Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Troisième partie. La résistance du bastion havanais (1808-1838)

Chapitre VII. Les élites havanaises dans la tourmente révolutionnaire (1808-1814)

Texte intégral

1Les élites traditionnelles havanaises furent confrontées à la crise des années 1808-1814 : quelle fut leur attitude ? L’option indépendantiste n’a pas été retenue, mais cette éventualité, ou son succédané, l’autonomie, n’ont-ils jamais été évoqués ? Comment s’est opéré ce choix de la fidélité ? A-t-il suscité un assentiment général et spontané ou bien y eut-il des dissensions internes ? D’autre part, lorsque l’on connaît le pouvoir politique et économique de l’oligarchie havanaise, il est légitime de s’interroger sur les motifs qui l’ont retenu de franchir le dernier pas vers la prise de contrôle totale et officielle de l’Île. Parallèlement, on doit s’interroger aussi sur le soutien qu’a pu apporter la saccharocratie aux péninsulaires en lutte sur leur sol et se pencher sur quelques cas de Havanais qui optèrent résolument pour le camp bonapartiste. Comme ils occupèrent des places de premier plan, on peut se demander si ces prises de position n’obéissaient pas à une stratégie de l’oligarchie, qui aurait pris la précaution de nouer des contacts en cas de victoire napoléonienne. Enfin, les rapports entre le pouvoir libéral, qui s’installe après 1808 et ces aristocrates qui, jusque-là avaient fait montre d’un attachement sans faille au régime de la monarchie absolue, ne peuvent manquer d’amener également un certain nombre d’interrogations. Au premier rang d’entre elles, il faut se demander s’il y eut affrontement ou entente cordiale.

I. – La majorité des hacendados ne veut pas de junta

2L’insurrection populaire contre les troupes françaises stationnées à Madrid, avec l’accord du roi Charles IV, fournit à Napoléon le prétexte pour tenter d’étendre son Empire jusqu’en Espagne. L’entreprise lui fut facilitée par la présence à Bayonne de Charles IV et de son fils Ferdinand qui, depuis mars, avait tenté de renverser son père et s’était proclamé monarque sous le nom de Ferdinand VII. Napoléon exila le premier à Compiègne, emprisonna le second dans le château de Talleyrand à Valençay et remit la Couronne d’Espagne à son propre frère Joseph, qui devint ainsi Joseph Ier. En juillet, Napoléon fit reconnaître par une délégation de cent cinquante députés espagnols acquis à sa cause ce changement dynastique, ainsi qu’une constitution qui rompait avec l’ordre ancien. L’Empereur croyait pouvoir, selon ses termes, « régénérer » l’Espagne, mais il venait de commettre l’erreur grossière d’assimiler la faiblesse de cette branche des Bourbons à celle des Espagnols qui, dans leur grande majorité, n’entendirent pas avaliser ce coup de force combinant trahison envers un ancien allié et mépris de la volonté populaire. L’affirmation de cette dernière, comme la nécessité de trouver une autorité capable d’organiser la lutte dans un royaume – et un Empire – frappés d’anencéphalie, entraînèrent par incidence la fin de l’Ancien Régime. Tout concourait à rendre la tâche difficile : après un siècle de centralisme bourbonien, après les dénonciations portées contre le système représentatif français qui avaient conduit à la Terreur et à Napoléon, il fallait trouver une solution rapidement, tout en coordonnant les actions de l’armée (dont la plus grande partie ne s’était pas mise à la disposition de l’Empereur) et d’innombrables groupuscules qui affrontaient les troupes françaises.

  • 1 F.-X. Guerra, « Lógicas y ritmos de las revoluciones hispánicas » ; l’influence des cabildos est so (...)
  • 2 R. Hocquellet, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne.

3Ce travail, comme l’a souligné François-Xavier Guerra, revint aux élites et en particulier aux élites urbaines1. Dans la plupart des villes importantes de la Péninsule, comme de l’Empire, les notables, maîtres du cabildo, dominant l’économie, implantés dans les milices et ayant des parents dans la haute administration, l’armée, l’Église, se regroupèrent dans des assemblées appelées juntas qui gouvernèrent au nom du roi Ferdinand VII, le principe de l’abdication de son père étant définitivement admis. Dès le 25 septembre 1808 se forma à Aranjuez une Junta Central, composée de députés provenant des assemblées locales, comprenant également plusieurs anciens ministres, plusieurs Grands et présidée par le vieux comte de Floridablanca. Pour toutes ces juntas se posait le problème de la légitimité : au nom de qui ou de quoi pouvaient-elles commander ? Ferdinand VII ne leur avait délégué aucun pouvoir. Les nouveaux organismes affirmèrent bien vite que leur autorité provenait du fait qu’en l’absence de roi, la souveraineté confiée à ce dernier retournait provisoirement dans les mains du peuple, guidé par ses élites aux travers des juntas. En somme, par les circonstances mêmes de la crise, cette fin de l’absolutisme que certaines élites françaises avaient obtenu de longue lutte au long du xviiie siècle, leurs consœurs espagnoles l’obtenaient sans aucun combat politique et sans même l’avoir véritablement désiré. Richard Hocquellet2 a montré comment, entre 1808 et 1810, les concepts de souveraineté, de nation, se sont développés pour fracturer irrémédiablement le vieux socle de la monarchie absolue. Mais une fois cette légitimité définie, encore fallait-il organiser le pouvoir. Cela était d’autant moins évident qu’au manque de culture politique s’ajoutaient les désastres militaires. En décembre 1809 les troupes napoléoniennes avaient envahi l’Andalousie, mettant fin à la Junta Central qui s’était d’abord repliée à Séville, puis retranchée à Cadix sur la presqu’île de León. Mais malgré son héroïque résistance dans cette ultime position, que faute de Marine jamais les aigles napoléoniennes ne parvinrent à prendre et, en dépit, du soutient que lui apportait l’Angleterre depuis sa création, les victoires françaises avaient enlevé beaucoup de crédit à cette institution. C’est sans difficulté que le 27 janvier 1810 les membres du Consulat de Cadix s’emparèrent du pouvoir dans leur ville et mirent fin à la Junta Central, pour la remplacer deux jours plus tard par un Conseil de Régence.

  • 3 AGI, Ultramar, leg. 32, exp. 23.
  • 4 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 155.

4Dans ce contexte, l’attitude de l’oligarchie havanaise apparaît bien singulière puisqu’il n’y eut pas de junta dans la capitale cubaine. C’est le 17 juillet 1808 seulement que la population havanaise fut informée du soulèvement madrilène et de la création de juntas en Espagne. On ne sait à partir de quelle date les membres du cabildo furent informés des événements, ce qui est certain c’est qu’ils se réunirent secrètement le 15 juillet pour jurer fidélité aux Bourbons3. Cette réunion servit à décider l’attitude à adopter et chercher ensuite le moyen de faire adhérer la population à l’option retenue. C’est l’effet de surprise et le recours à l’honneur patriotique qui furent retenus : le 17 juillet, à trois heures de l’après midi, sur les places de la capitale, en même temps que l’on annonçait au peuple les malheurs de l’Espagne, on déclarait la guerre à Napoléon. La Havane fut ainsi la première ville d’Amérique à s’engager dans la guerre d’Indépendance, donnant l’exemple aux autres villes, puisque immédiatement partirent des bateaux pour informer l’Empire espagnol des événements et de la décision cubaine. Si aucun document ne renseigne sur la réaction des habitants en ce jour du 17 juillet, dépit, stupeur, manifestations de colère ou de patriotisme, les options politiques que choisirent les autorités par la suite sont bien connues ; seules quelques interprétations diffèrent selon les historiens. Selon Allan J. Kuethe, la réaction du capitaine général Someruelos, lorsqu’il apprit la nouvelle, fut de reconnaître immédiatement l’autorité de la junta de Séville ; ce qui était la meilleure manière d’empêcher la formation d’une telle assemblée concurrente à La Havane4. María Rosario Sevilla Soler montre que c’est le 22 juillet, soit au moins une semaine plus tard, que le cabildo civil le rejoignit pour adopter la même position. Cette journée fut mémorable en bien des points : c’est à cette date qu’eut lieu l’impressionnante procession qui conduisit le peuple, sous la direction du cabildo, à jurer fidélité à Ferdinand VII. Au cours de la cérémonie, Francisco de Arango y Parreño, en tant que regidor alférez real, avait occupé une place qui le situait comme l’égal ou presque du capitaine général : dressé sur une estrade entourée de soldats, au milieu de la population, les deux personnages avaient représenté et symbolisé l’alliance politique et militaire entre La Havane et le pouvoir métropolitain. Pourtant, le cabildo avait pris la précaution de déclarer que cette reconnaissance de l’autorité de la Junta Central se faisait :

  • 5 « … Sin perjuicio del independiente derecho que tiene cada una de las provincias a gobernarse por s (...)

sans préjudice du droit indépendant que possédait chaque province à se gouverner par elle-même, en l’absence de la tête morale que représentait la réunion de toutes5.

  • 6 AOHCH, Actas capitulares, lib. 62.

5Et ce laps de temps, entre le 15 ou le 17 et le 22 juillet, indique que pour les oligarques, la conduite à tenir n’apparaissait pas aussi évidente que pour le capitaine général ; des courants différents, qui apparurent ouvertement quelques jours plus tard, les opposaient. Précisons qu’Arango était en juillet 1808 d’autant plus puissant au cabildo qu’il avait été élu, quelques mois plus tôt, comisario anual en même temps que le deuxième comte d’O’Reilly6.

  • 7 L’étude la plus exhaustive de l’événement a été faite par F. Ponte Domínguez, La Junta de La Habana (...)
  • 8 Le rôle de Someruelos est controversé : la plupart des auteurs ne se prononcent pas. R. Guerra y Sá (...)
  • 9 On la retrouvera retranscrite dans l’ouvrage de F. Ponte Domínguez, La Junta de La Habana en 1808, (...)
  • 10 J. de La Pezuela, Historia de la Isla de Cuba, pp. 155-159.
  • 11 AGI, Títulos, leg. 3.
  • 12 Parmi les nombreuses tentatives de création de juntas, celle que mentionne T. E.Anna, La caída del (...)

6Or, le 26 juillet, ces deux derniers affirmaient publiquement que La Havane devait se doter d’une Junta de Gobierno, à l’instar d’autres villes de la Péninsule et, tout en restant fidèle à la Couronne espagnole, prendre ses distances avec la Junta Central. Il s’agissait donc de faire un pas décisif vers l’autonomie. La tête pensante de ce changement était Francisco de Arango y Parreño qui, outre O’Reilly, avait réussi à convaincre le second du capitaine général, le presque créolisé José Ylincheta y Faury, qui agissait sans l’assentiment de Someruelos7. Arango, ce soir-là, se faisait fort d’avoir réuni la signature de soixante-treize notables qui désiraient la création d’une telle junta havanaise. Devant ce nombre important et l’éloquence de l’avocat, le capitaine général s’inclina, préférant partager son autorité plutôt que de risquer de la perdre toute entière en essayant de contrecarrer le projet. Pourtant, le 27 au soir, Someruelos revenait sur sa décision et le lendemain enterrait officiellement le projet d’un gouvernement autonome de l’Île. C’est la lecture des noms des signataires qui le fit changer d’avis ; Someruelos comprit alors qu’Arango, ne bénéficiait que d’appuis très faibles8. Certes, figuraient en bonne place sur cette liste9 les comtes d’O’Reilly, de Gibacoa et de Casa Bayona, le marquis de Casa Peñalver, Pedro Regalado Pedroso y Zayas-Bazán, le síndico procurador general Tomás de la Cruz y Muñoz et deux des plus grands commerçants, presque créolisés, Bonifacio González y Larrinaga et Bernabé Martínez de Pinillos y Sáenz. Mais venaient immédiatement ensuite un grand nombre de personnes qu’Arango avait flatteusement qualifiées de notables. En fait, la grande majorité des planteurs s’était abstenue, de même que le noyau dur des commandants de milices. Or, c’est de ce dernier qu’allait venir la riposte et c’est encore une fois grâce aux milices que le capitaine général put restaurer son autorité. En effet, les chefs des milices par la voix de leur plus haut gradé, le brigadier Francisco Montalvo y Ambulodi, affichèrent leur farouche hostilité à la création de cette junta. Le brigadier interrompit Arango, tapa du poing sur la table et alla jusqu’à évoquer le recours aux armes si nécessaire10. Très certainement, Arango comprit alors ce soir-là, que si les discours permettent les évolutions, seuls les fusils font les révolutions. Les miliciens n’étaient pas les seuls à être en désaccord avec les motivations d’Arango, l’engagement du segundo cabo avait été largement compensé par le choix opposé d’autres autorités de premier plan telles que l’oidor de la nouvelle Audience de Cuba, José Antonio de Ramos y Fernández11, l’intendant Roubaud, le commandant de la Marine Juan María Villavicencio y Serna, ou bien encore le chef de la manufacture des tabacs. Ainsi dans l’hypothèse où la junta serait réprimée un jour par un pouvoir métropolitain restauré, le capitaine général ne pourrait justifier son choix par la nécessité d’accompagner le basculement complet de la haute administration : ceci dut achever de le décider à s’opposer au mouvement12.

7Arango, comme il fallait s’y attendre, avait fondé son argumentation sur des considérations purement économiques. La Junta de Gobierno qu’il projetait, avait pour vocation d’assurer le gouvernement le plus efficace possible de l’Île pour tirer le maximum de bénéfices de l’agriculture et du commerce, bénéfices qui seraient destinés à secourir la Péninsule. Ce n’était jamais que la vieille rhétorique qu’il avait réactualisée en fonction des événements. Cette justification permet cependant de comprendre l’opposition de certains hauts fonctionnaires, dont les domaines de compétences étaient directement visés par les projets libéraux d’Arango qui, du reste, n’avait pas fait mystère de son intention de soumettre leur administration à l’autorité de la nouvelle junta. Le chef de la Marine s’opposait depuis longtemps au développement de la plantation, voulant réserver les bois à la construction de navires de guerre ; l’intendant avait pour mission de contrôler étroitement les flux commerciaux, le chef de la compagnie monopolistique des tabacs contestait aussi l’extension de la grande propriété sucrière pour protéger les vegueros. Ces trois bureaux bénéficièrent de l’appui frénétique du deuxième comte de Casa Barreto qui provenait peut-être du fait qu’à trente-quatre ans, malgré sa bonne naissance, il avait été tenu à l’écart de toute institution représentative, cabildo ou Consulat royal et ne s’était jamais vu confier de commandement de milices. Sans doute essaya-t-il alors de trouver dans cette crise l’occasion de se tailler un personnage d’autorité que ses pairs ne lui avaient jamais reconnu. Ce fut une tentative inutile car lorsqu’il voulut organiser une pétition à opposer à celle de Francisco de Arango y Parreño, il ne recueillit aucune signature. Les motivations qui incitèrent la plupart des planteurs à la prudence et les chefs de milices à l’opposition, sont multiples.

  • 13 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 162.

