Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Troisième partie. La résistance du bastion havanais (1808-1838)

Chapitre VIII. De la réaction absolutiste à la nouvelle révolution libérale (1814-1823)

Texte intégral

1En 1814, à son retour, Ferdinand VII retrouvait l’Espagne et l’Empire américain dans une situation calamiteuse. Dans la Péninsule, aux pertes humaines, aux bâtiments et ouvrages d’art détruits, s’ajoutaient les élevages décimés, les cultures ravagées, les quelques industries brûlées et le commerce désorganisé. La situation financière était désastreuse : l’argent d’Amérique n’arrivant plus, les juntas, afin de payer l’effort de guerre, avaient dû bafouer le droit régalien pour émettre leurs propres espèces, dont le titre était si mauvais qu’elles les plaçaient en concurrence très défavorable par rapport aux monnaies françaises et anglaises qui circulaient en plus grand nombre encore. Le pouvoir politique du roi était désormais réduit et borné par les paragraphes de la Constitution. Les artisans libéraux de cette évolution qui dominaient les Cortès avaient pris un tel goût à l’exercice du pouvoir qu’en dépit du retrait des troupes françaises, ils n’avaient jamais fait mine de vouloir rétrocéder la puissance dont ils s’étaient investis. Puissance qu’ils ne semblaient, par ailleurs, pas savoir utiliser car, en bien des endroits de l’Espagne régnait une anarchie propice au développement de repaires de bandits. En Amérique, la situation n’était meilleure qu’en apparence. Certes, seule la vice-royauté du Río de la Plata, qui se faisait appeler Argentine, semblait définitivement perdue, cependant des affrontements continuaient dans d’autres territoires. En juin 1813, Bolívar, avait menacé d’exterminer au Venezuela tous les partisans de la souveraineté espagnole et semblait vouloir tenir parole. Enfin, si la plupart des élites créoles se disaient prêtes à reconnaître Ferdinand VII, c’était à la condition impérative de conserver la part d’autorité qu’elles s’étaient appropriées dans les juntas.

2Or, Ferdinand VII n’avait justement d’autre ambition que d’assumer le pouvoir plein et entier tel qu’il aurait dû l’hériter de son père. Lui qui avait été si impatient de régner au point de fomenter un coup d’État contre Charles IV ne pouvait se contenter d’un pouvoir limité, et même contesté en Amérique. Cette revendication de légitimité s’accompagnait de la conviction intime, partagée par la plupart des autres monarques européens, que tous les malheurs subis depuis plus d’une vingtaine d’années tenaient à la remise en question de l’Ancien Régime. La Révolution française était le fruit des Lumières qui avait à son tour engendré Napoléon. Les ambitions de ce dernier avaient rompu le lien traditionnel entre Ferdinand et le peuple, plongeant l’Espagne dans la ruine et l’Empire dans le chaos.

  • 1 J. Pérez, Histoire de l’Espagne, p. 522.

3En rentrant d’exil, le roi d’Espagne ne voyait donc, comme autre remède aux problèmes auxquels il était confronté, que revenir à l’ordre qui prévalait avant 1808. Mais ce n’est pas parce que la solution était simple que Ferdinand VII avait pour autant une vision simpliste du problème : il savait très bien qu’il lui serait difficile de se faire obéir, tant en Espagne qu’en Amérique, de toutes les personnes qui avaient adhéré à l’idée d’une monarchie constitutionnelle. La tâche qui en elle-même était ardue, prise en main par Ferdinand VII semblait plus rude encore, car le nouveau souverain était par nature peu enclin aux négociations et préférait essayer de vaincre ses opposants par la violence plutôt que d’essayer de les convaincre par la parole. Cependant, comme l’a rappelé Joseph Pérez1, Ferdinand VII agissait en fonction des rapports de force : bien moins sot qu’on ne l’a souvent présenté, il savait plier sous le nombre pour ne pas céder et attendait d’être en position dominante pour attaquer. Aussi, en 1814, avant de lancer l’offensive de restauration de l’Ancien Régime dans la Péninsule, prit-il soin de bien mesurer les forces dont il disposait. Au premier rang d’entre elles figurait ce qui semblait être un large soutien populaire. Hormis une minorité de personnes qui avait pris fait et cause pour les Bonaparte, c’était presque tout le peuple qui avait contribué à chasser les Français, pour voir revenir sur le trône d’Espagne Ferdinand VII, auquel il avait donné le surnom d’el deseado, « le désiré », surnom qui proclamait cette lutte et cette attente du roi légitime. Sans le connaître, le peuple avait magnifié le roi et présenté son retour comme le signe de la fin des malheurs, mais n’avait aucunement réfléchi à l’organisation politique qu’il conviendrait d’adopter. Cette lacune favorisait les plans de Ferdinand VII. Seules les élites avaient entamé la réflexion, mais toutes n’étaient pas d’accord. Le roi pouvait compter sur l’Église et la haute aristocratie, dont les rôles sociaux ainsi que les valeurs essentielles avaient été menacés par les libéraux. Ceux-ci, finalement grands commerçants, riches bourgeois, intellectuels, habiles orateurs, semblaient assez isolés malgré leur domination dans les Cortès. Enfin, le roi pouvait compter aussi sur l’appui des autres monarques, groupés dans la fameuse Sainte Alliance qui venait de se constituer pour porter secours au premier d’entre eux qui verrait son autorité contestée par un retour des idéaux de la France révolutionnaire.

4Bénéficiant de tels soutiens, la réaction de Ferdinand VII fut très brutale. Certes, un Ordre royal du 30 mai 1814 autorisait toutes les personnes exilées ayant servi Joseph Ier à revenir et reprendre possession de leurs biens, à l’exception d’une liste de proscrits. Il faut croire alors que cette liste fut bien longue et bien confuse, puisque la répression qui commença à partir de mai 1814 ne fit pas de distinctions entre afrancesados et libéraux, tous coupables aux yeux du souverain et de ses thuriféraires d’avoir attenté à l’ordre divin. Si le roi n’alla pas jusqu’à prononcer de peines de mort, ce fut pour complaire à l’Angleterre, à qui il devait tant et qui était attachée, comme on le sait, au régime libéral. Mais les prisons se remplirent « d’opposants » et nombre de chefs militaires, qui s’étaient couverts de gloire contre les aigles napoléoniennes, durent prendre le chemin de l’exil à cause de leurs sympathies libérales.

5Pour les territoires américains, Ferdinand VII n’envisagea pas de buts ni de moyens différents. Ceux qu’il considérait comme ses ennemis étaient facilement reconnaissables tant ils avaient pu exprimer leurs idées depuis 1810, voire 1808. Tant pis pour les partisans de l’indépendance ou de l’autonomie qui, devant la crainte de soulèvements indigènes, s’étaient tardivement ravisés pour afficher alors un loyalisme espagnol éclatant. Pour Ferdinand VII, celui qui avait hésité une fois avait montré que la trahison était vissée dans son âme et il fallait s’en débarrasser. Mais une telle politique répressive n’était pas aussi aisée en Amérique que dans la Péninsule. Ferdinand VII y disposait d’un bien moins large soutien populaire tandis que les créoles qui avaient manifesté leurs ambitions politiques dominaient largement l’économie et étaient particulièrement bien structurés. De plus, le roi ne pouvait compter ici avec l’aide d’aucune autre puissance : l’Angleterre ayant à cœur de voir s’effondrer l’Empire espagnol, avait convaincu les autres puissances signataires de la Sainte Alliance de ne pas intervenir dans les affaires américaines. Dans ces conditions, le désir de châtier les « traîtres » ne pouvait que favoriser de nouvelles guerres entre partisans et opposants de l’indépendance. Ferdinand VII pensait la gagner grâce à deux atouts. Le premier était la formidable armée qu’il avait réussi à rassembler malgré les difficultés financières et le triste état de l’Espagne dès 1815 et qu’il confia au maréchal de camp Pablo Morillo. Le second n’était autre que l’aide qu’il escomptait des créoles partisans de l’absolutisme.

  • 2 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Fernandina.

6Parmi eux, en première ligne se trouvait l’oligarchie havanaise qui ne s’était pas compromise dans une junta et qui avait partagé avec le roi la souffrance de l’application des idéaux libéraux. Cette oligarchie apparaissait aux yeux de Ferdinand VII comme un allié de choix. Outre sa fidélité et son intérêt à conserver l’ordre ancien, elle était particulièrement riche et dominait sans partage une île qui pouvait – comme par le passé – servir de base arrière pour la reconquête militaire du continent. Il fallait donc tendre la main à cette élite qui, justement, n’avait d’autre désir que d’y déposer un baiser de respect. L’oligarchie, qui n’avait jamais eu à regretter l’alliance de 1763, souhaitait également devant la complexité et les dangers des évolutions politiques, renforcer avec Ferdinand VII les liens tissés autrefois avec son père et son grand-père. La situation en 1814 différait toutefois par deux aspects de celle de 1763. Tout d’abord, comme les planteurs n’avaient plus besoin d’être convaincus des bienfaits d’une collaboration étroite avec le roi, il n’était pas nécessaire d’établir des négociations à ce sujet. L’oligarchie connaissait très bien maintenant les rouages de l’administration, maîtrisait parfaitement les subtilités de l’économie de plantations et ses revendications étaient formulées depuis longtemps. L’autre différence avec 1763 c’est que cette fois, ce ne fut pas le roi qui chercha à rencontrer les planteurs, mais bien eux qui vinrent à sa rencontre à Madrid. En effet, lorsque Ferdinand VII fit son entrée triomphale dans la capitale, une partie de son attelage avait été payée par Gonzalo Herrera y Santa Cruz2. Du reste, l’un d’entre eux, le maréchal de camp José Pascual Zayas-Bazán y Chacón, qui avait été libéré en même temps que le roi, accompagna ce dernier durant son voyage de retour en Espagne.

7La période, qui s’étend de la reconquête du pouvoir par Ferdinand VII en 1814 jusqu’à la fin de la période libérale en 1823, voit se former le renouvellement et les premiers aléas de cette alliance. Durant ces années, la monarchie et l’oligarchie cubaine partagèrent les préoccupations similaires que furent la lutte contre les libéraux – de nouveau victorieux de 1820 à 1823 – les tentatives de reconquêtes du continent, ou bien encore la difficile question de l’abolition de l’esclavage. Par ailleurs, durant cette période, l’oligarchie dut gérer ses premières crises internes d’ordre politique et familial. Comprendre ces années complexes ne peut se faire sans l’examen de la façon dont ont été consolidés les liens entre les élites havanaises et la monarchie. Quelle fut la réalité du pouvoir créole et de quelle manière les questions de l’esclavage et de la reconquête militaire ont-elles pu être traitées ? La période pendant laquelle fut rétablie la constitution entre 1820 et 1823, appelée Trienio Libéral, doit faire l’objet d’une attention particulière parce qu’elle marque un moment singulier. Enfin, les difficultés spécifiques à l’élite aristocratique devraient faciliter la compréhension de la nature des liens entretenus avec la monarchie au cours de cette époque.

I. – Honneur et fidélité : la politique de distribution de grâces

  • 3 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.
  • 4 Ibid.

8Pour comprendre le prix attaché aux marques de faveur que Ferdinand VII distribua à l’élite havanaise, il faut d’abord préciser le sort réservé à Gonzalo O’Farrill y Herrera et au marquis de Casa Calvo, ces Havanais qui avaient embrassé la cause bonapartiste avec le plus de ferveur. La mort de María Teresa Montalvo y O’Farrill, en 1812, la fit échapper à toute forme de sanctions. Le fils du marquis de Casa Calvo, parce qu’il était mineur au moment des faits, fut autorisé à revenir en Espagne et à la mort de son père put hériter de ses biens mis sous séquestre3. Au contraire, son père ne bénéficia d’aucune grâce, et mourut en exil à Paris en 18204, précédant dans un destin presque similaire, le ministre de la guerre qui mourut lui aussi à Paris en 1831. Ces sanctions sont une marque de la dureté du caractère du monarque, mais aussi une preuve d’autorité propice à rappeler aux aristocrates d’où venait le pouvoir et à rendre plus éclatantes encore par contraste les distinctions qu’il décerna. Des distinctions qui étaient d’autant plus attendues que, à l’exception de quelques rares ordres de chevalerie, aucune n’avait été remise depuis six longues années à cette élite qui en était pourtant si assoiffée. Répondre à cette attente ne comportait que des avantages pour le roi, puisque, outre que cela lui permettait d’affermir son capital de fidélité, cela réaffirmait avec force la division inégalitaire de la société et jetait le discrédit sur le modèle libéral, tout en faisant rentrer de l’argent dans les caisses de l’État par les taxes et impôts attachés aux titres de noblesse.

9Durant le Trienio Liberal, comme cela s’était passé pendant la première période constitutionnelle (1809-1814), aucun titre de comte, de marquis ou de Grand, ne fut décerné à des Cubains. Mais, pendant la courte période de la reprise en main absolutiste, de 1814 à 1820, ou plus précisément de 1815 à 1821 – le temps que s’achèvent les formalités administratives pour les procédures engagées – ce sont neuf grâces (sept titres, une grandesse et un honneur de grandesse) qui sont données à l’élite havanaise. Ces neuf grâces témoignent d’une distribution massive d’une ampleur égalée seulement par celle pratiquée par Charles III lors de la dévolution de La Havane ; deux demandes seulement furent refusées. Cette similitude, rapportée à l’attitude globalement passive et attentiste de l’élite, suffit pour se rendre compte que le roi n’avait d’autre but que de raffermir une alliance et qu’il ne se contentait pas de récompenser que des fidélités. Le tableau suivant, qui présente le détail de ces neuf concessions entre 1814 et 1821, essaie de donner un aperçu des ressorts de cette politique.

Tableau 9. – Comparatif des concessions de titres et de grandesses distribuées à l’élite créole havanaise entre 1814 et 1823

Tableau 9. – Comparatif des concessions de titres et de grandesses distribuées à l’élite créole havanaise entre 1814 et 1823

Source Tableau construit à partir des références déjà présentes dans FICHOZ, grâce aux sources référencées dans AGI, Títulos, leg, 1, 2, 3, 8, 9 et 10 ; AGI, Santo Domingo, leg. 1972 et 1982 ; AOHCH, Actas capitulares ; et aux précisions de F. J. Santa Cruz y Mallen, Historia de las familias cubanas.

10Dans la moitié des cas, la titulature choisie est très évocatrice des valeurs ou des idéaux des récipiendaires. Si deux personnages choisissent un titre qui évoque une de leurs plantations, Baynoa ou San Esteban Cañongo, d’autres prennent soin de le composer de telle manière qu’il rende hommage à leur souverain ou qu’il affirme le lien de loyauté envers la Couronne. Les titres de comtes de Fernandina, de San Fernando Peñalver ou Casa Ramos de la Fidelidad sont explicitement destinés à perpétuer d’une manière qui se veut éternelle l’attachement de ces familles cubaines au roi et à l’Espagne.

  • 5 AGI, Títulos, leg. 1, exp. Baynoa.
  • 6 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Fernandina.
  • 7 « … A la prudencia con que os condujisteis en el tiempo que por elección de aquella provincia ejerc (...)
  • 8 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

11Le rythme de concession régulier montre qu’elles obéissent à une politique parfaitement réfléchie, prenant l’apparence d’une distribution savamment dosée. Plusieurs critères ont présidé à ces distributions. Le plus important est d’abord d’ordre financier. Les sommes versées pendant la guerre d’Indépendance, les dons effectués pour l’écrasement des rebelles sur le continent, les donations en terre faites pour le peuplement de l’Île figurent au premier rang des motifs invoqués. Et dans tous les cas ce sont de grosses sommes qui sont en jeu. Le nouveau comte de Baynoa par exemple a cédé au ministère des finances quarante cavaleries d’excellentes terres, soit 40.000 pesos au bas mot pour installer des familles de colons5. On ne sait à combien se chiffrent les diverses donations de Gonzalo José Herrera y Santa Cruz mais elles furent élevées, car il se devait de compenser les manques de mérites personnels qui incitèrent la monarchie à lui refuser une première fois son titre en 1795. Il a déjà été souligné qu’il donna beaucoup pendant la guerre et qu’il participa au financement de l’attelage avec lequel le roi revint dans sa capitale6. Il est possible d’autre part que cette générosité puisse être considérée comme une manière de racheter la faute d’avoir été élu député aux Cortès ; la précision qu’il apporta dans son information de « s’être comporté avec la plus grande prudence » ne pouvant suffire pour Ferdinand VII7. Le titre de comte de Fernandina lui fut quand même donné, mais le roi lui dénia la grandesse qu’il demandait, préférant la remettre quelques années plus tard à son fils. Le plus bel exemple de l’importance de l’argent dans les attributions de grâces se trouve sans conteste dans la procédure qui aboutit à conférer les honneurs de grandesse au comte de Casa Barreto en 1821. Celui-ci les avait demandé comme récompense de son énergique action pour empêcher la création de la junta d’Arango. Mais la formulation de sa demande irrita profondément les autres membres du cabildo, puisqu’en voulant grandir son rôle, Casa Barreto accusait indirectement de passivité, voire d’accord tacite, les autres membres de la municipalité. La protestation unanime des regidores fut une aubaine pour la monarchie qui profita du mécontentement pour proposer à Casa Barreto les honneurs de grandesse contre la somme de 70.000 pesos, le prix d’un petit ingenio. Après quelques années de réflexion, une tentative infructueuse pour s’emparer de la grandesse de son neveu et un temps pour négocier l’échelonnement du paiement, Casa Barreto accepta finalement8 en 1821.

