Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur al-Andalus (viiie- xve siècle)

 | 
François Géal

Paysages urbains d’al-Andalus (xe-xve siècle) : observations préliminaires

Christine Mazzoli-Guintard

Texte intégral

1Décidé à dépeindre les terres lointaines qu’il vient de visiter, un voyageur entame son récit en ces termes : « Un paysage est le fond du tableau de la vie humaine ». L’invitation au voyage est tentante : s’introduire dans les villes d’al-Andalus à la manière du voyageur qui parcourt les routes de la Péninsule, les apercevant au loin, avant d’y entrer, d’y flâner, ne peut-il permettre d’appréhender assez commodément ces villes ? Il convient, pour observer les villes d’al-Andalus comme autant de paysages urbains, de s’interroger en premier lieu sur leur élaboration, puis de décrire l’ossature de la composition et enfin d’examiner les retouches successives apportées au tableau.

ÉLABORATION DES PAYSAGES URBAINS ANDALUSÍES

2Les paysages urbains d’al-Andalus se construisent progressivement, se défont aussi parfois en partie, se forgent au total peu à peu : si l’on songe bien entendu au processus d’urbanisation qui conduit à la mise en place de ces villes andalusíes, il ne semble pas inutile de rappeler comment la recherche a reconstruit ce paysage, quelques rappels méthodologiques permettant en effet de mieux comprendre l’allure revêtue aujourd’hui par le monde urbain d’al-Andalus.

a) Construction intellectuelle : des sources à l’historiographie

3Pour se construire, les paysages urbains d’al-Andalus disposent de deux types de sources, les textes d’un côté, les vestiges matériels de l’autre. Parmi les sources écrites, les textes arabes permettent d’élaborer une image « intérieure » de la ville andalusí, c’est-à-dire forgée à partir de documents qui en émanent, de textes rédigés par des citadins pour des citadins : cette image pourrait, fort utilement sans doute, être confrontée aux sources chrétiennes, chroniques, Repartimientos, etc. Mais le parti pris de forger, dans un premier temps, l’image des paysages urbains andalusíes exclusivement à partir de la documentation écrite arabe repose sur la volonté de saisir ce monde urbain à partir des sources qu’il a lui-même sécrétées : il convient de disposer d’abord de cette image sortie de la ville andalusí elle-même, issue d’une confrontation des textes arabes et des vestiges matériels, avant de prétendre la placer dans la perspective comparatiste offerte par l’étude du regard sur l’Autre. Parmi l’abondante documentation écrite arabe, l’on peut opposer, par le type de lecture qu’ils réclament, deux groupes de textes, littéraires d’une part, plus techniques de l’autre. Les œuvres littéraires, qu’il s’agisse de la littérature géographique ou des pages dues aux chroniqueurs, figurent parmi les sources les plus anciennement interrogées et exploitées et, aujourd’hui encore, tout chercheur qui se penche sur al-Andalus ne peut se dispenser d’une lecture attentive d’al-Razi (v. 885-955), d’al-‘Udri (1003-1085), d’al-Bakri (1040-1094), d’Ibn Hayyan (988-1076), pour ne citer que quelques-uns des plus prestigieux auteurs ayant consacré des pages à al-Andalus. Les textes de caractère plus technique ont en revanche bénéficié d’approches inégales, aux documents bien connus s’opposent ceux dont l’étude reste à faire : la littérature juridique, avec ses recueils de jugements comme celui du cadi ‘Iyad (mort en 1179) ou celui d’al-Wansarisi (mort en 1508), bénéficie d’un intérêt croissant depuis une vingtaine d’années ; le dépouillement systématique des recueils biographiques et l’élaboration d’un corpus des savants d’al-Andalus sont activement menés par les chercheurs du CSIC ; l’étude des manuels de hisba a été menée dans une optique socio-économique, mettant en valeur ce personnage essentiel de la vie urbaine qu’est le muhtasib. Riches de cette abondante documentation écrite, les villes d’al-Andalus le sont également de multiples vestiges matériels : aux éléments de leur paysage qu’aujourd’hui encore elles conservent, éléments souvent très remodelés, s’ajoutent les vestiges mis au jour par les fouilles. Le monde urbain andalusí dispose en effet de sites remarquables en histoire urbaine, sous la forme de villes désertées dont l’allure est reconstituée par l’archéologue : c’est, dans la région de Tolède, la ville omeyyade de Vascos, occupée jusqu’au XIe siècle ; c’est près de Huelva, la ville de Saltés, qui apparaît dans les sources écrites dès le IXe siècle, dont les structures urbaines les mieux conservées s’inscrivent dans la période almohade et qui est désertée au XIIIe siècle ; c’est, à quelques kilomètres d’Almería, à l’intérieur des terres, le site omeyyade de Pechina ; ou, dans la région de Murcie, le site almohade de Cieza, abandonné dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Mais c’est aussi la magnifique ville palatine de Madinat al-Zahra’, fondée en 936 à quelque distance de Cordoue, saccagée en 1010, peu à peu vidée de ses habitants, de sorte qu’il n’en reste que des ruines dans la première moitié du XIIe siècle. Tous ces sites, aussi superbes soient-ils, ne doivent pas faire oublier les travaux menés sur un élément du cadre urbain, bien souvent la citadelle, comme à Almería, à Badajoz, à Grenade ou à Málaga, ainsi que la mise au jour de vestiges de maisons, de structures palatines, etc. Au total, donc, les villes d’al-Andalus apparaissent comme richement dotées par la documentation.

