Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

I. Les champs de l’histoire culturelle

L’histoire des intellectuels aujourd’hui

Michel Leymarie

Résumé

L’histoire récente des intellectuels en France se fait dans une conjoncture particulière et durable : celle de la fin proclamée des intellectuels. Depuis près d’un quart de siècle, cette thématique hante les débats invitant ainsi à revisiter les traditions françaises à la lumière d’un réinvestissement des polémiques et des héritages. Ce développement concomittant de la discipline historique qui s’occupe des intellectuels et de l’étiolement de leur figure sociale ne peut manquer d’avoir des répercussions méthodologiques qui cependant ont favorisé l’éclosion de nouveaux champs de recherches investis par de jeunes chercheurs, mouvement qui prouve que le chantier de l’histoire des intellectuels reste largement fécond. Enfin, la comparaison avec les autres traditions nationales permet de commencer à dessiner un espace unifié de recherches européennes.

Texte intégral

  • 1 P. Nora, « Adieu aux intellectuels ? ».
  • 2 M. Winock, « Àquoi servent (encore) les intellectuels ? ».
  • 3 J.-F. Sirinelli, « Impressions, soleil couchant ? ».
  • 4 O. Mongin, « Fin de partie ».

1Deux mois après la première rencontre qui nous réunissait à la Casa de Velázquez à l’initiative de Javier Tusell, Pierre Nora lançait en mai 2000 dans la revue Le Débat un « Adieu aux intellectuels »1 jugeant que l’époque à laquelle a correspondu la figure de « l’intellectuel » était sans doute révolue. L’article de Pierre Nora était suivi de plusieurs textes dont quelques titres — interrogatifs — donnent un aperçu de l’ensemble : « À quoi servent (encore) les intellectuels ? »2 ; « Impressions, soleil couchant ? »3. François Dosse, faisant écho à Marcel Gauchet, évoquait un « changement de repères » dans la vie intellectuelle. Ce même printemps 2000, une autre revue généraliste, Esprit, publiait dans ses numéros de mars et de mai une série de contributions : Splendeurs et misères de la vie intellectuelle s’ouvrait, de manière significative, par un article d’Olivier Mongin : « Fin de partie »4.

Fin de partie ? Rémanences et commémorations

  • 5 R. Debray, Loués soient nos seigneurs, p. 544

2De fait, la partie n’en finit pas d’être sifflée : vingt ans plus tôt, en mai 1980, le premier numéro de la revue Le Débat portait l’interrogation de Pierre Nora : « Que peuvent les intellectuels ? ». Jean-François Lyotard dressait un Tombeau de l’intellectuel en 1983. En 1984, Maurice Blanchot jugeait « les intellectuels en question ». Bernard-Henri Lévy s’interrogeait sur la survivance même de l’intellectuel au seuil du xxie siècle dans son Éloge des intellectuels de 1987. En 1996, dans Loués soient nos seigneurs, Régis Debray jugeait l’expression « intellectuel engagé »« devenue obscène, presque autant que le mot intellectuel »5. Dans un de ses derniers essais au titre qui parle de lui-même : I.f. Suite et fin, Régis Debray brosse un portrait très critique des intellectuels contemporains, bien éloignés de leurs aînés. Tandis que l’intellectuel dreyfusard s’était engagé avec courage au nom de valeurs, celui d’aujourd’hui serait, selon Debray, d’abord un professionnel de la communication, un publiciste à la cause dévoyée et, en dernière analyse, un marchand, « instrumenteur instrumentalisé ». D’où ce sobriquet : « I.T. », « Intellectuel Terminal », pour désigner la dernière incarnation de l’intellectuel contemporain.

  • 6 N. Baverez, Les Trente Piteuses.
  • 7 J.-C. Milner, Existe-t-il une vie intellectuelle en France ?

3Cette figure française caractéristique, reconnue comme telle par les observateurs français ou étrangers — déjà par Tocqueville puis, de manière plus proche, par Paul Bénichou ou par Tony Judt — serait donc à la fin d’un cycle et sa disparition définitive, constatée ou souhaitée, serait proche. La période se caractériserait, après l’étiolement ou la disparition des « maîtres penseurs », par une certaine anémie et une provincialisation du débat intellectuel en France. Cette annonce paraît participer d’une interrogation plus générale sur La France qui tombe selon le titre d’un livre à succès de Nicolas Baverez, qui fait suite à un autre sur Les Trente Piteuses6. Jean-Marie Rouart publie chez Grasset en 2003 un Adieu à la France qui s’en va. Maurice Lévy donne dans Le Monde du 29 juillet 2004 une tribune libre intitulée « Sur le déclin exactement ». Dans ce même journal, le 25 février 2006, Marcel Gauchet écrit qu’en France, « nous avons désormais l’impression d’être dans un pays condamné par l’histoire ». Jean-Claude Milner s’interroge dans une plaquette : Existe-t-il une vie intellectuelle en France ?, où il conseille aux universitaires de fuir l’enseignement et la culture et de n’en devenir « jamais ni les agents ni les patients »7.

4Que l’on partage ou non ces jugements, le fait est qu’existe cependant une certaine rémanence de l’image de l’intellectuel, au-delà de cercles somme toute restreints. Le terme même paraît encore parfois comporter une charge émotive et être associé à une image floue mais sans doute plutôt négative. Ainsi, en février 2004, lors du mouvement des chercheurs, le ministre délégué aux Libertés locales, Patrick Devedjian, soulignait-il qu’« être un intellectuel, ça a des exigences ». Déplorant le manque de résultats obtenus sur le plan international par les chercheurs français, il souhaiterait voir inverser le constat selon lequel « chez nous les intellectuels ont l’habitude de signer des pétitions, aux États-Unis, ils ont des prix Nobel ».

  • 8 P. Vidal-Naquet, Mémoires.
  • 9 J.-P. Vernant, Entre mythe et politique ; Id., La traversée des frontières.

5On trouvera un signe de cette rémanence de la figure de l’intellectuel dans la publication de mémoires d’hommes célèbres par leur longévité ou par leur œuvre propre. Maurice de Gandillac, né en 1906, a publié Le Siècle traversé. Souvenirs de neuf décennies. Jean Chesneaux dresse le bilan de ses engagements dans L’engagement des intellectuels 1944-2004, où il évoque l’Itinéraire d’un historien franc-tireur depuis la Chine. Pierre Vidal-Naquet, qui avait intitulé le premier volume de ses Mémoires sous le titre La brisure et l’attente, vient de donner le second sous le titre Le trouble et la mémoire8. Jean-Pierre Vernant avait étudié comment, dans la démarche du savant comme dans les choix du militant, les deux pôles opposés et associés du mythe et du politique n’avaient jamais cessé de se nouer. Dans son dernier ouvrage, La traversée des frontières, il poursuit sa confrontation entre le passé et le présent, entre l’objectivité du savant et l’engagement du militant qui fut longtemps communiste, sa recherche des liens entre sa lecture de l’épopée homérique et son action dans la Résistance militaire9.

  • 10 Le plateau d’Apostrophes, l’émission de Bernard Pivot, réunit le 21 mai 1977 Bernard-Henri Lévy et (...)
  • 11 O. Mongin, « B.-H. Lévy », Esprit, mai 2005, p. 92.
  • 12 B.-H. Lévy, La barbarie à visage humain.
  • 13 Aujourd’hui en France, 27 octobre 2004.

6Mais, aux yeux d’un large public, c’est sans doute Bernard-Henri Lévy, parti pour les États-Unis sur les traces de Tocqueville, qui paraît incarner aujourd’hui la figure flamboyante de l’intellectuel. En effet « BHL », qui apparut, il y aura bientôt trente ans, en chef de file des « nouveaux philosophes » — bien après Cornelius Castoriadis et Claude Lefort analystes de l’antitotalitarisme et de la démocratie10 —, bénéficie d’une renommée dont témoigne l’usage fréquent de la seule mention des initiales de son nom. En ce sens, cet écrivain-journaliste jouit sur la scène médiatique d’une notoriété qui a pu être celle de Jean-Paul Sartre mais guère celle de Raymond Aron. Il inaugure, note Olivier Mongin, un genre hybride, « guerrier et manichéiste », « un genre catastrophique, celui du journalisme intellectuel »11. Cinq livres sur lui sont ou bien déjà publiés ou bien annoncés. Outre un pamphlet de Jade Lindgaard et Xavier de La Porte : Le B.A. ba du BHL. Enquête sur le plus grand intellectuel français, paraît un ouvrage de Philippe Cohen : BHL, une biographie. Le livre de Philippe Boggio, sobrement intitulé : Bernard-Henri Lévy. Une vie, veut être, quant à lui, une véritable biographie à charge et à décharge. On trouvera, entre autres, un indice de notoriété de l’auteur de La barbarie à visage humain12 dans la manchette d’un journal populaire posait en première page, en octobre dernier, la question : « Qui veut abattre BHL ? »13.

