Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

I. Les champs de l’histoire culturelle

Les politiques culturelles

Un champ neuf pour l’histoire culturelle ?

Pascale Goetschel

Résumé

Au croisement de l’histoire politique étudiant les acteurs, les processus de décision et les champs d’exercice du pouvoir et de l’histoire culturelle par l’objet même de son étude, l’étude des politiques culturelles permet de nourrir une réflexion de type méthodologique et épistémologique sur la pratique de l’histoire culturelle en France. Après avoir dressé un bilan des acquis de la recherche en matière de terrains défrichés et esquissé les orientations récentes de la recherche en cours, l’auteur propose un retour sur le statut de l’histoire des politiques culturelles en montrant comment, en France, celle-ci renvoie à une histoire ancrée dans le politique. Aussi cette histoire ne doit pas s’enfermer dans la description des processus administratifs mais accepter d’être au croisement de regards politiques, sociaux, économiques et des sensibilités qui traduisent une certaine conception de la culture, empreinte de son temps et contribuant à lui donner sa singularité.

Texte intégral

  • 1 Voir P. Ory, « Pour une histoire culturelle de la France contemporaine » et « L’histoire culturelle (...)
  • 2 Voir le séminaire lancé en 1989 par Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli intitulé « Politiq (...)
  • 3 Et encore, il ne faudrait pas omettre l’existence de textes précurseurs, tels ceux de Maurice Crube (...)

1« Un nouveau champ à explorer : l’étude des politiques culturelles » : l’injonction lancée à l’orée des années 1990 par l’historien du théâtre Robert Abirached faisait écho à quelques projets lancés quasi simultanément par plusieurs historiens qui, partisans de développer l’histoire culturelle1, accordaient, depuis une petite décennie, une place de choix aux politiques culturelles2. Dans ces conditions, s’interroger en 2006 sur l’éventuelle nouveauté du sujet apparaît comme une gageure. Le sujet « politiques culturelles » était bien un nouveau venu… mais il y a déjà vingt ans3. Résistons cependant à la tentation de refermer rapidement le dossier sous le motif qu’il ne serait plus d’actualité. En nous demandant, d’abord, s’il reste des travaux à mener dans ce domaine. En nous interrogeant ensuite, et plus largement, sur la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire des politiques culturelles au sein du plus vaste ensemble de l’histoire culturelle. L’enjeu soulevé par cette dernière question est loin d’être négligeable. Car, si les historiens des politiques culturelles se retrouvent de facto classés dans le champ de l’histoire culturelle — qu’ils s’en réclament ou non, et parce que l’histoire culturelle porte, entre autres, en son sens le plus restreint, sur des objets culturels —, leur analyse semble surtout renvoyer à une histoire politique œuvrant sur les acteurs, les processus de décision et les champs d’exercice du pouvoir. Dès lors, ils semblent devoir être classés dans un entredeux historiographique. Cette double appartenance sera au cœur de la réflexion. Mais pas seulement. En effet, l’histoire culturelle ne se limitant pas au seul domaine de la culture, son regard spécifique, qui met l’accent sur l’étude des systèmes de normes, des manières de faire et des usages peut permettre d’enrichir considérablement l’analyse.

Des terrains en friche ?

  • 4 L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles », p. 153.
  • 5 E. de Waresquiel, Dictionnaire des politiques culturelles. Citons également G. Saez (dir.), Institu (...)
  • 6 P. Poirrier, Histoire des politiques culturelles de la France contemporaine ; Id., Bibliographie de (...)
  • 7 Voir P. Urfalino, « L’histoire de la politique culturelle ».

2Puisque l’histoire des politiques n’apparaît pas d’emblée comme un sujet neuf à l’aube du xxie siècle, une interrogation surgit immédiatement, et ce de la manière la plus brutale : tout a-t-il déjà été dit ? Cette question, Loïc Vadelorge se la posait également, en 2004, lors du colloque de Cerisy-la-Salle consacré à l’histoire culturelle du contemporain : il évoquait le possible « épuisement d’un champ de recherches qui a attiré de nombreux historiens ces dernières années », et déplorait que les travaux auxquels il avait donné lieu fussent si mal connus des spécialistes des autres champs de l’histoire4. Comment ne pas le rejoindre sur une telle analyse ? Le Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, même si les contributions des historiens ne sont pas, tant s’en faut, les plus nombreuses, témoigne que l’heure du bilan institutionnel a sonné5. Le monumental travail réalisé par Philippe Poirrier6, outre qu’il suggère que l’historien figure comme l’un des spécialistes incontestés de ce domaine, souligne combien le champ est désormais bien balisé. Les études rétrospectives ne manquent pas, quand bien même il est piquant de noter que ce fut longtemps à des chercheurs non-historiens que fut confiée la tâche de faire l’histoire de l’histoire des politiques culturelles7, avant que les historiens eux-mêmes ne s’emparent de cette historiographie. Peut-être donc tout n’a-t-il pas été dit, mais beaucoup l’a déjà été.

a) Bilan

  • 8 P. Poirrier, Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles et Les enjeux de l’histoire cul (...)
  • 9 Voir L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles ». Nous y renvoyons, notammen (...)
  • 10 J. Laurent, La République des Beaux-Arts ; Id., Arts et pouvoirs en France.
  • 11 M. Fumaroli, L’État culturel.
  • 12 L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles », p. 156. Il évoque notamment, su (...)

3Inutile dès lors de refaire le bilan historiographique déjà largement établi par d’autres. Celui-ci est désormais bien connu des historiens travaillant sur le champ, à défaut de l’être par ceux qui s’y intéressent de manière plus ponctuelle ou marginale. Philippe Poirrier y consacre une partie de sa Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles et plusieurs pages des Enjeux de l’histoire culturelle8. Loïc Vadelorge en rend parfaitement compte dans une contribution intitulée : « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles » à la française9. Contentons-nous d’en résumer, sans les caricaturer, les principaux attendus. Cette histoire se fit d’abord dans un « entre-soi », au sein du milieu des professionnels de la culture, souvent sur le mode mémoriel, parfois avec une tonalité plus analytique, avant de déboucher sur des œuvres plus polémiques dont l’acte de naissance peut remonter à l’attaque en règle menée par Jeanne Laurent contre la politique artistique de la Troisième République10. La tradition pamphlétaire se trouve être l’une des caractéristiques majeures de cette histoire des politiques culturelles d’État. Largement sollicitée dans les années 1970 contre la politique d’action culturelle de la Cinquième République, chez Pierre Gaudibert par exemple, cette veine est reprise dans les années 1990, contre la politique culturelle socialiste, et son principal artisan, Jack Lang11. La politique patrimoniale fut particulièrement visée avant que d’autres n’allument ce que Loïc Vadelorge qualifie de « contre-feux, visant à justifier l’exception culturelle française née dans les années 1960 »12.

  • 13 E. Friedberg et P. Urfalino, Le jeu du catalogue.
  • 14 P. Urfalino, L’invention de la politique culturelle.
  • 15 Voir G. Saez (dir.), Villes en recomposition.
  • 16 V. Dubois, La politique culturelle.

