Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur al-Andalus (viiie- xve siècle)

 | 
François Géal

Alcaldes et alcaldes mayores de moros de Castille au xve siècle

Jean-Pierre Molénat

Texte intégral

1On sait que devant l’avancée de la prétendue « reconquête » chrétienne dans la péninsule Ibérique à partir du XIe siècle, tous les musulmans n’ont pas immédiatement quitté les territoires désormais dominés par les conquérants venus du Nord et qu’il est resté dans ces territoires, jusqu’à des dates du XVIe siècle variables selon les régions ou les royaumes, des minorités musulmanes officiellement reconnues comme telles par les autorités chrétiennes, jouissant de, ou subissant le statut de « mudéjars », qu’il convient de bien distinguer de celui de « morisques », qui sera le leur ensuite. Alors que le morisque, qui a reçu le baptême, est chrétien du point de vue des autorités, même s’il se considère toujours comme musulman et entend pratiquer la dissimulation pour la bonne cause (taqiyya), le mudéjar, quelle que soit l’oppression politique, économique, sociologique, à laquelle il est soumis, reste reconnu comme musulman, avec le droit de pratiquer son culte.

  • 1 R. Domínguez Casas, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos, donne une série de noms de musulmans ma (...)
  • 2 Voir J.-P. Molénat, « L’élite mudéjare de Tolède aux XIVe et XVe siècles ».

2Il est clair que cette minorité, pour opprimée qu’elle ait été, a possédé une « élite », soit un petit nombre d’hommes, voire de femmes, distingués à un titre ou un autre du plus grand nombre de leurs coreligionnaires « soumis » au pouvoir chrétien. Cette distinction peut éventuellement reposer sur une richesse relative, sur un savoir ou sur un savoir-faire. On pensera ici évidemment aux artistes ou aux artisans auxquels on attribue, un peu rapidement parfois, les œuvres « mudéjares ». Tous ne sont pas de modestes maçons, certains s’élevant à un niveau où on peut les qualifier d’experts en matière de construction (alarifes), ou même obtenant la direction d’importants travaux à réaliser pour les souverains1. D’autres peuvent se distinguer dans différents domaines, et même des femmes musulmanes peuvent recevoir des privilèges comme accoucheuses royales2. Un domaine bien sûr particulièrement sensible est celui où viennent converger la religion et le droit, celui des alcaldes et des alfaquíes.

  • 3 J. Corominas et J. A. Pascual, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, t. I, p. 127 (...)
  • 4 J. Corominas et J. A. Pascual, ibid., observent que le catalan ancien alcalde « sólo se aplicaba a (...)
  • 5 J. Corominas et J. A. Pascual, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, datent la pr (...)
  • 6 On peut ajouter que dans les documents arabes de Tolède postérieurs à la prise de la ville par les (...)
  • 7 F. Maíllo Salgado, Los arabismos del castellano en la Baja Edad Media, pp. 308-310.

3Bien qu’il soit clair que ces deux termes castillans proviennent respectivement des mots arabes qāḍī et faqīh3, il convient de s’interroger sur la validité de l’adéquation entre l’étymon arabe et le dérivé en langue romane. On observe en particulier, à propos du couple qāḍī-alcalde, que ce dernier vocable, plus encore que ses variantes dans d’autres langues hispaniques que le castillan4, a été adopté très tôt pour désigner un juge chrétien5, et que dans la grande majorité des cas, quand on rencontre un alcalde dans la documentation hispanique médiévale, tout au moins celle de Castille6, le personnage n’a rien à voir avec un qāḍī, et que l’on se trouve beaucoup plus près de la signification de « maire » d’une localité qu’il possède dans l’espagnol actuel. Lorsque le castillan, après la conquête de Grenade, eut besoin d’un mot pour transcrire le qāḍī musulman, il créa le néologisme alcaldi7 au lieu d’avoir recours au vieil emprunt alcalde, preuve que celui-ci avait perdu toute relation avec son étymon originel. On peut donc se poser la question de savoir si nos alcaldes de moros peuvent vraiment être considérés comme des qāḍī-s musulmans, ou des juges à la manière chrétienne affectés aux communautés mudéjares.

4On s’attachera ici aux alcaldes des musulmans de la Couronne de Castille, principal État de la Péninsule, en examinant à travers la documentation officielle, à peu près la seule disponible à leur propos, comment ils étaient considérés par les autorités chrétiennes, avant de poser la question de leur légitimité en tant que qāḍī-s, du point de vue de la Loi islamique, et particulièrement du droit malékite.

5On trouve des alcaldes de moros pour certaines des communautés musulmanes éparses dans les différentes villes de la Couronne de Castille au Bas Moyen Âge (XIIIe, XVe et XVe s. ap. J. C.), mais non point dans toutes celles où la présence de musulmans est attestée. Ainsi à Burgos, des documents royaux de 1295 et 1304 soumettent les mudéjars à la juridiction des alcaldes ordinaires, c’est-à-dire chrétiens, de la ville, le premier stipulant que les quatre alcaldes chrétiens jugeront les procès des chrétiens, comme ceux des juifs et des musulmans : « libren todos los pleitos bien et derechamente tanbien de christianos como de judios y de moros », et le second précisant que c’était la coutume immémoriale dans cette ville qu’il n’y eût point d’alcalde spécifique pour les musulmans :

  • 8 M. A. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media », pp. 54-55 ; T. López Mat (...)

Tengo lo por bien e mando que los pleitos que son et los que acaescieren entre los moros que moran en la villa de Burgos et en su alfoz, que los libren los alcaldes de la dicha cibdat assi commo lo usaron a librar en el tiempo de los otros reyes onde yo vendo et en el mio fasta aqui et non otros alcaldes ningunos et que non ayan alcalde ni merino apartado8.

6De fait, nous n’avons pas rencontré mention, jusqu’à présent, d’un alcalde de moros dans cette ville pour les deux siècles ultérieurs.

  • 9 Ibn ʿAbd al-Malik al-Marrākušī, Al-Ḏayl wa-l-Takmila, t. VI, n° 1305.
  • 10 Ibid., n° 1306. Les deux notices m’ont été signalées par Mustapha Benouis.

7En revanche, un qāḍī est attesté à Tolède, dès la première moitié du XIIIe siècle, dans les sources bio-bibliographiques musulmanes elles-mêmes. « Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. Abī Zayn al-Abdarī, Abū ʿAbd Allāh b. Zayn émigra de Tolède vers Cordoue. Il était un savant distingué, expert en belleslettres, en lois, en astronomie, en calcul, en géométrie et autres sciences. Il était qāḍī à Tolède pour les musulmans qui y étaient restés (wa-kāna qāḏiyan bi-Ṭulayṭula li-man kāna baqiya bi-hā min al-muslimīn). Puis il émigra à Cordoue et y connut la célébrité. Ensuite, il partit pour Séville où il demeura un temps, et en sortit l’année de la « sortie générale », pour s’établir à Ceuta, où il mourut »9. Et selon une seconde notice biographique fournie par le même auteur : « Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. Zayn al-ʿAbdarī, Tolédan, Abū ʿAbd Allāh. Il eut pour disciple Abū Bakr b. Masdī, qui a dit : il m’informa qu’il était né avant 580… et il décéda à Ceuta en l’an [blanc]10 ».

  • 11 J. González, Reinado y diplomas de Fernando III, t. I, p. 390. Ibn ʿIḏārī ne parle que de la « sort (...)

8De ces deux notices, qui concernent visiblement le même personnage, il résulte que celui-ci, né avant 1184-1185, quitta Séville lors de la « sortie générale », expression qui doit signifier l’expulsion de tous les musulmans de cette ville lors de sa conquête par les chrétiens en 1248, puisque l’on sait que la ville demeura vide durant trois jours entre la sortie des musulmans et l’entrée des chrétiens11. Nous sommes donc en présence d’un qāḍī musulman de Tolède de la première moitié du XIIIe siècle, ce qui démontre bien l’existence d’une communauté musulmane organisée à cette époque dans la ville, encore que le cadicat de Muḥammad al-ʿAbdarī, selon toute vraisemblance postérieure à la bataille de Las Navas de Tolosa (1212), même s’il paraît antérieur à la prise de Cordoue (1236), ne signifie pas nécessairement que ces musulmans « restés à Tolède » fussent les descendants de ceux qui s’y trouvaient en 1085.

  • 12 F. Fernández y González, Estado social y político de los mudéjares de Castilla, doc. 74, p. 395.
  • 13 Don Abrahem, sellero, alcalde del aljama de los moros de Tolède, autorise, en 1379, simultanément a (...)
  • 14 Alí Oberi, désigné par le souverain comme alcalde de l’aljama mudéjar de Séville en 1438 (A. Collan (...)
  • 15 En 1470, Abraham el Miri, alcalde de l’aljama de Cordoue, et borceguinero. En 1485, Alí Murci, alca (...)
  • 16 Sur don Iça, alfaquí et alcalde de Ségovie, et Alí de Montejo, alcalde des moros de Sepúlveda, dans (...)
  • 17 À Valladolid, un édit royal de 1412 a pour conséquence le transfert de la communauté musulmane dans (...)
  • 18 En 1492-1493, maestre Haziz Bejarano, chargé par les souverains de répartir entre les membres de l’(...)
  • 19 Cf. infra.
  • 20 On connaît les noms de trois alcaldes de l’aljama de los moros de Madrid : don Mahomad, en 1348, ma (...)

9Au XVe siècle, la présence des musulmans, ainsi que celle de leur mosquée, est bien claire avec notamment, à une date inconnue de ce siècle, Ibrāhīm b. ʿAlī b. Faraš Ruy Díaz, desservant (ẖādim) de la mosquée (ǧāmiʿ) des musulmans de la ville de Burgos12. Des alcaldes de moros locaux sont présents à Tolède13, Séville14, Cordoue15, Murcie, Ávila, Ségovie, Sepúlveda16, Valladolid17, Plasencia, en Extrémadoure18, Aranda de Duero19, Madrid20, et d’autres lieux de moindre importance.

  • 21 J. Boswell, The Royal Treasure ; M. V. Febrer Romaguera, « Los Bellvís », pp. 277-290 ; M. D. Meyer (...)
  • 22 Pour une opinion en sens contraire, on verra l’article d’A. Echevarría Arsuaga, « La comunidad mudé (...)
  • 23 « E quando fezier viejo mayor, que es segunt los judios e los moros como adelantado, e le pussiere (...)
  • 24 Cortes de León y Castilla, t. II, p. 233.

10Mais il existe également, à partir d’une date qui n’est pas claire, des alcaldes mayores de moros, dont la compétence s’étend en principe à l’ensemble de l’État castillan, et qui ne sont pas sans évoquer le qāḍī al-quḍāt ou qāḍī al-ǧamāʿa des états musulmans, pour ne pas parler de l’alcaldi general de la Couronne d’Aragon21. Que l’institution de l’alcalde mayor de moros castillan, comme celle de l’alcaldi general aragonais, ait pu être suggérée par celle du qāḍī al-ǧamāʿ a, ne nous autorise pas néanmoins à en faire la pure et simple continuation : trop de différences résultent de la soumission à un souverain, et conséquemment de l’insertion dans un État, chrétiens22. Leur existence est supposée, sous le nom de viejo mayor, comme celle de juges musulmans locaux, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, par l’Espéculo et les Partidas d’Alphonse X23, mais l’on ne connaît l’existence d’aucun personnage ayant porté le titre correspondant. En 1369, Henri II de Trastamare, après la guerre civile terminée par le meurtre du roi légitime, accusé de maurophilie, considère encore seulement comme éventuelle l’existence d’un alcalde mayor de los moros, dans un texte qui, à notre connaissance, constitue la première occurrence de l’expression : « Sy fiziere alcalle mayor de los moros de todos los mis regnos, pague de Chançelleria DC maravedis…24 ».

