Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Première partie. La saccharocratie havanaise

Chapitre premier. Données naturelles et historiques de la formation de l’élite

Texte intégral

I. – Un milieu naturel exceptionnel

1Étudier la saccharocratie havanaise en commençant par une présentation du milieu géographique concerné peut passer pour un exercice académique convenu. Pourtant, la région havanaise présente certaines singularités géographiques qui lui confèrent un poids stratégique et économique très particulier et prédisposent ses habitants dans leur ensemble à jouer un rôle majeur dans l’Empire espagnol. Le constat est encore plus vrai pour l’élite havanaise qui fait l’objet de cette étude. La formation, la consolidation et les moyens d’action de cette élite, sont étroitement liés à l’originalité et aux spécificités de la baie havanaise et de sa région. Il faut cependant se garder de tout déterminisme : la situation géographique, aussi singulière ou favorisée soit-elle, ne conditionne pas l’action des hommes, mais leur offre seulement un éventail spécifique de possibilités d’action. C’est à l’intérieur de cet éventail que se situent les choix et les libertés de chacun. C’est pourquoi avant d’étudier le rôle des acteurs, il apparaît comme indispensable de présenter les avantages et les inconvénients du milieu naturel.

2Trois singularités géographiques marquent la région havanaise : ce sont la situation, la configuration et le terroir. Ces trois exceptions ont traversé les siècles, et sont observables aujourd’hui telles qu’elles étaient hier ; ce qui autorise à utiliser des références actuelles pour décrire cet ensemble géographique.

  • 1 P. Chaunu, Séville et l’Amérique, pp. 224-225.

3La première spécificité, ou premier atout, de La Havane est sa position géographique. Le port est en effet idéalement placé, aussi bien sur les routes de navigation, qui sont d’abord tracées par les vents et les courants1, qu’au sein de l’Empire que les rois d’Espagne ont construit.

  • 2 J. van der Gucht et S. M. Parajón, Ruta de Cristóbal Colón por la parte norte de Cuba, p. 362.
  • 3 C’est cependant un autre épisode mystérieux et controversé du navigateur, puisqu’il ne fit jamais l (...)
  • 4 L. Marrero, Cuba : economía y sociedad, t. X, p. 3.

4Il est certes plus que délicat de vouloir réécrire l’histoire, mais l’on peut affirmer sans un trop grand risque d’erreur, que s’il n’avait rencontré l’archipel des Bahamas en travers de son chemin, Christophe Colomb aurait pu achever directement à Cuba sa traversée de l’Atlantique commencée à Palos. Il y débarqua le 27 octobre 1492, soit quinze jours seulement après sa première escale, et après avoir exploré ce premier archipel. En longeant la côte cubaine, si étendue, il pensa, pour la première fois, avoir terminé son voyage, autrement dit avoir touché le continent asiatique. C’est pour cela qu’il baptisa l’extrémité méridionale de l’île du nom de cap de l’Alpha et de l’Omega, car il y voyait le début et la fin du continent eurasiatique2. Il n’aurait pressenti son erreur que lors de son second voyage, en 14943. Christophe Colomb ne s’était, en revanche, jamais trompé dans son intuition que l’Atlantique Nord était parcouru par des courants se déplaçant et se relayant dans le sens des aiguilles d’une montre. Il ouvrit ainsi une route qui fut empruntée pendant les siècles de la marine à voile, et l’est encore par les plaisanciers aujourd’hui : après avoir doublé Gibraltar, en mettant cap au sud, on profitait du courant des Canaries, qui débouchait sur le courant nord équatorial, lui-même dynamisé par les alizés. Pour peu que l’on ne cherchât pas à trop poursuivre vers le sud, on arrivait alors directement aux Antilles, où un courant qui longeait Cuba amenait les navires devant la baie havanaise. Ce dernier flot ne fut pas découvert tout de suite, ce qui explique que La Havane fut d’abord construite bien plus au sud que la position qu’elle occupe actuellement. En somme, la combinaison des courants et des alizés permettait de faire le trajet aller en un peu moins de deux mois à la fin du xviiie siècle ; déjà en 1763, les quatre chefs mandatés par la Couronne pour reprendre possession de La Havane firent la traversée en soixante-cinq jours seulement4 : durant toute la période, les perfectionnements nautiques réduisirent progressivement les délais. Le voyage retour était légèrement plus long, puisqu’il fallait faire un crochet par le nord – aidé il est vrai par le puissant vent qui souffle au large du détroit de Floride – pour rejoindre le Gulf Stream à sa source, et rattraper, au-dessus de la mer des Sargasses, les vents qui portaient vers les Açores et l’Espagne. Malgré cet inconvénient, La Havane était la première grande ville coloniale géographiquement la plus proche de sa métropole. C’est un facteur majeur dans l’histoire de la colonie en particulier, et dans celle de l’Empire en général, que l’on a pourtant tendance à oublier. Les ordres royaux parvenaient avec plus de rapidité, et plus de fréquence à Cuba qu’au Chili. Il en allait de même avec les pétitions des sujets havanais qui parvenaient plus rapidement sur les bureaux des ministres que celles des Péruviens. Ainsi, la relative proximité géographique de Madrid et de La Havane laisse supposer une communication particulièrement riche entre les fonctionnaires de la première et les administrés de la seconde.

5Bien située sur la route des courants, La Havane l’était également au sein de l’Empire. Fermant le golfe du Mexique, à mi-chemin entre le Yucatán et la Floride, le port semblait prédisposé à surveiller et à défendre les deux détroits que forme Cuba avec ces péninsules. De fait, le port est le premier à recevoir les marchandises d’Espagne et à profiter de l’argent du Mexique : aux avantages politiques s’ajoutent ainsi les avantages économiques.

  • 5 Ibid., p. 246.
  • 6 M. Guicharnaud-Tollis, Regards sur Cuba, pp. 30-32.
  • 7 E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. I, p. 191.

