Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Deuxième partie. La construction du bastion havanais (1763-1808)

Chapitre V. Le contrôle de l’élite créole par le roi et ses représentants

Texte intégral

1Le contrôle de l’élite créole devait être assuré à Cuba, comme dans toute région de l’Empire, à deux niveaux : local et métropolitain. À l’échelle régionale, à La Havane même, le contrôle était confié au capitaine général et à l’intendant. Le premier, surtout, avait pour mission expresse d’informer régulièrement la monarchie de ce qui se passait dans la capitale cubaine, des problèmes qu’il y rencontrait et devait donner son avis sur les diverses sollicitations des membres de l’élite. Le second niveau était celui de l’administration madrilène de l’Empire, des hauts fonctionnaires qui peuplaient les principaux conseils de gouvernement qui rédigeaient des rapports et faisaient des propositions au roi, seul habilité à trancher. C’était le souverain qui, en fin de compte, acceptait ou refusait les réformes proposées par ses ministres comme les sollicitations de toutes sortes émanant de l’élite : c’était là son plus efficace moyen de contrôle sur ces derniers. Car celui qui demande reste suspendu à l’attente de la décision de celui qui donne. Cependant, ce pouvoir, tant à La Havane qu’à Madrid, était un exercice difficile puisque les décisions rendues devaient être perçues comme les plus équitables possibles, au risque sinon de compromettre la solidité de la relation que l’on voulait établir. Aussi, pour comprendre les ressorts de cet encadrement, faut-il s’interroger à la fois sur l’organigramme de contrôle mis en place à La Havane, sur son fonctionnement, ainsi que sur la manière dont le roi exerçait une influence sur ses parents, les titrés.

I. — Un organigramme colonial simple

  • 1 Les passionnés d’histoire d’administration coloniale d’Ancien Régime pourront trouver une comparais (...)

2Sans vouloir prétendre ici à une étude exhaustive de l’administration royale à La Havane, on ne peut faire l’économie de quelques lignes concernant les attributions du capitaine général et de l’intendant qui en étaient à la tête1.

3Premier personnage de Cuba, le capitaine général était donc le représentant direct du roi, sinon de droit du moins de fait. Depuis le pillage de La Havane de 1555, qui montra la nécessité de confier le commandement de la colonie à un militaire, écartant définitivement les juristes, le capitaine général était choisi obligatoirement parmi les officiers supérieurs de Terre ou de Marine. Son autorité, qui s’étendait à toutes les forces armées, terrestres ou navales, régulières ou de milices de l’Île, n’en apparaissait que plus légitime. Ce n’est cependant qu’à la fin du xvie siècle, que son titre exact de gouverneur et capitaine général, qui reprenait la combinaison des fonctions civiles et militaires, fut clairement défini. Au xviiie siècle, ses attributions principales le désignaient comme

  • 2 « Juez de Alzadas del Tribunal del Consulado de esta Ciudad e Ysla y Presidente de la Junta Económi (...)

président du Tribunal d’appel de la Province, juge au Tribunal du consulat, subdélégué de la Surintendance de la rente de tabacs, juge protecteur des courriers maritimes et terrestres et de la Compagnie royale de cette ville de La Havane et île de Cuba2.

  • 3 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 10.
  • 4 Ibid., pp. 275-276.
  • 5 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 275.

4Il était aussi le président de l’Audience de Santo Domingo, comme du cabildo, du Consulat royal, ainsi que de toutes les autres associations et représentations importantes de la colonie. Bref, il chapeautait toute l’administration, ou presque, le seul domaine qui lui échappait fut, à partir de 1764, celui des finances. C’était sa signature qui faisait force de loi et grâce à laquelle les décisions du cabildo étaient pleinement légitimes. Il pouvait également destituer un alcalde ou suspendre un regidor de son poste. En raison d’une telle concentration de pouvoir, la nomination du capitaine général était mûrement réfléchie à Madrid et, depuis 1763 au moins, la monarchie ne désignait que les serviteurs de plus grand talent, ceux en qui elle avait une confiance absolue3. Le mandat du premier représentant du roi ne devait théoriquement pas excéder cinq années ; mais dans la pratique il semble que la durée du séjour fut davantage conditionnée par son efficacité et son caractère, ou les circonstances historiques. À la fin du xviiie siècle, son salaire annuel net oscillait entre 8.348 et 14.348 pesos, avec même une pointe quelque temps à 18.000, en fonction d’attributions qui furent rajoutées ou supprimées4. Pour une ville comme La Havane où la vie était chère, cela restait plus que confortable, cependant cette somme ne permit jamais aux capitaines généraux d’en remontrer aux patriciens. Au contraire, il leur fut plus d’une fois difficile de suivre leur train de vie. Ainsi, le capitaine général Diego José de Navarro y Valladares dut même en 1781 demander au roi de lui payer son voyage de retour, tant il se trouvait désargenté à la suite de son quinquennat havanais. Pour exceptionnelle que fut cette demande, Navarro ne fut pas le seul capitaine général à se plaindre de l’insuffisance de son traitement, Ezpeleta y Galdiano, par exemple, de 1785 à 1789, ne cessa de réclamer lui aussi5.

  • 6 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 183.

5Le capitaine général était secondé par deux personnages. Le premier, spécialisé dans le domaine militaire, dont le titre exact était teniente rey (« lieutenant du roi ») mais que la coutume désignait comme segundo cabo (« chef en second »). Le deuxième personnage, malgré son titre d’auditor de guerra (« auditeur de guerre ») l’aidait principalement dans les tâches civiles, judiciaires et administratives. C’est pourquoi cette fonction était parfois exercée aussi par l’asesor general. Depuis le gouvernement d’Antonio María Bucareli y Ursua (1766-1771), les capitaines généraux reprirent souvent en main cette attribution, s’y employant avec plus ou moins de succès6.

  • 7 Sur l’intendance de La Havane, plusieurs travaux font référence. En particulier, l’article de J. B. (...)
  • 8 « Surintendant général des Finances des Indes ».

6L’administration des finances était donc la seule qui échappait alors au capitaine général. En effet, la reprise en main de La Havane par la monarchie entraîna l’implantation d’un rouage administratif typiquement bourbonien, celui de l’intendance qui, depuis le temps de Louis XIV, avait fait ses preuves en France. Une ordonnance l’introduisit dans la Péninsule en 1749 et c’est à La Havane que l’organisme fit son apparition dans l’Empire dès le 20 octobre 1764, démontrant une nouvelle fois combien pour Charles III la question cubaine était prioritaire7. Bien que conservant son précieux privilège de ne dépendre que du roi ou, plus exactement, du superintendente general de la Real Hacienda de Indias8, autrement dit du pouvoir madrilène, l’institution arrivait dans l’île du Crocodile considérablement amputée des pouvoirs dont elle était dotée en métropole. Alors que les intendants péninsulaires avaient la haute main sur les finances, la justice, la police, la défense, et même l’Église par le biais du patronage royal, celui de La Havane n’avait d’attributions que dans le premier de ces domaines uniquement.

7La création de l’intendance était une conséquence des réformes engagées pour générer et faire circuler dans la colonie des sommes d’argent jusque-là inhabituelles. Dans un premier temps, le situado devait considérablement s’accroître pour renforcer les défenses de la colonie, ne serait-ce que pour construire de nouvelles fortifications et de nouveaux équipements militaires. Ensuite il avait été négocié une augmentation des taxes et une plus grande ouverture du commerce. C’est à l’intendant qu’il revenait de gérer cet afflux monétaire. De plus, la lutte contre la contrebande, fléau endémique de l’Île, lui fut assignée comme une des priorités. De sorte que, malgré la diminution de ses domaines d’intervention par rapport à ses homologues péninsulaires, la gestion des finances avait des répercussions si décisives quant à la défense de l’Île que son rang administratif le plaçait au-dessus même du gouverneur de Santiago de Cuba.

  • 9 AGI, Santo Domingo, leg. 1652.
  • 10 « Ordonnances des intendants de Buenos Aires ».

8À l’instar du capitaine général, le mandat de l’intendant ne devait pas excéder cinq ans, mais ici encore et pour les mêmes motifs, les durées d’exercice furent extrêmement variables, allant de trois à onze années. Son salaire peut être évalué entre 6.000 et 8.000 pesos nets annuels, ce qui, tout en étant confortable, le plaçait largement en dessous des émoluments du capitaine général. Il pouvait arriver que les intendants demandent des augmentations de salaire ; c’est ce que fit, par exemple Nicolás José de Rapún y Banzo, en poste entre 1773 et 1776. Il justifia sa supplique en disant que son traitement ne lui permettait pas de vivre avec tout le décorum nécessaire à sa fonction, d’autant plus que son loyer annuel s’élevait à 1019 pesos9. Une dernière chose qui peut paraître étonnante lorsque l’on connaît l’histoire des intendances américaines est que les pouvoirs de celle de La Havane ne subirent presque aucune grande modification entre 1763 et 1838. Même les réformes de 1786, connues sous le nom de Ordenanza de intendentes de Buenos Ayres10, ne furent exceptionnellement pas appliquées à La Havane. Ces particularismes amènent quelques commentaires.

