Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mozarabes

 | 
Cyrille Aillet

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens à dédier ce travail de mémoire à mon père, disparu trop tôt, et à ma mère qui constamment m’a soutenu.

2Gabriel Martinez-Gros a dirigé mes recherches, qui complètent un versant de l’identité andalouse, avec l’entrain et l’exigence d’un véritable humaniste. J’ai également bénéficié des conseils d’Adeline Rucquoi, qui m’a transmis sa vision d’ensemble des sociétés ibériques. Quant à Françoise Micheau, j’ai appris auprès d’elle la rigueur, et son séminaire a été fertile en rencontres et en découvertes. Je n’oublie pas non plus la générosité de Christophe Picard ni l’amitié de Maribel Fierro et l’accueil chaleureux du Département d’arabe du CSIC à Madrid, où j’ai rencontré Manuela Marín, Mercedes García Arenal, Cristina de la Puente, Delfina Serrano et Fernando Rodríguez Mediano.

3J’ai eu la chance d’apprendre l’arabe avec des maîtres engagés et passionnés, Houda Ayoub la première, à l’ENS, puis Ghalib al-Hakkak à la Sorbonne et Ali al-Waeida à Madrid. À la Casa de Velázquez, Gérard Chastagnaret, Patrice Cressier, Pierre Moret et Daniel Baloup m’ont prodigué encouragements et conseils, et Jean-Pierre Étienvre a soutenu la publication de l’ouvrage. Nombreux sont les collègues qui ont apporté leur pierre à l’édifice : Patrick Henriet, Marilyn Nicoud, John Tolan, Cyrille Jalabert, Helena Cantarino, Luis Caballero, Fernando Arce Sáinz, Ana Echevarría, Iñaki Viseo Martín et bien d’autres encore. Le travail d’édition final a été grandement facilité par le service des publications de la Casa de Velázquez, et par le soutien du CIHAM (UMR 5648) de Lyon, dont j’ai beaucoup de plaisir à faire partie. Vassilia m’a aidé à élaborer la cartographie, puis Karyn Mercier du CIHAM. Dominique et ma sœur m’ont apporté tout leur soutien. Mes amis ont aussi largement été mis à contribution : Annliese, Vanessa, Emmanuelle, Stéphane, Cécile et Raphaël à Paris, Elisa et Domingo à Madrid.

4Enfin, je laisse les mots se tarir au profit des sentiments les plus intimes en me remémorant le long chemin parcouru côte à côte, Candice.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540