4À ces ouvrages polémiques, pamphlétaires ou, au contraire, soucieux de défendre l’héritage du ministère des Affaires culturelles, sont venues s’ajouter des recherches émanant de juristes (Jack Lang sur le théâtre, André-Hubert Mesnard sur les politiques culturelles françaises) et de sociologues. D’abord fournisseurs d’études qui avaient relevé de l’évaluation institutionnelle, les chercheurs de ces disciplines adoptèrent ensuite un regard davantage tourné vers le passé. C’est ce dont témoigne, notamment, l’évolution des études menées par Philippe Urfalino. Accompagné d’Ehrard Friedberg, il mit en évidence la manière dont fonctionnaient les politiques culturelles municipales, empilant en un « jeu du catalogue » des actions sectorielles sans grande cohérence13. Seul, il analysa la manière dont s’ancra dans le terreau politique national la politique culturelle incarnée par André Malraux14. Les politistes ne demeurèrent pas en reste. Intéressés par l’action culturelle depuis les années 197015, ils cherchèrent en premier lieu à examiner la nature idéologique des politiques avant d’adopter une perspective plus généalogique. Ainsi Vincent Dubois s’attacha-t-il à disséquer la genèse de cette catégorie d’intervention publique que constituait la « politique culturelle »16.

5Les historiens s’emparèrent plus tard de ces domaines, mais sur un mode à la fois moins polémique et moins théorique. Au-delà des recherches sur la politique culturelle du régime de Vichy impulsées depuis 1987, l’Institut d’histoire du temps présent invita les chercheurs à étudier les politiques culturelles municipales. Loïc Vadelorge montre bien le rôle de « catalyseur » joué par le séminaire de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli lancé en 1989 au sein de l’Institut, et souligne l’importance des conclusions auxquelles ont abouti les auteurs de plusieurs monographies : poids du socialisme et du communisme municipaux, influence des personnalités — chanoine Kir à Dijon —, « lente sédimentation », évolution des notions de culture non cantonnée aux seules acceptions des Beaux-Arts ou des loisirs. Cependant, l’historien n’hésite pas à évoquer les questions restées en suspens : les recherches ne sont souvent pas remontées avant les années 1880 ; les communes ont été privilégiées au détriment des régions et des départements ; la synthèse s’est avérée d’autant plus délicate que les partis pris de recherche étaient différents. Parallèlement à ces travaux, des études plus sectorielles, souvent aussi plus individuelles, ont été entreprises tous azimuts par des historiens, des professionnels ou des spécialistes de telle ou telle discipline artistique sur des domaines aussi divers que la lecture publique, l’architecture, les arts plastiques, la musique ou le théâtre. Enfin, Loïc Vadelorge achève son bilan en interrogeant l’importance prise par le Comité d’histoire du ministère de la Culture créé depuis 1993. Et de conclure que, « secteur militant de l’histoire culturelle il y a dix ans, l’histoire des politiques culturelles, semble aujourd’hui à la croisée des chemins ». Remarquant que « la dynamique générale de l’histoire culturelle a en effet incité les chercheurs à creuser les liens proprement culturels du sujet » et, précisément, les questions liées à la culture populaire, aux questions identitaires ou aux représentations contenues dans les discours, l’historien invite ses pairs à retrouver les orientations initiales :

  • 17 L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles », p. 164.

Là en revanche où ils peuvent nourrir la recherche, c’est sur les questions quantitatives, les lignes budgétaires, les rapports de force politique, autant de dimensions présentes dans les recherches originelles et qu’on a eu tendance à délaisser depuis. Ce faisant, il faut accepter d’autres pistes de recherche, sans doute plus décalées des problématiques dominantes de l’histoire culturelle17.

6Il ne nous appartient pas ici d’abonder dans ce sens ni de contester cette posture. Tout au plus d’en prendre acte, avant de poursuivre la réflexion.

b) Orientations

7Pour notre part, nous voudrions insister sur plusieurs orientations prises par les historiens des politiques culturelles depuis deux décennies, avec deux hypothèses transversales : les pratiques de recherche ont contribué à définir l’objet ; les mêmes éléments constitutifs de la force de cette « spécialité » ont empêché son développement.

  • 18 Cette thèse sera publiée en 1994 sous le titre : La Belle Illusion. Culture et politique sous le si (...)

8Premier constat, l’histoire des politiques culturelles relève d’abord d’une « marque » française. Au même moment, les Anglo-saxons s’interrogent sur le linguistic turn ou entendent faire une new cultural history, en partie inspirée par l’anthropologie de Clifford Geertz et largement liée à l’histoire sociale ; les Italiens, par le biais de la micro-histoire, livrent d’autres mises en récit et donnent la priorité à l’indice, révélateur de phénomènes plus massifs. L’histoire des politiques culturelles ne s’inscrit pas dans cette perspective, mais davantage dans celle d’une histoire culturelle venue de l’histoire politique. Les tenants de celle-ci entendent se demander si, au-delà des domaines traditionnellement régaliens — la défense du pays, le maintien de l’ordre, la justice… —, il n’est pas temps pour les historiens de s’intéresser aux domaines plus récemment entrés dans le giron de l’État et, parmi eux, la culture : tel fut le cas de Pascal Ory qui fit le choix de travailler, dans le cadre de sa thèse d’État, sur la politique culturelle du Front populaire18. Au même moment, la culture acquérait une visibilité sans précédent au sein de l’État comme dans les collectivités locales.

  • 19 Pascal Ory cite parmi ses maîtres, outre son directeur de thèse René Rémond, François Lebrun et Jea (...)

9Bien sûr, l’histoire des décennies 1980 et 1990 ne peut se résumer à la renaissance du politique plaidée par René Rémond ou à l’inflexion culturelle impulsée par ses cadets. D’autres historiens choisissent, par exemple, de renouveler le récit biographique ou de bataille, d’autres encore manifestent leur goût pour les liens entre mythologie et société, s’attachent à l’histoire des sensibilités, ou entreprennent de vastes enquêtes sur la lecture ou les transferts culturels. Certains observateurs y ont vu un émiettement et, partant, un appauvrissement de l’histoire. Sans porter, ici encore, de jugement, soulignons simplement que les études sur les politiques culturelles surgissent parallèlement aux questionnements formulés par les historiens de la quatrième génération des Annales : les objets et les méthodes de l’histoire économique et sociale comme de l’histoire des mentalités sont passés au crible ; l’attention se porte davantage sur les pratiques, les médiations et les usages culturels. « Tournant critique » ou pas, ce moment scelle la fin d’une histoire inscrite dans un découpage territorial et social, tout en recourant, dans le prolongement de Lucien Febvre et de Marc Bloch, à d’autres sciences sociales. Ce parallélisme incite à formuler l’hypothèse que ce n’est pas exclusivement dans le giron de l’histoire politique que surgit l’histoire des politiques culturelles : les historiens des politiques culturelles font leur miel des études d’histoire politique comme des analyses d’histoire économique et sociale héritées des Annales19.

  • 20 Voir V. Dubois et P. Poirrier (dir.), Les collectivités locales et la culture. Philippe Poirrier a (...)
  • 21 P. Poirrier et L. Vadelorge (dir.), Pourune histoire des politiques du patrimoine.

10Deuxième constat, l’histoire française des politiques culturelles fait la part belle aux pouvoirs publics, au détriment des interventions privées, davantage mises en valeur dans le monde anglo-saxon. On pourra rétorquer que ce penchant reflète, tout simplement, la manière dont les politiques culturelles se sont mises en place en France : centralisme poussé, système académique, rôle des grandes institutions étatiques. Pourtant, on sera frappé par le fait que, dans ce pays où la monarchie s’est tôt préoccupée de Beaux-arts, l’État a d’abord moins été au centre des préoccupations des jeunes historiens des années 1990 que les collectivités locales. Du chabanisme culturel à la politique de villes de la banlieue parisienne au temps du Front populaire, en passant par un examen attentif, et souvent de plus longue durée, de politiques communales plus spécifiques, comme à Dijon ou à Rouen, il y a là la trace d’un moment d’intérêt particulier20. Peut-être ce mouvement a-t-il pu s’expliquer par les implantations locales de tel ou tel, ou par des inclinations méthodologiques, le souci proclamé de l’histoire urbaine par exemple. Il n’empêche : une série de travaux a contribué à former une sorte d’« école » autour de l’étude des politiques culturelles locales. Significativement, quelques-uns de ces historiens, partis de champs d’études locaux, ont par la suite choisi des champs de réflexion davantage axés sur les politiques d’État, notamment patrimoniales21.