6La deuxième des spécificités est le port même : La Havane est construite devant une immense baie, développée en trois anses, par laquelle on ne peut accéder que par un long et profond goulet5. Par son ampleur et sa disposition, la baie offre aux plusieurs centaines de navires qu’elle peut accueillir en même temps, une protection naturelle très efficace contre les tempêtes si nombreuses et si fréquentes dans cette partie de l’Atlantique. Michèle Guicharnaud-Tollis a rappelé combien, pour les Européens du xixe siècle6, sa disposition et sa beauté ont été un avant-goût de la prospérité de l’Île. Il est impressionnant de voir aujourd’hui les immenses cargos battant pavillon chinois s’engouffrer dans le chenal et passer si près du quai. Que l’on s’imagine alors quel refuge idéal présentait La Havane pour les galions, caravelles et autres frégates. Ainsi, une première mesure de protection de la baie peut être prise en sabordant quelques vaisseaux à l’entrée du goulet, pour en condamner l’accès. C’est ce que fit en 1762 le gouverneur Juan de Prado Mayeza y Portocarrero qui, lors de l’arrivée des troupes anglaises devant la ville, envoya par le fond deux navires pour bloquer le passage à l’escadre ennemie7. Certes, la mesure se révéla inefficace, mais elle permit de gagner du temps. La nature avait elle-même fortifié le site, en ne le bordant que de côtes rocheuses sur plusieurs kilomètres. Les Havanais aujourd’hui, comme hier peut-être, désignent ces rochers qu’ils traversent avec précaution pour se baigner, une fois enjambé le célèbre Malecón, par le nom de dientes de perro (« dents de chiens »), ce qui en dit long sur leur aspect pointu et coupant. Il était impossible aux coques des gros navires de s’en approcher, ce qui réduisait les stratégies offensives à deux possibilités uniquement : soit forcer le goulet – ce qui après la construction d’El Morro paraissait impossible –, soit débarquer loin de la baie, ce qui supposait ensuite une longue progression à pied. C’est, comme on l’a vu, cette seconde solution que choisit Albermale. Mais le succès de cette opération fut la dernière de ce type. D’une manière générale, pendant des siècles, les navires ont trouvé à La Havane un asile sûr et d’autant plus extraordinaire que la baie était alimentée de sources d’eau potables et surtout bordée par une superbe forêt fournissant le bois nécessaire pour réparer les avaries et construire de nouveaux bateaux. C’est la raison pour laquelle le premier nom que l’on donna à La Havane fut d’abord Puerto Carenas, littéralement le « port des carènes ». Cette configuration est d’autant plus appréciable, qu’elle n’est pas si fréquente dans cette partie de l’Amérique. Le port de Veracruz, par exemple, présente une côte ouverte, ce qui oblige les bateaux qui y accostent à démâter, pour éviter d’être soumis aux caprices du vent. C’est le contraire du site de Cartagena de Indias où les navires pouvaient trouver un abri sûr et qui jouissait d’un climat si agréable que l’on venait y soigner des maladies contractées dans d’autres régions insalubres. Toutefois, ce port souffrait d’un terrible handicap : le manque de sources naturelles puisque toutes les canalisations construites pour capter l’eau de pluie se révélaient insuffisantes pour ravitailler une flotte importante. Le port de La Havane était, de tous les ports de l’Empire, celui qui présentait les meilleures conditions naturelles.

  • 8 On trouvera des photographies des plans de ces forteresses dans le livre d’I. Macías Domínguez, Cub (...)

7Les Espagnols, devant les progrès de la puissance de feu embarquée, entreprirent de compléter les protections naturelles qu’offrait le site havanais par un système de fortifications. Les fortifications havanaises qui avaient été dressées étaient, en 1762, multiples et d’époques très différentes, mais trois se détachaient particulièrement. Comme elles existent toujours, il est possible d’en parler au présent. Ce sont le château d’El Morro, celui de La Punta et le château de La Fuerza8. Ce dernier, bien antérieur aux deux autres, est certes un magnifique ouvrage défensif, mais il n’exploite en rien les qualités du terrain, puisque son originalité repose sur un système de douves. La Fuerza est simplement bâti sur un terre-plein en retrait du chenal, et il est moins destiné à servir de défense à la ville, qui s’appuie dans son dos, qu’à mettre en lieu sûr l’or et l’argent américains. Avec l’accroissement de La Havane et l’augmentation des menaces ennemies, on a jugé au xviie siècle qu’il convenait de verrouiller efficacement l’entrée du chenal. Or justement, cette entrée était bordée au nord-ouest par une masse rocheuse s’avançant un peu dans la mer, faisant en certain endroit plate-forme : c’était le lieu idoine pour édifier une forteresse. Aussi y construisit-on le château d’El Morro, que l’on agrémenta de batteries de canons, dont une partie était placée assez près du niveau de la mer pour atteindre la ligne de flottaison des navires ennemis. L’emplacement était si bon que seule la puissance de feu des canons changea au cours des siècles et jamais l’on ne remit en question ce premier emplacement pour défendre le port. En face d’El Morro, on construisit un autre ouvrage, plus sommaire : le château de La Punta, afin de pouvoir prendre entre deux feux les navires ennemis qui tenteraient de franchir l’entrée du goulet. Ces trois ouvrages furent efficaces durant plus de 150 ans, mais, comme on l’a vu, ne résistèrent pas à l’invasion anglaise de 1762.

8La troisième spécificité havanaise concerne moins la mer que la terre, puisqu’il s’agit des prédispositions de son arrière-pays aux cultures dites coloniales. Certes, l’Île dans son ensemble se prête généreusement aux plantations de canne à sucre, de tabac, et de café. Mais si l’on excepte le café qui, ne pouvant se développer qu’à partir d’une certaine altitude, se rencontre essentiellement dans la partie orientale plus montagneuse, il faut souligner pour les deux premières, les conditions particulièrement favorables qu’elles rencontrent dans la région havanaise. Le terroir de la capitale cubaine est en effet si favorable au tabac que, depuis longtemps, elle a donné son nom au meilleur des cigares : Le Havane. Si, depuis la fin du xviiie siècle, les plantations ont été déplacées vers la région de Pinar del Río, c’est que le tabac a dû céder le pas au sucre, au terme d’une longue lutte. Cette victoire s’explique d’abord par la quantité et par la qualité de la production que permet le terroir. Bien que Cuba ne représente qu’une infime partie de la zone sucrière du monde, comprise entre le 22e degré de latitude nord et le 22e de latitude sud, on peut dire avec Fernando Ortiz que

  • 9 « … En ninguna otra parte del mundo el sol, la tierra y las brisas trabajan más de consumo para hac (...)

dans aucune autre partie du monde le soleil, la terre et les vents ne travaillent autant de concert pour fabriquer du sucre9.

9Et c’est bien dans la région havanaise que se trouvent une qualité de sol et un microclimat exceptionnels permettant de définir un terroir particulièrement propre à cette culture. Il faut rajouter à cela deux autres éléments très favorables : le bois et les capacités technologiques. En effet, la fabrication de sucre nécessitait du bois pour brûler les mélasses et fabriquer les caisses d’emballage. Manuel Moreno Fraginals rappelle, dans son célèbre ingenio, l’apport décisif que représenta l’arsenal, fondé sous Philippe V, dans l’impulsion technique des débuts :

  • 10 « Quienes construían los más grandes barcos del mundo en la época y fundían cañones y morteros no p (...)

Ceux qui construisaient les plus grands bateaux de l’époque, et fondaient les canons et les mortiers, ne pouvaient avoir de difficultés pour faire des moulins de bois10.

10Situation, configuration, terroir confèrent à la région havanaise une place stratégique de première importance. La Havane était un verrou militaire, et son arrière-pays offre les possibilités de la culture de canne à sucre à grande échelle, pour peu que les Havanais en aient les moyens et que la monarchie espagnole le permette. Car le climat, la terre, s’ils sont déterminants pour semer de la canne, ne sont pas suffisants pour développer une production industrielle, si tant est que l’on puisse appliquer ce terme à la période d’Ancien Régime. Il faut, en outre, pouvoir amener des milliers d’esclaves et obtenir des autorisations royales qui ouvrent les marchés. C’est ici précisément que les Cubains, et plus particulièrement l’élite havanaise, durent donner toute leur mesure. Il ne faudrait pourtant pas penser, au vu de tous ces atouts, que Cuba et La Havane ne présentent que des avantages pour les hommes. L’Île souffre également de nombre de handicaps sur lesquels il faut maintenant jeter une lumière. Car c’est également en luttant contre, en essayant de les contourner, ou en cherchant à tirer profit des obstacles que les hommes ont construit leur histoire.