  • 25 AHN, Clero, carp. 3117/5.
  • 26 AHN, Clero, carp. 3117/6 et 3118/16.
  • 27 Ronda, enclave restée au pouvoir des Mérinides, sert à Muḥammad V, sultan déchu de Grenade, après q (...)
  • 28 Trad. A. Cheddadi, Le voyage d’Occident et d’Orient, pp. 91-92.

11Le premier personnage que nous connaissions comme ayant exercé cette fonction, ou seulement porté ce titre, est un Tolédan nommé don Abdalla el Rondí, qui doit avoir été investi de cette charge précisément entre 1370 et 1379. Le 12 mars 1370, une musulmane de Tolède est identifiée comme « Habiby mora, ffija de don Abdalla el rrondy25 ». Le 30 janvier 1379, la même, sans aucun doute, est devenue doña Habibo, fille de don Abdalla el Rondy, « alcalde mayor que fue de las aljamas de los reinos de Castilla26 ». Ainsi Abdalla el Rondí, qui paraît n’avoir pas été encore alcalde mayor de los moros en 1370, ne l’est plus en 1379, soit qu’il soit décédé, soit qu’il ait perdu sa charge. Son nom en forme de nisba géographique ne peut manquer de suggérer une origine dans la ville de Ronda, revenue en 1362 au sultanat de Grenade après être restée longtemps une possession mérinide dans la péninsule Ibérique27. Les relations cordiales qui existaient entre la Grenade de Muḥammad V et le royaume de Pierre le Cruel, comme le désir de celui-ci d’attirer auprès de lui des savants musulmans, dont témoignent les propositions qu’il fit en vain à l’historien Ibn Khaldūn et que celui-ci rapporte brièvement dans son autobiographie28, pourraient contribuer à expliquer la présence d’El Rondí à Tolède, sinon ce qui semble avoir été son rôle après le meurtre du roi légitime.

  • 29 CT E. 6. A. 2.2. Ce document est évidemment l’un de ceux que N. de Estenaga a utilisés dans son art (...)
  • 30 « Don Mahomad, alcalle mayor por nuestro sennor el rey, de todas las aljamas de los sus regnos senn (...)
  • 31 Le 6 septembre 1458, une maison appartenant aux héritiers de feu don Mahomad Alcayçi, « alcalde may (...)

12Ensuite, nous avons témoignage d’un autre musulman de Tolède, qu’un document de 1408 nomme « don Mahomad de Toledo, moro, alcall mayor de las aljamas de los moros de Castilla », dans l’affaire concernant la possession des 84 boutiques du marché des Alatares à Tolède29. Il n’est pas impossible qu’il s’identifie à l’alcalde mayor de los moros qui signe lui-même, en arabe, à une date inconnue située entre 1414 et 1440, comme Muḥammad b. Yūsuf al-Qaysī, dans un des rares documents reflétant la pratique effective de nos alcaldes mayores de moros30. Nous savons en effet par ailleurs que don Mahomad Alcayçi, décédé avant 1458, avait été de son vivant alcalde mayor des musulmans de Castille, et il est clair qu’il s’identifie à un Mahomad alcalde, mentionné à Tolède en 140931.

  • 32 J. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », p. 149, avec référe (...)

13En 1418, un Mahomad Alfajar, « alcalde mayor que se dice de las aljamas de los dichos moros », fait exécuter par la municipalité de Murcie une copie d’une lettre royale concernant les musulmans et les juifs, et réside vraisemblablement dans la même ville32. Mais l’expression utilisée : « qui se dit alcalde mayor des communautés musulmanes », laisse à penser que ce titre pouvait prêter à contestation et, pour le moins, que les autorités chrétiennes locales ne voulaient pas prendre parti sur sa validité.

  • 33 Le 26 juin 1450, Çuleman el Romo, alcalde de l’aljama de los moros d’Ávila, « por maestre Farax Alç (...)
  • 34 Sur la communauté mudéjare d’Ávila au XVe siècle, voir le premier chapitre de S. de Tapia Sánchez, (...)
  • 35 R. Domínguez Casas, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos, p. 62, et note 193, p. 177.
  • 36 AGS-MP, leg. 2, f° 398 v°.

14En 1450, un maestre Farax Alçadafe, alcalde mayor de las aljamas de Castilla, faisait exercer en son nom la fonction d’alcalde de la communauté musulmane d’Ávila33, l’une des plus importantes du royaume34. Quatre années plus tard, maestre Farax Alcalde (ou Alçadichi, ou Alçadafi), alcalde mayor de las aljamas de los moros, est également l’un des quatre ou cinq repartidores mayores chargés de partager entre les différentes communautés musulmanes les impôts pesant spécifiquement sur leurs membres35. C’est probablement le maçon et artiste sur plâtre, demeurant à Tolède, « maestre Farax Alçadafi, moro, gesero, albanni, morador en Toledo », qui se trouvait exempté, dès avant 1435, avec sa femme, Fatima, et ses enfants, de payer certains impôts dûs par l’aljama de la ville, jusqu’à un montant de 500 maravédis, exemption qui fut confirmée par Henri IV en 146236.

  • 37 J.-P. Molénat, « Une famille de l’élite mudéjare de la Couronne de Castille », pp. 765-772.
  • 38 Le 2 décembre 1483, à Cordoue, Ferdinand le Catholique, sur la requête de « don Abrahen Xarafi, alf (...)
  • 39 « Abrahen Xarafi, alfaque de la villa de Valladolid e nuestro alcalde mayorde las aljamas de los re (...)

15Il est possible de s’attarder plus longuement sur le mieux attesté, et probablement le dernier, des alcaldes mayores de moros de Castille, Abrahen Xarafí. On peut suivre la trajectoire, durant les XVIe et XVe siècles, de la famille, que nous avions appelée « les Xarafí de Tolède et Alcalá de Henares »37. Mais la désignation s’avère trop restrictive, Abrahen Xarafí apparaissant également comme habitant de Guadalajara38 et à Valladolid, comme alfaquí de la communauté musulmane de cette ville39. Cette trajectoire familiale, ou tout au moins sa partie visible, car il faut bien supposer un parcours depuis l’Aljarafe (al-Šaraf) de Séville, commence avec deux mudéjars tolédans, traducteurs de l’arabe, Mahomad et son fils Hamete, en 1347, et aboutit à notre Abrahen Xarafí, médecin, alfaquí et alcalde mayor de los moros de Castilla au temps des Rois Catholiques.

  • 40 P. León Tello, Judíos de Toledo, t. I, doc. 54, p. 464, lisant « don Yuça Felxarafe ».

16Avant Abrahen Xarafí, un autre Xarafí, Yuçaf, médecin et alfaquí comme lui, exerce à Tolède au milieu du XVe siècle, et il est alors d’un âge certain, qui lui vaut la qualification de « viejo ». Car la municipalité tolédane révoque, le 23février 1452, certaines ordonnances contre les juifs et les musulmans, mais non celles qui leur interdisent d’entrer dans les églises et monastères, en faisant exception cependant pour don Yuçaf el Xarafi et pour un confrère juif, en raison de leur art : « saluo a don Yuçaf el Xarafe, moro, alfaque viejo, e don Mosé Abolafia, judio, que son fisicos, por razón de los dichos ofiçios40 ». De même l’alfaquí Alí Xarafí est l’un des autres repartidores de 1454, ayant la charge des aljamas du « royaume de Tolède », c’est-à-dire de la Nouvelle Castille.

  • 41 Le document, signé des deux souverains, et daté de Ségovie, le 17 janvier 1475 (RGS, I-1475, f° 362 (...)
  • 42 « Donna Ysabel, por la graçia de Dios, prinçesa de Asturias, legitima heredera e suçesora del los r (...)
  • 43 AGS-RGS, IX-1484, f° 156.
  • 44 AGS-RGS, XII-1484, f° 45.
  • 45 Mais plus loin « el dicho don Abram Xarife ».
  • 46 L’expression « alcalde que se dixo… » peut signifier que le titre d’alcalde mayor de los moros d’Ab (...)
  • 47 K. Wagner, Regesta de documentos del Archivo de Protocolos de Sevilla, n° 354. Bien que ni le nom p (...)
  • 48 Sentence exécutoire rendue le 18 janvier 1494 par l’Audiencia de Valladolid, dans un procès crimine (...)

17C’est bien le même Abrahen Xarafí, désigné comme alcalde mayor de las aljamas de los moros de Castilla en 1475 par les Rois Catholiques41, et même auparavant, en 1473, par la seule Isabelle, qui n’est alors que princesse héritière42, qui exerce cette charge en 1484. La lettre royale, adressée le 17 septembre 1484 sur la requête de la communauté des musulmans (aljama de los moros) de Séville à « vos don Yahe Xarafi, nuestro alcalde mayor de las aljamas de los moros destos nuestros Reynos »43, doit comporter une erreur du scribe sur le nom du destinataire, car une autre lettre royale, concernant la même affaire, en date du 21 décembre 1484, porte bien « Abrahem Xarafi, alfaque de la villa de Valladolid e nuestro alcalde mayor de las aljamas de los Reynos de Castilla44 ». Il est encore en fonction en 1496, ordre étant adressé, le 30 mars de cette année, au corregidor d’Ávila de s’informer, sur la plainte de la ville disant qu’Alí Alvar Ruiz, alfaquí de l’aljama des moros de Palencia, « en nonbre de don Abrahen Xarafi, alcalde que se dixo de todas las aljamas de nuestros reynos45 », allègue que cet Abraham et les alcaldes nommés par lui étaient autorisés à user de l’office d’alcaldía, au civil et au criminel, dans la morería d’Ávila46. Et il continue de juger ses coreligionnaires en 1499. Le 8 octobre de cette année, maestre Çayde, alcalde de la communauté musulmane de Séville, paie à un messager une somme pour remettre à l’alfaquí Xarafí un procès concernant des musulmans de la ville, qui se tient devant lui47. En 1494, il est qualifié par les souverains, ou plutôt par les juges de l’Audiencia de Valladolid parlant en leur nom, de « juge supérieur désigné pour les affaires concernant les musulmans de Castille48 ».

  • 49 ARCV, Ejecutorias, cajas 29/1, 39/6, 39/7, 45/5. Cf. A. Varona García, « Judíos y moros ante la jus (...)
  • 50 Document publié par J. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », (...)
  • 51 Le 20 mars 1491, à Séville, les souverains donnent à maestre Yuçaf, ingeniero, moro, vecino de Guad (...)
  • 52 Sentence exécutoire, en date du 30 août 1491 (ARCV, Ejecutorias, caja 39/6). Le procès entre « don (...)
  • 53 Sentence exécutoire en date du 30 août 1491 (ARCV, Ejecutorias, caja 39/7). Le bachelier Cristóbal (...)