  • 11 J. B. Amores Carredano, « Juan Ignacio de Urriza y la Intendencia de La Habana », p. 244.

9L’implantation d’une intendance aux attributions réduite en 1764 confirme la prudence de la monarchie dans sa manière d’agir avec l’aristocratie. Ici non plus Charles III n’a pas imposé un missionnaire botté ; le premier intendant, Miguel Pedro Altarriba y Isarre, n’a d’ailleurs laissé aucune trace significative de son action. Charles III a négocié avec l’élite une audacieuse réforme fiscale et établi ensuite le fonctionnaire ad hoc, disposant de tous les pouvoirs nécessaires pour que la nouvelle machine fonctionna bien, mais ne lui accordant pas une attribution supplémentaire pour ne pas froisser l’aristocratie. Les négociations et les réformes de 1764 établirent ainsi un équilibre des pouvoirs entre le capitaine général, l’intendant et les élites, que toute modification pouvait compromettre. Juan Bosco Amores Carredano insistait sur le fait que si des pouvoirs de police et de justice avaient été confiés à l’intendant, l’autorité du capitaine général eût été concurrencée11. Il s’en serait ensuivi des risques de conflits de compétences entre les deux personnages qui auraient certainement pu se montrer doublement nuisibles aux intérêts du roi, puisqu’ils auraient provoqué un blocage susceptible d’être profitable aux créoles. Par ailleurs, en ne confiant à l’intendant de La Havane aucun rôle en matière de développement économique (ce qui le différenciait de son homologue de Caracas par exemple), la monarchie en laissait la compétence aux élites locales. Ce développement prit de telles proportions, et de telles opportunités se présentèrent dans les dernières années du siècle, qu’il fallut tout de même créer une institution pour le canaliser. Ce fut l’apparition du Consulat royal en 1793, que l’on dota de surcroît de compétences judiciaires pour régler les litiges commerciaux ailleurs dévolues aux intendants.

  • 12 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 71.

10Allan J. Kuethe a confirmé cette prudence et cette recherche d’équilibre avec les créoles dans le refus de la monarchie de ne pas suivre les recommandations d’Alejandro O’Reilly concernant le transfert de l’Audience de Santo Domingo à La Havane12. Les avantages de sécurité et de prestige qu’O’Reilly mettait en avant pour justifier ce changement étaient, selon les ministres, nettement contrebalancés par les inconvénients « diplomatiques » et financiers que cela aurait entraîné. L’entretien du nouveau tribunal aurait dû être fait à partir des caisses cubaines, auxquelles on demandait déjà un effort supplémentaire, et surtout il aurait rendu plus facile les appels des sentences prononcées par le cabildo, ce qui aurait affaibli son autorité. Une autre raison, déjà évoquée, complète cette explication : même en réservant le poste à des oidores non cubains, la monarchie pouvait craindre que les oligarques, dont elle entendait accroître le pouvoir, finissent par nuire à l’impartialité des verdicts à cause de collusions d’intérêts économiques et politiques, voire d’alliances matrimoniales.

  • 13 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.
  • 14 Ibid., p. 53.
  • 15 AGI, Santo Domingo, leg. 1976.
  • 16 AGI, Santo Domingo, leg. 1972 et AGI, Ultramar, leg. 121, exp. 6.
  • 17 AGI, Santo Domingo, leg. 1974.

11Il semble que le plus haut poste de l’administration royale (mis à part le cabildo) qu’il fut permis aux créoles d’occuper fut celui de contador mayor del Tribunal de Cuentas, traduisible par « comptable en chef de l’Île ». Comme son nom l’indique, il dirigeait toute la comptabilité de Cuba. Juan Bosco Amores Carredano13 rappelle que le poste fut crée en 1638 et occupé depuis par des membres des familles havanaises telles les Arango, Zequeira ou Beltrán de Santa Cruz. Durant les années 1760 le titulaire de ce poste fut Manuel Aparicio del Manzano y Jústiz, deuxième marquis de Jústiz de Santa Ana, qui accéda avant 1784 aux honneurs de conseillerdes Finances pour avoir fait entrer dans les caisses de l’État 700.000 pesos14, ce qui montre aussi que d’importants volumes monétaires passaient entre ses mains. À titre d’information, son salaire annuel15 était de 1.500 pesos en 1790. Une autre charge d’importance était celle de tesorero general de ejército (« trésorier de l’armée ») qui fut transmise au sein de la famille Peñalver de père en fils pendant quatre générations16 jusqu’en 1797. Grâce à elle, les Peñalver purent non seulement manipuler de grandes quantités d’argent, mais encore donner leur avis au sujet de problèmes administratifs ou de gestion dont la résolution relevait de l’intendant17. Car la mise en place de l’intendance en 1764 a subordonné ces deux charges à la nouvelle institution. Ce ne fut pas le cas du poste de tesorero de las rentas de tabaco (« trésorier des rentes du tabac »), qui fut toujours confié à des péninsulaires et resta continuellement placé sous l’autorité directe du capitaine général.

  • 18 AGI, Estado, leg. 18, exp. 43.

12Ce dispositif rigoureux, interdisant aux créoles d’exercer les plus hautes charges dans l’administration de la colonie, ne se révéla cependant pas suffisant pour les dissuader de les briguer. On se souvient qu’en 1785 Josefa Gabriela Ambulodi y Arriola avait demandé au roi, sans succès, une charge de regidor pour son fils. Onze années plus tard, c’est l’épouse de ce dernier, María Dolores Cabello y Roborato, comtesse de Vallellano, qui écrivait au favori Godoy, prince de la Paix, pour lui demander d’attribuer à son mari la place de teniente rey de La Havane, vacante à la suite du décès de Domingo Cabello y Rodríguez18. Elle justifiait sa demande par trois arguments : en premier lieu, elle était la nièce du défunt teniente rey, elle avançait ensuite les mérites de son mari, colonel de cavalerie et enfin proposait de verser une somme, sans plus de précision quant à son destinataire, de 200.000 réaux de billions. Il restait sous-entendu que ce dernier était le même que celui à qui a été adressée la lettre, car la comtesse précisait au prince qu’elle lui écrivait sous le sceau du secret, en cachette du capitaine général, de crainte que celui-ci, à cette évocation, ne donne pas suite à la lettre. Peine perdue, son mari ne fut pas plus segundo cabo qu’il n’avait pu être regidor. La démarche en revanche n’est pas inutile pour qui veut comprendre la conception du pouvoir que se faisaient les élites aristocratiques et les réalités de ce pouvoir. Elle montre ainsi toute l’importance que ces élites attachaient à l’hérédité et l’obstacle que pouvait représenter le capitaine général pour la réalisation de leurs desseins. Mais la comtesse et son mari avaient certainement commis une erreur d’appréciation en pensant qu’ils pourraient, grâce à une démarche audacieuse, contourner l’autorité du capitaine général.

  • 19 ANC, Santo Domingo, caja 104, sign. 22.
  • 20 AGI, Ultramar, leg. 125.
  • 21 AGI, Ultramar, leg. 24.

13Il n’est cependant pas de système administratif parfaitement rigide et il eût été étonnant de ne rencontrer aucun créole qui soit parvenu à occuper une charge de premier plan. En l’occurrence l’exception eut pour nom Julián Francisco Martínez Campos y González Álamo qui occupa vers 1800 la fonction d’auditor de guerra19, ce que le capitaine général Someruelos voyait comme un grand privilège20. Il est malheureusement impossible, d’expliquer comment cet hacendado havanais obtint ce poste, qu’il tenait fermement puisqu’il n’hésita pas en 1794 et en 1807, lorsqu’il se trouva malade, à en confier l’intérim à son frère, le comte de Santovenia, lui-même adjoint en second de l’intendant21.

14Cette analyse confirme encore celle utilisée pour définir l’élite de pouvoir créole qui avait montré que ce pouvoir était concentré dans le cabildo et le Consulat royal. Si les statuts du second étaient difficilement modifiables parce que récemment négociés, la seule manière qu’il restait aux aristocrates havanais pour accroître leur influence politique consistait à augmenter le nombre de regidores du cabildo. Plus une corporation est nombreuse, plus elle a de chances de se faire entendre. Une place de regidor en plus ou en moins, peut sembler minime, pourtant, cela pouvait permettre de représenter tout un puissant clan havanais augmentant ainsi considérablement la force du groupe oligarchique.