11À juste titre, la carte postale présente la région havanaise comme un paradis terrestre. Mais la carte postale n’est, par définition, qu’un instantané des moments idylliques. Les paysages de plages n’atteignent leur plus grande beauté qu’au lendemain des violentes tempêtes, et la pureté du sable blanc ne signifie pas une pureté bactérienne, loin s’en faut. De plus, si par définition la côte s’ouvre sur l’immensité désertique de l’océan, elle est fermée derrière elle par une végétation hostile à l’implantation humaine. La région havanaise souffre de trois handicaps : son climat violent, son insalubrité, et son isolement. Le défi des Espagnols, puis des Cubains, fut de les vaincre ou de les employer à leur avantage.

12La principale infortune de la région havanaise est d’être soumise d’octobre à janvier à des vents accompagnés de trombes d’eau particulièrement dévastateurs. Les Havanais les classent généralement en trois catégories, selon un ordre croissant : ouragan, cicloncito (« petit cyclone ») et cyclone. Leur premier impact sur la vie des hommes est de les inciter à bâtir des habitations solides. Certes, construire en pierre a toujours été pour les Européens un désir qui traversait les époques et les classes sociales, mais à La Havane il pris vite l’allure d’une nécessité. Pour autant, les constructions solides ne fleurirent pas du jour au lendemain et l’impérieux désir de se protéger des ouragans et autres cyclones, a pu jouer un rôle actif dans la formation d’une couche sociale aisée. Les vents eurent également deux incidences économiques majeures : ils pouvaient inciter les navires à venir s’abriter de la houle dans la baie havanaise, contribuant encore à accroître le trafic, au bénéfice de la capitale cubaine, et plus encore à celui des dirigeants économiques. Mais surtout, à l’heure de l’émergence de la plantation sucrière, leur violence jointe à une grande faiblesse du réseau hydrographique a rendu inutile la construction de moulins éoliens ou hydrauliques pour broyer la canne. De sorte que la seule solution pour réaliser ce travail, avant que la monarchie ne facilite les importations massives d’esclaves, a été d’employer la force motrice du bétail. Ceci implique que les plantations de sucre n’ont pu être fondées que par des personnes disposant d’un certain capital. En somme, la violence des vents a, elle aussi, participé à formation de l’aristocratie du sucre.

13Parce qu’elle n’est qu’épisodique, cette violence, ne parvient pas à chasser la moiteur due à la mer et à la chaleur tropicale qui prévaut d’ordinaire à La Havane. La capitale cubaine est imprégnée de cette constante moiteur, et si le taux d’hygrométrie est excellent pour les cigares, il est pénible pour les humains, y compris pour les natifs. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que l’architecture de pierre qu’il a fallu édifier ait incité à transposer en Amérique les agréments que les Espagnols connaissaient bien : des patios pour garder la fraîcheur, des galeries pour circuler à l’abri du soleil et de la pluie. De sorte que le climat, en influençant très tôt les constructions, a favorisé aussi un certain art de vivre, souvent perçu comme l’apanage des classes aisées, un raffinement peut-être inspiré il y a longtemps par les princes arabes en Andalousie. Il est fort probable que la violence de la nature ait favorisé à La Havane la naissance d’une architecture de palais, de patios et de galeries, propice à l’otium, à la grandeur aristocratique, et au style de vie des élites nobiliaires espagnoles.

  • 11 C. Bernand-Muñoz et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, t. I, p. 263.

14Toutefois, la vie aristocratique ne pouvait se réaliser qu’une fois vaincu l’intense parasitisme qui ne pouvait manquer de se développer sous ce climat. Sous les tropiques maritimes, tout est luxuriance et décomposition. Il suffit aujourd’hui encore de cheminer par les rues perpendiculaires et bordées d’arbres des quartiers du Vedado ou de Miramar pour sentir une persistante odeur de pourriture, pas forcément désagréable, car très légère et presque toujours tempérée par d’autres parfums de fleurs plus plaisants. Au grouillement de la végétation répond le grouillement des insectes, des parasites et des microbes. Au retour de son premier voyage, Colomb avait été surnommé par ses détracteurs « l’amiral des moustiques », car il découvrit dans ces régions plus de marais que de gisements aurifères. Bien vite, les Espagnols durent composer aussi avec la chique, un parasite qui, à l’instar du taret qui infestait les coques des navires, taraudait les pieds et les mains des hommes. Ces parasites, générateurs de démangeaisons et de fièvres, furent pour les colons des adversaires souvent plus redoutables que les populations indiennes dont ils voulaient s’approprier le territoire. Ce climat enfin favorisait chez les Européens une maladie bien typique, la modorra, qui est, comme le disent Carmen Bernand-Muñoz et Serge Gruzinsky, une « lassitude qui confine à la dépression nerveuse11 ». Beaucoup succombèrent aux fièvres, à la dépression, mais les survivants développèrent une plus grande résistance au milieu, qu’ils transmirent à leurs descendants. Et c’est là un élément capital, car cette meilleure résistance aux parasites et aux maladies rendait les natifs plus à même de défendre l’Île que les troupes provenant de la Péninsule. Cette endurance pouvait même conforter le sentiment identitaire créole et l’attachement à une région. Ce qui attisait aussi le désir de vouloir peser sur les destinées économiques et politiques d’une région que l’on considérait comme la sienne.

  • 12 O. Portuondo Zúñiga, « La consolidación de la sociedad criolla (1700-1765) », dans M. C. Barcia, G. (...)

15Après la violence périodique des éléments et les conséquences de la moiteur quotidienne, le troisième obstacle que les Espagnols durent affronter fut l’isolement de la région havanaise. Certes La Havane est un port, ce qui par définition l’ouvre aux influences extérieures, mais ce sont les influences des différentes régions de l’Empire qui se font sentir, bien plus que celles des autres parties de l’Île. Car si la couverture forestière qui s’étendait sur toute l’Île était un atout pour la réparation des navires, lorsqu’elle bordait la baie de La Havane, sa densité en faisait aussi une barrière aux communications intérieures. De plus, l’Île manque d’un de réseau de rivières qui aurait pu faciliter les déplacements. En 1756 encore, il fallait 14 jours de cheval pour relier La Havane à Santiago de Cuba12. Cet isolement relatif de La Havane, par rapport au reste du pays, n’était pas propre à la capitale, toutes les villes en souffraient. Toutes, ou presque d’ailleurs, furent fondées au bord de la mer, et pendant longtemps les communications se firent surtout par cabotage, malgré les risques de piraterie et de naufrages. Ce morcellement dans l’habitat ne signifiait pas pour autant un morcellement politique, car l’autorité de la Couronne espagnole n’était discutée par personne. Mais toutes les agglomérations, du fait de cet isolement, avaient tendance à développer une identité propre, construite plus en relation avec l’Espagne qu’avec les cités voisines. Cela freinait le développement d’une conscience nationale cubaine, tout en favorisant un certain régionalisme qui formait un terreau idéal pour l’émergence de chefs locaux, se répartissant les « fiefs », loin du pouvoir central métropolitain.

