Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Deuxième partie. La construction du bastion havanais (1763-1808)

Chapitre VI. L’influence de l’élite havanaise

Texte intégral

1Le développement de l’influence de l’élite aristocratique havanaise est appréciable selon quatre angles de vision différents. Une perspective très large d’abord, celle de l’implication de la saccharocratie lors des événements internationaux qui agitent la période de 1763 à 1808, permet de vérifier si la première place mondiale qu’à prise Cuba dans la production de sucre a entraîné une influence décisive de cette élite dans la politique internationale. Ensuite, deux focalisations sur La Havane amènent à réfléchir sur deux types d’influence : urbanistiques et culturelles d’une part et politique d’autre part, auprès du capitaine général et de l’intendant. Ce dernier point ouvre un quatrième et dernier champ de vision : le pouvoir des élites à la Cour de Madrid. Ces quatre domaines peuvent illustrer le rôle actif des saccharocrates dans le processus de construction du « bastion havanais ».

I. – Bannière royale et intérêts sucriers

2La raison première des réformes engagées à La Havane à partir de 1763 avait pour but d’empêcher tout nouveau désastre militaire. Cette politique fut un succès puisque jamais aucun autre soldat ennemi, malgré le contexte belliqueux, ne parvint à fouler le sol cubain jusqu’à la fin du xixe siècle. Plus encore, certains membres des élites créoles dépassèrent ce propos initial de défense pour s’engager dans des opérations militaires extérieures. Ils eurent à plusieurs reprises l’occasion de « baptiser les sabres » que le roi leur avait confiés, pour reprendre une expression de Napoléon, de montrer ainsi qu’ils n’étaient pas des militaires de salon. La période fut en effet marquée par la prise en main de la Louisiane, par la guerre d’Indépendance des États-Unis et par celles de la Révolution et de l’Empire qui eurent des répercussions jusque dans la Caraïbe. Quelle fut la teneur des engagements dans les conflits et leurs raisons profondes ?

  • 1 Les détails des préparatifs sont conservés en AGI, Santo Domingo, leg. 1652.
  • 2 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society p. 130.
  • 3 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 58.
  • 4 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.
  • 5 B. Torres Ramírez, Alejandro O’Reilly en las Indias, p. 101.

3Conformément au Traité de Paris, l’Espagne fut dédommagée par la France de la perte de la Floride, cédée aux Anglais, par une partie de la Louisiane. Mais ce changement de souveraineté mécontenta les colons français. Au bout de trois ans, le mécontentement se transforma en une révolte qui chassa en 1768 le gouverneur espagnol Antonio de Ulloa y de La Torre-Guiral. Rapidement, Madrid décida la mise en place d’un corps expéditionnaire pour restaurer son autorité et en confia le commandement en juillet 1769 à un militaire qui venait de donner entière satisfaction : Alejandro O’Reilly. À la tête de 5.000 hommes1, il ne lui fallut que quelques mois pour écraser la rébellion. O’Reilly avait emmené avec lui son tout récent beau-frère Luis de las Casas. Et c’est sur le champ de bataille que le futur capitaine général de La Havane rencontra pour la première fois quelques-uns des membres des principales familles havanaises. Il fit en particulier la connaissance de Francisco José Calvo de la Puerta y O’Farrill, futur comte de Buena Vista, qui était un aide de camp d’O’Reilly et de cette rencontre naquit une véritable amitié. Cette amitié est à l’origine du mariage déjà évoqué entre sa fille et Pedro Pablo O’Reilly y Las Casas, fils d’Alejandro et neveu de Luis de Las Casas. Francisco Calvo de la Puerta y O’Farrill ne fut pas le seul de sa famille à s’engager, car son frère Sebastián le rejoignit dans cette expédition, avec le grade de capitaine2 ; José Antonio de Arredondo y Ambulodi, futur comte de Vallellano participa également à l’aventure avec le même nombre de galons3. Pedro Julián de Recio de Morales y González-Carvajal, celui-là même qui allait plus tard refuser une contribution supplémentaire pour obtenir un titre, s’enrôla aussi mais à ses frais, comme les conquistadores des temps anciens et il gagna un grade de capitaine de milices4. Outre ces quatre personnages de l’élite havanaise, cinq autres cadets de noblesse furent également engagés comme officiers5. Une dizaine de personnes tout au plus, sur un contingent de 5.000 hommes, paraît être une faible participation, mais témoigne cependant de la volonté de l’engagement du patriciat havanais pour défendre la bannière royale.

  • 6 F. J. Santa CruzyMallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 63.
  • 7 AGI, Santo Domingo, leg. 2100.

4Quelques années plus tard, une situation très similaire se produisit, lors de l’expédition d’Alger. En 1775, le roi confia une nouvelle fois à O’Reilly le commandement des armées chargées d’attaquer Alger en représailles de l’assaut mené contre Ceuta par les Arabes l’année précédente. Cette fois, le raid tourna au désastre pour les Espagnols : dès le départ, la traversée de la Méditerranée se fit de manière très désordonnée et l’on tenta de reproduire dans le sable, en terrain découvert et sans appuis de cavalerie, les formations habituelles des campagnes européennes. En face, les cavaliers arabes habitués à manœuvrer dans le désert, animés par la défense de leur territoire, disposant d’un équipement mieux adapté (de la djellaba au fusil à long canon) avaient tous les atouts en main pour faire un massacre. O’Reilly rembarqua après quelques jours seulement, ayant perdu 5.000 de ses 20.000 soldats, dont Francisco Cárdenas y Santa Cruz, un des fils du premier marquis Cárdenas de Montehermoso6. Mais le sous-lieutenant Juan Manuel O’Farrill y Herrera et le capitaine Ignacio José Peñalver y Calvo de la Puerta s’en tirèrent sains et saufs et purent rentrer à La Havane7. Même si la défaite fut cuisante, ce qui doit être souligné ici, c’est une nouvelle fois l’engagement dans un combat mené loin de leur région natale par au moins deux créoles (peut-être y en eut-il quelques autres) appartenant aux meilleures familles. Trois, c’est encore plus faible que lors de la précédente expédition, mais cette fois il s’agissait de militaires engagés dans l’armée régulière. Leur patrimoine pourtant aurait pu largement les dispenser de prendre de tels risques pour privilégier une vie plus tranquille dans leurs plantations. Aussi, indirectement l’expédition d’Alger montre combien quelques membres de l’élite avaient à cœur de conforter leur position aristocratique au sein de la société cubaine, par la valeur montrée au combat, par les attributs militaires et par les contacts aux plus hauts niveaux que pouvaient favoriser ces engagements.

  • 8 On trouvera une très bonne synthèse de la participation espagnole à la guerre d’Indépendance améric (...)

5La même année que le désastre d’Alger survint un événement d’une portée bien plus grande dans lequel cette fois les élites havanaises jouèrent un rôle majeur : la guerre d’indépendance américaine. Le premier combat entre les colons révoltés et les soldats anglais eut lieu le 19 avril 1775, le 4 juillet de l’année suivante les Treize colonies soulevées proclamaient leur indépendance. Entretemps, conscientes de leurs faiblesses, elles avaient appelé à l’aide la France et l’Espagne. La première répondit favorablement assez vite car, dépossédée de la majorité de ses territoires américains à la suite de la guerre de Sept Ans, elle n’avait plus grand chose à perdre et souhaitait rendre aux Anglais la monnaie de leur pièce. Néanmoins, dans un premier temps, l’aide se fit clandestinement car l’économie française n’était pas encore prête à assumer toutes les conséquences d’une guerre. Pour l’Espagne, le choix ne fut pas aussi simple : si les dirigeants espagnols partageaient avec leurs homologues français l’envie de prendre sur les Anglais la revanche de 1762, s’ils souhaitaient affaiblir leur voisin installé aux Bahamas ou à la Jamaïque, ils craignaient qu’une victoire des rebelles n’inspirât leurs propres colons8. Conscients de ce problème, les insurgés proposaient de monnayer l’appui de Charles III par la cession d’une partie de la Floride, en particulier les places fortifiées de Mobile et de Pensacola. La proposition était alléchante puisqu’elle faisait espérer à l’Espagne, qui dominait déjà la Californie, la Nouvelle-Espagne et la Louisiane, de verrouiller complètement la partie nord de l’Empire. Le ministre d’État Grimaldi se laissa convaincre et décida que l’Espagne, à l’instar de la France, apporterait aussi son aide aux colons, qu’elle serait également, dans un premier temps, massive et secrète et que La Havane serait la base arrière des opérations.

  • 9 « Aventurero » (AGI, Santo Domingo, leg. 2100).
  • 10 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 52.
  • 11 Encore une fois, on aura le détail des opérations dans A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Soci (...)
  • 12 E. Beerman, España y la independencia de Estados Unidos, p. 208.
  • 13 « Uno de los sujetos mas ricos del país, y de los mas generosos que he tratado en mi vida » (F. de (...)
  • 14 AGI, Títulos, leg. 3, exp. Casa Peñalver.
  • 15 Le détail de cette bataille navale franco-anglaise est admirablement conté par J. Alsina Torrente, (...)

6Dès 1776, une des priorités du nouveau ministre des Indes José de Galvez, qui allait accorder une extrême importance à la guerre d’Indépendance américaine, fut de maintenir des agents efficaces au cœur des colonies révoltées, capables de renseigner et d’organiser les réseaux d’aide clandestins. Des commerçants havanais furent choisis à cet effet, deux se distinguèrent particulièrement : Juan José Eligio Puente et son cousin Juan Francisco Miralles y Puente. Certes, ces agents n’appartenaient pas à l’oligarchie traditionnelle havanaise et lorsque le 21 juin 1779 l’Espagne déclara la guerre à une Angleterre affaiblie par les victoires des indépendantistes et déjà officiellement aux prises avec la France depuis l’année précédente, les hacendados ne furent guère nombreux non plus à participer aux batailles. On retrouve cependant encore une fois le capitaine Ignacio Peñalver, à la bataille de Pensacola, qu’un document avait déjà qualifié d’« aventurier9 ». Avec Miguel Antonio Herrera y Chacón10, ils furent très certainement les seuls membres de l’élite à se distinguer aux côtés des milices cubaines de Noirs et de Mulâtres qui, envoyées au front, se couvrirent de gloire, prenant par exemple d’assaut les trois points forts anglais : Bâton Rouge, Mobile et Pensacola11. Les milices blanches, quant à elles, eurent l’honneur de se voir confier la défense de La Havane, une mission plus importante qu’il n’y paraît, eut égard à la nombreuse population esclave de l’Île. C’est dans le domaine financier que la participation des hacendados fut la plus décisive pour les insurgés, les classes de planteurs et commerçants contribuant toutes deux pour beaucoup à alimenter l’effort de guerre. À tel point qu’en mars 1781, l’intendant de La Havane écrivait à Bernardo de Galvez y Gallardo, commandant en chef des troupes terrestres espagnoles que les commerçants de la capitale cubaine ne pouvaient plus avancer le moindre peso, tant ils en avaient déjà prêté12. En août de la même année, un émissaire de l’amiral de Grasse, le commandant des forces navales françaises engagées, faisait cependant relâche à La Havane pour y demander lui aussi une aide financière. Le trésorier Ignacio Peñalver y Cárdenas lui répondit très honnêtement que les caisses de l’armée étaient vides. Mais, si l’administration espagnole ne pouvait plus payer et les commerçants pas davantage, les planteurs disposaient encore de quelques ressources. Ignacio Peñalver y Cárdenas lui-même était connu pour être très fortuné, comme l’avait déjà attesté le conseiller Francisco de Saavedra y Carvajal qui le présentait comme « un des sujets les plus riches du pays [Cuba] et des plus généreux qu’il avait rencontrés13 ». Et l’on peut supposer que ses amis et parents l’étaient aussi, car il ne suffit que de six heures à Ignacio Peñalver pour réunir 500.000 pesos pour le comte de Grasse14. L’escadre française trouva ainsi dans cette aide les moyens de faire le blocus de la baie de Chesapeake et par là parvint à priver les troupes anglaises de tout renfort, ce qui à son tour permit aux colons et aux troupes françaises menées par les généraux Washington et Rochambeau de gagner la bataille décisive de Yorktown15. À cette date, le 19 octobre 1781, les États-Unis furent virtuellement indépendants, à la grande joie de la France, de l’Espagne et des Havanais.

  • 16 Ces questions ont été analysées par P. TorneroTinajero, Crecimiento económico y transformaciones so (...)

7La participation des Havanais à l’indépendance des Treize colonies ne doit pas être interprétée, bien évidemment, comme un acte de solidarité entre colons contre la métropole, le motif principal est d’ordre économique. La réglementation commerciale de 1778 fut certes un grand progrès pour l’oligarchie, mais ne combla pas tous ses vœux. Par exemple, si elle permettait d’amplifier les importations métropolitaines vers Cuba, elle les taxait quand même de 3 % et les marchandises étrangères bien plus encore. Surtout cette réglementation continuait à interdire le commerce avec les autres puissances. Or, depuis 1763, l’augmentation de la production sucrière de la région havanaise avait été en partie soutenue par le commerce clandestin entretenu avec les sujets de Sa Gracieuse Majesté établis en Amérique du Nord. Les planteurs et les commerçants espéraient qu’un conflit, puis une victoire, faciliteraient le trafic ne serait-ce que par la suppression du contrôle anglais, voire conduiraient à une légalisation. Ils ne se trompèrent pas, peu de temps après être entré en guerre, le 12 octobre 1779, Charles III autorisa Cuba à commercer avec les insurgés. Les taxes furent baissées de moitié pour que les commerçants puissent amortir la valeur des produits, du transport et des risques encourus16. L’aubaine fut d’autant plus forte pour les Cubains que la guerre perturba plus sérieusement encore le commerce avec les Antilles anglaises et françaises : les hacendados cubains ayant moins de concurrents purent faire baisser les prix des fournisseurs américains. Ce commerce légal avec les Treize colonies se prolongea par un commerce illégal dans le monde caraïbe. Le 25 janvier 1780 la Couronne ne put qu’entériner une partie de ce trafic en autorisant les Cubains à s’approvisionner en esclaves dans les autres colonies, étant donné que les bateaux étaient espagnols et qu’ils acquittaient des taxes importantes. La monarchie céda en premier lieu parce que faciliter l’enrichissement des colons nord-américains c’était accélérer la victoire contre l’Angleterre, ensuite parce qu’elle n’avait aucune autre alternative à proposer à l’élite pour soutenir la croissance à laquelle elle aspirait naturellement. Cependant, à la fin de la guerre, sous la pression des négociants péninsulaires, ces concessions furent officiellement abolies. Mais le trafic clandestin ne cessa jamais : Cuba achetait de plus en plus d’esclaves, de bois, d’aliments, de vêtements aux États-Unis et revendait toujours plus de sucre. À preuve, les plaintes de l’intendant contre le nombre anormal de navires de toutes nationalités qui prétendaient une grave avarie, un malade à soigner, pour s’approcher des côtes de La Havane et débarquer rapidement tout ce qu’ils avaient à vendre selon un système bien rodé.

8En somme, la guerre d’Indépendance américaine fut capitale pour les planteurs pour deux raisons. La première parce qu’elle leur permit de conforter leur statut de saccharocrates. Ensuite parce qu’ils montrèrent à la Couronne combien leur puissance financière était redoutable. C’était désormais un élément que le roi et ses ministres devaient intégrer dans leurs conceptions géopolitiques. Un dernier événement international avant les bouleversements de 1808 allait achever de les convaincre, si besoin en était : la guerre contre la France révolutionnaire.

  • 17 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 309.
  • 18 AGI, Títulos, leg. 2 exp. n° 7.
  • 19 ANC, Asuntos políticos, leg. 5, sign. 10.
  • 20 ANC, Asuntos políticos, leg. 5, sign. 11.
  • 21 ANC, Asuntos políticos, leg. 5, sign. 15.

9L’exécution de Louis XVI décida son cousin espagnol Charles IV, et la plupart des autres monarques européens, à écraser militairement la Révolution française. La mobilisation contre les sans-culottes fut d’une telle ampleur qu’elle toucha jusqu’aux élites havanaises. Mais, comme lors de la précédente guerre d’Indépendance américaine, elles préférèrent dans l’ensemble verser leur or, sous forme de sucre, plutôt que leur sang. Il y eut deux exceptions en les personnes de Gonzalo de Aróstegui y Herrera et Juan Montalvo y O’Farrill17 qui combattirent vaillamment contre les armées de la République dans le Roussillon, où il furent tous deux faits prisonniers. Mais la plupart des familles ouvrit donc ses cassettes pour le roi : José Armenteros y Zaldívar proposa par exemple d’offrir cinquante caisses de sucre annuelles pendant toute la durée de la guerre et incita le cabildo à donner également douze autres caisses selon la même condition18. Le lieutenant-colonel Miguel Cárdenas y Santa Cruz proposa de verser 500 pesos annuels tant que dureraient les hostilités. Il n’a pas été retrouvé aux archives de registre centralisateur, aussi, dresser une liste de tous les donateurs serait long et présenterait un résultat forcément incomplet. Cependant, comme après chaque collecte en Espagne, la monarchie écrivait au capitaine général ou à l’intendant pour les informer de la bonne réception des sommes envoyées et les en remercier. Ainsi, en septembre 1794, ce furent plus de 23.000 pesos19 et 112 caisses de sucre20 qui furent expédiés pour soutenir les armées du roi d’Espagne. En janvier de l’année suivante, près de 35.500 pesos avaient été embarqués sur deux navires qui mirent les voiles vers l’Espagne21. Ces exemples montrent que l’appui havanais fut loin d’être négligeable.

  • 22 On trouvera le récit de ces événements et les différentes hypothèses pour l’expliquer dans P. Butel(...)