15Charles III, ayant montré à Naples et à Madrid qu’il s’y entendait en matière d’administration municipale, n’avait pas besoin d’une confirmation de ses conseillers pour connaître les enjeux d’un élargissement même ponctuel du nombre de regidores. Aussi interdit-il par le décret du 20 décembre 1775 toute nouvelle création de pouvoirs effectifs héréditaires de regidores pour l’ensemble des villes d’Espagne et de son Empire. Cependant, à La Havane, ils passèrent quand même de treize en 1763 à dix-sept en 1804 ; il fut même le premier à déroger à la règle qu’il édicta puisqu’il créa personnellement deux charges de plein exercice postérieures à son décret de 1775. Les créations furent les suivantes :

Tableau 8. — Création de charges de regidores au cabildo de La Havane de plein exercice ou honorifiques entre 1763 et 1808

Date

Bénéficiaire

Type de charge

9 septembre 1764

Domingo Lizundia Odría
y Echeverría

Plein exercice

12 octobre 1784

Luis Ignacio Caballero
y Rodríguez

Plein exercice

23 juillet 1785

Manuel Ponce de León
y Maroto

Plein exercice

4 septembre 1785

Juan José Zequeira
y Palma-Beloso

Honneurs

1789

Miguel García-Menocal
y Pérez de Velasco

Honneurs

12 août 1804

José Cayetano Pichardo
y Zereceda

Plein exercice

Source AOHCH, Actas capitulares ; F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 373 ; AGI, Santo Domingo, leg. 1142 et 1192 ; AGI, Títulos, leg. 12a, exp. Vallellano ; et AGI, Ultramar, leg. 26, exp. 9.

16Ces quatre charges de plein exercice furent les dernières que les souverains espagnols créèrent pour augmenter la représentation de la municipalité havanaise, même si celle de Pichardo fut plus effective que réelle. Une nouvelle fois ce fut Charles III qui en concéda le plus, toujours dans ce but de consolider la société créole et d’établir des liens privilégiés avec elle. À noter que les trois charges effectives qu’il créa furent présentées comme des récompenses pour des attitudes courageuses lors de l’invasion anglaise de 1762. Décidément, cet assaut fut une véritable aubaine pour l’élite havanaise.

  • 22 AGI, Santo Domingo, leg. 1142.
  • 23 AOHCH, Actas capitulares, lib. 47.
  • 24 AGI, Santo Domingo, leg. 1142.
  • 25 Ibid.

17Manuel Ponce de León y Maroto fut le dernier à pouvoir réellement bénéficier d’une charge de plein exercice en 1785. Il est possible que cette particularité lui fut notifiée, ainsi qu’à l’ensemble du cabildo havanais, au regard de la manœuvre de Juan José Zequeira y Palma-Beloso déployée l’année suivante pour en obtenir une. Zequeira, qui à la différence des demandeurs qui l’avaient précédé, ne pouvait appuyer sa demande sur un héroïsme militaire personnel ou familial, tenta de procéder en deux étapes. Tout d’abord il sollicita et obtint en 1785, avec l’appui du capitaine général, uniquement les honneurs attachés à la charge de regidor, en promettant de verser 1.000 pesos pour cette grâce22. L’argent n’était ici qu’un élément secondaire, éclipsé par la situation sociale du prétendant : il était le fils du premier comte de Lagunillas et avait épousé la fille du regidor depositario general. Cela explique aussi qu’en 1786 il fut élu alcalde ordinario de La Havane et, comme le voulait la coutume, alcalde de la Santa Hermandad l’année suivante23. Fort de ce parcours, triplant la somme promise et mettant en avant certains mérites de son père et de son grand-père, Zequeira suspendit les dernières formalités administratives nécessaires pour obtenir ces honneurs. Voyant la porte entrouverte, il préféra demander à ce qu’ils soient transformés en pouvoirs effectifs. Bien qu’il compta sur le soutien de l’ensemble du cabildo, sa demande fut rejetée sous le triple motif que les premiers 1.000 pesos promis n’avaient jamais été versés, que la somme proposée était insuffisante et que cette demande était contraire à l’esprit des lois, autrement dit au décret24 de 1775. L’échec de la manœuvre de Zequeira réduisit davantage les espoirs des autres Havanais pour obtenir ne serait-ce que les honneurs seulement d’une charge de regidor. Car lorsqu’en 1789 Miguel García-Menocal y Pérez de Velasco les sollicita25, mettant en avant ses services au sein du cabildo qu’il connaissait bien, étant régulièrement réélu au poste de síndico procurador general, le capitaine général s’y opposa, arguant que cette pétition n’était qu’une première étape vers l’obtention complète des pouvoirs. La monarchie, qui l’avait bien compris également, accéda tout de même à la demande, mais ne concéda pas les pouvoirs effectifs, que peut-être García-Menocal ne demanda jamais.

  • 26 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1242, exp. 114.
  • 27 Il possédait deux ingenios, AGI, Santo Domingo, leg. 1973.

18L’exemple de Zequeira pour obtenir un poste de regidor a fait mention de l’avis négatif du capitaine général. Cette opinion était logique : présidant le cabildo il lui était plus facile de traiter avec un groupe réduit, plutôt qu’avec un ensemble plus vaste de personnes qui représentaient en une plus grande proportion encore l’ensemble des familles puissantes de La Havane. Le capitaine général était, par nature, l’ennemi du pouvoir créole, bien qu’il dut sans cesse composer avec lui : toute augmentation de puissance du second se faisait au détriment du sien et pouvait le freiner dans sa mission. C’est pourquoi par exemple en 1779, il avait protesté contre la nomination du marquis du Real Agrado comme tesorero de las rentas de tabaco, jugeant cette fonction incompatible avec celle de regidor qu’il occupait alors26. En effet, cette dernière le classait désormais comme un créole, bien qu’il fut né en Guipúzcoa d’une vieille famille qui y était depuis toujours enracinée. Le marquis avait certes mis en avant son origine péninsulaire pour solliciter ce poste, mais cet hacendado27 était installé depuis près de quarante ans à La Havane, il y avait été marié trois fois, épousant ainsi une Calvo de la Puerta, ce qui lui avait ouvert les portes de la municipalité. La protestation du capitaine général fut vaine, la monarchie étant alors toujours en 1779 dans une phase de conciliation ou de réconciliation avec les élites. Cette protestation amène cependant à s’interroger davantage sur les relations dans la capitale cubaine entre ces différents acteurs qu’étaient le capitaine général, l’intendant et la saccharocratie.

II. — Des relations complexes entre les élites, le capitaine général et l’intendant

  • 28 AGI, Ultramar, leg. 198. Toute la liasse concerne les dettes du comte et ses projets de plantation (...)
  • 29 « Amigo mío de veras », (ibid.).
  • 30 Il est possible de pousser plus loin l’analyse en signalant, comme nous le verrons plus avant, que (...)

19Par une lettre datée du 25 mars 1807 adressée au favori Manuel Godoy, l’intendant Gómez Roubaud y Vega se plaignait de l’attitude incorrecte du capitaine général Someruelos envers un créole, le comte de San Juan de Jaruco y de Santa Cruz de Mopox28. La brouille entre l’aristocrate et le premier représentant du roi avait pour origine le refus du second de favoriser le projet du comte consistant à relancer la culture du tabac pour payer ses dettes. Ce refus, selon Roubaud, provenait de la mauvaise influence qu’exerçaient certains planteurs de canne auprès de Someruelos. L’intendant affirmait regretter aussi, sans donner de raisons précises, que le capitaine général fût en place depuis huit années déjà, que son second, José Ylincheta y Fauri, occupât son poste depuis seize ans et qu’il était devenu un hacendado marié à une fille du pays. Pour lui, la créolisation du pouvoir était un fait avéré et particulièrement néfaste à La Havane, alors que plus qu’en tout autre endroit, le respect des lois qui prévenaient cette évolution devait y être observé. Mais paradoxalement, une des premières raisons qu’invoquait Roubaud pour que le prince de la Paix donnât son accord aux projets du comte de San Juan de Jaruco, tenait dans le fait qu’il le présentait comme un « véritable ami29 » : en quelque sorte il tombait dans le travers qu’il dénonçait30.

20Ce plaidoyer est remarquable par deux aspects : d’abord parce qu’il est une franche accusation de l’influence du pouvoir créole sur celui détenu par le représentant du roi, ensuite, parce qu’il est un témoignage tout aussi direct de l’opposition qui pouvait apparaître entre le capitaine général et l’intendant. Toutefois, une seule lettre, une seule plainte ne peuvent rendre compte d’une collusion d’intérêts entre les représentants du roi et les élites créoles, surtout pour une large période. Aussi a-t-il fallu commencer par vérifier si d’autres exemples confirmaient cette dénonciation et avant tout réfléchir sur certaines réalités sociales qui pouvaient conditionner les relations entre les représentants du roi et les élites créoles.

