Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur al-Andalus (viiie- xve siècle)

 | 
François Géal

Les bibliothèques d’al-Andalus

François Géal

Texte intégral

  • 1 Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or.

1Seul non-arabisant parmi les auteurs de ce volume, je me vois dans l’obligation d’évoquer de prime abord les limites scientifiques de l’exposé qui suit : cette mention ne constitue pas une simple captatio benevolentiae, dans la mesure où je n’ai pas eu un accès direct aux sources ainsi qu’à la littérature critique écrite en arabe sur le sujet, peu abondante il est vrai. Ce fut en effet une expérience singulière, entreprise à la fois par curiosité et dans un souci d’expérimentation méthodologique, que cette recherche exotique menée en dehors de mon champ de recherche habituel : les XVIe et XVIIe siècles espagnols. Toutefois, je ne me suis pas tout à fait intéressé à cette question comme j’aurais pu étudier « la catachrèse dans la poésie portugaise », pour reprendre le mot des Frères Jacques. Ayant consacré ma thèse – et le livre que j’en ai tiré1 – à l’étude des bibliothèques espagnoles au Siècle d’or (ou plutôt des représentations dont la bibliothèque fut le lieu et l’objet à cette époque), il m’importait de voir ce qu’il en était au même endroit à une époque bien antérieure.

  • 2 Cf. t. VI, pp. 181-184.

2Outre le handicap linguistique que j’évoquais à l’instant, une difficulté intrinsèque, tenant à la nature même du sujet et au traitement qui en a été fait jusqu’ici, n’a pas tardé à se présenter. À la lecture de l’article « Maktaba » de l’Encyclopédie de l’Islam2, il m’est apparu que la question ne pouvait être abordée sans une perception assez précise de ce qu’il en était dans le berceau de la civilisation arabe, qu’il était impensable d’aborder les bibliothèques « hispano-arabes » ou encore « hispano-musulmanes » – on trouve ces deux terminologies et leurs équivalents dans les langues européennes – sans évoquer les bibliothèques orientales.

  • 3 A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises.

3La liste des ouvrages et articles que j’ai pu consulter relevant d’une historiographie bibliothéconomique dans le monde islamique (voir bibliographie), n’est pas considérable : elle forme même un contraste assez singulier avec les bibliographies foisonnantes qu’on trouve pour d’autres périodes (je renvoie par exemple à la volumineuse Histoire des bibliothèques françaises3 en quatre tomes) et, même pour la période médiévale, elle fait pâle figure, quantitativement parlant, à côté de ce qui existe à propos d’autres pays. Mais cette liste n’a pas été pour autant facile à constituer, car elle est :

    • 4 Voir notamment le t. II, passim, et dans le t. III : « al-Hakam II, mécène et bibliophile », pp. 49 (...)

    difficile à répertorier, dans la mesure où la bibliographie explicite – les éléments que l’on peut trouver dans les ouvrages de référence et les bases de données – en cache une autre : les indications éparses qu’on peut glaner ici et là dans des ouvrages portant sur des traits plus généraux, telles ces cinq ou six précieuses pages de la monumentale Histoire de l’Espagne musulmane4 d’É. Lévi-Provençal ;

    • 5 C’est ainsi que je n’ai pu me procurer un article de S. V. Hussain au titre alléchant, « Organizati (...)

    malaisée à rassembler, éparpillée dans des revues parfois très peu courantes dans nos pays5.

  • 6 M. Asín Palacios le précise dans son introduction.

4Une fois recueilli ce maigre corpus de membra disjecta selon une démarche un peu tâtonnante au départ, j’ai dû constater que certaines références faisaient double emploi. Ainsi, il n’existe à ce jour qu’un seul véritable ouvrage consacré aux bibliothèques d’al-Andalus : un opuscule qui ne dépasse pas 80 pages, dû à un éminent professeur d’arabe de l’université de Saragosse, J. Ribera y Tarragó. Il faut lire ce texte fondateur et fondamental intitulé : « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana » non pas dans son édition primitive de 1895 mais dans la réédition qui en fut faite en 1928 par un de ses élèves, M. Asín Palacios, en compagnie d’autres textes remarquables du même Ribera, car elle présente l’immense intérêt de restituer l’appareil documentaire absent de la première édition – sinon les références exactes aux sources, du moins la mention des auteurs consultés et des personnages évoqués. Ce texte avait été conçu comme une extension d’un autre chapitre consacré à l’enseignement : « La enseñanza entre los musulmanes de España » qui figure dans le même recueil de Disertaciones y opúsculos6, et qui, du reste, complète et éclaire sur certains points le premier. Le terne ouvrage de S. M. Imamuddin que je mentionne pour mémoire se contente pratiquement de reprendre et de traduire, souvent en les appauvrissant, les indications de Ribera.

ESSOR DES BIBLIOTHÈQUES DANS LA CIVILISATION ARABO-ISLAMIQUE

a) Conditions de possibilité de cet essor

  • 7 La mémorisation joue à cette époque un rôle prépondérant, comme le souligne notamment H. Benaicha, (...)
  • 8 Ce trait est appelé par R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries ».

5Il faut bien sûr commencer par insister sur le rôle de l’Islam, religion du livre entre toutes. Si au cours de la période préislamique, il n’y a pas de tradition littéraire écrite chez les Arabes7, le premier vers du Coran fait référence à la lecture. Comprendre le Coran constitue le devoir de tout musulman8 et l’on sait que parmi les recommandations du Prophète, figure celle de « cherche [r] la science, même jusqu’en Chine » ; de nombreux proverbes attestent le respect pour le savoir et cet outil privilégié qu’est le livre dans les mentalités arabes, ainsi qu’une soif intellectuelle pas uniquement réservée à une élite de lettrés.

  • 9 « The preference for personal instruction as opposed to private reading and study and the belief th (...)
  • 10 Dans la discussion qui suivit cet exposé, H. Ayoub montra l’importance de cette dimension.
  • 11 Ce point est soulevé par Ibn Khaldun dans Le Voyage d’Occident et d’Orient, notamment p. 48.

6Certes, il ne faut pas perdre de vue la prééminence, dans tout le système du savoir islamique médiéval, de la transmission oralisée de la connaissance, qui provient d’une personne savante, pas directement d’un livre9. Étudier en solitaire en comptant sur ses seules facultés intellectuelles serait considéré dans cette perspective comme une aberration. Malgré tout, le livre, lu ou plutôt reçu au sein du groupe10, relais essentiel authentifié de la main des maîtres en remontant jusqu’à son premier auteur11 dans la longue chaîne du savoir, va jouer un rôle de plus en plus important.

b) Moyens techniques et économiques

  • 12 Cf. G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes aux Xe et XIe siècles ».

7Un prisonnier de guerre chinois, amené à Samarcande après la bataille de Talas (751), y aurait installé à la fin du VIIIe siècle une industrie papetière, une invention qui allait rapidement se répandre dans l’Orient islamique et mettre hors jeu le papyrus dès le début du IXe siècle12. Il faut souligner l’importance capitale de cette invention dont l’impact est considéré par les historiens comme équivalent à celui de l’imprimerie dans l’Europe du XVe siècle.

  • 13 Cf. R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries ».

8Dans un contexte de prospérité économique, cette invention a permis le développement d’un formidable commerce du livre et la multiplication de librairies dans les cités – on en comptera 100 à Bagdad au XIe siècle13 –, installées en général autour de la principale mosquée et jouant également le rôle de salons de lecture et de maisons d’édition.

  • 14 Cf. F. Hueso Rolland, Exposición de encuadernaciones españolas, p. 26, reprenant l’estimation de Ri (...)

9D’autres facteurs ont joué un rôle important, comme la rapidité de la copie liée à la nature même de l’écriture arabe : d’après les évaluations des historiens, le copiste arabe travaillait quatre fois plus vite que son contemporain européen, d’où un coût bien moindre14. Mais l’enjeu n’est pas seulement quantitatif : un indice probant de cet essor du livre sera le rapide développement de l’art de la calligraphie sur lequel j’insiste d’autant moins que les arabisants connaissent cela parfaitement.

RÔLE PRÉPONDÉRANT DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES

  • 15 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques.

10En dépit du papier, le livre restait relativement cher et c’est dans ce contexte que se développa le paradigme de la bibliothèque publique ou plutôt semi-publique, grande originalité de la civilisation arabo-musulmane. Si une étude de l’Italienne O. Pinto parue dès les années vingt proposait déjà une typologie des différentes bibliothèques arabes, le travail colossal de Y. Eche a eu le grand mérite de réintroduire une dimension dynamique et de montrer qu’à chaque période, il existe un modèle dominant de bibliothèque15.

TYPOLOGIE ÉVOLUTIVE DE YOUSSEF ECHE

11Son ouvrage débute par une analyse des différents termes utilisés, et c’est à mes yeux une des clés de la compréhension de ces réalités. J’avais dû pour ma part affronter cette difficulté dans ma thèse lorsqu’il avait fallu élucider les sens précis de biblioteca, bibliotheca, librería, ou encore estudio. Mais mon corpus de textes s’étendait sur un siècle et demi. Ici, la période envisagée est beaucoup plus longue et les termes plus nombreux : sept d’après Eche. Je n’ai évidemment pas les moyens d’analyser l’intéressante discussion qui constitue le point de départ de son introduction (à laquelle je renvoie). Mais il se dégage de son étude l’impression d’une grande complexité : non seulement les termes à partir desquels sont bâtis ces mots composés, très polysémiques, semblent prendre des sens spécifiques quand ils sont appliqués aux bibliothèques, mais les mêmes mots peuvent désigner des réalités sensiblement différentes ou qui se modifient voire changent de nature au cours des époques…

12Quelles que soient ces difficultés lexicales, Eche dégage clairement une répartition en trois époques, dont chacune est dominée par un type particulier de bibliothèque. Typologie évolutive qui me paraît convaincante et que des études plus récentes permettent de compléter et d’affiner.

a) Les bayt al-hikma : VIIe-IXe siècle

  • 16 Cf. M. Bergé (dir.), Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, racontées par des té (...)
  • 17 T. VI, pp. 181-184.

13Les premiers bayt al-hikma connus datent des califes omeyyades de la fin du VIIe siècle, mais connaissent un nouvel essor au début du IXe sous les Abbassides. Selon le récit d’al-Nadim, c’est à la suite d’un songe où il aurait été mis en présence d’Aristote que le calife al-Ma’mun fonda à Bagdad une « maison de la sagesse16 ». En réalité, comme le précise l’article « Maktaba » de l’Encyclopédie de l’Islam17, ce dernier ne fit que donner une nouvelle impulsion à un mouvement antérieur.

14Il s’agit de la première grande institution à la fois princière et scientifique de l’Islam, centrée autour d’une bibliothèque pour :

  • entretenir un corps d’astrologues capables de satisfaire les souverains dans leur désir de connaître l’avenir (d’où l’existence de deux observatoires, l’un à Bagdad, l’autre à Damas, qui vont entraîner le développement de l’astronomie) ;

    • 18 L’expression est de F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 50.
    • 19 Cf. M. Bergé (dir.), Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, racontées par des té (...)

    développer les activités scientifiques : cette phase d’adoption des cultures étrangères des pays conquis (l’héritage persan et même hindou) et surtout d’« ouverture de l’Islam à la rationalité induite par les textes grecs18 » se caractérise en premier lieu par la traduction en arabe du legs antique recueilli ; le service était hiérarchisé pour plus d’efficacité : un secrétaire de la traduction distribuait le travail entre des traducteurs assistés de rédacteurs et un correcteur était désigné ; travail fort bien rémunéré puisqu’on raconte qu’« al-Ma’mun récompensait Hunayn d’une quantité d’orégale en poids à celui des ouvrages mis en arabe19 » ; cette phase de traduction devait être suivie, dans un second temps, d’une phase de production ;

  • pensionner des savants : tous les membres présents percevaient un salaire et étaient aux ordres du calife qui pouvait les convoquer à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit et présidait à l’occasion leurs débats.

  • 20 Cf. Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 43.

15Insistons sur la dépendance de ce premier type de bibliothèque à l’égard des modèles antiques ou plutôt de l’idée que les Arabes s’en faisaient. Il est significatif que le Museion d’Alexandrie soit appelé précisément bayt al-hikma par les auteurs arabes20.

16Cette « maison de la sagesse » tombe en déclin après le transfert du califat de Bagdad à Samarra : elle sera significativement désignée par le terme hizanat al-Ma’mun, c’est-à-dire conçue comme simple dépôt de livres, et la dimension académique disparaîtra.

b) Les dar al-ilm : Xe-XIe siècle

  • 21 Cf. M. Bergé (dir.), Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, racontées par des té (...)

17Si ce déclin coïncide avec la dégradation de l’autorité califale, le surgissement progressif d’un nombre de plus en plus important de dynasties autonomes entraîne, de façon subséquente, la création de nouveaux foyers culturels remarquables21. Précisément, un autre modèle prend le relais à partir du début du Xe siècle, le dar al-ilm, un terme qui supplantera celui, concurrent, de dar al-hikma. L’exemple le plus illustre, même s’il n’est pas le premier dans la chronologie, est celui de la bibliothèque fondée au Caire en 1005 par le calife Fatimide al-Hakim.

  • 22 Voir l’Encyclopaedia britannica et l’Encyclopédie universalis : « Al-Hakim ».
  • 23 Voir G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes ».

18Ce personnage se signala par son comportement excentrique – pour prendre quelques exemples, il ordonna un jour de liquider tous les chiens dont les aboiements l’importunaient ; une autre fois, il interdit aux gens de se promener la nuit ; un jour encore, il prohiba tous les instruments de musique – et ses attitudes furent souvent incohérentes : il fit ainsi détruire églises et synagogues avant d’ordonner, quelques années plus tard, de les restaurer. Il n’hésita pas, un peu plus tard, à adopter une doctrine qui voyait en lui l’incarnation de l’intellect divin, doctrine à laquelle adhèrent les Druzes aujourd’hui encore22. Il existait déjà une bibliothèque royale répartie en 40 salles et dépassant sans doute 100.000 volumes23. Mais voulant faire du Caire, capitale fondée en 969, la métropole culturelle du monde arabe, al-Hakim fonde une académie dans une annexe du Palais et lui procure une bibliothèque en partie approvisionnée à l’aide de la collection palatine. On peut se reporter à l’évocation louangeuse que fit de cette fondation l’historien al-Maqrizi, il est vrai quelques siècles plus tard, voyant là la plus somptueuse bibliothèque jamais créée.