16En somme, la région havanaise présente cette terrible dualité : à la fois paradis et enfer. Toutefois, si l’on doit peser ses avantages et ses inconvénients, on ne peut que dresser un bilan positif. Car les ouragans, l’insalubrité, l’isolement sont communs à toutes les Antilles, tandis qu’une immense baie naturelle, située sur les courants marins, placée en un point stratégique de l’Empire, bordée par des terres fertiles, est exceptionnelle. La Havane est, en effet, un lieu d’exception aussi bien pour le navigateur, le militaire, le commerçant que le planteur. Il convient alors de se demander pourquoi cette situation exceptionnelle n’a été exploitée que fort tard dans l’histoire de l’Empire espagnol.

II. – La mise en valeur tardive de Cuba

17Depuis 1492, la lutte pour l’appropriation, la colonisation, l’exploitation et la défense de la région ont contribué à donner à la société cubaine une identité particulière. C’est donc en s’interrogeant sur l’enjeu qu’a représenté Cuba pour les conquistadores, pour la couronne espagnole et pour les autres puissances, ainsi qu’en réfléchissant sur les étapes de son développement en général, que l’on pourra avoir un premier aperçu de l’oligarchie qui s’y est formée.

  • 13 J.-P. Moreau, dans Les Petites Antilles de Christophe Colomb à Richelieu, a rétabli une vérité en m (...)
  • 14 E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. I, pp. 51-57, présente une réflexion intéressante sur la dat (...)

18Bien que découverte dès la première traversée de l’Atlantique, Cuba fut, pendant plus d’un demi-siècle, reléguée au niveau de base arrière dans la construction de l’Empire espagnol13. Ceci car la motivation première des conquistadores, celle qui les incitait à risquer leur vie sur l’océan et sur des terres inconnues, était la fascination de l’or et, à la différence de sa voisine Puerto Rico, Cuba n’en disposait qu’en faibles quantités. Les rêves des conquérants se portaient principalement sur le Mexique, ce qui eut pourtant des conséquences cauchemardesques pour la population indigène de Cuba qui se trouvait en travers de leur chemin. Il ne fallut que dix ans aux conquistadores, entre 1510 et 1520, pour s’assurer le contrôle de la plus grande des îles de la Caraïbe, exterminer plus ou moins consciemment la majorité de la population native, épuiser ses réserves aurifères et jeter les fondations des premiers ports. La Asunción (aujourd’hui Baracoa) fut érigée en premier, en 1512, puis surgit San Salvador (Bayamo) en 1513, Trinidad, Sancti Spiritus et San Cristóbal de la Habana ou Puerto Carenas, l’année suivante. La date exacte de fondation est incertaine, ce qui laisse supposer qu’elle ne se fit pas en grande pompe14. à cette époque, c’était l’Orient cubain surtout qui intéressait à cause de ses ressources en cuivre, et c’est là, en 1515, que Diego Velázquez fonda la capitale, Santiago. Cependant, La Havane, certainement du fait de ses avantages géographiques, est la ville qui s’accrut le plus rapidement ; dès 1532, elle était déjà la plus peuplée de Cuba.

  • 15 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 32.
  • 16 J. Pérez de la Riva, « Breve historia de la división político administrativa de la Isla de Cuba » ( (...)
  • 17 On trouvera une synthèse de ces premiers temps dans I. A. Wright, The Early History of Cuba.
  • 18 Le monument le plus ancien conservé à La Havane est une petite sculpture funéraire en hommage à une (...)
  • 19 Ce conquistador et chroniqueur a laissé un témoignage très vivant de ces premiers temps de l’implan (...)

19Toutefois, cette fascination ressentie par les Espagnols pour le Mexique, puis pour le Pérou et pour la Floride, a menacé plus d’une fois de disparition les quelques villes qui furent fondées. Durant la conquête du continent américain, on s’arrêtait à Cuba pour s’approvisionner en viande, pour fourbir le matériel, pour rassembler les soldats et préparer les stratégies. En cas d’échec – les entreprises guerrières des Espagnols n’étant pas toutes glorieuses –, les troupes y venaient trouver refuge. C’est de Trinidad que s’embarqua Cortés lorsqu’il partit envahir le Mexique, et c’est à Cuba que revinrent Núñez de Balboa et Pedrarias chercher des renforts après un débarquement difficile. Jusque vers 1550, les Espagnols étaient faiblement implantés à Cuba, qui n’était guère plus, comme l’écrit Manuel Moreno Fraginals, qu’un « entrepôt15 ». Mais un entrepôt convoité cependant puisque, dès 1537, le « Port des carènes » subit sa première agression maritime, qui se répéta l’année suivante avec plus de gravité : la ville fut occupée quinze jours par des corsaires français. Ces attaques ne remettent pas en cause l’existence de la ville qui, en 1552, voit se former sa première représentation politique dans l’élection d’une municipalité, un cabildo, comprenant initialement cinq membres, dont un viager. L’apparition relativement précoce de cette institution s’explique, selon Juan Pérez de la Riva, par le fait que son premier objectif n’était pas l’administration de la population – son faible nombre la rendait inutile – mais bien la répartition du butin, essentiellement la terre et les Indiens, entre les nouveaux colons16. Quelques mois auparavant, on avait transformé en construction solide l’église primitive faite de chaume, et qui prit le nom de parroquia mayor17. La Havane se développait et paraissait une proie tentante aux yeux du corsaire Jacques de Sores qui fit flamber la ville pour la troisième et dernière fois en 1555 ; dans l’incendie, disparut la majeure partie de ce qui aurait pu servir de sources – écrites et architecturales – pour historiens18. Ces événements tragiques ne doivent pas donner à La Havane plus d’importance qu’elle n’en avait ; au contraire, ils s’inscrivent dans la longue histoire de la piraterie, plus faite à cette époque de coups de main sur des petites proies que d’attaques de grande envergure. Le chroniqueur Bernal Díaz del Castillo qui ayant séjourné deux ans dans cette Île à cette époque, entre une expédition ratée en Terre Ferme et un autre débarquement au Mexique, s’y ennuie prodigieusement19.

  • 20 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 57.
  • 21 B. de las Casas, Très brève relation de la destruction des Indes.
  • 22 B. Lavallé, L’Amérique espagnole, p. 77.
  • 23 Une histoire de l’esclavage noir cubain, perçue d’un point de vue anthropologique a été écrite par (...)
  • 24 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 22, a retrouvé un docume (...)