4Richement dotées, certes ; reste maintenant à interroger correctement cette documentation. Les problèmes de méthodologie demeurant propres à chaque type de sources, je me contenterai d’en signaler quelques-uns pour celui qui m’est le plus familier, le texte. Il offre de nombreuses interprétations, à commencer par la terminologie employée : que faut-il entendre par madina, par hisn ? Derrière madina, on cherchera volontiers la ville ; or, certaines se dissimulent derrière hisn, tandis que madina peut cacher une cité de l’Antiquité… D’une œuvre à l’autre, le signifié du terme varie-t-il simplement ou change-t-il en profondeur ? Les notices, souvent compilées d’un auteur à l’autre, ne permettent pas toujours de remonter à la source de l’information et donc à l’époque qu’elles évoquent. À ces difficultés se superposent celles qui découlent de l’indispensable confrontation de documents de nature bien différente, le problème majeur à cet égard étant celui des écarts de précision chronologique entre ces sources : on a coutume d’opposer la « fourchette chronologique » des vestiges matériels à la datation, beaucoup plus fine, de la documentation textuelle. La technique de la compilation, toutefois, doit inciter à la plus grande prudence en ce qui concerne l’estimation de la datation des œuvres géographiques et des chroniques.

5Il reste enfin à rappeler quelques données historiographiques, de façon à mieux comprendre l’état des travaux relatifs au monde urbain andalusí et, par là-même, l’allure que la recherche propose aujourd’hui de ses paysages. Les premiers travaux sur la ville d’al-Andalus, dans les années 1920, s’inscrivent dans l’école dite « orientaliste », qui consiste à envisager tout phénomène apparaissant dans la civilisation des pays musulmans comme totalement et entièrement conditionné par l’islam. Par ailleurs, ces premiers travaux sont le fruit du patient labeur d’un architecte, L. Torres Balbás, auquel on doit la description et donc la sauvegarde d’innombrables éléments des paysages urbains andalusíes ; homme de son temps, inscrit dans l’école orientaliste, L. Torres Balbás envisage également ces villes comme une série de structures architecturales pétrifiées, juxtaposées les unes aux autres : pour lui, la « ciudad hispanomusulmana es una ciudad musulmana […] petrificada en todo el mundo islámico en un molde uniforme [cuya] estructura apenas ha variado desde los siglos VIII al XII ». Il impose une marque longtemps indélébile sur les paysages urbains d’al-Andalus : elle ne commence à recevoir de sérieux coups de gomme que dans les premières années de la décennie 1990. En 1992, B. Pavón Maldonado publie ses Ciudades hispanomusulmanas : c’est la suite, comme il l’annonce lui-même, des travaux de L. Torres Balbás ; il reprend le titre de l’ouvrage de son prédécesseur, mais aussi certaines divisions en chapitres de l’ouvrage, voire les titres de certains chapitres. Il complète et actualise les descriptions, réalisées par L. Torres Balbás, des villes « hispano-musulmanes » : l’adjectif utilisé, doublement réducteur, exclut d’une part l’essentiel du Garb al-Andalus et, d’autre part, coupe la ville de sa réalité historique. La quête du « musulman » dans une ville conçue sans lien avec la ville antique et la ville chrétienne médiévale conduit également à une ville plate, linéaire, dont sont gommées les transformations survenues entre le début du VIIIe siècle et la fin du XVe siècle. En 1993, en revanche, R. Azuar, S. Gutiérrez et F. Valdés posent un regard radicalement différent sur le monde urbain d’al-Andalus : l’ouvrage collectif qu’ils éditent, Urbanismo medieval del país valenciano, envisage, à partir de cas concrets valenciens, l’urbanisme médiéval « incluyendo tanto la ciudad altomedieval que transforma la realidad urbana romana, como la ciudad islámica o la cristiana ». Il n’est plus question désormais de placer à part, à l’écart, la période musulmane de l’histoire urbaine, mais au contraire d’en faire une étape de la formation de la ville médiévale.

b) Formation de l’urbanisme andalusí : trois grandes phases ?