  • 14 B. Poirot-Delpech, Le Monde, 25 février 2005.
  • 15 A. Cohen-Solal, Sartre, un penseur ; Jean-Paul Sartre, et Témoins de Sartre. M. Contat, Sartre ; I. (...)

72005 est marquée en France par la commémoration du centenaire de la naissance de plusieurs intellectuels illustres : celles de Jean-Paul Sartre et de Raymond Aron, les « petits camarades », nés tous deux en 1905, comme Paul Nizan et Emmanuel Mounier. « La machine à commémorer » s’est ébranlée14. Sans doute est-ce Sartre qui est l’objet du plus grand nombre de travaux et manifestations. À celui que le journal El País nomme plaisamment le 31 mai 2005 « le mandarin de la subversion » est consacrée une grande exposition à la Bibliothèque nationale de France à partir du mois de mars ; à cette occasion, sur le carton de l’exposition, a été supprimée, de façon politiquement correcte, la cigarette que tenait fréquemment à la main le philosophe, ce qui ne manque pas de déclencher une — petite — polémique. La publication du Théâtre complet ou des Œuvres romanesques de Sartre, dans la collection de La Pléiade (Gallimard), s’accompagne d’émissions sur France-Culture et d’une floraison d’ouvrages : Annie Cohen-Solal, qui livre une biographie actualisée de son Sartre de 1995, publie cette même année Sartre, un penseur pourle xxie siècle chez Gallimard et un Que sais-je ? Dans la collection Folio paraît, avec une introduction de Claude Lanzmann, un livre collectif Témoins de Sartre, qui reprend dix-huit textes publiés dans Les Temps modernes en 1990. Michel Contat publie un Sartre. L’invention de la liberté. Ingrid Galster ouvre le Dossier critique des Mouches et Huis clos15.

  • 16 Le Monde, 13 mars 2005.
  • 17 Paris, LGF, 2005.
  • 18 R. Aron, Essai sur les libertés.
  • 19 Id., L’opium des intellectuels.
  • 20 Id., Penser la liberté, penser la démocratie.
  • 21 P. Ory, Paul Nizan : destin d’un révolté.

8De manière quelque peu différente, Raymond Aron demeure présent sur la scène intellectuelle française. Il continue à alimenter la réflexion, au-delà du cercle de ses disciples et amis, dans cette période que Jean Birnbaum qualifie de « purgatoire doré d’un passeur éclairé »16. Les 11 et 12 mars 2005, un colloque organisé à l’initiative de la revue Commentaire et du Centre de recherches politiques Raymond Aron, se fixait pour but non pas tant de rendre un hommage au philosophe et à son œuvre que de prolonger, à la lumière de sa pensée libérale et critique, la réflexion sur le temps présent. Comme pour celui de Sartre, le centenaire d’Aron est l’occasion de rééditions ou d’études. Ainsi Le spectateur engagé — les entretiens de Raymond Aron avec Jean-Louis Missika et Dominique Wolton — sont-ils disponibles en Livre de Poche17. L’Essai sur les libertés18 est publié avec une préface de Philippe Raynaud. L’opium des intellectuels reparaît dans une nouvelle édition chez Pluriel avec une introduction de Nicolas Baverez19, qui préface un recueil de textes : Penser la liberté, penser la démocratie20. Du même Nicolas Baverez est publié un Raymond AronUn moraliste au temps des idéologues. Paul Nizan, mort en 1940, et Emmanuel Mounier, en 1950, semblent tenir une bien moindre place dans ces commémorations. Du premier sont réédités les romans ainsi que la biographie que lui avait consacrée Pascal Ory21. Le second n’est guère célébré que dans la livraison d’Esprit du mois de mai 2005. L’un et l’autre ont disparu avant les grands débats des Trente Glorieuses.

  • 22 J. Bouveresse, Bourdieu ; P. Champagne et al., Pierre Bourdieu, sociologue ;J. Heilbron et al., Pou (...)
  • 23 Mai-juin 2005.

9La phase récente est aussi celle de diverses commémorations sur les figures disparues ; ainsi Pierre Bourdieu, mort en 2002, est-il l’objet de plusieurs travaux individuels ou collectifs22. Divers hommages sont rendus à Jacques Derrida, par exemple dans le numéro d’hiver des Temps modernes, avec notamment la reprise du texte sur Sartre « “Il courait mort” : Salut, salut », que Derrida avait donné à la revue en 1996. Michel Foucault, qui récusait la posture de l’intellectuel universaliste et prophétique, « préposé au discours », au profit de la position de l’intellectuel « spécifique », est la figure centrale du Festival d’Automne de Paris en 2004. De manière générale, à l’instar du numéro de la revue Sciences humaines23, consacré à Foucault, Derrida et Deleuze, ce sont le plus souvent des pensées dites « rebelles » qui font l’objet d’études ou sont mises à l’honneur.

Débats et polémiques

  • 24 P. Anderson, La pensée tiède, suivi de la réponse de P. Nora, La pensée réchauffée.

10Dans un essai publié en avril 2005 et intitulé La pensée tiède, Perry Anderson jette un « regard critique sur la culture française ». L’ancien animateur de The New Left Review juge que la culture française est en pleine « dégringolade » et parle de grandeur passée, de « décomposition générale », de « paysage déchu » ; après la mort de Barthes (1980), de Lacan (1981), d’Aron (1983), de Foucault (1984), de Debord (1994), de Deleuze (1995), de Lyotard (1998), de Bourdieu (2002), de Derrida (2004), le monde des idées lui semble aller mal. Même si, selon lui, Paris demeure la capitale mondiale de la littérature, après cette génération, aucun intellectuel français ne lui paraît s’être acquis une réputation internationale comparable aux auteurs cités. Anderson met plus précisément en cause le rôle de François Furet et de Pierre Nora ; celui-ci, qui partage avec Anderson « le diagnostic d’ensemble sur la langueur et l’anémie créatrice de la France », répond dans le même volume avec un essai intitulé La pensée réchauffée24 : tout en jugeant que ce mal est celui de l’Europe entière, il note les « présentations biaisées », les « certitudes fatiguées » du professeur britannique et il réfute l’idée émise par le celui-ci d’une « Union sucrée » qui serait, depuis les années quatre-vingts, « l’expression superstructurelle de la réaction ultra-libérale ».

  • 25 M. Winock, « Mais où sont les clercs d’antan ? ».
  • 26 J. Julliard et M. Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels.
  • 27 F. Guattari, Lettre d’information trimestrielle de la Maison des Ecrivains, n° 5, octobre 1992.
  • 28 Sans doute est-il quelque peu excessif de parler, comme le fait Alain Finkielkraut, de « brutalisat (...)

11« Mais où sont les clercs d’antan ? »25, se demande Michel Winock, l’un des codirecteurs avec Jacques Julliard du Dictionnaire des intellectuels26. Sans doute n’ont-ils plus la visibilité qui était la leur dans une société où régnait l’écrit. Désormais, comme le souligne Félix Guattari, l’intellectualité, « traverse toute la société »27. La fonction des intellectuels, apanage jadis de happy few, s’est généralisée et démocratisée : elle peut être assurée par tous les citoyens. Les échanges, parfois vifs28, restent souvent limités à des revues ou des institutions qui ne trouvent pas d’écho sur la place publique.

12Les débats sur le traité instituant une Constitution pour l’Europe ne suscitent guère de passions : les intellectuels français balancent « entre un oui critique et un non hésitant », assure le Monde du 30 mars 2005. Et, dans Libération du 26 mai 2005, Pierre-André Taguieff réclame en cette occasion « le droit au silence médiatique ». La première guerre du Golfe, on s’en souvient, avait provoqué des débats et des prises de positions tranchées. La seconde, en revanche, ne suscite pas de semblables passions, même si André Glucksmann, Pascal Bruckner et Romain Goupil lancent dans Le Monde en mars 2003 un appel intitulé « Saddam doit partir de gré ou de force ».

  • 29 D. Lindenberg, Le Rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires.
  • 30 Le Figaro, 14 novembre 2002.
  • 31 L’article d’A. Finkielkraut dans Haaretz est reproduit en partie dans Le Monde du 23 novembre et da (...)