  • 31 Voir carte 5, p. 211 de cet ouvrage.
  • 32 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 53.
  • 33 Ibid.
  • 34 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.
  • 35 AGI, Títulos, leg. 7a, exp. Peñalver.
  • 36 On trouvera copie de cette Pragmatique dans AGI, Ultramar, leg. 24.

21Pour le capitaine général et l’intendant, la fréquentation de l’élite havanaise était aussi nécessaire qu’inévitable. Beaucoup de facteurs les rapprochaient. En premier lieu la disposition géographique même de leurs habitations. Le palais des capitaines généraux dont la construction fut achevée en 1791, se situait en plein centre ville, non loin de la cathédrale, là où les aristocrates avaient depuis longtemps établi leur demeure31. Avant cette date, le capitaine général louait une maison à l’un d’entre eux, Martín Estebán de Aróstegui y Larrea32. L’intendant a logé durant de nombreuses années dans une maison appartenant au premier comte de Buena Vista33. L’exercice du pouvoir amenait des contacts fréquents. En effet, c’est aussi dans ce palais des capitaines généraux que se tenaient les séances au moins hebdomadaires du cabildo. Pour des raisons de commodités évidentes, l’intendant devait acheter la nourriture nécessaire pour les soldats aux créoles, maîtres de la terre et des élevages de bétail et même leur demander parfois de consentir des prêts. De plus, la documentation montre d’autres exemples de collaborations exceptionnelles ou provisoires entre les créoles et les capitaines généraux. Par exemple, le regidor perpétuel Carlos José Pedroso y Garro a rempli plusieurs missions en 1808 pour le capitaine général Someruelos. Le contenu de ces missions n’est pas connu, on sait cependant que le regidor s’est acquitté de sa tâche de la manière la plus satisfaisante34. Plus connue fut la mission confiée par l’intendant José Pablo Valiente y Bravo en 1798 aux marquis de Casa Peñalver et de Villalta : recueillir parmi leurs concitoyens la somme fabuleuse de 700.000 pesos qui devaient leur être remboursés en deux mois35. De son côté, le capitaine général était pour chaque famille un intercesseur obligatoire sur le chemin de l’obtention d’une décoration, d’un titre de Castille, et même d’une licence de mariage ; en 1787, une Pragmatique renforçait encore ce pouvoir, en soumettant obligatoirement le mariage d’un titré à son accord préalable36. On ne peut douter d’une certaine fascination réciproque entre ce personnage investi de la toute puissance royale et ces patriciens qui régnaient chacun sur la vie de centaines d’esclaves. Un troisième point de rapprochement était celui de la sociabilité. Le capitaine général était un militaire de haut rang, de vieille famille chrétienne, parfois titré : il représentait donc un idéal et une garantie pour tous ceux qui voulaient que l’on ne les confondît en aucune manière avec ces descendants de traîne-misère aux origines douteuses qui, en fuyant la Péninsule, avaient réussi une vie meilleure dans le Nouveau Monde. En retour, pour le capitaine général ou l’intendant, qui avaient reçu une éducation aristocratique, pouvoir profiter dans ce port négrier marqué par la brutalité du climat d’une vie mondaine était une aubaine. D’autant plus qu’ils devaient nécessairement être, par leurs fonctions, parmi les principaux centres de la vie sociale.

22Toutefois, ce contact obligé entre le planteur, le capitaine général et l’intendant, n’était pas forcément empreint de la meilleure harmonie, comme l’a déjà suggéré la précédente lettre de Roubaud. Les querelles qui ont pu survenir avaient pour origine les missions, les compétences et les intérêts différents des acteurs. Mais comme les querelles ne sont qu’épisodiques entre 1763 et 1808, cela laisse supposer que lesdits acteurs ont eu une grande part de responsabilité dans l’ambiance relativement sereine qui s’est établie entre eux.

  • 37 J. B. Amores Carredano, « Juan Ignacio de Urriza y la Intendencia de La Habana ».

23À de très rares exceptions près, en effet, il n’y eut aucun problème entre les capitaines généraux et l’élite cubaine. Les raisons qui expliquent cela sont simples et peu nombreuses. Tout d’abord, parce que, comme l’a déjà mentionné Juan Bosco Amores Carredano pour les intendants, la recherche d’une bonne entente avec les oligarques était explicitement mentionnée dans l’instruction secrète qui leur était remise avant leur départ37. Étant fonctionnaires et de surcroît militaires, tous les capitaines généraux se firent un devoir d’obéir à cet ordre qui les concernait également. Par ailleurs, la nomination en 1781 de Juan Manuel Cagigal de la Vega y Monserrate, fils de Francisco Antonio Cagigal y Vega, qui l’avait précédé à ce poste vingt ans plus tôt, indique aussi tout le suivi et la relation privilégiée qu’ont voulu donner les rois d’Espagne à la politique mise en place avec les élites créoles. Lorsque Juan Manuel Cagigal pris ses fonctions, il rencontra des personnes qui avaient bien connu son père, ce qui facilitait les contacts. Pour d’autres capitaines généraux, ces contacts furent favorisés par des liens de sang qui les unissaient déjà à cette élite comme s’en plaignait du reste l’intendant Roubaud.

  • 38 Cette procédure que l’on pourrait traduire par « jugement de résidence » était une enquête administ (...)
  • 39 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 55.
  • 40 C. M. Parcerro Torres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, p 196.
  • 41 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Villanueva.

24Lorsqu’il n’y a pas de liens familiaux la documentation révèle parfois de véritables liens d’amitié qui unissaient certains membre de l’élite à quelques capitaines généraux. Ainsi en 1790 lorsque l’administration du capitaine général Ezpeleta fut passée au crible du juicio de residencia38, comme la règle l’obligeait, celui-ci ne pouvant défendre en personne sa gestion car il venait d’être nommé vice-roi de Nouvelle Grenade, en confia le soin à deux Havanais présents à la Cour, les marquis Cárdenas de Montehermoso et Jústiz de Santa Ana39. Chez les Jústiz on cultivait peut-être avec plus d’intérêt le contact du capitaine général puisque Celia María Parcerro Torres a souligné le lien d’amitié qui unissait la femme du précédent marquis avec le capitaine général Prado Mayeza, avant qu’il ne soit démis de ses fonctions à la suite de l’assaut anglais40. Le capitaine général Someruelos quant à lui était, aux dires de son fils, un grand ami de l’influent Bernabé Martínez de Pinillos y Sáenz et lui rendit plusieurs fois visite dans sa propre maison, raison pour laquelle, du reste, il ne trouva rien à redire à la prétention au titre de comte de Villanueva que présentait Pinillos41. Enfin, l’amitié, sincère ou calculée, de Francisco de Arango y Parreño avec la plupart des capitaines généraux est un fait connu de tous les manuels d’histoire cubains.

  • 42 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 46.
  • 43 AGI, Santo Domingo, leg. 1142.

25Puisqu’il existait des liens d’amitié entre les capitaines généraux et la saccharocratie, des témoignages matériels de cette amitié devaient exister également. Il ne faut pas chercher bien loin pour voir combien certains d’entre eux profitèrent de largesses havanaises. Le plus célèbre des cadeaux est, sans conteste, celui que l’oligarchie havanaise fit au capitaine général Las Casas, puisqu’il s’agissait d’un ingenio. Celui-ci était vraiment bien nommé puisqu’il portait le nom d’Amistad (« Amitié »). Bien entendu, un cadeau de cette envergure pouvait ressembler très fort à de la corruption. Aussi chercha-t-on à préserver les apparences de l’honnêteté puisque l’ingenio ne fut pas remis en grande pompe au capitaine général, mais discrètement confié à un homme de paille, un certain Joaquín Ayestarán y Goicochea. Il est possible que la manœuvre n’échappât pas aux contemporains, mais elle ne fut dénoncée qu’en 1807 par l’intendant Roubaud, qui attaquait ainsi la mémoire du capitaine général mort depuis sept ans, en même temps qu’il s’en prenait au capitaine général en exercice en soutenant son ami le comte de San Juan de Jaruco. Francisco de Arango y Parreño, scandalisé par cette dénonciation, prit la défense de son ancien ami Las Casas, ce qui permit la constitution de plusieurs dossiers qui, cent cinquante années plus tard, analysés par Manuel Moreno Fraginals, permettent de comprendre parfaitement le montage financier42. Cette discrétion dans la manière d’offrir un cadeau à Las Casas, se comprend lorsque l’on sait que quelques années plus tôt, un de ses prédécesseurs, Juan Manuel de Cagigal de la Vega y Monserrate, avait été démis de ces fonctions pour s’être laissé séduire par les affaires cubaines. Il est vrai que celles-ci étaient parfaitement illégales : Cagigal, en 1781, avait participé à un trafic de contrebande avec des négociants anglais dont les principaux chefs havanais étaient le comte de Buena Vista, les marquis du Real Socorro et Jústiz de Santa Ana43. Un autre inculpé fut le brigadier Ezpeleta, celui-là même qui allait devenir quatre années plus tard capitaine général ; il fut absous, comme tous les autres accusés, mais Cagigal, sommé de rentrer s’expliquer à Madrid, perdit tout de même sa place. En quelque sorte, ses prédispositions familiales pour établir de bons contacts avec les puissantes familles avaient dépassé toutes les espérances de la monarchie.