  • 9 Ce lien de parenté fut par ailleurs un argument de poids à l’heure de lui concéder le titre (AGI, T (...)

12Pour primordial que soit le critère de la fortune, il ne fut pas le seul, comme le laisse entendre le statut des personnes distinguées. À une exception près, toutes possédaient des plantations de canne et, pour presque la moitié, occupaient une place au cabildo. De plus, les liens de sang tiennent une place fondamentale. Les García-Barrera qui étaient arrivés dans la première moitié du xviiie siècle, bien que non apparentés à des titrés avaient passé des alliances avec les Armenteros et les Castro-Palomino, des familles anciennes de La Havane, jetant ainsi les bases d’une intégration que le roi sanctionnait en donnant à Francisco le titre de comte de Baynoa. L’oidor affecté à la nouvelle audience de Cuba, José Antonio Ramos y Fernández qui était originaire de Grana dans la province de la Corogne, intégra rapidement l’élite en épousant une femme dont la sœur était mariée au fils du marquis de Prado Ameno9. De sorte que des neuf impétrants, deux seulement, Francisco Ponce de León y Maroto, fils d’un lieutenant-colonel péninsulaire muté à La Havane et Francisco Borja Lima Muñoz y Bustamante, fermier de revenus ecclésiastiques, ne peuvent être rattachés par une alliance matrimoniale au groupe ancien. Mais tous deux étaient nés à La Havane ou dans un village proche et tandis que Lima Muñoz accédait au rang de capitaine de milices havanaises avant 1803, Ponce de León parvenait à obtenir une charge de regidor en 1810, preuves de leur acceptation dans ce groupe. En somme, durant ces huit années, même si le roi distingua des hauts fonctionnaires l’ayant bien servi, toutes les grâces tendirent à confirmer la structure politique et sociale de l’oligarchie havanaise. Ferdinand VII ne chercha pas à bouleverser les équilibres. Comme ses prédécesseurs, il se contenta de confirmer les hiérarchies que l’élite avait elle-même définies. Pour autant, le roi montra qu’il était bien le seul à sanctionner les élévations sociales, en refusant parfois d’accéder aux suppliques qui lui étaient présentées, même quand elles venaient de personnages influents ou méritants.

  • 10 AGI, Títulos, leg. 2, exp. 7.
  • 11 AGI, Títulos, leg. 2, exp. 7.

13C’est ce qui arriva à Francisco José Peñalver y Cárdenas, comte consort de Santa María Loreto, qui demandait le titre de marquis du Río Blanco, afin d’en doter sa seconde fille, la première devant hériter du titre que portait sa mère. Mais cette prétention lui fut refusée pour deux raisons. La première était qu’il manquait de mérites personnels, la seconde, plus déterminante, tenait au fait que Peñalver ne disposait pas encore des sommes dont il parlait pour pouvoir payer les impôts qui grevaient le titre qu’il demandait. Peñalver, en effet, mettait en avant dans sa demande des sommes qu’il espérait de l’héritage de son propre père, décédé trois jours plus tôt seulement. Un deuxième et dernier refus montre combien ces concessions de titres tiennent plus de l’alliance politique que de la récompense. C’est celui qui fut manifesté à Anastasio Francisco Armenteros y Zaldívar, qui pourtant s’était distingué par son héroïsme durant la guerre au point que sa demande venait appuyée d’une recommandation du général Castaños10. Le motif du refus qui n’est pas clairement exprimé est facile à deviner. Son père n’avait pas eu de réponse favorable à une pétition similaire car il avait présenté une fausse généalogie arrangée de laquelle il ressortait qu’un de ses ancêtres avait deux mères, qu’il ne possédait aucun ingenio et n’était pas marié à la fille d’une vieille famille : en somme il n’appartenait pas à l’oligarchie. De plus il partageait avec le comte consort le tort de présenter une fortune qui n’était encore qu’un probable héritage. La monarchie, en considérant que sa bravoure au feu avait été récompensée par les médailles militaires de Bailén et de Chiclana, l’ordre de San Hermenegildo11 et qu’il venait d’obtenir l’habit de Calatrava pensa qu’il n’y avait pas lieu de répondre favorablement à cette demande.

14À ce sujet, il peut paraître étonnant qu’en regard de cette grande distribution de titres, peu d’habits d’ordres militaires ou civils classiques aient été conférés de 1808 à 1823. On peut en effet considérer comme un seul ensemble cette période en incluant les années la bornant, puisque la procédure d’attribution était rapide et qu’ils continuèrent à être donnés durant le Conseil de Régence et la période libérale. On dénombre vingt-quatre habits, qui se répartissent dans les ordres militaires d’Alcántara, Calatrava, Montesa et Santiago, ainsi que dans celui de l’ordre civil de Charles III.

Tableau 10. – Nominations de membres de l’élite havanaise dans les ordres de chevalerie traditionnels entre 1814 et 1823

Ordre

Nombre dhabits distribués

Alcántara

1

Calatrava

3

Montesa

1

Santiago

5

Carlos III

14

Source Les sources utilisées pour constituer ce tableau ont été très diverses. La base FICHOZ a été complétée par des recherches personnelles dans les sections des ordres militaires à l’AHN, ainsi que par la documentation bibliographique consultée à propos des élites havanaises.

  • 12 AGI, Ultramar, leg. 32, exp. 12.

15À cela, il est des explications simples. L’habit était moins sollicité par l’élite, parce que moins prestigieux que le titre, dont il ne représentait souvent qu’une première étape dans le cheminement de son obtention et nombre de bénéficiaires des premières vagues de distributions de ces ordres étaient encore vivants. Ceux qui firent des informations pour revêtir un tel habit appartenaient pour la plupart aux anciennes familles qui n’avaient pas encore obtenu de titre, comme les Armenteros, ou bien aux cadets de familles titrées comme cela se vérifie pour Agustín Cárdenas y Chacón, le frère du marquis de Prado Ameno qui obtint l’ordre d’Alcántara. Parmi ces nouveaux chevaliers figure Francisco de Arango y Parreño qui, en 1818, obtint l’habit de Charles III, demandé depuis 180512 : force est d’admettre que les raisons de la lenteur de la procédure restent mystérieuses et de reconnaître qu’Arango n’a pas usé de son influence pour l’accélérer, mais l’on sait qu’il n’était pas non plus assoiffé d’honneurs. Il est notable, par ailleurs que l’ordre de Charles III, qui symbolise le mieux l’attachement à la dynastie des Bourbons, continue d’occuper une place prépondérante. Mais cela n’était pas suffisant pour Ferdinand VII qui tint à créer deux nouveaux ordres de chevalerie afin de tisser un lien plus personnel entre lui et les récipiendaires : ce furent les ordres de San Hermenegildo et d’Isabelle la Catholique, plus moderne que les précédents, s’inspirant de la Légion d’honneur et dont l’apparition contrebalança du reste l’ordre de San Fernando créé par le Conseil de Régence le 31 août 1811 pour encourager, au nom du monarque, la résistance nationale.

  • 13 Aujourd’hui encore, les ordres de San Fernando et de San Hermenegildo sont les plus hautes distinct (...)
  • 14 Le Museo de la Ciudad, situé dans l’ancien palais des capitaines généraux à La Havane conserve de n (...)
  • 15 « Assemblée provinciale de l’Ordre d’Isabelle la Catholique ».
  • 16 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1919.

16L’ordre de San Hermenegildo, créé dès le 28 novembre 1814, fut expressément réservé aux officiers de terre ou de mer ; le 14 mars 1815 fut institué l’Ordre d’Isabelle la Catholique destiné à honorer tous ceux, Espagnols, étrangers mais spécialement créoles américains qui avaient fait preuve de grande loyauté envers l’Espagne depuis 1808. Cependant, la guerre reprenant en Amérique, ces ordres continuèrent à être concédés pour récompenser et encourager tous ceux qui avaient embrassé la cause espagnole13. C’est pourquoi ils furent aussi pour le roi un bon moyen de consolider les liens avec les élites cubaines, d’autant plus que la détention d’un de ces ordres n’était nullement incompatible avec un habit de Charles III ou de Calatrava ; il complétait au contraire la panoplie nobiliaire. Sur un uniforme de milice pouvaient être accrochées la bande de l’ordre de Charles III, la croix de San Hermenegildo et quelques autres décorations militaires14. L’ordre d’Isabelle la Catholique était un remarquable instrument de pouvoir, par le fait qu’en 1817 fut créée une procédure nouvelle pour l’intégrer. Fut ainsi mis en place dans tous les vice royaumes et les capitaineries générales, un premier tribunal de sélection des candidats, composé des élites locales. Le roi reconnaissait ainsi officiellement à ces dernières le droit d’effectuer un premier tri, ou en quelque sorte de parrainer les candidats, ce qui constituait une nouvelle marque de confiance et d’estime. Pour La Havane, en 1817 furent nommés, à la tête de cette Asamblea Provincial de la Orden de Isabel la Católica15, les cinq commandeurs suivants : Martín de Aróstegui y Herrera, le marquis de Villalta, Mariano de Arango y Parreño (frère de Francisco), l’ancien alcalde ordinario Pedro Regalado Pedroso y Zayas-Bazán, ainsi que le brigadier péninsulaire Juan Luis Roca y Togores, commandant de La Cabaña16. Peut-être ce dernier fit-il partie de l’assemblée parce que l’élite ne disposait pas d’un cinquième commandeur comme le requérait le règlement. La saccharocratie tint à se montrer digne de cette confiance puisque, entre 1814 et 1823, c’est presque une vingtaine de personnes – certaines cumulant deux distinctions – qui entrèrent dans ces nouveaux ordres. La recherche d’un lien fort avec FerdinandVII était très présente ; le tableau suivant en témoigne.

Tableau 11. – Nominations de membres de l’élite havanaise dans les nouveaux ordres de chevalerie entre 1814 et 1823

Ordre

Nombre de bénéficiaires

San Fernando

3

San Hermenegildo

12

Isabel la Católica

8

Source Tableau reconstruit à partir des sources présentes dans la base FICHOZ, de celles réferencées dans AGI, Papeles de Cuba, leg. 1919 et 1946 ; AGI, Títulos de Castilla, leg. 2 ; AGI, Ultramar, leg. 88 ; et F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano.

  • 17 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1946.

17Il apparaît clairement que ce sont les ordres de San Hermenegildo et d’Isabelle la Catholique, davantage que celui de San Fernando créé par la Régence, qui ont suscité le plus d’engouement. En bénéficièrent, entre autres, le colonel comte de Vallellano, le brigadier comte de Casa Bayona, tous deux déjà chevaliers de Santiago, le brigadier José Ricardo O’Farrill y Herrera, ou bien encore Rafael de Arango y Núñez del Castillo17, celui-là même qui avait participé au soulèvement madrilène du 2 mai 1808.

  • 18 A. Bachiller y Morales, Elogio del Sr. D. José de Arango y Castillo.
  • 19 A. Souyris-Rolland, Guide des ordres, décorations et médailles militaires françaises et étrangères.
  • 20 AGI, Ultramar, leg. 24, exp. 10.
  • 21 AGI, Ultramar, leg. 26, exp. 1.

18À ces ordres de chevalerie s’ajoutent les médailles militaires et les distinctions étrangères de toutes sortes, qui ornèrent les poitrines de cette élite havanaise. José de Arango y Nuñez del Castillo reçut par exemple la Cruz de Distinción18, récompensant les personnes ayant fui Madrid lors de la prise de pouvoir de Joseph Bonaparte, ce qui était une manière de le laver définitivement de la suspicion d’afrancesado pour laquelle il avait failli être fusillé. Quelques aristocrates furent aussi décorés de l’ordre français de la Fleur de Lys, créé en 1814 par le comte d’Artois, Lieutenant Général du Royaume pour récompenser la fidélité à la monarchie légitime19. Bien que cet ordre perdit une grande partie de sa valeur en raison de son importante diffusion, le fait que l’oidor José Antonio Ramos y Fernández, Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos ou Gonzalo José Herrera y Santa Cruz le reçurent, montre la stature internationale de cette élite. Mais un tel décompte de distinctions étrangères n’infirmerait ni ne confirmerait en rien l’idée principale que la politique de distribution de titres et d’habits d’ordre de chevalerie fut un instrument de pouvoir tendant à conforter les élites traditionnelles havanaises et à réaffirmer une alliance personnelle entre elles et le monarque espagnol. Une alliance et des décorations dont ces élites se montraient particulièrement fières. Ainsi, le 21 juillet 1815, le regidor Luis Ignacio Caballero y Rodríguez faisait voter par le cabildo la demande de l’Ordre d’Isabelle la Catholique pour en orner le blason de la ville. Bien que relayée par le capitaine général, il ne fut pas donné suite à cette supplique au motif qu’il s’agissait d’un ordre personnel et non de corporation. Cependant, pour récompenser los distinguidos servicios y constante lealtad de este pueblo (« les distingués services et constante loyauté de cette population »), le roi accorda à la ville d’orner son blason de la devise siempre fiel « toujours fidèle » qui figura dès lors sur tous les documents officiels20. Le cabildo alla même jusqu’à proposer à la monarchie, le 28 juillet 1815, que l’Île retrouva son nom de « Fernandina » que le roi d’Aragon, qui avait participé au financement de l’expédition de Colomb, avait tenu à baptiser ainsi en 1515. Bien entendu, c’était le roi d’Espagne actuel que le cabildo voulait honorer par cette proposition. Elle ne fut pas plus acceptée que la précédente, car l’île de Cuba était désormais trop connue, cela aurait posé beaucoup de problèmes21.

  • 22 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, en fournit la liste tout au long de l’ouvra (...)

19Cette proposition montre cependant combien la ville de La Havane semblait représenter Cuba toute entière. Charles III et Charles IV l’avaient reconnu en ne donnant qu’un titre à un Cubain membre d’une oligarchie non havanaise en 1774. Ferdinand VII et le pouvoir libéral poursuivirent cette politique, comme le montre le tableau suivant qui répertorie tous les titres concédés à des Cubains non havanais22 pour l’ensemble de la période.

Tableau 12. – Titres de Castille distribués à des Cubains non Havanais entre 1763 et 1838

Tableau 12. – Titres de Castille distribués à des Cubains non Havanais entre 1763 et 1838

Source R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.

20Seuls sept titres, contre quarante-trois pour la même période à des Havanais, ont été distribués à des non havanais. Aussi, pour nombreuses qu’aient été ces marques honorifiques à l’oligarchie havanaise, elles n’étaient que la reconnaissance d’un pouvoir bien réel.

II. – Le pouvoir créole

  • 23 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 333.
  • 24 Une biographie qui met en valeur le parcours intellectuel et professionnel du personnage a été écri (...)

21Le renouveau de la collaboration entre les oligarques et le roi fut marqué par la nomination aux postes politiques clefs de personnes parfaitement convaincues de la nécessité de cette entente et disposant des qualités et compétences nécessaires pour permettre une fructueuse collaboration. La nomination du nouveau capitaine général José Cienfuegos y Jovellanos, le neveu de l’illustre économiste admiré par Francisco de Arango y Parreño23, ne fut que le premier pas en ce sens. Ce dernier favorisa la nomination au poste d’intendant de Alejandro Ramírez y Blanco, qui venait de montrer toute la mesure de son talent en occupant la même fonction à Porto Rico. L’oligarchie locale y avait beaucoup apprécié son travail, en particulier l’impulsion qu’il avait donnée à la fondation d’un consulat d’agriculture et de commerce, ainsi que son incitation à l’appel de capitaux étrangers pour mettre en valeur les richesses de l’Île24. Voilà une nomination qui semblait reléguer au rang des mauvais souvenirs les tracas causés par des intendants comme Rafael Gómez Roubaud y Vega.

