Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur al-Andalus (viiie- xve siècle)

 | 
François Géal

Présentation

François Géal

Texte intégral

1Al-Andalus – telle est l’expression qui désigna très tôt, sous la plume des auteurs arabes, les zones de l’Espagne soumises à la domination musulmane. Depuis la fin du XXe siècle, marquée par les synthèses d’historiens éminents comme G. Martínez-Gros (Identité andalouse), P. Guichard (Al-Andalus, 711-1492) ou S. Fanjul (Al-Andalus contra España. La forja del mito), les travaux sur le royaume d’Al-Andalus ont pris un nouvel essor.

2Nombre de chercheurs ont entrepris de décaper le « mythe andalou » et d’explorer plus avant les realia. Ils s’appuient principalement sur les résultats des explorations archéologiques et sur la publication de nouvelles sources ou la rigoureuse déconstruction des anciennes. Ainsi, le devenir des minorités chrétiennes et juives ou le sort des femmes d’al-Andalus sont de mieux en mieux connus, et des travaux ambitieux s’efforcent de replacer la Péninsule dans un contexte plus large – le Maghreb ou la Méditerranée.

3Si l’histoire d’al-Andalus reste majoritairement l’affaire des philologues du côté espagnol, les apports scientifiques français, issus d’horizons divers, constituent autant d’approches complémentaires. Ce sont quelques-unes de ces voies nouvelles qu’entend faire découvrir ce recueil, abordant sous des angles variés — territorial, juridique, politique, économique, linguistique ou culturel — les huit siècles de présence musulmane en Espagne, de l’invasion de 711 à la chute du Royaume de Grenade en 1492.

  • 1 Ch. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus et Vivre à Cordoue au Moyen Âge.
  • 2 F. Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l’époque des taifas.
  • 3 J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède du XIIe au XVe siècle.
  • 4 F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or.

4Les sept contributions que contient ce volume ont pour but de témoigner du dynamisme des études arabo-andalouses, de susciter un écho parmi un public varié, d’initiés et de non-initiés, et de lui faire connaître quelques-uns des spécialistes français de la question. Elles ont donc mobilisé de jeunes chercheurs, comme Cyrille Aillet, l’un des meilleurs connaisseurs des mozarabes, qui ouvre ce recueil par une fructueuse réflexion sur la mémoire, Jean-Pierre Van Staëvel, expert en matière de littérature juridique de langue arabe, ou Pascal Buresi, dont les travaux sur l’histoire de la frontière aux XIIe-XIIIe siècles ont renouvelé la connaissance que l’on avait de l’époque des Almoravides et des Almohades. Autre historienne maniant constamment les sources archéologiques, Christine Mazzoli-Guintard s’est fait connaître par ses ouvrages sur la ville en al-Andalus1. L’espace urbain est aussi le thème de la communication de François Clément, excellent arabisant, bien connu pour sa contribution à l’histoire des taifas2. Tandis que Jean-Pierre Molénat nous livre une riche contribution sur Tolède, dont il est un maître reconnu3. Quant à moi, qui ne puis guère prétendre qu’au titre d’hispaniste, c’est une passion ancienne pour l’univers des bibliothèques et ses représentations au Siècle d’or4 qui m’a incité à un exercice de comparaison que j’espère éclairant pour le lecteur.

Notes

1 Ch. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus et Vivre à Cordoue au Moyen Âge.

2 F. Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l’époque des taifas.

3 J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède du XIIe au XVe siècle.

4 F. Géal, Figures de la bibliothèque dans l’imaginaire espagnol du Siècle d’or.

© Casa de Velázquez, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540