26Cette dernière affaire frauduleuse avait été révélée et dénoncée une fois encore par l’intendant. Les relations qu’entretenaient les intendants avec le capitaine général ou avec les élites furent toujours plus tumultueuses que celles qui animèrent le capitaine général et les élites. Il était à ceci une raison bien simple : l’intendant était, par ses fonctions, l’adversaire des créoles puisqu’il avait pour mission de faire rentrer de l’argent dans les caisses royales, de lutter contre la fraude fiscale, la contrebande, et le détournement de fonds publics, des pratiques auxquelles certains membres de l’élite s’adonnaient à un haut niveau.

  • 44 AGI, Santo Domingo, leg. 1974.
  • 45 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

27Ce furent là des objectifs qui, bien souvent, poussèrent les oligarques à présenter devant ce fonctionnaire un front uni. Il serait long de dresser un tableau de tous les heurts qui opposèrent les élites à l’intendant, mais quelques exemples peuvent donner le ton de leur relation. Ainsi, en 1789, l’intendant Domingo Hernani y Arandia se plaignait ouvertement que les hacendados n’obéissaient pas à ses ordres en matière de fiscalité44. L’année suivante, le cabildo donna pouvoir à l’un des siens, Nicolás Calvo de la Puerta y O’Farrill, pour s’opposer à une taxe que voulait imposer Hernani sur les esclaves importés. Le planteur eut gain de cause et présentant cette victoire comme celle non pas de l’oligarchie mais de l’intérêt général, il n’hésita pas à en faire mention comme un mérite pour solliciter un titre de Castille45 !

  • 46 J. B. Amores Carredano, « Juan Ignacio de Urriza y la Intendencia de La Habana ».

28Pour autant, tous les intendants ne furent pas des ennemis des créoles, ni du capitaine général, ni non plus des défenseurs zélés des intérêts de la Couronne. Du discret premier intendant, Pedro Miguel Altarriba y Isarre au bouillant Rafael Gómez Roubaud y Vega, toute une gamme d’attitudes peut être relevée, dont les plus emblématiques sont certainement celles de Juan Ignacio Urriza (1776-1787) et de José Pablo Valiente y Bravo (1791-1804). Les deux personnages sont assez bien connus de l’historiographie traditionnelle : Juan Bosco Amores Carredano a consacré une étude au premier, dans laquelle il mentionne par ailleurs le second puisque leurs histoires personnelles sont liées46. Urriza est resté célèbre pour avoir combattu avec acharnement la contrebande et les trafics en tout genres des créoles, ce qui le rendit particulièrement impopulaire, notamment après que ces dénonciations eurent provoqué le rappel à Madrid du capitaine général Cagigal. Urriza s’opposa aussi à la politique du capitaine général comte de Galvez favorable à la concession de licences particulières d’importation d’esclaves que réclamaient les élites. Celles-ci trouvèrent l’occasion de se venger lorsque Urriza se heurta au capitaine général Ezpeleta. À cette occasion, une série de dénonciations anonymes pour corruption, qui arrivèrent au Secrétariat des Indes fut à l’origine d’une enquête contre lui. Ce fut l’oidor de l’Audience de Mexico, José Pablo Valiente, que l’on envoya pour cette mission. En mai 1786, après une enquête minutieuse, il décida de l’arrestation de deux collaborateurs d’Urriza, Diego Miguel Moya et Juan Martín Galiano. Rien ne put être formellement prouvé contre Urriza, mais l’intendant, fortement humilié par l’emprisonnement de ses proches et le déchaînement des passions contre lui, demanda à être relevé de ses fonctions, ce que son ministre lui accorda.

  • 47 AGI, Santo Domingo, leg. 1978.
  • 48 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 47 et 84-85.
  • 49 AGI, Santo Domingo, leg. 1981.

29Curieusement, quelques années plus tard, José Pablo Valiente prit sa place et fit une impression exactement inverse aux élites et aux capitaines généraux. C’est durant le mandat du capitaine général Luis de Las Casas y Arragori, dont il devint l’ami, qu’il donna toute la mesure de son talent. Il fut non seulement un intendant qui augmenta considérablement les revenus de l’État, mais encore d’un très bon conseil pour mettre en place, avec le capitaine général et les élites, les nouvelles institutions, si chères aux créoles, que furent la Société Économique des Amis du Pays et surtout le Consulat royal47. Par ailleurs, Valiente ne fit jamais mystère de l’intérêt qu’il portait à la plantation, bien au contraire. Peut-être que pour éviter les rumeurs, qui amplifient et déforment ce que l’on veut taire, préféra-t-il s’associer au grand jour avec Francisco de Arango y Parreño dans la construction vers 1800 d’un ingenio. Il faut dire qu’il leur eût été difficile d’entourer leur projet de discrétion puisque la « Ninfa » qui jaillit de cette association fut pendant un temps le plus grand et le plus moderne de tous les ingenios cubains, employant jusqu’à 350 esclaves. Cette dernière précision suffirait à définir l’entreprise, comme totalement immorale, selon nos critères actuels. Manuel Moreno Fraginals ajoute qu’elle était aussi parfaitement malhonnête, selon un critère intemporel, puisque la construction de la propriété se fit avec de l’argent public détourné48. Et Valiente ne laissa pas non plus le souvenir d’un intendant particulièrement attaché à réprimer la contrebande. C’est peut-être pourquoi il fut de tous, celui qui resta le plus longtemps en place durant cette période. Un de ses successeurs, Juan Aguilar, eut moins de chance, car il fut dénoncé par un autre haut fonctionnaire (qui convoitait sa place) pour avoir vendu illégalement mille caisses de sucre en Amérique du Nord49.

30On peut affirmer au regard de ces cadeaux, de cette implication dans les trafics, de ces invitations à participer à cette entreprise économique qu’était la plantation dont les Havanais connaissaient tous les rouages, que le capitaine général et l’intendant ont été plus d’une fois circonvenus. La tentation de s’enrichir, dans cette Île où les fortunes pouvaient se constituer rapidement, était bien forte, surtout quand l’on se plaignait de l’insuffisance de son salaire. Pourtant, on ne peut lancer si facilement une accusation presque généralisée de corruption des représentants de la monarchie par les élites aristocratiques havanaises. En effet, pour qu’il y ait corruption, il faut qu’en retour les créoles aient obtenu quelque chose illégalement. Il s’agit là d’un point délicat.

31Pour autant, il ne faudrait pas déduire que les capitaines généraux firent preuve de laxisme ou de faiblesse face aux aristocrates havanais. Si certains se sont compromis personnellement dans quelques affaires, jamais ils ne mirent en péril les intérêts du roi. Au contraire, toujours ils surent rappeler que la bannière royale qui flottait sur leur palais et sur les remparts du Morro, n’était pas le symbole d’une lointaine autorité, mais que celle-ci s’imposait bel et bien au pouvoir créole. Cela a été entraperçu avec leur hostilité face à la création de nouvelles charges de regidores de plein exercice ; une autre affaire montre d’une manière bien plus convaincante combien le capitaine général pouvait se montrer ferme lorsqu’il jugeait que son autorité était menacée.

  • 50 AGI, Santo Domingo, leg. 1603. La liasse entière concerne cette affaire.
  • 51 « … Agente de linaje oscuro » (ibid.).

