Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Troisième partie. La résistance du bastion havanais (1808-1838)

Chapitre IX. L’aristocratie havanaise entre déclins et brillantes contre-attaques (1824-1838)

Texte intégral

1Les quinze dernières années de cette période d’étude ne coïncident pas entièrement avec les césures classiques de l’histoire d’Espagne suivi jusqu’à maintenant. Si la década ignominiosa (« la décennie abominable »), qui marque en Espagne la fin du règne de Ferdinand VII de 1824 à 1833, se traduit également à Cuba par une politique assez singulière, l’année 1838, qui a été choisie pour date ultime, ne marque aucune rupture dans l’histoire de la métropole. En effet, au début de cette année, se produit un événement dont la portée a été minorée par la plupart des historiens qui ont préféré voir dans le renvoi des députés cubains des Cortès, l’année précédente, une véritable charnière dans l’évolution politique de Cuba. Le rappel à Madrid du capitaine général Tacón en janvier 1838 est un fait bien plus important, attendu qu’il fit suite à une demande de l’aristocratie créole, ce qui suggère qu’elle conservait encore à cette date une grande capacité d’influence auprès du gouvernement métropolitain. Malgré cela, l’histoire de ces quinze dernières années semble montrer un relâchement des liens entre Madrid et les élites aristocratiques havanaises, voulu par Ferdinand VII et accentuée à sa mort avec le retour des libéraux au pouvoir. Les évolutions géopolitiques en Amérique latine, mais également sociales à Cuba, seraient parmi les causes principales. Trois questions se posent alors : comment et pourquoi exactement se manifesta ce qui paraît être une défiance de Ferdinand VII envers les planteurs ? Quelles stratégies déployèrent ceux-ci pour y faire face ? Enfin, quelle fut la teneur exacte des relations entre le pouvoir libéral métropolitain et les aristocrates havanais ?

I. – Ferdinand VII dédaigna-t-il l’aristocratie havanaise ?

  • 1 F. Pérez Guzmán, « Cuba y Puerto Rico ».

2En récupérant son pouvoir absolu en Espagne durant l’été 1823, Ferdinand VII ne put que constater son impuissance sur le continent américain où le Pérou demeurait le seul territoire d’importance à reconnaître encore son autorité. Pas pour longtemps, car une coalition d’Argentins, de Vénézuéliens et de Néo-Grenadins, y défit les armées loyalistes le 9 décembre 1824 à la bataille d’Ayacucho contraignant les élites à proclamer l’indépendance. Dans un premier temps, Bolívar, San Martín et d’autres Libertadores, s’entendirent pour répéter cette opération à Cuba1. Différents projets furent imaginés en ce sens, qui avaient tous pour finalité une indépendance complète de Cuba et non son annexion au profit d’une des nouvelles républiques, afin de maintenir un certain équilibre entre elles. Or, c’était la position inverse des États-Unis qui penchaient pour l’annexion à leur profit. Ces derniers en définitive, ne concevaient la position Monroe concernant Cuba que comme un moratoire destiné à laissé évoluer l’Île vers une séparation d’avec la métropole, aussitôt suivie d’un rattachement à la grande nation américaine, « selon une loi de gravitation universelle ». En 1826, l’échec du Congrès de Panama, au cours duquel les représentants des États-Unis et de l’Angleterre se prononcèrent officiellement contre toute intervention armée à Cuba reporta à une date lointaine les projets de cette nature. Pourtant, les motivations des jeunes républiques ne répondaient pas seulement à l’affirmation d’un pur idéal anticolonialiste, il s’agissait aussi de faire disparaître la menace que représentait une Cuba espagnole pour elles. En effet, en 1824, Ferdinand VII ne se résignait toujours pas à la disparition de l’Empire et envisageait au contraire une reconquête militaire qui se traduisit par plusieurs expéditions désastreuses. Cependant, ce ne furent pas tant ses échecs sur le continent américain que le sort de son cousin français Charles X en 1830, chassé du trône par une révolution libérale, qui le fit renoncer à ses entreprises chimériques. Ferdinand VII, craignant un sort similaire, décida de ne plus prendre le risque militaire d’exposer ses soldats au feu de l’ennemi, ni de les mécontenter comme cela c’était passé avec Riego en 1820, mais au contraire de rassembler une grande partie de ses troupes autour de lui.

  • 2 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 297.
  • 3 Une analyse plus complète de la situation est fournie par A. J. Kuethe, « El éjercito criollo y la (...)

3La première conséquence pour Cuba de ces tensions internationales fut une militarisation de l’Île sans précédent. Jusqu’en 1830, autant pour la défendre d’attaques étrangères que pour y préparer des opérations militaires de grande envergure – ce qui lui faisait rejouer en l’amplifiant son rôle ancien de base arrière – Ferdinand VII y rassembla jusqu’à 30.000 hommes2. Cela ne pouvait être sans incidence sur la relation entre les planteurs et le roi. Car, même si les comtes et marquis havanais restaient à la tête de régiments d’élites, comme les dragons de Matanzas, ils ne pouvaient plus se targuer d’être une pièce maîtresse de l’échiquier géopolitique dans la Caraïbe, ni même d’être indispensable à la défense de Cuba3.

  • 4 La « grande légion de l’aigle noir ». On en trouvera un résumé dans F. Portuondo, Historia de Cuba, (...)
  • 5 A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, pp. 71-72.
  • 6 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 101.

4L’évolution de la situation politique et sociale à l’intérieur de Cuba semble confirmer le rôle désormais secondaire de l’élite aristocratique havanaise. En effet, de 1824 à 1830, la police du capitaine général Vives y Planes parvint sans son aide à déjouer tous les complots indépendantistes, depuis celui de l’alférez Gaspar Rodríguez (un militaire peu gradé, « pignériste » déçu) en 1824, jusqu’à la conspiration de la Gran Legión del Águila Negra cinq ans plus tard4. Il est vrai que ces conspirations n’avaient que bien peu de chances d’aboutir, même en essayant de prendre racine dans l’Orient cubain, moins conservateur que la région havanaise. La plupart des républiques voisines continuaient à sombrer dans le chaos, ce qui donnait un bien mauvais exemple et l’augmentation spectaculaire du nombre d’esclaves était à elle seule un facteur suffisamment dissuasif. Le cens effectué en 1827 chiffrait à 41 % la part de la population servile parmi le total des habitants de l’Île et révélait que les Blancs ne représentaient désormais que 44 % de ce même total5. En comparaison, le cens de 1792 évaluait les Blancs à 48,8 % de la population cubaine et du total de cette dernière, un peu plus de 30 % vivait sous le régime de la servitude6. L’évolution confirmait l’ampleur de l’importation clandestine d’esclaves favorisée par l’entrée en vigueur en 1821 du traité anglo-espagnol de 1817. Plus que jamais, la lutte armée qu’entraînerait tout cheminement vers l’indépendance aurait pour conséquence une libération des Noirs, ce qui provoquerait la destruction de l’Île en peu de temps. Vers 1830, les cris indépendantistes que l’on avait pu entendre par le passé semblaient s’être définitivement tus. À tel point que le père Varela, réfugié aux États-Unis, dut, faute de lecteurs, interrompre définitivement la publication de son journal El Habanero qui appelait à la séparation d’avec la métropole. La désaffection était telle que le prêtre finit même par renoncer à mener ce combat. Quant à son ami le poète José María Heredia, en exil lui aussi, désireux avant tout de pouvoir rentrer chez lui et de se faire pardonner ses prises de positions passées, il prit de plus en plus soin d’épurer ses vers de toute référence à l’indépendance.

5Vers 1830, les rêves de reconquête terminés, le sentiment de fidélité assuré, l’hacendado fut affecté par une nouvelle polémique, celle de la succession dynastique de Ferdinand VII. Veuf pour la troisième fois, Ferdinand VII venait de se remarier avec une cousine, Marie Christine de Bourbon, de qui il n’eut qu’une fille, Isabelle, sa seule enfant. Ce problème de manque de descendance était ici aussi la conséquence de cette politique d’endogamie pratiquée depuis longtemps dans la famille : l’arbre généalogique du roi au niveau des arrière-grands-parents ne présentait que cinq noms différents au lieu de huit. Quoiqu’il en soit, Ferdinand voulant faire de sa fille son héritière, supprima la loi salique introduite par son ancêtre Philippe V, empêchant ainsi son frère Charles (don Carlos) de monter un jour sur le trône. Or, ce dernier qui se préparait depuis longtemps à devenir roi s’était déjà constitué une clientèle parmi les plus acharnés des réactionnaires. De sorte que Ferdinand, en partie privé de ses appuis naturels, n’eut d’autre choix que de donner des gages aux libéraux qui commencèrent à revenir en grâce. Et un des premiers signes tangibles de cette politique fut de ne pas faire de gestes trop ostentatoires envers les absolutistes cubains.

6Ainsi, toutes ces circonstances, tant à Cuba qu’à Madrid, ôtaient aux élites aristocratiques une grande partie du rôle de soutien stratégique pour lequel elles avaient été consolidées. Par ailleurs, cette consolidation était désormais telle qu’elles pouvaient, comme elles venaient de le démontrer lors du Trienio Liberal, se passer de l’appui absolutiste, quitte à composer avec les constitutionnalistes, pour se maintenir au pouvoir à La Havane. Il était certain que ces élites ne voulaient pas dans l’immédiat détacher l’Île de la Péninsule, mais cette omnipotence sans contrepartie ne pouvait-elle pas se révéler dangereuse ? De pièce maîtresse sur l’échiquier politique, le planteur n’était-il pas devenu une pièce gênante ? Et dans ce cas, le roi ne chercha-t-il pas à favoriser d’autres intérêts ?

  • 7 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Campo Florido.
  • 8 Enciclopedia universal illustrada, article « Arango y Núñez del Castillo, Andrés ».
  • 9 AHN, Órdenes militares, Calatrava, leg. 106 moderno.

7C’est ce qu’il semble apparaître en observant la politique de Ferdinand VII concernant les élites cubaines et les réformes introduites dans le gouvernement même de Cuba. En effet, la monarchie adopta à partir de 1825 une attitude autoritaire qui sembla mettre fin à la pratique des négociations employée jusque-là avec les planteurs. Elle commença par se manifester à Madrid, où l’on ne trouva plus aucun membre influent de cette élite dans l’entourage immédiat du roi. Le deuxième marquis de Santa Olalla, qui résidait vers 1825 à Madrid7 fut nommé gouverneur d’Almagro en 1828. Vicente Genaro Quesada y Arango fut bien désigné pendant quelques mois gouverneur de Madrid, le temps de pacifier la capitale, mais fut rapidement affecté au poste de capitaine général de Grenade, où il prit une part active à la sanglante répression de 1825. Son cousin Francisco de Arango y Parreño, rentré à Cuba depuis 1817, ne revint jamais à Madrid. La politique de sanction absolutiste toucha même quelques oligarques havanais présents à la Cour. La principale victime fut le général José Pascual Zayas-Bazán y Chacón, dont le dévouement pour son monarque a été rappelé. Mais, avant de signer la reddition de Madrid, il s’était compromis avec le pouvoir libéral, au point de s’opposer aux forces françaises venues rétablir l’absolutisme. Dès 1824, Ferdinand VII le sanctionna en le dépossédant de ses grades, fonctions et salaire. Son ami Andrés de Arango y Núñez del Castillo, bien qu’il eût modéré son libéralisme fut contraint de s’exiler en France8. Décidé à annuler toutes les dispositions prises pendant le Trienio Liberal et donc à revenir sur les concessions d’habits d’ordres militaires, le roi ne fit aucune exception pour le troisième marquis de Cárdenas de Montehermoso qui était devenu chevalier de Calatrava9 en septembre 1822. Il lui enjoignit de lui rendre son habit, ce que le marquis refusa de faire, essayant de gagner le maximum de temps possible, prétextant d’abord que l’ordre ne concernait que les péninsulaires, puis que l’habit avait été donné en 1802, ensuite que le vêtement était à La Havane, enfin que son archiviste était malade, mais il dut céder en 1829 lorsque le roi menaça de faire appel au capitaine général pour le reprendre de force. D’apparence anecdotique, cet incident a néanmoins toute son importance : ces marques honorifiques furent capitales dans la construction du bastion havanais. Pour la première fois, le monarque, en retirant un habit d’ordre militaire, entamait une démarche inverse. Le rapprochement entre Ferdinand VII et les libéraux n’arrangea pas cette apparence de mauvais climat. On ne vit plus de Havanais nommé à des postes clefs dans l’administration et il semblait désormais bien loin le temps où Charles IV prenait le bras d’un aristocrate cubain pour deviser de choses et d’autres.

  • 10 « Comisión Militar Ejecutiva y Permanente ».

8À La Havane une politique particulièrement autoritaire fut déployée tendant à réaffirmer la toute puissance royale face aux créoles. Si l’on n’y vit pas en 1824 les simulacres de procès contre les constitutionnalistes et les scènes d’horreur qui, dans la Péninsule, marquèrent le retour à l’absolutisme, ce ne fut pas faute de moyens légaux pour aller dans ce sens. En effet, à l’instar de ce qui se fit en métropole, le capitaine général Vives y Planes créa et présida une commission militaire exécutive et permanente, destinée à « juger » les ennemis des droits légitimes au trône de Ferdinand VII10. Vives cependant se montra particulièrement clément envers les constitutionnalistes, réservant la sévérité de ses jugements pour les quelques aventuriers qui, par la suite, tentèrent de renverser l’ordre établi. Il se montra même – tout comme son successeur Maríano Ricafort y Palacios à partir de 1832 – particulièrement laxiste envers tout ce qui ne touchait pas aux droits du souverain sur Cuba. Vives et Ricafort sont en effet restés célèbres dans l’histoire de Cuba pour avoir montré une grande tolérance envers les maisons de jeux et autres lupanars, détournant les activités policières vers la poursuite d’indépendantistes de plus en plus imaginaires. Cela acheva certes de convertir La Havane en une ville particulièrement dangereuse, mais le désordre social confortait l’ordre politique. En effet, la licence et la peur, délibérément installées par les capitaines généraux, contribuèrent à rendre bien secondaire aux Havanais la recherche d’une reconnaissance de leurs droits à l’autonomie ou la défense de la Constitution.

  • 11 On en a une copie dans G. Eguren, La fidelísima Habana, p. 225.

9Comme si la commission militaire et cette stratégie n’étaient pas suffisantes, Ferdinand VII octroya, par un Ordre royal du 28 mai 1825, au capitaine général de Cuba les pouvoirs extraordinaires réservés aux chefs de places assiégées, pour une durée indéfinie11. Vives pouvait ainsi expulser de l’Île qui bon lui plaisait et davantage encore interpréter les directives générales concernant l’administration de la colonie, en fonction de ce qui lui paraissait être primordial à sa conservation. Ainsi, fort de ces nouvelles lois et des milliers de militaires placés sous ses ordres, le capitaine général semblait pouvoir gouverner sans l’aide des planteurs. En 1831 le pouvoir central décida d’appliquer le code de commerce datant de 1829 qui prescrivait la séparation des tribunaux marchands des Juntas de Fomento : c’était mettre fin au Consulat royal tel qu’il avait été conçu en 1793, et faire éclater l’institution en deux branches bien distinctes, revenait à diminuer le prestige et le pouvoir de ceux qui en faisaient partie. Un signe aussi évident qu’extraordinaire de cette perte d’influence fut que la présidence de la nouvelle Junta de Fomento ne revint plus au capitaine général. Enfin, la scission portait plus atteinte aux planteurs qu’aux commerçants, puisque le premier personnage devait être obligatoirement un hacendado, imposé aux consuls marchands. Désormais, ceux-ci pouvaient diriger les tribunaux de commerce sans rendre de compte aux planteurs. Certes, le Code de Commerce de 1829 était une loi appliquée à l’ensemble des territoires espagnols, qui n’avait pas pour but premier d’avantager à La Havane les commerçants au détriment des planteurs. Pourtant, Ferdinand VII prit quelques décisions concernant l’économie et la société cubaines, qui allèrent expressément dans ce sens, ce qui était une grande nouveauté.

  • 12 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 389.
  • 13 « Las tarifas de las abominaciones ». C’est dire si les Cubains se rendaient compte de leur dépenda (...)
  • 14 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 318.

10Pour être peu nombreux, les appuis de la monarchie aux négociants n’en furent pas moins remarquables. La principale aide que leur apporta le roi s’appliqua à la traite négrière. Les moyens comme la raison étaient très simples : il suffisait de donner l’ordre à tous les fonctionnaires royaux, depuis le bureau de contrôle des plus petits ports de pêche espagnols, jusqu’au capitaine général de Cuba, de fermer les yeux sur les expéditions négrières. Avec la cessation de la traite de la part de presque toutes les puissances, avec le traité anglo-espagnol de 1817 et l’incapacité des Cubains à l’organiser eux-mêmes, ce trafic était passé entre les mains des commerçants espagnols. Ceux-ci, placés en situation de monopole, fournissaient aux planteurs la force de travail indispensable à la culture de la canne. Les péninsulaires qui contrôlaient donc la traite et une partie du commerce, commencèrent à imposer les prix, à fixer le taux de crédit et dès les années 1810 pour les plus habiles, à posséder certains ingenios. Pour Manuel Moreno Fraginals, c’est bien dans les années 1820 que se consolident les grandes dynasties de commerçants, comme les Moré, Ajuria, Zulueta, ou autres Ibañez12. Ces personnages dans leur majorité, étaient plus faciles à contrôler que les hacendados, ne serait-ce qu’à cause du fait qu’ils disposaient d’intérêts en métropole sur lesquels il était plus aisé de faire pression. Et comme déjà vu, plus il y avait d’esclaves, moins les idéaux de séparation avaient de chance de progresser. Une autre mesure prise dans le même sens par les ministres de Ferdinand VII fut, en 1827, de relever les droits cubains d’importation et même d’obtenir des États-Unis qu’ils augmentent les taxes perçues sur les produits en provenance de Cuba. Le but de ce que les Havanais appelèrent « les tarifs des abominations13 » était évident : favoriser le commerce espagnol. Francisco de Arango y Parreño, qui tenta de s’y opposer en essayant de négocier directement avec les États-Unis, ne put rien faire pour les remettre en question14.