  • 22 Voir A. Girard (dir.), Les Affaires culturelles au temps d’André Malraux ; D. L. Looseley, The Poli (...)
  • 23 Voir , G. Gentil et al. (dir.), Les Affaires culturelles autemps de Jacques Duhamel.
  • 24 J.-C. Groshens et J.-F. Sirinelli (dir.), Culture et action chez Georges Pompidou.

11Troisième remarque, en France, l’histoire des politiques culturelles a surtout concerné la période contemporaine. Trois moments ont été particulièrement bien mis en valeur : le Front populaire, comme moment d’avènement d’une politique de « popularisation culturelle » ; le régime de Vichy comme période particulière de contrôle et d’exclusion mais aussi d’effervescence culturelle et de prospection du territoire ; les débuts de la Cinquième République et, précisément, le moment Malraux qui, à partir de 1959, voit, avec la création d’un ministère des Affaires culturelles, se fonder un véritable discours de l’action culturelle22. La deuxième vague de travaux s’est plutôt portée sur des périodes intermédiaires, le ministère Jacques Duhamel entre 1971 et 197323, le « tournant libéral » de la période Giscard d’Estaing, etc. Plus récemment, l’attention s’est portée sur le rôle des présidents et, notamment, celui de Georges Pompidou24. Certes, la longue durée n’a pas été absente mais, comme le faisait remarquer Loïc Vadelorge, elle a eu tendance à être prise comme instrument de mesure uniquement pour quelques domaines spécifiques, tels les musées. Quant aux politiques municipales, leur examen ne remonte souvent pas très loin dans le xixe siècle. Il est d’ailleurs symptomatique de noter que c’est au sein de l’Institut d’histoire du temps présent que sont nées les principales initiatives en matière de recherche historienne sur les politiques culturelles.

c) Problèmes

12Les risques auxquels peuvent conduire ces orientations ne sauraient être minimisés. Ainsi l’étude du rôle de l’État jacobin ou des collectivités territoriales a-t-elle été souvent valorisée au détriment d’une analyse des décideurs privés. Certes, des sociologues et des historiens de l’art ont mis l’accent sur le rôle de ces derniers : Francis Haskell a étudié les mécènes, Nathalie Heinich les collectionneurs, Raymonde Moulin ou Gérard Monnier le marché de l’art ; certes, des travaux d’historiens suivent ce sillage, sur les galeries d’art contemporain en France après la seconde guerre mondiale par exemple, mais l’heure des grandes sommes historiennes prenant en compte la multiplicité des acteurs n’est pas encore venue.

  • 25 Pour le détail des recherches, se reporter à P. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle. On n (...)

13Autre écueil, l’histoire des politiques culturelles apparaît comme une histoire donnant la priorité aux analyses sectorielles : politique musicale ou théâtrale, de la lecture ou de la danse, des arts plastiques ou de la cinématographie. Ce faisant, elle tend à segmenter l’analyse en autant de domaines artistiques séparés et à accorder une part souvent trop belle à la dimension administrative25.

  • 26 De son côté, G. Saez, dans « Territorialisation de la politique culturelle », soulignait pourtant t (...)

14Certains chercheurs d’autres disciplines n’ont pas hésité à juger sévèrement l’histoire des politiques culturelles entamée en France depuis plus de vingt ans. Vincent Dubois a exprimé des réserves à propos des analyses historiennes fondées sur les divisions géographiques et administratives26. Ces remarques font, dans une certaine mesure, écho aux reproches adressés à la territorialisation de la recherche par les Annales. On voudrait ici tenter une série de réponses. On peut évidemment concéder qu’il est parfois problématique de cantonner l’étude de phénomènes culturels à tel ou tel territoire : le culturel dans telle ou telle ville ne peut rendre compte de l’ensemble des orientations culturelles d’un pays. Mais si des schémas dominants existent, les variantes locales sont tout aussi porteuses de sens, et les historiens le disent. L’exemple de la démocratisation culturelle menée à Grenoble avec l’équipe d’Hubert Dubedout est, sur ce point, éclairant. Cette expérience est souvent présentée comme un laboratoire des politiques culturelles municipales. Dans quelle mesure toutefois est-elle directement reproductible ailleurs, tant le terreau grenoblois — que l’on songe aux expériences nées sous l’Occupation, au tissu associatif d’éducation populaire original ou à la singularité du socialisme municipal de 1965 à 1983 — semble spécifique à la ville alpine ? Qu’ensuite des exportations soient envisageables : pourquoi pas ? Le modèle de démocratie participative a, bien entendu, fait des émules. Toutefois, les formes prises, bien au-delà de la Maison de la Culture, demeurent originales.

  • 27 V. Dubois, Institutions et politiques culturelles locales, p. 23 : il suggère aussi que le terme n’ (...)
  • 28 Ibid.
  • 29 Loïc Vadelorge répond en développant deux types d’arguments : « Sur le fond, on peut répondre à la (...)

15Vincent Dubois a également souligné combien les politiques culturelles, à la différence d’autres secteurs de l’intervention publique, tels que la police ou l’assistance, se prêtaient difficilement à une analyse sur le long terme. Selon lui, la « politique culturelle », ne serait pas un « concept transhistorique » et le sociologue met en garde contre « l’utilisation (tendanciellement) abusive d’un terme qui a été forgé pour l’action (et non pour la recherche) ; terme qui désigne et construit une chose qui n’accède au statut de réalité sociale qu’assez récemment »27. En outre, sa critique porte sur la recherche effrénée des origines. « En effet, explique-t-il, la genèse des politiques culturelles ne se résume pas aux origines des différentes formes de soutien des pouvoirs publics aux arts. Elle consiste aussi en une intégration et un agencement spécifique de ces multiples interventions dans un ensemble qui ne se limite pas à la somme des parties qui le composent »28. Bref, partir à la recherche de traces de politiques (régies municipales de théâtre ou comités de fêtes) ne saurait être une démarche valide si la spécificité des politiques culturelles, à savoir les investissements symboliques des élus et leur manière de penser, n’était prise en compte. La double leçon du sociologue consiste à vouloir éviter deux illusions contraires : celles de la table rase et de l’existence éternelle29. On rétorquera que les historiens ne cherchent pas ou plus avec une féroce obstination des origines proches ou lointaines, qu’ils tentent surtout de repérer les moments d’émergence des politiques, les héritages assumés ou non, les ruptures avec les pratiques anciennes, les reniements, les adaptations et les réaménagements, ou les innovations réelles. Bref, qu’ils sont intéressés à débusquer les généalogies, même inavouées et inavouables, au-delà de ce qu’en disent les acteurs. Qu’ils sont attachés à la notion de processus, particulièrement opérante pour l’histoire des politiques culturelles, comme à celle de discontinuité permettant de penser les moments de prise en compte du culturel par le politique comme ceux d’effacement ou de retour en arrière. Que le contexte est déterminant. En ce sens, ni table rase ni existence éternelle ne sont au menu des recherches historiennes, mais bien plutôt le repérage de la complexité du réel. Une politique culturelle ne naît jamais ex nihilo : elle a à voir avec des tentatives réussies ou avortées et se construit en fonction de modèles ou des repoussoirs. Ainsi, la création des Maisons de la Culture sous Malraux, autour de l’idée de polyvalence, s’inscrit-elle en contradiction avec un ensemble de politiques plus sectorielles menées jusqu’alors, mais ne peut se comprendre sans être reliée à d’autres initiatives (Maison de la Culture sous le Front populaire, action culturelle menée dans les territoires colonisés). Les circonstances jouent un rôle décisif. Victoire du Rassemblement populaire en 1936, installation du régime de Vichy, impulsion donnée à la Libération, changement de République en 1958 ou victoire des socialistes en 1981 : voilà autant de changements radicaux de majorité ou de régime qui accélèrent les évolutions culturelles en cours. Bref, loin de pécher par anachronisme, l’historien des politiques culturelles, modestement, cherche à préciser la définition et l’extension des notions au moment où elles sont utilisées, en fonction des acteurs qui les emploient ; à repérer des généalogies complexes ; à ne jamais lire en fonction d’un contexte postérieur les initiatives des uns et des autres et, ce faisant, à ne pas ignorer les pistes avortées comme celles finalement choisies.