18Il est vrai qu’il doit soutenir des procès, jusqu’en 1492 au moins, concernant la propriété du titre et l’exercice de la charge d’alcalde mayor de los moros49. Une partie seulement de l’affaire est éclairée, celle qui l’oppose à don Farax de Belvís, moro de Guadalajara. Celui-ci présente probablement la lettre des souverains, datée de Valladolid, le 20 octobre 1475, qui lui donnent l’« alcaldia mayor de todas las aljamas de los moros de todos nuestros regnos e sennorios », comme l’avait possédée son père, don Yahya de Belvís, par merced de Jean II50. Après le décès de don Farax de Belvís, un nouveau procès oppose Abrahen Xarafí à maestre Yuça Engeño (ou Engeñero), également de Guadalajara, qui avait obtenu une lettre royale le nommant à la fonction vacante par le décès de don Farax de Belvís51. De ces procès portés devant la chancellerie de Valladolid, don Abrahen Xarafí sort vainqueur, comme de quelques autres contre l’aljama de Ségovie52, ou un alcalde d’Ávila53, qui refusent de le reconnaître comme alcalde mayor de los moros, ou, tout au moins, de le laisser exercer une fonction de juge des musulmans dans leurs villes respectives.

  • 54 A. Echevarría Arsuaga, « La comunidad mudéjar en conflicto », suggère que Farax Beydeci était lieut (...)
  • 55 Lettre royale en date du 11 décembre 1483, adressée à Gómez Manrique, corregidor de Tolède. Megi «  (...)

19Mais plusieurs aspects restent obscurs dans ces procès d’Abrahen Xarafí comme dans le fonctionnement de l’alcaldía mayor de los moros en général au temps des Rois Catholiques. Le premier mystère, peut-être le plus anecdotique, est l’apparition, dans l’affaire qui oppose Abrahen Xarafí à Farax de Belvís, d’un assez énigmatique maestre Farax Beideci, au côté de ce dernier54. Nous ne possédons qu’une autre mention du personnage, sous ce nom du moins : il est accusé en 1483, apparemment sans titre officiel d’alcalde ou d’alcalde mayor, de vouloir envoyer à Grenade, en pleine guerre, les biens d’un musulman de Tolède, décédé sans laisser d’héritier direct55 ! Farax Beideci allègue certes dans le procès de 1490 qu’il a reçu des souverains l’alcaldía des aljamas en même temps que Farax de Belvís, pour qu’ils fussent tous deux simultanément alcaldes mayores :

Le avia seydo fecha merçed por nos de la dicha alcaldia de las aljamas de nuestos reynos juntamente con don Farax de Belvis, vesino de la çibdad de Guadalajara, para que entramos a dos fuesen alcaldes mayores en estos nuestros reyno.

  • 56 Ce montant est plusieurs fois mentionné en chiffres romains, mais également en toutes lettres : « l (...)

20Mais si l’on possède bien par ailleurs un titre de nomination de Farax de Belvís, il ne fait pas mention de Farax Beidecí, et les juges de la Chancellerie de Valladolid, en 1490, s’ils reconnaissent à Farax de Belvís l’alcaldía de los moros de Guadalajara, ne laissent pas une satisfaction partielle équivalente à Farax Beideci et le condamnent à la moitié des dépens, pour le montant évidemment minime de 906 maravédis56, ce qu’ils épargnent à Farax de Belvís.

  • 57 AGS-RGS, II-1480, f° 259. Calalogue RGS, t. II, n° 2478. Publié parJ. Torres Fontes, « El alcalde m (...)
  • 58 À cette date la reine nomme maestre Farax alcalde mayor et repartidor de las aljamas de los moros, (...)

21Il manque le titre supposé de nomination de Farax Beideci, bien qu’il soit tentant de l’identifier à maestre Farax « moro, morador en la çibdad de Toledo, maestro mayor de las obras de los alcaçares de la dicha çibdad de Toledo », nommé comme alcalde mayor et repartidor de las aljamas de los moros le 26 août 1482. Mais comme l’on sait que ce dernier était déjà décédé le 22 août 1489, il est difficile d’admettre que les juges de la Chancellerie de Valladolid aient rendu leur sentence l’année suivante sans être informés de sa mort et surtout qu’un autre alcalde mayor de los moros avait été déjà nommé à sa place. À tout le moins, cela ouvrirait de curieuses perspectives sur le fonctionnement de l’appareil judiciaire des Rois Catholiques. Mais on a en revanche le titre de la nomination, ou plutôt de la confirmation, datée de février 1480, d’un maestre Lope « moro, vezino de la villa de Madrid, nuestro alcalde mayor de las aljamas de los moros destos nuestros reinos, e nuestro obrero mayor de nuestras obras57 ». Pourtant, dans les procès entre Abrahen Xarafí et Farax Beideci, Farax de Belvís, et Yuça Engeño, au cours desquels les différentes parties tirent argument de titres remontant non seulement au début du règne des Rois Catholiques, mais encore au temps d’Henri IV, voire de Jean II, il n’est jamais question de ce maestre Lope. En vérité, l’on trouve bien à l’occasion, au cours de ces procès, mention d’un personnage qui doit vraisemblablement s’identifier à celui-ci. Dans la lettre du 31 août 1476, adressée par la reine Isabelle à la ville de Tolède, pour lui ordonner de recevoir don Farax de Belvís comme alcalde mayor de los moros, la souveraine déclare que la ville avait reçu précédemment, sur l’ordre du roi Henri IV, « por alcalde mayor de los moros desa dicha çibdad de Toledo a un Lope Carpintero, vezino de la villa de Madrid », et qu’elle révoque la merced faite à ce Lope. Il nous paraît vraisemblable qu’entre août 1476 et février 1480, le même Lope ait pu bénéficier d’une nouvelle merced royale, et que c’est lui qui est le maestre Lope, fils de maestre Yuça, vecino de Madrid et alcalde mayor et repartidos de las aljamas, déjà décédé le 26 août 1482, dont on sait qu’il avait été, comme avant lui son père, maestre Yuça de Segovia, maestro mayor des travaux de l’alcazar de Madrid, et des travaux d’Henri IV en général58.

22On peut par ailleurs se poser la question de savoir si deux ou plusieurs alcaldes mayores de los moros ont exercé leur charge simultanément et légalement, peut-être en se partageant les villes ou les zones où ils intervenaient. L’indication, déjà donnée par la phrase de la reine Isabelle nommant, en 1482, l’un d’entre eux simultanément et à égalité avec les autres alcaldes mayores et repartidores de las aljamas, est ensuite corroborée à plusieurs reprises.

  • 59 M. C. Veas Arteseros, Mudéjares murcianos, doc. 16, p. 125.
  • 60 Trois jours plus tard, la merced est confirmée en faveur de « maestre Habrahen Redomero, veçino de (...)

23Dans le sens d’un exercice simultané de la fonction, sans partage territorial de compétence entre les deux alcaldes mayores, irait l’acte déjà mentionné du 29 novembre 1496, où, devant la municipalité de Murcie, maestre Yuçaf Alfajar présente une procuration de « don Abrahim Xara e maestre Abrahim Redemon, alcaldes mayores de las morerias de Castilla » pour user de l’office d’alcalde de las morerias du royaume de Murcie et de l’évêché de Carthagène pendant un an « y por tanto tienpo quanto su voluntad fuere59 ». Il semble que les noms des deux alcaldes mayores doivent se lire Abrahen Xarafi et Abrahen Redomero, ce dernier étant connu par ailleurs. Car l’on sait que maestre Abrahen Redomero, « morador en la muy noble çibdad de Toledo, maestro mayor de las obras de los alcaçares de la dicha çibdad de Toledo », a reçu de la reine Isabelle, le 22 août 1489, une charge d’alcaldía mayor et de repartimiento de los moros del reyno, vacante par le décès de maestre Farax60.

  • 61 Dans la lettre confirmant la nomination de Farax de Belvís à l’« alcaldia mayor de todas las aljama (...)

24Mais d’autres indications montreraient une répartition territoriale de compétence entre deux ou plusieurs alcaldes mayores de los moros. On peut estimer qu’elles se rencontrent dès le temps d’Henri IV, avec la mention de la nomination par celui-ci de Lope Carpintero comme alcalde mayor de los moros de la ville de Tolède, bien que l’on puisse aussi, à la rigueur, comprendre qu’il ne s’agisse que de la réception à Tolède d’un alcalde mayor de los moros, ce Lope Carpintero, qui aurait été nommé pour l’ensemble des aljamas de la Couronne de Castille61. On peut aussi supposer que l’expression : « alcalde mayor de los moros desa dicha çibdad de Toledo » n’est qu’un lapsus pour alcalde tout court, comme on en a un exemple ailleurs. Mais il convient également d’examiner les indications qui existent pour l’époque même des Rois Catholiques.

  • 62 Il écrit (ibid., p. 161) : « La manifestación más concreta de este intervencionismo real se muestra (...)

25Nous ne considérons certes pas comme témoignant de l’existence simultanée de plusieurs alcaldes mayores de los moros, à la compétence territorialement partagée, les cas mentionnés par J. Torres Fontes62 de la nomination d’un musulman comme alcalde de l’aljama d’Aranda de Duero, ou de chrétiens à Cáceres et Trujillo, puisque le qualificatif « mayor » n’y apparaît pas. Ainsi le texte invoqué pour Aranda de Duero dit-il :

  • 63 RGS, VI-1486, f° 148.

Porfaser bien e merçed a vos maestre Amete de Torres, ferrador, morador en la villa de Aranda de Duero… es nuestra merçed que agora e de aqui adelante para en toda vuestra vida seades nuestro alcalde de los moros de la dicha villa en logar e por vacaçion de maestre Abdalla de Munno, nuestro alcalde que fue de la dicha aljama de los dichos moros, por quanto el dicho maestre Avdalla es muerto63

26Auparavant, Isabelle, encore seulement princesse héritière, nommait Abrahen Xarafí alcalde mayor de toutes les aljamas musulmanes des villes soumises à son obéissance, ou destinées à le devenir, en exceptant le jugement de première instance d’Aranda [de Duero], qu’elle avait déjà donné par ailleurs :

Es mi merçed e voluntad que agora e de aqui adelante para en toda vuestra vida vos el dicho don Abrahen Xarafi seades alcalde mayor de las aljamas de los moros e moras de la muy noble çibdad de Avila e de las otras mis çibdades e villas e lugares destos dichos reynos de Castilla e de Leon que de presente estan so mi obedençia e sennorio e estovieren de aqui adelante, donde oviere las dichas aljamas de moros e moras, eçebto el juzgado de la primera ynstançia del aljama de los moros e moras de la mi villa de Aranda, del juzgado de la qual yo tengo fecha merçed por otra /r°/ parte,

27mais en ajoutant la possibilité d’appel devant Abrahen Xarafí, comme alcalde mayor, des sentences rendues par l’alcalde de l’aljama d’Aranda, comme de celles des alcaldes nommés ailleurs par Abrahen Xarafí :

  • 64 Inséré dans ARCV, ejecutorias, 39/7, non folioté.

Otrosy es mi merçed e voluntad que todas las apelaçiones que se ynterpusyeren de los mandamientos e sentençias que dieren o fizieren asy el alcalde de la aljama de los moros de la villa de Aranda como de los otros alcaldes que vos pusyeredes en las dichas çibdades e villas e lugares vayan e sean para ante vos el dicho Abrahen Xarafi como ante su alcalde e juez mayor64.

28La question de l’interventionnisme royal dans la désignation des alcaldes-qāḍī, et de la perversion manifeste de l’institution que représentait le fait de donner le poste, ou le titre, à un non-musulman est un autre problème.

  • 65 ARCV, ejecutorias, 29/1, non folioté : « porque aun verdad fuera que el [= Abrahen Xarafí] fuera re (...)
  • 66 Ibid. : « e que devian condenar e condenaron a los dichos don Farax de Belvis e maestre Farax Beyde (...)