19Eche met en évidence la continuité d’un modèle à l’autre et en même temps les ruptures : cette « maison de la science » ressemble beaucoup à la « maison de la sagesse » bagdadienne, mais :

    • 24 Y. Eche le souligne dans sa conclusion : Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 3 (...)

    le terme ilm fait référence à la fois aux sciences profanes et aux sciences sacrées24 ;

    • 25 Ibid.

    même si cette distinction qui nous paraît aller de soi est problématique dans la civilisation dont nous parlons, il n’y a pas, au départ, de la part d’al-Hakim, la volonté de créer une institution religieuse : il s’agissait au contraire, semble-t-il, d’une ruse destinée à endormir la vigilance des sunnites : les sciences profanes et la philosophie continuaient d’y avoir une place, car dans son esprit, c’étaient elles qui devaient l’emporter à long terme ; cette ruse échouera car dans la pratique, les disciplines au cœur de la « maison de la sagesse », sans disparaître complètement, seront reléguées au second plan ; toutefois, un trait particulier – le fait que l’institution ait été conçue comme un centre de propagande politico-religieux latent – réapparaîtra dans d’autres dar al-ilm, souvent conçus par des souverains chiites en vue de diffuser leur doctrine25 ;

    • 26 Ibid., p. 83.
    • 27 Ibid., p. 143.

    on n’y traduit pas et on n’y rédige pas de nouveaux ouvrages26 ; en revanche, la suppression de ces activités s’accompagne de l’apparition de nouvelles fonctions ; ainsi, la présence de savants conduit au développement d’activités d’enseignement27, en liaison avec l’essor scientifique et l’augmentation de la demande en matière d’instruments de travail de la part d’étudiants de plus en plus nombreux ;

  • enfin, ce qui distingue le dar al-ilm, au niveau juridique, c’est qu’il est constitué selon le régime du waqf, dont F. Micheau donne cette définition :

  • 28 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir… », p. 51.

Les waqfs sont des biens, généralement immobiliers, tels locaux commerciaux, maisons de rapport, bains, vergers et exploitations agricoles, que le propriétaire abandonne pour en affecter expressément les revenus à une œuvre de piété ou de bienfaisance28.

20L’application de cette pratique juridique au domaine de la bibliothèque n’allait pas de soi étant donné que le waqf, en principe, ne peut servir à des biens périssables – ce qu’est le livre par définition. Il a donc fallu des compromis pour en arriver là ; mais il est certain que le caractère inaliénable des fonds de livres ainsi constitués et l’assurance de revenus réguliers consacrés à ces institutions ont favorisé la vie culturelle.

  • 29 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 394.

21Si l’institution fatimide connaît dès le départ une vie tourmentée, par suite de l’esprit fantasque d’al-Hakim (plusieurs savants sunnites y seront notamment exécutés), au XIe siècle, on voit se multiplier les dar al-ilm, parfois appelés aussi dar al-kutub, dans le monde arabe. C’est avec cette institution, souligne Eche, que « la bibliothèque entra définitivement dans sa phase de création originale29 ».

c) Les bibliothèques « annexes » : à partir du XIe siècle

22Pourtant, à la même époque, un autre type de bibliothèque va se développer, qui prendra à son tour le relais du précédent. Ce sont les bibliothèques « annexes ». Par ce terme, Eche entend les bibliothèques annexées à des institutions telles que les hôpitaux, les ribat, ou encore les mausolées. Les plus importantes sont les bibliothèques de mosquées et de madrasas.

  • 30 C’est toujours la plus grande mosquée qui abrite la plus grande bibliothèque, selon H. Benaicha («  (...)
  • 31 H. Benaicha le souligne, ibid.

23Des bibliothèques logées dans des mosquées – plus ou moins riches selon les cas30 – existaient depuis les premiers temps de l’Islam. Les mosquées, en effet, loin d’être de simples lieux de culte, avaient, du moins les principales, des fonctions archivistiques, judiciaires ou encore politiques. En outre, elles jouèrent un rôle culturel capital : chargées, au départ, d’une bonne partie du système de l’éducation31, elles eurent aussi un rôle fondamental de prosélytisme : c’est là que les nouveaux convertis commençaient par apprendre la langue de l’Islam.

  • 32 Ibid., p. 255.

24Aussi, ceux qui voulaient léguer leur bibliothèque et n’avaient pas la possibilité de fonder des bâtiments particuliers songeaient tout naturellement aux mosquées, qui de surcroît, dans un dar al-islam devenu politiquement de plus en plus pluraliste, rappelaient symboliquement l’unité religieuse et culturelle de tous les musulmans32.

  • 33 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 161.

25Les madrasas, à partir du XIe siècle, vont prendre le relais des mosquées pour les études supérieures. Fondées généralement par des souverains sunnites hostiles aux tendances hétérodoxes fréquentes dans les dar al-ilm, dans le but de former des fonctionnaires compétents dans les sciences religieuses, elles étaient avant tout vouées à l’enseignement. Mais elles étaient malgré tout redevables aux « maisons de la science » par le système du waqf, l’hébergement des étudiants, et l’importance de la bibliothèque – d’autant plus grande que beaucoup de professeurs léguaient leur collection privée à ces collèges –, ce qui fait dire à Eche que « la bibliothèque a engendré l’université arabe33 ».

FONDS ET FONCTIONNEMENT

  • 34 Cf. J. Pedersen, The Arabic Book, pp. 118-119.

26Mesurées au départ en chargements de chameaux, les bibliothèques arabes le sont en chiffres par la suite. Selon J. Pedersen, les variations considérables de volumes selon les différentes sources sont similaires à celles que l’on constate dans d’autres domaines. Ainsi, pour le daral-ilm fondé par al-Hakim, al-Makrizi mentionne trois chiffres distincts : 120.000, 200.000 et 600.000, et Abu Shama parle quant à lui de 2 millions de volumes34.

  • 35 E. Lévi-Provençal y insiste dans son Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 359, citant toutef (...)
  • 36 H. Ayoub souligna vigoureusement ce point dans la discussion.

27Mais quelle que soit l’ampleur de ces variations, ce qui frappe, c’est l’importance de ces chiffres, même les plus faibles. La tendance à l’exagération chez les Arabes semble admise par tous les historiens contemporains35. Récemment, deux savants iranologues expliquaient que dans le domaine démographique les chiffres avancés par les Arabes étaient systématiquement fallacieux et que des recherches étaient actuellement en cours pour déterminer s’il n’y aurait pas un coefficient multiplicateur récurrent. On pourrait supposer que la même problématique est au cœur de la question des bibliothèques, mais ici ces chiffres astronomiques relèvent moins d’une volonté mensongère délibérée qu’ils ne trahissent l’émerveillement36 causé par un univers livresque d’une immense richesse.

  • 37 Il faut également tenir compte de la confusion sans doute fréquente, dans les comptabilisations, en (...)
  • 38 Je renvoie, pour une rapide mais juste vision d’ensemble, à l’article « Bibliothèque » dans l’Encyc (...)

28En effet, même en tenant compte de ce facteur d’exagération37, ce sont des chiffres considérables auxquels l’on a affaire, et pas seulement à propos des bibliothèques de souverains : les bibliothèques annexes citées par Eche font couramment apparaître plusieurs dizaines de milliers de volumes. Ce ne sont pas les chiffres exacts, souvent insaisissables, qui nous importent, mais, tout comme dans les sciences dures, les ordres de grandeur. De tels volumes ne nous paraissent pas extraordinaires, à nous qui sommes habitués aux 500.000 volumes ou presque de la bibliothèque de l’École normale supérieure, ou aux6 ou 7 millions de livres que renferme la Bibliothèque nationale de France. Mais il est bon de ne pas perdre de vue ce qu’il en était à la même époque dans le monde chrétien. Si quelques princes, nobles ou évêques possédaient des livres, les principales collections étaient détenues par les monastères et les cathédrales, où, après les invasions barbares, se retrouva concentrée pour des siècles la culture livresque38. Or, les plus riches d’entre elles atteignaient 100 volumes, exceptionnellement 500. Rappelons pour mémoire quelques exemples français :

  • premier inventaire de la bibliothèque cathédrale de Notre-Dame de Clermont (980-1010) : 55 volumes ;

  • premier inventaire de la bibliothèque de Notre-Dame de Rouen (1111-1128) : 58 volumes ;

  • principales bibliothèques françaises à la fin du XIIe siècle : Cluny : 570 volumes ; Saint-Amand : 389 volumes ; Corbie : 370 volumes.

  • 39 Ces chiffres sont empruntés à A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. I : Les b (...)

29Et si l’on veut avoir une idée des autres types de bibliothèques, l’inventaire de la Bibliothèque royale du Louvre, en 1380, se limite à 917 volumes, l’équivalent de la bibliothèque de la Sorbonne, 1.017 volumes selon l’inventaire de 129739. Alors qu’on compte en milliers de livres dans le monde islamique, on compte en dizaines, au mieux en centaines, dans l’Occident chrétien contemporain.

  • 40 J. Pedersen : The Arabic Book, p. 115.

30Par ailleurs, l’existence d’un budget précis dans bien des cas présuppose une véritable organisation institutionnelle. En témoigne l’exemple – certes tardif – de la Mustansiriyya, grande bibliothèque de madrasa fondée en 1233 à Bagdad par le calife Abb al-Mustansir, et qui semble avoir hérité d’une partie des fonds de l’ancienne « maison de la sagesse40 ».

  • 41 Cf. F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 52 et M. Bergé (dir.), Histoire et (...)

31Même si la waqfiyya dressée lors du dépôt servait normalement de catalogue – l’inventaire n’était pas réalisé par le bibliothécaire mais en général par le fondateur, avant ouverture de la bibliothèque –, il existait parfois un catalogue particulier. On sait qu’un art très poussé du catalogue fut développé par les Arabes, utilisateurs à une date précoce de fiches bibliographiques et concepteurs de grandes bibliographies méthodiques – le Fihrist, réalisé par le libraire de Bagdad Ibn al-Nadim en 988, répertoire d’ouvrages classés par matières, comprenait plus de deux mille auteurs41.

  • 42 Y. Eche le souligne, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, pp. 281 sqq.
  • 43 R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 129.
  • 44 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 494.

32Par malheur, très peu de catalogues de bibliothèques ont été conservés42. Le croisement épistémologique des catégories intellectuelles (classification des disciplines au sein du savoir) et des catégories matérielles (classement au sein de la bibliothèque) – « cet ordre des livres », pour reprendre le titre d’un ouvrage célèbre de R. Chartier –, est par conséquent problématique. Elayyan souligne que, sauf peut-être dans le domaine religieux, les Arabes ont rassemblé, copié et traduit des ouvrages rédigés dans toutes les langues et sur tous les sujets43 : c’est pourquoi dans les bibliothèques arabes, et pas seulement dans celles des souverains, domine l’éclectisme. Comme le rappelle É. Lévi-Provençal : « Nulle qualification n’était plus enviée que celle de musharik, appliquée à ceux qui pouvaient se flatter de posséder toutes ces connaissances, ou tout au moins d’en avoir des notions44 ».

  • 45 Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, pp. 281 sqq. Sur ce thème en Europe à l’époqu (...)
  • 46 R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 129.
  • 47 Cf. G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes ».

33Selon Eche, la disposition alphabétique existe dès le XIe siècle45, mais il ne nous dit pas clairement si elle est largement appliquée ou non. Elayyan pense que le classement le plus répandu était un classement par matières, et qu’à l’intérieur de chaque matière, prévalait l’ordre d’acquisition plutôt qu’une répartition par titres ou par auteurs46. Un principe hiérarchique semble en tout cas toujours dominer cette disposition : la première place est accordée aux sciences religieuses – le Coran étant situé sur les étagères les plus élevées ou mis en valeur dans une salle ou une vitrine à part. Dans la première bibliothèque installée au palais du Caire par les Fatimides, les exemplaires du Coran étaient ainsi placés dans un local particulier, à l’étage supérieur47.

a) Architecture, disposition et décor

34Très peu de choses ont été écrites sur les aspects matériels des bibliothèques islamiques.

  • 48 A. Hessel, A History of Libraries, cité dans R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Lib (...)
  • 49 A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab World », p. 456.

35Il n’y a pas, semble-t-il, de modèle architectural unique. Selon Hessel, cité par Elayyan, l’influence byzantine aurait joué sur ce point un rôle important48. Selon A. H. Green, la tradition architecturale des monastères et cathédrales chrétiens aurait été prépondérante49. La question mériterait d’être approfondie. Les « maisons de la science » étaient normalement disposées dans un bâtiment spécifique, alors que ce n’était pas le cas des « maisons de la sagesse » ni, plus tard, des bibliothèques annexes.

  • 50 Selon Y. Eche, les Arabes semblent avoir ignoré la disposition en travées (Les bibliothèques arabes (...)

36En revanche, la plupart des bibliothèques contenaient non seulement des pièces pour les livres mais des salles réservées à la discussion, et la disposition des livres semble avoir été relativement uniforme. Ces derniers étaient toujours rangés contre les murs50 :

    • 51 Cf. H. Benaicha, « Mosques as Libraries in Islamic Civilization », p. 256.
    • 52 H. Escolar, Historia de las bibliotecas, p. 142.

    soit dans des armoires en bois de la hauteur d’une personne, généralement fermées à clé (pour protéger les livres de la lumière et de la poussière) ; les ouvrages y étaient empilés, les plus épais placés en bas pour que la pile ne s’écroule pas ; il en va toujours ainsi de nos jours dans certaines bibliothèques islamiques, par exemple à la bibliothèque de la mosquée al-Azhar au Caire51 ; selon H. Escolar, le titre était souvent placé sur la tranche inférieure ou supérieure pour pouvoir identifier rapidement les ouvrages52 ; mais dans certains cas – dans le daral-ilm du Caire, par exemple – il existait des indications topographiques suspendues au-dessus des casiers pour se repérer plus aisément ;

    • 53 De quelle bibliothèque s’agit-il ? Les auteurs ne le précisent pas.

    soit dans des casiers ouverts, divisés en petits compartiments, comme c’est le cas sur l’une des rares représentations de bibliothèque islamique médiévale que nous connaissions (miniature qui figurant dans le manuscrit arabe 5847 d’al-Hariri conservé à la BNP). Il s’agirait, selon l’article « Maktaba » de l’Encyclopédie de l’Islam, d’une représentation effectuée en 1237 représentant la bibliothèque de Bassora53.