6Dans l’état actuel de nos connaissances, trois grandes phases de l’histoire urbaine d’al-Andalus peuvent être distinguées, trois grandes phases que les travaux en cours permettront d’affiner sans doute. On peut, symboliquement bien sûr, considérer que la fondation de Murcie en 825 marque le renouveau de la vie urbaine dans la Péninsule. Entre cette date et la fondation de Madinat al-Zahra’en 936, le premier temps de l’histoire urbaine andalusí est celui des fondations et des consolidations urbaines : il est marqué par la remise en état des cités antiques – c’est la restauration des murailles de Séville après l’attaque normande de 844 par exemple – et par la fondation ou la refondation de villes « nouvelles » comme Murcie, Madrid, Calatayud, Huesca, etc. Ces créations au caractère militaire marqué changent de nature en 936 avec la fondation, à l’ouest de Cordoue, de la ville palatine de Madinat al-Zahra’, fondation qui ne répond plus à une nécessité militaire, mais qui vient renforcer le prestige de la dynastie au pouvoir. Cette période de l’histoire urbaine d’al-Andalus est de loin la plus étudiée, car elle s’inscrit dans le débat ouvert dans la première moitié du XXe siècle autour de l’essence de l’Espagne et de la part d’al-Andalus dans celle-ci : il appartient certes au passé, mais les discussions entre C. Sánchez Albornoz et A. Castro ont durablement marqué une historiographie très attachée aux phénomènes liés à la transition, de sorte que les problématiques développées autour de l’islamisation de la ville antique et de l’apparition d’une ville islamique restent posées avec cette polémique en toile de fond, plus ou moins perceptible d’ailleurs. Ces questions continuent à être posées en termes de continuité ou de rupture : elles ont d’abord et longtemps été envisagées en termes topographique et urbanistique de transformations du paysage urbain. On s’interroge ainsi sur le réemploi des structures antiques, en examinant par exemple la réutilisation de l’ancien cadre urbain : derrière les murailles héritées de l’Antiquité s’abrite parfois la population, comme à Cordoue ou à Carmona ; parfois aussi, la population s’installe à l’écart de la ville antique, comme c’est bien souvent le cas, selon la démonstration de S. Gutiérrez Lloret, dans la région de Murcie. On s’attache également à observer le maintien des axes d’organisation de la cité romaine : à Valence par exemple, la polarité du forum se transmet à la mosquée et au palais, tout comme on retrouve, à Saragosse et à Écija, le cardo et le decumanus. On se plaît à remarquer la réutilisation des bâtiments antiques, muraille, aqueducs, édifices religieux, parfois restaurés, parfois transformés, parfois utilisés aussi d’une manière radicalement différente : c’est l’exemple, maintes fois cité, du temple de Diane d’Evora servant de refuge. La question de la transition entre ville antique et ville islamique vient cependant de recevoir une approche renouvelée en terme de société : elle s’interroge en particulier sur la manière dont l’État omeyyade s’impose au-dessus des groupes tribaux pour modeler le paysage urbain : c’est l’hypothèse de P. Guichard d’une installation en quartiers des clans, aux VIIIe et IXe siècles, à Cordoue et Pechina, installation rayonnant autour du palais et de la mosquée, sous la forme d’un peuplement en noyaux dispersés.

7En 936, on l’a dit, l’urbanisation d’al-Andalus change de nature : s’ouvre dès lors une nouvelle phase de l’histoire urbaine andalusí, qui couvre les Xe et XIe siècles, s’achevant avec la venue des Almoravides dans la Péninsule. Elle se caractérise par une ville triomphante, par un apogée de l’histoire urbaine : au Xe siècle, la Cordoue califale apparaît comme la plus grande ville de l’Occident et à l’est de la capitale, cette fois, est fondée en 978 une autre ville palatine, celle d’al-Mansur. Le Xe siècle voit aussi le développement des villes portuaires, comme Tortosa ou Almería, l’apparition de faubourgs autour des villes de la première phase de l’urbanisation, cités antiques restaurées ou « fondations » musulmanes : Cordoue ou Huesca constituent des cas de figure intéressants à cet égard. Au XIe siècle, les capitales des taifas sont chantées par les poètes pour les fastes de la vie palatine : les souverains des taifas développent en effet les palais, agrandissent les citadelles, fondent bains et mosquées, entretiennent des cours de poètes et de savants. Mais la période des fondations urbaines est achevée, les souverains du XIe siècle n’ayant jamais fondé de nouveaux centres urbains, faute de ressources financières suffisantes peut-être, sans doute aussi pour ne pas prétendre rivaliser avec leurs prédécesseurs omeyyades.

8De la fin des taifas à 1492 s’étend une période de l’histoire urbaine qui, moins connue, apparaît comme plus complexe et plus confuse, où alternent des temps de consolidation et des temps de crise : Almoravides et Almohades dotent Séville d’une nouvelle enceinte et d’une nouvelle grande mosquée, les Nasrides enrichissent Grenade des palais de l’Alhambra, tandis que Badajoz perd, à la fin du XIe siècle, son vaste faubourg oriental ou qu’Almería sort avec difficulté de la conquête chrétienne du milieu du XIIe siècle. De manière générale, l’époque des dynasties maghrébines est marquée par la progression des chrétiens dans la Péninsule : elle se traduit par une politique de fortification dont attestent les enceintes d’Algésiras, de Séville, de Niebla, de Cáceres, de Mértola ou encore de Gibraltar. Ce développement des fortifications se poursuit à l’époque nasride : les portes de la citadelle atteignent une monumentalité et une complexité inconnues jusqu’alors, qu’illustrent les quatre coudes successifs de la porte de la Justice de l’Alhambra ; l’utilisation des armes à feu oblige à fortifier le Gibralfaro à Málaga. En même temps, la guerre semble être à l’origine de certains faubourgs à Grenade ou à Ronda. Enfin, la capitale du royaume nasride apparaît comme la ville achevée avec la mise en place de deux structures urbaines nouvelles pour le paysage urbain d’al-Andalus, la madrasa (1349) et le maristan (1365), la fondation de la madrasa de Málaga, en 1340, relevant en effet du domaine de la fondation privée et non de la fondation officielle.

9Pour observer les paysages urbains andalusíes, il convient donc de se tourner vers les villes de la deuxième et de la troisième phase de l’histoire urbaine, soit la période qui s’étend du Xe au XVe siècle, les exemples se faisant bien entendu plus nombreux à partir du XIe siècle.