  • 25 « Comptable général des rentes de Cuba » (R. Nietoy Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. (...)
  • 26 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 257.

22Cependant, la plus grande garantie du renouveau de la collaboration donnée aux créoles havanais fut la nomination des plus influents d’entre eux à des postes déterminants. Pour la première fois en 1814 les élites havanaises furent directement associées à la gestion de leur Île dans l’appareil colonial espagnol, si tant est que cette expression garde dès lors encore un sens concernant Cuba. Ainsi, dès mars de la même année, Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos fut désigné comme contador general de rentas de Cuba25, ce qui dans l’organigramme administratif le plaçait sous les ordres directs du nouvel intendant Ramírez y Blanco. Grâce à cette fonction, l’ancien fondé de pouvoir du Consulat qui connaissait parfaitement les codes des sphères de décisions métropolitaines, au point d’avoir essayé de corrompre un ministre, tenait dans ses mains toute la comptabilité de Cuba. C’est Francisco de Arango y Parreño qui tira le meilleur profit du renouveau de l’alliance, puisque Ferdinand VII l’éleva au rang de conseiller des Indes, le 16 février 1815. Les oligarques lui avaient pardonné sa tentative d’établissement de junta, le roi lui pardonnait son élection aux Cortès. Dès lors, ce dernier pouvait personnellement mettre en œuvre, depuis le sommet de l’État, les projets qu’il échafaudait depuis plus de vingt ans, sans devoir utiliser la menace d’une autonomie de l’Île pour y parvenir. Cette fabuleuse opportunité se doublait pour lui de retrouver dans ce même conseil son ami l’ex-intendant Pablo Valiente y Bravo, ce qui le préservait d’un risque d’isolement au sein de cette institution. Arango tint cependant à revenir à Cuba assez tôt, dès 1817, mais garda son poste de conseiller des Indes, jusqu’à son départ à la retraite en 1828. Il devint rapidement un grand ami de l’intendant Ramírez, ce qui lui permit d’assurer avec ce dernier le véritable pouvoir à La Havane de 1819 à 1821. En effet, d’une part, les pouvoirs de l’intendant en matière de finances furent accrus, ce que montre la transformation de son titre d’intendente en superintendente general delegado de hacienda, « surintendant général délégué du ministère des Finances », et, d’autre part, le capitaine général marquis de Casa Cagigal, vieux et souvent malade, avait résolu de confier officieusement au surintendant l’autorité dont il était investi26. Cagigal, en effet, avait certainement été nommé par Ferdinand VII à ce poste dans le même esprit que son parent Francisco Antonio Cagigal de la Vega y Montserrate l’avait été quarante années auparavant : pour assurer une sorte de continuité dynastique dans la relation entre les élites et le représentant du roi. Le marquis de Casa Cagigal était donc le troisième de sa famille à occuper le poste de capitaine général.

  • 27 AGI, Títulos, leg. 2 exp. 7.
  • 28 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 291.
  • 29 AHN, Estado, Carlos III, leg. 1742.

23D’autres Havanais, issus de familles patriciennes, accédèrent à cette époque à des postes très élevés dans l’appareil administratif ou militaire espagnol sans prise directe avec la gestion de Cuba. C’est ainsi qu’Anastasio Francisco Armenteros y Zaldívar27, ancien aide de camp du général Castaños, fut élevé au rang de subinspector de cavalerie, après, il est vrai, avoir dû acheter son grade de brigadier de la même arme. Mais surtout, Francisco Montalvo y Ambulodi28, le militaire qui avait préservé La Havane de la formation d’une junta, fut nommé en 1815 capitaine général de Nouvelle Grenade, et même vice roi de ce territoire en avril 1816, après avoir reconquis deux mois plus tôt Cartagena sur les armées de Simon Bolívar. Un poste plus prestigieux encore fut offert au maréchal José Pascual Zayas-Bazán y Chacón29, celui de vice-roi du Pérou, ce bastion royaliste au cœur du continent sud américain en révolte. Mais il préféra rester à Madrid, trouvant peut-être plus intéressant le poste de lieutenant général des armées royales qu’il accepta quelques mois plus tard. Montalvo y Ambulodi resta deux ans en poste et rejoignit ensuite Francisco de Arango y Parreño dans les cercles du pouvoir madrilène, devenant lui aussi conseiller d’État.

  • 30 AGI, Títulos, leg. 2 exp. Casa Calvo.
  • 31 AHN, Órdenes militares, Alcántara, n° 9 moderno.
  • 32 AHN, Estado, Carlos III, leg. 1742.
  • 33 G. Lohmann Villena, Los americanos en las órdenes nobiliarias, t. I, p. 217.

24Ces nominations ne conféraient pas seulement à leurs bénéficiaires tout le pouvoir légal que recouvraient leurs nouvelles attributions, elles leur permettaient aussi d’étendre leurs réseaux d’amitiés et de fidélités tant en Amérique que dans la Péninsule. Mais ces réseaux sont difficiles à déterminer parce qu’ils n’étaient mobilisés qu’en cas de problèmes, ce dont la saccharocratie à cette période, en raison de sa puissance, fut généralement préservée. Quelques indicateurs cependant témoignent de cette influence : ainsi, pour récupérer ses biens mis sous séquestre, le fils du secrétaire d’État « joséphiste », Pedro José Calvo de la Puerta y Peñalver put se prévaloir de l’appui de deux conseillers d’État, Pedro de Mendinueta y Múzquiz et José García de la Torre, désignant même ce dernier comme son ami30. Ce que l’on serait tenté de nommer le réseau havanais à la Cour est cependant bien repérable au travers, une fois encore, des informations qui sont faites pour entrer dans les ordres de chevalerie. Il est particulièrement dense et comprend des personnalités variées. Y figure l’ancien intendant Juan Aguilar, dont on se souvient qu’il avait participé à des activités frauduleuses avec l’aristocratie. En 1818 il aida Agustín Cárdenas y Chacón à obtenir son habit de chevalier d’Alcántara31. Les conseillers des Indes Javier Caro y Torquemada et Francisco Ibañez y Leiva intervinrent également en faveur de leur collègue Francisco de Arango y Parreño pour son entrée dans l’ordre de Charles III32. Par ailleurs, il y avait une continuité dans la solidarité havanaise, puisque nombre de saccharocrates se montrèrent garants des qualités de leurs cousins impétrants : José Liborio Lima y Domínguez par exemple, témoigna en faveur de Francisco José de Jústiz y Urrutia lorsque ce dernier demanda un habit de Santiago33.

  • 34 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, pp. 253 et 255, présente une analyse assez détaill (...)

25Disposant d’un lobby havanais puissant à la Cour, jouissant de la volonté affirmée de la monarchie de faire confiance à l’élite cubaine, gratifiée par des nominations de ses membres au plus haut niveau, les hacendados ne tardèrent pas à voir satisfaites toutes leurs revendications, même les plus anciennes. Ces doléances bien évidemment concernaient l’exploitation de la terre et les conditions du commerce. Dès le 30 août 1815, Ferdinand VII autorisait la coupe des bois sans restriction dans toute l’Île, mettant ainsi fin à la vieille opposition entre le commandant de la Marine et les planteurs. Cette mesure avait toute son importance car elle fut accordée à un moment où le roi avait pourtant un besoin urgent de bois pour reconstituer une marine capable de supporter l’entreprise de reconquête. Bien plus bénéfique encore pour l’oligarchie fut la loi du 16 juillet 1819 qui accordait la pleine possession de la terre aux personnes qui l’exploitaient depuis quarante années34. Jusque-là, même si la monarchie n’avait jamais rien réclamé contre son appropriation de fait par le cabildo, la terre avait toujours était considérée comme appartenant à la Couronne, qui n’en cédait que l’usufruit. La loi avait deux conséquences immédiates : d’abord la confirmation d’une partie du pouvoir économique des hacendados, ensuite elle allait permettre de terminer la vielle lutte entre le sucre et le tabac, au profit du premier. Car les vegueros n’étaient désormais plus en mesure de se protéger des appétits fonciers des planteurs en s’abritant derrière la loi des terres royales réservées pour la culture du tabac. Les petits propriétaires, qui voulurent s’accrocher à leurs lopins, ne purent résister bien longtemps aux offres ou aux menaces des planteurs. Bien que l’on continuât à parler de « Havane » pour les cigares, de plus en plus les terres de culture du tabac se situèrent dans des régions éloignées de la capitale, celles de Pinar del Rió offrant en particulier des conditions très favorables. La victoire de la saccharocratie fut totale avec le règlement du 23 juillet 1817 qui supprima l’estanco, le monopole royal d’achat du tabac. Là aussi, la nouvelle disposition ne faisait qu’officialiser une pratique établie puisque les troubles politiques qui avaient agité la Péninsule depuis 1808 avaient de fait supprimé les contrôles royaux sur la vente du tabac : les vegueros vendaient assez facilement, bien que clandestinement, leur production aux plus offrants. La suppression du monopole, outre qu’elle était par nature une victoire créole, parce qu’elle permettait de relancer la culture du tabac, participait d’un ambitieux projet de certains planteurs concernant le développement du peuplement blanc de l’Île.

  • 35 AGI, Estado, leg. 11.

26En attendant, il est certain que la plus grande victoire de l’oligarchie fut le décret royal de libre commerce signé le 10 février 1818. Désormais, les Cubains pouvaient vendre leur sucre comme bon leur semblait et s’approvisionner de même sans aucune restriction, à condition de payer les droits de douane correspondant. Ce fut Arango qui mena la lutte et qui convainquit la monarchie en lui faisant miroiter de grands profits grâces à ces taxes portuaires qu’il se proposait d’augmenter. Ce fut lui également qui persuada la saccharocratie de l’équité des nouveaux tarifs ; et c’est d’ailleurs à cet effet qu’il revint dans l’Île en 1817, achevant en quelque sorte la mission confiée au comte de Ricla plus de cinquante ans auparavant35. Arango ne déploya pas trop d’énergie pour cette mission tant sa politique paraissait imparable. D’une part, comme pour les lois précédentes, la nouvelle réglementation ne faisait que légaliser le trafic, déjà ancien, avec les États-Unis ; d’autre part l’Espagne n’avait ni les moyens de l’interrompre, ni de détourner les flux à son profit par manque d’industrialisation. L’Espagne ne pouvait ni absorber le sucre cubain, ni le redistribuer, ni fournir aux plantations tout ce dont elles avaient besoin pour fonctionner. Dans ces conditions, pour l’Espagne, le meilleur parti à tirer était de se confiner dans le rôle de rentière.

  • 36 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 89-99.

27Il est une autre réforme enfin, qui mérite un certain développement, même si elle n’eut aucune conséquence immédiate d’importance au moment de son apparition. Mais le contexte dans lequel elle naquit est particulièrement éloquent quant au pouvoir et à la conscience politiques des créoles. Il s’agit de l’accord anglo-espagnol de 1817 qui abolit la traite. Lorsque l’on sait à quel point cette triste activité était le moteur de l’économie de plantation, lorsque l’on se souvient des négociations, des suppliques pour son extension, ainsi que des menaces même de la part de l’oligarchie havanaise, en cas de suppression, la mesure prise par les ministres de Ferdinand VII, acquis à la cause cubaine, peut paraître étonnante. Fait encore plus étonnant, les différents articles de ce traité furent rédigés en accord avec un petit groupe de conseillers des Indes amenés par Francisco de Arango y Parreño36.

  • 37 C’est aussi l’analyse d’E. Vila Vilar, « La esclavitud americana en la política española », mais el (...)
  • 38 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 89.

28Pour comprendre les intérêts des différents acteurs que sont l’Angleterre, l’Espagne, les planteurs créoles et les négriers péninsulaires, un bref rappel historique est nécessaire. À partir de 1807, l’Angleterre interdit la traite à ses nationaux et se transforma en porte-étendard abolitionniste, commençant à faire pression sur tous les gouvernements européens pour qu’ils la suivent dans cette voie. Bien évidemment, la raison humanitaire avancée était parfaitement hypocrite de la part de cette nation qui avait pratiqué jusque-là, sans aucun scrupule et pendant des siècles sur une très grande échelle, cet odieux commerce. Le véritable motif provenait de la révolution économique que connaissait l’Angleterre : désormais la richesse n’émanait plus tant des productions esclavagistes coloniales que des produits manufacturés par un salariat misérable dans la métropole. Pour assurer cette nouvelle donne économique, l’Angleterre devait éliminer les concurrences coloniales : interdire la traite était la meilleure manière de le faire. Pour être hypocrite, la campagne n’en était pas moins efficace : en 1809, il n’y avait plus en Europe que les Portugais, les Suédois et les Espagnols à pratiquer ce commerce ; les Danois, les Hollandais et les Français y avaient renoncé. À Cuba, les commerçants espagnols occupaient de plus en plus l’espace laissé vide que les créoles, du reste, ne parvenaient pas à remplir par eux-mêmes. En effet, toutes les tentatives des créoles pour se fournir directement en esclaves échouèrent. En 1792, douze commerçants tentèrent sans succès de monter la Compañía de Consignaciones de Negros, un autre, dénommé Sebastián Lasa y Riva mit sur pied la Sociedad Habanera del África qui fit rapidement faillite. En 1802, encouragés par le succès d’une goélette de Cadix, qui vendit à La Havane, pour 35.000 pesos, 122 esclaves achetés deux mois plus tôt sur la côte africaine au prix de 20.000, quatre commerçants créoles décidèrent de monter leur propre compagnie. Bien qu’appuyés par le Consulat royal, jamais ils ne trouvèrent les souscripteurs nécessaires. Il fallut attendre 1809 pour que se monte la première expédition majoritairement créole, qui se révéla bien insuffisante à couvrir la demande. Cette carence avait une double origine. La première était le mépris réciproque entre l’hacendado et le commerçant. La modernité que recherchaient les planteurs se limitait strictement à l’ingénierie ou à la chimie de la plantation et ne concernait que faiblement les domaines en amont de l’approvisionnement ou en aval de l’écoulement du sucre. Ils étaient des aristocrates, non des bourgeois : ils possédaient des terres et des esclaves, mais ne touchaient pas au commerce ou à la banque. Ainsi, jamais les créoles n’étaient parvenus à créer une banque à Cuba. La seconde tenait à la faiblesse structurelle des commerçants créoles, concurrencés depuis longtemps par ceux des États-Unis. C’est pourquoi de 1809 à 1820, la traite à Cuba fut contrôlée par les commerçants hispaniques qui étaient les mieux armés pour répondre à la demande urgente de main d’œuvre noire. La perpétuation de la traite satisfaisait les intérêts des planteurs dont les ingenios ne cessaient de s’étendre sur toute l’Île et ceux des commerçants péninsulaires qui réalisaient des bénéfices d’autant plus importants que la disparition de la concurrence des autres nations les avait placés en situation de monopole. De son côté l’Espagne, en perpétuant ce trafic, tenait un moyen de contenter les premiers comme les seconds, de gagner de l’argent grâce aux différentes taxes perçues et surtout de renforcer les liens entre l’Île et la métropole, à un moment où ses soldats luttaient contre l’indépendance de territoires américains37. C’est pourquoi elle avait essayé de gagner du temps dès le Congrès de Vienne, en obtenant que les puissances se contentent de condamner la traite, sans s’entendre pour l’éradiquer. Or, l’Angleterre n’entendait pas se contenter de déclarations de principes : de 1810 à 1817, cinquante navires négriers espagnols furent arraisonnés par la home fleet38, tandis que sa puissante influence sur le marché mondial du sucre pouvait lui permettre d’en faire chuter les cours. Dans ces conditions, un accord entre les parties était obligatoire.

  • 39 Ibid. p. 51.

29Il fut matérialisé par le traité de 1817 qui, en fin de compte, se montrait, malgré ses intentions abolitionnistes, très favorable aux intérêts hispaniques et en particulier cubains. En effet, le traité ne prévoyait une interdiction totale qu’à partir du premier janvier 1821 et légalisait le trafic jusqu’à cette date. Pendant quelques années, les commerçants espagnols purent sans aucune crainte inonder Cuba de main d’œuvre servile. Pablo Tornero a calculé qu’entre 1817 et 1819, plus de 60.500 esclaves débarquèrent à La Havane, contre moins de 31.000 au cours des trois années précédentes39. La demande des planteurs était très forte : les hacendados ayant à cœur de s’approvisionner au maximum tant que cela était possible. Enfin, l’oligarchie havanaise parvint à obtenir de Londres qu’elle versât une compensation financière de 400.000 livres sterling, répartie entre toutes les personnes lésées par cette abolition.