  • 15 Ils faisaient partie d’un lot de quatre titres donnés par le roi au monastère Nuestra Señora de Mon (...)

11Dans ces conditions, faut-il s’étonner que pour la première fois dans l’histoire de Cuba, des personnes dont l’activité première n’était pas centrée sur la plantation et en particulier des grands commerçants, reçurent des titres de Castille ? De 1824 jusqu’à 1833, Ferdinand VII concède onze titres, ce qui est un nombre élevé, à des natifs de La Havane ou à des personnes qui y étaient installées depuis longtemps. Certes, parmi ces onze, deux titres furent achetés, celui de comte de Peñalver et celui de Casa Lombillo15, mais la monarchie disposait d’un droit de regard sur les acquéreurs. En revanche ce total ne comprend pas le titre de marquis de Esteva de las Delicias, donné en 1833 à José Buenaventura Grops y Samada de Escofet, qui résidait à La Havane depuis plus d’une quinzaine d’années. L’absence de liens familiaux avec les familles aristocratiques traditionnelles l’écarte de l’idéal patricien havanais.

Tableau 15. – Comparatif des concessions de titres à l’élite créole havanaise entre 1824 et 1833

Tableau 15. – Comparatif des concessions de titres à l’élite créole havanaise entre 1824 et 1833

Source AGI, Títulos de Castilla, leg. 2, 4, 12b, et F. J. Santa Cruz y Mallen, Historia de las familias cubanas, ainsi que R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.

12De ces onze personnes, cinq seulement proviennent de la vieille aristocratie havanaise. Ils représentent respectivement les familles Peñalver, Pedroso, Cárdenas (qui obtient deux titres) et Ponce de León, qui toutes possédaient au moins déjà un titre. Deux autres personnes peuvent à la rigueur être également rattachées à ce groupe de cinq : ce sont le nouveau marquis du Quesne, bien qu’il soit français, et Francisco José Fernández-Romero y Núñez de Villavicencio. Ce dernier était issu d’une famille de planteurs havanais gravitant depuis longtemps à la périphérie de la saccharocratie, épousant les cadettes de clans puissants et bien intégrées dans les milices : le titre de comte de Casa Romero qu’il recevait achevait l’admission des Fernández Romero dans ce milieu.

  • 16 AGI, Ultramar, leg. 24.
  • 17 ANC, Protocolos notariales, Protocolo de Hacienda 1786-1790, ffos 59 et 353.
  • 18 AGI, Santo Domingo, leg. 197.
  • 19 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva.
  • 20 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1891.
  • 21 ANC, Asuntos políticos, leg. 106, sign. 9.
  • 22 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 126.
  • 23 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 59. Malheureusement il n’est pas précisé à qui l’argent fut prê (...)
  • 24 Ibid., p. 222.
  • 25 « Según voz pública » ; le dossier de l’instruction de son titre, conservé aux archives des Indes, (...)
  • 26 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 164.
  • 27 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 169.
  • 28 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 172.

13Les quatre autres personnes présentent des parcours nouveaux qui peuvent se répartir en deux catégories : administrative ou commerciale. Une seule s’inscrit dans le premier cas de figure : il s’agit de Nicolás Martínez de Campos y González Álamo qui fut également le premier à recevoir un titre au cours de ces années, celui de comte de Santovenia. Né à La Havane, il avait atteint les plus hauts postes auxquels les créoles pouvaient prétendre dans leur ville natale : cet avocat, doyen de l’université de La Havane, avait un temps secondé l’intendant Urriza, avant de devenir oidor de l’Audience de Cuba16. Les trois personnes restantes étaient donc des commerçants. On pourrait juger que leur proportion est faible mais, dans l’histoire de Cuba, ce fut la première fois que des marchands revêtaient les attributs de l’élite sociale, aussi leur entrée ne passa-t-elle pas inaperçue. Elle le fut d’autant moins que les nouveaux bénéficiaires, Santiago Cuesta y Manzanal, Bernabé Martínez de Pinillos y Sáenz et Gabriel Calixto Lombillo y Herce, comptaient parmi les négociants les plus en vue de La Havane. Tous trois, bien que nés dans la Péninsule, avaient construit leur vie et l’essentiel de leur fortune à La Havane. Les activités de Santiago Cuesta et de Bernabé Martínez de Pinillos montrent qu’ils s’inscrivaient parfaitement dans le modèle des refaccionistas : c’est-à-dire qu’ils achetaient principalement du sucre et du café cubains qu’ils revendaient sur les marchés extérieurs, essentiellement aux États-Unis, fournissaient aux plantations ce dont elles avaient besoin pour fonctionner et approvisionnaient également la ville de La Havane. Ainsi, un document de 1786 décrit Bernabé Martínez de Pinillos âgé alors de trente-quatre ans, comme un « grand commerçant havanais », approvisionnant l’Île en savons, vins d’Espagne et toiles flamandes17. Ses activités touchaient en fait tous les domaines : en 1792 la Real Hacienda lui devait plus de 50.000 pesos qu’il avait prêtés pour participer à l’amélioration d’infrastructures et à l’armement de bateaux18. Les droits de douanes, dont il dut s’acquitter pour acheter ou vendre du sucre, de la viande, du tabac, s’élevant à plus de 501.000 pesos vers 1802, témoignent de sa fortune colossale19 qu’il dut acquitter pour acheter ou vendre du sucre, de la viande, du tabac : ils s’élevaient à plus de 501.000 pesos vers 1802. Bernabé Martínez de Pinillos, même s’il bénéficia à son arrivée dans la capitale de l’aide de son oncle, pouvait apparaître comme le prototype du self-made man avant la lettre. Il en allait différemment pour Santiago Cuesta y Manzanal, puisqu’il appartenait à une famille dont plusieurs membres étaient dans les affaires, au point de se rassembler en société de commerce, portant naturellement le nom de « Cuesta Manzanal20 ». Deux d’entre eux, Francisco María et Pedro, essayèrent de prendre le contrôle de la Compañía Africana que tous les créoles fortunés, aristocrates compris, voulurent monter au début du xixe siècle pour importer des esclaves en se passant d’intermédiaires non cubains. Pour cela, ils achetèrent chacun 70 actions, alors qu’à titre de comparaison, les comtes d’O’Reilly et de Zaldívar de la Real Fidelidad ne se portèrent acquéreurs que d’une dizaine d’actions et le marquis Cárdenas de Montehormoso de huit seulement21. Santiago Cuesta y Manzanal avait de plus épousé, en 1806, la fille de Bonifacio González y Larrinaga22, un autre commerçant suffisamment riche pour pouvoir prêter jusqu’à 1.780.000 pesos23. Gabriel Calixto Lombillo y Herce était quant à lui, en 1820, le septième plus important négrier de Cuba24 et sa fortune était évaluée selon « la rumeur publique » à un million de pesos25. Enfin, ces trois grands commerçants occupèrent des places de premier plan au sein du Consulat royal : Pinillos fut teniente de cónsul26 de 1800 à 1802, Cuesta le fut à son tour de 1815 à 181727, quant à Lombillo il occupa la place de consul28 de 1820 à 1822.

  • 29 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 59.
  • 30 AOHCH, Actas capitulares, lib. 101.
  • 31 L. Marrero, Historia económica de Cuba, t. XV, p. 12.
  • 32 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

14Pinillos, Cuesta et Lombillo représentaient une force économique et donc politique incontournable. Manuel Moreno Fraginals voit dans la fortune du premier l’origine du pouvoir de « gouvernement » de son fils, Claudio Martínez de Pinillos et Cevallos29. Si l’on considère que Cuesta y Manzanal reçut en 1824 le titre éloquent de comte de la Reunión de Cuba en dépit d’avoir été élu alcalde constitucional deux années plus tôt30 et que Pinillos avait soutenu Francisco de Arango y Parreño en 1808 pour la création de la junta31, apparaît alors l’hypothèse qu’en distinguant ces trois personnages, la monarchie ne chercha pas une alliance avec une nouvelle oligarchie. Ce pouvait aussi être une manière pour elle de reconnaître le pouvoir à la classe des commerçants, qui avaient réussi à se faire une place au cabildo lors du Trienio Liberal. Par ailleurs, dans cette politique de distribution de titres, d’autres éléments laissent supposer que l’aristocratie traditionnelle accusait une perte de vitesse : on permit à Gabriel Calixto Lombillo y Herce d’acheter son titre, mais on refusa par deux fois, en 1828 et 1830, une sollicitation similaire à José María Calvo de la Puerta y O’Farrill32. Pourtant, l’ancienneté, la fortune, la notoriété de son ascendance n’étaient plus à prouver, même s’il s’offrit le luxe d’insérer dans son information une recommandation du duc d’Orléans. Cette négation, fut d’autant plus grave qu’elle fut la seule pour ces quinze dernières années.

15Ainsi, quelles sont les réponses apportées par les oligarques à toutes ces nouveautés introduites par la monarchie, nouveautés qui prenaient bien souvent l’aspect d’une grande défiance ? Et, au-delà de cette hypothèse, de cette apparence, quelle fut la véritable relation politique entre Ferdinand VII et les élites aristocratiques havanaises ?

II. – Les réponses de l’aristocratie havanaise

16Ferdinand VII, pour être un monarque autoritaire et vindicatif, viscéralement attaché à l’Ancien Régime, était avant tout un homme extrêmement pragmatique. Sa politique, envers les élites havanaises, est à évaluer en fonction du pouvoir réel qu’elles détenaient à la fin de son règne à La Havane. Les avancées faites par le monarque en direction des commerçants péninsulaires peuvent laisser supposer une perte d’influence des élites havanaises. Quelle fut la véritable stratégie que les élites aristocratiques développèrent sur deux fronts : l’un pour montrer au roi qu’elles lui étaient toujours indispensables, l’autre pour réduire les prétentions des commerçants ?

  • 33 Ibid. Il improvisa des hôpitaux de fortune, accueillit lui-même les malades, présida les œuvres de (...)
  • 34 AOHCH, Actas capitulares, lib. 110.
  • 35 AOHCH, Actas capitulares, lib. 116.
  • 36 AOHCH, Actas capitulares, lib. 110.
  • 37 AOHCH, Actas capitulares, lib. 114.
  • 38 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 240.
  • 39 AGI, Ultramar, leg. 82.
  • 40 F.J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 77.

17À la fin du règne de Ferdinand VII, le cabildo havanais n’avait rien perdu de son prestige et de son pouvoir sur la gestion de la ville. Lors de la terrible épidémie de choléra de 1833, on vit ainsi ses membres prendre en main l’organisation des secours et donner la preuve que les personnes qui le composaient étaient les véritables autorités politiques et morales de la ville. Le regidor José María Calvo de la Puerta y O’Farrill, fit par exemple preuve d’un héroïsme et d’une abnégation à toute épreuve unanimement reconnue dans l’aide apportée aux malades33. Or, ce cabildo, entre 1824 et 1833, subit un profond renouvellement des membres qui le composent puisqu’un peu moins du tiers des alcaldes ordinarios n’appartenaient pas aux vieilles familles. C’est un phénomène sans précédent en période absolutiste. Quelles personnes ont pénétré l’institution sacrée des planteurs ? Les sources ne laissent planer aucun doute : tous ces homine novi étaient des partisans convaincus de l’absolutisme, ils n’appartenaient pas au monde du commerce et avaient au contraire quelquefois des intérêts dans la plantation. Ainsi, de Rodrigo Vicente María, alcalde ordinario, élu pour 1824, n’est connu que son grade de lieutenant-colonel34. Cela suffit cependant à l’exclure de la sphère des commerçants, tandis que son nombre de galons, s’il avait pris une part active dans le mouvement libéral, lui aurait confié de hautes responsabilités. La même remarque pourrait s’appliquer à une autre personne qui détenait le même grade, José Pizarro y Gardin, alcalde ordinario35 en 1831, précédemment défini comme hacendado, en dépit de son engagement dans les rangs constitutionnels en 1820. C’est à cette époque aussi que l’Andalou Juan Bautista Tirry y Lacy, marquis de la Cañada de Tirry, acheva son incorporation dans l’aristocratie havanaise, en devenant alcalde ordinario36 en 1825. Juan Ignacio Rendón y Dorsuna, alcalde ordinario élu en 1829, présente un parcours un peu singulier par rapport aux précédents37. Il était juriste, spécialisé dans le droit ecclésiastique, avait exercé à Santo Domingo et Carthagène des Indes38. Son mariage en 1802 avec María Nieves Zuazo y Rodríguez, fille d’un ancien alcalde ordinario appartenant aux élites secondes facilita son accession à la plus haute charge municipale. Ignacio Crespo y Ponce de León, dernier « homme nouveau » présentait un profil similaire : né à La Havane d’un capitaine de frégate péninsulaire et de la cadette d’une famille havanaise progressant vers l’aristocratie, il était devenu un intellectuel et un juriste réputé auquel le capitaine général fit appel en 1823 pour instruire l’affaire de la conspiration Soles y Rayos de Bolívar39. S’il ne trouva pas épouse parmi les élites secondes, c’est peut-être qu’il avait de plus hautes ambitions. Elles furent comblées puisqu’en 1847, après une brillante carrière, il épousa une Cárdenas de vingt ans sa cadette40.

  • 41 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, pp. 373-374.
  • 42 AHN, Consejos, leg. 21130.
  • 43 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 49.
  • 44 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 123.

18Quatre nouvelles personnes occupèrent les charges de regidor. On ne sait pas si elles étaient propriétaires de leur charge ou suppléantes, mais elles n’occupèrent pas de charges nouvelles car le roi n’en créa pas. Le comte de Vallellano, dans son historique du cabildo le précise bien41 et les documents montrent qu’il n’y eut pas d’inflation du nombre des membres de l’institution. Si des personnages ont acheté leur fauteuil, il est impossible de dire quelles familles se sont défaites du leur. Cependant, la disparition de représentants de la famille des Peñalver et des Sotolongo, laisse perplexe. Ces quatre nouveaux venus n’appartenaient pas au monde du commerce, comme ce fut le cas pour Enrique Disdier. Les trois premiers, José Francisco Rodríguez y Cabrera, Manuel Ramírez y Gallo et Juan Francisco Cascales y Ariza étaient avocats. Rodríguez Cabrera, le seul dont la naissance à La Havane soit une certitude42, épousa quatre ans après son entrée au cabildo une fille de la familleArmenteros43. Le quatrième, qui entra au cabildo en 1832, était lui aussi Havanais de naissance, il s’appelait Francisco Cespedes Torrontegui. Tout juste sait-on de lui qu’il ne se maria pas au sein de la saccharocratie et que son père et son frère avaient été fusillés par les insurgés mexicains44. Cela confirme cependant que son accession au cabildo ne diminua en rien l’orientation absolutiste de la première institution havanaise.

19Aussi importante que soit cette institution pour mesurer l’influence de l’aristocratie, ou la persistance de ses valeurs à La Havane, elle ne saurait être la seule. En effet, deux personnages célèbres et un incident qui se termina devant les tribunaux confirment qu’en dépit des signes de déclin que pouvaient représenter ces ouvertures vers des homine novi, la saccharocratie n’avait rien perdu de son influence sociale.

  • 45 « El ídolo », J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, (...)
  • 46 ANC, Escribanía de Galletti, t. I, año 1827, f° 906.
  • 47 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 351.

20Pedro José Calvo de la Puerta y Peñalver, deuxième marquis de Casa Calvo, était le fils du secrétaire d’État de Joseph Ier. Pour n’avoir pas, à la différence de son frère, suivi leur père dans des aventures presque romanesques, il n’en demeurait pas moins un personnage très pittoresque de La Havane. Ce colonel de cavalerie était célèbre pour ses amitiés avec les maraudeurs et délinquants, usant de son fuero militar pour protéger les uns et les autres de la police, fréquentant et entretenant les tables de jeu. Juan Pérez de la Riva, le qualifie comme « l’idole » du quartier particulièrement mal famé de l’Horcón45, et déjà avant lui, l’écrivain Cirilo Villaverde l’avait immortalisé comme l’archétype de l’aristocrate picaresque dans le roman Cecilia Valdés. Cette position sociale était d’autant plus remarquable que le marquis commençait à connaître des difficultés financières – conséquences peut-être de sa générosité – au point qu’il dut hypothéquer sa maison46. Si le marquis de Casa Calvo poussait à l’extrême le rôle de tribun de la plèbe, que l’on pouvait parfois attribuer à un aristocrate d’Ancien Régime, Ramiro Guerra rappelle que la comtesse de Fernandina passait pour la plus belle femme de la saccharocratie, régnant à l’autre extrême de la société, sur les élégances et les divertissements, ce qui donnait à ses recommandations le pouvoir d’ouvrir toutes les portes47. Entre le domaine d’influence du marquis de Casa Calvo et celui de la comtesse de Fernandina, la saccharocratie imposait son ascendant sur presque toute la société.

  • 48 AGI, Papeles de Cuba, leg. 2138b.

21En effet, le 5 décembre 1824, le commandant Antonio de Parreño y Rodríguez del Toro, cousin de Francisco de Arango y Parreño reconduisait, sous les ordres du lieutenant-colonel, une partie de leur régiment à la caserne lorsqu’il aperçut le capitaine Francisco de Rivera48. Il l’apostropha violemment, sous prétexte qu’assis sur une chaise le capitaine n’avait pas daigné se lever pour saluer la troupe. Devant la brutalité et la soudaineté de l’attaque et en présence de nombreuses personnes, Rivera dont la valeur militaire avait été reconnue par l’attribution de l’ordre de San Hermegildo, fut enclin à répliquer et tenir tête à son supérieur. L’affaire s’envenima au point d’inciter les protagonistes, qui se sentirent chacun victime, à rédiger un rapport destiné au capitaine général afin d’obtenir réparation. Les deux versions de l’incident sont fort différentes, mais se rejoignent sur le fait que les plaignants se connaissaient et ne s’appréciaient pas. Le capitaine général, pour tirer l’affaire au clair, demanda une analyse des témoignages et tous, depuis celui du lieutenant-colonel jusqu’à ceux de simples soldats, confirmèrent la version de Parreño, ou bien se cantonnèrent dans une position de neutralité. Rivera se défendit alors en accusant les témoins d’avoir été tous influencés par le commandant qui les aurait convoqués la veille de leur audition dans sa maison. Que cette dernière accusation soit vraie ou fausse est secondaire, il est évident que si Parreño n’avait pas été en mesure de circonvenir les témoins, Rivera aurait très certainement employé un autre moyen de défense. En définitive, bien que l’on ne sache comment l’affaire se termina, la défense de Rivera est à elle seule un témoignage éloquent du grand pouvoir dont jouissaient encore les hacendados à cette époque.