37D’une façon générale, les bibliothèques arabes se caractérisaient par une ornementation soignée voire luxueuse, comme l’indiquent les exemples cités par Eche.

PUBLIC

  • 54 O. Pinto y insiste dans son article, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides  (...)

38Ces bibliothèques semblent avoir globalement bénéficié d’une large ouverture. C’est du moins ce que les sources répètent à l’envi54. D’une façon générale, la pratique du prêt était courante et libérale (parfois avec des gages, le plus souvent sans garantie, ce qui entraîna beaucoup de pertes car il n’y avait pas de sanction juridique prévue en cas de détérioration, le livre prêté étant considéré comme un objet confié).

  • 55 Cf. G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes », p. 8.

39Mais il convient de distinguer selon les types de collections : alors que les « maisons de la sagesse » étaient réservées à une élite de savants autorisés, les « maisons de la science », où des savants vivaient à demeure, étaient en principe accessibles à tous les gens instruits. On mettait à leur disposition du papier, de l’encre et des plumes : ces bibliothèques servaient en effet davantage à la copie qu’à la lecture proprement dite. Un accueil très libéral était réservé aux étrangers. Les invités de marque étaient même invités, au Caire, à puiser dans les rayons de la Bibliothèque palatine55. Quant aux bibliothèques annexes, qui avaient d’abord une mission didactique, elles étaient au service de l’établissement principal dont elles étaient l’annexe ; leur public naturel était donc celui de la fondation-mère.

  • 56 Sur ce point, voir F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’Or, p (...)
  • 57 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 395.

40Certes, il ne s’agit pas de bibliothèques nationales (la notion sera inventée par la Révolution française, et tout au long de l’âge classique en Europe, la bibliothèque « publique » est accessible à un certain public, par opposition à la bibliothèque strictement privée, sans pour autant relever d’une autorité de droit public56). Eche, introduisant à juste titre le terme de bibliothèque « semi-publique », souligne que ces bibliothèques visaient surtout à fournir des matériaux pour la recherche ou l’enseignement57. Elles étaient assez semblables, dirais-je, à ce que seront les bibliothèques des collèges jésuites au XXVIe et XVIIe siècles.

  • 58 Cf. R. M. Elayyan, « The History of Arabic-Islamic Libraries », p. 127.

41Quoi qu’il en soit, les plus fameuses parmi ces institutions ont constitué, au moins pour une élite de lettrés, de véritables pôles d’attraction au plan local et international : on raconte que l’astronome Abu-Mas’shar (mort en 885), ayant l’intention de faire le pèlerinage à La Mecque, décida d’aller voir la maison de la sagesse » à Bagdad : il fut si enthousiasmé qu’il arrêta là son voyage et décida d’y demeurer le restant de ses jours58.

IMPORTANCE DES BIBLIOTHÈQUES PRIVÉES

  • 59 Ibid., 121.
  • 60 Cité par O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », p. 215.
  • 61 F. Micheau, « Au Proche-Orient les parfums du savoir », p. 48.

42Les bibliothèques privées sont moins bien connues et Eche n’en dit pratiquement rien. Pourtant, ce type de collection, prépondérant dans l’Islam initial, selon Elayyan59, conservera une grande importance durant toute la période médiévale. Les ouvrages sont remplis d’anecdotes concernant de grands bibliophiles, comme l’écrivain Al-Jahiz, mort en 868 sous une pile de livres de sa bibliothèque qui s’était effondrée60. F. Micheau évoque encore ce savant dont la femme, jalouse de l’affection qu’il portait aux livres, se vengea après sa mort en jetant dans un bassin tous les ouvrages de sa collection61.

  • 62 H. Benaicha, « Mosques as Libraries in Islamic Civilization ».
  • 63 Cependant, dans les madrasas du Caire, selon J. Berkey, le bibliothécaire était souvent choisi parm (...)

43Si la plupart des grandes bibliothèques « publiques » furent fondées par des « philanthropes cultivés » selon Benaicha62, les bibliophiles semblent eux aussi avoir largement ouvert leur collection privée à ceux qui en faisaient la demande et le prêt y était généralisé. Comme les institutions publiques, les grandes bibliothèques privées, « dynamisées » par l’essor des premières, avaient souvent à leur tête un bibliothécaire extrêmement cultivé et généreux63. Du reste, beaucoup d’entre elles échouèrent finalement dans des collections publiques par le biais du waqf – processus progressif puisqu’il existait plusieurs degrés de « publicité » du waqf : waqf d’intérêt privé (parfois réservé seulement à la famille, au départ), puis semi-public et enfin public.

LES BIBLIOTHÈQUES D’AL-ANDALUS AU TEMPS DU CALIFAT : ENTRE FIDÉLITÉ AUX MODÈLES ORIENTAUX ET ORIGINALITÉ

a) Généralisation de l’amour du livre en al-Andalus

  • 64 M. Cruz Hernández, Historia del pensamiento en al-Andalus.
  • 65 Cet aspect est souligné par É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, pp. 469-470
  • 66 Cité par J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 218.

44M. Cruz Hernández, après d’autres, souligne que l’Islam s’installe en Espagne au moment où commence le déploiement culturel de l’Islam oriental64. En dépit de la haine farouche d’Abd-el-Rahman I à l’égard des califes de Bagdad, les voyages à l’Est, ne serait-ce qu’en raison du pèlerinage sur les lieux saints et des échanges commerciaux, se sont poursuivis65. Dès le début, l’accomplissement rituel du pèlerinage a fourni l’occasion à de nombreux lettrés en quête de science (talab al-ilm) de prolonger leur séjour en Orient. Parallèlement, on assiste à un mouvement d’importation de livres, en premier lieu en matière de sciences juridiques et religieuses. Ainsi, sous le premier Omayyade, un certain Alumuza El-Haguari d’Ecija, rapportant une cargaison d’ouvrages de son voyage en Orient, fit naufrage sur les côtes du Levant : ses concitoyens lui présentèrent leurs condoléances. Il leur répondit qu’il gardait leur contenu en mémoire66 – anecdote significative, par ailleurs, du rôle durable de la mémorisation pendant toute la période qui nous occupe.

  • 67 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 209.

45Les sources multiplient également les anecdotes sur les passionnés, voire les fous de livres : un Sévillan du nom d’Abubéquer Abenalarabi passait ainsi ses nuits la lampe allumée, ne prenant pas même le soin de se déshabiller, entouré de ses livres. S’il se réveillait, il n’avait qu’à tendre la main pour en prendre un67.

b) Application partielle des modèles princiers issus d’Orient : la bibliothèque califale fondée par al-Hakam II

46Le tableau d’Elayyan montre qu’al-Andalus n’échappe pas au mouvement général d’essor des bibliothèques « publiques » dans le monde islamique : la bibliothèque fondée par al-Hakam II précède même d’une quarantaine d’années celle de son quasi-homonyme al-Hakim, au Caire. C’est la plus fameuse des collections d’al-Andalus, quoique bien des mystères demeurent à son sujet.

c) Rôle des prédécesseurs d’al-Hakam

47Le premier des Omayyades espagnols, Abd-el-Rahman I – faut-il y voir une marque supplémentaire de fidélité à ses origines ? – est déjà présenté par les sources comme un lettré et un poète ; et au temps de l’émir Muhammad, la bibliothèque du Palais est considérée comme l’une des meilleures de Cordoue.

  • 68 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 151.
  • 69 Ibid., p. 163.
  • 70 Ibid.

48S’il s’agit d’un mouvement lent au départ, on entre, avec le premier calife Abd-el-Rahman III, dans une phase nouvelle : son goût pour les livres est tel qu’il parvient aux oreilles de l’Empereur byzantin ; désireux d’attirer sa sympathie, celui-ci lui offre un exemplaire du traité botanique de Dioscoride en lettres d’or, accompagné de magnifiques dessins. Moment fort dans l’histoire de la transmission des savoirs en al-Andalus, puisqu’à la demande d’Abd-el-Rahman, l’Empereur lui envoie également un traducteur pour transcrire le texte du grec en arabe68. En mourant au soir d’un très long règne, le premier calife cordouan laisse donc à son fils non seulement « un État pacifié, prospère et immensément riche69 », selon le bilan dressé par Lévi-Provençal, mais aussi un héritage culturel important. « Désormais, Cordoue était devenue une métropole musulmane, une rivale de Kairouan et des grandes cités de l’Orient70 ».

d) Circonstances de la fondation

49Les historiens nous ont laissés d’al-Hakam un portrait physique peu flatteur, savoureusement retranscrit par Lévi-Provençal :

  • 71 Ibid., t. II, pp. 167-168.

[…] ce blond roussâtre, aux grands yeux noirs, au nez aquilin, à la voix forte, aux jambes courtes, au corps râblé, aurait eu, par surcroît, des avant-bras trop long et la mâchoire supérieure en saillie. Il semble avoir toujours été d’une santé fragile71.

  • 72 Ibid., pp. 173-174, note 4.
  • 73 Ibid., t. III, p. 445.

50Certains insinuent qu’il était homosexuel, et Ibn Hayyan n’hésite pas à attribuer à ce trait la tardive paternité d’al-Hakam72 ; il est vrai que ce n’était pas un cas isolé, et Lévi-Provençal évoque sans sourciller une « tendance en quelque sorte congénitale à l’homosexualité » chez les Andalous73.

  • 74 Ibid., t. II, p. 120. Lévi-Provençal, relativisant le phénomène, précise : « Rares seront les Umaiy (...)

51En revanche, toutes les sources s’accordent à exalter l’ampleur de ses qualités intellectuelles. Excellemment formé par les plus grands précepteurs, comme du reste la plupart des princes avant lui, al-Hakam s’avère de surcroît particulièrement doué. C’est également le cas de son frère Abd Allah, qui sera accusé, à tort ou à raison, d’être l’instigateur d’une conjuration destinée à supprimer à la fois le calife et l’héritier du trône. Il est possible, selon Lévi-Provençal, qu’al-Hakam ait contribué à la disparition tragique de ce frère qui allait être égorgé sous les yeux voire de la propre main de son père74.

  • 75 J. Ribera y Tarragó, « La enseñanza entre los musulmanes de España », p. 236.
  • 76 D. J. Wasserstein (« The library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain », pp (...)

52Ne pouvant quitter la péninsule, al-Hakam fait venir à lui les livres de l’Orient75 et bien avant de monter sur le trône à l’âge avancé de 46 ans, il se constitue une immense collection d’ouvrages. Certains de ces livres furent d’ailleurs mémorisés avant d’être dictés en Espagne76, ce qui confirme l’importance de la mémoire que j’évoquais à l’instant.

e) Éléments de comparaison entre la bibliothèque d’al-Hakam et les institutions orientales

  • 77 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, pp. 126-127.
  • 78 Ibid.

53La richesse de cette bibliothèque semble comparable à celle de ses sœurs orientales, même si elle pose des problèmes d’évaluation similaires. Le chiffre cité par toutes les sources est 400.000 volumes. C’est le bibliothécaire d’al-Hakam, un eunuque, qui en fait état le premier : Ribera insiste sur la passion pour les livres de beaucoup d’esclaves du Palais, eunuques ou pas, un trait confirmé par Lévi-Provençal77. Je ne sais ce qu’il en était dans le reste du dar al-Islam, mais la nomination de l’un d’entre eux à la tête de la bibliothèque califale de Cordoue n’a rien d’étonnant si l’on considère qu’à partir du Xe siècle beaucoup d’esclaves en al-Andalus se sont vus confier des emplois réservés jusque-là à la noblesse arabe78. Selon Ribera, ce chiffre est à prendre au pied de la lettre dans la mesure où la bibliothèque d’al-Hakam regroupe trois grandes collections :

  • celle du Palais, héritée de son père ;

  • celle héritée de son frère Abd Allah, lui aussi grand bibliophile ;

    • 79 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 193. « Para mí no (...)
    • 80 Ibid., p. 193.

    et celle qu’al-Hakam s’était constituée tout au long de sa longue jeunesse oisive79, et qu’il consolida une fois sur le trône grâce à tout un réseau d’agents envoyés en Orient mais aussi grâce au judicieux système du don, ses sujets ayant rapidement compris que la meilleure façon d’obtenir une faveur était de lui offrir des livres80.

  • 81 Selon Ibn Khaldun, Ibar IV, 146.
  • 82 D. J. Wasserstein, « The library of al-Hakam II al-Mustansirand the Culture of Islamic Spain ».
  • 83 H. Escolar, Historia de las bibliotecas, p. 136.

54Il existait un catalogue de cette bibliothèque d’une dimension sans équivalent, même si le nombre de feuillets de chacun des 44 volumes de ce catalogue est sujet à caution (20 selon les uns81, 50 selon les autres). Il présente en outre la particularité d’avoir été réalisé – on doit plutôt supposer d’avoir été annoté – par al-Hakam lui-même, d’après un auteur cité par al-Makkari. D. J. Wasserstein a eu le premier l’idée de confronter ces données avec le volume de la bibliothèque mentionné par les sources82. Sur la base de 44 volumes de 20 feuillets, cela équivaudrait à 220 références par page : il conclut à une impossibilité. Si on prend l’hypothèse maximale (400.000/44 x 50 x 2 = 90), le résultat paraît plus vraisemblable mais tout de même très élevé. Les Andalous, dans ce domaine comme dans d’autres, se seraient-ils montrés plus Arabes que les Arabes en exagérant les chiffres encore plus qu’eux ? H. Escolar propose de diviser par 10 : « Quizá en Córdoba, como en Alejandría, la fama puso un cero de más83 », mais sur quoi se fonde-t-il ?

  • 84 Cf. R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 128.
  • 85 Y. Eche parle de six personnes seulement à demeure dans la bibliothèque des Fatimides du Caire (Les (...)

55Par ailleurs, selon une source du même al-Makkari, le personnel de la bibliothèque comprenait 500 personnes. Même si ce chiffre prend en compte non seulement les employés séjournant sur place mais l’ensemble des informateurs, marchands ou copistes au service de l’institution84, cela paraît considérable par rapport aux normes habituelles85.

  • 86 F. Hueso Rolland, Exposición de encuadernaciones españolas, pp. 47 sqq.
  • 87 H. Escolar, Historia universal del libro, p. 246.
  • 88 M. Artola (dir.), Enciclopedia de Historia de España, t. VII, p. 461. Je renvoie à la récente bibli (...)