8La première à n’en pas douter, est une certaine conscience politique. Le remplacement du roi d’Espagne par le frère d’un empereur autoproclamé à la suite de la Révolution française dont on ne comprenait ni le sens ni la finalité, formaient une chaîne d’événements trop extraordinaires pour se terminer par la junta d’Arango. Et cette même junta, où allait-elle les mener ? La prudence politique pour ces riches agriculteurs était une seconde nature, renforcée chez la plupart par une véritable fidélité envers la dynastie des Bourbons qui avait fait d’eux de véritables aristocrates. Certes, les avantages avancés par Arango à la création de la junta étaient tentants, mais ne pouvait-on les obtenir d’une autre manière que par ce coup de force ? On avait déjà tant obtenu par la négociation et puis la contrebande se déroulait à une telle échelle qu’elle ressemblait presque à un commerce légal. Mais surtout, la signature de la pétition faite par tant de personnes étrangères au monde de la plantation montrait que la constitution d’une junta ne pourrait se faire sans leur participation. Les planteurs en somme se verraient obligés de partager un pouvoir qu’ils détenaient seuls au cabildo : pour la majorité, c’était simplement inadmissible. Francisco de Arango y Parreño, parfaitement conscient de la détermination des chefs de milices maintenant rejoints par le capitaine général, préféra abandonner la partie. Allan Kuethe ajoute que le segundo cabo Ylincheta n’était pas très apprécié par l’oligarchie13. Car, lors de son arrivée au pouvoir, il avait tenté de rogner ses privilèges militaires, se créant ainsi d’emblée de solides inimitiés, jusqu’à ce que le roi finalement le désavoue. Notons que, dans la région de Santiago, où la réalité socio-économique était radicalement différente, avec une oligarchie moins puissante et une population esclave plus réduite, les événements furent un peu différents. Des écrits anonymes circulèrent quelque temps en faveur de l’autonomie et de la création de juntas, mais l’influence de La Havane était telle que Santiago finit par lui emboîter le pas.

9Enfin, le Conseil de Régence, dans son souci d’apparaître comme l’autorité légitime, ne fut pas disposé à laisser passer l’incident sous silence. Mais comme le contexte et le rapport de force étaient délicats, il fit preuve d’une certaine mansuétude dans ses sanctions. Someruelos se vit enfin signifier sa mutation pour une autre province, mais il resta en place quatre années de plus, le temps qu’on lui trouva le successeur adéquat. L’intendant Roubaud n’était pas étranger à cette décision de la métropole, ayant en effet accusé le capitaine général d’avoir hésité par conviction et non sous la pression. Ylincheta reçut une promotion sanction, puisqu’il fut élevé au rang d’oidor de Guadalajara en Nouvelle Espagne, alors que son vœu le plus cher, comme le montraient les tractations autour de son mariage et son investissement dans la plantation, était de s’enraciner à La Havane. Comme Francisco de Arango y Parreño avait pris la précaution de justifier son acte par la nécessaire défense des intérêts du roi et du royaume et n’avait rendu publique sa pétition qu’après avoir rassemblé le peuple sous la bannière royale, il échappa aux sanctions espagnoles. Pour autant, cet échec lui causa quelques dommages, le principal étant qu’il ne pouvait plus désormais affirmer parler au nom de la saccharocratie. Certes, il ne perdit pas tout crédit, mais selon la formule un peu dure d’Allan J. Kuethe :

  • 14 « Had the Cuban army supported him, a Bolívar he might have been, but he died a royal bureaucrat » (...)

Si l’armée avait soutenu ses propositions, il aurait pu être un Bolívar, mais il mourut en tant que bureaucrate royal14.

10Le seul créole au contraire à être récompensé fut Francisco Montalvo yAmbulodi, élevé en 1812 au prestigieux rang d’inspecteur général des troupes d’infanterie et de cavalerie de l’Île. Toutefois, la capacité de tous à apaiser les tensions, à trouver un accord, à rester fidèles à la métropole, se révéla en fin de compte très profitable pour l’ensemble de la saccharocratie.

  • 15 Dès le 9 février 1808, l’oligarchie avait décrété la dispense de droits d’exportation pour les prod (...)
  • 16 En fait, cet émissaire ne se rendait pas directement à La Havane, mais il fut découvert dans un bat (...)
  • 17 Le thème a été remarquablement traité dans un article de G. Debien, « Réfugiés de Saint-Domingue », (...)

11Les éclats de voix de juillet à peine dissipés, l’ordre ancien reprenait ses droits, la reconnaissance du nouveau pouvoir métropolitain ne changeant rien. Someruelos assumait le pouvoir absolu, mais continuait à servir les intérêts de l’oligarchie. Par exemple, le 9 mai 1809 fut mis en place, malgré l’absence de toute faculté législative, un régime de fiscalité qui remplaçait en grande partie les dispositions espagnoles en vigueur15. D’une certaine manière, ce pouvoir de l’oligarchie augmenta même avec la création le 17 mars 1809 des juntas de vigilancias, composées de quelques membres du cabildo et de hombres buenos, des « notables ». Ces nouveaux organismes avaient pour objet principal la surveillance des Français établis dans l’Île, dont on craignait de la part de certains, quelques sympathies pour les idées nouvelles ou pour la cause bonapartiste, lesquelles auraient pu se transformer en complots contre les intérêts de la Couronne d’Espagne. Cette peur se révéla sans fondements, même si le 31 juillet 1810, dans les faubourgs de La Havane, le bourreau suppliciait un certain Manuel Rodríguez Alemán y Peña, dont on avait découvert qu’il était un émissaire secret16 de Joseph Ier. En fait, le souci non avoué des autorités était aussi celui de protéger les Français des pillages de la part d’une populace qui aurait déguisé son envie de pillage sous des sentiments patriotiques. Les oligarques voulaient éviter l’apparition d’un désordre qu’ils ne seraient pas capables de maîtriser. Effectivement, de graves émeutes anti-françaises éclatèrent le 21 et 22 mars 1809, que Someruelos eut quelques difficultés à réprimer. En juin, les juntas de vigilancias furent changées en juntas de represalias, à l’exemple de ce qui se faisait dans d’autres régions de l’Empire avec pour objet d’expulser des Français et de confisquer leurs biens pour soutenir l’effort de guerre espagnol17. Là encore, les oligarques eurent une participation très active, protégeant des amis et dépouillant quelques autres propriétaires.

12Deux enseignements majeurs peuvent être tirés de cette crise au sein de l’oligarchie havanaise en 1808. Pour la première fois, l’idée de l’autonomie avait été ouvertement proclamée et par la bouche même du plus célèbre représentant de la saccharocratie. Mais l’échec d’Arango permit à l’ensemble de cette saccharocratie d’arrêter une position commune et affirmée quant à la reconnaissance du pouvoir métropolitain, sujet qui désormais ne souffrit plus aucune discussion. Et ceci même après la formation du Conseil de Régence et la convocation des Cortès, ce qui fut très différent de ce qu’il se passa dans d’autres capitales de l’Empire.

II. – Les raisons du contraste entre l’immobilité havanaise et l’agitation continentale (1808-1814)

13Le choix de l’attente fait par Cuba en juillet 1808 témoigne de la singularité cubaine par rapport aux autres oligarchies continentales. Ce choix a été réellement décisif puisqu’en 1810, le pouvoir créole qui avait officiellement émergé des juntas, favorisa le basculement vers la lutte indépendantiste, ou du moins vers une plus large autonomie, officielle cette fois. La raison de cette transformation à cette date fut la conséquence de la mutation de la Junta Central, en un Conseil de Régence contrôlé par les éléments libéraux. Ces derniers avaient entre autres pour objectifs clairement exprimés de mettre un terme à l’organisation sociale, qu’on appelait déjà en France l’Ancien Régime, et de gouverner les colonies d’une manière supposée moderne, autrement dit plus directe, laissant moins de place aux créoles. Les libéraux faisaient donc planer une double menace sur toutes les oligarchies américaines : celle de contester les valeurs aristocratiques qui consolidaient leurs suprématie sociale et celle d’ignorer leur pouvoir politique local. Par conséquent, si un des premiers objectifs du Conseil de Régence fut de préparer l’ouverture des Cortès pour voter une constitution en invitant des représentants de tous les territoires de l’Empire espagnol, cette ouverture était lourdement contrebalancée par la non représentation par ordres.

  • 18 Une bonne synthèse a été écrite par J. E. Rodríguez, La independencia de la América española. Une a (...)

14Dans les îles espagnoles voisines de Cuba, Porto Rico et Santo Domingo, la fidélité à la Couronne fut exemplaire de 1808 à 181518. Le gouverneur de Porto Rico non seulement maintint fermement la colonie dans le giron espagnol, mais encore organisa, avec l’aide de la Marine anglaise, la reconquête de Santo Domingo. Dès novembre 1808, les troupes françaises furent repoussées par des créoles espagnols demeurés sur place et par des Dominicains qui revenaient d’exil. Situation paradoxale donc que celle des Antilles espagnoles : alors que le reste du continent s’acheminait presque entièrement vers l’indépendance, elles consolidaient les liens avec la métropole.

  • 19 Sur ce point, voir, notamment, L. Villoro, El proceso ideológico en la época de la independencia.
  • 20 Aujourd’hui « Sucre ».

15Le Mexique offre une situation plus contrastée. Ici aussi, la nouvelle de la captivité du roi provoqua une explosion de loyalisme, mais la confusion régna immédiatement quant à la politique à suivre. Le vice-roi Iturrigaray, déjà mal vu à cause de son amitié avec Godoy, commit l’erreur de convoquer une assemblée de cabildos pour trouver un accord. Les péninsulaires, redoutant qu’il n’accorda trop de pouvoirs aux créoles, le destituèrent le 15 septembre 1808 avec l’aide de l’Audience et de l’archevêque, d’une manière s’apparentant fort à un coup d’État. Les créoles s’en irritèrent et, à leur tour, renversèrent le successeur envoyé par la junta de Cadix, qui avait avalisé le coup de force. Rien d’étonnant alors, qu’en décembre 1810, l’opposition créole contre péninsulaire ne dégénéra en guerre civile déchirant le Mexique entre partisans et adversaires de l’indépendance. Mais, parmi les indépendantistes, certains teintèrent leur discours d’un fort contenu social. Les leaders Hidalgo et Morelos argumentaient en effet sur la nécessité d’une réforme agraire19, proclamant même l’abolition de l’esclavage et entraînant dans leur sillage des milliers d’Indiens. Élites créoles et péninsulaires oublièrent alors leurs querelles pour s’unir et réprimer dans le sang les révoltes et former en 1814 un bastion conservateur, désirant le retour du roi et de l’ordre ancien. Un autre point d’appui du conservatisme, qui émergea encore plus tôt, fut le Pérou. En 1808, deux juntas s’établirent sans trop de problèmes, l’une dans la capitale Chuquisaca20 et l’autre à La Paz. Elles furent l’œuvre conjointe des péninsulaires et des créoles qui s’y associèrent pour présenter un front commun destiné à dissuader tout acte séditieux de la part des populations locales. Au Pérou en effet, les Indiens, qui formaient la majeure partie de la population et avaient été contraints de travailler dans d’épouvantables conditions pour exploiter les mines argentifères, s’étaient plusieurs fois révoltés, leur dernier soulèvement datant des années 1780. Devant le péril, les élites créoles et péninsulaires rivalisèrent de loyalisme espagnol et monarchique, au point d’en venir à entamer, menées par l’énergique vice-roi du Pérou José Abascal y Souza, une longue lutte contre les indépendantistes des régions avoisinantes.

16En effet, le Chili, comme ce qui allait être l’Argentine, la Colombie et le Venezuela, se tournèrent plus facilement vers l’indépendance. Le Chili avait basculé doucement vers la souveraineté, sous l’impulsion du groupe d’aristocrates qui depuis longtemps dominait l’économie du pays. Depuis toujours, du fait de leur éloignement de Madrid, leur autonomie était grande, bien que la métropole s’évertuât de leur imposer, ses restrictions commerciales. Et ici, à la différence du Mexique ou du Pérou, la présence indigène était bien faible. Autour du créole José Miguel Carrera y Verdugo qui avait servi dans l’armée espagnole, les aristocrates avaient constitué une junta dont un des premiers actes avait été de proclamer l’autonomie de la province et d’ouvrir les ports au commerce international. En 1810, le sentiment autonomiste avait mué en désir d’indépendance et l’oligarchie de Santiago remplaça sans coup férir le sévère gouverneur Antonio García y Carrasco qui avait commis l’imprudence de vouloir arrêter trois personnages puissants. Le cabildo installa à sa place un des siens, le regidor Mateo de Toro Zambrano y Ureta, premier comte de la Conquista, dont la titulature était à elle seule déjà tout un symbole. Ce n’est que le 16 septembre 1810 qu’une junta apparut à Santiago et les oligarques hésitèrent encore longtemps à proclamer ouvertement l’indépendance, ne sachant quel régime lui substituer et voulant s’assurer d’avoir convaincu le peuple de la justesse de sa cause. La guerre, qui éclata en 1813 avec le Pérou voisin, donna un nouveau souffle et un leader au mouvement de souveraineté en la personne de Bernardo O’Higgins, fils naturel d’un capitaine général du Chili et vice-roi du Pérou, mais il lui fallut encore plusieurs années pour parvenir à s’imposer.

17Au Río de la Plata, la situation était confuse dès avant 1808 car Buenos Aires en 1806, puis Montevideo en 1807 avaient subi des assauts de la Marine britannique. Devant l’incompétence du vice-roi, l’Audience avait pris la liberté de nommer elle-même un nouveau capitaine général en la personne d’un officier français de la Marine qui avait su tenir tête aux Anglais, Jacques Liniers. Deux juntas émergèrent rapidement, la première à Montevideo, la seconde, éphémère, à Buenos Aires le 1er janvier 1809. Quelques mois plus tard, Jacques Liniers était fusillé par les créoles, accusé d’être afrancesado pour avoir reçu un émissaire de Napoléon. La junta de Séville nomma alors un vice-roi qui entreprit de satisfaire les élites locales en autorisant des facilités de commerce, mais il était trop tard : la nouvelle de la chute de l’Andalousie entraîna la dissolution du lien avec la métropole que l’on suspectait d’ailleurs de vouloir sacrifier la vice-royauté en échange de la paix avec Napoléon. Prenant en main la lutte indépendantiste, la junta de Buenos Aires se heurta à l’opposition des territoires qui formeront le Paraguay et l’Uruguay : elle tenta de les soumettre au prix d’une guerre civile.

  • 21 Les circonstances de cet assassinat sont bien mystérieuses, l’émeute n’était pas tout à fait sponta (...)
  • 22 « Une junta centrale gouvernante conservatrice des droits de Ferdinand VII ».
  • 23 M. R. Sevilla Soler, Las Antillas y la independencia de la América española, pp. 15-16.