L’histoire des politiques culturelles est-elle de l’histoire culturelle ?

16Outre la question de la nouveauté — qui demeure toute relative —, l’autre question qui taraude l’esprit lorsque sont abordées les politiques culturelles est de savoir si cette histoire relève spécifiquement de l’histoire culturelle. L’interrogation peut sembler incongrue : elle est pourtant centrale.

a) Une histoire ancrée dans le politique

  • 30 P. Urfalino, « L’histoire de la politique culturelle », p. 317.

17Au premier abord, l’histoire des politiques culturelles semble plus nettement s’apparenter à l’histoire politique. La définition fournie par Philippe Urfalino est sur ce point éclairante : « […] moment(s) de convergence et de cohérence entre, d’une part, des représentations du rôle que l’État peut faire jouer à l’art et à la “culture” à l’égard de la société et, d’autre part, l’organisation d’une action publique »30.

  • 31 L. Vadelorge (dir.), L’Action culturelle dans les villes nouvelles.
  • 32 P. Ory, « La décision en politique culturelle ».

18Elle renvoie à l’histoire des idées. Philippe Urfalino a, par exemple, montré dans L’invention de la politique culturelle, comment une véritable « philosophie » de l’État esthétique avait présidé à l’action d’André Malraux à la tête du ministère des Affaires culturelles. Le versant politique de l’histoire des politiques culturelles invite aussi à un travail biographique sur les ministres, les élus et les fonctionnaires. Jeanne Laurent, sous-directeur des spectacles et de la musique après guerre jusqu’à son éviction de son poste en 1952 a, par exemple, joué un rôle déterminant dans l’impulsion donnée au théâtre en France à la Libération : soutien au concours des jeunes compagnies, décentralisation théâtrale, aide à la première pièce. Autre exemple, un certain nombre de fonctionnaires œuvrant au sein de l’Union française ont trouvé, après la décolonisation, une vraie opportunité avec la création d’un ministère chargé de la Culture en 1959 et y ont exporté un certain nombre de leurs pratiques. Cette même histoire est histoire des institutions et des organisations. Des travaux récents sur l’action culturelle des villes nouvelles ont ainsi mis en évidence le rôle des organismes transversaux et leur difficulté d’articulation avec les pouvoirs municipaux31. Elle est histoire des actes et des décisions, comme en témoigne l’étude consacrée par Pascal Ory au rôle de François Mitterrand en matière de politique culturelle32. D’évidence, l’action culturelle du président socialiste ne peut être réduite à une gamme uniforme de comportements qui en ferait l’acteur incontournable de ce « domaine réservé ». Outre que la délimitation d’un tel domaine lui est antérieure — que l’on songe à Pompidou, et même à Giscard d’Estaing, qui fut davantage présent dans le secteur culturel que la mémoire politique ne le laisse penser, entre projet d’Institut du monde Arabe et musée d’Orsay —, sa sensibilité le portait davantage vers les livres que vers les Arts plastiques, dont il laissa en grande partie la responsabilité à Claude Mollard. Quant aux Grands travaux, il n’eut pas toujours le même modus operandi : ici, prenant fait et cause pour tel architecte, là, laissant davantage le ministère opérer ; ailleurs encore, laissant ouvert le champ des possibles. La décision n’obéit donc pas toujours à un processus identique : elle est soit imposée, soit objet de transaction ou il se peut que, tout bonnement, le président soit sans avis.

19L’histoire des politiques culturelles nourrit aussi fort utilement l’histoire politique française. Ici, seules quelques orientations seront proposées sur ce point. L’histoire des politiques culturelles peut contribuer à nuancer l’idée d’un modèle français trop exclusivement jacobin, comme l’ont déjà montré certains historiens dans d’autres domaines (Jean-François Chanet à propos des écoles comme « petites patries » par exemple). Ainsi, dans cette étroite relation entre le centre parisien du pouvoir et les institutions locales qui a vu se constituer l’État-providence français, la partition culturelle joue-t-elle son rôle. Les aides publiques aux arts des villes ont, en effet, souvent accompagné, voire précédé, les actions nationales et ont accru le domaine du « service public ». Autre mise en perspective, si l’on veut bien considérer qu’un tournant libéral dans l’intervention de l’État s’effectue au milieu des années 1970, le domaine des politiques culturelles en constitue une parfaite illustration : l’importance donnée à la création et à la loi du marché, la minimisation de la place accordée à la Culture dans l’organigramme d’État en sont quelques-uns des signes. L’histoire des politiques culturelles peut tout autant alimenter l’histoire des élites, nationales ou locales, comme celle du militantisme. Ainsi les mutations que connaissent les socialistes français dans les années 1960- 1970 — on pourrait évoquer leur « culturalisation » — trouvent-elles un écho dans la place accordée aux animateurs socioculturels dans l’édification des programmes électoraux comme dans les équipes mises en place au sein des municipalités gagnées en 1977.

20Dès lors, la question de la faible prise en compte de ces travaux par les historiens travaillant sur les politiques publiques mérite d’être posée. Formulons l’hypothèse suivante : les politiques culturelles, considérées comme trop réduites à leur seul champ d’application, n’auraient aucun caractère prototypique ou exemplaire pour les historiens du politique « pur ». Elles constitueraient — sans jeu de mots — une « exception culturelle ». Pourtant, elles contribuent, nous semble-t-il, comme d’autres, à éclairer la vie politique d’une période, qu’il s’agisse des acteurs et de leurs discours, des écarts entre le discours et les effets ou du difficile jeu à trois entre les pouvoirs publics nationaux et locaux et le secteur privé. Comment ne pas voir, par exemple, que le tournant libéral de Napoléon III trouve son équivalence culturelle dans le décret sur la liberté théâtrale pris en 1864, mettant fin aux privilèges et contribuant à accroître l’offre théâtrale ? Quant au « modèle républicain » cher à Serge Berstein et Odile Rudelle, sa traduction régionale se perçoit dans la construction d’édifices publics — théâtres, musées des Beaux-Arts — constitutifs de l’architecture républicaine.

b) Un peu d’histoire culturelle

21Si la filiation avec l’histoire politique apparaît certaine, l’incorporation de l’histoire des politiques culturelles au sein de l’histoire culturelle semble plus problématique. Malgré tout, le constat établi par Philippe Poirrier affirme bel et bien cet ancrage :

  • 33 P. Poirrier, Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles, p. 23.