32En 1783, l’augmentation d’esclaves en fuite menaçait les campagnes environnantes de La Havane et représentait une grave menace pour les nouveaux ingenios qui se créaient : on craignait bien sûr que les marrons ne cherchassent à libérer les autres esclaves et qu’ensemble ils ne constituassent une force difficilement contrôlable. Pour prévenir ce danger, le capitaine général Luis Unzaga y Amenzaga décida d’armer une troupe comprenant entre 600 et 800 hommes, car il évaluait à un millier environ le nombre de rebelles50. La nouvelle formation reçut des pouvoirs de justice et ne fut en rien limitée dans le temps. Cette décision souleva une quadruple opposition. En premier lieu celle du teniente de alcalde mayor de la Santa Hermandad, Pedro Julián de Recio de Morales y González Carvajal, car c’était à lui que revenait ce travail de surveillance et de répression des campagnes. En armant ainsi une troupe qu’il plaçait sous son contrôle, le capitaine général empiétait sur ses prérogatives et d’une certaine manière discréditait son action, voire lui faisait injure. Le teniente fut soutenu par le propriétaire de la charge, Jacinto Tomás Barreto y Pedroso, qui ne pouvait désavouer celui qui défendait les prérogatives qu’il lui avait confié. Une troisième objection vint de la part d’un colonel de cavalerie, Juan Bautista Vaillant y Bertier, offusqué que l’on donnât selon ses termes, « à des gens de lignage obscur » les mêmes prérogatives qu’aux miliciens51. La quatrième opposition fut celle du cabildo dans son ensemble, qui ne se priva pas de manifester au capitaine général combien la mesure lui déplaisait, pour les mêmes motifs évoqués par Morales et Vaillant. Devant cette menace de fronde, Unzaga fit enfermer le teniente de alcalde mayor de la Santa Hermandad dans la forteresse d’El Morro, simplement pour faire un exemple, pour rappeler à tous les créoles leur devoir d’obéissance. Cette décision pour le moins arbitraire obtint les effets escomptés : l’agitation cessa aussitôt, mais Morales décida de faire appel au roi pour régler l’affaire.

  • 52 AGI, Santo Domingo, leg. 1603.

33Ce furent les conseillers du roi qui débloquèrent la situation. La monarchie fit libérer rapidement Morales et dissout également la troupe mise en place par Unzaga. Elle reconnut aussi officiellement que le capitaine général n’avait pas respecté les lois, puisque la formation d’une telle troupe aurait dû être limitée dans le temps et qu’accorder des privilèges de justice à tant de gens était dangereux pour l’État. Toutefois, elle ne condamna pas le capitaine général mais reporta la faute sur ses conseillers, en particulier sur un certain Francisco Manuel Acosta y Riaza. C’était une victime toute désignée : il avait précédemment déjà été exilé pendant huit années par le capitaine général Diego Navarro au motif d’une conduite dépravée52. Cette fois-ci il écopa d’une amende de 400 pesos, tandis qu’un autre conseiller, Diego Miguel Moya (celui-là même qui plus tard fut envoyé en prison par José Valiente) fut condamné à 200 pesos. Et tout rentra dans l’ordre. Les raisons qui ont poussé la monarchie à trancher en ce sens sont évidentes. En accédant aux revendications de l’élite qui s’estimait blessée dans son honneur, et menacée dans ses prérogatives, en ne désavouant pas pour autant le capitaine général, ce qui aurait été perçu comme une victoire du pouvoir local sur le pouvoir central, sa décision satisfaisait tout le monde. La raison d’État justifia alors le sacrifice de Acosta y Riaza et Moya.

34Ce dernier exemple montre combien l’exercice du pouvoir pour le capitaine général et l’intendant pouvait s’avérer fort délicat. Leur mission, leur éducation même les amenaient à côtoyer de près l’aristocratie havanaise. Des liens d’amitié pouvaient surgir, rendant leur séjour plus agréable. Mais ces liens présentaient un double danger, le premier était de succomber à la constitution rapide d’une fortune fondée sur la plantation sucrière à partir de bases pas toujours très honnêtes. Le second était que, développer une trop grande familiarité avec ces puissantes familles pouvait affaiblir leur autorité. Un troisième problème se posait à ces deux représentants du roi : celui de leur coexistence pacifique, puisque leurs fonctions, non subordonnées l’une à l’autre, pouvaient les amener à s’affronter, arrivant même jusqu’à se dénoncer devant le roi. Les exemples précédents ont montré aussi que le capitaine général, l’intendant et même les élites faisaient appel au souverain en cas de problème. Il n’y a là rien de plus normal dans une monarchie d’Ancien Régime et c’est précisément la raison pour laquelle les interventions royales doivent être prises en compte dans ce contrôle de la société coloniale.

III. — Un arbitrage royal nécessaire

  • 53 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

35Le contrôle royal s’exerçait d’abord sur les institutions créoles, cabildo et Consulat royal en particulier, au travers de l’examen des décisions et des actions qui étaient consignées dans des registres vérifiés à Madrid. Plus le temps passe, plus ces vérifications se font précises. Ainsi, le roi demande en 1802 à ce que le Tribunal mercantile remette à la fin de chaque année un rapport sur tous les jugements prononcés et sur la teneur des affaires encore pendantes53. Quelques sondages sur les juicios de residencias, ont confirmé le sérieux des contrôles effectués et montré aussi une grande tolérance de la part des fonctionnaires royaux quant aux activités délictueuses.

  • 54 AHN, Consejos, leg. 20911.
  • 55 Ibid.
  • 56 AHN, Consejos, leg. 20881.
  • 57 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 130.

36On se souvient qu’en 1781, l’alcalde ordinario Miguel Peñalver y Calvo de la Puerta condamna un voleur de bétail à huit années de travaux forcés en Floride, sans même avoir écouté la défense de ce dernier54 : Peñalver fut purement et simplement absous. Dans la même enquête, on prouva que Pablo Armenteros de Guzmán y Sotolongo, alcalde de la Santa Hermandad en 1783, profita de son pouvoir pour escroquer de cinquante pesos une personne. On le condamna simplement à une amende de la même somme et à l’interdiction de pouvoir occuper à nouveau cette fonction durant cinq années55. Cette dernière mesure était inutile puisque dans la pratique il était très rare qu’une même personne soit réélue à cette fonction, surtout durant un espace de temps si court. On a vu que lors de l’affaire de contrebande dénoncée par l’intendant Urriza et dans laquelle était impliqué le capitaine général, il n’y eut aucune sanction de prise contre les créoles. Miguel Cárdenas y Santa Cruz ne fut pas réellement inquiété non plus lorsqu’une perquisition de 1781 révéla qu’il avait passé commande auprès du fameux négociant anglais Felipe Allwood pour 500 pesos de « marchandises » qui comprenaient entre autres une esclave noire, une pièce de tissu d’Irlande et huit mouchoirs à cinq schillings chacun56. C’était le lieutenant-colonel Francisco Miranda y Rodríguez Espinosa — celui-là même qui allait devenir une figure de l’indépendance américaine — qui avait servi d’intermédiaire pour amener frauduleusement la commande depuis la Jamaïque jusqu’à la maison de Cárdenas. Juan Bosco Amores Carredano rapporte qu’en 1784, Miguel Antonio Herrera y Chácon, le frère du cinquième marquis de Villalta fut dénoncé — auprès de l’intendant Urriza — pour trafic de licence d’importation d’esclaves : il avait cédé la sienne à des commerçants anglais qui l’exploitaient en son nom, ce qui était totalement illégal. Bien qu’il fut reconnu coupable, il n’eut pour condamnation, en raison de sa réputation et de ses influences, que quelques droits de douane à acquitter et s’il gagna moins d’argent que prévu, il fit quand même des bénéfices57. Mais peut-être que la meilleure preuve d’une certaine tolérance vis-à-vis des habitudes frauduleuses de l’élite havanaise ne doit pas être recherchée dans des exemples particuliers, mais dans celui, plus général, de l’absence de moyens mis en place pour lutter contre la contrebande. L’intendant avait pour mission de la réprimer, mais les moyens mis à sa disposition pour cela se révélèrent toujours nettement insuffisants. De là aussi, peut-être, l’exaspération de certains d’entre eux contre les créoles.

37L’autorité dont le souverain était investi pour contrôler l’élite aristocratique havanaise s’aperçoit de la manière la plus remarquable au travers de ces implications pour régler les différends entre les familles et même au sein d’une même famille. Si les querelles devaient être réglées devant les tribunaux, il pouvait arriver qu’une partie, se sentant victime d’une injustice, fasse appel au roi tant les intérêts en jeu, combinant le plus souvent honneur, puissance politique et économique, étaient importants. Ces interventions royales étaient une des caractéristiques majeures de la fonction régalienne. Comme pour la sollicitation de titres, les plaintes et les requêtes passaient par le filtre d’organismes tels que le Conseil des Indes ou la Chambre de Castille qui, après enquête et réflexion, les présentaient au roi accompagnées d’un avis argumenté. Le monarque était libre de le suivre ou non, mais devait toujours trancher en dernier ressort. Remarquons enfin que si des procédures administratives devaient être respectées, ne serait-ce que pour décharger le roi du poids de la réflexion, il pouvait en parallèle exister une relation plus directe avec les élites havanaises au travers d’un de leurs représentants à la Cour, comme il sera vu ultérieurement. Pour l’instant, ces disputes et suppliques sont indispensables pour comprendre la vie sociale de l’élite havanaise, l’intérêt que le roi leur portait et comment son arbitrage renforçait sa position dans la relation entretenue avec les créoles.

