Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Deuxième partie. La construction du bastion havanais (1763-1808)

Chapitre IV. La consolidation de l’élite créole

Texte intégral

1La signification du terme de réformes est sujette à caution. On peut admettre sans difficulté qu’elles se veulent une amélioration du système existant ; mais jusqu’à quel point les changements qu’elles comportent sont-ils novateurs ? Ce point est important pour comprendre justement la portée des réformes. Celles des Bourbons concernant les élites de la région havanaise se développèrent selon deux axes : un renforcement de leur prééminence économique, doublé d’une meilleure reconnaissance de leur statut d’élite. Pour mieux comprendre la portée de ces deux orientations, un rappel de la politique coloniale récente est nécessaire.

I. – La place du créole dans la politique coloniale des Bourbons avant 1763

2Au sens strict du terme, qu’est-ce que la monarchie – à plus forte raison absolue comme on la définissait alors – sinon la concentration du pouvoir aux mains d’une seule personne ? Une seule personne qui décide de tout, selon des lois, écrites ou coutumières, acceptées par l’ensemble de la société. Si cette structure a pu être valable pour quelques cités antiques, elle ne pouvait plus l’être à l’époque moderne et encore moins pour cet Empire espagnol qui rassemblait plusieurs millions de sujets répartis sur plusieurs continents. La monarchie avait besoin pour fonctionner de courroies de transmission qui, en diffusant son autorité, lui faisait perdre inévitablement un peu aussi de sa puissance. Ces courroies de transmission pouvaient être aussi bien un corps mobile de hauts fonctionnaires, que des appuis provinciaux locaux. Dans les deux cas, une élite sociale, intellectuelle, administrative, politique, militaire qui aspirait à intégrer la strate nobiliaire quand elle n’en faisait pas déjà partie. C’est pourquoi, à cause du pouvoir ainsi détenu, les termes de noblesse et d’aristocratie, « gouvernement par les meilleurs », ont fini par se confondre, au détriment cette fois du concept de monarchie. Concernant l’époque moderne, c’est une notion d’équilibre de pouvoir qui doit être dégagée, un équilibre réparti entre des élites et une dynastie royale renouvelables. Un dicton français du temps de Louis XIV rendait parfaitement compte des intérêts réciproques : « point de noblesse, point de monarchie ». Des élites renouvelables en effet, car, les guerres, les difficultés économiques, la tendance à l’endogamie, menaçaient sans cesse les familles d’extinction. De plus, la monarchie devait favoriser l’ambition de personnes ou les clans compétents qui voyaient dans son service la meilleure façon de s’élever socialement. Par ailleurs, la dynastie royale était, elle aussi, renouvelable comme on le vit en 1700, avec le remplacement de la dynastie des Habsbourg par celle des Bourbons.

3Pour autant, il ne faut pas déduire de ces considérations générales l’image d’une société et d’un pouvoir politique se perpétuant sans heurts, car ils ne reposaient pas sur un équilibre parfait et immuable, ni sur une organisation pyramidale exemplaire. La lutte pour le pouvoir, consistant du côté du roi à se faire obéir et du côté des élites à accroître leur capacité d’action, était perpétuelle. Au Moyen Âge, la construction de pyramides de fidélité seigneuriales fut fondamentale pour consolider le pouvoir royal. Mais dès qu’elles furent imposantes par leur nombre et la qualité de leur organisation, elles représentèrent alors une menace pour la royauté et donnèrent lieu à de sanglants affrontements. C’est pourquoi cette dernière entama un long processus de sape de ces pyramides au travers de la création d’institutions de plus en plus nombreuses, efficaces, complexes et variées, comme les Conseils de Castille, le corps des corregidores, ou les Intendances, si chères aux Bourbons. Toutes ces institutions, confiées souvent à des élites pour lesquelles la fidélité, le talent et le travail étaient les conditions de l’élévation sociale, se mirent à court-circuiter les pouvoirs locaux et menacer les vestiges féodaux.

  • 1 Un résumé très éclairant de l’action des ministres du premier roi Bourbon d’Espagne se trouve dans (...)

4Une nouvelle impulsion à cette politique d’affirmation de l’autorité centrale dans la Péninsule et son Empire fut donnée dès le début du xviiie siècle par la nouvelle dynastie des Bourbons. En effet, Philippe V entama une série de rénovations que la vieille dynastie des Habsbourg n’avait pas eu le courage ou la volonté d’entreprendre, sauf peut-être pour quelques territoires durant les vingt dernières années de leur règne1. Pour les mettre en œuvre, la nouvelle dynastie eut la chance d’être servie, avant 1763, par des ministres talentueux comme Jerónimo de Uztáriz y Hermiagua, José Patiño et le marquis de La Ensenada. En ce qui concerne l’Empire, le terme de transformation est plus adéquat que celui de rénovation. Les Habsbourg avaient essentiellement vu dans les Amériques une formidable source de métaux précieux qui permettait d’acheter aux autres nations européennes ce que la Péninsule, par manque d’industries et de manufactures, et plus généralement d’esprit capitaliste, ne pouvait produire. Les Bourbons décidèrent d’encourager et de varier les productions de matières premières d’Amérique, notamment celles du domaine agricole, de favoriser les manufactures de transformation en Espagne et de réexporter en direction de l’Amérique des produits finis. Il s’agissait de développer l’Empire au profit de l’Espagne. Un secrétariat d’État aux Indes fut créé dès 1718 pour mettre en place cette politique ambitieuse ; doté de fortes attributions, il parvint à s’imposer au vieux Conseil des Indes, organisme que la monarchie contrôlait beaucoup moins bien. Mais ce sont surtout les élites créoles, les premières concernées par ce changement, qui prirent une dimension nouvelle pour la réalisation des objectifs définis.

5Pour que le nouveau système imaginé par les Bourbons fonctionnât, il fallait en effet sortir l’oligarque créole de son officieuse autarcie économique et politique pour faire de lui à la fois un producteur, un consommateur qui travaillait avec l’Espagne et un administré fidèle au roi. La relation coloniale projetée par Philippe V était bien construite puisque le politique et l’économique s’imbriquaient parfaitement : si le créole producteur devait devenir dépendant du marché espagnol pour ses exportations et ses importations, cela ne pourrait que freiner en lui d’éventuels projets sécessionnistes. La contrepartie de ce système coercitif consistait en l’enrichissement de ces producteurs. Un enrichissement, que des économistes, tels Uztáriz et Campillo, voyaient comme étant profitable à l’État tout entier, car, ils voyaient le producteur ayant fait fortune comme étant un investisseur idéal pour favoriser l’essor économique de la Péninsule. C’est pourquoi plusieurs trains de mesures furent mis en place tout au long du xviiie siècle pour favoriser les investissements, moderniser les mines américaines, développer les plantations. Ces mesures qui, par essence, renforçaient le domaine d’intervention de l’État, participaient par là même à la construction de son autorité. Cette autorité fut encore accrue par la création ou la rénovation de monopoles directement administrés par la Couronne, destinés à améliorer la qualité des produits concernés, à en faire baisser le prix de revient pour assurer tout à la fois une plus large distribution au corps social et une meilleure rentabilité. Ces monopoles concernèrent toutes sortes de produits : le tabac comme on l’a vu, mais aussi le mercure, les cartes à jouer, la poudre, les alcools… Afin de mieux contrôler et de mieux gérer cet Empire, des lignes de courriers régulières furent établies. Enfin, l’État décida d’intervenir aussi dans le développement des échanges entre les différents ports de son Empire, en impulsant la création de plusieurs compagnies de commerce. Certes, cette décision inspirée du colbertisme était trop tardive car la concurrence étrangère incitait à moins de dirigisme, ce qui explique, comme on l’a vu, que la compagnie de La Havane finit par un naufrage économique. L’échec de cette compagnie ne fut qu’un incident, et même si les résultats peuvent être qualifiés d’inégaux, il ne fait pas de doute que l’ensemble fut globalement positif. Modeste au Pérou par exemple, le succès fut presque total au Mexique et le renouveau économique qui s’y produisit eut des répercussions très favorables dans la capitainerie générale de Cuba à laquelle elle envoyait des fonds, désignés par le vocable situado.

  • 2 C’est l’une des conclusions des travaux de M. Bertrand qui relativise les affirmations de M. Burkho (...)

6La rénovation de l’Empire comportait un autre versant moins agréable pour les créoles. Leur enrichissement programmé devait en effet s’accompagner d’une nette diminution de leur pouvoir politique au niveau local. Mais ici le travail de longue haleine qui fut entrepris apporta bien moins de fruits. Ainsi, la volonté affichée de réserver les postes de juges, oidores, des Audiences aux péninsulaires, par définition plus dociles et moins compromis avec la société créole, se heurta à la collusion d’intérêts entre les parties qui auraient dû s’affronter. Ce qui nuance fortement l’impression de victoire que donne l’effectivité des nominations de péninsulaires à ces postes2.

7Dans ce nouveau programme, pour la première fois de son histoire, l’île de Cuba ne semble pas avoir subi un retard par rapport à d’autres provinces de l’Empire. Cela provenait du fait que la compétition entre les Français, les Anglais (et, dans une moindre mesure, les Hollandais) aux Antilles au sujet des cultures d’exportations, donnait une nouvelle dimension à ces îles. La réussite des Français à la Martinique et des Anglais à la Jamaïque firent prendre conscience aux Bourbons d’Espagne de l’importance et des possibilités cubaines. Ils accordèrent alors, aux élites créoles en formation, un degré d’attention dont elles n’avait jamais bénéficié jusque-là. Une attention à leur détriment ou à leur profit, selon que l’on se place d’un point de vue politique ou économique.

  • 3 O. Portuondo Zúñiga, « La consolidación de la sociedad criolla », p. 204.
  • 4 Il s’agit du colonel Luis Chacón y Castellón (F. J. Santa Cruzymallén, Historia de las familias cub (...)
  • 5 O. Portuondo Zúñiga, « La consolidación de la sociedad criolla », p. 202.

8Ainsi, dès 1715, la monarchie porta sa première attaque contre le pouvoir politique créole, en visant directement son principal organisme, le cabildo. En effet, un décret de Philippe V lui retira la faculté de pouvoir nommer parmi ses membres un capitaine général par intérim, pour confier ce poste au plus haut fonctionnaire en exercice, qui serait nécessairement un péninsulaire3. La mesure frappa durement l’oligarchie créole si l’on pense qu’à trois reprises, au début du siècle, un Chacón occupa ce poste4. En 1729 furent abrogées les lois de Cáceres datant de 15745, qui avaient reconnu au cabildo le droit de répartir la terre. Cette mesure fut plus ressentie comme une vexation que comme une atteinte aux fondements économiques de l’élite, puisqu’à cette date elle s’était déjà appropriée les meilleures terres depuis longtemps. Dans les années 1730 le pouvoir royal se renforça dans d’autres villes de l’Île par la nomination de tenientes de gobernadores qui y contrebalançaient l’influence des cabildos. En 1759, la monarchie nomma pour la première fois un intendant de Marine à La Havane, qui était désigné responsable du port et de l’arsenal : c’était retirer à la municipalité une partie de son influence dans ce domaine.

9C’est donc Philippe V qui donna l’impulsion à l’économie cubaine, au travers notamment du monopole du tabac ou de la création de la Real Compañía de Comercio de La Habana. Cela a permis de montrer l’existence d’un embryon de saccharocratie antérieur à l’invasion anglaise, puisque les maîtres des ingenios étaient fortement représentés au cabildo. Les deux événements sont concomitants : même si avant 1763 la monarchie privilégia les investissements des créoles vers d’autres activités que le sucre, ceux-ci s’aperçurent bien vite de la rentabilité de la canne et y placèrent une partie de la fortune que les priorités de la monarchie (celle de la compagnie de commerce précisément) leur avait permis de constituer. C’était bien la politique des Bourbons qui avait consolidé l’oligarchie créole, au moins d’un point de vue économique et social et fait de La Havane « la clé du nouveau monde ».

