Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Conclusion. La palma real

Texte intégral

1Au terme de cette étude, trois remarques principales concernant les élites havanaises peuvent être mises en relief, dont les deux premières semblent présenter une contradiction. Tout d’abord, elles constituent une oligarchie d’Ancien Régime qui, par bien des égards, ressemble à la plupart des autres, présentes dans les grandes villes de l’Empire ou de la Péninsule. La seconde remarque est que cette oligarchie comporte certaines différenciations qui lui sont données avant tout par la nature et par la place géostratégique de La Havane dans le monde colonial. Ces différences confèrent à cette oligarchie une personnalité bien distincte des autres, comme son surnom de saccharocratie le laissait déjà supposer. Pourtant, ce terme si adéquat n’a jamais été perçu par l’historiographie à sa juste mesure. La troisième remarque concerne bien évidemment l’intervention royale dans le processus de « saccharocratisation » de cette élite. Les monarques espagnols ont en effet contribué à donner à l’élite havanaise cette identité qui la différencie des autres élites. Or, rappeler ces caractéristiques c’est aussi essayer de synthétiser un système politique et social complexe qui a permis de maintenir Cuba dans le giron espagnol pendant plus longtemps.

  • 1 À ce sujet, voir J. M. Santos Pérez, Élites, poderlocal y régimen colonial.
  • 2 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique).
  • 3 S. Mata de López, Tierra y poder en Salta.

2Les élites aristocratiques havanaises sont sans nul doute semblables à beaucoup d’autres. Quelques familles monopolisent le pouvoir politique de la capitale havanaise en répartissant entre leurs enfants les postes d’alcaldes ordinarios et de regidores du cabildo et en contrôlant aussi étroitement les places de Prieur et de conseillers hacendados du Consulat royal. En cela, elles n’ont rien de différent des élites de Santiago du Guatemala1. Pour ces familles, posséder un titre de Castille et adopter un mode de vie nobiliaire fait d’apparat, de privilèges, est une nécessité impérieuse, dépassant le cadre de l’honneur pour atteindre celui du statut social et leur identité propre. Cette quête de blason couronné se retrouve à l’identique chez les riches mineurs de Zacatecas2. Les élites havanaises adoptent aussi une stratégie matrimoniale sévère qui tend à préserver leur pouvoir politique et social. Cette stratégie était particulièrement simple et sa définition tenait en un seul mot : endogamie. L’oligarchie de Salta en Argentine, ne fit pas autrement3. Toutes ces aspirations sont, bien entendu, soutenues par une prééminence économique. Les élites havanaises, parce qu’elles détenaient les ingenios, ont représenté pendant longtemps les plus grosses fortunes : on savait dans la capitale cubaine que, dans telle maison, vivait tel marquis qui possédait deux ou trois plantations et le nombre d’esclaves qui y travaillaient était d’autant moins ignoré qu’il permettait d’établir une hiérarchie entre les puissants créoles. Dans d’autres grandes villes coloniales, on ne raisonnait pas en termes de plantation, mais en mines, en maison de commerce, en têtes de bétail pourtant l’impact social de la puissance économique était partout le même.

  • 4 D. Brading, Mineros y comerciantes en el México borbónico, p. 423.
  • 5 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, p. 194.

