Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Le fait que Cuba n’ai pas basculé vers l’indépendance comme la plupart des autres colonies espagnoles dans les années 1820 a déjà suscité nombre de tentatives d’explications. Une nouvelle piste est envisagée ici : celle du lien exceptionnel entre une élite créole et la Couronne d’Espagne. Un examen de ce lien, lui aussi déjà entr’aperçu, mais toujours envisagé de manière économique, montre qu’il est en fait également tissé de fibres politiques et identitaires remarquables lui conférant une solidité exceptionnelle. C’est donc l’étude de ce lien, entre des aristocrates créoles havanais et les monarques et ministères de Madrid qui est envisagée dans ce livre, depuis sa construction en 1763 jusqu’à un événement qui en montre la permanence dans un xixe siècle avancé.

2Une première partie a pour objet l’identification de cette élite, la description de ses valeurs et de ses comportements. Cela débute par une remise en contexte, prenant en compte la configuration particulière du port havanais lui conférant une vocation militaire, le terroir propice à l’élevage pour le ravitaillement des flottes puis à la culture de la canne, ainsi que par un rappel de l’histoire antillaise mouvementée. Cette élite aristocratique, envisagée pour toute la période dans un cadre familial et non pas individuel, est ensuite définie selon des critères de pouvoirs, qui sont l’exercice de charges à la Municipalité ou au Consulat Royal et l’ostentation de titres de Castille. On s’aperçoit alors que la détention de ces attributs s’accompagne toujours de la possession d’au moins une plantation de canne à sucre. Il est possible alors de circonscrire l’élite à moins d’une quarantaine de familles seulement et de valider le surnom de saccharocratie, aristocratie du sucre, qui lui a été donné. Cet aspect aristocratique est une donnée fondamentale dont la portée a été jusqu’alors passée sous silence. Pourtant, il est le marqueur d’une identité et de là préside aux choix politiques, oriente les conduites économiques comme les stratégies matrimoniales. À cet égard, est mise en relief l’option endogame de la saccharocratie qui la coupe même des plus fortunés bourgeois créoles. Ces identités, conduites et stratégies induisent alors un rapport singulier avec la monarchie espagnole et distinguent cette élite de celles des autres colonies.

3La deuxième partie retrace l’historique des relations entre l’élite et la Couronne, de 1763 à 1808. La prise de La Havane par les Britanniques et son occupation jusqu’en juillet 1763 révélèrent à la Couronne d’Espagne qu’elle n’était plus en mesure d’assurer seule la défense du verrou de son Empire. Elle devait obligatoirement réviser sa politique coloniale pour impliquer certains créoles. De véritables négociations entre des missi dominici et une élite déjà structurée mais pas encore identifiable comme une saccharocratie sont menées. Il est convenu que de nouveaux impôts viendront frapper les transactions commerciales afin de reconstruire et d’amplifier les ouvrages de défense. En retour, l’élite obtient trois avantages fondamentaux. Tout d’abord, des facilités pour s’enrichir très rapidement par l’encouragement à développer la grande plantation de canne à sucre : des restrictions concernant la mise en culture et, surtout, l’approvisionnement en esclaves sont levés. Ensuite, les aspirations de l’élite au développement et au commandement de milices sont également acceptées. En dernier lieu, les revendications nobiliaires sont pleinement satisfaites par une distribution de titres de Castille d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’Espagne et de son Empire. Ces choix de Charles III forment un ensemble cohérent : l’augmentation des impôts sur les transactions, concomitante d’un développement des importations et des exportations, génère de très hauts profits pour l’État et permet effectivement une remarquable mise en défense de la capitale cubaine. Le risque d’enrichir et d’armer des colons dans une cité fortifiée est contrebalancé par les titres de Castille : l’orgueil d’être aristocrate ne s’épanouit pleinement qu’en référence à un monarque que l’on reconnaît comme son « parent ».

4Toutefois, l’application de ces principes généraux présenta une plus grande complexité. Les planteurs souhaitaient pouvoir s’approvisionner en esclaves et vendre leur sucre en dehors des circuits taxés imposés par le roi. Ils avaient à cœur également d’accroître sans cesse leur influence dans les organes de décisions et sur la société havanaise. La monarchie, si elle encourageait l’enrichissement, voulait freiner ce pouvoir politique et canaliser ce pouvoir social. Le capitaine général avait pour délicate mission de contrôler cette élite tout en encourageant ses penchants aristocratiques, mais également de favoriser les intérêts de la monarchie. Conscient que les directives madrilènes pouvaient se heurter à des réalités de terrain, il était donné au capitaine général une certaine latitude dans l’exécution des ordres, ce qui le rendait susceptible d’être influencé par l’élite. Cela l’amenait parfois à se faire un ennemi de l’intendant des finances, attaché avant tout à faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État.