10On comprend mieux, au regard de ces succès, l’amertume que ressentit Charles III lorsque les Anglais lui ravirent La Havane, alors qu’il venait à peine de prendre possession de son héritage. Ce sentiment n’était pas le seul facteur qui allait l’inciter à réagir vigoureusement : son tempérament volontariste l’y poussait aussi. Avant de devenir roi d’Espagne en 1759, Charles III avait déjà montré, comme souverain de Naples, l’énergie qu’il était capable de déployer afin de mener à leur terme les projets qui lui tenaient à cœur. En 1763, le monarque avait près de cinquante ans et il alliait la maturité et une énergie encore intacte à un regard neuf sur les problèmes de l’Espagne. Pour autant, la stratégie qu’il entendait déployer pour conserver désormais à jamais La Havane était d’une déconcertante simplicité : développer avec une plus grande amplitude encore la politique de ses prédécesseurs.

11C’est à cause de cet assaut anglais réussi contre le verrou de l’Empire que les élites créoles havanaises allaient être les premières d’Amérique à bénéficier d’une plus grande attention de la part de la monarchie. Le déroulement de la bataille terrestre de l’été 1762 confirma ce choix : l’armée espagnole, malgré sa vaillance, fut incapable de défendre La Havane tandis que les milices, un temps débordées, parvinrent à se ressaisir pour constituer ensuite une résistance et bloquer toute pénétration vers l’intérieur de l’Île. Qui sait si, avec plus d’entraînement et d’équipements, elles n’auraient pu empêcher l’ennemi de prendre la ville, voire même de seulement établir une tête de pont ? C’était la thèse que défendait avec vigueur un personnage dont l’étoile montait à la Cour, Ambrosio de Funes de Villalpando y Abarca, comte de Ricla, qui écrivait sans nuances que

  • 6 « … La fuerza verdadera para frustrar la conquista de un país no consiste en las murallas, ni en el (...)

la véritable force pour empêcher la conquête d’un pays ne réside ni dans la valeur des murailles, ni dans celle des garnisons, sinon dans la capacité même du pays, [comptant parmi elle] les habitants divisés en classes [et que chacun serve la patrie] soit avec des armes comme miliciens, ou avec leur travail personnel6.

12Pour défendre La Havane il fallait donc aussi transformer davantage le créole en soldat, en milicien plus exactement. Mais ce n’était pas tout : les murailles de la ville ne nécessitaient pas seulement d’être reconstruites, c’était tout le complexe de fortification qui était à amplifier. Enfin, l’Espagne comptait se doter d’une grande flotte de guerre et l’arsenal de La Havane devait jouer un rôle majeur dans cette renaissance. Tout cela allait coûter très cher, au point que les dépenses devaient inévitablement être réparties entre la métropole et les colonies. Cela confortait l’idée de la nécessité de l’enrichissement des élites locales pour pouvoir supporter une partie des dépenses. En somme, c’est bien en proposant de transformer véritablement le créole en riche soldat que Charles III entendait poursuivre, développer et peut-être même achever la politique coloniale redéfinie par ses ancêtres.

  • 7 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, pp. 28-29.

13Pourtant, la tâche ne s’avérait pas évidente, si l’on considère qu’une autre partie de l’élite n’avait pas hésité à faire de belles affaires avec l’occupant, quand elle n’avait pas entrepris une véritable politique de collaboration. Dans ses conditions, armer les créoles pouvait se révéler très dangereux : en cas de révolte, un régiment de milices serait plus difficile à mater que les quelques colons cultivateurs de tabac qui, pourtant, plusieurs décennies auparavant, avaient réussi à chasser le capitaine général. À la connaissance du terrain, à l’acclimatation, les créoles ajouteraient désormais en leur faveur la discipline et le bon maniement du fusil, du pistolet et du sabre, jusque-là apanage des troupes régulières et la possibilité d’être retranchés derrière d’épaisses murailles : comment dans ces conditions en venir à bout ? Donner des armes et une instruction militaire aux créoles n’était-ce pas les encourager à la guerre d’émancipation en leur faisant sentir leur propre force face à un souverain résidant à des milliers de lieues de distance ? Allan J. Kuethe explique que le souverain n’avait plus le choix puisque la perte de La Havane l’avait placé devant un dilemme de taille : ne pas armer, c’était à coup sûr perdre l’Empire morceau par morceau, sur le long terme7. Les Anglais, les Hollandais, voire les Français, auraient continué un « grignotage » que l’Espagne n’était plus en mesure de stopper. D’un autre côté, armer c’était peut-être favoriser les mouvements d’indépendance et tout perdre rapidement : mais l’on restait ici dans le domaine de l’hypothétique. De deux maux, Charles III ne pouvait qu’opter pour l’incertain contre l’inévitable.

14Pour parvenir au résultat souhaité, il fallait intéresser les oligarques aux réformes projetées, ou plus exactement trouver un nouveau dispositif économique et social – surtout pas politique – capable de les séduire. La marche à suivre était alors simple si l’on considérait l’identité des élites havanaises au moment de l’assaut anglais. Comme l’indiquait l’enquête de 1759, elles s’étaient tournées de plus en plus et de leur propre chef, vers la production de sucre dont l’amplification pouvait rapporter indirectement beaucoup d’argent à la monarchie. Quelques titres de Castille avaient été concédés, permettant de consolider la stature supérieure des rares familles à en posséder. Au fond, pour séduire les élites créoles, il n’y avait qu’à poursuivre dans ces deux directions : favoriser la production de sucre et reconnaître leur prééminence. Autrement dit, encourager le développement de la saccharocratie. Il restait cependant à négocier les réformes économiques et à savoir exactement quelles familles allaient être distinguées.

II. – Des négociations économiques décisives

15De nombreux facteurs rendaient difficile l’application de toute réforme. Il fallait compter avec les aspects négatifs de la redéfinition du lien colonial proposée jadis par Philippe V ou Ferdinand VI : elle avait entraîné quelques oligarques à dresser contre le roi les vegueros et créer une brouille au sujet de la direction de la Real Compañía de Comercio de La Habana. S’ajoutait à cela le fait que les troupes royales n’avaient pas été capables de défendre efficacement la capitale, ce qui ôtait du crédit à leur chef. Enfin, l’occupation anglaise, qui avait permis de faire de belles affaires, avait donné un certain appétit aux créoles. Les négociations au sujet des réformes s’avéraient donc délicates. La monarchie disposait cependant de trois atouts. Elle pouvait compter tout d’abord sur la fierté patriotique des Cubains d’avoir bloqué la pénétration anglaise : à cette époque, c’était encore de la défense d’une identité espagnole dont il s’agissait. À cela s’ajoutait le prix très élevé payé par le roi pour récupérer La Havane, qui laissait augurer l’amplitude des concessions qu’il était susceptible de faire : cela ne pouvait que rendre les Havanais plus ouverts aux négociations. Le troisième atout de Charles III était d’être servi par des fonctionnaires de talent.

  • 8 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 20.
  • 9 À ce jour, la meilleure étude qui a été réalisée sur ce personnage fondamental dans l’histoire de l (...)
  • 10 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 30.
  • 11 Ibid., p. 20.
  • 12 Le détail des événements est assez bien connu. Il a été analysé notamment par J. Delgado, « El cond (...)

16La reprise en main de la capitale cubaine, qui obéit à une stratégie particulièrement bien réfléchie, fut en effet confiée à un petit groupe d’hommes de talent, unis par une histoire commune, des liens de fidélité, voire familiaux et aussi une même vision de la politique à promouvoir. Ce groupe était chapoté par Julián Manuel de Arriaga y Rivera, secrétaire d’État au Conseil des Indes et disciple de son prédécesseur, le marquis de La Ensenada. Homme de dossiers, il était également un homme de terrain. De 1749 à 1751, gouverneur et capitaine général du Venezuela il y avait mené une prudente politique de pacification. C’est lui qui planifia la stratégie à adopter quant aux élites havanaises, laissant la conduite de la manœuvre à Ambrosio de Funes de Villalpando y Abarca, comte consort de Ricla, qui allait y être envoyé comme nouveau capitaine général. Le comte de Ricla avait de son côté fait preuve de ses talents de diplomate comme ministre plénipotentiaire auprès de la Cour de Russie et de militaire en commandant un corps expéditionnaire lors de la campagne contre le Portugal qui venait de s’achever. Il était le plus ardent promoteur de la stratégie destinée à impliquer fortement les créoles dans la défense des colonies. De plus, pour avoir été gouverneur de plusieurs villes espagnoles, dont Zamora et Carthagène, il bénéficiait aussi d’une certaine expérience dans les rapports que l’administration monarchique devait entretenir avec les élites locales. Enfin, Ricla était le cousin germain du comte d’Aranda, personnage particulièrement influent à la Cour. Aranda, décoré de la Toison d’or, avait été le commandant en chef de la campagne contre le Portugal et il venait d’être chargé de présider le Conseil de guerre destiné à juger les responsables qui avaient signé la capitulation de La Havane, ainsi que les personnes accusées de collaboration avec l’ennemi8. C’est enfin lui qui, à partir de 1766, allait prendre la succession d’Arriaga pour coordonner les relations que la monarchie allait entretenir avec l’élite cubaine et qui allait faire de ces dernières le centre des préoccupations coloniales. De plus, la monarchie accéda à la requête de Ricla de nommer comme instructeur des troupes cubaines, le brigadier Alejandro O’Reilly y Mac Dowel9. Très certainement les deux personnages s’étaient connus dans cette campagne de Portugal, car il y avait lui aussi assuré le commandement d’un corps d’armée. O’Reilly semblait également être l’homme idoine pour la mission qu’on venait de lui confier, puisqu’il avait déjà assuré avec succès la formation de troupes espagnoles à la tactique prussienne qu’il maîtrisait parfaitement10. La place de second du capitaine général fut confiée au maréchal de camp Diego Antonio Manrique y Ocio, un client du comte de Ricla, qui participait également au Conseil de guerre contre les « responsables » de la défaite havanaise11. Ricla, O’Reilly et Manrique étaient donc les trois personnages mandatés par la monarchie pour mettre en place cette politique complexe alliant instruction militaire, développement économique et fidélité au roi qui devait concerner les élites créoles havanaises. L’administration madrilène avait fortement recommandé à Ricla de ne surtout pas tenter d’imposer les réformes, mais de les négocier, de les faire approuver par l’oligarchie12.

17Le 6 juillet 1763, après soixante-cinq jours de navigation, le navire qui amenait les nouveaux chefs péninsulaires jeta l’ancre à La Havane. Alors qu’il s’approchait du port, plusieurs officiers anglais étaient montés à bord pour les complimenter et leur offrir le service de pilotes britanniques pour pouvoir pénétrer dans le goulet en évitant les bateaux qui y avaient été coulés au début de la bataille. Le climat entre les Espagnols et les Anglais était désormais à l’entente cordiale, ce qui permit de résoudre rapidement les quelques questions litigieuses soulevées par l’exécution des articles du traité de Paris. Dès le 7 juillet, les navires anglais partaient prendre possession de la Floride qui venait de leur être cédée ; le 10, il ne restait plus aucun soldat britannique à La Havane.

18Cette attitude entre les représentants des deux nations contraste avec celle qui caractérise les négociations entre ces mêmes représentants du roi et les oligarques havanais, marquées par des approches délicates et nombre d’avancées et de reculs. Cela même si le contact fut rapidement établi, selon une mise en scène bien orchestrée : lorsque le navire des ministres espagnols eut jeté l’ancre dans le port havanais, ceux-ci ne descendirent pas à terre à la rencontre de la population en général ou des oligarques en particulier. Ils restèrent à bord et invitèrent les représentants des familles puissantes à venir les rencontrer. C’était à la fois une marque de faveur qu’on leur accordait, un gage de leur importance, mais aussi un rappel des hiérarchies : c’étaient eux qui devaient venir au contact des représentants du roi, non l’inverse. C’était aussi un moyen de présenter officiellement deux parties qui durant quelque temps n’allaient plus entretenir de contacts directs.