10Les raisons qui ont suscité cet engouement sont nombreuses. Si l’on ne peut douter d’un certain patriotisme et d’un réel désir de soutenir les armées catholiques et royales contre l’athéisme de la République, il est certain aussi que nombre de donateurs furent animés de motifs intéressant davantage leur position sociale et la conduite de leurs affaires économiques. À preuve, les nombreuses mentions de ces dons dans les dossiers présentés pour obtenir un titre de Castille. Le don y apparaissait comme une pièce justificative d’un service rendu à la monarchie, parfois la seule ou la seule valable, raison pour laquelle les demandeurs avaient pris la précaution de se montrer particulièrement généreux. Cette pratique n’était en rien une invention des Havanais, mais bien plutôt un processus déjà très répandu. D’autre part, les événements survenus à Saint-Domingue les avaient aussi incités à cela. En effet, lorsque les esclaves travaillant dans les différentes îles des Antilles françaises eurent connaissance que le nouveau pouvoir métropolitain révolutionnaire discutait de leur possible émancipation, ils n’attendirent pas la fin des débats pour se rebeller. De toutes les possessions françaises, ce fut Saint-Domingue qui connut les plus grands bouleversements. En août 1791, environ 100.000 esclaves détruisirent en quelques jours la majeure partie des plantations de sucre et la guerre civile fit ensuite rage dans la colonie française22. Ces événements suscitèrent à la fois joie et épouvante à La Havane. Joie parce qu’ils signifiaient la disparition du premier producteur mondial de sucre et donc de leur premier concurrent. Épouvante parce que, brusquement, les riches créoles eurent confirmation de la fragilité de leur économie. L’arrivée massive de colons français en fuite, qui s’installèrent dans l’Orient cubain, en fut une triste démonstration. De sorte que si dans un premier temps, par incidence, cette révolution put favoriser les intérêts des créoles, en 1793, il fallait y mettre un terme à tout prix afin que le phénomène ne débordât jusqu’à Cuba.

11À ce propos, la déclaration de guerre de 1793 offrait à l’Espagne une merveilleuse occasion de reconquérir la partie occidentale de l’île d’Hispaniola que le traité de Ryswick de 1697 lui avait ôté. Comme elle était alliée cette fois à l’Angleterre, qu’elle était favorisée sur place par ce qu’il restait d’aristocratie ou du moins de population blanche française, qui préférait naturellement la monarchie espagnole à la république noire, qu’elle bénéficiait aussi du ralliement de chefs de couleur charismatiques, au premier rang desquels se trouvait Toussaint Louverture, la partie paraissait facile. Les Havanais virent dans cette conquête l’occasion de faire d’une pierre deux coups : écraser la rébellion noire dans un premier temps, pour, deuxièmement, fonder des ingenios.

12Quelques mois seulement après les premiers affrontements entre les anciens esclaves et les Espagnols, ces derniers étaient sur le point de l’emporter lorsque les commissaires envoyés par la Convention jouèrent leur va-tout en décrétant de leur propre chef l’abolition de l’esclavage. L’effet fut immédiat : les Noirs, Toussaint Louverture à leur tête, s’enrôlèrent massivement dans les armées révolutionnaires, la victoire changea de camp et ce fut même au tour de Santo Domingo d’être envahie. Dans le même temps, les armées républicaines s’emparaient également de quelques places le long des Pyrénées. Défait sur le territoire métropolitain, Charles IV fut contraint de signer la paix, parvenant tout de même à obtenir par le Traité de Bâle de 1795 la restitution de territoires frontaliers perdus, contre la cession à la France de Santo Domingo.

  • 23 A. Yacou, « Un espion cubain à Saint-Domingue à la veille de la débâcle du corps expéditionnaire fr (...)
  • 24 On trouvera des renseignements très intéressants sur ces événements dans AHN, Estado, leg. 6366.

13Pour les élites havanaises, ce traité ne fut pas une si mauvaise affaire. Certes, désormais à quelques kilomètres de Cuba, la Révolution française implantait ce qu’elle contenait à leurs yeux de plus mauvais et de plus dangereux : l’abolition de l’esclavage. Mais sans servitude, à cette époque, il n’y avait pas non plus de plantation sucrière capable de rivaliser avec les ingenios de la région havanaise. Aussi, le but principal, l’élimination définitive d’un concurrent était-il en passe d’être atteint. Il allait être poursuivi avec succès les années suivantes. En effet, si par le traité de San Ildefonse de 1796, l’Espagne se rangeait aux côtés de la France révolutionnaire contre les Anglais dans une entente qui dura jusqu’en 1808, elle donna à cet accord un parfum de duplicité particulièrement odorant concernant Saint-Domingue, à l’occasion de l’expédition Leclerc chargée de reconquérir l’Île. Alain Yacou23 est revenu en détail sur ce qu’il s’est passé, montrant comment les « autorités espagnoles conseillées en sous-main […] par les hacendados cubains » avaient refusé les secours nécessaires sur lesquels avaient compté Napoléon Bonaparte, et Leclerc puis Rochambeau, sur le terrain, pour aider à mâter la révolution de Saint-Domingue24. Godoy et Someruelos, convaincus par la plantocratie cubaine, laissèrent les militaires français se faire décimer par leurs adversaires. Francisco Arango y Parreño, envoyé sur place en 1803, rendit parfaitement compte de la situation catastrophique des troupes républicaines à ses supérieurs. Le coup de grâce fut donné par la flotte britannique en décembre 1803 : dès la rupture de la Paix d’Amiens, la Royal Navy se précipita pour bloquer Le Cap, Port-au-Prince et les autres ports importants de l’Île. Pour les Anglais, au désir d’éliminer leur ennemi français, se joignait la préoccupation commune avec l’Espagne de favoriser leurs colonies, en l’occurrence, la Jamaïque et la Barbade. Cependant, sans le faire exprès, par cette opération contre les dernières troupes françaises à Saint-Domingue, les Anglais renforcèrent le potentiel sucrier de Cuba. En effet, cela accéléra le départ de colons français dont nombre d’entre eux s’établirent dans l’île du Crocodile, emmenant avec eux leur savoir faire, mais aussi pour les plus fortunés une partie de leur matériel. Et quand bien même ils s’ingénièrent à développer ensuite la culture du café dans l’Orient, les Havanais surent tirer profit de cette immigration.

14Concernant les territoires espagnols, la menace britannique fut aussi une réalité. Les Britanniques s’étaient emparés de Trinidad en 1797, et n’échouèrent devant Porto Rico qu’en raison de la résistance des milices locales. Elles démontrèrent à leur tour combien la loyauté créole était le principal moyen de défense des territoires espagnols.

  • 25 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 130.
  • 26 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.
  • 27 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.
  • 28 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 131.
  • 29 R. Nieto y Cortadellas, Historia de las familias cubanas, p. 128.
  • 30 La lettre originale du général Laveaux, riche d’enseignements sur les divisions des chefs républica (...)
  • 31 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1572.
  • 32 Ibid. et AHN, Estado, leg. 6366 exp. 52 et 53.

15Il est un membre de l’élite havanaise qui joua un rôle particulièrement actif durant ces dernières années : il s’agit de Sebastián Calvo de la Puerta y O’Farrill. Il n’est donc pas inintéressant de retracer sa trajectoire puisqu’elle permet de mieux se rendre compte de l’engagement de la saccharocratie. Et cela permet aussi de mieux cerner ce personnage qui allait jouer, du temps des frères Bonaparte, un rôle plus important encore. Capitaine, son comportement courageux lors de l’expédition de la Louisiane en 1769 lui valut sa nomination à la tête d’une compagnie de dragons de l’armée régulière basée en métropole, à Valence, l’année suivante25. En 1779, il revint à Cuba, en même temps que son nouveau régiment, le prestigieux Régiment du Prince, y était déployé, obtenant pour l’occasion le grade de lieutenant-colonel. Deux ans plus tard il épousa María Luisa Peñalver y Navarrete, fille du premier marquis de Arcos et riche héritière. Fidèle aux traditions familiales, il fut lui aussi un hacendado possédant l’ingenio Santo Cristo de Figueroa dont la valeur était estimée à 90.000 pesos26. Il rejoignit son frère aîné qui avait hérité du comté de Buena Vista dans la titulature puisqu’en 1786 le roi le fit marquis de Casa Calvo27, alors qu’il était déjà chevalier de Santiago depuis 1771. En 1790, le roi lui confia le commandement d’un régiment d’infanterie basé à Santiago de Cuba28. C’est tout naturellement alors qu’il traversa à la tête de ses troupes le bras de mer qui sépare l’île du Crocodile d’Hispaniola pour conquérir Saint-Domingue. Le sort des armes étant finalement défavorable à l’Espagne, il dut remettre au général français Laveaux la place de Bayaja dont il avait été nommé gouverneur29. Mais comme l’application du Traité de Bâle, qui transférait Santo Domingo à la France, prenait beaucoup de temps, il resta quelques mois de plus en poste dans l’Île comme gouverneur de la place de Fort Dauphin. Cela lui permit, lorsque les chefs révolutionnaires français Sonthonax, Villate, Toussaint Louverture et Laveaux commencèrent à se déchirer, de proposer, avec Antonio Ocarol, le commandant des forces espagnoles basées dans l’Île, sa médiation pour rétablir la concorde. Le général Laveaux, gouverneur de Saint-Domingue, à peine libéré de la prison dans laquelle l’avaient poussé les rebelles, accepta avec empressement la proposition de son ancien ennemi, lui témoignant même « toute sa reconnaissance30 ». Sa mission achevée dans l’ancienne possession espagnole, le roi nomma le marquis de Casa Calvo en 1799 gouverneur par intérim de la Louisiane31. La nomination fut très importante. D’abord parce qu’elle montrait une nouvelle fois de manière spectaculaire la confiance du roi en la fine fleur de l’élite havanaise ainsi que la capacité d’influence politique de cette dernière. Ensuite, parce qu’à ce titre, Casa Calvo – désormais brigadier – présida un acte majeur de l’histoire de l’Amérique : le retour de la Louisiane sous domination française32, à la suite d’un nouvel accord conclu entre les deux pays en 1800.

16Si l’on tente de dresser un bilan de l’influence havanaise à travers la présence d’aristocrates havanais dans les engagements militaires espagnols entre 1763 et 1814, trois caractéristiques majeures se dégagent. La première est que l’influence fut continue, quoique dégressive : d’une manière ou d’une autre, dès le premier engagement armé pour la reprise en main de la Louisiane révoltée en 1769 jusqu’à la guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814), il y eut toujours quelques membres de l’élite cubaine impliqués. La deuxième est que la participation cubaine sur les théâtres extérieurs fut essentiellement financière, même si dans un premier temps certains aristocrates s’en allèrent chercher la gloire à la pointe de leur sabre. La troisième caractéristique de cette influence, de loin la plus essentielle, est qu’elle fut d’autant plus forte que les intérêts liés à la plantation étaient représentés : autant la participation financière de l’élite à l’expédition d’Alger de 1775 fut nulle, autant elle se révéla décisive lors de la guerre d’Indépendance américaine (1779-1781) et son action a été fondamentale dans la guerre contre la France révolutionnaire (1793-1795) et la destruction de la partie française de l’île d’Hispaniola. Avant de servir le roi d’Espagne, l’élite servait ses intérêts et tant mieux s’ils pouvaient se confondre. Or, en trouvant dans les événements internationaux les moyens d’augmenter la production de sucre et de montrer sa loyauté, elle participait aussi aux œuvres d’ennoblissement, de conditionnement de fidélité mises en place par la monarchie. S’il y avait une action des élites en ce sens à l’extérieur de La Havane par des opérations armées, il y en eut une autre à l’intérieur, consistant en la participation active à la mise en défense comme à l’embellissement de la capitale cubaine.

II. – La Havane, ville transformée par et pour la saccharocratie

17Les événements internationaux précédemment décrits permirent aux élites havanaises de conforter leur puissance dans la capitale cubaine selon deux directions. La première est une mise en défense particulièrement efficace de la ville et de la région, la seconde est un embellissement de la capitale, servant directement leurs intérêts.

18De 1763 à 1808, les élites créoles havanaises s’impliquèrent très fortement dans la mise en défense de leur territoire. On le vit par les commandements des troupes de milices qui leur furent confiées ainsi que par les constructions de forteresses auxquelles elles apportèrent leur contribution. Ces élites créoles havanaises eurent aussi le souci, au moins dans les premières années, de montrer que cet engagement se faisait avant tout pour la gloire de l’Espagne et que le roi pouvait leur confier des armes sans crainte qu’elles ne se retournent contre ses troupes régulières.

  • 33 J. Marchena Fernández, Oficiales y soldados en el ejército de América, pp. 365-368, a compté dix-hu (...)

19Sur ce dernier point, Charles III fut promptement rassuré, bien que cela se fit à la suite d’événements particulièrement désagréables. En 1765, par deux fois, des troupes régulières se soulevèrent aux deux extrémités de l’Île pour protester contre de gros arriérés de soldes33. Et, chaque fois, ce furent les créoles qui résolurent le problème, appliquant des solutions différentes. En mai, une partie du regimiento fijo de La Habana, 99 hommes en fait, détachés à Santiago de Cuba, protesta en se retranchant dans le cimetière. Le capitaine général fit donner les milices blanches et mulâtres contre les rebelles, lesquelles n’hésitèrent pas à employer le canon : plusieurs mutinés trouvèrent la mort dans cette répression. Le second soulèvement, qui eut lieu en août à La Havane, prit une telle ampleur qu’il empêcha l’emploi d’un procédé si radical, au risque de mettre toute la capitale à feu et à sang. Cette fois ce furent près d’un millier d’hommes qui se barricadèrent dans le grand monastère de Saint François, menaçant d’en sortir pour piller la cité s’ils n’obtenaient pas gain de cause. Le capitaine général Pascual de Ximenes y Cisneros mobilisa une fois encore la milice, mais privilégia la négociation qui cependant n’aboutit pas. Les créoles, élites en tête, sauvèrent alors la situation en avançant les sommes demandées au capitaine général, lequel put ainsi faire rentrer les soldats dans leurs casernes sans autres incidents majeurs. Que cette dernière contribution de la part des élites soit peut-être en partie motivée par la peur n’enlève rien au résultat d’avoir sauvé la Havane du pillage. Surtout, ces événements survenus quelques mois après la mise en place des réformes ont confirmé aux ministres espagnols qu’ils étaient sur la bonne voie : si les créoles étaient bien capables de retourner leurs armes contre les troupes régulières, ce n’était que pour sauver l’autorité du roi d’Espagne et mettre fin au désordre dans la capitale cubaine.

  • 34 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.
  • 35 Ibid.
  • 36 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

20On comprend alors que, quelques années plus tard, lors de la guerre d’Indépendance américaine, le même monarque n’hésita pas à confier entièrement la défense de l’Île aux créoles. Il convient d’insister par conséquent, sur le fait que ce rôle apparemment secondaire s’est révélé capital. Pour vaincre les Britanniques en Floride les Espagnols devaient y concentrer un maximum de forces et pour cela dégarnir Cuba qui était alors plus vulnérable à une attaque. Ainsi donc, pour la première fois de son histoire, la défense de l’Île fut entièrement confiée aux milices blanches. Il est vrai que Charles III n’avait guère le choix d’une autre stratégie, puisque les effectifs partis d’Espagne avaient une nouvelle fois fondu comme neige au soleil des tropiques, victimes des maladies qui y régnaient. Au point qu’il fallut remplacer les pertes en mobilisant pour l’expédition les milices noires et mulâtres. Si Madrid choisit de les envoyer au front, c’était moins pour mettre à l’abri les aristocrates qu’à cause du fait qu’il était plus que délicat de donner à garder les ingenios aux miliciens de couleur. L’élite blanche havanaise prit très à cœur ce rôle défensif qui lui fut assigné, à l’exemple de Pedro Julián de Recio de Morales y González-Carvajal qui poussa le zèle jusqu’à demander et obtenir du roi en 1782 le privilège d’organiser une troupe de cavalerie pour empêcher un débarquement anglais près de la capitale34. L’année précédente il avait proposé à l’intendant la somme de 5 ou 6.000 pesos ou bien le nombre de têtes de bétail qu’il voudrait pour participer à l’effort de guerre ; on ne sait pour quelle raison cette offre fut rejetée35. En revanche, celle que fit à la même époque et dans le même objectif Nicolás Calvo de la Puerta y O’Farrill fut acceptée36. On ne sait quel en fut le montant, mais il devait être conséquent car le document qui y fait référence parle de gruesos donativos, de « dons importants ».

  • 37 L. Marrero, Cuba : economía y sociedad, p. 3.
  • 38 Une vision de l’arsenal, de son fonctionnement, de ses réalisations, de ses transformations au xvii (...)
  • 39 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 86.

21Une des raisons du succès de l’assaut anglais de 1762 tenait à l’exploitation d’une faille dans le système d’ouvrages défensifs du port havanais. L’Espagne décida qu’un volet important de la reprise en main de la colonie passerait par la reconstruction des forteresses endommagées et par l’édification de nouvelles destinées à faire disparaître les précédentes faiblesses. C’est pourquoi Ricla et O’Reilly arrivèrent à La Havane accompagnés de deux ingénieurs militaires de renom, le brigadier Silvestre Abarca y Aznar et le colonel Agustín Crame y Maneras37. L’entreprise dura seize années et ces deux personnages furent remplacés avant d’en voir la fin. Seize années au cours desquelles furent édifiés la forteresse de La Cabaña de 1763 à 1774, le château d’Atares, de 1763 à 1767, suivi de celui du Príncipe de 1767 à 1779 et, plus à l’est, des fortins de La Chorrea et de Cojimar, tandis que la ceinture de murailles fut modifiée et complétée et que l’arsenal, détruit avec soin par les Anglais, fut lui aussi remis en état et amplifié38. Manuel Moreno Fraginals rappelle qu’à cet effet près de deux millions de blocs de pierre furent déplacés depuis des carrières distantes de vingt-cinq kilomètres39. De tous ces ouvrages, le plus spectaculaire est sans conteste La Cabaña, construit sur la colline dominant La Havane. De là, la forteresse protégeait aussi bien les arrières d’El Morro que la baie au cas où cette première défense aurait été anéantie. Les batteries de canons pouvaient tirer à contrescarpe pour ravager les ponts supérieurs des embarcations intruses. La partie tournée vers l’Est présentait de nombreux saillants et rentrants, typiques de l’architecture développée en France par Vauban, destinés à bloquer toute progression de troupes qui auraient réussi un débarquement sur une plage orientale. À la fin des années 1770, le dispositif était parfaitement opérationnel et son ingéniosité ne se démentit jamais jusqu’à la fin de l’époque moderne.