18Le nord du continent fut lui aussi assez tôt la proie de la violence. ÀCartagena de Indias, lorsque les événements de Bayonne et de Madrid furent connus, la foule se souleva et massacra le capitaine général Francisco Borja y Pozo, marquis de Los Camachos, qu’elle suspectait d’avoir appelé Murat à son secours21 ; après cela la notion de légalité n’avait plus de sens, tandis que l’insurrection trouvait une sorte de légitimité. Au Venezuela, les élites créoles, connues sous le nom de mantuanos, qui tiraient leur puissance de la culture de la fève de cacao, lorsqu’elles apprirent la nouvelle du changement dynastique, clamèrent leur fidélité à Ferdinand VII, mais appelèrent depuis le cabildo de Caracas à la création d’une Junta Central gobernadora conservadora de los derechos de Fernando VII22 que le capitaine général avait pourtant réussit dans un premier temps à leur interdire. Ce haut fonctionnaire fut victime de son intransigeance car il fut destitué par les créoles qui le suspectaient d’être trop favorable aux péninsulaires. En 1811 l’opposition créole se radicalisa : sous l’impulsion de l’ex-contrebandier Francisco de Miranda et de l’ex-hacendado Simon Bolívar, un congrès vénézuélien proclamait l’indépendance et nommait le premier dictateur de la République. Cette République, limitée en fait à Caracas, fut éphémère, car les élites du reste du pays s’unirent pour l’anéantir de crainte qu’elle ne provoqua le soulèvement de masses d’Indiens et de Noirs. Une petite armée royaliste fut constituée et parvint facilement à chasser les indépendantistes. Plus qu’une anecdote, on peut voir un signe précurseur dans le fait que la petite troupe de reconquête se soit d’abord constituée à Porto Rico, avec de l’argent provenant de l’intendance cubaine, le gouverneur de Santiago fournissant même quatre canons23. La première République du Venezuela était anéantie dès la fin 1811. En 1812, Bolívar dut partir se réfugier à Cartagena de Indias pour continuer la lutte, non sans avoir arrêté au préalable Francisco Miranda et l’avoir livré aux troupes royalistes parce qu’il avait négocié un armistice. Par une sorte de paradoxe, les créoles indépendantistes durent affronter les métis et les Indiens – les fameux llaneros – qui ravagèrent Caracas en 1814 puisque leur antagonisme avait rejeté les seconds dans le camp des royalistes, dont ils jugeaient le joug moins pénible.

  • 24 J. Lynch, América latina, entre colonia y nación, pp. 171-206.

19Au regard des situations précédentes, la singularité cubaine apparaît plus nettement et l’on entrevoit même les multiples raisons de la fidélité. L’exemple péruvien démontre ainsi que la peur d’une révolte esclave ou indigène obstruait le chemin vers l’indépendance. Les planteurs connaissaient exactement le prix de leurs querelles, une fission du noyau dur de la société aurait fait exploser toute l’Île, par un soulèvement en chaîne des esclaves. C’est la raison pour laquelle la concorde revint bien vite après que le brigadier Montalvo eut tapé du poing sur la table. Mais cette démonstration de force soulignait une vulnérabilité capitale pour la suite des événements : à cause des esclaves, les planteurs ne pouvaient totalement se conduire à leur guise. Au regard des soulèvements mexicains, nul doute que les élites havanaises ont vu confirmer le fait que la proclamation de l’indépendance pourrait s’accompagner de revendications agraires de la part des pauvres ou des moins bien lotis, en l’occurrence des planteurs de tabacs. Sur le continent, le sentiment premier de loyalisme a souvent laissé place à l’éclatement des dissensions entre deux « classes » aussi opposées que puissantes : les créoles et les péninsulaires. ÀLa Havane, l’opposition entre ces catégories était une réalité, mais en 1808, les créoles s’imposaient sans aucune difficulté aux métropolitains. Ils n’avaient même pas besoin de l’appui du clergé pour cela. Si, comme l’a montré John Lynch24 pour les territoires continentaux, l’Église s’est souvent résolument engagée contre le processus d’émancipation, à La Havane elle n’eut à déployer d’autre effort que de prendre part à la manifestation de loyalisme du 22 juillet 1808. Le programme d’Arango avait été soutenu par nombre de petits commerçants, péninsulaires pour la plupart, mais leur avis fut rejeté d’une chiquenaude par les saccharocrates. Et si la plupart des grands commerçants (à deux exceptions près donc) n’apparaissent pas dans cet épisode, leur silence est très éloquent : parce qu’ils faisaient des profits en fournissant les plantations en esclaves et en revendant le sucre, ils avaient tout intérêt à ce que se maintienne la tranquillité insulaire.

  • 25 D. M. Ladd, La nobleza mexicana en la época de la Independencia, p. 11
  • 26 L’étude de T. E. Anna, La caída del gobierno español en el Perú, est magnifique pour comprendre le (...)
  • 27 L. Lira Montt, « Caballeros chilenos en la Orden de Carlos III », p. 266.
  • 28 Les préparatifs étaient prêts depuis longtemps, la licence royale avait été accordée depuis 1803 (A (...)

20L’oligarchie havanaise différait justement par quelques aspects de la plupart de celles du continent. Tout d’abord parce que les distinctions sociales accordées massivement depuis quarante années ont révélé lors de ces événements toute leur utilité pour la monarchie. La dignité de marquis ou l’ordre de chevalerie n’avaient de véritable signification que s’il existait une référence au monarque espagnol. En Nouvelle Espagne, Doris M. Ladd n’a répertorié que 80 titres donnés à des créoles depuis la conquête en 1529, jusqu’à l’indépendance en 182125. Cuba, qui avait une population largement inférieure, en avait reçu une trentaine en 1808, la quasi-totalité ayant été donnée après 1762. Le cas le plus similaire à l’exemple cubain se trouve dans le modèle péruvien, comme l’explique Timothy E. Anna26. Après avoir montré combien l’élite résista au vent du changement durant la première période constitutionnelle, et combien surtout elle appuya la cause loyaliste, l’historien canadien revient plus précisément sur l’attitude de l’aristocratie titrée en 1821 lorsque, enfin, le basculement vers l’indépendance du Chili devint une réalité envisageable. Aussi est-il possible de dépasser un peu le cadre chronologique qui enserre ces lignes. En 1821, il fut demandé en effet, par des moyens particulièrement coercitifs aux quarante et un homme de Lima possédant un titre de Castille de signer une proclamation d’indépendance. On ne demanda rien aux huit femmes à en posséder un, attendu que les femmes n’avaient aucune existence politique. Il y eut dix-neuf signataires, la plupart étant les jeunes héritiers de titres. Les hommes plus mûrs se refusèrent à apposer leur paraphe sur un document qui les déliait du roi. Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, le Chili s’approche aussi de ce cas de figure. En effet, même si ce furent des aristocrates qui impulsèrent l’indépendance, après les maladresses du capitaine général, on constate avec Luis Lira Mont, que celle-ci fut retardée par l’appui fondamental que conférèrent à la Couronne les chevaliers de l’ordre de Charles III, dont la grande cohésion permit de défendre le trône comme l’auraient fait des titrés de Castille endogames27. À Santiago du Chili, les aristocrates ont longtemps hésité à franchir le pas, les maladresses du capitaine général les y ont poussés. À La Havane, le sentiment aristocratique était d’autant plus défendu qu’il était nouveau : les familles qui venaient récemment de se voir reconnaître le droit de timbrer leurs armes étaient prêtes à défendre cet ordre ancien, qui leur assurait les premières places, avec toute l’intransigeance des néophytes. D’autre part, les protagonistes havanais étaient reliés par un dense réseau familial qui amortissait les tensions. Le secundo cabo Ylincheta, même s’il n’était pas très aimé, était sur le point de se marier avec une O’Farrill28, ce qui allait l’apparenter à Francisco Montalvo y Ambulodi : il y avait là de quoi retenir l’épée dans le fourreau.

  • 29 A. J. Kuethe, « Puntos de contraste », met particulièrement en relief ce facteur pour expliquer les (...)

21La personnalité du capitaine général Someruelos doit aussi être soulignée : il n’a pas commis l’erreur de demander leur avis aux créoles, comme le fit son supérieur au Mexique et encore moins de les affronter à l’instar de son homologue du Chili, mais a préféré suivre le mouvement majoritaire. Enfin, la situation géographique, insularité et proximité, a joué également un rôle fondamental et explique aussi la fidélité de Porto Rico et de Santo Domingo29. L’autorité politique à La Havane était concentrée dans un port qui entretenait depuis longtemps des liaisons rapides et régulières avec le pouvoir métropolitain, ce qui n’était pas le cas d’une ville comme Bogota par exemple, dont l’accès était difficile et encore moins de la capitainerie générale du Chili. Plus un territoire était éloigné de la métropole, plus les idéaux indépendantistes pouvaient drainer d’adhérents : l’Espagne, si elle parvenait à triompher de Napoléon, ne manquerait pas d’être confrontée à de sérieuses difficultés pour vaincre militairement les séditieux.

  • 30 M. R. Sevilla Soler, Las Antillas y la independencia de la Amrérica española, p. 31.

22Par ailleurs, la situation internationale doit être prise en compte. Par sa maîtrise des mers, l’Angleterre, toujours implantée à la Jamaïque, limitait toute tentative de contamination indépendantiste d’origine continentale ou napoléonienne. Soucieuse de conserver l’alliance péninsulaire si précieuse pour en finir avec Napoléon, elle remisait ses vieux rêves de destruction de l’Empire espagnol pour raffermir, au contraire, les liens de communication entre Séville d’abord, puis Cadix ensuite, et La Havane. Les États-Unis, qui au début du siècle s’étaient considérablement agrandis en incorporant la Louisiane, ne cachèrent pas leur intention d’annexer Cuba. Mais devant l’opposition de la France et de l’Angleterre à un tel projet, le président Jefferson et ses successeurs décidèrent d’attendre leur heure pour l’annexion de Cuba. De plus, avant 1814 les chefs indépendantistes du continent avaient déjà fort à faire chez eux avant de songer sérieusement à porter la révolution à Cuba. Certes, en 1810 les autorités havanaises furent informées de la préparation d’un complot fomenté par des Vénézuéliens tendant à inciter les Cubains à se soulever contre la Métropole30. Bolívar écrivit aussi en ce sens, mais ces manifestations, parce qu’elles relèvent de l’anecdote, montrent le peu de succès qu’eurent les tentatives extérieures de déstabilisation du pouvoir espagnol.

  • 31 En particulier, J. L. FRANCO, Las conspiraciones de 1810 y 1812.

23Enfin, si durant cette période troublée entre 1808 et 1814, les élites havanaises ne murmurèrent jamais le mot d’indépendance, cela ne signifie pas que personne d’autre ne le cria. Si elles parvinrent à imposer leurs vues à la majorité de la population, donnant l’exemple de la fidélité, quelques individus n’hésitèrent pas à montrer qu’ils échappaient à leur influence. Il y eut en effet deux conspirations indépendantistes qui méritent d’autant plus un commentaire que certains historiens ont accusé quelques oligarques d’être responsables de l’une d’entre elles31.

  • 32 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. II, p. 254.
  • 33 L’origine de la franc-maçonnerie cubaine est controversée : elle serait apparue lors de l’invasion (...)
  • 34 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 30.
  • 35 AGI, Santo Domingo, leg. 1979.
  • 36 La constitution de Joaquín Infante, appelé aussi le « Robespierre cubain », est analysée par C. Min (...)
  • 37 P. Estrade, « Bannières révolutionnaires et projets nationauxdans les Antilles hispaniques », p. 41 (...)

24C’est en effet ce qui fut dit à propos du premier complot, découvert en 1811 et appelé « Conspiration de La Luz ». Le plan avait pour objectif un soulèvement des troupes de milices noires et mulâtres qui aurait entraîné les quartiers populaires de La Havane, investi le palais du capitaine général, muselé le cabildo et proclamé l’indépendance tout en maintenant l’esclavage. Mais le complot fut étouffé avant même d’être mis en œuvre et tous les dirigeants arrêtés sauf José Antonio Aponte, qui fomenta en vain un second soulèvement l’année suivante, et Joaquín Infantes qui parvint à s’enfuir. Ces chefs emprisonnés étaient donc le sous-lieutenant d’infanterie Román de La Luz y Sánchez de Silvera32 – d’où le nom que l’on donna au complot –, qui avait épousé une fille cadette du troisième marquis de San Felipe y Santiago, Luis Francisco Basave, capitaine de milices, Joaquín Infantes, avocat originaire de Bayamo et Manuel Ramírez un membre influent d’une loge maçonnique fondée à Cuba en 1804, connue sous le nom français de « La loge des Vertus Théologales33 ». La bibliographie présente généralement Basave et de La Luz comme des acaudelados hacendados34, des « riches planteurs ». Qu’ils fassent partie d’une élite est indéniable, c’est d’ailleurs cela qui leur conféra l’autorité pour fomenter l’insurrection, mais l’on doit être prudent quant à ce que l’on entend par « élite ». Ils n’appartenaient pas vraiment à la saccharocratie définie jusqu’à présent : leur position sociale étant plus près des marges que du cœur de ce groupe. Román de La Luz, à quarante ans passés, n’avait jamais fait partie d’aucune institution de prestige et n’était que sous-lieutenant d’infanterie, alors qu’à la même époque, à titre d’exemple, le comte de Casa Montalvo, son cadet de quatre ans, était déjà commandant de cavalerie35. Certes, de La Luz avait épousé la fille du marquis de San Felipe y Santiago, mais en 1808, il en était veuf et son beau-père était mort lui aussi depuis une vingtaine d’années, ce qui affaiblissait encore les liens qu’il aurait pu entretenir avec l’oligarchie. La famille du capitaine Basave, pour être fortunée, n’avait bénéficié d’aucun titre, s’était peu distinguée par ses alliances, ou l’exercice des charges municipales et encore moins dans les charges consulaires. Quant à Ramírez, Infantes et Aponte ils étaient totalement étrangers à ce monde de la plantation. On peut supposer toutefois que c’est cette appartenance aux couches supérieures de la société, qui valut l’exil en Espagne au lieu de la peine de mort pour trois des comploteurs arrêtés. Une autre chose est certaine : jamais les conspirateurs ne se revendiquèrent comme étant issus de la saccharocratie, à preuve, Infantes réfugié au Venezuela où il écrivit la première constitution cubaine36, avait choisi pour symboles de la nouvelle république de Cuba qu’il voulait voir instituée, une Indienne représentant l’Amérique, et des feuilles de tabacs, symbole de la petite propriété37. Enfin, le dernier personnage, qui reprit le flambeau en 1812 lors du second complot, José Antonio Aponte, était un artisan noir. À cause de cette origine et parce qu’à la différence de ses anciens amis il prônait la disparition de l’esclavage, les autorités cubaines, lorsqu’elles l’arrêtèrent, ne lui témoignèrent aucune mansuétude : il fut torturé, décapité et sa tête exposée à un carrefour de la ville.

  • 38 A. Yacou, « Le projet des révoltes serviles de l’île de Cuba », pp. 175-187.