20Durant ces premières années de l’occupation espagnole à Cuba, le massacre des populations autochtones est un événement dramatique qu’il faut souligner, non pas seulement pour des raisons éthiques, mais parce qu’il eut des répercussions de première importance deux siècles plus tard, à l’heure de la plantation coloniale. Les nouveaux maîtres de l’Île n’avaient pas la prétention de se convertir en paysans, ni en petits chercheurs d’or, de sorte que les Taïnos et les Ciboneys, après avoir été vaincus, furent rapidement soumis au régime de l’encomienda. Victime de ce travail forcé dans les placers, des mauvais traitements, d’un cortège de maladies contre lesquelles elle n’était pas préparée, et d’une destruction de son environnement culturel, la grande majorité de la population indienne disparut en quelques années, sans toutefois s’éteindre totalement. Le dépeuplement fut tel qu’il incita les autorités coloniales à ne pas appliquer avant 1553 les Leyes Nuevas (« Nouvelles Lois ») de 1542 qui libéraient les Indiens de la structure oppressive des encomiendas20. Bartolomé de las Casas, qui résidait à Cuba, n’avait besoin d’aucun effort d’imagination pour décrire l’horreur qui frappait les populations indiennes21. Ses dénonciations furent si virulentes que l’oligarchie cubaine en formation, préoccupée d’abord par ses profits immédiats, le rejeta22. Loin d’être anecdotique, cette attitude annonçait ce qui allait se passer près de trois siècles plus tard avec l’esclavage noir ainsi qu’une interprétation parfois spéciale des lois métropolitaines. Dans l’immédiat, l’effondrement de la population autochtone entraîna un autre drame : la déportation vers Cuba des peuplades indigènes du continent et des îles avoisinantes et, précisément, les premières importations d’esclaves noirs en provenance de Santo Domingo23. Car les Espagnols, pour continuer à extraire le peu d’or qui restait, développer les premiers embryons de villes, mettre en culture les terres et extraire le cuivre découvert vers 1520 dans la zone orientale, importèrent de force des Indiens depuis les îles voisines. Ainsi, d’emblée, l’essor et la prospérité de Cuba semblaient liés à une main d’œuvre extérieure. Ce problème de la force de travail prit une autre dimension lorsque les riches créoles voulurent investir massivement dans les champs de canne à sucre. Il fut choisi d’amplifier la traite négrière car les Noirs avaient fait la preuve de leurs capacités physiques dans les mines de cuivre de la zone orientale et dans les plantations étrangères, alors que l’Indien était réputé inapte à ce travail24. De plus, la traite, qui était déjà une entreprise très bien organisée par des étrangers, apparaissait bien plus rentable que la préparation d’expédition de chasse aux Indiens. Le trafic négrier allait être un élément central des négociations entre les oligarques et la Couronne.

21On constate ainsi un certain paradoxe pour ce territoire, géographiquement plus proche de l’Espagne que ne l’est le Mexique, et qui pourtant prend du retard dans la phase de colonisation. Ce décalage initial explique que la formation des familles oligarchiques soit assez tardive, que les premières racines ne soient plantées que lorsque La Havane acquiert le statut, clairement défini au sein de l’Empire, de relais pour les flottes régulières.

22Certes les avantages géostratégiques de La Havane étaient connus depuis longtemps, mais ce n’est qu’à la fin du xvie siècle, que l’Espagne commença à les utiliser pleinement. En effet, ce fut moins la conquête que l’exploitation du Mexique et du Pérou qui donna à La Havane un véritable rôle dans l’Empire. à cette époque, ce n’étaient plus quelques caravelles isolées qui s’aventuraient dans le golfe du Mexique, mais l’Armada espagnole qui depuis 1566 avait commencé à établir des liaisons régulières avec la Péninsule, pour ramener l’or et l’argent extraits du continent. Ces dizaines de bateaux trouvaient dans la baie de La Havane le refuge et les moyens de réparer déjà évoqués. Pour comprendre toute l’importance qu’a commencé à revêtir alors le port havanais, il est nécessaire de dire quelques mots à propos du système des flottes. Il s’organisait ainsi : vers le 21 juin, une première flotte de navires partait de Séville ou Cadix en direction de Veracruz, tandis que cinq a six semaines plus tard, une seconde mettait les voiles en direction de Cartagena de Indias, et Panamá. Les deux flottes hivernaient en Amérique et se rejoignaient au printemps suivant à La Havane, alors chargées d’or et d’argent. De là, après avoir attendu un temps favorable, elles repartaient sous bonne escorte vers la Péninsule.

23Même si La Havane n’était placée que sur l’étape de retour des flottes, elle en tirait un grand avantage puisqu’elle en constituait la dernière escale, et souvent la plus longue, avant la grande traversée de l’Océan. Autant dire que les bateaux en profitaient pour faire le plein de ravitaillement, et les marins pour se vider de leurs soucis. Manuel Moreno Fraginals synthétise le phénomène en une formule limpide :

  • 25 « La Habana no tenía minas de oro ni plata, pero por las aguas de su bahía pasaba todo el oro y la (...)

La Havane n’avait ni mine d’or ni d’argent, mais par les eaux de sa baie passait tout l’or et l’argent de l’Amérique25.

  • 26 Pour plus de renseignements sur ce commerce, voir P. Pérez Herrero, « La estructura comercial del C (...)

24Une partie de ses richesses ne traversait pas l’Atlantique, mais se concentrait dans les mains des marchands de viande salée, des artisans menuisiers, des hôteliers et patrons de tripots. Par ailleurs, si les navires emportaient des biens de haute valeur, ils étaient peu lestés. Ici intervenaient alors les premiers planteurs qui pouvaient charger les navires de leur production de café, de tabac, ou déjà de sucre. Ils étaient suivis ou accompagnés par les commerçants qui attendaient également les bateaux pour y embarquer les marchandises qu’ils avaient rassemblées provenant de toutes parts de l’Empire. On a calculé qu’au xviie siècle, la moitié de la capacité des flottes du voyage de retour se chargeait à La Havane qui acquit très tôt la réputation justifiée d’être une plaque tournante du trafic espagnol dans les Amériques26. Jusqu’en 1738, date à laquelle le système des convois fut interrompu, jamais aucune flotte ne rencontra de problème d’approvisionnement, et jamais non plus les capacités d’accueil de La Havane ne furent insuffisantes. Cela montre l’extraordinaire capacité de cette ville et suggère l’importance des échanges qui s’y réalisaient. Cela montre aussi que, très tôt, la prospérité de la région havanaise fut liée au grand commerce maritime et non pas au cabotage, au commerce insulaire, ou limité au monde des Antilles. C’est là une réalité économique qu’il faut toujours avoir présente à l’esprit pour comprendre le fondement des relations entre ceux qui détenaient la richesse dans cette colonie et ceux qui détenaient le pouvoir politique en métropole.

  • 27 Sur les conséquences écologiques du développement de l’arsenal de La Havane, voir l’article de M. M(...)
  • 28 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 133.
  • 29 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 57.

25Ainsi, c’est la permanence du système des flottes qui transforma complètement La Havane et sa région. Le premier grand bouleversement de la région fut certainement la disparition des forêts, autour de la baie, rapidement coupées pour fournir le bois des navires et le combustible pour la fonderie de canons qui venait de s’édifier27. Ces premiers temps de la déforestation, qui par la suite allait prendre des proportions gigantesques, révélèrent une terre très fertile pour les cultures vivrières et libérèrent des espaces propres au pâturage du bétail, qui à son tour fournissait protéines et cuirs. La canne à sucre, qui avait été introduite par Christophe Colomb, bénéficia de cet essor économique : dès la fin du xvie siècle, on compte quinze petites plantations, qui aujourd’hui se trouveraient au cœur même de la ville28. à leur tour, elles favorisèrent l’arrivée d’une main d’œuvre esclave, déjà sollicitée pour la construction de forteresses. Entre 1580 et 1620, La Havane est de toutes les cités hispano-américaines celle qui eut le plus haut taux de croissance29.

  • 30 Une inscription lapidaire toujours visible près de la place de la Cathédrale rappelle l’événement.