  • 40 A. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 130.
  • 41 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Campo Florido.
  • 42 AGI, Títulos, leg. 7a, exp. Peñalver.

22Certains membres de l’élite contribuèrent à l’entretien et à la rénovation des fortifications, de manière totalement gratuite. Sebastián Calvo de la Puerta y O’Farrill, avant de devenir marquis de Casa Calvo avait ainsi gracieusement distrait de ses plantations trente esclaves à cet effet40. En 1797, Miguel Cárdenas y Santa Cruz prêta lui aussi douze esclaves et en proposa en cas d’urgence cent vingt de plus ainsi que cinquante paires de bœufs41. Le marquis de Casa Peñalver répondant à une demande du capitaine général qui craignait une invasion anglaise offrit en 1797 et 1799 le travail de vingt-sept Noirs, ajoutant que c’était un sacrifice pour lui car beaucoup de ses esclaves étaient morts et qu’il avait du mal à les remplacer42 (carte 4, p. 206).

  • 43 C’est ainsi que, peu de temps après la guerre de Sept Ans, en 1769, l’Espagne lança depuis La Havan (...)

23La mise en défense du port de La Havane ne supprima pas le problème de l’insécurité pour les planteurs, il se déplaça en fait avec l’accroissement de la surface agricole, car si les propriétés urbaines, voire celles rurales situées aux abords immédiats de la ville, étaient à l’abri de raids, il n’en allait pas de même de toutes les nouvelles bâties loin de ce centre, en particulier en bordure de mer. L’installation des ingenios sur les côtes se justifiait par l’extension de la surface agricole comme par la recherche d’un embarquement rapide. Car stocker longtemps le sucre ou le faire transiter par char à bœufs, c’était l’exposer au risque d’un pourrissement dans ce climat chaud et humide. Mais, de 1763 à 1808, les guerres auxquelles participa Cuba furent nombreuses et l’opposèrent souvent à la puissance navale anglaise, or la Royal Navy était d’autant plus dangereuse qu’elle drainait dans son sillage nombre de corsaires, de sorte que le risque de pillages, de destructions d’ingenios côtiers était bien réel. La Couronne espagnole qui disposait déjà de peu de navires pour assurer la défense de La Havane et qui dut compter sur la contribution créole aussi bien pour financer les constructions de forteresses que pour constituer les contingents de soldats, ne pouvait pas non plus se charger de cette protection. Au contraire, les monarques ordonnèrent prioritairement à l’arsenal de La Havane de construire des vaisseaux de haut rang destinés aux combats contre les autres grandes puissances et en temps de paix à montrer la force de l’Espagne43.

Carte 4. – L’architecture militaire havanaise en 1808 (A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, annexe)

  • 44 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163, 164, 165 et 167.

24Il lui fallait autoriser les hacendados à déployer une stratégie d’autodéfense. Bien entendu, cela devait se faire sous certaines conditions. Aussi de nouvelles négociations furent engagées à ce sujet entre planteurs et commerçants d’un côté et monarchie de l’autre, qui poursuivirent à la fin du siècle celles entreprises trente ans plus tôt. Désormais, le degré de confiance entre les deux parties était tel que le capitaine général traitait directement avec l’élite créole, rassemblée au sein du Consulat royal, dont les actes ont conservé les négociations44.

  • 45 AGI, Ultramar, leg. 20, exp. 17.
  • 46 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165, séance du 5 mars 1806.

25De ces dernières, il apparaît que, pour protéger l’agriculture et le commerce, les hacendados réclamaient trois choses : contre les périls extérieurs ils voulaient des petites tours côtières garnies de canons appelées torreones occupées par quelques militaires ; ils demandaient ensuite des petits voiliers rapides et puissamment armés, désignés par le terme de lanchas cañoneras. Enfin, contre le péril intérieur représenté par un soulèvement d’esclaves ils désiraient la création d’un tribunal de police doté également des moyens suffisants et placé sous leur contrôle. Cette dernière proposition parut bien hardie car elle accroissait considérablement l’autorité des planteurs et des commerçants, aussi fut-elle immédiatement rejetée45. Mais les deux autres furent acceptées. En juin 1799, les soldats commençaient à occuper quelques anciennes tours précédemment construites et d’autres étaient mises en chantier. Chacune d’elles comprenait une garnison de sept hommes avec un officier péninsulaire à sa tête. Le Consulat royal assurait une partie du paiement de leur solde et de leur nourriture. Une fois le système devenu opérationnel les sources qui auraient pu renseigner sur son fonctionnement se tarissent. Toutefois, un fait montre que l’implication des créoles dans la défense de l’Île dépassa largement les accords initiaux46. En effet, le 17 février 1802, sans autre avertissement, le capitaine général Someruelos invita les hacendados à lui livrer les canons, les fusils et les munitions qu’ils avaient rassemblés, pour défendre les plantations côtières. Le Consulat royal répondit qu’il allait s’exécuter promptement et l’on ne trouve plus aucune suite à ce rappel à l’ordre. Le document, bien que lapidaire, suffit cependant à montrer combien les élites étaient désormais impliquées dans la défense de leur territoire, dépassant largement – peut-être trop – la mission définie en 1763. Il montre aussi combien ces élites n’avaient qu’une confiance modérée en la protection que le roi pouvait leur offrir.

  • 47 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Du Quesne.
  • 48 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 167.

26Ce rappel à l’ordre du capitaine général n’entacha en rien la collaboration entre les deux parties, qui avaient trop besoin l’une de l’autre, comme le montre également la défense navale de l’Île. Durant le conflit contre l’Angleterre, les navires de commerce qui chargeaient le sucre ou déchargeaient des fournitures, devaient être escortés par des bateaux de guerre pour pouvoir naviguer en toute sécurité. En 1800, le Royal Consulat convainc le capitaine général qu’il obtienne du commandant général de Marine un brick, une goélette et deux lanchas, qui seraient détournés de leur rôle de surveillance des eaux cubaines à cet effet. Le commandement de la flottille ainsi rassemblée fut initialement confié à cet émigré français originaire de la Martinique en voie de créolisation, le marquis du Quesne, déjà rencontré. Son grade de capitaine de frégate dans « la Royale » avait été validé dans l’Armada en 1793 et, quatrième marquis du nom, cela lui conféra un atout supplémentaire pour complaire aux aristocrates havanais47. Cependant, la croissante implication de la flotte dans les projets napoléoniens mobilisa une partie de la flottille vers d’autres objectifs. Qu’à cela ne tienne, le Consulat royal obtint du capitaine général l’autorisation de construire six lanchas. Il se proposa de réunir les 36.000 pesos nécessaires en augmentant certaines impositions, recouvrant des dettes et en lançant une grande souscription publique. Le montage financier de l’opération fut confié au très habile commerçant Bernabé Martínez de Pinillos y Sáenz en septembre 1805 ; en mars de l’année suivante, il apportait plus de 42.000 pesos48. Nul doute que le désastre de Trafalgar avait encouragé les dons, puisque cette fois, pour assurer leur défense, les Havanais étaient plus que jamais livrés à eux-mêmes.

  • 49 C’est bien la monarchie qui supporta l’essentiel du coût des constructions, la contribution créole (...)

27Une partie des élites perçut d’une manière immédiate ou différée les dividendes de son investissement croissant dans l’effort militaire, sous forme de titres de Castille. Tel fut le cas par exemple de Sebastián Calvo de la Puerta y O’Farrill, fait marquis de Casa Calvo en 1786. Outre ce genre de gratifications personnelles et ponctuelles, la construction de forteresses profita à l’élite d’une manière plus ample et plus continue. En premier lieu parce qu’elle récupéra largement les dons et le montant des impôts supplémentaires qu’elle consentit pour accélérer l’édification des forteresses au travers de l’immense chantier qu’elles représentèrent49. En effet, l’afflux de main d’œuvre qualifiée et de main d’œuvre servile que nécessitèrent les constructions lui permit de récupérer l’argent versé, sous forme de loyers, de fournitures, de nourriture pour cette nouvelle population et surtout, d’importations d’esclaves dont elle détourna une partie pour ses ingenios. Il lui était alors commode de louer ces mêmes esclaves à la monarchie pour hâter les constructions durant les moments où leur présence était la moins nécessaire pour les plantations. L’arrivée de ces travailleurs dynamisa aussi le trafic maritime, ce qui eut des répercussions très favorables sur l’exportation et donc sur la production de sucre. Par ailleurs, l’ensemble architectural réalisé, outre qu’il offrait bien évidemment une meilleure sécurité pour le commerce, procurait à l’élite un nouveau cadre où marquer sa puissance : sortir à la tête d’une compagnie de dragons par la porte principale de La Cabaña conférait un autre prestige que de parader en rase campagne. Enfin, c’était une évidence qu’un port solidement défendu, à la réputation d’invincibilité pourrait attirer un nombre considérable de navires – surtout en cas de guerre – et donc des clients potentiels, prolongeant l’impulsion produite par la construction des ouvrages défensifs.

  • 50 Comme l’a rappelé G. Porras Muñoz, « El Fracaso del Guarico », en détaillant les préparatifs de l’i (...)
  • 51 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 221.

28Toutes ces fortifications redonnèrent à La Havane le rôle de grande base arrière qu’elle avait occupée autrefois lors de la conquête de l’Empire. C’est évidemment de Cuba que partit l’expédition pour rétablir l’autorité du roi d’Espagne en 1768 en Louisiane et c’est ce port qui joua un rôle logistique majeur lors de la guerre d’Indépendance des États-Unis50. L’aide clandestine initiale (de l’argent, des médicaments, et toutes les autres fournitures moins voyantes que des armes) provenant des diverses régions de l’Empire et de la Péninsule avait été rassemblée à La Havane et, de là, acheminée par des bateaux de commerce jusqu’à la Louisiane où il fut alors facile de livrer les colons révoltés. Par précaution, avant même qu’il ne déclarât la guerre à la Grande-Bretagne, Charles III envoya des renforts pour protéger ses possessions américaines de raids anglais et décida de les faire stationner à La Havane. Bien évidemment, avec la déclaration de guerre et jusqu’à la fin des hostilités en 1783, l’activité de La Havane redoubla : il fallut loger, nourrir, distraire même, les 11.500 soldats qui débarquèrent, il fallut aussi réparer les navires, fondre des canons ; on a calculé que la Couronne espagnole dépensa dans la capitale cubaine durant ces années environ 35 millions de pesos pour subvenir à tous ces besoins. Inutile de dire qu’une bonne partie retomba dans les mains des planteurs et des commerçants51.

29Que firent les élites de tout cet argent ? Au niveau public, le cabildo investit les recettes générées par l’augmentation des exportations de sucre et le stationnement des troupes avec la même finalité que les particuliers employèrent au niveau privé les sommes croissantes que leur rapportèrent les plantations : dans l’apparat aristocratique. En même temps que se construisaient autour de la ville les fortifications ordonnées par la monarchie, le visage intérieur de La Havane se modifiait profondément sous l’impulsion des élites. On assista à la fin du xviiie siècle à un embellissement de la capitale, grâce aux familles qui rehaussèrent l’éclat de leurs palais et augmentèrent leur train de vie, ainsi que par la municipalité qui dota la ville d’édifices prestigieux. Il y eut aussi la création d’institutions propres à modeler encore le caractère aristocratique de la ville.

  • 52 AGI, Santo Domingo, leg. 1979, exp. 163.
  • 53 Ibid.
  • 54 Tout amoureux des vieilles pierres, de l’architecture coloniale, ne peut être qu’admiratif et profo (...)

30Simultanément à la construction du palais du capitaine général, la famille Pedroso édifia un superbe hôtel particulier à l’entrée du port, près de la forteresse de La Punta. Rafael O’Farrill y Herrera s’acheta, en 1800, une maison dans la rue Cuba pour 40.000 pesos52. L’année précédente, le deuxième comte de Lagunillas avait investi 48.000 pesos dans une acquisition similaire53. Le caractère aristocratique du centre-ville se renforça aussi par la destruction, ordonnée par le capitaine général marquis de la Torre, des vieilles baraques de torchis. Leurs habitants s’en furent gonfler les effectifs de la population extra-muros, où fut en grande partie rejetée la misère. À l’intérieur des murailles, les aristocrates développèrent un goût baroque qui orna les façades de leurs maisons – autrefois décorées seulement de balcons de bois – de blasons et de galeries majestueuses, donnant à La Havane son surnom qui, bien des années plus tard, allait inspirer Alejo Carpentier : « la ville des colonnes54 ». Ces transformations, outre bien sûr qu’elles servirent à affirmer davantage la supériorité des propriétaires de ces demeures, se voulaient une imitation de ce qui se faisait en Espagne, dans l’aristocratique Andalousie plus précisément ; il est étonnant de voir aujourd’hui combien La Havane ressemble à Cadix. Cela laisse déjà supposer le désir de cette élite créole de se conformer aux patrons espagnols sans chercher à développer un particularisme cubain. Son désir de ressembler à l’aristocratie péninsulaire par l’ostentation de titres de Castille se prolongeait jusque dans la décoration des palais. Cela peut déjà être interprété comme un indice du manque de sentiment de « cubanité » de ces élites à la fin du xviiie siècle (carte 5).

31Pour les demeures aristocratiques, le descriptif comporte l’adresse telle qu’elle est référencée aujourd’hui, le nom du ou des propriétaires les plus connus, ainsi que, parfois, l’usage actuel du bâtiment. Cette dernière précision laisse supposer la magnificence des demeures dont on peut avoir un aperçu plus éloquent de cet apparat à travers les figures 1 à 6 (pp. 213-216).

32Toutes les demeures des aristocrates n’ont pas été répertoriées sur ce schéma, comme la liste bien plus longue des titrés de Castille le suggère. Le choix a été opéré en fonction de la fiabilité des sources et des caractères architecturaux des bâtiments, non pas en fonction de leur localisation.

33Ces demeures étaient à la fois proches les unes des autres et concentrées dans la partie qui jouxtait la baie de la capitale. Car c’est ici que se situa, lors de la fondation de la ville, le pouvoir politique et religieux, et que se réalisaient les affaires au moment où accostaient les bateaux. Ce n’est que dans la deuxième moitié du xixe siècle que les oligarques commencèrent leur migration vers l’ouest, délaissant le centre historique (qui devint peu à peu le lieu de résidence de populations plus humbles) pour occuper successivement les quartiers du Vedado, du Nuevo Vedado et de Miramar. Ce dernier abrite toujours aujourd’hui une bonne partie des élites dirigeantes du pays.

Carte 5. – Localisation de résidences aristocratiques à La Havane (Juan de Síscara, 1691, AGI, Santo Domingo, 111)
A. – Plaza Vieja (ex- place Ferdinand VII, ex- place de la Constitution ; B. – Plaza de San Francisco ;
C. – Plaza de Armas ; D. – Palais du capitaine général et siège du cabildo ; E. – Fortin de la Fuerza ; F. – Plaza
de la Catedral : G. – Cathédrale.

Résidences aristocratiques

341. – En face des terrains de l’Hospital de Paula. Un temps demeure du comte de San Juan de Jaruco et Mopox, la maison fut, à partir de 1815, la propriété de Miguel de Cárdenas y Peñalver qui devint marquis de Campo Florido en 1826.

352. – 17, rue Acosta, entre Avenida del Puerto y Mercaderes. Résidence du comte de Lagunilla.

363. – 651-657, rue Compostela, à l’angle de la rue Luz. Résidence du marquis de Almendares qui y habita vers 1840.

374. – 362, rue Oficio, à l’angle de la rue Luz. Habité par le comte de Casa Barreto, ce palais a été plus tard la demeure du marquis Cárdenas de Montehermoso. Il abrite aujourd’hui le Centro Provincial de Artes Plásticas y Diseño.

385. – 107-111, rue Muralla, à l’angle la rue San Ignacio. Demeure achevée en 1737 par le père du premier comte de San Juan de Jaruco. C’est aujourd’hui le siège du Fondo Cubano de Bienes Culturales.

396. – 252-254, rue Oficios, à l’angle de la rue Muralla. Résidence du marquis de la Real Proclamación. C’est aujourd’hui le musée Alejandro de Humboldt.

407. – 364, rue San Ignacio, entre Teniente Rey et Muralla. Résidence du comte de Casa de Lombillo. Le bâtiment abrite à l’heure actuelle les bureaux de la Dirección de Proyectos y Viviendas de la Oficina del Historiador de la Ciudad.

418. – 204-206, rue Oficio, entre Teniente Rey et Muralla. Résidence du comte de Casa Montalvo, aujourd’hui le couvent Santa Brigida.

429. – Rue Amargura, au coin de la Plazuela de San Francisco. Palais construit au xviiie siècle et qui fut successivement la propriété des Peñalver, Beltrán de Santa Cruz et, pendant très longtemps ensuite, celle des Nuñez del Castillo. En 1916 les héritiers d’un défunt marquis de San Felipe y Santiago la louèrent à la société nord-américaine Havana Guaranty and Trust Company.

4310. – 202, rue Mercaderes, à l’angle de la rue Lamparilla. La maison appartint aux comtes de Villanueva. C’est à l’heure actuelle l’Hôtel Conde de Villanueva et dans le salon de réception trône toujours le portrait de Claudio Martínez de Pinillos.

4411. – 55, rue Obrapía, entre baratillo et Oficios. Résidence du comendador Pedro Regalado de Pedroso. Actuellement Hôtel del Comendador.

4512. – 15-19, rue Oficio, entre Jústiz et Obrapía. Résidence du comte d’O´Reilly. La demeure est maintenant le siège du Gabinete de Restauración de Bienes Muebles.

4613. – 158-164, rue Obrapía, à l’angle de la rue Mercaderes. Demeure construite par le capitaine Martín Calvo de la Puerta y Arrieta au xviie siècle, habitée au siècle suivant par les marquis Cárdenas de Monte Hermoso, aujourd’hui musée de la Obrapía.

4714. – 118-120, rue Mercaderes, entre Obispo ret Obrapía. Résidence de la comtesse de Santa María de Loreto. À l’heure actuelle, le bâtiment abrite les Salas de Exposición del Tabaco, Comercio y Taller de Papel Artesanal de la Oficina del Historiador de la Ciudad.

