femmes, enfants, ouvriers », dans Guglielmo Cavallo et Roger Chartier (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 2001, pp. 365-400.

— « La culture littéraire des travailleurs », dans Annales. HSS, 4-5, juillet-octobre 2001, pp. 927-946.

— Readers and Society in Nineteenth Century France. Workers, Women, Peasants, Basingstoke, Palgrave Mac Millan, 2001.

Mandrou, Robert, De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles. La Bibliothèque bleue de Troyes [1964], Paris, Imago, 2000.

Mattelart, Armand et Neveu, Erik, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, 2003.

Mérouvel, Charles, Les crimes de l’amour : chaste et flétrie, Paris, Artheme Fayard, 1948.

Michon, Jacques et Mollier, Jean-Yves (éd.), Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, Québec-Paris, 2001 et Paris, L’Harmattan, 2003.

Mollier, Jean-Yves, L’argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition (1880- 1920), Paris, Fayard, 1988.

— « L’histoire de l’édition, une histoire à vocation globalisante », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 43 (2), avril-juin 1996, pp. 329-348.

— La lecture et ses publics à l’époque contemporaine : Essai d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001.

Mollier, Jean-Yves, « Écrivain-éditeur : un face à face déroutant », Travaux de littérature, 15, 2002, pp. 17-39.

Mollier, Jean-Yves, « Histoire culturelle et histoire littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, 3, juillet-septembre 2003, pp. 597-612.

— Le camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des xixe et xxe siècles, Paris, Fayard, 2004.

— Histoires de lecture xixe-xxe siècles, Longueuil, SHL, 2005.

Mollier, Jean-Yves (éd.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2002.

Mollier, Jean-Yves, Sirinelli, Jean-François et Valloton, François (éd.), Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860- 1940), Paris, PUF, 2006.

Parinet, Elisabeth, La librairie Flammarion de 1875 à 1914, Paris, IMEC Édition, 1992.

Richter, Noë, Introduction à l’histoire de la lecture publique, Bernay, La Queue du chat, 1995.

Rioux, Jean-Pierre et Sirinelli, Jean-François (éd.), La culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002.

Saint-Jacques, Denis (dir.), Que vaut la littérature ?, Québec, Nota Bene, 2000.

Schiffrin, André, L’édition sans éditeurs, Paris, La Fabrique, 1999.

— Le contrôle de la parole : L’édition sans éditeurs : suite, Paris, La Fabrique, 2005.

Stigler, George J., « The Dominant Firm and the Inverted Umbrella », dans GeorgeJ. Stigler, The Organization of Industry, Chicago, University Press of Chicago, 1983, pp. 108-122.

Suárez de la Torre, Laura (éd.), Constructores de un cambio cultural : impressores-editores y libreros en la ciudad de Mexico (1830-1855), Mexico, Instituto Mora, 2003.

Tucoo-Chala, Suzanne, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française (1736-1798), Pau-Paris, Librairie Marrimpouey, 1977.

Turi, Gabriele (éd.), Storia dell’editoria nell’Italia contemporanea, Florence, Giunti, 1997.

Valloton, François, L’édition romande et ses auteurs (1850-1920), Genève, Slatkine, 2001.

Varry, Dominique (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. III : Les bibliothèques de la Révolution et du xixe siècle (1789-1914), Paris, Promodis - Cercle de la librairie, 1991.

Wittman, Reinhard, Geschichte des deutschen Buchhandels, Munich, Beck, 1999.

— « Une révolution de la lecture à la fin du xviiie siècle ? », dans Guglielmo Cavallo et Roger Chartier (éd.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 2001, pp. 331-364.

Notes

1 Pour être tout à fait complet, il conviendrait de remonter à la préparation par Lucien Febvre de L’Encyclopédie française et à son tome XVIII publié en 1939 sous la direction de Julien Cain et intitulé La civilisation écrite ; cf. Lucien Febvre et L’Encyclopédie française.