LIGNES DE FORCE D’UN PAYSAGE URBAIN ANDALUSÍ

10Attachons-nous désormais à décrire l’ossature de la composition de ce paysage, c’est-à-dire les traits essentiels d’un paysage urbain andalusí à l’âge adulte. Ces traits, que l’on découvre tant dans la Cordoue califale, que dans la Málaga taifale ou la Grenade nasride, se déclinent en trois points : la fragmentation des espaces, depuis la muraille, bordure qui structure l’image, jusqu’aux espaces de la maison urbaine ; l’omniprésence de la citadelle, masse sombre qui domine le paysage urbain ; la présence de points de repère, éléments scéniques du tableau urbain, qui constituent autant d’espaces de la sociabilité urbaine, qu’il s’agisse de la grande mosquée, du marché, du bain ou de la rue.

a) Organisation des espaces urbains : différenciation et fragmentation ou l’image traditionnelle du paysage urbain andalusí

11L’image traditionnelle du paysage urbain d’al-Andalus consiste à envisager une ville dont les espaces sont soigneusement différenciés, qu’il s’agisse de l’opposition entre les espaces situés de part et d’autre de la muraille, entre espace public et espace résidentiel, entre musulmans et tributaires, voire entre zones réservées à l’habitat ou aux activités domestiques au sein de la maison : cette image, on le devine, porte la marque de l’école qui l’a forgée. Il convient, cependant, d’en présenter les traits essentiels.

12La ville s’isole du plat pays par sa muraille : si l’isolement juridique transparaît à travers les taxes à acquitter lorsqu’on entre dans la ville, il demeure mal connu et seul l’isolement topographique apparaît comme indiscutable. La muraille, constituant l’essentiel de la ville adulte, est présente dans la plupart des cas : les rares villes qui n’en sont pas pourvues représentent une curiosité que le géographe al-Idrisi, par exemple, n’omet pas de signaler, comme Saltés défendue par son insularité. L’enceinte sert bien entendu à protéger les citadins des incursions ennemies et des voleurs, d’où le soin mis à fermer les portes chaque soir, mais aussi des crues du fleuve : la protection se révèle souvent efficace, à en croire les récits de sièges évoquant des villes qui ne cèdent que victimes de la faim ou d’un traître, à observer aussi la nature du tapial de la muraille près du fleuve. Mais l’enceinte permet aussi au souverain d’afficher sa superbe, par la longueur du périmètre qu’elle déroule, par les motifs décoratifs qu’elle porte.

13L’espace des morts se place à l’écart de l’espace des vivants : les cimetières se trouvent en position périphérique, en général au-delà des portes de la ville, comme l’indiquent parfois leurs noms, cimetière de la porte méridionale à Saragosse, cimetière de la porte de Pechina à Almería. Les fouilles confortent cette image, qu’il s’agisse du cimetière du Gibralfaro à Málaga, des cimetières de Vascos, mais aussi de la vaste zone d’enterrements de Tolède. L’espace public se distingue de l’espace résidentiel : à Tolède, les souks se trouvent entre la grande mosquée et la citadelle au nord-est de la ville et le quartier résidentiel s’étend entre le quartier commercial et les murailles ; les fouilles de Pechina ont mis en évidence un zonage urbain qui oppose les structures résidentielles, à l’est, aux structures artisanales, à l’ouest. Les groupes religieux forment des quartiers individualisés : la communauté juive de Cordoue se trouve intramuros, non loin de l’alcázar cordouan ; la communauté mozarabe de Séville au XIIe siècle se trouve dans le faubourg de Triana, sur la rive droite du Guadalquivir, en face de la ville. Les espaces de la maison, enfin, sont eux aussi différenciés : à Cieza, certaines maisons, dites de type complexe, séparent les hommes des bêtes. L’étable se trouve isolée des pièces d’habitation, elle ne s’ouvre pas sur la cour de la maison mais dispose d’une entrée distincte qui donne sur la rue ; l’habitat domestique se trouve séparé des cuisines et des réserves.

b) Omniprésence de l’espace du pouvoir

14La fragmentation des espaces urbains est bien visible aussi au niveau de la citadelle, réduit fortifié urbain qui abrite la résidence du détenteur de l’autorité, émir ou calife dans la capitale, gouverneur dans les provinces, et qui isole celui-ci du reste de la ville. Son allure de masse sombre dans le paysage urbain provient de ses puissantes murailles, mais aussi de sa position perchée, à l’écart du peuplement : l’espace du pouvoir se trouve bien souvent à la périphérie de la ville, installé sur une butte, ou du moins sur le point le plus élevé de l’espace intra-muros, une occupation du sol non continue pouvant d’ailleurs renforcer cette mise à l’écart. De nombreux exemples illustrent cette situation isolée de la citadelle, situation qui se retrouve tout au long de l’histoire d’al-Andalus, de Talavera à l’Alhambra, en passant par l’Aljafería, Almería, Málaga, Jaén, Carmona, Cáceres, etc. Or, des contre-exemples à cette image classique de l’espace du pouvoir dans le paysage urbain andalusí existent, et non des moindres : Cordoue déjà, dont l’alcázar ne conserve pas longtemps sa situation périphérique, mais se retrouve enserré de toutes parts d’une zone de peuplement, au moment certes où la fondation de Madinat al-Zahra’ permet de compenser cette perte d’isolement. On retrouve cette absence de mise à l’écart de l’espace du pouvoir dans des capitales de taifas, comme Valence ou Albarracín, ainsi que dans la Murcie d’Ibn Mardanis (1147-1172). Mais à Loja aussi, à Baza encore, le réduit fortifié urbain ne s’isole plus de l’habitat. Parfois aussi, l’espace du pouvoir ne cherche plus le perchement, car il choisit de dominer d’une autre manière les hommes : à Mérida, la citadelle occupe une position déprimée vis-à-vis du peuplement qui l’entoure, tout simplement parce qu’elle surveille et protège le pont sur le Guadiana, dont elle contrôle tous les passages.