4815. – 5, rue Baratillo, avec vue sur le môle. Résidence du marquis de Villalta.

4916. – Callejón de Jústiz y Baratillo. Résidence du marquis de Jústiz y Santa Ana.

5017. – 9, rue Baratillo, entre Narciso López et Obispo. La comtesse de San Juan de Jaruco y vécut pendant le dernier tiers du xviiie siècle. Vers 1825 c’était la demeure du comte de Santovenia. On peut y loger aujourd’hui car c’est l’Hôtel Santa Isabel.

5118. – 61, rue San Ignacio, entre les rues Empedrado et O´Reilly, Plaza de la Catedral. Résidence du comte de Casa Bayona. On peut visiter cette superbe maison transformée en musée colonial.

5219. – 16, rue Mercaderes, entre les rues Empedrado et O´Reilly. Propriété des Peñalver, le marquis de Arcos y habita au début du xixe siècle. De 1821 à 1824, le bâtiment abrita la poste. Vingt ans plus tard, il fut le siège du Lycée artistique et littéraire. Aujourd’hui, le rez-de-chaussée est occupé par des boutiques, l’entresol abrite des salles de conférences et l’étage offre des appartements de prestige en location.

5320. – 4, rue Mercaderes, entre les rues Obispo et Obrapía. Résidence du comte de Fernandina.

5421. – 551, Empedrado, entre les rues Mercaderes et San Ignacio, Plaza de la Catedral. Autre résidence du comte de Casa Lombillo, c’est aujourd’hui le musée de l’Éducation.

5522. – 54, rue San Ignacio, à l’angle de la rue Empedrado, Plaza de la Catedral. Ancienne maison des Ponce de León et, à ce titre, demeure du marquis de Aguas Claras dans les années 1830. À l’heure actuelle, c’est le célèbre restaurant El Patio.

5623. – 102-108, rue Cuba, à l’angle de la rue Chacón. Palais O’Farrill, aujourd’hui Hôtel O’Farrill.

Fig. 1. – Palais des comtes de Casa Bayona (une des plus anciennes demeures de La Havane, actuellement musée colonial, carte 5, p. 211, nº 18)

Fig. 2. – Palais des comtes de Casa Barreto, puis du marquis de Cárdenas de Montehermoso (l’origine des fameux balcons de bois remonte au xviie siècle, carte 5, p. 211, nº 4)

Fig. 3. – Palais du capitaine Martín Calvo de la Puerta y Arrieta (1614- 1669), puis du marquis de Cárdenas de Montehermoso (la porte principale a été embellie au xviiie siècle par des bas-reliefs où figurent en bonne place les armes des propriétaires, alors que le balcon de bois a été conservé, carte 5, p. 211, nº 13)

Fig. 4. – Palais des comtes de San Juan de Jaruco (achevée en 1737, il s’agit d’une des premières demeures à présenter cette architecture de colonnes qui va être par la suite très largement diffusée, carte 5, p. 211, nº 5)

Fig. 5. – Palais des marquis d’Aguas Claras, vue depuis une fenêtre du palais des comtes de Casa Bayona (on voit que l’ancienne demeure de la famille des Ponce de León a été tardivement agrandie par une galerie, au détriment de la place de la cathédrale. La façade de la cathédrale de La Havane ne rappelle-t-elle pas celle de Cadix ?, carte 5, p. 211, nº 22, F et G)

Fig. 6. – Palais des comtes de Santovenia, façade principale présentant une des plus grandes galeries de colonnes de La Havane (carte 5, p. 211, nº 17)

  • 55 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.
  • 56 Le souci de préserver et de mieux connaître le patrimoine naturel cubain, de plus en plus important (...)

57Les saccharocrates investirent aussi dans la construction d’édifices publics et le financement d’institutions propres à renforcer leur prestige social. En 1773 par exemple fut fondé le Séminaire de San Carlos, collège destiné aux enfants nobles, qui prolongeait ainsi l’action du couvent de Santa Clara déjà mentionné. Dans cet ancien cloître très harmonieux des Jésuites, les fils de l’aristocratie commencèrent à apprendre la physique, le droit, l’économie, dans ce que ces matières avaient de plus moderne ; ce que l’université de La Havane à l’enseignement très vieilli, malgré sa récente fondation, ne pouvait leur offrir. En 1789, la parroquia mayor, qui avait subi de grandes transformations quelques années auparavant, accéda au rang de cathédrale, avec la partition en deux juridictions ecclésiastiques de l’Île. Même si l’ancien siège de Santiago de Cuba fut élevé au rang d’archevêché, l’élite havanaise disposait désormais d’un cadre somptueux pour sceller ses pactes de pouvoir et d’intérêts qu’étaient avant tout ses mariages endogames. L’apparat justement, signe évident de puissance, devait se manifester en de plus nombreuses occasions, aussi nécessitait-il d’autres cadres pour s’exprimer. Ainsi, dès 1773, on commença à construire le premier théâtre de La Havane, dans un ancien hôtel particulier de la famille Luz, situé dans la rue Oficios, dans laquelle vivait déjà bon nombre de familles de l’élite. Le théâtre polarisant si bien la vie aristocratique, et celle-ci ne cessant de se développer, il fallut procéder plusieurs fois à des travaux d’agrandissement et d’embellissement ; Nicolás Calvo de la Puerta y O’Farrill s’en chargea même une fois55 au nom du cabildo en 1794. De ce théâtre, il ne reste rien aujourd’hui, mais la plus fameuse promenade construite en bordure de la baie, la Alameda de Paula, a été conservée. Elle fut pendant très longtemps l’espace public ouvert dans lequel l’élite aimait particulièrement se montrer. Elle ne dédaignait cependant pas non plus prolonger la vie sociale dans le magnifique jardin botanique, dont se dota La Havane au début du xixe siècle, à l’initiative conjointe du Consulat royal et de la Société Économique des Amis du Pays56.

58Le lithographe Hippolyte Garneray a immortalisé au début du xixe siècle ces scènes où la bonne société profitait de la douceur de vivre dans un cadre urbain somptueux. Cependant, on peut objecter à cette vision artistique la description plus empreinte de rigueur scientifique d’Alexandre de Humboldt. Pour lui,

  • 57 « … Pocas ciudades de [la América española] presentaban un aspecto más asqueroso que la Habana » (A (...)

peu de villes [de l’Amérique espagnole] présentaient un aspect plus dégoûtant que La Havane57.

  • 58 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 247.
  • 59 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, La isla de los ensayos, p. 171.
  • 60 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 161-166.

59Le problème majeur étant celui de la circulation : dans les rues étroites, les charrettes chargées de canne bousculaient les passants qui avaient déjà du mal à se déplacer à cause de la boue répandue partout. Mais ce désagrément ne gênait en rien les élites car elles se déplaçaient quasi exclusivement en calèche, autant pour une question de statut que par commodité58. D’une manière générale, très peu d’argent fut employé à des œuvres publiques susceptibles de profiter à tous. Il y eut bien un projet pour développer un enseignement primaire gratuit, mais il ne put être mené correctement à terme à cause de divergences de vues sur son financement entre les principaux acteurs : l’évêque, le capitaine général, la Société Économique des Amis du Pays et le cabildo59. Voilà qui est révélateur lorsque l’on sait combien ils parvenaient (au moins les trois derniers) à s’entendre dès qu’il était question de caisses de sucre. À preuve, c’est sans difficulté que le Consulat royal finança pendant quelques années, à partir de 1795, les études du jeune Havanais José Estevez y Cantal. Il l’envoya étudier la chimie, la minéralogie et la botanique, dans les meilleurs instituts d’Espagne, le gratifiant d’une bourse annuelle de 600 pesos plus un dédommagement de 400 pesos pour ses parents. Ceci à condition qu’il revînt diffuser pendant dix années les connaissances qu’il allait apprendre pour améliorer la production de canne à sucre. Mais Estévez provoqua une grande déception, car il préféra s’orienter vers la médecine60. Pour convaincre de la primauté accordée par les organes de gouvernement à ce qui concernait la question sucrière, au détriment du confort public, il faut se souvenir d’une phrase terrible de Francisco de Arango y Parreño. Celui-ci répondit en tant que syndic du Consulat royal à une délégation de pauvres gens venus chercher des secours matériels après que leurs baraques des quartiers extra-muros eurent flambé le 25 avril 1802, que l’on ne pouvait rien pour eux

  • 61 « … No hallarían en la actualidad las maderas necessarias para edificar supuesto que ni teníamos la (...)

car la quantité de bois disponible était déjà insuffisante pour emballer la récolte de sucre61.

  • 62 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), pp. 324-341.
  • 63 L’histoire des premières années de la Casa de Beneficiencia, de 1792 à 1813, est conservée en quelq (...)
  • 64 CAOM, Fonds ministériels, SG, Amer / 16, Diario de La Habana, n° 95 du 5 avril 1817.

60Cependant, l’aristocratie se devait de jouer un rôle de protecteur social, ne serait-ce que pour justifier le critère fondamental qui la définit et qui la différencie du commerçant, lequel ne raisonnerait qu’en terme de gains et pertes économiques. Aussi, à l’instar des mineurs62, qui marquèrent également leur puissance par des actions de bienfaisance, les hacendados firent œuvre de patronage, en prenant à leur charge l’éducation de quelques enfants de pauvres et d’orphelins rassemblés dans une institution appelée Casa de Beneficiencia. Ce furent la comtesse de San Juan de Jaruco, les marquis Cárdenas de Montehermoso et de Casa Peñalver qui en eurent l’initiative en 1792 et qui groupèrent autour d’eux quarante-deux donateurs, issus de la meilleure société63. Deux ans plus tard, la Casa de Beneficiencia ouvrait ses portes à quelques dizaines d’enfants qui reçurent une éducation digne de ce nom, mais, malgré cela, l’institution manqua toujours des sommes nécessaires pour un parfait fonctionnement. La charité des élites n’était qu’un reflet de leur souci de marquer une prééminence sociale, non une véritable préoccupation « patriotique ». Tout semble indiquer que les aristocrates investissaient davantage dans leur réputation que dans les dons. Ainsi, en avril 1817, le Diario de La Habana indiquait une série de donateurs et de dons par ordre d’importance64. Les trois premiers étaient : José Ricardo O’Farrill y Arredondo (qualifié de « marquis » !), pour 90 pesos, José Herrera qui avait fait don d’une caisse de sucre et José Ylincheta qui avait offert… un mouton.

  • 65 ILL, lib. 1.
  • 66 M. Á. Puig-Semper et C. Naranjo Orovio, « La ciencia y la técnica ilustrada ».

61Une institution qui ne manqua pas d’argent durant ces années fut la Société Économique des Amis du Pays (SEAP), dont Charles IV approuva la fondation le 15 décembre 1792. L’institution devait s’intéresser à tous les domaines de la science, dans le but, comme son surnom de « Société patriotique » le suggérait, d’apporter un progrès général. La première réunion des membres eut lieu début janvier 1793 chez le capitaine général Luis de Las Casas et rassembla les marquis Jústiz de Santa Ana, du Real Socorro, de San Felipe y Santiago, les comtes de Buena Vista et de Santa María de Loreto, Francisco Montalvo y Ambulodi, Nicolás Calvo de la Puerta y O’Farrill, José Ricardo O’Farrill y Herrera, Martín de Aróstegui y Herrera, Ignacio Peñalver y Cárdenas, Baltasar Sotolongo y González-Carvajal, Luis Francisco Basave y Espellosa, José María Peñalver y Navarrete et Gonzalo Herrera y Santa Cruz, en somme l’élite de la plantation sucrière65. Avec le temps, le nombre d’adhérents ne cessa de croître et, bien qu’ouvrant ses portes à des personnes moins liées aux ingenios, le monde du sucre demeura le sujet majeur des discussions. Ainsi, si une étude réalisée par Miguel Ángel Puig-Samper et Consuelo Naranjo Orovio, pour la période allant de 1790 à 1805, montre que 12 % seulement des articles sont expressément référencés sous le thème « agriculture », en réalité une proportion bien plus grande concerne, de près ou de loin, le système de plantation ; par exemple, nombre d’articles médicaux traitent de la manière dont soigner ou vacciner les esclaves66. Le journal Papel periódico, dont la SEAP promut la diffusion et qui fut le premier imprimé à Cuba – le numéro un sortit en février 1790 – n’abordait que rarement d’autres thèmes. Cette société avait une conception bien particulière du « patriotique ».

62À la fin du xviiie siècle, La Havane s’était transformée en une prestigieuse scène où la société aristocratique put donner le spectacle de sa puissance et de sa domination. Si le roi ne pouvait que se réjouir de cette mise en scène à laquelle il avait contribué, quelle impression produisit-elle sur les capitaines généraux chargés de surveiller le spectacle ? Ne furent-ils pas entraînés dans la fameuse « danse des millions » ?

III. – L’influence politique des élites à La Havane

63La bonne entente qui régnait d’ordinaire entre les autorités royales et les hacendados était manifeste. Il y eut parfois des liens d’amitié qui se créèrent et qui se traduisirent quelquefois par une intégration du capitaine général et de l’intendant dans le cercle de la plantation. Quelle éventuelle contrepartie ces autorités ont-elles alors pu accorder pour être acceptées de la sorte dans ce milieu si fermé ? On ne pourra se faire une idée précise qu’une fois exposés les objectifs premiers de ces autorités et clarifié l’étendue exacte des pouvoirs que la loi leur confiait pour les atteindre. En effet, on ne peut mesurer la véritable influence des élites sans connaître au préalable le degré de flexibilité dont jouissait le capitaine général pour mettre en œuvre les directives envoyées par Madrid dans le contexte si particulier de la région havanaise.

64En rédigeant les lois qui devaient régir le fonctionnement des Indes, les législateurs espagnols prirent une précaution d’une grande sagesse. Très certainement conscients de la difficile application de lois pensées à Madrid pour un contexte géographique et politique qu’ils ne maîtrisaient pas toujours, ils affirmèrent qu’elles ne pouvaient être appliquées dans le cas où l’intérêt public était menacé. Il revenait au capitaine général de déterminer le degré de la menace pour exécuter ou non les directives madrilènes et justifier alors sa décision. Cette latitude – que partageaient tous les plus hauts représentants du monarque dans l’Empire – était un pouvoir à double tranchant : s’il renforçait leur autorité, il les exposait aux séductions et aux pressions des personnes que les ordres royaux gênaient. À plusieurs reprises avant 1763, des capitaines généraux avaient pris le risque de suspendre l’exécution de certaines directives, le plus audacieux ayant peut-être été Francisco Antonio Cagigal y Vega qui, en 1760, suspendit temporairement le monopole de la Real Compañía de Comercio de La Habana pour exporter le sucre cubain par d’autres navires ; il créa en tout cas le précédent le plus intéressant pour la saccharocratie.

  • 67 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 357-380.

65L’histoire des concessions spéciales et des prises de positions hardies des capitaines généraux est connue : elle a été minutieusement décrite par Pablo Tornero67. Ainsi, à partir de 1796, lorsque le conflit éclata entre l’Angleterre et l’Espagne, le trafic naval entre la colonie et la métropole fut interrompu par la Royal Navy au moyen notamment d’un blocus efficace de Cadix. En mars de l’année suivante, le nouveau capitaine général, le comte de Santa Clara, en accord avec l’intendant Pablo Valiente, le commandant de la Marine et le Consulat royal autorisa les Cubains à commercer avec les navires neutres, en l’occurrence ceux des États-Unis. Cette mesure souleva des protestations solennelles auprès de la monarchie de la part des Consulats de Cadix et de Barcelone qui, jusqu’en 1792, avaient gagné des fortunes dans le commerce avec La Havane, en dépit de l’active contrebande. La réponse des ministres de Charles IV fut pourtant de confirmer la décision de Santa Clara en autorisant ce commerce pour trois mois. Trois longs mois en fait, puisque le trafic de Cuba avec les États-Unis ne cessa jamais, se renouvela sans cesse jusqu’à être entériné par la permission de libre commerce de 1818 et ne fut stoppé pour longtemps qu’avec la Révolution castriste. Même durant le temps de la paix d’Amiens, qui commença dès 1801 avec les premiers pourparlers, le commerce avec les États-Unis fut officiellement maintenu. Les raisons qui ont poussé pendant plusieurs années à la reconduction des autorisations temporaires sont également connues, la rhétorique des planteurs et des commerçants qui ont plaidé en ce sens reposait sur une argumentation imparable : Cuba s’acheminant chaque année davantage vers l’économie d’exportation sucrière et caféière devait, sous peine de courir à la ruine, acheter et exporter de grands volumes. Si, en 1797, le comte de Santa Clara accéda à la demande du Consulat royal de charger le sucre sur des navires autres que ceux d’Espagne, c’était en effet avec bien plus de raisons que son prédécesseur Francisco Antonio Cagigal y Vega l’avait fait presque quarante ans auparavant. En 1797, la région havanaise occupait le premier rang mondial dans la production de sucre, élevé alors au titre de denrée stratégique par une plus grande demande européenne et son orientation vers la mono production était bien plus avancée. Par ailleurs, les esclaves étaient plus que jamais au cœur du système de la plantation. Depuis que la monarchie avait libéralisé la traite en 1789, leur arrivée dans l’Île crût de façon exponentielle, tandis que leurs conditions de vie empirèrent cruellement. En effet, comme il était désormais facile de s’en procurer, les hacendados n’hésitaient plus à ne vouloir importer que des hommes en âge de travailler, à les épuiser à la tâche et en importer ensuite d’autres. Élever des enfants aurait coûté plus cher et le développement d’une population servile autochtone aurait représenté un plus grand danger encore. Il ne fut même plus permis aux esclaves de cultiver quelques lopins de terre pour subvenir à leurs besoin : toute la surface agricole et leur temps étaient consacrés à la culture de la canne. De fait, à la fin du xviiie siècle, même l’alimentation des esclaves devait être importée. Dans ces conditions, la production de sucre atteignit rapidement de tels niveaux que l’Espagne ne fut plus du tout en mesure de l’absorber, mais les marchés extérieurs ne manquaient pas, le premier d’entre eux étant constitué par les États-Unis. Ce pays pouvait fournir en grande quantité et à meilleur prix que l’Espagne tout ce dont les hacendados avaient besoin. Attrait supplémentaire, pour pallier le manque de numéraire, les commerçants nord-américains acceptaient d’être payés en caisses de sucre, ce qui, on le conçoit aisément, ravissait les planteurs.