5Les dernières décennies du xviiie siècle montrent la rapide montée en puissance des planteurs havanais dans différentes sphères. ÀLa Havane, les familles se lancent dans une surenchère de luxe conférant à la ville une richesse architecturale inimitée. Elles obtiennent de la part de Madrid la création du Consulat royal, un organisme de développement économique qui leur permet d’étendre leur pouvoir sur l’ensemble de l’Île. Les fils de bonnes familles s’engagent dans la plupart des conflits : contre la Louisiane révoltée, dans la guerre d’Indépendance des États-Unis et dans celle contre la France républicaine. Outre la gloire, ils y trouvent des contacts au plus haut niveau et développent leurs affaires. Étrangers à la destruction de Saint-Domingue, ils participent cependant à l’entretien de la confusion qui suit et savent tirer profits de la disparition de ce concurrent. Leur puissance financière devenue gigantesque se traduit par l’existence d’un lobby à la Cour, numériquement faible mais très bien organisé, qui a l’oreille de Charles IV et de Godoy. Ceci explique pourquoi nombre de libéralités sont accordées, notamment en ce qui concerne l’importation d’esclaves et l’exportation de sucre.

6La troisième partie est centrée sur l’attitude de l’élite créole face aux crises qui, secouant la monarchie espagnole, se répercutent à La Havane. En 1808, dans la capitale cubaine, ce sont les miliciens et militaires créoles qui décident de ne pas proclamer de Junta, trop satisfaits de l’ordre ancien pour vouloir faire les premiers pas vers l’indépendance. C’est sans difficulté qu’ils arrivent à conserver la réalité du pouvoir local en 1812 malgré les nouvelles lois libérales inscrites dans la Constitution, et, aux Cortès de Cadix, des menaces indépendantistes leur permettent de continuer à vivre selon l’ordre ancien.

7Lorsqu’il revient en Espagne en 1814, Ferdinand VII récompense la fidélité havanaise par de nouvelles concessions de titres et par la nomination de créoles à des postes clefs de l’administration civile et militaire, métropolitaine comme coloniale. Une série de lois favorise les saccharocrates, notamment concernant la possession de la terre, la protection officielle de la traite, jusqu’en 1817, et l’autorisation de libre commerce, en 1818. En retour, les taxes générées par la production sucrière laissent croire au roi qu’il aura les moyens d’écraser ses ennemis libéraux et de contrôler par la force les autres colonies. Le Trienio Liberal est plus préjudiciable à Ferdinand VII qu’aux élites havanaises : sous les apparences d’un certain débordement, une analyse prosopographique (s’étendant jusqu’aux appartenances maçonniques) et une étude de l’action du capitaine général montrent qu’elles ont conservé l’essentiel de leur pouvoir politique et de leur influence sociale. Pourtant, à partir des années 1820, le groupe de familles commence à montrer les premiers signes de fragilité : l’endogamie poussée à outrance compromet le renouvellement des générations. De plus, les dépenses somptuaires et l’investissement exclusif dans la grande plantation (entité économique fragile), garants d’une identité nobiliaire, commencent à rendre les planteurs dépendants de leurs adversaires : les commerçants métropolitains. Ces derniers, maîtrisant la traite désormais clandestine – une bonne partie des circuits d’approvisionnement venant d’une île spécialisée dans l’économie du dessert (sucre, café, tabac) – voient leur pouvoir sans cesse grandir. Il apparaît aussi alors que, dès les années 1770, la monarchie avait prévenu l’augmentation du pouvoir créole en préparant les métropolitains (plus facilement contrôlables) à tenir les rênes de la traite, relativisant ainsi la confiance qu’elle accordait aux Havanais.

8 Pour autant, l’argent cubain continue à nourrir les ambitions de reconquête de Ferdinand VII sur les territoires américains qui ont profité du Trienio Libéral pour s’émanciper. En 1833, la mort du roi et l’instauration d’un nouveau gouvernement libéral ne changent pas l’ordre des choses. La Constitution n’est pas appliquée à Cuba, et le renvoi des députés libéraux cubains en 1837, souvent vu comme une marque d’autorité de la part du pouvoir métropolitain, est ici réinterprété comme un aveu de faiblesse puisqu’il se fait sous les applaudissements de l’aristocratie traditionnelle. C’est pourquoi aussi cette étude s’arrête à la date de 1838 : elle correspond au renvoi en métropole du capitaine général qui prétendait mettre au pas la saccharocratie. Ces événements montrent combien était encore solide, en pleine époque contemporaine, ce lien entre le pouvoir créole et le pouvoir métropolitain défini sous l’Ancien Régime, même si l’ancienne aristocratie était alors en perte de vitesse et la monarchie absolue désormais caduque.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search