13Toutefois, deux débats réitèrent dans la période récente des modes d’intervention initiés dès avant l’affaire Dreyfus. Le premier est lancé par un livre de Daniel Lindenberg ; le second a trait à la résurgence du passé colonial de la France. Dans Le Rappel à l’ordre29, Daniel Lindenberg note un déplacement à droite du curseur et un changement du climat idéologique. Dans son Enquête sur les nouveaux réactionnaires, l’auteur voit une offensive contre des thèmes issus de Mai 68 : la libération des mœurs, l’antiracisme, l’égalitarisme. La critique de ce dernier point lui semble trouver un écho chez des intellectuels venus de la gauche qui s’associent parfois aux procès de la culture de masse, de Mai 68, de la liberté des mœurs. L’ouvrage, publié dans la collection « La République des idées » que dirige Pierre Rosanvallon, suscite de nombreuses réactions dans les milieux intellectuels, ne serait-ce que parce qu’il met en cause nommément Alain Finkielkraut — qui juge « fictive » la catégorie de réactionnaire30 —, Pierre-André Taguieff ou Marcel Gauchet. Le débat prend parfois des allures de guerre picrocholine, dont Le Monde et Le Figaro tiennent la chronique. « Règlements de comptes chez les intellectuels », titre en février 2003 le magazine Lire, qui affirme qu’à l’étranger Théodore Zeldin ou Tom Bishop, par exemple, nous envient nos débats intellectuels, malgré certains excès. Après les émeutes des banlieues de l’automne 2005, un entretien accordé par Alain Finkielkraut au journal israélien Haaretz réactive la polémique : dans cet article le philosophe fustige les émeutiers noirs et arabes, leur « haine de la France » et leur révolte à « caractère ethnico-religieux ». Peu après, Le nouvel Observateur titre sur « Les néoréacs » et affirme que « leurs dérapages aggravent les fractures françaises »31.

  • 32 Dieudonné, conférence de presse à Alger, le 16 février 2005, sources : « Verbatim : “Aujourd’hui je (...)

14L’autre débat qui suscite dans les périodiques force réactions, tribunes libres et guerre des mémoires a trait à l’héritage colonial. Dans Le Monde du 19 janvier 2005, un texte est publié par « les indigènes de la République », qui dénoncent les discriminations dont seraient victimes « les filles et les fils de colonisés et d’immigrés » et qui appellent à marquer une rupture avec les survivances du colonialisme. Ce texte trouve quelque écho avec la polémique qui suit les déclarations de Dieudonné qui, comme de lointains et bien différents prédécesseurs du temps de l’affaire Dreyfus, use de sa notoriété d’artiste pour faire part publiquement d’opinions privées, contestables et contestées. En l’occurrence, l’humoriste parle de « pornographie mémorielle »32 pour qualifier les commémorations de la Shoah.

15Plus encore, ce sont les réactions à un article de la loi du 23 février 2005 « portant reconnaissance de la nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés » qui suscite la controverse. L’article 4 de cette loi stipule que « les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit ».

16En réaction à cette loi, des universitaires — Claude Liauzu, Gilbert Meynier, Gérard Noiriel — s’expriment en lieu et place des politiques singulièrement absents lors des premiers mois du débat et lancent dans Le Monde du 25 mars 2005 une pétition « Colonisation : non à l’enseignement d’une histoire officielle », et ils réclament l’abrogation de l’article en question. On notera que si cet article de loi n’est pas la première intervention du législateur dans les programmes scolaires (loi Gayssot de 1990 interdisant le négationnisme ; loi Taubira de 2001 qui reconnaît la traite et l’esclavage comme crime contre l’humanité), une vision de l’histoire paraît, par cette loi, imposée dans les programmes scolaires. Là encore, de nombreuses réactions se manifestent. Dans cette phase, des poursuites sont engagées contre l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau, auteur de Les traites négrières, assigné au titre de la loi Taubira devant les tribunaux pour révisionnisme.

  • 33 Le Conseil constitutionnel, saisi par le premier ministre à la demande du président de la Républiqu (...)

17Une association d’historiens nommée « Liberté pour l’histoire » et présidée par René Rémond naît le 12 décembre 2005 pour « faire reconnaître la dimension scientifique de la recherche et de l’enseignement historiques » et « défendre la liberté d’expression des historiens contre les interventions politiques et les pressions idéologiques de toute nature et de toute origine » ; elle demande la révision de l’article 4 de la loi du 23 février 200533. Mais d’autres historiens se prononcent par voie de presse contre cette pétition.

L’ancrage de la discipline

18L’histoire des intellectuels, rappelait-on en mars 2000, s’est véritablement constituée en discipline dans les deux dernières décennies du xxe siècle, après la livraison pionnière de la Revue française de Sciences politiques de 1959 et le premier Que sais-je ? de Louis Bodin en 1962. Son développement est concomitant de l’étiolement de la figure de l’intellectuel prophétique et généraliste, spécialiste de l’universel, et de l’apparition de « l’intellectuel spécifique » théorisé par Michel Foucault, ou bien encore de celle d’intellectuel expert. La période qu’Edgar Morin qualifiait de « basses eaux mythologiques », contemporaine de « l’effet Soljenitsyne » et du « silence des intellectuels » (Max Gallo) est aussi celle où paraît s’achever un cycle initié avec l’affaire Dreyfus, où les intellectuels, souvent des hommes de l’écrit, jouissaient ou paraissaient jouir d’une audience que ne leur accordent plus de la même manière les médias et, en particulier, la télévision.

  • 34 Y a-t-il cependant un « Retour des intellos ? », s’interroge Le Figaro Magazine du 8 novembre 2003.
  • 35 M. Pinault, Frédéric Joliot-Curie. Voir aussi N. Chevassus-au-Louis, Savants sous l’Occupation.

19Alors que les interrogations sur la place ou le rôle des intellectuels abondent — « Pourquoi les intellectuels, de gauche comme de droite, n’occupent-ils plus le devant de la scène publique ? » demande, par exemple, Le Figaro littéraire du 30 septembre 200434 —, plusieurs signes donnent à voir l’ancrage de la discipline. Se sont multipliés les séminaires, les thèses, les livres et articles qui prennent pour objet l’histoire des intellectuels. Pour s’en tenir à la seule place de Paris, on note que se tiennent actuellement plusieurs séminaires, à l’ancienneté plus ou moins grande, sur le sujet. Ainsi celui de Christophe Charle, dans le cadre du Centre d’histoire sociale de Paris I, accueille doctorants et chercheurs avec pour thème : « Intellectuels, élites et modernité, xixe-xxe siècles ». Celui de l’École des hautes études en sciences sociales, avec Christophe Bonneuil du Centre Koyré et Vincent Duclert, réfléchit aux rapports entre la science et la société et se penche sur le thème de l’engagement des chercheurs et des scientifiques, depuis 1945 jusqu’aux lanceurs d’alertes sanitaires, spécialistes du SIDA ou des OGM. Michel Pinault étudie ainsi la figure du savant et compagnon de route du Parti Communiste français (PCF) que fut Joliot-Curie35. Le Centre interdisciplinaire de recherche comparative en sciences sociales organise un cycle sur le thème de l’engagement, sur la réception et l’expertise et s’intéresse, par exemple, au thème de l’engagement libéral des intellectuels dans les revues comme Contrepoint ou Commentaire ou bien à la « Troisième Voie » prônée par Anthony Giddens. Deux collègues germanistes, Valérie Robert et Nathalie Raoux, travaillent plus particulièrement sur les polémiques dans l’espace germanophone. Jean-François Sirinelli et moi-même animons, dans le cadre du Centre d’histoire de Sciences Po, un groupe de travail qui réunit des chercheurs dont l’activité est centrée essentiellement sur le xxe siècle. Ce groupe a accueilli, lors des séances des dernières années, outre des collègues venus présenter leurs propres travaux, des figures telles que celles de Claude Lefort, Emmanuel Le Roy Ladurie, Pierre Nora, Jean-Claude Casanova, Olivier Mongin, etc. Ces intellectuels ont été ou sont souvent des hommes de revues ; sans conteste les revues — Esprit, Commentaire, Le Débat (né en 1980 alors que meurt Sartre), Études… — demeurent des supports importants de la vie culturelle.

  • 36 P. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, p. 158.

20De jeunes historiens s’attachent à des travaux sur tous ces sujets. À n’en pas douter, l’existence de relèves générationnelles, a-t-on pu noter, est un gage d’enracinement et de bonne santé. D’autres signes attestent la vitalité de la discipline. Ainsi l’édition en format de poche du manuel écrit par Jean-François Sirinelli et Pascal Ory, Les Intellectuels en France. De l’affaire Dreyfus à nos jours, ou une nouvelle édition du Dictionnaire des intellectuels dirigé par Jacques Julliard et Michel Winock, ou bien encore le fait qu’une bonne place est réservée à cette histoire dans des livres de synthèse récents comme dans le Que sais-je ? que Pascal Ory consacre à L’histoire culturelle ou dans Les enjeux de l’histoire culturelle de Philippe Poirrier. Ce dernier note justement que pour plusieurs dizaines d’historiens contemporanéistes « l’histoire des intellectuels a été, au tournant des années quatre-vingts, un moment clef du glissement de l’histoire du politique vers l’histoire culturelle »36.

  • 37 M. Leymarie et J.-F. Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui.