66Dans les lettres qu’ils écrivirent pour appuyer les suppliques du Consulat royal, ou justifier les autorisations et les prolongements qu’ils accordèrent au trafic, les capitaines généraux traduisirent parfaitement, sans exagérer, cette nouvelle réalité de la dépendance des marchés extérieurs. Et si la monarchie sembla rechigner parfois à prolonger ces autorisations, ce n’était que pour donner le change aux maisons de commerce péninsulaires. Mais à La Havane, même les négociants espagnols étaient favorables aux nouvelles relations commerciales. Car en dépit d’une concurrence des États-Unis, ils parvenaient tout de même à placer leurs marchandises et ne pouvaient que sortir gagnants de l’expansion de la plantation. Enfin, nombre d’entre eux se firent les agents de commerce de compagnies nord-américaines, ce qui suffit à lever leurs dernières hésitations.

  • 68 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.
  • 69 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.
  • 70 AGI, Ultramar, leg. 89, exp. 164.

67L’intendant aussi approuva ces nouvelles orientations commerciales et, au début du xixe siècle, il n’y avait plus personne à Cuba pour les contester. Les ultimes frictions entre les élites et certains hauts fonctionnaires eurent lieu durant les toutes dernières années du siècle. Ainsi, le commandant de la Marine s’opposa à la coupe systématique réclamée par les planteurs pour semer de la canne et cuire les mélasses, car il avait besoin de ce bois pour construire des bateaux. L’intendant s’opposa lui aussi un temps à certaines décisions du Consulat royal. Mais l’un et l’autre durent capituler devant la puissance de l’argent. En effet, les fonds dont ils avaient besoin provenaient essentiellement du situado, des caisses du Mexique, mais en période de guerre, ces sommes n’arrivaient plus, ou bien irrégulièrement et, pour faire fonctionner leur administration, ils n’avaient d’autre remède que de demander aux élites de leur consentir des prêts. Le montant sollicité fut parfois pharaonique. Par exemple, le 22 décembre 1802, Antonio María Arturo, le commandant de la Marine, demanda au Consulat royal un prêt de 240.000 pesos68. Le 1er août 1804, ce fut au tour de l’intendant Luis de Viguri de venir demander auprès de cette même institution 190.000 pesos, après n’avoir pu rassemblé auprès de particuliers que 22.000 pesos69. Voilà pourquoi l’administration coloniale avait tout intérêt à appuyer les demandes des planteurs. D’une part, parce que leurs revendications étaient fondées sur des considérations économiques légitimes et, d’autre part, parce que leur propre travail s’en trouvait facilité. Peut-être qu’une des meilleures démonstration de cette situation se trouve dans une mission qui se déroula en février 1808. C’était sur les fonds de l’administration havanaise que devait être prélevé le situado destiné à la Floride, mais l’Espagne était alors encore en guerre contre l’Angleterre, ce qui rendait le transfert difficile. Sous le sceau du secret, le capitaine général Someruelos, l’intendant Gomez Roubaud y Vega, et un des principaux commerçant établi à La Havane, Bernabé Martínez de Pinillos y Sáenz (qui venait d’investir dans la plantation), confièrent au négociant Javier Francisco Troncoso cette mission de ravitaillement. Pour cela, ils dissimulèrent dans vingt-cinq caisses de sucre la somme de 250.000 pesos et les embarquèrent sur un bateau « neutre » officiellement en partance pour un port éloigné des côtes de Floride70.

  • 71 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163, séance du 22 mai 1799.

68Il convient d’ajouter qu’outre sa puissance financière ou le devoir tendant à préserver les intérêts de l’Île qui incombait au capitaine général, l’oligarchie disposait d’un autre moyen pour faire pression sur lui, comme sur l’intendant, qui n’a jusqu’ici jamais été souligné par l’historiographie. Il s’agit des éventuelles félicitations officielles qu’elle pouvait transmettre à la monarchie. Ces témoignages de gratitude prenaient la forme à La Havane d’une députation de deux personnes envoyées féliciter en grande pompe au nom du corps constitué le représentant du monarque, ainsi que d’une lettre élogieuse qui était donc transmise à Madrid. Le roi était soucieux de voir régner une bonne harmonie entre ses représentants et ses sujets et les premiers voyaient souvent dans Cuba une étape décisive dans une carrière qu’ils voulaient prestigieuse. Compter sur des témoignages de gratitude pouvait s’avérer utile. En janvier 1798, l’intendant José Pablo Valiente y Bravo fut félicité à la fois par le cabildo et le Consulat royal, tandis que cette déclaration fut transmise à Madrid. Après son poste à La Havane, Valiente devint conseiller au Conseil des Indes ; bien entendu, la lettre de félicitations ne fut pas déterminante dans cette prestigieuse nomination, mais l’on ne peut douter qu’elle n’en fut pas moins un atout. Luis de Las Casas et le comte de Santa Clara repartirent en Espagne en recevant un hommage du Consulat royal, mais pour bien montrer qu’il ne s’agissait pas d’une simple formule de politesse, lorsque Someruelos pour la première fois présida une session de cet organisme, il lui fut rappelé que les éventuels éloges ne pourraient être faits qu’en sortie de charge, pour ne pas qu’on les suspectât de crainte ou d’adulation71. Pour être une procédure désormais codifiée, elle signifiait clairement au capitaine général que le Consulat royal lui-même disposait d’une certaine influence sur sa carrière : le contrôle n’était pas à sens unique.

  • 72 Voir M. D. González-Ripoll Navarro, « En torno a la figura de Luis de Las Casas » et, également, Cu (...)

69En définitive, tout le monde profitait de la non application des lois exclusives de la monarchie, y compris le roi puisqu’il maintenait ainsi la prospérité de sa colonie. C’est pourquoi les accusations de corruption qui sont généralement portées contre l’administration coloniale, qui serait achetée par les planteurs et que l’on présente comme le signe évident de leur influence, sont à nuancer. Au total, malgré des enquêtes rigoureuses de la part de la monarchie, stimulée par une opposition entre l’intendant et le capitaine général, il n’y eut jamais qu’un seul de ces derniers qui perdit sa place, ce fut Juan Manuel Cagigal de la Vega y Montserrate et encore il fut absous lors de son procès instruit pour contrebande. Las Casas et Valiente sont jusqu’à présent restés les deux seuls hauts fonctionnaires dont a été prouvé leur intéressement personnel à la plantation cubaine. María Dolores González-Ripoll Navarro, qui a étudié en détail les années de gouvernement du capitaine général Las Casas72 a affirmé sans ambages qu’il

  • 73 « Las Casas rigió la isla en pro de una clase favorecida por las circunstancias que resultó activa (...)

a gouverné l’Île en faveur d’une classe favorisée par les circonstances, qui fut l’active collaboratrice, sinon l’initiatrice, de beaucoup d’actions menées à terme durant [son mandat]73.

  • 74 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

70Effectivement, c’est sous son mandat et de manière très rapide qu’apparaissent le Papel periódico et les institutions représentatives de l’oligarchie, la Société Économique des Amis du Pays d’abord et le Consulat royal ensuite. Pour autant, peut-on voir dans le cadeau d’un ingenio qui lui fut fait, le signe de la corruption ? Aucune des mesures qu’il prit ne fut illégale et, pas plus que ses successeurs Santa Clara ou Someruelos – celui-ci resta treize années en fonction –, il ne fut soupçonné de corruption par la monarchie. Peut-être, il est vrai, Las Casas et ses successeurs fermèrent-ils les yeux sur la contrebande, mais ils ne disposaient pas des moyens matériels pour la freiner significativement : pourquoi se ridiculiser à dicter des interdictions que l’on ne peut faire respecter ? Ce qui est sûr, en revanche, c’est que le militaire qu’était Luis de Las Casas se prit d’une véritable passion pour la plantation, n’y voyant pas seulement un moyen de gagner de l’argent, ou de conforter un statut social, mais aussi une véritable aventure intellectuelle. À preuve, les réflexions qu’il publia sur ce thème dans le Papel periódico. On peut concevoir alors que de richissimes amis aient tenu à lui faire un cadeau qu’il saurait apprécier. Quant à l’ingenio de l’intendant Valiente, qui lui aussi plaida ardemment pour la liberté de commerce, l’oligarchie n’était pas directement responsable du fait que la structure soit bâtie avec des fonds détournés. S’il y eut influence, elle releva beaucoup plus de la mauvaise influence dans le sens moral du terme, tant l’oligarchie était coutumière de ce genre de trafics que de l’influence politique. Quelques accrocs entre les interêts de la saccharocratie et les représentants du roi montrent par ailleurs que les seconds n’étaient pas soumis au bon vouloir des premiers. Ainsi, le capitaine général Luis Unzaga y Amenzaga resta célèbre pour avoir expulsé avec une grande vigueur à la fin de la guerre d’Indépendance des États-Unis les commerçants nord-américains qui s’étaient installés à La Havane profitant de dispositions favorables. Plus significative encore fut l’attitude du capitaine général Someruelos en septembre 1807 de refuser au marquis de San Felipe et Santiago, la reconnaissance et le traitement d’Excellence correspondant à la Grandesse d’Espagne que le roi venait de lui concéder, au prétexte que cette dignité n’avait aucune validité en Amérique. Le marquis se plaignit officiellement à la Chambre de Castille de ce qu’il qualifiait comme un manque de respect à sa personne et à sa famille74. La guerre retarda la réponse métropolitaine mais, loin d’être une anecdote, cet incident est révélateur : le capitaine général était prêt à défendre bec et ongles la loi espagnole, quitte à mécontenter les plus grands, lorsqu’il le jugeait nécessaire.

IV. – Les réseaux havanais à la Cour de Madrid

  • 75 AGI, Estado, leg. 7, exp. 4 y 5 D.
  • 76 En effet, A. J. Kuethe, « Los llorones cubanos », devant tant de jérémiades, a donné ce sobriquet a (...)
  • 77 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 82, a ainsi démontré combien certains historiens s’étaient trom (...)
  • 78 « Agricultores y Comerciantes », ainsi s’auto-définissaient les plus grosses fortunes havanaises.
  • 79 AGI, Estado, leg. 18, exp. 14.

71Les lettres élogieuses concernant un intendant ou un capitaine général écrites au roi par le Consulat royal furent loin d’être le seul objet de la correspondance avec le monarque ou son gouvernement. D’autres, plus fréquents, furent ceux des réformes fiscales, des propositions pour favoriser la production sucrière, ou la protestation respectueuse contre certaines mesures. Par exemple, le 5 février 1790, le cuerpo de hacendados écrivit au ministre Floridablanca pour le convaincre que la real cédula du 31 mai 1789 relative à l’amélioration des conditions de vie des esclaves ne devait pas être appliquée à Cuba, affirmant avec un aplomb stupéfiant que les masses serviles vivaient dans l’ensemble mieux que la petite paysannerie libre75. La lettre était signée par cinquante-neuf personnes, souvent parentes entre elles. Avec la création du Consulat royal les représentations faites au monarque se firent plus nombreuses. Les suppliques étaient toujours accompagnées de documents et de rapports les justifiant, qui sont encore aujourd’hui fort utiles pour l’historien, une fois admis que la rhétorique larmoyante et catastrophiste de ces « pleureurs », comme n’hésite pas à les qualifier avec justesse A.J. Kuethe76, est avant tout une clause de style77. Elles insistaient aussi et c’est plus remarquable encore, sur la communauté d’intérêt qui liait la colonie et la métropole. Par exemple, les « Agriculteurs et Commerçants » de l’île de Cuba le 20 juin 1795 écrivaient au favori Godoy pour lui demander de renforcer la protection navale contre les pirates et les corsaires78. Après avoir mentionné, en n’épargnant aucun détail, les barbaries commises et les dangers encourus, ils terminaient en disant que les désastres militaires que la Péninsule venait de subir étaient les résultantes de la faiblesse de la colonie : Cuba devait être puissante pour soutenir l’Espagne79. Mais ces lettres, aussi bien argumentées fussent-elles, ne pouvaient être plus convaincantes qu’un exposé oral auprès d’un ministre ou encore mieux du monarque. C’est pourquoi, à la fin du xviiie siècle, les oligarques commencèrent à disposer de représentants permanents à la Cour payés pour défendre leurs intérêts, quand ils ne s’en chargèrent pas eux-mêmes sans autres intermédiaires.

  • 80 Z. Moutoukias, « Réseaux de négociants ou réseaux égo-centrés ».

72L’influence des Havanais à la Cour est si multiforme qu’une méthode d’approche est nécessaire pour en saisir la véritable intensité. Malheureusement, ce ne peut être qu’une méthode très empirique : des lacunes importantes dans la documentation, associées aux caractéristiques propres de la saccharocratie, empêchent en effet d’appréhender la notion de réseau d’une forme globale, scientifique, traduite par des graphes comme l’a fait Zacarías Moutoukias pour les négociants de Buenos Aires80. Parce que la correspondance manque, parce que les contacts entretenus par les aristocrates n’étaient pas de nature commerciale (ils ne se portaient pas caution d’amis), parce qu’ils étaient peu nombreux à chercher pour leurs enfants des places dans l’Église ou dans les commandements péninsulaires, il semble impossible à l’heure actuelle de décrire dans leur globalité les réseaux de relations et de pouvoirs. Cependant, il est tout à fait envisageable de nommer les principaux personnages péninsulaires ou américains qui composaient les points d’ancrages havanais à Madrid, tout comme il est possible d’indiquer nombre des saccharocrates qui étaient présents à la Cour. Cela peut permettre alors de donner un aperçu des moyens employés aux plus hauts sommets de l’État pour plaider la cause cubaine.

73Il semble que la meilleure manière d’avoir un bon éventail du capital de fidélités que comptait l’élite havanaise à Madrid soit un examen des enquêtes établies pour obtenir un habit d’ordre militaire. En effet, elles devaient rassembler les témoignages d’au moins une demi-douzaine de personnes qui devaient commenter les mérites des prétendants. Lorsque ces personnes n’étaient pas des Havanais c’était souvent des fonctionnaires ayant vécu un moment sur l’Île qui étaient entendus. Ces témoignages pouvaient de plus être complétés par des lettres de recommandations madrilènes parfois glissées dans les enquêtes faites à La Havane pour obtenir un titre de Castille et que l’on retrouve aujourd’hui aux archives des Indes. Malgré cela, force est d’avouer que nous ne pouvons prétendre donner une vision exhaustive de ce capital de fidélité. Cela tient à la faiblesse documentaire. Il faut écarter ainsi d’emblée les enquêtes concernant l’ordre de Charles III qui, exceptionnellement, pouvaient se réaliser à La Havane, ce que l’oligarchie ne se priva pas de faire, or c’est bien dans cet ordre-ci qu’elle compta le plus de membres. De plus, la documentation n’a pas toujours été conservée dans son intégralité et le nom des témoins a disparu plus d’une fois. Cependant, certaines informations retrouvées intactes ont pu montrer que les fréquentations de l’élite havanaise atteignaient les sommets de l’État.

  • 81 AGI, Títulos, leg. 2
  • 82 « Oficial Quinto en la secretaría de Indias del despacho de Hacienda » (FICHOZ, AGS DGT, inv. 24, l (...)
  • 83 AHN Estado, Carlos III, leg. 6282.
  • 84 Ibid.

74Si pour Gabriel Peñalver y Calvo de la Puerta l’accès au titre de noblesse avait été obstrué pendant longtemps par le comte de Ricla ; il faut ajouter que la concession fut facilitée par une lettre d’appui du conseiller au Conseil de Guerre Francisco de Saavedra y Sangroni81. Peut-être s’étaient-ils connus du temps où ce dernier était parti rejoindre son poste d’intendant de Caracas ? À l’occasion de son transit à La Havane. En 1801, pour prétendre entrer dans l’ordre d’Alcántara, José Francisco Veitia y O’Farrill pouvait se prévaloir du soutien de Antonio Moreno y Cañaveras, qui avait travaillé au secrétariat des Indes avant d’être comptable à La Havane, de celui du Chilien José de Acosta, chevalier de Santiago et ancien officier de la Marine, de celui du colonel Juan Isidro Casamayor y Cárdenas, officier aussi et haut placé au département des Indes du « ministère » des finances82. Les oligarques havanais pouvaient aussi bien entendu compter sur l’appui, quand il se trouvait de passage à Madrid, du maréchal Pedro de Mendinueta y Múzquiz, qui en 1784 avait épousé la fille du marquis de Cárdenas de Montehermoso83. Mais ces hauts fonctionnaires ou ces personnes décorées n’étaient pas les seules à apporter leur capital d’influence pour soutenir les prétentions honorifiques havanaises. On remarque ainsi toute une foule de gens qui abondaient en ce sens et dont le statut est parfois bien plus difficile à cerner quand leur influence sociale paraît loin d’être primordiale. C’est le cas du prêtre Antonio Cuevas, né à La Havane, qui officiait à Madrid et qui accréditait les mérites de Gonzalo José Herrera y Santa Cruz dans son information pour obtenir un habit de Charles III84.

  • 85 AGI, Ultramar, leg. 11.
  • 86 AHN, Consejos, leg. 21133.
  • 87 AHN, Estado, Carlos III, leg. 6282.
  • 88 AHN, Órdenes militares, Santiago 281, exp. 8315.
  • 89 Ibid.