56Il s’agit assurément d’une collection beaucoup plus riche que les bibliothèques hispaniques de l’époque précédente : les collections des Wisigoths semblent avoir été d’une remarquable pauvreté, même si certains souverains possédaient quelques livres86. Et surtout, comme je l’ai déjà souligné à propos des collections orientales, ces chiffres sont très supérieurs aux volumes des bibliothèques chrétiennes à la même époque. H. Escolar souligne que les collections monastiques étaient encore plus limitées en Espagne que dans les pays du Nord : elles ne méritent pas, à ses yeux, l’appellation de bibliothèques87. Paradoxalement, ces mini-collections du haut Moyen Âge espagnol – dont les plus importantes étaient celles de Ripoll, de San Martín de la Cogolla, ou encore de Silos – sont mieux connues que leurs contemporaines, bien plus fournies, d’al-Andalus, car de nombreux inventaires ont été conservés et même une partie substantielle de leur contenu nous est parvenue88.

  • 89 E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 166.
  • 90 Ibid., t. III, p. 392.

57Au cours des quinze années de règne d’al-Hakam II, l’un des plus pacifiques et féconds de la dynastie, Cordoue est devenue une capitale culturelle encore plus brillante qu’à l’époque de son père89. La fondation de la bibliothèque s’inscrit au cœur d’une ambitieuse politique de mécénat visant à l’autolégitimation de la dynastie, tout comme l’agrandissement et l’embellissement de la grande mosquée de Cordoue auxquels il procède dès son installation sur le trône, sans doute selon un plan approuvé par son père90.

  • 91 Ibid., t. II, p. 136.
  • 92 Ibid., t. II, p. 166, note 1.
  • 93 Ibid., t. II, pp. 178-180.
  • 94 Ibid., p. 167. D. J. Wasserstein va dans le même sens (« The Library of al-Hakam II al-Mustansir an (...)

58Comme le souligne Wasserstein, on aurait tort de voir en al-Hakam un monarque introverti replié sur ses livres ; on aurait tort de se le représenter, dirais-je, comme une sorte de Borges Omayyade passant sa vie à déambuler au milieu de sa gigantesque bibliothèque et se désintéressant totalement des affaires publiques. Lévi-Provençal souligne en lui le constructeur – c’est lui qui, jeune prince, dirige les travaux de construction de Medina al-Zahra91 et qui, une fois sur le trône, fait restaurer le pont romain de Cordoue92. Il souligne plus encore sa dimension d’homme d’État : il s’agit d’un grand administrateur, soucieux de consolider les frontières – il prend en personne la tête de l’expédition victorieuse contre les forces chrétiennes alliées, en 963, qui assurera pour le restant de son règne la paix en al-Andalus93 – et c’est encore un politicien calculateur, menant notamment une active politique étrangère au Maghreb94.

  • 95 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana ».

59Wasserstein a probablement raison de supposer que la bibliothèque faisait partie d’une vaste politique culturelle et que le goût du monarque pour les livres relevait autant du calcul politique que de l’intérêt personnel, d’autant que cette fondation s’inscrit dans un schéma de rivalité par rapport aux deux califats concurrents, en dépit de la dépendance prolongée d’al-Andalus par rapport au marché oriental où le calife envoie des serviteurs dénicher les ouvrages dès leur parution pour pouvoir les lire avant qu’ils ne soient connus en Orient95… En effet, la production d’ouvrages se fait toujours essentiellement à l’Est et l’industrie du papier ne s’implante à Játiva que vers 1150.

  • 96 A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab world », p. 457.

60Selon A. Green, le modèle de la « maison de la sagesse » bagdadienne a inspiré la bibliothèque de Cordoue96, mais ce qui me semble encore plus caractéristique que les modèles arabes, c’est l’influence du modèle thésaurisateur d’Alexandrie. Selon C. Jacob, un de ses meilleurs connaisseurs,

  • 97 C. Jacob, « La leçon d’Alexandrie », p. 24. D’une façon générale, il y a plus d’un point commun ent (...)

la bibliothèque d’Alexandrie perpétuait sur un mode symbolique le rêve conquérant et œcuménique d’Alexandre qui voulait maîtriser le monde, de l’Extrême-Orient à l’Occident97.

  • 98 O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », p. 233.
  • 99 D. J. Wasserstein, « The Library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain ».
  • 100 Il fit venir plusieurs calligraphes spécialement de Bagdad, dont Zifr al-Bagdadi évoqué par Y. Eche(...)
  • 101 Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, pp. 495 sqq.
  • 102 Ribera va à l’encontre de l’interprétation de R. Dozy (Histoire des musulmans d’Espagne jusqu’à la (...)

61D’après O. Pinto, il faut interpréter les sources andalouses dans le sens d’une ouverture de la bibliothèque de Cordoue similaire à celle des autres grandes institutions orientales98. D. J. Wasserstein voit également dans la bibliothèque califale un véritable centre d’activités culturelles99. Il faut probablement nuancer ce panorama idyllique, matériellement et intellectuellement parlant. S’il est vrai que le souverain chercha à attirer les savants orientaux et les accueillit généreusement, à tel point qu’il serait trop long d’en énumérer la liste100, « il paraît […] inexact de parler d’une “cour littéraire” d’al-Hakam II101 », selon Lévi-Provençal, et Ribera souligne que cette fondation ne s’est nullement accompagnée d’un développement des institutions académiques102 :

  • 103 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », pp. 207-208. Ribera soul (...)

No es verdad lo que dice Casiri en su Bibliotheca arabo-hispana escurialensis […] y han repetido muchos de que hubiese en España 70 bibliotecas públicas ni que la de al-Hakam II estuviese abierta para la gente, como algunos afirman103.

62Par ailleurs, il faut souligner l’attachement profond d’al-Hakam à la religion. Lévi-Provençal insiste sur cet aspect :

  • 104 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 169.

Al-Hakam II avait toujours fait preuve d’une dévotion exemplaire, différant en ce point de son père de façon sensible […] On a prétendu qu’il eut un moment le projet d’interdire d’une manière absolue la consommation de vin dans ses États et d’en faire arracher tous les vignobles104.

63L’interprétation d’A. Castro, qui s’inscrit dans une réflexion générale sur la place et la fonction des sciences dans l’Islam, va dans le même sens :

  • 105 A. Castro, Réalité de l’Espagne, p. 239.

Ainsi donc, la science des Arabes répondait à des nécessités de caractère pratique, ou représentait l’héritage de la vieille sagesse des Iraniens et des Grecs, dans la mesure où cette dernière se trouvait compatible avec l’existence des musulmans, c’est-à-dire dans la mesure où elle ne constituait pas une déviation de la forme interne de leur vie. D’autre part, le triomphe éclair de l’Islam, joint à la puissance et à la distance incalculables des califes à l’égard de leur peuple permettaient de s’offrir de temps en temps ce luxe intellectuel, sans risquer qu’il modifiât la vie et la pensée de la masse des croyants. C’est ainsi que le calife cordouan Al-Hakam II (961-976) put réunir une fabuleuse bibliothèque et favoriser toutes sortes de sciences. Mais « l’inauthenticité » de son goût pour la philosophie se manifeste dans le trait suivant : deux ans avant de mourir, atteint d’une grave maladie, il voulut se préparer au jugement de Dieu ; il se repentit alors de son goût pour la philosophie et recommanda à son héritier d’étudier les livres religieux. Son activité antérieure n’avait été qu’une distraction frivole, un péché voulu, d’où le pouvoir universel inhérent à la dignité du calife lui permettait de revenir à n’importe quel moment, pour rentrer dans le sein de l’orthodoxie rigoureuse105.

SPÉCIFICITÉS ANDALOUSES

a) Importance des collections privées

  • 106 J. Ribera y Tarragó, « La enseñanza entre los musulmanes de España », p. 243.
  • 107 Ibid., pp. 243 sqq.

64La portée limitée des institutions publiques, en Espagne, se retrouve dans le domaine des bibliothèques « annexes ». Si les mosquées vont regrouper un nombre de plus en plus important d’ouvrages en particulier grâce aux legs nombreux106, à part une éphémère fondation à Murcie – d’ailleurs due à l’initiative d’Alphonse le Sage –, on ne connaît pas d’université en al-Andalus avant l’époque des Nasrides107.

  • 108 Voir notamment M. Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans.
  • 109 « Los arquitectos opinan que no hay que colocar artesonados dorados en las bibliotecas (aurea lacun (...)

65Par contraste, il faut souligner la richesse et le rôle fondamental des bibliothèques privées en al-Andalus. À Cordoue, l’une des collections les plus importantes après celle du calife était celle du riche cadi Ibn Tufais, qui avait à son service six scribes recopiant des manuscrits sans relâche. Installée dans un édifice spécialement construit à cet effet, elle avait pour autre caractéristique de posséder un plafond, des murs, des rideaux et des tapis de couleur verte. Ribera voit dans cette omniprésence du vert un signe de noblesse. Mais outre les valeurs symboliques traditionnellement attachées à cette couleur dans la culture islamique – symbole de l’Islam et des dignitaires musulmans, couleur privilégiée du Prophète, couleur du paradis, couleur si sacrée que les rigoristes refusent qu’on la mette sur les tapis108 – ne peut-on y percevoir l’écho d’un passage de saint Isidore dont on retrouve des traces dans la plupart des traités sur la bibliothèque idéale à l’époque classique en Europe où ce dernier insiste sur le caractère reposant du vert pour la vue109 ?

  • 110 D’autres exemples de collections privées sont cités par J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y biblio (...)

66La prépondérance de ce type de bibliothèque110 entraîna parfois des pratiques ostentatoires marquées. Certes, ce n’est pas une invention du temps : on connaît la satire virulente de l’Andalou Sénèque à ce sujet, au chapitre ix du De tranquillitate animi. Mais ces comportements semblent s’être particulièrement développés en al-Andalus. Selon Ribera, dès les premiers temps, des livres en provenance d’Orient avaient été introduits dans la péninsule pour des raisons étrangères à l’amour du savoir :

  • 111 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 189.

Hasta comerciantes y viajeros sin instrucción los traían, comprándolos de libreros orientales, bien para venderlos, o bien para hacerse pasar por hombres intruídos111.

67Selon E. Lévi-Provençal, à l’époque du califat :

  • 112 É. Lévi-Provençal, L’Espagne musulmane au Xe siècle, pp. 233-234.

Chaque cordouan de l’aristocratie, même s’il n’avait qu’une culture relative, mettait son point d’honneur à se constituer une collection d’ouvrages rares et ne craignait pas de surenchérir même d’une façon disproportionnée à la valeur du manuscrit mis à l’encan112.

  • 113 T. Burkardt, La civilización hispano-árabe, p. 52.

68D’après T. Burkhardt, le moindre ministre ou secrétaire se constitue alors une bibliothèque de 100.000 volumes au minimum pour faire bonne mesure, donnant ainsi du travail à des équipes de copistes et de relieurs113. Eche confirme du reste cette spécificité hispanique :

  • 114 Cf. Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 273. Je souligne.

À part les savants qui ne sont pas à vrai dire de véritables bibliophiles aimant le livre pour lui-même, mais des collectionneurs de documents scientifiques, il n’y a pas, sauf en Espagne, de personnes riches pour essayer au moyen de leur fortune de se faire une renommée de bibliophile114.

  • 115 É. Lévi-Provençal y insiste à propos de la période califale, parlant d’un « aspect délibérément con (...)
  • 116 O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », p. 220.

69Mais en même temps, ces collections eurent un rôle important voire capital, dans la mesure où elles permettaient de continuer à pratiquer en secret la philosophie et les « sciences anciennes ». Les ouvrages de ce type ne pouvant pénétrer dans les mosquées, dans un al-Andalus caractérisé, à quelques exceptions près, par un respect scrupuleux de l’orthodoxie115, les collections privées, souvent généreusement ouvertes aux lettrés, leur servirent de refuge. Il n’est pas certain, sur ce point, qu’il ne faille pas nuancer le point de vue d’O. Pinto qui voyait dans la faiblesse des bibliothèques publiques en Espagne la marque d’une culture périphérique par rapport aux pays de l’Islam oriental, plus civilisés116.

b) Rôle des femmes

  • 117 J. Berkey, The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo, p. 181.

70Certes, dans le monde islamique médiéval, la femme n’est pas du tout interdite de savoir, en principe. Elle constitue même un chaînon important dans sa transmission : c’est ce qu’a constaté en particulier J. Berkey pour l’Égypte, même si ce rôle est difficile à évaluer117. On cite souvent, également, l’exemple de Carima, fondatrice d’une importante école à la Mecque.

  • 118 J. Ribera y Tarragó, « La enseñanza entre los musulmanes de España », p. 345.
  • 119 Cité par É. Lévi-Provençal, L’Espagne musulmane au Xe siècle, p. 234.
  • 120 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 199. Une inégalit (...)

71Mais selon Ribera, la présence de la femme au sein de l’univers du livre et des bibliothèques fut en Espagne plus marquée qu’ailleurs. Non seulement certaines d’entre elles accédaient à ce qu’on peut appeler l’enseignement supérieur118, mais on en trouve au cœur même de la bibliothèque califale : ainsi, une dénommée Lobna, ou encore la vieille Fatima, qui donnait des cours de calligraphie et de poésie au Palais. On sait également qu’une certaine Aixa, issue d’une famille aristocratique et célibataire endurcie, possédait une des meilleures bibliothèques de Cordoue. Mais la haute société n’était pas seule en cause, puisque des femmes appartenant à des couches moins favorisées s’étaient spécialisées dans la transcription du Coran en caractères coufiques – 160 femmes pour un seul quartier de Cordoue, selon Ibn al-Faiyad, qui s’exclame : « Par ce qui se faisait dans un seul quartier, qu’on juge de l’ensemble de la ville119 !» Ce travail était d’autant plus apprécié que les femmes étaient plus soigneuses et moins rémunérées que les hommes120.

  • 121 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 48.

72Évoquant la question de l’alphabétisation dans la civilisation islamique médiévale, F. Micheau semble assez pessimiste : « Saura-t-on un jour combien d’hommes, dans le monde arabe médiéval, savaient lire ? Peu sans doute, malgré les rudiments appris en scandant les vers du Coran121 ».

  • 122 Histoire des musulmans d’Espagne, t. IV, p. 109.
  • 123 S. M. Imamuddin, Some Aspects of the Socio-Economic and Cultural History of Muslim Spain, p. 136.

73Dozy, l’un des premiers grands historiens à s’intéresser à al-Andalus au XIXe siècle, affirmait pourtant : « En Andalousie, presque tout le monde savait lire et écrire122 », et Imamuddin déclare que la majorité de la population était alphabétisée123. Y aurait-il là une spécificité andalouse ?