  • 58 ANC, Santo Domingo, caja 53, sign. 8.
  • 59 « … Entre familias de primerorden » (ibid.).

38Pour se convaincre de ce nécessaire arbitrage royal, il convient d’insister sur le fait que dans les cas compliqués, seul un pouvoir extérieur au microcosme havanais, parmi lequel figurait aussi celui du capitaine général, était capable de s’imposer. La querelle d’héritage qui survint dans la famille Aróstegui le démontre58. Très certainement le problème commença en 1764 à la mort du fondateur de la dynastie à La Havane, Martín de Aróstegui y Larrea, un Basque qui dans la capitale cubaine avait occupé la présidence de la Real Compañía de Comercio de La Habana. Il s’était suffisamment enrichi pour pouvoir investir dans un ingenio appelé « Nuestra Señora del Rosario de Xiquiabo » et c’est au sujet de ce dernier qu’éclata la guerre de la mère et du fils. De cette guerre, seule une bataille est connue, dont l’intensité suffit cependant à révéler toutes les tensions qui agitaient la famille. Elle eut lieu le 15 mars 1777, lorsque Martín de Aróstegui y Basave, le fils aîné du défunt président de la Compagnie, profita de l’absence du contremaître pour s’emparer d’une partie des ustensiles de l’ingenio, en l’occurrence quatre cents chaudrons destinés à cuire les sucres, que sa mère n’entendait pas lui céder. En effet, Tomasa Basave y Espellosa avait repris la tête de l’ingenio de son mari et l’exploitait avec l’aide de son gendre Juan Tomás de Jauregui y Mayora. Remarquons que ce dernier était particulièrement attaché à la famille Aróstegui puisqu’il en avait épousé successivement deux sœurs, en 1752 et en 1758. Cela peut aider à comprendre qu’il soutint dès lors sa belle-mère contre le fils de celle-ci qui lui réclamait une partie de l’ingenio paternel. Peut-être donc encouragée par son beau-fils et en tous cas excédée par le procédé de son fils, la mère demanda au capitaine général Diego José Navarro y Valladares d’infliger à ce dernier un castigo, un « châtiment ». Très diplomatiquement, Navarro décida de ne pas accéder à cette requête, désirant seulement selon ses termes rétablir la paix « entre des familles de première importance59 ». Le document n’indique pas quelle suite fut donnée à la bataille, mais le fait qu’il se trouve archivé dans la section des procès portés devant le tribunal de Santo Domingo fournit un début de réponse. Il reste que cet appel à la « justice » du capitaine général et la prise de position de celui-ci sont très révélateurs de ce que pouvait représenter la première autorité de l’Île pour les créoles : le symbole de l’autorité paternelle, mais précisément quelque chose de parfois plus symbolique qu’effectif. Car dans cette affaire, le capitaine général ne pouvait prendre parti, avantager la mère ou le fils, sans voir immédiatement sa décision contestée par l’une ou l’autre, et de là son autorité également contestée, rendant l’exercice de son pouvoir plus difficile. S’il a pu enfermer un enfant à la demande de son père, c’est parce que les intérêts de la « caste » aristocratique dans son ensemble semblaient menacés. Pour les litiges plus importants au sein de cette dernière, seuls les tribunaux, voire le monarque pouvaient intervenir.

  • 60 « … Conservarbuena armonía y evitartoda ocasión de litigios [entre estos hermanos] » (AGI, Títulos, (...)

39Il apparaît en effet que le roi semblait en certaines occasions la seule personne capable d’empêcher ou de régler des conflits familiaux, comme le montre le cas d’école survenu à la mort de Lorenzo Montalvo y Ruiz de Alarcón, premier comte de Macuriges, déjà rencontré lors des négociations de 1764 entre Ricla et les élites havanaises. Lorsqu’il mourut en 1778 il laissait huit enfants issus de deux mariages et un majorat qui comprenait un titre et qu’une disposition testamentaire léguait à l’aîné du second lit, Ignacio Montalvo y Ambulodi. Cette disposition déplut à l’aîné du premier lit, qui demandant immédiatement justice au Conseil des Indes, fut promptement rétabli dans ses droits et devint deuxième comte de Macuriges, attendu qu’un titré de Castille ne pouvait choisir son successeur. Mais alors, l’héritier désigné se plaignit à son tour, avançant que les volontés de son défunt père n’avaient pas été respectées et que l’inclusion du titre dans un majorat transmissible selon une volonté propre était tout à fait légale. Sa défense était habile, il n’accusait personne, s’appuyait sur des textes de loi et avançait même une solution : pour lui, la seule manière de contenter les deux parties ne pouvait venir que du roi, la seule personne habilitée à concéder des titres. Charles III devait donc en créer un spécialement à cet effet. Ignacio Montalvo y Ambulodi fit officiellement la demande de pouvoir s’appeler comte de Casa Montalvo et présenta pour cela une information en bonne et due forme. Celle-ci fut appuyée par toutes les autorités, du cabildo au capitaine général en passant par l’évêque et le nouvel intendant de la Marine. Ce fut une bonne chose pour le sollicitant car les personnes chargées d’étudier son information ne purent que souligner la faiblesse de ses mérites personnels. Dès 1779, le roi accorda le titre choisi, expressément pour « conserver la bonne harmonie et éviter toute occasion de litiges [entre ces frères]60 ». Cette sentence rapide contenta tout le monde.

  • 61 ANC, Santo Domingo, caja 125, sign. 3 et caja 53, sign. 8.
  • 62 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 54.

40Il n’en alla pas de même avec le verdict qui fut rendu concernant la succession du premier marquis de la Real Proclamación. Le problème, qui était bien plus compliqué, fut porté à la fois devant l’Audience de Santo Domingo et plaidé à Madrid dans des conditions inconnues et le jugement se fit attendre durant plus de trente ans. Tout commença en 1773 avec la mort de Gonzalo Recio de Oquendo y Hoces, premier marquis de la Real Proclamación. Sans descendance, il avait divisé ses biens en trois parts : le titre devait revenir à sa femme, son majorat à son neveu et sa charge de regidor alférez real à son ami Manuel Felipe de Arango y Meireles. Mais, faute d’argent pour payer les frais de succession, sa femme ne put hériter du titre qui passa, selon une clause testamentaire, entre les mains de son beau-frère Francisco Tomás de Franchi-Alfaro y Ponte. En 1778 son petit-neveu, Manuel Rafael Recio de Morales y González Carvajal, qui hérita à son tour du majorat quelques années détenu par son père, entama un procès pour récupérer charge61 et titre. Au contraire de l’exemple précédent, les liens qui unissaient les parties étaient assez distendus. La lenteur de la procédure s’explique aussi par le décès soudain de Tomás de Franchi-Alfaro y Ponte qui avait hérité du titre, puisque cela entraîna sa transmission normale en la personne de son fils, Francisco Tomás de Franchi-Alfaro y Franchi-Alfaro, attendu que le plaignant n’avait pas encore eu gain de cause pour le récupérer. Vers 1808, Manuel Rafael Recio de Morales y González Carvajal vit enfin ses efforts récompensés, au détriment de Francisco Tomás de Franchi-Alfaro y Franchi-Alfaro auquel on ôta le titre — sans aucun dédommagement — qu’il avait hérité de son grand-père. L’Audience avait justifié sa décision en disant que le titre était inclu dans le majorat et qu’ils ne pouvaient être séparés. Comme en revanche ce n’était pas le cas de la charge de regidor, elle resta aux mains de la famille Arango. C’est Francisco de Arango y Parreño en personne qui plaida la cause de la famille à Santo Domingo d’abord, puis en appel à Madrid62.

  • 63 AHN, Consejos, leg. 21133.

41Un exemple différent qui confirme la nécessité pour la saccharocratie de l’arbitrage royal est donné par la querelle qui opposa les frères Xenes y Montalvo au sujet, encore une fois, d’une charge de regidor. La situation qui les oppose ressemble à celle où étaient confrontés les fils du premier comte de Macuriges. La charge de regidor fiel ejecutor avait coutume d’être transmise au fils aîné, mais par disposition testamentaire, Juan Esteban de Xenes y Arancibia la légua à son fils cadet José María qu’il jugeait plus apte à l’occuper. Son frère Juan, se sentant lésé, attaqua l’héritier désigné en justice moins de quinze jours après la mort de leur père en août 1802. La procédure fut relativement courte, puisqu’il ne fallut même pas cinq années, pour que l’aîné obtienne gain de cause63.