3La grande différence entre les élites aristocratiques havanaises et les autres oligarchies est l’accentuation, le degré auquel ont été portés tous ces traits caractéristiques. À La Havane, le groupe dominant de 1762 s’était « aristocratisé » avec une vigueur jamais aperçue jusqu’alors dans l’histoire de l’Empire espagnol : à partir de cette date, en quelques années, la concentration de titres de Castille y fut phénoménale, au point d’inspirer des ouvrages particuliers de généalogistes largement utilisés ici. Ce sont quarante et un titres, trois grandesses et un honneur de grandesse qui ont été concédés et tous les ordres de chevalerie ou autres médailles patriotiques ont été portées par les Havanais, à l’exception de l’ordre de la Toison d’Or. Ces concessions furent de plus soumises à un contrôle particulièrement rigoureux des familles qui possédaient déjà un titre et qui parvinrent à éliminer les sollicitations de personnes ne leur convenant pas, quand bien même la monarchie y était favorable. De la même manière elles parvinrent à rendre caduque une décision royale qui attribuait un poste de regidor à un individu qui n’appartenait pas à leur monde. On est loin ici des élites mexicaines de Guanajuato décrites par David Brading qui constatait qu’une personne récemment enrichie pouvait y acheter un titre ou une charge au cabildo sans que cela posa problème4. Ce strict contrôle du pouvoir était complété par un contrôle plus rigoureux encore du marché matrimonial. L’endogamie est un phénomène propre aux élites locales, mais pas forcément à une seule élite locale. Tous les historiens précédemment cités ont montré qu’au sommet de la société coloniale les mariages entre les élites d’hacendados, de commerçants et de mineurs, qu’elles soient créoles ou péninsulaires, étaient fréquents. Michel Bertrand a constaté que plus de 40 % des officiers de finance, qui n’appartiennent pas au monde des élites principales, parviennent cependant à épouser une fille de ce milieu5. Dans la plupart des villes coloniales, l’argent, une généalogie limpia, c’est-à-dire « pure », l’exercice du pouvoir métropolitain, des relations bien placées pouvaient permettre une fusion entre plusieurs élites. Au contraire, pour l’aristocratie havanaise, tout mariage qui se fait en dehors du monde de la plantation créole relève de l’exception. Il y en eut quelques-uns, certes, mais infiniment moins que de mariages entre cousins germains. Un autre trait, qui semble particulier à cette oligarchie, fut le degré de concentration de ses investissements dans un seul secteur économique, celui de la plantation de canne. Même si on compte ici où là quelques centaines de têtes de bétail, quelques dizaines d’hectares de café, la quasi-totalité des fortunes des familles tourne autour de l’ingenio et l’on constate que plus le temps passe plus la tendance se renforce. Vers 1820, les investissements dans la navigation à vapeur d’un O’Farrill ne doivent être vus que comme une exception. Une dernière caractéristique de l’oligarchie havanaise fut sa capacité à maintenir longtemps une très grande puissance économique construite rapidement entre 1773 et 1790. À cet égard, le faible poids de l’Église dans l’économie cubaine, dont le corollaire fut une très faible interaction financière avec la saccharocratie, préserva cette dernière des pertes sèches que subit par exemple l’aristocratie mexicaine à la suite du décret de consolidation de décembre 1804 qui touchait les fonds ecclésiastiques auxquels une bonne partie de son patrimoine était lié. Vers 1840, il est vrai qu’en termes de richesses, les saccharocrates étaient sérieusement concurrencés par les commerçants péninsulaires et quelques-uns étaient même lourdement endettés. Cependant, dans l’ensemble, la fortune de la saccharocratie était si gigantesque encore que l’on murmurait qu’elle suffisait à assumer les frais de fonctionnement des ministères madrilènes. Vérité ou légende, cette affirmation conforte en tous les cas la capacité d’influence politique que l’on prêtait encore tardivement aux planteurs havanais et dont se fit l’écho Humboldt.

  • 6 T. Anna, La caída del gobierno español en el Perú.

4Il est cependant, peut-être, une oligarchie qui rivalisa, ou qui du moins présenta nombre de points similaires à l’oligarchie havanaise, c’est celle du Pérou. Une étude, spécialement centrée sur les élites péruviennes à la même période, manque pour confirmer ce que plusieurs travaux, et en particulier ceux de Timothy E. Anna6, laissent supposer : la grande distribution de titres, et ici aussi un produit stratégique de première importance, l’argent, qui a pu amener des échanges particulièrement intenses entre le roi et les oligarques détenteurs des exploitations. Au Pérou ce sont des armées étrangères qui contraignirent les élites locales à proclamer l’indépendance et, ici aussi, un produit stratégique de première importance, l’argent des mines du Potosi, qui a pu amener à des échanges particulièrement intenses entre le roi et les oligarques détenteurs des exploitations.

  • 7 J. R. Navarro García, Puerto Rico a la sombra de la independencia continental, pp. 19-35.

5La microanalyse permet de comprendre, comparer ces oligarchies et surtout déterminer leur capacité d’influence réelle sur la politique madrilène. Ainsi, les caractéristiques des élites de planteurs de San Juan de Porto Rico qu’a dégagées Jesús Raúl Navarro García montrent de profondes divergences avec celles de La Havane contrairement à ce que le contexte historique et géographique aurait pu laisser attendre7. L’île de Porto Rico, qui accéda à l’indépendance la même année que Cuba, présentait en effet beaucoup de points communs avec la Perle des Antilles : une richesse créée rapidement avec l’exploitation de la canne à sucre, des hauts fonctionnaires qui n’appliquaient pas toujours les directives madrilènes, un manque chronique de numéraire et surtout une élite de planteurs nettement séparée d’une élite de commerçants. Mais Jesús Raúl Navarro García a montré aussi combien les seconds l’ont rapidement emporté sur les premiers dans la domination de l’Île : ce sont les commerçants qui prêtaient de l’argent pour faire fonctionner l’administration de la colonie, tandis que l’influence des créoles sur les représentants du roi y fut plus faible qu’à Cuba et que la monarchie n’eut jamais une grande confiance dans les milices des « fils du pays ». L’élite de planteur de Porto Rico était aussi moins instruite, moins au fait des nouvelles technologies, pratiquait beaucoup moins l’endogamie et c’est peut-être à cause de tout cela qu’elle fut rapidement concurrencée par les Espagnols et créoles qui avaient fui les combats et leurs conséquences des territoires continentaux.