15La citadelle doit aussi son allure d’imposante masse sombre à l’espace important qu’elle occupe dans le paysage urbain : là aussi, il faut affiner une image que les 9 hectares de l’Alhambra ou les 2.500 m2 de la citadelle omeyyade de Tarifa n’éclairent pas. De manière générale, les plus petites citadelles, celles dont la superficie est inférieure à 1 hectare, sont de simples étapes sur une route, des points de défense du littoral, mais n’exercent pas la fonction de centre de district ; le pouvoir qui y réside, de nature plus militaire que politique, n’a besoin que de quelques réserves alimentaires, silos et citernes, et d’un habitat très simple : les citadelles de Vascos, de Trujillo, de Baños de la Encina, d’Alicante ou de Tarifa doivent être envisagées sous cet angle, dans l’état actuel de nos connaissances bien entendu. Quant aux plus vastes des citadelles, celles dont la superficie dépasse 6 hectares, elles accueillent un pouvoir qui se trouve à la tête d’un État relativement important : il s’agit de la Tolède des Banu Du-l-Nun au XIe siècle, de la Murcie d’Ibn Mardanis, mais aussi de la Séville des Almohades ou de la Grenade des Nasrides.

c) Points de repère urbains

16Ces éléments isolés et fragmentés du paysage urbain trouvent leur articulation autour de deux points de repère qui constituent le cœur de la sociabilité urbaine, la grande mosquée et le souk. Du souk, ensemble de boutiques placées le long des rues, regroupées par profession, l’on ne conserve guère de témoignages permettant d’en saisir l’allure ; on connaît mieux, en revanche, les structures spécialisées qui lui sont associées, qaysariyya et fondouks. Au sein du souk existe parfois un espace soigneusement protégé, car il sert d’entrepôt aux marchandises de valeur : la qaysariyya prend tantôt l’allure d’un bâtiment à cour centrale entourée de portiques ou s’étend à l’échelle d’une rue, voire d’un quartier. Celle de Grenade, attestée dès 1460, existe jusqu’en 1843 : elle couvre 5.000 m2 et compte quelque 200 boutiques. Quant aux entrepôts destinés à abriter les commerçants et leurs marchandises, les fondouks, certains sont réservés à des marchands étrangers, Gênois ou Pisans, à Almería, Valence ou encore Denia. L’exemple le mieux documenté de fondouk se trouve également à Grenade : c’est le célèbre Corral del Carbón, organisé autour d’une cour et sur trois étages, s’ouvrant par une entrée monumentale pour permettre l’accès des bêtes de somme. À côté du souk, au cœur de la sociabilité urbaine, se trouve donc la grande mosquée dont il suffit de rappeler les traits essentiels : un plan en T, un mihrab plus profond que celui des mosquées de l’Orient, une cour qui abrite de véritables jardins. Lieu de la prière en commun du vendredi, mais aussi lieu d’expression du pouvoir par la hutba et par les communications officielles qui y sont faites, la grande mosquée doit être envisagée en termes de topographie urbaine : il faut se pencher, en effet, sur les relations entretenues entre les deux espaces où l’autorité souveraine de la ville peut s’exprimer, la citadelle et la mosquée. On distingue de la sorte deux configurations essentielles : d’un côté une association topographique étroite unit les deux édifices, à tel point que parfois un passage couvert les relie, ce qui permet au souverain de passer de l’un à l’autre sans être vu. Il s’agit, pour l’époque omeyyade, de Cordoue et de Madinat al-Zahra’et de Séville au XIIe siècle : ces espaces sultaniens abritent des souverains qui ne doutent pas de leur autorité. D’un autre côté, une dissociation topographique nette sépare les deux espaces où s’exprime le pouvoir dans bien des capitales du XIe siècle, Jaén, Saragosse, Almería, comme si la résidence du pouvoir de cet « imam fictif », si bien défini par F. Clément, cherchait un emplacement à l’écart de la grande mosquée.

17Mais à côté de la grande mosquée et du souk, le paysage urbain comporte d’autres points de repère : le tableau s’anime en effet d’autres éléments scéniques, les citadins se partageant un bien commun, la rue, les structures d’approvisionnement et d’évacuation de l’eau et les bains.

18Les travaux ont longtemps mis l’accent sur le caractère labyrinthique, anarchique du réseau des rues : or, les recherches archéologiques récentes, à Saltés, à Cieza, mais aussi à Pechina, montrent que le tracé de rues présente à l’origine des axes orthogonaux, rectilignes. Le réseau de ruelles tortueuses, étroites, s’achevant souvent en impasses desservant une maison, tel que l’on peut encore l’observer dans de nombreuses villes dont une partie de l’histoire s’inscrit dans la période musulmane, apparaît finalement comme le résultat d’une évolution dont il faut d’ailleurs se demander quand elle a lieu. On a souvent mis l’accent sur la relative tolérance du droit musulman quant aux empiétements sur la voie publique ; on a plus souvent oublié les conditions politiques – les temps de guerre –, mais aussi sociologiques – le poids de la famille élargie – dans lesquelles évolue la voirie.