21Les engagements des hommes de lettres ont souvent été l’objet d’études spécifiques. Désormais, d’autres figures de l’intellectuel sont questionnées. Dans L’histoire des intellectuels aujourd’hui diverses catégories sont ainsi envisagées : les scientifiques (Michel Pinault), les universitaires (Laurent Jalabert), les artistes (Laurence Bertrand Dorléac), les femmes et les hommes de médias (Hélène Eck), les femmes et les hommes de théâtre (Pascale Goetschel), les femmes et les hommes du cinéma (Yannick Dehée)37.

  • 38 J.-F. Sirinelli, « Générations intellectuelles » ; N. Racine et M. Trebitsch (dir.), « Sociabilités (...)
  • 39 M. Leymarie et al. (dir.), La belle époque des revues.
  • 40 J.-Y. Mollier dans La lecture et ses publics à l’époque contemporaine, montre que, lors de l’affair (...)
  • 41 A. Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », p. 131.

22Les outils de cette histoire ne lui sont pas toujours propres : l’étude des lieux, milieux et réseaux38, des itinéraires, la notion de génération — reprise notamment d’Albert Thibaudet —, celle de sociabilité intellectuelle — qui doit beaucoup à Maurice Agulhon — ou bien encore les cultures politiques, évoquées dans ce volume par Serge Berstein. Cette histoire sociale des représentations est aussi une histoire des supports de la vie intellectuelle. C’est dire l’importance qui s’attache à l’étude de la presse, des revues39 et, plus généralement, du monde de l’édition, qu’illustre Jean-Yves Mollier40. L’histoire des intellectuels apparaît désormais comme un objet d’études spécifique, étant entendu qu’elle est à la croisée des histoires socioculturelle et politique. Comme toute histoire culturelle, elle est, selon le mot d’Antoine Prost, « sociale et culturelle, indissociablement »41.

  • 42 M. Leymarie, Les intellectuels et la politique en France ; Id., « La historia de los intelectuales (...)
  • 43 A. Gramsci, Cahiers de prison, p. 312.

23On ne reviendra pas ici sur les questions dont nous avions débattues avec le regretté Xavier Tussell42, sur les questions de définition ou celles de généalogie, pas plus que sur les conditions d’apparition du terme dans l’espace public français ou sur l’existence d’« intellectuels d’avant le mot », selon l’expression de Charles Péguy. On se bornera à rappeler qu’il convient, à notre sens, de distinguer à titre heuristique l’étude des professions intellectuelles et des élites culturelles de celle des intellectuels. Gramsci est un bon guide, qui écrivait en 1932 dans ses Cahiers de prison : « tous les hommes sont des intellectuels ; mais tous ne remplissent pas dans la société la fonction d’intellectuels »43.

  • 44 F. Dosse, La marche des idées. Le troisième chapitre de l’ouvrage se livre à une critique de l’hist (...)
  • 45 B. Delorme-Montini, « Intellectuels, un nouvel objet d’histoire », p. 94.

24Cette histoire se caractérise par une grande diversité historiographique au sein même, d’abord, de la corporation des historiens. La diversité des approches et des objets tient sans doute, pour partie, à la formation des historiens et à leur spécialité originelle, certains venant de l’histoire politique, d’autres de l’histoire sociale. D’autres encore conjuguent histoire des intellectuels et histoire intellectuelle, comme François Dosse dans La marche des idées ; dans ce livre, l’auteur retrace l’histoire des intellectuels, avant de faire une histoire proprement intellectuelle qui s’est développée « dans l’entrelacs entre l’histoire classique des idées, l’histoire de la philosophie, l’histoire des mentalités et l’histoire culturelle »44. On ne peut ici que donner acte à Bénédicte Delorme-Montini qui écrit dans Le Débat : « alors que l’histoire culturelle investit l’histoire, les frontières entre l’histoire culturelle, l’histoire des idées et l’histoire intellectuelle deviennent singulièrement floues »45.

  • 46 J. Guerin, Art nouveau ou Homme nouveau.

25L’histoire des intellectuels est une histoire en partage. Elle s’enrichit de l’apport de spécialistes venus des disciplines voisines comme la sociologie ou la sociohistoire — on avait déjà noté l’intérêt des travaux de Gisèle Sapiro sur La Guerre des écrivains — ou comme l’histoire littéraire. Ainsi Jeanyves Guérin montre-t-il que les historiens des intellectuels privilégient le retentissement immédiat d’un événement, sa médiatisation, ses effets politiques, tandis que les historiens de la littérature, sensibles aux réceptions différées, valorisent l’influence que ces œuvres peuvent avoir à plus ou moins long terme sur d’autres œuvres. Dans Art nouveau ou Homme nouveau46, ce professeur de littérature française se penche sur les rapports qu’entretiennent dans notre littérature du xxe siècle modernité et progressisme. Le même intérêt pour l’histoire et la littérature anime Antoine Compagnon, qui publie Les Antimodernes.

  • 47 G. Noiriel, « Michel Foucault ». Le texte est repris dans une version étoffée dans M.-C. Granjon (d (...)
  • 48 M. Foucault, Dits et écrits, t. I et II.
  • 49 G. Noiriel, Les fils maudits de la République, p. 59.
  • 50 Ibid., pp. 120, 183 et 123.
  • 51 Ibid., pp. 245 et 263.

26Des historiens dont le domaine de recherche le plus connu paraissait éloigné se penchent désormais sur ces sujets. Ainsi Gérard Noiriel, spécialiste notamment de l’immigration, livre une étude sur Michel Foucault dans Penser avec, pensercontre47 où, à la lumière des Dits et Écrits48, il repère trois figures de l’intellectuel dans l’œuvre du philosophe : celles de « l’intellectuel universel », de « l’intellectuel spécifique » et du « chercheur engagé ». Reprenant la définition que donne Edward Saïd et qui mériterait discussion (« la fonction des intellectuels depuis l’affaire Dreyfus, c’est de dire la vérité au pouvoir, au nom des opprimés »)49, il établit une généalogie. À l’issue de l’Affaire, ceux que Noiriel nomme « les fils maudits de la République » se seraient séparés pour former trois clans : les intellectuels « révolutionnaires », emmenés par des philosophes comme Georges Sorel et Charles Péguy ; les intellectuels de gouvernement, dont l’historien Charles Seignobos est le principal représentant dans le passé et, pour le présent, René Rémond et François Furet ; « par leur multipositionnement » ceux-ci se donneraient « les moyens d’atteindre leur objectif, qui est de renforcer les liens entre les élites, de façon à rapprocher le monde savant et le monde politique ». Les « intellectuels de gouvernement » s’assigneraient « pour mission de dire aux gouvernants ce qu’ils devraient faire et aux citoyens ce qu’ils doivent penser »50. L’auteur considère que les revues Esprit et Le Débat reposeraient toutes deux « sur une même logique, qui illustre le type de liens que les intellectuels de gouvernement établissent entre le savoir et la pratique ». Ensuite, Gérard Noiriel considère une troisième catégorie d’intellectuels, les intellectuels spécifiques : le sociologue Emile Durkheim, son modèle, qui lui paraît être « le premier intellectuel spécifique français » et dont il établit une généalogie qui comprendrait Marc Bloch et Pierre Bourdieu. Foucault et Bourdieu, juge-t-il, sont les deux intellectuels spécifiques les plus importants de l’après Mai 1968. « Depuis la mort de Pierre Bourdieu, les intellectuels spécifiques sont orphelins », note enfin Gérard Noiriel, selon qui « l’avenir des intellectuels français dépendra largement de leur capacité à conjuguer la critique et la compréhension »51.

Un approfondissement

  • 52 A. Becker, Maurice Halbwachs.