30Si toutes ces lois sur la traite, le commerce de sucre, la propriété de la terre, illustrent la puissance financière de l’oligarchie havanaise, elles ne se firent pas au détriment des intérêts de la Couronne espagnole qui y trouva largement son compte. Quelques chiffres comparatifs montrent qu’entre 1815 et 1820 les nouvelles dispositions furent bénéfiques aux deux parties.

Tableau 13. – Moyenne annuelle de la productivité sucrière et des revenus douaniers de la région havanaise entre 1793 et 1819

Années

1793-1803

1808-1814

1815-1819

Exportation de sucre (en arrobes)

2.484.461,7

2.655.449,1

3.304.129,6

Produit des taxes douanières royales et municipales du port de La Havane (en pesos)

2.339.923,5

1.541.890,4

3.656.959,8

Source Ce tableau est une reconstruction personnelle. On ne doit pas s’étonner de la mise sur un pied d’égalité de la production et de l’exportation : la canne était une culture coloniale, seule une infime partie était consommée sur place. Les moyennes qui figurent dans ce tableau ont été calculées en ce qui concerne la production de sucre à partir des chiffres présentés par P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 383. Il reste entendu que n’est considérée ici que la production de la région havanaise, non cubaine. Les moyennes des rentes douanières sont calculées à partir des données présentées par le baron de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, p. 285. Le tableau n’entend pas être une démonstration d’une réalité économique bien plus complexe, mais seulement révéler quelques tendances.

31Ainsi, aux intérêts politiques s’ajoutaient les avantages économiques pour fortifier l’entente et la collaboration entre l’élite de planteurs et la Couronne. Cette entente se fit contre les intérêts des populations emprisonnées, déportées et réduites en esclavage. Elle mécontenta aussi, dans un tout autre registre, la bourgeoisie espagnole non liée à la traite, qui était en train d’émerger. Pour elle, l’oligarchie cubaine avait trop d’influence et le libre commerce qu’elle achevait de mettre en place la plaçait en grande difficulté par rapport à ses concurrents des États-Unis. En 1820, le soulèvement libéral, fut pour cette bourgeoisie l’occasion d’essayer de retourner la situation en sa faveur.

III. – Les élites havanaises dans la tourmente libérale (1820-1823)

32En 1820 les libéraux s’emparèrent à nouveau du pouvoir en Espagne, à la suite du pronunciamiento du colonel Riego, alors qu’il était sur le point de s’embarquer avec son régiment pour combattre en Amérique. Ferdinand VII dut céder devant la pression d’une partie de l’armée et le mécontentement des milieux d’affaires péninsulaires, l’État étant au bord de la banqueroute malgré la cession de la Floride l’année précédente aux États-Unis pour cinq milliards de dollars. Le soulèvement contraignit donc le roi à reconnaître en mars 1820 la légitimité de la Constitution de Cadix, amena la formation d’un ministère libéral dominé par Agustín Argüelles rentré d’exil. Pendant trois ans, Ferdinand VII fut contraint d’exercer le rôle d’un monarque constitutionnel et, conscient qu’il eût été vain d’engager des régiments loyalistes dans une lutte armée contre ses adversaires, il n’essaya pas de reconquérir la plénitude de son pouvoir par la force. La fin tragique du Trienio Liberal est connue, elle survint grâce à Louis XVIII qui, craignant une contagion révolutionnaire, proposa à son cousin une aide militaire, au travers de la célèbre expédition des Cent mille fils de Saint Louis. C’est au nom de la Sainte Alliance et de la solidarité dynastique que les troupes françaises restaurèrent Ferdinand VII dans son pouvoir absolu lors de l’été 1823.

33Cette période libérale porta le coup de grâce à l’Empire espagnol d’Amérique car les réformes que le nouveau Régime proposait, concernant le contrôle des colonies, les transformations sociales avec l’abolition de privilèges, ou encore la mise en vente des biens du clergé, effrayèrent tellement les oligarchies absolutistes qu’elles les poussèrent vers l’indépendance. Les élites aristocratiques préférèrent rompre le lien avec l’Espagne qui leur devenait défavorable, pour sauvegarder leur prééminence sur leurs terres. Pour cela, elles se placèrent sous les ordres de Bolívar, que le maréchal Morillo, malgré de réels succès au Venezuela puis en Colombie, n’était pas parvenu à défaire complètement. Tandis qu’en quelques mois, partout en Amérique, Bolívar passait du statut de traître, à celui de héros, la révolution libérale laissait Morillo sans les renforts qu’il espérait de Cadix et peu de temps après sans l’argent cubain sur lequel il avait jusqu’alors compté pour gagner la guerre. Dans ces conditions, la décomposition de l’Empire fut très rapide. À la fin du Trienio Liberal, le Mexique avait déjà fusillé Agustín Ier, son premier empereur, tandis qu’en Amérique du Sud il n’y avait plus guère que le Pérou et le fort de San Juan de Ulúa au Venezuela qui tenaient encore tête aux armées des Libertadores ; aux Antilles mêmes, Santo Domingo était devenue indépendante en 1821. Et durant cette période, encore une fois, les Philippines, Porto Rico et Cuba se distinguèrent par l’absence de confrontation armée. Pour autant, concernant Cuba, la période fut largement plus troublée que lors de la première expérience libérale de 1812-1814. Avant de voir quelle a été l’attitude de l’oligarchie cubaine face au nouveau pouvoir madrilène et aux changements que celui-ci voulut imposer à La Havane, il convient d’insister sur le fait que le Trienio Liberal amena une distanciation forcée dans ses relations avec Ferdinand VII. L’autorité échappant à ce dernier, l’élite essaya de sauvegarder ce qu’elle pouvait de ses positions, sans tenter de rétablir l’absolutisme, à une exception près. En effet, même si elle semble relever de l’anecdote, l’attitude d’un aristocrate havanais mérite d’être mise en avant, tant elle évoque la confiance que le roi plaça en certains d’entre eux. Il apparaît ainsi que peu après l’installation des libéraux au pouvoir, Ferdinand VII essaya de les en chasser en fomentant un complot dont il confia la direction au maréchal de camp Vicente Genaro Quesada y Arango (cousin au deuxième degré de Francisco de Arango y Parreño) et dans lequel étaient impliqués des personnages parmi les plus puissants du royaume, comme le duc de l’Infantado ou le marquis de Castelar. La conspiration échoua et Arango dut s’exiler en France ; il continua cependant à soutenir la cause absolutiste puisqu’il fut deux années plus tard membre de la Régence suprême d’Espagne, que ses plus fidèles partisans avaient constituée en 1822 à la Seo d’Urgel, afin de préparer le retour de l’absolutisme. Vicente Genaro Quesada y Arango rentra en Espagne en même temps que le corps expéditionnaire français en 1823, dont il dirigea une colonne.

  • 40 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 260.
  • 41 ANC, Asuntos políticos, leg. n° 18, sign. 12.

34Lorsqu’il évoque les événements qui succédèrent immédiatement à l’arrivée de la nouvelle du rétablissement de la Constitution à La Havane, en avril 1820, Ramiro Guerra n’hésite pas à employer le terme de pronunciamiento pour décrire la réaction d’une partie de l’armée40. Effectivement, le soulèvement des régiments « Málaga » et « Catalogne », présents sur l’Île depuis quelques mois et le tumulte populaire qui agita La Havane offrent un parallèle saisissant avec la situation péninsulaire. Un document écrit de la main du surintendant Alejandro Ramírez y Blanco et adressé au Secrétaire d’État aux Indes, daté du 20 avril 1820, en donne une description détaillée et l’aversion que l’auteur montre pour ce qui s’est passé, n’altère en rien la crédibilité de son récit41. Ramírez y Blanco affirme que la nouvelle de la proclamation de la Constitution fut criée le 15 avril depuis un bateau en provenance de Galice, dès le passage d’El Morro, avant même d’aborder le quai. Elle provoqua immédiatement une immense liesse populaire et un enthousiasme qui fit oublier toute discipline aux soldats des régiments mentionnés. Le débordement populaire se changea en colère contre le capitaine général Casa Cagigal dont la foule envahit le palais lorsque ce dernier refusa de proclamer le changement de régime tant qu’il n’aurait pas de documents officiels lui prouvant la véracité des informations. La fureur fut telle qu’il fut plusieurs fois frappé et ne dut la vie sauve qu’à la bravoure de quelques officiers qui le tirèrent de ce mauvais pas, ainsi qu’à sa prudence d’accepter finalement de proclamer sans plus attendre la nouvelle constitution. Il put compter sur les talents oratoires de José Antonio Miralla, fervent partisan de la Constitution, qui parvint à calmer la foule pour pouvoir prêter serment publiquement, de manière solennelle. Pour autant, l’agitation fut loin de s’éteindre et le surintendant Ramírez y Blanco a décrit avec dégoût les scènes d’agitation où se distinguaient un grand nombre de Noirs libres, de métis, de petites gens, ceux qui étaient exclus de toutes les richesses que pouvait fournir l’Île. Car l’ingenio n’employait presque que des esclaves et l’argent qu’il rapportait à son propriétaire ne retombait qu’en petites quantités pour l’ensemble de la société havanaise. En quelque sorte l’ingenio contribuait à couper le peuple de ses élites. Le tumulte, par ailleurs, était savamment organisé, ce qui explique aussi la rapidité avec laquelle il se propagea dans la capitale cubaine. Malgré la quiétude qui régna entre 1814 et 1820, le feu couvait sous la cendre et les libéraux n’attendaient qu’un vent favorable venu d’Espagne pour le rallumer. Depuis 1814, les constitutionnalistes s’étaient regroupés, organisés et fortifiés dans la clandestinité. Leurs bataillons avaient été grossis par les commerçants péninsulaires qui avaient quitté le continent américain de plus en plus instable pour s’établir à Cuba. Les perspectives d’enrichissement y étaient alors importantes et eussent été fabuleuses sans les taxes consenties par les planteurs en contrepartie de privilèges dont ils étaient les seuls à profiter. Les effectifs avaient grossi également grâce à l’accord anglo-espagnol de 1817, qui en officialisant la traite jusqu’en 1820, avait attiré beaucoup de négriers à Cuba. Et le soulèvement libéral de Riego s’était produit le jour même où la traite devait être définitivement abolie, mais qui en fait donnait le signal du passage au trafic clandestin.

  • 42 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, pp. 260-261.

35Les constitutionnalistes, ou libéraux, se regroupaient autour du curé Tomás Gutiérrez de Piñeres, d’où le nom de Piñeristas donné à ses partisans. Il était secondé par le péninsulaire Diego Tanco y Bosmeniel, dont la profession est inconnue, et par l’argentin José Antonio Miralla. Leur objectif était simple : renverser le pouvoir aristocratique des planteurs pour imposer le leur, à forte connotation péninsulaire, afin d’obtenir des lois favorables à la prospérité de leurs affaires. Pour Ramiro Guerra, la violence, les intimidations déployées durant ces journées avaient moins pour origine un amour des libertés constitutionnelles qu’une haine contre les planteurs42. C’était véritablement la lutte entre le commerçant péninsulaire et le planteur créole qui éclatait au grand jour. Si la saccharocratie n’intervint pas de façon armée, si les milices ne tentèrent pas de ramener l’ordre, c’est parce que la population était tellement décidée, que les fusillades auraient pu par incidence embraser les plantations. L’esclave continuait à enchaîner le planteur.

36Dans ces conditions, dès le 17 avril, le cabildo constitucional, supprimé d’un trait de plume en 1814, était restauré dans sa composition quasi identique et mena avec le capitaine général une grande procession pour rebaptiser une nouvelle Place de la Constitution. Peu de temps après, les articles de la constitution parvinrent officiellement à La Havane et pour signifier son caractère sacré, elle fut placée dans le sarcophage dit de Colomb dans la cathédrale, sous la vigilance de l’évêque Díaz de Espada qui s’était déclaré partisan du nouveau régime. La défense de ce dernier était désormais assurée par la mise en place très rapide de nouveaux bataillons de milice qui concurrençaient les bataillons aristocratiques. En somme, le succès initial des libéraux à Cuba s’explique par l’effet de surprise, l’organisation et l’ampleur du mouvement.

  • 43 AGI, Ultramar, leg. 86, exp. 112.
  • 44 L. R.Jensen, Children of Colonial Despotism pp. 52-96.
  • 45 « Le Moustique », « La Mouche », « Oncle Bartolo ».
  • 46 On trouvera un exemplaire isolé (parmi une foule de papiers d’un tout autre intérêt) d’une de ces c (...)
  • 47 AGI, Santo Domingo, leg. 1981.

37L’ampleur du mouvement fut confirmée au long des semaines qui suivirent par des changements à la tête de l’administration, dont un, celui du surintendant, qui prit une tournure dramatique. Ce fut tout d’abord le capitaine général qui, en juin 1820, pour des raisons de santé, dut laisser pour quatre mois le commandement à son second, les événements ayant aggravé son malaise général43. La pression populaire devant y être pour beaucoup aussi. Il ne fut cependant remplacé qu’en mars de l’année suivante, lorsque le gouvernement pensa avoir trouvé son successeur idoine en la personne de Nicolás Mahy y Romo qui passait pour être libéral. En fait Mahy ne s’était jamais clairement prononcé à ce sujet lors de la guerre d’Indépendance et le vindicatif Ferdinand VII avait trouvé pour lui une solution ambiguë en 1815 en le nommant à un poste élevé, mais en Galice, loin de Madrid. Le remplacement, puis le départ de Casa Cagigal n’apaisèrent pas les plus acharnés des libéraux qui se rendaient parfaitement compte qu’il n’était qu’un homme de paille aux mains de la saccharocratie. Le fer fut donc porté contre les véritables têtes pensantes qui gouvernaient l’Île : Francisco de Arango y Parreño et le surintendant Alejandro Ramírez y Blanco. La lutte de pouvoir pour le contrôle de la capitale cubaine et donc de l’Île, se doublait d’une véritable haine d’origine politique et économique. Au premier les libéraux reprochaient d’avoir consenti les hauts tarifs douaniers, d’avoir brisé les monopoles péninsulaires et même d’avoir négocié l’abolition de la si lucrative traite négrière. Au second ils reprochaient son zèle pour réprimer la contrebande, dont les commerçants, à cause de la nature même de leurs activités, bien plus encore que les planteurs, étaient de fervents adeptes. Mais comme Arango n’occupait aucun poste officiel et que le surintendant ne relevait que du roi, leur éviction ne pouvait se faire par les voies administratives courantes. Une formidable campagne de diffamation fut donc lancée contre eux. Une campagne rendue possible par une libéralisation de la presse, effective le jour même de la promulgation de la constitution. Larry R. Jensen, dans l’ouvrage qu’il a consacré à la culture politique cubaine, a fait une large part à la presse qui apparut durant le Trienio Liberal44. Il a montré la truculence et plus encore la virulence, de périodiques souvent éphémères aux titres très évocateurs, comme El Mosquito, La Mosca, dirigé par José Antonio Miralla et surtout le Tío Bartolo45. C’est ce dernier titre qui mena le principal assaut contre le surintendant qui y était accusé de vols, de vénalité et de prévarication. Francisco de Arango y Parreño fut quant à lui accusé d’être un indépendantiste, rien de moins, les « pignéristes » exhumant contre lui son projet de junta de 1808. Mais si l’avocat et député havanais, habitué à toutes les plaidoiries (et surtout à celle-ci) parvint à trouver la force pour se justifier, il n’en alla pas de même pour Alejandro Ramírez y Blanco. Se plaçant d’abord sous la protection du capitaine général, il avait, sous la pression, démissionné de son poste et s’était retiré à la campagne, d’où il s’épuisa à se justifier en vain, jusqu’à en mourir en mai 182146. Preuve terrible de son honnêteté, sa veuve obtint du roi quelques années plus tard une pension, pour ne pas être réduite à la misère47. Ce fut l’arrivée de Nicolás Mahy y Romo, en mars 1821, qui donna le coup de grâce à Ramírez y Blanco, car le nouveau capitaine général encouragea les détracteurs du surintendant, pour complaire à la faction sur laquelle il entendait s’appuyer pour gouverner. L’administration des finances cubaines ainsi décapitée, les libéraux purent sans peine nommer à la tête des bureaux des douanes et des taxes indirectes les chefs des bataillons soulevés. La seule erreur que firent les constitutionnalistes fut de confier l’intérim de l’intendance à Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos. Peut-être que ce dernier parvint à convaincre, non seulement par son habileté reconnue à manier les deniers, mais il donna aussi quelques garanties politiques : son père était négociant, il avait été élu député suppléant aux Cortès de 1813 et un document de 1823, montre son engagement libéral.