L’histoire des politiques et institutions culturelles a l’ambition d’éclairer plusieurs secteurs historiographiques […]. Elle éclaire la construction et la diffusion des modèles culturels ainsi que l’évolution des pratiques culturelles. Elle croise ici une histoire sociale entendue au sens large33.

  • 34 Voir D. Poulot, Musée, nation et patrimoine.
  • 35 J.-F. Gravier, Paris et le désert français.
  • 36 Voir P. Goetschel, « L’État et le théâtre ».

22D’où vient dès lors l’incertitude ? L’histoire des politiques culturelles a, dans la plupart des cas, prospéré et continue à le faire sur une définition restrictive du mot « culture », au sens, hérité des Lumières, d’une culture considérée comme le bagage intellectuel et artistique de l’honnête homme. Trois évolutions majeures contrarient cependant ce constat initial et plaident en faveur de la prise en compte de cette histoire par une histoire culturelle fourmillante. Premièrement, une conception moins « beaux-arts » a prévalu depuis maintenant plus de vingt ans, intégrant dans le champ culturel de nouveaux objets : la mode, la gastronomie, la photographie, la bande dessinée… Et il faut savoir gré à toute une histoire culturelle « à la française » d’avoir su, sans souci d’esthétisme ou d’élitisme, s’attacher à l’étude de ces genres artistiques moins légitimes. Deuxièmement, l’histoire culturelle, dans sa version plus anthropologique de la culture, conçue comme une histoire sociale des représentations, sur la piste des imaginaires, des sensibilités, des systèmes de pensée et d’émotion, constitue un excellent biais pour éloigner l’histoire des politiques culturelles d’une approche trop exclusivement politique ou administrative. Dès les premiers travaux effectués sur les politiques culturelles, cette démarche était d’ailleurs revendiquée. Elle se repérait dans la manière dont Pascal Ory, dans sa thèse consacrée à la politique culturelle du Front populaire, opérait une distinction entre « culture régie » et « culture vécue ». La « culture vécue » y était définie comme l’ensemble des façons dont agissait, sentait et voyait un groupe donné, dans un espace donné (même s’il était multipolaire), à un moment donné. La « culture régie » constituait la réponse des politiques culturelles à « la culture vécue », voire son orchestration. L’initiateur des politiques culturelles crée, anticipe ou suit donc les attentes des publics comme les pratiques des acteurs. En ce sens, la politique culturelle du Front populaire ne se conçoit pas sans cet « esprit du temps » particulier de 1936, mélange d’optimisme, d’espoir en une éducation culturelle du peuple nécessairement émancipatrice et de représentations d’une culture française très ancrée dans le patrimoine national. Ce même « air du temps » joue un rôle non négligeable pour comprendre l’élan culturel de la Libération. On trouve sa trace dans le préambule de la Constitution de la Quatrième République qui reconnaît le droit d’accès à la culture pour tous les citoyens. La volonté d’étendre les prérogatives de l’État-providence au domaine culturel — le théâtre étant pensé comme partie d’un vaste « service public » — est alors vivace, tout comme l’est l’espoir d’un progrès démocratique acquis par le partage des connaissances et des loisirs en dehors du milieu scolaire, dans le prolongement de l’optimisme culturel des années 1930. Troisièmement, de l’histoire culturelle émane également le souci de penser en termes de représentations, celles-ci étant étroitement liées aux pratiques des acteurs. Dominique Poulot montre, par exemple, comment le patrimoine, qui apparaît comme l’invention révolutionnaire par excellence, se décline d’abord sous la forme de monuments et de grands hommes, jusqu’à dessiner une véritable culture laïque à la fin du xviiie siècle et au début du xixe. Cette forme de représentation n’est cependant pas immuable et, dès Guizot, la politique patrimoniale cherche à privilégier une approche plus généalogique et mémorielle34. Deux visions se succèdent donc, double matrice d’une politique que l’on peut retrouver jusqu’au xxe siècle. Autre exemple : celui des représentations spatiales. À la Libération, la puissance publique d’État imagine, dans le cadre d’une politique volontariste de décentralisation de l’art dramatique, un réseau national de centres dramatiques nationaux dans lequel la « périphérie », celle des petits bourgs de province, doit être aussi bien dotée que Paris, le « centre ». Au-delà des freins financiers, administratifs et politiques qui se multiplient sous la Quatrième République, l’administration et les hommes politiques sont mus par les mêmes schémas de pensée que ceux qui présidaient à la rédaction du Paris et le désert français écrit par Jean-François Gravier35. De manière différente, au début de la Cinquième République, les Maisons de la Culture s’inscrivent dans une vision davantage influencée par le souci des équipements urbains des villes grandes et moyennes36. Dans l’ordre des représentations, la mémoire de temps glorifiés, érigés au rang de mythes, permet de comprendre bien des mises en chantier de politiques culturelles. C’est au nom d’une vision du « théâtre populaire », dont l’époque de la Libération aurait vu la pleine réalisation, que des hommes de théâtre ont cherché ces dernières années à inaugurer de nouvelles approches pour attirer du public, avec les problèmes, parfois, que l’on sait. À l’historien revient alors la tâche de percer le panthéon imaginaire des acteurs, de détecter les événements qui font office de références, de tracer les circuits des généalogies imaginaires, mais aussi de déconstruire les légendes dorées, de comprendre les décalages entre l’imaginé et le réel. Peu importe d’ailleurs à l’arrivée que tout cela soit un jeu de dupes. Même déformée, la perception du passé, accoucheuse d’actions, forme, en soi, une réalité.

23Au total, l’histoire culturelle invite donc moins à fournir une histoire de substitution à l’histoire politique ou à l’histoire sociale qu’à en compléter le système d’explications.

c) À la quête de transversalité

24Cependant, le recours à la notion de transversalité en histoire culturelle aura, pour l’objet qui nous occupe — l’histoire des politiques culturelles — une double vertu : permettre de retrouver une certaine actualité et donc rompre avec l’impression de déjà vu ; enrichir l’analyse en proposant de décaler le regard et donc éviter l’enfermement dans des catégories politiques et administratives établies.

  • 37 Voir les recherches en cours de Christophe Granger sur l’histoire des vacances.

25Ainsi aura-t-on intérêt à raisonner moins en termes de secteurs culturels que de domaines, à la fois plus élastiques et plus extensifs. Comment et par qui le domaine des loisirs est-il pensé au cours d’un premier xxe siècle ? Le rôle joué, par exemple, par les inspecteurs du travail dans les années 1920 ou les associations familialistes, patronales ou catholiques durant toute l’entre-deux-guerres, invite à considérer la politique d’organisation des loisirs menée sous le Front populaire dans un cadre temporel et humain beaucoup plus large que le seul Rassemblement populaire37. Domaines mais aussi notions. Précisément, celle de « compagnie », partagée par le cirque, la danse ou le théâtre, conduit à dépasser la seule approche sectorielle : où et quand émerge l’idée de « jeune compagnie » ? Le terme, abondamment utilisé dans le secteur chorégraphique, a-t-il contaminé le théâtre ? Le Front populaire a-t-il eu son rôle dans la propagation du terme ? À moins que l’exportation du modèle américain (company) n’ait, à un moment ou un autre, joué un rôle.