  • 13 R. NietoyCortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 308.
  • 14 AGI, Santo Domingo, leg. 1973.
  • 15 C’est également l’analyse de C. Parcerro Torre, La élite habanera en la segunda mitad del siglo xvi (...)

19En effet, ni Ricla ni Manrique ni O’Reilly ne poursuivirent directement les négociations avec les créoles. O’Reilly, parce qu’on lui confia pour mission de se rendre compte des réalités économiques et militaires de l’Île au travers d’une visite qui allait durer trois mois ; Manrique et surtout Ricla ne négocièrent pas avec les créoles, pour deux raisons qui se complètent. La première obéit au protocole : des représentants du roi ne peuvent négocier d’égal à égal avec des sujets du roi. La seconde relève davantage de la diplomatie : Ricla ne voulait pas se compromettre directement, donner trop vite sa parole – qui était celle du monarque – mais prendre le recul nécessaire à la réflexion. Dans un premier temps, il demanda à l’intendant de la Marine Lorenzo Montalvo y Ruiz de Alarcón de jouer le rôle d’intermédiaire. Montalvo était né à Valladolid13, mais il émigra très tôt aux Amériques, exerçant, dès l’âge de 18 ans, en 1722, des responsabilités à l’arsenal. Ses fonctions l’amenaient à fréquenter naturellement les familles oligarchiques, mais il ne s´était allié, par le mariage, à aucune d’entre elles. C’est à lui que l’on avait confié en 1759 l’intendance de la Marine qui venait d’être créée14 et nul doute qu’accomplir la mission que Ricla lui proposait pouvait l’aider dans sa carrière. Haut fonctionnaire royal, efficace et digne de confiance, bien connu des créoles, son parcours professionnel comme sa vie privée faisaient de lui en somme l’intermédiaire idéal. Cependant, il refusa. Une seule explication peut justifier ce choix : Montalvo avait déjà choisi l’autre camp, celui de l’élite créole ; la preuve en est qu’il venait de marier son fils aîné José Rafael à une Sotolongo et ambitionnait pour ses autres enfants de nouvelles alliances, encore plus prestigieuses, avec cette oligarchie. Effectivement, quelques années plus tard, en 1768, son fils Ignacio épousait une O’Farrill et en 1772, sa fille María Loreto convolait avec un Peñalver. Les enfants de Lorenzo Montalvo étaient des créoles à part entière et manifestement leur avenir à La Havane était déjà tout tracé. Or, accepter la mission qu’on lui confiait aurait pu, en cas de problèmes, avoir des répercussions négatives quant à l’enracinement de ses enfants dans la haute société coloniale15.

20Ricla résolut alors de s’adresser à une personne qui ne pouvait lui opposer les mêmes raisons familiales, un prêtre. Ce fut un jésuite très apprécié par l’oligarchie, le père Butler, qui réunit en octobre dans la maison allouée au général O’Reilly, en l’absence de ce dernier parti en inspection, trente patriciens – dont malheureusement les noms ne sont nulle part mentionnés – pour leur poser la question préalable à toute réforme, que l’on pourrait résumer ainsi : Acceptez-vous de participer par des augmentations d’impôts au financement de la défense de l’Île, en contrepartie d’avantages financiers concernant la production de sucre ?

21Le « non » l’emporta. Ricla changea alors d’attitude et, contrevenant aux ordres, décida d’imposer la réforme. Il interdit désormais toute réunion officielle de cette élite ayant pour objet la discussion des nouveaux impôts que le roi voulait implanter. Après s’être ainsi vu refuser la tenue d’une assemblée de vingt-quatre personnes importantes au cabildo, cet organisme décida de se plaindre au roi de l’attitude de Ricla et de lui expliquer les motifs de son refus. Par cette manœuvre, l’oligarchie entendait montrer au roi qu’elle lui conservait sa fidélité et qu’elle était prête à négocier mais qu’elle désapprouvait le comportement de son principal représentant. La stratégie était habile puisqu’elle faisait apparaître Ricla comme le fautif, lequel ne put alors que répondre favorablement à une nouvelle demande de réunion des élites. Ricla obtint cependant qu’y participe un comptable en titre de la monarchie et proposa le nom du contador mayor Gelabert. Ce dernier connaissait sur le bout des doigts la situation des finances cubaines et maîtrisait à la perfection tous les mécanismes administratifs. Gelabert finit par convaincre les oligarques que, sans leur participation financière, il serait impossible de payer les soldats nécessaires à la défense de l’Île. Tout le monde savait aussi qu’une nouvelle invasion anglaise ne se traduirait pas automatiquement par de fructueuses affaires, mais pourrait entraîner des conséquences dramatiques. Faisant désormais preuve d’une plus grande ouverture, les Havanais obtinrent de Ricla le droit d’élire une commission composée de six représentants pour étudier tout le dossier et faire des propositions. À partir de cette reconnaissance mutuelle des intérêts de chacun, et en particulier du droit des créoles à opiner sur les réformes à engager, les procédures allaient se dérouler sans plus aucune anicroche majeure. Par ailleurs, la rapidité avec laquelle les Havanais faisaient des propositions ou des contre-propositions aux volontés de Ricla montre qu’ils lui présentèrent toujours un front uni.

22Avant de voir les points d’accord qui furent trouvés, il convient d’apporter une autre précision sur les conditions de ces négociations. En effet, parallèlement à ces dernières, se déroulait à Madrid le procès des oligarques accusés de collaboration avec l’occupant anglais. Il ne concernait que cinq personnes : Sebastián Peñalver y Calvo de la Puerta, son fils Gabriel, son associé José Rivera ainsi que Gonzalo Recio de Oquendo y Hoces et un neveu de ce dernier : ils étaient ceux qui avaient participé au gouvernement anglais de la façon la plus affirmée. Le verdict fut plus que modéré : seul Sebastián Peñalver fut jugé coupable et encore le motif le plus grave retenu contre lui était d’avoir favorisé la contrebande anglaise à Veracruz. Pourtant, son zèle en faveur de l’occupant lui avait valu le sobriquet de « El Inglesito », « Le Petit Anglais », de la part des Havanais. Peñalver fut condamné d’abord à l’exil à vie à Ceuta, peine que l’on commua en une interdiction de retour à Cuba. Les quatre autres inculpés furent relaxés et commencèrent à chercher une réhabilitation. Dans ce procès, les rapports établis par Ricla furent véritablement déterminants : son désir clairement exprimé de châtier Peñalver, qui avait été arrogant envers lui (ne respectant pas, par exemple, son assignation à résidence), et d’être plus modéré avec Oquendo fut entendu ; pourtant tous les deux avaient été à leur tour le bras droit du gouverneur anglais. Ce verdict montre donc deux choses : tout d’abord que le roi voulait signifier aux Havanais la puissance des représentants qu’il leur envoyait. Ses missi dominici tenaient entre leurs mains leur avenir, quand bien même ils se montraient disposés à négocier. D’autre part, le roi affirmait de manière claire qu’il cherchait la conciliation. Cette fermeté et cette souplesse ne furent sans doute pas étrangères aux accords qui purent être conclus.

23Les négociations prirent une nouvelle ampleur avec les conclusions qu’O’Reilly tira de son inspection générale de l’Île. Elles étaient catastrophiques aussi bien pour les domaines militaires qu’économiques : l’impréparation des habitants et des fortifications rendait particulièrement vulnérable la colonie, tandis que la contrebande était une pratique généralisée sur l’ensemble de l’Île. Ce n’était pas une découverte, mais O’Reilly avait révélé avec précision l’ampleur du phénomène. Ricla chargea O’Reilly de dresser un plan pour résoudre les problèmes de défense et se réserva les questions financières.

  • 16 Ce décret est analysé en détail par J. Varela Marcos, « El primer reglamento para el libre comercio (...)
  • 17 A. J. Kuethe et G. D. Inglis, « Absolutism and Enlightened Reform ».

24Il apparut rapidement que la résolution du problème de la fraude constituait la pierre angulaire des réformes que l’on voulait implanter pour redéfinir la relation entre les oligarques et le roi. Car l’intense contrebande, par son esprit, par les sommes qui étaient en jeu, était une réponse créole au lien colonial défini et imposé par les rois précédents. O’Reilly, Ricla, tous les oligarques, tous les Havanais et tous les Cubains savaient que la contrebande provenait des insuffisances des limitations commerciales. La structure monopolistique, les interdictions de commercer avec les autres ports antillais ou continentaux n’étaient plus en mesure d’amener à Cuba tous les biens et les produits réclamés par une population de plus en plus riche et nombreuse, contrainte de s’approvisionner auprès d’autres fournisseurs par la voie clandestine. Comme il était alors exclu de raisonner en termes de libéralisme, la solution qui fut imaginée consista à amplifier l’exclusif : permettre le commerce entre plus de ports, mais tous espagnols et sous étroit contrôle royal. C’est ce que Ricla proposa au ministre Squilache. Le ministre fut convaincu et le 16 octobre 1765 arriva à La Havane la réponse favorable de ce dernier. Cuba était autorisée à commercer directement avec les îles voisines sous souveraineté espagnole : Santo Domingo, Porto Rico, Trinidad et Margarita, qui recevaient bien entendu les mêmes faveurs. On permettait aussi et surtout à cet espace économique de la Caraïbe qui se mettait en place de commercer directement avec, en plus de Séville et de Cadix, sept autres ports péninsulaires : Málaga, Alicante, Carthagène, Barcelone, Santander, La Corogne et Gijón, ce qui signifia pour les activités de leur arrière-pays une ouverture parfois considérable16. Autre nouveauté, le commerce était autorisé à se faire sur des navires cubains. Il apparaît ainsi clairement que la nécessité impérieuse de résoudre les difficultés cubaines permit la réaffirmation du lien transatlantique. Une concession si importante ne pouvait que satisfaire les Cubains qui désormais allaient pouvoir disposer d’un plus large marché. En contrepartie, les Havanais acceptèrent une grande augmentation d’impôts17. C’est d’abord celui appelé alcabala grevant les transactions qui fut relevé, passant de 2 % à 6 %. Une nouvelle taxe fut créée, qui frappa les loyers des maisons de 3 %, tandis que chaque baril d’eau-de-vie exporté devait désormais acquitter en sus de l’alcabala deux pesos à la douane. Dans le même temps, il fut décidé que ce n’était plus le volume des marchandises qui servirait de référence pour le calcul des droits, mais bien leur valeur. En parallèle, un vigoureux effort administratif fut entrepris pour limiter au maximum le phénomène de la fraude.

  • 18 C. M. Parcerro Torres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, p. 268.

25Celia María Parcerro Torres18 a montré qu’en 1769 la Real Hacienda avait engrangé 437.500 pesos contre 256.367 en 1765. La réforme signifiait donc un énorme accroissement de revenus pour le roi, propre à en inciter de nouvelles. Et ceci d’autant plus que le premier accord de 1765 consacra la reconnaissance mutuelle des deux partenaires et le maître mot des négociations qui allaient prévaloir désormais à toute nouvelle réglementation. La liste des décrets, des modifications, des réformes apportées entre 1765 et 1808, qui concernèrent l’Empire et pas seulement Cuba, est longue. Malheureusement, les négociations préalables sont restées dans l’ombre, mais elles ont forcément eut lieu ; il suffit pour s’en convaincre de constater à quel point certaines semblent taillées sur mesure pour l’élite de pouvoir cubaine. S’il est inutile de décrire toutes ces réformes par le détail, il est quant même nécessaire d’en présenter une classification afin de comprendre quel nouveau sens elles purent donner aux relations entre la colonie et la métropole. On pourrait ainsi répartir les réformes selon trois axes majeurs : des avantages pour commercer, des facilités pour produire du sucre et la reconnaissance par la monarchie d’institutions représentatives des élites économiques havanaises.

  • 19 La majeure partie des différentes mesures a été analysée, notamment, par J. FISCHER, Relaciones eco (...)
  • 20 G. D. Inglis et A. J. Kuethe, « El consulado de Cádiz y el reglamento de comercio libre ».