27On notait qu’il n’y avait guère de figure ou de période qui n’ait fait l’objet d’études spécifiques. Ces dernières années, le moment fondateur de l’affaire Dreyfus paraît quelque peu délaissé, même si est annoncée, à l’occasion du centenaire de la réhabilitation du capitaine Dreyfus, une deuxième édition augmentée du très utile dictionnaire coordonné par Michel Drouin, L’affaire Dreyfus. Emmanuel Naquet, auteur d’une thèse soutenue en 2005 sur la Ligue des droits de l’homme. À titre d’exemples, on se bornera à relever ici quelques titres. L’historiographie de la Grande Guerre a considérablement crû ces dernières années et l’intérêt se porte aussi sur les effets de la guerre sur les théories et pratiques des intellectuels, sur l’influence de l’intervention des intellectuels dans la conduite ou dans la perception de la guerre. Annette Becker donne sur Maurice Halbwachs un livre sous-titré Un intellectuel en guerres mondiales 1914-194552 et annonce une réédition des textes de Marc Bloch. Les années trente continuent à être visitées : Olivier Dard montre dans Le rendez-vous manqué des relèves des années 30 le cheminement des sensibilités des « réalistes » et des « spiritualistes » ; Nicolas Kessler reprend son Histoire politique de la jeune droite (1929-1942) que préface Jean-Louis Loubet del Bayle. Pour l’entre-deux-guerres, on note les éditions de correspondances ou de textes : Sandra Teroni et Wolfgang Klein rassemblent sous le titre Pour la défense de la culture les textes du Congrès international des écrivains qui se tint à Paris en juin 1935. La Seconde Guerre mondiale intéresse toujours autant : Albrecht Betz et Stefan Martens publient Les intellectuels et l’Occupation. Simon Epstein, dans Les Dreyfusards sous l’Occupation, s’attache à retracer l’itinéraire d’intellectuels ou d’hommes politiques qui furent dreyfusards dans leur jeunesse et vécurent assez vieux pour connaître la seconde guerre mondiale et des engagements bien différents. Alice Kaplan saisit Robert Brasillach dans le moment de son procès dans Intelligence avec l’ennemi. Bernard Brillant, dans Les clercs de 68, étudie avec précision les moments de fermentation, ébullition et cristallisation de ce mouvement. Michael Scott Christofferson se penche sur le moment antitotalitaire des années 1970 dans French Intellectuals against the Left.

  • 53 M. Leymarie et al. (dir.), La belle époque des revues.
  • 54 F. Chaubet et al. (éd.), Cent ans de rencontres intellectuelles.

28Outre des travaux collectifs menés sur des phases précises — ainsi sur La belle époque des revues53 —, d’autres études s’attachent à des lieux de sociabilités particulièrement importants au xxe siècle. François Chaubet avait naguère étudié les Décades de Pontigny ; il coordonne avec Edith Heurgon et Claire Paulhan un collectif sur cette institution originale que constituent les rencontres de Cerisy54. Dans ce volume, on retient, plus particulièrement pour notre propos, l’étude de François Beilecke sur l’Union pour la Vérité pendant l’entre-deux-guerres et celle sur Cerisy dans la vie intellectuelle française au xxe siècle que mène Rémy Rieffel ; celui-ci montre l’évolution des thématiques et met en évidence les domaines et les thèmes privilégiés — la littérature, la philosophie — dans un lieu qui consacre les « maîtres à penser » et légitime des personnalités subversives telles que celles d’Artaud ou de Bataille.

  • 55 F. Neau-Dufour, Ernest Psichari.
  • 56 C. Toupin-Guyot, Les intellectuels catholiques dans la société française.
  • 57 H. Serry, Naissance de l’intellectuel catholique.

29Plusieurs domaines font l’objet d’études de plus en plus nombreuses. D’abord celui des intellectuels catholiques : Etienne Fouilloux notait naguère la naissance différée de l’intellectuel catholique. Désormais, l’étude de cette intelligentsia a pleinement droit de cité dans l’historiographie française des intellectuels, comme en témoignent plusieurs ouvrages : Frédérique Neau-Dufour fait la biographie d’Ernest Psichari55 ; Claire Toupin-Guyot traite du Centre catholique des intellectuels français (1941-1976)56, un carrefour d’idées qui s’efforça de conjuguer ouverture sur le monde et foi chrétienne et de rétablir le contact entre la théologie catholique et la pensée contemporaine. Hervé Serry reprend le dossier de la Naissance de l’intellectuel catholique, depuis la « renaissance littéraire catholique » des années 1910, illustrée par Jammes, Claudel, Mauriac, jusqu’à l’affirmation de la figure de l’écrivain catholique dans les années trente, désormais intégrée dans le monde intellectuel après la condamnation de l’Action française57.

  • 58 F. Matonti, Intellectuels communistes.
  • 59 M. Boujut, Le fanatique qu’il faut être.
  • 60 V. A. Conlay, Littérature, politique et communisme.

30Ensuite, celui des intellectuels communistes : Frédérique Matonti publie sa thèse sur les intellectuels communistes de « La Nouvelle Critique » (1967- 1980)58. Michel Boujut s’attache à ce qu’il nomme L’énigme Kanapa59. Dans son récit La révolution rêvée. Pour une histoire des intellectuels et des œuvres révolutionnaires (1944-1956), Michel Surya se penche sur la période des lendemains de la Libération jusqu’à 1956. Verena Andermatt Conlay étudie les rapports entre politique et culture à travers un hebdomadaire communiste, Les Lettres françaises60, de 1942 à 1972, donc depuis la Résistance, la Libération et la guerre froide jusqu’après les événements de 1968, et retrace les débats intellectuels et les grands procès de l’affaire Henri Martin à celle des Rosenberg.

  • 61 N. Racine et M. Trebitsch, « Sociabilités Intellectuelles ».

31Enfin, parmi les nouveaux domaines de la recherche figure celui des intellectuelles. Un volume, tiré d’une recherche collective menée par Nicole Racine et Michel Trebitsch61 dans le cadre de l’Institut d’histoire du temps présent, s’interroge sur le rôle, occulté ou minoré, des femmes dans l’histoire française des intellectuels. Les spécialistes — surtout des femmes — apportent une contribution sur diverses périodes, de la Renaissance à l’époque contemporaine. L’hypothèse qui sous-tend l’ensemble est que la notion de « genre » (gender), importée des États-Unis et entendue comme construction sociale et historique de la différence entre les sexes, va renouveler et enrichir l’historiographie traditionnelle des intellectuels. En conclusion de cet ouvrage, Françoise Thébaud présente l’histoire qui s’est écrite au féminin depuis une trentaine d’années comme une aventure intellectuelle caractérisée par l’innovation, l’engagement et la domination.

Le regard étranger sur l’histoire et l’historiographie françaises des intellectuels

  • 62 M. Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes ».
  • 63 R. Tombs, Modern France (1880-2002).

32Comme l’écrivait Marc Bloch, le comparatisme vise à dégager les spécificités de chaque société, à « déterminer, non seulement en gros, que deux objets ne sont pas pareils, mais encore — besogne infiniment plus difficile, mais beaucoup plus intéressante —, par quels caractères précis ils se distinguent »62. Le comparatisme est désormais, aussi, une nécessité de l’histoire des intellectuels. Une mise en dialogue des questions s’impose, au-delà des spécificités nationales. On le disait déjà lors de notre précédente rencontre en donnant quelques titres des travaux les plus significatifs sur le sujet. Le regard de l’étranger sur l’histoire et l’historiographie française est particulièrement utile. Parmi les travaux récents, et pour ne prendre que quelques exemples anglo-saxons, on relève les apports de David Drake qui, après avoir publié Intellectuals and Politics in Post-War France en 2002, vient de publier Intellectuals and Politics in France from the Dreyfus Affair to the Occupation, ou celui de Michael Kelly avec The Cultural and Intellectual Life Rebuilding of France after the Second World War. Julian Bourg a publié l’an passé After the Deluge : New Perspectives on Postwar French Intellectual and Cultural History. Enfin, dans The Short Oxford History of France, entre le chapitre consacré aux femmes et un autre sur la religion, Robert Tombs donne un chapitre sur la culture et les intellectuels, fixant plus particulièrement « le temps des intellectuels » entre 1945 et 198963.

  • 64 M. Leymarie et J.-F. Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui.
  • 65 F. Attal, « Les intellectuels italiens ».
  • 66 M. Gervasoni, « Histoire des intellectuels et histoire de la culture ».

33Le colloque que nous avons organisé avec Jean-François Sirinelli au Centre d’histoire de Sciences Po en 2003, publié sous le titre L’histoire des intellectuels aujourd’hui64, a consacré une bonne part de ses travaux à des études spécifiques sur des pays comparables à la France et à des regards croisés sur l’histoire et l’historiographie de ces divers pays et du nôtre. Dans son étude sur l’Italie, pays où persiste le polycentrisme, Frédéric Attal65 note que l’intellectuel, en tant que figure autonome par rapport au pouvoir, est né tardivement et que l’histoire des intellectuels s’est longtemps faite dans le cadre d’une histoire de la culture. Des hommes tels que Croce ne se présentent pas comme intellectuels ; ils se définissent plutôt comme des letterati, c’est-à-dire des personnes disposant d’une qualification sociale et professionnelle en rapport avec la culture. Le rôle des hommes de lettres humanistes et laïques est prépondérant dans la formation de la nation : ceux-ci sont d’abord, selon l’expression de Roberto Michels, des « stimulateurs de la conscience nationale ». L’intellectuel italien naît véritablement dans le camp nationaliste, plus particulièrement au moment de la guerre de Libye avec d’Annunzio ; la Seconde Guerre mondiale voit naître un parti que l’on peut qualifier de parti des intellectuels antifascistes. Les modalités de l’engagement intellectuel diffèrent sensiblement en France et en Italie, où recule le modèle initial de l’intellectuel traditionnel au profit de celui de l’expert, conseiller de l’homme politique dans un think-tank selon un modèle anglo-saxon. L’Italie est marquée par le modèle allemand de la Kulturgeschichte, attentive à la philologie et aux débats sur l’histoire, affirme Marco Gervasoni66, qui évoque les figures de Benedetto Croce et d’Antonio Gramsci ; ce dernier, on le sait, considère comme intellectuels non seulement les représentants du clergé — évêques et prêtres de campagne — mais aussi les journalistes ou les fonctionnaires de parti. Pour Gramsci, l’intellectuel, organisateur de lieux culturels, exerce une fonction sociale accomplie par les groupes sociaux. Gervasoni rappelle aussi en quoi l’histoire des intellectuels producteurs de religions politiques et de mythes politiques est l’un des domaines de travail d’Emilio Gentile, élève de Renzo de Felice.