  • 38 Outre la thèse d’Albert Salon sur l’action culturelle française dans le monde, on peut citer, par e (...)
  • 39 Voir V. Dubois et E. Négrier (dir.), Les politiques culturelles en Europe du Sud ; J. Ahearne (dir. (...)
  • 40 Voir J.-C. Delorme et al. (dir.), Historicisme et modernité du patrimoine européen. Toute une série (...)
  • 41 Citons le colloque « Diplomatie et relations internationales » et A. Dubosclard et al., Entre rayon (...)
  • 42 Voir Relations internationales, 116, avril 2003, dossier sur « Diplomatie et transferts culturels a (...)
  • 43 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands.
  • 44 Présentation du colloque Les relations culturelles internationales au xxe siècle. De la diplomatie (...)
  • 45 Une Europe malgré tout : les échanges culturels, intellectuels et scientifiques entre Européens dan (...)
  • 46 Voir C. Maurel, L’UNESCO de 1945à 1974, thèse sous la direction de Pascal Ory, 2006.

26Il convient de ne pas ignorer non plus la dimension internationale qui constitue l’une des voies transversales les plus fécondes pour renouveler les approches. Les politiques culturelles sont longtemps restées, au moins jusqu’à la soutenance de plusieurs thèses38 et la tenue de plusieurs journées d’études et colloques récents, les parents pauvres de l’histoire des relations culturelles internationales39. La marche est désormais franchie. Des politiques nationales donnent lieu à des analyses européennes comparées, comme c’est le cas pour la mesure de l’intervention étatique en matière muséale40. L’histoire de la diplomatie culturelle se développe et met, notamment, l’accent sur l’étape décisive qu’elle constitue pour comprendre la mondialisation culturelle41. Les relations culturelles internationales sont l’objet de nouvelles attentions42. En témoigne un tout récent colloque sur ce thème organisé en 2006. Un large emprunt y est fait aux analyses des transferts culturels de Michel Espagne et Michael Werner43 afin, plus particulièrement, de souligner le rôle des médiateurs, de déplacer la focale vers le pays récepteur mais aussi de pointer les effets-retours sur le pays d’origine. L’ambition affichée est de cerner au plus près la relation culturelle. Pour ce faire, il a été convenu de privilégier « une approche systématique de ses facteurs (techniques, scientifiques, économiques, politiques et enfin, mais enfin seulement, proprement culturels), de ses acteurs (médiateurs professionnels et amateurs, du diplomate au chercheur, du traducteur au négociant, du touriste à l’immigré) et, bien entendu, mais c’est là le plus délicat de son sens, de ses effets (lecture géopolitique, effets d’hégémonie et mécanismes d’appropriation, contenus esthétique et éthique) »44. Le contenu et le sens des pratiques résident donc au cœur d’analyses, tout comme les phénomènes d’acculturation et les perpétuels renouvellements des rapports de forces. D’autres colloques s’interrogent sur le contenu et le sens des relations culturelles en temps de guerre froide45 tandis que le rôle d’organismes internationaux en matière de culture fait aussi l’objet de recherches permettant de dépasser le seul cadre occidental46.

  • 47 Voir , par exemple, F. Cochet et al., Les Américains et la France.
  • 48 L’Europe et la logique culturelle. Les politiques culturelles des régions d’Europe. La logique des (...)
  • 49 M. Poulsen, « La politique culturelle au Danemark ».

27Plus spécifiquement, le regard porté au-delà des frontières peut conduire à varier les angles d’attaque dans l’étude des acteurs du champ culturel. Ainsi, l’importance des collectionneurs américains amène-t-elle, en retour, à s’interroger sur le statut des collections en France, comme le fait Véronique Long pour le xixe siècle, ou à penser au rôle des mécènes américains dans la reconstruction de l’après-guerre pour le xxe siècle. À titre d’exemple, l’expérience des bibliobus (celui du Soissonais est inauguré en 1933) ne peut être comprise sans références au rôle joué par le Comité d’aide aux régions dévastées créé en 1918, dans lequel le rôle de bibliothécaires américaines fut décisif47. L’observation de la façon dont l’administration culturelle fonctionne dans tel ou tel pays permet également d’affiner les catégories d’analyses. Qui sont les acteurs multiples des politiques culturelles ? Dans la péninsule scandinave, le rôle traditionnellement dévolu au roi dans l’aide accordée aux arts se perpétue, tout comme le rôle des grandes fondations industrielles (Tuborg, Carlsberg, Augustinus). En Espagne, au contraire, celles-ci sont rares et la puissance du ministère de la Culture faible, comparée à celle des régions, des administrations locales et des associations qui, après la période franquiste, se montrent très dynamiques, notamment en matière de politique linguistique48. L’examen de la politique culturelle au Danemark suggère une autre distinction, entre une « culture professionnelle » couvrant les musées, les théâtres ou les bibliothèques et une culture non professionnelle, culture du peuple, des consommateurs et des amateurs. Dès lors, la politique culturelle ne s’arrête pas à une définition traditionnelle de la culture. L’école peut être transformée en centre culturel, tandis que des subventions, au titre de la culture, concernent le ministère des Affaires sociales, sous le titre, par exemple, « essayez vous-même »49. Bien avant l’extension du champ sous Jack Lang, plusieurs pays ont donc favorisé une conception plus extensive de la culture, et ont surtout dessiné des cartographies institutionnelles beaucoup plus complexes et enchevêtrées.

28Enfin, les phénomènes de diffusion ne sauraient être négligés. Anne-Marie Autisser, même si sa démarche n’est pas à proprement parler historienne, en fournit quelques pistes à propos de la politique culturelle de Jack Lang :

  • 50 A.-M. Autissier, « Politiques culturelles des États européens ».

La bruyante conversion de la France à la modernité culturelle — une interaction sans précédent de la relation entre économie et culture, notamment dans le secteur des industries culturelles — inspire à long terme Britanniques, Italiens, Espagnols et Allemands. Lui-même s’est appuyé sur les pratiques d’autres pays, notamment pour l’instauration du prix unique du livre. Le prix unique du livre existait depuis 150 ans au Danemark, de longue date aux Pays-Bas et plus récemment en Allemagne sous forme d’accord interprofessionnel lorsqu’il a été instauré en France. À son tour, la mise en place d’une loi en France a inspiré l’Allemagne, l’Autriche et la Grèce50.

29À nous de travailler sur les anticipations restées longtemps isolées ou sur la simultanéité des politiques qui, nombreuses et établies dans un temps rapproché, construisent de facto des modèles.

30Ainsi, de quelque côté que l’observateur se tourne, l’histoire des politiques culturelles reste avant tout une histoire des politiques de la culture. Il est difficile d’échapper à ce sens restreint et il faut même, sans doute, le revendiquer. À condition de ne pas en rester à la seule lecture politique et administrative et d’assimiler les apports majeurs de l’histoire culturelle, à savoir la nécessaire prise en compte de la multitude des facteurs (économiques, politiques, esthétiques, etc.) comme des imaginaires sociaux dans la compréhension des politiques culturelles. Voilà donc bien un domaine où les querelles de frontières deviennent rapidement stériles. L’histoire des politiques culturelles ne constitue-t-elle pas en effet, comme d’autres domaines de la recherche historique, un lieu où se croisent des regards qui ne s’opposent pas — histoire politique versus histoire sociale ; histoire culturelle versus histoire économique — mais au sein duquel les réflexions peuvent se compléter avec profit ?

Bibliographie

Bibliographie

Ahearne, Jeremy (dir.), « French and German Cultural Policies », The International Journal of Cultural Policy, juillet 2003, 9 (2), pp. 127-133.

Autissier, Anne-Marie, « Politiques culturelles des États européens : pour une nécessaire refondation », EspacesTemps.net [http://www.espacestemps.net, mars 2006].