22Il apparaît ainsi que la saccharocratie conserva tout le fondement de sa puissance à La Havane, durant les dernières années du règne de Ferdinand VII. Mieux encore, la désaffection entre le monarque et les élites n’était qu’une apparence, quoique plus discrets, les liens étaient plus raffermis que jamais.

23D’autre part, les rêves de Ferdinand VII de reconquête de l’Empire américain étaient d’un prix exorbitant, alors que les caisses de l’État étaient vides. Dans l’équation de la réalisation de ce rêve le financement restait la principale inconnue. En se proposant de fournir la solution, l’aristocratie havanaise demeurait une pièce indispensable sur l’échiquier politique.

  • 49 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 301.
  • 50 Ibid.

24Ferdinand VII en avait parfaitement conscience. C’est la raison pour laquelle, dès le 12 février 1824, le surintendant Francisco Javier Arambarri était destitué et l’intérim assuré par Francisco de Arango y Parreño qui, nonobstant, conservait sa place et son traitement de ministre du Conseil des Indes. Arango, avec du talent, de l’énergie et son sens politique, parvint en quelques mois à augmenter considérablement les rentes fiscales. Pour cela, il réduisit les dépenses de fonctionnement de l’administration et s’attaqua activement à la contrebande49. Et ceci avec d’autant plus d’énergie que la mesure ne pouvait provoquer des grincements que chez les négociants car le commerce échappait complètement à la sphère d’influence des hacendados. Le succès fut tel que Ferdinand VII plaça Arango en position très favorable pour s’opposer à la création de nouveaux impôts comme le voulait son collègue le ministre des finances Luis López Ballesteros y Varela50. En quelques mois Arango prouva l’efficacité de la gestion créole et c’est sans aucune difficulté que, lorsqu’il dut renoncer à son poste de surintendant par intérim pour des raisons de santé, il convainquit le roi de nommer à sa place en 1825 son ami Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos, familier de la fonction pour en avoir déjà occupé l’intérim lui aussi deux années plus tôt. À la différence que, cette fois, il ne s’agissait plus d’une nomination intérimaire.

  • 51 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva.
  • 52 Enciclopedia universal illustrada, article « Martínez de Pinillos, Claudio ».

25Personnage influent, Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos était le fils de l’un des trois grands commerçants auxquels Ferdinand VII donna un titre. Les débuts de sa carrière ont été remarqués avec son ferme engagement dans la guerre d’Indépendance et son constitutionnalisme de façade en 1823. Le roi avait bien mesuré la véritable teneur de cette prise de position puisqu’il accepta de recevoir l’hommage de fidélité de La Havane que Pinillos, en tant que fondé de pouvoir de cette dernière, lui transmit à Madrid en février 182451. Peut-être qu’ayant ainsi fait la connaissance du roi, il en gagna en partie la confiance. Ramiro Guerra le présente comme un ami de Ferdinand VII à qui il aurait prêté de l’argent sur ses fonds propres, mais l’historien ne s’appuie sur aucune source d’archive. L’absence de papiers se justifierait par le fait que le roi n’aurait pas besoin de signer une reconnaissance de dettes, surtout s’il voulait tenir secrètes certaines de ses relations avec la saccharocratie. Légende ou vérité, ce furent les sommes qu’il présenta au monarque qui lui apportèrent tout le crédit dont il put jouir et, à la tête des finances cubaines, Pinillos put apparaître comme un véritable génie. Lorsqu’il prit ses fonctions, les rentes de Cuba produisaient à l’Espagne 2.000.000 de pesos. Douze ans plus tard, la contribution annuelle était de 37.000.000 pesos52. Pour parvenir à ce résultat, il refondit complètement le système douanier : en réduisant considérablement les taxes il parvint ainsi à décourager l’importante contrebande et à accroître davantage encore les échanges. Ce sont ses succès de grand argentier qui permirent aussi à Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos de succéder à Francisco de Arango y Parreño, vieillissant et malade, en tant que représentant de la saccharocratie. Même si les deux hommes avaient une personnalité et des ambitions fort différentes.

26Arango ayant une pensée politique et économique plus développée, tandis que Pinillos le surclassait par ses talents d’administrateur tout en recherchant les marques ostensibles du pouvoir – ils personnifièrent chacun à leur façon et à leur moment, l’ancrage havanais auquel s’amarrait le lien de la relation entre la monarchie et Cuba.

  • 53 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 543.

27Aussi talentueux que put être Pinillos, il ne fut pas le seul artisan de cet accroissement des rentes. L’origine principale est à rechercher dans la fabuleuse croissance de la production de sucre en ces années. Ainsi, par exemple, pour la première fois de son histoire, en 1826, la production cubaine de sucre dépassa le seuil des 70.000 tonnes, pour ne plus en redescendre et atteignit même en 1830 près de 105.000 tonnes. Ce dernier chiffre représentait plus du double de la production de 1809 qui avait été la meilleure de la première décennie du siècle53. Plusieurs facteurs bien connus expliquent à leur tour cette augmentation : les ingenios se perfectionnaient, se dotant d’une machinerie plus complexe et mieux adaptée, la force servile était bien plus nombreuse, le nombre de plantations en grande augmentation car stimulées par les investissements de nombreux péninsulaires ou Américains, les structures commerciales pour l’écoulement du sucre étaient de plus en plus performantes, les États-Unis se montrant en particulier de riches clients. De sorte qu’en règle générale, d’un point de vue économique, la saccharocratie havanaise, continua à jouir d’une grande prospérité.

  • 54 AGP, caja 11762, exp. 40.
  • 55 AGI, Ultramar, leg. 18, exp. 17.
  • 56 « Agente de negocios » (AHN, Consejos, leg. 21115). Un autre document indique qu’il est capitaine d (...)
  • 57 « Cuantiosos desembolsos » (AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva).
  • 58 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 81.
  • 59 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.
  • 60 ANC, Escribanía de Galletti, 1827, t. I, f° 39.

28Cette prospérité lui permit de continuer de mener à bien discrètement ses affaires à la Cour de Madrid. Un document conservé aux archives du Palais royal, datant de 1824, donne un bon aperçu des procédés utilisés pour obtenir honneurs et décorations54. Depuis quelques années un certain Gaspar Soliveres – il apparaît déjà comme défenseur des intérêts de la deuxième comtesse de Gibacoa en 180755 – qui se présentait sous le titre « d’agent d’affaires56 », agissait pour le compte d’une bonne partie de la saccharocratie. En 1824, donc, il parvint à faire obtenir à un petit groupe de Havanais ou d’Espagnols établis à La Havane tout ce qu’ils désiraient : croix d’Ordres militaires, ou honneurs d’intendants et ce, en ne présentant des justifications que pour un seul d’entre eux seulement. Mais la légèreté du dossier était contrebalancée par un service financier à la monarchie. Il se trouve que le Palais du Buen Retiro souffrait de l’absence d’une séparation bien nette avec le potager du couvent voisin de San Gerónimo, ce dont se plaignaient à la fois le directeur du Palais et le supérieur du couvent. Et le Trésor royal était si épuisé qu’il semblait impossible de réunir la somme nécessaire pour remédier au problème. Gaspar Soliveres se chargea de trouver une solution générale. C’est ainsi que Nicolás Martínez de Campos y González Álamo pu rajouter au titre de comte de Santovenia qu’il venait de recevoir quelques jours plus tôt, la clé de gentilhomme de la Chambre avec entrée contre 60.000 réaux. Le document n’indique pas combien les autres personnes durent verser, mais précise que tous apportèrent leur contribution, de sorte que si le mur de séparation entre les jardins du palais et le potager du monastère put être construit, ce fut grâce à l’argent havanais. Depuis 1824, les onze titres qui furent concédés par Ferdinand VII, ou les huit selon le degré de considération que l’on porte à ceux qui furent simplement achetés, portaient explicitement pour nombre d’entre eux la marque d’une récompense pour service financier. Gaspar Soliveres, qui se chargea de faire avancer l’information de demande de titre de Bernabé Martínez de Pinillos y Sáenz, intervint peut-être également pour le conseiller, dans ses grosses contributions, dont parle la certification de mérites incluse dans l’enquête pour l’obtention du titre de comte de Villanueva57. Même Pedro José Cárdenas y Chacón et Carlos José Pedroso y Garro, pourtant issus du cœur de la saccharocratie utilisèrent les services aussi discrets qu’efficaces de Gaspar Soliveres et employèrent des moyens similaires pour obtenir, le premier le titre de comte de Campo Alegre58, et le second celui de comte de Casa Pedroso59. Et tout indique que Soliveres n’était pas le seul représentant de l’oligarchie à Madrid : Rafael Cárdenas y Chacón, se faisait représenter à partir de 1827 par un officier de la Secretaría de Ultramar (ministère d’Outremer), nommé Isidro Amoguera60.

  • 61 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 291.
  • 62 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 168.

29En somme, si après 1823, la présence de l’aristocratie havanaise à la Cour de Madrid semblait avoir disparu, son influence était peut-être plus importante que jamais. Elle se faisait simplement plus discrète. Et c’est donc en partie sur cette force financière de la saccharocratie havanaise que comptait Ferdinand VII pour reconquérir les Amériques. La désastreuse expédition de 1827, pour reprendre possession du Venezuela fut, selon Fernando Portuondo, en partie soutenue par de l’argent cubain61. Quant aux projets de reconquête de 1828 et 1830, qui devaient commencer par la reprise du Mexique, Manuel Moreno Fraginals rapporte qu’ils furent également financés à partir de prêts sur les caisses cubaines, le second projet en particulier portait la signature de Claudio Martínez de Pinillos62. Il est à noter qu’aucun aristocrate havanais ne s’engagea dans les armées royales pour reconquérir les territoires perdus. À la différence du passé, la maturité de l’aristocratie était fondée : elle n’avait plus besoin d’aller faire tuer quelques fils sur les champs de bataille pour être reconnue.

30Cette capacité de la saccharocratie à conserver des positions au sein du cabildo, son pouvoir social à La Havane et son influence à Madrid, faisaient donc apparaître sa force comme intacte. Une force avec laquelle le roi et à sa suite le capitaine général devaient composer. Cela amène à reconsidérer la portée des mesures politiques prises par Ferdinand VII.

  • 63 J. R. Navarro García, Entre esclavos y constituciones, p. 27.
  • 64 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 146, n° 7256.
  • 65 AGI, Títulos, leg. 11, exp. Tranquilidad Cubana. Le titre fut, peu de temps après, transformé en co (...)
  • 66 H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, t. I, p. 255.

31Les pouvoirs extraordinaires confiés aux capitaines généraux n’ont en rien terni la relation que la saccharocratie entretenait avec les comtes et les marquis havanais, ni diminué la puissance de ces derniers, bien au contraire. Puisqu’ils étaient les seuls à juger des mesures pouvant s’avérer bonnes pour l’Île, il ne pouvait être bien difficile de les convaincre, s’ils ne l’étaient déjà avant d’arriver à Cuba, que le maître mot de la conservation de l’ordre politique était le sucre. Effectivement, les capitaines généraux Vives y Ricafort se montrèrent affables et indolents et cherchèrent à éviter les conflits avec l’oligarchie du sucre. Au contraire, Jesús Raúl Navarro García affirme que le poids des créoles dans les décisions locales fut plus que notable durant leurs mandats63. Un signe évident de la bonne entente fut la demande de titre de Castille formulée dès 1824 par le Consulat royal en faveur de Vives, avec le nom éloquent de marquis de La Gratitud Habanera, de « La Reconnaissance Havanaise64 ». La monarchie ne donna pas son accord, certainement pour ne pas que son représentant n’apparaisse désormais comme un obligé. En revanche, en 1833, à sa sortie de charge, lorsque la municipalité de Guanabacoa renouvela la demande, la monarchie l’accepta et Vives choisit une dénomination aussi significative que la précédente : marquis de la Tranquilidad Cubana, de « La Tranquillité Cubaine65 ». D’autre part, Vives gagna tellement d’argent durant son mandat, que les Havanais prirent coutume de dire : « si vives como Vives, vivirás », « si tu vis comme Vives, tu vivras ». Selon Hugh Tomás, Vives profita de ses longues années au pouvoir pour aider ses amis, tandis que Ricafort privilégia davantage sa famille : il ne fait aucun doute, par conséquent, que les capitaines généraux retiraient quelques bénéfices de leur bonne entente avec la saccharocratie66.

  • 67 R. T. Ely, Cuando reinaba su majestad el azúcar, citant un autre ouvrage, p. 697.

32Quant à leur politique laxiste en matière de crime, elle ne put, en aucune manière, être une gêne pour des familles vivant dans des palais forteresses, puissamment armées et entourées d’une nombreuse domesticité, comme leur rang nobiliaire le commandait. Les aristocrates avaient ainsi l’habitude de faire entourer leurs palais de soldats en grand uniforme bien que cela fut contraire aux lois67. Même si tous les aristocrates ne bénéficiaient pas d’une aussi bonne réputation, parmi les criminels de La Havane, que le marquis de Casa Calvo, jamais on ne retrouva de comte ou de marquis égorgé au petit matin dans une ruelle. Les personnes les plus affectées ne pouvaient être que celles que l’on qualifierait aujourd’hui de « classes moyennes », pas assez riches pour se défendre, mais suffisamment fortunées pour attirer les convoitises des malfrats, celles justement qui étaient les plus favorables à un changement politique.

  • 68 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 69.
  • 69 « Para el servicio del Estado » (AGI, Ultramar, leg. 89).

33À La Havane, le rétablissement de l’absolutisme se fit donc dans le plus grand calme. Ce climat dura pendant toute la décennie suivante, contrastant fortement avec les scènes d’horreur et la longue répression qui affectèrent la Péninsule. Encore une fois, dans l’île du Crocodile, ne furent victimes de la vindicte royale que les personnes les plus faibles socialement. Le prêtre Varela et le poète Heredia furent proscrits, mais l’évêque Juan José Díaz de Espada y Landa, Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos, qui s’étaient déclarés constitutionnalistes, de même que José María Cárdenas y Peñalver qui avait occupé une charge dans le nouveau cabildo, ne furent pas inquiétés, au contraire. On a vu le rôle central joué par Pinillos dans le lien entre l’Espagne et Cuba ; en ce qui concerne Cárdenas y Peñalver il se vit confier le commandement d’une troupe de milices qui portait le nom éloquent de « second escadron rural de Ferdinand VII68 ». En juillet 1824, Diáz de Espada fut invité à revenir à la métropole, « pour servir l’État69 ». Était-ce une promotion sanction ? Difficile de le dire, car la demande resta lettre morte : l’évêque n’avait pas envie de partir et était tant apprécié que le capitaine général, le cabildo et tous les ecclésiastiques se mobilisèrent avec succès pour le maintenir dans la capitale cubaine.

  • 70 AGI, Ultramar, leg. 88, exp. 60.

34À la fin de son règne, Ferdinand VII, soucieux de l’alliance avec les libéraux pour assurer la succession de sa fille accorda son pardon à nombre d’entre eux, péninsulaires ou non, de sorte qu’en 1827 José Pascual Zayas-Bazán y Chacón fut restauré dans son grade de général et dans sa solde afférente, mais presque trop tard, puisque le Havanais mourut quelques mois après seulement. Plus surprenant encore, Gonzalo O’Farrill y Herrera, le ministre de Joseph Ier, revint également en grâce, mais lui aussi trop tardivement, puisqu’il mourut à Paris sans revoir jamais sa ville natale. Andrés de Arango y Núñez del Castillo, quant à lui, plus jeune, put réellement bénéficier de ce pardon en rentrant à Cuba. Parallèlement, même si le monarque n’appela aucun Havanais auprès de lui, il manifesta sa confiance envers les saccharocrates par des nominations politiques à Cuba. Celles d’Arango et de Pinillos ont été mentionnées, il faudrait y rajouter celle d’Antonio María de la Torre y Cárdenas au poste de Secrétaire politique du capitaine général, en récompense de son attitude lors de la conspiration Soles y Rayos de Bolívar70. Cette politique de prudence, d’encouragement, de réconciliation même, semble contredire celle de concession de titres, qui semblait se présenter comme la recherche d’une nouvelle alliance avec les négociants.

  • 71 AGI, Estado, leg 17. exp. 57.
  • 72 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 219-221.

35Il apparaît précisément qu’un examen plus minutieux de la politique de concession comme des carrières des trois commerçants permet d’affirmer que la vieille aristocratie ne souffrit d’aucun dédain de la part de la monarchie. Tout d’abord si José María Calvo de la Puerta y O’Farrill se vit refuser un titre, c’est qu’il avait menti dans l’information qu’il avait présentée, en disant que sa démarche ne visait qu’à récupérer un titre perdu dont jouissaient ses ancêtres. De plus, son passé trouble en Espagne du temps de l’invasion napoléonienne dut également jouer contre lui. Remarquons aussi que les tracas qui furent causés au marquis Cárdenas de Montehermoso quant à la dévolution de son habit de Calatrava avaient peut-être pour véritable motif son altération mentale. En effet, dans une longue lettre datée de février 1825 adressée au roi, Juan Bernardo O’Gavan y Guerra, désormais vicaire général de l’évêché de La Havane, se plaignait d’être victime de calomnies de la part du marquis qui résidait encore à Madrid et que dans sa ville natale on le surnommait Antonio María el Loco, « Antonio María le Fou71 ». O’Gavan insista, avec force détails, à la fois sur la conduite dépravée du marquis (il aurait ruiné sa famille dans des lupanars) et sur ses actes de folie (jetant ainsi des pierres contre le portrait du roi), qui auraient achevé de le déconsidérer parmi ses compatriotes. Par ailleurs, tous les marchands n’ont pas été récompensés d’un titre de noblesse. Si le critère économique avait été le seul retenu par la monarchie, d’autres commerçants aux fortunes considérables auraient également pu y prétendre, comme Gonzalo Luis Alfonso y Soler, ou les enfants de Bonifacio González y Larrinaga, dont Manuel Moreno Fraginals a souligné les fortunes72.

