Version classiqueVersion mobile

L’histoire culturelle en France et en Espagne

 | 
Benoît Pellistrandi
, 
Jean-François Sirinelli

Avant-propos

Benoît Pellistrandi et Jean-François Sirinelli

Texte intégral

1Ce nouveau volume de la Collection de la Casa de Velázquez s’inscrit dans une continuité et contient les actes de la cinquième rencontre franco-espagnole que la Casa de Velázquez, sous la direction de Jean Canavaggio d’abord, puis de Gérard Chastagnaret ensuite, avait organisée seule ou en partenariat avec des institutions françaises ou espagnoles. Cette rencontre, qui s’est tenue à Madrid les 30, 31 mai et 1er juin 2005, obéit à cette règle : elle a été le fruit d’une collaboration scientifique et financière du Centre d’histoire de Sciences Po avec la Casa de Velázquez.

2L’Espagne a connu, depuis une trentaine d’années, une transformation exceptionnelle. À l’enfermement propre à tout système dictatorial a succédé une ouverture porteuse de promesses et d’aventures. Sur le plan universitaire, l’Espagne s’est dotée d’un réseau abondant d’institutions, relayées, outre par l’État, par le soutien des Communautés autonomes, mais aussi par l’appui d’un mécénat dynamique. Dans ces conditions, le dialogue franco-espagnol s’est transformé dans ses structures et ses modalités. Si la Casa de Velázquez a pu être sous le franquisme, un lieu de rencontres entre les jeunes chercheurs espagnols et les grandes figures des sciences humaines et sociales de France, elle a souffert ensuite d’un relatif désintérêt espagnol pour la France et d’un engouement évident pour le monde anglo-saxon. Or, la conjoncture a peu à peu changé à nouveau et, au tournant du xxe et du xxie siècles, la relance d’un dialogue scientifique et méthodologique entre Français et Espagnols semblait nécessaire et ce d’autant plus que la vigueur et la richesse de l’historiographie espagnole commandait qu’on la fasse mieux connaître auprès de nos collègues français.

  • 1 B. Pellistrandi (éd.), La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España, Madrid, Casa (...)

3Ce cycle de rencontres franco-espagnoles a été inauguré, en 1999, par un colloque intitulé “L’historiographie française du xxe siècle et sa réception en Espagne” et dont les actes ont été publiés en 20021. En 2000, à l’initiative et à la demande de Javier Tusell et de la Universidad Nacional de Educación a Distancia, une rencontre d’histoire du temps présent a été organisée en deux cycles de deux jours (janvier puis mars 2000). Elle a débouché sur le livre collectif dirigé par René Rémond, Javier Tusell, Susana Sueiro et Benoît Pellistrandi, Hacer la historia del siglo xx, intégralement publié en espagnol et accueilli dans ses collections par la prestigieuse maison d’édition Biblioteca Nueva dans le cadre d’un co-financement avec la UNED et la Casa de Velázquez.

  • 2 B. Pellistrandi (éd.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, co (...)

4Un an plus tard, en 2001, c’était au tour de l’histoire religieuse de faire l’objet de ce travail commun entre Espagnols et Français2. Si l’initiative venait de la Casa et de son directeur des études pour l’époque contemporaine, co-signataire de ces lignes, le programme scientifique fut élaboré avec l’aide précieuse de Feliciano Montero de l’Université d’Alcalá de Henares, côté espagnol, et de Yves-Marie Hilaire (Université Charles-de-Gaulle Lille III) et Philippe Boutry, alors à l’Université de Paris XII, côté français.

  • 3 C. Barciela, G. Chastagnaret et A. Escudero (éd.), La historia económica en España y en Francia (si (...)

5En 2002, une « rencontre franco-espagnole d’histoire économique » fut organisée en collaboration avec l’Université d’Alicante liée à la Casa de Velázquez par une convention de coopération. Carlos Barciela et Antonio Escudero du côté de l’Université d’Alicante, Gérard Chastagnaret et Benoît Pellistrandi, pour la Casa, en furent les responsables3. L’une des originalités de ce colloque est qu’il prenait la suite, dans la politique de l’Université d’Alicante, d’une précédente rencontre hispano-italienne d’histoire économique. On voit que les initiatives bilatérales visent à poser les jalons d’une démarche européenne plus ambitieuse.