19Pour des impératifs de bon sens, liés à la densité de son peuplement, la ville d’al-Andalus ne peut que répondre à un certain principe d’organisation, que l’on devine dans la gestion de la rue, mais qui se laisse encore plus facilement observer autour des problèmes liés à l’eau : son approvisionnement, sa distribution, son utilisation et son évacuation. Un approvisionnement suffisant en eau s’avère en effet indispensable à l’existence même de la ville, d’où l’importance accordée aux fontaines, aux citernes. Lorsqu’un cours d’eau passe à l’intérieur de la ville, comme à Grenade, ou qu’il borde sa muraille, comme à Tolède ou à Cordoue, une noria élève l’eau pour la distribuer dans la ville. Si le cours d’eau se trouve à quelque distance de la ville, il faut installer, pour accéder à la rive, une galerie souterraine ou un ouvrage perpendiculaire à la muraille, appelé coracha, voire plus simplement une porte. Parfois aussi, on puise dans la nappe phréatique : l’eau sourd toujours au fond de la citerne de Cáceres ; un puits approvisionne les maisons de Valence. Enfin, on recueille avec soin l’eau de pluie, que l’on doit stocker sans qu’elle s’abîme dans des citernes : la rapide présentation des modes d’approvisionnement de la ville prétend uniquement suggérer la diversité des moyens que la ville doit mobiliser pour faire face à ses besoins. Particulièrement gourmand en eau, le bain, dont les trois salles sont parfois précédées dans les bains palatins d’un vestiaire somptueux, joue un rôle bien connu dans la vie religieuse et répond à de légitimes préoccupations d’hygiène. Au-delà cependant, il constitue aussi un espace de sociabilité urbaine, un lieu de rencontre pour les citadins : élément scénique du paysage urbain, il convient aussi de l’envisager comme tel et de songer à le situer vis-à-vis du public auquel il est destiné.

DES RETOUCHES SUCCESSIVES

20Le paysage urbain andalusí qui vient d’être présenté apparaît comme statique et figé, fidèle à son image traditionnelle. Or, en permanence, un paysage urbain est animé de mouvements qui conduisent à d’incessants remodelages du cadre de vie des citadins : la ville d’al-Andalus ne peut échapper aux retouches ; elles ne sont pas étrangères, d’ailleurs, aux multiples variantes offertes par le paysage urbain dans l’espace et dans le temps. L’assertion revêt un caractère de banale évidence : mais elle doit être rappelée, encore et toujours, c’est-à-dire tant que persistera, dans la tradition historiographique, l’idée qu’il existe un paysage urbain immuable tout au long de l’histoire d’al-Andalus. Un exemple suffit à illustrer ce qui précède : la densité urbaine. L. Torres Balbás a confronté des vestiges de maisons apparues dans des citadelles et s’inscrivant dans les périodes almoravide et nasride à des données issues des Repartimientos, ce qui lui a permis de proposer un mode de calcul de la densité urbaine intra-muros, à savoir qu’un hectare abritait 348 personnes. Cette équation, 1 hectare = 348 habitants, a été appliquée par la plupart des chercheurs aux villes d’al-Andalus, sans tenir compte ni du tissu urbain concerné, ni de l’époque envisagée. Il s’avère donc toujours indispensable de rappeler que le paysage urbain andalusí subit, tout au long de son histoire, des retouches successives, d’où ces visages bien divers sous lesquels il se montre.

a) Des visages bien divers

21L’allure du paysage urbain varie d’un site à l’autre, ne serait-ce que par l’étendue de son espace : pour s’en tenir au XIe siècle et aux villes qui abritent un souverain de taifas, citons les 10 ha d’Albarracín, les 42 ha de Carmona, les 76 ha de Grenade et les 102 ha de Tolède. Quant à la ville classique d’al-Andalus, telle que L. Torres Balbás la décrit, avec son acropole portant la citadelle et dominant l’habitat installé en contrebas, elle ne représente en fait qu’une situation, celle de la ville à acropole, observable à Almería, Málaga, Denia, Alicante, Jaén, etc. D’autres configurations urbaines existent en effet : la ville d’éperon, comme Mértola, Albarracín ou Ronda, en général petite ville au modeste réduit fortifié ; la ville de colline, comme Vascos, Huesca ou Carmona, installée sur le sommet et les flancs d’une colline, dans laquelle il n’est pas toujours facile de déterminer l’emplacement de l’espace du pouvoir ; la ville de plaine à ceinture d’eau, comme Murcie, Alzira, Tarifa ou Cordoue, où l’élément fluvial ou maritime détermine la disposition générale des espaces urbains, le palais servant à surveiller le passage sur le fleuve ou à défendre le littoral ; la ville-pont, comme Saragosse ou Écija, installée sur un point de passage d’un cours d’eau, mais où l’espace du pouvoir s’éloigne d’un pont qu’il ne cherche pas à contrôler.

22L’allure générale du paysage urbain varie donc considérablement d’une ville à l’autre. Et le topique de la différenciation des espaces urbains demande à être sérieusement revu. Les espaces de la maison ne présentent pas toujours une nette distinction entre espace public et espace privé : dans les maisons fouillées à Pechina, de petites pièces avec entrée indépendante depuis la rue servent d’atelier ou de boutique. Au sein même de l’espace domestique, certaines maisons de Vascos disposent d’une mangeoire dans la cour, indice de la plurifonctionnalité de l’espace intérieur, tandis que la maison élémentaire de Cieza a une pièce principale plurifonctionnelle. De la même manière, la ségrégation topographique des minorités religieuses n’a jamais dû être totale et elle présente des visages divers : les cimetières sont bien différenciés dans la capitale où, au début du Xe siècle, on oblige les chrétiens à contourner par l’est le cimetière musulman et non plus à le traverser pour aller enterrer leurs défunts, tandis qu’à Tolède, au-delà de la porte de Visagra, les différentes religions coexistent (sans compartimentation en cimetières) dans une même zone d’enterrements. À Tolède, en 1085, se trouvent toujours, intra-muros, six paroisses, tandis qu’à Cordoue, les églises se trouvent rejetées extra-muros peut-être dès le début de l’émirat : doit-on supposer qu’à Cordoue, le poids de l’islamisation se fait sentir plus nettement et plus rapidement qu’à Tolède, conduisant ainsi à une plus stricte séparation des groupes religieux ?