  • 73 J. F. Martínez de Campos y González-Alamo, Memoria sobre el mejor modo de fabricar el azúcar, cité (...)
  • 74 C’est le cas pour les deux derniers (AGI, Ultramar, leg. 89, exp. 164).
  • 75 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva.

36Si Martínez de Pinillos, Cuesta Manzanal et Lombillo et même l’auditeur de guerre Nicolás Martínez de Campos y González Álamo, accédèrent à la strate de la noblesse titrée, c’est que depuis longtemps, ils avaient entrepris et réussi – eux et leur parents proches – une « aristocratisation ». Cette transformation supposait avant tout d’intégrer le monde du sucre ou de la plantation. Ainsi, l’auditeur de guerre était le frère de Julián Francisco Martínez de Campos y González Alamo, l’auteur de la deuxième étude sur le sucre publiée à Cuba73, ce qui laisse supposer que la famille avait investi dans les ingenios. Pour Pinillos, Cuesta Manzanal et Lombillo, le doute n’est pas permis : même si au Consulat royal ils occupent les sièges réservés aux négociants, d’autres documents les présentent explicitement dans leur dualité de comerciante y hacendado74 et leurs investissements dans la plantation, consécration de leur réussite économique, sont parfois nettement établis : Pinillos possédait ainsi deux ingenios75.

  • 76 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 150, exp. 7426.
  • 77 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 618.
  • 78 AGI, Santo Domingo, leg. 1979, exp. 659.
  • 79 Marrero, Cuba : economía y Sociedad, t. XV, p. 12.
  • 80 AGI, Ultramar, leg. 24.
  • 81 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 551.
  • 82 AOHCH, Actas capitulares, lib. 57.

37Parallèlement, ces commerçants copièrent point par point le comportement noble des aristocrates havanais. La démarche de Bernabé Martínez de Pinillos y Sáenz est particulièrement éloquente : en 1790 il signait une pétition contre le Code Noir présentée par les principaux planteurs76. En 1792, l’année où, curieusement, la Real Hacienda lui devait beaucoup d’argent, il faisait reconnaître son hidalguía77. Il aida lui aussi financièrement la monarchie, prêtant par exemple 30 esclaves et 1.500 pesos à la fabrique de tabacs78 en 1805 et investissant beaucoup plus encore dans le maintien de la souveraineté espagnole en Amérique après 1815. Il paya le grade de capitaine de milices cubaines à deux de ses fils, Juan y Bernabé, en fournissant en même temps à la monarchie 600 fusils destinés aux expéditions ultramarines79. À la même période, un autre de ses fils, Claudio, accomplissait la brillante carrière que l’on connaît, tant à Madrid, après avoir intégré le Real Seminario de Nobles, qu’à La Havane. Le haut fonctionnaire Nicolás Martínez de Campos eut une attitude similaire, en donnant des caisses de sucre par temps de crise80 et en intégrant les rangs des chevaliers de Charles III81 en 1822 ; dès 1799 la saccharocratie l’avait reconnu comme l’un des siens en l’élisant alcalde ordinario82. Ce sont les succès de leurs démarches et de leurs transformations qui expliquent qu’aucune voix ne s’éleva contre leurs prétentions, pas même contre celle de Gabriel Calixto Lombillo y Herce qui avait acheté son titre.

38En somme, Ferdinand VII, en donnant des titres de Castille à des personnes qui n’appartenaient pas aux vieux clans havanais, ne fit que consacrer une reconnaissance déjà admise par l’oligarchie traditionnelle. Même si l’origine de la fortune était commerciale, même si celle de la naissance n’était pas havanaise, c’est en fin de compte à des individus devenus hacendados havanais que le titre était donné. Autrement dit, la politique de concession de titres de Ferdinand VII s’inscrivit toujours parfaitement dans la continuité de celle de Charles III et Charles IV. Cependant, que la saccharocratie n’ait pas protesté contre l’élévation sociale de commerçants, d’un haut fonctionnaire ou d’un autre étranger ne signifie pas pour autant qu’elle les ait complètement intégrées en son sein, qu’elle les ait assimilées.

  • 83 R. T. Ely, Cuando reinaba su majestad el azúcar, pp. 345-346.

39Au contraire, dans les années 1820, l’endogamie des familles aristocratiques créoles se poursuivit avec autant d’intensité, ou presque, que par le passé. Même les commerçants ayant réalisés les plus grandes fortunes ou les administrateurs ayant accomplis les plus brillantes carrières ne furent pas acceptés par le cœur de la saccharocratie, à deux exceptions près. La première, déjà citée en la personne de Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos : ami de Francisco de Arango y Parreño et lui succédant comme porte-parole des hacendados, immensément riche, il ne put cependant contracter une alliance matrimoniale qu’avec une famille ne faisant pas tout à fait partie de l’élite aristocratique, les Ugarte. Le deuxième contre-exemple concerne un mariage d’une toute autre portée, si singulier que Roland T. Ely a consacré quelques pages à cette union, celle du commerçant anglais James Drake avec Carlota Núñez del Castillo y Pérez de Abreu, nièce du troisième marquis de San Felipe y Santiago83. James Drake, comme le père de Claudio Martínez de Pinillos, avait amassé en quelques années une fortune colossale à La Havane, qui lui permit de vivre comme un grand seigneur, ce qui à son tour lui conféra une grande respectabilité manifestée par les visites, dans sa superbe demeure, du capitaine général, de quelques aristocrates et par l’appellation de « Don Santiago » que ces concitoyens lui avaient donné. Toutefois, deux mariages seulement entre des commerçants et des aristocrates, ne font que confirmer la continuité d’une endogamie qui n’était qu’une des facettes de la stratégie de résistance de la saccharocratie.

  • 84 ANC, Escribanía de Vergel, leg. 262, n° 10.
  • 85 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 219-221, présente et classe les principales alliances.
  • 86 Á. Bahamonde et J. Cayuela Fernández, Hacer las Américas, p. 20.

40En effet, si les planteurs avaient su conserver tout leur crédit auprès de la monarchie et leur ascendant à La Havane, il ne leur échappait pas, dans les années 1820, que ces positions étaient menacées par l’émergence du pouvoir des commerçants. Une affaire, peut-être anodine, révèle pourtant les tensions qui commençaient à se faire jour. En 1820, le comte de Casa Barreto, qui avait tenté en vain un arrangement à l’amiable, demandait par voie judiciaire au négrier Joaquín Gómez y Hano de la Vega de lui rembourser l’essentiel de la somme versée pour l’achat de quatre-vingt-douze esclaves, car la plupart étaient rapidement morts de diarrhées84. La relation économique qui unissait les aristocrates aux marchands leur était défavorable – la traite clandestine que ces derniers contrôlaient étant en particulier hautement rentable – l’évolution politique de la Péninsule ne pouvait que renforcer la puissance des négociants et leur propre politique d’endogamie représentait aussi un danger. Certes, les négriers et les refaccionistas cherchaient également à se marier entre eux pour consolider les maisons de commerce, même s’ils n’auraient certainement pas dédaigné quelques mariages avec l’aristocratie. Cependant parce que cette endogamie était une pratique bien plus récente, elle était dans l’immédiat moins dangereuse85. Pour Ángel Bahamonde et José Cayuela également, c’est bien entre 1820 et 1860 que se produit le deuxième cycle de constitution de fortunes à Cuba, cette fois d’origine marchande, après celle des hacendados86. La prosopographie confirme la tendance, on a vu que dès 1819 le trafiquant d’armes Enrique Disdier parvint à s’offrir une charge au cabildo et qu’un O’Farrill choisit d’investir dans une compagnie de transport. Face à cette menace d’être à terme supplantés, la stratégie de résistance des planteurs, particulièrement ciblée, témoigne d’une parfaite compréhension de la situation économique. L’hostilité des planteurs envers les négociants ne dépassa jamais le stade du mépris, ce qui fut, du reste, tout à fait réciproque. Les hacendados préférèrent concentrer toutes leurs forces à un travail de sape. Conscients que le commerçant n’était puissant seulement parce qu’il disposait des liquidités et des esclaves « frais » en face de fortunes fondées sur un « matériau » immobile et fragile – terres et bâtiments soumis aux caprices de la nature et main d’œuvre servile à remplacer sans cesse – les planteurs orientèrent leurs réflexions dans trois directions. Ce furent la constitution d’une banque propre, la diversification de la production, le machinisme et – pour les plus radicaux – l’abolition effective de la traite et même de l’esclavage. Une autre solution, celle de la prise en main de la traite, parce qu’elle avait déjà échoué et qu’elle s’opposait à l’abolition, ne fut jamais retentée.

  • 87 J. Le Riverend, Historia económica de Cuba, p. 231, ne lui consacre que quelques lignes, que person (...)
  • 88 R. T. Ely, Cuando reinaba su majestad el azúcar, p. 303.

41L’histoire de la banque havanaise est mal connue87. Cette lacune s’explique, probablement, par l’échec d’un organisme bancaire créole, la « Banque royale de Ferdinand VII », apparue vers 1829 et disparue en 1842. Même la date de fondation et pour celle-ci la prépondérance du père ou du fils Pinillos sont incertaines. Cette banque ne disposa jamais que de fonds assez limités, ce qui ne l’autorisa qu’à accorder des prêts assortis de très importantes garanties. De sorte que la banque des planteurs ne put jamais rivaliser avec la puissance des commerçants. Roland T. Ely cite l’étonnement du consul anglais David Turnbull dans les années 1830, devant ce qui lui semblait être un grand paradoxe : l’importance des transactions, des volumes échangés dans une cité de plus de 150.000 habitants et l’absence de tout banquier88.

  • 89 AGI, Ultramar, leg. 86, exp. 67.
  • 90 On trouvera des extraits commentés dans H. Friedlander, Historia económica de Cuba, t. I, p. 367. P (...)

42L’idée de la diversification de la production n’était pas vraiment neuve. Le comte de Mopox avait tenté vingt ans plus tôt, en plein boom sucrier, de reconstituer sa fortune en relançant la culture du tabac. En 1817, celui qui allait devenir trois ans plus tard le premier marquis de Santa Ollala avait envoyé à la monarchie quelques pièces de tissus brodées, fort joliment manufacturées, pour montrer le progrès de cet art dans l’Île89. Deux années encore plus tard, le secrétaire du Consulat royal, le planteur Wenceslao de Villa-Urrutia y Puente, prononçait un vibrant discours en faveur de la diversification de la production, mettant l’accent sur les cultures vivrières, dont le développement permettrait de mettre fin à la dépendance des commerçants péninsulaires90. Mais en fin de compte, cette volonté maintes fois affichée ne dépassa jamais le stade du projet pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que semer du blé, favoriser l’élevage ou les petites industries textiles, cela nécessitait des investissements bien moins rentables que ceux réalisés par la plantation de sucre, d’autant plus que les faibles coûts d’exportation, qu’Arango et Pinillos avaient réussi à obtenir, ne concernaient que les cultures de sucre, de café et de coton. Il était ainsi difficile, pour les planteurs, de sortir du système qui les favorisait, surtout lorsqu’ils ne parvenaient pas à trouver de l’argent pour agrandir leur exploitation et qu’ils ne pouvaient, à plus forte raison, se permettre de nouvelles orientations économiques. Ensuite et avant tout, parce qu’une condition essentielle pour faire partie de l’élite à La Havane était toujours de posséder des ingenios gigantesques : en se diversifiant, la saccharocratie aurait eu, par définition, bien du mal à conserver son identité.

  • 91 On retrouve souvent à cette époque l’expression « hijos del país ».
  • 92 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 205, a en effet claireme (...)
  • 93 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 174.
  • 94 J. R. Navarro García, Entre esclavos y constituciones, p. 35.

43C’est pourquoi, l’accent fut mis sur l’augmentation des rendements sucriers. À ce sujet, la séparation du Consulat royal et de la Junta de Fomento d’avec le Tribunal ne mit aucunement un terme à l’esprit scientifique, qui trouva refuge dans la Société Économique des Amis du Pays, conférant pour la première fois de son histoire un grand prestige à cette institution. Dans la publication qui en était l’émanation, la Revista Bimestre Cubana, commença à s’exprimer une nouvelle génération de penseurs brillants, dont les plus célèbres furent José Antonio Saco y López – originaire de Bayamo, il était disciple à la fois de Francisco de Arango y Parreño et du père Varela – Domingo del Monte y Aponte, José de la Luz y Caballero, Nicolás Manuel de Escovedo y Rivero. Tous étaient des partisans convaincus de la nécessité du maintien du lien avec l’Espagne, mais travaillèrent en même temps à l’émergence d’une conscience cubaine, à la diffusion du progrès et des sciences et de la culture dans leur Île, afin d’y favoriser à terme un gouvernement autonome. L’apparition de cette nouvelle génération de créoles est très importante dans l’histoire de Cuba. Pour la première fois, il y a une recherche de légitimation de la puissance cubaine au travers de son identité et non plus seulement grâce à sa capacité économique ou militaire. Ces jeunes poètes et penseurs se plaçaient dans la directe continuité du désir d’affirmation de l’élite créole : après avoir régné sur les terres et les hommes, elle étendait sa domination sur les lettres en plein essor. Parce que l’influence des créoles était si marquée, parce que ce désir autonomiste était si fort et qu’il regroupait chaque jour davantage de partisans, les péninsulaires furent bientôt agacés de cette revendication identitaire, au point qu’ils se rassemblèrent également en un cénacle dont l’ambition était de surpasser les créoles. Ils s’exprimèrent essentiellement dans les Anales de Ciencias, Agricultura, Comercio y Artes, dirigées par Ramón de La Sagra, un Galicien venu quelques années plus tôt pour administrer le jardin botanique. Le duel scientifique et littéraire entre Saco et La Sagra, outre qu’il passionna la société havanaise et qu’il montra la permanence d’une frontière entre créoles et péninsulaires, fut en fin de compte très bénéfique pour les « fils du pays91 », puisqu’il fit prendre conscience à un plus grand nombre des questions cubaines essentielles, aussi bien quant à la place de l’Île par rapport à l’Espagne, qu’à sa composition sociale ou aux rendements sucriers. Ainsi, Ramón de La Sagra, tout en attaquant l’amitié de Saco pour Varela, militait pour un changement technique complet dans le traitement du premier jus extrait de la canne, le vesou. Les travaux qui furent menés permirent la continuité de l’augmentation de ces rendements sucriers92. Un progrès notable fut ainsi réalisé, dans les années 20, dans la conception des moulins qui utilisèrent de plus en plus des engrenages de fer disposés horizontalement en lieu et place des moulins de bois aux mécanismes verticaux93. Cependant, en 1827, seuls 2,5 % des ingenios étaient dotés de machines à vapeur94. La technologie n’avait pas fait encore les progrès décisifs pour permettre de se passer du travail servile sans diminuer les rendements et maintenait donc ainsi la dépendance envers les péninsulaires et l’Espagne. Il fallut attendre presque la moitié du siècle pour que la machine l’emporte sur l’esclave.

  • 95 On trouvera les meilleurs extraits sans doute de ce changement radical, dans P. Tornero Tinajero, C (...)
  • 96 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 194.
  • 97 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 331.

44Malgré cette compétition défavorable, les plus éclairés des planteurs militèrent activement pour la suppression progressive de la traite, mais non de l’esclavage. La solution semblait idéale puisqu’elle coupait les commerçants péninsulaires de leurs revenus principaux, tout en incitant les planteurs à faire davantage d’efforts dans les innovations technologiques. En effet, d’une part les moins entreprenants y seraient contraints puisqu’ils ne disposeraient plus de la facilité d’acheter des esclaves, d’autre part, les sommes investies jusque-là dans ce trafic favoriseraient les recherches sur le sol cubain, concurrençant au passage les progrès réalisés en Europe. On a vu que l’idée de la suppression de la traite, née d’abord de la peur des masses serviles, n’était pas neuve et que Francisco de Arango y Parreño fut l’un des promoteurs de l’accord anglo-espagnol de 1817 sur son abolition. Dans les années 1820, bien qu’il s’était défait de son rôle de représentant de la saccharocratie au profit de Pinillos, il n’avait pas abandonné pour autant ses réflexions politiques, sociales et économiques, et demeurait au contraire à l’avant-garde du combat pour la suppression de la traite, qu’il se mit à dénoncer avec un cynisme époustouflant, lui qui l’avait tant encouragée trente années plus tôt95. Toute une littérature créole lui emboîta le pas, encouragée par Saco et Del Monte, qui y trouvèrent l’occasion de déprécier les commerçants péninsulaires en les assimilant tous à des négriers96. Mais comme tous ces auteurs étaient également fascinés par la plantation et parfaitement conscients qu’elle était le pilier de l’économie cubaine, ils relancèrent l’idée, comme corollaire de l’abolition de la traite clandestine, de l’importation massive d’un prolétariat blanc d’origine péninsulaire ou canarienne. Ce projet était ancien, il avait été insuffisamment développé au xviie siècle lorsqu’il s’était agi de défendre l’Île contre les convoitises étrangères, figurait dans les objectifs de fondation du Consulat royal en 1793 et avait été appliqué un temps dans l’ouest de Cuba par le surintendant Ramírez y Blanco, avec un succès mitigé. Connu sous l’appellation blanqueamiento de la isla (« blanchiment de l’Île »), il apparaissait pour ses promoteurs comme la panacée à tous les maux de la plantation et des planteurs. Non seulement le prolétariat blanc permettait de faire cesser la dépendance du planteur face au commerçant, faisait disparaître la menace d’une insurrection des milliers d’esclaves, libérait des capitaux pour développer le machinisme, mais en plus une population immigrante pourrait relancer à ses frais les cultures vivrières, sur des lopins de terre loués par les planteurs, manière efficace et peu onéreuse pour eux de se les attacher. Malgré tous ces avantages, les promoteurs de cette immigration blanche ne furent pas suivis par la majorité des hacendados qui préféra la solution de facilité d’avoir recours aux esclaves et aux commerçants péninsulaires, même si c’était à terme une option dangereuse. Aussi, le blanqueamiento de la isla apparut comme une idée irréalisable, en avance sur son temps. Effectivement, il fallut attendre la décennie 1840, lorsque le prix des esclaves monta en flèche suite à une véritable action concertée des puissances contre la traite, pour qu’enfin commence à se produire une immigration blanche massive. En 1832, Francisco de Arango y Parreño constatant un certain dédain du pouvoir madrilène – bien compréhensible – quant à ses idées, décida d’aller plus loin encore dans son raisonnement et transmettait au roi un mémoire qui préconisait cette fois l’abolition graduelle de l’esclavage, comprenant un plan d’indemnisation pour les propriétaires97. Ce fut, ici aussi, un projet en avance sur son temps.