  • 67 H. Schulte, « Histoire des intellectuels en Allemagne ».

34Le monde intellectuel allemand est, comme l’italien, polycentrique, montre Hansgerd Schulte67. Le terme Intellektuel, importé de France au moment de l’affaire Dreyfus, a longtemps comporté une connotation péjorative tant à gauche qu’à droite et le mot de Geistigen a été d’emploi courant jusqu’à la république de Weimar. Hans Franfred Bock met, quant à lui, l’accent sur le caractère apolitique de ces hommes qui donnent priorité au culturel au détriment du politique et qui veulent agir sur leurs contemporains sans se mêler des controverses de la cité. Les intellectuels sont aujourd’hui en Allemagne l’objet de recherches pluridisciplinaires, dans lesquelles sont utilisés les outils que nous connaissons en France.

  • 68 M. Kelly, « Regards croisés sur les intellectuels français et britanniques ».
  • 69 C. Berthezène, « Intellectuels anglais : un faux paradoxe ».
  • 70 D. Drake, « Une petite esquisse de l’étude des intellectuels français ».

35En Grande-Bretagne, où existe une aristocratie intellectuelle formée dans les Public Schools, n’a pas existé une pensée critique des intellectuels car ceux-ci ont été intégrés aux groupes dirigeants. Michael Kelly68 montre que dans son pays, les intellectuels sont toujours vus sous l’angle de la catégorie sociale à laquelle ils appartiennent. L’intellectuel est un concept français, importé en Grande-Bretagne au temps de l’affaire Dreyfus (même si, selon l’Oxford English Dictionary, le terme est attesté déjà en 1652) ; la notion est également utile pour comprendre la vie politique sur le continent. Si le mot intellectuel existe donc, il recouvre une réalité différente en France et en Grande-Bretagne. Clarisse Berthezène69 met en évidence un paradoxe : il n’y aurait pas de place en Angleterre pour des intellectuels au sens français du terme — engagés, critiques, jouant un rôle de contre-pouvoir — et pourtant cette fonction est occupée. The Ashridge Bonar Law Memorial College, une sorte de centre d’éducation civique, a été créé en 1929 par le parti conservateur pour réinvestir la sphère intellectuelle et proposer une alternative aux normes culturelles des intellectuels de gauche. Il n’existe pas à proprement parler dans ce pays d’histoire des intellectuels, mais plutôt une histoire intellectuelle dynamique — illustrée notamment par John Pocock, Quentin Skinner et l’école de Cambridge, ainsi que par Stefan Collini — qui se situe à la croisée de celle des élites et de celle de l’éducation. David Drake70 remarque qu’en Grande-Bretagne, les recherches dans le domaine de l’histoire des intellectuels, illustrées entre autres par David Caute, Sudhir Hazareesingh, Tony Judt, Jeremy Jennings, sont également menées par les littéraires ou des politistes et non par les seuls historiens. Les uns et les autres ont pour point commun une grande familiarité avec la France.

  • 71 P. Aubert, « Comment fait-on l’histoire des intellectuels en Espagne ? ».
  • 72 P. Aubert et al., Construire des mondes.
  • 73 Ibid.

36Paul Aubert, dans son étude sur l’histoire des intellectuels en Espagne71, montre l’émergence précoce d’une vocation des élites intellectuelles à exercer un rôle dirigeant et normatif, engagées qu’elles sont dans la définition de l’État nation et la construction de l’État libéral. « L’Espagne est le seul pays où les intellectuels s’occupent de la politique immédiate », écrivait Ortega en 1927. Ceux-ci disposent « de manière fugace, en 1931-1932, de l’appareil d’État ». On parle ainsi alors de la « République des intellectuels », comme on avait pu parler en France de la « République des professeurs ». L’histoire des intellectuels, liée en Espagne à celle de la culture et de la nation, connaît un renouveau depuis une dizaine d’années après avoir été longtemps préoccupée par la question de la naissance des intellectuels, entre le procès de Montjuich en 1896 et la crise de 1898. Il s’agit désormais de combler le vide entre 1898 et la guerre civile. Sont particulièrement étudiés les lieux de formation, les moyens d’expression et les voies d’action, les engagements. Paul Aubert dégage enfin différentes approches utilisées : générationnelle, essentialiste, culturelle. De nouvelles approches se font jour, qui mêlent points de vue sociologique, idéologique et politique. Dans ses travaux récents ou dans ceux qu’il a menés notamment avec Gérard Chastagnaret sur Les élites en Europe méridionale, Paul Aubert montre comment « de nouvelles approches sont venues bousculer l’étude des constellations et des générations »72, et comment celles-ci s’intéressent à la culture, à la représentation du réel et à la pratique des intellectuels confrontés à l’histoire ; comment enfin elles tentent d’évaluer l’influence des intellectuels sur le cours des événements autant que l’effet produit par ceux-ci sur leur propre itinéraire73.

37À la lumière de ces différentes contributions, on note que les traditions nationales accordent une visibilité plus ou moins grande aux intellectuels. Dans chacun des pays considérés, leur histoire ne se construit pas de la même manière. Si les différences sont surtout évidentes entre le modèle français et la Grande-Bretagne ou l’Allemagne, elles le sont de façon bien moindre avec les pays latins. Quand bien même il n’existe pas d’homologies exactes au niveau des individus et des fonctions socioculturelles, un espace unifié de recherches européennes se dessine avec l’utilisation d’outils semblables. De manière générale, chacun prend garde de ne pas surestimer le poids des intellectuels dans les histoires nationales et de tenir compte du regard et de l’apport de l’autre.

  • 74 J.-F. Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? » ; repris dans J.-F. Sirinelli, Comprendre le xxe s (...)

38Dans un article de 1986, Jean-François Sirinelli voyait dans l’histoire des intellectuels « une histoire en chantier »74. Que ce soit dans les domaines déjà bien connus ou dans ceux, plus neufs que l’on vient d’évoquer, le chantier, on le voit, continue.

Bibliographie

Bibliographie

Anderson, Perry, La pensée tiède. Un regard critique sur la culture française, Paris, Le Seuil, 2005.

Aron, Raymond, L’opium des intellectuels, Paris, Pluriel, 2002.

— Essai sur les libertés, Paris, Hachette, 2005.

— Penser la liberté, penser la démocratie, Paris, Gallimard, 2005.

Aronson, Ronald, Camus and Sartre : The Story of a Friendship and the Quarrel that Ended it, Chicago et Londres, University of Chicago Press, 2004.

Attal, Frédéric, « Les intellectuels italiens », dans Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 13-28.

Aubert Paul, « Comment fait-on l’histoire des intellectuels en Espagne ? », dans Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 63-90.

Aubert, Paul, Chastagnaret, Gérard et Raveux, Olivier, Construire des mondes : élites et structuration de l’espace en Méditerranée de l’époque moderne à nos jours. Actes du colloque international (Aix-en-Provence), Presses de l’université de Provence, 2005, pp. 199-225.

Baverez, Nicolas, Les Trente Piteuses, Paris, Flammarion, 1997.

— La France qui tombe : un constat clinique du déclin français, Paris, Perrin, 2003.

— Raymond Aron. Un moraliste au temps des idéologues, Paris, Flammarion, coll. « Grandes Biographies », 2005.

Becker, Annette, Maurice Halbwachs. Un intellectuel en guerres mondiales (1914- 1945), Paris, Agnès Viénot Éditions, 2003.

Berthezène, Clarisse, « Intellectuels anglais : un faux paradoxe », dans Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 45-62.

Betz, Albrecht et Martens, Stefan, Les intellectuels et l’Occupation, Paris, Autrement, 2004.

Blanchot, Maurice, Les intellectuels en question, Paris, Farrago, 2001.

Bloch, Marc, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes » [1928], dans Marc Bloch, Mélanges historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1983, pp. 16-40.

Boggio, Philippe, Bernard-Henri Lévy. Une vie, Paris, la Table Ronde, 2005.

Boujut, Michel, Le fanatique qu’il faut être. L’énigme Kanapa, Paris, Flammarion, 2004.