  • 8 X. Huetz de Lemps, Manille au xixe siècle, p. 277.

6S’il n’est pour l’instant pas possible de dresser un tableau comparatif strict entre les différentes élites, insistons sur cette géographie particulière qui fut à l’origine des premiers avantages de l’oligarchie havanaise. En effet, si cette puissance, cette « aristocratisation », cette cooptation et cette endogamie ont été portées à des degrés si élevés, c’est en premier lieu grâce aux prédispositions naturelles qu’offrait la région havanaise. Située au débouché des grands courants de navigation, idéalement placée à l’entrée du golfe du Mexique, s’ouvrant sur une vaste baie qui protégeait les navires, la capitale cubaine présentait une situation privilégiée qu’il suffisait de fortifier pour en faire le plus grand verrou militaire de l’Empire. Mais la défense de ce verrou, pour des raisons d’insalubrité, de contraintes dans l’acheminement des renforts, devait reposer en grande partie sur des créoles ; l’invasion anglaise de 1762 le rappela cruellement. C’est pourquoi le roi fut contraint de leur faire confiance, de les conforter politiquement et socialement, au détriment même, au moins en apparence, d’autres élites. Les prédispositions naturelles de Cuba pour produire la canne sont une autre explication qui complète cette force des élites. Le climat et la qualité des sols étaient idoines pour la culture de la canne à sucre. Les records de productions cubains soutinrent encore la consommation européenne et nord-américaine, enrichissant toujours davantage les planteurs et ce à l’époque cruciale de la fin du xviiie siècle et du début du xixe. On ne peut que constater la différence avec les élites vénézuéliennes qui avaient, elles aussi, constitué de rapides fortunes dans le cacao depuis 1730 mais dont ce commerce était en récession depuis les années 1780. Un autre avantage déterminant pour les aristocrates cubains, dont ne pouvaient se prévaloir ceux du Pérou ou du Chili, fut d’avoir pour voisin immédiat un colosse économique en train d’émerger, les États-Unis, qui achetaient leur production rubis sur l’ongle et qui fournissaient aux planteurs tout ce dont ils avaient besoin pour cultiver. Dans ce même ordre d’idée et à titre de comparaison, on ne peut manquer de souligner l’avantage des élites havanaises sur celles de Manille : les traversées transatlantiques, sauf en temps de guerre, posaient moins de problèmes que les liaisons entre la capitale des Philippines et Madrid. Xavier Huetz de Lemps a montré combien ces problèmes de communication, avec la disparition du « galion de Manille », avaient ainsi affecté le fonctionnement du cabildo8.

7Les avantages géographiques de la région havanaise étaient tels, qu’ils lui ont permis au « port des carènes » de s’imposer face à Santiago de Cuba, qui fut un temps capitale. Les développements politiques, économiques — la culture principale était celle du café —, urbains même de la ville de l’Oriente, ne soutiennent en rien la comparaison avec ceux de La Havane. Cependant, il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse et assimiler l’histoire de La Havane à celle de Cuba comme on l’a trop souvent fait. On a pu voir même, au travers du Consulat royal, qui s’est doté de personnes jouant dans les villes de provinces le rôle de relais dans la collecte d’informations et l’application de décisions ou bien dans l’ouverture de routes au travers de la forêt, que le rôle centralisateur de la capitale était encore en construction. Elle aurait pourtant permis de relativiser l’influence de la saccharocratie, en en cantonnant la quintessence dans la région havanaise. La monarchie eut peut-être une prise plus directe sur d’autres villes.

8D’autre part, la culture de la canne s’est réalisée au travers de la structure si particulière de l’ingenio, si propre à conforter l’idéal nobiliaire de celui qui le possède. L’hacendado peut régner sur des centaines d’hectares et d’esclaves et cherchant toujours à accroître la production, il se lance dans des expérimentations scientifiques qui en Europe sont encore presque exclusivement l’apanage des aristocrates. Frédérique Langue a qualifié les élites minières de Zacatecas, « d’aristocratie de l’argent », en soulignant combien les deux noms de la définition étaient valables. On a affaire ici à une véritable aristocratie du sucre, non pas à une bourgeoisie industrielle ni à de gros laboureurs endimanchés : les différences en termes de comportement politique et économique sont décisives, tout comme le sont les capacités à faire fortune rapidement, mais aussi à être dépendant d’un plus vaste circuit économique. Le terme de saccharocratie est parfaitement adéquat, dans le sens où il montre une cristallisation, si l’on ose dire, un blocage de toute évolution, de toute capacité d’ouverture de ce monde des élites havanaises, en même temps qu’il suggère la parfaite domination de toute une société coloniale par quelques familles.