UN DÉCLIN PROGRESSIF (XIe-XVe SIÈCLE). DESTIN PARALLÈLE DES BIBLIOTHÈQUES EN ORIENT ET EN AL-ANDALUS

a) Importance des destructions dues aux troubles politiques

74Outre les calamités telles que les inondations, les incendies, ou la vermine – trois fléaux éternels pour les bibliothèques à toutes les époques, renforcés ici par la fragilité du principal matériau utilisé, le papier –, la situation politique a joué un rôle important. Parallèlement à l’accroissement de la pression militaire sur le front Est, avec les croisés, au XIIe siècle, et surtout les Mongols, qui envahissent le Croissant fertile et détruisent une bonne partie des bibliothèques qui s’y trouvent, au XIIIe siècle (après l’occupation de Bagdad en 1258, les Tatars jetèrent quantité d’ouvrages dans le Tigre), ce sont, sur le front Ouest, les progrès de la reconquista.

  • 124 C’est du moins ce que semble suggérer J. Pedersen, The Arabic Book, p. 118.

75À cela s’ajoute l’impact des rivalités internes au sein de la plupart des dynasties. Au Caire, une partie de la bibliothèque des califes Fatimides et une partie de celle de la « maison de la science » fondée par al-Hakim – il n’est pas facile de faire la part des choses à travers les sources124 – furent ainsi ravagées au cours d’une longue période de crise économique et de troubles politiques. Un contemporain cité par al-Makrizi a laissé de ces événements survenus en 1068 un récit saisissant qui s’achève sur ces mots :

  • 125 Cité par G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes », p. 8. Je ne sais si le toponyme (...)

D’autres [ouvrages] qui avaient échappé aux flammes furent enfouis sous les sables accumulés par les vents ; ils formèrent des monceaux que l’on voit encore et qui sont connus dans la région sous le nom de Colline des livres125.

b) Autodafés

  • 126 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 220.

76Ce sont toutefois des raisons idéologiques qui causèrent les plus grands dommages. Un processus plus d’une fois à l’œuvre au cours de ces siècles est celui de l’autodafé, selon le schéma décrit par Ribera : le peuple, excité par les docteurs de la loi, brûle les livres de ceux qui sont désignés comme suspects par la rumeur publique126.

  • 127 Je renvoie à ma communication : « Pages arrachées du livre de Satan ».
  • 128 Y. Eche le souligne dans Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 147.

77L’autodafé existe certes dès l’Antiquité, et on le retrouve à diverses époques en Chine127, mais il semble que les Arabes aient largement contribué au développement de cette pratique. Le lien étroit entre écrit et doctrine religieuse conduit à la destruction du livre de l’adversaire128.

  • 129 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 220. Selon É. Lév (...)
  • 130 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 318. C. Sánchez Albornoz évoque aussi (...)
  • 131 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 203.
  • 132 Ibid., p. 200.
  • 133 Ibid., p. 218.

78En al-Andalus, loin de cautionner systématiquement ce type de comportement, les Omayyades tentèrent à plusieurs reprises de tempérer ce zèle inquisitorial opérant en dehors de toute codification légale, mais ils durent aussi, plus d’une fois, exiler des lettrés en danger de mort129. Et si une partie de la bibliothèque califale fut vendue à l’encan avant d’être pillée par les Berbères quand ces derniers s’emparèrent de Cordoue en 1012-1013130 – en ce sens, elle eut une vie encore plus brève que ses rivales de Bagdad ou du Caire – il faut souligner qu’auparavant elle avait déjà subi un autodafé. Al-Manzor, qui allait conquérir le pouvoir à force de manœuvres sous le règne du faible successeur d’al-Hakam, Hisham II, après une fulgurante ascension sans doute favorisée par l’intimité physique acquise auprès de Subh, l’épouse du défunt calife131, était pourtant muni d’un bagage de connaissances juridiques et littéraires considérable132. Mais voulant donner des gages à la populace excitée par les faquis malékites soupçonneux, alors même qu’il ordonnait une ultime addition au sein de la grande mosquée de Cordoue, il fit procéder, vers 979, à une vaste épuration de la bibliothèque califale, où des ouvrages de philosophie et de « sciences anciennes » se trouvaient à l’abri de l’intolérance133. Le Tolédan Said al-Andalusi, l’un des premiers historiens des sciences de l’Islam, mort en 1070, jugea sans indulgence ce vandalisme aux fondements démagogiques et dénonça ses effets culturellement dévastateurs :

  • 134 Tabaqat al-Umam. Texte cité par G. Wiet (« Recherches sur les bibliothèques égyptiennes », p. 5). C (...)

Les sciences étaient mal vues des vieilles gens et critiquées par les grands. Quiconque les étudiait était suspect à leurs yeux d’hérésie […] La plupart de ceux qui alors s’étaient mis à étudier la philosophie perdirent leur ardeur, se turent et gardèrent secret ce qu’ils savaient de ces sciences134.

  • 135 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 500.

79Dans ce cas précis, on aurait tort de sous-estimer la dimension psychologique de rivalité chez un al-Manzor aux ambitions politiques démesurées, dans une relation à la fois mimétique et iconoclaste à l’égard du modèle califal dont témoigne l’édification d’une cité concurrente, Medina al-Zahira, ou encore ses vains efforts pour acquérir une réputation de mécène équivalente à celle de son prédécesseur135.

c) Discours du regret

80Le déclin général de la culture et le lien qu’il entretient avec celui des bibliothèques sont clairement perçus dès le XIVe siècle par les historiens arabes. Ibn Khaldun fait ce constat amer :

  • 136 Discours sur l’histoire universelle, p. 663.

Jadis, la production de livres avait atteint un degré extraordinaire, en Iracq comme en Espagne […] Mais aujourd’hui, la chute des empires et le déclin de la civilisation ont entraîné une décadence générale136.

81Et de façon plus polémique, l’auteur égyptien Al-Qalqasandi, mort en 1418, critiqua la disparition du modèle princier :

  • 137 Cité par A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab World », p. 460.

Aujourd’hui les rois s’intéressent peu aux bibliothèques ; ils se contentent des bibliothèques de madrasas137.

  • 138 Cf. Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 395.

82Cette constatation est juste : l’essor des bibliothèques annexes marque le déclin du rôle attribué à la bibliothèque en tant que telle, mise au service de l’établissement auquel elle est annexée138. Il marque plus encore le passage des sciences profanes au second plan, sous l’effet de cette grande inflexion idéologique perceptible dans le monde islamique à partir du milieu du XIe siècle – le triomphe de l’orthodoxie dans la plupart des dynasties. F. Micheau précise :

  • 139 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 52.

[…] Partout s’imposèrent des souverains qui se firent les champions d’un Islam sunnite, plus soucieux d’appliquer et de transmettre les connaissances reçues que d’ouvrir les voies nouvelles139.

83Les bibliothèques allaient devenir de plus en plus des outils de conservation, au sens matériel et idéologique du terme.

PROLONGEMENT DE L’ÉCLAT DES BIBLIOTHÈQUES

84Malgré la réalité du déclin, ces discours pessimistes ne doivent pas masquer à quel point ce déclin a été progressif en Orient et plus encore en Occident.

a) Au sein du dar al-Islam

  • 140 R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 131.
  • 141 A. H. Green, « The History of the Libraries in the Arab World », pp. 456-460.
  • 142 Cf. H. Benaicha, « Mosques as Libraries in Islamic Civilization », p. 259.

85Elayyan parle d’un « âge d’or assez bref140 » des bibliothèques islamiques, qui dura tout de même au moins cinq siècles, du VIIIe au XIIIe, car, comme le souligne Green, le déclin politique du monde islamique n’eut rien de comparable à ce qu’avait connu l’Europe à la chute de Rome : des États prospères tels que la Tunisie des Hafsid, le Maroc des Mérinides ou l’Égypte des Mameluks puis l’Empire ottoman au XVe siècle ont continué à briller, culturellement parlant141. Et si la culture a souffert des troubles politiques, elle a aussi pu tirer parti des rivalités au sein du monde islamique142.

  • 143 Selon G. Wiet, c’est sa dernière évaluation avant sa liquidation finale par Saladin en 1176. A. Man (...)

86Avant de disparaître, plusieurs collections « publiques » se sont même signalées par une fabuleuse capacité à renaître de leurs cendres, capacité qui dit l’abondance des livres en circulation. Rouverte en 1123 dans un nouvel édifice, la « maison de la science » du Caire est décrite par Ibn Abi Taiy (mort vers 1228 à Alep) comme comprenant 1,6 million de volumes. On a évoqué plus haut la question de l’exagération des chiffres, mais il s’agit d’un historien sérieux, soucieux de commenter lui-même sa source et de la comparer à d’autres qui font état de 120.000 volumes « seulement », ce qui confère plus de crédit à son évaluation, comme le souligne G. Wiet143.

  • 144 Cité par R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 122.
  • 145 D’après O. Pinto, citée par Elayyan.

87Par ailleurs, les bibliothèques privées ont permis, comme le souligne H. Escolar, la poursuite du développement intellectuel de l’Islam. Selon l’historien E. D. Johshon, vers 1200, il existait plus de livres dans les bibliothèques privées musulmanes que dans toutes les bibliothèques de l’Europe occidentale144. Et à une date plus tardive, vers 1300, une bibliothèque telle que celle de Malik Daund à Sanaa, au Yémen, comptait apparemment 100.000 volumes145. Chiffre considérable si l’on considère que la librairie de Montaigne, l’une des plus belles bibliothèques de son temps, ne comptera guère qu’un millier de titres.

b) En al-Andalus

88En al-Andalus, après la dislocation du califat de Cordoue, et une fois apaisés les remous de la guerre civile, l’époque des Taifas constitua une période de splendeur pour la culture et certainement pour les bibliothèques. Voici l’élogieux bilan culturel qu’en dressait le grand historien C. Sánchez Albornoz il y a quelques années :

  • 146 C. Sánchez Albornoz, La España musulmana según los autores islamitas y cristianos medievales, t. II (...)

Las poblablan poetas e historiadores, filósofos y hombres de ciencias, y hasta los príncipes y sus ministros componían bellos versos, escribían buena prosa […] reunían ricas bibliotecas y redactaban curiosas memorias. Nunca había alcanzado España un nivel tan alto de cultura146.

  • 147 M. A. ben Abdesselem, La vie littéraire dans l’Espagne musulmane, p. 536. À une époque où les Andal (...)
  • 148 M. A. ben Abdesselem, La vie littéraire dans l’Espagne musulmane, pp. 347-348.
  • 149 Ibid., p. 354.
  • 150 Ibid., p. 388.

89Dans la thèse d’État qu’il a précisément consacrée à La Vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Muluk al-Tawa’if (Ve-XIe siècle), M. A. Ben Abdesselem souligne l’extraordinaire développement du mécénat sous les Taifas, l’éclatement du califat Omayyade entraînant en quelque sorte la démultiplication des phénomènes de concurrence mécénique qu’on observait auparavant au sein du dar al-Islam entre les différents califats147. L’auteur souligne la « compétition acharnée entre ces roitelets148 » souvent cultivés, qui voient là un moyen de défendre leur légitimité. Les poètes occupent dans cet art de cour une place centrale, parcourant le pays en quête du patron idéal. Étroitement dépendants du pouvoir – un prince de Séville convoqua ainsi en pleine nuit Ibn Hamdis pour lui demander de compléter les vers dont il improvisait les premiers hémistiches149 –, mais n’hésitant pas à abandonner leur maître s’ils en trouvent un autre plus généreux… Ben Abdsselem confirme également le rôle important de la femme andalouse déjà souligné par Ribera : à la faveur des troubles du début du XIe siècle, certaines femmes, du moins dans l’élite, ont pu jouer un rôle culturel de premier plan, telle la princesse Wallada qui ouvrit un salon littéraire. Ibn Hazim va jusqu’à dire que ce sont des femmes du harem de son père qui lui ont enseigné le Coran et la littérature150.

  • 151 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », pp. 209 sqq.

90Je n’ai malheureusement pas trouvé de référence précise aux bibliothèques dans cette thèse, qui confirmerait les dires de Sánchez Albornoz. On peut supposer que la nature principalement littéraire et poétique de cette abondante production supposait un arrière-plan livresque moins considérable qu’au temps du développement des « sciences anciennes », mais on peut difficilement imaginer qu’elle s’en soit complètement passée. On sait que malgré les destructions, nombre d’ouvrages de la bibliothèque d’al-Hakam furent sauvés et échouèrent notamment à Tolède151.

  • 152 Ibid., p. 223.
  • 153 Cf. M.A. Ben Abdesselem, La vie littéraire dans l’Espagne musulmane, p. 541.

91Au cours des périodes suivantes, les bibliothèques semblent avoir fait les frais de l’invasion des Almoravides. Selon Ribera, la réaction s’accentua vigoureusement sous leur impulsion : un monarque Almoravide envoya des décrets dans toute la zone qu’il contrôlait pour ordonner de brûler tous les livres de philosophie, même scolastique. En dépit de la protestation des docteurs de la loi eux-mêmes, le décret fut semble-t-il appliqué152. Mais Ben Abdesselem souligne qu’il ne faut pas exagérer l’inculture des Almoravides. Plus exactement, ces Berbères, austères et frustes au départ, s’ouvrirent ensuite à la brillante civilisation andalouse153. D’autant plus qu’à partir du milieu du XIe siècle, al-Andalus va servir, plus encore que par le passé, de terre d’accueil à de nombreux émigrés, en particulier aux exilés d’Ifriqiya menacés par la pression Fatimide.

  • 154 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 224.

92Les Almohades, partisans de la scolastique et donc en principe amis de la philosophie, voulurent dans un premier temps se venger des Almoravides et détruire tous les ouvrages d’obédience malikite : plusieurs caravanes de livres furent transportées à Fès pour y être brûlés. Mais la rumeur courut alors que ces souverains étaient hérétiques : ces derniers, dans un revirement qui ne constitue pas un cas isolé dans l’histoire de l’Islam médiéval, firent alors machine arrière et se mirent à persécuter des philosophes jadis honorés, comme Averroès154.

93Même si les bibliothèques ont fait les frais de tous ces conflits politico-religieux, malgré tout, le témoignage du même Averroès à la fin du XIIe siècle est significatif :

  • 155 Cité notamment par C. Sánchez Albornoz, La España musulmana según los autores islamitas y cristiano (...)

