Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Deuxième partie. La construction du bastion havanais (1763-1808)

Préambule à la deuxième partie

Texte intégral

1La prise de La Havane par les Anglais en 1762 avait montré la vulnérabilité de l’Empire. Charles III avait dû céder la péninsule de la Floride pour récupérer la capitale cubaine. La France avait dédommagé son allié qu’elle avait entraîné dans cette guerre en lui cédant la Louisiane ; mais la Floride, désormais britannique, représentait désormais une menace permanente pour la présence espagnole à Cuba. Charles III dut faire en sorte de développer une stratégie propre à garder à tout jamais cette Île. Il fallait faire de La Havane un bastion inexpugnable. La construction de nouvelles murailles et fortifications était nécessaire, mais pas suffisante. L’histoire de Cuba avait montré l’importance des créoles dans la mise en défense de l’Île. La monarchie décida d’en faire la pièce maîtresse du bastion havanais. Charles III, puis son fils Charles IV, ont ainsi accordé une attention toute particulière aux élites havanaises, en encourageant leur développement et consolidant leurs assises économiques et sociales. Dans le même temps, ils ont mis en œuvre une politique tendant à les contrôler et à s’assurer de leur fidélité. Les lignes qui suivent entendent répondre aux questions suivantes : quelles ont été ces réformes qui ont consolidé l’élite créole ? Quels ont été les moyens mis en œuvre pour contrôler cette puissance émergente ? Enfin, quel a été le résultat global de cette politique jusqu’en 1808 ?

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search