  • 98 J. Pérez, Histoire de l’Espagne, p. 566.

45Ces échecs, ou plutôt ces insuccès, pour se libérer de la pression des commerçants, entrepris par les plus éclairés des planteurs, sont à relativiser : ils n’entament pas la force de la saccharocratie d’une manière décisive. Celle-ci parvint à garder toute son influence, d’une manière officielle à La Havane où son éclat resplendit toujours, d’une manière officieuse à Madrid où les rentes cubaines étaient plus que jamais appréciées. Dans le combat que les aristocrates menaient pour s’affranchir de la tutelle des commerçants, par une sorte de paradoxe, c’étaient bien eux qui étaient à la pointe du progrès et qui développaient les idées les plus novatrices et s’essayent aux nouvelles technologies. Ce sont les négociants qui, cherchant à maintenir l’esclavage, appuyés par le pouvoir madrilène, apparaissaient comme complètement rétrogrades. La monarchie, de son côté, fit montre d’une politique très ambiguë, pleine de défiance, à l’image de son monarque. Car si le lien entre les aristocrates et le roi ne fut jamais rompu, s’il se maintint discrètement à la fin du règne, si le roi continue à légitimer par des titres des homine novi déjà reconnus par la saccharocratie, Ferdinand VII fit quand même preuve d’une certaine défiance envers cette élite créole puisqu’il encouragea la pénétration de leur économie par les péninsulaires. Joseph Pérez affirme que la duplicité de Ferdinand VII était un rempart à toute fidélité98, cela incite à penser que les comtes et marquis havanais ne sont pas tant restés fidèles à sa personne propre, comme on en a l’impression pour Charles III, mais au roi absolutiste qu’il représentait. Or, cette puissance conservée, développée même depuis 1815 et orientée dans une direction réactionnaire clairement prononcée ne pouvait lui attirer que les foudres du pouvoir libéral qui succéda à la mort de Ferdinand VII. La saccharocratie dut alors affronter une opposition que jamais jusque-là le pouvoir métropolitain ne lui avait témoigné.

III. – La saccharocratie se heurte au capitaine général Tacón (1834-1838)

  • 99 À ce jour, la meilleure description de l’événement à été réalisée par J. Pérez de la Riva, Correspo (...)

46La nomination du capitaine général Miguel Tacón y Rosique, qui prit la succession de Ricafort y Palacios, fut une conséquence de l’influence libérale qui prévalut de nouveau à la Cour de Madrid, mais son départ fut la résultante de l’affrontement qu’il rechercha dès son arrivée avec les élites créoles, suivant en cela les directives du nouveau99. Ainsi, quelles énergies et quelles stratégies la saccharocratie a dû déployer pour garder son pouvoir et son influence tant à Madrid qu’à La Havane. C’est un aspect des événements qui est ignoré, très certainement à cause de la méconnaissance du groupe aristocratique dans son ensemble.

47La mort de Ferdinand VII, le 29 septembre 1833, la proclamation de sa fille, qui n’avait pas trois ans, sous le nom d’Isabelle II, comme nouvelle souveraine et de son épouse Marie-Christine comme régente ouvrit, dès le 2 octobre suivant, la période des guerres carlistes. Elles furent appelées ainsi du nom de don Carlos, le frère du défunt roi qui, arguant que selon la loi salique il devait succéder à Ferdinand VII, entraîna l’Espagne dans une période de guerres, ou plus exactement d’intenses guérillas, qui déchirèrent le pays, pour conquérir le trône. La première d’entre elles dura jusqu’en 1839. Si aucun combat n’affecta Cuba, la situation métropolitaine plaçait l’Île dans une position redoutable, déjà expérimentée par le passé, caractérisée par l’absence de roi et la prise progressive du pouvoir par le groupe des libéraux. En effet, la régente Marie-Christine, de nature facilement influençable et n’entendant pas grand-chose à la politique, était prête à tous les compromis pour assurer à sa fille la conservation de son trône. Pour cela, elle considérait que, transformer en alliance le rapprochement récemment opéré par son défunt mari avec les libéraux, aux idéaux diamétralement opposés à ceux des carlistes, était la seule solution. Si Francisco Cea y Bermúdez, le principal ministre de la régente, avait dans un premier temps essayé de temporiser entre libéraux et carlistes, donnant des gages à chacun, trois mois plus tard, devant la violence des combats, la veuve de Ferdinand VII n’eut d’autre choix que de s’engager résolument dans une voie libérale et constitutionnaliste, en confiant le pouvoir à Francisco de Paula Martínez de la Rosa y Arroyo. En 1836, la révolution de la Granja consacra la victoire des éléments les plus influents des partisans de la Constitution.

48Ainsi, avec la mort de Ferdinand VII, le lien direct entre l’aristocratie havanaise et la monarchie était rompu. Il ne passait même plus par un intermédiaire car les ministres libéraux entendaient supprimer toute forme de lien qui reconnaisse un pouvoir créole, pour le substituer par l’attachement classique d’une colonie à une métropole. Cela revenait à régir Cuba par des lois spéciales, privant ses habitants des libertés politiques que l’on entendait accorder aux métropolitains. Cette apparente contradiction, qui poussait les libéraux à appliquer une politique réactionnaire à Cuba devant s’imposer à leurs propres partisans créoles, s’explique par le fait qu’ils avaient bien compris que l’application de leurs idéaux en Amérique conduisait presque immanquablement à l’indépendance. Les premiers troubles étaient apparus avec les juntas de 1808, les premières guerres pendant la première époque constitutionnelle et le cheminement décisif vers l’émancipation durant le Trienio Liberal. La détermination des libéraux espagnols à appliquer cette politique autoritaire fut telle que jamais ils ne permirent à Varela ou José María Heredia de rentrer définitivement d’exil. L’exception que représente Tomás Gener, dont le retour fut fêté par le capitaine général Tacón, demeure un mystère. Même la révolution de la Granja ne changea pas la donne pour Cuba. Lorsque le gouverneur de Santiago de Cuba, apprit la nouvelle de cette révolution, il proclama le rétablissement de la Constitution sans l’autorisation de son supérieur Tacón. Ce dernier n’hésita pas à faire marcher des troupes contre lui, le contraignant à l’exil.

49Pour autant, si les libéraux se convainquirent qu’une forme d’absolutisme devait continuer à régner à Cuba, ils ne pouvaient concéder en plus que cela se fît au profit de la classe patricienne traditionnelle. Le ressentiment des libéraux espagnols contre les absolutistes cubains, aussi fort fut-il, ne pouvait justifier à lui seul cette nouvelle orientation. Les libéraux avaient la ferme intention de favoriser la bourgeoisie coloniale espagnole résidente à Cuba et créer des mécanismes qui puissent garantir l’intégration de l’économie cubaine en fonction du développement péninsulaire. En somme, la bourgeoisie naissante en Espagne voyait Cuba comme une source d’enrichissement fabuleuse et une chance pour financer le développement économique de l’Espagne. Il était alors illogique et anachronique de voir ces opportunités bloquées par une vingtaine de grandes familles havanaises s’accrochant à leurs plantations. Aussi, le pouvoir libéral madrilène donna à Tacón comme premier objectif d’affaiblir la saccharocratie et en second lieu d’empêcher la propagation du libéralisme dans l’Île.

50Il faut s’arrêter sur ce discrédit de la classe patricienne traditionnelle havanaise auprès du gouvernement. En mesurer l’ampleur permet de comprendre la portée des directives prises par Tacón, qui put agir sans crainte de représailles. Par ailleurs, il convient de s’interroger sur les raisons qui incitèrent la saccharocratie à ne pas verser dans le carlisme dont les valeurs, par bien des aspects, se rapprochaient des siennes.

  • 100 Il s’inscrit en cela à la suite de trois précédents, 1763-1808 (tableau 7, pp. 164-165), 1814-1823 (...)

51On peut avoir un aperçu saisissant de la progressive mise à l’écart des planteurs créoles durant l’affirmation du pouvoir libéral à Madrid au travers de la politique de concession de titres de Castille. Le tableau suivant reprend les concessions de titres à des Havanais pour la période s’étendant de 1834 à 1838100.

Tableau 16. – Comparatif des concessions de titres à l’élite créole havanaise entre 1834 et 1838

Tableau 16. – Comparatif des concessions de titres à l’élite créole havanaise entre 1834 et 1838

.

Source Tableau construit à partirdes références déjà présentes dans FICHOZ ; Actas Capitulares de l’AOHCH ; et R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, ainsi que F. J. Santa CruzyMallen, Historia de las familias cubanas

  • 101 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 259.
  • 102 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 146.

52De la fin de 1833 à la fin de 1838, quatre Havanais furent distingués. Les opinions politiques des nouveaux bénéficiaires, ainsi que celles dominantes à la Cour, eurent une part déterminante dans ces créations de titres. Le premier d’entre eux, au début de l’année 1834, sous le gouvernement de Cea y Bermúdez qui voulait donner des gages aussi bien aux libéraux qu’aux conservateurs, fut Vicente Genaro Quesada y Arango, alors capitaine général de Vieille Castille qui obtint le marquisat de Moncayo. C’était le cousin de Francisco de Arango y Parreño, qui avait comploté en 1820 pour le retour de Ferdinand VII, avait accompagné l’expédition française de 1823 et s’était illustré dans la répression absolutiste de 1824. Les deux autres furent précisément Francisco de Arango y Parreño et Felipe Fernández-Romero y Núñez de Villavicencio, distingués sous le gouvernement libéral modéré de Martínez de la Rosa. Francisco de Arango y Parreño qui dédaignait les honneurs officiels n’avait rien demandé. Vieillissant et de plus en plus malade, c’était le cabildo qui en avait formulé la demande officielle afin de récompenser un personnage qui avait consacré sa vie au service de Cuba et de l’Espagne. Le titre qui lui avait été choisi était encore une fois très éloquent : marquis de la Gratitud, « de La Reconnaissance ». Il n’est pas sûr qu’Arango apprécia le cadeau puisqu’il ne fit jamais les dernières démarches administratives nécessaires pour pouvoir légalement porter le titre101. Mais le plus significatif est sans doute que le Conseil de Régence accéda à cette faveur en souvenir de son engagement pour la création d’une junta en 1808, qui pouvait apparaître comme une forme de libéralisme. S’il n’avait pas été en si mauvaise santé, peut-être aurait-il joué dès 1834 à nouveau un rôle déterminant dans les relations entre Cuba et l’Espagne. Il est probable que cela fut envisagé par le gouvernement qui, dès cette année, l’éleva au rang de prócer del reino102, ce qui était autant honorifique qu’un titre de Castille, tout en conférant plus de pouvoir politique. Cependant, le plus brillant des représentants de la saccharocratie ne put profiter de cette opportunité puisqu’il mourut en mars 1837. Peu de choses sont connues sur Felipe Fernández-Romero y Núñez de Villavicencio qui devint en juin 1835 marquis de Casa Núñez de Villavicencio, si ce n’est qu’il était le frère d’un alcalde ordinario de l’époque constitutionnelle, ce qui autorise à penser qu’il était un des rares aristocrates à partager également des opinions libérales. De juin 1835 au début de 1838, pendant que le pouvoir libéral se radicalisait à Madrid et qu’une bataille politique était engagée entre Tacón et les saccharocrates, aucun d’entre eux ne fut promu à de telles dignités. Mais quelques mois seulement après le relèvement de Tacón de son commandement, qui eut lieu à la fin de janvier 1838, Miguel Antonio Herrera y O’Farrill devenait marquis d’Almendares.

  • 103 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 331.

53Le précédent tableau montre la coupure que représenta la révolution de la Granja de 1836 dans les relations entre l’aristocratie havanaise et le pouvoir madrilène. Mais il ne fait que traduire d’une manière somme toute subtile une situation politique beaucoup plus grave impulsée par la rue. On prend toute la mesure de la crise en se remémorant l’assassinat à l’occasion de cette révolution de Vicente Genaro Quesada y Arango, deux années seulement après avoir bénéficié des plus grands honneurs. Dès le début du mouvement, il fut arrêté par les conjurés et lynché par la foule qui promena ses oreilles à la pointe de baïonnettes dans les rues de Madrid103. Son cousin Andrés de Arango y Núñez del Castillo en fut tellement horrifié qu’il mit immédiatement un terme à sa carrière politique.

  • 104 Le vote avait eu lieu sur proposition de José María Calvo de la Puerta y O’Farrill (AGI, Títulos, l (...)

54Pourquoi, devant une telle situation, aucun aristocrate cubain, à une exception près, n’a appuyé la cause carliste, si imprégnée d’absolutisme et de valeurs d’Ancien Régime ? Le deuxième marquis de Santa Olalla fut cette seule exception, puisqu’il servit dans l’armée de don Carlos. Plusieurs raisons expliquent son engagement. Le cabildo, fidèle soutien de Ferdinand VII, l’avait félicité pour avoir proclamé la pragmatique sanction : il eût été ensuite délicat de s’en dédire104.

55Ensuite, les carlistes ne faisaient figure que d’aventuriers qui enflammaient l’Espagne, alors qu’en regard, les libéraux garantissaient l’ordre social. Nul doute que les membres du cabildo aient été bien contents que, cette fois, le gouvernement libéral ne procède pas à de nouvelles élections municipales. Même si le capitaine général était un adversaire, au moins la saccharocratie pouvait lui faire face depuis son institution de prédilection. De plus, une partie des valeurs et des intérêts carlistes, tels la défense de la foi, ou celle des petits agriculteurs, étaient fort éloignés des préoccupations de la saccharocratie havanaise. Dans la Péninsule, le carlisme ne comptant des partisans que dans les régions de petites propriétés du nord, n’avait aucune chance de trouver beaucoup de sympathisants dans les latifundios cubains. En Espagne, la haute aristocratie maîtresse des provinces du sud s’était rapidement regroupée autour de la régente, don Carlos ne pouvant compter que sur le ralliement des hidalgos et hobereaux du Nord. Le carliste cubain le plus célèbre de l’époque fut l’archevêque de Santiago de Cuba, Cirilo Alameda y Brea, encore que son engagement, comme l’a montré Juan Pérez de La Riva, ne relevait que d’un pari politique assez risqué, qu’il perdit puisqu’il dut rapidement s’enfuir de l’Île. Peut-être enfin, les aristocrates havanais ont-ils pensé, après avoir triomphé de deux périodes libérales, qu’ils parviendraient à en surmonter une troisième sans trop d’efforts et qu’il serait possible d’exploiter les faiblesses du capitaine général mandaté par le nouveau pouvoir. Si ce fut le cas, ils se trompèrent lourdement.

56Cea y Bermúdez, dans sa prudente politique de conciliation, maintint à son poste le vieux gouverneur Ricafort ; c’est la nomination de Martínez de la Rosa qui entraîna son remplacement par le maréchal de camp Miguel Tacón y Rosique. Celui-ci entra en fonction au début du mois de mai 1834. Ce n’était pas tant à cause de son amitié avec le chef du nouveau gouvernement que Tacón fut choisi, mais en fonction de trois critères qui le faisaient apparaître comme l’homme idéal pour réussir la mission que l’on voulait lui confier : ses opinions libérales affirmées, sa poigne de fer et son aversion pour les créoles, qu’il portait au moins depuis 1809 lorsque la population de Quito l’avait renversé de son siège de gouverneur et capitaine général. Ce sentiment n’avait fait que se renforcer avec les défaites qu’il avait subies dans les tentatives de reconquête du continent américain. Il n’est pas exagéré de dire qu’en prenant possession de sa charge, il entendit se venger sur la saccharocratie de tous les affronts que les créoles lui avaient fait subir jusque-là. Pour y parvenir, il disposait de deux atouts majeurs : ses appuis dans les ministères et plus encore peut-être, le maintien des pouvoirs extraordinaires confiés initialement à Vives neuf années plus tôt. Ces pouvoirs, qui avaient été si bénéfiques pour la saccharocratie quand ils furent attribués à des capitaines généraux ne cherchant qu’à lui complaire, allaient révéler toute leur nocivité entre les mains d’une administration qui lui était hostile. Les attaques de Tacón contre les créoles – on parle de taconazos – furent incessantes et multiples, portant aussi bien contre leur influence sociale, leur pouvoir économique ou encore leurs institutions politiques.

  • 105 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 39.