Si un sage meurt à Séville, ses livres sont emmenés à Cordoue pour être vendus. Inversement, si c’est un musicien qui meurt à Cordoue, ses instruments sont emmenés à Séville155.

  • 156 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 208.
  • 157 Wasserstein constate à juste titre qu’il y a là une coïncidence frappante avec le chiffre avancé po (...)

94Il est vrai qu’Averroès était cordouan et l’on sait par ailleurs que Séville était renommée pour son très important marché du livre et sa « calle de los libreros156 ». De plus, Ribera évoque d’autres cités célèbres pour leurs collections particulières : ainsi celle d’Abu Chafar ben Abas d’Almería, détenteur, selon les sources, de 400.000 volumes157, ou encore celle d’Almudafar ben Alafatas, à Badajoz, qui rédigea une encyclopédie en 50 tomes à partir des ouvrages de sa collection. D’autres noms sont mentionnés à propos de Málaga, Ronda, etc., et toutes ces données apparaissent conformes à celles qui sont évoquées pour les bibliothèques orientales.

  • 158 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », pp. 209 sqq.
  • 159 Ibid.
  • 160 R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. 427. Elle cite aussi les collections d’Abul- (...)
  • 161 P. Buresi confirma ce point au cours de la discussion.
  • 162 O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », pp. 223 sqq.

95Ribera dessine de façon très suggestive l’évolution historico-géographique de la situation ultérieure en fonction de l’avancée de la reconquête : ainsi, l’intérêt tardif surgi dans les zones frontières telles que l’Aragon – plus portées à l’action militaire qu’au savoir, par nécessité – est stoppé par l’avance chrétienne : les libraires aragonais se replient alors en masse sur Valence158. Cet éclat culturel se prolongera jusqu’à la fin du XVe siècle à Grenade (alors qu’au XIVe siècle, tout est fini, ou presque, en Mésopotamie). Ribera fait allusion à la bibliothèque royale des Beni Alahmar et souligne la passion collective pour les livres qui s’empara de la population de Grenade : on vit beaucoup d’avocats délaisser leur métier pour ouvrir des librairies159… R. Arié évoque brièvement un personnage du nom d’Al-Zubaydi, originaire de Jaén et réfugié à Grenade, qui s’était constitué une importante bibliothèque à force de copier des ouvrages. Pillée par les Banu Asqilula, elle fut en partie restituée à son propriétaire grâce à l’intervention de Muhammad II160. Mais l’historienne souligne que sous les Nasrides, même si la pression chrétienne connaît une longue accalmie au XIVe siècle, beaucoup de lettrés vont finir par s’exiler pour l’Orient et surtout le Maghreb161. Dès le XIIIe siècle, le basculement du centre politique d’al-Andalus vers le Maghreb s’est accompagné de transferts de livres : ainsi, la bibliothèque de la madrasa as-Saffarin fut fondée par un sultan Mérinide à partir d’ouvrages de bibliothèques espagnoles162.

  • 163 Je renvoie à ma communication : « Pages arrachées du livre de Satan ».
  • 164 En revanche, les institutions romaines et surtout le Mouseion d’Alexandrie sont souvent évoqués (cf (...)
  • 165 M. Artola (dir.), Enciclopedia de Historia de España, t. VII : « Libros y bibliotecas », pp. 445 sq (...)

96Ce dernier élément constitue l’une des raisons, souligne Ribera, de la disparition de quantité d’ouvrages du sol ibérique. Mais ce n’est sans doute pas la plus importante. À la suite de l’impulsion donnée par les Rois catholiques lors la reconquête du royaume de Grenade, on a tout fait pour détruire toute trace de la présence arabe en Espagne. Les années 1500 débutent par la destruction de plusieurs milliers d’ouvrages, dont certains couverts de reliures infiniment précieuses, par le cardinal Cisneros, promoteur éminent, par ailleurs, de l’humanisme espagnol163. Dans ce climat d’intolérance qui ne fera que se renforcer jusqu’à l’expulsion des morisques en 1609, sera organisée la chasse aux cachettes de livres arabes. Cette culture jadis brillante connaîtra un déclin rapide et l’on fera comme si les bibliothèques arabes n’avaient jamais existé : aucun auteur espagnol, au cours des XVIe et XVIIe siècles, dans tous les discours sur la bibliothèque que j’ai pu trouver, ne fait jamais référence aux collections de l’époque musulmane, même chez de grands arabisants tels que Páez de Castro164. Tabou durable puisqu’un ouvrage aussi sérieux que la moderne Enciclopedia de historia de España165 n’accorde pas une seule ligne aux bibliothèques d’al-Andalus, à moins qu’il ne s’agisse d’un oubli ou d’un accident éditorial, auquel cas je surinterprète à tort le fait…

HÉRITAGE D’AL-ANDALUS

  • 166 Cf. D. J. Wasserstein, « The Library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain »
  • 167 Ibid.

97Que reste-t-il des beaux jours de la glorieuse bibliothèque d’al-Hakam II ? Un seul manuscrit original qui y figurait nous est parvenu, retrouvé par Lévi-Provençal dans une bibliothèque de mosquée à Fès en 1934, et on a pu reconstituer l’identité d’une cinquantaine de livres, au mieux, ayant appartenu à cette collection166. Voilà de quoi donner le vertige : bel emblème de grandeur et de décadence des civilisations, mortelles selon Ibn Khaldun, précurseur de Valéry. Mais on pourrait en dire autant de la plupart des merveilles de l’Antiquité et de ce qui aurait pu également en faire partie, le Mouseion d’Alexandrie, dont pas un volume ne nous est parvenu167 – c’était, il est vrai, plus d’un millier d’années plus tôt.

98Pourtant, en dépit du refoulement du passé musulman, cette culture du livre et de la bibliothèque héritée des Arabes et développée en al-Andalus a eu une influence considérable en Espagne et, par-delà les Pyrénées, en Europe, à la fois dans les pratiques culturelles et par les traces qu’elle a laissées dans les imaginaires. Examinons rapidement ce legs multiforme.

CONTENUS

99D’une part, cet essor du livre exerça une influence puissante sur les chrétiens et les juifs, en raison de la présence de ces populations aux frontières, voire au sein des populations musulmanes. C’est une question que je ne fais ici qu’effleurer, mais l’arabisation en profondeur des populations locales est à souligner. On cite souvent ce texte du milieu du IXe siècle, dû à un partisan des martyrs, Álvaro de Cordoue, qui déplorait une telle situation :

  • 168 Cité par P. Guichard, « Naissance de l’Islam andalou », p. 75 (je souligne).

Mes coreligionnaires aiment à lire les poèmes et les romans des Arabes ; ils étudient les écrits des théologiens et des philosophes musulmans, non pour les réfuter, mais pour se former une diction arabe correcte et élégante […] Qui d’entre eux étudie les Évangiles, les prophètes, les apôtres ? Hélas ! Tous les jeunes chrétiens ne connaissent que la langue et la littérature arabes ; ils lisent et étudient avec la plus grande ardeur des livres arabes ; ils s’en forment à grands frais d’immenses bibliothèques et proclament partout que cette littérature est admirable168.

  • 169 Le terme est d’A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab World », p. 470.
  • 170 T. Burckardt, La civilización hispano-árabe, p. 210.

100D’autre part, la mémoire des textes antiques accumulée dans les bibliothèques hispano-musulmanes – indissociables des interactions169 avec les grandes civilisations précédentes – a pu passer en Occident grâce à cette formidable porte d’entrée que fut l’École des traducteurs de Tolède, le roi-mécène Alphonse le Sage voulant faire de sa cour l’équivalent de celles des souverains musulmans170. Cette affaire est bien connue dans son principe, mais il y a sans doute encore beaucoup à dire.

  • 171 On sait que les premiers livres reliés en Espagne l’ont été par des artistes arabes.

101Un indice matériel de ce rayonnement fut la formation d’un art de la reliure spécifique à l’Espagne au sein de la grande famille des reliures islamiques. L’extraordinaire variété de motifs caractéristique de cet art qui sera appelé le type « mudéjar171 » connaîtra de nombreux prolongements à l’ère de l’imprimé…

INSTITUTIONS ET PRATIQUES INTELLECTUELLES : LE PARADIGME FÉCOND DES BIBLIOTHÈQUES MUSULMANES

102D’une façon générale, les Arabes ont ressuscité ou remodelé des institutions et des pratiques antiques.

103Une bibliothèque telle que celle d’al-Hakam annonce les bibliothèques princières qui voient le jour en Europe à partir du XVe siècle dans les grandes cités italiennes (Urbino, Florence…), dans la Hongrie de Mathias Corvin, et un peu plus tard, dans l’Espagne de Philippe II.

  • 172 Cf. F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, chap. iii, pp. 1 (...)
  • 173 Ibid., pp. 146 sqq.
  • 174 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 148.
  • 175 F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, pp. 712 sqq.

104Quelle saisissante ressemblance entre la figure de ce dernier et celle d’al-Hakam, lui aussi deuxième du nom. Entre leur formation poussée, entre leur destin commun qui fut de parachever les édifices politiques de leurs pères respectifs – Charles Quint et Abd-el-Rahman III, tous deux stratèges et diplomates hors du commun – en leur conférant une dimension culturelle d’une puissante efficacité symbolique. Tous deux se distinguèrent par leur vocation de constructeurs et de mécènes. À l’image de son prédécesseur, Philippe II, dès sa jeunesse, accumula une collection d’ouvrages considérable et se chargea de rédiger le premier catalogue d’ouvrages destinés à cette bibliothèque qu’il allait loger au sein du palais-monastère de l’Escorial où elle resterait peu accessible, excepté à un petit groupe de privilégiés. Étonnant écho des pratiques arabes, peut-être même jusque dans la configuration architecturale de cette bibliothèque : il s’agit de la première grande bibliothèque européenne où les livres furent disposés contre les murs (contrairement à la disposition habituelle en travées, à l’époque172). Modèle consciemment présent dans l’esprit du Roi prudent ou celui de son entourage ? En tout cas, la collection de Philippe II, rivale de celle de François Ier et surtout de son exacte contemporaine, la Vaticane173, à l’image de celle d’al-Hakam II, rivale des modèles orientaux, allait être une belle illustration de l’investissement de la bibliothèque par la dimension politique dont Eche fait un trait caractéristique de la civilisation arabe174, mais que les gouvernants modernes, de F. Mitterrand à H. Moubarak, n’ont pas oublié175.

  • 176 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 367.
  • 177 Il ne s’agit que d’un avant-goût des futures bibliothèques nationales, comme j’y insiste dans Figur (...)

105Les institutions académiques, dont un grand nombre de bibliothèques arabes – et pas seulement celles des souverains – furent le centre, ne prendront véritablement leur essor, en Europe, qu’à une période tardive de l’âge classique : pour que la bibliothèque ne soit plus envisagée comme un simple lieu de dépôt mais comme un espace de rencontre pour lettrés, comme propédeutique à la discussion intellectuelle, il faut attendre pratiquement le milieu du XVIIe siècle en France, lorsque la Mazarine, due à la volonté d’un Cardinal-Ministre de laisser son nom dans l’univers des lettres, s’ouvre aux lecteurs : ouverture timide, du reste, puisqu’elle n’est pas journalière, comme c’était le cas des dar al-ilm176, et demeure inaccessible à bien des lettrés177.

106Je voudrais souligner à ce propos le lien étroit entre de telles institutions et les cités : toute cité importante de l’Islam médiéval – pas seulement Bagdad, Le Caire, ou Cordoue, qui comptaient parmi les plus peuplées de leur temps – avait sa ou ses bibliothèques « publiques ». F. Micheau souligne très justement :

  • 178 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 47 (je souligne).

À l’opposé d’un Occident latin où le savoir se transmettait par le travail des hommes d’Église dans les scriptoria monastiques [îlots le plus souvent dispersés dans un environnement rural], les écoles épiscopales et les universités [plus tardivement : pas avant le XIIe et surtout le XIIIe siècle], le monde arabe a fécondé une culture qui fut affaire de princes et de lettrés, de marchands et de citadins178.

107De la même façon, le développement de ces nouveaux types de bibliothèques en Europe, à partir du XVe siècle, est largement un phénomène urbain.

IMAGINAIRES

108Cette culture de la bibliothèque recueillie et expérimentée en al-Andalus, à la fois arabo-islamique et dotée de caractères propres – on retrouve ici la dialectique complexe entre le respect des modèles orientaux et les éléments de singularité qu’on constate dans tant d’autres domaines – est inséparable d’un imaginaire qu’elle a contribué à développer. Héritage souterrain, à l’image de la langue castillane qui porte en elle les traces de ce passé arabe.

109Ce riche imaginaire de la bibliothèque présente, comme Janus, un double visage :

    • 179 Cf. F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, p. 92, note 1.

    un visage constructif : celui de la vénération du savoir à travers l’éloge de cet instrument privilégié qu’est la bibliothèque dans les sources arabes ; s’il est vrai que les bibliothèques ont toujours fait rêver, ces sources semblent multiplier chiffres et images hyperboliques, rendant délicate la séparation du vérifiable et du légendaire ; cette tendance à l’affabulation constituera précisément un trait prégnant et durable des mentalités ibériques par-delà les siècles ; au XVIe siècle encore, on racontera que le grand poète et mécène Diego Hurtado de Mendoza, ambassadeur de Charles Quint à Venise, avait obtenu des Turcs, en échange de la délivrance du fils de l’empereur Soliman, un vaisseau entier de manuscrits (il ne s’agirait en réalité que d’une trentaine de textes179)…

    • 180 Voir notamment Réalité de l’Espagne, p. 221.

    un visage destructif : on a perçu cet envers, comportant lui aussi sa dimension passionnelle et romanesque, à travers la pratique de l’autodafé, particulièrement répandue en al-Andalus ; selon A. Castro, l’Inquisition espagnole, qui allait devenir un véritable instrument au service du pouvoir étatique à partir des Rois catholiques, est incompréhensible si l’on ne tient pas compte des pratiques de répression de l’hétérodoxie dans les sphères judaïque et musulmane à l’époque médiévale180.

110Cependant, ces mouvements répressifs suscitaient dans le même temps l’amorce d’une réflexion sur la censure et les limites de son efficacité. On cite souvent cette phrase du grand penseur Ibn Hazim :

  • 181 Cité par G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes ».

Si vous brûlez le papier, vous ne brûlez pas la pensée à lui confiée, encore moins ce qui est dans mon cerveau181.

111L’épisode de l’escrutinio de la bibliothèque de don Quichotte, au chapitre 6 de la première partie du génial roman cervantin – roman qui, du reste, se présente comme une compilation traduite de l’arabe – n’est-il pas le fruit de cet héritage ?