25Jamais donc, durant cette période, aucun Arango, Peñalver, Herrera, Chacón, O’Farrill, ou Cárdenas, ne se prononça en faveur de l’indépendance, ni ne fut suspecté de collusion avec les comploteurs. Seules les classes moyennes de la société furent peut-être réceptives à cet idéal. Quant aux esclaves des plantations, roués de coups et exténués, ils pensaient davantage à organiser leur fuite personnelle ou en petits groupes, même si comme l’a montré Alain Yacou il y eut bien des projets collectifs38. Nul doute en revanche que les nombreux esclaves urbains aient été plus à même d’admirer et d’être séduits par la tentative d’Aponte, de là aussi le châtiment exemplaire qu’on lui fit subir.

26Les causes de ce que l’on nomme la fidélité cubaine sont donc nombreuses et de natures différentes. Certes, l’action des hommes est conditionnée par le contexte politique, social et géographique dans lequel ils évoluent. Mais en fin de compte, c’est à eux que reviennent les décisions et dans ce monde colonial le ton était donné par les oligarchies locales. C’est pourquoi, la manière dont s’est exprimée la fidélité des élites havanaises à la métropole ainsi que les motivations de quelques-uns qui prirent un autre chemin doivent être maintenant décrites.

III. – Beaucoup d’argent, un peu de sang et quelques trahisons

27Dans la lutte qui se déroula de 1808 à 1814 pour faire triompher la cause de Ferdinand VII, les élites havanaises eurent une attitude très active, mais qui différa par deux points de celle qu’elles avaient eu au cours des guerres précédentes. En effet si la participation financière fut remarquable, c’est l’engagement physique qui fut plus significatif encore, puisque nombre de Havanais s’illustrèrent dans la guerre d’Indépendance. L’autre nouveauté, beaucoup plus importante, résida dans le fait que quelques individus, mais à l’influence politique décisive, passèrent dans le camp ennemi de celui de leur roi.

  • 39 AGI, Títulos, leg. 7b, exp. Rio Blanco et AGI, Ultramar, leg. 32.
  • 40 À Séville, outre la section Títulos de l’AGI, celle dénommée Ultramar contient des informations int (...)
  • 41 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 168, séance du 1er juillet 1813.
  • 42 AGI, Títulos, leg. 8, exp. San Esteban Cañongo.
  • 43 ANC, Asuntos políticos, leg. 211, sign. 147.
  • 44 ANC, Asuntos políticos, leg. 11, sign. 39.
  • 45 AHN, Consejos, leg. 21130.
  • 46 ANC, Asuntos políticos, leg. 214, sign. 38.

28Dès que la nouvelle des événements de mai 1808 fut connue, la mobilisation des créoles pour soutenir l’effort de guerre se mit en place. Elle fut massive et bien organisée. L’impulsion la plus forte vint une fois encore du cabildo. Quelques membres de la famille Peñalver, tels le comte consort de Santa María de Loreto, Luis Peñalver y Cárdenas, ex-évêque du Guatemala et Juan Crisóstomo Peñalver y Barreto montrèrent un zèle particulier pour encourager et recueillir les contributions, sous forme de caisses de sucre ou en monnaie et les faire parvenir à la Péninsule39. Il est difficile de chiffrer la somme des aides, ou d’évaluer le pourcentage de planteurs qui s’engagèrent à entretenir à leur frais un ou plusieurs soldats, le plus souvent pour toute la durée de la guerre, car il n’y a nulle trace d’un registre centralisateur. Les témoignages aux archives de Séville ou de La Havane sont épars et nombreux40. Peut-être que Francisco de Arango y Parreño, le comte de Casa Bayona et le marquis de Villalta furent parmi les plus généreux donateurs, puisqu’ils entretinrent chacun dix soldats jusqu’en 1814. À raison de neuf pesos par jour pour chaque engagé, c’est une petite fortune qu’ils versèrent au bout de six années. Les deux premiers, il est vrai, sentaient certainement qu’ils devaient, après l’échec de la junta, faire preuve d’un plus grand loyalisme encore que leurs semblables. En 1813, Francisco de Arango y Parreño décida même de donner en supplément 10.000 pesos, pris sur une pension qu’avait tenu à lui verser le roi pour ses services41. On pourrait citer encore Agustín Valdés y Pedroso qui, dès que fut connue la nouvelle de la résistance contre Napoléon, décida d’entretenir quatre soldats ; deux mois plus tard, il rajoutait 500 pesos en or et en argent et l’année suivante fournissait cinquante caisses de sucre pour subvenir aux besoins d’un bataillon levé à Ronda42. Durant toute la période, même lorsque le sort semblait vraiment contraire aux armées espagnoles, l’effort ne se démentit jamais, les oligarques ne se lassant pas d’encourager et de canaliser les contributions du peuple, jouant ainsi leur véritable rôle d’élites sociales. On vit ainsi en 1810, lorsque la quasi-totalité de la Péninsule était envahie, le maréchal de camp Francisco Montalvo y Ambulodi prendre l’initiative d’une souscription destinée à lever une armée de 3.000 hommes43. Le détail des collectes ainsi réalisées montre qu’ils ont cherché et réussi à toucher les gens humbles : en avril 1812, une quête44 dans le quartier Espíritu Santo a permis de réunir 245 pesos, donnés par vingt et une personne différentes ; si l’une d’entre elles, Ignacio Ugarte y Aróstegui versa 102 pesos, les autres donateurs contribuèrent en moyenne pour cinq pesos chacun et ne sont pas des figures connues. Au contraire Ignacio Ugarte était le fils d’un ancien alcalde ordinario et possédait un ingenio45. Dans ces collectes de fonds, le Consulat royal joua bien sûr un rôle fondamental également, quoique plus discret. Il prit ainsi le risque en 1812 d’avancer au Conseil de Régence et au vice-roi de Grenade de grandes sommes (respectivement 200.000 pesos et 50.000 pesos) et décida de lancer un grand emprunt auprès des vecinos más pudientes de La Habana46, des « résidents les plus riches de La Havane ».

  • 47 BNJM, Diario de la Habana, 313, 11 de julio de 1811.
  • 48 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 231.
  • 49 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 145.
  • 50 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 59.

29Les autorités métropolitaines n’abandonnèrent pas totalement aux élites l’émulation patriotique. Dans le Diario de La Habana, le capitaine général félicitait publiquement les généreux donateurs : en 1811, il y fit reproduire une lettre au patriotisme enflammé, écrite par le vieux et malade marquis de Casa Peñalver qui venait de verser 4.000 pesos pour fêter la reprise du château de San Fernando de Figueras47. En janvier 1814, le capitaine général Ruiz de Apodaca se rendit à la maison de Agustín Valdés y Pedroso cloué au lit par une maladie, pour lui remettre la médaille d’or de la Constitution comme récompense de ses versements, espérant explicitement par ce geste stimuler encore les donations, tout en essayant de susciter un certain engouement pour le régime libéral dont il était le représentant48. De son côté, le Conseil de Régence de Cadix entretenait la fidélité de la même manière que le monarque l’aurait fait : s’il ne pouvait récompenser les sujets les plus zélés par des concessions de titres, il s’arrogea le droit de décerner des Croix de Charles III surnuméraires. C’est durant cette époque troublée que le deuxième comte de Casa Montalvo49 et Florentino Armenteros y Zaldívar reçurent la leur50.

  • 51 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Herrera.
  • 52 AGI, Ultramar, leg. 2a, exp. 17.

30Comme lors des guerres précédentes, les hacendados participèrent aussi activement à la défense de l’Île. Gonzalo José Herrera y Santa Cruz, par exemple, en plus de maintenir dix soldats dans la Péninsule, fournit tous les chevaux nécessaires à la levée d’un escadron de cavalerie, participa à l’entretien de fortifications et offrit même des terrains pour construire une nouvelle forteresse51. Forte de leur domination sur Cuba, du soutien financier important qu’elles versaient pour la guerre en Espagne, les élites tentèrent d’accroître leur contrôle de l’Île. Comme plus de dix ans auparavant, fut formulée la proposition de créer un tribunal de police placé entre les mains des créoles, mais cette fois-ci c’était le cabildo qui présentait le projet, ce qui donnait plus de crédit à la proposition52. Les élites demandaient encore l’augmentation et le déploiement dans toute l’Île des milices. Le motif d’aggravation du péril semblait véritablement fondé, puisque le nombre d’esclaves avait augmenté et que l’entreprise de déstabilisation de l’Empire par Napoléon ne relevait pas entièrement de la peur irrationnelle. Face à ces dangers, l’Espagne métropolitaine, qui s’échinait pour chasser l’Empereur hors de ses frontières, était bien en peine d’apporter un quelconque secours aux Cubains. Néanmoins, José Antonio Larrumbide, membre du Conseil de la Régence, fit savoir au capitaine général qui avait relayé ces propositions qu’elles étaient inacceptables. Sans détours, il lui expliqua qu’accroître les pouvoirs du cabildo constituait une erreur politique. Cette réponse est importante puisqu’elle montre à la fois une certaine défiance vis à vis des élites et la volonté pour le gouvernement métropolitain de ne pas céder à toutes les revendications cubaines, malgré les difficultés, afin de maintenir, au contraire, une autorité espagnole au travers d’organigrammes de pouvoirs légaux. Les élites n’en furent nullement découragées pour autant, à preuve en 1813 le colonel du génie Anastasio de Arango y Núñez del Castillo élaborait un nouveau plan de mise en défense de l’Île.

  • 53 Les manuels de généalogie utilisés dans cette étude se sont longuement étendus sur la question. Enc (...)
  • 54 Il a décrit lui-même son attitude héroïque dans un feuillet publié sous le nom La memorable defensa (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.
  • 57 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. IV, p. 445
  • 58 Il était le frère de Florentino qui vient d’être mentionné ; toute sa carrière est consignée sous l (...)
  • 59 Enciclopedia universal illustrada, article « Martínez de Pinillos, Claudio ».
  • 60 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Villanueva.
  • 61 Ibid.

31La véritable nouveauté dans l’attitude des créoles n’est pas à rechercher dans la mise en défense de l’Île, mais bien dans les combats menés dans la Péninsule, puisque cette fois nombre d’entre eux n’hésitèrent pas à risquer leur vie pour le roi et au moins un la perdit. Sans prétendre conter la geste de l’oligarchie havanaise, il est nécessaire de rappeler quelques-uns des comportements marquants afin de rendre compte de cet engagement, ainsi que des modalités qu’il revêtit53. L’engagement physique data de la première heure du soulèvement. Lorsque le 2 mai 1808 le capitaine sévillan Daoiz tombe sous les balles des soldats de Murat peu après avoir lancé l’appel à l’insurrection contre les Français, il a pour lieutenant à ses côtés Rafael de Arango y Núñez del Castillo54. Ce dernier avait préféré la carrière des armes à l’administration de plantations et venait d’être affecté dans le régiment d’artillerie basé dans le palais de Monteleón qui, le premier donc, déchaîna la révolte. Même si la présence de Rafael de Arango en ce moment historique releva peut-être du hasard, les choix qu’il fit par la suite confirmèrent son désir d’être au cœur des événements puisque, deux mois plus tard, il participait à la bataille de Bailén, au cours de laquelle le général Castaños défaisait pour la première fois une armée napoléonienne, celle commandée par le général Dupont. Ses deux frères, Andrés et José, vécurent également des moments bien aventureux. Le premier fut aussi un héros de Bailén et cela est d’autant plus méritoire qu’avant la rupture avec les Français du 2 mai, il avait servi le général Maurin au Portugal. Son attitude exemplaire lui donna l’autorité nécessaire pour sauver la tête de José, emprisonné et condamné à mort à Séville sous le chez d’accusation erroné d’afrancesado55. Une aventure similaire arriva à José María Calvo de la Puerta y O’Farrill, arrêté par les Français (pour un motif inconnu) en 1808, relâché, puis emprisonné par les Espagnols, par erreur semble-t-il56. Le colonel José Pascual Zayas-Bazán y Chacón montra une telle valeur sur les champs de bataille – participant notamment à la reconquête de Cuenca en 1811 – qu’il accéda au rang de maréchal de camp, avant d’être fait prisonnier par les Français à Valence57 en 1814. Le général Castaños avait encore pour aides de camp deux autres Havanais, le colonel Anastasio Francisco Armenteros y Zaldívar58 et Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos59. La bravoure au feu du premier lui valut une longue lettre de recommandation personnelle de Castaños. Par la suite, Armenteros continua d’occuper cette fonction d’aide de camp mais auprès du duc d’Albuquerque, ambassadeur du Conseil de Régence à Londres, ce qui le transportait, ne serait-ce que comme spectateur, au cœur des négociations de la politique internationale. En 1811, à la mort d’Albuquerque, Armenteros revint en Espagne et se plaça sous les ordres du maréchal La Peña, ce qui lui permit de participer à la célèbre bataille de Chiclana. Quant à Claudio Martínez de Pinillos, il mérita les éloges de Castaños pour avoir traversé les lignes ennemies afin de transmettre ses ordres60. Il fut courageux, mais son frère Domingo, dont il a déjà été fait mention en évoquant l’incorporation des Havanais dans le régiment des Gardes du Corps, fut téméraire : en 1809 il prenait part à la bataille d’Ocaña, en 1810, il combattait dans la Sierra Morena, en 1811 il était promu au rang de lieutenant des Gardes du corps et déclaré benemérito de la Patria pour ses actions de guerre, en 1811 il fut fait prisonnier mais s’échappa et deux ans plus tard, devenu capitaine, il trouva la mort au feu61.

32Ainsi donc, l’engagement des élites cubaines durant cette guerre fut plus important que par le passé, le coût en sucre et en pertes humaines fut plus élevé. Néanmoins, les pertes ne furent pas irréparables, loin de là. Au regard de la situation inédite et particulièrement critique dans laquelle était plongée la monarchie, son engagement en sa faveur fut même insuffisant. Pourquoi le lieutenant-colonel comte de Casa Montalvo n’a-t-il pas franchi les mers pour tenter de délivrer son souverain ? Pourquoi le colonel Martín de Aróstegui y Ugarte ne s’est-il pas embarqué avec quelques-uns de ses miliciens pour défendre l’Espagne ? Pourquoi le colonel comte de Zaldívar n’a t il pas quitté sa caserne havanaise pour mettre ses talents militaires au service du peuple espagnol en arme ? Après le désastre de Trafalgar de 1805, après l’alliance passée avec l’ennemi héréditaire anglais, Cuba ne pouvait se sentir menacée d’une invasion au point d’y bloquer la totalité des forces militaires, quand dans le même temps l’autorité espagnole se trouvait réduite à occuper quelques kilomètres carrés à Cadix. Et les premiers moments des guerres indépendantistes prenant naturellement l’allure de guerres civiles entre partisans et opposants, ne pouvaient faire craindre que dans l’immédiat le conflit ne dégénérât en grande expédition de « libération » de l’île de Cuba. Alors certes, des régiments de milices devaient rester à Cuba pour prévenir les soulèvements des esclaves et de la sorte également assurer la continuité de la production de sucre afin de pouvoir fournir une contribution financière importante à l’effort de guerre. Mais il est aussi évident que quelques colonels ou commandants de moins n’auraient en rien affaibli la défense de l’Île, tandis que le passage de ces mêmes officiers dans la Péninsule aurait eu un impact, ne serait-ce que moral, important. Cette réserve est d’autant plus troublante que dans le même temps certains membres de ces élites s’engagèrent dans le camp bonapartiste.