29La première indication nette d’un partage de compétence territoriale entre deux ou plusieurs alcaldes mayores de los moros se trouve dans le procès entre Abrahen Xarafí et Farax de Belvís, où le procureur de ce dernier fait allusion à un accord de répartition qui avait été passé entre les deux personnages, laissant à Abrahen Xarafí les villes de Séville et d’Ágreda, et à Farax de Belvís celle, notamment, de Guadalajara65. Pourtant la sentence des juges n’entérine pas ce partage, puisqu’elle interdit à Farax de Belvís comme à Farax Beidecí de se dire alcalde mayor de los moros, et si elle laisse l’alcaldía de los moros de Guadalajara à Farax de Belvís, c’est avec une possibilité d’appel de ses jugements devant Abrahen Xarafí comme alcalde mayor66. C’est donc seulement une alcaldía de los moros locale qui est reconnue à Farax de Belvís.

  • 67 RGS IX-1484, f° 156, et XII-1484, f° 45.
  • 68 Le 22 novembre 1493 est rendue la sentence exécutoire d’un procès de partage d’héritage entre moros(...)
  • 69 Sur les mudéjars d’Ágreda, cf. S. Abboud Haggar, « Conflictos de jurisdicción en un pleito entre mu (...)
  • 70 ARCV, Ejecutorias, caja 76/41. Ejecutoria rendue le 18 janvier 1494, dans une affaire opposant deux(...)

30La révélation incidente de cette sorte d’arrangement amiable et provisoire entre deux des compétiteurs au titre d’alcalde mayor de los moros a le mérite d’éclairer les cas antérieurs au procès (1490), où l’on voyait Abrahen Xarafí intervenir comme alcalde mayor à Séville67, et Farax de Belvís à Guadalajara68. Postérieurement aux procès de 1490-1491, nous voyons seulement Abrahen Xarafí intervenir à Ágreda69 comme « juge supérieur désigné pour les affaires concernant les moros du royaume de Castille70 », et sans doute à Séville en 1499.

  • 71 Les représentants de l’aljama de Ségovie disent, en 1491 : « que el sennor Rey don Enrique nuestro (...)
  • 72 RGS, III-1496, f° 41.

31Un fait qui retient l’attention est la tenace opposition à la juridiction de l’alcalde mayor de los moros rencontrée dans de nombreuses villes et localités pourvues d’une aljama musulmane, et non des moindres à cet égard. Cette opposition pouvait procéder de la communauté elle-même, ou de ceux de ses membres qui parlaient en son nom, comme à Ségovie, où l’on invoquait un privilège supposé donné par Henri IV, pour éviter les conflits internes provoqués par l’institution71, ou bien refléter la pression des autorités locales chrétiennes, soucieuses de limiter au maximum les interventions extérieures auprès de « leurs » moros. Car il est clair que l’opposition à l’ingérence de l’alcalde mayor de los moros dans les affaires des musulmans locaux procédait peut-être plus fréquemment des municipalités chrétiennes elles-mêmes. On a vu le procès provoqué en 1491parle refus d’un alcalde chrétien d’Ávila de reconnaître la compétence d’Abrahen Xarafí sur les musulmans de sa ville. En dépit de la sentence des juges de Valladolid, l’opposition des autorités d’Ávila n’avait pas désarmé en 1496, et elles se refusaient encore à admettre l’intervention dans leur morería d’Alí Alvar Ruiz, alfaquí de la communauté musulmane de Palencia, agissant au nom de don Abrahen Xarafí « alcalde que se dixo de todas las aljamas de nuestros Reynos72 ».

  • 73 « Pues la dicha cabsa hera entre moros sobre herençia de moros la mandasemos remityr [ a los ] alfa (...)
  • 74 ARCV, Ejecutorias, caja 94/28.

32Plus suggestive encore est l’absence de toute mention de l’existence même de l’alcalde mayor de los moros dans de nombreux procès entre musulmans de Castille portés jusqu’à la Chancellerie de Valladolid, dont les juges ont pourtant validé à plusieurs reprises, en 1490-1491, le titre d’Abrahen Xarafí. À cet égard, un cas très symbolique est constitué par un gros procès d’héritage entre moros de Plasencia, dans le nord de l’Extrémadoure, sanctionné en 1496 par les juges de Valladolid. Bien qu’à un certain moment l’une des parties ait demandé notamment l’intervention de l’alcalde mayor de los moros, l’affaire portant sur une question de succession entre musulmans, afin qu’elle fût tranchée selon la Loi islamique73, les juges n’en ont rien fait, au moins pour ce qui concerne la saisine de l’alcalde mayor de los moros, et ont préféré, après consultation des alfaquíes de Ségovie et de Plasencia, solliciter celle de trois de leurs collègues de Grenade récemment soumise et où s’appliquait encore le statut des mudéjars. On remarque également que n’est mentionné aucun nom des différents alfaquíes consultés74, ce qui illustre encore le peu de cas que, finalement, les autorités centrales de Castille accordaient, dans la décennie précédant l’édit de conversion forcée, à l’élite des « vieux mudéjars » de Castille, représentée par leurs alfaquíes, alcaldes et alcalde mayor, et en même temps combien le sort de ceux-ci était désormais lié à celui de leurs coreligionnaires de Grenade.

  • 75 On trouvera une vue d’ensemble de l’évolution de la notion de hiǧra jusqu’aux problèmes de notre te (...)
  • 76 D. Urvoy, Le monde des ulémas andalous du V/XIe au VII/XIIIe s., p. 138.
  • 77 Kh. Abou el Fadl, « Islamic Law and Muslim Minorities ».
  • 78 Sur ʿAbd Allāh b. Muḥammad al-ʿAbdūsī (mort entre 1446 et 1455), cf. F. Rodríguez Mediano, « Alguno (...)
  • 79 L. Mercier donnait une version française de la fatwā dans « Introduction sur l’évolution de la doct (...)
  • 80 A. M. Turki, « Consultation juridique d’al-imām al-Māzarī sur le cas des musulmans vivant en Sicile (...)
  • 81 J.-P. Molénat, « Le problème de la permanence des musulmans dans les territoires conquis par les ch (...)

33On ne peut manquer de revenir sur la question de savoir si ces alcaldes de moros, ou alcaldes mayores de moros, peuvent être considérés comme d’authentiques qāḍī-s. Cette question dépend, évidemment, au premier chef, de la réponse donnée à la question préalable : est-il licite, pour des musulmans, de demeurer en territoire où s’appliquait antérieurement la Loi islamique et maintenant soumis à un pouvoir chrétien, en dépit de l’obligation d’émigrer (hiǧra) énoncée dans le Coran ? Nous n’entrerons pas ici dans le détail complexe et subtil des réponses apportées par les juristes musulmans à cette question75. Mais nous ferons remarquer qu’il n’est plus possible d’affirmer aujourd’hui qu’un certain assouplissement à la règle de l’émigration en cas de conquête se manifeste chez les juristes, après le XIIe siècle, ne concernant visiblement que la masse, mais que la vision officielle est nettement celle qu’exprime encore au XVe siècle al-Wanšarīsī76. Il est clair, au contraire, que l’évolution des positions chez les juristes s’est faite dans le sens inverse, vers un durcissement à mesure des progrès de la prétendue Reconquête77. Au IXe-XVe siècle, la fatwā d’al-ʿAbdūsī78, reconnaissant le droit de tout bon musulman à demeurer en territoire conquis par les infidèles, si l’émigration représentait un danger pour lui et sa famille79, tout en ne niant pas que le fait de résider parmi les mécréants, l’émigration étant possible, fût considéré comme interdit du consensus général, se situe plus dans la ligne antérieure du malékisme occidental, représentée notamment au XIe-XIIe siècle par le sicilo-ifrīqiyen al-Māzarī80, et avant lui par Yaḥyā Ibn Yaḥyā al-Layṯī et l’Égyptien Ibn Qāsim, disciple direct de Mālik Ibn Anas81, que celle de Wanšarīsī, bien que celui-ci s’appuyât sur Ibn Rušd l’Ancien et Ibn ʿArafa.

  • 82 A. M. Turki, « Consultation juridique d’al-imām al-Māzarī sur le cas des musulmans vivant en Sicile (...)
  • 83 Ibn Huḏaul, Kitāb tuḥfat al-anfus wa-šiʿ ār sukkān al-Andalus, trad. L. Mercier, L’ornement des âme (...)

34Si l’on admettait que des musulmans pussent demeurer en territoire « reconquis », restait la question de la nomination de leurs qāḍī-s et de la validité des actes de ces derniers. La difficulté résidait évidemment dans la nomination par le prince non-musulman. Ici encore les points de vue d’al-Māzarī et al-ʿAbdūsī vont dans le même sens. Pour le premier, l’investiture accordée par l’infidèle à un cadi probe, soit pour répondre à un besoin impérieux, soit pour satisfaire la demande des justiciables, ne porte nullement atteinte à ses jugements qui gardent leur caractère exécutoire, comme s’il avait été investi par un prince musulman82. Le second, après avoir établi la validité de la nomination du cadi par la communauté musulmane du lieu, la communauté exerçant les pouvoirs souverains en toute chose, si le sultan est empêché, ajoute que, dans l’éventualité où le cadi a été investi par le souverain des chrétiens, son investiture même, et ses sentences ne sont valables que s’il a rencontré l’agrément de la communauté musulmane, librement consenti et non obtenu par contrainte, moyennant quoi ses sentences sont valables comme s’il y avait eu investiture préalable et spontanée par la communauté – car le fait à retenir est en effet cette investiture de la communauté, et non celle du souverain chrétien83.

  • 84 Pour l’expression de « vieux mudéjars de Castille » employée pour les distinguer des Grenadins réce (...)

35Il faut probablement replacer la position de Wanšarīsī dans sa conjoncture historique précise. L’évocation de la pression hispanique sur l’Afrique du Nord à la fin du XVe siècle ne suffit probablement pas, car, dans la première moitié du siècle, al-ʿAbdūsī connaissait déjà par exemple l’occupation de Sabta-Ceuta par les Portugais en 1414, et leur destruction de Tétouan en 1437, encore que la pression se fasse encore plus forte à la fin du siècle. Il est nécessaire de considérer la situation dans la Péninsule Ibérique elle-même. Certes il semble que Wanšarīsī (m. 1508) ait rédigé sa fatwā, ou plutôt ses deux fatwā-s, sur la question à une date antérieure à la suppression du statut des mudéjars en Castille (1501), suppression qui expliquerait pleinement sa position, avec le changement qu’elle implique dans la question du séjour des musulmans en terre des infidèles. Ainsi désormais, il ne peut plus être question de qāḍī pour les musulmans, puisque ceux-ci ne sont plus reconnus comme tels. Mais, si Wanšarīsī écrit dans les années 1480-1490, il peut être alors déjà clair, pour un esprit tant soit peu perspicace, que la guerre de Grenade, puis les conditions de la soumission de ce qui restait jusque-là d’al-Andalus, conduisent inéluctablement à ce dénouement. D’autant que le peu de considération dont font preuve, dans ces années, les autorités castillanes à l’égard de leurs « vieux mudéjars84 » et particulièrement, comme on l’a vu plus haut, des alcaldes et alcaldes mayores de ceux-ci, augure mal de l’avenir d’une tolérance relativement respectée jusque-là.

Bibliographie

Abboud Haggar, Soha, « Conflictos de jurisdicción en un pleito entre mudéjares : Ágreda 1501 », Cuadernos de Historia del Derecho, 6, 1999, pp. 415-432.

Abou el Fadl, Khaled, « Islamic Law and Muslim Minorities : the Juristic Discourse on Muslim Minorities from the Second/Eighth to the Eleventh/-Seventeenth Centuries », Islamic Law and Society, 1, 1994, pp. 141-187.