26Les mesures d’amplification du commerce allèrent croissant jusqu’à une ouverture totale19 en 1818. Leur étalement dans le temps avait pour but de ménager les intérêts des consulats de marchands sévillans et gaditains qui, depuis la découverte de l’Amérique, essayaient de contrôler les flux commerciaux20. Ce contrôle, générateur de sommes fabuleuses pour la monarchie au travers de taxes, lui permettait aussi de pouvoir compter sur l’appui de riches négociants andalous auprès desquels elle sollicitait des prêts en cas d’urgence.

  • 21 « Reglamento y aranceles para el comercio libre de España e Indias ».

27Ainsi, un décret de 1768, tout en ouvrant le commerce de la nouvelle Louisiane espagnole à Cuba, fermait aux Français le marché du sucre à Cadix. Durant les années qui suivirent, El Ferrol en Galice, Palma de Majorque aux Baléares et Santa Cruz de Tenerife aux Canaries furent inscrits au nombre des ports autorisés. Un Ordre Royal du 3 mai 1774 décrétait la libre introduction de sucre, de cuirs, de café et d’autres produits en Espagne. En 1778, le système prit une ampleur bien plus grande encore avec le « Règlement des douanes pour le libre commerce d’Espagne et des Indes21 » qui généralisa ces principes à douze ports espagnols et à vingt-quatre autres ports dans l’ensemble de l’Amérique, à l’exception du Venezuela et du Mexique qui n’y furent agrégés qu’en 1789, lorsque disparurent la Compagnie de Caracas, pour le premier, et les intérêts liés au système des flottes, pour le second. Désormais, dans tous ces ports, chacun pouvait, en payant les taxes réglementaires, acheter et vendre ce qu’il voulait, à l’exception de quelques produits dont la monarchie se réservait le monopole. Même la liberté de la traite fut autorisée à partir de 1789 avec des restrictions qui furent supprimées au fil du temps par quatorze cédules, la dernière datant de 1804. Bien que parfois la monarchie voulut rétablir le vieux système des licences concédées presque au compte-gouttes qui avait prévalu jusque-là, à partir de la dernière décennie du siècle, les esclaves commencèrent à réellement déferler dans les plantations. Le monopole royal sur le tabac se maintint jusqu’en 1817, ce qui eut pour conséquence immédiate de renforcer encore la puissance économique du producteur de sucre devant celle du producteur de tabac. Cette amplification du commerce était donc profitable au roi comme aux élites cubaines : le premier percevait de plus grands revenus, les secondes augmentaient leur volume d’affaires. Surtout, il ne semblait pas pour la monarchie que ce système d’enrichissement des élites pouvait lui porter tort puisqu’il restait soumis au régime de l’exclusif.

28Or, c’était bien cela qui gênait encore les Havanais, car leur plus grand désir n’était pas tant de pouvoir commercer avec le monde hispanique qu’avec les clients et fournisseurs de leur choix. Ceux-ci, en fait, à mesure qu’augmentait la production, se concentraient dans la même région : l’Amérique du Nord. La contrebande entre Havanais et colons anglais était ancienne, elle s’amplifia à mesure que le volume d’échange augmentait puisqu’elle était favorisée par les nouvelles réglementations. En 1779 le trafic fut même officiellement autorisé lorsque l’Espagne, alliée une nouvelle fois à la France, entra en guerre contre l’Angleterre, afin de venir en aide aux insurgentes. L’Espagne, pour aider les colons révoltés contre l’autorité anglaise, leur permit donc de vendre à La Havane toutes sortes de produits dont de la farine, de la viande et d’y acheter du sucre ; ce qui fut, bien entendu, particulièrement apprécié aussi par les habitants de la capitale cubaine. La mesure fut même étendue aux alliés de l’Espagne, et les colonies françaises purent à leur tour faire du négoce. Les profits des planteurs et des commerçants de l’île du Crocodile furent tels qu’ils rendirent désormais inapplicables les décrets d’abrogations de ces permissions. De plus, les guerres engendrées par la Révolution française puis par l’épopée napoléonienne allaient de facto obliger la métropole à laisser les colonies libres d’organiser un commerce qu’elle n’était plus en mesure d’assurer, ne serait-ce que par un manque de navires.

  • 22 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 30-33.
  • 23 J. Opatrný, « Los cambios socio-económicos y el medio ambiente ».
  • 24 R. Funes Monzote, « Los conflictos por el acceso a la madera en la Habana ».

29Cette progressive disparition des entraves commerciales était motivée par l’augmentation de la production de sucre cubain. Il s’établissait une sorte de dynamique d’ensemble : plus il était facile de vendre du sucre, plus on en produisait, et plus on en produisait, plus on trouvait les moyens de le vendre. Beaucoup des nouvelles réglementations qui ont encouragé au niveau de l’Empire la production ou le commerce ont eu pour point de départ Cuba et les propositions des hacendados. Le sucre devenait à la fin du xviiie siècle de plus en plus un produit stratégique. Pablo Tornero a bien mis en relief cet aspect en décrivant les négociations autour de l’amplification de la traite22. C’est pour cela aussi que la monarchie prit des mesures de plus en plus hardies. Les plus symboliques sont à cet égard celles concernant le raffinage et la coupe des arbres. En effet, le 23 février 1796, suite à la pétition formulée par Francisco de Arango y Parreño, Cuba obtint le privilège de pouvoir raffiner elle-même son sucre et fabriquer une eau-de-vie de canne. Auparavant, c’étaient des caisses de pâte de sucre semi raffiné, appelé mascabado, qui étaient produites. Ce décret, qui reconnaissait l’incapacité espagnole à transformer la matière première, mettait à mal le lien économique classique entre une métropole et sa colonie. Plus exactement, il reconnaissait une certaine forme d’autonomie économique. Désormais, Cuba pourrait produire et vendre son sucre à un prix uniquement fixé par la loi du marché, avec les droits de douane à payer pour seule contrainte. Par ailleurs, à la fin du siècle, le développement de la plantation de sucre fut tel qu’il se trouva bientôt confronté à un problème susceptible d’arrêter net sa croissance : le manque de bois23. Il en fallait pour cuire les sucs extraits (la bagasse ne suffisant pas), pour fabriquer les ingenios, les caisses et les charrettes destinées à transporter le sucre, pour construire des entrepôts. Les hacendados étaient au fil du temps de plus en plus nombreux et leurs rêves d’expansion économique se heurtaient aux protections légales. Celles-ci, pleines de sagesse, réservaient une partie importante des forêts publiques comme privées pour n’en pas déposséder les générations futures et pour que la Marine puisse toujours trouver du matériau pour ses bâtiments. Certes, les oligarques achetaient de plus en plus de bois aux États-Unis, mais il était plus simple et plus économique de pouvoir couper les arbres de l’Île. Aussi, en avril 1800, une cédule royale mit fin au droit de priorité sur l’abattage des arbres dont bénéficiait jusqu’alors l’arsenal24. C’est, à l’instar de la loi sur le droit de raffinerie, un virage brutal dans la politique royale : désormais la fabrication de sucre semblait l’emporter sur la défense de l’Empire ! Mais cette loi ne satisfit pas encore complètement les hacendados dont le besoin en nouvelles terres, combustible et caisses d’emballages ne cessait de croître. Aussi, la monarchie céda une fois encore à leurs revendications en 1805, avec une loi qui leur donna le droit de couper sans restrictions le bois de leurs propriétés. Par ailleurs, en 1802 et 1803, le roi les avait favorisés également sur un autre plan en exemptant les nouveaux ingenios de la dîme et en éliminant les entraves à l’importation du matériel nécessaire aux plantations.

  • 25 Elles ont inspiré beaucoup de travaux aux historiens. Voir, en particulier, F. Aguilar Piñal, Las R (...)

30Enfin, la monarchie accéda à un autre désir majeur de l’oligarchie : l’autorisation de fonder des institutions destinées à promouvoir les connaissances scientifiques afin d’accroître la production de sucre, la mise en place d’un tribunal de commerce pour régler les litiges, et celle d’un organisme chargé de promouvoir l’aménagement et la colonisation de l’Île en général. Ces trois objectifs furent contenus dans deux institutions déjà mentionnées dont Charles IV autorisa la création la même année, en 1792. La première fut la Société Économique des Amis du Pays, construite sur le modèle déjà classique qui s’était répandu en Europe, si typique de l’esprit des Lumières25. Concernant la production de sucre, elle favorisa la recherche théorique : études d’écrits et de mémoires, comparaison avec des systèmes étrangers. Le second organisme, le Consulat royal, se consacrait davantage à l’expérimentation et renfermait également le tribunal de commerce. En fait, le Consulat royal, pour justifier l’inclusion de ses dirigeants dans la définition des élites havanaises, était un véritable petit gouvernement autonome. De sorte que sa création allait d’une certaine manière à l’encontre de la stratégie initialement définie par Charles III et ses ministres qui ne voulaient pas étendre le pouvoir politique des créoles. Mais pouvaient-ils faire autrement devant les revenus que générait le sucre ?

  • 26 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 164, rappelle brièvement les projet (...)
  • 27 AGI, Ultramar, leg. 120.

31Il est nécessaire de souligner que c’est l’oligarchie havanaise qui insista pour la création de ces associations et en négocia auprès de la monarchie les statuts. Les tractations autour de la fondation de la Société Économique restent confuses pour les historiens, mais quelques traces retrouvées prouvent qu’elles ont existé26. La genèse du Consulat royal est en revanche bien mieux connue : en 1783 une association de commerçants de La Havane en lança l’idée mais sans succès. Elle fut reprise en 1787, sans plus de résultat, lorsque le cabildo voulut créer un Consulat imitant celui de Santander. Mais il fallut attendre le vibrant plaidoyer de Francisco de Arango y Parreño, Discurso sobre la agricultura y medios de fomentarla, datant de 1792, pour que Charles IV décidât d’autoriser la fondation du Consulat royal. C’est lui qui, représentant havanais auprès de la Cour27, rédigea les différents articles de l’institution directement avec le secrétaire d’État Diego María de Gardoqui y Arrequibar.

32Enfin, est-ce un fait du hasard si, en 1790, le roi permit également l’ouverture d’imprimeries sous contrôle du capitaine général ? La possibilité d’imprimer devait être un préalable obligatoire aux recherches et aux réflexions que voulaient encourager les patriciens au travers de la création de la Société Économique et du Consulat royal. Ceci montre une nouvelle fois que l’oligarchie havanaise agissait selon un plan savamment réfléchi, démontrant qu’elle demeurait, depuis les premières négociations avec Ricla, un interlocuteur sérieux et incontournable.

  • 28 « … La primera danza de los millones » (M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 81-86).
  • 29 « … La historia del siglo xix será diferente » (ibid., p. 56).

33L’oligarchie havanaise compensa largement l’augmentation des taxes par le produit de la vente du sucre, de sorte que tout le monde semblait tirer profit de ce nouveau système : les élites de hacendados, celles de commerçants comme le roi. ÀLa Havane, durant cette période, ce furent les planteurs qui réalisèrent les plus belles affaires devant les commerçants. Ceci pour la simple raison que les hacendados eurent, dans un premier temps, suffisamment d’argent pour assurer seuls les investissements et que la taille des ingenios permettait encore à leur propriétaire d’assurer un entretien personnel : ils contribuaient pour une part importante à l’alimentation de leurs esclaves, auxquels ils laissaient encore des jours de repos que ces derniers employaient à cultiver quelques nourritures de subsistance qui venaient améliorer leur pitance. Les ingenios n’étaient pas loin du port ce qui réduisait les frais de transport déjà minorés par le fait que les rendements étaient encore bien inférieurs à ce qu’ils allaient devenir. Malgré cela, durant la dernière décennie du xviiie siècle, se produisit ce que Manuel Moreno Fraginals appelle la « danse des millions », pour qualifier la frénésie causée par les sommes fabuleuses gagnées principalement par les hacendados28. Mais, comme le dit encore Moreno Fraginals, « l’histoire du xixe siècle sera différente29 ». En attendant, pour cette première période, les nombreuses concessions du monarque qui viennent d’être évoquées n’étaient-elles pas la reconnaissance de cette puissance ? D’autre part, l’objectif premier des réformes n’était pas de faire gagner de l’argent aux élites ou au roi mais de financer un nouveau système de défense auquel devaient participer activement les créoles. Qu’en était-il de cette politique et comment le roi essaya t-il de s’attacher la fidélité de cette élite d’hacendados récemment enrichis ?

