Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les mozarabes

 | 
Cyrille Aillet

Troisième partie. Christianisme et acculturation frontalière dans le Nord de la Péninsule : la situation mozarabe

Christianisme et acculturation frontalière dans le nord de la Péninsule : la situation Mozarabe

Volltext

1La figure de l’hispanus, c’est-à-dire du chrétien d’origine méridionale, se décline sur le mode de l’exil dans les chartes et les chroniques du nord de la Péninsule. L’évaluation, la quantification et la périodisation de ces flux migratoires fournissent l’une des clefs de l’histoire du christianisme andalou. La migration vers le Nord de populations en nombre plus ou moins considérable (carte 4, voir annexe, p. 378) ne peut qu’avoir agi sur l’évolution démographique du christianisme en territoire islamique. Quant à son dynamisme social et culturel, il ne peut qu’avoir été affecté par le départ de notables laïcs et ecclésiastiques, par le déplacement de bibliothèques entières, emportées par leurs propriétaires dans leurs nouveaux lieux d’accueil. Il est toutefois délicat de fournir un bilan chiffré de ces mouvements humains, encore plus d’estimer à leur juste proportion les indices dont on dispose : récits littéraires, inscriptions commémoratives, mais aussi déplacements attestés par l’histoire des manuscrits. Ces attestations d’origines diverses corroborent-elles la thèse d’un exode généralisé ? Cette thèse est fréquemment mise en avant par l’historiographie médiévale des sociétés septentrionales car elle contribue manifestement à la construction d’une mémoire historique locale.

2Quant à la présence parfois massive, dans les chartes du nord de la Péninsule entre IXe et XIIe siècle, d’une anthroponymie chrétienne que l’on peut qualifier de « romano-arabe », tant elle est imprégnée par le registre de l’onomastique arabe : s’agit-il d’une manifestation supplémentaire des migrations « mozarabes » ? Ce stock de noms ne s’applique principalement ni à des musulmans ni à des convertis et semble faire partie intégrante des systèmes de nomination employés dans certaines régions du nord de la Péninsule à cette époque. Il convient donc de s’interroger sur la signification de ce phénomène : reflète-t-il la situation d’une minorité spécifique ou répond-il au contraire à une norme sociale répandue localement ? Le problème principal consiste à déterminer l’origine de cet usage et de ses canaux de transmission. Plusieurs hypothèses sont envisageables et, nous le verrons, conciliables en fonction de l’échelle et du territoire sélectionnés. La première hypothèse voudrait que cet usage traduise la situation d’un groupe de migrants, qu’il documente uniquement l’afflux de populations chrétiennes originaires des territoires musulmans. La seconde hypothèse évoque un usage propre aux espaces de marges séparant al-Andalus du cœur des principautés chrétiennes du Nord, sociétés de la frontière combinant plusieurs groupes de populations chrétiennes : réfugiés « mozarabes », autochtones chrétiens et colons septentrionaux. Enfin, certains historiens insistent sur la dissémination de cet usage, à des degrés divers, dans la plupart des sociétés du Nord à l’exclusion de la Marca hispanica. Cette anthroponymie traduirait donc un phénomène d’acculturation plus large et plus diffus, voire une forme de rayonnement de la culture islamique méridionale au-delà de ses frontières politiques.

© Casa de Velázquez, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540