Al-ʿAbbādī, M., « Muḥammad V, al-Gānī bi-Llāh », Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos en Madrid, 11-12, 1963.

Arié, Rachel, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, Paris, De Boccard, 1973.

Asenjo, María, Segovia. La ciudad y su tierra a fines del Medievo, Ségovie, Diputación provincial, Excmo. Ayuntamiento de Segovia, 1986.

Azcona, Tarsicio de, Isabel la Católica, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1964.

Beck, Herman L., L’image d’Idris II, ses descendants de Fās et la politique sharīfienne des sultans mérinides (656-869/1258-1465), Leyde, Brill, 1989.

Boswell, John, The Royal Treasure. Muslim Communities under the Crown or Aragon in the Fourteenth Century, New Haven – Londres, Yale University Press, 1977.

Cheddadi, Abdesselam, Le voyage d’Occident et d’Orient, Arles, Actes Sud, « coll. Sindbad », 1980.

Collantes de Terán, Alejandro, « La aljama mudéjar de Sévilla », Al-Andalus, 43, 1978, pp. 143-162.

Córdoba de la Llave, Ricardo, et María del Rosario Relaño Martínez, « Actividades económicas de los mudéjares cordobeses », dans IV Simposio Internacional de Mudejarismo : Economía (Teruel, sept. 1987), Teruel, Instituto de Estudios Turolenses, Diputación de Teruel, 1992, pp. 495-506.

Corominas, Joan, et José A. Pascual, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico (5 vol.), Madrid, Gredos, 1980.

Díaz Martín, Luis Vicente, Pedro I, Palencia, Diputación Provincial de Palencia, 1995.

Domínguez Casas, Rafael, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos, Madrid, Alpuerto, 1993.

Echevarría Arsuaga, Ana, « De cadí a alcalde mayor. La elite judicial mudéjar en el siglo XV », Al-Qantara, 24, 2003, pp. 139-168 et 273-289.

– « La comunidad mudéjar en conflicto : aljamas y alcaldes mayores de moros a mediados del siglo XV » (à paraître).

Estenaga, Narciso de, « Condición social de los mudéjares de Toledo durante la Edad Media », Boletín de la Real Academia de Bellas Artes y Ciencias Históricas de Toledo, 18-19, 1924, pp. 5-27.

Febrer Romaguera, Manuel Vincente, « Los Bellvís : una dinastía mudéjar de alcaldíes generales », dans Tercer Simposio Internacional de Mudejarismo (Teruel, 20-22 septembre 1984), Teruel, Instituto de Estudios Turolenses, 1986, pp. 277-290.

Fernández y González, Francisco, Estado social y político de los mudéjares de Castilla, Madrid, 1866, réimp. Madrid, Hiperión, 1985.

González, Julio, Reinado y diplomas de Fernando III, t. I : Estudio, Cordoue, Caja de Ahorros de Córdoba, 1980.

Harvey, Leonard P., Islamic Spain 1250 to 1500, Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1990.

Ibn ʿAbd-Malik-al-Marrākušī, Al-Ḏayl wa-l-Takmila, éd. Iḥsan ʿAbbās, Beyrouth, 1973.

Ibn aldūn, Kitāb al-ʿIbar, trad. du baron de Slane, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1969.

Ibn al-Ḫaṭīb, Al-Lamḥa al-badriyya, trad. José María Casciaro, Historia de los reyes de la Alhambra, Grenade, Universidad de Granada, « Biblioteca Chronica nova de estudios históricos » (56), 1998.

Ibn aṭīb, Kitāb tuḥfat al-anfus wa-šiʿār sukkān al-Andalus (L’ornement des âmes et la devise des habitants d’El Andalus. Traité de guerre sainte islamique), trad. Louis Mercier, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1939.

Ibn ʿIḏārī, Al-Bayān al-muġrib. Qism al-Muwaḥḥidīn, Beyrouth-Casablanca, 1985 ; trad. Ambrosio Huici Miranda (2 vol.), Tétouan, Editora Marroquí, 1953-1954.

Kably, Mohamed, Société, pouvoir et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge », Paris, Maisonneuve et Larose, 1986.

Ladero Quesada, Miguel Ángel, Mudéjares de Castilla, Valladolid, 1969.

– « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media », dans Id., Los mudéjares de Castilla y otros estudios de historia medieval andaluza, Grenade, Editorial Universidad de Granada, 1989.

León Tello, Pilar, Judíos de Toledo (2 vol.), Madrid, CSIC, 1979.

López Mata, Teófilo, « Morería y judería », Boletín de la Real Academia de la Historia, 129, 1951, pp. 335-384.

Maíllo Salgado, Felipe, Los arabismos del castellano en la Baja Edad Media (3e éd.), Salamanque, Ediciones de la Universidad de Salamanca, « Studia Philologica » (5), 1998.

Masud, Khalid, « The Obligation of Hijra in Islamic Law », dans Dale F. Eickelman et James Piscatori (éd.), Muslim Travellers. Pilgrimage, Migration and the Religious Imagination, Londres, Routledge, 1990, pp. 29-32.

Meyerson, Mark D., The Muslims of Valencia in the Age of Fernando and Isabel : between Coexistence and Crusade, Berkeley, University of California Press, 1991.

Miguel Rodríguez, Juan Carlos de, « Minorías religiosas en el Medievo madrileño : la comunidad mudéjar », dans Juan Carlos de Miguel Rodríguez (éd.), El Madrid medieval. Sus tierras y sus hombres, Madrid, Associación Cultural Al-Mudayna, 1990.

Molénat, Jean-Pierre, « Une famille de l’élite mudéjare de la Couronne de Castille : les Xarafí de Tolède et Alcalá de Henares », dans Abdeljelil Temimi (éd.), Mélanges Louis Cardaillac (2 vol.), Zaghouan, Fondation Temimi pour la Recherche Scientifique et l’Information, t. II, pp. 765-772, 1995.

– « En los últimos años del siglo XV : el fin de los “mudéjares viejos” de Castilla », dans José Ángel García de Cortázar et alii (éd.), Fines de siglo y milenarismo, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2000, pp. 31-56.

– « La question de l’élite mudéjare dans la péninsule Ibérique médiévale », dans Elites e redes clientelares na Idade Média. Problemas metodológicos, Lisbonne, Ediçoes Colibri – CIDEHUS - Universidade de Évora, 2001, pp. 45-53.

– « Le problème de la permanence des musulmans dans les territoires conquis par les chrétiens, du point de vue de la Loi islamique », Arabica, 48, 2001, pp. 392-400.

– « L’élite mudéjare de Tolède aux XIVe et XVe siècles. Alfaquís, alcaldes et alcaldes mayores de moros », dans Dominique Barthélémy et Jean-Marie Martin (éd.), Liber largitorius. Études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, Genève, Droz, 2003, pp. 563-577.

Rodríguez Mediano, Fernando, « Algunos ejemplos de evolución familiar en Fez en el siglo XVI », dans Saber religioso y poder político en el Islam. Actas del Simposio Internacional (Granada, 15-18 oct. 1991), Madrid, Agencia Española de Cooperación Internacional, 1994, pp. 141-160.

Familias de Fez (ss. XV-XVII), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1995.

Rucquoi, Adeline, « Marginaux ou minorités ? Juifs et musulmans dans une ville de la Castille septentrionale », dans Minorités et marginaux en Espagne et dans le Midi de la France. Actes du colloque de Pau (27-29 mai 1984), Paris, Éditions du CNRS, « Collection de la Maison des Pays Ibériques », 1986.

Valladolid en la Edad Media (2 vol.), Valladolid, Junta de Castilla y León, 1987.

Sáez, Emilio, Colección diplómatica de Sepúlveda (2 vol.), Ségovie, Diputación Provincial, 1956.

Tapia Sánchez, Serafín de, La comunidad morisca de Ávila, Salamanque, Ediciones - Universidad de Salamanca, 1991.

Torres Fontes, Juan, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », Anuario de Historia del Derecho Español, 32, 1962, pp. 131-182.

Turki, Abdel Magid, « Consultation juridique d’al-imām al-Māzarī sur le cas des musulmans vivant en Sicile sous l’autorité des Normands », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 44, 1984, pp. 691-704.

Urvoy, Dominique, Le monde des ulémas andalous du V-XIe au VII-XIIIe s. Étude sociologique, Genève, Droz, 1978.

Varona García, Antonia, « Judíos y moros ante la justicia de los Reyes Católicos. Cartas ejecutorias de la Real Chancillería de Valladolid (1476-1495) », dans Eufemio Lorenzo Sanz (éd.), Actas del Congreso Proyección histórica de España en sus tres culturas. Castilla y León, América y el Mediterráneo (Medina del Campo, 16 y 18 de abril de 1991) [3 vol.], Valladolid, Junta de Castilla y León – Consejería de Cultura y Turismo, 1993, t. I, pp. 337-368.

Veas Arteseros, María del Carmen, Mudéjares murcianos. Un modelo de crisis social (ss. XIII-XV), Murcie, Excmo. Ayuntamiento de Cartagena, 1993.

Wagner, Klaus, Regesta de documentos del Archivo de Protocolos de Sevilla referentes a judíos y moros, Séville, Publicaciones de la Universidad de Sevilla, 1978.

Al-Wazzānī, Al-Miʿyār al-ǧadīd (11 vol.), Fès, 1910.

Wiegers, Gerard, Islamic Literature in Spanish and Aljamiado. Yça of Segovia (fl. 1450). His Antecedents and Successors, Leyde, Brill, 1994.

Annexes

Abréviations

AGS Archivo General de Simancas, Simancas (Valladolid)

ARCV Archivo de la Real Chancillería de Valladolid, Valladolid

AHN Archivo Histórico Nacional, Madrid

RGS Registro General del Sello (section de l’AGS)

MP Mercedes y Privilegios (section de l’AGS)

Notes

1 R. Domínguez Casas, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos, donne une série de noms de musulmans maestros mayores des résidences royales (reales alcázares) de Madrid, Tolède et Séville. Nous aurons l’occasion de revenir plus loins sur certains d’entre eux.

2 Voir J.-P. Molénat, « L’élite mudéjare de Tolède aux XIVe et XVe siècles ».

3 J. Corominas et J. A. Pascual, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, t. I, p. 127ab, 150a.

4 J. Corominas et J. A. Pascual, ibid., observent que le catalan ancien alcalde « sólo se aplicaba a los jueces de moros o a instituciones de antecedentes islámicos ». Quant au portugais, il a connu très tôt, pour des raisons propres à la phonétique de cette langue, une confusion entre alcalde et alcaide, le premier terme disparaissant au profit du second, originellement bien distinct, puisque dérivé de al-qā’id, le chef militaire.

5 J. Corominas et J. A. Pascual, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, datent la première attestation de 1062-1063.

6 On peut ajouter que dans les documents arabes de Tolède postérieurs à la prise de la ville par les chrétiens (1085), l’expression al-wazīr al-qāḍī désigne un notable chrétien, l’équivalent de l’ultérieur alcalde mayor de la ville, en langue romane.

7 F. Maíllo Salgado, Los arabismos del castellano en la Baja Edad Media, pp. 308-310.

8 M. A. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media », pp. 54-55 ; T. López Mata, « Morería y judería », pp. 344-345.