9La troisième caractéristique de l’oligarchie havanaise qui la distingue de toutes les autres de la colonie, c’est la relation privilégiée qu’elle a entretenue avec la monarchie. Il faut en effet se préserver de tout déterminisme géographique : en fin de compte si l’aristocratie du sucre trouva dans la région havanaise les conditions idéales pour croître, ce furent bien les rois d’Espagne qui encouragèrent son développement. La saccharocratie n’a pas surgi en même temps que les Espagnols prenaient pied à Cuba, quand bien même Christophe Colomb emmena les premiers plants de canne à sucre dans les îles de la Caraïbe. Les premières plantations sont apparues petit à petit, loin de toute autorisation royale, mais ce n’est que lorsque les souverains ont donné les impulsions nécessaires que le phénomène a pris une ampleur significative et que l’on a pu parler alors de saccharocratie. Il est fort probable aussi que c’est parce que ces impulsions ont été tardives et dictées dans l’urgence, suite à l’humiliation qu’a représentée l’occupation anglaise de 1762, que l’oligarchie havanaise a porté à un niveau jamais atteint par les autres oligarchies ces caractéristiques que l’on vient de décrire. Quoi qu’il en soit, durant toute la période étudiée, on a pu se rendre compte combien, de Charles III à Ferdinand VII, les souverains espagnols prirent soin de l’oligarchie havanaise, comme un jardinier le ferait d’un verger qui, en retour, à chaque saison, le couvrirait de fruits assurant une partie non négligeable de ses revenus et faisant sa fierté. Du reste, le cheminement géographique, la proximité sans cesse plus grande, de 1763 à 1833 au moins, entre les élites havanaises et les monarques, sont tout un symbole : Charles III, le premier, envoie à La Havane des émissaires pour nouer le dialogue. Ensuite, c’est la saccharocratie qui envoie des émissaires vers Charles IV, les plus importants étant le comte de Santa Cruz de Mopox et Francisco de Arango y Parreño. Le premier se vanta partout que le roi lui avait tenu le bras. Quant à Ferdinand VII, il était entouré d’un véritable lobby havanais, dont il savait très bien tirer profit également.

10Tenter de dégager le rôle et l’influence de la saccharocratie havanaise à la fin du xviiie et au début du xixe siècles, tant dans la capitale cubaine que madrilène, c’est avant tout s’intéresser à un système politique et social complexe. En effet, même s’il ne semble lier que deux partenaires, le roi et des élites, dans une sorte de simple échange, reconnaissance de la prééminence sociale et politique d’un groupe de familles bien spécifique contre impôts, fidélité et participation à la défense de l’Empire, puis après 1820 contribution au maintien de la souveraineté, les implications que ce pacte sous-tend sont nombreuses.

11Ce système politique avait pour principe la plus grande implication des créoles dans la mise en valeur et la défense de la colonie. Ce qui est particulièrement notable c’est le caractère affirmé et décidé de cette politique qui a été mise en œuvre sans tarder, dès la restitution de La Havane par les Britanniques. Pour cela, la monarchie n’a pas hésité à négocier les réformes, face à face avec l’élite : même si les contacts pris par ses émissaires, Ricla et O’Reilly se sont faits discrètement, il y eut des tractations pour trouver ensemble un accord satisfaisant. Le fait qu’il y ait négociations en 1763 était une reconnaissance, de la part de la monarchie, du pouvoir des élites havanaises doublée d’une sorte d’aveu de faiblesse puisqu’elle venait demander l’aide des créoles. Pour autant, ces derniers n’étaient pas les maîtres du jeu politique et ne le furent jamais. Il faut relativiser les affirmations souvent employées présentant l’Île de Cuba au début du xixe siècle comme virtuellement indépendante politiquement de l’Espagne, mais dépendante économiquement des États-Unis. Ni l’une ni l’autre ne sont exactes. Les licences avantageuses concernant l’augmentation de la production de sucre ou sa commercialisation ont été assorties de contreparties en termes de taxes et d’impôts : c’est le signe le plus manifeste d’une relation de subordination. Mais l’Espagne conservait un autre moyen de contrôle plus efficace encore : celui de la traite des esclaves. Si la monarchie protégea l’élite créole des compétitions politiques et sociales des péninsulaires, en revanche, elle confia à des élites de commerçants péninsulaires la carte maîtresse de l’économie cubaine, celle du trafic négrier. C’est dans cette optique qu’il faut comprendre l’annexion par l’Espagne des territoires africains de Fernando Poo et Annobon en 1778, destinés à être des plates-formes d’embarquement des esclaves. Une des grandes habiletés de la monarchie fut de jouer sur l’antagonisme des créoles et des péninsulaires, favorisant tantôt les uns, protégeant tantôt les autres, mais en cherchant toujours avant tout son propre profit et le maintien de la domination espagnole dans la plus grande île de la Caraïbe.