6 L’histoire culturelle en France et en Espagne se situe donc dans la logique de ces rencontres antérieures dont l’objet était de rassembler des spécialistes espagnols et français afin qu’ils puissent échanger ensemble, débattre des orientations de leur discipline, observer l’état des deux historiographies, se transmettre des informations. Et cela dans un double but : favoriser la comparaison et le comparatisme afin de décloisonner nos enquêtes, essayer d’attirer, grâce à ces moments de rencontre et de partage, des étudiants français et espagnols sur le terrain de l’autre afin de favoriser les regards croisés qui seuls construiront le socle européen d’une histoire partagée.

  • 4 Pour une synthèse topique de cette histoire culturelle dans sa variante française, on pourra se rep (...)
  • 5 C’était, il y a onze ans, l’une des idées directrices de Pour une histoire culturelle sous la direc (...)
  • 6 J. M. Jover Zamora, « Por una historia de la civilización española » dans La civilización española (...)

7Si l’histoire culturelle a acquis, en France comme en Espagne, une légitimité propre, sa généalogie n’est pas la même dans les deux pays. En France4, peu à peu, l’idée a prévalu que cette histoire culturelle était à la fois un domaine et un regard5. Certes, il peut y avoir ensuite débat sur la définition de ce domaine mais celui-ci s’est progressivement stabilisé. La comparaison avec les conceptions espagnoles en la matière sera précieuse. On signalera, à cet égard, que l’histoire de la civilisation, dont le programme initial fut pensé par Voltaire et repris par Guizot, pourrait constituer un trait d’union entre les historiographies française et espagnole. Les réflexions de José María Jover Zamora sur le sens et la pratique de cette histoire de la civilisation ont montré comment l’ambition totalisante de celle-ci faisait partie d’un héritage intellectuel que les penseurs français et les historiens espagnols ont fait fructifier depuis le xixe siècle6.

8En Espagne, la dimension philologique de l’histoire culturelle a été fondatrice. On doit ce fait au magistère de Ramón Ménendez Pidal qui, au Centro de Estudios Históricos, à partir de 1920, a créé l’histoire culturelle de l’identité espagnole à partir des enquêtes sur la littérature orale, les traditions des romanceros… Cette très forte influence a été durable (Ramón Menéndez Pidal a vécu 100 ans !) et elle a profondément imprégné la conception même de l’histoire culturelle espagnole. De façon positive en plaçant au cœur de l’histoire les phénomènes de transmission, les problèmes philologiques et les productions populaires et savantes. De manière plus négative en raison de la thèse qui sous-tendait l’idéologie de cette recherche : la quête d’un caractère espagnol, d’un « être » de l’Espagne. On sait les dérapages qui ont contaminé la pensée historique et le discours politique et qui ont débouché sur une conception quasi métaphysique de l’identité espagnole.

  • 7 On trouvera dans J. Martínez Martín (éd.), Los orígenes culturales de la sociedad liberal, Madrid, (...)
  • 8 Notamment dans les contributions de José Carlos Mainer, Juan Francisco Fuentes, Eduardo González Ca (...)

9Le renouveau est venu en grande partie de l’étranger et notamment, pourquoi ne pas le dire, d’autant qu’on emprunte là nos informations à des bilans historiographiques signés par des auteurs espagnols, de la France que ce soit à travers l’influence maîtresse des Annales ou à travers celle de l’hispanisme, chapitre moins souvent évoqué dans les traditionnelles histoires de l’historiographie française. Mais le livre de Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne (1937), n’est-il pas un livre d’histoire culturelle ? On doit aussi aux travaux pionniers d’un Henri-Jean Martin et, un peu plus tard, d’un Roger Chartier, sur l’histoire du livre l’ouverture de perspectives largement explorées depuis par la communauté scientifique espagnole. De même, l’histoire des mentalités a connu une véritable explosion et elle a été déclinée à la mode espagnole grâce à des personnalités comme Julio Caro Baroja, Miguel Battlori et José Antonio Maravall. L’essentiel des acquis de ces travaux concerne d’abord l’histoire moderne. L’histoire du livre, des lecteurs et de l’alphabétisation a aussi été la clef d’entrée dans le monde de la culture contemporaine. Les travaux de Jean-François Botrel ont été très importants. À ses côtés, les recherches de Carlos Serrano ont contribué à populariser l’histoire culturelle contemporaine7. On retrouvera, au fil des pages qui suivent, de longs développements qui expliquent la proximité entre les recherches françaises et espagnoles sur l’Espagne8, au point qu’il est légitime de se demander si ce qu’on appelle en France « l’hispanisme » ne pourrait pas être l’autre nom de l’histoire culturelle de l’Espagne telle que les Français l’ont pratiquée.