9 Ibn ʿAbd al-Malik al-Marrākušī, Al-Ḏayl wa-l-Takmila, t. VI, n° 1305.

10 Ibid., n° 1306. Les deux notices m’ont été signalées par Mustapha Benouis.

11 J. González, Reinado y diplomas de Fernando III, t. I, p. 390. Ibn ʿIḏārī ne parle que de la « sortie » de l’élite et du commun des habitants [sous-entendu « musulmans »] de la ville : « waẖaraǧa min-hā al-ẖāṣṣ min ahli-hā wa-l-ʿāmm » (Al-Bayān al-muġrib, p. 384 ; trad. A. Huici Miranda, t. II, p. 188).

12 F. Fernández y González, Estado social y político de los mudéjares de Castilla, doc. 74, p. 395.

13 Don Abrahem, sellero, alcalde del aljama de los moros de Tolède, autorise, en 1379, simultanément avec l’alcalde délégué de l’alcalde mayor chrétien, la vente de biens appartenant à des mineurs musulmans, sous la tutelle de leur oncle paternel, frère du premier mari, décédé, de leur mère (AHN, Clero, carp. 3118/16).

14 Alí Oberi, désigné par le souverain comme alcalde de l’aljama mudéjar de Séville en 1438 (A. Collantes de Terán, « La aljama mudéjar de Sévilla », p. 153). En 1477, un conflit à l’intérieur de l’aljama de Séville, à propos de la désignation d’un Yahia, albañil, comme alcalde, est porté devant les autorités municipales. La solution recommandée est qu’il y ait deux alcaldes, pour éviter les affrontements à l’intérieur de la communauté (ibid.). Le 21 décembre 1484, les souverains ordonnent à l’aljama de los moros de Séville de recevoir pour alcalde « maestre Haçan, moro, moradoren esta dicha çibdad de Sevilla » (AGS-RGS, XII-1484, f° 45. Cité par A. Collantes de Terán, « La aljama mudéjar de Sévilla », avec lecture « Hacem »). Maestre Çayde el Blanco, herrero, est mentionné comme alcalde de l’aljama de los moros de Séville, les 10 mai 1498, 8 octobre 1499, et 22 avril 1501 (K. Wagner, Regesta de documentos del Archivo de Protocolos de Sevilla referentes a judíos y moros, n° 329, 354, 376).

15 En 1470, Abraham el Miri, alcalde de l’aljama de Cordoue, et borceguinero. En 1485, Alí Murci, alcalde de la même aljama (R. Córdoba de la Llave et M. R. Relaño Martínez, « Actividades económicas de los mudéjares cordobeses », p. 505).

16 Sur don Iça, alfaquí et alcalde de Ségovie, et Alí de Montejo, alcalde des moros de Sepúlveda, dans la première moitié, ou au milieu, du XVe siècle, cf. infra, à propos de Muḥammad b. Yūsuf al-Qaysī, alcalde mayor.

17 À Valladolid, un édit royal de 1412 a pour conséquence le transfert de la communauté musulmane dans un quartier réservé, au sud de l’agglomération, sur un terrain que l’alfaqui Hamet, l’alcalde Ali Calvo et deux autres moros louèrent au chapitre de la collégiale, en 1414 (A. Rucquoi, « Marginaux ou minorités ? », p. 298). En 1474, l’alfaqui et alcalde Brayme Aragones perd quatre maisons qu’il possédait dans la morería de Valladolid, par suite d’une dette. Apparaissent à cette occasion deux autres alcaldes moros : Hamed Catalan et le forgeron Çafo (ibid., p. 298 et 300). Le 10 mars 1484, les souverains nomment « Çafo Andado, moro, vesyno de la villa de Valladolid » comme « nuestro repartidor mayor de las aljamas de los moros de nuestros reynos e nuestro alcalde del aljama de los moros de la dicha villa de Valladolid », à la suite du décès du précédent titulaire de ces deux charges, Hamed Carrero, et sur la supplication d’Hernando de Talavera (RGS, III-1484, f° 190). En 1495, sont vendues diverses terres des environs de Valladolid, dont l’une jouxte « tierra de Ramiro, el alcalde moro, arcallez », et une autre « tierra de Ali, el alcalde moro » (AHN, Clero, carp. 3444/4). En décembre 1501, « Mahoma, alcalde moro, fijo de maestre Aly alcalde, defunto, vesino que fue desta noble villa de Valladolid » vend des terres situées autour de la ville, avec l’approbation de sa femme « Fatima, muger del dicho Mahoma alcalde, e fija de maestre Ali alcalde, moro vesinos que fueron de la dha villa de Valladolid ». Il est clair que le document cite trois alcaldes moros : Mahoma, le vendeur, son père, Alí, et son beau-père, appelé également Alí (AHN, Clero, carp. 3444/8. Cité par A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, t. II, p. 503, qui lit partout « Allden », pour alcalde).

18 En 1492-1493, maestre Haziz Bejarano, chargé par les souverains de répartir entre les membres de l’aljama de Plasencia les contributions qui leur sont imposées, se heurte à une opposition à l’intérieur de la communauté, qui l’accuse d’avoir obtenu de manière indue son office d’alcalde, et il est suspendu dans l’attente du jugement de l’affaire devant le Conseil royal (AGS-RGS, III-1492, f° 33 ; VII-1492, f° 152 ; IX-1492, f° 103 ; IX-1492, f° 188 ; II-1493, f° 20).

19 Cf. infra.

20 On connaît les noms de trois alcaldes de l’aljama de los moros de Madrid : don Mahomad, en 1348, maestre Hamete, tundidor, en 1402, et maestre Abrahem, en 1500 (J. C. de Miguel Rodríguez, « Minorías religiosas en el Medievo madrileño », p. 48).

21 J. Boswell, The Royal Treasure ; M. V. Febrer Romaguera, « Los Bellvís », pp. 277-290 ; M. D. Meyerson, The Muslims of Valencia in the age of Fernando and Isabel, notamment pp. 101-103.

22 Pour une opinion en sens contraire, on verra l’article d’A. Echevarría Arsuaga, « La comunidad mudéjar en conflicto ». Nous ne discuterons pas ici en détail ses arguments, fondés sur le cas de Murcie, correspondant donc à un cadicat local et non général.

23 « E quando fezier viejo mayor, que es segunt los judios e los moros como adelantado, e le pussiere sobre alguna tierra para oir las alzadas, e para librar pleytos, debe dar a tales como este cien maravedis. Mas sil pusiere en alguna aljama señalada, de veinte maravedis », cité par J. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », p. 143.

24 Cortes de León y Castilla, t. II, p. 233.

25 AHN, Clero, carp. 3117/5.

26 AHN, Clero, carp. 3117/6 et 3118/16.

27 Ronda, enclave restée au pouvoir des Mérinides, sert à Muḥammad V, sultan déchu de Grenade, après qu’il en a obtenu la restitution de la part du sultan mérinide, de base pour la reprise de son royaume, avec l’aide des Castillans de Pierre le Cruel, en 763 H/1361-62 (Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿIbar, t. IV, pp. 358-359, Ibn al-Ḫaṭīb, Al-Lamḥa al-badriyya, p. 127, R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. III, M. Kably, Société, pouvoir et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge », p. 211, L. V. Díaz Martín, Pedro I, p. 240). M. al-ʿAbbādī, « Muḥammad V, al-Gānī bi-Llāh », p. 254), a signalé l’erreur de F. Fernández y González (Estado social y político de los mudéjares de Castilla, p. 176), lorsque celui-ci parle « del país de Ronda recién conquistado par las armas castellanas ». Díaz Martín parle quant à lui d’une possession des Mérinides de Tlemcen [sic].

28 Trad. A. Cheddadi, Le voyage d’Occident et d’Orient, pp. 91-92.

29 CT E. 6. A. 2.2. Ce document est évidemment l’un de ceux que N. de Estenaga a utilisés dans son article « Condición social de los mudéjares de Toledo durante la Edad Media », pp. 5-27, sans en donner ni références ni extraits.

30 « Don Mahomad, alcalle mayor por nuestro sennor el rey, de todas las aljamas de los sus regnos sennorios », dans le texte castillan, mais avec la signature arabe mentionnée, s’adressant au concejo de Sepúlveda, sur réclamation de celui-ci, annule la nomination qu’il avait effectuée d’Alí de Montejo comme alcalde « de esos pocos de moros que y moran en Sepulvega » et il ordonne à ceux-ci « que usen con el alfaque e alcalle don Iça, que es por mi en la çibdat de Segovia, e que usen con el segund usaron fasta aqui » (E. Sáez, Colección Diplómatica de Sepúlveda, t. I, doc. 161, pp. 536-538). L’alfaquí et alcalde de Ségovie don Iça est probablement Içe de Gebir, auteur, en 1462, de la Suma de los principales mandamientos y devedamientos de la Ley y Çunna ; cf. L. P. Harvey, Islamic Spain 1250 to 1500, pp. 78-79, G. Wiegers, Islamic Literature in Spanish and Aljamiado, pp. 147-148 et p. 155.

31 Le 6 septembre 1458, une maison appartenant aux héritiers de feu don Mahomad Alcayçi, « alcalde mayor que fue de las aljamas de los moros de Castilla », à Tolède, paroisse San Román, jouxte la maison principale de doña Catalina Lasa de la Vega et doña Marina de Mendoza, qui avait appartenu auparavant à Juan Carrillo de Toledo et doña María de Sandoval, leurs grands-parents (AHN, Clero, carp. 3091/5). Le 31 décembre 1409, la même maison achetée par Juan Carrillo et María Díaz de Sandoval, et située à Tolède, paroisse Santa Leocadia la Vieja, jouxtait « con casas de don Mahomad alcalle » (AHN, Clero, carp. 3080/2).

32 J. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », p. 149, avec référence à la séance du 5 décembre 1418 de l’assemblée municipale murcienne. Bien qu’il écrive « Muhammad Alfajar », nous rétablissons la forme « Mahomad », la plus normale en castillan, et vraisemblablement utilisée dans le document. Quant à la domiciliation à Murcie du personnage, qui ne va pas de soi et n’est pas explicitée par Torres Fontes, elle est d’autant plus vraisemblable que, le 29 novembre 1496, devant la municipalité de Murcie, paraît « maestre Yuçaf Alfajar, moro, vezino de la moreria de la dicha çibdad », porteur d’un pouvoir de deux alcalde mayores de las morerías de Castilla pour user de l’office d’alcalde de las morerías du royaume de Murcie et évêché de Carthagène (M. C. Veas Arteseros, Mudéjares murcianos, doc. 16, p. 125). Le nom « Alfajar », qu’il ne faut évidemment pas interpréter comme l’arabe al-faẖẖār (le potier), eu égard à la phonétique du castillan de l’époque, est ainsi au moins attesté dans la ville.

33 Le 26 juin 1450, Çuleman el Romo, alcalde de l’aljama de los moros d’Ávila, « por maestre Farax Alçadafe, alcalde mayor de las aljamas de Castilla », donne à cens perpétuel à un autre musulman de la ville une maison appartenant à la mosquée (corriger « almagud » en « almagid »), située dans les faubourgs, à raison de 136 maravédis par an, avec pour condition, en cas de vente, de payer le dixième à l’aljama, et de pas vendre à un juif ou à un chrétien (Catálogo de los Protocolos de Ávila, t. I, p. 315, n° 1118).

34 Sur la communauté mudéjare d’Ávila au XVe siècle, voir le premier chapitre de S. de Tapia Sánchez, La comunidad morisca de Ávila.