III. – Amplification du caractère aristocratique de l’élite créole

34La fidélisation des élites de pouvoir havanaises se fit selon deux axes qui présentèrent l’avantage d’être à la fois parfaitement complémentaires et nécessaires au bon fonctionnement de la diffusion de l’autorité du roi d’Espagne dans la colonie. Le premier axe consista à enrégimenter davantage ces oligarques, à en faire des soldats capables de défendre au mieux cette portion de souveraineté espagnole dans la Caraïbe ; le second à accentuer leur prééminence sociale de façon à constituer un véritable groupe aristocratique.

  • 30 A. J. Kuethe est le spécialiste en la matière. Outre son ouvrage déjà cité, Cuba, Crown, Military a (...)

35Il n’est pas nécessaire de s’étendre sur l’entreprise de militarisation des élites havanaises mise en route pas Alejandro O’Reilly dès son arrivée dans la capitale cubaine, car le résultat de son action concernant le développement, la composition, les distributions de commandements des milices havanaises ont été l’objet d’études très fiables montrant qu’il obtint un succès total30. En quelques mois, O’Reilly, bien secondé par le colonel français Antoine Raffelin, profitant aussi de la présence du corps expéditionnaire d’élite qui l’avait accompagné depuis l’Espagne, parvint à lever une petite armée de volontaires, à l’équiper, à l’entraîner et à lui donner belle allure.

  • 31 B. Torres Ramírez, Alejandro O’Reilly en las Indias, p. 39.

36À la tête des nouveaux bataillons furent placés conjointement des officiers expérimentés et des patriciens de La Havane. O’Reilly prit grand soin de la formation de ces derniers, voulant en faire des chefs respectés et dignes des commandements qui leur avaient été confiés, non des militaires de salon. En décembre 1763, le capitaine Martín de Aróstegui devint colonel du nouveau Régiment de Volontaires de Cavalerie de La Havane, tandis que Juan José O’Farrill y Arriola, l’alférez de Marine à la retraite, reprenait du service pour le seconder avec le grade de lieutenant-colonel. Ce régiment était divisé en treize compagnies totalisant 650 hommes. On ne sera pas étonné d’apprendre que leurs treize capitaines avaient pour nom : Jauregui, Jústiz, Zayas, Chacón, Zequeira, Núñez del Castillo, Cárdenas, Torre, Morales, Herrera, Garro, Barrera et encore Aróstegui. Le choix d’O’Reilly était doublement judicieux. D’abord parce que si certains de ces représentants des familles puissantes avaient déjà fait l’expérience de servir dans les milices, tous étaient influencés par la culture maritime, fortement hiérarchisée, du port de guerre havanais ; ils étaient aussi habitués à monter à cheval, à diriger dans leurs ingenios et haciendas ainsi qu’à manier les armes ; ils étaient donc les plus à même de commander les nouvelles unités qui venaient d’être levées. Bien entendu, leur donner les galons de commandement, c’était pour la monarchie une autre manière de reconnaître leur prééminence sociale. Le roi leur donnait l’occasion de parader à la tête de régiments, mais en portant, bien haut, la bannière royale. Par ailleurs, O’Reilly avait décidé qu’à l’instar des brevets d’officiers de l’armée régulière, ceux des milices blanches ne pourraient être délivrés que par le roi31. Le développement de la capacité défensive des Havanais fut donc parfaitement encadré. Ce dispositif s’accompagna d’un contrôle et d’un développement plus remarquables encore de leur puissance sociale.

37Les titres de Castille étaient des marqueurs des hiérarchies sociales et leur possession suscitait envies et jalousies tout autant qu’elle conduisait leur détenteur à agir selon une « conscience de classe ». Pour mieux saisir l’enjeu de leur concession, il faut considérer deux autres aspects.

  • 32 C. Minguet, Hacia una interpretación de Hispanoamérica, pp. 49-66, montre en particulier combien ce (...)

38Pour les élites créoles, le titre acquérait une dimension plus grande encore par rapport aux péninsulaires, du fait de la force des préjugés. En effet, comme l’a décrit Charles Minguet, dans les représentations mentales et même littéraires des Européens, au moins au xviiie siècle, le créole espagnol était généralement vu comme un être inférieur à l’Espagnol péninsulaire et touché par une forme de dégénérescence naturelle qui affectait toutes les populations vivant sous les tropiques32. La possession d’un titre compensait cette impression, montrant au contraire que l’éloignement de la Péninsule n’avait rien fait perdre aux créoles de leur « hispanité ». De plus, un titre américain pouvait laisser supposer un passé personnel ou familial de découvreur, ou mieux encore de conquistador et rendait possibles des mariages prestigieux avec la vielle aristocratie espagnole. En 1763, quelques familles havanaises, dominant la terre et les institutions créoles, rêvaient de titres de Castille qui assureraient définitivement leur prééminence sociale et permettraient de nouvelles ambitions. Le roi le savait et allait en jouer finement.

39Puisque le roi était la seule personne autorisée à concéder un titre, il tenait dans ses mains un instrument politique de première importance. En jouant sur le désir des familles de posséder un titre, il les incitait à faire individuellement preuve de fidélité, ce qui entraînait une dynamique de groupe, une compétition de loyalisme. Pour tardive qu’elle soit, une lettre rédigée par le capitaine général Vives en 1830, destinée à appuyer la demande du regidor Carlos José Pedroso y Garro, le montre sans détours. Dionisio de Vives écrivait en effet :

  • 33 « … Parece conveniente […] que Su Majestad premie el merito y lealtad de tan recomendable familia p (...)

Il paraît souhaitable que Sa Majesté récompense le mérite et la loyauté d’une si recommandable famille, pour servir d’exemple à toutes celles qui voudraient mériter de telles faveurs, car le public applaudit toujours les faits du souverain quand ils retombent sur des personnes si influentes par leurs immenses fortunes et vertus33.

40En donnant à l’élite ses titres de noblesse, le roi contribuait également à fédérer un groupe, déjà constitué autour de valeurs sociales et politiques communes, dont une des plus importantes était un rapport privilégié avec le capitaine général. Le roi d’Espagne ne pouvait rassembler auprès de lui toutes les élites américaines, mais leur donner des titres et les encourager à vivre noblement, comme de grands seigneurs, devait naturellement les inciter à entretenir un proche contact avec son représentant, le capitaine général, lequel était tenu de leur montrer les signes de la reconnaissance royale. Des signes que tout le monde percevait. C’était en quelque sorte transplanter dans une colonie et dans une dimension moindre un instrument de pouvoir cher aux Bourbons depuis Louis XIV : celui de la Cour. Puisque l’objectif était de former un groupe puissant de fidèles, il fallait que cette fidélité puisse s’exprimer envers le représentant du roi qui serait à même de les surveiller et d’entretenir leur loyauté.

  • 34 À titre d’information, les lanzas de La Havane rapportèrent 1.593 pesos en janvier 1819 (AGI, Ultra (...)
  • 35 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Herrera.
  • 36 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Campo Florido.
  • 37 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), p. 177.

41Enfin, l’aristocratie représentait une source de revenus non négligeable pour le roi, ce qui était un des objectifs de la politique coloniale. En premier lieu, parce que les titres de Castille étaient soumis aux impôts annuels et de succession, les lanzas et medias anatas déjà évoquées34 ; ensuite parce que dans les relations de mérites, destinées à demander un titre, il était de bon ton de pouvoir certifier avoir contribué à fortifier le trésor royal lorsque celui-ci le nécessitait. En certaines circonstances, la monarchie demanda même sans détours aux prétendants aux titres, un servicio extraordinario (un « service extraordinaire ») lorsque les mérites avancés se révélaient insuffisants ou bien en raison d’événements internationaux exceptionnels. Dans ce dernier cas, on soupesait avec plus de soin encore la valeur des mérites. Ainsi, en 1795, alors que l’Espagne était en guerre contre la France, Gonzalo José Herrera y Santa Cruz demanda à pouvoir s’appeler marquis de Casa Herrera. La Cámara de Indias lui répondit favorablement, à condition qu’il versât 22.000 ducats de billion supplémentaires. Elle justifia cette somme en précisant au sollicitant que, certes, il jouissait des conditions requises, mais le contexte belliqueux obligeait les personnes éminemment riches qui ambitionnaient une des premières distinctions du royaume à un plus grand service financier35. En 1826, il fut demandé à Miguel Cárdenas y Peñalver de verser 10.000 pesos pour recevoir son titre de marquis de Campo Florido, car il n’avait jusque-là, participé en aucune manière au service de son roi36. D’une manière générale, comme l’a remarqué Frédérique Langue pour le Mexique, plus on avance dans le temps, plus les impératifs financiers s’imposent37. Pour autant, on ne peut affirmer que ces titres soient à proprement vendus, puisque le demandeur devait obligatoirement posséder d’autres atouts et avantages personnels et familiaux et, pour La Havane, s’intégrer dans une spécificité locale particulièrement affirmée. Ainsi, il a été montré combien des personnes déjà titrées pouvaient se coaliser pour faire obstacle, avec succès, à un sollicitant qui ne posséderait pas d’ingenio.

42Malgré tous les avantages que comportait la distribution de titres pour le roi, trois seulement avant 1763 avaient été donnés à La Havane, ce qui illustre bien cette défiance de la monarchie envers la société coloniale cubaine. En effet, si les concessions tardives proviennent du retard général de Cuba, celui-ci, dans les années 1750 était en grande partie comblé. Or, le développement du port havanais ne s’était pas accompagné d’une politique de fidélisation de ces élites par une distribution de grâces. Cela commença à changer à partir de 1763, puisque, jusqu’en 1838 on dénombre quarante-cinq concessions de titres, d’honneurs de grandesse ou de grandesses d’Espagne effectives à des créoles havanais. C’est le détail de cette stratégie qui fait l’objet des lignes qui suivent, ou plus exactement les décisions de Charles III et de Charles IV, puisqu’il a été convenu de respecter la coupure historique de 1808.

43Pour étudier la politique de concession de titres, il ne suffit pas d’analyser les titres distribués, il faut tenir compte également des dossiers refusés, puisque l’attribution ou le refus étaient une réponse à une sollicitation. Ainsi une absence de concession de titres durant une certaine période pourrait correspondre à un manque de demandes, non à une volonté délibérée du monarque de fermer l’accès au corps des titrés. C’est pourquoi, la base de l’analyse doit donc être celle des demandes de titres, non celles des concessions. Pour dégager les grandes tendances de cette politique de distribution de grâces menée par les souverains espagnols il est préférable de s’appuyer sur un graphique qui reprend sous une forme chronologique l’acceptation ou le refus des différentes sollicitations pour les règnes de Charles III, Charles IV et Ferdinand VII et sous la régence de Marie-Christine ; Joseph Ier, el Rey intruso, ne fut jamais sollicité par un Havanais pour obtenir un titre de Castille. L’inclusion de ces deux derniers monarques dans le graphique permet de faciliter les comparaisons.

Diagramme. – La politique de distribution de grâces nobiliaires à La Havane de 1759 à 1838

Diagramme. – La politique de distribution de grâces nobiliaires à La Havane de 1759 à 1838

44De 1763 à 1808, ce sont trente-huit demandes de titres, ou de grandesses, qui ont été déposées, vingt et une eurent une réponse favorable. Les demandes de titres s’étalent assez bien dans le temps pendant les quarante-cinq années de cette première période, avec cependant deux petits pics entre 1763 et 1766, 1785 et 1787, ainsi qu’une baisse durant une période, elle aussi très courte, entre 1780 et 1784 et un ralentissement à partir de 1797. Cette constance donne l’impression que les familles se mettaient d’accord pour demander un titre chacune à leur tour. La raison de la quasi absence de demandes de titres de 1797 à 1808 est simple : le début de l’enquête devait se faire auprès du tribunal de Santo Domingo, or la révolution dans la partie française de l’Île causa des troubles jusque dans la moitié espagnole ; et, en 1795, l’Espagne cédait même cette partie à la France. Il fallut ensuite plusieurs années pour que la nouvelle Audience, transportée à Puerto Príncipe puisse fonctionner – pour peu de temps seulement – car survint l’invasion napoléonienne de 1808 qui amena une nouvelle interruption. Les deux grâces concédées en 1807 sont des grandesses d’Espagne pour laquelle l’enquête devait se faire à Madrid.