10Une convergence est donc non seulement possible entre Espagnols et Français : en réalité, elle existe déjà. Cependant, levons toute ambiguïté : notre rencontre ne visait pas à faire une histoire culturelle franco-espagnole et à s’attacher à une étude des transferts culturels, des influences qui associent nos deux pays. Nous cherchions au contraire à faire une série de bilans sectoriels comparant les états de la question en France et en Espagne. Le programme initial portait la marque de cette préoccupation qui nous a habités.

11Trois grandes parties structuraient nos travaux : « les champs de l’histoire culturelle », « l’histoire culturelle comme détour problématique » et enfin « l’histoire culturelle au présent ». Une table ronde finale portait sur la prégnance de l’histoire contemporaine en France et en Espagne avec l’idée de comprendre comment l’histoire particulière de chacune de ces communautés nationales influence leur culture propre. On touchait là au thème de la mémoire, mais aussi à d’autres caractéristiques qui identifient les données « franco-françaises » ou « hispano-espagnoles ». Pensons à la laïcité pour le cas français, ou à la question des nationalismes en Espagne.

12La règle du colloque était très claire : à un intervenant français répond un intervenant espagnol afin de partager, sur une thématique précise, les enjeux, les doutes et les perspectives. Cette règle fut respectée à une exception près : celle concernant le chapitre des politiques culturelles. Notre ami Javier Tusell avait, en juillet 2004, donné son accord pour participer au colloque. La mort est venue l’arracher à l’affection des siens et à l’estime de tous le 10 février 2005. Avec Javier Tusell, nous aurions eu un historien et un témoin. Directeur général des Beaux-Arts de 1979 à 1982 et artisan espagnol du retour du Guernica de Picasso à Madrid, mais aussi des premières grandes expositions internationales insérant l’Espagne dans le circuit culturel européen et mondial, il fut un homme d’action et de réflexion. Historien de l’Espagne la plus contemporaine, son intérêt l’arrêta un temps sur l’histoire de l’art. Tous comprendront combien sa perte nous pèse encore et combien légitime est ce modeste hommage à Javier Tusell qui avait eu à cœur en 2000 de faire se rencontrer des historiens espagnols et des historiens français sous l’autorité bienveillante de René Rémond. Ils sont désormais réunis dans notre mémoire où ils occupent la place de maîtres.

13Ce colloque fut, pour ses organisateurs — et espérons aussi pour ceux qui y participèrent — un beau et riche moment de rencontre et de convivialité auquel contribua la présence de l’ambassadeur de France en Espagne, Monsieur Claude Blanchemaison, lors de son ouverture, puis par son hospitalité à la résidence à Madrid. Qu’il trouve ici la marque de notre gratitude. Cet intérêt porté par le plus haut représentant de la France en Espagne à une rencontre entre universitaires français et espagnols nous a confortés dans l’idée que ce type d’initiatives n’est pas vain, même si leur fécondité n’apparaît qu’avec le temps. Nous gardons des jours passés à la Casa un bon souvenir et nous savons combien cela suppose, en amont, de travail de préparation. Que soient ici profondément remerciés Gérard Chastagnaret, directeur de la Casa en 2005, Jean-Paul Brutus, son secrétaire général, ainsi que les services administratifs et logistiques qui participèrent au succès de notre rencontre. Nous pensons tout particulièrement à Flora Lorente, secrétaire de la direction des études.

14Entre le colloque et les actes, nous savons tous qu’existe toujours un décalage. Décalage de durée d’abord : ce livre n’échappe pas à la règle, mais sa publication démontre que la Casa de Velázquez a eu à cœur de maintenir la continuité de sa politique. Que son directeur, Jean-Pierre Étienvre, soit ici chaleureusement remercié de la marque d’estime et de confiance qu’il nous a manifestée. Nos remerciements s’étendent naturellement à Marie-Pierre Salès, responsable du service des publications, qui a mis toute son expertise et son savoir-faire au service de ce beau volume, à María José Guadalupe, à Sophie Kourouma et à Véronique Odul, qui, à Madrid et au Centre d’histoire de Sciences Po à Paris, avaient préalablement contribué à l’élaboration de son manuscrit.

  • 9 Madrid, Taurus, 2005.
  • 10 Sur la question des intellectuels et pour une mise au point en français, on pourra se reporter avec (...)
  • 11 On se permettra de renvoyer à son article « À propos de politique culturelle. Les musées espagnols (...)