12Avant la seconde moitié du xixe siècle, les esclaves furent la condition sine qua non pour faire fonctionner les ingenios, les colonies anglaises qui abolirent la servitude en 1833 en firent la démonstration à leurs frais puisque la mesure provoqua l’abandon des plantations et le retour à une simple agriculture de subsistance. Les Havanais entreprirent des recherches scientifiques touchant tous les domaines, celui de la mécanisation, de la chimie et des transports, pour se passer ou limiter au maximum la main d’œuvre esclave, mais sans résultat significatif. Or, les hacendados, étaient trop aristocrates pour être de bons commerçants d’esclaves. Négrier, c’est un « métier », planteur c’en est un autre et c’est surtout un autre statut social. C’est d’ailleurs pour cela que les grands commerçants cherchaient à investir dans les ingenios : pour atteindre à une autre catégorie sociale, non pour gagner de l’argent. L’idéal pour eux étant d’avoir des ingenios, source de prestige et des maisons de commerces qui, elles, rapportaient beaucoup d’argent ; c’est ce que parvinrent à faire les Pinillos. Pour caricaturale que puissent paraître ces affirmations, elles expriment pourtant une réalité fondamentale. C’est la bourgeoisie espagnole qui tint les rênes de la traite à mesure que les pressions abolitionnistes anglaises se faisaient plus fortes. Et si le roi combattit ces dernières, ce n’était pas seulement pour complaire à ses commerçants, ou parce qu’il n’avait pas les moyens d’offrir une alternative industrielle aux Cubains, mais bien pour conserver une des conditions de sa domination. En effet, indirectement, le commerçant et l’esclave suscitaient la fidélité espagnole de l’aristocrate qui détenait le pouvoir politique à La Havane. L’aristocrate havanais avait besoin du commerçant péninsulaire pour pouvoir entretenir ses ingenios et conserver son rang.

  • 9 F. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique), p. 393.

13Par ailleurs, l’étude des relations entre les élites et le roi a montré que la dépendance des premières par rapport au second était plus forte qu’on le croyait, même du temps du baron de Humboldt. On peut même penser que, d’une certaine manière au moins, elle s’est accrue au fil de la période. À mesure que le nombre d’esclaves augmentait, la dépendance de Cuba envers la métropole était de plus en plus patente. Si Cuba n’est pas devenue indépendante vers 1820, c’est en partie parce qu’entreprendre une guerre de libération aurait enflammé les plantations. Vingt ans plus tard, la seule détermination des aristocrates havanais n’était plus suffisante à garantir la fidélité cubaine : il fallait aussi la présence des militaires espagnols pour noyer dans le sang tout soulèvement. En effet, les créoles n’étaient plus en mesure d’assurer leur propre sécurité. Les aristocrates cubains avaient besoin du roi d’Espagne et du système absolutiste pour continuer à conserver le contrôle du cabildo, puisque toute révolution libérale leur ôtait une grande partie de leur pouvoir, comme ce fut le cas en 1812-1814 et 1820-1823. Les aristocrates cubains avaient encore besoin du roi pour peser d’un poids politique suffisant sur la scène internationale et résister ainsi aux appétits des États-Unis ou des nouvelles républiques voisines. Par ailleurs, l’aristocrate doit en grande partie sa véritable prééminence sociale qu’à sa reconnaissance de l’existence d’un pouvoir royal qui lui est supérieur encore. Il est exact aussi que pour beaucoup d’aristocrates élevés dans le culte de la bannière royale espagnole et ayant leur supériorité politique reconnue par un contact privilégié avec le capitaine général, la fidélité envers la Couronne devenait une seconde nature. Au sein de l’aristocratie havanaise régnait une sorte d’égalité entre les familles, dont les membres se tutoyaient, la possession pour trois d’entre elles de la grandesse d’Espagne ne leur donnant pas un poids particulièrement plus important au sein du groupe. Une égalité, donc, qui donnait l’impression, à l’instar des élites de Zacatecas, de former « une grande famille9 ». Ces clans avaient besoin du roi qui représentait pour eux un arbitre autant qu’un protecteur indispensable. L’indépendance de la colonie aurait immanquablement bouleversé cet équilibre pour augmenter l’autorité des quelques familles qui se seraient installées dans le palais des capitaines généraux, à moins que la saccharocratie eût été supplantée dans son ensemble par les négociants.