38Face à cette tempête déchaînée contre elle, la capacité de réaction de l’oligarchie traditionnelle est un indicateur particulièrement fiable pour mesurer, presque une cinquantaine d’année après sa première consolidation par la monarchie, sa puissance propre, détachée du soutien absolutiste. On pourrait croire, en regardant les défenses presque solitaires de Alejandro Ramírez y Blanco et de Francisco de Arango y Parreño que la saccharocratie se contenta de faire le dos rond. Au contraire, les planteurs combattirent avec plus de virulence que lors de la première période constitutionnelle. Et, comme alors, ils firent le choix tactique d’affirmer des positions libérales, mais fortement teintées de créolisme et ceci également d’une manière bien plus affirmée. Des hacendados n’hésitèrent pas en effet à se dire constitutionnalistes afin de paraître des cibles moins évidentes pour les péninsulaires qui agitaient la population et pour favoriser des alliances politiques avec les commerçants havanais. Car ces derniers qui fréquentaient les planteurs au sein du Consulat royal, même s’ils représentaient une société fort différente de celle des aristocrates, avaient su mettre en place des structures de négoce parfaitement adaptées aux conditions locales, se passant fort bien du lien colonial classique. La bourgeoisie péninsulaire apparaissait alors comme l’ennemi commun aux élites créoles, bourgeoises ou aristocratiques.

  • 48 M. Hernández González, « Masonería, liberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal  (...)

39Un autre facteur de rapprochement, de nature tout à fait différente, fut l’essor de la franc-maçonnerie. Manuel Hernández Gonzalez a montré combien l’unification des loges à Cuba durant le Trienio Liberal, et surtout leur contrôle par la saccharocratie fut un élément décisif pour comprendre la maintien de l’oligarchie traditionnelle au pouvoir48. Il est fort probable que la « Conspiration de La Luz de 1811 » ait incité nombre d’aristocrates à revêtir le tablier pour contrôler ce qu’il se passait dans les ateliers. Les loges furent alors un point de rencontre, un lieu de discussion entre aristocrates et bourgeois créoles, où le rituel s’imposait le temps des tenues aux préventions de l’une et l’autre « classe ». Ce furent donc des lieux d’enrichissements intellectuels et de définition de lignes politiques communes. Et ce furent naturellement les options défendues par le comte d’O’Reilly qui prévalurent parce que… il devint le Grand Maître de la nouvelle Grande Loge Espagnole du Rite d’York qui se créa le 7 novembre 1822 !

  • 49 Une certaine confusion a longtemps prévalu chez les historiens quant aux positions politiques des d (...)
  • 50 L. R. Jensen, Children of Colonial Despotim, p. 57, qui a le mérite d’évoquer ce problème, au contr (...)

40Les « o’reillistes », comme les « pignéristes », disaient vouloir rompre avec l’Ancien Régime et se déclaraient donc libéraux également. La différence fondamentale résidait dans le fait que si les « pignéristes » militaient pour une étroite sujétion de Cuba au profit de la métropole, les O’Reillistas revendiquaient une large autonomie, certains murmuraient même le mot d’indépendance49. La création du parti « o’reilliste » apparaissait comme la meilleure manière d’appliquer la stratégie ancienne que les planteurs voulaient développer à nouveau pour ne pas perdre le contrôle de l’Île : garder le maximum d’influence au cabildo et faire en sorte que les représentants cubains qui devaient être élus aux Cortès soient acquis à leur cause. Le déroulement et les résultats de ces élections méritent un développement séparé et une explication globale qui doit apporter des éclaircissements à propos du contexte général. Mais s’il est certain que le mode d’élection était forcément plus démocratique que lors de la période absolutiste, il était soumis à une alchimie si subtile, prenant en compte pour répertorier les électeurs la résidence, la couleur de peau et la classe sociale, qu’il a été impossible de déterminer avec précision50.

  • 51 ANC, Asuntos políticos, leg. 18, sign. 12.
  • 52 AOHCH, Actas capitulares, lib. 48.
  • 53 AOHCH, Actas capitulares, lib. 94.

41Ainsi, dès le 17 avril 1820, le capitaine général fut contraint de remettre en vigueur le cabildo libéral, tel qu’il était constitué dans sa composition de 1814, le temps de préparer de nouvelles élections qui eurent lieu en juin suivant. À peu près tous les regidores constitutionnels, qui avaient été sommés par Ferdinand VII de quitter leur fauteuil en 1814, le retrouvèrent et la foule proposa à Rafael Montalvo y Ambulodi une charge d’alcalde ordinario en l’absence des titulaires de 1814, Carlos Castro Palomino et Ignacio Pedroso y Barreto. Montalvo, qui n’en demandait pas tant, en eut une telle frayeur qu’il perdit connaissance, ce qui lui fit échapper à cette « élévation51 ». Cela prouve indirectement l’aspect tactique de son précédent engagement dans le parti libéral : en se drapant quelques années plus tôt dans le constitutionnalisme, il n’eut d’autre but que de sauver les intérêts de la saccharocratie. On se souvient que les alcaldes ordinarios de 1814 avaient révélé eux aussi, à la faveur du rétablissement de l’absolutisme, que leur ralliement au régime libéral n’était que de façade. Ceux qui leur succédèrent en 1820 peuvent également laisser sceptique quant à la sincérité de leur engagement personnel sous cette bannière. Isidoro Arteaga y Cervantes et Julián Segundo avaient certes été regidores en 1813, mais le second avait auparavant occupé une modeste place au cabildo en 178952, ce qui témoignait de son acceptation par l’oligarchie locale, quant à Arteaga, il avait été alcalde ordinario en 181853, en pleine époque de réaction absolutiste. C’est donc bel et bien l’ombre de la saccharocratie qui se dessina encore en 1820 derrière les tout nouveaux alcaldes constitucionales. Au fil de la période, cette ombre prit des contours de plus en plus nets, quand certains de ces saccharocrates n’apparurent pas en pleine lumière.

  • 54 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 85.
  • 55 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 283.
  • 56 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 170.
  • 57 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. II, p. 320.
  • 58 M. Hernández González, « Masonería, liberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal  (...)
  • 59 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 173.
  • 60 AHN, Consejos, leg. 21130.
  • 61 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 39.

42Lors des élections de juin 1820 pour des mandats qui devaient se terminer le 31 décembre de la même année, furent élus alcaldes ordinarios Antonio José Veitia y O’Farrill54, fils du deuxième marquis du Real Socorro et José Felipe Valdés y Pedroso55, frère du comte de San Esteban Cañongo. Le nombre de postes au cabildo avait été porté à vingt. Parmi seize nouveaux regidores et deux nouveaux syndics se trouvaient José Miguel Peñalver y Aguirre, Nicolás Cárdenas y Manzano dont on ne présente plus les lignées paternelles, ainsi que José Domingo Matienzo y Ugarte qui avait siégé trois années auparavant comme conseiller hacendado au Consulat royal56 avant de se marier avec María Gertrudis Pedroso y Herrera57. Le commerce havanais était représenté par Juan Francisco de Lasa, Joaquín Gómez y Hano de la Vega et Santiago Malagamba (qui avaient été consuls du Consulat royal quelques années auparavant) et également par Ignacio González y Larrinaga, qui appartenait à une des plus puissantes familles de commerçants récemment créolisés, ainsi que par José Gabriel Castillo58. José Rubio y Campo, teniente de consiliario hacendado « suppléant de conseiller hacendado » en 1819, rétablissait un peu l’équilibre en faveur des planteurs. Pour les huit autres personnes, nos sources n’apportent aucune information sur leur place dans la société lors de leur élection. Mais il existe quelques indications sur leur devenir, parfois immédiat. José Pizarro y Gardín fut élu en juin 1821 conseiller hacendado suppléant au Consulat royal59, ce qui permet de le classer également parmi l’oligarchie havanaise dans son acceptation la plus large. Enfin, un dernier regidor constitucional, José Ildefonso Suárez, est plus difficile à cerner : s’il obtint avant 1830 la place de conseiller du roi60, ce qui semble l’écarter lui aussi d’un radicalisme libéral, on le retrouve en 1834 conseiller auprès du capitaine général Tacón61.

  • 62 AOHCH, Actas capitulares, lib. 103.

43Des trois chefs mentionnés, Piñeres, Miralla et Tanco, aucun ne s’imposa lors des premières élections. Seul le dernier parvint à obtenir en 1823 la place de síndico constitucional62. L’analyse prosopographique permet en somme d’affirmer que la saccharocratie, malgré des apparences de débordements et au milieu du tumulte, résista fort bien aux premiers moments de la poussée libérale. Celle-ci profita avant tout aux commerçants havanais qui firent ainsi une entrée fracassante au cabildo. La composition du cabildo constitucional ressemblait assez à celle du Real Consulado. Pour les planteurs, c’était évidemment un moindre mal que de devoir parler non plus seulement affaires, mais également politique avec ces commerçants, plutôt que d’abandonner le pouvoir aux péninsulaires.

44Mais avoir su conserver une influence lors des premières élections n’implique pas que les élites traditionnelles parvinrent à se maintenir lors des législatures suivantes. Jusqu’au rétablissement de l’absolutisme et du cabildo havanais dans sa composition de janvier 1820, en novembre 1823, quatre autres scrutins eurent lieu : en décembre 1820, en août 1821 (quelques personnes supplémentaires furent élues pour augmenter la représentation municipale), en décembre 1821 et en décembre 1822. Une synthèse sous forme de tableau montre l’évolution de la présence des planteurs havanais au plus haut poste du cabildo, celui d’alcalde ordinario.

Tableau 14. – Origine sociale des alcaldes ordinarios du cabildo havanais entre 1821 et 1823

Période

Planteurs havanais

Commerçants
havanais

Autres

Janvier 1821 - août 1821

2/2

0

0

Août 1821 - décembre 1821

1/3

0

2/3

Janvier 1821 - décembre 1821

3/5

0

2/5

Janvier 1822 - décembre 1822

2/5

2/5

1/5

Janvier 1823 - décembre 1823

2/5

0

3/5

Source Construction personnelle à partir de toute la documentation consultée

  • 63 AOHCH, Actas capitulares, lib. 101.
  • 64 AOHCH, Actas capitulares, lib. 103.
  • 65 AOHCH, Actas capitulares, lib. 101.
  • 66 AOHCH, Actas capitulares, lib. 103.
  • 67 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 172.

45Ainsi, jamais les planteurs n’abandonnèrent totalement la direction du cabildo. En 1822 et 1823, deux de leurs principales figures, Florentino Armenteros yZaldívar63 et le comte de Baynoa64, furent même élues à la première charge de la municipalité. Il y eut toujours également quelques planteurs parmi les regidores, même s’il semble qu’au fil du temps leur présence se fit plus discrète. Même si, concernant les regidores constitucionales, les informations sont imprécises, il faut signaler parmi eux la présence des planteurs José María Cárdenas y Peñalver65 ou encore celle, au poste de síndico, de Francisco Valdés y Machado66, suppléant de prieur au Consulat royal en 182067.

  • 68 AGI, Ultramar, leg. 87.

46Il n’est pas exclu que, certains planteurs élus au cabildo en cette période, étaient des libéraux convaincus, les idées politiques n’étant pas nécessairement conditionnées par le statut social et les individus pouvant changer d’opinion au cours du temps. Un document apporte quelques précisions : le 3 avril 1823, une lettre de soutien fut envoyée depuis La Havane aux Cortès mises en péril par l’expédition militaire française ; elle était paraphée par de nombreuses personnes68. Si parmi ces signataires un seul, le planteur et commerçant Joaquín Gómez y Hano de la Vega avait pris part à la municipalité d’inspiration constitutionnelle, trois autres, pour n’en avoir pas fait partie, comptaient parmi les saccharocrates les plus en vus à La Havane. Il s’agissait de Rafael O’Farrill y Arredondo, de Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos et du colonel marquis de San Felipe y Santiago (cinquième titulaire). Ce dernier se déclarait prêt à passer en Espagne avec son régiment d’infanterie pour défendre la constitution. Ces prises de position ne peuvent avoir été dictées sous la pression, ni résulter d’une mauvaise information. Aussi faut-il avouer que les motivations profondes de cet engagement dans le camp libéral, qui allait à l’encontre des intérêts économiques et politiques du groupe auquel ces personnes appartenaient, restent une énigme. Cette pétition donne cependant trois indications précieuses : tout d’abord les saccharocrates ne formaient plus en 1823 un front politique uni, ensuite, ceux qui s’écartaient de la conception traditionnelle, fondée sur le pacte de 1763 renouvelé en 1814, ne formaient qu’une toute petite minorité. Enfin, l’absence des signatures des planteurs qui avaient été élus lors des différents cabildos constitutionnels démontre, une nouvelle fois, l’opportunisme de leur engagement d’alors.

  • 69 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, pp. 163-164.

47Par ailleurs, les nombreuses fraudes qui furent commises par la saccharocratie lors des élections aux Cortès, montrent la détermination des planteurs pour conserver le pouvoir, ce qui renforce l’idée que ceux qui siégèrent au cabildo constitutionnel le firent moins par conviction que dans le but de maintenir la prééminence politique du groupe. Manuel Moreno Fraginals a rappelé les irrégularités qui furent commises lors des scrutins de 1820, 1821 et 1822, pour envoyer à Madrid des députés dévoués à leur cause69. Or, le plus étonnant dans ces élections annuelles de députés concerne moins les fraudes que le fait que les Cortès libérales finissent toujours par avaliser les résultats truqués ou à trouver une solution qui complaise aux saccharocrates.

  • 70 « … Hombre de completa confianza de la plantocracia y de Fernando VII » (ibid., p. 163).
  • 71 Ibid.
  • 72 « Juge du Conseil suprême de l’Amirauté ». Homme de l’ombre depuis sa naissance, qui n’en sortit qu (...)

48Ainsi, en 1820, suite à un premier problème lors des élections cubaines, les Cortès décidèrent de désigner les représentants de Cuba parmi un Havanais et un Santiaguais résidants à Madrid ; la démarche montrait déjà un certain éloignement des idéaux libéraux. Le choix des nouveaux députés le fut plus encore, puisque siégèrent le lieutenant général José Pascual Zayas-Bazán y Chacón et Domingo José Benítez de la Torre. Manuel Moreno Fraginals a désigné le premier comme un « homme de pleine confiance de la plantocratie et de Ferdinand VII70 » ; sa silhouette a été aperçue à deux reprises dans cette étude : il a accompagné le roi lors de son retour en Espagne et c’est le même qui a refusé la nomination au poste de vice-roi du Pérou. Lorsque la constitution fut rétablie, il fut le premier officier d’état-major désigné par le monarque pour être son aide de camp. C’est donc peu de dire que le nouveau député de La Havane jouissait également de l’entière confiance de Ferdinand VII. Elle était méritée, car en juillet 1822, lorsque des incidents éclatèrent entre les milices libérales et la garde royale et que se forma un gouvernement d’exaltés, c’est lui qui dirigea la défense du Palais royal. C’est certainement la raison pour laquelle le roi le décora personnellement de l’ordre de Charles III71. Domingo José Benítez de la Torre est un personnage plus étonnant encore, puisqu’il était le fils illégitime et caché d’un puissant créole havanais. Jamais reconnu, il ne fut jamais abandonné non plus, et toujours secrètement encouragé par la saccharocratie qui parvint à le nommer au tout puissant poste madrilène de fiscal del Supremo Consejo del Almirantazgo72. Le résultat politique de telles nominations, apparemment aberrantes de la part de Cortès libérales, fut sans surprise. Benítez de la Torre plaida la cause des planteurs, en avertissant d’une probable fronde s’il n’était pas entendu. Il le fut puisqu’il obtint en février 1821 pour Cuba un régime douanier particulier, aux antipodes de ce que souhaitait la bourgeoisie commerciale qui dirigeait l’Espagne et tentait de s’imposer à La Havane.

49Pour la période 1821-1822, il n’y eut pas non plus de députés cubains à la suite d’un vice de procédure lors des élections et Madrid reconduisit les deux porte-parole des hacendados dans leurs fonctions.

  • 73 Son procès en béatification est aujourd’hui ouvert.
  • 74 C’était l’idée que l’on avait déjà trouvée ailleurs de la Madre Patria, « la mère Patrie » pour dés (...)
  • 75 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 339.