  • 62 J. López Tabar, Los famosos traidores. Les références sont nombreuses, mais on peut se reporter pri (...)
  • 63 Ibid.

33Les oligarques qui rallièrent la cause « joséphiste » ne furent que trois. Pour autant, cette collaboration n’eut rien d’anecdotique puisqu’elle se déroula au plus haut niveau. Le plus célèbre soutien havanais de la cause napoléonienne est Gonzalo O’Farrill y Herrera qui figure aujourd’hui en bonne place parmi les famosos traidores, les « traîtres célèbres » répertoriés par Juan López Tabar62. En évoquant précédemment la participation des élites cubaines à la haute administration de la monarchie, ce personnage qui fut ministre plénipotentiaire à Berlin en 1798, a été mentionné. En 1805, il devint conseiller d’État honoraire et commença à se rapprocher de l’entourage royal. En 1806, commandant en chef du corps espagnol en Toscane, il accompagnait la reine d’Étrurie, fille de Charles IV, dans son voyage de retour vers Madrid consécutif à l’absorption de ce royaume par l’Empire français63. Il gagna surtout la confiance du prince des Asturies à l’époque où il intriguait contre son père, à telle enseigne qu’immédiatement après le succès du soulèvement d’Aranjuez il devint secrétaire d’État à la guerre et fit partie de la Junta Suprema de Gobierno à laquelle Ferdinand VII délégua un certain nombre de pouvoirs pendant qu’il allait tenter de faire reconnaître le sien par Napoléon. Pourtant, après l’abdication forcée de Bayonne et malgré le soulèvement madrilène, il embrassa rapidement la cause « joséphiste ». Dès le 7 juillet 1808, le nouveau pouvoir français l’avait confirmé dans son poste de Secrétaire d’État à la guerre. Gonzalo O’Farrill y Herrera fut un des piliers du pouvoir de Joseph Ier auquel il accorda une fidélité digne de celle que la Vieille Garde vouait à Napoléon. Par exemple, lorsqu’à peine installé à Madrid, il dut se retirer jusqu’à Burgos, chassé par les madrilènes, O’Farrill ne changea pas une nouvelle fois de camp mais le suivit dans cette humiliante retraite. Aussi, avant la fin de l’année 1808, le frère de Napoléon le faisait chevalier du nouvel Ordre Royal d’Espagne, hochet qu’il venait de créer pour s’attirer le soutien des élites, allant jusqu’à lui confier quelques mois plus tard le poste de Ministre de la Guerre. Par là, il devenait aussi le commandant en chef des troupes espagnoles « joséphistes ». Autrement dit, il pointait les canons contre les partisans de Ferdinand VII et donc contre ses cousins Arango, Armenteros, ou encore les Pinillos. Il fut même nommé un temps commissaire pour une nouvelle délimitation de la frontière entre la France et l’Espagne, préjudiciable à la seconde. Après une telle carrière, en 1813, lors de l’effondrement de l’Empire, il n’eut bien sûr plus d’autre choix que de suivre le frère de Napoléon dans son retour vers Paris.

  • 64 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 128.

34Un parcours similaire, quoique se déroulant à un niveau inférieur, fut celui de son cousin germain, Sebastián Calvo de la Puerta y O’Farrill, premier marquis de Casa Calvo. Jusqu’en 1808, sa carrière au service du roi fut exemplaire : il déploya autant de bravoure militaire pour conquérir la Louisiane en 1769 que de zèle diplomatique pour la céder à la France en 1803. Ses talents furent récompensés par son élévation au maréchalat en 1807 et par sa nomination dans la Péninsule. Pourtant, à peine arrivé en Espagne, il rallia lui aussi la cause de Joseph Ier. Comme son cousin et le même jour que lui, le 20 octobre 1808, il intégra les rangs des chevaliers de l’Ordre royal d’Espagne et devint même premier Gentilhomme de la Chambre64. S’il n’obtint aucun ministère, il accéda tout de même au rang de conseiller d’État à la fin de 1809 et à celui de Lieutenant Général peu après. Il accompagna lui aussi Joseph Ier dans ses exils temporaires à Burgos ou Valence et lors de son retour définitif en France en 1813.

  • 65 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 366.
  • 66 D’une maladie pulmonaire selon F. de las Barras deAragón, « Noticias y documentos de la expedición (...)

35La troisième personne cubaine à rejoindre le camp bonapartiste le fit d’une manière si différente qu’il semble délicat de la placer dans le même groupe que celui formé par les deux précédentes. Mais l’affaire est d’importance. Il ne s’agit cette fois ni d’un militaire, ni d’un haut fonctionnaire, mais d’une femme, María Teresa Montalvo y O’Farrill. La veuve du comte de San Juan de Jaruco et de Mopox fut un temps la maîtresse65 de Joseph Ier. Décédée le 17 avril 1812 à Madrid66, elle ne vit pas la fin dramatique de la Cour à laquelle elle avait participé.

  • 67 Ce titre créé en 1810 par Joseph Ier fut supprimé par Ferdinand VII, mais remis en vigueur par le p (...)

36Enfin, pour être vraiment complet quant à la liste des havanais « joséphistes », peut-être faut-il signaler les enfants des deux derniers mentionnés : Ignacio Calvo de la Puerta y Peñalver fut un temps accusé d’être un afrancesado, tandis que deux sœurs Beltrán de Santa Cruz y Montalvo se marièrent avec des personnalités de premier plan de la cour napoléonienne. María Mercedes épousa le général Merlin, de là provient son nom de comtesse de Merlin sous lequel elle fut connue dans les salons parisiens et en littérature67. María Josefa convola avec l’assistant du Conseil d’État Pedro José Sáenz de Santa María, qui avait juré fidélité à Joseph Ier dès 1808 depuis le poste qu’il occupait à l’ambassade d’Espagne en Prusse. Cependant, comme ces mariages furent arrangés par les familles et comme le fils du marquis était mineur au moment des faits, leur appartenance au camp bonapartiste est à nuancer.

  • 68 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 366.
  • 69 Ibid.

37Il est d’autre part facile de voir dans ces trahisons une stratégie d’ensemble de l’élite cubaine. Une partie combattrait pour Ferdinand VII, l’autre pour Napoléon, afin que dans tous les cas de figure, échec ou succès de la nouvelle dynastie, l’élite havanaise puisse conserver sa place au pouvoir68. Effectivement, si l’on prend en compte la proximité de ces oligarques, leurs ambitions personnelles et collectives, l’idée est séduisante. Elle peut de plus être étayée par cette sorte d’attentisme de la grande majorité des oligarques et par certains indices avérés comme celui d’avoir continué d’envoyer à Godoy, en exil à Londres, des subsides importants, pour le cas où il reviendrait près des cercles dirigeants69. Cependant, la prosopographie permet de comprendre les motivations de l’ambassadeur, du marquis et de la comtesse et réduit à néant cette interprétation de la combinazione. Il apparaît en effet que les trois personnages ont davantage agi pour la satisfaction de leurs intérêts personnels que pour ceux du groupe, leur parcours personnel en témoigne.

38En 1808, Gonzalo O’Farrill y Herrera avait cinquante-trois ans, cela faisait quarante années qu’il avait rejoint l’Europe pour embrasser la carrière militaire. Lorsque la situation politique bascula en Espagne, quels liens conservait-il avec La Havane ? Ses parents étaient morts ; il lui restait dix frères et sœurs, dont aucun n’était présent en Espagne et avec lesquels il ne semblait pas entretenir trop de relations. Son mariage, avec une certaine Ana Rodríguez y Carassa née à Cadix, montre qu’il ne chercha pas à se marier, comme le voulait la coutume de sa « caste » au sein du sérail havanais. Son frère aîné José Ricardo détenait le majorat de la famille, et Gonzalo n’avait pas de plantation propre, même s’il possédât des parts héritées de l’une ou l’autre de sa parentèle, perçues sous forme de rentes. Tous ses frères avaient participé au gouvernement de La Havane, soit au cabildo, soit au Consulat royal, ce qui n’était pas son cas. En somme il n’avait pas grand chose à défendre à Cuba. D’autre part, s’il avait servi fidèlement le roi, Gonzalo ne s’inscrivait pas dans le schéma classique de l’aristocrate havanais : jamais il ne demanda de titre, ni ne porta de décoration avant que le frère de Napoléon, qui plus encore que les Bourbons avait besoin de se constituer un capital de fidélité, ne lui en remît une. En fait, Gonzalo était attiré par la jouissance du pouvoir même si après guerre il justifia son engagement dans le camp bonapartiste par le désir de contribuer à la régénération. Une satisfaction que Charles IV ne lui avait pas suffisamment donnée et que Ferdinand VII lui avait plus largement concédée, mais dans les circonstances particulières d’une révolution de palais mal assurée. Joseph Ier, cherchant alors des têtes nouvelles pour le seconder, le maréchal de camp ambassadeur ne laissa pas passer l’occasion de réaliser ses rêves et su contenter le frère du maître de l’Europe qui le lui rendit bien. Même si, comme celle de Ferdinand VII, l’accession au trône de Joseph Ier relevait du coup de force, pour le moins, en 1808, on pouvait avoir quelques motifs plus sérieux de miser sur la solidité des baïonnettes napoléoniennes.

  • 70 AGI, Títulos, leg. 2 exp. Casa Calvo.
  • 71 AGI, Estado, leg. 7, exp. 4.
  • 72 AGI, Santo Domingo, leg. 1979, exp. 303.

39Bien différent est l’exemple du marquis de Casa Calvo, car jusqu’en 1808, il symbolisa la réussite de la politique d’attachement des élites havanaises entreprise depuis 1763. Ce riche hacendado s’était marié en 1781 avec une Peñalver et, dernier survivant de trois frères, attendait un héritage de 300.000 pesos70. Il avait fait montre de son intérêt pour les problèmes de la Caraïbe en apposant sa signature au côté de celles d’autres planteurs pour contester un décret adoucissant le sort des esclaves71, et avait combattu à la fin du siècle à Saint-Domingue, après avoir commandé des milices à Santiago de Cuba. Enfin, Charles III l’avait élevé au rang de chevalier de Santiago, et Charles IV à celui de marquis de Casa Calvo. Certes, en 1803, la banqueroute du commerçant installé à La Havane, Mariano Carbo, auprès duquel il avait investi une bonne partie de sa fortune, lui causa des pertes énormes, à tel point qu’il dut demander un étalement de ses dettes auprès de la Real Hacienda sur quatre années72. Le choc moral et psychologique consécutif à l’abdication de Bayonne peut constituer un argument, certes irrationnel, venant expliquer l’attitude de Sebastián Calvo de la Puerta y O’Farrill. Un monde s’écroulait. Il voulut en rebâtir un nouveau, ou simplement sauver ce qu’il avait de pouvoir, de reconnaissance, de statut, par une nouvelle allégeance. Napoléon avait balayé la dynastie des Bourbons comme il avait à peu près tout balayé sur son passage depuis qu’il avait fusillé les royalistes de l’église Saint-Roch à Paris : jurer fidélité à son frère semblait en 1808 un bon choix politique pour ce tout nouveau maréchal de camp américain qui venait d’arriver en Espagne.

40La comtesse de San Juan de Jaruco peut prendre place dans un schéma similaire. Elle et son mari menaient une vie brillante à Madrid au tout début du siècle. Ils étaient le couple le plus en vue de la capitale, donnant des leçons de raffinement et d’élégance à tout un monde qui gravitait autour de la Cour et qu’ils éblouissaient par leur opulence. En 1807 son mari meurt ruiné, en 1808 ses biens sont saisis par les autorités espagnoles qui ont besoin d’argent pour financer la guerre et deux rois sont renversés : tout cela est-il le signe que le rêve doit s’arrêter pour María Teresa ? Non : plus de mari, plus d’argent, plus de Bourbon, elle devient la maîtresse du nouveau roi, recouvrant ainsi tout son ascendant social. Elle ne pouvait rêver meilleur retournement de situation. On ne peut raisonnablement penser qu’elle se soit jetée dans les bras du frère de Napoléon pour sauver les planteurs havanais, qui, du reste, se tiraient fort bien d’affaire tout seuls. Enfin, on imagine mal cette femme éprise du luxe de la Cour jouer l’agent double pour les planteurs havanais : l’ambiance dans les superbes demeures havanaises ne valait pas, aussi fastueuse fut-elle, la société de palais de la capitale de l’Empire.

41D’autre part, il faut prendre en compte que Joseph Ier avait de sérieuses raisons de rallier à sa cause les élites havanaises. Il n’ignorait ni la fortune que générait le sucre, ni les intérêts français dans la Caraïbe, ni la position stratégique de l’Île. Napoléon n’avait-il pas rétabli l’esclavage dans les Antilles françaises afin de relancer l’activité sucrière, et n’avait-il pas chargé leur beau-frère, le général Leclerc, de reconquérir Saint-Domingue lors d’une expédition à laquelle participèrent Jérôme et même Pauline Bonaparte ? Des émissaires furent envoyés pour tenter de rallier l’Empire américain à l’Empire napoléonien et c’est dans ces conditions que Joseph Ier put faire des propositions plus que séduisantes aux oligarques présents à la Cour. Quant à María Teresa, elle était le point de mire et de ralliement de nombreux aristocrates : la conquérir pouvait aussi lui attirer des fidélités et donner le ton à la haute aristocratie pour qu’elle suive politiquement l’éblouissante comtesse.

42Or, le résultat d’ambitions si élevées est somme toute décevant : un maréchal, un marquis et une jolie femme. La plupart des Cubains présents en Espagne en 1808 avaient rejoint le camp des partisans de Ferdinand VII et aucun Havanais n’avait franchi l’Atlantique pour rallier la cause bonapartiste. Pourtant, l’impact du ralliement de Francisco de Arango y Parreño, ou du détenteur du plus vieux titre, celui de marquis de San Felipe y Santiago, ou encore de Carlos José Pedroso y Garro, regidor à la fois de Madrid et de La Havane, auraient constitué une aide de poids. Rien ne prouve d’autre part que ces personnages restés à La Havane aient entretenu des contacts avec Joseph Ier, ce qui dément la théorie du double jeu de l’oligarchie havanaise.

  • 73 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 361.
  • 74 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 373.
  • 75 « Só pena de ver perecer primero las fortunas principales de los particulares y seguidamente la del (...)