57Ainsi, dès son arrivée, Tacón, contrairement à ce que tous les capitaines généraux avaient fait avant lui depuis plusieurs dizaines d’années, n’invita pas les aristocrates à une réception dans son palais de la Place d’Armes. La cérémonie eut bien lieu, mais seule l’élite des marchands péninsulaires y fut conviée. Tacón renchérit en interdisant l’entrée du palais à tous les aristocrates créoles. Du jour au lendemain, posséder un titre de comte ou de marquis, non seulement ne servait plus à grand-chose dans les arcanes du pouvoir espagnol à La Havane, mais en plus se révélait être un handicap. On imagine facilement ce que dut ressentir la comtesse de Fernandina et toute l’élite havanaise devant un tel camouflet. Seul le surintendant Martínez de Pinillos y Cevallos échappa dans un premier temps à ces affronts. Tacón, n’ayant pas pour autant la prétention de gouverner seul, il lui fallait s’attacher le concours de personnes connaissant parfaitement les réalités du pays, de sorte qu’une poignée de commerçants et quelques hauts fonctionnaires, à peu près tous métropolitains, formèrent ce que l’on appela la camarilla palaciega (la « camarilla du palais »). La liste des conseillers que choisit Tacón n’a pu être définie avec plus de précision que ne le fit en son temps Juan Pérez de la Riva105. Elle ne devait pas dépasser une vingtaine de personnes. Certaines d’entre elles sont connues. On retrouve d’anciens partisans du constitutionnalisme, comme Joaquín Gómez y Hano de la Vega, ou José Ildefonso Suárez, épaulés par de nouveaux venus de grande envergure comme le négociant Francisco Martí y Torréns. Parmi ce groupe se trouvait tout de même un aristocrate vivant à La Havane depuis au moins une vingtaine d’année, José Buenaventura Esteva Grops y Samada de Escofet, fait marquis de Las Delicias en 1833. Son élection au poste d’alcalde ordinario en 1837 ne fut possible que grâce à la pression de Tacón, qui le nomma segundo cabo la même année. Ce parcours confirme que le marquis de Las Delicias ne pouvait appartenir au monde de la saccharocratie. Le créole qui travailla le plus près de Tacón fut Antonio María de la Torre y Cárdenas, dont la position sociale se situait aux extrémités de la saccharocratie. Comme il était le chef du Secrétariat Politique des capitaines généraux depuis plus de vingt ans, il fut probablement maintenu à son poste pour l’aide précieuse qu’il pouvait fournir. Le principal conseiller de Tacón, le colonel Lorenzo Fernández de la Somera, était un de ses amis, mais il s’attacha aussi le concours du procureur José Antonio Olañeta, ainsi que de l’auditeur de guerre Felipe Martínez y Aragón. Tous étaient d’origine péninsulaire, il n’y avait pas manière plus claire de signifier que si le terme d’oligarchie était maintenu, il ne s’appliquerait plus aux mêmes personnes. Ramiro Guerra ajoute que Tacón

  • 106 « … Dio entrada en palacio a muchos miembros del alto y del pequeño comercio, entre los cuales se c (...)

ouvrit les portes du palais à beaucoup de membres du grand et du petit commerce, parmi lesquels il y avait de nombreuses personnes qui de par leur instruction limitée ou leur modeste position économique et sociale, sentaient une forte antipathie envers la jeunesse intellectuelle créole et la classe patricienne ou aristocratique106.

  • 107 Outre les nombreux écrits publiés de Saco, présentés et commentés, qui ont suscité de nombreuses an (...)

58L’opposition aux jeunes libéraux créoles fut en effet le second front de la politique des taconazos. José Antonio Saco, le plus brillant des jeunes intellectuels cubains, fut la première victime de cette mise au pas. Dès le 17 juillet 1834, Tacón lui signifia qu’il lui interdisait de rester à La Havane et qu’il devait demeurer à Trinidad. Les prétextes bien connus de cet exil intérieur sont multiples et ont été depuis longtemps abondamment commentés, tant Saco apparut comme le symbole de l’arbitraire du pouvoir colonial107. Saco fut exilé en premier lieu à cause de son talent et de l’influence qu’il détenait sur la jeunesse havanaise. Ses idées, en particulier celle de l’abolition de la traite, avaient heurté les péninsulaires qui l’accusaient ouvertement d’être séparatiste, tandis que l’Académie cubaine de littérature, organisme dissident de la Société Économique des Amis du Pays qu’il venait de créer avec la bénédiction de Cea y Bermúdez, alarma également une partie des oligarques. Le polémique Saco avait accusé le surintendant Pinillos d’être, en partie responsable de l’hécatombe causée par l’épidémie de choléra, en n’établissant pas de cordon sanitaire pour de ne pas porter préjudice au commerce. La publication d’un nouveau pasquin donna à Pinillos un motif pour demander à Tacón de chasser Saco, ce que fit donc le capitaine général qui profita aussi de l’occasion pour mettre sur pied une junta de censura (« une commission de censure »), dont la sévérité effraya la jeunesse libérale havanaise. Tacón ne voyait que des avantages à cette expulsion : il éloignait un ennemi, attisait les dissensions entre créoles et ménageait une entente nécessaire dans un premier temps avec le surintendant Pinillos. Ce dernier ne put que se réjouir de l’éloignement d’un de ses opposants, avant de le regretter lorsqu’il s’avéra qu’aucune entente sérieuse n’était possible avec le capitaine général.

  • 108 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 193, affirm (...)

59En effet, il apparut bien vite que Tacón ne se contentait pas de mesures symboliques, mais qu’il était bien déterminé à montrer à toute la Havane que c’était lui, et non les saccharocrates, qui gouvernait. Le capitaine général déploya une grande énergie pour nettoyer la ville de la criminalité qui y prospérait depuis la politique de tolérance instaurée par Vives. Avec Tacón, la comisión militar ejecutiva y permanente (« commission militaire exécutive et permanente »), se consacra moins à la chasse d’hypothétiques conspirateurs qu’au jugement expéditif et particulièrement sévère de tous les malfrats qui tombaient entre les mains de la police. Cette dernière fut réorganisée en une police urbaine et une autre rurale et ses effectifs renforcés par d’anciens cadres de l’armée qui y instaurèrent une discipline militaire. Les résultats furent spectaculaires : en quelques semaines la plupart des tripots et lupanars furent fermés, tandis que le nombre de vols et de crimes s’effondra. Tacón, dans le souci d’apparaître comme le seul détenteur de la force publique, réglementa le port d’armes et ordonna aux aristocrates de se séparer des soldats qui gardaient leurs palais, ce qui leur apparut comme une vexation supplémentaire. Le corollaire inévitable d’une telle politique de sévérité, aggravée par le zèle des policiers et l’engorgement inévitable des tribunaux fut une série d’abus et d’injustices. Le marquis de Casa Calvo, qui avait continué à essayer de protéger une partie de la pègre, en s’élevant contre les abus de la politique de Tacón, finit par subir le même sort que Saco. Comme son père avant lui, il fut condamné à l’exil et comme lui, mourut sans jamais revoir Cuba108. À la différence notable que les motifs n’étaient pas les mêmes : son père avait trahi en 1808 le roi d’Espagne à la faveur d’une invasion étrangère, lui, s’était simplement opposé à un capitaine général.

60Le marquis de Casa Calvo ne fut pas qu’une simple victime collatérale de la politique de Tacón. Son éloignement participait pleinement de la stratégie de diminution, voire de disparition de l’influence créole dans son ensemble. Cette stratégie affecta jusqu’à deux de ses institutions les plus sacrées, le cabildo et la Société Économique des Amis du Pays. Tacón accusa la municipalité de laisser mourir de faim, faute de moyens financiers, les prisonniers dont la loi lui confiait la responsabilité, se gardant de préciser que la plupart étaient des victimes de sa politique de répression. Le cabildo, pour nourrir tous ces nouveaux détenus, dut se résoudre à se défaire de quelques-uns de ses biens et peut-être à cette occasion transiger en consentant à élire à sa tête un candidat du capitaine général ; en la personne du marquis Esteva de las Delicias. Tacón imposa aussi comme nouveau directeur à la Société Économique des Amis du Pays un péninsulaire de sa confiance, après avoir annulé l’élection de Francisco de Arango y Parreño, sous le prétexte fallacieux qu’il n’aurait été qu’un homme de paille, le pouvoir devant appartenir en réalité au vice directeur, José de la Luz y Caballero.

  • 109 La traite étant un commerce clandestin depuis 1820, personne n’est en mesure de préciser avec exact (...)
  • 110 Ainsi, H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, t. I, p. 153, affirme que Tacón touchait une comm (...)
  • 111 « Su talón de Aquiles » (M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 192).
  • 112 « Un buen trapiche de bueyes es superiora uno malo de vapor » (M. Moreno Fraginals, El ingenio, p.  (...)
  • 113 Ibid., pp. 130-131.
  • 114 O. Zanetti et A. García, Caminos para el azúcar, pp. 33-36, retracent d’une superbe manière l’arriv (...)

61Dans le domaine économique, les mesures que prit Tacón heurtèrent, soit de front soit indirectement, la saccharocratie, puisqu’elles étaient destinées à favoriser les commerçants péninsulaires et à resserrer les liens avec la métropole. La principale disposition qu’il prit fut de porter la traite à des niveaux jusque-là jamais atteints109. Rien ne fut plus facile au capitaine général que d’ordonner aux gardes côtes de s’éloigner du sillage des négriers et de s’entendre avec le consul américain Nicolas Trist, également secrétaire particulier du président Andrew Jackson, auprès duquel son propre frère Francisco Tacón y Rosique était ambassadeur, pour trouver de faux passeports destinés à berner les contrôleurs anglais. Les États-Unis étant intéressés eux aussi à ce que la traite continue. Tacón en profita pour se faire rétribuer grassement, ce qui l’amena, à la différence de certains de ses prédécesseurs, à ne jamais se plaindre de son niveau de vie110. En développant la traite illégale, Tacón, selon l’expression de Manuel Moreno Fraginals visait le « talon d’Achille111 » de la saccharocratie. Certes, elle était la première à réclamer des esclaves, cependant, à long terme, l’esclavage avait des effets pernicieux. C’est d’ailleurs pourquoi elle accentua les recherches concernant le machinisme – l’abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques en 1834 étant un autre stimulant – avec cette fois un succès éclatant, le triomphe de la vapeur, mais pas là où on l’attendait. Wenceslao de Villa-Urrutia affirmait en 1838 après plusieurs essais « qu’il valait mieux un bon moulin à bœufs qu’un mauvais à vapeur112 » ; toutefois, cette même année la vapeur avait démontré d’une manière éclatante son utilité pour transporter par chemin de fer les caisses de sucre. Le développement des plantations dans l’Île avait nécessairement éloigné le lieu de production de celui d’embarcation privilégie qu’était le port havanais. Les frais d’acheminement de ces caisses grevaient pour beaucoup le bénéfice que l’on pouvait en attendre, sans compter que le transport par char à bœufs était lent, soumis aux aléas climatiques et ici encore fortement dominé par les commerçants. Ce problème ancien, qui pris des proportions cruciales au début des années 1830, fut en partie résolu le 19 novembre 1837, avec l’inauguration de la petite ligne La Havane-Bejucal ; une année plus tard exactement c’était la petite ville de Guïnes, autour de laquelle se concentraient les plus grandes plantations, qui était reliée au premier port cubain. On chiffrait alors à 70 % l’économie réalisée sur les frais de transports113. De plus, en se développant, le train permit d’amener la canne plus rapidement au moulin, ce qui était très important lorsque l’on sait que la qualité et la quantité de jus contenus dans la plante décroissent très rapidement dès qu’elle est coupée. Comme l’ont montré Oscar Zanetti et Alejandro García114, l’essentiel de ce succès revenait au surintendant Pinillos : c’est lui qui avait fait venir des ingénieurs des États-Unis pour faire la première étude technique du projet et ensuite assuré l’essentiel des gestions pour obtenir un prêt très important d’une banque anglaise. Et c’est lui aussi qui défendit bec et ongles le projet, contre l’avis de plus en plus contraire du capitaine général. C’est le chemin de fer qui fut l’occasion de leur première dispute. En Effet, Tacón s’y disait opposé pour une série de motifs de sécurité militaire dont il fut évident de démontrer qu’il ne s’agissait que de faux prétextes. En fait, son hostilité était animée par trois raisons moins avouables. La première est qu’il tenait à défendre les privilèges des transporteurs péninsulaires qui amenaient le sucre des ingenios au port. La seconde est qu’il cherchait à paralyser les travaux jusqu’à ce que soit restituée, à la fonction de capitaine général, la présidence de la Junta de Fomento, ôtée trois ans plus tôt : d’une part Tacón aimait le pouvoir pour le pouvoir, d’autre part, il savait qu’il contrôlerait ainsi bien mieux les saccharocrates. Enfin, il n’est pas impossible qu’il fut poussé par une sourde jalousie envers ces créoles qui implantaient un train à Cuba alors que l’Espagne n’avait pas posé une seule traverse. Pourtant, dès le 12 octobre 1834, la monarchie avait donné son accord… Tacón retarda le projet… mais ne put l’empêcher.

  • 115 Et aujourd’hui Plaza Vieja.

62Tacón eut plus de chance dans la construction de trois nouveaux marchés, destinés à réorganiser l’alimentation de la ville, même si une nouvelle fois il se heurta à quelques aristocrates. Plutôt que d’engager à cet effet des fonds publics et d’affronter par conséquent les résistances du surintendant et du cabildo, Tacón préféra concéder une série de monopoles à des commerçants péninsulaires qui construisirent les marchés sur leurs fonds propres, en échange de la perception d’un pourcentage sur les transactions durant un certain nombre d’années, afin de récupérer leur investissement. Or, ces bénéfices étaient obtenus en obligeant les fournisseurs cubains à livrer leurs produits à des prix que l’administration avait fixés très bas et que les consommateurs, presque tous cubains aussi, devaient payer en revanche au prix fort. Comme il avait été décidé qu’un de ces principaux marchés devait se tenir sur la Plaza de Fernando VII, anciennement Plaza de la Constitución115, des aristocrates qui y possédaient quelques biens plus qu’ils n’y vivaient, décidèrent de s’opposer à la construction des nouveaux ouvrages, en se plaignant de la mesure auprès du gouvernement métropolitain. Il semble que les protestations de Juan Montalvo y O’Farrill, de Gabriel Cárdenas y Veita et du deuxième comte de San Esteban Cañongo avaient, avant tout, pour but de récupérer un certain ascendant social et nuire à leur ennemi. Le but fut peut-être atteint, mais il est certain que les marchés furent construits.

  • 116 Ce titre se traduirait par « Représentation adressée au capitaine général contre l’exil de Saco ». (...)
  • 117 J. M. Féliz de Arrate, « La Habana, Llave del Nuevo Mundo ».
  • 118 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, pp. 191-195.

63Les saccharocrates n’étaient pas les seuls à opposer une résistance au capitaine général, la jeunesse créole libérale le combattit à sa manière, avec les armes dont elle disposait : celles du discours, de la culture et de l’éloquence. José de La Luz y Caballero avait été immédiatement et tacitement reconnu par l’intelligentsia créole comme le successeur de Saco. Sa Representación dirigida al capitán general contra el destierro de Saco116, fut un clair avertissement à Tacón de l’organisation d’une résistance à son arbitraire. Celle-ci se traduisit par la cessation immédiate de la plus grande partie des travaux de coopération, plus ou moins directe, de la jeunesse illustrée avec le gouvernement colonial et la suspension de La Revista Bimestre dès que fut confirmé le châtiment de son directeur José Antonio Saco. La jeunesse créole s’engagea dans une sorte de mouvement de « cubanité », appelé « siboneysme », du nom des Indiens qui peuplaient originellement l’Île, afin de se différencier de l’Espagne et de sa culture. Fut ainsi publié un manuscrit qui aurait été écrit en 1761 par le regidor José Martín Feliz de Arrate ayant pour titre La Habana, Llave del Nuevo Mundo ; qui était une véritable ode à Cuba et à la société créole117. Si l’authenticité du manuscrit est discutée, il est certain que sa publication correspondait à un acte politique, s’inspirant parfaitement de ce courant identitaire. D’autres écrits, dans lesquels s’illustra particulièrement Domingo del Monte y Aponte, allèrent plus loin, exprimant le sentiment d’oppression et de trahison de la part de l’Espagne, dénonçant aussi l’esclavage, eurent alors beaucoup de succès auprès du public118. Ainsi, par incidence, la politique de Tacón fut un sérieux encouragement au sentiment nationaliste avec lequel désormais, les hacendados allaient devoir compter également.

  • 119 Les deux statues ont été déplacées selon les époques. Aujourd’hui on trouve la première le long du (...)
  • 120 Aujourd’hui officiellement avenue Salvador Allende, mais l’ancien nom est toujours le plus employé.
  • 121 Si le nom du théâtre est actuellement Teatro Nacional de Cuba, celui de la gare n’a pas changé.

64Tacón répliqua par une politique de grands travaux destinée avant tout à réaffirmer le prestige de la mère patrie. Mais il trouva sur son chemin le surintendant Pinillos, qui lui aussi disposait de fonds, pour affirmer le génie cubain, autrement dit le pouvoir créole. Il s’ensuivit une sorte de concours de constructions urbaines entre les deux personnages qui passionna, ou inquiéta par leur coût, les Havanais, mais dont le promeneur d’aujourd’hui peut encore admirer les belles réalisations. Ainsi, quand Tacón érigea une somptueuse fontaine de marbre, dite de Neptune, allusion directe à la monarchie, Pinillos répliqua en en construisant une plus belle encore, dite de l’Indienne, allusion non moins directe à « l’américanité119 ». Tacón fit construire un champ de mars pour les parades militaires, éleva sur l’avenue Carlos III120 les « colonnes d’Hercule » et dans le but de vaincre l’aristocratie dans le monde des arts qu’elle considérait comme son apanage, érigea un superbe théâtre que la voix populaire nomma rapidement « Teatro Tacón ». Pinillos quant à lui ne se contenta pas de relier par chemin de fer les plantations au port, il édifia une imposante gare, qui porta le nom de sa titulature nobiliaire « Villanueva », dont il avait hérité en 1829121. Moins symbolique, mais plus efficace pour montrer la domination de l’Espagne, Tacón fit construire la plus grande prison de toute l’Amérique latine. En terme de superlatifs et de constructions, le capitaine général sortit vainqueur de la confrontation avec le surintendant. Pourtant, ce fut une victoire à la Pyrrhus, car, tandis que Tacón devait recourir aux travaux forcés des prisonniers, aux innombrables amendes, qui finirent par lui aliéner la sympathie que les péninsulaires lui avaient dans un premier temps accordé, Pinillos préféra employer l’argent qu’il tirait des recettes fiscales pour gagner la guerre à Madrid.