35 R. Domínguez Casas, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos, p. 62, et note 193, p. 177.

36 AGS-MP, leg. 2, f° 398 v°.

37 J.-P. Molénat, « Une famille de l’élite mudéjare de la Couronne de Castille », pp. 765-772.

38 Le 2 décembre 1483, à Cordoue, Ferdinand le Catholique, sur la requête de « don Abrahen Xarafi, alfaqui, vezino de la çibdad de Guadalajara », lui confirme la merced, faite par lui-même et la reine Isabelle, à Ségovie, le 17 janvier 1475, d’«  el ofiçio de alcaldia mayor de las aljamas de los moros destos nuestros reynos » (inséré dans ARCV, Ejecutorias, caja 39/7, non folioté).

39 « Abrahen Xarafi, alfaque de la villa de Valladolid e nuestro alcalde mayorde las aljamas de los reynos de Castilla » (RGS, XII-1484, f° 45). Ferdinand le Catholique, le 8 décembre 1490, à Cordoue, « porfaser bien e merçed a vos Abraen Xarafi, alfaqui del aljama de los moros de la villa de Valladolid », le nomme à vie « uno de los repartidores de las aljamas de los moros destos mis reynos e sennorios », par renonciation de « maestre Hamete Carreton [ou Carretero], veçino de la dicha villa de Valladolid, mi repartydor de las dichas aljamas ». La lettre de renonciation, datée de Valladolid, le 7 juin 1491 [sic], parle de « don Abraen Xarafi, alfaqui, alcalde mayor por Vuestra Altesa en las dichas aljamas de los moros destos dichos vuestros regnos e sennorios » (AGS, Mercedes y Privilegios, leg. 122, f° 2). L’absence de mention dans la lettre royale de la fonction d’alcalde mayor des aljamas de los moros tient peut-être au fait que des procès sont alors en cours concernant cette fonction.

40 P. León Tello, Judíos de Toledo, t. I, doc. 54, p. 464, lisant « don Yuça Felxarafe ».

41 Le document, signé des deux souverains, et daté de Ségovie, le 17 janvier 1475 (RGS, I-1475, f° 362), a été publié par J. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », app. 2, pp. 172-175, et par M. A. Ladero Quesada, Mudéjares de Castilla, n° 1, pp. 85-88 ; Id., « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media », p. 101-104.

42 « Donna Ysabel, por la graçia de Dios, prinçesa de Asturias, legitima heredera e suçesora del los reynos de Castilla e de Leon, reyna de Çeçilia, prinçesa de Aragon, acatando la ydoneydad e sufiçiençia de vos don Abrahem Xarafi, alfaqui, fisyco del muy reverendo arçobispo de Toledo, mi muy caro e muy amado tio, e los muchos e buenos serviçios que vos me avedes fecho e fazedes de cada dia, e en emiendas e remuneraçion dello, es mi merçed e voluntad que agora e de aqui adelante para en toda vuestra vida vos el dicho don Abrahen Xarafi seades alcalde mayor de las aljamas de los moros e moras de la muy noble çibdad de Avila e de las otras mis çibdades e villas e lugares destos dichos reynos de Castilla e de Leon que de presente estan so mi obedençia e sennorio e estovieren de aqui adelante donde oviere las dichas aljamas de moros e moras eçebto el juzgado de la primera ynystançia del aljama de los moros e moras de la mi villa de Aranda, del juzgado de la qual yo tengo fecha merçed porotra/r°/ parte, e tengades el uso e exerçiçio del dicho ofiçio por vos e por vuestros lugares tenientes ansy en lo çevil como en lo criminal… » (Document daté d’Alcalá de Henares, le 5 septembre 1463 [sic] et inséré dans ARCV, Ejecutorias, caja 39/7, non folioté). Il faut évidemment corriger l’année de la date en 1473, Isabelle se trouvant à Alcalá de Henares le 31 août 1473 (T. de Azcona, Isabel la Católica, p. 193).

43 AGS-RGS, IX-1484, f° 156.

44 AGS-RGS, XII-1484, f° 45.

45 Mais plus loin « el dicho don Abram Xarife ».

46 L’expression « alcalde que se dixo… » peut signifier que le titre d’alcalde mayor de los moros d’Abrahem Xarafí reste globalement contesté à cette date, y compris par les organes centraux de la monarchie, mais, plus vraisemblablement, elle reflète seulement le fait que les autorités municipales d’Ávila refusent de lui reconnaître compétence, fût-ce verbalement, dans leur ville. Le corregidor doit interdire aux susnommés l’exercice de leurs charges, et vérifier comment était exercée, dans les temps antérieurs, la juridiction civile entre les moros de la ville (RGS, III-1496, f° 41).

47 K. Wagner, Regesta de documentos del Archivo de Protocolos de Sevilla, n° 354. Bien que ni le nom personnel ni le titre d’alcalde mayor de los moros de ce Xarafí ne soient indiqués, il n’est guère douteux qu’il s’agisse du même Abrahen Xarafí, agissant en sa qualité de juge supérieur des musulmans de Castille.

48 Sentence exécutoire rendue le 18 janvier 1494 par l’Audiencia de Valladolid, dans un procès criminel entre musulmans d’Ágreda, « e se trato primeramente en la villa de Agreda ante Ruy Gutierres d’Escalante, nuestro corregidor de la dicha villa, e ante don Habrahen Xarafi, nuestro jues mayor dado para en las cosas tocantes a los moros del reyno de Castilla », où l’on voit « el dicho don Abrahen Xarafi, moro, juez » intervenir, puis remettre l’affaire à « a otro moro juez de la dicha moreria », avant qu’elle ne vienne devant le corregidor (ARCV, Ejecutorias, caja 76/41).

49 ARCV, Ejecutorias, cajas 29/1, 39/6, 39/7, 45/5. Cf. A. Varona García, « Judíos y moros ante la justicia de los Reyes Católicos ». Nous avons entrepris une exploitation exhaustive de ces documents.

50 Document publié par J. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », app. 3, pp. 175-180, dans une confirmation du 31 août 1476, à Ségovie, d’après le Cartulaire royal des Archives municipales de Murcie. Également AGS, RGS, VIII-1476, f° 570. Curieusement, il y est fait allusion dans la sentence exécutoire du procès avec Abrahen Xarafí, dans le résumé de l’argumentation de Farax de Belvís, à des mercedes de Jean II, Henri IV et Ferdinand et Isabelle, à Farax de Belvís et à son père : « dis que el sennor Rey don Enrrique nuestro hermano, que santa gloria aya, le ovo fecho e fiso merçed de la dicha alcaldia por muchos serviçios que le avia fecho por virtud de la qual e otros porel en su nonbre avian tomado e aprehendido la posesion della, espeçialmente en la dicha çibdad de Guadalajara e la toviera e poseyera fasta que nos reynamos e que a su pla… del dicho don Farax de Belvis e por serviçios que avia fecho el al sennor Rey don Juan de gloriosa memoria, nuestro sennore padre, que santa gloria aya, le fiziera merçed de la dicha alcaldia mayor de todas las aljamas de los dichos nuestros reynos e que aun despues pormas firmesa gela confirmanos e aprovamos de nuestro propio motu e çierta çiençia e poderio real absoluto e que revocamos e dimos por ningunas todas e qualesquier merçedes que fasta entonçe oviesemos fecho e que no valiesen/v°/ las que dende en adelante fisiesemos en perjuizio de la merçed al dicho don Farax fecha, por virtud de la qual el avia tenido e poseydo la dicha alcaldia paçificamente syn contradiçion alguna en espeçial de la dicha çibdad de Guadalajara, lo otro por quel dicho sennor Rey don Juan nuestro sennor e padre por los dichos serviçios que diz que le fiziera merçed de la dicha alcaldia para el e para sus herederos e subçesores perpetuamente que despues del viniesen e que dello le diera previlejo por virtud del qual el sennor Rey don Enrrique nuestro hermano avia fecho la dicha merçed al dicho don Farax e que por ello nos aviamos mandado aquella confirmar », sans que les textes soient insérés (ARCV, Ejecutorias, caja 29/1, non folioté). Sur les Belvís de Guadalajara, et leur point de vue dans la question du droit à la fonction d’alcalde mayor de los moros de Castille, on verra l’article déjà cité d’A. Echevarría Arsuaga, « La comunidad mudéjar en conflicto ».

51 Le 20 mars 1491, à Séville, les souverains donnent à maestre Yuçaf, ingeniero, moro, vecino de Guadalajara, la alcaldía mayor de los moros de tous leurs royaumes, vacante par le décès de don Farax de Belvis, moro, vecino qui fut de la même ville (RGS, III-1491, f° 60). La lettre royale est insérée dans ARCV, Ejecutorias, caja 45/5 (Abrahen Xarafí contre Yuça Engeño/ vecino/de Guadalajara, sur le titre d’alcalde mayor de los moros, le second présentant cette lettre. Nous lisons plutôt là : « maestre Yuçaf Engenno, moro, vesino de la çibdad de Guadalajara »). Une sobrecarta de la même merced est donnée le 5 août 1491 par les souverains, au camp de la Vega de Grenade (RGS, VIII-1491, f° 345).

52 Sentence exécutoire, en date du 30 août 1491 (ARCV, Ejecutorias, caja 39/6). Le procès entre « don Abrahen Xarafi, nuestro alcalde mayor de las aljamas de los moros destos nuestros reynos » et « el aljama e omes buenos moros de la çibdad de Segovia », était la conséquence de la sentence précédemment rendue entre le même don Abrahen Xarafí d’une part, Farax Beydeci et Farax de Belvís de l’autre, reconnaissant au premier l’alcaldía mayor de los moros de Castilla. L’aljama de Ségovie arguait « que la dicha aljama e vesinos e moradores della de diez e veynte e treynta e quarenta e çinco [sic] annos e mas tienpo a esta parte que syenpre la dicha aljama e vesinos e moradores della avian estado e estavan en paçifica posesion de no tenerni obedeçer alcalde ninguno mayor de las aljamas de Castilla salvo a nuestra justiçia hordinaria que avia seydo e hera de la dicha çibdad ».

53 Sentence exécutoire en date du 30 août 1491 (ARCV, Ejecutorias, caja 39/7). Le bachelier Cristóbal de Benavente, alcalde à Ávila, déclarait que depuis septembre 1488 il exerçait cette fonction, au nom du corregidor Álvaro de San Esteban, « e quel dicho bachiller como su alcalde todo el dicho tienpo fasta oy avia tenido cargo del juzgado e justiçia asy de xpianos como de judios e moros de la dicha çibdad e su tierra, conoçiendo de las cabsas çeviles e criminales e dando sentençias e executandolas e faziendo todos los otros abtos que de justiçia se devian faser syn aver memoria quel dicho Abrahen Xarafi ni otro alguno fuese juez ». De même l’« aljama e omes buenos moros de la dicha çibdad [déclarait] que de diez annos a esta parte e mas tienpo avian tenido e tenian por corregidor de la dicha çibdad e justiçia della asy de xpianos como de judios e moros al comendador Gonçalo Chacon nuestro contadore mayordomo e a sus lugares tenientes ».

54 A. Echevarría Arsuaga, « La comunidad mudéjar en conflicto », suggère que Farax Beydeci était lieutenant de Farax de Belvís à Tolède, ville où il résidait. Il est curieux qu’il n’apparaisse jamais dans la documentation tolédane.

