Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Première partie. La saccharocratie havanaise

Chapitre II. Une élite sucrière

Texte intégral

1En introduction à un article consacré à une élite coloniale, Michel Bertrand rappelait que :

  • 1 « Pretender llevar a cabo una reflexión sobre cualquiergrupo social […], es finalemente, antes que (...)

Prétendre mener à terme une réflexion sur un quelconque groupe social […], c’est finalement, avant tout, tenter de l’identifier1.

2Tel est le propos des lignes qui suivent. Pour définir l’élite du pouvoir créole havanaise selon la l’explication donnée en introduction, à savoir la capacité d’un groupe ayant conscience de son unité à dominer politiquement et sur la longue durée la société de la capitale cubaine, n’ont été retenus que deux critères. Le premier est bien sûr la participation aux organes officiels de décision que l’appareil administratif de la monarchie confiait aux créoles au travers d’une charge, qu’elle soit achetée, héritée, ou mieux encore, élective. À La Havane, ces organes du pouvoir locaux étaient au nombre de deux : la municipalité, pour laquelle il vaut mieux conserver le nom plus adéquat de cabildo, qui gérait et dirigeait la ville, ainsi que le Real Consulado (« Consulat royal »), institution créée en 1793 pour défendre et promouvoir les intérêts des planteurs comme des commerçants. Le second critère, d’apparence plus subjectif, n’en est pas moins effectif : il s’agit de la marque reconnue par la monarchie d’une position sociale élevée, sanctionnée par la possession d’un titre de Castille et à plus forte raison par l’ostentation d’une grandesse d’Espagne.

  • 2 J. Kicza, Empresarios coloniales.
  • 3 J.-P. Dedieu et C. Windler, « La familia : ¿una clave para entender la historia política ? ».

3Deux critères seulement pour définir une élite cela peut paraître insuffisant et nécessite des justifications qui feront l’objet des deux premiers développements. Tout d’abord, il faudra se convaincre de l’importance à La Havane du cabildo et du Consulat royal pour définir l’élite, par rapport à d’autres critères qui, ailleurs dans l’empire, semblent plus adéquats. Une démarche similaire devra être adoptée pour les titres de Castille et les grandesses. Ces précisions apportées, il sera alors possible, dans un troisième temps, de donner les noms des familles qui, selon ces critères, composent le groupe. En effet, plus que des noms de personnes, ce sont des noms de familles qui doivent être pris en compte. Car, sous l’Ancien Régime, lorsqu’un individu était élu à la tête d’une municipalité ou recevait un titre de Castille, ce n’était pas tant un parcours personnel qui se voyait récompensé – à quelques exceptions près – que celui d’une famille, dont les membres s’étaient mobilisés dans ce but, parfois pendant plusieurs générations. Il n’est d’autre part plus à prouver que l’histoire des élites espagnoles ou américaines est d’abord une histoire de familles. J. Kicza l’a souligné, en 1986, avec l’exemple mexicain2, et dans un article plus récent J.-P. Dedieu et Ch. Windler ont développé cette analyse en considérant la famille comme un élément clé pour comprendre l’histoire politique3. Ce troisième développement intégrera une réflexion sur les fondements économiques du pouvoir politique et de la prééminence sociale de ce groupe. Ce fondement n’était autre que la production sucrière. Cette évidence jointe au fait que la possession de plantation n’impliquait pas nécessairement une supériorité politique explique aussi qu’il ne faut pas partir du critère économique pour déterminer la composition de l’élite. Cependant, comme la corrélation entre plantation et pouvoir à La Havane n’a jamais été démontrée statistiquement, il faut déterminer dans quelle mesure la possession de plantations de canne était un élément fondamental dans l’exercice des charges, ou l’obtention d’un titre de noblesse. Ainsi, le terme de saccharocratie, aristocratie du sucre, pourrait être apprécié à sa juste mesure, tout en servant de support à une réflexion sur les valeurs véhiculées par la possession des plantations, susceptibles à leur tour d’apporter des éclairages sur l’univers idéologique de cette élite.

I. – Le pouvoir politique local créole concentré dans le cabildo et le Consulat royal

4Pour se convaincre du critère déterminant que représente l’appartenance au cabildo et au Consulat royal dans l’exercice du pouvoir par les créoles de La Havane, il convient de passer en revue les différents corps et institutions de l’Île qui leur étaient confiés et qui n’ont pas été retenus, pour s’attarder ensuite sur les compétences et attributions des deux institutions choisies. Mais précisons tout d’abord, pour bien situer le contexte, et au risque de rappeler des évidences, les limitations générales que la monarchie imposait à l’influence du pouvoir créole.

  • 4 Il s’agit de Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos, à partir de 1825. Son ami Francisco de Arango (...)
  • 5 Ainsi que l’a rappelé pour la société péruvienne P. Rodríguez Crespo, « Sobre parentescos de los oi (...)
  • 6 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 196.
  • 7 P. Morrel de Santa Cruz lui a consacré une monographie : La visita eclesiástica.
  • 8 F. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique), pp. 325-326.

5Dans le souci bien compréhensible d’éviter l’accaparement des principaux pouvoirs par quelques familles, l’exercice des postes supérieurs de l’autorité avait été interdit aux créoles. Il sera accordé ultérieurement un développement sur les attributions respectives du capitaine général et de l’intendant, qui étaient les premiers représentants de l’État espagnol à Cuba. Mais précisons que, durant la période étudiée, un seul Havanais occupa effectivement l’une des deux charges, celle de l’intendance, dans la première moitié du xixe siècle4. Cette nomination, aussi extraordinaire soit-elle, ne doit jamais être considérée que comme l’exception qui confirme la règle. Il en allait de même pour les fonctions d’oidor que l’on pourrait traduire par « juge », qui elles aussi leur avaient été interdites. De plus, l’île de Cuba dépendait de la juridiction de l’Audience de Santo Domingo (qui, fondée en 1511, était la plus ancienne d’Amérique), et ce jusqu’en 1794. Lorsque, à partir de cette date, les troubles politiques dans la colonie française voisine obligèrent le transfert de l’Audience, ce fut bien Cuba qui fut choisie pour abriter le nouveau siège, mais pas La Havane sinon la petite ville de Puerto Príncipe. C’était une précaution que prit la monarchie pour maintenir la justice éloignée de l’influence immédiate des puissants havanais, en sachant fort bien que cela ne pouvait être suffisant5. Des pouvoirs de justice restaient tout de même aux mains de cette élite, mais moins importants car relevant de la première instance et contenus dans les organismes politiques qu’étaient le cabildo et le Consulat royal. Le même principe s’appliquait aux évêques qui ne pouvaient administrer le diocèse d’où ils étaient originaires. Il y eut tout de même une exception, qui s’explique par une situation d’urgence. Santiago José Echevarría Elguesua y Nieto de Villalobos, un Havanais, assura pendant quelques mois, entre 1762 et 17636, l’intérim de Pedro Agustín Morell de Santa Cruz y Lora, lorsque ce dernier fut expulsé par le gouverneur anglais. Santiago Echevarría ne provenait pas d’une famille les plus en vue de La Havane, mais était originaire de Santiago7. Il est vrai aussi que, à l’instar des mineurs décrits par Frédérique Langue, très peu de fils des principales familles firent carrière dans les ordres8. Ils furent bien plus attirés par la fondation de plantations, ou le métier des armes. Le seul Havanais qui chercha à s’élever au sein de l’Église fut Luis Peñalver y Cárdenas, successivement évêque de Floride et de Louisiane, puis de Guatemala.

  • 9 L’exemple péruvien peut à nouveau être signalé avec le livre de P. B. Ganster, ASocial History of t (...)
  • 10 Ce syncrétisme est très vivace aujourd’hui, il est connu sous le nom de santería. Le métissage ne s (...)

6Par ailleurs, la participation au cabildo ecclésiastique qui, dans d’autres villes, a pu être retenue comme un critère déterminant, voire le principal9, de l’appartenance à l’élite, n’acquiert pas la même force à La Havane. Jamais la documentation consultée, ni la bibliographie parcourue n’ont laissé supposer une influence importante du chapitre ecclésiastique, fondé tardivement, en 1792. Très certainement, cette singularité provient de la lente colonisation de Cuba assortie de l’extermination des Indiens : n’ayant plus beaucoup d’indigènes à convertir, l’Église cubaine ne pouvait se développer avec autant de force que l’Église mexicaine, par exemple. Certes, l’importante population noire, libre ou esclave, fut séduite par le culte catholique, par ses Saints, ses autels, sa musique, son encens, mais comme elle ne se défit jamais totalement de sa culture animiste, elle élabora un syncrétisme religieux très singulier qui l’amena assez loin des positions officielles du Saint-Siège, privant ainsi le cabildo ecclésiastique du prestige de conduire de grandes foules10. Le rôle des confréries d’inspiration religieuse fut ici aussi très secondaire, peut-être à cause de la concurrence des hermandades (« confréries ») militaires.

  • 11 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society.
  • 12 F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 344.
  • 13 En effet, dans cette petite ville à quelques dizaines de kilomètres de La Havane était stationné un (...)

7Précisément, le domaine militaire offrit aux créoles un plus grand espace de représentation au sommet de la pyramide de commandement. Ceci était la conséquence d’une grande réforme visant à impliquer davantage les créoles dans la défense de Cuba qui succéda à la reprise en main de La Havane par les Espagnols en 1763. Allan J. Kuethe a mis en relief le rôle fondamental des principaux chefs de famille havanais dans ces réformes et a montré leur mainmise sur les régiments de milices11. Les créoles ne furent pas non plus écartés des pouvoirs importants au sein de l’armée régulière. Ainsi, les Havanais, Francisco de Montalvo y Ambulodi, les comtes de San Juan de Jaruco et de Santa Cruz de Mopox ainsi que de Buena Vista occupèrent la fonction d’inspecteur général des troupes terrestres et maritimes12, qui chapeautait toute l’administration militaire de l’Île. De plus, nombre de Havanais obtinrent des grades de colonel ou de brigadier, voire de maréchal de camp, et servirent dans la Péninsule. Rien d’étonnant à cela puisque La Havane a, depuis ses origines, développé la culture du sabre, et que l’exercice des armes était un apanage de la noblesse sous l’Ancien Régime. Pourquoi, dans ces conditions, n’avoir pas retenu les hauts grades militaires pour définir la composition de l’élite havanaise ? Cela tient à la structure particulièrement complexe et changeante de l’armée à cette époque – partagée entre troupes régulières et milices, comprenant des commandements apparemment secondaires, qui peuvent se révéler fondamentaux, comme celui de colonel de dragons de Matanzas13 – où régiments et compagnies sont souvent fondus et recomposés. Cette complexité du domaine militaire mériterait à elle seule un véritable travail d’analyse, non un raccourci forcément déformateur de la réalité. Toutefois, les rapports entre l’oligarchie havanaise et les commandements militaires ne peuvent être passés sous silence, et les travaux réalisés par les spécialistes d’histoire militaire pourront, le moment venu, affiner la définition de l’élite havanaise.

  • 14 On aura un aperçu de ce travail dans d’I. Álvarez Quartero, Memorias de la Ilustración.

8La composition et le rôle des Sociétés Économiques dans l’Espagne moderne sont connus depuis longtemps. L’implication des élites, au sens le plus large qui, diffusant l’esprit des Lumières, apportèrent un vent de modernité décisif n’est plus à démontrer. Les côtes cubaines furent tardivement balayées par ce vent, mais avec la force que l’on pouvait attendre dans une région tropicale. Peut-être est-ce cette idée de vent de modernisme soufflant depuis l’Europe qui explique que la logique géographique s’impose à la logique politique puisque ce fut à Santiago qu’on fonda la première Société Économique des Amis du Pays de Cuba, en 1787. Celle de La Havane, tantôt appelée Société Économique ou Société Patriotique, n’ouvrit ses portes que le 9 janvier 1793. Les travaux d’I. Álvarez Quartero ont montré le rôle de cette association dans le développement culturel et, bien sûr, économique de l’Île et ont souligné le degré de participation de l’élite havanaise au sein de cette institution14. Toutefois, la liste des membres de la Société Économique des Amis du Pays de La Havane n’est pas elle non plus retenue pour composer celle de l’élite que l’on cherche à définir, car ses tâches et attributions ont dû subir la concurrence du Consulat royal, qui l’a rapidement supplanté en efficacité, au point qu’il est plus judicieux de retenir pour cette définition de l’élite, l’institution qui s’impose à l’autre.

  • 15 D. J. Cubitt, « La composición social de una élite hispanoamericana a la independencia ».

9Un autre critère aurait pu être celui qu’a retenu D. J. Cubitt15 pour les élites équatoriennes de Guayaquil : le fait d’être député envoyé aux Cortès. Cependant, comme ils ne furent jamais très nombreux dans ce cas, quatre simultanément au maximum, pour des périodes très brèves et durant des moments où les rythmes politiques habituels étaient bouleversés, les retenir dans le cadre de cette étude sur le long terme ne semble pas très pertinent. Pour autant, les députations aux Cortès de 1811-1813 et 1821-1823 vont trouver une place dans cette étude, puisqu’elles constituent un moment important des relations entre les élites cubaines et le gouvernement métropolitain.

10Puisqu’il est avéré que la haute administration était bien aux mains des péninsulaires et que les domaines judiciaires, religieux, militaires et culturels, tout comme les députations ne peuvent être retenus pour définir l’élite du pouvoir havanaise, le cabildo et le Consulat royal s’imposent naturellement pour pallier ce manque. Selon quels critères internes à ces institutions peut-on définir la composition des membres de l’élite ?

  • 16 AGI, Ultramar, leg. 32, exp. 23.
  • 17 Il occupait cette charge depuis au moins 1804 (AOHCH, Actas Capitulares, lib. 60).
  • 18 Ces sceptres, appelés masas, étaient impressionnants, on peut les voir représentés en photographie (...)
  • 19 « Calentura podrida » dans le texte.
  • 20 Le palais dont il est fait mention ici est, bien sûr, celui qui est connu sous le nom de Palacio de (...)
  • 21 F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, pp. 303-305.

11Pour se convaincre de la place éminente du cabildo dans la société havanaise, une solution semble consister à retrouver la place d’un spectateur devant une cérémonie officielle au cours d’un événement important. Car ces dernières rassemblaient tous les membres du corps social, ce qui permettait d’affirmer ou de rappeler, aux yeux de tous, la place de chacun ; la société espagnole de fin d’Ancien Régime, baroque, très codifiée, en était particulièrement friande. Une description de la procession solennelle du 22 juillet 1808, au cours de laquelle la population havanaise, peu après avoir appris les évènements dramatiques de Madrid et de Bayonne, jura fidélité à Ferdinand VII est éloquente à ce sujet16. On apprend ainsi que c’est sur le balcon (richement décoré d’un tissu damasquiné) de la municipalité – et non sur celui du capitaine général – que furent exposés et protégés, par un dais, la bannière royale et le portrait du monarque. Au début de la cérémonie, sous ce même balcon, se rassemblèrent, en grande tenue et montés sur des chevaux superbement harnachés, une partie des membres du cabildo accompagnés du second du capitaine général. Puis ce dernier vint les rejoindre, escorté de l’autre partie du cabildo, qui ne céda rien en élégance aux personnes déjà rassemblées. Le regidor alférez real du cabildo, qui se nommait Francisco de Arango y Parreño17, remit alors solennellement la bannière royale au capitaine général qui l’amena aux portes de la cathédrale où l’évêque attendait pour la bénir. Le long du trajet, la première autorité de l’Île était placée au centre du cabildo dont les membres importants suivaient, répartis en deux colonnes, tandis que les huissiers les précédaient, richement vêtus de velours cramoisi, sonnant du clairon et portant les sceptres, symboles de l’autorité de cette administration18. Ce décorum médiéval, déjà saisissant, était complété par une escorte de dragons qui ouvrait la marche et par un escadron de cavalerie qui la fermait. La bénédiction de l’évêque donnée, le regidor alférez real et le capitaine général prirent place sur une estrade séparée de la foule par quatre compagnies de grenadiers. Ils acclamèrent le nouveau monarque et demandèrent à la population havanaise, qui se pressait aux cris de « vive le roi ! », de prêter serment de fidélité à Ferdinand VII. Nul doute que, pour le peuple, cette démonstration resterait gravée dans les mémoires, mêlant étroitement reconnaissance de la souveraineté du monarque et rôle prééminent du cabildo, lequel avait emboîté le pas au premier personnage de l’Île. Ajoutons que le cabildo ne manquait jamais une occasion de marquer cette proximité avec le représentant du monarque. On peut s’en rendre compte notamment avec ce qui se passa lors de la mort du capitaine général Mahy, en juillet 1822. Le 15, celui-ci tombait malade et l’on soupçonna rapidement une atteinte du vómito negro, ou d’une mauvaise fièvre provoquée par une « pourriture19 », dans tous les cas, quelque chose de redoutable. Le diagnostic devait être le bon puisque dès le 19, à sept heures du soir, il rendait l’âme, et le 20 son cadavre était scellé dans un magnifique cercueil. C’est le cabildo qui se chargea de la cérémonie funèbre, comme le ferait une famille pour un des siens. C’est dans la salle capitulaire du palais, là où se tenaient d’ordinaire les réunions du cabildo, tendue de noir pour l’occasion, que fut un temps exposé le cercueil20. Et c’est encore le cabildo qui décida une semaine plus tard de financer la réalisation du portrait du défunt capitaine général et d’en orner la même salle capitulaire21.