43Les élites havanaises ont, sans conteste, privilégié la défense de leurs intérêts plutôt que ceux de l’Espagne. La Havane a bien été un point fixe dans la tourmente des années 1808-1815. Mais pas un point sur lequel la junta de Séville, puis le Conseil de Régence ont pu fermement s’appuyer pour lutter contre les Français. L’immobilité des élites havanaises fut moins un signe de fidélité que celui d’un attentisme prudent. Les fortes sommes versées pour soutenir les armées espagnoles dans la Péninsule n’étaient qu’une goutte d’eau « sucrée » en regard des sommes pharaoniques engrangées depuis quinze années. Manuel Moreno Fraginals a montré que, durant les deux quinquennats de 1805-1809 et 1810-1814, la production cubaine de sucre a été supérieure, de plus de 50 %, à celle réalisée durant les deux précédents73 ; Pablo Tornero Tinajero a chiffré à 90 millions de pesos la valeur des caisses de sucre qui sont sorties du port havanais74 entre 1795 et 1814. Dans ces conditions lorsque la guerre éclata entre les États-Unis et la Grande-Bretagne en 1812, désorganisant complètement le commerce sucrier, le Consulat royal vota immédiatement une subvention de 300.000 pesos annuels destinée à la Marine de guerre placée sous l’autorité du capitaine général afin de convoyer les bateaux chargés de caisses de sucre. C’était une somme bien supérieure à celles versées jusque là pour défendre l’Espagne et les oligarques se justifièrent en affirmant que sans cela disparaîtraient premièrement les plus grandes fortunes des particuliers et ensuite celle du Trésor public qui soutient la machine du gouvernement75.

44Les engagements physiques pris dans l’un ou l’autre camp, s’ils se firent au plus haut niveau, furent peu nombreux et reflétèrent davantage le souci de réaliser des ambitions personnelles que de sauver le lien entre l’Espagne et Cuba. Avant de se pencher sur le sort qui fut réservé à ces quelques personnages qui choisirent le mauvais camp, il convient de voir comment la saccharocratie vécut l’arrivée de la Constitution à La Havane qui devait révolutionner les liens de pouvoirs classiques. Est-ce que la relative tiédeur des élites havanaises dans la lutte contre Bonaparte ne s’expliquerait pas par son souci de concentrer ses forces contre ce courant libéral qui revendiquait rien de moins que la suppression de l’esclavage et le gouvernement direct des colonies depuis Madrid ?

IV. – Le libéral : voilà l’ennemi !

  • 76 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 329.

45L’arrivée des navires qui apportaient les nouvelles des événements métropolitains, et bientôt continentaux, était très attendue à La Havane en 1808. Tout individu qui en débarquait était assailli de questions. On demandait des renseignements sur les progressions militaires, on cherchait à s’informer au sujet d’un proche et bien sûr on s’inquiétait des évolutions politiques. Cette dernière question préoccupait au plus haut point l’oligarchie havanaise qui, bien qu’ayant reconnu le pouvoir de la Junta Central de Séville, n’en continuait pas moins de régir la capitale cubaine comme elle l’entendait, avec l’accord du capitaine général. En 1810, les saccharocrates regardèrent avec inquiétude la formation du Conseil de Régence en Espagne sur lequel les libéraux avaient rapidement pris l’ascendant. Francisco de Arango y Parreño, par conviction et pour reprendre un certain ascendant sur la saccharocratie avait tenu à adresser aux libéraux, en train d’asseoir leur autorité, une représentation écrite de leurvision des relations entre l’Espagne et Cuba. Eduardo Torres-Cuevas, qui en cite un extrait, montre combien Arango se faisait un devoir d’insister sur le fait que les Cubains étaient Espagnols, que les anciens monarques les avaient traités comme tels et que par conséquent l’Île ne devait pas être considérée maintenant comme une colonie, mais comme une province, au même titre que la Castille ou le Léon76.

46Ces craintes étaient fondées car, bien que le Conseil de Régence ne soit pas revenu sur la déclaration officielle de la Junta Central qui plaçait sur un pied d’égalité les Espagnols des deux hémisphères, dans les faits, les possessions d’outre-mer étaient traitées comme des colonies et non des provinces. Cette attitude qui peut sembler paradoxale découle de réflexions simples : pour les libéraux, l’Amérique devait être entièrement dirigée par le gouvernement constitutionnel métropolitain, lui-même dirigé par les éléments les plus éclairés des négociants. Cette vision des choses allait à l’encontre de ce qui avait été fait par les rois d’Espagne depuis toujours ou presque : associer, dans une proportion il est vrai fort variable, le pouvoir des élites à la gestion des territoires. Un signe évident du désir des libéraux d’imposer leur autorité aux Américains fut de leur interdire solennellement de commercer avec les puissances étrangères, mesure tolérée jusque-là à cause de la désorganisation des liens transatlantiques. Et le Conseil de Régence chargea une commission désignée par le cabildo de Cadix, autrement dit le bastion du commerce monopolistique, de veiller à son application avec la plus grande rigueur possible.

  • 77 Une grande étude sur les députés américains aux Cortès a été réalisée par M.-L. Rieu-Millan, Los di (...)

47Dans ces conditions, lorsque ce même Conseil, conformément aux obligations qu’il avait contractées pour asseoir sa légitimité, convoqua les Cortès, deux modes de représentations fort différents furent appliqués pour la Péninsule et pour l’Empire. Alors que les métropolitains purent envoyer un député pour 50.000 habitants, les Américains, n’en eurent droit qu’à un seul pour chaque capitale coloniale77. De sorte que les presque onze millions d’Espagnols furent représentés par 208 députés tandis que 67 délégués venaient parler au nom de treize millions d’Américains. Cependant, dans le souci de ménager les élites coloniales, qui, elles aussi, s’étaient groupées en juntas, il fut décidé que ces députés seraient élus par les membres du cabildo. Ces derniers purent choisir trois noms et un tirage au sort désigna le nouveau député, un des deux écartés faisant office de suppléant.

  • 78 AOHCH, Actas capitulares, lib. 62.
  • 79 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.
  • 80 AOHCH, Actas capitulares, lib. 78.
  • 81 AGI, Ultramar, leg. 82.

48Il n’a pas été retrouvé le détail de ces élections pour Cuba, mais leur résultat est bien connu. Furent élus le 6 août 1810 pour La Havane, Andrés de Jauregui y Aróstegui, un riche planteur qui avait été en 1808 alcalde ordinario78, auparavant suppléant de Francisco de Arango y Parreño au Consulat royal en 180279, et encore suppléant du comte d’O’Reilly comme regidor alguacil mayor depuis l’année précédente80. L’autre capitale de l’Île, Santiago de Cuba, envoya le chanoine Juan Bernardo O’Gavan y Guerra qui était installé depuis cinq années au moins à La Havane où il occupait une chaire de philosophie au Séminaire Royal de San Carlos y San Ambrosio81, aussi les deux députés représentaient La Havane plutôt que Cuba. De la même façon, les remplaçants des deux députés suppléants furent Joaquín Beltrán de Santa Cruz y Chacón et le marquis de San Felipe y Santiago.

  • 82 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 160.
  • 83 Concernant l’influence de la révolution haïtienne sur les esclaves cubains (et indirectement sur le (...)

49Les députés cubains arrivèrent aux Cortès sans autres revendications que celles formulées par Francisco de Arango y Parreño concernant le traitement de province et les retombées commerciales avantageuses qui en découlaient. Dans un premier temps, les députés cubains semblèrent en effet se désintéresser totalement des débats sur la souveraineté ou les questions de représentativité qui agitaient les partisans de la monarchie constitutionnelle ou absolue. Mais tout changea lorsque le 2 avril 1811 les députés Agustín Argüelles et Miguel Guiridi y Alcocer évoquèrent ouvertement lors d’une session, le premier la suppression de la traite et le second, plus radical encore, de l’esclavage ; c’est sous forme de menace à peine voilée que Jauregui répondit. Prenant immédiatement la parole, il se contenta de dire que Cuba jouissait de la plus absolue tranquillité et qu’une proposition de ce type pourrait compromettre le calme régnant82. L’importance croissante que prit le travail servile au fur et à mesure que se développaient les plantations a été décrite. Le supprimer, ou même interdire la traite, c’était ruiner les planteurs à très court terme. Toute l’habilité de Jauregui consista à ne pas préciser si les troubles seraient provoqués par les élites, à l’instar de ce qu’il se passait au Venezuela par exemple, ou par les gens de couleur selon le schéma d’Haïti83. Peut-être que les événements de la Martinique donnèrent aussi à réfléchir aux libéraux : en 1794, plutôt que d’appliquer l’abolition de l’esclavage décrété par la Convention, les grands planteurs avaient tenté de faire sécession, livrant l’Île aux Anglais. Dès que l’ouverture du débat sur la servitude parvint à La Havane, Francisco de Arango y Parreño mit en forme dans un discours tout l’arsenal idéologique de sa classe pour combattre ces propositions. Manuel Moreno Fraginals considère que ce texte, connu sous le nom de Representación de la Ciudad de La Habana a las Cortes Españolas, est

  • 84 « Este es el primero de los grandes documentos ideológico-político de los plantadores criollos, y t (...)

le premier document idéologique et politique des planteurs créoles et peut-être le plus significatif car le plus sincère84.

  • 85 « … Para no perderesta importante isla » (F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 264).

50Ne parlant que des nécessités politiques et économiques, Arango démontrait que personne n’était autorisé à se draper dans la morale pour faire cesser un système autrefois défendu par tout le monde et qui avait tant rapporté à l’État. Il profitait du thème pour affirmer haut et clair le rejet par la saccharocratie havanaise du système démocratique qui s’ébauchait. À l’autorité du nombre, il opposait tout le pouvoir personnel du roi, seul garant de l’ordre. Poussant la logique de ce raisonnement jusqu’à son terme, Arango en arrivait à expliciter la menace formulée par Jauregui en concluant que si les liens traditionnels entre les Cubains et le roi ne pouvaient être maintenus, alors, la seule option politique envisageable pour les Cubains devenait l’autonomie de l’Île. Et cette fois, aucune voix à La Havane ne s’éleva, aucun poing ne frappa une table. Bien au contraire, le capitaine général Someruelos, dans un écrit adressé aux Cortès, appuyait les thèses de Jauregui et d’Arango, en leur demandant d’examiner avec attention cette question de l’esclavage afin « de ne pas perdre cette Île importante85 ».

  • 86 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 145.
  • 87 M. Hernández Sánchez-Barba, « Las Cortes españolas ante la abolición de la esclavitud ».

51L’autonomie de Cuba pour Arango n’était pas un simple épouvantail à libéraux ni un bluff pour maintenir l’esclavage. Il avait été le premier à en exprimer l’idée en 1808 et il la développa complètement en 1811 avec l’aide d’un prêtre éminent, le père José Agustín Caballero y Rodríguez. C’est en effet avec ce dernier, directeur du Séminaire Royal de San Ambrosio y San Carlos de La Havane, qu’il rédigea officiellement le premier projet d’un gouvernement autonome86. Le texte fut envoyé à Jauregui qui le fit circuler parmi les députés. À sa lecture, ceux de Porto Rico, du Venezuela, de Nouvelle-Grenade et du Pérou, déjà hostiles à toute évolution en ce domaine virent leurs convictions renforcées ; quant aux autres, ils préférèrent troquer leurs sentiments humanistes contre la réalité politique. Désormais, la stratégie de la saccharocratie était arrêtée : si le pouvoir libéral voulait s’imposer aux Havanais, les Havanais rompraient les liens avec l’Espagne. C’était en quelque sorte laisser au Conseil de Régence la responsabilité de la perte de Cuba. Les libéraux se gardèrent bien de commettre une telle erreur, les débats ouverts par Agustín Argüelles et Miguel Guiridi y Alcocer furent rapidement clos. On en resta sur l’idée qu’il existait en Amérique une catégorie de population, les morenos « les colorés », qui pouvaient gagner la citoyenneté espagnole par leurs vertus et leurs mérites87. Ayant eu satisfaction sur ce point, les Cubains archivèrent leur projet d’autonomie, mais se tinrent prêts à le ressortir en cas de nouveau problème. Ils se concentrèrent alors sur la satisfaction d’autres avantages concernant la production et l’exportation de sucre.

  • 88 À ce sujet, voir l’ouvrage de M.-L. Rieu-Millan, Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz, p (...)
  • 89 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 369.
  • 90 ANC, Gobierno superior civil, Correspondencia, leg. 1099, n° 40.387, exp. 6 et 54. Références qui o (...)
  • 91 M.-L. Rieu-Millan, Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz, pp. 69 et 402.

52En contrepartie, il est vrai, ils ne combattirent plus les idées libérales et de ce fait ne sont pas apparus lors de ces Cortès, dans la position de défenseurs acharnés de l’absolutisme ou des droits de Ferdinand VII88. On a un autre exemple particulièrement significatif de la priorité accordée aux intérêts sucriers dans le jeu trouble de Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos. En 1809, il avait troqué son fusil et son uniforme militaire contre la plume et le costume civil, ayant été nommé fondé de pouvoir du Consulat royal avec, pour difficile tâche, le maintien d’un lien privilégié avec la Junta Central, puis avec le Conseil de Régence, composé de commerçants métropolitains hostiles aux planteurs créoles. Après un triomphe éphémère, cette mission se solda par un échec. En effet, le 17 mai 1810, le Conseil de Régence signait le décret que l’oligarchie réclamait depuis tant d’années : la liberté de commerce pour toutes les possessions d’Amérique. Mais le tollé fut tel à Cadix, que le secrétaire d’État qui avait apposé sa signature fut emprisonné ; il se justifia en disant qu’il l’avait fait par erreur, le papier officiel ayant été glissé à son insu dans une pile de documents à parapher. Manuel Moreno Fraginals qui décrit l’affaire plus en détail, révèle le rôle fondamental du fondé de pouvoir havanais qui avait soudoyé le secrétaire d’État89. L’accusation est parfaitement justifiée, une trace écrite en est conservée encore aux archives havanaises : Martínez de Pinillos, dans sa correspondance avec le Consulat royal, avance même la somme de 2.400 pesos tirés sur le compte des Peñalver et versés en deux fois, l’une le 2 avril 1810, l’autre le 18 mai, soit le lendemain de la promulgation du décret90. Dans le Cadix assiégé, la fortune des députés cubains les plaçait à l’abri de l’inconfort ; le marquis de San Felipe y Santiago ouvrait par exemple généreusement ses portes aux députés américains. Plus généralement, cela ne pouvait que renforcer leur prestige, susciter quelques tentations et conférer un certain poids aux revendications havanaises91.

  • 92 Il avait été notamment teniente de regidor en 1788, et alcalde ordinario en 1805 (AOHCH, Actas capi (...)
  • 93 Il en avait été le teniente de prior en 1806 (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 167).

