Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mozarabes

 | 
Cyrille Aillet

Première partie. Christianisme et islamisation en al-Andalus

Christianisme et Islamisation en al-Andalus

Texte intégral

1Jusqu’au milieu du XIIe siècle, des noyaux de populations tributaires chrétiennes ont subsisté en al-Andalus, en nombre assez conséquent pour collaborer à l’expédition d’Alphonse I le Batailleur, en 1125-1126, et pour susciter d’importantes mesures d’expulsion de la part du pouvoir almoravide. Une vingtaine d’années plus tard, vers 1147-1148, les derniers évêques connus semblent avoir pris le chemin de l’exil, même s’il n’est pas impossible que la présence d’une communauté chrétienne autochtone se soit prolongée à Séville jusqu’à la fin du XIIe siècle. Bien qu’occupant plus de quatre siècles, l’histoire du christianisme en al-Andalus présente des zones d’ombre parfois impénétrables, notamment pendant la période charnière des Taifas. De sorte qu’il est difficile de déterminer quelle proportion de la population cette minorité a pu représenter au cours des temps, et comment elle se répartissait sur le territoire. Quant aux institutions chrétiennes en al-Andalus, certains historiens ont même mis en doute leur existence après le IXe siècle.

2Il semble donc nécessaire de faire le point sur la documentation éparpillée et lacunaire qui témoigne de l’avancée du processus d’islamisation et de l’évolution de la composante chrétienne. Récoltant ce faisceau d’indices, Simonet en avait déduit l’existence sans rupture d’un christianisme fossile incrusté dans le sol qui l’avait vu naître. La question mozarabe ne saurait, cependant, se réduire à la seule thématique du déclin, qui occulte les transformations, et donc l’inévitable adaptation, de cette composante de la société en la rejetant en périphérie de l’histoire d’al-Andalus. Nous essayerons au contraire de mieux cerner les transformations de la société arabo-andalouse à travers l’évolution de cette population devenue minoritaire.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540