  • 22 Tel B. Lavallé par exemple qui, après avoir rappelé le rôle fondamental du cabildo dans l’histoire (...)

12Le lien étroit entre élites locales et cabildo n’est plus à démontrer. María Rosario Porres Marijuán, à la suite de nombreux autres historiens22, l’a synthétisé en une phrase :

  • 23 « Entre los muchos elementos que permiten perfilar la naturaleza de las élites locales […] uno de l (...)

Parmi les nombreux éléments qui permettent de dresser le profil de la nature des élites locales […] un des plus significatifs est sans doute son précoce et manifeste lien au pouvoir politique local23.

  • 24 J. M. Santos Pérez, Élites, poder local y régimen colonial, pp. 110-118.

13Quant aux élites locales d’une province, même si elles tiraient la majeure partie de leurs revenus de la campagne, elles avaient à cœur d’exercer et de montrer leur prééminence à travers les charges d’administration de la ville. Celles-ci, par ailleurs, comme l’a montré José Manuel Santos Pérez pour Santiago de Guatemala, pouvaient se révéler assez lucratives24. Le vocabulaire rend compte de cette réalité : si, en règle générale, pour désigner la municipalité le terme officiel était celui d’ayuntamiento – qui rappelle la fonction de jonction, juntar, entendons ici des intérêts de tous, du patriciat comme de la plèbe –, à La Havane on parlait plus couramment de cabildo, terme qui insistait davantage sur la domination de l’organisme par les principales têtes de la ville. Il n’y avait aucune place importante de réservée pour un tribun de la plèbe : les emplois de padre de pobres et síndico procurador general del común, censés défendre les intérêts des petites gens et même des esclaves, étant de rangs subalternes et, pour le second, toujours occupés par une personne de position sociale élevée. Les membres du cabildo havanais avaient, bien entendu, parfaitement conscience de la supériorité que leur conférait l’appartenance à cette institution. José María de Xenes y Montalvo écrivant au capitaine général pour lui demander son aide, attirait son attention en mettant en avant sa charge de regidor :

  • 25 « Este Ayuntamiento como Ciudad capital tiene una autoridad de grande, y […] el oficio de Regidor e (...)

Cette municipalité comme ville capitale a grande autorité, et […] l’office de regidor est un des plus dignes et honorifiques de la République, occupé ici par les premières, plus anciennes, et opulentes familles25.

  • 26 F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, pp. 373-374, reprend l’historique des cr (...)
  • 27 Par exemple la description des charges municipales de la capitale philippine que fait X. Huetz de L(...)
  • 28 Ce droit fut supprimé au moment d’amplifier le libre commerce, de crainte d’enrichir démesurément l (...)

14Ce titre de regidor, qui vient d’être évoqué plusieurs fois, contient une racine latine assez explicite ; on pourrait, avec les réserves d’usage, traduire cette fonction par celle d’échevin, en France. Dans d’autres villes, c’est le terme de veinticuatro, signifiant que l’on est l’une des vingt-quatre personnes qui la dirigent en permanence, qui est utilisé. Le total de regidores havanais de plein exercice n’atteignit jamais ce nombre avant 1838, même s’il augmenta faiblement durant la période : il y en avait treize en 1763 et l’on en comptait officiellement dix-sept en 1838, bien que seize seulement fussent en fait occupées26, fait étonnant qu’il conviendra d’expliquer. Leurs charges, viagères et héréditaires, étaient définies aussi comme de vara y voto, que l’on pourrait se risquer à traduire par « bâton et voix » : ils exprimaient leurs opinions, votaient les décisions et participaient à l’élection de l’alcalde ordinario. On comptait aussi quelques personnes ayant les honneurs de regidores de La Havane, qui ne disposaient que des apparats de la fonction, mais comme on l’a vu, dans cette société, la chose avait de l’importance. C’est là un autre point sur lequel il faut s’arrêter : le décorum que l’on vient d’évoquer n’était pas le seul attrait du cabildo. Les alcaldes et regidores disposaient de pouvoirs de police, justice et finance, pour reprendre une expression célèbre, auprès de leurs concitoyens. Ainsi, certaines charges de regidores, que l’on appelait oficios de privilegios, conféraient à leurs possesseurs une autorité dans un domaine spécifique, et en évoquer quelques-unes peut donner une mesure du pouvoir d’intervention de leurs détenteurs dans la vie quotidienne des Havanais ; cela semble d’autant plus nécessaire que, selon les cabildos, ces attributions pouvaient subir quelques variations27. La plus prestigieuse charge de la municipalité havanaise était celle d’alférez real, dont le titulaire avait l’honneur de proclamer l’avènement du nouveau monarque. Moins prestigieuse, mais plus énergique était celle de regidor alcalde mayor provincial qui, disposant de pouvoirs de police sur la juridiction extra muros de la ville, était le premier chargé d’assurer la sécurité de la campagne, de rattraper les marrons et de réprimer les révoltes des esclaves. Le regidor alguacil mayor, dans un curieux amalgame, dirigeait les prisons et les abattoirs et, jusqu’en 1787, avait un droit de visite de tous les navires entrant dans le port. Le regidor depositario general intervenait dans les affaires compliquées de succession, gardant les héritages en litige avant que la justice ne décide à qui les donner et mettait aux enchères publiques les biens de certains condamnés. Le regidor fiel ejecutor contrôlait la qualité des nourritures mises sur le marché. Le regidor receptor de penas de cámara gérait les amendes infligées par la municipalité. La rentabilité de ces charges n’a pas été déterminée, mais il est possible de voir qu’elles faisaient débourser ou percevoir d’importantes sommes à leurs détenteurs. Ainsi, le regidor alguacil mayor devait payer les frais de transport des animaux qu’on lui amenait depuis les champs, et le regidor alcalde mayor provincial de la Santa Hermandad n’hésitait pas à prendre sur ses deniers pour payer de beaux uniformes à ses hommes afin de donner plus de lustre encore à sa fonction. D’une façon plus générale, faire partie de la municipalité était forcément une source de dépenses, parce que toute appartenance à un groupe prestigieux amène à faire preuve de largesses, ne serait-ce que parce qu’il faut pouvoir faire des présents pour être accepté. En retour, les membres percevaient des taxes s’apparentant fort à des droits seigneuriaux : le regidor alguacil mayor, en compensation de ses dépenses, percevait une taxe appelée derecho de puñalada, équivalente à trois réaux pour chaque bovidé abattu. Il avait droit de visite dans toutes les boutiques et, jusqu’en 1787, sur tous les navires de libre commerce qui entraient au port ; nul doute qu’il en ait retiré quelques profits28. À ces charges, dont les attributions subirent des modifications durant la période étudiée, s’ajoutaient donc quelques autres sans attributions particulières.

  • 29 Le détail de la procédure d’élection est inconnu, mais, à titre de comparaison, elle devait se rapp (...)
  • 30 AHN, Consejos, leg. 20911.

15Comme ailleurs dans le monde hispanique, les regidores avaient pour privilège d’élire, en fin d’année et parmi un petit groupe de personnes riches et de bonne naissance, les vecinos, les maires appelés alcaldes ordinarios, ou plus simplement alcaldes, qui devaient diriger La Havane au cours des douze mois suivants29. Deux alcaldes ordinarios étaient placés en effet, chacun durant un semestre, à la tête de l’administration de la ville, faisant d’eux la personnalité créole détenant le plus important pouvoir civil. Deux autres alcaldes de la Santa Hermandad assuraient les fonctions de police intra muros. Pendant longtemps, la coutume voulut que soient élus à ce poste les deux alcaldes ordinarios en sortie de charge. Au bout d’un certain temps, cette tradition transforma leur élection en simple nomination. L’alcalde ordinario ne se cantonnait pas à l’administration de la ville, il était aussi juge de première instance. Ses sentences pouvaient être cassées par l’Audience de Santo Domingo. C’était là une sage précaution si l’on songe aux excès auxquels pouvaient se livrer ces juges improvisés. Ainsi, en 1781, l’alcalde ordinario Miguel Peñalver y Calvo de la Puerta condamna un voleur de bétail à huit années de travaux forcés en Floride, sans même avoir écouté ses justifications30.

16Par définition, cet abus de pouvoir était déjà le signe évident d’un pouvoir que les cérémonies officielles mettaient en scène et qui, sans nul doute, participait à faire de leurs détenteurs des membres de l’élite considérée ici. C’est pourquoi la participation au cabildo doit être prise comme un élément déterminant pour identifier cette élite. Un élément déterminant mais non unique, car les fonctions exercées au sein du Consulat royal apportent un complément.

  • 31 Plusieurs travaux lui ont déjà été consacrés : S. Arregui Martínez-Moya, « La fundación del Real Co (...)
  • 32 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 1, exp. 1.
  • 33 « Junta económica y de Gobierno » (ibid.).

17Les compétences du Consulat royal de La Havane sont d’une approche plus simple car il s’agit d’une institution récente (elle fonctionna à partir d’avril 1795) dont les statuts avaient été décidés en Conseil de ministres et n’étaient pas le résultat d’une évolution séculaire31. La cédule de fondation32 décrit, en cinquante-quatre points, qui ne peuvent donner lieu à aucune interprétation équivoque, les buts, la composition et le règlement de cette association, créée à la demande expresse de l’élite cubaine, par l’intermédiaire de Francisco de Arango y Parreño et du premier comte de Casa Montalvo. Comme son nom exact l’indique, Real Consulado y Junta de Fomento, cet organisme regroupait deux institutions qui furent séparées en 1831 : un Consulat qui était un tribunal de commerce destiné à réglementer les relations marchandes et à trancher les litiges, et une Junta, association qui devait opérer comme un « Comité économique et de gouvernement33 ». Bien que ce soit l’action de la Junta qui ait le plus marqué l’histoire de l’Île, c’est le terme de Consulat que l’on doit privilégier pour désigner cette institution, puisque le langage consacra rapidement ce nom. La création du tribunal, tout en déchargeant l’administration royale de nombre de procès et d’affaires de plus en plus nombreuses et lourdes à traiter, était un encouragement à l’autonomie des créoles dans la gestion de leurs affaires, ce qui était une marque de confiance et un progrès évidents. L’apparition de ce comité, à lui seul une petite révolution, était bien plus encore. Car, pour réaliser l’objectif initial proposé par les élites créoles ayant un pouvoir économique, c’est-à-dire l’accroissement de la production agricole et sa meilleure commercialisation, de grandes transformations de l’Île étaient envisagées, dont la marche devait leur être confiée. En effet, pour atteindre ces objectifs, une série de travaux et de mesures que devait mettre en place le Consulat royal avait été définie conjointement par les représentants de la monarchie, dont le principal était le secrétaire d’État Diego de Gardoqui y Arriquibar et les planteurs et commerçants mentionnés. Il s’agissait de construire des chemins afin de faciliter la circulation intérieure, d’ouvrir des canaux de navigation et d’irrigation, de nettoyer et d’agrandir les ports, d’augmenter la population rurale, d’éviter l’émigration vers les villes et de favoriser l’immigration d’une population blanche espagnole. La Junta était tenue également d’encourager les innovations techniques et le progrès des sciences dans tous les domaines, en suscitant notamment une émulation basée sur la distribution de prix et de récompenses. Ce programme était ambitieux, aussi le Consulat royal bénéficia-t-il de moyens politiques, économiques et juridiques d’une portée considérable.

18En effet, la première force que donna le roi au Consulat fut de ne le subordonner qu’à l’autorité du capitaine général ou de l’intendant et d’ordonner à toutes les autres institutions (municipalités, Sociétés économiques, Corporations, Autorités et Tribunaux de l’Île) de l’aider chaque fois qu’il en ferait la demande. Liberté lui était donnée de choisir ses propres membres. Le deuxième pouvoir que conféra le roi fut de doter le Consulat de fonds propres, provenant de deux sources : d’abord de la délégation du droit d’avería, qui est une taxe correspondant à 0,5 % de la valeur de toute marchandise importée ou exportée de tout port de l’Île, ensuite par le recouvrement des amendes que le nouveau Tribunal de commerce allait infliger. Un troisième pouvoir consistait à étendre la juridiction de compétence de l’institution havanaise à toute l’Île, pouvoir favorisé par l’élection de députés pour les agglomérations de Puerto Príncipe, Trinidad, Sancti Spiritus, Villa Clara, San Juan de los Remedios, Matanzas, Santiago de las Vegas, Santiago de Cuba, Bayamo et Baracoa. Un dernier pouvoir qui résulte du prestige et des marques d’honneur stipulés dans l’article cinquante-quatre dont bénéficie le Consulat royal : la corporation jouit du traitement de Señoría, a le droit d’utiliser les armes de la Havane, et l’on rappelle que ses membres méritent le plus grand respect. En somme, il faut voir cette institution de marchands et de planteurs non pas comme une sorte de forum privé chargé d’assurer la fortune d’un petit groupe de nantis, mais au contraire comme un petit gouvernement interne à l’Île. On le voit, l’expression employée dans la cédule de fondation de Junta de Gobierno (« comité de gouvernement ») n’est pas exagérée.

19Toutefois, il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse : il restait bien clair que l’autorité du Consulat royal émanait d’une grâce royale, que la monarchie devait être informée de tout ce qu’il faisait et décidait et qu’elle pouvait aussi annuler ses décisions d’un simple trait de plume. De fait, le président du Consulat royal était le capitaine général. Par ailleurs, certains paragraphes limitaient le pouvoir de l’institution, tel l’article trente-quatre qui interdisait d’employer l’argent de la Junta à des démonstrations de magnificence publique, certainement afin de ne pas entretenir une pompe susceptible de concurrencer celle qui était réservée au capitaine général, représentant du monarque. Surtout, deux grandes précautions avaient été prises afin d’empêcher que le pouvoir ne soit capté et conservé par quelques-uns qui n’auraient pas les meilleures intentions envers le roi. D’abord, interdiction avait été faite de réunir la Junta sans un minimum de six personnes ; ensuite, un système d’élections annuelles reposant sur une savante construction où intervenait une part de hasard et pour lesquelles il n’était pas possible de se porter candidat. De sorte que l’on pouvait être élu sans avoir fait acte de candidature, c’est-à-dire même contre son gré. Pour chaque poste était désigné un propietario (« propriétaire ») et un teniente (« suppléant »), le premier n’ayant aucun droit de regard sur l’élection du second.

  • 34 Les thèmes traités, bien que ne sortant pas du cadre de l’agriculture et du commerce, sont particul (...)