53L’échec de la manœuvre opérée par Pinillos explique aussi pourquoi la saccharocratie envoya aux Cortès une « équipe de choc » pour la représenter en 1813. La Constitution de 1812 prévoyait en effet l’élection d’une nouvelle assemblée, plus représentative que la précédente. Au lieu de deux députés seulement, Cuba put en envoyer quatre : un pour Santiago, un nouveau pour Puerto Príncipe, en tant que siège de l’Audience, mais deux pour La Havane, qui voyait ainsi officiellement reconnu son rôle de capitale de l’Île. Du scrutin il ressortit une nouveauté et une continuité. La nouveauté fut que cette fois les députés de Santiago et de Puerto Príncipe n’étaient en rien liés à l’oligarchie havanaise, la continuité était la parfaite représentation de celle-ci dans sa circonscription. C’étaient aux Cortès que se débattaient les questions sur la servitude et l’autonomie, c’était aux Cortès donc que pouvait se jouer l’avenir de l’Île. La saccharocratie en avait pleinement conscience, puisqu’elle envoya Gonzalo José Herrera y Santa Cruz, riche hacendado qui avait occupé plusieurs mandats au sein du cabildo92 et du Consulat royal93, ainsi que Francisco de Arango y Parreño lui-même, tandis que Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos était élu suppléant. Mais les députés cubains n’eurent même pas l’occasion de défendre leurs positions : quelques mois après leur arrivée, Ferdinand VII, libéré consécutivement à la défaite napoléonienne, mettait fin aux Cortés et à la Constitution d’un trait de plume.

54Entre temps, à La Havane, l’aristocratie eut à affronter, pour la première fois de son histoire, une sérieuse opposition politique. En effet, ayant bon gré mal gré reconnu la légalité du pouvoir provisoire métropolitain, les saccharocrates se virent contraints d’accepter les dispositions des nouveaux textes qui en émanaient et notamment un texte qui rendait définitif ce qui jusqu’à présent n’avait été que temporaire, à savoir que la souveraineté résidait essentiellement dans la nation et que la nation ne pouvait être patrimoine d’aucune famille. Cette déclaration révolutionnaire annonçait d’autres nouveautés : la séparation des pouvoirs devenait une réalité, les principaux droits individuels étaient reconnus, de même qu’entrait en vigueur la liberté de presse, tandis que l’élimination de la Sainte Inquisition, l’abolition de la torture et la suppression des seigneuries juridictionnelles achevaient de faire entrer l’Espagne dans l’ère contemporaine.

  • 94 Il est dommage qu’un article consacré aux municipalités cubaines ne soit pas explicite sur cette qu (...)
  • 95 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 298.
  • 96 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 168.

55Cette transition vers la modernité devait nécessairement s’accompagner d’un changement de têtes, car l’on ne pouvait faire fonctionner le nouveau système de gouvernement avec les défenseurs du précédent. Les Cortès usèrent de moyens aussi simples qu’efficaces pour se défaire des piliers de l’Ancien Régime : les hauts fonctionnaires furent mutés et les oligarchies séculaires contraintes de se plier à des élections plus démocratiques pour conserver leur pouvoir dans les cabildos94. Le Conseil de Régence supprima en effet les charges héréditaires et les nominations royales, puis soumis l’élection des alcaldes ordinarios et regidores à un vote plus populaire. En 1814, une circulaire ajouta même que les élections entre parents immédiats au cabildo ne seraient plus valables95. Aussi, dès le 11 février 1812, était nommé un nouveau capitaine général pour Cuba, en la personne de Juan Ruiz de Apodaca y Eliza. Lieutenant général de la Marine, il avait rapidement rejoint le camp libéral ; la Junta Central lui avait témoigné sa confiance en en faisant son représentant à la Cour de Londres. Le 14 mars 1812, Someruelos lui remettait solennellement le bâton de commandement, mettant ainsi un terme à un mandat qui avait commencé douze années presque jour pour jour plus tôt. Il resta cependant en poste quelques semaines de plus pour assurer la transition et, sur le point de s’embarquer, le 15 avril 1812, reçut un chaleureux hommage de la part de l’oligarchie96. Quelques semaines plus tard, celle-ci fut contrainte à son tour par le nouveau système d’élections d’abandonner le pouvoir qu’elle détenait au cabildo depuis des siècles. L’événement est si important que seul un examen minutieux des trois scrutins qui eurent lieu durant la période constitutionnelle peut permettre de comprendre ce qu’il s’est réellement passé et de voir les éventuelles stratégies de résistance de la saccharocratie. Trois scrutins en effet, puisque le premier eut lieu en juillet 1812 et les deux autres, pour respecter l’ancien rythme annuel, en décembre de la même année et à la fin de 1813. Ce dernier ne dura que quelques mois, jusqu’à ce que Ferdinand VII revienne d’exil.

  • 97 AOHCH, Actas capitulares, lib. 85.
  • 98 AOHCH, Actas capitulares, lib. 60.
  • 99 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.
  • 100 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.
  • 101 AOHCH, Actas capitulares, lib. 51.
  • 102 AHN Estado, Carlos III, 1052.

56En juillet 1812 furent ainsi élus97 deux alcaldes, douze regidores et deux síndicos procuradores generales constitucionales. De ces seize personnes, quatre sont parfaitement identifiables et peuvent être rattachées aux élites traditionnelles. Ainsi un des deux alcaldes constitucionales n’est autre que le lieutenant colonel de milices José Remigio Pita de Figueroa y González de la Torre qui, en 1804, avait occupé la charge d’alcalde de la Santa Hermandad98. Son beau-frère, le richissime comte de Zaldívar siégeait comme regidor, de même que le capitaine Pedro Armenteros y Castellón et Francisco Tomás de Franchi-Alfaro y Franchi-Alfaro, figures déjà évoquées. Force est d’avouer que, de ces quatre, il n’en est qu’un seul dont l’engagement dans le camp constitutionnel, semble compréhensible, il s’agit du dernier. Tomás de Franchi-Alfaro y Franchi-Alfaro avait perdu son titre de marquis de la Real Proclamación à la suite d’un procès intenté par un parent. L’humiliation avait du être grande et l’on peut comprendre qu’il eut quelques ressentiments contre tout ce qui rappelait l’ordre ancien, au point rallier le nouveau régime. En revanche comment interpréter l’attitude du colonel de milices José Manuel de Zaldívar y Murguía ? Sa naissance, sa fortune, autant que son parcours personnel devaient le placer parmi les plus fidèles soutient du modèle ancien. Son ingenio, ses terres et autres propriétés étaient évaluées à plus de 1,2 millions de pesos99. Charles IV l’avait élevé au rang de chevalier de Santiago en 1793 et fait premier comte de Zaldívar100 de la Real Fidelidad en 1798. Il avait même été alcalde ordinario101 en 1792 et avait apporté son témoignage favorable à un autre Havanais qui désirait un habit de Charles III, montrant ainsi un souci de défendre le groupe et les valeurs de la saccharocratie102. Quant à Pedro Armenteros y Castellón, il était le cousin au second degré d’Anastasio Francisco Armenteros y Zaldívar, celui qui s’était couvert de gloire à Bailén. Comment donc expliquer cet engagement dans un camp qui combattait les valeurs traditionnelles de la saccharocratie, en compagnie de douze autres personnes dont il est difficile de tirer des sources archivistiques quelques renseignements, hormis quelques-unes qui étaient d’origine péninsulaires et gradées de la Marine. La composition des deux autres législatures peut apporter certaines réponses. En décembre 1812, la proportion de la « vieille élite » s’effondre puisque seul se maintient Pedro Armenteros y Castellón et encore à un poste subalterne, celui de commissaire de police de quartier. Certes, le síndico procurador general José María Duarte y Zenea était bien apparenté par sa mère aux Ambulodi, mais par un lien très distant. Tous les regidores étaient des « hommes nouveaux ». En revanche, le dernier mandat, celui voté en décembre 1812 et achevé prématurément par le retour du roi en juillet 1814, vit un certain retour de l’aristocratie traditionnelle. Furent en effet élus comme alcalde ordinario Ignacio Pedroso y Barreto et comme regidor constitucional Rafael Montalvo y Ambulodi, les autres membres n’étant précédemment jamais apparus dans aucune institution. On remarque par ailleurs une grande instabilité parmi les regidores constitucionales, car aucun ne parvient à effectuer deux mandats consécutifs, donnant l’impression à la fois d’avoir un grand nombre de partisans, mais d’être dépourvus de discipline de groupe.

  • 103 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 341.

57Face à ces événements, l’oligarchie havanaise ne fut pas totalement balayée et fit même preuve d’une réelle capacité d’adaptation. Car, en fin de compte, des six alcaldes ordinarios constitucionales, deux, soit le tiers, appartenaient aux vieilles familles. On peut se demander, si, sous des dehors libéraux, Pita de Figueroa et le comte de Zaldívar, élus en 1812, n’étaient pas mandatés secrètement par l’oligarchie pour s’opposer, prévenir, informer et pour tester les adversaires ? Il est certain que l’année 1813 est celle du repli des élites havanaises. Il s’agit certainement davantage d’une stratégie bien méditée plutôt que d’une perte d’influence subie. Les débats aux Cortès ont achevé de détacher idéologiquement la saccharocratie havanaise du gouvernement métropolitain. Pour les élites de planteurs, il est clair désormais qu’il n’y avait rien à attendre de la Constitution et de ses partisans. Mais à la fin de cette même année, le vent du changement politique soufflait déjà très fort, emportant avec lui vers la France les armées napoléoniennes. Il n’échappait à personne que l’effondrement de l’Empire, la libération de l’Espagne allaient amener une nouvelle donne politique. Les oligarques auraient pu vouloir être présents pour le retour de Ferdinand VII, raison pour laquelle ils seraient parvenus à reprendre un ascendant au cabildo en faisant élire Ignacio Pedroso y Barreto. Et ce dernier accompli parfaitement sa mission : lorsqu’en juillet 1814, Ferdinand VII proclama le retour à l’absolutisme, le capitaine général signala que Pedroso et même l’autre alcalde ordinario, Carlos de Castro Palomino, usèrent de toute leur autorité pour restaurer l’ordre ancien103.

  • 104 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 300. Si les navires espa (...)
  • 105 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 224.

58La tâche fut assez aisée pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il n’y eut jamais de conflits sérieux avec le capitaine général Apodaca, celui-ci continuant même à servir ses intérêts tant ils se confondaient avec ceux de Cuba. Ainsi, en 1812, la guerre entre les États-Unis et l’Angleterre fit sortir les premiers de la classification avantageuse de « neutres » qui leur avait jusque-là permis de commercer avec l’Île, pour les ranger dans la catégorie d’ennemis, puisque les Britanniques étaient les premiers soutiens des Espagnols dans la guerre d’indépendance. Malgré cela, Apodaca, n’appliqua pas l’interdiction prononcée par la métropole de trafiquer désormais avec les États-Unis104. D’autre part, les oligarques en dépit de leurs revers, ne perdirent rien de leur superbe. Apodaca s’en irrita lorsqu’en novembre 1813 le marquis de San Felipe y Santiago, revenant d’Europe, décora sa loge au théâtre de la même façon que l’étaient les loges de grands d’Espagne à Madrid, la rendant ainsi plus belle que celles réservées au cabildo et au capitaine général105. Apodaca, qui se plaignit auprès du gouvernement de cette initiative, s’entendit répondre que le comte était libre de décorer sa loge comme il l’entendait. Cela ne manque pas d’être surprenant si l’on se souvient que l’absolutiste Someruelos était parvenu à faire interdire au comte l’ostentation des honneurs de la grandesse à Cuba. La continuité de la représentation au cabildo indique la persistance du pouvoir. De plus, à l’exception du renouvellement partiel des têtes, la Constitution n’avait pas changé grand chose à La Havane. Le nouveau capitaine général l’avait solennellement proclamée et, à cette occasion, on avait débaptisé la Plaza Nueva pour l’appeler Plaza de la Constitución, mais les réformes n’avaient pas vraiment eu le temps de se mettre en place. La plus importante nouveauté apparue fut la liberté d’imprimer, donnée en 1810, qui favorisa une plus large prise de conscience des problèmes politiques. C’est ainsi que le café La Dominica, près de la Place d’Armes, devint une sorte de Procope havanais, où l’on commentait les journaux péninsulaires qui reflétaient avec clarté les disputes divisant les libéraux et les conservateurs. Les titres locaux, comme El filósofo verdadero, n’avaient aucun contenu révolutionnaire et encore moins indépendantiste. Même dans la nouvelle presse l’ordre ancien semblait se maintenir. Ceci permet aussi de comprendre pourquoi finalement les élites ne luttèrent pas bec et ongles pour reprendre l’ascendant au cabildo, mais préférèrent concentrer leurs efforts aux Cortés.

  • 106 AGI, Ultramar, leg. 84, exp. 339.
  • 107 « … Se havia mostrado un fermento y alboroto a favor del régimen demócrata de la constitución con g (...)
  • 108 AGI, Títulos, leg. 9 exp. San Fernando Peñalver.

59C’est en juillet 1814 qu’arriva, à La Havane, l’ordre royal qui supprimait la Constitution et rétablissait le cabildo dans sa composition de juin 1812. Grâce au roi, sans combats ni efforts, les élites traditionnelles retrouvaient leurs sièges. On ne peut douter de la sincérité des sentiments de joie et de reconnaissance que la municipalité havanaise lui exprima par une lettre le 19 juillet le félicitant pour son abrogation de la Constitution, qu’elle qualifiait de « collection d’abstractions politiques », colección de abstracciones políticas. Les membres du cabildo se disaient heureux d’avoir retrouvé leur « père » (padre), dans tout son pouvoir106. Mais ce n’est que le 12 février 1815, que le capitaine général constitutionnel Ruiz de Apodaca fut rappelé, le temps de trouver un homme ayant la confiance des oligarques. Ce fut José Cienfuegos yJovellanos qui fut désigné pour ce poste. Bien entendu, la réaction absolutiste provoqua quelques mécontentements et même une manifestation publique d’hostilité. En effet, le 22 juillet, Apodaca après une sorte de cérémonie de restauration de l’ordre ancien au cours de laquelle, la Plaza de la Constitución prit cette fois le nom de Plaza de Fernando VII, dut calmer une foule partisane du « régime démocratique » qui s’était groupée devant son palais107. Cette petite protestation constitue une innovation et un précédent : désormais, en dépit du rétablissement de l’absolutisme et du pouvoir aristocratique, certains n’hésitaient pas à élever la voix pour critiquer ce modèle. Mais le calme revint bien vite et les oligarques se chargèrent d’organiser des réjouissances populaires pour fêter le retour du roi, à l’image de Juan Crisóstomo Peñalver y Barreto, qui donna à cet effet 100 pesos108. Pour autant, nul doute que les fêtes et les bals donnés en l’honneur du rétablissement de l’absolutisme ne firent pas oublier à la vieille oligarchie ce que les élections de 1810 et les protestations du 22 juillet lui avaient dramatiquement confirmé : son pouvoir politique à La Havane était lié à celui de Ferdinand VII.