  • 38 AGI, Títulos, leg. 2, exp. n° 7.
  • 39 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Zaldívar.
  • 40 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.
  • 41 FICHOZ, AHN, Consejos, leg. 8978. Le nom du titre avait été choisi en fonction d’une seigneurie que (...)

45Le nombre relativement élevé de grâces non concédées doit être considéré avec précaution. Malgré les apparences, aucun des deux monarques n’a cherché la plus fine sélection parmi les candidats. Ainsi, sous Charles IV, quatre titres et deux grandesses sont attribués, tandis que cinq autres sollicitations sont refusées, mais parmi ces dernières, quatre ont pour motif le problème administratif déjà évoqué dans l’île de Saint-Domingue. En effet, comme à partir d’août 1791 les témoins que devaient présenter les candidats au titre refusaient de se présenter devant l’Audience à cause des problèmes qui secouaient l’Île, ces mêmes candidats essayaient de faire valider les enquêtes directement à Madrid. Mais les tribunaux de la capitale refusaient ce changement de procédure, ce qui bloquait alors le dossier. C’est dans ce contexte qu’apparut un Havanais, l’hacendado et regidor depositario general José Armenteros y Zaldívar, dont le dossier parvint à être examiné en 1796 à Madrid38 pour une raison inconnue. Mais lorsqu’en essayant de décoder une généalogie visiblement embrouillée à dessein les enquêteurs conclurent qu’un de ses ancêtres avait deux mères, l’instruction tourna court et il fut ainsi la dernière des six personnes à se voir refuser un titre sous Charles IV. En revanche, si José Manuel de Zaldívar y Murguía, devint comte de Zaldívar de la Real Fidelidad en 1798 c’était parce que l’instruction de son dossier était entamée depuis bien longtemps et avait été retardée par l’absence de nombreuses pièces du dossier39 ; le versement de 1.000 pesos pour qu’elle se poursuive à Madrid facilita les choses40. Et c’est parce qu’il résidait officiellement à Madrid depuis 1793 que Joaquín María Beltrán de Santa Cruz y Cárdenas put faire toutes les démarches dans la capitale pour obtenir trois ans plus tard son titre de comte de Santa Cruz de Mopox41.

  • 42 AGI, Títulos, leg 1, exp. Baynoa.
  • 43 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Luz Regia.

46Le ratio élevé de refus enregistré sous Charles III, douze sur vingt-six sollicitations, ne doit pas être mal interprété. On retrouve dans le lot le « matador » Jerónimo del Pozo y Miranda qui réussit à faire l’unanimité des planteurs contre lui. Une autre demande n’a pas été suivie d’effet, celle de Manuel García y Barrera parce qu’il mourut pendant l’instruction de son dossier42. Son petit-fils, qui reprit un demi-siècle plus tard l’affaire, fut fait sans problème comte de Casa Baynoa. José Cipriano de la Luz y Meireles, membre influent du cabildo se vit, en 1776, refuser le joli titre de comte de la Luz Regia (« Lumière Royale ») parce qu’il voulait en asseoir les taxes inhérentes sur des terres hypothéquées appartenant à son frère : la manœuvre déplut fortement en haut lieu43.

  • 44 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.
  • 45 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Conde Fijo.

47On ne compte finalement que deux personnes pour lesquelles la monarchie jugea leurs prétentions trop élevées au regard des critères de mérites, de noblesse et de fortune requis. Et pourtant il ne manquait à l’hacendado et teniente de regidor Pedro Julián de Recio de Morales y González Carvajal que quelques mérites personnels pour qu’on lui concédât le titre auquel il prétendait ; aussi lui proposa-t-on de verser, comme compensation, la somme relativement modique en regard de la grâce convoitée de 2.000 pesos44. Malgré son immense richesse, il ne voulut pas la verser, peut-être avait-il lui aussi une conception particulière de l’honneur. Le doute n’était en revanche pas permis pour Bernardo José Carrillo de Albornoz. L’aspect par trop aventurier de ce personnage, mi-mercenaire, mi-militaire de carrière, né à Séville et engagé volontaire dans des conflits variés, n’a pas semblé convaincant45. Il est à noter toutefois que, même s’il n’avait aucun lien de parenté, aucune alliance avec les familles traditionnelles, même s’il n’avait pas d’ingenio, sa candidature ne souleva pas l’opposition des autres oligarques : le métier des armes était plus noble que l’élevage des vaches et qui sait si les nouveaux comtes et marquis n’eussent pas été heureux de compter dans leurs rangs un digne héritier de la chevalerie médiévale ?

  • 46 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.
  • 47 Ibid.
  • 48 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1242, exp. 32.
  • 49 AGI, Santo Domingo, leg. 1477.

48Restent, pour le règne de Charles III, sept refus qui concernent la même famille, celle des Peñalver, plus précisément un membre qui totalisa, à lui seul, six oppositions. Il apparaît ainsi clairement que la politique de conciliation, ou de réconciliation, du roi envers la trahison des oligarques avait quelques limites. En 1786, c’est Gabriel Peñalver y Cárdenas qui se vit refuser le titre de comte de Santa María de Loreto, bien qu’il n’eût, en aucune manière, participé à l’administration anglaise. Heureusement pour lui, il put compter sur la bienveillance du conseiller d’État José de Galvez, lequel intervint en sa faveur pour qu’il puisse obtenir satisfaction l’année suivante46. Pour son cousin, Gabriel Peñalver y Calvo de la Puerta, le chemin jusqu’au titre fut bien plus long et bien plus compliqué. Il était le fils de Sebastián Peñalver y Calvo de la Puerta, qui avait été le seul créole condamné pour collaboration avec l’ennemi britannique. Gabriel avait lui aussi été jugé à Madrid mais, absous des charges de trahison qui pesaient contre lui, il put rejoindre La Havane librement. Cependant une simple absolution était insuffisante pour laver la honte d’avoir été jugé pour ce motif et gommer l’image de traître, et de fils de traître, qui désormais collait à sa personne : dans la société moderne, la condamnation du père rejaillissait naturellement sur toute la famille. C’est pourquoi la meilleure – ou la seule manière – de recouvrer son honneur était d’obtenir un titre, preuve évidente de la confiance du souverain. De là, l’insistance de Gabriel pour obtenir la titulature éloquente de marquis de la Real Fidelidad (« de la Fidélité Royale »). Malgré les cinq refus qu’il essuya47 (une première fois avant 1770, puis en 1772, en 1776, 1778, 1779 et encore en 1785), il ne cessa de faire preuve de loyalisme au roi et de dévouement à la Res publica havanaise. Par exemple, le 26 avril 1780, il offrait, sans que l’on ne lui demande rien, de soustraire de ses plantations cinquante de ses esclaves pour des travaux intéressant la monarchie48. Ces efforts étaient inutiles car la voie des honneurs lui était barrée par le comte de Ricla, devenu conseiller du roi Charles III, qui, manifestement, n’avait pas apprécié son absolution, puisqu’il intervenait personnellement pour que cette grâce ne soit pas accordée. Cependant, Ricla mourut en 1780 et, en 1788, Charles III rendit l’âme à son tour, ce qui signifiait pour Gabriel la disparition de ses plus tenaces inimitiés. Aussi, en 1789, rassembla-t-il son capital d’influence à La Havane pour se faire élire député de cette ville afin de féliciter Charles IV de son avènement. Il ne lésina pas sur les moyens, offrant d’assumer tous les frais de la représentation49. Arrivé à la cour, après avoir fait son compliment au roi, il en profita pour solliciter directement un titre, arguant dans sa plaidoirie que cela lui était absolument nécessaire puisqu’il était toujours victime de quolibets sur les événements de 1762. Charles IV accéda à sa demande en peu de temps : en 1790, Gabriel était fait marquis de Casa Peñalver, non de la Real Fidelidad. Même si le titre obtenu n’était pas celui demandé, l’honneur était enfin recouvré, vingt-sept ans après.

49L’exemple du marquis de Casa Peñalver, incite à une étude plus systématique de la politique de concession menée par Charles III et Charles IV, en considérant toutes les grâces (titres ou grandesses) que les deux monarques décernèrent à Cuba à partir de 1763 :

Tableau 6. – Origine géographique des personnes recevant un titre à Cuba entre 1763 et 1808

Tableau 6. – Origine géographique des personnes recevant un titre à Cuba entre 1763 et 1808

Source Tableau construit à partir des données rassemblées dans diverses sections de l’AGI, des informations déjà présentes dans la base FICHOZ, ainsi que F. J. Santa Cruz y Mallen, Historia de las familias cubanas et R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.

  • 50 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 279.

50Il apparaît clairement que la monarchie consacra presque toute son attention sur l’oligarchie havanaise. La seule exception fut le marquisat de Guisa conféré en 1774 à José Antonio Silva y Ramírez de Arellano, alcalde ordinario du village de Guisa qu’il avait fondé et regidor de Bayamo50.

  • 51 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), p. 160.

51Cette politique peut paraître étonnante si on la compare à celle qui fut pratiquée au Mexique et qui a été décrite par Frédérique Langue. Dans cette dernière colonie en effet, tout au long du xviiie siècle, le nombre de péninsulaires qui reçurent un titre fut plus nombreux que celui des créoles51. C’est dire encore une fois, combien Cuba put ressembler à cette époque à un laboratoire politique d’expérimentation de réformes.

52Les raisons qui incitent à inclure l’intendant Montalvo parmi les créoles, bien que né en métropole, ont été déjà avancées. Il y eut bien trois titres concédés à des péninsulaires pour des motifs « cubains », mais leurs bénéficiaires ne résidaient pas aux Antilles, ou n’y étaient que de passage.

53Il s’agit des titres de comte del Asalto, de marquis de Velasco del Morro donnés respectivement, en signe d’hommage, aux frères du marquis de González et de Luis Vicente de Velasco y Fernández de la Isla, ces péninsulaires qui furent tués au combat pendant l’assaut britannique. Il faut rajouter aussi le titre de marquis de Casa Enrile déjà signalé, le grand négrier gaditain qui résida quelque temps à La Havane. Jamais ces nouveaux titulaires, ou leurs descendants, n’eurent des intérêts à La Havane ni n’entretinrent de lien avec la saccharocratie. Ce fut bien cette dernière, comme le montre le tableau suivant, qui reçut toutes les faveurs de la monarchie.

Tableau 7. – Comparatif des concessions de titres et de grandesses distribuées à l’élite créole havanaise entre 1763 et 1808

Date

Nom

Grâce royale

Motif

Qualité

13 décembre 1763

Recio de
Hoquendo
y Hoces, Gonzálo

Marquis de la Real
Proclamación

Financement des couronnements

Regidor

16 août 1764

Espinosa
Contreras
y Jústiz,
Jerónimo

Comte de Gibacoa

Dons pendant la guerre

Alcalde ordinario, hacendado

28 juin 1765

MontalvoyRuiz
de Alarcón,
Lorenzo

Comte de Macuriges

Attitude pendant la guerre

Intendant,
hacendado

20 août 1765

LizundiayOdría
Echevarría,
Domingo

Marquis du Real Agrado

?

Hacendado, regidor

3 octobre 1765

CárdenasVelezGueverayCas-tellón, Agustín

Marquis
Cárdenas de
Montehermoso

Attitude pendant la guerre

Regidor hacendado

4 octobre 1766

Calvo Puerta
yArango,
Pedro José

Comte de Buena Vista

Attitude pendant la guerre

Regidor hacendado

25 août 1768

Beltrán
de Santa Cruz
y Aranda,
Gabriel

Comte de San Juan de Jaruco

Fondation d’un village

Alcalde ordinario, hacendado

18 mars 1770

Veitia
y Renteria, José

Marquis du Real Socorro

Dons

?