65Il était évident en effet que la victoire devait se gagner à Madrid et qu’elle ne serait effective que lorsque le gouvernement relèverait Tacón de son commandement ; aucune autre solution n’était possible. Il était bien entendu inutile de tenter une insurrection armée, toujours par crainte d’un embrasement des plantations. Inutile d’attendre du gouvernement qu’il ne dicte une politique plus conciliatrice au capitaine général, ce dernier était tellement rempli de préventions et doté de tous les pouvoirs qu’il eût été capable de ne pas tenir compte des nouvelles recommandations. Assassiner Tacón n’aurait été qu’une pause avant qu’un autre personnage à la poigne aussi dure ne le remplace. Il y eut certes un embryon de tentative d’assassinat contre la personne du capitaine général, mais les comploteurs n’appartenaient pas au monde des intellectuels ou des aristocrates. Seul son rappel pouvait amener un changement radical de la politique gouvernementale concernant Cuba.

66À l’évidence cet objectif ne pouvait être réalisé sans une alliance des conservateurs et des libéraux créoles. Leurs réactions séparées avaient montré leur inefficacité. Même si une alliance paraissait contre nature, elle avait pour avantage de présenter une complémentarité des forces et une base commune : la revendication autonomiste. Sur ce dernier point, la différence entre les deux groupes résidait dans le fait que les aristocrates voulaient conserver les apparences d’un lien colonial, car le décorum monarchique qui l’accompagnait confortait leur identité, tandis que les libéraux aspiraient à une franche délégation de pouvoirs. Pour fondamentale que fût cette différence, la complémentarité des forces des deux groupes n’en était pas moins un atout de poids. Les aristocrates avaient la puissance de l’argent, les libéraux celle du verbe, avec l’assurance que si l’on ne faisait pas cas des plaintes des conservateurs contre l’arbitraire de Tacón, les leur trouveraient pour les écouter des oreilles complaisantes à Madrid. Il n’y eut aucune proclamation commune, aucun pacte officiellement scellé, mais quelques mois après l’expulsion de Saco de La Havane, auquel avait succédé le début de l’affrontement personnel entre Pinillos et Tacón, on put voir s’ébaucher une répartition des tâches et une stratégie commune. On peut considérer la construction de la fontaine de la « India », comme le symbole de cet accord, car, pour la première fois dans son histoire, la saccharocratie revendiquait une « américanité », qui temporisait ses racines de conquistadores, réelles ou supposées, toujours exaltées jusqu’alors.

67Trois chefs s’imposèrent naturellement : Pinillos pour les aristocrates, car son poste clef dans l’administration, son influence dans les ministères que tout le monde devinait, sa personnalité même et cette reconnaissance déjà acquise le désignaient à cette place. Luz y Caballero devait animer la résistance libérale à La Havane, tandis que Saco, par son éloquence, sa force de persuasion et son statut de victime était chargé de dénoncer à Madrid l’arbitraire de Tacón. Pour cela il devait sortir de son confinement à Trinidad. Francisco de Arango y Parreño, sur le compte duquel même Tacón ne pouvait médire, fut chargé d’aller négocier auprès de ce dernier un passeport. Ce fut la dernière action et la dernière victoire du vieux et rusé Arango. Saco, après avoir fait mine de s’installer aux États-Unis, puis en Angleterre, dès la fin de l’année 1834 résidait à Madrid.

  • 122 AOHCH, Actas capitulares, lib. 119.

68Il se forma dans la capitale espagnole un groupe de personnes d’origines sociales et d’affinités politiques différentes, la plupart originaires de Cuba ou y ayant passé le plus clair de leur vie, qui mirent en commun leurs forces pour déloger Tacón. Ce groupe discret n’eut d’autre dénomination que celui que Tacón lui donna : le Club de los Habaneros Desleales (« Club des Havanais déloyaux »). Sans le réseau d’informateurs bien renseignés du capitaine général, qui alimentèrent les dénonciations que fit Tacón auprès du gouvernement madrilène, il est possible que la composition du groupe soit restée secrète. Mais grâce à ces mouchards, les personnes composant ce « club » qui se réunissaient dans les salons du regidor de La Havane Juan Bautista Montalvo y Núñez del Castillo, fils du deuxième comte de Casa Montalvo, sont donc identifiables. On pouvait y croiser les exilés Saco et le marquis de Casa Calvo, l’ancien alcalde ordinario de 1834, Anastasio Carrillo de Albornoz y Arango122, l’ancien député Andrés de Arango y Núñez del Castillo, Sebastián Kindelan y O’Regan, ancien capitaine général de La Havane par intérim, connu pour ses idées libérales. Le groupe avait des ramifications à Cadix, où il imprimait des milliers de pasquins contre Tacón qu’il faisait ensuite diffuser sous le manteau dans toute l’Île.

  • 123 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 48, édition (...)

69La dénonciation ouverte à Madrid, puisque les lois libérales le permettaient et clandestine à Cuba, à cause de la censure, étaient en effet la première des activités du groupe. Et celui-ci ne prit pas plus de ménagement avec Tacón que le capitaine général n’en avait usé avec les créoles puisque bien souvent il fut dénoncé comme carliste. C’était complètement faux, mais il est connu que la portée de la diffamation est proportionnelle à l’accusation. Les Havanais de Madrid, interprétant à leur manière certains événements comme la fuite de l’archevêque de Santiago, faisaient courir la rumeur que Tacón appuyait la cause de don Carlos, afin d’être proclamé en cas de victoire de ce dernier, rien de moins que vice-roi de Cuba. Tacón était aussi accusé officiellement d’impiété dans le journal madrilène La Abeja123 ; et de son côté Pinillos lui reprochait de gaspiller l’argent public par une politique urbanistique ruineuse et même d’avoir dépensé des sommes pharaoniques dans l’expédition militaire qu’il avait menée pour réprimer la proclamation de la constitution à Santiago de Cuba. Le capitaine général répliquait à ces attaques par des courriers secrets adressés au gouvernement dans lesquels il se justifiait et dénonçait les visées de ces Havanais déloyaux, qui n’avaient d’autre but que l’indépendance de l’Île. Le gouvernement soutint sans aucune restriction son représentant à Cuba jusqu’en 1837, ne reculant devant aucune démonstration éclatante. La plus spectaculaire fut bien sûr l’expulsion des députés cubains des Cortès.

  • 124 Juan Pérez de la Riva et Ramiro Guerra y Sánchez divergent quant à sa position sur l’échiquier poli (...)

70Car l’autre volet de la politique de résistance à Tacón avait été l’élection de députés, afin que leurs plaintes soient officiellement entendues et que le détail de la politique vexatoire et arbitraire de Tacón émeuvent les Cortès libérales. Martínez de la Rosa désireux de donner une constitution à l’Espagne, avait décidé la création d’une assemblée constituante, séparée en deux chambres de représentants, la première désignée par la Couronne, la seconde dénommée Instamento de Procuradores, élue par les ayuntamientos. Insistons sur le fait que le but des assemblées n’était pas de légiférer, mais de définir les nouvelles règles de la vie politique en Espagne. Tacón s’opposa à la désignation de députés, mais Madrid lui demanda de ne pas user de ses pleins pouvoir pour interdire le scrutin. Dès cette première élection apparaît nettement l’alliance entre libéraux et conservateurs contre le capitaine général, lesquels s’entendirent pour faire élire Juan Bautista Montalvo y Núñez del Castillo, de là sa présence à Madrid. Pendant les quasi deux années de son mandat, de 1834 à 1836, il ne cessa de dénoncer publiquement la politique de Tacón, travaillant ses textes en collaboration avec Saco et le « club des Havanais ». En avril 1836 de nouvelles élections eurent lieu qui augmentaient la représentation cubaine à trois députés, deux pour La Havane, un pour Santiago. Encore une fois dans la capitale cubaine les libéraux s’allièrent aux conservateurs pour réélire Montalvo et proclamer aussi Andrés de Arango y Núñez del Castillo. Ce dernier, bien qu’appartenant à une famille patricienne, avait été durant un temps défenseur du libéralisme au point de subir la vindicte de Ferdinand VII124. La puissance de l’organisation cubaine fut telle qu’elle parvint depuis Madrid à faire élire José Antonio Saco comme représentant de Santiago. Ce succès, qui blessa profondément Tacón, fut sans lendemain puisque le 15 mai les Cortès furent dissoutes. Deux mois plus tard Andrés de Arango, Montalvo et Saco furent de nouveaux élus, mais les élections se virent encore une fois annulées suite au soulèvement de la Granja.

71Si les tentatives du capitaine général pour invalider les deux premières législatures (au motif certain que les péninsulaires résidant dans l’Île étaient lésés, ou improbable selon lequel Saco était un factieux), échouèrent, Tacón parvint à triompher après le scrutin d’octobre 1836. Lors de celui-ci, la représentation cubaine avait encore été augmentée avec l’élection d’un député pour Puerto Príncipe. Ce dernier fut un certain Francisco de Armas y Carmona, sur lequel les renseignements sont faibles, si ce n’est qu’il n’était pas un adversaire déclaré de Tacón. Une nouvelle fois Montalvo et Saco avaient été élus, mais Andrés de Arango y Núñez del Castillo, choqué par l’assassinat de son cousin Vicente Genaro, ne s’était pas représenté ; il avait été alors remplacé par un libéral convaincu et déjà célèbre, Nicolás de Escovedo. Il peut apparaître surprenant que la saccharocratie envoie à Madrid pour la représenter un de ses opposants. L’explication est simple : après deux années sans résultats de dénonciations officielles aux Cortès de la part de Montalvo, les aristocrates cubains étaient convaincus que l’élection de députés ne servait à rien, pire encore qu’elles pourraient leur être défavorable. La conséquence de cette révolution pour Cuba était qu’elle posait clairement le problème de l’implantation du constitutionnalisme dans l’Île. Il ne s’agissait plus seulement de changer la relation politique entre l’Espagne et Cuba, mais encore de mettre fin à l’Ancien Régime dans la perle des Antilles. Saco ainsi qu’Escovedo militaient activement pour l’implantation du constitutionnalisme dans l’Île. Pour la saccharocratie cela représentait à brève échéance la perte rapide de leur puissance et la domination des commerçants qu’ils soient créoles ou péninsulaires. Non seulement les planteurs se désintéressèrent de la dernière campagne, laissant gagner Escovedo, mais, comme Tacón, mirent tout en œuvre pour la faire annuler. Tacón s’appuya sur l’exemple du soulèvement libéral du capitaine général de Santiago pour montrer combien ces idéaux amenaient l’anarchie à Cuba. Ses nombreux rapports insistaient sur le fait que le constitutionnalisme entraînerait immanquablement la perte de l’Île.

  • 125 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 543.
  • 126 N. Fernández de Pinedo Echevarría, Comercio exterior y fiscalidad, pp. 185-186.
  • 127 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 86, et R. G(...)
  • 128 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 351.
  • 129 J. A. Saco y López, Paralelo entre la isla de Cuba y algunas colonias inglesas.
  • 130 Voir à ce sujet l’analyse de ce pamphlet par J. Opatrný, « Política colonial de Gran Bretaña en la (...)

72Mais ce fut le représentant des hacendados, Pinillos, deuxième comte de Villanueva, qui parvint à convaincre les ministres. Cela lui fut relativement facile car d’une certaine manière il devint en 1836 la caution financière de l’Espagne. Du fait de la guerre civile et de la mauvaise gestion, le gouvernement était au bord de la banqueroute. Dans le même temps la production de sucre cubain s’envolait, l’Île demeurant le premier exportateur mondial, et les prix augmentèrent jusqu’en 1837, date à laquelle apparut la concurrence de la betterave européenne. Toutefois elle ne devait pas encore inquiéter les producteurs de sucre. En 1838, Cuba produisit plus de 136.000 tonnes de sucre125, contre à peine 5.500 en 1759. D’autre part, l’Île se situait aussi aux premiers rangs mondiaux pour les exportations de café, d’eau-de-vie, de cire, de miel et de tabac. Tout cela fournissait une manne de rentes pour le surintendant Pinillos, naturellement doué pour les finances. Nadia Fernández de Pinedo Echevarría a montré qu’entre 1833 et 1838, l’argent cubain envoyé en Espagne a été multiplié par cinq et que d’importants prêts gratuits, gagés sur les rentes de l’Île, ont financé la cause d’Isabelle dans les guerres carlistes126. C’est grâce à la confiance personnelle que le comte de Villanueva inspirait, ainsi qu’aux garanties que représentaient les rentes cubaines, que le gouvernement anglais favorisa des prêts pour l’État espagnol127. Une rumeur disait que Pinillos était tellement puissant qu’il payait les salaires des ministres. Elle n’a jamais pu être vérifiée, mais son intervention pour annuler les élections de députés aux Cortès est prouvée. Eduardo Torres Cuevas rapporte en effet que le surintendant fit parvenir une pétition signée par 4.000 propriétaires demandant à ce que les libertés constitutionnelles ne soient pas appliquées à Cuba128. Lorsque, après de longs débats aux Cortès, les députés décidèrent, en avril 1837, que leurs homologues cubains devaient être exclus, les arguments invoqués sur le statut colonial n’étaient qu’un prétexte : l’assemblée libérale s’était rendue devant les arguments financiers des planteurs. Se sentant à juste titre trahi, José Antonio Saco publia son célèbre pamphlet « Parallèle entre l’île de Cuba et quelques colonies anglaises129 » dans lequel, en critiquant violemment l’administration espagnole, il alimenta malgré lui (car il s’en défendit toujours) le courant politique favorable à une annexion de Cuba par les États-Unis130. Ce faisant, il ne fit que se discréditer auprès des parlementaires madrilènes et même les plus réticents d’entre eux finirent par se convaincre qu’il valait mieux laisser gouverner les planteurs.

  • 131 E. Valdés Domínguez, Los antiguos diputados de Cuba, p. 23.
  • 132 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 85.
  • 133 AOHCH, Actas capitulares, lib. 60.
  • 134 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 168.
  • 135 AOHCH, Actas capitulares, lib. 118.
  • 136 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 184.

73Dès lors, la position de Tacón apparut plus fragile et quelques semaines après l’expulsion des délégués, une directive madrilène enjoignit au capitaine général de s’entourer d’une junta oficial (« commission officielle »), de seize notables, composée de onze péninsulaires et de cinq créoles. Eusebio Valdés Domínguez131 a retranscrit cette liste et le commentaire qu’en fait Juan Pérez de la Riva est contestable132. Pour lui, des cinq créoles, le seul jouissant d’un certain relief serait le comte de Fernandina. C’est faire bien peu de cas de l’influence du cinquième marquis de San Felipe y Santiago qui possédait le plus vieux titre de l’Île et les honneurs de Grand d’Espagne. José María Peñalver y Cárdenas n’était certes pas titré et s’il ne comptait pas parmi les premières fortunes de l’Île, il appartenait à un des plus puissants clans de La Havane. Rafael O’Farrill y Herrera présentait un profil similaire, plus avantageux même, puisque la saccharocratie l’avait élu alcalde ordinario133 en 1805 et teniente de prior134 en 1812. Le dernier n’était personne d’autre que Carlos José Pedroso y Garro, comte de Casa Pedroso depuis peu, lui aussi alcalde ordinario135 en 1833, teniente de síndico136 l’année suivante et millionnaire depuis quelques temps. Cette entrée spectaculaire de l’aristocratie dans l’entourage du capitaine général amorça sa fin. Les aristocrates victorieux contre les Cortès entendaient bien compléter leur victoire à La Havane. De leur côté, les créoles libéraux, s’ils n’étaient pas en mesure de s’opposer aux conservateurs, entendirent au moins se venger de Tacón. La dernière attaque des créoles, en deux fronts séparés, sans concertation, mais utilisant la même arme, celle de l’argent, eut raison du capitaine général en quelques semaines.

  • 137 Selon J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 88, u (...)

74Bien qu’exclus des Cortès, les députés cubains disposaient encore d’une certaine influence reposant sur leur réseau de relation classique et sur les richesses de quelques personnages venus grossir leur rang, en particulier les marchands Domingo Aldama y Arrechaga et José Luis Alfonso y Soler. Ceux-ci rétribuèrent grassement le déplacement à Cuba d’un député péninsulaire, Alejandro Oliván y Borruel, qui dénonça à son retour à Madrid les exactions de Tacón137. Ils payèrent aussi les dénonciations d’autres députés et Oliván ajouta devant ses pairs que cette politique autoritaire pourrait décider Pinillos et les latifundistes à ne pas accorder les prêts dont la monarchie avait besoin. Tacón, devant ses attaques, donna plusieurs fois ses lettres de démission accompagnées du commentaire prophétique qu’après son départ, la voie vers l’indépendance serait ouverte. Il ne continua pas moins de maintenir une main de fer contre tous ceux qu’il considérait comme ses ennemis et c’est lorsqu’il commit l’erreur de s’attaquer directement aux affaires privées du surintendant que celui-ci lui donna le coup de grâce. Tacón décida en effet, sous prétexte de déficiences dans le service, de la fermeture de la compagnie de navettes à vapeur qui reliaient La Havane à la petite ville de Regla dans laquelle Pinillos avait investi beaucoup d’argent. À son tour, Pinillos présenta sa démission. Le gouvernement n’hésita plus bien longtemps : en janvier 1838 il finit par rappeler Tacón, évoquant des raisons de santé. Pour le capitaine général, les apparences furent sauvées ; il reçut même en 1840 le titre de marquis de l’Unión de Cuba et sept années plus tard, ce marquisat fut transformé en duché et grandesse.

75Entre temps, pour complaire aux aristocrates havanais, Madrid nomma comme nouveau capitaine général, Joaquín de Ezpeleta y Enrile, né à La Havane, du temps où son père occupait déjà ce poste. Petit, il avait certainement côtoyé les enfants de la saccharocratie en train de s’affirmer, en 1825 il avait assuré l’intérim de Pinillos comme surintendant des finances. Il était en quelque sorte un familier. Quelques mois plus tard la concession d’un titre de Castille à un Herrera était le clair indicateur de la reprise de la politique traditionnelle de la monarchie engagée depuis 1763 envers les élites havanaises. Ainsi, quatre années après le renouveau libéral en Espagne, la victoire et l’euphorie des planteurs conservateurs havanais furent totales.

  • 138 ANC, Gobierno Superior Civil, leg. 941, exp. 33 186.
  • 139 I. Roldán de Montaud, La restauración en Cuba, p. 102.