Cochet, François, Genêt-Delacroix, Marie-Claude et Trocmé, Hélène, Les Américains et la France (1917-1947). Engagements et représentations, Paris, Maisonneuve & Larose, 1999.

Delorme, Jean-Claude, Genet-Delacroix, Marie-Claude et Leniaud, Jean-Michel (dir.), Historicisme et modernité du patrimoine européen : reconstruction, restauration, mise en valeur aux xixe et xxe siècles. Actes du colloque international organisé à Reims (17-18 novembre 2000), Paris, L’Harmattan, 2007.

Delumeau, Jean, La peur en Occident, Paris, Hachette, 2003.

Dubois, Vincent, Institutions et politiques culturelles locales : éléments pour une recherche socio-historique, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation française, 1996.

— La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999.

Dubois, Vincent et Négrier, Emmanuel (dir.), Les politiques culturelles en Europe du Sud, Castelnau-le-Lez, Climats, 1999.

Dubois, Vincent et Poirrier, Philippe (dir.), Les collectivités locales et la culture, Paris, La Documentation française, 2002.

Dubosclard, Alain, Grison, Laurent, Jeanpierre, Laurent et al., Entre rayonnement et réciprocité. Contributions à l’histoire de la diplomatie culturelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

Espagne, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999.

Friedberg, Ehrard et Urfalino, Philippe, Le jeu du catalogue. Les contraintes de l’action culturelle dans les villes, Paris, La Documentation française, 1984.

Fumaroli, Marc, L’État culturel, Paris, Éditions du Fallois, 1993.

Gentil, Geneviève et Poirrier, Philippe (éd.), La politique culturelle en débat. Anthologie (1955-2005), Paris, La Documentation française, 2006.

Gentil, Geneviève, Girard, Augustin, Rioux, Jean-Pierre et Sirinelli, Jean-François (dir.), Les Affaires culturelles au temps de Jacques Duhamel (1971- 1973), Paris, La Documentation française, 1995.

Girard, Augustin (dir.), Les Affaires culturelles au temps d’André Malraux, Paris, La Documentation française, 1996.

Goetschel, Pascale, « L’État et le théâtre : une vision particulière du territoire (1945-1975) », dans Philippe Poirrier et Jean-Pierre Rioux (dir.), Affaires culturelles et territoires, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation française, 2000, pp. 255-276.

Gravier, Jean-François, Paris et le désert français, Paris, Flammarion, 1992.

Groshens, Jean-Claude et Sirinelli, Jean-François (dir.), Culture et action chez Georges Pompidou, Paris, PUF, 2000.

Laurent, Jeanne, La République des Beaux-Arts, Paris, Julliard, 1955.

— Arts et pouvoirs en France de 1793 à 1981, Saint-Étienne, CIEREC, 1983.

Long, Véronique, Mécènes des deux mondes : les collectionneurs donateurs du Louvre et de l’Art Institute de Chicago (1879-1940), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

Looseley, D. L., The Politics of Fun. Cultural Policy and Debate of Contemporary France, Oxford-Washington, Berg Publishers, 1995.

Martin, Laurent, Jack Lang. Une vie entre culture et politique, Paris, Éditions Nouveau Monde, 2008.

Ory, Pascal, « Front populaire et création artistique », Bulletin de la société d’histoire moderne, séance du 6 janvier 1974, quinzième série, 3, pp. 5-21.

— « Pour une histoire culturelle de la France contemporaine », Bulletin d’histoire de la France contemporaine, 2, 1981, pp. 5-32.

— « L’histoire culturelle de la France. Question et questionnement », Vingtième siècle. Revue d’histoire, octobre-novembre 1987, pp. 67-82.

— La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Paris, Plon, 1994.

— « La décision en politique culturelle : l’exemple de la présidence Mitterrand », dans Serge Berstein, Pierre Milza et Jean-Louis Bianco (éd.), Les années Mitterrand. Les années du changement 1981-1984, Paris, Perrin, 2001, pp. 818-838.

— « L’histoire culturelle a une histoire », dans Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.), L’histoire culturelle du contemporain. Actes du colloque de Cerisy, Paris, Nouveau Monde, 2005, pp. 55-74.

Poirrier, Philippe, Histoire des politiques culturelles de la France contemporaine, Dijon, Bibliest, 1998.

— Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles. France xixe-xxe siècles, Paris, La Documentation française, 1999.

— L’État et la culture en France au xxe siècle, Paris, Le Livre de Poche, 2000.

— Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Le Seuil, 2004.

Poirrier, Philippe (dir.), Les politiques culturelles de la France, Paris, La Documentation française, 2002.

Poirrier, Philippe et Vadelorge, Loïc (dir.), Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, La Documentation française, 2003.

Poulot, Dominique, Musée, nation et patrimoine, Paris, Gallimard 1997.

Poulsen, M., « La politique culturelle au Danemark », dans L’Europe et la logique culturelle. Les politiques culturelles des régions d’Europe. La logique des réseaux culturels. Colloque européen, Amiens, Office culturel d’Amiens, 20 avril 1990.

Rioux, Jean-Pierre (coord.), L’histoire culturelle de la France contemporaine, bilans et perspectives de recherche, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, INTP, 1987.

Saez, Guy (dir.), « Territorialisation de la politique culturelle », Silex, 22, 1982, pp. 5-11.

— Villes en recomposition. Les politiques culturelles à Grenoble et à Montpellier, Grenoble, CERAT, 1990.

— Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation française, 2004 (2ème édition revue et augmentée).

Sirinelli, Jean-François et Soutou, George-Henri (dir.), Culture et guerre froide, Paris, PUPS, 2008.

Urfalino, Philippe, L’invention de la politique culturelle, Paris, La Documentation française, 1996.

— « L’histoire de la politique culturelle », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seuil, 1997, pp. 311-324.

Vadelorge, Loïc « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles : État, institutions, collectivités locales », dans Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.), L’histoire culturelle du contemporain, Paris, Nouveau monde, 2005, pp. 153-170.

Vadelorge, Loïc (dir.), L’Action culturelle dans les villes nouvelles, Paris, La Documentation française, 2005.

Waresquiel, Emmanuel de, Dictionnaire des politiques culturelles, Paris, Larousse, 2001.

Notes

1 Voir P. Ory, « Pour une histoire culturelle de la France contemporaine » et « L’histoire culturelle de la France » ; J.-P. Rioux (coord.), L’histoire culturelle de la France contemporaine.

2 Voir le séminaire lancé en 1989 par Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli intitulé « Politiques et institutions culturelles de la France contemporaine ». Pour le devenir de ce séminaire voir P. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, note 14, p. 139.

3 Et encore, il ne faudrait pas omettre l’existence de textes précurseurs, tels ceux de Maurice Crubellier et de Paul Gerbod. Voir sur ce point P. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, p. 137.

4 L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles », p. 153.

5 E. de Waresquiel, Dictionnaire des politiques culturelles. Citons également G. Saez (dir.), Institutions et vie culturelles.

6 P. Poirrier, Histoire des politiques culturelles de la France contemporaine ; Id., Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles ; Id., L’État et la culture en France au xxe siècle. On pourra y ajouter la publication d’anthologies grâce au Comité d’histoire du ministère de la Culture : P. Poirrier (dir.), Les politiques culturelles de la France ; G. Gentil et P. Poirrier (éd.), La politique culturelle en débat.

7 Voir P. Urfalino, « L’histoire de la politique culturelle ».

8 P. Poirrier, Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles et Les enjeux de l’histoire culturelle, pp. 131-144.