12 juillet 1774

Arredondo
y Ambulodi,
José Antonio de

Comte de Vallellano

?

?

8 juin 1775

Zequeira León
y Ramallo,
Felipe José

Comte de Lagunillas

Attitude pendant la guerre

Síndico, hacendado

24 octobre 1779

Montalvo
y Ambulodi,
Ignacio

Comte de Casa
Montalvo

Compensation d’un titre perdu

?

29 mai 1786

Calvo de laPuertayO’Farrill, Sebastián

Comte de Casa Calvo

Dons et prêts pour les fortifications

Hacendado

1er août 1786

Barreto
y Pedroso,
Jacinto Tomás

Comte de Casa Barreto

Dons et prêts pour les fortifications

Regidor hacendado

30 août 1786

Cárdenas Velez
Guevera
y Castellón,
Nicolás

Marquis de Prado Ameno

Dons et prêts

Regidor hacendado

2 avril 1787

Peñalver
y Cárdenas,
Gabriel

Comte de Santa
María de Loreto

?

Regidor hacendado

Date

Nom

Grâce royale

Motif

Qualité

28 février 1790

Peñalver
y Calvo de la
Puerta, Gabriel

Marquis de Casa Peñalver

Réconciliation

Regidor hacendado

15 décembre 1792

Peñalver
y Cárdenas,
José Ignacio

Marquis de Arcos

?

Trésorier,
hacendado

23 juillet 1796

Beltránde
Santa Cruz
y Cárdenas,
Joaquín María, comte de de San
Juan de Jaruco (III)

Comte de Santa
Cruz de Mopox

?

Hacendado

28 avril 1798

Zaldívar
y Murguía,
José Manuel de

Comte de Zaldívar de la
Real Fidelidad

Dons, prêts et attitude de son père en 1762

Alcalde ordinario, hacendado

17 août 1807

Núñez
del Castillo
y Molina,
Juan Clemente, marquis de San
Felipe y
Santiago (IV)

Grand d’Espagne,
Comte del Castillo

Dons

Hacendado

29 décembre 1807

Beltrán de
Santa Cruz
y Montalvo,
Francisco Javier, comte de San Juan de Jaruco (IV) et de Santa Cruz de Mopox (II)

Grand d’Espagne

En hommage à son père

Hacendado

Source Tableau construit à partir des données rassemblées dans diverses sections de l’AGI, des registres des Actas capitulares conservés à l’AOHCH et des informations déjà présentes dans la base FICHOZ.

54Il apparaît donc que sur les vingt-et-une personnes qui reçoivent une grâce entre 1763 et 1808, au moins dix-neuf d’entre elles possédaient des ingenios ou exerçaient une charge au cabildo, quand ils ne cumulaient pas ces deux particularités. S’il n’existe pas de preuve que les nouveaux marquis de la Real Proclamación, du Real Socorro et comte de Vallellano n’avaient pas d’ingenio, aucun document n’indique le contraire non plus. S’ils avaient fait partie de l’élite des commerçants, les sources l’auraient immédiatement mentionné. On remarque qu’à partir de 1786, lorsque ces sources se font plus prolixes et que la culture de la canne se développe dans l’Île, le lien entre le titre et l’ingenio est parfaitement établi, conférant encore une fois toute sa légitimité au concept de saccharocratie.

  • 52 AGI, Santo Domingo, leg. 1134.
  • 53 C. M. Parcerro Torres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, p. 166.
  • 54 AGI, Títulos, leg. 5, exp. Lagunillas.

55Un examen plus minutieux des motifs de concession peut être particulièrement éclairant sur la politique royale. C’est Gonzálo Recio de Oquendo, celui-là même qui avait assuré l’intérim de Sebastián Peñalver y Calvo de la Puerta comme principal collaborateur d’Albemarle, et, tout comme lui, jugé pour ce motif, mais absous, qui obtint le premier celui de marquis de la Real Proclamación52. Certes, sa demande était en cours d’examen à Madrid lorsque les Britanniques envahirent La Havane ; elle était en grande partie fondée sur l’argent qu’il avait généreusement offert à la monarchie pour célébrer les Couronnements de Louis Ier, Ferdinand VI et Charles III. Force est de constater que son attitude en 1762 ne bloqua pas l’instruction du dossier, peut-être parce que Ricla s’expliqua avec conviction en ce sens53. Si l’on examine les mérites particuliers qui ont incité Charles III à accorder les quinze autres titres, on constate que, pour quelques-uns d’entre eux, il est clairement fait référence à un engagement contre l’envahisseur anglais qui s’ajoute aux critères de noblesse ou de fortune. Mais, comme cet engagement consistait souvent en une participation financière aux frais de guerre et non à des actions militaires, on a l’impression que la monarchie érige au rang d’acte de sacrifice patriotique la plus petite action de ces oligarques. Tel est l’exemple fourni par Felipe Zequeira y León, fait comte de Lagunillas en 1775 pour avoir, treize années auparavant, donné des aliments aux troupes en lutte contre les Britanniques54. Le fait qu’il soit issu de bonne famille, síndico du cabildo et qu’il ait intégré les nouvelles milices furent des raisons peut-être plus décisives, mais moins clairement exprimées. La finalité de cette politique était simple : l’exaltation d’un supposé patriotisme avait pour but moins de récompenser des fidélités que de resserrer les liens entre les élites traditionnelles et la monarchie.

  • 55 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.
  • 56 AGI, Títulos, leg. 7b, exp. Prado Ameno.
  • 57 E. Sarrablo Aguareles, « La fundación de Jaruco en Cuba ». Les documents originaux, particulièremen (...)
  • 58 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

56Les oligarques qui n’avaient pas été généreux en 1762 comprirent très bien le message du souverain en s’empressant de mettre à la disposition du roi des esclaves et les moyens nécessaires pour reconstruire et amplifier l’architecture défensive de La Havane. Ainsi, ce n’est pas seulement l’intervention favorable de José de Galvez qui permis à Gabriel Peñalver y Cárdenas d’obtenir son titre de comte de Santa María de Loreto : avoir prêté à la monarchie 70.000 pesos sans intérêt fut aussi un argument de poids. En 1786, les titres de marquis de Casa Calvo et de Prado Ameno furent donnés respectivement à Sebastián Calvo de la Puerta y O’Farrill55 et Nicolás Cárdenas de Velez Guevara y Castellón56, pour avoir le premier donné 2.000 pesos et prêté treize esclaves et le second, avancé sans intérêt 320.000 réaux et douze esclaves, chaque fois pour aider à la construction de fortifications. C’est cette nécessité de recourir alors à l’argent cubain qui explique la seconde augmentation des concessions. Il apparaît donc clairement que la politique de concessions de titres complète celle de progressive ouverture du commerce destinée à faire participer davantage les élites à la défense de l’Île. Défense, mais également mise en valeur, puisque Gabriel Beltrán de Santa Cruz y Aranda obtint en 1768 son titre de comte de San Juan de Jaruco en contrepartie de la fondation d’une nouvelle ville, de ce nom précisément57. Elle devait pouvoir servir de base arrière contre un nouveau débarquement ennemi visant La Havane et devait être peuplée avec des familles rapatriées de la Floride. C’était un véritable contrat que Beltrán de Santa Cruz, appuyé par le comte de Ricla, avait signé avec la monarchie en 1765. Cette dernière en sortit lésée, puisqu’elle accepta, après avoir hésité, à donner le titre avant que la majeure partie des travaux ne fût achevée, ce qui ne se produisit pas du vivant du nouveau comte qui mourut en 1773, et l’on décida de ne pas importuner sa veuve58.

  • 59 Exactement 1.343 ha. Le document mentionne 100 caballerías. Une caballería, mesure variable selon l (...)
  • 60 AGI, Ultramar, leg. 198.
  • 61 AGI, Ultramar, leg. 18, exp. 10.
  • 62 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 345.

57Charles IV concéda six grâces dont les motivations s’inscrivent dans la lignée de celles concédées par son père, mais qui prennent, par la concession de grandesses, une nouvelle dimension. On a déjà vu que l’octroi d’un titre à Gabriel Peñalver achevait la politique de réconciliation avec l’élite créole. Avec la concession du titre de comte de Zaldívar de la Real Fidelidad à José Manuel de Zaldívar y Murguía pour avoir, en partie par des dons, contribué à la fondation d’œuvres de charité, Charles IV poursuivait le désir de son père d’encourager les Havanais à mettre en valeur la colonie. Comme ce dernier, il concéda des titres en récompense de soutiens financiers : en récompense de plus de 1.300 hectares de terres59 donnés par le marquis de San Felipe y Santiago, Charles IV le fit Grand d’Espagne60. C’est la première grâce de ce type qui fut concédée à un Cubain et la deuxième donnée à un créole depuis la découverte de l’Amérique61, mais le « cadeau » du marquis n’était pas négligeable non plus puisqu’il représentait environ 125.000 pesos, autant d’argent pour les finances royales qui, en 1807, en avaient plus que jamais besoin. C’est la dernière grâce, concédée en décembre 1807, qui constitue une innovation par rapport à toutes les précédentes. En effet, cette année-là, Francisco Xavier, deuxième comte de San Juan de Jaruco et quatrième de Santa Cruz Mopox obtint la grandesse d’Espagne expressément en souvenir de son père, dont la soudaine disparition quelques mois plus tôt causa un profond chagrin à la Cour de Madrid où il était fort apprécié62. On mesure tout le chemin que représentaient ces deux grandesses lorsque l’on sait que, pour obtenir une telle distinction, il fallait obligatoirement fixer sa résidence à la Cour. Pouvait-on rêver, en 1808, de plus franc succès pour la politique de rapprochement et de fidélisation à laquelle Charles III donna un nouvel élan en 1763 ?

58En gratifiant l’élite havanaise de distinctions nobiliaires, le roi la plaçait dans une attitude de vassalité ; ainsi, leur intégration massive dans les ordres de chevalerie participe pleinement au processus de fidélisation – comme le rappelle le cérémonial d’entrée dans celui de la Real Ronda, auquel dut se conformer Agustín Valdés y Pedroso le 30 décembre 1798. Après avoir appuyé son genou gauche sur le sol devant le chevalier qui le reçut, assis sur une chaise surmontée d’un dais, il plaça sa main gauche dans la droite dudit chevalier, et sa main droite sur une épée et prononça alors :

  • 63 « … Yo, don Agustín Valdés, hago pleyto homenage […] conforme el fuero de Castilla a Ley de Caballe (...)

Moi, don Agustín Valdés, je prête hommage […] conformément au fuero de Castilla, à la loi de chevalerie, d’obéir en tout à notre Seigneur le Roi (que Dieu le garde), et à ses successeurs dans la monarchie, comme fidèle vassal63.

  • 64 G. Lohmann Villena, Los americanos en las órdenes nobiliarias.

59Près d’une soixantaine de nouveaux chevaliers créoles sont apparus à La Havane de 1763 à 1838. Ce chiffre est d’autant plus éloquent si on le compare à la dizaine seulement de chevaliers havanais créés depuis la conquête espagnole jusqu’à l’invasion anglaise dénombrés par Guillermo Lohmann Villena64. Une analyse plus détaillée de ces soixante nouveaux chevaliers montre la prépondérance de certaines familles : les Herrera en ont cinq, tout comme les Zaldívar ; les Montalvo et les Calvo de la Puerta en ont quatre chacun. C’est à partir des années 1770 que les premières concessions d’habits ont été faites, et elles se sont rapidement multipliées ensuite dans les années 1780 et surtout 1790. Le choix des ordres qui ont été privilégiés par les Havanais est éclairant quant à leurs idéaux. En effet, il en est deux qui furent particulièrement prisés : ceux de Santiago et de Charles III, rassemblant respectivement seize et dix-neuf personnes. Le premier, parce qu’il évoque le saint patron de l’Espagne apparu sur les champs de bataille de la Reconquête, est celui qui montre le mieux l’attachement à l’Espagne. L’Ordre de Charles III, créé en 1771, ne revêtit de valeur légale ou juridique aux Amériques que par une cédule du 23 avril 1775 qui informait officiellement les Audiences de son existence. Il était si récent qu’il ne pouvait prétendre à la noblesse de l’âge auréolant les autres ordres, ce qui renforce l’idée que vouloir en faire partie montrait toute la volonté d’entretenir des relations privilégiées avec le monarque réformateur. Ainsi, l’entrée massive dans ces ordres montre aussi bien le désir d’affirmer une supériorité sociale que l’attachement à l’Espagne et à Charles III.