Bourg, Julian (éd.), After the Deluge : New Perspectives on Postwar French Intellectual and Cultural History, Lanham Md., Lexington Books, 2004.

Bouveresse, Jacques, Bourdieu. Savant et politique, Marseille, Agora, 2004.

Bouveresse, Jacques et Roche, Daniel (dir.), La liberté par la connaissance. Pierre Bourdieu (1930-2002), Paris, Éditions Odile Jacob, coll. « Collège de France », 2004.

Brillant, Bernard, Les clercs de 1968, Paris, PUF, 2003.

Champagne, Patrick, Pinto, Louis et Sapiro, Gisèle, Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

Chaubet, François, Heurgon, Édith et Paulhan, Claire (dir.), Cent ans de rencontres intellectuelles de Pontigny à Cerisy, Paris, Éditions de l’IMEC, coll. Inventaire, 2005.

Chesneaux, Jean, L’engagement des intellectuels (1944-2004). Itinéraire d’un historien franc-tireur, Toulouse, Éditions Privat, 2004.

Chevassus-au-Louis, Nicolas, Savants sous l’Occupation. Enquête sur la vie scientifique française entre 1940 et 1944, Paris, Le Seuil, coll. « Science ouverte », 2004.

Christofferson, Michael Scott, French Intellectuals Against the Left : The Antitotalitarian Moment of the 1970s, New York, Berghahn Books, 2004.

Cohen, Philippe, BHL, une biographie, Paris, Fayard, 2005.

Cohen-Solal, Annie, Jean-Paul Sartre, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2005.

— Sartre, un penseur pour le xxie siècle, Paris, Gallimard, coll. Découvertes, 2005.

— Témoins de Sartre, Introduction de Claude Lanzmann, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2005.

Compagnon, Antoine, Les antimodernes : de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2005.

Conlay, Verena Andermatt, Littérature, politique et communisme. Lire « Les Lettres françaises » (1942-1972), New-York-Oxford, Peter Lang Publishing Group, coll. « Francophone Cultures and Literatures » (46), 2005.

Contat, Michel, Sartre : L’invention de la liberté, Paris, Textuel, coll. Passion, 2005.

Dard, Olivier, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2002.

Debray, Régis, Loués soient nos seigneurs. Une éducation politique, Paris, Gallimard, 1996.

— I. f. suite et fin, Paris, Gallimard, 2000.

Delorme-Montini, Bénédicte, « Intellectuels, un nouvel objet d’histoire », Le Débat, 112, novembre-décembre 2000, pp. 89-94.

Derrida, Jacques, « “Il courait mort” : Salut, salut », Les Temps modernes, 586, janvier-février 1996.

Dosse, François, Michel de Certeau. Le marcheur blessé, Paris, La Découverte, 2002.

— La marche des idées. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle, Paris, La Découverte, 2003.

— Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005.

Drake, David, Intellectuals and Politics in Post-War France, Londres, Palgrave Macmillan, 2002.

— « Une petite esquisse (subjective) de l’étude des intellectuels français en Grande-Bretagne » dans Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 445-453.

— Intellectuals and Politics in France from the Dreyfus Affair to the Occupation, Palgrave, Macmillan, 2005.

— French Intellectuals and Politics from the Dreyfus Affair to the Occupation, Londres, Palgrave Macmillan, 2005.

Drouin, Michel (dir.), L’affaire Dreyfus. Dictionnaire, Paris, Flammarion, 1994.

Epstein, Simon, Les dreyfusards sous l’Occupation, Paris, Albin Michel, Bibliothèque histoire, 2001.

Foucault, Michel, Dits et écrits, t. I : 1954-1975, t. II : 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001.

Galster, Ingrid, Huis clos, Rennes, PUR, coll. Interférences, 2005.

— Sartre devant la presse d’Occupation. Le dossier critique des Mouches, Rennes, PUR, coll. Interférences, 2005.

Gervasoni, Marco, « Histoire des intellectuels et histoire de la culture dans l’historiographie italienne de l’âge contemporain », dans Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 455-462.

Glucksmann, André, La cuisinière et le mangeur d’hommes, Paris, Seuil, 1975.

Gramsci, Antonio, Cahiers de prison 1, 2, 3, 4, 5, Paris, Gallimard, 1978.

Granjon, Marie-Christine (dir.), Penser avec Michel Foucault. Théorie critique et pratiques politiques, Paris, Éditions Khartala, 2005.

Guattari, Félix, Lettre d’information trimestrielle de la Maison des écrivains, 5, octobre 1992.

Guerin, Jeanyves, Art nouveau ou Homme nouveau. Modernité et progressisme dans la littérature française du xxe siècle, Paris, Honoré Champion, coll. « Histoire culturelle de l’Europe », 2002.

Heilbron, Johan, Lenoir Rémi et Sapiro Gisèle, avec la collaboration de Pascale Pergamin, Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004.

Julliard, Jacques et Winock Michel (dir.), Dictionnaire des intellectuels, Paris, Le Seuil, 2002.

Kaplan, Alice, Intelligence avec l’ennemi. Le procès Brasillach, Paris, Gallimard, 2001 (rééd. coll. Folio 2003).

Kelly, Michael, « Regards croisés sur les intellectuels français et britanniques », dans Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 463-472.

— The Cultural and Intellectual Life Rebuilding of France after the Second World War, Londres, Palgrave Macmillan, 2004.

Kessler, Nicolas, Histoire politique de la jeune droite (1929-1942). Une révolution conservatrice à la française, préface de Jean-Louis Loubet Del Bayle, Paris, L’Harmattan, 2001.

Klein, Wolfgang et Teroni Sandra (éd.), Pour la défense de la culture. Les textes du congrès international des écrivains [Paris, juin 1935], Dijon, EUD, 2005.

Lévy, Bernard-Henry, La barbarie à visage humain, Paris, Grasset, 1977.

— Éloge des intellectuels, Paris, Grasset, 1987.

Leymarie, Michel, Les intellectuels et la politique en France, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2001.

— « La historia de los intelectuales en Francia en el siglo xx », dans René Rémond, Benoît Pellistrandi, Javier Tusell et Susana Sueiro (dir.), Hacer la Historia del siglo xx, Madrid, UNED-Casa de Velazquez, 2004, pp. 317-332.

Leymarie, Michel, Mollier, Jean-Yves et Pluet-Despatins, Jacqueline (éd.), Actes du colloque international La belle époque des revues 1880-1914 (Caen, Abbaye d’Ardenne, 20-21-22 janvier 2000), Éditions de l’IMEC, 2002.

Leymarie, Michel et Sirinelli, Jean-François (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003.

Lindenberg, Daniel, Le rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Lindgaard, Jade et La Porte, Xavier de, Le B.A. ba du BHL. Enquête sur le plus grand intellectuel français, Paris, La Découverte, 2005.

Lyotard, Jean-François, Tombeau de l’intellectuel et autres papiers, Paris, Galilée, 1984.

Matonti, Frédérique, Intellectuels communistes. « La Nouvelle Critique » (1967- 1980), Paris, La Découverte, 2005.

Milner, Jean-Claude, Existe-t-il une vie intellectuelle en France ?, Paris, Verdier, 2003.

Mollier, Jean-Yves, Louis Hachette, Paris, Fayard, 1999.

— La lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, coll. « Le Nœud Gordien », 2001.

Mongin, Olivier, « Fin de partie », dans Splendeurs et misères de la vie intellectuelle, dossier de la revue Esprit, mars-mai 2000, pp 7-11.

Mongin, Olivier, « B.-H. Lévy : “Là où ça se passe” », Esprit, mai 2005, pp. 87-93.

Neau-Dufour, Frédérique, Ernest Psichari. L’ordre et l’errance, Paris, Cerf Histoire, coll. Biographie, 2001.

Noiriel, Gérard, « Michel Foucault. Les trois figures de l’intellectuel engagé », dans Gérard Noiriel, Penser avec, penser contre. Itinéraire d’un historien, Paris, Belin, 2003, pp. 239-248.

— Les fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France, Paris, Fayard, 2005.

Nora, Pierre, « Que peuvent les intellectuels ? », Le Débat, 1, mai 1980, pp. 3-19.

— « Adieu aux intellectuels ? », Le Débat, 110, mai-août 2000, pp. 4-15.

— La pensée réchauffée, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

Ory, Pascal, L’histoire culturelle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2004.

— Paul Nizan : destin d’un révolté, Paris, Ramsay, 1980 (rééd. Bruxelles, Complexe, 2005).

Ory, Pascal et Sirinelli, Jean-François, Les intellectuels en France. De l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Éditions Perrin, 2004.

Pétré-Grenouilleau, Olivier, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard, 2004.

Pinault, Michel, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Éditions Odile Jacob, 2000.

Poirot-Delpech, Bertrand, Le Monde, 25 février 2005.