20Le Consulat royal se voulait un compromis équitable de représentation entre la clase, la « classe », pour reprendre l’expression originelle, des planteurs et celle des commerçants. Il était composé de la manière suivante : le principal personnage était appelé prior (« prieur »), choisi parmi les planteurs, assisté de deux consuls commerçants, neuf conseillers (quatre commerçants, cinq planteurs) et un syndic (planteur ou commerçant). À ces treize titulaires, il fallait rajouter le même nombre de suppléants ; au total, donc, vingt-six personnes éligibles. Dans la pratique, il n’y eut guère de différences entre les titulaires et leurs lieutenants, siégeant l’un l’autre selon leur bon vouloir. À ce groupe, s’agrégeaient un trésorier, un secrétaire, un comptable et un greffier. Curieusement, les pouvoirs respectifs de chaque poste étaient peu explicités par la cédule de fondation. Il apparaît en effet que le véritable pouvoir du prieur et des consuls s’exerçait dans le Tribunal de Commerce dont ils étaient les trois juges. Le Prieur était aussi le vice-président de la Junta, devenant son président par intérim en cas d’absence du capitaine général, de l’intendant et de leurs lieutenants respectifs. Cette autorité lui donnait le pouvoir et l’obligation d’apposer sa signature au bas de chaque document produit par le Consulat royal, pour lui donner sa force d’exécution. Le rôle des conseillers consistait à exprimer leurs avis selon deux formules : soit pour les questions à l’ordre du jour par un vote à main levée, adopté à la majorité des suffrages exprimés, soit au travers d’un rapport que composaient des commissions formées spécialement afin d’étudier une affaire ou un dossier particuliers34. Le secrétaire, le trésorier et le comptable occupent les fonctions classiques telles qu’on peut les retrouver aujourd’hui dans toute association et étaient exclus du vote. Ce n’est qu’à l’avant-dernier article, que l’on précise le rôle du syndic. Son travail consistait à faire observer la réglementation prévue par la Cédule de fondation. Il était chargé d’établir ou de vérifier les dossiers des projets auxquels devait réfléchir l’ensemble de l’institution, en particulier d’impulser les débats et de développer les meilleures argumentations. Le Consulat royal avait obligation d’écouter son avis. C’est aussi lui qui décidait de la date de la fermeture des comptes. Le syndic devait rendre compte au roi des problèmes d’importance. C’est en fait, bien plus que celui de prieur, le poste clé du Consulat royal. Cela explique que le roi l’ait confié initialement à une personne qui semblait mériter toute sa confiance, Francisco de Arango y Parreño et pour lequel il dérogea à la règle générale de ne pas donner d’émoluments aux membres de l’institution en lui conférant le rang et la solde d’un oidor.

21Si, à cette exception près, participer au Consulat ne rapportait pas directement de l’argent et si l’on pouvait être élu contre son gré, le paragraphe vingt et un faisait miroiter des récompenses intéressantes afin d’inciter les membres à donner le meilleur d’eux-mêmes. Le roi disait en effet que :

  • 35 « Los que dén mayores pruebas de amor a mi servicio, y á la felicidad de mis vasallos […], y dexen (...)

Ceux qui donneront les meilleures preuves de leur dévouement pour mon service et pour le bien être de mes vassaux, […] et marquent leur temps par un progrès particulier dans le commerce et l’agriculture, me trouveront toujours prêt à les récompenser, et à les honorer, selon leur mérite et circonstance. Pour cette raison, je charge le capitaine général d’être toujours attentif à ceux qui travaillent pour la cause publique et que, leurs mandats terminés, il me fasse un rapport officiel et confidentiel en ayant écouté d’abord l’avis du syndic35.

22Les récompenses étaient aussi une manière de canaliser les fidélités et de rappeler l’obéissance due au premier personnage de l’Île et, à travers lui, au roi. Dans cette société où la recherche de distinction sociale est un des principaux ressort, on comprend le poids de cet argument qui concourt à faire de la charge de conseiller, à fortiori de consul ou de prieur de cette institution, un poste recherché et disputé par la fine fleur de l’élite créole.

23À ce sujet, outre que l’institution avait été promue à l’instigation d’une élite de planteurs et de commerçants, la cédule de fondation était assez explicite pour en réserver l’accès à un petit groupe de personnes occupant le sommet de la pyramide sociale. Ainsi, l’article quarante-sept précisait qu’il fallait être originaire d’Amérique ou de la Péninsule, majeur, de fortune connue, jouir d’une bonne réputation et être compétent en matière d’agriculture ou de commerce. Cela faisait assez de conditions pour que le petit paysan qui vivotait sur un lopin de terre près de Bayamo n’en fasse pas partie et que l’on réserve plutôt la place aux Havanais maîtres des ingenios ou ayant de grands entrepôts derrière la place de San Francisco. Dans une lettre adressée à Francisco de Arango y Parreño et au comte de Casa Montalvo, le secrétaire d’État, Diego de Gardoqui y Arriquibar, traitant de ce qui devait être la composition de la première Junta, s’était montré encore plus clair, en précisant que l’on devait

  • 36 « … Escogiéndose comerciantes respetables y acreditados porsu talento y experiencia, porque asi pod (...)

choisir des commerçants respectables et connus pour leurs talent et expérience, car l’on en aurait souvent besoin au tribunal, ainsi que des planteurs de grand talent et autorité également36.

24Ainsi fut fait et la règle toujours respectée, le Consulat royal demeurant, pour la période étudiée ici, un organisme où se rassemblait essentiellement l’élite créole. Les emplois de secrétaire, comptable, trésorier et greffier furent viagers. La charge de syndic fut donnée à Francisco de Arango y Parreño pour une durée que le roi était en principe le seul à décider. Mais Arango l’occupa jusqu’en 1811, date à laquelle il l’abandonna pour mieux se consacrer à son nouveau poste de député. Les troubles qui agitaient alors la Péninsule lui laissèrent la latitude d’agir à sa guise. À partir de 1812, cette charge fut, comme celles de conseiller, consul ou prieur, biennale. Toutes étaient renouvelées par moitié, un prieur et un consul sortant de charge obtenaient automatiquement un poste de conseiller. Pour les grands commerçants et les planteurs, être élu au sein de cette institution apparaissait comme un enjeu de prestige et de pouvoir, raison pour laquelle il faut, à l’instar du cabildo, la prendre en compte pour définir l’élite. Ajoutons que ces choix sont à peu près les mêmes que ceux qu’à fait D. Brading pour définir l’élite politique de Guanajuato, puisqu’il a opté pour

  • 37 « … El grupo de personas que formaban parte del ayuntamiento, de las diputaciones mercantil y miner (...)

le groupe de personnes qui faisaient partie de la municipalité, des députations mercantiles et minières, et, dans une moindre mesure, les officiers de milices37.

25Par ailleurs, la première composition de la Junta avait réservé six des vingt-six charges éligibles à des comtes et des marquis. Cette grande proportion amène à s’interroger à présent sur la nécessité d’inclure les titres de Castille dans la définition à donner à cette élite du pouvoir.

II. – Le sommet de la hiérarchie sociale

  • 38 Parmi une bibliographie particulièrement volumineuse, les ouvrages de A. Domínguez Ortiz restent un (...)

26Il n’est pas nécessaire de s’étendre longuement sur l’aspect profondément inégalitaire de la société d’Ancien Régime, ni sur l’importance au sein de celle-ci de l’ordre nobiliaire, tant ces thèmes ont été analysés38. On sait que, dans le monde ibérique, la définition de noblesse englobait une réalité très vaste, qui allait de la permission d’ajouter un « don » devant son prénom, à celle de garder son chapeau en certaines occasions en présence du roi – signe de grandesse –, en passant par la concession d’un privilège d’hidalguía, d’un habit d’ordre militaire, d’un titre de Castille, ou bien encore de la permission de fonder un majorat. Certes, la différence entre un simple hidalgo de Navarre et un duc andalou saute aux yeux, mais d’autres contours sont plus flous, et l’évidence de la supériorité des titres de Castille et des grandesses dans la strate nobiliaire ne saurait à elle seule justifier l’abandon d’autres critères pour définir une élite.

  • 39 E. Sánchez, « Démographie et perception du statut social dans une société coloniale ».
  • 40 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 111.

27Pour Cuba, il est inutile d’examiner les registres paroissiaux à la recherche d’un « don » qui, précédant un nom, serait un signe de noblesse, comme cela était encore le cas en Nouvelle-Espagne, à la même époque39. ÀLa Havane, en effet, son usage était très courant, ne se distinguait que lorsqu’un prénom seul y était attaché, désignant une personne très en vue et n’agissait plus en fait que comme une barrière supplémentaire entre les Blancs et la population de couleur40. Les véritables marques de respect du langage courant s’étaient élevées au rang de Señoría ou d’Excelencia, comme on vient de le voir pour le Consulat royal. Mais les personnes qui en bénéficiaient, susceptibles de composer l’élite à identifier, étaient reconnaissables par d’autres caractéristiques beaucoup plus prestigieuses.

  • 41 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.
  • 42 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.
  • 43 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.
  • 44 C. Bernand-Muñoz et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, t. I, p. 130.
  • 45 AGI, Títulos, leg. 6, exp. Lima Muñoz.
  • 46 AGI, Títulos, leg. 10, exp. Santa Olalla.

28Le privilège d’hidalguía, bien que définissant une noblesse inférieure à celle que conférerait un titre de Castille, ne doit pas être dédaigné. On s’aperçoit en effet que nombre de personnes provenant de familles connues ou occupant des charges importantes demandèrent à la monarchie une certification attestant de ce privilège. C’est ce que firent, en 1791, Carlos José Pedroso y Garro41 et Nicolás Calvo de la Puerta y O’Farrill42. Pourtant, le premier était regidor de Madrid43, fils et neveu de regidores havanais, et le second fils du premier comte de Buena Vista. Une telle demande souligne l’importance qu’avait prise, à la fin du xviiie siècle, le document écrit en matière d’hidalguía ; il prenait désormais le pas sur la réputation qui, au xvie siècle, suffisait à la prouver44. Une explication à cet intérêt manifesté pour les certifications d’hidalguías peut être déduite de l’histoire des frères Lima Muñoz y Bustamante (Francisco Borja et Felipe)45. En 1795 ils en demandèrent chacun une et, après avoir examiné les motifs sur lesquels ils fondaient leurs prétentions, la monarchie consentit à les leur délivrer moyennant le versement de 2.000 pesos. Felipe, pourtant richissime, s’y refusa pour une raison inconnue. Peut-être pensait-il avoir fait déjà assez de dons à la Couronne durant les années passées, contribuant notamment à un effort de guerre contre les Anglais. Francisco Borja, quant à lui, s’acquitta de ce droit et, quelques années plus tard, obtint le marquisat de Santa Olalla46. Certes, l’hidalguía ne fut pas le motif principal de cette élévation, mais l’on peut légitimement penser qu’elle n’aurait pu avoir lieu sans elle. Ainsi, l’hidalguía, à la fin du xviiie siècle, apparaît comme un document recherché car il prouve l’appartenance à la noblesse et peut permettre une ascension sociale. Cependant, si l’on s’intéresse au sommet de la strate nobiliaire, sa genèse présente moins d’intérêt. C’est pourquoi les certifications d’hidalguías, malgré leur caractère fondamental dans l’approche de la noblesse, ne peuvent être prises en considération.

  • 47 À partir de 1815, cette part atteindra même 25 %.
  • 48 J.-P. Dedieu, « Famille, majorat, réseaux de pouvoir », p. 112.
  • 49 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.
  • 50 À ce jour, il apparaît qu’une seule petite étude ait été réalisée sur un majorat cubain, celui fond (...)

29Il semble en aller de même en ce qui concerne le majorat, ce rassemblement de biens (terres, maisons, rentes) destiné à être transmis intact à un héritier unique au fil des générations. Fonder un majorat, par les revenus qu’il générait, devait permettre en théorie, au nom d’une famille, à une maison, de perpétuer son lustre pendant une durée indéfinie. Les conditions pour fonder un majorat furent, au fil du temps, de plus en plus élevées. Ainsi, le 14 mai 1789 une cédule royale interdit de fonder un majorat sans licence royale, le 3 août 1801, la Ley de Aranceles assortit cette fondation d’une taxe de 2.000 pesos à laquelle s’ajoutait 15 % de la valeur des biens que l’on voulait immobiliser47. Une cédule du 15 avril 1804 fermait davantage la porte, en imposant trois conditions. Les deux premières étaient d’ordre financier, puisque l’une affirmait que pour maintenir le lustre et la splendeur d’un titre le majorat devait assurer une rente de 4 à 5.000 pesos par an, et l’autre que ladite fondation ne devait jamais se faire au détriment de l’héritage des frères et sœurs. La seconde condition, pour avoir un aspect juridique plus flou, n’en était pas moins remarquable, puisqu’il était dit que les fondations de majorats devaient être réservées à des personas beneméritas (« personnes dignes d’honneur »). Dans l’Espagne de fin d’Ancien Régime, il faut traduire cette expression par personnes nobles, ou en passe de le devenir. Certes, dès leur apparition à la fin du Moyen Âge, les majorats furent réservés à une élite, et les lois promulguées à la fin de l’époque moderne n’ont eu d’autre but que de les contenir dans un groupe social restreint. Il n’en reste pas moins que ces lois ont accentué une tendance qui faisait de la possession du majorat, jusqu’à ce qu’il soit aboli en 1836, un « marqueur de la noblesse » selon l’expression de J.-P. Dedieu48. Le majorat était par ailleurs obligatoire pour prétendre à un titre de Castille. La raison en était simple : le titre de Castille était grevé par des taxes, appelées lanzas et medias anatas, perçues sur chaque possesseur, aussi le majorat devait-il produire suffisamment de rentes pour que les héritiers successifs s’en acquittent. À La Havane, on trouve de nombreux majorats, quelques-uns sont antérieurs à la période étudiée ici, comme celui de Carlos José Pedroso y Garro, précédemment cité, qui fut fondé à Guipúzcoa en 158349, mais plus généralement ils ont été fondés à la fin du xviiie et début du xixe siècle, puisqu’ils furent un préalable au titre de Castille. Dans ces conditions, comme pour l’hidalguía, il semble plus judicieux de s’intéresser directement à ces derniers. Une raison supplémentaire de ce choix est qu’il n’existe aucun dépôt d’archives, ou section d’archives, qui les rassemble et qu’ils échappent par nature à la voie testamentaire. Aussi, essayer une reconstruction de l’ensemble semble être un problème insoluble50.

  • 51 Décret du 22 mars 1796, dont un exemplaire se trouve à l’AGI, Papeles de Cuba, leg. 1439, n° 7.
  • 52 « … Para ir por todos lados aristocratizando mi persona » (F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobilia (...)
  • 53 Il est vrai que, concernant les ordres militaires, outre qu’ils sont rassemblés dans une section pa (...)

30La documentation s’est révélée au contraire bien plus prolixe en matière de décorations et marques honorifiques. On trouve en effet parmi les Havanais ayant vécu entre 1763 et 1838 des chevaliers d’Alcantara, de Calatrava, de Santiago, de Charles III, de San Hermenegildo, d’Isabelle la Catholique, de San Fernando, voire encore de l’Ordre d’Espagne créé par Joseph Ier, ou de la Fleur de Lys de Vendée accordée par Louis XVIII. Sont présents également des maestrantes de la Real Ronda, des personnes décorées de la Croix de Distinction, créée pour les héros de l’insurrection madrilène de 1808 et de celle de la Distinción de la Armada. L’ordre féminin de la Banda de María Luisa permit à certaines Havanaises de rajouter à leur parure une jolie décoration, en parfaite harmonie avec les uniformes bien chamarrés que portaient leurs maris lors des réceptions données par le capitaine général, et de recevoir le traitement d’Excellence51. Preuve de noblesse, les ordres de chevalerie évoquaient la tradition médiévale et la Reconquête et fleuraient bon, par essence, les valeurs aristocratiques ; ils étaient courus également par les marquis et les ducs et comme le roi était le Grand Maître de tous les chevaliers, un peu de son prestige rejaillissait sur l’ensemble des confréries. Joaquín María Beltrán de Santa Cruz y Cárdenas écrivait à Francisco de Arango y Parreño qu’il voulait un habit de Calatrava, pour le porter dans tous ses déplacements afin d’« aristocratiser » sa personne52. Dans la ronde des dignités, il faut compter aussi avec les charges auliques puisque quelques Havanais furent gentilshommes de la chambre – avec ou sans exercice – ainsi qu’avec la concession d’honneurs rattachés à de hautes fonctions, telles celles d’intendant de province, d’oidor et même de conseiller des Indes. Non seulement le dénombrement exact de toutes ces données eût été fort long, mais l’interprétation bien plus difficile encore53. Comment, en effet, établir une échelle des valeurs parmi ces dignités ? Comment juger si les honneurs d’une charge aulique sont plus prestigieux que ceux d’un habit de Calatrava ? Est-ce qu’un intendant honoraire cède le pas à une personne décorée d’une Cruz de Distinción ? Aussi, sans passer ces marques honorifiques sous silence, en accordant même au contraire une certaine attention aux habits d’ordres militaires dont le dénombrement a pu être réalisé, il est préférable de concentrer l’attention sur la position sociale mieux connue que conféraient un titre ou une grandesse. C’est aussi en restreignant les critères de sélection aux plus emblématiques que l’on pourra le mieux se rapprocher de ce qui peut constituer la véritable élite du pouvoir créole havanaise.