14Le réseaux havanais à la Cour de Madrid n’a pu être reconstitué dans son ensemble. Cependant, beaucoup de personnes qui agissaient comme des relais ont pu être identifiées, elles formaient somme toute un noyau assez réduit et pour la plupart occupaient des postes dans les plus importantes sphères de l’État. Il est apparu que les Havanais avaient gardé de bons contacts avec les hauts fonctionnaires qui avaient été un temps mutés dans l’île du Crocodile, ce qui par incidence montre combien leurs relations pouvaient être bonnes du temps où ces personnes étaient en exercice. Plus généralement, on a pu s’apercevoir grâce à ces contacts, combien pour les Cubains il était fondamental d’être bien – et rapidement – entendu du pouvoir métropolitain. C’est particulièrement frappant en 1835 lorsque des aristocrates chassés de La Havane par le capitaine général Tacón reconstituent facilement à Madrid un groupe de pression particulièrement influent.

15Comment voir dans ces conditions une indépendance de fait ? C’est en d’autres termes qu’il faut analyser la relation qui unit le roi et les élites. Ceux de symbiose, de complémentarité semblent plus appropriés. Une complémentarité qui est apparue immédiatement et qui toucha plusieurs domaines, même celui des interventions militaires : lorsque quelques aristocrates s’en allèrent risquer leur vie en 1780 pour l’indépendance des États-Unis, ou en 1794 contre la république française à Saint-Domingue, ils brandissaient bien haut la bannière du roi d’Espagne et ser raient précieusement leurs livres de compte contre leur cœur, tout palpitant des profits que leurs ingenios allaient dégager de ces opérations. C’est parce que cette complémentarité était indispensable aux saccharocrates qu’ils furent un des piliers de l’absolutisme et qu’à la différence de la plupart des autres oligarchies coloniales, ils ne s’engagèrent pas dans le chemin de l’indépendance. Les saccharocrates ne menacèrent de faire sécession que lorsque les gouvernements libéraux voulurent remettre en cause la complémentarité qui avait été trouvée. Et même ces menaces servaient finalement la cause absolutiste de Ferdinand VII, puisque l’agitation que les aristocrates havanais provoquaient discréditait les nouveaux idéaux en montrant combien ils compromettaient la présence de l’Espagne dans les Antilles.

16Ainsi, la permission et l’encouragement donnés, à la transformation à grande échelle des oligarques en saccharocrates, a été pour le roi un formidable moyen de raffermir les liens de fidélité. Et, au-delà, la consolidation d’un pilier « saccharocratique » à Cuba avait pour premier but de soutenir le trône qui le coiffait. Un soutien qui sut résister à plusieurs formes de tentatives de déstabilisation, puisque ce raffermissement qui avait été initié pour empêcher les agressions de puissances étrangères, s’est donc révélé utile aussi contre le danger intérieur représenté par le libéralisme. En se gardant de tout jugement de valeur, il faut reconnaître la solidité de cette architecture politique qui lia le roi aux élites aristocratiques cubaines. Elle est un élément qui a permis à Cuba de rester sous domination espagnole alors que l’Empire volait en éclats entre 1810 et 1825. Elle a permis à l’Espagne de continuer tardivement à tirer de l’Amérique d’immenses revenus : l’argent des droits du sucre et dans une moindre mesure celui du tabac, se sont en quelque sorte substitués à celui des mines argentifères. Elle a permis aussi à l’Espagne de conserver un certain prestige international que les indépendances avaient fortement ternie. Quant à Cuba, si une grande partie de sa population a été de la sorte maintenue pendant longtemps dans l’esclavage et la misère par cette si puissante aristocratie, il faut songer aussi que celle-ci a contribué à forger une partie de l’identité cubaine. Car une aristocratie capable de faire surgir une ville si enchanteresse que La Havane ne peut qu’influencer fortement une forme de « créolité », faite d’un raffinement et d’un art de vivre particuliers, qui la distingue des autres villes de Cuba. Mais, cet « esprit havanais », fait de grandeur et de proximité, en se diffusant aussi dans le reste de l’Île, confère à Cuba, encore aujourd’hui, une aura particulière dans la Caraïbe.