26En 1553, fut créé le gouvernement de La Havane, qui sépara alors cette région de la juridiction de Santiago. Le premier administra la partie occidentale, l’autre conserva la partie orientale. Philippe II, par la cédule royale du 20 décembre 1592, donna à La Havane le titre de Ciudad (« Ville »), qui s’accompagna d’une série de privilèges pour les habitants, les vecinos, y jouissant de droits politiques. La construction de forteresses sanctionna ces décisions : au lendemain du sac de 1555, on commença l’édification du château de La Fuerza, qui ne fut achevée qu’en 1580. Après l’échec de l’Invincible Armada en 1588, qui donna pour longtemps aux Anglais une prédominance sur les mers, symbolisée par la menace réelle que représenta Francis Drake, fut décidée la construction de la forteresse d’El Morro qui devint opérationnelle dès 1596. Aux côtés des maisons de torchis surgissent des édifices de pierre. La société coloniale se construisit, avec ses couvents, son église principale (parroquia mayor) sa place d’armes (plaza de armas), sa maison des douanes. En 1592, le confort des habitants fut amélioré par la construction d’un aqueduc30. La population avait déjà dépassé alors les 5.000 habitants, et dès 1584 avait été ouvert le premier registre paroissial. Toutefois, ce n’est qu’en 1792 que la ville fut consacrée comme siège épiscopal, même si depuis fort longtemps, l’évêque de Cuba, dont la cathédrale était à Santiago, y avait fixé sa résidence. La fièvre de la construction n’allait plus cesser, le développement des bâtiments civils allait entraîner de nouvelles constructions militaires pour les défendre, comme les fortins de Cojímar ou de La Chorrera, la plus remarquable étant une ceinture de murailles dressées vers la fin du xviie siècle.

  • 31 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 110.
  • 32 A. Sorhegui d’Mares, « El surgimiento de una aristocracia colonial en el occidente de Cuba ».
  • 33 On trouvera leur texte complet dans Ordenanzas municipales de La Habana y de los demás pueblos de l (...)

27La Havane ne pouvait manquer de voir se constituer à l’intérieur de ces murailles un groupe de personnes, puis de familles qui eurent tendance à concentrer la richesse économique et le pouvoir politique, l’un attirant et multipliant l’autre. Les ancêtres des familles oligarchiques de la fin du xviie siècle étaient les militaires espagnols placés à la tête des fortifications, ou bien ceux qui, après avoir gagné beaucoup d’argent en approvisionnant les flottes, avaient investi dans la terre pour augmenter encore leur fortune et, surtout, leur prestige social. Dès 1612, la municipalité débattait sur l’emplacement des blasons de différentes maisons qui devaient être placés dans la parroquia mayor31, signe évident que les questions d’honneur et de hiérarchies agitaient les maîtres de la ville. Arturo Sorhegui d’Mares a détaillé la manière dont la répartition de la terre a participé elle aussi pleinement à la formation de l’oligarchie32. Comme on peut l’imaginer, avec le développement des flottes, la valeur de la terre s’est énormément accrue : celui qui en disposait pouvait alimenter les marins en viande, fruits et légumes, et exporter sucre et tabac. Valeur recherchée, la terre était aussi un bien disputé car, pendant longtemps, concessions et transactions furent entourées par un certain flou juridique. En 1574 le juge Alonso de Cáceres clarifia la situation en édictant des ordonnances municipales qui portent son nom et qui donnèrent pleins pouvoirs à la municipalité pour répartir les terres33. Elles ne furent abrogées qu’en 1729, et à cette date toutes les terres de la région avaient été concédées. Entre ces deux dates, les ordonnances de Cáceres ont favorisé la formation de l’oligarchie havanaise, car il est bien évident que les membres de la municipalité ont profité des nouvelles dispositions pour se répartir les terres d’abord entre eux. On peut penser qu’ils le faisaient déjà auparavant, mais les nouvelles dispositions légales ne purent qu’encourager le phénomène. Ce pouvoir conféré a encouragé les alliances et les ententes entre les familles puissantes en construction, tout en faisant bien évidemment de la municipalité un lieu de pouvoir encore plus convoité.

28Certes, la croissance a nourri la croissance, mais il n’en reste pas moins que le développement de La Havane correspond en premier lieu à une volonté de la couronne espagnole. C’est un élément important qu’il convient de rappeler pour comprendre les relations politiques transocéaniques qui font l’objet de cette étude. Le père de La Havane, c’est le roi d’Espagne, et cet enfant lui a coûté cher. C’est la monarchie qui a pris à sa charge les œuvres défensives, le ravitaillement des flottes, qui a autorisé la fondation de l’arsenal, et qui a payé l’administration nécessaire à la coordination des efforts entrepris. Toutes ces dépenses étaient prélevées dans la caisse de Nouvelle-Espagne, puisque l’île de Cuba dépendait de cette vice-royauté. La somme envoyée à La Havane était un situado, autrement dit un transfert d’une caisse royale à un préside ou dans le cas présent une capitainerie générale. Bien entendu, la monarchie n’investissait pas à perte : l’argent absorbé par Cuba était largement compensé par le bon arrivage des flottes à Séville ou Cadix. Il n’en reste pas moins que, dès l’origine, les relations entre La Havane et Madrid ont été marquées par le sceau de la collaboration, et non pas par celui de l’exploitation de la première par la seconde.

  • 34 Une synthèse très éclairante des agressions maritimes a été écrite par P. Butel, Les Caraïbes au te (...)
  • 35 Cette île, partagée aujourd’hui entre Haïti et la République dominicaine, fut nommée un temps La Is (...)
  • 36 J.-P. Moreau, Une histoire des pirates, a dressé tout au long de son livre la liste la plus complèt (...)
  • 37 Aujourd’hui Camagüey.
  • 38 E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. I, p. 139.

29Vers le dernier tiers du xviie siècle, La Havane connut un ralentissement de sa croissance car, la Marine espagnole entrant en crise pour longtemps, le système de flotte devint bisannuel. Cette situation peut être interprétée comme la conséquence ou le prolongement des assauts que menaient victorieusement Français, Anglais, Hollandais et pirates apatrides dans les Antilles34. Ainsi, en 1635, les trois lys flottent sur la Martinique et la Guadeloupe, à partir de 1659 ils fleurissent la partie occidentale de Santo Domingo, dont le nom est francisé en Saint-Domingue35. Les Britanniques avaient commencé leur pénétration plus tôt : dès 1623 ils hissent leur pavillon sur les îles de Saint-Kitts et La Barbade, mais c’est en 1655 qu’ils portent le coup le plus rude en s’emparant de la Jamaïque. La piraterie et la flibuste connaissent de beaux jours36, contribuant à écrire en lettres de sang l’histoire des Antilles, et rendent célèbre une petite île située au nord d’Hispaniola, La Tortue, en en faisant leur plus fameux repère. Toutes ces nouvelles conquêtes se transformèrent en postes avancés pour lancer des raids contre les villes et les campagnes cubaines. En 1662, l’Anglais Myngs saccagea Santiago de Cuba, peu de temps après Britanniques et Français se mirent d’accord pour piller Sancti Spiritus ; Henry Morgan, que l’on a pu présenter comme le digne héritier de Francis Drake, n’eut besoin d’aucun appui extérieur pour mettre à feu et à sang Puerto Príncipe37 en 1668. Comme prix de son départ, il exigea des vaincus, qui s’étaient bien défendus, 500 carcasses de bovins salées. L’apparition de ces brigands spécialisés dans le bétail est un indicateur de l’économie agricole cubaine : l’Île était attaquée parce que l’élevage y prospérait. Les attaques, bien que répétées, ne mettaient pas en péril la survie de l’Île. De surcroît, au xviie siècle, aucun pirate ou corsaire ne se risque à attaquer La Havane bien protégée derrière son bouclier formé par El Morro, La Punta et La Fuerza. Peut-être est-ce en leur hommage que fut dessiné l’écu de la ville, celui-là même que le capitaine général Francisco Dávila Orejón confirma lors de la séance du cabildo du 30 janvier 166538 : d’azur à trois châteaux d’argent donjonnés et crénelés rangés en fasce, ouverts, ajourés et maçonnés de sable, accompagnés d’une clé d’or en pointe, le panneton à senestre.