50En novembre 1821, les élections pour la législature de 1822-1823 virent le triomphe du parti libéral créole des O’Reillistes. Les Cubains purent envoyer cette fois-ci trois députés et élirent le père Felix Varela y Morales, Leonardo Santo Suárez et Tomás Gener y Buigas. Si le premier est considéré aujourd’hui comme un des grands hommes de l’histoire de Cuba, il était déjà de son vivant une figure très célèbre de La Havane. En effet, le père Varela ayant enseigné à l’université de San Carlos le latin, la rhétorique, les mathématiques et l’économie ; il jouissait d’une réputation justifiée de grand intellectuel, doublée de celle d’un violoniste de talent. Il était connu également pour sa bonté, sa piété et reconnu dans l’exercice de son magistère73. Varela est considéré aujourd’hui comme un des premiers patriotes cubains puisqu’il a cherché à faire comprendre aux habitants de l’Île qu’ils formaient une patrie. L’évolution politique du prêtre est intéressante car elle symbolise en quelque sorte la progression de cette conscience cubaine commune. Dans un premier temps, son idée de patrie était indissociable de l’Espagne74 et ce fut avec un sincère enthousiasme que le père Varela s’était félicité en 1814 du retour de Ferdinand VII sur le trône d’Espagne. Puis, au fil des années, ses idées politiques avaient changé et son attachement à la monarchie traditionnelle était devenu bien moins évident. Sa grande amitié avec son supérieur l’évêque Díaz de Espada y Landa y était certainement pour quelque chose, tout comme son humanisme qui l’empêchait de cautionner un régime faisant le malheur de la majorité des habitants de Cuba. Les figures de Leonardo Santos Suárez et de Tomás Gener y Buigas, sont moins connues. Le premier était un riche avocat originaire de La Havane, on le présente d’ailleurs généralement comme un disciple du curé Varela. Tomás Gener y Buigas était un Catalan établi depuis 1808 à Matanzas où ses négoces prospères l’avaient conduit à occuper une charge de regidor dans cette ville. Libéraux convaincus et non de façade, les trois personnages étaient politiquement, « génétiquement » même, indépendants des intérêts des principaux saccharocrates. Leur élection s’explique par deux facteurs. Le premier est l’incident du 22 décembre 1822 entre péninsulaires et créoles qui, ayant failli tourner à l’affrontement armé, décida les élites cubaines à mettre en avant à Madrid ceux qui défendaient avec le plus de conviction l’idée d’une autonomie. Le désir de se démarquer du pouvoir espagnol était alors tel à La Havane que la saccharocratie ne pouvait décemment faire élire un de ses représentants. La deuxième raison est que Varela ne dévoila l’ensemble des thèmes qu’il comptait défendre aux Cortès qu’une fois élu. Au début de l’année il présenta alors quatre grands projets : la réforme de l’éducation à Cuba qui était un plan pour l’instruction généralisée des enfants, l’autonomie de l’Île grâce à l’élection d’une assemblée législative, la fin de l’esclavage et la reconnaissance officielle par l’Espagne des nouvelles républiques latino-américaines qui venaient de proclamer leur indépendance75. Parmi les corollaires de ces vœux, il en était un particulièrement audacieux : celui de conférer à l’assemblée législative le droit de déposer le capitaine général en cas d’abus de pouvoir. Pouvait-on rêver pensées à la fois plus innovantes et si contraires aux idéaux des maîtres de la plantation ? Se sentant trompés, ils essayèrent d’invalider les élections. En avril 1822, un alcalde prétendument libéral dénonça une irrégularité dans le scrutin, ce qui suffit aux Cortès pour l’annuler. Celles-ci cependant revinrent quelque temps après sur cette décision : la mesure s’inscrivait dans une entreprise plus vaste du raffermissement du libéralisme devant la menace de plus en plus grande du rétablissement de l’absolutisme. Mais il était trop tard : l’expédition militaire française mit fin aux Cortès avant que Varela ne put y exposer ses idées.

  • 76 Ibid., p. 338.

51Jamais, jusqu’au rétablissement de l’absolutisme, la saccharocratie ne cessa de combattre pour défendre ses intérêts. Lorsque le projet abolitionniste de Varela fut connu, elle envoya Juan Bernardo O’Gavan y Guerra dans les cercles de décision madrilènes pour défendre l’esclavage d’une manière officieuse76. Et elle se mobilisa pour les élections de mars 1823 à l’issue desquelles sa victoire fut totale. Car les trois nouveaux députés n’étaient autres que Andrés de Arango y Núñez del Castillo, le héros de Bailén, Gonzalo de Aróstegui y Herrera, alors capitaine général de Porto Rico et de Antonio Ramón Zarco y Valle, un Havanais commandant général en second de la place militaire de Madrid. Mais ce fut une victoire inutile : le 6 avril les armées françaises franchissaient la frontière, trois semaines plus tard les Cortès quittaient Madrid pour se réfugier une nouvelle fois à Séville puis Cadix, emportant avec elle Ferdinand VII prisonnier, pour finalement capituler le 30 septembre. Dans ces conditions, les nouveaux députés cubains n’avaient pu siéger, mais ceux de la législature antérieure avaient été reconduits. Varela, profondément choqué par l’attitude du roi, prononça avec nombre de ses collègues la déchéance du monarque. Acte courageux, mais sans lendemain, qui l’obligea à s’exiler aux États-Unis pour échapper à la sentence de mort prononcée par le nouveau pouvoir madrilène contre lui. Tomás Gener et Leonardo Santo Suárez furent également proscrits. L’intervention française portait aussi un rude coup aux leaders libéraux créoles. Enfin, la nouvelle officielle du rétablissement de l’absolutisme parvint comme toujours avec un certain décalage à La Havane, le 8 décembre, mais sa proclamation qui entraîna des protestations, dont celle du poète José María Heredia y Heredia, se fit sans incidents majeurs. Et cette modération, qui tranchait sur les scènes délirantes de l’arrivée de la constitution trois années plus tôt, illustre aussi la discipline du pouvoir aristocratique créole à La Havane durant toute la période.

52Cette discipline s’explique par deux raisons d’importance inégale dont la première est liée à l’évolution de la situation internationale et la seconde aux excès du parti libéral péninsulaire. L’élite aristocratique sut exploiter les crises de l’une et les erreurs de l’autre pour se rendre indispensable aux Cortès et au capitaine général.

  • 77 On a trace des communications entre l’intendant et le pouvoir royal sur l’acheminement d’argent et (...)
  • 78 AGP, caja 11762, exp. 40.
  • 79 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 271.

53Pendant le Trienio Liberal se produit l’émancipation de la plupart des territoires de l’Amérique espagnole continentale. Or, les défaites des armées espagnoles amenèrent dans l’Île des soldats certes battus, mais prêts à livrer encore bataille sur ce sol pour connaître la victoire, ainsi que de nombreux soldats péninsulaires pour préparer des opérations de reconquêtes77. Cela eut pour conséquences directes de faire de Cuba un camp militaire retranché, complétant une évolution, que la cession de Saint-Domingue à la France en 1796, la reddition de l’île de Trinidad aux Anglais en 1797, la réaction de 1814 et la cession de la Floride occidentale en 1819, puis orientale en 1821 aux États-Unis avaient déjà préparée. Le bastion idéologique absolutiste en sortit renforcé également par l’arrivée massive d’aristocrates, de grands propriétaires, qui, à la différence d’autres membres des élites, avaient préféré le parti de l’Espagne. Comme les militaires, ils avaient en horreur les idéaux libéraux qui les avaient poussés à la défaite ou à l’exil, et n’en faisaient pas mystère. Le Consulat royal fut même un moment dirigé pa rAntonio del Toso, revenu précipitamment du Venezuela après avoir tenté de restaurer le pouvoir espagnol, ne pouvant empêcher certains de ses partisans d’être pris et pendus78. Par ailleurs, l’évolution vers la tyrannie du Mexique indépendant d’Iturbide fit vaciller un temps les idéaux autonomistes de nombre de créoles et leur fit considérer comme sages les positions des aristocrates. Dans le même temps, les Cortès se virent soudain privées des revenus que leur apportaient les anciennes colonies. Mais la première victime de ce manque fut le maréchal Morillo chargé de reconquérir l’Amérique : privé de tout soutien, il se vit contraint à signer un armistice avec les rebelles, ce qui précipita la décomposition de l’Empire. L’aristocratie cubaine put alors abattre sa carte maîtresse, celle de la puissance financière que représentait l’Île, afin de se rendre indispensable. Les écrits de Francisco de Arango y Parreño et les démarches personnelles de Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos, qui se déplaça à Madrid en tant que surintendant, persuadèrent les Cortès que seule une gestion cubaine pouvait permettre d’assurer à la Péninsule des revenus importants. Ils eurent d’autant moins de problèmes pour valider cette démonstration que la nomination à des postes clefs de l’administration des finances de chefs de régiments révoltés, avait brusquement relancé la fraude et la contrebande, au grand bénéfice des commerçants, mais au détriment plus grand encore des caisses de l’État79. Le résultat immédiat de ces gestions fut non seulement le maintien durable à Cuba d’un régime douanier particulier, qui venait d’être obtenu depuis peu, mais surtout la reconnaissance du caractère incontournable de la puissance de l’aristocratie havanaise.

  • 80 J. A. Piqueras, « El mundo reducido a una Isla », pp. 323-329.
  • 81 M. Hernández González, « Masonería, liberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal  (...)
  • 82 « La Tante Catana, femme de l’Oncle Bartolo ».
  • 83 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 300.
  • 84 L. R. Jensen, Children of Colonial Despotism, p. 64.
  • 85 M. Hernández González, « Masonería, lliberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal (...)

54Si les Cortès libérales avaient mis plusieurs mois pour s’en convaincre tout à fait, leur envoyé, le capitaine général Mahy y Romo mit beaucoup moins de temps pour le comprendre et s’engagea dans le chemin d’une coopération qui ne se différencia pas de celle de ses prédécesseurs. Le parti péninsulaire, à travers sa presse agressive, ses milices de moins en moins disciplinées, sa gestion malheureuse des fonds publics, était un facteur de désordre d’autant plus regrettable que l’Empire était en flammes. José Antonio Piqueras a montré également l’évolution du capitaine général, à partir de ses inquiétudes au sujet de l’agitation de la capitale80, et sous la pression des planteurs. De plus, des sources mentionnent Mahy comme franc-maçon81. A-t-il été initié à La Havane ? En tout état de cause, cela favorisa grandement le rapprochement avec le comte d’O’Reilly et les idéaux qu’il défendait. En effet, moins d’un an après sa prise de fonctions, Mahy avait purgé les milices de ses éléments les plus exaltés, pris des mesures contre les chefs des régiments rebelles et même enfermé Tomás Gutierrez de Piñeres pour douze mois, au motif de campagnes de presse diffamatoires. En regard, Mahy fut de plus en plus complaisant avec les ripostes de la saccharocratie. Si le Tío Bartolo eut à subir la censure du capitaine général, la Tía Catana, Mujer del Tío Bartolo82 ne fut jamais inquiétée. Lorsque le 13 avril 1821, le capitaine de dragons Domingo Armona y Lisundia, de famille patricienne, dévasta avec ses hommes le local du journal El Esquife Constitucional et roua de coups son directeur pour l’avoir injurié, Mahy se contenta de suspendre pour peu de temps le militaire de ses fonctions83. Mieux encore, le capitaine général couvrit de son autorité quelques mois plus tard les exactions que ce militaire perpétrait contre les libéraux péninsulaires avec une petite troupe qu’il avait constituée84. Outre les intérêts politiques identiques entre les deux personnages, on comprend mieux cette attitude, en apprenant qu’Armona était lui aussi franc-maçon… Nul doute que Mahy répondit au devoir de protéger son frère85. Lorsqu’en 1821, avant que n’interviennent Arango et Pinillos, les Cortès voulurent supprimer le libre commerce pour Cuba, Mahy décida, comme ses prédécesseurs avant lui dans des circonstances similaires, de ne pas appliquer ces ordres. Cet engagement de plus en plus manifeste alimenta la rumeur qu’un empoisonnement – et non le vómito negro – serait la véritable cause de sa mort le 17 juillet 1822. L’intérim fut assuré par Sebastián Kindelan y O’Reagan, qui avait été nommé au poste de secundo cabo en même temps que Mahy prenait ses nouvelles fonctions à La Havane. Né à Ceuta et originaire d’une famille irlandaise, Kindelan connaissait l’île du Crocodile pour avoir occupé de 1798 à 1809 – essentiellement sous l’autorité de Someruelos donc – la charge de gouverneur de Santiago de Cuba. Comme ses deux anciens chefs et bien que lui aussi libéral convaincu, Kindelan poursuivit avec les élites aristocratiques havanaises, la même politique de coopération.

55Et il le fit avec d’autant plus de conviction qu’à la fin de l’année 1822, les excès du parti libéral péninsulaire ne lui laissèrent pas d’autre alternative. Devant la persistance de la domination de l’aristocratie havanaise, soutenue par la première autorité de l’Île, convertie en leur opposant, les « pignéristes » tentèrent de prendre par les armes le pouvoir que les autorités leur avaient refusé. En effet, le 22 décembre, pendant les élections pour renouveler les députés aux Cortès, une altercation entre un officier de dragons péninsulaire et un créole faillit dégénérer en bataille rangée entre milices créoles et troupes venues d’Espagne. Les différentes compagnies se mirent sur le pied de guerre, se retranchèrent dans plusieurs quartiers de la ville et à l’extérieur de celle-ci. La Havane vécut ainsi une scène que d’autres grandes cités de l’Empire subirent dix à douze ans plus tôt. Des discussions entre les chefs des différentes troupes permirent d’éviter le bain de sang et de rétablir durablement le calme. L’événement conforta l’aristocratie créole puisque ses milices avaient fait échouer cette sorte de putsch et sauver le capitaine général mandaté par les Cortès libérales, tandis que le parti péninsulaire achevait de se déconsidérer. C’est ce climat qui explique la victoire de Varela, de Gener et de Santo Suárez puisqu’ils s’étaient présentés comme les personnes les plus à même de défendre les intérêts de tous les Cubains, face aux menaces et à l’autoritarisme des Espagnols.

  • 86 On trouvera des informations sur une partie de sa carrière dans AGI, Santo Domingo, leg. 1982.
  • 87 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 345.
  • 88 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 337.
  • 89 AGI, Ultramar, leg. 87.

56D’autres nominations ou succès aux élections sont directement à mettre en rapport avec les évolutions politiques dans la Péninsule. Ce fut la menace d’une invasion étrangère qui incita le gouvernement madrilène à ne plus collaborer avec les aristocrates havanais. Ainsi s’explique le revirement concernant la validité de l’élection de Varela, Gener et Santo Suárez. Madrid mit fin, avec tous les risques que cela comportait, à l’intérim de l’Intendance assuré par Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos depuis plus de deux ans. Ce fut Francisco Javier Arambarri qui le substitua86 avec pour mission de favoriser les intérêts des commerçants péninsulaires87. D’autre part, la perspective rassurante d’intervention française décida aussi les absolutistes havanais à lever le voile et à envoyer comme représentants certains de leurs membres les plus emblématiques. En revanche, au début de l’année 1823, les Cortès ne revinrent pas sur leur décision prise en septembre 1822 de nommer capitaine général Francisco Dionisio Vives y Planes, dont le profil politique s’apparentait à celui de Nicolás Mahy y Romo. Vives, bien que favorable aux idéaux libéraux, n’en était pas pour autant un défenseur acharné, préférant servir le pouvoir espagnol plus qu’une idéologie. Eduardo Torres Cuevas affirme que Vives avait été nommé pour complaire aux Cubains, car ayant été au préalable ambassadeur aux États-Unis, il pouvait s’avérer très précieux88. Il entra en fonctions le 3 mai 1823 sous les ovations des Havanais89. À cette date, les armées françaises étaient en Espagne et les jours des Cortès comptés : c’est sans hésitations que Vives se rangea aux côtés des absolutistes.

  • 90 En référence au nom original donné par les Taïnos, qui voulait dire « place centrale ».
  • 91 P. Estrade et A. Pérotin-Dumon, « Les Antilles espagnoles », p. 71.
  • 92 AGI, Ultramar, leg. 88, exp. 119.
  • 93 « … Ha contribuido […] a conservar aquella isla unida a la metrópoli » (AGI, Ultramar, leg. 82).