60L’attitude des élites aristocratiques cubaines, durant ces six années tragiques qui affectèrent le monde ibérique, pourrait être résumée en un mot, celui de résistance viendrait naturellement. Une résistance aussi bien individuelle que collective pour sauvegarder avant tout ses intérêts. Les élites havanaises, si l’on excepte la tentative autonomiste d’Arango et les aventures du marquis de Casa Calvo et de Gonzalo O’Farrill, ne cherchèrent pas à tirer profit de la situation de chaos dans laquelle sombrait l’Espagne. La plupart des Havanais présents dans la Péninsule rejoignirent les armées nationales et accomplirent ainsi leur devoir de militaires ce qui garanti leur crédit et leur statut social. La comtesse de San Juan de Jaruco, en devenant la maîtresse de Joseph Ier, n’eut pas d’autres objectifs. Aux Cortès, la saccharocratie n’eut d’autre but que de sauvegarder les statuts et réglementations particuliers consentis par Charles III et Charles IV et non les droits de Ferdinand VII. Pour cela, tous les moyens furent bons : de l’habile rhétorique à la menace de sécession, en passant par la corruption. ÀCuba, les créoles participèrent activement à la mise en défense de l’Île, en donnant par exemple beaucoup d’argent à la Marine, mais ne s’engagèrent que faiblement pour éteindre l’incendie sur le continent. Enfin, ils élaborèrent une tactique de résistance pour contenir le pouvoir libéral qui cherchait à les déloger du cabildo et parvinrent à convaincre le nouveau capitaine général d’adopter la même attitude que son prédécesseur. Cette stratégie fut un succès éclatant : pendant ces six années, si l’on ne tient pas compte de la petite éclipse passagère qu’elle subit au cabildo, l’élite ne perdit en rien son influence et son pouvoir et continua a réaliser de belles affaires grâce à la continuité du commerce.

61Les élites aristocratiques tirèrent plusieurs enseignements de ces six années. Tout d’abord, la confirmation que la voie indépendantiste ne menait qu’à la ruine, comme le montrait le début des guerres civiles sur le continent, et aux soulèvements d’esclaves. Du reste, la conspiration d’Aponte avait montré que cette option de la souveraineté était essentiellement partagée par les gens de couleur. Ensuite, que le seul régime qui les respectait était celui de la monarchie absolue. Quelle amertume durent ressentir les Peñalver, O’Farrill, Calvo de la Puerta et autres Arango, qui, bien qu’ayant participé financièrement à l’effort de guerre dès la nouvelle de l’insurrection connue, avaient perdu leur place au cabildo sous le régime libéral et vu celui-ci envisager de leur ôter leurs esclaves ? Lorsque Ferdinand VII revint d’exil, c’était pour monter sur un trône s’appuyant sur un socle bien différent de celui qui soutenait son pouvoir en 1808 et ses aïeux avant lui, celui de la Constitution. C’était une limitation claire de son pouvoir que lui imposaient les libéraux, de sorte qu’élites havanaises et roi d’Espagne n’avaient plus seulement désormais des intérêts communs, mais partageaient aussi une haine contre un même ennemi. Il y avait de quoi renouer une alliance encore plus solidement.

Notes

1 F.-X. Guerra, « Lógicas y ritmos de las revoluciones hispánicas » ; l’influence des cabildos est soulignée p. 38.

2 R. Hocquellet, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne.

3 AGI, Ultramar, leg. 32, exp. 23.

4 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 155.

5 « … Sin perjuicio del independiente derecho que tiene cada una de las provincias a gobernarse por sí misma, a falta de la cabeza moral que constituye el punto de la reunión política de todas ellas » (M. R. Sevilla Soler, Las Antillas y la independencia de la América española, p. 54.)

6 AOHCH, Actas capitulares, lib. 62.

7 L’étude la plus exhaustive de l’événement a été faite par F. Ponte Domínguez, La Junta de La Habana en 1808.

8 Le rôle de Someruelos est controversé : la plupart des auteurs ne se prononcent pas. R. Guerra y Sánchez, Historia de la Nación Cubana, t. III, pp. 19-20, affirme en revanche que le capitaine général était fermement partisan du projet car il souhaitait la création d’une junta, groupant les grands créoles pour asseoir son pouvoir. La démonstration de A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, reprise ici, paraît plus convaincante : outre le dénombrement des signataires, l’opposition de l’aristocratie au projet de Francisco de Arango y Parreño confirme ce sentiment de défiance que certains lui avaient déjà manifesté lorsque ses affaires avec Godoy et le comte de San Juan de Jaruco avaient été découverts. A. J. Kuethe, a commenté plus récemment l’événement, en prenant en compte certains aspects financiers dans « El situado mexicano, los azucareros y la fidelidad cubana ».

9 On la retrouvera retranscrite dans l’ouvrage de F. Ponte Domínguez, La Junta de La Habana en 1808, p. 119.

10 J. de La Pezuela, Historia de la Isla de Cuba, pp. 155-159.

11 AGI, Títulos, leg. 3.

12 Parmi les nombreuses tentatives de création de juntas, celle que mentionne T. E.Anna, La caída del gobierno español en el Perú, pp. 72-73, à Lima en 1809 rappelle par des coïncidences troublantes celle d’Arango. En effet, ici aussi, c’est un avocat créole, mais aidé par un homme d’affaire, qui impulsa le mouvement. Ici aussi la plupart des élites aristocratiques, comme les grands commerçants ne montrèrent aucune approbation, mais les meneurs groupèrent autour d’eux des petites gens, tant péninsulaires que créoles. Les différences furent que le mouvement prit davantage l’allure d’une conspiration, rapidement découverte, et que ses meneurs furent vite jetés en prison.

13 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 162.

14 « Had the Cuban army supported him, a Bolívar he might have been, but he died a royal bureaucrat » (ibid., p. 176).

15 Dès le 9 février 1808, l’oligarchie avait décrété la dispense de droits d’exportation pour les produits cubains. M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 163.

16 En fait, cet émissaire ne se rendait pas directement à La Havane, mais il fut découvert dans un bateau qui l’amenait à Campeche. La mission illustre cependant l’intérêt que le frère de Napoléon portait à l’Empire qui lui échappait encore. Le capitaine du navire décida de le relâcher dans la capitale cubaine pour que l’espion soit jugé (ANC, Asúntos políticos, leg. 10, sign. 81).

17 Le thème a été remarquablement traité dans un article de G. Debien, « Réfugiés de Saint-Domingue », et, plus récemment, l’article de S. Vázquez Cienfuegos, « La élite habanera y los refugiados franceses de Saint Domingue ».

18 Une bonne synthèse a été écrite par J. E. Rodríguez, La independencia de la América española. Une analyse plus succincte mais tout aussi pertinente est fournie par B. R. Hamnett, « Las rebeliones y revoluciones iberoamericanas en la época de la Independencia ».

19 Sur ce point, voir, notamment, L. Villoro, El proceso ideológico en la época de la independencia.

20 Aujourd’hui « Sucre ».

21 Les circonstances de cet assassinat sont bien mystérieuses, l’émeute n’était pas tout à fait spontanée et bénéficia de la complicité de hauts fonctionnaires comme le teniente rey. À ce sujet, voir F. Colomer Pellicier, « Estudio comparativo de las revoluciones de Cartagena en 1808 y Buenos Aires en 1810 ».

22 « Une junta centrale gouvernante conservatrice des droits de Ferdinand VII ».

23 M. R. Sevilla Soler, Las Antillas y la independencia de la América española, pp. 15-16.

24 J. Lynch, América latina, entre colonia y nación, pp. 171-206.

25 D. M. Ladd, La nobleza mexicana en la época de la Independencia, p. 11

26 L’étude de T. E. Anna, La caída del gobierno español en el Perú, est magnifique pour comprendre le rôle de retardateur qu’a joué le Pérou dans l’émancipation des colonies continentales espagnoles. En ce qui concerne l’aristocratie titrée, voir, plus particulièrement, pp. 237-250.

27 L. Lira Montt, « Caballeros chilenos en la Orden de Carlos III », p. 266.

28 Les préparatifs étaient prêts depuis longtemps, la licence royale avait été accordée depuis 1803 (AGI, Ultramar, leg. 125).

29 A. J. Kuethe, « Puntos de contraste », met particulièrement en relief ce facteur pour expliquer les évolutions politiques différentes de la capitainerie générale de Cuba et du vice royaume de Nouvelle-Grenade.

30 M. R. Sevilla Soler, Las Antillas y la independencia de la Amrérica española, p. 31.

31 En particulier, J. L. FRANCO, Las conspiraciones de 1810 y 1812.

32 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. II, p. 254.

33 L’origine de la franc-maçonnerie cubaine est controversée : elle serait apparue lors de l’invasion anglaise de 1762 ou apportée par des réfugiés français de Saint-Domingue dans les années 1790.

34 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 30.

35 AGI, Santo Domingo, leg. 1979.

36 La constitution de Joaquín Infante, appelé aussi le « Robespierre cubain », est analysée par C. Minguet, Hacia una interpretación de Hispanoamerica, pp. 67-70.

37 P. Estrade, « Bannières révolutionnaires et projets nationauxdans les Antilles hispaniques », p. 417.

38 A. Yacou, « Le projet des révoltes serviles de l’île de Cuba », pp. 175-187.

39 AGI, Títulos, leg. 7b, exp. Rio Blanco et AGI, Ultramar, leg. 32.

40 À Séville, outre la section Títulos de l’AGI, celle dénommée Ultramar contient des informations intéressantes. Une bonne approche de la question peut être réalisée à l’ANC en piochant dans la section Asuntos políticos.

41 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 168, séance du 1er juillet 1813.

42 AGI, Títulos, leg. 8, exp. San Esteban Cañongo.

43 ANC, Asuntos políticos, leg. 211, sign. 147.

44 ANC, Asuntos políticos, leg. 11, sign. 39.

45 AHN, Consejos, leg. 21130.

46 ANC, Asuntos políticos, leg. 214, sign. 38.

47 BNJM, Diario de la Habana, 313, 11 de julio de 1811.

48 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 231.

49 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 145.

50 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 59.

51 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Herrera.

52 AGI, Ultramar, leg. 2a, exp. 17.

53 Les manuels de généalogie utilisés dans cette étude se sont longuement étendus sur la question. Encore une fois, nos recherches personnelles confirment que l’écueil de l’hagiographie a été évité.

54 Il a décrit lui-même son attitude héroïque dans un feuillet publié sous le nom La memorable defensa del Parque de artillería de Madrid el día 2 de mayo de 1808, Madrid, 1848.

55 Ibid.

56 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

57 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. IV, p. 445

58 Il était le frère de Florentino qui vient d’être mentionné ; toute sa carrière est consignée sous la référence AGI, Títulos, leg. 2, exp. 7.

59 Enciclopedia universal illustrada, article « Martínez de Pinillos, Claudio ».

60 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Villanueva.

61 Ibid.

62 J. López Tabar, Los famosos traidores. Les références sont nombreuses, mais on peut se reporter prioritairement aux pages 71 et 72. Voir aussi M.-D. González-Ripoll Navarro, « Entre la adhesión y el exilio », pp. 349-353.

63 Ibid.

64 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 128.

65 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 366.

66 D’une maladie pulmonaire selon F. de las Barras deAragón, « Noticias y documentos de la expedición del conde de Mompox a la isla de Cuba », p. 513.

67 Ce titre créé en 1810 par Joseph Ier fut supprimé par Ferdinand VII, mais remis en vigueur par le pape Léon XIII en 1884, en faveur du fils du général Merlin et de María Mercedes Beltrán de Santa Cruz y Montalvo.

68 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 366.

69 Ibid.

70 AGI, Títulos, leg. 2 exp. Casa Calvo.

71 AGI, Estado, leg. 7, exp. 4.

72 AGI, Santo Domingo, leg. 1979, exp. 303.

73 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 361.

74 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 373.

75 « Só pena de ver perecer primero las fortunas principales de los particulares y seguidamente la del Erario público que sostiene la máquina del Gobierno y nos mantiene en paz y tranquilidad » (ANC, Real Consulado et Junta de Fomento, lib. 168, séance du 19 août 1812).

76 E. Torres-Cuevas, « De la ilustración reformista al reformismo liberal », p. 329.

77 Une grande étude sur les députés américains aux Cortès a été réalisée par M.-L. Rieu-Millan, Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz. Des ouvrages plus centrés sur les députés cubains ont aussi été écrits : E. Valdés Domínguez, Los antiguos diputados de Cuba, et E. EntralgoVallina, Los diputados por Cuba en las Cortes de España.

78 AOHCH, Actas capitulares, lib. 62.

79 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

80 AOHCH, Actas capitulares, lib. 78.

81 AGI, Ultramar, leg. 82.

82 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 160.

83 Concernant l’influence de la révolution haïtienne sur les esclaves cubains (et indirectement sur leurs maîtres), voir A. Ferrer, « Temor, podery esclavitud en Cuba ».

84 « Este es el primero de los grandes documentos ideológico-político de los plantadores criollos, y tal vez el más significativo por serel más sincero […] » (ibid. p. 161).

85 « … Para no perderesta importante isla » (F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 264).

86 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 145.

87 M. Hernández Sánchez-Barba, « Las Cortes españolas ante la abolición de la esclavitud ».

88 À ce sujet, voir l’ouvrage de M.-L. Rieu-Millan, Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz, p. 93. De son côté M. T. Berruezo León, « Los ultraconservadores americanos en las Cortes de Cádiz », ne cite pas leurs noms dans un article pourtant consacré aux ultra conservateurs, alors que la définition qu’elle leur donne convient parfaitement.

89 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 369.

90 ANC, Gobierno superior civil, Correspondencia, leg. 1099, n° 40.387, exp. 6 et 54. Références qui ont été signalées par Manuel Barcía Paz.

91 M.-L. Rieu-Millan, Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz, pp. 69 et 402.

92 Il avait été notamment teniente de regidor en 1788, et alcalde ordinario en 1805 (AOHCH, Actas capitulares, lib. 48 et 60).

93 Il en avait été le teniente de prior en 1806 (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 167).

94 Il est dommage qu’un article consacré aux municipalités cubaines ne soit pas explicite sur cette question (J. Ruiz Alemán, « Los municipios cubanos en el biennio constitucional »).

95 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 298.

96 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 168.

97 AOHCH, Actas capitulares, lib. 85.

98 AOHCH, Actas capitulares, lib. 60.

99 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.

100 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.

101 AOHCH, Actas capitulares, lib. 51.

102 AHN Estado, Carlos III, 1052.

103 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 341.

104 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 300. Si les navires espagnols reprirent le rôle principal dans le trafic, c’est que les bateaux des États-Unis étaient soit engagés dans la lutte, soit ils évitaient de sortir pour ne pas tomber aux mains de la Royal Navy.

105 AGI, Ultramar, leg. 85, exp. 224.

106 AGI, Ultramar, leg. 84, exp. 339.

107 « … Se havia mostrado un fermento y alboroto a favor del régimen demócrata de la constitución con gritos a la puerta de la Casa de Correos y delante de la mía, sali al balcón, victoree al Rey por repetidas veces, mandé retirara las gentes que havia agolpadas en la plaza » (AGI, Ultramar, leg. 85 exp. 341).

108 AGI, Títulos, leg. 9 exp. San Fernando Peñalver.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search