75La documentation est bien moins fournie encore sur les fondés de pouvoir, ces personnes qui, à Madrid, souvent dans les affaires judiciaires, agissaient en lieu et place des Havanais restés de l’autre côté de l’Atlantique. Certes, il y a des exceptions comme celle de José Manuel Romero y Echalecu, avocat des Reales Consejos, qui avait joui des honneurs de conseiller des Finances et qui fut successivement le fondé de pouvoir de Francisco José Peñalver y Cárdenas en 180385 et de José María de Xenes y Montalvo en 180486. Mais l’on ne sait rien par exemple de Martiniano Rodríguez qui, en 1789, était le représentant de Gonzalo José Herrera y Santa Cruz87 et l’on n’en sait pas plus sur Diego Paniagua, représentant en 1781 du troisième comte de Casa Bayona dans sa demande officielle d’un habit de Santiago88. En revanche, et c’est exceptionnel, les archives indiquent la façon dont les deux précédents ont été mis en contact : par la tante du comte, à qui ce dernier avait en premier délégué ses pouvoirs89. En effet, dans la plupart des cas, les raisons pour lesquelles certaines personnes sont devenues les fondés de pouvoir de membres de l’élite havanaise sont inconnues. Selon les sources, c’est à partir du début des années 1780 que cette présence commence véritablement à se manifester de manière de plus en plus nette, pour prendre de grandes proportions dans les années 1790. Rien de plus logique à cela en somme puisque la dernière décennie correspond à la période durant laquelle l’élite havanaise intègre massivement les ordres de chevalerie, une période qui est aussi celle du premier boom sucrier.

  • 90 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 161.
  • 91 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163.
  • 92 M. D. González-Ripoll Navarro, « Entre la adhesión y el exilio », p. 356.
  • 93 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.
  • 94 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163.
  • 95 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

76C’est également dans les années 1780 que le cabildo envoie des représentants à Madrid, pour des missions ponctuelles. Le Consulat royal, dès sa création, s’est attaché les services d’un représentant péninsulaire. Ce fut d’abord un certain Mathias Cuende qui accomplit des missions temporaires avant de devenir représentant permanent en 1798, quelques mois avant sa mort90. La documentation renseigne peu à son sujet, tout juste peut-on apercevoir que son nom fut proposé par Francisco de Arango y Parreño, dont il méritait toute la confiance. Rapidement, du fait de sa maladie, on lui adjoignit comme suppléant Francisco Rucavado91 qui prit officiellement sa suite dès 1799, et resta en poste jusqu’en 1829 (sauf brèves interruptions). Ensuite, fut nommé Andrés de Arango y Nuñez del Castillo92, grâce, certainement, à l’influence de son cousin Francisco de Arango y Parreño. Il y eut un débat quant au salaire de ce fondé de pouvoir et l’on convint qu’on ne lui allouerait qu’un traitement fixe assez réduit, de 600 pesos93 annuels, assorti de primes versées en fonctions de ses résultats. On peut supposer que ces compléments étaient importants car, lorsque mourut Mathias Cuende, un certain Saturnino Velasco, présenté sous l’appellation vague d’agente de Yndias à Madrid, « agent des Indes », se présenta immédiatement pour le remplacer, ce que le Consulat royal refusa malgré la bonne réputation qu’il lui reconnut94. De même, en avril 1802, Diego Gallard y Larruga, intendant de Guadalajara (en Nouvelle-Espagne) devant se retirer à Cadix offrit ses services comme fondé de pouvoir du Consulat royal dans cette ville, sans aucun traitement95. Mais ce dernier lui répondit qu’il ne voulait pas ouvrir de poste à Cadix.

  • 96 « Representó que tenía el Consulado por Apoderado en Madrid un agente propio para ciertas diligenci (...)
  • 97 « … Siempre que se lo permitan su actual situación y ocupaciones » (ANC, Real Consulado y Junta de (...)

77Francisco de Arango y Parreño, syndic de l’institution au début de 1796, trouva la représentation madrilène insuffisante et insista sur l’importance de s’attacher les services d’une personne prestigieuse, connue dans les ministères, et qui pourrait appuyer auprès de la Cour ses idées, obtenir leur application et protéger le Consulat96. Il avança le nom du conseiller d’État Francisco de Saavedra y Sangroni qui avait participé à la création de l’institution et qui s’était déjà occupé d’affaires cubaines, ce qu’acceptèrent ses collègues. Mais Saavedra refusa la proposition, peut-être à cause de ces mêmes problèmes de santé qui l’incitèrent à prendre sa retraite peu après. Pour le Consulat royal, le choix de représentants influents a été un souci si important qu’il voulut en 1798, s’entourer des conseils de l’ex-capitaine général Luis de Las Casas qui lui-même proposa ses services, si ses fonctions le lui permettaient97. Il semble que le Consulat royal déclina cette offre qui n’aurait en aucune manière put aboutir puisque Las Casas fut nommé gouverneur de Cadix l’année suivante. Rucavado resta donc en 1799 le seul fondé de pouvoir péninsulaire, cependant, pour des affaires d’importance, telles celles du trafic négrier, on lui adjoignit les offices du premier comte de Santa Cruz de Mopox, un des membres les plus influents de l’élite havanaise.

  • 98 AHN, Órdenes militares, Alcántara, 281, exp. 8315

78La présence de membres de l’élite havanaise à la Cour est tardive. La première mention retrouvée concerne Tomasa María Herrera y Chacón qui apparaît en 1781 comme la première fondée de pouvoir de son neveu le comte de Casa Bayona98. Son arrivée dans la capitale espagnole faisait suite à la nomination de son mari comme gouverneur de cette place. Quand bien même la présence havanaise à Madrid se renforça durant les années qui suivirent, elle groupa peu de monde, mais maintint des contacts au plus haut niveau.

  • 99 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 56.
  • 100 AGI, Santo Domingo, leg. 1984.
  • 101 En juin 2008, à Madrid, un congrès international, organisé lui a été consacré. Ce congrès, organisé (...)
  • 102 C’est ce que mettent en avant F. Ponte Domínguez, Francisco, Arango y Parreño, el estadista colonia(...)
  • 103 Concernant l’aggravation de la condition d’esclave à partir de 1790, voir M. Barcia Paz, Con el lát (...)
  • 104 A. Yacou, « Un espion cubain à Saint-Domingue à la veille de la débâcle du corps expéditionnaire fr (...)
  • 105 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.
  • 106 ANC, Escribanía de Pontón, lib. 152, t. 2, f° 408 v.

79En 1783, le deuxième comte de Buena Vista fut le premier hacendado mandaté par le cabildo à se rendre à Madrid pour défendre les privilèges menacés des regidores99 par le zèle de l’intendant. Il réussit sa mission, mais resta quelques temps à Madrid afin de favoriser ses affaires personnelles. Il échoua cependant à obtenir un privilège d’importation de mules, de chevaux et de nouvelles semences100.Avant de rentrer, il transmit les pouvoirs qui lui avaient été délégués par le cabildo à Francisco de Arango y Parreño, arrivé à Madrid en 1787. Ce personnage a été plusieurs fois mentionné, soit au travers de ses fonctions au cabildo, comme regidor alférez real, soit comme syndic à vie du Consulat royal, deux postes clés. Quelques éléments de sa vie et des pensées ont aussi été évoquées, notamment le fait qu’il posséda, pour moitié avec l’intendant Pablo Valiente y Bravo, un ingenio qui fut un temps le plus grand de l’Île. Francisco Arango y Parreño est le personnage historique cubain de référence pour cette époque, dont la figure ne cesse d’être analysée101. Les historiens s’accordent à voir en lui l’idéologue de la plantation, le révélateur d’une pensée économique et politique globale, résolument moderne, ayant la stature d’un homme d’État102. Il n’aurait que des qualités s’il n’était pas incroyablement cynique et si ce cynisme n’avait pas conduit à une amplification des abominations de la traite et de l’esclavage103. Ce verdict est aussi ancien qu’incontestable, il convient d’insister davantage sur la puissance de travail et la volonté du personnage. Un exemple suffit à le démontrer : en 1803, le capitaine général Someruelos le nomma pour effectuer une importante mission de reconnaissance à Hispaniola déchirée par la guerre, ce qui soulignait aussi son crédit auprès de la première autorité de l’Île. Alain Yacou a bien décrit le rôle d’Arango, porteur d’instructions officielles qui faisaient de lui un diplomate, et d’autres secrètes qui lui refaisaient jouer le rôle d’espion104. Les instructions officielles étaient essentiellement de convaincre Rochambeau (qui venait de succéder au général Leclerc) que La Havane n’était pas en mesure de ravitailler le corps expéditionnaire français, ni en homme ni en argent. Quant aux instructions secrètes, libellées sous forme de questions, elles consistaient à connaître exactement les capacités économiques et militaires françaises de l’Île, le degré de puissance des insurgés, et comment la République envisageait finalement la question de cette insurrection. C’était faire, ni plus ni moins que ce que l’on appelle aujourd’hui pudiquement : « du renseignement ». Arango s’acquitta si bien de sa mission que le rapport qu’il écrivit au capitaine général influença pour beaucoup la politique madrilène. Signe de son dynamisme, de retour à Cuba, Arango sautait du bateau pour participer le soir même à une réunion du Consulat royal, et les actes des séances de cette institution témoignent du crédit dont il jouissait : son avis était toujours le plus écouté105. La saccharocratie lui reconnaissait de telles qualités que lors de la succession disputée du premier comte de Gibacoa, qui intéressait les principales familles, elle lui proposa d’intervenir comme juge arbitre entre les parties, ce qu’il accepta106. Il dut son influence à La Havane à ses talents propres, à son énergie, à son intelligence, à son savoir, mais aussi à la manière dont il avait défendu les intérêts de la saccharocratie à Madrid, dès son premier voyage.

  • 107 N. López Blázquez et G. Lago Blasco « La Ilustración liberal cubana ».
  • 108 ACUH, exp. 769.
  • 109 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 146.
  • 110 F. de Arango y Parreño, « Discurso sobre la agricultura y medios de fomentarla ».
  • 111 AHN Estado, Carlos III, 561.
  • 112 AHN Estado, Carlos III, 6282.
  • 113 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 144.

80Comme il a été déjà dit, le voyage de Francisco de Arango y Parreño à Madrid fut d’abord motivé par le souci de devoir plaider devant un tribunal la cause de sa famille au sujet du poste de regidor alférez real que lui disputait Manuel Rafael de Recio de Morales y González-Carvajal. Sa jeunesse – il n’avait que vingt-deux ans – ne fut pas un handicap107. Reçu quelques mois auparavant bachelier en droit de l’université de La Havane108, il s’acquitta avec succès de la tâche et poursuivit ses études à la Real Academia de Derecho Patrio y Común de Madrid109. Sa plus brillante plaidoirie fut celle des intérêts sucriers qu’il diffusa dans un opuscule (il n’écrivait jamais que pour les plus hautes sphères du pouvoir) qui avait pour titre Discurso sobre la agricultura de La Habana y medios de fomentarla110 publié en 1792. Le style est clair, le raisonnement est sûr, scientifique, ne s’embarrassant d’aucune considération morale quant à l’esclavage : c’est le souci de la rentabilité qui est cherché. Il fallait, en effet, une démonstration parfaite et une certaine audace pour convaincre la Cour de lancer la grande plantation dans la région havanaise, en important des milliers d’esclaves, alors que, dans le même temps, la colonie française de Saint-Domingue était ravagée par les flammes que les esclaves révoltés venaient d’allumer. Et pourtant, l’ouvrage et les propositions qu’il contenait furent effectivement examinés par les plus hautes instances de la Cour et influencèrent d’une manière radicale toute la politique déployée alors par les différents ministres qui s’occupèrent des affaires des Indes et en particulier de Cuba. Il réussit ainsi à convaincre Juan Manuel Godoy qui, en 1794, autorisa le grand voyage qu’il avait projeté, de Londres à La Havane, en passant par Lisbonne, la Jamaïque et la Barbade, afin d’apprendre et de maîtriser les dernières technologies ainsi que les meilleures stratégies commerciales concernant la production et l’écoulement du sucre. Ce n’était, ni plus ni moins, que de l’espionnage industriel avant la lettre ! Arango entendait poursuivre, à partir d’une expérience de terrain, ce qu’il venait de décrire dans son Discurso. Avant de s’embarquer pour l’Angleterre, il eut aussi le temps de témoigner en faveur du marquis de Cárdenas de Montehermoso111 et de Gonzalo Herrera y Santa Cruz, dans leur information pour obtenir un habit de Charles III112. Il partit de Madrid avec un autre Havanais qui l’avait rejoint : son grand ami le comte de Casa Montalvo qui, lui aussi, avait confirmé les mérites du même marquis. Les raisons qui motivèrent le comte de Casa Montalvo à se rendre à Madrid sont inconnues, peut-être avaient-elles trait à l’honneur de gentilhomme de la Chambre qui lui fut concédé113. Mais, lorsqu’ils quittèrent la capitale espagnole, la relève havanaise était déjà assurée.

Fig. 7. – Francisco de Arango y Parreño (1765-1837), premier marquis de La Gratitud (A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, p. 50)

Fig. 8. – Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos (1780-1853), deuxième comte de Villanueva (© Archivo Nacional de la República de Cuba)

  • 114 Ce sont les informations faites pour obtenir des habits d’ordres militaires (AHN, Estado, Carlos II (...)
  • 115 AGI, Ultramar, leg. 18, exp. 14.

81En effet, à la fin des années 1780 et surtout au début de la décennie suivante, une poignée de saccharocrates fixèrent temporairement leur résidence à Madrid. On comptait parmi eux Joaquín María Beltrán de Santa Cruz y Cárdenas, futur comte de Santa Cruz de Mopox y de San Juan de Jaruco, Juan José Zequeira y Palma Beloso, futur comte de Lagunillas, le marquis du Real Socorro, celui de San Felipe y Santiago, ainsi que Francisco Montalvo y Ambulodi, le dernier arrivé114, vers 1800. Qu’étaient-ils venus faire à Madrid ? La réponse est simple : chercher du prestige et favoriser leurs affaires pour leurs amis et parents restés à La Havane. Le prestige se marquait immédiatement par l’ostentation d’une petite clef en or sur leur gilet, symbole envié de leur position de Gentilhomme de la Chambre du roi. Du groupe dont il vient d’être fait mention, tous avaient cette dignité – avec ou sans entrée – à l’exception du second et du dernier. De retour à La Havane, le seul fait d’avoir résidé à Madrid, d’avoir approché le souverain, renforçait leur position sociale. Et encore plus s’ils avaient rendu des services, ne serait-ce qu’un témoignage favorable dans une enquête ouverte pour attribuer un habit d’ordre militaire. Ils firent aussi avancer leurs propres affaires, comme le montre le marquis de San Felipe y Santiago qui s’adressa au roi pour qu’il l’autorise à transformer une exploitation agricole classique relevant de son majorat en ingenio115. Très peu – et c’est un point très important – vinrent en Espagne pour faire carrière dans la haute administration ou le haut commandement militaire. Seulement deux semblent s’inscrire dans cette démarche, et encore, avant 1808 ils ne résidèrent pas à Madrid : le premier a déjà été évoqué, il s’agit du marquis de Casa Calvo qui fut gouverneur par intérim de la Louisiane ; il faut mentionner le second, son cousin Gonzalo O’Farrill y Herrera, ministre plénipotentiaire à Berlin en 1798, qui joua un rôle capital durant l’invasion napoléonienne, et qui avait commencé sa formation d’abord au collège de Sorrèze en France, avant de rejoindre l’Académie militaire d’Avila en 1773 à l’âge de 19 ans.

  • 116 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 146.
  • 117 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.

82Cette jeunesse passée en Europe constitue une autre particularité. Même dans les années 1790, pendant lesquelles la présence havanaise à Madrid se renforça, les enfants de l’élite qui intégrèrent les collèges nobiliaires ou les prestigieuses écoles militaires furent peu nombreux, une petite dizaine tout au plus, représentants une demi-douzaine de familles à peine. Gonzalo de Aróstegui y Herrera, qui a participé à la guerre de 1793-1795 contre la France, fait partie de ceux-là, de même que son frère José : le premier ayant servi comme cadet du régiment royal des Gardes d’infanterie espagnole, et le second, ayant intégré le séminaire des nobles de Madrid. Deux fils du comte de Casa Montalvo suivent un parcours similaire : Juan Montalvo y O’Farrill qui, en 1793, s’était battu en France avait fait ses études au séminaire noble de Vergara, avant de rejoindre son frère José Lorenzo comme cadet du régiment d’infanterie de la Garde116. Vicente Genaro Quesada y Arango intégra lui aussi un corps prestigieux, le régiment de la Garde d’infanterie wallonne. Fait marquant, Domingo Martínez de Pinillos y Cevallos, l’un des fils d’un des plus riches négociants havanais, entra en 1805 dans le régiment des Gardes du Corps. C’est en effet remarquable car il semble être la seule personne issue de ce milieu qui intégra cette pépinière aristocratique, signe évident d’un désir familial de rejoindre la classe des hacendados. L’institution péninsulaire qui groupa le plus d’enfants de saccharocrates fut ce Séminaire Royal de Nobles de Madrid. Le marquis du Real Socorro y envoya deux de ses fils et la comtesse veuve de Casa Barreto y inscrivit également son fils Joaquín María Beltrán de Santa Cruz y Cárdenas qui y resta une année en 1785 avant de revenir à La Havane117. En revanche, aucun chef de famille Arango, Peñalver, Pedroso, Calvo de la Puerta, O’Farrill, Xenes, ou Cárdenas ne fit la même démarche.

  • 118 J. Soubeyroux, « El real seminario de nobles de Madrid y la formación de las élites ».