57Dans ce contexte d’alliances apparemment contre nature, d’interventions armées et d’espoirs déçus, la dernière carte que tentèrent de jouer les libéraux péninsulaires, rejoints par quelques créoles finalement désillusionnés eux aussi, fut celle de l’indépendance. Cette option gagna des partisans avec la progression d’une rumeur sans fondement qui attribuait à l’Espagne le désir de vendre Cuba aux États-Unis, comme elle l’avait fait avec la Floride quelque temps plus tôt. Par ailleurs, le comte d’O’Reilly n’avait pas réussi à grouper autour de son maillet de Grand Maître tous les francs-maçons de Cuba. Ainsi, une loge connue sous le nom évocateur de Soles y Rayos de Bolívar entendit mettre à profit l’idéal de discrétion et de fraternité pour faire triompher la cause indépendantiste. La loge qui glorifiait la figure du Libertador se lança donc dans l’élaboration d’un vaste complot, parfaitement connu aujourd’hui, car rapidement démantelé par la police du capitaine général en août 1823. Le complot regroupait 602 partisans, sous l’autorité du Havanais José Francisco Lemus y Escámez. Celui-ci, colonel de l’armée de Bolívar, appuyé par le nouveau gouvernement colombien, voulait faire de Cuba la République de Cubanacán90. Paul Estrade et Anne Pérotin-Dumon ont rappelé que « les conjurés appartenaient aux milieux créoles les plus divers, à l’exception de celui des planteurs esclavagistes91 ». Y figuraient ainsi des Noirs libres, des petits artisans, mais aussi le poète José María Heredia. En faisaient partie également des sous-officiers de milices nationales, ou encore José Antonio Miralla, Diego Tanco. Les véritables libéraux péninsulaires avaient donc essayé de casser le lien transatlantique plutôt que de le voir se renforcer avec le rétablissement de l’absolutisme en Espagne. Au contraire, Juan Agustín Ferrety, alcalde ordinario, d’apparence seulement, constitutionnelle, fut félicité par le capitaine général Vives pour son action dans la découverte du complot indépendantiste92. Un autre document indique, sans plus de précision, qu’un patricien, Rafael Cárdenas y Chacón joua à cette occasion un rôle important pour maintenir « l’Île unie à la métropole93 ». Les principaux chefs furent donc arrêtés et toute la structure mise à jour avant qu’une seule opération ait pu être lancée. La répression contre les comploteurs fut très modérée : le capitaine général ne prononça que quelques dizaines de peines d’exil, dont celle du poète. Les raisons de cette clémence sont mystérieuses et tiennent peut-être au fait qu’en définitive, malgré le grand nombre de partisans, la menace ne fut pas très importante, car les élites aristocratiques qui disposaient du véritable pouvoir n’étaient pas impliquées et aussi au fait que les conjurés ne reçurent pratiquement pas d’appuis extérieurs.

58Il est vrai que Cuba ne connut jamais de coups de mains « étrangers » comme celui préparé par le compagnon d’armes de Bolívar, Ducoudray-Holstein, pour libérer Porto Rico et transformer l’île en République de Boncua. À partir de 1823 ce risque s’amenuisa encore avec la proclamation de ce que l’on allait appeler la doctrine Monroe. À travers elle, les États-Unis, opposés à toute forme d’appui indépendantiste extérieur et de cession à une autre puissance européenne, s’affirmaient comme les « protecteurs naturels » de Cuba. Plus que les sentiments anticolonialistes affichés, c’était bien sûr le grand volume de transactions commerciales qui dictait cette politique.

59C’est peut-être justement de l’étranger, mais en l’occurrence d’un ressortissant français, qu’émane la vision la plus juste de la situation politique à cette époque. Il s’agit de l’analyse que fait le capitaine de vaisseau Jacques-Philippe Cuvillier au ministre de la Marine et des colonies. De retour d’un voyage à Cuba, celui qui allait être plus tard gouverneur de l’île de la Réunion, après avoir expliqué pourquoi Cuba ne pouvait en aucune manière subir le sort de Saint-Domingue, en raison d’une nombreuse paysannerie blanche et armée, et la nette séparation entre esclaves de plantations et esclaves urbains, écrivait :

  • 94 CAOM, Fonds ministériels, SGAmer / 16.

On ne peut se dissimuler qu’il existe dans l’île de Cuba quelque esprit d’opposition à l’Espagne ; mais cet esprit d’opposition serait le même envers toute autre puissance européenne ; les créoles se trouvent généralement humiliés de leur soumission à l’Europe. Le créole, sujet de l’Espagne est de plus irrité de l’exclusion où la vieille et jalouse politique le tenait écarté de tous les emplois de quelque importance dans son propre pays. Mais la génération qui a pu connaître encore l’ancien ordre des choses et qui a vu se développer à Cuba toutes les ressources de l’industrie et du commerce, voit d’un autre côté, l’exemple de toutes les calamités qui accablent les anciennes possessions espagnoles qui ont voulu se donner une indépendance que l’on a pu croire prématurée. L’habitant de Cuba a donc pu se convaincre, par la seule réflexion, que tout changement dans la situation politique de son pays ne pouvait que lui être nuisible pour ne pas dire dangereuse. Il est donc lié par son intérêt seul au maintien de l’ordre et du système existant aujourd’hui94.

60Plus en avant dans son propos, Cuvillier justifie implicitement cette définition d’ensemble des créoles qui ne laisse pas de place aux distinctions sociales en disant que « l’échec de la conspiration [de Soles y Rayos de Bolivar] a rapproché les gens de biens que divisaient quelques opinions politiques et [a conforté] l’ordre établi ». En essayant de poursuivre ce raisonnement, et après cette analyse des différents scrutins, on pourrait ajouter aussi que l’épreuve du Trienio Liberal a été une nouvelle occasion pour les élites absolutistes de témoigner d’une capacité de résistance supérieure encore à celle de la première époque constitutionnelle. Elles ont montré aussi que leur assise était plus solide que celle du roi d’Espagne, obligé de faire appel à des troupes étrangères pour être rétabli dans son pouvoir. D’autre part, les aristocrates ont prouvé qu’ils étaient indispensables à l’Espagne, au point que même le pouvoir libéral ne pouvait se passer de leur coopération. Dès lors, le lien entre les aristocrates et le roi ne pouvait plus qu’en sortir influencé. Cette résistance, toutes ces vicissitudes depuis une vingtaine d’années et une usure naturelle, avaient commencé à fragiliser la saccharocratie.

IV. – Premiers signes de fragilité du groupe

61En dépit de sa puissance, deux lignes de fracture de nature différente divisent et menacent le groupe aristocratique havanais vers les années 1820. La première est représentée par une menace de ruine, voire une banqueroute bien réelle de certaines familles, en dépit de la croissance économique. La seconde est constituée par la crainte de l’extinction biologique et l’effet dangereux de la stratégie de l’endogamie. D’une certaine manière, les deux fissures s’entrecroisent, ce qui favorise une amplification du danger qu’elles représentent pour le groupe.

  • 95 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.
  • 96 « Sociedad y compañia », AGI, Ultramar, leg. 42, exp. 32.
  • 97 « Un conjunto de circunstancias lastimosas » (AGI, Santo Domingo, leg. 1972).

62La défaite napoléonienne n’a pas seulement ruiné la carrière politique des quelques Havanais qui firent le choix de suivre les aigles, elle entraîna également des soucis financiers à leur famille. Le fils du marquis de Casa Calvo, un frère de Gonzalo O’Farrill y Herrera et une fille de María Teresa Montalvo y O’Farrill durent faire certaines démarches auprès de l’administration de la monarchie pour récupérer les biens qui leurs avaient été confisqués sous le motif de haute trahison95, car, le 2 mai 1809, la Junta Central avait prescrit la confiscation totale des biens de toutes les personnes passées dans le camp « joséphin ». Cette décision embarrassa beaucoup Ignacio O’Farrill y Herrera, car il était co-propriétaire avec le frère du ministre de la guerre d’une « société et compagnie », que la Régence confisqua et mit en vente96. Afin que la moitié de l’affaire n’échappât point à la famille, Ignacio dut racheter la part de son frère évaluée à près de 91.000 pesos. Le retour des libéraux en 1820 entraîna un décret des Cortès permettant à certains afrancesados de recouvrir leurs biens. Mais des complications administratives survinrent – par égarement de papiers – et plus de 43.000 pesos ne furent jamais restitués. La comtesse Merlin, souvent à court d’argent, demanda plusieurs fois des subsides à son frère, tandis que sa sœur María Josefa, fit également des démarches, par l’intermédiaire de son mari, Pedro Sáenz de Santa María, pour récupérer des biens confisqués. Ce dernier en profita pour tenter de justifier son engagement par un « ensemble de déplorables circonstances » ; mais rien n’indique le montant des biens mis sous séquestre, ni s’ils furent rendus97.

  • 98 AGI, Títulos, leg. 2 exp. Casa Calvo.

63Plus compliquée et plus lourde de conséquences, fut la confiscation des biens qui frappa le marquis de Casa Calvo98. De ses deux fils, seul le cadet présent à Madrid, Ignacio avait collaboré avec les Français, l’aîné, Pedro José Calvo de la Puerta y Peñalver, resté à La Havane pour s’occuper des ingenios, ne s’était en rien compromis. Par mesure de rétorsion donc, les propriétés du marquis et d’Ignacio avaient été rapidement mises aux enchères. Pedro José dut prouver qu’il était bien le propriétaire d’une terre, comprise dans cet ensemble, évaluée à plus de 170.000 pesos. Il se porta acquéreur de la part de son frère, s’élevant à près de 75.000 pesos, mais manquant de liquidités, il n’avait pu avancer que le cinquième de la somme, s’engageant à verser le reste en sept annuités, qu’il ne régla jamais. Il ne put rien faire pour préserver la fortune de son père. En 1818, après une longue procédure, Ignacio, avançant qu’il était mineur au moment des faits obtint l’annulation de la confiscation de ses biens et même une sorte de dédommagement de 100 pesos par mois. Cette somme était bien insuffisante pour soutenir le train de vie auquel il aspirait et il dut se résoudre à vendre la part d’une maison qu’il détenait avec son cousin le comte consort de Santa María de Loreto et même emprunter au colonel Francisco Chacón y O’Farrill 20.000 pesos au taux de 5 %. Son frère aîné, Pedro José, se trouvait lui aussi dans une position délicate, car il avait du mal à récupérer le cinquième qu’il avait versé ; il se vit en outre privé de l’héritage paternel, en l’occurrence un ingenio, dont les revenus lui étaient nécessaires pour pouvoir jouir du titre de marquis de Casa Calvo vacant depuis la mort de leur père.

  • 99 Ibid.
  • 100 AOHCH, Actas capitulares, lib. 113.
  • 101 F. J. Santa CruzyMallén, Historia de las familias cubanas, t. I p. 350.

64Si les exemples précédents montrent que quelques familles étaient fragilisées économiquement, comme séquelles de la guerre d’Indépendance, ils illustrent néanmoins que la cohésion de leurs membres n’était en rien entravée. Les fils du marquis de Casa Calvo ne se déchirèrent pas, pas plus qu’Ignacio O’Farrill y Herrera ne chercha à nuire aux intérêts de son frère exilé. Et aucun O’Farrill ou Montalvo ne fut victime de la sorte d’ostracisme qu’avaient subi les Peñalver à la suite de leur engagement au côté des Anglais en 1762. Il y eut même de beaux exemples de solidarité : ainsi, Juan Francisco Núñez del Castillo y Espinosa de Contreras aida Ignacio Calvo de la Puerta y Peñalver a récupérer ses biens99 et ce dernier fut élu alcalde ordinario100 en 1828. Au contraire, la résolution du seul problème qui survint montre la cohérence politique du groupe. En effet, l’unique personne qui fut attaquée et dénoncée comme un agent de Bonaparte qu’il fallait proscrire, fut Francisco Beltrán de Santa Cruz y Montalvo, le fils de l’ami de Godoy et de l’amante de Joseph Ier. Et l’accusation vint de son oncle, le deuxième comte de Casa Barreto, qui occupait déjà une position marginale en 1808, et il accrut son capital d’inimitiés en demandant la grandesse d’Espagne, comme récompense de l’action menée contre la mise en place d’une junta. Tout aussi maladroitement, Barreto ne faisait pas mystère que cette attaque avait pour but de déposséder son neveu de sa grandesse et de son majorat101. La manœuvre ne porta tort qu’à son auteur, Francisco Beltrán de Santa Cruz, prouvant son innocence sans aucune difficulté. Le comte se retrouva alors encore plus isolé au sein de la saccharocratie, ce qui explique aussi qu’il n’eut d’autre moyen pour accéder à la grandesse, et par là retrouver une certaine honorabilité, que de débourser la somme de 70.000 pesos.

65Les querelles qui agitent l’aristocratie havanaise au début du xixe siècle concernent presque toujours des héritages ; une généalogie de plus en plus entremêlée multipliant les occasions de litige s’ajoute à certaines faillites, qui touchent des familles situées à la périphérie de la saccharocratie, voire quelques personnes de premier plan : c’est là une nouveauté. Les raisons en sont multiples, mais tiennent pour beaucoup à des investissements risqués en de courtes périodes défavorables.

  • 102 AGI, Ultramar, leg. 22, exp. 11.
  • 103 AGI, Ultramar, leg. 125.
  • 104 ANC, Intendencia General de Hacienda, leg. 52, sign. 16.
  • 105 AGI, Santo Domingo, leg. 1979.
  • 106 ANC, Escribanía de Pontón, lib. 152, t. II, f° 298.
  • 107 ANC, Archivo de Varios, leg. 253, n° 3832.
  • 108 AGI, Ultramar, leg. 30, exp. 17. Le document qui traite essentiellement de procédures judiciaires n (...)
  • 109 « La Audiencia de Puerto Príncipe entregada a la influencia y poder de los Arangos » (AGI, Ultramar (...)

66L’hacendado Andrés Armenteros y Zaldívar mourut ruiné en 1817 pour avoir prêté de l’argent à vingt-huit personnes incapables de le rembourser, elles-mêmes victimes d’une chute temporaire du cours du sucre. Dès 1809, Armenteros accusait un passif de plus de 44.000 pesos102. Agustín Ugarte y Aróstegui, bien qu’il fut possesseur d’un ingenio de plus de 160.000 pesos, éprouva des difficultés financières et devait même, à sa mort en 1809, 7.500 pesos à sa sœur María Micaela103. Son frère Domingo, subissant des difficultés similaires, s’était vu saisir des esclaves dès 1804104. Il y eut même deux personnes et à travers elles, deux familles appartenant à la plus haute aristocratie, qui furent complètement ruinées. Le premier exemple est fourni par José Lorenzo Montalvo y O’Farrill, deuxième comte de Casa Montalvo, qui fit de très mauvaises affaires avec la maison de commerce Poey, elle-même endettée auprès de la Real Hacienda. Comme les précédents, bien qu’il possédât un ingenio évalué à plus de 250.000 pesos, il devait à l’État plus de 41.000 pesos en 1803105. Le roi lui accorda un délai de quatre années pour payer eu égard à sa personne et à sa famille. Malgré cela, son train de vie dut s’en ressentir puisque, ne pouvant s’offrir les services d’un cuisinier de talent, il employa à cet effet un esclave, lui promettant la liberté au bout de sept années de service106. Sa faillite fut consommée lorsqu’il plaça tout ce qui lui restait dans le détournement d’une rivière dont il voulait exploiter la force pour faire tourner ses moulins à sucre. Cet échec illustre ainsi ce lien dramatique entre planteurs et esclaves : vouloir s’en passer conduisait à la ruine. Il mourut en 1814, laissant à sa famille une situation dramatique puisque sa veuve prit, quelques années plus tard, la plume pour demander l’annulation d’une cédule du majorat, obligeant son héritier à l’augmenter de seulement 1.000 pesos par an107. La seconde famille à se retrouver dans la gêne fut celle des Núñez del Castillo, marquis de San Felipe y Santiago et comte del Castillo et à ce titre Grand d’Espagne. C’était une des plus anciennes. Elle était victime, selon ses dires, d’une sorte de captation d’héritage de la part du clan Arango. Le différend qui remontait à l’année 1786 et qui devait porter sur une quantité de biens considérables, donna lieu à un combat judiciaire acharné entre les deux parties108. En mars 1818, Juan Francisco Núñez del Castillo y Espinosa de Contreras écrivait au roi afin qu’il suspende le verdict de l’Audience de Puerto Príncipe qu’il accusait d’être « soumise à l’influence et au pouvoir des Arango109 », car elle dépossédait, au profit de ces derniers, toute la fortune de sa famille, jusqu’aux revenus des majorats, au point de rendre très critique leur situation et de ne plus leur permettre de vivre selon leur rang de Grand d’Espagne. Il est fort probable cependant que l’héritier des marquis de San Felipe y Santiago ait exagéré la situation dans laquelle il se trouvait. Non pas seulement parce que la monarchie confirma le verdict de l’Audience, mais parce que Juan Francisco eut une carrière brillante, accédant au rang de maréchal de camp, qu’il se maria avec une Pedroso et que les nombreux témoignages favorables qu’on lui demanda dans les enquêtes d’habits d’ordres militaires prouvent qu’il garda beaucoup d’amis et une grande influence. Toutes choses qu’une faillite totale aurait fortement compromises. Le plus véridique dans cette longue procédure est la révélation de l’inimitié entre les Núñez del Castillo et les Arango, autre fêlure (mais non cassure) dans le bloc aristocratique havanais.