15Décalage de contenu ensuite : notre travail, pour des raisons diverses, compte plusieurs manques. Le professeur Santos Juliá (UNED) était intervenu sur le chapitre des intellectuels quelques mois après avoir publié un livre décisif Historia de las dos Españas9 auquel il préfère renvoyer le lecteur10. Nos amis Juan Manuel Bonet Planes et Denis Pelletier n’ont pu, pour des raisons personnelles, nous livrer leur communication ; le premier sur le patrimoine en Espagne, le second sur l’histoire religieuse en France11. Trois questions — les politiques culturelles, l’histoire des intellectuels et le patrimoine —, toutes trois relevant de la partie « les champs de l’histoire culturelle », ne sont donc traitées que du côté français, et l’histoire religieuse côté espagnol. Que le lecteur veuille bien nous pardonner cette situation. Quant à la table ronde finale qui avait réuni José Álvarez Junco, directeur du Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, Pascal Ory de l’Université Paris-I, Claire Andrieu de l’Institut d’études politiques de Paris et Enrique Ucelay-Da Cal de l’Université Autonome de Barcelone, il avait été convenu qu’elle ne donnerait pas lieu à publication. Servent de conclusions deux textes, l’un de Claire Andrieu, l’autre de Benoît Pellistrandi, sur l’usage de « l’histoire dans le débat public ». On peut y voir comment la culture historique irrigue la culture politique et comment la conjoncture de la vie politique modifie l’usage de cette culture historique. On est donc face à un phénomène de constructions et reconstructions culturelles, c’est-à-dire face à une histoire culturelle en train de se faire.

16Le diptyque franco-espagnol est la structure même de ces actes : le monde de la lecture et de l’édition, l’histoire de l’art, les médias, les transferts culturels, les cultures politiques, l’identité nationale et l’histoire, les cultures de guerre, l’articulation entre culture nationale et cultures régionales, la culture de masse sont ainsi les axes problématiques choisis et qui sont traités par un spécialiste français et un spécialiste espagnol. Le rapprochement effectué permet une comparaison des situations, montre l’influence française en Espagne tout comme il invite aussi à prendre de l’exemple espagnol des suggestions et des pistes d’avenir pour de nouvelles enquêtes. Si ce travail pouvait effectivement servir à la dynamique de la recherche historique et à la poursuite du dialogue franco-espagnol, alors nous pourrions estimer n’avoir pas été totalement inutiles.

Notes

1 B. Pellistrandi (éd.), La historiografía francesa del siglo xx y su acogida en España, Madrid, Casa de Velázquez, coll. de la Casa deVelázquez (80), 2002.

2 B. Pellistrandi (éd.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, coll. de la Casa deVelázquez (87), 2005.

3 C. Barciela, G. Chastagnaret et A. Escudero (éd.), La historia económica en España y en Francia (siglos xix y x x), Alicante, Universidad de Alicante-Casa de Velázquez, 2006.

4 Pour une synthèse topique de cette histoire culturelle dans sa variante française, on pourra se reporter à l’ouvrage récent de P. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004. On pourra aussi se reporter aux Actes d’un colloque tenu à Cerisy durant l’été 2004 : Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.), L’histoire culturelle du contemporain, Paris, Nouveau Monde Editions, 2005.

5 C’était, il y a onze ans, l’une des idées directrices de Pour une histoire culturelle sous la direction de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, Paris, Le Seuil, 1997. Jean-François Sirinelli, par exemple, a présenté cette histoire culturelle comme l’histoire de la circulation du sens au sein d’une société, le sens étant entendu tout à la fois comme direction et comme signification (cf. Comprendre le xxe siècle français, Paris, Fayard, 2005, pp. 22-23).

6 J. M. Jover Zamora, « Por una historia de la civilización española » dans La civilización española a mediados del siglo xix, Madrid, Espasa-Calpe, 1991, pp. 305-387 ; Id., Historiadores españoles de nuestro siglo, Madrid, Real Academia de la Historia, 1999.

7 On trouvera dans J. Martínez Martín (éd.), Los orígenes culturales de la sociedad liberal, Madrid, Biblioteca Nueva - Casa de Velázquez, 2003, la dernière intervention de Carlos Serrano à la Casa de Velázquez, enceinte dans laquelle ses collègues et ses amis purent apprécier à de très nombreuses reprises la richesse de ses analyses et l’ampleur de sa connaissance intime de l’Espagne.

8 Notamment dans les contributions de José Carlos Mainer, Juan Francisco Fuentes, Eduardo González Calleja et Ismael Saz.

9 Madrid, Taurus, 2005.

10 Sur la question des intellectuels et pour une mise au point en français, on pourra se reporter avec profit à la contribution de Paul Aubert dans Michel Leymariee et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003.

11 On se permettra de renvoyer à son article « À propos de politique culturelle. Les musées espagnols d’art moderne et contemporain », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 74, 2002, pp. 131-139.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search