  • 54 L. Bethell (dir.), Los Borbones.

31Le titre de Castille, pour cette époque, était celui de comte ou de marquis, mis sur un pied d’égalité. Celui inférieur de baron ne se concédait plus que comme titre aragonais, ce qui revenait à le dévaloriser davantage encore. Celui de vicomte s’était, par une pirouette financière, transformé en taxe puisque les bénéficiaires d’un titre de Castille devaient en acquitter les droits avant de pouvoir jouir de celui de comte ou de marquis. Généralement, mais pas toujours, on associait duché et grandesse : un titré qui accédait au rang de Grand voyait souvent se transformer son comté ou marquisat en duché, et tous les ducs étaient en même temps Grands. Titre et Grandesse constituaient l’élite de la société nobiliaire, l’aristocratie, voire la haute aristocratie. Vers 1750, l’Espagne comptait un demi million d’hidalgos, mais ne recensait que 535 personnes à posséder un titre de Castille et 119 une grandesse54. Ce groupe relativement restreint constituait le sommet de la société, par ses privilèges, par son pouvoir économique ou par le contrôle de réseaux de sociabilités.

32La majorité des privilèges légaux, qui faisaient la force des titrés et des Grands, étaient essentiellement honorifiques. Ils consistaient, par exemple, à marcher en tête durant les processions, à pouvoir s’asseoir, pendant la messe, sur des bancs seigneuriaux rehaussés d’un petit coussin, à garder son chapeau en présence du roi. Si les titrés et les Grands n’étaient pas exempts de la peine capitale, pour le moins ils échappaient à la torture et subissaient la décollation en lieu et place du supplice infamant de la pendaison. Les titrés étaient qualifiés de « parents » par le roi et les Grands étaient des « cousins ». Ces privilèges, dont on ne peut douter qu’ils flattaient la vanité, ou du moins satisfaisaient l’orgueil de leurs possesseurs, étaient pourtant d’une importance fondamentale. Pour Jean-Pierre Labatut, il est évident que :

  • 55 J.-P. Labatut, Les noblesses européennes, p. 170.

L’étiquette […] est un instrument de domination, car les peuples jugent selon les apparences55.

33Le faste dont les aristocrates aimaient s’entourer suscitait crainte ou envie. Dans les deux cas, ces sentiments contribuaient à faire perdurer l’ordre social existant, soit en incitant les plus humbles à la modération, soit en encourageant, chez les hidalgos ou les familles sur le chemin de la fortune, le désir d’intégrer ce groupe restreint. En effet, ce cérémonial ou ces préséances qui mettaient en avant les titrés les convertissaient naturellement en point de mire : ils donnaient le ton – ou étaient censés le donner – du goût, de la manière dont il fallait se comporter. De sorte qu’en prenant la place des premiers soutiens du roi et de l’Église, la noblesse titrée défenseur des valeurs traditionnelles, pouvait donner l’image d’une armature sociale qui assurait la cohésion du monde.

34Par ailleurs, le titre de Castille n’est pas seulement la consécration d’une position sociale ou la définition d’un mode de vie que les individus doivent s’efforcer d’atteindre et de suivre, il touche au plus intime de l’homme moderne en répondant également à des préoccupations spirituelles. Car le titre, du moment que les droits qui y sont afférents sont acquittés, survit indéfiniment à son premier possesseur avec plus de sûreté que son nom de famille. Un nom peut en effet disparaître, mais le titre peut se transmettre, via une fille unique, à une nouvelle famille et perpétuer ainsi la mémoire du premier qui l’a possédé. Le premier titré pouvait être certain que ses actions n’allaient jamais tomber dans l’oubli : quelques curieux se demanderaient toujours pourquoi le roi l’avait distingué. Le désir de rester dans les mémoires, de conserver le souvenir d’un disparu, si profondément humain, est un sentiment particulièrement développé à l’époque moderne. Il s’y mêle religiosité et prestige social : se souvenir de l’âme, c’est en quelque sorte conforter son immortalité et grandir l’image du défunt, c’est aussi rendre plus prestigieuse la famille.

35La possession de seigneuries, de juridictions et de majorats, constituait un autre versant du pouvoir des titrés. Certes, tous les ducs ne vivaient pas dans l’opulence, et le blason timbré ne constituait pas un écu contre les revers de fortune. Toutefois, la noblesse titrée concentrait entre ses mains les propriétés latifundiaires, percevait nombre de redevances urbaines ou campagnardes, avait des parts dans les sociétés de commerce qui lui donnaient une grande puissance économique. Par ailleurs, les réserves de plus en plus nombreuses concernant le majorat, qui tendaient à en faire un apanage de la noblesse, encourageaient l’intégration dans la haute aristocratie afin de tenter de préserver la puissance de la famille à travers les siècles.

  • 56 Les ouvrages de J. L. Castellano et J.-P. Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le mond (...)
  • 57 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, pp. 183-278.

36Puissance économique et influence sociale se multipliaient l’une l’autre au sein d’un complexe réseau de relations mêlant familles, amis, fidélités et solidarités. En effet, le titre ne favorisait pas seulement les carrières dans la haute administration (vice-royauté, ambassades…) ou les plus importantes sphères militaires, mais il intégrait aussi son possesseur dans un tissu de relations susceptibles d’accroître sa fortune, sa capacité d’influence et son prestige. Récemment, de nombreuses études se sont penchées sur le rôle fondamental de ces réseaux dans le fonctionnement de la société d’Ancien Régime56. Michel Bertrand a par exemple souligné combien les concepts de famille (au sens le plus large), d’une part, et d’amitiés ou de clientélisme, de l’autre, étaient primordiaux pour comprendre l’administration des finances en Nouvelle-Espagne57. On peut parfaitement étendre ces deux concepts au monde nobiliaire, ce qui permet de mieux saisir la cohésion de l’Ancien Régime. Car la noblesse, et plus encore la noblesse titrée, est consubstantiellement liée à l’idée de famille et de lignage. L’ancienneté, le prestige et la perpétuation d’une Maison constituent les valeurs et le souci premier de son chef. Les alliances matrimoniales qu’il décide pour ses enfants, ou pour lui-même, s’en trouvent fortement conditionnées. C’était une tendance généralisée dans l’ensemble de la société, mais qui atteignait sa plus grande expression dans le monde des élites nobiliaires. Plus qu’un chef de famille, un titré était un chef de clan. Peut-être que le recours aux liens clientélistes remontait aux solidarités guerrières du temps de la Reconquête, mais il restait une réalité très présente. L’aristocratie cultivait comme une valeur intrinsèque les amitiés, les entraides, qui permettaient aux groupes et aux individus de se prévenir contre les aléas de la vie et de progresser dans les hautes carrières administratives, militaires ou ecclésiastiques. Une aide reçue devenait un nouveau lien de dépendance qui consolidait le prestige et l’autorité à la fois de celui qui le recevait, comme de celui qui le donnait. C’est pourquoi, le roi placé au sommet de la pyramide inégalitaire, et au cœur des réseaux relationnels, était le premier intéressé par la perpétuation du système.

  • 58 E. Bruneau-Latouche, C. et P. Cordiez, 209 anciennes familles subsistantes de la Martinique, t. II, (...)
  • 59 P. Goubert et D. Roche, Les Français et l’Ancien Régime, p. 144.

37La haute aristocratie concentrait et perpétuait une grande partie de la puissance du royaume. La politique étant un art de l’équilibre des forces, la difficulté consistait pour le roi à tirer profit de cette puissance, sans jamais en perdre le contrôle. Pour cela, les rois d’Espagne, à la différence de leurs voisins de France, s’étaient depuis toujours assurés du contrôle de la longue procédure qui élevait au rang de titré. En France, une famille bourgeoise ambitieuse pouvait accéder au titre en quelques générations, pour peu qu’elle fût habile et favorisée par la chance. Elle commençait par se faire exempter de la taille, achetait une seigneurie qui permettait d’ajouter un lieu-dit et une particule au nom, se faisait connaître par un certain train de vie, contractait quelques alliances avec des familles à la noblesse plus ancienne mais au pouvoir économique moins important et finissait par s’octroyer un titre. Le prétexte de documents brûlés lors de l’incendie d’un château supposé ancestral, des amitiés bien placées et savamment entretenues, quelques largesses à la monarchie si besoin en était et cette dernière pouvait avaliser par une lettre de noblesse le titre auto octroyé. Certes, cela ne fonctionnait pas systématiquement, comme l’exemple de la famille Laguarigue de Survilliers, originaire de Gascogne, l’illustre : celle-ci, établie à l’île de Saint-Christophe avant 1650 aurait vu ses archives familiales détruites lors de la prise de possession de l’île par les Anglais en 1690. Réfugiée à la Martinique, la famille plaida sa noblesse pendant un siècle sans succès auprès des tribunaux de la monarchie… ce qui ne l’empêcha pas de jouir de la plus haute considération aux Antilles58. Enfin, même si, comme le rappellent Pierre Goubert et Daniel Roche, ce processus qu’ils qualifient « d’agrégation » à la noblesse relevait plus d’une collection d’aventures particulières que d’un mécanisme social d’ensemble59, il avait de quoi conforter Saint-Simon, déjà naturellement porté à l’exagération, lorsqu’il disait :

  • 60 Duc de Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 125.

Il est vrai que les titres de comte et de marquis sont tombés dans la poussière par la quantité de gens de rien, et même sans terres qui les usurpent60.

38En revanche, en Espagne, ce genre de manœuvre était impossible, et le roi restait le seul à décider des créations ; de là, aussi, le grand prestige qui les auréolait. Celui qui voulait un titre devait commencer par le lui demander et une enquête débutait pour savoir si le sollicitant était digne ou non de cette faveur. Le sérieux, la rigueur et la minutie de ces enquêtes ne sont plus à démontrer. Une cédule royale datée du 13 novembre 1790 rappela la procédure à suivre, officialisant de fait la pratique coutumière. Le roi, en précisant que

  • 61 « … Que las gracias de Títulos, por el honor que con ellas se confiere, son de las prendas mas apre (...)

les grâces de titres, pour l’honneur qu’elles confèrent, sont un des plus grands joyaux [qui se concèdent]61,

justifia et réaffirma les trois exigences traditionnellement requises de noblesse, services (ou mérites) personnels et familiaux, ainsi que de fortune. Cette dernière devait être suffisante pour pouvoir vivre selon le rang auquel on aspirait et payer les lanzas et medias anatas. De sorte que pour pouvoir orner son blason d’une couronne, il fallait déjà disposer d’un blason doré. Le prétendant choisissait aussi la nature de son titre, de comte ou de marquis, ainsi que le nom exact, ce qui donne à notre étude, des éclairages sur les liens entre les élites et le roi. Par ailleurs, la mise en exergue des services prêtés par la famille souligne son rôle fondamental dans le monde aristocratique et laisse déjà entrevoir que, presque toujours, le titre est davantage une distinction pour une famille que pour un seul individu. C’est pourquoi la création de titre pouvait également apparaître plus comme la consécration ou la reconnaissance d’une prééminence sociale acquise au fil du temps, que comme une véritable élévation, même si, bien évidemment, elle participait de ce processus. La grandesse d’Espagne s’obtenait à partir de l’examen des mêmes critères de noblesse, de fortune et de mérites ; la seule différence résidait dans le niveau d’exigence bien supérieur. Pour pouvoir orner d’un dais son blason couronné, il fallait déjà posséder un blason couronné en or massif cette fois. La concession de la grandesse était assortie d’une condition qui fut longtemps en vigueur mais qui, semble-t-il, devint caduque au cours de la première moitié du xixe siècle : celle de résider en Espagne métropolitaine. Car le prestige et le pouvoir conférés étaient si importants qu’ils convertissaient leurs détenteurs en pièces de valeur sur l’échiquier politique. Le roi et la reine préféraient les avoir près d’eux à la Cour plutôt que dans un recoin de l’empire où leurs mouvements seraient plus difficilement contrôlables. Cela n’excluait pas les créoles de la concession de ces grâces, mais les obligeait à changer de résidence. Cette précaution ne doit cependant pas donner lieu à une mauvaise interprétation : il était bel et bien de l’intérêt de la monarchie de concéder des titres et des grandesses, mais à quelques personnes seulement et selon des critères qui tenaient parfois compte des réalités locales.

III. – Un méticuleux décompte

39Le pouvoir créole, dans son aspect politique et économique, se concentrant dans deux organismes, le cabildo et le Consulat royal et étant, pour son aspect social, essentiellement représenté par la possession d’un titre de Castille ou d’une grandesse, c’est à partir des documents d’archives de ces corporations havanaises et de celles du Conseil de Castille, qui gérait les informations nobiliaires qu’est définie la liste des familles qui composaient cette élite du pouvoir.

  • 62 Il s’agit des livres, numérotés de 33 à 62 et de 78 à 124, référencés dans Actas Capitulares de l’A (...)

40Concernant les élites du pouvoir, n’ont été retenues comme critère de sélection que les charges les plus prestigieuses de chaque institution. Pour le cabildo, seuls les noms des alcaldes ordinarios et des regidores ont été pris en compte. Aussi, les charges subalternes, telles que celles de síndico procurador general del común ou de comisario anual, ont-elles été laissées de côté. Les alcaldes ordinarios et les regidores ayant exercé lors des époques où une constitution était en vigueur à Cuba, soit entre 1812 et 1814 et, une nouvelle fois, de 1820 à 1823, n’ont pas été non plus pris en compte. Ceci car le système traditionnel fut alors complètement bouleversé, portant parfois jusqu’à cinq le nombre d’alcaldes ordinarios. Ainsi, durant de courtes périodes, apparurent au cabildo des personnages sur lesquels la bibliographie et la documentation consultée ne peuvent fournir que quelques maigres informations, quand elles ne sont pas muettes, et qui retombent ensuite dans l’anonymat. Intégrer ces perturbations ponctuelles aurait assurément faussé l’analyse d’ensemble. Toutefois, l’attitude des vieilles élites face à ces personnes ou groupes de personnes qui leur ravissent les premières places fera l’objet d’autres développements. La consultation des actes capitulaires conservés aux archives municipales havanaises a permis de dresser la liste des personnes qui ont occupé le poste d’alcalde ordinario et de regidor62 entre 1763 et 1838. La non prise en compte des périodes constitutionnelles et le remplacement des alcaldes morts ou démissionnaires en cours d’exercice explique que l’on dénombre 148 mandats, au lieu des 152 auxquels on aurait pu s’attendre. La réélection de certains alcaldes apporte un nouveau correctif, portant à 133 leur nombre au cours de la période. Le nombre de regidores, plus commode à établir puisque les charges sont viagères, atteint le chiffre de 126 personnes.

  • 63 Livres numérotés de 161 à 188 du fond Real Consulado y Junta de Fomento de l’ANC. Malheureusement, (...)