  • 182 Dans Al-Razi, Anales palatinos del califa de Córdoba al-Hakam II, p. 23.
  • 183 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 395.
  • 184 Ibid., p. 505.

112En al-Andalus, les sources, souvent lacunaires (« agujereadas de huecos », comme dit E. García Gómez182) et caractérisées par une « sécheresse coutumière », selon Lévi-Provençal183, relèvent plus d’une fois d’une « historiographie de cour […] essentiellement subjective184 », et on ne peut, bien entendu, les contrôler au moyen d’archives. Pour la question présente, je veux bien croire qu’elles ne soient pas aussi nombreuses ni aussi fiables qu’on pourrait le souhaiter. Par ailleurs, leur date souvent tardive ne constitue pas un avantage (l’une des principales, la compilation d’al-Makkari, date du XVIIe siècle). À propos du royaume de Grenade, R. Arié, autorité en la matière, déclare :

  • 185 R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. 426.

Nous n’avons pas recueilli grand-chose sur la formation des bibliothèques sultaniennes ou privées185.

  • 186 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 53.

113Pourtant, la liste des personnages et des sources mentionnés par Ribera pour la même période est plus fournie. Mais qui sont ces Abenpascual, Abendari ou encore Adabi cités par ce dernier, et dont on ne semble pas trouver trace dans les ouvrages de références ? Ce sont toutes ces données qu’il faudrait commencer par revoir en détail à la lumière des éclairages historiographiques modernes, avant d’écumer les bibliothèques, dont j’ai du mal à imaginer qu’elles ne recèlent pas d’autres renseignements précieux, d’autant que selon F. Micheau, des trésors enfouis, « aujourd’hui encore, attendent d’être exhumés186 » des bibliothèques arabes, et j’ajouterais, édités et traduits…

  • 187 Les Anales palatinos del califa de Córdoba al-Hakam II d’Al-Razi repris dans la compilation d’Ibn H (...)

114Mais il faut également tenir compte du fait que la bibliothèque, dans l’Espagne médiévale comme dans l’Espagne du Siècle d’or et encore à peu près partout en Europe à l’âge classique, n’est pas un objet d’histoire en tant que tel : il faudra attendre longtemps pour qu’elle le devienne. Par conséquent, comme Eche l’a constaté au cours de son étude, les sources les plus diverses187 et parfois a priori les plus étrangères à la question doivent être mises à profit.

115J’incline à penser que sur la question des bibliothèques d’al-Andalus, la recherche est encore loin d’être parvenue à ses limites. J. Ribera attend depuis bientôt trois quarts de siècle un successeur qui veuille bien relever le défi…

Bibliographie

Al-Razi, Isa Ibn Ahmad, Anales palatinos del califa de Córdoba al-Hakam II, trad. Emilio García Gómez, Madrid, Sociedad de Estudios y Publicaciones, 1967.

Arié, Rachel, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492), [2e éd.], Paris, De Boccard, 1990.

Artola, Miguel (dir.), Enciclopedia de Historia de España (7 vol.), Madrid, Alianza, 1988-1993.

Ben Abdesselem, Mohamed Afif, La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Muluk al-Tawa’if (Ve-XIe siècle), doctorat d’État, université de Lille-III, 1992, Damas, Institut francais d’études arabes de Damas, « Publications de l’IFEAD » (189), 2001.

Benaicha, Hedi, « Mosques as Libraries in Islamic Civilization (700-1400 AD) », Journal of Library History, 21, 1986, pp. 253-260.

Bergé, Marc (dir.), Les Arabes. Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, des origines à la chute du Royaume de Grenade, racontées par des témoins (IXe av. J. C.-XVe siècle), Paris, Lidis, 1978.

Berkey, Jonathan, The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo, Princeton, Princeton University Press, 1992.

Burckardt, Titus, La civilización hispano-árabe, Madrid, Alianza, 1977.

Castro, Américo, Réalité de l’Espagne, Paris, Klincksieck, 1963.

Chebel, Malek, Dictionnaire des symboles musulmans, Paris, Albin Michel, 1995.

Cruz Hernández, Miguel, Historia del pensamiento en al-Andalus (2 vol.), Grenade, Editoriales Andaluzas unidas, Biblioteca de la cultura andaluza, 1985.

Dozy, Reinhart, Histoire des Musulmans d’Espagne jusqu’à la conquête de l’Andalousie par les Almoravides (711-1110), [4 vol.], Leyde, Brill, 1861.

Eche, Youssef, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques en Mésopotamie, en Syrie et en Égypte au Moyen Âge, Damas, Institut français, 1967.

Elayyan, Ribbi Mustapha, « The History of the Arabic-Islamic Libraries. VII to XIVth centuries », International Library Review, 22, 1990, pp. 119-135.

Encyclopédie de l’Islam (2e éd.), Leyde – Paris, Brill – Maisonneuve et Larose, 1991.

Escolar, Hipólito, Historia de las bibliotecas (3e éd.), Madrid, Fundación Sánchez Ruipérez, 1990.

Escolar, Hipólito, Historia universal del libro, Madrid, Fundación Germán Ruipérez, 1993.

Faulhaber, Charles B., Libros y bibliotecas en la España medieval : una bibliografía de fuentes impresas, Londres, Grant Cutler Ltd., 1987.

Géal, François, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, Paris, Champion, 1999.

Géal, François, « Pages arrachées du livre de Satan… Quelques réflexions sur le combat des bibliophobes et des bibliophiles dans l’Espagne du XVIe siècle », dans L’écrit et les pouvoirs en Espagne au Siècle d’or. Actes du colloque international (Paris, 7-9 oct. 1999), à paraître.

Green, Arnold H., « The History of Libraries in the Arab World : a diffusionist Model », Libraries and Culture, 23, 1988, pp. 454-473.

Guichard, Pierre, « Naissance de l’Islam andalou », dans Bartolomé Bennassar (éd.), Histoire des Espagnols, Paris, Armand Colin, 1985.

Hessel, Alfred, A History of Libraries, New Brunswick, Scarecrow Press, 1955.

Hueso Rolland, Francisco, Exposición de encuadernaciones españolas, siglos XII al XIX : catálogo general ilustrado, Madrid, Sociedad Española de Amigos del Arte, 1934.

Imamuddin, Sayyid M., Some Aspects of the Socio-Economic and Cultural History of Muslim Spain (711-1492 AD), Leyde, Brill, 1975.

Ibn Khaldun, Le Voyage d’Occident et d’Orient, trad. Abdesselam Cheddadi, Arles, Actes Sud, coll. « Sindbad », 1995.

Ibn Khaldun, Discours sur l’histoire universelle, nouv. trad., préface et notes par Vincent Monteil, Arles, Actes Sud, coll. « Sindbad », 1997.

Jacob, Christian, « La leçon d’Alexandrie », dans Richard Figuier (dir.), La bibliothèque. Miroir de l’âme, mémoire du monde, Paris, Autrement, 1991.

Lévi-Provençal, Évariste, L’Espagne musulmane au Xe siècle. Institutions et vie sociale [1932], Paris, Maisonneuve et Larose, 1996.

Lévi-Provençal, Évariste, Histoire de l’Espagne musulmane (1950), [3 vol.], Paris, Maisonneuve et Larose, 1999.

Manguel, Alberto, Une histoire de la lecture, Arles, Actes Sud, 1998.

Micheau, Françoise, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », dans Richard Figuier (dir.), La bibliothèque. Miroir de l’âme, mémoire du monde, Paris, Autrement, 1991, pp. 47-54.

Oroz Reta, José, et Manuel Antonio Marcos Casquero, Etimologías, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1993.

Pedersen, Johannes, The Arabic Book, Princeton, Princeton University Press, 1984.

Pinto, Olga, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », Islamic culture, 3, 1929, pp. 210-243 ; traduction de l’italien d’un article paru en 1920 dans la revue Bibliofilia.

Ribera y Tarragó, Julián, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », dans Disertaciones y opúsculos (2 vol.), introduction de Miguel Asín Palacios, Madrid, Imprenta de Estanislao Maestre, 1928, t. I, pp. 181-228.

Ribera y Tarragó, Julián, « La enseñanza entre los musulmanes de España » dans Disertaciones y opúsculos (2 vol.), introduction de Miguel Asín Palacios, Madrid, Imprenta de Estanislao Maestre, 1928, t. I, pp. 228 sqq.

Sánchez-Albornoz, Claudio, La España musulmana según los autores islamitas y cristianos medievales (2 vol.), Madrid, Espasa-Calpe, 1973.

Vernet, André (dir.), Histoire des bibliothèques françaises (4 vol.), Paris, Promodis, Éditions du Cercle de la librairie, 1988-1992.

Wasserstein, David J., « The Library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain », Manuscripts of the Middle West, 5, 1993, pp. 99-105.

Wiet, Gaston, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes aux Xe et XIe siècles », Cahiers de civilisation médiévale, 6, 1963, pp. 1-11.

Notes

1 Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or.

2 Cf. t. VI, pp. 181-184.

3 A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises.

4 Voir notamment le t. II, passim, et dans le t. III : « al-Hakam II, mécène et bibliophile », pp. 493-500.

5 C’est ainsi que je n’ai pu me procurer un article de S. V. Hussain au titre alléchant, « Organization and Administration of Muslim Libraries (from 786 to 1492AD) », paru dans le Pakistan Library Association Journal, 1 (1), 1960, pp. 8-11, introuvable en France, ni un texte d’A. B. Espinosa Ramírez,« Introducción al libro y a las bibliotecas en la Andalucía musulmana », publié dans les confidentiels Cuadernos de la ADAB, 2, 1989, pp. 34-38.

6 M. Asín Palacios le précise dans son introduction.

7 La mémorisation joue à cette époque un rôle prépondérant, comme le souligne notamment H. Benaicha, « Mosques as libraries in islamic civilization ».

8 Ce trait est appelé par R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries ».

9 « The preference for personal instruction as opposed to private reading and study and the belief that only oral tansmission is truly legitimate, lies deeply embedded in the Islamic educational system », souligne J. Berkey dans The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo, p. 24.

10 Dans la discussion qui suivit cet exposé, H. Ayoub montra l’importance de cette dimension.

11 Ce point est soulevé par Ibn Khaldun dans Le Voyage d’Occident et d’Orient, notamment p. 48.

12 Cf. G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes aux Xe et XIe siècles ».

13 Cf. R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries ».

14 Cf. F. Hueso Rolland, Exposición de encuadernaciones españolas, p. 26, reprenant l’estimation de Ribera.

15 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques.

16 Cf. M. Bergé (dir.), Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, racontées par des témoins, pp. 324-325.

17 T. VI, pp. 181-184.

18 L’expression est de F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 50.

19 Cf. M. Bergé (dir.), Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, racontées par des témoins, p. 326.

20 Cf. Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 43.

21 Cf. M. Bergé (dir.), Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, racontées par des témoins, p. 327.

22 Voir l’Encyclopaedia britannica et l’Encyclopédie universalis : « Al-Hakim ».

23 Voir G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes ».

24 Y. Eche le souligne dans sa conclusion : Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 394.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 83.

27 Ibid., p. 143.

28 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir… », p. 51.

29 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 394.

30 C’est toujours la plus grande mosquée qui abrite la plus grande bibliothèque, selon H. Benaicha (« Mosques as Libraries in Islamic Civilization », p. 255). Une des plus riches était celle de la Mosquée Al-Azhar au Caire, fondée par les Fatimides lors de leur installation, au IXe siècle.

31 H. Benaicha le souligne, ibid.

32 Ibid., p. 255.

33 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 161.

34 Cf. J. Pedersen, The Arabic Book, pp. 118-119.

35 E. Lévi-Provençal y insiste dans son Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 359, citant toutefois des auteurs qui échappent à la règle et « n’ont pas coutume de verser dans l’hyperbole » (notamment p. 362).

36 H. Ayoub souligna vigoureusement ce point dans la discussion.

37 Il faut également tenir compte de la confusion sans doute fréquente, dans les comptabilisations, entre volumes et titres – il y avait beaucoup d’ouvrages en plusieurs exemplaires : cela permettait de corriger les passages éventuellement corrompus en se reportant à un autre manuscrit…

38 Je renvoie, pour une rapide mais juste vision d’ensemble, à l’article « Bibliothèque » dans l’Encyclopaedia universalis.

39 Ces chiffres sont empruntés à A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. I : Les bibliothèques médiévales du VIe siècle à 1530.

40 J. Pedersen : The Arabic Book, p. 115.

41 Cf. F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 52 et M. Bergé (dir.), Histoire et civilisation des Arabes et du monde musulman, racontées par des témoins, pp. 282 sqq. Ce classement était le suivant : langues (arabe et langues étrangères) ; livres sacrés (non musulmans et musulmans) et leurs commentateurs ; grammairiens et lexicographes ; histoire, littérature, biographie, généalogie, poésie ; théologie dogmatique, mystique ; juristes et « traditionnistes » ; philosophie et sciences anciennes ; veillées, récits fabuleux, magie ; sectes et croyances étrangères ; alchimie.

42 Y. Eche le souligne, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, pp. 281 sqq.

43 R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 129.

44 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 494.

45 Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, pp. 281 sqq. Sur ce thème en Europe à l’époque médiévale et par la suite, cf. F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, notamment p. 589.

46 R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 129.

47 Cf. G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes ».

48 A. Hessel, A History of Libraries, cité dans R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 129. Cette influence est en tout cas patente dans la fondation du premier calife de Cordoue, Medina al-Zahra, Abd-el-Rahman III trouvant dans cette adhésion un moyen de se distinguer des califats concurrents, ainsi que dans la mosquée de Cordoue embellie par son successeur al-Hakam II, où fait son apparition la mosaïque polychrome (cf. É. Lévi-Provençal : Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, pp. 147-148).

49 A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab World », p. 456.

50 Selon Y. Eche, les Arabes semblent avoir ignoré la disposition en travées (Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 335).

51 Cf. H. Benaicha, « Mosques as Libraries in Islamic Civilization », p. 256.

52 H. Escolar, Historia de las bibliotecas, p. 142.

53 De quelle bibliothèque s’agit-il ? Les auteurs ne le précisent pas.

54 O. Pinto y insiste dans son article, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », pp. 232-233.

55 Cf. G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes », p. 8.

56 Sur ce point, voir F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’Or, p. 669.

57 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 395.