  • 110 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 350.
  • 111 J. de la Pezuela, Diccionario Geográfico, estadístico, histórico de la Isla de Cuba, t. IV, p. 478.
  • 112 Ibid., p. 132.

67Les précédents évoqués ne peuvent en aucune manière définir une tendance générale de l’appauvrissement des planteurs. Les fortes sommes déboursées pour se parer de titres de Castille et l’accroissement de la production de sucre, suffisent pour démentir cette impression. Seulement durant les deux premières décennies du xixe siècle, certaines familles subissent une fragilisation économique et quelques faillites, d’autant plus retentissantes qu’elles étaient isolées. Enfin elles n’étaient peut-être pas définitives, comme le montre l’exemple de Francisco Javier de Santa Cruz, comte de San Juan de Jaruco y Santa Cruz de Mopox, dont l’héritage fut mis sous séquestre à la mort de son père en 1807 pour payer ses créanciers ; la Junta Central parvint ainsi à mettre la main sur un actif de plus d’un million de pesos110. En même temps qu’il para l’attaque de son oncle Barreto, qui voulait le déposséder de ses titres, il parvint à récupérer ses biens et réussit le tour de force de payer toutes les dettes de son père111, s’enrichissant même assez pour doter la petite ville de Nueva Paz d’une église paroissiale112.

  • 113 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Fernando Peñalver.
  • 114 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 296.

68Il est possible que la plus grande fragilité qui commença à se révéler lors de cette période concerna l’évolution biologique des familles. L’oligarchie, dans sa course vers l’aristocratie et la gloire du sang hérité, sanctionnée par un titre, ainsi que dans son souci d’unir les capitaux pour accroître la taille des ingenios, développa une forte endogamie. On se mariait très jeune, entre cousins, entre oncle et nièce et parfois la descendance était de constitution bien fragile. Les aristocrates étaient parfaitement conscients de la vulnérabilité de leur lignée, comme le montre le comte de San Fernando Peñalver qui, en 1817, prit la précaution de demander une licence royale pour transmettre son titre à une de ses filles, en cas de décès de son fils unique113. L’étude de la transmission des titres de Castille peut fournir un bon indicateur de la vigueur des familles et pallier l’imprécision des manuels de généalogie qui souvent ne mentionnent que les enfants ayant atteint une dizaine d’années. Ainsi, si l’on constate que les titres se transmettent (comme le voudrait l’idéal) de père en fils, la probabilité que les parents aient eu plusieurs enfants des deux sexes est plus élevée. Si, au contraire ils sont légués à une fille c’est déjà un échec et c’est encore plus grave si c’est un frère qui en hérite. Jusque vers 1820, les titres parviennent généralement encore à être transmis en ligne masculine directe. On compte cependant comme exception notable celle du deuxième comte de Zaldívar de la Real Fidelidad, qui mourant sans descendance transmis le titre à son frère, ainsi que le premier comte de San Esteban Cañongo, qui laissa le titre à son neveu. L’arbre généalogique de ce dernier qui aurait pu présenter huit patronymes différents au niveau de ses arrière-grands-parents, n’en montrait que cinq. Malgré son mariage, il décéda sans succession. Avant 1824, seul un aristocrate cumula deux titres provenant de deux lignées différentes : Manuel O’Reilly y Calvo de la Puerta était troisième comte d’O’Reilly par son père et quatrième comte de Buena Vista par sa mère. Et, fait sans précédent, un titre se perdit, celui de marquis Jústiz de Santa Ana, déclaré caduc à la mort de son troisième possesseur en la personne de María de la Luz Aparicio del Manzano y Jústiz en 1819 ; c’était le titre le plus ancien114.

69Enfin, est-ce un hasard si ces signes de fragilité de l’aristocratie sont contrebalancés par un indice frappant de dynamisme de la classe des commerçants ? En effet, en 1819, le cabildo dut pour la première fois de son histoire consentir à accueillir dans ses rangs une personne totalement étrangère à son monde et à ses valeurs et ceci à la suite précisément de l’essoufflement financier et biologique d’une famille. La mort de Luis Ignacio Caballero y Rodríguez, avec seulement deux filles et un frère ecclésiastique pour lui succéder, signifiait la disparition à brève échéance d’un nom, d’une maison. Luis Ignacio avait légué tous ses biens à ses héritières, dont une charge de regidor qu’elles ne pouvaient bien sûr exercer en propre. L’une était veuve, l’autre mariée au regidor José María de Xenes y Montalvo qui ne pouvait cumuler deux charges. Trois mois seulement après la mort de leur père, en août 1819, les héritières vendirent ladite charge au commerçant Enrique Disdier. Bien que l’on ne sache pas le montant auquel les héritières consentirent à céder cette charge, on peut supposer qu’il fut très élevé et que Disdier fut le meilleur enchérisseur. Ainsi, la saccharocratie n’eut pas la force de s’opposer à l’intrusion en son sein d’un commerçant, ce qui semble bien marquer la fin d’un âge d’or, voire l’amorce d’un déclin.

70Cette courte période de 1814 à 1823 fut très importante dans la relation suivie entre les planteurs et le roi. Les adversités qu’ils durent affronter ensemble confirmèrent combien leurs intérêts étaient liés. Dès 1814, Ferdinand VII s’attacha à rendre la relation entre les élites traditionnelles et lui la plus personnelle possible, ce qui répondait du reste au désir de ces Havanais. La distribution d’honneurs, tout comme la promulgation de lois avantageuses étaient, il est vrai, peut-être un habillage d’une situation économique et géostratégique bien particulière. Par le passé, Cuba, avait vécu en grande partie grâce au situado. Désormais, les droits du libre commerce assuraient à l’Espagne des revenus considérables. Et ce développement économique s’était fait sans investissement espagnol, sans la Marine espagnole, sans la capacité de réexportation espagnole. C’était un phénomène totalement différent des Sugar Islands anglaises et des colonies françaises, dans lesquelles les plantations coloniales étaient le produit du capital métropolitain, tandis que le produit colonial s’exportait, se transformait, se consommait et se réexportait sur des bateaux et dans des raffineries métropolitaines. Ces conditions économiques invalidaient la classification de Cuba comme colonie, ce que la persistance d’un pouvoir créole réactionnaire dans une période dominée par les libéraux en métropole achevait de démentir. Tout un ensemble de facteurs se rejoignirent pour s’opposer à l’indépendance de l’Île au moment où l’Empire basculait vers son émancipation : la situation économique évoquée, la peur d’une révolte esclave en cas de guerre civile, la capacité de s’opposer aux constitutionnalistes ou encore la situation de base arrière militaire de Cuba. Mais comme dénominateur commun de toutes ces raisons, on trouve les élites havanaises, prisonnières de leurs esclaves, de leur fortune, de leurs préjugés de caste et dont la politique de repli sur elles-mêmes les détournait naturellement d’une aspiration indépendantiste. Cette dernière stratégie avait fait longtemps la force de ces élites, autant qu’elle avait servi à construire leur identité. Mais vers 1820 ces élites commençaient à en subir les premières conséquences négatives, tout en prouvant qu’elles pouvaient garder leur prééminence politique à La Havane sans l’appui de la monarchie absolue. Ces conditions n’étaient-elles pas de nature à modifier les relations entre le planteur et le roi ?

Notes

1 J. Pérez, Histoire de l’Espagne, p. 522.

2 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Fernandina.

3 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

4 Ibid.

5 AGI, Títulos, leg. 1, exp. Baynoa.

6 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Fernandina.

7 « … A la prudencia con que os condujisteis en el tiempo que por elección de aquella provincia ejerciteis el encargo de Diputado a las llamadas Cortes » (ibid.).

8 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

9 Ce lien de parenté fut par ailleurs un argument de poids à l’heure de lui concéder le titre (AGI, Títulos, leg. 3, exp. Casa Ramos).

10 AGI, Títulos, leg. 2, exp. 7.

11 AGI, Títulos, leg. 2, exp. 7.

12 AGI, Ultramar, leg. 32, exp. 12.

13 Aujourd’hui encore, les ordres de San Fernando et de San Hermenegildo sont les plus hautes distinctions militaires espagnoles.

14 Le Museo de la Ciudad, situé dans l’ancien palais des capitaines généraux à La Havane conserve de nombreux uniformes ainsi chamarrés.

15 « Assemblée provinciale de l’Ordre d’Isabelle la Catholique ».

16 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1919.

17 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1946.

18 A. Bachiller y Morales, Elogio del Sr. D. José de Arango y Castillo.

19 A. Souyris-Rolland, Guide des ordres, décorations et médailles militaires françaises et étrangères.

20 AGI, Ultramar, leg. 24, exp. 10.

21 AGI, Ultramar, leg. 26, exp. 1.

22 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, en fournit la liste tout au long de l’ouvrage.

23 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 333.

24 Une biographie qui met en valeur le parcours intellectuel et professionnel du personnage a été écrite par M. Á. Puig-Samper et J. L. Maldonado, « Ciencia y cultura en la época de Alejandro Ramírez en Guatemala, Cuba y Puerto Rico ».

25 « Comptable général des rentes de Cuba » (R. Nietoy Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 589).

26 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 257.

27 AGI, Títulos, leg. 2 exp. 7.

28 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 291.

29 AHN, Estado, Carlos III, leg. 1742.

30 AGI, Títulos, leg. 2 exp. Casa Calvo.

31 AHN, Órdenes militares, Alcántara, n° 9 moderno.

32 AHN, Estado, Carlos III, leg. 1742.

33 G. Lohmann Villena, Los americanos en las órdenes nobiliarias, t. I, p. 217.

34 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, pp. 253 et 255, présente une analyse assez détaillée de la mesure.

35 AGI, Estado, leg. 11.

36 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 89-99.

37 C’est aussi l’analyse d’E. Vila Vilar, « La esclavitud americana en la política española », mais elle doit être complétée par le fait que satisfaire les commerçants c’était un moyen indirect pour contrôler les planteurs.

38 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 89.

39 Ibid. p. 51.

40 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 260.

41 ANC, Asuntos políticos, leg. n° 18, sign. 12.

42 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, pp. 260-261.

43 AGI, Ultramar, leg. 86, exp. 112.

44 L. R.Jensen, Children of Colonial Despotism pp. 52-96.

45 « Le Moustique », « La Mouche », « Oncle Bartolo ».

46 On trouvera un exemplaire isolé (parmi une foule de papiers d’un tout autre intérêt) d’une de ces contre-attaques conservée à la BNJM sous la côte Collección Manuscritos, Morales T-80 (1-31).

47 AGI, Santo Domingo, leg. 1981.

48 M. Hernández González, « Masonería, liberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal ». Ce remarquable article montre combien la franc-maçonnerie cubaine est complexe, et nuance fortement l’aspect subversif que l’on prête traditionnellement à cette société discrète. À cette époque du moins, l’objectif premier de la plus influente loge était le maintien de la paix et de la tranquillité à l’intérieur de l’Île, ce qui supposait, outre l’élimination du parti libéral péninsulaire, le maintien de l’esclavage. Voir, également à ce sujet, F. Morales Padrón, « Conspiraciones y masonería en Cuba ». Aujourd’hui le promeneur peut se rendre compte immédiatement du grand nombre de loges qu’a pu abriter Cuba aux xixe et xxe siècles, car leur décoration extérieure ne laisse planer aucun doute.

49 Une certaine confusion a longtemps prévalu chez les historiens quant aux positions politiques des différents groupes en présence. Mais des recherches récentes ont permis d’y voir plus clair : la meilleure synthèse, à laquelle souscrit cette étude est celle que développe E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 337.

50 L. R. Jensen, Children of Colonial Despotim, p. 57, qui a le mérite d’évoquer ce problème, au contraire d’autres historiens, n’est pas plus explicite. Force est de reconnaître que la démonstration présentée ici souffre de cette lacune.

51 ANC, Asuntos políticos, leg. 18, sign. 12.

52 AOHCH, Actas capitulares, lib. 48.

53 AOHCH, Actas capitulares, lib. 94.

54 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 85.

55 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 283.

56 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 170.

57 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. II, p. 320.

58 M. Hernández González, « Masonería, liberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal », p. 54.

59 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 173.

60 AHN, Consejos, leg. 21130.

61 J. Pérez de la Riva, Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, p. 39.

62 AOHCH, Actas capitulares, lib. 103.

63 AOHCH, Actas capitulares, lib. 101.

64 AOHCH, Actas capitulares, lib. 103.

65 AOHCH, Actas capitulares, lib. 101.

66 AOHCH, Actas capitulares, lib. 103.

67 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 172.

68 AGI, Ultramar, leg. 87.

69 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, pp. 163-164.

70 « … Hombre de completa confianza de la plantocracia y de Fernando VII » (ibid., p. 163).

71 Ibid.

72 « Juge du Conseil suprême de l’Amirauté ». Homme de l’ombre depuis sa naissance, qui n’en sortit que pour défendre la saccharocratie aux Cortès, le personnage est très mal connu. La plupart des renseignements à son sujet sont donnés par M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 164.

73 Son procès en béatification est aujourd’hui ouvert.

74 C’était l’idée que l’on avait déjà trouvée ailleurs de la Madre Patria, « la mère Patrie » pour désigner l’Espagne, et la Patria Chica, la « petite Patrie », pour la colonie.

75 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 339.

76 Ibid., p. 338.

77 On a trace des communications entre l’intendant et le pouvoir royal sur l’acheminement d’argent et d’armes dans cette optique dans AGI, Ultramar, leg. 179.

78 AGP, caja 11762, exp. 40.

79 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 271.

80 J. A. Piqueras, « El mundo reducido a una Isla », pp. 323-329.

81 M. Hernández González, « Masonería, liberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal », p. 60.

82 « La Tante Catana, femme de l’Oncle Bartolo ».

83 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 300.

84 L. R. Jensen, Children of Colonial Despotism, p. 64.

85 M. Hernández González, « Masonería, lliberalismo y cuestión nacional en la Cuba del Trienio Liberal », p. 60.

86 On trouvera des informations sur une partie de sa carrière dans AGI, Santo Domingo, leg. 1982.

87 F. Súarez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 345.

88 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 337.

89 AGI, Ultramar, leg. 87.

90 En référence au nom original donné par les Taïnos, qui voulait dire « place centrale ».

91 P. Estrade et A. Pérotin-Dumon, « Les Antilles espagnoles », p. 71.

92 AGI, Ultramar, leg. 88, exp. 119.

93 « … Ha contribuido […] a conservar aquella isla unida a la metrópoli » (AGI, Ultramar, leg. 82).

94 CAOM, Fonds ministériels, SGAmer / 16.

95 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

96 « Sociedad y compañia », AGI, Ultramar, leg. 42, exp. 32.

97 « Un conjunto de circunstancias lastimosas » (AGI, Santo Domingo, leg. 1972).

98 AGI, Títulos, leg. 2 exp. Casa Calvo.

99 Ibid.

100 AOHCH, Actas capitulares, lib. 113.

101 F. J. Santa CruzyMallén, Historia de las familias cubanas, t. I p. 350.

102 AGI, Ultramar, leg. 22, exp. 11.

103 AGI, Ultramar, leg. 125.

104 ANC, Intendencia General de Hacienda, leg. 52, sign. 16.

105 AGI, Santo Domingo, leg. 1979.

106 ANC, Escribanía de Pontón, lib. 152, t. II, f° 298.

107 ANC, Archivo de Varios, leg. 253, n° 3832.

108 AGI, Ultramar, leg. 30, exp. 17. Le document qui traite essentiellement de procédures judiciaires n’est pas très clair sur la nature des biens disputés.

109 « La Audiencia de Puerto Príncipe entregada a la influencia y poder de los Arangos » (AGI, Ultramar, leg. 32, exp. 8).

110 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 350.

111 J. de la Pezuela, Diccionario Geográfico, estadístico, histórico de la Isla de Cuba, t. IV, p. 478.

112 Ibid., p. 132.

113 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Fernando Peñalver.

114 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 296.

Table des illustrations

Titre Tableau 9. – Comparatif des concessions de titres et de grandesses distribuées à l’élite créole havanaise entre 1814 et 1823
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Crédits Source Tableau construit à partir des références déjà présentes dans FICHOZ, grâce aux sources référencées dans AGI, Títulos, leg, 1, 2, 3, 8, 9 et 10 ; AGI, Santo Domingo, leg. 1972 et 1982 ; AOHCH, Actas capitulares ; et aux précisions de F. J. Santa Cruz y Mallen, Historia de las familias cubanas.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 12. – Titres de Castille distribués à des Cubains non Havanais entre 1763 et 1838
Crédits Source R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search