23Il conviendrait aussi de se tourner davantage vers le rôle de la ville dans son territoire pour mieux saisir la diversité des paysages urbains : on connaît mal, en particulier, la petite ville, le paysage urbain restant trop souvent celui de la capitale. La ville portuaire diffère, on peut le supposer, de la ville-ribat de la frontière : il faudrait s’attacher à mettre en évidence leurs traits respectifs. Mais il faut aussi et surtout chercher l’allure diversifiée des paysages urbains dans leur construction au fil des siècles.

b) Des remodelages permanents qui bousculent la composition d’ensemble

24La ville de pierre, on ne le répétera jamais assez, n’est en rien figée, statique, mais l’urbanisme andalusí s’apparente au contraire à un organisme vivant, bien vivant même : c’est un chantier permanent et complexe, qui suscite de telles retouches au paysage urbain que, parfois, la composition d’ensemble ne paraît plus guère respectée.

25Le paysage urbain se modèle déjà sur les exigences du pouvoir : les souverains des taifas cherchent à isoler leur résidence de la plèbe et surtout à affirmer, dans le paysage, leur autorité. Comment procèdent-ils ? Le premier souverain de la taifa cordouane va vivre loin du palais des Omeyyades et se fait enterrer dans sa maison, soit, là encore, à l’écart de la rawda de ses prédécesseurs ; les souverains des taifas s’enferment souvent dans une capitale qui répond au type urbain de la ville à acropole. Le spectaculaire développement de ces nouvelles capitales, bien analysé pour le Sarq al-Andalus par R. Azuar, doit être compris en termes économiques, fiscaux, mais également démographiques : il tient, en particulier pour les villes portuaires, à l’importance du commerce maritime, aux terribles exigences fiscales des souverains de taifas, mais il tient aussi à l’abandon de bien des sites de hauteur et à l’intégration de leurs populations dans la société urbaine.

26Le paysage urbain s’adapte aussi aux circonstances militaires, économiques et démographiques qui peuvent, par exemple, faire entrer le cimetière dans la ville et bousculer la classique ségrégation des morts. Les incidences de la guerre sur le paysage urbain sont les plus aisément observables : à la fin du XIe siècle, les Valenciens assiégés par les troupes du Cid enterrent leurs défunts intra-muros ; le cimetière de Cieza se trouve lui aussi à l’intérieur de la muraille, car celle-ci entoure une colline qu’il aurait été dangereux de laisser extra-muros. La guerre oblige à édifier une muraille, à remettre en état ou à fortifier l’enceinte, voire à adapter les fortifications aux données nouvelles de la poliorcétique. La guerre entraîne aussi le gommage de bien des éléments du paysage urbain : à Cordoue, les luttes du premier tiers du XIe siècle font disparaître les deux villes palatines, avec la mise à sac du palais omeyyade, modifiant ainsi en profondeur la capitale. Mais la guerre amène aussi des réfugiés vers la ville qui s’étend alors : le faubourg grenadin d’Antequeruela se développe avec des réfugiés d’Antequera, poussés vers la capitale, à partir de 1410, par la pression chrétienne sur le royaume nasride. En temps de paix, en revanche, la muraille est inutile : elle cesse d’être entretenue et change de fonction, servant de support à des maisons, qui s’adossent sur elle, comme on le voit bien à Vascos. Le paysage urbain s’adapte sans doute aux grands mouvements démographiques : le cimetière San Nicolás de Murcie est englobé, du fait de la croissance urbaine, à l’intérieur de la muraille du XIIe siècle. L’état actuel de notre documentation ne nous permet toutefois guère de brosser les lignes fondamentales de ces flux et reflux : de l’empreinte posée par la peste sur le paysage urbain, la documentation ne conserve guère que le souvenir de l’apparition, dans le cadre de vie grenadin à l’automne 1356, de la seule structure hospitalière d’al-Andalus. Mais la ville se modèle aussi sur les caprices de son fleuve, que l’on songe à l’allure des murailles de Séville ou d’Alzira ou aux consolidations du pont de Cordoue.

27Le paysage urbain d’al-Andalus, avec ses multiples facettes et ses incessantes retouches, demeure, ne l’oublions pas, le simple fond du tableau de la vie humaine : je ne peux m’empêcher, pour terminer, d’introduire dans ce paysage les hommes, les citadins d’al-Andalus, tant ils contribuent à le modifier. Au sein de la ville, deux pouvoirs se côtoient en effet, autorité souveraine et intentions citadines : lorsque l’État est fort, il fait respecter l’espace public et il y investit ; les biens d’utilité publique qu’il fait édifier en faveur des citadins, mosquées, bains, ponts, routes et fontaines, représentent une manière de développer l’espace public urbain, donc son autorité même sur la ville. À l’inverse, lorsque l’État est faible ou menacé, il cesse d’intervenir pour entretenir, a fortiori pour développer, l’espace public de la ville et il laisse déborder le privé sur le public : la rue, à la jonction de ces deux espaces, constitue bien entendu un superbe champ d’observation de l’équilibre entre les pouvoirs urbains. Les intentions citadines l’emportent alors à tel point que, dans des situations extrêmes, les citadins parviennent à s’emparer de l’espace public, voire de l’espace sultanien : ils suscitent une inversion, certes momentanée, de la domination des espaces urbains. Et c’est sans doute dans ces moments difficiles pour le pouvoir en place que les quartiers résidentiels se ferment, s’isolent du reste de la ville, servant de refuge aux citadins : les temps difficiles de l’histoire urbaine ne peuvent, de la sorte, que retenir l’attention et susciter la recherche.