41L’examen de la cédule de fondation du Consulat royal a montré que les postes principaux étaient ceux de prieur, de consul et de syndics, aussi n’ont été retenus que les noms des personnes ayant occupé une de ces charges dans ce dénombrement. La composition du Consulat royal, censé faire une place équivalente aux planteurs et aux commerçants, a conduit à effectuer une sorte de rééquilibrage en prenant en compte également les suppléants des prieurs, mais pas ceux des consuls. Cela donne ainsi pour chaque année, deux membres de la classe des uns et deux des autres. L’appartenance à l’une de ces catégories n’était pas, dans les textes, déterminante pour exercer les fonctions de syndic. La consultation des vingt-huit livres63 qui retracent l’histoire de cet organisme entre 1794 et 1838 a permis de dresser, à partir des résultats des élections toujours effectuées début juin, une liste de 35 prieurs ou lieutenants de prieurs, 40 consuls et 30 syndics ou suppléants. Ces nombres, inférieurs à ceux que l’on aurait pu attendre en toute logique (44 consuls par exemple) s’expliquent par la disparition de quelques sources ; la différence de cinq mandats entre prieurs et consuls provient d’une mortalité plus grande chez les premiers que chez les seconds. Quant au nombre relativement faible de syndics, il s’explique par la longue présence à ce poste de Francisco de Arango y Parreño. On pourrait objecter que la part de hasard, déjà évoquée et définie par la cédule de fondation, rend sujet à caution le résultat de ces élections. Ce serait oublier qu’elles se faisaient toujours entre un nombre réduit de personnes définies comme l’élite des planteurs et de celle des commerçants et que des accords préélectoraux pouvaient avoir lieu pour réduire cette part d’incertitude, sans pour autant, il est vrai, la faire disparaître totalement.

  • 64 La majeure partie des informations concernant les titres de Castille concédés à des Américains est (...)
  • 65 La grandesse conférée en 1807 au marquis de San Felipe y Santiago était accompagnée du titre de com (...)
  • 66 Les honneurs de grandesse réservent à leurs possesseurs les mêmes droits et privilèges qu’un Grand, (...)
  • 67 Ce qui fait une différence avec le chiffre de quarante-six titres pour la période qui va de 1763 à  (...)

42Le dénombrement des titres de Castille et de Grandesse concédés à des Havanais a été une tâche assez simple. Car la volumineuse documentation qu’a produite la rigoureuse procédure d’attribution est rassemblée et indexée aux archives des Indes de Séville64. De 1763 à 1838 inclus, ce sont quarante et un titres de Castille, trois grandesses65, ainsi qu’un honneur de grandesse66, qui sont concédés, soit quarante-cinq grâces en tout67. Pour saisir l’élite aristocratique créole dans sa globalité, il faut ajouter trois titres donnés à une date antérieure ainsi que quatre autres apportés par des non natifs qui se sont rapidement fondus dans la haute société havanaise. Car sont considérées aussi comme havanaises les personnes qui n’y sont pas nées mais qui intègrent le cabildo, le Consulat royal ou, mieux encore, qui contractent une alliance au sein d’anciennes familles. En tout, donc, un peu moins d’une cinquantaine de titres ou de grandesses ont formé l’armature de la société aristocratique havanaise entre 1763 et 1838.

  • 68 Il s’agissait du titre de comte de Santa Rosa (F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Me (...)
  • 69 C’est celui de marquis de Villar del Tajo.
  • 70 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 52.
  • 71 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, pp. 609-611.
  • 72 AOHCH, Actas Capitulares, lib. 110.
  • 73 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, pp. 396-397.
  • 74 Aujourd’hui Fort-de-France.
  • 75 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 216.

43Quelques précisions peuvent affiner ces données brutes : les trois titres antérieurs sont ceux de marquis de San Felipe y Santiago décernés en 1710, celui de comte de Casa Bayona donné en 1733 et celui de marquis de Jústiz de Santa Ana, conféré en 1758. Remarquons que cette première date tardive montre encore une fois le retard de Cuba par rapport au continent : Frédérique Langue a rappelé68 que le premier titre fut donné à un mineur mexicain en 1691 et, sept années plus tard, on trouve au moins un marquis au Pérou69. Concernant les titres importés, le plus ancien fut amené par un créole originaire d’une région voisine, deux par des métropolitains, un autre encore par un Allemand et un dernier par un Français natif de la Martinique. Le marquisat de Villalta avait été conféré en 1668 à un Sévillan nommé gouverneur de Cartagena de Indias, où il y fit souche ; un de ses descendants, Gonzalo de Herrera y Berrio, s’installa à La Havane en 1722 et épousa aussitôt la fille d’un alcalde ordinario70, occupant la même fonction à son tour71 en 1757. Le fait d’être le quatrième marquis de Villalta facilita bien sûr cette rapide intégration. Le deuxième titre fut celui de comte d’O’Reilly, amené par Pedro Pablo O’Reilly y Las Casas, né à Madrid en 1768, qui épousa à La Havane, en 1792 (pendant que son oncle y était capitaine général), la fille du deuxième comte de Buena Vista. En 1782, le deuxième baron de Kessel, né à Bruxelles, épousait dans la cathédrale de La Havane la fille du premier comte de Gibacoa. En 1794, le Gaditain Juan Bautista Tirry y Lacy convolait dans ce même lieu avec la fille de la troisième marquise du Real Agrado. Il investit dans la plantation sucrière, fit carrière dans l’armée et l’administration cubaines, hérita de son père le titre de marquis de la Cañada de Tirry en 1824 et fut élu alcalde ordinario de La Havane l’année suivante72. Le titre de comte de Pozo-Dulces avait été apporté par une péruvienne qui, avant de mourir à Madrid, s’était installée un temps à La Havane. Sa fille, troisième comtesse du nom, épousa un hacendado descendant des Espinosa73. Enfin, a été compté comme une création de titre, parmi les quarante et un mentionnés, la validation, en 1827, du titre de marquis du Quesne, possédé par Pierre-Claude de Correur de Sercourt, natif de Fort Royal74. Il avait fui la Terreur pour s’installer à La Havane en 1793. Il y épousa, cinq années plus tard, une riche héritière, quoique de maison moins illustre que les précédentes et il fit carrière dans la Marine de guerre espagnole ; ce qui facilita, en 1827, la validité de son titre de marquis français pour les territoires espagnols75.

  • 76 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Duquesne.

44Lorsque Louis XVIII, en 1818, lui demanda de revenir au service de la France, il déclina l’invitation76. Son choix fut peut-être judicieux si l’on songe que son premier fils épousa une fille de la famille Arango, et le second une fille Herrera. Ce sont ces signes évidents d’une créolisation qui incitent donc à inclure cette reconnaissance d’un titre français comme une création. Du reste, l’enquête qui fut menée pour cette validation rappelle, en bien des aspects, celle d’une création.

45Il convient de préciser aussi la date retenue pour la concession de titre, car il peut y avoir ambiguïté. L’accord écrit du souverain (« real despacho ») n’était en effet pas suffisant au regard de la loi pour se faire appeler comte ou marquis. Il fallait, pour cela, accomplir une dernière formalité administrative concernant les lanzas et medias anatas.

  • 77 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 259.

46À partir de ce moment, on disait que le bénéficiaire « sacaba título », autrement dit, il obtenait une sorte de certificat qui l’autorisait réellement à se dénommer comme il l’avait choisi et comme le roi le lui permettait. La nuance est d’importance, car il est arrivé pour diverses raisons que le sollicitant n’accomplisse pas la dernière formalité. Comme cependant, l’usage et la coutume voulaient que l’on prenne en compte la parole du roi, source de justice, sans attendre la fin des formalités administratives, c’est celle-ci qui sera retenue dans ce décompte, non celle de son trésorier. Cette justification se double d’une considération pratique : il paraîtrait peu sérieux de ne pas inclure, dans le décompte des titrés, Francisco de Arango y Parreño, dont on a déjà aperçu l’influence parmi l’élite havanaise, qui fut fait marquis de la Gratitud en 1834 et qui mourut en 1837 sans jamais avoir achevé les dernières formalités77.

47Pour illustrer ces précisions et justifications, le tableau 1 présente un extrait de la liste des familles qui forment l’élite du pouvoir telle que définie par sa participation aux charges municipales et consulaires et leur appartenance à la haute aristocratie. La méthode a permis de dégager 139 noms différents. Seulement 139 noms, sur un total de 148 mandats d’alcaldes, 126 de regidores, 105 de prieurs consuls, syndics et lieutenants et 49 titres ou grandesses, c’est dire si déjà certaines familles cumulaient les différents critères retenus.

48Dans le souci de rendre plus intelligible le résultat et de se concentrer sur le noyau dur de l’élite, ne sont présentées ici que les familles qui sont référencées au moins trois fois ; cela réduit la liste à trente-sept noms.

Tableau 1. – Noms des familles apparaissant le plus fréquemment dans la documentation servant de référence à la définition de l’élite du pouvoir havanaise

Tableau 1. – Noms des familles apparaissant le plus fréquemment dans la documentation servant de référence à la définition de l’élite du pouvoir havanaise

Source AOHCH, Actas capitulares, lib. 32-125 (pour les mandats à la municipalités) ; ANC, RCJF, lib. 161-182 (pour les postes au Consulat royal) ; et AGI, Títulos de Castilla, leg. 1-12b (pour les titres).

49Trente-sept familles seulement sont mentionnées au moins trois fois, ce qui renforce déjà la tendance oligarchique de l’exercice du pouvoir au sein d’une ville qui comptait plus de 150.000 habitants dans les années 1830. Cette impression se transforme en certitude en affinant une nouvelle fois la lecture. Car la prépondérance de quelques familles saute alors aux yeux. Cinq en particulier : les Peñalver, Cárdenas, Herrera, Pedroso et Arango totalisent à elles seules, plus de 26 % de toutes les références enregistrées. Ces cinq familles forment le noyau dur de la société oligarchique créole qui, selon ce tableau, semble se répartir autour d’elles comme des anneaux concentriques, dont l’épaisseur augmente en s’éloignant du centre. Le noyau est entouré d’une douzaine de familles référencées entre dix et sept fois. Puis vient un autre cercle de vingt familles, qui apparaissent entre cinq et trois fois dans la documentation. Enfin, une masse de cent un noms n’apparaissent qu’une ou deux fois ; c’est la raison pour laquelle il convient mieux, à leur propos, de considérer davantage les personnes qu’ils désignent que les familles. On peut affirmer qu’entre 1763 et 1838 La Havane est régie par moins de quarante familles, desquelles moins d’une vingtaine exercent une prépondérance incontestable tant au point de vue politique que social.

50Cette prépondérance est la conclusion la plus certaine que permet de dégager la méthode proposée. En effet, celle-ci n’a pour objet que de déterminer les grandes structures de la composition de l’oligarchie et non de dresser un tableau d’excellence des familles havanaises. C’est pourquoi, des remarques – qui peuvent apparaître comme autant de correctifs – doivent être apportées pour mieux apprécier cette liste.

  • 78 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 345.
  • 79 Dont une branche raccourcit son nom en supprimant « Beltrán », raison pour laquelle on trouvera ici (...)

51La première d’entre elles est qu’en privilégiant le rôle de la famille au détriment de celui de l’individu, on passe malheureusement sous silence le poids particulièrement important, dans l’histoire havanaise, de certains personnages qui développèrent personnellement un pouvoir d’influence, dont le tableau ne rend pas forcément compte. Tel est le cas de la famille Martínez de Pinillos y Cevallos qui n’apparaît pas dans cet extrait, alors qu’un des fils, le surintendant Claudio, deuxième comte de Villanueva, joua un rôle fondamental dans la politique cubaine à partir des années 1820. Une remarque similaire pourrait être formulée à propos des grandesses d’Espagne. Durant la période étudiée, trois oligarques créoles accèdent à cette catégorie : le quatrième marquis de San Felipe y Santiago en 1807 ; le deuxième comte de Santa Cruz de Mopox l’année suivante78 ; et le deuxième de Fernandina en 1819 ; ils appartiennent respectivement aux familles, Núñez del Castillo y Molina (Juan Clemente), Beltrán de Santa Cruz y Montalvo (Francisco Javier) et Herrera y Herrera (José María). Or, dans ce tableau, la première n’apparaît pas, et les Beltrán de Santa Cruz79 ne figurent pas parmi les cinq familles qui forment la quintessence de l’oligarchie. La liste des précisions du même genre qu’il faudrait apporter est longue, une dernière tout de même : la famille O’Reilly est référencée huit fois, mais elle doit la moitié de cela à un seul membre : Pedro Pablo O’Reilly y Casas, comte d’O’Reilly et consort de Buena Vista. Prudence donc, quant à la lecture de ce tableau, mais confiance aussi, car la méthode proposée a au moins l’avantage de n’oublier aucune famille de l’oligarchie havanaise.

52La deuxième remarque découle du constat précédent autant qu’elle l’explique : le tableau ne rend pas compte des dynamiques internes des familles. Or l’histoire biologique aide aussi à comprendre la prépondérance de certaines d’entre elles. La nombreuse descendance Peñalver doit ainsi être prise en considération pour expliquer le nombre de titres ou les places dans le cabildo. Dans le cas des titres, par exemple, avoir déjà des frères ou des cousins distingués est une aide précieuse : c’est le signe que la famille est déjà reconnue par la monarchie comme une des premières de l’Île. C’est peut-être parce que la famille Núñez del Castillo n’a jamais été très étendue numériquement qu’elle est ici peu représentée. La lignée des Lizundia, quant à elle, disparaît complètement avant la fin de la période considérée, le 23 août 1828 avec le décès de María Concepción Lizundia y Padura, troisième marquise du Real Agrado. Les Martínez de Pinillos y Cevallos ne s’installent à la Havane que vers 1770, et seul un des quatre fils du fondateur se marie, et il n’aura qu’un fils unique. Inversement, il ne faudrait pas attribuer l’influence de certaines familles uniquement à une nombreuse progéniture. Pour mieux interpréter ce dénombrement, qui peut donc apparaître comme une photographie d’un événement étendu sur trois ou quatre générations, il convient d’analyser les permanences et les évolutions de ce groupe.

  • 80 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, pp. 142-143.
  • 81 J. M. Serrano Álvarez et A. J. Kuethe, « La familia O’Farrill y la élite habanera », ont dressé les (...)
  • 82 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, pp. 179-191.

53Une dernière remarque sur ce groupe de familles : sa composition ne présente, au regard de la bibliographie, aucune surprise. M. Moreno Fraginals, évoquant rapidement cette « oligarchie », cite les Cárdenas, les Calvo de la Puerta, les O’Reilly, les Núñez del Castillo80. Allan J. Kuethe dressant la liste des hauts gradés de la milice mentionne, entre autres, les noms de Cárdenas, García-Barrera, Montalvo, O’Farrill81, Zaldívar82. Aussi, les lignes qui précédent ne se veulent qu’une argumentation scientifique d’une impression d’ensemble évoquée antérieurement et que déjà l’architecture urbaine havanaise, par ses palais aux façades ornées des armes de ces familles, suggérait.

54Il est un autre trait particulier à ce groupe de familles, qui a été mis en valeur depuis bien longtemps : son enracinement dans la plantation sucrière qui lui a valu le surnom de « saccharocratie », c’est-à-dire « aristocratie du sucre ». Il s’agit donc de s’interroger sur l’importance du sucre et sur les valeurs véhiculées par la plantation.

IV. – Hacendados et aristocrates

  • 83 J. de Cauna, L’eldorado des Aquitains, p. 321-322.
  • 84 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 51.
  • 85 AGI, Ultramar, leg. 198.
  • 86 Il y a en effet une imprécision : M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 56, parle de l’ingenio « San (...)