17On peut se demander pourquoi ce système de gouvernement, en apparence si perdurable, puisqu’il résista même à l’effondrement de la monarchie absolue en Espagne durant les guerres carlistes, n’a pas été plus largement diffusé dans l’Empire. Les raisons à cela sont multiples. Cela tient non seulement aux conditions naturelles de l’Île, mais aussi au fait que les réformes entreprises à Cuba l’ont été à titre expérimental. Leur bien-fondé, qui put paraître évident à la fin du xviiie siècle, ne l’était pas du tout en 1763. Trop de variables, trop de risques intervenaient. Lorsque la monarchie eut la certitude, vers 1790, que le pari audacieux de Charles III était gagné, les guerres de la Révolution, puis de l’Empire allaient commencer, empêchant la diffusion de ce modèle pour le reste des possessions espagnoles. Ces troubles, comme l’on sait et pour des raisons différentes, conduisirent ces territoires sur le chemin de l’indépendance. Il reste que l’exemple cubain vient infirmer les thèses de la chute, facilement prévisible, de l’Empire espagnol. La disparition de ce dernier était certes inéluctable puisque les colonies sont faites pour être un jour émancipées. Mais il est bien trop facile, à la lueur des évènements survenus, de réécrire la chronique de la disparition annoncée de cet ensemble de territoires relevant du roi d’Espagne. L’exemple havanais montre combien l’administration madrilène à la fin du xviiie siècle pouvait à la fois se montrer audacieuse, pragmatique et particulièrement performante pour trouver la solution adaptée et nécessaire de la rénovation du lien colonial. Il rappelle aussi, car on le savait déjà, que la politique de la monarchie n’était pas uniforme, mais privilégiait certains territoires au détriment d’autres. Les aristocrates continentaux qui se sont le plus tôt émancipés ont-ils jamais bénéficié des réformes si profondes dont ont bénéficié leurs homologues havanais ? Ont-ils jamais ressenti un attachement si fort à leur souverain comme ces Cubains récemment « aristocratisés » ?

18Par ailleurs, ce système a été efficace parce qu’il a été soutenu à La Havane par des personnalités exceptionnelles. Une architecture de pouvoir, aussi bien construite soit-elle, reste fragile si elle n’est pas entretenue par des personnes compétentes et ici se détachent des acteurs remarquables répartis sur trois niveaux. Le premier est celui des créoles : on ne peut passer sous silence les talents dans des domaines différents de Francisco de Arango y Parreño et de son successeur, comme porte-parole de la saccharocratie, Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos. Le premier, visionnaire hors pair a eu une influence décisive sur la politique madrilène concernant Cuba. Il a contribué fortement au maintien de la souveraineté espagnole à Cuba, quand bien même il chercha toujours à en accroître l’autonomie. C’est lui qui a accéléré l’orientation de l’Île vers l’économie de plantation. Le second, par son habileté dans la gestion des finances cubaines a toujours su rappeler que le pacte de 1763 ne devait jamais être déclaré caduc et surtout pas unilatéralement. Deuxièmement, il faut compter aussi avec la grande intelligence des capitaines généraux. Ils ont entretenu le système non seulement par devoir, mais encore par conviction et même pour certains parce qu’ils y trouvèrent un intérêt personnel. À l’exception de Tacón (et de Mahy peut-être), ils avaient pour mission d’encourager les penchants aristocratiques de l’élite, de favoriser les fondations d’ingenios, tout en défendant l’autorité du roi et sans brusquer la saccharocratie. Cela nécessitait assez d’habileté. Plus l’Île a produit du sucre, moins les capitaines généraux ont eu de scrupules à contrevenir aux lois commerciales restrictives, puisqu’ils devaient assurer les conditions de la prospérité de Cuba et qu’adopter ces lois eût été contraire à cet objectif. Luis de Las Casas et même Miguel Tacón à sa manière, ont favorisé l’économie cubaine en y trouvant chacun un intérêt. Las Casas s’est pris d’une véritable passion pour la culture de la canne : son acquisition d’un ingenio ne relevait pas seulement du désir de gagner de l’argent, il était en effet convaincu du bien-fondé de la politique qu’il devait défendre. Tacón n’entendait certainement rien aux ingenios, mais avait parfaitement saisi que la conservation de Cuba dans le giron espagnol dépendait pour une large part de la présence massive d’esclaves. Aussi encouragea-t-il secrètement la traite, à l’heure où il était censé l’interdire, en percevant d’importantes redevances pour prix de sa protection. En dernier lieu, la personnalité des trois souverains espagnols – ne parlons pas d’Isabelle II, mineure – fut déterminante aussi, même si leur action personnelle doit être mesurée, il est vrai, avec celles de leurs ministres. Charles III eut le courage et l’ambition nécessaires pour donner une nouvelle impulsion aux réformes. Charles IV, présenté d’ordinaire comme un roi de peu d’envergure, ne commit pas l’erreur de remettre en question la politique de son père. Ferdinand VII enfin, malgré tous les défauts qu’on lui a reconnus et malgré tout le ressentiment qui dut l’agiter en se rendant compte que son autorité à La Havane était loin d’être absolue, eut l’intelligence de ne rien changer non plus à la stratégie.