2 M. de Certeau et al., « La beauté du mort ».

3 Il va de soi que la conjoncture politique pesa sur ces analyses et que les attaques en règle contre le marxisme annonçaient le déclin ultérieur de l’histoire sociale.

4 A. Mattelart et E. Neveu, Introduction aux Cultural Studies.

5 On se souvient que, dans Madame Bovary, Gustave Flaubert fait de son héroïne, Emma, une victime de ses lectures de jeunesse.

6 D. Saint-Jacques (éd.), Que vaut la littérature ?

7 G. Cavallo et R. Chartier (éd.), Histoire de la lecture.

8 Parmi les publications les plus récentes, on retiendra V. Infantes et al (éd.), Historia de la edición y de la lectura en España ; G. Turi (éd.), Storia dell’editoria nell’Italia contemporanea ; R. Wittmann, Geschichte des deutschen Buchhandels ; M. Lyons et J. Arnold (éd.), A History of the Book in Australia, ainsi que les trois histoires en cours de publication des États-Unis, des îles britanniques et du Canada (The History of the Book in America, Cambridge University Press, 5 vol., The History of the Book in Britain, Cambridge University Press, 7 vol. et Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, les Presses de l’université de Montréal, 3 vol.). Cette liste, partielle, ne donne qu’un aperçu du dynamisme de la recherche sur ces questions. La thèse de F. Vallotton sur L’Edition romande et ses auteurs, montre également la capacité des historiens à fouiller systématiquement un espace plus restreint. Il en est de même du volume de L. Suarez de la Torre (éd.), Constructores de un cambio cultural.

9 A. Mercier (éd.), Les trois Révolutions du livre.

10 J.-Y. Mollier (éd.), Où va le livre ?

11 R. Wittman, « Une révolution de la lecture à la fin du xviiie siècle ? ».

12 On sait que Luther, après avoir encouragé la lecture directe de la Bible fit rapidement machine arrière en imposant son Catéchisme. Seul Calvin osa prendre le risque de faire lire au chrétien les textes sacrés dans leur totalité, ce qui ne l’empêcha pas de faire brûler Michel Servet pour avoir osé attaquer l’Institution de la religion chrétienne, son œuvre principale.

13 M. Lyons, Le Triomphe du livre, p. 104.

14 J.-Y. Mollier, « Histoire culturelle et histoire littéraire ».

15 M. Lyons, « La culture littéraire des travailleurs ».

16 J. Hébrard, « CommentJamerey-Duval apprit-il à lire ? ».

17 M. Lyons, Readers and Society in Nineteenth Society France.

18 N. Richter, Introduction à l’histoire de la lecture publique.

19 F. Furet et J. Ozouf, Lire et écrire.

20 J.-Y. Mollier (éd.), Histoires de lecture. Voir aussi R. Chartier (éd.), Histoires de la lecture.

21 S. Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française ; R. Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie.

22 J.-Y. Mollier (éd.), Où va le livre ?

23 Id., « L’histoire de l’édition, une histoire à vocation globalisante ».

24 S. Grandjean-Hoog, L’évolution de la librairie Fayard de 1857 à 1936 ; J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (éd.), La culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui, et J.-Y. Mollier et al (éd.), Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques.

25 E. Parinet, La librairie Flammarion.

26 J.-Y. Mollier, Où va le livre ?

27 Id., Le camelot et la rues.

28 H.-J. Lüsebrink et al. (éd.), Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques.

29 J.-Y. Mollier, « Ecrivain-éditeur : un face à face déroutant » ; P. Durand et A. Glinoer, Naissance de l’éditeur.

30 A. Schiffrin, L’édition sans éditeurs.

31 Id., Le contrôle de la parole.

32 J.-Y. Mollier (éd.), Où va le livre ?

33 G. J. Stigler, « The Dominant Firm and the Inverted Umbrella ».

34 Voir le Supplément à Livres Hebdo, nº 682, 2007.

35 A. Mattelart et E. Neveu, Introduction aux Cultural Studies.

36 J. Marseille et P. Eveno (éd.), Histoire des industries culturelles en France.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search