55Il faut, avant de procéder à toute réflexion sur le monde du sucre cubain, apporter deux précisions linguistiques : le terme de « plantation », évoquant sans plus de précision une exploitation agricole, est inadéquat pour décrire la complexe unité de production de canne à sucre qui s’est développée à Cuba, à partir de 1760. On ne peut transposer le terme « d’habitation », utilisé dans les Antilles françaises, car si l’on y retrouve les principaux éléments cubains, comme son nom l’indique, le domaine sucrier fait une part belle à la résidence du maître. La plantation française des Antilles s’inspire du domaine métropolitain, un peu comme un château viticole bordelais, en ce sens qu’il inscrit dans le paysage l’existence d’une famille. De plus, la Guadeloupe et la Martinique ne purent jamais porter la civilisation urbaine caribéenne au rang où Cuba la porta avec sa capitale (aussi prestigieuse que put être Saint-Pierre de la Martinique avant la catastrophe de 1902) tant les conditions géographiques et politiques étaient désavantageuses par rapport à celle de la grande île espagnole. Jacques de Cauna a décrit en quelques paragraphes la pauvreté urbanistique de Saint-Domingue, où même le « Paris des Antilles », le Cap-Français, n’était qu’une cité de 15.000 habitants sans grands édifices83. En revanche, les planteurs havanais, même s’ils passaient une grande partie de leur temps dans leur ingenio, avaient leur maison principale dans le centre de La Havane et y faisaient résider leur famille. C’est pourquoi aussi les maîtres des plantations eurent tant de cœur à transformer La Havane en magnifique écrin pour abriter leur famille. D’autre part, la plantation cubaine n’était pas destinée à rester immuable : les propriétaires les revendaient pour en acheter d’autres ou les déplaçaient souvent. Il est en effet étonnant de constater à quel point les ingenios changeaient souvent de propriétaire. Celui nommé « San Miguel del Rosario » qui, depuis sa création, fut toujours considéré comme un des plus grands de l’Île, appartenait vers 1760 à la famille Chacón84, mais, vers 1798, c’est un Núñez del Castillo qui le revend à un Espinosa de Contreras85 ; six années plus tard, on le retrouve vraisemblablement aux mains de Bonifacio Duarte y Castro-Palomino86. À partir de 1800, les transactions s’accélèrent car l’Île commence à souffrir cruellement de numéraire et il arrive que les hacendados, pour s’agrandir, soient obligés d’hypothéquer un temps leur ingenio. Par ingenio il faut entendre structure économique mi-agricole mi-industrielle, associant terre, bâtiments, esclaves et machines qui extraient et transforment le jus de canne en sucre plus ou moins raffiné.

  • 87 P. Butel, Histoire des Antilles françaises, p. 146.

56Ces piliers de l’exploitation laissent déjà entrevoir le poids économique, en termes d’investissement, que l’ingenio pouvait représenter et par conséquent augurent de la richesse de leur détenteur. Concernant ce dernier, et c’est la deuxième précision, il peut apparaître plus adéquat de parler d’hacendado plutôt que de planteur. L’hacendado, même s’il détenait un pouvoir en ville, passait beaucoup de temps dans ses plantations, auprès de ses contremaîtres et de ses chimistes pour essayer d’augmenter les rendements. C’était une différence notable avec l’élite de planteurs de Saint-Domingue qui, comme l’a récemment rappelé P. Butel, était plus métropolitaine qu’antillaise87. En fait, soit le planteur français est souvent absent de ses domaines et, lorsqu’il s’y rend, aime à passer du temps en famille dans la belle demeure de la plantation, réservant l’essentiel des plaisirs sociaux pour son retour en métropole ; soit il constitue une véritable aristocratie coloniale, comme à la Martinique ou à la Guadeloupe, mais selon une forme de noblesse rurale. Dans tous les cas, cela l’oppose au modèle généralement développé par l’hacendado havanais, grand seigneur dont la résidence en ville sert à montrer et à développer sa puissance.

  • 88 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 311.

57S’il ne fallait qu’un seul chiffre pour se convaincre de la prédominance de la production de sucre dans toute l’île de Cuba, ce serait P. Tornero Tinajero qui l’apporterait. En effet, ce dernier a calculé, pour la période comprise entre 1827 et 1838, que jamais la valeur du sucre cubain exporté ne fut inférieure à 50 % de l’ensemble de toutes les exportations de l’Île88. Mais là n’est pas le plus important, car ce qui a véritablement conféré à la région havanaise, donc à ses habitants, une identité particulière c’est bien la quantité de sucre produite au niveau mondial à la fin de l’Ancien Régime. Le processus qui, en quelques décennies, a converti Cuba en premier producteur mondial de sucre peut s’apprécier aussi bien en termes de production, d’importation d’esclaves, d’hectares mis en valeur, que de rentes apportées à l’État. Toutes les courbes que l’on peut tracer à partir des statistiques provenant de ces données montrent le caractère ascendant et presque continu – il y eut de très courtes périodes de récession – de ce phénomène. Pour en rendre compte, le tableau qui suit, condense quelques statistiques rassemblées par M. Moreno Fraginals et présente l’exportation de produits dérivés de la canne à sucre havanaise et sa place dans le marché mondial entre 1760 et 1838. Par produit, dérivé de la canne à sucre, il faut entendre le sucre semi raffiné qui se produisait jusqu’en 1796, l’eau-de-vie qui apparut en 1778 et, à partir de la fin du siècle, un sucre véritablement raffiné ainsi qu’un alcool de meilleure qualité, le rhum. Précisons encore que vers 1838, au niveau mondial, la betterave n’occupait qu’une place très secondaire dans l’élaboration du sucre. Si bien qu’à cette date Cuba conservait toujours sa place de premier producteur de sucre.

Tableau 2. – Évolution des productions cubaines dérivées de la canne à sucre entre 1760 et 1838

Année

Exportation (tonnes)

Part mondiale(%)

Rang mondial

1760

5.500

2,68

11

1780

7.194

?

?

1792

15.840

7,84

3

1800

35.451

?

1

1820

54.906

13,64

1

1830

104.971

18,19

1

1838

136.815

19,09

1

Source M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 30, 534 et 542.

  • 89 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 64-66.
  • 90 « Primera danza de los milliones » (M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 81).

58Outre les exceptionnelles qualités du sol et du climat déjà mentionnées, trois grands facteurs bien connus également expliquent cette spectaculaire croissance. Le premier relève des faveurs concédées par la monarchie en termes d’importation d’esclaves, de libre commerce, de déforestation et de licence de raffinage. Ces nombreux privilèges, qui auront leur développement ultérieur, car ils sont au cœur de la relation entretenue entre le roi et les élites, ont rendu juridiquement et techniquement possible l’entreprise sucrière. La deuxième explication se trouve dans les relations exceptionnelles entretenues avec le puissant voisin nord-américain. La guerre d’Indépendance des États-Unis à partir de 1779 a été une aubaine puisqu’elle a amplifié et légalisé un fructueux commerce entre les colons et les créoles de part et d’autre du golfe du Mexique, qui se faisait alors sous forme de contrebande. Le géant américain naissant pallia l’incapacité de l’Espagne à assurer le transport du sucre et surtout à en absorber la production, tout en fournissant à Cuba l’outillage nécessaire pour accroître cette production. En revanche, les États-Unis, comme l’a montré P. Tornero Tinajero, n’occupèrent qu’une place secondaire dans l’approvisionnement de main d’œuvre esclave, aspect dont on verra, le moment venu, les conséquences89. Le désastre naval de Trafalgar, qui affaiblit considérablement les liaisons maritimes de l’Espagne avec ses colonies, renforça et justifia encore le commerce de Cuba avec les États-Unis. Une troisième explication, très importante aussi, est à rechercher dans la ruine ou l’affaiblissement des concurrents antillais. La production de sucre à la Jamaïque à la fin du siècle était en perte de vitesse : cela faisait longtemps que les colons anglais avaient fondé les premières plantations et les terres, commençaient à être épuisées ; par ailleurs, les investisseurs britanniques se tournaient de plus en plus vers les Indes occidentales. Cuba bénéficiait donc du retard avec lequel elle avait commencé à être réellement mise en valeur. L’île du Crocodile eut surtout l’énorme chance de voir disparaître soudainement, durant l’été 1791, son principal concurrent, Saint-Domingue. Une gigantesque révolte d’esclaves, faisant suite à la Révolution française y fit disparaître dans les flammes les plantations de cette colonie qui occupait jusque-là le premier rang mondial de production de sucre. De 1790 à 1810 environ se produit ainsi le premier boom sucrier ; comme le prix du sucre a accompagné cette évolution d’une manière presque symétrique, on comprend l’expression employée par M. Moreno Fraginals de « première danse des millions90 ».

  • 91 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 558.

59À ces trois explications classiques, il faut rajouter une quatrième qui est le talent des Havanais : non seulement ils jouèrent un rôle fondamental dans bon nombre d’évènements qui viennent d’être mentionnés, mais ils développèrent de redoutables capacités dans le domaine de l’augmentation de la quantité brute ainsi que des rendements produits. À cet égard, à propos du total de la production cubaine des produits dérivés de la canne à sucre (tableau précédent), on pourrait presque parler de production havanaise. Car il faut rappeler que c’est essentiellement dans la région rassemblant la capitale et la petite ville de Matanzas que se fabriquait le sucre. Certes, la canne a colonisé pratiquement l’ensemble de l’Île, mais en 1838, cette région fournissait encore près de 84 % de tout le sucre produit91. On ne peut s’étonner alors des chiffres suivants qui montrent la croissance du nombre d’ingenios dans cette région au cours de la période envisagée.

Tableau 3. – Évolution du nombre d’ingenios dans la région havanaise entre 1759 et 1817

Tableau 3. – Évolution du nombre d’ingenios dans la région havanaise entre 1759 et 1817

Source P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 55 et 158 ; et AGI, Santo Domingo, leg. 1973.

  • 92 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 252.
  • 93 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 56.

60Ce tableau n’a pu être complété au-delà de 1817. Cela s’explique certainement par le fait que la région avait atteint alors le nombre maximum d’ingenios qu’elle pouvait accueillir. Durant les années 1820, un deuxième boum sucrier a lieu ; il provient, pour une grande part, d’investissements réalisés par des commerçants ayant constitué des fortunes en revendant le sucre produit durant les années précédentes et en fournissant de plus en plus aux ingenios ce dont ils avaient besoin pour fonctionner. À partir de 1820, les ingenios colonisent l’Île. De nouveaux sont créés sans cesse et certains anciens sont déplacés pour occuper de nouvelles terres à substituer à celles qui commencent à s’épuiser. Cette colonisation se fit sans pour autant diminuer le prix de la terre proche de la capitale. Plus généralement, comme elle fut bien tardive durant la période de 1763 à 1838, la valeur moyenne des ingenios ne cessa de progresser. Pablo Tornero Tinajero a calculé qu’entre 1767 et 1836 cette valeur augmenta de 90.000 à 350.000 pesos, selon une progression très régulière92. À cela plusieurs explications : tout d’abord, l’augmentation du capital investi en matière d’esclaves et de machines. La population servile passa en effet de 25.000 personnes environ en 1760, à 225.000 en 1817, année où fut signé le traité d’abolition de la traite entre l’Espagne et l’Angleterre. Entre 1763 et 1838 les ingenios ne cessèrent de s’équiper de moulins à broyer, d’instruments de cuisson, d’outillages de toutes sortes de plus en plus performants, mais coûteux aussi. Rien d’étonnant alors à ce que les rendements s’accroissent ; Manuel Moreno Fraginals parle d’un triplement entre 1761 et 1804, contribuant à leur tour à augmenter la valeur des ingenios93.

  • 94 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 111.
  • 95 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 89-90.

61On comprend mieux, devant cette économie tournée vers l’exploitation des ingenios, pourquoi l’uniforme des membres du cabildo havanais était bleu, avec une doublure intérieure couleur de canne à sucre94, et pourquoi apparut, à la fin du xviiie siècle, le Consulat royal chargé d’accroître encore la production. Il faut revenir un instant sur l’interprétation des statuts de ce dernier afin d’ôter un doute concernant la composition de la saccharocratie. Théoriquement, le Consulat royal devait grouper, à part égale ou presque, hacendados et commerçants. En 1794, les premiers étaient encore assez puissants pour s’imposer aux seconds. En effet, M. Moreno Fraginals a souligné l’habileté politique d’Arango qui, en faisant nommer le capitaine général au poste de président de cette institution, et non l’intendant comme le voulait la coutume, a assuré la domination des planteurs, attendu que la première autorité de l’Île d’alors avait été intéressée par la plantation… puisque la saccharocratie lui avait fait cadeau d’un ingenio95. D’autre part, Arango, également propriétaire d’un ingenio, complétait la domination légale des hacendados en occupant le poste de syndic.

  • 96 D. Brading, Mineros y comerciantes en el México borbónico, p. 283.
  • 97 J. Kicza, Empresarios coloniales, p. 27.
  • 98 AGI, Ultramar, leg. 88, exp. 73.
  • 99 S. Socolow, Los mercaderes del Buenos Ayres Virreynal et C. MOYA, « Landed but not Powerfull ».
  • 100 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), pp. 274-294.
  • 101 Le terme est ancien, il ne s’agit pas d’un néologisme dont le langage historien se montre friand.

62À cet égard, l’existence de groupes d’activités bien séparés, celui de l’ingenio et celui du commerce, est une des caractéristiques majeures de la société havanaise. La monarchie reconnut officiellement, à la fin du xviiie siècle, au travers de la fondation du Consulat royal, la division du monde sucrier en deux classes : celle des hacendados et celle des comerciantes. Toutes les études réalisées sur Cuba jusqu’à ce jour n’ont pas remis en question cette dichotomie, développant au contraire des analyses sur les affrontements qu’elle a générés. Ajoutons que cette distinction est d’autant plus à mettre en valeur qu’il n’en a pas été ainsi pour toutes les élites de l’empire. En effet, David Brading a montré, qu’à la même époque, les élites du pouvoir mexicaines avaient bâti l’essentiel de leur fortune conjointement sur l’exploitation de mines et sur le grand commerce, raison pour laquelle il les qualifie d’élites économiques et financières96. À sa suite, J. Kicza, pour définir l’élite mexicaine, a utilisé à la fois les critères relatifs aux richesses, aux honneurs, aux succès commerciaux, à la diversité des investissements, ou bien encore aux belles carrières militaires, ecclésiastiques et civiles des enfants97. La base de la puissance économique de l’élite du pouvoir havanaise était avant tout l’ingenio. Il semblerait qu’un seul membre originaire de la saccharocratie ait investi massivement dans un autre domaine que celui de la terre, au point de figurer dans la classe des commerçants au Consulat royal. Il s’agit de Juan José O’Farrill y Arredondo qui, en 1819, délaissa les champs de canne à sucre pour se consacrer au développement d’une liaison maritime de bateaux à vapeur, d’abord pour traverser la baie de La Havane, puis pour relier la capitale à Matanzas98. Cette exception confirme la règle. En ce sens, les élites du pouvoir havanaises se différenciaient aussi de celles de Buenos Aires qui, comme l’ont montré S. Socolow et C. Moya, étaient composées pour l’essentiel de commerçants péninsulaires, lesquels s’imposaient jusque dans le cabildo99. Enfin, pour les élites du pouvoir havanaises, la production de café, de tabac et l’élevage de bétail ont occupé, au long de la période envisagée, une portion de plus en plus minoritaire que l’on peut opposer, par exemple, à une réelle diversification des activités des élites ayant investi dans la propriété foncière de Zacatecas, étudiées par F. Langue100. Ce sont ces raisons qui expliquent que, depuis longtemps, on a donné à l’oligarchie havanaise le surnom de saccharocratie, aristocratie du sucre101.

  • 102 L’ouvrage le plus complet sur cette question est sans conteste celui de M. García Rodríguez, La ave (...)
  • 103 La meilleure source a été celle de P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones so (...)
  • 104 AGI, Santo Domingo, leg. 1977.
  • 105 On trouve trace de ces affaires notamment dans la section Consejos de l’AHN et Santo Domingo de l’A (...)
  • 106 À l’instar de celle rassemblant les signatures de tous les hacendados opposés à une cédule royale c (...)
  • 107 Par exemple, en 1834, Francisco Xavier Troncoso, veufavec trois enfants à charge, demanda une place (...)