19Cette alliance entre la saccharocratie et la monarchie entraînait un certain nombre de préjudices pour les deux parties. Le plus grave défaut pour le roi était qu’il perdait de son autorité. Cuba ne menait certes pas de politique étrangère, le capitaine général n’était pas non plus un fantoche, mais à l’intérieur de La Havane, voire dans l’Île même, l’essentiel du pouvoir était détenu par les saccharocrates. À cet égard, il est fort dommage que le rôle du Consulat royal, véritable petit gouvernement autonome, n’ait jamais assez été mis en valeur par l’historiographie. Est-ce un hasard si un organisme jouissant de telles compétences fut créé trente années après les réformes qui ont succédé à l’invasion anglaise : le temps nécessaire pour être sûr que la monarchie pouvait compter sur la fidélité des saccharocrates ? La création de cette institution augmenta bien évidemment encore leur puissance, les convertissant en une pièce indispensable de l’échiquier politique espagnol. Une pièce inamovible aussi : les tentatives libérales de déstabilisation de la saccharocratie dans son fief se sont soldées par le rappel du capitaine général Tacón qui devait les impulser. Une pièce fidèle pour le roi également qui peut-être développa le système à son extrême, en nommant un aristocrate créole au poste de surintendant, autrement dit à la tête de l’administration des finances de l’Île. Par ce geste, et même si la gestion du comte de Villanueva était scrupuleusement examinée à Madrid, la monarchie espagnole acceptait de ne plus avoir de prise directe sur les fonds cubains. C’est dire à quel degré fut portée la confiance.

20Les saccharocrates quant à eux, mis à part ces menaces libérales et celles des esclaves, durent faire face à deux graves périls générés par le système. L’un était la compétition que leur livraient les marchands pour la domination économique de l’Île. Refusant de les intégrer en leur sein, afin de préserver leur pouvoir et leur identité, ils s’en sont fait des adversaires toujours plus acharnés. Or, le commerçant, parce qu’il n’était pas enfermé par des préjugés de caste, parce qu’une fois vendue sa cargaison d’esclaves, il ne lui restait plus qu’à compter son bénéfice dégagé de toutes les contraintes que représentait cette masse humaine hostile, était bien plus libre que l’hacendado. Plus libre, à terme, il ne pouvait manquer d’être aussi plus puissant. L’orientation de plus en plus affirmée de l’Île vers la production de sucre fut en fin de compte plus profitable à ceux qui contrôlaient les circuits commerciaux qu’aux cultivateurs.

21L’autre péril pour la saccharocratie, plus grand encore, était celui de sa propre extinction à laquelle la conduisait sa stratégie d’endogamie qu’elle développait pour conserver ses ingenios et ses places au cabildo. La menace de dégénésrescence s’est faite de plus en plus pressante au fil du temps, devenant vers 1820 une triste réalité. Ayant des difficultés à se renouveler par elle-même, c’est la monarchie qui a dû lui venir en aide en compensant les pertes naturelles par l’octroi de titres de noblesse à des individus nouveaux dont la saccharocratie avait, certes, au préalable, reconnu la validité des prétentions à de tels honneurs.

22En définitive si les rois d’Espagne se sont comportés comme des bons jardiniers en encourageant le développement et en entretenant la perpétuation de la saccharocratie, c’est bien parce que celle-ci s’adaptait parfaitement aux conditions naturelles de Cuba et qu’ils avaient tout à gagner à profiter de ses fruits. En quelque sorte, la saccharocratie fut le versant humain de cet arbre qui figure aujourd’hui sur le blason de Cuba et dont on peut admirer de superbes spécimens dans le Parque Central, ombrageant la statue de José Martí près du Capitole à La Havane. La taille de cet arbre est si grande qu’une fois qu’on l’a aperçu on oublie sa présence tant son sommet échappe au champ de vision et son tronc prend l’apparence d’une colonne de pierre qui le confond avec le paysage urbain ; c’est d’ailleurs peut-être pour cela aussi que l’étude de la saccharocratie avait été oubliée. Mais, si grand soit-il par nature, si adapté soit-il sur ce sol et à ce climat, cet arbre a besoin d’être régulièrement entretenu pour croître et s’embellir encore, il a besoin qu’on lui donne l’alignement avec les autres de son espèce afin que tous forment un ensemble harmonieux et majestueux. C’est arbre, c’est la palma real, le palmier royal.

Notes

1 À ce sujet, voir J. M. Santos Pérez, Élites, poderlocal y régimen colonial.

2 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique).

3 S. Mata de López, Tierra y poder en Salta.

4 D. Brading, Mineros y comerciantes en el México borbónico, p. 423.

5 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, p. 194.

6 T. Anna, La caída del gobierno español en el Perú.

7 J. R. Navarro García, Puerto Rico a la sombra de la independencia continental, pp. 19-35.

8 X. Huetz de Lemps, Manille au xixe siècle, p. 277.

9 F. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique), p. 393.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search