76Cependant, cette victoire ne doit pas cacher l’aspect de fragilité qui s’est renforcé au long des dernières années pour le groupe aristocratique. Le signe le plus évident a été l’alliance nécessaire qu’il dut passer avec les créoles libéraux. L’émergence de la puissance financière de ces derniers, même si elle ne fut pas déterminante, en est un autre indicateur. Dès le début du xixe siècle, certaines familles ont donné à ce sujet des signes de faiblesse, quand elles n’ont pas été ruinées. Il est vrai que dans l’ensemble la puissance financière de la saccharocratie s’est maintenue au moins jusqu’au mandat du capitaine général Tacón. Cependant, à partir des années 1820, ce sont les commerçants qui constituent, en peu de temps, les plus belles fortunes. La prééminence financière et même terrienne – car les négociants rachètent les ingenios – de la saccharocratie est à la fin de la période menacée. En 1842, le capitaine général lançait une enquête concernant les conditions de vie des esclaves auprès d’une liste choisie d’hacendados. Si les trois premiers à y figurer étaient Rafael O’Farrill, le marquis de Arcos et le comte de Fernandina, ils étaient immédiatement suivis par les grands commerçants Domingo Aldama y Arrechaga, Jacinto González y Larrinaga et Joaquín Gómez y Hano de la Vega138. Inés Roldand de Montaud, qui dresse la liste des vingt-deux plus grands propriétaires pour l’année 1859, ne dénombre que trois noms de famille de la vieille oligarchie : Barreto, Cárdenas et une nouvelle fois O’Farrill, qui en occupe le sommet139.

  • 140 ANC, Escribanía de Cotés, leg. 62, nº4.
  • 141 La tendance est particulièrement nette dans les manuels de généalogie qui montrent que les familles (...)
  • 142 « Burguesía esclavista industrial y comercial » (M. del C. Barcía Zequeira, « Tácticta y estrategia (...)

77Mais le plus grave sont les conséquences en 1838 de la stratégie d’endogamie menée depuis plusieurs générations et à quelques exceptions près, toujours maintenue : la menace d’une extinction biologique est devenue une réalité que l’aristocratie ne pouvait dissimuler. Peut-être que les excès du marquis Cárdenas de Montehermoso, s’ils étaient avérés, étaient un témoignage de la dégénérescence due à la consanguinité ? Le troisième comte de Vallellano, qui avait hérité du titre de son frère ne semblait pas non plus, aux dires de son épouse, être un mari exemplaire, bien au contraire. En effet, peut-être pour échapper à cet appauvrissement du sang, il se maria par procuration à une veuve péninsulaire, lui faisant miroiter une vie de rêve. Arrivant au port, elle découvrit un homme à la conduite dépravée et qui la laissait sans secours. Raison pour laquelle elle demandait en 1830 au tribunal que le comte la loge, lui donne une domestique et 100 pesos mensuels140. Il est certain que l’extinction biologique doit être prise en compte pour expliquer que les hacendados soient peu à peu supplantés par les commerçants. C’est aussi certainement à cause de ce problème que le cabildo, à partir de 1824, dut ouvrir ses portes à nombre d’homine novi et que le monarque a donné des titres de Castille aux plus « aristocratisés » des commerçants. Le système politique et social mis en place à partir de 1763 avait besoin de sang neuf, à condition qu’il fût bleu. Mais il ne semble pas que le renouvellement fut suffisant, tandis que la saccharocratie persévéra jusqu’aux années 1850 sa politique d’endogamie. Ce n’est qu’alors qu’elle commença à s’ouvrir plus amplement aux autres aristocraties européennes141 et même à s’unir avec des dynasties de marchands, pour commencer à former alors ce que María del Carmen Barcía Zequeira appelle une « bourgeoisie esclavagiste, industrielle et commerciale142 ».

78Cette menace d’extinction biologique se remarque grâce à l’indicateur de la transmission de titres employé dernièrement. De 1824 à 1838, seize titres sont transmis au sein de la saccharocratie, de la manière suivante :

Tableau 17. – Typologie des transmissions de titres entre 1824 et 1838

Tableau 17. – Typologie des transmissions de titres entre 1824 et 1838

Source Tableau construit à partir des données fournies par R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas. Les grandesses n’ont pas été comptabilisées, à l’exception de celle jointe au titre de comte del Castillo.

79Comme on le voit, durant cette période 25 % des titres de Castille sont passés dans des branches collatérales, ou dans d’autres familles. La succession en ligne directe de père en fils, ne concerne à peine plus qu’un cas sur deux. Et cette tendance s’est considérablement accentuée lors des décennies suivantes pour les possesseurs d’un titre en vie en 1838. Ceux-ci le transmirent de la façon suivante :

Tableau 18. – Typologie des transmissions de titres détenus en 1838

Tableau 18. – Typologie des transmissions de titres détenus en 1838

Source Tableau construit à partir des données fournies par R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.

80Il apparaît que 50 % seulement des titres ont été transmis de père en fils, plus de 37 % sont passés dans des branches collatérales, ou dans d’autres familles. Et plus significatif encore, cinq titres, ceux de comte de Macuriges, de Vallellano, de Santa María de Loreto, de marquis de Santa Olalla et de Moncayo ont été déclarés vacants.

81Ainsi, en 1838, l’alliance qui avait été tissée entre l’oligarchie havanaise et la monarchie en 1763 semblait compromise à tous les niveaux. Le pouvoir madrilène reconnaissait toujours la force de la saccharocratie, mais la subissait plus qu’il ne l’exploitait et tandis que la monarchie était contestée par les guerres carlistes, la saccharocratie connaissait un lent mais sûr déclin. Dès lors, jusqu’à quand et selon quelle nouvelle alliance pourrait durer l’attachement de Cuba à l’Espagne ?

Notes

1 F. Pérez Guzmán, « Cuba y Puerto Rico ».

2 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 297.

3 Une analyse plus complète de la situation est fournie par A. J. Kuethe, « El éjercito criollo y la fidelidad cubana ».

4 La « grande légion de l’aigle noir ». On en trouvera un résumé dans F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 294, et dans l’article de P. Estrade et A. Pérotin-Dumon, « Les Antilles espagnoles ».

5 A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, pp. 71-72.

6 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 101.

7 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Campo Florido.

8 Enciclopedia universal illustrada, article « Arango y Núñez del Castillo, Andrés ».

9 AHN, Órdenes militares, Calatrava, leg. 106 moderno.

10 « Comisión Militar Ejecutiva y Permanente ».

11 On en a une copie dans G. Eguren, La fidelísima Habana, p. 225.

12 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 389.

13 « Las tarifas de las abominaciones ». C’est dire si les Cubains se rendaient compte de leur dépendance de plus en plus grande des États-Unis.

14 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 318.

15 Ils faisaient partie d’un lot de quatre titres donnés par le roi au monastère Nuestra Señora de Montserrat en 1816 (AGI, Títulos, leg. 2 exp. Casa Lombillo).

16 AGI, Ultramar, leg. 24.

17 ANC, Protocolos notariales, Protocolo de Hacienda 1786-1790, ffos 59 et 353.

18 AGI, Santo Domingo, leg. 197.

19 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva.

20 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1891.

21 ANC, Asuntos políticos, leg. 106, sign. 9.

22 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 126.

23 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 59. Malheureusement il n’est pas précisé à qui l’argent fut prêté.

24 Ibid., p. 222.

25 « Según voz pública » ; le dossier de l’instruction de son titre, conservé aux archives des Indes, ne contient essentiellement que des brouillons (AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Lombillo).

26 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 164.

27 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 169.

28 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 172.

29 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 59.

30 AOHCH, Actas capitulares, lib. 101.

31 L. Marrero, Historia económica de Cuba, t. XV, p. 12.

32 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

33 Ibid. Il improvisa des hôpitaux de fortune, accueillit lui-même les malades, présida les œuvres de charité et ceci en épargnant au maximum les fonds publics.

34 AOHCH, Actas capitulares, lib. 110.

35 AOHCH, Actas capitulares, lib. 116.

36 AOHCH, Actas capitulares, lib. 110.

37 AOHCH, Actas capitulares, lib. 114.

38 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 240.

39 AGI, Ultramar, leg. 82.

40 F.J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 77.

41 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, pp. 373-374.

42 AHN, Consejos, leg. 21130.

43 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 49.

44 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 123.

45 « El ídolo », J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 53.

46 ANC, Escribanía de Galletti, t. I, año 1827, f° 906.

47 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 351.

48 AGI, Papeles de Cuba, leg. 2138b.

49 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 301.

50 Ibid.

51 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva.

52 Enciclopedia universal illustrada, article « Martínez de Pinillos, Claudio ».

53 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 543.

54 AGP, caja 11762, exp. 40.

55 AGI, Ultramar, leg. 18, exp. 17.

56 « Agente de negocios » (AHN, Consejos, leg. 21115). Un autre document indique qu’il est capitaine de milices provinciales, mais sans plus de précisions (AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva).

57 « Cuantiosos desembolsos » (AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva).

58 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 81.

59 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.

60 ANC, Escribanía de Galletti, 1827, t. I, f° 39.

61 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 291.

62 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 168.

63 J. R. Navarro García, Entre esclavos y constituciones, p. 27.

64 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 146, n° 7256.

65 AGI, Títulos, leg. 11, exp. Tranquilidad Cubana. Le titre fut, peu de temps après, transformé en comte de Cuba.

66 H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, t. I, p. 255.

67 R. T. Ely, Cuando reinaba su majestad el azúcar, citant un autre ouvrage, p. 697.

68 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 69.

69 « Para el servicio del Estado » (AGI, Ultramar, leg. 89).

70 AGI, Ultramar, leg. 88, exp. 60.

71 AGI, Estado, leg 17. exp. 57.

72 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 219-221.

73 J. F. Martínez de Campos y González-Alamo, Memoria sobre el mejor modo de fabricar el azúcar, cité par M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 720.

74 C’est le cas pour les deux derniers (AGI, Ultramar, leg. 89, exp. 164).

75 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Villanueva.

76 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 150, exp. 7426.

77 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 618.

78 AGI, Santo Domingo, leg. 1979, exp. 659.

79 Marrero, Cuba : economía y Sociedad, t. XV, p. 12.

80 AGI, Ultramar, leg. 24.

81 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 551.

82 AOHCH, Actas capitulares, lib. 57.

83 R. T. Ely, Cuando reinaba su majestad el azúcar, pp. 345-346.

84 ANC, Escribanía de Vergel, leg. 262, n° 10.

85 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 219-221, présente et classe les principales alliances.

86 Á. Bahamonde et J. Cayuela Fernández, Hacer las Américas, p. 20.

87 J. Le Riverend, Historia económica de Cuba, p. 231, ne lui consacre que quelques lignes, que personne n’a véritablement cherché à amplifier.

88 R. T. Ely, Cuando reinaba su majestad el azúcar, p. 303.

89 AGI, Ultramar, leg. 86, exp. 67.

90 On trouvera des extraits commentés dans H. Friedlander, Historia económica de Cuba, t. I, p. 367. Plus récemment, un article de A. M. Calavera Vaya, « El sistema crediticio español en el siglo xix y su reflejo en Cuba », apporte quelques compléments intéressants.

91 On retrouve souvent à cette époque l’expression « hijos del país ».

92 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 205, a en effet clairement démontré que, de 1784 à 1834, la constante augmentation de la rentabilité de la production cubaine repose à la fois sur l’accroissement du nombre d’ingenios, sur leur agrandissement, mais aussi sur la hausse de la capacité productive de chaque cavalerie de terre.

93 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 174.

94 J. R. Navarro García, Entre esclavos y constituciones, p. 35.

95 On trouvera les meilleurs extraits sans doute de ce changement radical, dans P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 100-103.

96 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 194.

97 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 331.

98 J. Pérez, Histoire de l’Espagne, p. 566.

99 À ce jour, la meilleure description de l’événement à été réalisée par J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, dans l’introduction qu’il a consacrée à la présentation des courriers officiels du représentant de la monarchie. Cependant, l’auteur n’ayant pu réprimer une certaine partialité, la question est traitée de manière plus objective dans R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, pp. 340-406. Les lignes qui suivent s’inspirent en grande partie de ces deux sources.

100 Il s’inscrit en cela à la suite de trois précédents, 1763-1808 (tableau 7, pp. 164-165), 1814-1823 (tableau 9, pp. 285-286) et 1824-1833 (tableau 15, pp. 331-332), et l’ensemble formé par les quatre récapitule tous les titres de Castille concédés par les monarques espagnols entre 1763 et 1838.

101 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 259.

102 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 146.

103 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 331.

104 Le vote avait eu lieu sur proposition de José María Calvo de la Puerta y O’Farrill (AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo).

105 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 39.

106 « … Dio entrada en palacio a muchos miembros del alto y del pequeño comercio, entre los cuales se contaban numerosas personas que por su limitada instrucción o su modesta posición económica y social, sentían fuerte antipatía hacia la juventud intelectual criolla y la clase patricia o aristocrática » (R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 356).

107 Outre les nombreux écrits publiés de Saco, présentés et commentés, qui ont suscité de nombreuses analyses dans des articles, plusieurs ouvrages plus complets lui ont été consacrés. Parmi eux, ceux de P. de Agüero, Don José Antonio Saco ; E. Torres-Cuevas, José Antonio Saco ; et A. Arroyo, José Antonio Saco. Une bonne et courte analyse de ses écrits, postérieurs à son expulsion de l’île du Crocodile, se trouve dans L. Navarro García, « Patriotismo y autonomiso en José Antonio Saco ».

108 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 193, affirme qu’il mourut en octobre 1837 à Madrid.

109 La traite étant un commerce clandestin depuis 1820, personne n’est en mesure de préciser avec exactitude le nombre d’esclaves introduits à Cuba depuis cette date, mais toutes les études s’accordent sur deux éléments : il fut très élevé – certains indicateurs, comme la prospérité de maisons de commerce ou des témoignages sur la domesticité le prouvent – et entretenu par les capitaines généraux.

110 Ainsi, H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, t. I, p. 153, affirme que Tacón touchait une commission équivalente à 100 % du prix de chaque esclave importé. J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, a chiffré à 400.000 pesos la somme qu’aurait rapporté à Tacón la protection de ce trafic durant son mandat.

111 « Su talón de Aquiles » (M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 192).

112 « Un buen trapiche de bueyes es superiora uno malo de vapor » (M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 176).

113 Ibid., pp. 130-131.

114 O. Zanetti et A. García, Caminos para el azúcar, pp. 33-36, retracent d’une superbe manière l’arrivée du train dans la plantation cubaine.

115 Et aujourd’hui Plaza Vieja.

116 Ce titre se traduirait par « Représentation adressée au capitaine général contre l’exil de Saco ». Ses plus célèbres écrits ont été édités : Obras de José de la Luz y Caballero : Escritos Literarios.

117 J. M. Féliz de Arrate, « La Habana, Llave del Nuevo Mundo ».

118 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, pp. 191-195.

119 Les deux statues ont été déplacées selon les époques. Aujourd’hui on trouve la première le long du goulet du port, la seconde près du Capitole.

120 Aujourd’hui officiellement avenue Salvador Allende, mais l’ancien nom est toujours le plus employé.

121 Si le nom du théâtre est actuellement Teatro Nacional de Cuba, celui de la gare n’a pas changé.

122 AOHCH, Actas capitulares, lib. 119.

123 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 48, édition du 2 février 1836.

124 Juan Pérez de la Riva et Ramiro Guerra y Sánchez divergent quant à sa position sur l’échiquier politique. Le premier, interprétant une lettre de Domingo del Monte, en fait un partisan de Tacón. C’est doublement improbable puisque le cabildo n’aurait jamais élu un de ses opposants et que son amitié pour Saco était avérée. Il est vrai que le parcours politique sinueux du personnage prête à confusion.

125 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 543.

126 N. Fernández de Pinedo Echevarría, Comercio exterior y fiscalidad, pp. 185-186.

127 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 86, et R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 376, s’accordent sur ce point.

128 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 351.

129 J. A. Saco y López, Paralelo entre la isla de Cuba y algunas colonias inglesas.

130 Voir à ce sujet l’analyse de ce pamphlet par J. Opatrný, « Política colonial de Gran Bretaña en la argumentación de José Antonio Saco ».

131 E. Valdés Domínguez, Los antiguos diputados de Cuba, p. 23.

132 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 85.

133 AOHCH, Actas capitulares, lib. 60.

134 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 168.

135 AOHCH, Actas capitulares, lib. 118.

136 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 184.

137 Selon J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 88, une lettre le prouve, mais l’auteur ne donne pas la somme exacte.

138 ANC, Gobierno Superior Civil, leg. 941, exp. 33 186.

139 I. Roldán de Montaud, La restauración en Cuba, p. 102.

140 ANC, Escribanía de Cotés, leg. 62, nº4.

141 La tendance est particulièrement nette dans les manuels de généalogie qui montrent que les familles de la vieille aristocratie cherchent alliance avec les aristocraties européennes ou intègrent des États-uniens.

142 « Burguesía esclavista industrial y comercial » (M. del C. Barcía Zequeira, « Tácticta y estrategia de la burguesía esclavista de Cuba », définition p. 112

Table des illustrations

Titre Tableau 15. – Comparatif des concessions de titres à l’élite créole havanaise entre 1824 et 1833
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits Source AGI, Títulos de Castilla, leg. 2, 4, 12b, et F. J. Santa Cruz y Mallen, Historia de las familias cubanas, ainsi que R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 16. – Comparatif des concessions de titres à l’élite créole havanaise entre 1834 et 1838
Légende .
Crédits Source Tableau construit à partirdes références déjà présentes dans FICHOZ ; Actas Capitulares de l’AOHCH ; et R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, ainsi que F. J. Santa CruzyMallen, Historia de las familias cubanas
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 17. – Typologie des transmissions de titres entre 1824 et 1838
Crédits Source Tableau construit à partir des données fournies par R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas. Les grandesses n’ont pas été comptabilisées, à l’exception de celle jointe au titre de comte del Castillo.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Tableau 18. – Typologie des transmissions de titres détenus en 1838
Crédits Source Tableau construit à partir des données fournies par R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search