63Il est cependant vrai que, jusqu’à présent, aucune étude scientifique exhaustive n’a permis de mettre en relation avec précision la possession d’ingenio et le gouvernement de La Havane, sur la longue durée. Ceci pour deux raisons. La première est que le lien est si évident que personne n’a pensé qu’il pouvait être utile de vouloir le démontrer, la seconde tient à la complexité d’une telle reconstruction, étant donné que, comme on l’a vu, les ingenios changeaient fréquemment de mains. C’est pourquoi il n’existe malheureusement, à ce jour, aucun ouvrage retraçant l’évolution de la possession de tous les ingenios havanais, pour la période étudiée102. Toutefois, la bibliographie consacrée à l’histoire de Cuba, en citant quelques noms de propriétaires, a fourni une première approche de grand intérêt pour pallier ce manque103. Ensuite, la consultation d’archives a permis d’identifier bon nombre d’autres propriétaires, sans néanmoins prétendre pouvoir, au terme des investigations, dresser une liste exhaustive. La première source, et la plus facilement exploitable, provient des actes du Consulat royal déjà mentionné : pour pouvoir siéger comme conseiller hacendado, et, a fortiori, prieur, il fallait posséder au moins un ingenio. Les sollicitudes de titres de noblesse ont été une autre source importante : une des conditions d’attribution étant la fortune personnelle, les prétendants y détaillaient si bien la leur qu’il est parfois possible, à partir des années 1820, de connaître jusqu’au nombre et au prix des petites cuillers répertoriées dans chaque ingenio. Les problèmes de paiement de droit de mutation des ingenios ont constitué une autre source : en effet, se trouvant parfois dans l’impossibilité de réunir les sommes réclamées par la monarchie à cause d’un manque chronique de numéraire, les propriétaires demandaient au roi un échelonnement des paiements ; ces demandes sont une autre source pour les identifier104. Les problèmes juridiques concernant les propriétés ont fourni un utile complément, qu’il se soit agi de délimitations ou d’héritages contestés105. La qualité d’hacendado a été mentionnée aussi dans les lettres de protestations106, ou d’appui à une personne en particulier107. Les fonctionnaires de la monarchie, quant à eux, ne firent qu’une enquête générale sur la possession des ingenios, en 1759, mais elle est capitale car elle permet d’identifier tous les hacendados havanais peu de temps avant l’invasion anglaise. Les représentants supérieurs de l’administration coloniale, ainsi que la plupart des créoles possédant un oficio de privilegio au cabildo, avaient été répertoriés comme tels.

Tableau 4. – Liste des principaux propriétaires d’ingenios pour l’année 1759*

Noms

Fonction

NOMBRE D’INGENIOS

Lorenzo Montalvo y Ruiz de Alarcón

Intendant de la Marine

2

Juan Tomás de la Barrera y Espinosa
de Contreras

Officier royal

1

Diego Peñalver y Calvo de la Puerta

Trésorier royal

1

Antonio Rivero

Officier royal

1

Manuel García y Barrera

Ministre du tabac

1

Pedro José Calvo de la Puerta y Arango

Regidor alguacil mayor

2

Jacinto Tomás Barreto y Pedroso

Regidor alcalde mayor provincial

1

Luis José de Aguiar

Regidor fiel ejecutor

1

José Cipriano de La Luz y Meireles

Regidor correo mayor

1

Félix José Rodríguez y Acosta Riaza

Regidor depositario general

1

Cristóbal de Zayas-Bazán y Fromesta

Regidor receptor de penas de cámara

1

Laureano Chacón y Torres

Regidor perpetuo

1

Pedro Beltrán de Santa Cruz y Aranda

Regidor perpetuo

2

Sebastián Peñalver y Calvo de la Puerta

Regidor perpetuo

2

Francisco Chacón y Torres, comte de Casa Bayona

1

María Teresa Chacón y Torres, comtesse de Casa Bayona

1

Luis Germán de Herrera y Berrio, marquis de Villalta

Alcalde ordinario
en 1757

2

Héritiers du marquis de San Felipe y Santiago

2

Juan José de Jústiz y Umpierrez, marquis de Jústiz y Santa Ana

Alcalde ordinario
avant 1758

1

* Les informations ajoutées ont été soulignées. Dans un souci de meilleure compréhension, les noms présen
tés ont été retranscrits dans leur formulation complète, ce qui explique la récurrence de certains patronymes.
L’information a été complétée en précisant également les charges de regidores qui avaient été omises, ainsi
que les mandats d’alcaldes ordinarios précédemment occupés.

Source AGI, Santo Domingo, leg. 1973.

  • 108 AOHCH, Actas Capitulares, lib. 32.
  • 109 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 16.

64Le lien très fort entre la possession d’un ingenio et la participation au cabildo à une date légèrement antérieure à la période de cette étude apparaît de façon nette. On voit également que les quatre titres de Castille sont eux aussi liés au monde de la plantation. Ceci confirme, s’il en était besoin, qu’avant l’invasion anglaise, une élite qui se définissait par sa participation au cabildo et la possession d’ingenios était déjà en place. Ces quelques indicateurs montrent de plus que les investissements dans la plantation n’étaient pas une activité minoritaire. Ainsi, l’ingenio « San Juan de Dios » du regidor108 Laureano Chacón y Torres était considéré comme l’un des plus grands de l’Île109. Il apparaîtra, au travers des personnages mentionnés, que cette association entre aristocratie, ingenio et cabildo fut une des caractéristiques majeures de l’élite créole havanaise, qu’elle perdura durant toute la période étudiée, ne s’interrompant – en partie – que lors des périodes constitutionnelles. On voit que le terme de saccharocratie désigne une réalité très simple : le gouvernement effectif de La Havane par des hacendados. Remarquons cependant que tous les hacendados ne font pas partie de l’élite havanaise. La possession d’ingenio est un élément nécessaire, mais pas suffisant pour l’intégrer. La valeur de la plantation, le prestige de la famille et de ses alliances, le pouvoir personnel, sont des compléments indispensables. S’ils n’intègrent pas les organes de décision, les petits hacendados partagent pour le moins, avec les principales familles, le style de vie et le prestige qu’induisait et conférait la possession d’un ingenio.

  • 110 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 282.

65Ce ne sont, en effet, pas seulement les profits de la plantation sucrière qui expliquent l’engouement de l’élite oligarchique pour cette culture. Le domaine de la plantation sucrière est celui de la grande exploitation, libre de monopole royal, un secteur marqué par la notion de privilège en somme. Il se situe à l’opposé de celui du tabac, organisé en petites structures familiales, sur quelques lopins de terre, dont la production est rachetée uniquement par la monarchie à un prix décidé par elle. Tabac et canne à sucre appartiennent à deux systèmes économiques et sociaux diamétralement opposés et qui, depuis les rébellions de 1717, ne se sont jamais rapprochés. Plus généralement, la possession d’ingenio valorise fortement son possesseur et permet un mode de vie aristocratique. L’hacendado règne sur de grandes propriétés, il commande une équipe de Blancs qui, eux-mêmes, dirigent des dizaines voire des centaines d’esclaves. Sur ces derniers, il a plus d’autorité qu’un seigneur médiéval sur ses serfs. Il n’a théoriquement pas droit de vie et de mort sur les esclaves, et pas non plus intérêt à les sacrifier pour préserver son investissement ; les cas d’insubordination répétés se terminent cependant par la peine capitale et les châtiments les plus exemplaires sont appliqués. En règle générale, l’esclave mourait à la tâche en quelques années, après avoir épuisé complètement ses forces au service du maître110. S’il parvenait à s’échapper de l’ingenio, l’hacendado trouvait une autre occasion de se comporter de manière seigneuriale, en faisant pratiquer par ses gens une sorte de chasse à courre pour le rattraper, n’hésitant pas non plus à faire usage des armes si le marron se défendait. Pour ces élites du pouvoir, l’ingenio, qui leur procurait richesse et prestige, était au cœur de la vie.

  • 111 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.

66Cette oligarchie, qui définit sa raison d’être et appuie son pouvoir économique presque exclusivement sur la possession d’un ingenio, prend un risque puisqu’elle ne diversifie pas ses sources de revenus. La mono production est en effet soumise aux dangers d’une mauvaise récolte, d’une interruption des communications avec les marchés extérieurs pour ne citer que les plus importants. Mais cette oligarchie assume pleinement ce risque et tente de le limiter en prenant d’une manière décidée la direction des ingenios. À tel point qu’il arrive quelquefois aux oligarques de négliger les charges de gouvernement qu’ils possèdent, ou pour lesquelles ils ont été élus. Ainsi, le 12 juillet 1805, une résolution sur une aide financière demandée par l’Intendance au Consulat royal ne put être votée car Ignacio Pedroso y Barreto, une des deux personnes en charge du dossier, n’était pas encore revenue des champs111.

  • 112 On trouvera la liste des principales publications de ces Havanais, de leurs collègues, dans la bibl (...)
  • 113 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.
  • 114 AHN, Consejos, leg. 21115 et AGI, Santo Domingo, leg. 1977.

67En consacrant ainsi une bonne partie de leur temps à leur ingenio, quelques hacendados se firent, au sein du Consulat royal, une réputation d’experts en certaines matières. Le premier comte de Santa Cruz de Mopox, qui reçut dans sa maison Alexandre de Humboldt, était renommé dans l’étude des sciences naturelles, comme de la chimie. Quatre autres planteurs, Julián Francisco Martínez de Campos y González Alamo, José Ricardo O’Farrill y Herrera, Antonio Morejón y Hidalgo-Gato et Nicolás Calvo de la Puerta y O’Farrill, écrivirent de brillants essais sur le sucre112, qui valurent aux deux derniers une lettre de félicitations de la part de Charles IV113. José Manuel de Zaldívar y Murguía, premier comte de Zaldívar, fut le spécialiste de l’élevage – donc du trait des charrettes transportant le sucre – peut-être parce qu’en plus de son ingenio à Santa Trinidad, il possédait trois autres élevages de bétail114. C’est Francisco de Arango y Parreño qui écrivit le plus bel ouvrage dédié à la plantation sucrière : son Discurso sobre el fomento de la agricultura, publié en 1792 est, pour reprendre les termes de M. Moreno Fraginals :

  • 115 « … Una lección de economía seca, franca, sin más preocupaciones éticas que el dinero ni más objeti (...)

Une leçon d’économie sèche, franche, sans autres préoccupations éthiques que l’argent ni d’autre objectif que la production de sucre au plus bas coût115.

  • 116 Une description assez précise du voyage se trouve en AGI, Estado, leg. 5 B, exp. 81.

68Pour autant, les hacendados ne vivaient pas repliés sur leurs plantations, faisant preuve, au contraire, d’une grande ouverture sur le monde. Car ils avaient bien conscience qu’ailleurs des progrès pouvant leur être profitables avaient été réalisés. Aussi nombre d’entre eux n’hésitèrent pas à entreprendre des voyages pour découvrir ces avancées. Encore une fois, apparaît la figure de Francisco de Arango y Parreño, lequel entama, en 1793 avec son ami le comte de Casa Montalvo, un grand voyage qui l’amena en Espagne, au Portugal, au Royaume-Uni (sans passer par la France révolutionnaire), aux États-Unis, à la Barbade et à la Jamaïque116. De retour à La Havane, en 1704, il présenta ses découvertes lors des sessions du Consulat. À la fin du mois d’octobre, il annonça par exemple qu’une machine à vapeur commandée en Angleterre par le comte de Casa Montalvo était prête à être envoyée à La Havane. En novembre, il montra un théodolite et un coffret comprenant des instruments de mathématique achetés en Angleterre ; en décembre, il dressa un état du commerce lisbonnais et gaditain. Pour être le premier et le plus grand, le voyage d’étude d’Arango ne fut pas unique ; au contraire, il a en quelque sorte lancé une mode chez les planteurs. Ou plutôt, il a défini une étape presque obligée si l’on se réfère une nouvelle fois à M. Moreno Fraginals qui affirmait que :

  • 117 « … Haber pasado por Haití, Jamaica o Barbados era como obtener […] un especial doctorado en ingeni (...)

Être passé par Haïti, la Jamaïque, ou la Barbade était comme avoir eu […] une sorte de doctorat en ingenios117.

  • 118 On peut y voir en effet une certaine similitude avec les voyages décrits par J. Boutier, « Le grand (...)
  • 119 Ibid.
  • 120 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.

69Du reste, ces voyages participaient pleinement de la vie aristocratique telle quelle se développait alors en Europe118. L’historien de la plantation cubaine a aussi montré combien les hacendados eurent à cœur de faire venir dans leurs domaines des techniciens et savants étrangers, qui contribuèrent aussi à l’accroissement des rendements et s’attelèrent davantage à la traduction d’œuvres scientifiques étrangères119. On pourrait rajouter aux titres cités les travaux de l’Anglais de la Jamaïque Brian Higgins – concernant, entre autres, la fabrication de rhum et une meilleure utilisation de la bagasse comme combustible – que le Consulat donna à traduire au polyglotte Francisco Lemaur en 1804120.

  • 121 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163.
  • 122 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

70Il est à noter aussi l’esprit de corps qui animait ces hacendados, car on le retrouvera ailleurs que dans le strict domaine de l’accroissement des ingenios. De même que les publications n’avaient rien de confidentiel, les découvertes étaient exposées aux yeux de tous, personne ne pensait à entreprendre secrètement des recherches qui auraient donné une avance sur les collègues. Par exemple, en avril 1798, Nicolás Calvo de la Puerta y O’Farrill, si fier de son ingenio ultramoderne « Nueva Olanda », invita officiellement les membres du Consulat à aller le visiter121. Le 21 juillet 1802, un certain Foronda, probablement un Péninsulaire, rapporta de Londres des graines rétendument indiennes, sans plus de précisions. L’individu fut remercié et les planteurs se répartirent les graines pour les semer dans leurs propriétés respectives122.

  • 123 « … La agricultura ennoblece el villano », cité par M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 65.
  • 124 Les historiens cubains contemporains ne sont malheureusement pas les seuls à confondre les genres : (...)

71Idéal nobiliaire et passion pour la recherche agricole semblent aller de pair à Cuba. Dans son traité d’économie, Antonio Morejón y Hidalgo-Gato ne dit-il pas que « l’agriculture ennoblit le roturier123 ? ». Cela explique les nombreuses demandes de titres, de marques honorifiques, les querelles de préséances qui seront évoquées plus loin. Pour l’instant, gardons à l’esprit que l’élite du pouvoir créole est une élite d’hacendados, dont les valeurs défendues sont celles de l’aristocratie espagnole ou européenne typique du xviiie siècle. On s’enorgueillit de parcourir ses plantations à cheval, de manier les armes, de porter l’uniforme de la milice, d’organiser la vie de dizaines de milliers d’esclaves peinant dans des ingenios et d’un nombre plus important encore de Havanais. On fait preuve aussi d’un engouement pour les sciences et pour le progrès technique que l’on contribue à développer. On est loin de la boutique et du livre de comptes et de la seule passion pour l’argent qui caricaturent, sans pour autant totalement trahir la vérité, le commerçant, le bourgeois en somme. Aristocratie et bourgeoisie sont deux mondes bien différents. C’est une aristocratie terrienne et non une bourgeoisie marchande qui s’est pendant longtemps, au moins pour cette période, imposée à La Havane. Pourtant, quelques historiens ont qualifié cette élite de planteurs havanaise de « bourgeoise124 », soit pour la faire rentrer à tout prix dans un schéma d’interprétation des évènements s’inscrivant dans le concept de lutte des classes, soit parce que la différence ne leur a pas semblé fondamentale. Or, d’une part, la réalité ne s’est jamais résumée à cet affrontement et, d’autre part, c’est en ayant bien présentes à l’esprit les valeurs aristocratiques défendues par cette minorité de familles que l’on peut le mieux comprendre la manière dont elles dominaient La Havane, pour se servir ensuite de cette puissance dans les relations entretenues avec la monarchie. Car on se doute que ce front commun développé au sein du Consulat royal ou du cabildo pour promouvoir les ingenios ou administrer La Havane s’est déplacé vers la défense collective des privilèges politiques et sociaux. Un volet de cette stratégie de préservation de l’identité passait par de fortes coalitions face à des tentatives d’intrusions, un autre par certaines dynamiques internes très strictes de reproduction. Ces comportements ou ces dynamiques méritent une attention particulière.

Notes

1 « Pretender llevar a cabo una reflexión sobre cualquiergrupo social […], es finalemente, antes que nada, intentaridentificarlo » (M. Bertrand, « La élite colonial en la Nueva España del siglo xviii : un planteamiento en términos de redes sociales », dans B. Schröeter et C. Büsches [éd.], Beneméritos, aristócratas y empresarios, p. 35).