Poirrier, Philippe, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Points-Seuil, coll. Histoire, 2005.

Prost, Antoine, « Sociale et culturelle, indissociablement », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 1997, pp. 131-146.

Racine, Nicole et Trebitsch, Michel (dir.), Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux, dossier publié dans les Cahiers de l’IHTP, 20, mars 1992.

— Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles, Éditions Complexe, 2004.

Rouart, Jean-Marie, Adieu à la France qui s’en va, Paris, Grasset, 2003.

Sapiro, Gisèle, La guerre des écrivains, Paris, Fayard, 1999.

Schulte, Hansgerd, « Histoire des intellectuels en Allemagne », dans Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 29-44.

Serry, Hervé, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, coll. « L’Espace de l’histoire », 2004.

Sirinelli, Jean-François, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire en chantier : l’histoire des intellectuels », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 9, janvier-mars 1986, pp. 97-108.

— « Générations intellectuelles. Effets d’âge et phénomènes de génération dans le milieu intellectuel français », Cahiers de l’IHTP, 6, 1987, pp. 5-18.

— « Impressions, soleil couchant ? », Le Débat, 110, mai-août 2000, pp. 45-52.

— Comprendre le xxe siècle français, Paris, Fayard, 2005.

Surya, Michel, La révolution rêvée. Pour une histoire des intellectuels et des œuvres révolutionnaires (1944-1956), Paris, Fayard, 2004.

Tombs, Robert, Modern France 1880-2002, Oxford, James McMillan et Oxford University Press, 2003.

Toupin-Guyot, Claire, Les intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976), préface de René Rémond, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002.

Vernant, Jean-Pierre, Entre mythe et politique, Paris, Le Seuil, Points Essais, 2000.

— La traversée des frontières, Paris, Le Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 2004.

Vidal-Naquet, Pierre, Mémoires. La brisure et l’attente 1930-1955, Paris, Seuil-La Découverte, 1998.

Winock, Michel, « À quoi servent (encore) les intellectuels ? », Le Débat, 110, mai-août 2000, pp. 39-44.

— « Mais où sont les clercs d’antan ? », Le Figaro littéraire, 19 mai 2005.

Notes

1 P. Nora, « Adieu aux intellectuels ? ».

2 M. Winock, « Àquoi servent (encore) les intellectuels ? ».

3 J.-F. Sirinelli, « Impressions, soleil couchant ? ».

4 O. Mongin, « Fin de partie ».

5 R. Debray, Loués soient nos seigneurs, p. 544

6 N. Baverez, Les Trente Piteuses.

7 J.-C. Milner, Existe-t-il une vie intellectuelle en France ?

8 P. Vidal-Naquet, Mémoires.

9 J.-P. Vernant, Entre mythe et politique ; Id., La traversée des frontières.

10 Le plateau d’Apostrophes, l’émission de Bernard Pivot, réunit le 21 mai 1977 Bernard-Henri Lévy et André Glucksmann, l’auteurde La cuisinière et le mangeurd’hommes.

11 O. Mongin, « B.-H. Lévy », Esprit, mai 2005, p. 92.

12 B.-H. Lévy, La barbarie à visage humain.

13 Aujourd’hui en France, 27 octobre 2004.

14 B. Poirot-Delpech, Le Monde, 25 février 2005.

15 A. Cohen-Solal, Sartre, un penseur ; Jean-Paul Sartre, et Témoins de Sartre. M. Contat, Sartre ; I. Galster, Sartre devant la presse d’Occupation et Huis clos. Voir aussi R. Aronson, Camus and Sartre.

16 Le Monde, 13 mars 2005.

17 Paris, LGF, 2005.

18 R. Aron, Essai sur les libertés.

19 Id., L’opium des intellectuels.

20 Id., Penser la liberté, penser la démocratie.

21 P. Ory, Paul Nizan : destin d’un révolté.

22 J. Bouveresse, Bourdieu ; P. Champagne et al., Pierre Bourdieu, sociologue ;J. Heilbron et al., Pour une histoire des sciences sociales ; J. Bouveresse et D. Roche (dir.), La liberté par la connaissance.

23 Mai-juin 2005.

24 P. Anderson, La pensée tiède, suivi de la réponse de P. Nora, La pensée réchauffée.

25 M. Winock, « Mais où sont les clercs d’antan ? ».

26 J. Julliard et M. Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels.

27 F. Guattari, Lettre d’information trimestrielle de la Maison des Ecrivains, n° 5, octobre 1992.

28 Sans doute est-il quelque peu excessif de parler, comme le fait Alain Finkielkraut, de « brutalisation de la vie intellectuelle », dès lors que l’on se souvient de ce que furent les polémiques et les attaques ad hominem des années trente, A. Finkielkraut, Le Figaro, 14 février. L’auteur voit dans cette « brutalisation » une « retombée du conflit israélo-palestinien ».

29 D. Lindenberg, Le Rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires.

30 Le Figaro, 14 novembre 2002.

31 L’article d’A. Finkielkraut dans Haaretz est reproduit en partie dans Le Monde du 23 novembre et dans Le Nouvel Observateur du 1er décembre 2005.

32 Dieudonné, conférence de presse à Alger, le 16 février 2005, sources : « Verbatim : “Aujourd’hui je parle de pornographie mémorielle” », Le Monde, 22 février 2005.

33 Le Conseil constitutionnel, saisi par le premier ministre à la demande du président de la République, abroge finalement l’article incriminé le 25 janvier 2006.

34 Y a-t-il cependant un « Retour des intellos ? », s’interroge Le Figaro Magazine du 8 novembre 2003.

35 M. Pinault, Frédéric Joliot-Curie. Voir aussi N. Chevassus-au-Louis, Savants sous l’Occupation.

36 P. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, p. 158.

37 M. Leymarie et J.-F. Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui.

38 J.-F. Sirinelli, « Générations intellectuelles » ; N. Racine et M. Trebitsch (dir.), « Sociabilités intellectuelles ».

39 M. Leymarie et al. (dir.), La belle époque des revues.

40 J.-Y. Mollier dans La lecture et ses publics à l’époque contemporaine, montre que, lors de l’affaire Dreyfus, les dreyfusards gagnent la bataille de l’immortalité mais perdent celle de l’actualité.

41 A. Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », p. 131.

42 M. Leymarie, Les intellectuels et la politique en France ; Id., « La historia de los intelectuales en Francia en el siglo xx ».

43 A. Gramsci, Cahiers de prison, p. 312.

44 F. Dosse, La marche des idées. Le troisième chapitre de l’ouvrage se livre à une critique de l’histoire sociale des intellectuels menée par Pierre Bourdieu et ses disciples et qualifiée par François Dosse de « réductionnisme sociologiste ». Du même François Dosse ont été récemment publiés un Michel de Certeau et Le pari biographique.

45 B. Delorme-Montini, « Intellectuels, un nouvel objet d’histoire », p. 94.

46 J. Guerin, Art nouveau ou Homme nouveau.

47 G. Noiriel, « Michel Foucault ». Le texte est repris dans une version étoffée dans M.-C. Granjon (dir.), Penser avec Michel Foucault, pp. 301-329.

48 M. Foucault, Dits et écrits, t. I et II.

49 G. Noiriel, Les fils maudits de la République, p. 59.

50 Ibid., pp. 120, 183 et 123.

51 Ibid., pp. 245 et 263.

52 A. Becker, Maurice Halbwachs.

53 M. Leymarie et al. (dir.), La belle époque des revues.

54 F. Chaubet et al. (éd.), Cent ans de rencontres intellectuelles.

55 F. Neau-Dufour, Ernest Psichari.

56 C. Toupin-Guyot, Les intellectuels catholiques dans la société française.

57 H. Serry, Naissance de l’intellectuel catholique.

58 F. Matonti, Intellectuels communistes.

59 M. Boujut, Le fanatique qu’il faut être.

60 V. A. Conlay, Littérature, politique et communisme.

61 N. Racine et M. Trebitsch, « Sociabilités Intellectuelles ».

62 M. Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes ».

63 R. Tombs, Modern France (1880-2002).

64 M. Leymarie et J.-F. Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui.

65 F. Attal, « Les intellectuels italiens ».

66 M. Gervasoni, « Histoire des intellectuels et histoire de la culture ».

67 H. Schulte, « Histoire des intellectuels en Allemagne ».

68 M. Kelly, « Regards croisés sur les intellectuels français et britanniques ».

69 C. Berthezène, « Intellectuels anglais : un faux paradoxe ».

70 D. Drake, « Une petite esquisse de l’étude des intellectuels français ».

71 P. Aubert, « Comment fait-on l’histoire des intellectuels en Espagne ? ».

72 P. Aubert et al., Construire des mondes.

73 Ibid.

74 J.-F. Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? » ; repris dans J.-F. Sirinelli, Comprendre le xxe siècle français, pp. 57-78.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search