Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Troisième partie. La résistance du bastion havanais (1808-1838)

Préambule à la troisième partie

Texte intégral

1Dans l’histoire de l’Espagne, les premières décennies du xixe siècle prennent un relief particulier, par le nombre et l’importance déterminante des événements qui se succèdent. La Péninsule est déchirée par plusieurs longues et sanglantes guerres qui sont en fait des guérillas : guerre d’Indépendance, particulièrement cruelle, première guerre carliste, dramatique également puisqu’il s’agit d’une guerre civile. S’affrontent aussi deux conceptions du pouvoir : l’absolutisme incarné par Ferdinand VII et le libéralisme qui s’impose durant cette période par trois fois au gouvernement et parvient à définir et proclamer une constitution. Par ailleurs entre 1816 et 1824, l’Espagne perd la presque totalité de son Empire américain. Celui-ci parvient à s’émanciper à la suite de guerres qui prirent parfois, elles aussi, un aspect fratricide.

2Quel a été le rôle des élites aristocratiques havanaises durant cette époque troublée et quels liens ont-elles entretenus avec les différents pouvoirs qui se sont succédés en Espagne ? Il s’agira de comprendre d’une part les raisons de ce que l’on a appelé la « fidélité havanaise », puisque l’île de Cuba avec celle de Porto Rico, optent clairement pour rester dans le giron espagnol et d’autre part en quoi ce choix a été important dans cette absence d’évolution. Les événements qui se passent dans la Péninsule, ou sur le continent américain, permettent de saisir les réponses cubaines, notamment parce qu’ils mettent en relief des situations différentes. Trois moments peuvent en effet être dégagés. Le premier concerne la période de crise d’autorité espagnole entre 1808 et 1814, lorsque Napoléon envahit l’Espagne et que se développe le courant libéral qui effraya tant les élites américaines. Pourquoi, à cette période, la saccharocratie s’est-elle distinguée de ces élites en ne s’engageant pas vers un mouvement indépendantiste ou pour le moins autonomiste ? De 1814 à 1823, de la restauration d’un absolutisme à un autre, se dégage une seconde période marquée par la rénovation du lien traditionnel et ce malgré un certain affaiblissement de la saccharocratie, ainsi que la résistance active au pouvoir libéral espagnol. Enfin, de 1824 à 1838, quelle place les pouvoirs madrilènes ont-ils voulu assigner à ces élites havanaises, en un temps où l’Empire avait disparu ? Les quatre dernières années, qui s’inscrivent dans le mandat du capitaine général Tacón y Rosique, vont prendre un relief particulier puisque l’affrontement entre la saccharocratie et ce personnage permet de saisir la vigueur de l’élite havanaise, soixante-quinze années après sa consolidation.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search