42La documentation montre que les querelles d’héritages au sein des familles concernent essentiellement la fin du xviiie siècle et s’estompent par la suite. La principale explication se trouve vraisemblablement dans une codification toujours plus précise de la loi, rendant moins indispensable le recours à l’arbitrage royal, car prévoyant les cas de figure les plus complexes. Ainsi, une cédule du 14 mai 1789 interdit toute constitution de biens destinés à être transmis par héritage sans licence royale. Une autre loi du 3 août 1801 chiffra la permission de fonder un majorat à 40.000 réaux de billon, plus 25 % de la valeur des biens immobilisés, et obligea toutes les personnes désireuses d’acquérir un titre à en posséder un. Différentes cédules, dont celle du 15 avril 1804, apportèrent encore des précisions : le majorat devait rapporter au minimum 4.000 pesos et au maximum 10.000 de rentes et ne pouvait être constitué qu’après avoir prévu pour chacun des enfants une part correcte d’héritage.

  • 64 M. Rodríguez Cancho, La información y el Estado, en particulier, a montré combien dans le dernier t (...)

43Il faut considérer d’autre part que la création de titres de noblesse, voire de postes de regidores (même au compte-gouttes) et les facilités pour produire le sucre permettaient de s’enrichir. Ces mesures permettant de constituer rapidement des fortunes encourageaient une compétition qui rendait plus nécessaire l’arbitrage du monarque. Ces compétitions engendraient des querelles qui étaient pour la monarchie un levier de pouvoir important. En faisant appel à son arbitrage pour régler ses problèmes, l’aristocratie havanaise reconnaissait sa dépendance envers le pouvoir madrilène, celui personnel du roi ou de ses tribunaux. Le détail des procédures, les suppliques explicatives étaient pour le souverain et pour les hauts fonctionnaires une mine d’informations d’une rare richesse, or l’information est source de pouvoir pour qui la possède64. De la même manière, les liens qu’entretenait le capitaine général avec les premières familles havanaises, en dépit de leur aspect financièrement douteux, lui permettaient de connaître parfaitement les personnes à qui il avait à faire, ce qui ne pouvait que l’aider dans sa mission. Par ailleurs, les exemples précédents qui ont montré les querelles entre frères ou entre parents et enfants donnent une idée de l’âpreté des luttes suscitées par les enjeux de pouvoir, de fortune et de prestige qui agitaient la saccharocratie. Ils ont révélé aussi une autre fragilité du groupe qui contribue à comprendre le phénomène d’endogamie déjà décrit. Se marier entre cousins était une manière de limiter les disputes d’héritages.

44Lorsque les problèmes étaient portés à la connaissance du monarque — ou de ses tribunaux — c’était alors la satisfaction de tout le monde et l’égalité entre les clans qui étaient recherchées. Cette conciliation se doublait d’une certaine tolérance et même de faveurs particulières surtout si l’intérêt général des oligarques n’était pas remis en cause. C’est ainsi qu’il faut comprendre le geste que fit Charles IV en donnant au premier comte de Mopox l’occasion de rembourser plus facilement une dette de plus de 500.000 pesos contractée auprès du Trésor royal65. De 1802 à 1804, le roi autorise en effet le comte à payer ses arriérés par du tabac, de là du reste le commencement des ennuis pour Mopox qui s’est heurté sur le terrain aux intérêts de la saccharocratie protégée par le capitaine général.

45Bien entendu, les sentences du monarque n’étaient jamais contestées. Non seulement par respect envers la personne et le pouvoir monarchique, mais aussi par pragmatisme devant sa toute puissance. À son tour, cette reconnaissance du pouvoir royal mérite d’être approfondie, car si les oligarques pouvaient intéresser les capitaines généraux à leurs affaires, ne pouvaient-ils également influencer la monarchie ?

Notes

1 Les passionnés d’histoire d’administration coloniale d’Ancien Régime pourront trouver une comparaison de choix à ce chapitre dans l’article très complet de F. Regourd, « Hommes de pouvoir et d’influence dans une capitale coloniale », qui concerne Port-au-Prince. Les ressemblances, comme les divergences entre les pouvoirs du gouverneur général et de l’intendant de la colonie française et ceux du capitaine général et de l’intendant de la colonie espagnole, ainsi que leurs relations avec la population, sont très éclairantes.

2 « Juez de Alzadas del Tribunal del Consulado de esta Ciudad e Ysla y Presidente de la Junta Económica y de Govierno del mismo, Subdelegado de la Superintendencia general de correos, postas y estafetas, juez protector de la renta de tabacos y de la Real Compañía, Governador de la Plaza de la Havana y su Jurisdicción y Capitán General de Ysla de Cuba, y Provincia de Luiciana y dos Floridas ». Ainsi est défini le capitaine général comte de Santa Clara en 1798 (AOHCH, Actas capitulares, lib. 56).

3 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 10.

4 Ibid., pp. 275-276.

5 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 275.

6 R. Guerra y Sánchez, Manual de historia de Cuba, p. 183.

7 Sur l’intendance de La Havane, plusieurs travaux font référence. En particulier, l’article de J. B. Amores Carredano, « Juan Ignacio de Urriza y la Intendencia de La Habana ». C. M. Parcerrotorres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, y a consacré un développement pp. 259-277. Un autre ouvrage fondamental est celui de L. Navarro García, Las reformas borbónicas en América.

8 « Surintendant général des Finances des Indes ».

9 AGI, Santo Domingo, leg. 1652.

10 « Ordonnances des intendants de Buenos Aires ».

11 J. B. Amores Carredano, « Juan Ignacio de Urriza y la Intendencia de La Habana », p. 244.

12 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 71.

13 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 57.

14 Ibid., p. 53.

15 AGI, Santo Domingo, leg. 1976.

16 AGI, Santo Domingo, leg. 1972 et AGI, Ultramar, leg. 121, exp. 6.

17 AGI, Santo Domingo, leg. 1974.

18 AGI, Estado, leg. 18, exp. 43.

19 ANC, Santo Domingo, caja 104, sign. 22.

20 AGI, Ultramar, leg. 125.

21 AGI, Ultramar, leg. 24.

22 AGI, Santo Domingo, leg. 1142.

23 AOHCH, Actas capitulares, lib. 47.

24 AGI, Santo Domingo, leg. 1142.

25 Ibid.

26 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1242, exp. 114.

27 Il possédait deux ingenios, AGI, Santo Domingo, leg. 1973.

28 AGI, Ultramar, leg. 198. Toute la liasse concerne les dettes du comte et ses projets de plantation de tabac.

29 « Amigo mío de veras », (ibid.).

30 Il est possible de pousser plus loin l’analyse en signalant, comme nous le verrons plus avant, que le comte et Godoy étaient eux aussi amis. Roubaud ne voulait-il pas alors montrer à Godoy qu’ils avaient un ami en commun pour, plus tard, en tirer un avantage ?

31 Voir carte 5, p. 211 de cet ouvrage.

32 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 53.

33 Ibid.

34 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.

35 AGI, Títulos, leg. 7a, exp. Peñalver.

36 On trouvera copie de cette Pragmatique dans AGI, Ultramar, leg. 24.

37 J. B. Amores Carredano, « Juan Ignacio de Urriza y la Intendencia de La Habana ».

38 Cette procédure que l’on pourrait traduire par « jugement de résidence » était une enquête administrative qui détaillait l’action de tout haut fonctionnaire en sortie de charge. Ses comptes étaient vérifiés, ses décisions examinées et l’avis général des administrés entendu.

39 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 55.

40 C. M. Parcerro Torres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, p 196.

41 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Villanueva.

42 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 46.

43 AGI, Santo Domingo, leg. 1142.

44 AGI, Santo Domingo, leg. 1974.

45 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

46 J. B. Amores Carredano, « Juan Ignacio de Urriza y la Intendencia de La Habana ».

47 AGI, Santo Domingo, leg. 1978.

48 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 47 et 84-85.

49 AGI, Santo Domingo, leg. 1981.

50 AGI, Santo Domingo, leg. 1603. La liasse entière concerne cette affaire.

51 « … Agente de linaje oscuro » (ibid.).

52 AGI, Santo Domingo, leg. 1603.

53 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

54 AHN, Consejos, leg. 20911.

55 Ibid.

56 AHN, Consejos, leg. 20881.

57 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 130.

58 ANC, Santo Domingo, caja 53, sign. 8.

59 « … Entre familias de primerorden » (ibid.).

60 « … Conservarbuena armonía y evitartoda ocasión de litigios [entre estos hermanos] » (AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Montalvo).

61 ANC, Santo Domingo, caja 125, sign. 3 et caja 53, sign. 8.

62 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 54.

63 AHN, Consejos, leg. 21133.

64 M. Rodríguez Cancho, La información y el Estado, en particulier, a montré combien dans le dernier tiers du xviiie siècle, la demande d’information de la part de divers organismes de l’administration se faisait plus croissante.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search