9 Voir L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles ». Nous y renvoyons, notamment, pour toute une série de références que nous avons pris le parti de ne pas intégrer ici. Nous n’en indiquons que quelques-unes.

10 J. Laurent, La République des Beaux-Arts ; Id., Arts et pouvoirs en France.

11 M. Fumaroli, L’État culturel.

12 L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles », p. 156. Il évoque notamment, sur ce point, les réflexions de Jacques Rigaud, ancien directeur de cabinet du ministre Jacques Duhamel.

13 E. Friedberg et P. Urfalino, Le jeu du catalogue.

14 P. Urfalino, L’invention de la politique culturelle.

15 Voir G. Saez (dir.), Villes en recomposition.

16 V. Dubois, La politique culturelle.

17 L. Vadelorge, « Quinze ans d’histoire des politiques culturelles », p. 164.

18 Cette thèse sera publiée en 1994 sous le titre : La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938). Il faut cependant noter que dès 1974, Pascal Ory posait les jalons d’une réflexion sur la politique culturelle du Front populaire. Voir P. Ory, « Front populaire et création artistique ».

19 Pascal Ory cite parmi ses maîtres, outre son directeur de thèse René Rémond, François Lebrun et Jean Delumeau, tous deux engagés dans l’entreprise febvrienne : J. Delumeau, La peuren Occident. Voir P. Ory, « L’histoire culturelle a une histoire », p. 57.

20 Voir V. Dubois et P. Poirrier (dir.), Les collectivités locales et la culture. Philippe Poirrier a travaillé sur Dijon, Sylvie Rab sur la banlieue parisienne, Serge Reneau sur le Havre, Françoise Tagliano-Desgarets sur Bordeaux, Loïc Vadelorge sur Rouen.

21 P. Poirrier et L. Vadelorge (dir.), Pourune histoire des politiques du patrimoine.

22 Voir A. Girard (dir.), Les Affaires culturelles au temps d’André Malraux ; D. L. Looseley, The Politics of Fun.

23 Voir , G. Gentil et al. (dir.), Les Affaires culturelles autemps de Jacques Duhamel.

24 J.-C. Groshens et J.-F. Sirinelli (dir.), Culture et action chez Georges Pompidou.

25 Pour le détail des recherches, se reporter à P. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle. On ne peut ignorer le contexte des vingt dernières années dans l’essor de ce champ de recherches. Vincent Dubois l’a bien montré dans Institutions et politiques culturelles locales : l’intervention publique n’y est pas pour rien « en faisant rentrer les politiques culturelles dans un certain “air du temps” des années 1980 » (p. 13). Vincent Dubois indique aussi que, au-delà de l’intérêt porté par les chercheurs confirmés, le « sous-secteur des étudiants » se montre fort intéressé par ce thème. Le chercheur évoque ici deux raisons : la valorisation sociale liée aux travaux sur la culture ; des recherches qui peuvent être considérées comme favorables à un débouché professionnel en dehors du champ universitaire.

26 De son côté, G. Saez, dans « Territorialisation de la politique culturelle », soulignait pourtant toute l’importance qu’il fallait accorder aux études territorialisées.

27 V. Dubois, Institutions et politiques culturelles locales, p. 23 : il suggère aussi que le terme n’a pas cours et « ne renvoie à aucune représentation pertinente pour les contemporains ni à aucune forme d’objectivation sociale (discours, institutions ou groupes sociaux) ». Il explique en outre que « parler de “politique culturelle”, c’est aussi faire exister la chose en la désignant. L’opération est parfaitement légitime, lorsque le chercheur fournit la batterie d’indicateurs attestant de la réalité sociale de ce qu’il décrit en ces termes. Elle l’est nettement moins lorsque la “politique culturelle” en question n’est que le résultat de la reconstruction a posteriori par le chercheur d’une soi-disant homogénéité à partir d’une masse d’éléments disparates ou en tout cas n’ayant pas fait l’objet, dans la conjoncture dans laquelle ils sont placés, du travail social d’homogénéisation qui leur conférerait une quelconque unité historique », p. 24.

28 Ibid.

29 Loïc Vadelorge répond en développant deux types d’arguments : « Sur le fond, on peut répondre à la question de l’anachronisme en mettant en avant deux arguments. Le premier consiste à distinguer le mot et la chose. Le terme de “politique culturelle”, apparaît sous le Front populaire et se généralise après 1945, voire après 1958. En revanche la chose, c’est-à-dire l’intervention des pouvoirs publics dans les affaires artistiques, éducatives et les loisirs remonte à la fin du xixe siècle au moins. En second lieu, les mobiles d’intervention des pouvoirs publics sont parfaitement explicités dès les années 1900 : démocratiser la culture, intégrer les masses à la République, lutter contre l’ouvriérisme, assurer le prestige local et national. En ce sens, on peut bien parler de “politique culturelle” pour la fin du xixe siècle » (« Quinze ans d’histoire des politiques culturelles », note 40, p. 167).

30 P. Urfalino, « L’histoire de la politique culturelle », p. 317.

31 L. Vadelorge (dir.), L’Action culturelle dans les villes nouvelles.

32 P. Ory, « La décision en politique culturelle ».

33 P. Poirrier, Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles, p. 23.

34 Voir D. Poulot, Musée, nation et patrimoine.

35 J.-F. Gravier, Paris et le désert français.

36 Voir P. Goetschel, « L’État et le théâtre ».

37 Voir les recherches en cours de Christophe Granger sur l’histoire des vacances.

38 Outre la thèse d’Albert Salon sur l’action culturelle française dans le monde, on peut citer, par exemple, celles d’Annie Guénard sur la présence française en Europe centrale et orientale, d’Alain Dubosclard et Laurent Jeanpierre sur la France aux États-Unis, de Dominique Trimbur sur la France en Palestine entre les deux guerres ou de Christine Okret sur la politique culturelle britannique en France.

39 Voir V. Dubois et E. Négrier (dir.), Les politiques culturelles en Europe du Sud ; J. Ahearne (dir.), « French and German Cultural Policies ».

40 Voir J.-C. Delorme et al. (dir.), Historicisme et modernité du patrimoine européen. Toute une série de réflexions sur les modèles renvoie à des travaux inspirés en partie des approches de Pierre Bourdieu.

41 Citons le colloque « Diplomatie et relations internationales » et A. Dubosclard et al., Entre rayonnement et réciprocité.

42 Voir Relations internationales, 116, avril 2003, dossier sur « Diplomatie et transferts culturels au xxe siècle », et, par exemple, l’article de Caroline Moine consacré au festival de Leipzig.

43 M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands.

44 Présentation du colloque Les relations culturelles internationales au xxe siècle. De la diplomatie culturelle à l’acculturation.

45 Une Europe malgré tout : les échanges culturels, intellectuels et scientifiques entre Européens dans la guerre froide, 1945-1990, colloque organisé sous le patronage de l’Association internationale d’histoire contemporaine de l’Europe, Centre européen de Coppet (Suisse), 25-27 septembre 2005 ; J.-F. Sirinelli et G.-H. Soutou, Culture et guerre froide.

46 Voir C. Maurel, L’UNESCO de 1945à 1974, thèse sous la direction de Pascal Ory, 2006.

47 Voir , par exemple, F. Cochet et al., Les Américains et la France.

48 L’Europe et la logique culturelle. Les politiques culturelles des régions d’Europe. La logique des réseaux culturels. Colloque européen, Amiens, Office culturel d’Amiens (20 avril 1990), actes non publiés.

49 M. Poulsen, « La politique culturelle au Danemark ».

50 A.-M. Autissier, « Politiques culturelles des États européens ».

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search