83À cela il est une raison principale qui, plus généralement, explique la présence numériquement faible de l’élite havanaise à Madrid. Parmi ces raisons, il faut écarter tout de suite celles financières ou de statut social. Jacques Soubeyroux a montré que les conditions d’accès au Real Seminario de Nobles étaient très rigoureuses, présentant une double sélection : les preuves de noblesse étaient examinées avec soin et le coût des études était très élevé118. Or, dans les années 1790, les saccharocrates havanais, possesseurs de fortune colossales et ayant intégré depuis trente ans l’aristocratie au travers de concessions d’habit d’ordres militaires et de titres de Castille, jouissaient amplement des conditions requises pour intégrer l’institution. La raison principale était que pour les chefs de famille havanais, c’était à Cuba que devait se construire l’avenir de leur fils, non à Madrid. Pour paraphraser Jules César, ils préféraient être les premiers à La Havane que les seconds à Madrid. Car le fondement du pouvoir, de l’argent, de la position sociale, de l’honneur, voire de l’identité, tenait en un mot : ingenio. À quoi bon, dans ces conditions, envoyer massivement les enfants dans les écoles nobles de la Péninsule ? Seuls quelques-uns devaient aller à Madrid pour représenter leurs familles, nouer des relations utiles et pour avoir peut-être aussi une meilleure et plus rapide connaissance des innovations dans le domaine de la plantation. À ce propos, il est probable que les frères Aróstegui aient quitté La Havane parce que justement leur avenir y était compromis : c’était leur père qui avait été contraint de dérober des ustensiles de l’ingenio paternel pour récupérer une partie de l’héritage que l’on voulait lui confisquer. Vicente Genaro Quesada y Arango se rendit à Madrid pour accompagner son père Juan Nepomuceno Quesada y Barnuevo qui, après s’être marié à La Havane et avoir été capitaine général et gouverneur de Santiago de Cuba, venait de recevoir une nouvelle affectation de l’autre côté de l’Atlantique. Quant aux autres enfants, on ne peut douter qu’ils furent envoyés à Madrid, dans l’espoir de revenir à La Havane auréolés d’un plus grand prestige et ayant posé les fondations de nouveaux liens qui, un jour, se révéleraient utiles. C’est donc une stratégie d’ensemble qui se dessine : seulement quelques chefs de familles puissants et quelques enfants sont envoyés à Madrid pour établir des liens et des contacts au plus haut niveau. De là, ils se chargent de faire progresser les affaires de l’ensemble du groupe : pour les questions personnelles ils fournissent des témoignages favorables au sujet des habits d’ordres militaires ou lors de problèmes devant les tribunaux ; pour les intérêts sucriers ils recherchent le contact des personnes influentes, quand ils ne s’adressent pas directement au roi. Faut-il s’étonner si c’est à partir de 1792, l’année précisément où le prix du sucre cubain explose sur les marchés et où les perspectives de guerre sont imminentes, que quelques comtes et marquis havanais deviennent Gentilhomme de la Chambre ?

  • 119 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, pp. 152-253.

84L’influence havanaise au plus haut sommet de l’État, à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, a été plusieurs fois soulignée, mais son mécanisme jamais démontré. Les travaux de Manuel Moreno Fraginals, de María Dolores González-Ripoll119 et quelques investigations propres, peuvent tenter de combler cette lacune.

  • 120 Son portrait à été tracé par E. Sarrablo Aguareles, « La fundación de Jaruco en Cuba ».
  • 121 F. SúarezdeTangilydeAngulo, Nobiliario cubano, en a reproduit une partie dans son ouvrage.
  • 122 ANC, Archivo Ramírez, lib. 56, t. 1, f° 219.
  • 123 Les archives cubaines conservent encore les brouillons de ces démarches (ANC, Real Consulado y Junt (...)

85La politique havanaise était diffusée au cœur des ministères madrilènes de deux manières complémentaires par deux grands amis : Francisco de Arango y Parreño et Joaquín María Beltrán de Santa Cruz y Cárdenas ; deux manières qui correspondaient parfaitement à leur tempérament respectif. Arango était avant tout un économiste, un politologue, un administrateur froid, avec une large vision des problèmes et des solutions que l’on pouvait déployer. Le comte de Santa Cruz de Mopox, un aristocrate typique, caricatural presque de la fin du xviiie siècle : mondain, bon vivant, curieux des sciences, très cultivé, assoiffé d’honneurs120. Ces différences, loin de les séparer, ont réuni les deux hommes dans la défense et la promotion des intérêts de l’oligarchie sucrière. Arango avait quatre ans de plus que Santa Cruz et après avoir passé leur enfance et leur adolescence à La Havane, ils s’étaient retrouvés à Madrid ; le théoricien de la plantation arrivant et repartant le premier. Mais ils entretinrent une grande relation épistolaire qui, en dehors du fait qu’elle montre à quel point leur amitié était forte, est une mine de renseignements sur « la politique cubaine » à la charnière des siècles121. Une autre preuve de cette confiance peut être trouvée dans le fait que Santa Cruz désigna Arango comme son fondé de pouvoir à La Havane, afin qu’il s’occupe de ses plantations122. Présents ensemble à Madrid de 1790 à 1793, ils s’y firent connaître de deux manières bien différentes. Francisco de Arango y Parreño s’attacha, par des arguments et des raisonnements, à convaincre les hauts fonctionnaires, les grands administrateurs d’impulser des réformes, de lancer des décrets favorables à l’agriculture et au commerce. C’est ainsi lui qui décida le secrétaire d’État Diego María de Gardoqui y Arriquibar de la nécessité d’un Consulat royal et qui négocia aussi bien les articles de fonctionnement que la première composition de l’assemblée, plaçant du reste comme premier Prieur son autre ami présent à la Cour en même temps qu’eux, le comte de Casa Montalvo123.

  • 124 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.
  • 125 L. Marrero, Cuba : economía y sociedad, p. 152.
  • 126 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.
  • 127 F. J. Santa CruzyMallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 335.
  • 128 Ibid. t. I, p. 343.
  • 129 F. Súarez de Tangily de Angulo, Nobiliario cubano.

86La présence de Joaquín María Beltrán de Santa Cruz était fondamentale aussi. Il s’installa à Madrid avec son épouse María Teresa Montalvo y O’Farrill et leurs deux enfants après un de ces voyages typiques de la noblesse, un « tour » qui les avaient conduits en Angleterre, Allemagne, Italie et en France qu’ils préférèrent quitter lorsque le climat social se détériora pour l’aristocratie124. Pour reprendre l’expression de Rafael Levi Marrero, ils reçurent de la Cour madrilène le meilleur accueil que l’on pouvait offrir au « talent, à la jeunesse (lui avait 25 ans, elle 27) et à l’opulence125 ». Joaquín María et sa femme menèrent une vie fastueuse à Madrid que leur permettaient les revenus des ingenios familiaux. La fille de Joaquín María Beltrán de Santa Cruz, la comtesse de Merlin, a décrit dans ses Mémoires l’éclat des réceptions que donnait son père et l’émotion qui transparaît dans ses lignes aide à comprendre les efforts qu’elle fit pour recréer un mode de vie similaire à Paris quelques années plus tard. Le luxe était tel que Francisco de Arango y Parreño en vint à faire au comte des reproches de tout cet argent ainsi dépensé. Dépensé, mais pas forcément gaspillé, car cela permit au jeune couple d’attirer dans ses salons et de séduire tout ce que la capitale comptait de plus brillant, de plus fortuné et de plus influent. En effet, Joaquín María Beltrán de Santa Cruz n’était pas seulement à Madrid pour s’amuser, mais pour favoriser ses propres affaires et celles du groupe tout entier, dont Arango depuis La Havane traçait les principales orientations. C’est pourquoi, selon ses propres termes, il conçut un véritable « plan » pour devenir l’ami de Godoy, le favori du roi. Avant de se présenter à la Cour, il avait acheté un grade de lieutenant-colonel de l’armée royale, pour un prix de 20.000 pesos, ce qui lui permettait d’emblée de montrer son rang à la société qu’il comptait intégrer126. Après avoir obtenu une charge de Gentilhomme de la Chambre avec entrée127 en 1792, qui l’autorisa à approcher les principaux cercles du pouvoir, il se fit connaître de Godoy en déboursant beaucoup d’argent pour créer une compagnie américaine de gardes du corps, dont bien évidemment il prit un des commandements en août 1793. Cette même année, il montra son loyalisme et sa fortune d’une autre façon, en levant et entretenant durant tout le temps que dura la guerre contre la France un bataillon d’infanterie de 86 hommes128. En 1794, la tactique d’approche avait pleinement réussi : tout d’abord, Godoy accepta sa présence en cercle restreint, au fumoir, ou même à table et lui adressa plusieurs fois la parole. La consécration arriva le 2 mai de cette année lorsque Charles IV se plaça entre Godoy et lui et s’entretint avec eux, les prenant chacun par un bras129. Dès lors, le contact entre les personnages n’allait plus cesser et cela au profit de tous.

  • 130 J. de la Pezuela, Diccionario geográfico, estadístico, histórico de la isla de Cuba, t. III, p. 478
  • 131 FICHOZ, AHN CON, LEG. 8978. C’est en 1805 qu’il hérita de sa grand-tante le titre de comte de San J (...)
  • 132 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 349.
  • 133 AGI, Títulos, leg. 9, exp. Mopox.
  • 134 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 345.

87Ce fut en premier lieu la position sociale et la carrière de Santa Cruz qui en sortirent renforcées. Dès 1795 – et bien que résidant à Madrid – il fut nommé sous-inspecteur de toutes les troupes de Cuba, promotion qu’il dut aussi selon Jacobo de la Pezuela aux bonnes relations que son épouse entretenait avec la reine130. Il demanda aussi un poste diplomatique à Godoy qui le lui refusa mais lui offrit une belle compensation en l’élevant au grade de brigadier ; moins d’un mois plus tard, il fut fait chevalier de Calatrava et en juillet 1796 le roi lui concéda le titre de comte de Santa Cruz de Mopox131. Il était si bien intégré dans les cercles du pouvoir qu’il parvint à faire baptiser son fils qui naquit en Espagne dans la chapelle du palais royal à Aranjuez132. La course des honneurs ne s’arrêta pas là mais subit un intermède de quelques années durant lesquelles il revint à Cuba. Il parvint à son retour à se faire nommer colonel des gardes du corps133 et accéda même au rang d’inspecteur général des troupes terrestres cubaines. Enfin, sa demande pour obtenir la grandesse était en bonne voie (ayant bien sûr l’appui de Godoy) lorsque la mort le surprit à La Havane, le 5 avril 1807. La nouvelle provoqua une telle consternation à la Cour que Charles IV, quelques mois plus tard, concéda la grandesse à son fils en son hommage134.

  • 135 « … Te repito que detesto la coronada Villa, y tengo esperanza (o por mejor dicho seguridad) de ir (...)
  • 136 AHN, Consejo, leg. 20882.
  • 137 AHN, Estado, Carlos III, 6282.
  • 138 C. Naranjo Orovio, « Fomento y Organización del territorio ». Voir aussi F. de las Barras deAragón, (...)
  • 139 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 338.
  • 140 Le scientifique allemand résida dans l’Île du 19 décembre 1800 au 15 mars 1801, ainsi que d’avril à (...)
  • 141 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 343.

88Ce que Santa Cruz fit pour Cuba et les Havanais, pour être moins spectaculaire n’est pas négligeable non plus. Alors qu’il était à Madrid, il exprimait pour Cuba une grande nostalgie dans sa correspondance avec Francisco de Arango y Parreño, affichant même, et c’est plus surprenant au vu de son parcours, qu’il « détestait la ville couronnée135 ». Il représenta ainsi dans un tribunal madrilène son oncle Miguel Cárdenas y Santa Cruz dans le procès qui lui était intenté pour contrebande136 et se montra garant par exemple de la bonne naissance, moralité et fortune de Gonzalo Herrera y Santa Cruz dans l’information qu’il avait demandée pour obtenir un habit de Charles III137. Mais son amitié avec Godoy lui permit de faire bien plus. Il joua un coup de maître en persuadant le favori de monter une expédition de reconnaissance scientifique des côtes Sud et Est de Cuba, dont il prendrait la tête. Il put ainsi revenir chez lui dans le cadre d’une mission propre à conforter son prestige et satisfaire l’esprit des Lumières qu’il représentait. Consuelo Naranjo Orovio a montré avec quel enthousiasme il s’était lancé dans cette expédition scientifique138 qui se déroula de 1796 à 1802. Mais il n’y consacra pas tout son temps : en vertu de son grade de sous-inspecteur des troupes terrestres, il rédigea un mémoire qui réorganisait ces dernières et que Godoy approuva sans aucune difficulté139 en 1797. Il prit personnellement en main le développement du progrès scientifique dans l’Île en installant, dans un de ses ingenios (il arriva à en posséder trois simultanément), la première machine à vapeur destinée à broyer la canne à sucre qu’Arango et le comte de Casa Montalvo avaient achetée en Angleterre. En 1800, il reçut même dans sa maison le baron de Humboldt qui, lui aussi, explorait l’Île140. La science ne lui faisait pas oublier la nécessité d’entretenir des bonnes relations car deux ans plus tôt il avait reçu chez lui, comme la comtesse de Gibacoa, les princes français d’Orléans en exil141. C’est parce qu’il était aussi à l’aise dans un uniforme militaire, une discussion scientifique ou une réunion avec des hautes personnalités, que Santa Cruz était écouté. De plus, même s’il ne semble pas y avoir trace de la correspondance entre Santa Cruz et Rucavado, le représentant permanent du Consulat royal dans la capitale, leurs contacts sont avérés. Lorsque Santa Cruz revint à Madrid, le roi lui accorda une audience privée le 4 juillet 1802 où ne furent admis que la reine et Godoy. L’objet de l’entretien reste mystérieux. Pour autant, peut-on imaginer qu’ils ne parlèrent que de la beauté de l’Île ? Imagine-t-on que Godoy et Charle IV n’aient pas abordé avec un personnage qui connaissait si bien son pays natal, si instruit, dont l’amitié avec Francisco de Arango y Parreño était connue de tous, les grands thèmes chers aux planteurs : traite négrière, commerce libre, défense de l’Île ? L’interrogation est inutile lorsque l’on sait quelle place économique et stratégique tenait au début du xixe siècle Cuba dans l’Empire espagnol, lorsque l’on sait combien les aristocrates havanais surent par la suite influencer la monarchie pour qu’elle n’intervienne pas en faveur des Français embourbés à Saint-Domingue.

  • 142 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 350.

89Les actions de Francisco de Arango y Parreño, du comte de Santa Cruz et du fondé de pouvoir Rucavado formaient donc une magnifique combinaison. Le premier, syndic du Consulat royal, analysait les problèmes, proposait les solutions et s’efforçait de convaincre les oligarques havanais de leur justesse. Rucavado lançait les premières démarches et informait les Havanais de l’avancement de leurs affaires et des évolutions politiques et économiques. Santa Cruz, lui, par la vie fastueuse qu’il menait montrait la puissance cubaine et s’assurait les contacts essentiels au plus haut niveau, au cas où les réformes proposées par le Consulat royal seraient freinées à un échelon inférieur. Le système était parfait : rien ne fut refusé aux Havanais. Les seules victimes furent, encore une fois, les populations noires déportées, la nature cubaine dévastée par la plantation et Santa Cruz lui-même. Car sa vie fastueuse à Madrid, des investissements trop risqués dans la plantation eurent raison de sa fortune. Son fils, la même année qu’il reçut la grandesse, vit mettre sous séquestre tous ses biens afin de régler le passif d’un million de pesos que lui laissait son père142. Ce dernier avait tenté d’éteindre ses lourdes dettes en relançant la culture du tabac. Certes, s’il n’y arriva pas, ce ne fut pas tant à cause de l’hostilité des saccharocrates qui avaient rallié à leurs vues le capitaine général, que de la conjoncture économique : l’économie de plantation était lancée et l’on ne pouvait revenir à une structure de petites propriétés de tabac. Mais l’opposition de ces saccharocrates est à expliquer, ne serait-ce que parce qu’au vu de ce qui a été dit, ils auraient dû se sentir très redevables du comte de San Juan de Jaruco.

  • 143 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 84.
  • 144 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163, séance du 23 mai 1798.

90Or il se trouve que les amitiés bien placées, le lien entre Arango, Santa Cruz et Godoy ne servirent pas toujours les intérêts cubains mais leur fut défavorable au moins une fois dans un événement qui tourna au tragique. Il faut maintenant conclure sur cet événement, un scandale en fait qui, à la fois démontre la puissance de l’influence cubaine, éclaire sur la mentalité des personnages clés dont il a été fait mention et qui semble être une bonne illustration de l’histoire des relations entre l’élite havanaise et Madrid. Manuel Moreno Fraginals143, a décrit cette affaire : Santa Cruz avait obtenu de Godoy en 1796 le privilège d’un monopole temporaire d’introduction de farines à La Havane, au travers de la constitution d’une nouvelle compagnie de commerce. À une époque où l’île du Crocodile devait importer l’essentiel de sa nourriture, on imagine facilement combien un tel privilège pouvait rapporter. Godoy fut le premier actionnaire de la compagnie qui, devant transporter de la farine nord-américaine, impliqua aussi l’ambassadeur d’Espagne aux États-Unis, tandis que Francisco de Arango y Parreño rentré de son long voyage, se chargeait avec son ami l’intendant Valiente y Bravo de leur réception à La Havane. Francisco de Arango y Parreño qui jusqu’alors avait combattu toutes sortes de monopoles, ne trouva rien à redire à celui-ci puisque cette fois cet exclusif ne se faisait pas au profit de commerçants péninsulaires mais au sien propre. Il préféra se montrer fort discret au point de cacher sa participation à l’affaire. Mais ce fut un secret de polichinelle qui lui valut, pour la première fois, des griefs directs de la part de quelques-uns de ses collègues du Consulat royal144. Il faut dire que la population havanaise était révoltée car les barils de farine s’entassèrent en grande quantité, développèrent des vers, ce qui les rendit bien sûr difficilement consommables ; mais malgré cela les importateurs spéculateurs ne voulurent pas baisser leur prix. La révolte fut telle que le capitaine général dut faire sortir la troupe pour la faire cesser. Devant cette situation et les accusations de corruption, Arango protesta avec toute l’énergie de sa mauvaise foi et demanda au Consulat royal de se ranger derrière lui pour défendre son honneur. L’institution certes lui apporta son soutien, mais en insistant sur le fait qu’il fallait abolir tous les privilèges commerciaux. Francisco de Arango y Parreño dominait La Havane, il était dangereux de s’opposer à lui, tandis que même si Santa Cruz était reçu par le roi, il n’évoquait que le pouvoir situé de l’autre côté de l’Océan Atlantique. Aussi paraissait-il moins risqué d’entraver ses projets de culture du tabac qui auraient redonné une place aux vegueros.

  • 145 Les idées de Francisco de Arango y Parreño ont notamment été analysées par A. Pérotin Dumont, « Le (...)
  • 146 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 60.