30Cette réputation de « ville sûre » contribua à attirer à elle les rescapés des autres cités pillées, qui s’y repliaient avec les capitaux qu’ils avaient pu sauver, tandis que d’autres s’y installaient de manière préventive. La Havane profita en quelque sorte de ces temps difficiles pour le reste de l’Île. Sa prééminence économique en sortit renforcée, ce qui conforta le pouvoir politique de l’élite qui la dirigeait.

  • 39 F. Castillo Meléndez, La defensa de la isla de Cuba.

31Pendant cette époque troublée, La Havane ne vécut pas repliée à l’abri de ses murailles, organisant bien au contraire nombre de contre-offensives souvent couronnées de succès. Les créoles havanais pourchassèrent les pirates qui naviguaient près des côtes, mais montèrent aussi des raids qui frappèrent Saint-Domingue, la Jamaïque, ainsi que la baie de Charleston, attendu que vers la fin du xviie siècle, les colons d’Amérique du Nord ne se privaient pas, eux non plus, de venir razzier le bétail cubain39. Ces opérations étaient d’autant plus remarquables qu’elles étaient préparées et financées entièrement par les Havanais qui de plus agissaient sans autorisation royale. En effet, la Couronne ne voulait pas armer les Cubains en course, craignant qu’ils n’en profitassent pour faire de la contrebande. Cependant, les autorisations que le roi ne voulait pas donner, ce furent les gouverneurs et capitaines généraux qui les concédèrent. Parmi ces derniers, il faut citer encore une fois Francisco Dávila Orejón, en place de 1664 à 1670, qui anima avec vigueur la défense des Cubains contre les ennemis, et parvint à lever des murailles sans argent espagnol. Ses succès le sauvèrent peut-être d’une dure condamnation, mais pas d’une semi-disgrâce puisqu’il fut muté en 1670 au Venezuela, gouvernement considéré alors de prestige inférieur à celui de Cuba. Il faut voir là l’action du consulat de commerce de Séville, furieux de la mesure qui favorisait effectivement la contrebande, et attentait donc au monopole espagnol dont il était le premier à tirer bénéfice. Pour l’oligarchie havanaise, cette lutte illégale entreprise à ses frais, auréolée de succès, lui fit prendre conscience de ses possibilités et de sa force. Elle confirma également le précédent qui s’était produit avec l’application tardive des Nuevas Leyes (« Nouvelles Lois »), de 1542 au sujet de la marge de manœuvre dont disposait le capitaine général : en cas de problème très grave, dans l’intérêt de la colonie, il pouvait passer outre les décrets royaux. Il lui appartenait d’apprécier au mieux la situation. Aux yeux des créoles, cette faculté convertissait le capitaine général en une autorité qu’il s’agissait d’influencer pour l’inciter à prendre les bonnes décisions.

32Le développement de La Havane fut tardif, mais rapide. à la fin du xviie siècle, la ville était une place stratégique et économique de première importance. Ses murailles abritaient une nombreuse population et sa campagne permettait non seulement de ravitailler la flotte de l’Empire, mais encore de vendre des excédents. La région havanaise apparaissait comme une enclave de sécurité et de prospérité dans l’île de Cuba. Sécurité et prospérité qui étaient déjà assurées en grande partie par une oligarchie qui s’était constituée en même temps que se dressaient des fortifications et s’ouvraient des plantations, vivrières ou coloniales. Le xviie siècle allait permettre d’élever la ville au rang de cité clé dans l’Empire espagnol.

III. – La Havane au xviiie siècle : la clé du nouveau monde

33En 1700, l’accession sur le trône d’Espagne de la dynastie des Bourbons, entraîna des changements économiques et politiques importants pour Cuba. Mais cela modifia d’abord l’équilibre européen, en associant la France et l’Espagne, ce qui accrut l’hostilité que la Grande-Bretagne manifestait contre l’Empire espagnol depuis quelques décennies. De plus en plus, La Havane se convertissait en point de mire pour les Anglais, autant à cause de sa richesse que de sa position géostratégique. La capitale cubaine, située aux portes de l’Empire espagnol, en paraissait être la clé. C’était d’ailleurs le surnom qui lui avait été donné : Llave del Nuevo Mundo y Antemural de las Indias Occidentales (« Clé du Nouveau Monde et rempart des Indes occidentales »). Au xviie siècle, cette convoitise ne fit que renforcer encore la place de La Havane dans l’Empire, conforta son oligarchie qui connut un bel épanouissement, s’affirmant aussi bien dans la société cubaine que par rapport à l’administration royale qui, au long des décennies, s’intéressa de plus en plus à elle.

  • 40 On trouvera un récit complet des événements et une plus ample analyse du contexte dans O. Portuondo(...)

34La guerre de Succession d’Espagne, qui accompagna la proclamation de Philippe V, donna à la Grande-Bretagne un motif pour tenter un raid sur Cuba, qui se traduisit par la prise de Trinidad en 1702. Ce fut la seule attaque que réussirent les Anglais, peut-être parce que les Havanais et les Santiaguais organisèrent rapidement une défense maritime si efficace qu’elle se transforma en action offensive contre la Caroline, la Jamaïque, Charleston, New York, ou encore Boston. Les hostilités reprirent entre l’Espagne et l’Angleterre lors de la guerre dite de l’Oreille de Jenkins : après avoir manqué l’assaut de Cartagena de Indias, l’amiral Vernon voulut s’emparer de La Havane. En juin 1741 sa flotte croisa devant El Morro et La Punta, mais, finalement, n’osa pas en forcer le passage, se contentant d’un bombardement à distance qui causa cependant des dégâts importants. Ne pouvant attaquer La Havane de front, il opta pour la prise à revers40. En 1741, Vernon débarqua 2.000 hommes dans l’Orient cubain qu’il jugeait plus facile à conquérir. Comme un lointain antécédent d’une réalité qui marque toujours Cuba, il établit une base militaire dans la baie de Guantánamo. À partir de là, il entendait éliminer les corsaires cubains qui menaçaient la Jamaïque pour ensuite marcher sur la capitale. Cette stratégie le conduisit une nouvelle fois à la déroute. Car, dès le début, les soldats anglais se heurtèrent à une farouche résistance des milices cubaines, appuyées par des troupes régulières venues de La Havane, en tout 1.050 soldats seulement. Un autre ennemi, la fièvre jaune, est connue sous le terrible nom de vómito negro (« le vomi noir »). Le siège de Santiago fut l’échec le plus cuisant de l’expédition. Au bout de cinq mois d’insuccès, Vernon n’eut d’autre choix que de rembarquer les survivants. La guerre se poursuivit pendant sept années encore autour des eaux cubaines et l’avantage tourna en faveur des créoles. Les Cubains, au cours de ces trois guerres, avaient démontré leur extraordinaire capacité de résistance, due autant à leur bravoure, à leur acclimatation, qu’à leur capacité d’organisation. Nul doute que l’élite havanaise sortit grandement renforcée de ces affrontements, ne serait-ce que d’un point de vue idéologique et social. La guerre, le commandement des hommes, permettaient de consolider les hiérarchies et les fidélités, d’affirmer la prééminence des uns sur les autres, dans la lutte pour un sol commun.