2 J. Kicza, Empresarios coloniales.

3 J.-P. Dedieu et C. Windler, « La familia : ¿una clave para entender la historia política ? ».

4 Il s’agit de Claudio Martínez de Pinillos y Cevallos, à partir de 1825. Son ami Francisco de Arango y Parreño n’occupa le poste qu’à titre intérimaire en 1824.

5 Ainsi que l’a rappelé pour la société péruvienne P. Rodríguez Crespo, « Sobre parentescos de los oidores con los grupos superiores de la sociedad limeña ». L’hypothèse qu’avance F. de Armas Medina, « La audiencia de Puerto Príncipe », qui a étudié ce transfert est moins convaincante : il affirme que la monarchie était mue par le souci de peupler d’autres régions de l’Île que La Havane.

6 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 196.

7 P. Morrel de Santa Cruz lui a consacré une monographie : La visita eclesiástica.

8 F. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique), pp. 325-326.

9 L’exemple péruvien peut à nouveau être signalé avec le livre de P. B. Ganster, ASocial History of the Secular Clergy of Lima. Ch. Belaubre a démontré, dans sa thèse Élus du monde et élus de Dieu, qu’au Guatemala également le cabildo ecclésiastique était un critère secondaire pour déterminer les groupes créoles dominants.

10 Ce syncrétisme est très vivace aujourd’hui, il est connu sous le nom de santería. Le métissage ne s’arrête pas évidemment à ce domaine, la langue et la musique en sont deux autres importants. À ce sujet, deux articles récents sont une bonne introduction à ces questions, en renouvelant l’approche de F. Ortiz : S. Valdés Bernal, « La traite négrière et la langue espagnole à Cuba », M. E. Vinuela González, « Marques et traces de l’Afrique dans la pensée musicale cubaine ».

11 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society.

12 F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 344.

13 En effet, dans cette petite ville à quelques dizaines de kilomètres de La Havane était stationné un régiment de dragons, qui constituait une force d’intervention très prisée par le capitaine général.

14 On aura un aperçu de ce travail dans d’I. Álvarez Quartero, Memorias de la Ilustración.

15 D. J. Cubitt, « La composición social de una élite hispanoamericana a la independencia ».

16 AGI, Ultramar, leg. 32, exp. 23.

17 Il occupait cette charge depuis au moins 1804 (AOHCH, Actas Capitulares, lib. 60).

18 Ces sceptres, appelés masas, étaient impressionnants, on peut les voir représentés en photographie dans E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. I, p. 147.

19 « Calentura podrida » dans le texte.

20 Le palais dont il est fait mention ici est, bien sûr, celui qui est connu sous le nom de Palacio del Capitán General, superbe monument construit à partir de 1776, et qui abrite la première autorité de l’Île depuis 1790. E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. II, pp. 198-213, retrace l’histoire des sièges du cabildo et résidence du capitaine général, et montre leur fréquente coexistence sous un même toit qui, un temps, abrita même les détenus… lorsque le lieu de réunion fut la prison.

21 F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, pp. 303-305.

22 Tel B. Lavallé par exemple qui, après avoir rappelé le rôle fondamental du cabildo dans l’histoire coloniale a montré les enjeux qu’il représentait pour les élites, El mercadery el marqués, pp. 132-134.

23 « Entre los muchos elementos que permiten perfilar la naturaleza de las élites locales […] uno de lo más definitorio es sin duda su temprana y manifiesta vinculación al poder político local » (M. R. Porres Marijuan, « Élites sociales y poder local en el País Vasco durante el Antiguo Régimen », p. 101).

24 J. M. Santos Pérez, Élites, poder local y régimen colonial, pp. 110-118.

25 « Este Ayuntamiento como Ciudad capital tiene una autoridad de grande, y […] el oficio de Regidor es de los mas honrosos y dignos de la república, desempeñados aquí por las primeras, más antiguas y opulentas familias » (AGI, Ultramar, leg. 30 exp. 30).

26 F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, pp. 373-374, reprend l’historique des créations. Mais l’histoire du cabildo elle-même reste à écrire, le constat que dressait F. Castillo Meléndez, dans « La hacienda municipal indiana », sur la faiblesse des études à ce sujet est toujours d’actualité, quand bien même cet auteur, en quelques pages fort intéressantes, a tracé les grandes lignes des finances de la municipalité havanaise depuis sa création jusqu’en 1700.

27 Par exemple la description des charges municipales de la capitale philippine que fait X. Huetz de Lemps dans sa thèse Manille au xixe siècle, pp. 243-247.

28 Ce droit fut supprimé au moment d’amplifier le libre commerce, de crainte d’enrichir démesurément le titulaire de la charge, qui fut cependant copieusement dédommagé (AGS, Secretaría de Guerra, leg. 6855, exp. 43).

29 Le détail de la procédure d’élection est inconnu, mais, à titre de comparaison, elle devait se rapprocher (par son aspect restrictifet élitiste) de celle de Bordeaux décrite par L. Coste, « La Jurade de Bordeaux au xviie siècle », pp. 259-260.

30 AHN, Consejos, leg. 20911.

31 Plusieurs travaux lui ont déjà été consacrés : S. Arregui Martínez-Moya, « La fundación del Real Consulado de La Habana » ; M. D. González-Ripoll Navarro, « Azúcar y política en el Real Consulado de Agricultura y Comercio de La Habana » ; D. Goncalvès, « Los doce primeros años del Real Consulado de La Habana ».

32 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 1, exp. 1.

33 « Junta económica y de Gobierno » (ibid.).

34 Les thèmes traités, bien que ne sortant pas du cadre de l’agriculture et du commerce, sont particulièrement nombreux. La Junta s’est aussi bien intéressée au machinisme, à l’amélioration des espèces végétales (de canne à sucre surtout) et animales, qu’à des règlements de douanes, à la fondation de compagnies négrières créoles qu’à la création d’un jardin botanique. Une bonne description des recherches qui ont été faites dans le domaine agricole se trouve dans l’ouvrage de M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 59-81.

35 « Los que dén mayores pruebas de amor a mi servicio, y á la felicidad de mis vasallos […], y dexen señalado su tiempo con algún beneficio particularde la agricultura, y del comercio, me hallarán siempre dispuesto á premiarlos, y condecorarlos, segun su merito y circunstancias. Para lo qual encargo al Capitan General esté siempre atento á lo que hagan y trabajen por la causa publica cada uno en su tiempo tiempo : y que cumplido este me informe de ello de oficio, y con reserva, oyendo antes la calificacion del Sindico » (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 1, exp. 1).

36 « … Escogiéndose comerciantes respetables y acreditados porsu talento y experiencia, porque asi podrán necesitarse muchas veces en el tribunal, y hacendados de igual talento y crédito » (ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, leg. 1, exp. 1, lettre datée du 4 janvier 1794).

37 « … El grupo de personas que formaban parte del ayuntamiento, de las diputaciones mercantil y minera y, en menorgrado, a los oficiales de milicia », D. Brading, Mineros y comerciantes en el México Borbónico, p. 403.

38 Parmi une bibliographie particulièrement volumineuse, les ouvrages de A. Domínguez Ortiz restent une référence incontournable : Las clases privilegiadas en el Antiguo Régimen, ou bien encore Sociedad y Estado.

39 E. Sánchez, « Démographie et perception du statut social dans une société coloniale ».

40 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 111.

41 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.

42 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

43 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.

44 C. Bernand-Muñoz et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, t. I, p. 130.

45 AGI, Títulos, leg. 6, exp. Lima Muñoz.

46 AGI, Títulos, leg. 10, exp. Santa Olalla.

47 À partir de 1815, cette part atteindra même 25 %.

48 J.-P. Dedieu, « Famille, majorat, réseaux de pouvoir », p. 112.

49 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.

50 À ce jour, il apparaît qu’une seule petite étude ait été réalisée sur un majorat cubain, celui fondé en 1570 par la famille Recio (B. Salabarría, « El Mayorazgo en Cuba »).

51 Décret du 22 mars 1796, dont un exemplaire se trouve à l’AGI, Papeles de Cuba, leg. 1439, n° 7.

52 « … Para ir por todos lados aristocratizando mi persona » (F. Suárez de Tangil y de Angulo, Nobiliario cubano, t. II, p. 136).

53 Il est vrai que, concernant les ordres militaires, outre qu’ils sont rassemblés dans une section particulière à l’AHN (Órdenes Militares et Estado), et qu’une approche de la nombreuse documentation peut être faite à partir de l’article de M. J. Álvarez-Coca González, « La concesión de hábitos de caballeros de las Órdenes Militares », un travail remarquable a été réalisé par G. Lohmann Villena, Los americanos en las órdenes nobiliarias. La tâche est plus délicate pour les charges auliques, mais les documents conservés à l’AGP devraient pouvoir apporter des renseignements intéressants. Pour tout ce qui est honneurs de fonctions, il faudrait se reporter aux sections Consejos de l’AHN et Dirección General del Tesoro de l’AGS, qui ne sauraient pour autant être exhaustives.

54 L. Bethell (dir.), Los Borbones.

55 J.-P. Labatut, Les noblesses européennes, p. 170.

56 Les ouvrages de J. L. Castellano et J.-P. Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique, ainsi que celui de B. Schröeter et Ch. Büsches (dir.), Beneméritos, aristócratas y empresarios, présentent des articles particulièrement éclairants en la matière.

57 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office, pp. 183-278.

58 E. Bruneau-Latouche, C. et P. Cordiez, 209 anciennes familles subsistantes de la Martinique, t. II, pp. 625-627.

59 P. Goubert et D. Roche, Les Français et l’Ancien Régime, p. 144.

60 Duc de Saint-Simon, Mémoires, t. II, p. 125.

61 « … Que las gracias de Títulos, por el honor que con ellas se confiere, son de las prendas mas apreciables que [se concedan] » (AGI, Santo Domingo, leg. 1972).

62 Il s’agit des livres, numérotés de 33 à 62 et de 78 à 124, référencés dans Actas Capitulares de l’AOHCH. La première série est constituée de copies, la seconde d’originaux. Ils portent tous, en date du premier janvier, la composition du cabildo pour l’année civile qui débutait, telle qu’elle avait été votée quelques jours plus tôt. On doit cependant déplorer, surtout pour les dernières séries, une imprécision concernant le statut des regidores, dont on ne sait pas s’ils étaient propriétaires ou suppléants. Par ailleurs, il est arrivé que des alcaldes ne terminent pas leur mandat, le plus souvent pour cause de décès ; cela a amené à rechercher le nom de leur remplaçant.

63 Livres numérotés de 161 à 188 du fond Real Consulado y Junta de Fomento de l’ANC. Malheureusement, les livres consignant les sessions comprises entre le 13 mai 1807 et le 15 avril 1812 ont disparu.

64 La majeure partie des informations concernant les titres de Castille concédés à des Américains est rassemblée dans des chemises contenues dans quatorze liasses classées par ordre alphabétique de titulatures. Ces liasses, numérotées de 1 à 12 b, constituent la section Títulos de Castilla de l’AGI.

65 La grandesse conférée en 1807 au marquis de San Felipe y Santiago était accompagnée du titre de comte del Castillo, cette dualité est conservée dans le décompte.

66 Les honneurs de grandesse réservent à leurs possesseurs les mêmes droits et privilèges qu’un Grand, à la différence qu’ils sont viagers et non transmissibles.

67 Ce qui fait une différence avec le chiffre de quarante-six titres pour la période qui va de 1763 à 1830 avancé par M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 141.

68 Il s’agissait du titre de comte de Santa Rosa (F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), p. 171).

69 C’est celui de marquis de Villar del Tajo.

70 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 52.

71 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, pp. 609-611.

72 AOHCH, Actas Capitulares, lib. 110.

73 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, pp. 396-397.

74 Aujourd’hui Fort-de-France.

75 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 216.

76 AGI, Títulos, leg. 4, exp. Duquesne.

77 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 259.

78 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. I, p. 345.

79 Dont une branche raccourcit son nom en supprimant « Beltrán », raison pour laquelle on trouvera ici les deux formes.

80 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, pp. 142-143.

81 J. M. Serrano Álvarez et A. J. Kuethe, « La familia O’Farrill y la élite habanera », ont dressé les grandes lignes des O’Farrill, très implantés dans les milices, soulignant combien l’absence de titre de Castille de cette famille est une « curiosité ».

82 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, pp. 179-191.

83 J. de Cauna, L’eldorado des Aquitains, p. 321-322.

84 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 51.

85 AGI, Ultramar, leg. 198.

86 Il y a en effet une imprécision : M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 56, parle de l’ingenio « San Miguel » qui pourrait être « San Miguel del Rosario ».

87 P. Butel, Histoire des Antilles françaises, p. 146.

88 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 311.

89 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 64-66.

90 « Primera danza de los milliones » (M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 81).

91 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 558.

92 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 252.

93 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 56.

94 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 111.

95 M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 89-90.

96 D. Brading, Mineros y comerciantes en el México borbónico, p. 283.

97 J. Kicza, Empresarios coloniales, p. 27.

98 AGI, Ultramar, leg. 88, exp. 73.

99 S. Socolow, Los mercaderes del Buenos Ayres Virreynal et C. MOYA, « Landed but not Powerfull ».

100 F. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique), pp. 274-294.

101 Le terme est ancien, il ne s’agit pas d’un néologisme dont le langage historien se montre friand.

102 L’ouvrage le plus complet sur cette question est sans conteste celui de M. García Rodríguez, La aventura de fundar ingenios.

103 La meilleure source a été celle de P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 273-284.

104 AGI, Santo Domingo, leg. 1977.

105 On trouve trace de ces affaires notamment dans la section Consejos de l’AHN et Santo Domingo de l’ANC.

106 À l’instar de celle rassemblant les signatures de tous les hacendados opposés à une cédule royale concernant la limitation de la traite négrière (AGI, Estado, leg. 7, exp. 4).

107 Par exemple, en 1834, Francisco Xavier Troncoso, veufavec trois enfants à charge, demanda une place à la contaduría de La Havane. Sa demande était accompagnée d’une pétition de soutien très longue signée par une grande partie de l’élite havanaise, qui apparaissait ès qualités (AGI, Ultramar, leg. 89, exp. 164).

108 AOHCH, Actas Capitulares, lib. 32.

109 M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 16.

110 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 282.

111 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.

112 On trouvera la liste des principales publications de ces Havanais, de leurs collègues, dans la bibliographie du livre de M. Moreno Fraginals, El ingenio, pp. 661-748.

113 AGI, Títulos, leg. 2, exp. Casa Calvo.

114 AHN, Consejos, leg. 21115 et AGI, Santo Domingo, leg. 1977.

115 « … Una lección de economía seca, franca, sin más preocupaciones éticas que el dinero ni más objetivos que la producción de azúcar a bajo costo » (M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 150).

116 Une description assez précise du voyage se trouve en AGI, Estado, leg. 5 B, exp. 81.

117 « … Haber pasado por Haití, Jamaica o Barbados era como obtener […] un especial doctorado en ingenios », (M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 63).

118 On peut y voir en effet une certaine similitude avec les voyages décrits par J. Boutier, « Le grand tour ».

119 Ibid.

120 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 166.

121 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 163.

122 ANC, Real Consulado y Junta de Fomento, lib. 165.

123 « … La agricultura ennoblece el villano », cité par M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 65.

124 Les historiens cubains contemporains ne sont malheureusement pas les seuls à confondre les genres : A. J. Allahar, « The Cuban Sugar Planters ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Noms des familles apparaissant le plus fréquemment dans la documentation servant de référence à la définition de l’élite du pouvoir havanaise
Crédits Source AOHCH, Actas capitulares, lib. 32-125 (pour les mandats à la municipalités) ; ANC, RCJF, lib. 161-182 (pour les postes au Consulat royal) ; et AGI, Títulos de Castilla, leg. 1-12b (pour les titres).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 3. – Évolution du nombre d’ingenios dans la région havanaise entre 1759 et 1817
Crédits Source P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 55 et 158 ; et AGI, Santo Domingo, leg. 1973.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,7k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search