91L’élite havanaise, telle qu’elle se présentait en 1808, n’était pas seulement le produit de transformations impulsées par la monarchie depuis 1763. La distribution de titres de Castille, l’intégration dans les ordres militaires, la création du Consulat royal, les privilèges commerciaux eurent certes une part déterminante dans ce processus qui a achevé de transformer l’oligarque en aristocrate et en saccharocrate. Mais ces oligarques ont également accéléré ces transformations en sollicitant de nombreux titres et privilèges, en participant d’une manière décidée aux engagements armés de l’Espagne dans la Caraïbe ou en Amérique du Nord, en marquant La Havane de leur empreinte, ainsi qu’en cherchant à rentrer dans les arcanes du pouvoir madrilène. Ces actions ne relevaient pas d’une sorte d’inconscient collectif, mais obéissait à une volonté, clairement exprimée dans les années 1790 par Francisco de Arango y Parreño qui parlait de la nécessité de stimuler la formation d’une classe créole145. Cette volonté à cette date ne doit pas être interprétée de manière littérale, puisque la classe créole était formée depuis longtemps, elle était déjà en place avant l’invasion anglaise. Son propos n’avait pour but que de consolider encore plus la puissance de la vingtaine de familles aristocratiques qui, selon Juan Bosco Amores Carredano, possédait environ les deux tiers de la propriété agricole de toute l’île de Cuba146. Des familles qui se différenciaient des autres élites de l’Empire par leur séparation nette du monde des marchands. Frédérique Langue a écrit que,

  • 147 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), p. 162.

à la veille de l’Indépendance, la noblesse mexicaine est devenue une grande famille intégrée aux « élites ploutocratiques et oligarchiques », voire un ensemble de clans issus de la fusion de l’élite des « nouveaux riches » péninsulaires ou créoles avec l’ancienne aristocratie qui remonte aux conquistadores147.

92Ce n’était pas du tout le cas à La Havane, mais la séparation entre ces deux classes de hacendados et de comerciantes a contribué aussi à faire au moins de la première une seule et même grande famille. Pour la saccharocratie, cette fermeture constituait une force, mais portait en germe un danger redoutable à deux points de vue. D’une part parce que l’orientation vers la mono-production de sucre plaçait le planteur de plus en plus dans la dépendance des circuits économiques contrôlés par le marchand et ensuite parce que l’endogamie pratiquée à ce niveau entraînait immanquablement un affaiblissement dramatique pour la perpétuation du groupe. Cette identité de saccharocrate avait participé à la construction du bastion havanais qui, en 1808, était achevé de construire. Il était imposant, mais ses fondations étaient-elles solides ? Les épreuves qui pendant les trente années suivantes allaient se succéder peuvent donner une réponse.

Notes

1 Les détails des préparatifs sont conservés en AGI, Santo Domingo, leg. 1652.

2 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society p. 130.

3 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 58.

4 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.

5 B. Torres Ramírez, Alejandro O’Reilly en las Indias, p. 101.

6 F. J. Santa CruzyMallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 63.

7 AGI, Santo Domingo, leg. 2100.

8 On trouvera une très bonne synthèse de la participation espagnole à la guerre d’Indépendance américaine dans E. Beerman, España y la Independencia de Estados Unidos. Quelques informations sont fournies aussi dans J. A. Lewis, « Las damas de La Habana, el precursor and Francisco de Saavedra ».

9 « Aventurero » (AGI, Santo Domingo, leg. 2100).

10 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 52.

11 Encore une fois, on aura le détail des opérations dans A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, pp. 78-112.

12 E. Beerman, España y la independencia de Estados Unidos, p. 208.

13 « Uno de los sujetos mas ricos del país, y de los mas generosos que he tratado en mi vida » (F. de Saavedra, Los decenios).

14 AGI, Títulos, leg. 3, exp. Casa Peñalver.

15 Le détail de cette bataille navale franco-anglaise est admirablement conté par J. Alsina Torrente, Una Guerra Romántica, pp. 262-264. Cet ouvrage fera le bonheur de tous les passionnés d’histoire militaire maritime de la fin du xviiie siècle.

16 Ces questions ont été analysées par P. TorneroTinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 352-357.

17 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 309.

18 AGI, Títulos, leg. 2 exp. n° 7.

19 ANC, Asuntos políticos, leg. 5, sign. 10.

20 ANC, Asuntos políticos, leg. 5, sign. 11.

21 ANC, Asuntos políticos, leg. 5, sign. 15.

22 On trouvera le récit de ces événements et les différentes hypothèses pour l’expliquer dans P. Butel, Histoire des Antilles françaises, pp. 209-245.

23 A. Yacou, « Un espion cubain à Saint-Domingue à la veille de la débâcle du corps expéditionnaire français », pp. 347-372, citation p. 349.

24 On trouvera des renseignements très intéressants sur ces événements dans AHN, Estado, leg. 6366.

25 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 130.

26 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

27 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

28 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 131.

29 R. Nieto y Cortadellas, Historia de las familias cubanas, p. 128.

30 La lettre originale du général Laveaux, riche d’enseignements sur les divisions des chefs républicains et, en particulier, sur l’attitude ambiguë de Toussaint Louverture se trouve référencée en ANC, Asuntos políticos, leg. 6, sign. n° 17.

31 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1572.

32 Ibid. et AHN, Estado, leg. 6366 exp. 52 et 53.

33 J. Marchena Fernández, Oficiales y soldados en el ejército de América, pp. 365-368, a compté dix-huit soulèvements de troupes régulières, de 1710 à 1787, pour l’ensemble des possessions espagnoles en Amérique. Les revendications avaient toutes pour origine le retard de paiement des soldes quelquefois couplé avec des revendications d’augmentation. Pour être exact, il y eut même un troisième soulèvement à La Havane en 1768, mais de vingt-quatre soldats seulement, qui fut rapidement réprimé.

34 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.

35 Ibid.

36 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

37 L. Marrero, Cuba : economía y sociedad, p. 3.

38 Une vision de l’arsenal, de son fonctionnement, de ses réalisations, de ses transformations au xviiie siècle a été faite par G. D. Inglis, « The Spanish Naval Shipyard at Havana ».

39 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 86.

40 A. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 130.

41 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Campo Florido.

42 AGI, Títulos, leg. 7a, exp. Peñalver.

43 C’est ainsi que, peu de temps après la guerre de Sept Ans, en 1769, l’Espagne lança depuis La Havane le plus grand navire à voile de tous les temps, la Santísima Trinidad, de 120 canons (augmentés ensuite à 144), de quatre ponts, d’une longueur de coque mesurant plus de 70 de nos mètres, et construit entièrement en acajou. Il sombra à la bataille de Trafalgar après avoir combattu cinq navires anglais.

44 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163, 164, 165 et 167.

45 AGI, Ultramar, leg. 20, exp. 17.

46 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165, séance du 5 mars 1806.

47 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Du Quesne.

48 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 167.

49 C’est bien la monarchie qui supporta l’essentiel du coût des constructions, la contribution créole n’étant qu’un complément. L. Marrero, Cuba : economía y sociedad, t. X, p. 3, affirme que, durant certaines années, le montant total investi dans les constructions s’élevait à 500.000 pesos.

50 Comme l’a rappelé G. Porras Muñoz, « El Fracaso del Guarico », en détaillant les préparatifs de l’invasion combinée des Français et des Espagnols contre la Jamaïque. Si elle ne put avoir lieu, ce ne fut pas à cause de la faiblesse des infrastructures havanaises qui, au contraire, jouèrent parfaitement leur rôle.

51 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 221.

52 AGI, Santo Domingo, leg. 1979, exp. 163.

53 Ibid.

54 Tout amoureux des vieilles pierres, de l’architecture coloniale, ne peut être qu’admiratif et profondément reconnaissant devant l’œuvre immense entreprise par E. Leal Spengler depuis des décennies dans son œuvre de restauration de la capitale cubaine. On aura un aperçu de ces restaurations et de la magie retrouvée de la vieille ville, La Habana Vieja, dans E. Lealspengler, Para no olvidar.

55 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

56 Le souci de préserver et de mieux connaître le patrimoine naturel cubain, de plus en plus important, malgré, ou à cause de la déforestation, a été récemment étudié par S. Bernabéu Albert, M. P. San Píoaladrén et M. Á. Puig-Semper, Las flores del paraíso.

57 « … Pocas ciudades de [la América española] presentaban un aspecto más asqueroso que la Habana » (A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, p. 108.)

58 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 247.

59 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, La isla de los ensayos, p. 171.

60 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 161-166.

61 « … No hallarían en la actualidad las maderas necessarias para edificar supuesto que ni teníamos la tablazón suficiente para envasar la actual cosecha de azúcar » (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165).

62 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), pp. 324-341.

63 L’histoire des premières années de la Casa de Beneficiencia, de 1792 à 1813, est conservée en quelques feuillets référencés dans AGI, Ultramar, leg. 85. Voir aussi la remise en contexte plus détaillée, réalisée à partir d’autres sources, par M.-D. González-Ripoll Navarro, « Hacia el ciudadano útil : filantropía e ilustración en la Casa de Beneficiencia de La Habana ».

64 CAOM, Fonds ministériels, SG, Amer / 16, Diario de La Habana, n° 95 du 5 avril 1817.

65 ILL, lib. 1.

66 M. Á. Puig-Semper et C. Naranjo Orovio, « La ciencia y la técnica ilustrada ».

67 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 357-380.

68 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

69 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.

70 AGI, Ultramar, leg. 89, exp. 164.

71 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163, séance du 22 mai 1799.

72 Voir M. D. González-Ripoll Navarro, « En torno a la figura de Luis de Las Casas » et, également, Cuba, la isla de los ensayos, pp. 79-88.

73 « Las Casas rigió la isla en pro de una clase favorecida por las circunstancias que resultó activa colaboradora, si no emprendedora, de muchas de las acciones llevadas a cabo en sus años de gobierno », M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 83.

74 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

75 AGI, Estado, leg. 7, exp. 4 y 5 D.

76 En effet, A. J. Kuethe, « Los llorones cubanos », devant tant de jérémiades, a donné ce sobriquet aux saccharocrates, les llorones : « les pleureurs ».

77 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 82, a ainsi démontré combien certains historiens s’étaient trompés en prenant pour argent comptant les plaintes des oligarques quant à la situation économique de l’Île en 1796 par exemple.

78 « Agricultores y Comerciantes », ainsi s’auto-définissaient les plus grosses fortunes havanaises.

79 AGI, Estado, leg. 18, exp. 14.

80 Z. Moutoukias, « Réseaux de négociants ou réseaux égo-centrés ».

81 AGI, Títulos, leg. 2

82 « Oficial Quinto en la secretaría de Indias del despacho de Hacienda » (FICHOZ, AGS DGT, inv. 24, leg. 272). Il n’avait aucune parenté avec la famille Cárdenas de La Havane.

83 AHN Estado, Carlos III, leg. 6282.

84 Ibid.

85 AGI, Ultramar, leg. 11.

86 AHN, Consejos, leg. 21133.

87 AHN, Estado, Carlos III, leg. 6282.

88 AHN, Órdenes militares, Santiago 281, exp. 8315.

89 Ibid.

90 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 161.

91 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163.

92 M. D. González-Ripoll Navarro, « Entre la adhesión y el exilio », p. 356.

93 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.

94 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163.

95 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

96 « Representó que tenía el Consulado por Apoderado en Madrid un agente propio para ciertas diligencias subalternas, pero que necesitaba la Junta tener una persona condecorada, acreditada con el Ministerio y con este público, tanto por su carácter como por su talento y por los servicios mismos que hubiese hecho a esta Ysla ; quien pudiese apoyar en la Corte las ideas de la Junta, obtener su pronto despacho y proteger en una palabra, a este cuerpo » (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 161, séance du 27 janvier 1796).

97 « … Siempre que se lo permitan su actual situación y ocupaciones » (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 161, séance du 15 août 1798).

98 AHN, Órdenes militares, Alcántara, 281, exp. 8315

99 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 56.

100 AGI, Santo Domingo, leg. 1984.

101 En juin 2008, à Madrid, un congrès international, organisé lui a été consacré. Ce congrès, organisé par M. D. González-Ripoll Navarro et I. Álvarez Cuartero, s’intitulait « Francisco Arango y la invención de la Cuba azucarera ».

102 C’est ce que mettent en avant F. Ponte Domínguez, Francisco, Arango y Parreño, el estadista colonial et R. Maestri, Arango y Parreño, el estadista sin Estado, dans le titre des biographies qu’ils consacrent au personnage. Voir aussi, M. D. González-Ripoll Navarro, « Vínculos y redes de poder entre Madrid y La Habana ».

103 Concernant l’aggravation de la condition d’esclave à partir de 1790, voir M. Barcia Paz, Con el látigo de la ira, qui présente une étude détaillée ayant, entre autres, le mérite de s’appuyer sur de nombreuses sources archivistiques.

104 A. Yacou, « Un espion cubain à Saint-Domingue à la veille de la débâcle du corps expéditionnaire français », pp. 347-372.

105 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

106 ANC, Escribanía de Pontón, lib. 152, t. 2, f° 408 v.

107 N. López Blázquez et G. Lago Blasco « La Ilustración liberal cubana ».

108 ACUH, exp. 769.

109 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 146.

110 F. de Arango y Parreño, « Discurso sobre la agricultura y medios de fomentarla ».

111 AHN Estado, Carlos III, 561.

112 AHN Estado, Carlos III, 6282.

113 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas, p. 144.

114 Ce sont les informations faites pour obtenir des habits d’ordres militaires (AHN, Estado, Carlos III, Calatrava par exemple) qui révèlent leur présence.

115 AGI, Ultramar, leg. 18, exp. 14.

116 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 146.

117 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.

118 J. Soubeyroux, « El real seminario de nobles de Madrid y la formación de las élites ».

119 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, pp. 152-253.

120 Son portrait à été tracé par E. Sarrablo Aguareles, « La fundación de Jaruco en Cuba ».

121 F. SúarezdeTangilydeAngulo, Nobiliario cubano, en a reproduit une partie dans son ouvrage.

122 ANC, Archivo Ramírez, lib. 56, t. 1, f° 219.

123 Les archives cubaines conservent encore les brouillons de ces démarches (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 1, exp. 1).

124 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.

125 L. Marrero, Cuba : economía y sociedad, p. 152.

126 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.

127 F. J. Santa CruzyMallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 335.

128 Ibid. t. I, p. 343.

129 F. Súarez de Tangily de Angulo, Nobiliario cubano.

130 J. de la Pezuela, Diccionario geográfico, estadístico, histórico de la isla de Cuba, t. III, p. 478.

131 FICHOZ, AHN CON, LEG. 8978. C’est en 1805 qu’il hérita de sa grand-tante le titre de comte de San Juan de Jaruco. Il fut le troisième du nom.

132 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 349.

133 AGI, Títulos, leg. 9, exp. Mopox.

134 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 345.

135 « … Te repito que detesto la coronada Villa, y tengo esperanza (o por mejor dicho seguridad) de ir cuanto antes a La Habana » (lettre du 17 juillet 1794 dans F. Súarez de Tangily de Angulo, Nobiliario cubano, p. 128).

136 AHN, Consejo, leg. 20882.

137 AHN, Estado, Carlos III, 6282.

138 C. Naranjo Orovio, « Fomento y Organización del territorio ». Voir aussi F. de las Barras deAragón, « Noticias y documentos de la expedición del conde de Mompox a la isla de Cuba ».

139 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 338.

140 Le scientifique allemand résida dans l’Île du 19 décembre 1800 au 15 mars 1801, ainsi que d’avril à mai 1804. A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, pp. 16 et 41.

141 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 343.

142 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 350.

143 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 84.

144 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163, séance du 23 mai 1798.

145 Les idées de Francisco de Arango y Parreño ont notamment été analysées par A. Pérotin Dumont, « Le projet cubain des grands planteurs de La Havane ».

146 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 60.

147 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), p. 162.

Table des illustrations

Légende Carte 4. – L’architecture militaire havanaise en 1808 (A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, annexe)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Carte 5. – Localisation de résidences aristocratiques à La Havane (Juan de Síscara, 1691, AGI, Santo Domingo, 111)A. – Plaza Vieja (ex- place Ferdinand VII, ex- place de la Constitution ; B. – Plaza de San Francisco ;C. – Plaza de Armas ; D. – Palais du capitaine général et siège du cabildo ; E. – Fortin de la Fuerza ; F. – Plazade la Catedral : G. – Cathédrale.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 1. – Palais des comtes de Casa Bayona (une des plus anciennes demeures de La Havane, actuellement musée colonial, carte 5, p. 211, nº 18)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 2. – Palais des comtes de Casa Barreto, puis du marquis de Cárdenas de Montehermoso (l’origine des fameux balcons de bois remonte au xviie siècle, carte 5, p. 211, nº 4)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3. – Palais du capitaine Martín Calvo de la Puerta y Arrieta (1614- 1669), puis du marquis de Cárdenas de Montehermoso (la porte principale a été embellie au xviiie siècle par des bas-reliefs où figurent en bonne place les armes des propriétaires, alors que le balcon de bois a été conservé, carte 5, p. 211, nº 13)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 4. – Palais des comtes de San Juan de Jaruco (achevée en 1737, il s’agit d’une des premières demeures à présenter cette architecture de colonnes qui va être par la suite très largement diffusée, carte 5, p. 211, nº 5)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 5. – Palais des marquis d’Aguas Claras, vue depuis une fenêtre du palais des comtes de Casa Bayona (on voit que l’ancienne demeure de la famille des Ponce de León a été tardivement agrandie par une galerie, au détriment de la place de la cathédrale. La façade de la cathédrale de La Havane ne rappelle-t-elle pas celle de Cadix ?, carte 5, p. 211, nº 22, F et G)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 6. – Palais des comtes de Santovenia, façade principale présentant une des plus grandes galeries de colonnes de La Havane (carte 5, p. 211, nº 17)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 7. – Francisco de Arango y Parreño (1765-1837), premier marquis de La Gratitud (A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, p. 50)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 8. – Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos (1780-1853), deuxième comte de Villanueva (© Archivo Nacional de la República de Cuba)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14812/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search