58 Cf. R. M. Elayyan, « The History of Arabic-Islamic Libraries », p. 127.

59 Ibid., 121.

60 Cité par O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », p. 215.

61 F. Micheau, « Au Proche-Orient les parfums du savoir », p. 48.

62 H. Benaicha, « Mosques as Libraries in Islamic Civilization ».

63 Cependant, dans les madrasas du Caire, selon J. Berkey, le bibliothécaire était souvent choisi parmi les étudiants et son salaire n’était pas considérable (The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo, pp. 196-199).

64 M. Cruz Hernández, Historia del pensamiento en al-Andalus.

65 Cet aspect est souligné par É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, pp. 469-470.

66 Cité par J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 218.

67 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 209.

68 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 151.

69 Ibid., p. 163.

70 Ibid.

71 Ibid., t. II, pp. 167-168.

72 Ibid., pp. 173-174, note 4.

73 Ibid., t. III, p. 445.

74 Ibid., t. II, p. 120. Lévi-Provençal, relativisant le phénomène, précise : « Rares seront les Umaiyades d’Espagne qui n’auront pas sali leur mémoire par des crimes de cette sorte, dont personne au surplus – est-il besoin de l’ajouter ? – ne s’émouvait beaucoup à cette époque » (Ibid., p. 121).

75 J. Ribera y Tarragó, « La enseñanza entre los musulmanes de España », p. 236.

76 D. J. Wasserstein (« The library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain », pp. 99-105) cite l’exemple d’Al-Qali.

77 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, pp. 126-127.

78 Ibid.

79 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 193. « Para mí no hay, pues, motivo de duda ni de asombro (y estoy por darle el valor de hecho rigurosamente histórico) si se dice que hubo bibliotecas que contenían 400.000 volúmenes », souligne-t-il de nouveau p. 341.

80 Ibid., p. 193.

81 Selon Ibn Khaldun, Ibar IV, 146.

82 D. J. Wasserstein, « The library of al-Hakam II al-Mustansirand the Culture of Islamic Spain ».

83 H. Escolar, Historia de las bibliotecas, p. 136.

84 Cf. R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 128.

85 Y. Eche parle de six personnes seulement à demeure dans la bibliothèque des Fatimides du Caire (Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 352).

86 F. Hueso Rolland, Exposición de encuadernaciones españolas, pp. 47 sqq.

87 H. Escolar, Historia universal del libro, p. 246.

88 M. Artola (dir.), Enciclopedia de Historia de España, t. VII, p. 461. Je renvoie à la récente bibliographie de C. B. Faulhaber, Libros y bibliotecas en la España medieval.

89 E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 166.

90 Ibid., t. III, p. 392.

91 Ibid., t. II, p. 136.

92 Ibid., t. II, p. 166, note 1.

93 Ibid., t. II, pp. 178-180.

94 Ibid., p. 167. D. J. Wasserstein va dans le même sens (« The Library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain »).

95 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana ».

96 A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab world », p. 457.

97 C. Jacob, « La leçon d’Alexandrie », p. 24. D’une façon générale, il y a plus d’un point commun entre la cosmopolite Alexandrie des Ptolémées et la cosmopolite Cordoue du Califat.

98 O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », p. 233.

99 D. J. Wasserstein, « The Library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain ».

100 Il fit venir plusieurs calligraphes spécialement de Bagdad, dont Zifr al-Bagdadi évoqué par Y. Eche (Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 273).

101 Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, pp. 495 sqq.

102 Ribera va à l’encontre de l’interprétation de R. Dozy (Histoire des musulmans d’Espagne jusqu’à la conquête de l’Andalousie par les Almoravides, t. IV, p. 109) et d’autres à sa suite. Ainsi, la création souvent mentionnée de vingt-cinq écoles à Cordoue doit être replacée dans son contexte : victime d’une première alerte et sentant la mort approcher, al-Hakam II réalise là un acte de pénitence. Du reste, il ne s’agissait que d’écoles primaires destinées aux pauvres et ne dispensant qu’un enseignement religieux. Au même moment, al-Hakam affranchit des esclaves, selon une tradition habituelle dans les dynasties islamiques (cf. « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 239).

103 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », pp. 207-208. Ribera souligne (p. 343), « La misma de Alháquem II, que algunos creen abierta para el público, era meramente particulary de uso personal del monarca ». Cette opinion est pourtant couramment reçue de nos jours : on la trouve par exemple chez T. Burckhardt que cite A. Manguel (Une histoire de la lecture, p. 234).

104 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 169.

105 A. Castro, Réalité de l’Espagne, p. 239.

106 J. Ribera y Tarragó, « La enseñanza entre los musulmanes de España », p. 243.

107 Ibid., pp. 243 sqq.

108 Voir notamment M. Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans.

109 « Los arquitectos opinan que no hay que colocar artesonados dorados en las bibliotecas (aurea lacunaria), ni tampoco pavimentos (neque pavimenta) que no sean de mármol de Caristo, porque el fulgor del oro embota los ojos, mientras que el color verde de Caristo los hace descansar (auri fulgor hebetat et Carystei viriditas reficiat oculos) ». Je cite d’après l’édition bilingue des Etimologías de J. Oroz Reta et M. A. Marcos Casquero, t. I, Etymologiarum VI, 11 de « pergamenis », pp. 588-589. Cf. sur ce point voir F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, notamment p. 377. Je ne sais si cette hypothèse que formule également H. Escolar (Historia de las bibliotecas, p. 139) peut être confirmée par ce que l’on sait de la transmission de l’œuvre d’Isidore en al-Andalus.

110 D’autres exemples de collections privées sont cités par J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana » ; et É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 499, note 3.

111 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 189.

112 É. Lévi-Provençal, L’Espagne musulmane au Xe siècle, pp. 233-234.

113 T. Burkardt, La civilización hispano-árabe, p. 52.

114 Cf. Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 273. Je souligne.

115 É. Lévi-Provençal y insiste à propos de la période califale, parlant d’un « aspect délibérément conservateur ou même archaïsant » de l’Islam andalou (Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, pp. 454-455) ; on peut étendre avec quelques nuances cette proposition à l’ensemble de la période.

116 O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », p. 220.

117 J. Berkey, The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo, p. 181.

118 J. Ribera y Tarragó, « La enseñanza entre los musulmanes de España », p. 345.

119 Cité par É. Lévi-Provençal, L’Espagne musulmane au Xe siècle, p. 234.

120 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 199. Une inégalité dont les historiens de sexe masculin ne semblent guère s’émouvoir…

121 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 48.

122 Histoire des musulmans d’Espagne, t. IV, p. 109.

123 S. M. Imamuddin, Some Aspects of the Socio-Economic and Cultural History of Muslim Spain, p. 136.

124 C’est du moins ce que semble suggérer J. Pedersen, The Arabic Book, p. 118.

125 Cité par G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes », p. 8. Je ne sais si le toponyme « Colline des livres » est resté dans la tradition, mais je trouve cette désignation magnifique. Je ne l’avais jusqu’ici jamais rencontrée au sein du riche patrimoine universel consacré à l’imaginaire du livre et de la bibliothèque. Voilà une image que n’aurait pas dédaignée Borges, et qu’il connaissait peut-être, lui qui passa sa vie à lire.

126 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 220.

127 Je renvoie à ma communication : « Pages arrachées du livre de Satan ».

128 Y. Eche le souligne dans Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 147.

129 Cf. J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 220. Selon É. Lévi-Provençal, c’est toutefois mandaté par l’autorité califale qu’en 961, le juriste Muhammad ibn Habka ibn Zarb contraignit les disciples d’Ibn Masarra à rétracter leurs opinions et brûla en leur présence, sur le côté oriental de la grande-mosquée de Cordoue, les exemplaires des écrits du philosophe qu’ils détenaient (Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 218, note 1).

130 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 318. C. Sánchez Albornoz évoque aussi, sans précision, la destruction des livres existant à Medina al-Zahra (La España musulmana según los autores islamitas y cristianos medievales, t. I, pp. 415-416), mais existe-t-il des sources fiables à ce sujet ?

131 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. II, p. 203.

132 Ibid., p. 200.

133 Ibid., p. 218.

134 Tabaqat al-Umam. Texte cité par G. Wiet (« Recherches sur les bibliothèques égyptiennes », p. 5). Cette « classification des sciences et des nations » est le seul texte de cet auteur qui ait été conservé.

135 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 500.

136 Discours sur l’histoire universelle, p. 663.

137 Cité par A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab World », p. 460.

138 Cf. Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 395.

139 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 52.

140 R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 131.

141 A. H. Green, « The History of the Libraries in the Arab World », pp. 456-460.

142 Cf. H. Benaicha, « Mosques as Libraries in Islamic Civilization », p. 259.

143 Selon G. Wiet, c’est sa dernière évaluation avant sa liquidation finale par Saladin en 1176. A. Manguel donne le chiffre de 1,1 million de volumes, s’appuyant sur J. Berkey, mais je n’ai pas retrouvé la référence dans cet ouvrage. Par ailleurs, Wasserstein évoque un catalogue antérieur datant de 1045, qui ne ferait état que de 6.500 livres. Mais ce chiffre semble en contradiction avec l’ampleur des dégâts mentionnés par les sources lors des troubles de 1068. Et en contradiction également avec le bilan dressé par Al-Qalqasandi, qui donne le palmarès suivant des trois plus grandes bibliothèques de l’Islam : 1) la biblothèque des califes Abbassides de Bagdad ; 2) la bibliothèque des califes Fatimides du Caire ; 3) la bibliothèque des califes Omayyades de Cordoue. Voir F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », pp. 52-53.

144 Cité par R. M. Elayyan, « The History of the Arabic-Islamic Libraries », p. 122.

145 D’après O. Pinto, citée par Elayyan.

146 C. Sánchez Albornoz, La España musulmana según los autores islamitas y cristianos medievales, t. II, p. 140 (je souligne). Pedersen parle également de longues listes de bibliothèques considérables (The Arabic Book, p. 120).

147 M. A. ben Abdesselem, La vie littéraire dans l’Espagne musulmane, p. 536. À une époque où les Andalous semblent douter d’eux-mêmes, ils se tournent de nouveau vers l’Orient : cette recrudescence de l’influence orientale, qui n’a jamais été aussi forte, est renforcée par la pression chrétienne mais aussi par l’antagonisme entre Arabes et Berbères, ces derniers étant considérés par les premiers comme peu cultivés, d’où la volonté des souverains arabes de maintenir à tout prix al-Andalus dans le giron de leur culture d’origine…

148 M. A. ben Abdesselem, La vie littéraire dans l’Espagne musulmane, pp. 347-348.

149 Ibid., p. 354.

150 Ibid., p. 388.

151 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », pp. 209 sqq.

152 Ibid., p. 223.

153 Cf. M.A. Ben Abdesselem, La vie littéraire dans l’Espagne musulmane, p. 541.

154 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 224.

155 Cité notamment par C. Sánchez Albornoz, La España musulmana según los autores islamitas y cristianos medievales, t. I, pp. 415-416 (je traduis).

156 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », p. 208.

157 Wasserstein constate à juste titre qu’il y a là une coïncidence frappante avec le chiffre avancé pour la bibliothèque d’Al-Hakam II (« The Library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain »). S’agirait-il d’une sorte de chiffre mythique proprement andalou ?

158 J. Ribera y Tarragó, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », pp. 209 sqq.

159 Ibid.

160 R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. 427. Elle cite aussi les collections d’Abul-Qasim al-Kalli et du vizir Ibn al-Hakim al-Rundi.

161 P. Buresi confirma ce point au cours de la discussion.

162 O. Pinto, « The Libraries of the Arabs during the Time of the Abbasides », pp. 223 sqq.

163 Je renvoie à ma communication : « Pages arrachées du livre de Satan ».

164 En revanche, les institutions romaines et surtout le Mouseion d’Alexandrie sont souvent évoqués (cf. F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, pp. 680-681).

165 M. Artola (dir.), Enciclopedia de Historia de España, t. VII : « Libros y bibliotecas », pp. 445 sqq.

166 Cf. D. J. Wasserstein, « The Library of al-Hakam II al-Mustansir and the Culture of Islamic Spain ».

167 Ibid.

168 Cité par P. Guichard, « Naissance de l’Islam andalou », p. 75 (je souligne).

169 Le terme est d’A. H. Green, « The History of Libraries in the Arab World », p. 470.

170 T. Burckardt, La civilización hispano-árabe, p. 210.

171 On sait que les premiers livres reliés en Espagne l’ont été par des artistes arabes.

172 Cf. F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, chap. iii, pp. 137 sqq.

173 Ibid., pp. 146 sqq.

174 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 148.

175 F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, pp. 712 sqq.

176 Y. Eche, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques, p. 367.

177 Il ne s’agit que d’un avant-goût des futures bibliothèques nationales, comme j’y insiste dans Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, p. 197. Je ne peux que souscrire à la conclusion des auteurs de l’article « Maktaba » dans l’Encyclopédie de l’Islam : « On peut affirmer sans risque d’erreur que les bibliothèques musulmanes étaient, à tous égards, des siècles en avance sur celles de l’Occident. Dans les pays d’Islam, on a éprouvé bien plus tôt qu’en Occident le besoin de posséder des bibliothèques publiques » (t. VI, p. 184).

178 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 47 (je souligne).

179 Cf. F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or, p. 92, note 1.

180 Voir notamment Réalité de l’Espagne, p. 221.

181 Cité par G. Wiet, « Recherches sur les bibliothèques égyptiennes ».

182 Dans Al-Razi, Anales palatinos del califa de Córdoba al-Hakam II, p. 23.

183 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, p. 395.

184 Ibid., p. 505.

185 R. Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides, p. 426.

186 F. Micheau, « Au Proche-Orient, les parfums du savoir », p. 53.

187 Les Anales palatinos del califa de Córdoba al-Hakam II d’Al-Razi repris dans la compilation d’Ibn Hayyan au XIe siècle et portant sur les années 971-975 constituent une gazette fourmillant d’informations sur l’actualité (réceptions d’ambassadeurs, inquiétudes en raison des agitations des forces chrétiennes sur la Marche supérieure, construction d’édifices, réjouissances officielles, maladies du prince, dépêches météorologiques, etc.) : « cinco años que resultan los mejor conocidos de toda nuestra alta Edad Media ¡ que no daríamos por saber de cinco años así en la corte de León o en la de Pamplona ! », écrit E. García Gómez dans son édition, p. 24. On n’y trouve malheureusement pas un mot sur la bibliothèque califale fondée quelques années plus tôt, ni sur d’autres collections.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540