55 Lettre royale en date du 11 décembre 1483, adressée à Gómez Manrique, corregidor de Tolède. Megi « moro, vesino de Yllescas », s’est plaint en disant qu’à Tolède était mort un moro du nom de Ali, sans laisser d’enfant, mais certains biens, « los quales dis que tiene Maestre Farax Baydaçi, moro ». Megi considère que ces biens lui reviennent et les a réclamés à Farax Beideci, mais celui-ci prétend les envoyer à Grenade, à un plus proche parent du défunt : « diz que non lo quiere faser disiendo que el quiere enbiar los dichos bienes a Granada a otro pariente suyo mas propinco ». Megi souligne que le destinataire supposé est un ennemi des souverains : « que el dicho moro a quien el dicho Maestre Farax quiere enbiarlos dichos bienes esta en la çibdad de Granada en nuestro deseruiçio ». Le corregidor doit rendre justice de façon que ces biens ne passent pas à Grenade : « por manera que los dichos bienes no ayan de yr ni vayan a la dicha çibdat de Granada ni ha persona alguna que alla este e el dicho Menji alcançe justiçia » (RGS, XII-1483, f° 164). L’absence d’un titre officiel, d’alcalde, d’alcalde mayor ou autre, donné à Farax Beideci peut relever de la tactique, un peu courte, du requérant, le nommé Megi.

56 Ce montant est plusieurs fois mentionné en chiffres romains, mais également en toutes lettres : « los dichos nueveçientos e seys mrs de las dichas costas ».

57 AGS-RGS, II-1480, f° 259. Calalogue RGS, t. II, n° 2478. Publié parJ. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », app. 4, pp. 181-182. Cité par M. Asenjo González, Segovia, p. 338, n. 244.

58 À cette date la reine nomme maestre Farax alcalde mayor et repartidor de las aljamas de los moros, « en uno con los otros moros alcaldes mayores e repartidores de las aljamas de los moros de los nuestros reynos e sennorios, non faziendo mayor ni menor la condiçion », à la place laissée vacante par le décès de maestre Lope (R. Domínguez Casas, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos, pp. 62, 65, 177, 211).

59 M. C. Veas Arteseros, Mudéjares murcianos, doc. 16, p. 125.

60 Trois jours plus tard, la merced est confirmée en faveur de « maestre Habrahen Redomero, veçino de Toledo » (R. Domínguez Casas, Artey etiqueta de los Reyes Católicos, pp. 65et 177). En 1490-1491, l’aljama de Ségovie parle d’une lettre de merced d’alcaldía qui avait été donnée « al maestre Brahen Redomero » et présentée par lui, « como quiera que la dicha carta fuera obedeçida con la mayorre berençia como a carta e mandado nuestro pero que no fuera conplida » (ARCV, Ejecutorias, caja 39/6, non folioté).

61 Dans la lettre confirmant la nomination de Farax de Belvís à l’« alcaldia mayor de todas las aljamas de los moros de todos nuestros reynos e sennorios » adressée en premier lieu aux autorités tolédanes par la reine Isabelle, celle-ci dit : « rescibistes porcarta e mandado del dicho sennordon Enrrique mi sennor hermano, que santa gloria aya, por alcalde mayor de los moros desa dicha çibdad de Toledo a un Lope Carpintero, vezino de la villa de Madrid », pour révoquer cette nomination de Lope Carpintero (J. Torres Fontes, « El alcalde mayor de las aljamas de los moros en Castilla », pp. 179-180).

62 Il écrit (ibid., p. 161) : « La manifestación más concreta de este intervencionismo real se muestra en la libre y directa designación que repetidas veces hicieron [los Reyes Católicos] de alcaldes mayores para algunas poblaciones, comarcas o señoríos », en citant à la suite les cas d’Aranda, Cáceres et Trujillo. Il est clair qu’il y a confusion entre alcalde mayor et alcalde local, dans le cas d’Aranda de Duero, au moins. Pour Cáceres et Trujillo, les choses sont encore plus complexes, parce qu’il s’agit en fait d’« alcaldía de moros, judíos y cristianos » à Cáceres, d’«  alcaldía de judíos y moros » à Trujillo.

63 RGS, VI-1486, f° 148.

64 Inséré dans ARCV, ejecutorias, 39/7, non folioté.

65 ARCV, ejecutorias, 29/1, non folioté : « porque aun verdad fuera que el [= Abrahen Xarafí] fuera reçibido en la çibdad de Sevilla e en la villa de Agreda por alcalde mayor de los moros, que aquello fuera por conçierto e yguala que entre el dicho/v°/don Abrahen Xarafy e el dicho su parte pasara para que el dicho su parte fuese alcalde mayor en la çibdad de Guadalajara e en otros lugares, e el dicho don Abrahen Xarafy en la dicha çibdad de Sevilla e villa de Agreda e que renunçiara en el dicho su parte todo qualquier derecho que a la dicha alcaldia tuviese e prometiera de no le pedir ni demandar sobre ello ».

66 Ibid. : « e que devian condenar e condenaron a los dichos don Farax de Belvis e maestre Farax Beydeçi a que de aqui adelante no usasen ni se entremetiesen a conoçerni usar del dicho ofiçio de alcaldia mayor de las aljamas de los moros destos nuestros reynos ni se llamasen alcaldes mayores dellos, quedando al dicho don Farax de Belvis el alcaldia de los moros de la çibdad de Guadalajara, para que de las sentençias e mandamientos quel dicho don Farax de Belvis diese e pronunçiase de los plitos que en la dicha çibdad de Guadalajara conoçiese, que pudiesen apelar e apelasen ante el dicho don Abrahen Xarafy como ante el alcalde mayor de las dichas aljamas ». Mais dans le résumé de ce premier jugement inséré dans le procès subséquent concernant Ségovie, c’est une alcaldía mayor qui est laissée, à Guadalajara, à Farax de Belvís : « … condenaron a los dichos don Farax de Belvis e maestre Farax Beydeçi a que dende en adelante no usasen ni se entremetyesen a conoçer ni usar del dicho ofiçio de alcaldia mayor de las aljamas de los moros destos nuestros reynos ni se llamasen alcaldes mayores dellos, quedando al dicho don Farax de Belvis el alcaldia mayor de los moros de la çibdad de Guadalajara, e que de las sentençias e mandamientos quel dicho don Farax de Belvis diese e pronunçiase de los plitos que en la dicha çibdad de Guadalajara conoçiese que podiesen apelar e apelasen ante el dicho don Abrahen Xarafi como ante alcalde mayor de las dichas aljamas » (ARCV, Ejecutorias, caja 39/6, non folioté).

67 RGS IX-1484, f° 156, et XII-1484, f° 45.

68 Le 22 novembre 1493 est rendue la sentence exécutoire d’un procès de partage d’héritage entre moros de Madrid et de Guadalajara, concernant la succession d’un moro de Torija, où était d’abord intervenu « don Farax de Belvis, alcalde mayor de los moros destos nuestros regnos ». Bien que l’on n’ait pas la date initiale de l’affaire, un acte du procès, postérieur à l’intervention de Farax de Belvís, remonte à juillet 1489 (ARCV, Ejecutorias, caja 62/32).

69 Sur les mudéjars d’Ágreda, cf. S. Abboud Haggar, « Conflictos de jurisdicción en un pleito entre mudéjares », pp. 415-432.

70 ARCV, Ejecutorias, caja 76/41. Ejecutoria rendue le 18 janvier 1494, dans une affaire opposant deux moros d’Ágreda : « Sepades que pleyto paso e se trato en la nuestra corte e chançelleria ante los nuestros alcaldes della que ante ellos vino porvia de apelaçion e se trato primerament en la villa de Agreda ante Ruy Gutierres d’Escalante, nuestro corregidor de la dicha villa, e ante don Habrahen Xarafi, nuestro jues mayor dado para en las cosas tocantes a los moros del reyno de Castilla, […] el qual dicho pleyto era sobre razon que el dicho Ybray Toledano pareçio ante el dicho don Habrahen Xarafi, juez, […] sobre lo qual, el dicho don Abrahen Xarafi, moro, juez, tovo çierta ynformaçion e mando dar su mandamiento para el alguazil de la dicha villa […] e despues pareçe como el dicho don Habrahen juez dixo que remetyera e remetyo el conoçimiento de la dicha cabsa a otro moro juez de la dicha moreria, e despues pareçe como el dicho negoçio fue debuelto ante el dicho nuestro corregidor de la dicha villa ».

71 Les représentants de l’aljama de Ségovie disent, en 1491 : « que el sennor Rey don Enrique nuestro hermano, que santa gloria aya, seyendo ynformado que a cabsa de aver alcalde mayor de moros en la dicha aljama oviera en ella en los tienpos/v°/pasados muy grandes diferençias e debates e quistiones e muertes de onbres entre los moros della, de la qual cabsa fuera perdimiento de mas de treynta vesinos a la dicha aljama, de lo qual el dicho sennor Rey don Enrique, porfaser bien e merçed a la dicha aljama mandara al alcalde moro que a la sason hera que no usase ni exerçiese el dicho ofiçio de alcaldia mayorel ni otro porel en la dicha çibdad » (ARCV, Ejecutorias, caja 39/6, non folioté).

72 RGS, III-1496, f° 41.

73 « Pues la dicha cabsa hera entre moros sobre herençia de moros la mandasemos remityr [ a los ] alfaquies e savios e letrados e al nuestro alcalde mayor de los moros para que ellos la determinasen segund ley e açuna de moros », disent les juges, parlant au nom des souverains et rapportant les différentes étapes de l’affaire.

74 ARCV, Ejecutorias, caja 94/28.

75 On trouvera une vue d’ensemble de l’évolution de la notion de hiǧra jusqu’aux problèmes de notre temps dans Kh. Masud, « The Obligation of Hijra in Islamic Law ».

76 D. Urvoy, Le monde des ulémas andalous du V/XIe au VII/XIIIe s., p. 138.

77 Kh. Abou el Fadl, « Islamic Law and Muslim Minorities ».

78 Sur ʿAbd Allāh b. Muḥammad al-ʿAbdūsī (mort entre 1446 et 1455), cf. F. Rodríguez Mediano, « Algunos ejemplos de evolución familiar en Fez en el siglo XVI », spécialement p. 146, et Id., Familias de Fez, pp. 205-207 ; H. L. Beck, L’image d’Idris II, p. 232.

79 L. Mercier donnait une version française de la fatwā dans « Introduction sur l’évolution de la doctrine de Guerre Sainte en Islām », ajoutée à sa traduction d’Ibn Huḏayl, Kitāb tuḥfat alanfus wa-šiʿ ār sukkān al-Andalus (L’Ornement des âmes et la devise des habitants d’El Andalus. Traité de guerre sainte islamique, pp. 59-65). G. Wiegers en fournit une version anglaise (Islamic Literature in Spanish and Aljamiado, pp. 86-87), ainsi que la source : Al-Miʿyār al-ǧadīd, t. II, p. 125, d’al-Wazzānī (m. 1923), qui l’a prise dans les Nawāzil d’Ibn Tarkāṭ, vivant à Grenade au milieu du XVe s.

80 A. M. Turki, « Consultation juridique d’al-imām al-Māzarī sur le cas des musulmans vivant en Sicile », pp. 691-704.

81 J.-P. Molénat, « Le problème de la permanence des musulmans dans les territoires conquis par les chrétiens ».

82 A. M. Turki, « Consultation juridique d’al-imām al-Māzarī sur le cas des musulmans vivant en Sicile », trad. p. 700, texte, pp. 703-704.

83 Ibn Huḏaul, Kitāb tuḥfat al-anfus wa-šiʿ ār sukkān al-Andalus, trad. L. Mercier, L’ornement des âmes et la devise des habitants d’El Andalus, p. 60-61. G. Wiegers, Islamic Literature in Spanish and Aljamiado, p. 87.

84 Pour l’expression de « vieux mudéjars de Castille » employée pour les distinguer des Grenadins récemment incorporés à l’État castillan, cf. J.-P. Molénat, « En los últimos años del siglo XV ».

Auteur

CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes, Paris

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540