Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mozarabes

 | 
Cyrille Aillet

Deuxième partie. Latinité et arabisation

Latinité et arabisation

Texte intégral

1Latins en terre d’Islam, les « mozarabes » se définissent par un référent linguistique commun à l’ensemble des sociétés chrétiennes ibériques, mais s’en distinguent aussi par leur immersion dans une société dominée par le modèle arabe. Le rapport entre les deux langues, latine et arabe, a suscité la controverse parmi les lettrés chrétiens de Cordoue de la seconde moitié du IXe siècle, les uns valorisant la préservation de la langue liturgique, tandis que les autres défendaient l’introduction de l’arabe dans la sphère littéraire et religieuse.

2La culture mozarabe résulte du compromis entre ces deux tendances. Le latin semble avoir conservé sa fonction emblématique. Employé en permanence dans l’épigraphie funéraire, il constituait toujours la base de l’apprentissage clérical car il donnait accès aux textes patristiques. Le milieu du IXe siècle fut même le théâtre d’une forme de revival littéraire latin à Cordoue. Son essoufflement dans les années 860 a trop souvent été considéré comme le début d’une décadence, or cette phase coïncide avec la nouvelle dynamique de l’arabisation, fait majeur dans la genèse d’une culture « mozarabe ». L’arabe fait alors son apparition dans les marges des manuscrits, témoignant des nouvelles pratiques linguistiques du clergé andalou. Quant aux premières traductions bibliques, concernant les Psaumes, elles révèlent non seulement l’assimilation d’un vocabulaire théologique en langue arabe, mais aussi une forme d’arabisme militant, dont öafã b. Albar représente le meilleur exemple.

3Aussi fragmentaire et lacunaire soit-il, le corpus des textes arabo-chrétiens d’al-Andalus amène à s’interroger sur l’insertion de cette production minoritaire dans le champ culturel andalou, mais aussi dans le vaste panorama des communautés chrétiennes en terre d’Islam. Le christianisme autochtone semble avoir joué un rôle minime dans l’élaboration de la culture de cour omeyyade à Cordoue. Cependant, bien que les principaux témoignages conservés soient des traductions de textes latins, ils n’en révèlent pas moins l’existence de cercles lettrés profondément arabisés. Le principal intérêt de cette culture « mozarabe » réside d’ailleurs dans cette forme d’hybridation entre modèle visigothique et langue arabe, phénomène qu’il est intéressant d’étudier dans la durée, jusqu’à ses prolongements tolédans des XIIe-XIIIe siècles

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540