  • 65 D. M. Ladd, La nobleza mexicana en la época de la Independencia, p. 11.
  • 66 L. Campbell, « A colonial Establischment ».
  • 67 D. Goncalvès, La concession de titres de Castille, de Navarre et des grandesses dans l’Empire espag (...)

60Pour qui veut replacer cette politique d’attachement des élites havanaises dans un contexte plus large, celui de la recherche d’appuis dans l’ensemble de l’Empire, quelques précautions préalables doivent présider aux comparaisons. En 1775, on comptait seulement neuf familles titrées à La Havane, contre quarante-sept en Nouvelle Espagne65 et, en 1776, on dénombrait au Pérou un duc, cinquante-huit marquis et quarante comtes, ainsi qu’un vicomte66. Mais, peut-on placer sur un pied d’égalité la colonisation ancienne du vaste territoire mexicain ou l’exploitation séculaire des mines du Potosí avec la plus récente mise en valeur de la baie havanaise ? Aussi, plus que des chiffres bruts, ce sont des tendances et des évolutions qui doivent être analysées pour permettre de constater l’intérêt tout particulier affiché par la monarchie pour l’élite havanaise, lors du retour de la colonie dans le giron espagnol. De 1763 à 1797, c’est un peu moins d’une cinquantaine de titres ou de grandesses que Charles III et Charles IV concèdent en Amérique67 ; dix-sept d’entre elles, soit plus du tiers, concernent les élites havanaises ce qui témoigne de l’importance prise par ces dernières aux yeux du souverain.

61Si l’on devait tenter de qualifier la politique entreprise par les monarques envers les élites havanaises à partir de 1763, les termes de cohérence et de pragmatisme conviendraient parfaitement et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce qu’elle ne représente pas une rupture avec ce qui fut entrepris depuis Philippe V, mais une amplification. La mise en valeur de l’Empire se poursuit, mais on renforce l’action des créoles dans cette optique. Pragmatisme aussi avec les réalités du terrain : militariser les autochtones pour défendre l’Île, c’est admettre que la métropole n’est pas capable d’assurer seule cette défense. Cohérence toujours dans l’imbrication des moyens pour atteindre cet objectif : une colonie plus riche est plus à même d’assurer sa propre défense, ne serait-ce que parce qu’elle dispose de plus d’argent pour construire des fortifications. On augmente les impôts, mais l’on donne les moyens pour produire plus et enrichir de la sorte une élite que l’on encourage à dépenser son argent dans un lustre aristocratique et le paiement d’impôts sur les titres de Castille. Ces titres sont, à leur tour, un des dispositifs majeurs de la stratégie de fidélisation qui est déployée puisqu’ils comportaient une éthique de loyauté envers le souverain, propre à servir de modèle pour l’ensemble du corps social. Cohérence et pragmatisme enfin quant aux créoles sur lesquels doit s’appuyer la nouvelle politique ; il faut une aristocratie pour aider la monarchie : elle apparaît en même temps que les ingenios. En dépit d’une attitude qui ne fut pas uniformément loyale en 1762, c’est la politique de réconciliation qui est envisagée, sans chercher à faire surgir ex nihilo une autre élite.

62Néanmoins, aucun système politique et économique, même s’il semblait bien construit, ne pouvait prétendre à la perfection. La défense du bastion havanais ne pouvait reposer uniquement sur la bonne volonté des créoles saccharocrates, désormais bien armés et disposant d’un nouvel outil pour la mise en valeur de l’Île, au travers du Consulat royal. C’est pourquoi ces dispositifs furent complétés par une habile politique de contrôle qui mérite une attention particulière.

Notes

1 Un résumé très éclairant de l’action des ministres du premier roi Bourbon d’Espagne se trouve dans J.-F. Labourdette, Philippe V, réformateur de l’Espagne, pp. 467-505. Une étude concernant une période plus large a été réalisée par G. Anes, La Corona y la América del siglo de las Luces.

2 C’est l’une des conclusions des travaux de M. Bertrand qui relativise les affirmations de M. Burkholder et D. Chandler, From Impotence to Authority.

3 O. Portuondo Zúñiga, « La consolidación de la sociedad criolla », p. 204.

4 Il s’agit du colonel Luis Chacón y Castellón (F. J. Santa Cruzymallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 133).

5 O. Portuondo Zúñiga, « La consolidación de la sociedad criolla », p. 202.

6 « … La fuerza verdadera para frustrar la conquista de un país no consiste en las murallas, ni en el valor de las guarniciones, sino en la que tenga o encierre en si mismo [contando en ella] los habitantes divididos en clases, [y que cada uno sirva su patria], ya sea con armas como milicianos, o con su trabajo personal […] » (J. V. Gómez Pellejero, « La carrera política y militar del VIII conde de Ricla », p. 107).

7 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, pp. 28-29.

8 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 20.

9 À ce jour, la meilleure étude qui a été réalisée sur ce personnage fondamental dans l’histoire de l’armée espagnole à l’époque moderne, et pourtant méconnu, est le livre de B. Torres Ramírez, Alejandro O’Reilly en las Indias.

10 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 30.

11 Ibid., p. 20.

12 Le détail des événements est assez bien connu. Il a été analysé notamment par J. Delgado, « El conde de Ricla, Capitán general de Cuba », pp. 41-138. A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, a consacré un chapitre aux négociations, pp. 50-77, et C. Parcerro Torres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, plusieurs pages, p. 213 et pp. 243-251.

13 R. NietoyCortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 308.

14 AGI, Santo Domingo, leg. 1973.

15 C’est également l’analyse de C. Parcerro Torre, La élite habanera en la segunda mitad del siglo xviii, p. 236.

16 Ce décret est analysé en détail par J. Varela Marcos, « El primer reglamento para el libre comercio con América ».

17 A. J. Kuethe et G. D. Inglis, « Absolutism and Enlightened Reform ».

18 C. M. Parcerro Torres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, p. 268.

19 La majeure partie des différentes mesures a été analysée, notamment, par J. FISCHER, Relaciones económicas entre España y América.

20 G. D. Inglis et A. J. Kuethe, « El consulado de Cádiz y el reglamento de comercio libre ».

21 « Reglamento y aranceles para el comercio libre de España e Indias ».

22 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 30-33.

23 J. Opatrný, « Los cambios socio-económicos y el medio ambiente ».

24 R. Funes Monzote, « Los conflictos por el acceso a la madera en la Habana ».

25 Elles ont inspiré beaucoup de travaux aux historiens. Voir, en particulier, F. Aguilar Piñal, Las Reales Sociedades Económicas de Amigos del País y su Obra, et F. de las Barras de Aragón, « Las Sociedades Económicas en Indias », pp. 411-447.

26 M. D. González-Ripoll Navarro, Cuba, la isla de los ensayos, p. 164, rappelle brièvement les projets qui furent envoyés à Madrid dès 1783.

27 AGI, Ultramar, leg. 120.

28 « … La primera danza de los millones » (M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 81-86).

29 « … La historia del siglo xix será diferente » (ibid., p. 56).

30 A. J. Kuethe est le spécialiste en la matière. Outre son ouvrage déjà cité, Cuba, Crown, Military and Society, quelques autres de ses articles ont fait date sur ce thème, en particulier, « Las milicias disciplinadas en América » et « The Development of the Cuban Military ».

31 B. Torres Ramírez, Alejandro O’Reilly en las Indias, p. 39.

32 C. Minguet, Hacia una interpretación de Hispanoamérica, pp. 49-66, montre en particulier combien cette thèse de l’infériorité du créole était répandue chez certains éminents scientifiques comme Buffon ou Corneille de Pauw.

33 « … Parece conveniente […] que Su Majestad premie el merito y lealtad de tan recomendable familia para ejemplo de otros que se dedicaran a distinguirse para merecer iguales gracias, pues el público siempre aplaude los hechos del soberano cuando recaen en personas tan influyentes porsu inmenso caudal y virtudes » (GI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Pedroso).

34 À titre d’information, les lanzas de La Havane rapportèrent 1.593 pesos en janvier 1819 (AGI, Ultramar, leg. 179).

35 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Herrera.

36 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Campo Florido.

37 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), p. 177.

38 AGI, Títulos, leg. 2, exp. n° 7.

39 AGI, Títulos, leg. 12b, exp. Zaldívar.

40 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

41 FICHOZ, AHN, Consejos, leg. 8978. Le nom du titre avait été choisi en fonction d’une seigneurie que la famille avait autrefois possédée dans ce qui allait devenir la Colombie. Le lieu est aujourd’hui connu sous le nom de Mompox, raison pour laquelle il peut y avoir quelques confusions chez certains historiens quant à l’orthographe de ce nom.

42 AGI, Títulos, leg 1, exp. Baynoa.

43 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Luz Regia.

44 AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.

45 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Conde Fijo.

46 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

47 Ibid.

48 AGI, Papeles de Cuba, leg. 1242, exp. 32.

49 AGI, Santo Domingo, leg. 1477.

50 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 279.

51 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), p. 160.

52 AGI, Santo Domingo, leg. 1134.

53 C. M. Parcerro Torres, La pérdida de La Habana y las reformas borbónicas en Cuba, p. 166.

54 AGI, Títulos, leg. 5, exp. Lagunillas.

55 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

56 AGI, Títulos, leg. 7b, exp. Prado Ameno.

57 E. Sarrablo Aguareles, « La fundación de Jaruco en Cuba ». Les documents originaux, particulièrement nombreux, sont référencés dans AGI, Santo Domingo, leg. 1136, exp. 20 et AGI, Títulos, leg. 9, exp. San Juan Jaruco.

58 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

59 Exactement 1.343 ha. Le document mentionne 100 caballerías. Une caballería, mesure variable selon les colonies, vaudrait à Cuba 1.343 ares, selon le Diccionario de la lengua española. Son prix serait compris entre 1.000 et 1.500 pesos selon qu’elle soit plantée d’arbres ou non. On peut donc chiffrer le montant moyen de la donation à environ 125.000 pesos, ce qui est une somme prodigieuse.

60 AGI, Ultramar, leg. 198.

61 AGI, Ultramar, leg. 18, exp. 10.

62 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 345.

63 « … Yo, don Agustín Valdés, hago pleyto homenage […] conforme el fuero de Castilla a Ley de Caballería de obedeceren todo el Rey nuestro Señor (Dios le guarde), y a sus sucesores en la monarquía como fiel vasallo » (AGI, Títulos, leg. 8, exp. San Esteban Cañongo).

64 G. Lohmann Villena, Los americanos en las órdenes nobiliarias.

65 D. M. Ladd, La nobleza mexicana en la época de la Independencia, p. 11.

66 L. Campbell, « A colonial Establischment ».

67 D. Goncalvès, La concession de titres de Castille, de Navarre et des grandesses dans l’Empire espagnol. Les chiffres présentés alors doivent être revus à la hausse.

Table des illustrations

Titre Diagramme. – La politique de distribution de grâces nobiliaires à La Havane de 1759 à 1838
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 6. – Origine géographique des personnes recevant un titre à Cuba entre 1763 et 1808
Crédits Source Tableau construit à partir des données rassemblées dans diverses sections de l’AGI, des informations déjà présentes dans la base FICHOZ, ainsi que F. J. Santa Cruz y Mallen, Historia de las familias cubanas et R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias cubanas.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search