Bibliographie

Cette présentation des paysages urbains andalusíes repose, pour l’essentiel, sur ce que nous avons exposé dans Villes d’al-Andalus : le lecteur y trouvera les références précises aux exemples évoqués dans le texte. Face à l’abondance des publications relatives au monde urbain d’al-Andalus, ne figurent ci-dessous que quelques titres permettant d’orienter la lecture, dans lesquels l’on trouvera des bibliographies plus détaillées.

Azuar Ruiz, Rafael, « Del Hisn a la Madina en el Sharq al-Andalus, en época de los reinos de Taifas (siglo XI) », dans Carlos Laliena Corbera et Juan F. Utrilla Utrilla (éd.), De Toledo a Huesca. Sociedades medievales en transición a finales del siglo XI (1080-1100). Actas del congreso celebrado en Huesca (21-22de noviembre de 1996), Saragosse, Universidad de Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1998, pp. 29-43.

Azuar Ruiz, Rafael, Sonia Gutiérrez, et Fernando Valdés (éd.), Urbanismo medieval del País Valenciano, Madrid, Polifemo, « Biblioteca de arqueología medieval hispánica » (2), 1993.

Bazzana, André, Maisons d’al-Andalus. Habitat médiéval et structures de peuplement dans l’Espagne orientale (2 vol.), Madrid, Casa de Velázquez, 1992.

Bazzana, André, et Norbert Trauth, « L’île de Saltés (Huelva) : la ville islamique, centre d’une métallurgie de concentration au Moyen Âge », Comptes rendus des séances de l’année 1997 de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres, janvier-mars 1997, pp. 47-74.

Calero Secall, María, et Virgilio Martínez Enamorado, Málaga, ciudad de al-Andalus, Málaga, Agora, 1995.

Chalmeta Gendrón, Pedro, El « señor del zoco » en España : edades media y moderna, Madrid, Instituto Hispano-Arabe de Cultura, 1973.

Cressier, Patrice, et Mercedes García-Arenal (éd.), Genèse de la ville islamique en al-Andalus et au Maghreb occidental, Madrid, Casa de Velázquez - CSIC, 1998.

Delgado Valero, Clara, Toledo islámico. Ciudad, arte e historia, Tolède, Editorial Zodocover, 1987.

Itinerario cultural de Almorávides y Almohades, Grenade, El legado Andalusí, 1999.

La ciudad en al-Andalus y el Magreb. II Congreso internacional (Algeciras, 26-28nov. 1999), Grenade, El legado Andalusí, 2002.

Martínez Enamorado, Virgilio, Epigrafía y poder. Inscripciones árabes de la Madrasa al-Yadida de Ceuta, Ceuta, Ayuntamiento de Ceuta, 1998.

Mazzoli-Guintard, Christine, Villes d’al-Andalus, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996 (trad. esp., Ciudades de al-Andalus, Grenade, Almed, 2000).

Mazzoli-Guintard, Christine, « Urbanismo y murallas », dans Primer Simposium Internacional sobre « Arte y cultura de al-Andalus ». Fortificaciones en al-Andalus (Algeciras, 29 nov.-1déc. 1996), Algésiras, Fundacion Municipal de Cultura, 1998, pp. 89-101.

Mazzoli-Guintard, Christine, « Discours, lexique et peuplement : l’exemple d’al-Andalus dans le Kitab Rugar d’al-Idrisi », Qurtuba, 4, 1999, pp. 131-149.

Pavón Maldonado, Basilio, Ciudades hispanomusulmanas, Madrid, Mapfre, 1992.

Simposio Internacional sobre la ciudad islámica (Zaragoza, 1-4 dic. de 1988), Saragosse, Instituto Fernando el Católico, 1991.

Torres Balbás, Leopoldo, Ciudades hispanomusulmanas (2e éd.), Madrid, Instituto Hispano-Arabe de Cultura, 1985.

Torres Balbás, Leopoldo, Obra dispersa (10 vol.), Madrid, Instituto de España, 1981-1985.

Valor Piechotta, Magdalena, La arquitectura military palatina en la Sevilla musulmana, Séville, Diputación Provincial, 1991.

Vascos : vida cotidiana en una ciudad fronteriza de al-Andalus. Catálogo de la exposición celebrada en el Museo de Santa Cruz de Toledo, texto de Ricardo Izquierdo Benito, Tolède, Junta de Comunitades de Castilla - La Mancha, 1999.

Viguera Molins, María Jesús « Al-Andalus : de Omeyas a Almohades », dans La Historia medieval en España, un balance historiográfico (1968-1998). XXV semana de estudios medievales (Estella, 14-18 julio 1998), Pampelune, Gobierno de Navarra, Departamento de Educación y Cultura, 1999, pp. 51-147.

Auteur

Université de Nantes

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540