  • 41 Ph. Loupès, « L’état défensif des colonies espagnoles ».

35L’Espagne ne tira pas les bonnes leçons de ses victoires. Elle compta trop désormais sur les défenses naturelles de l’Île, comme sur l’héroïsme de ses milices créoles, qui compensaient leur faible armement et instruction militaire par une bonne connaissance du terrain et une résistance au climat malsain. Pourtant, Philippe Loupès rapporte que quelques mois seulement avant l’assaut de La Havane de 1762, un rapport très détaillé avait informé Charles III des forces et faiblesses du système défensif havanais41. Ce rapport désignait effectivement le sommet de La Cabaña comme étant le point le plus vulnérable, mais confiait malgré tout en la résistance de la ville contre tout assaut. Charles III et ses ministres suivirent cet avis et s’engagèrent dans la guerre de Sept Ans, sans préparatifs particuliers pour La Havane. L’Angleterre réfléchit plus sérieusement au problème et retint comme principal enseignement de sa précédente déroute, que tout était une question de moyens. Si l’attaque frontale de la capitale était certes impossible, de même qu’une longue conquête depuis Santiago, c’était dans les parages de La Havane, à quelques heures ou journées de marche seulement, qu’il fallait débarquer le maximum de soldats et de canons. C’est pourquoi Albemarle présenta la flotte britannique des Antilles devant la petite plage de Bacuranao.

  • 42 S. Aguirre, Historia de Cuba, t. I, p. 157.

36Par ailleurs, ces victoires, qui renforçaient ainsi le sentiment identitaire créole, eurent, comme au siècle précédent, un impact très positif sur l’économie : les pillages et les prises effectués sur l’adversaire, l’arrivée d’argent, d’hommes et de matériel, même s’ils ne furent pas décisifs durant les opérations et l’impulsion de la contrebande que générait la course, contribuèrent à l’augmentation de la prospérité. Il convient d’ajouter que l’alliance entre les Cours de France et de Madrid fut une véritable aubaine pour le commerce havanais. En effet, des accords officiels permirent aux Cubains de commercer avec les Antilles françaises : ce n’était pas simplement une légalisation de la contrebande jusqu’alors pratiquée, mais encore une amplification des échanges. Ainsi, le 27 août 1701, l’Espagne concéda à la France le droit d’asiento qui autorisait l’introduction d’un certain contingent annuel d’esclaves. Par ailleurs, il est arrivé que ce soient des escadres françaises qui escortassent les vaisseaux espagnols jusqu’à Séville, et l’on ne peut douter que les louis dépensés par les marins qui relâchaient à La Havane apportèrent aussi leur contribution à la croissance de la ville. On pourrait ajouter, en prolongeant la pensée de Sergio Aguirre sur l’admiration qu’éprouvèrent les Havanais devant ces « [grands] représentants de la civilisation européenne qu’étaient les Français », que la fréquentation de quelques marquis poudrés commandants de vaisseaux inspira peut-être les oligarques locaux dans leurs comportements avec le reste de la population42. Enfin, les traités de paix signés en 1713 et 1714, furent aussi bénéfiques pour Cuba puisque l’Angleterre obtint, comme prix de sa reconnaissance envers Philippe V, le droit d’y commercer une fois par an, et un droit d’asiento qui prolongeait celui de la France. Les créoles accueillaient à bras ouvert toute la main d’œuvre servile qu’il était permis d’envoyer.

  • 43 Une étude retrace les premiers moments de la plantation sucrière en étudiant le fonctionnement d’un (...)
  • 44 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 180.

37Ces mesures qui dynamisaient l’économie de l’Île n’étaient pas uniquement destinées à Cuba mais s’intégraient dans un plus vaste plan d’ensemble de mise en valeur et de meilleur contrôle de l’Empire. On doit souligner l’attention particulière que Philippe V porta à Cuba : par exemple, il n’attendit pas la fin de la guerre pour dicter une série de mesures destinées à développer et contrôler la production de tabac. Cette politique décrétée sans concertation avec les élites locales, provoqua une série de crises dont elles sortirent renforcées. En 1711, en effet, fut créée la Real Factoría de Tabacos, organisme qui centralisait et monopolisait l’achat de tout le tabac produit dans l’Île. Ce monopole, que l’on appelait estanco, fut violemment décrié. La création de cette institution apparaissait comme la clef de voûte d’un édifice dont les premières pierres avaient été posées quelques décennies auparavant, avec l’encouragement à l’émigration de paysans de la Péninsule. Le but initial n’avait pas été seulement d’accroître la production de tabac, mais également de favoriser l’implantation d’une nombreuse petite paysannerie libre, capable de défendre la colonie. Au début du xviiie siècle, on comptait ainsi dans la région havanaise près de 10.000 petits exploitants de tabac, travaillant le plus souvent dans le cadre d’une économie familiale, et enrôlés dans des régiments de milice. Depuis 1659 la monarchie avait concédé à ces immigrants l’usufruit de terres appelées vegas naturales, raison pour laquelle on nomma les nouveaux cultivateurs les vegueros. Or, la présence de ces vegueros menaçait directement les intérêts de l’oligarchie havanaise en formation. Tout d’abord parce que leur installation se fit sur des terres où la municipalité disposait d’un droit de possession théorique : la monarchie les lui avait enlevées au moment où elle en avait besoin pour développer les plantations de canne à sucre43. L’estanco, s’il s’avérait rentable pour le roi, représentait un danger pour les autres productions, en particulier pour celle de sucre. Enfin, ces milices de paysans, aux portes de la ville, ne représentaient-elles pas un danger bien supérieur encore ? L’oligarchie décida de se défaire rapidement de ces menaces. Comme l’action ne pouvait se dérouler sur un plan juridique, puisque les droits des vegueros étaient sanctionnés pas la monarchie, comme elle ne pouvait non plus prendre l’aspect d’un affrontement armé aux conséquences incalculables, l’élite havanaise opta pour la ruse et la manipulation en montant les vegueros contre l’administration des tabacs. La chose était facile, car le roi payait fort mal la production, et toujours avec du retard. Les oligarques étaient alors amenés à prêter de l’argent aux petits producteurs, ce qui leur conférait une solide capacité d’influence. La situation économique des petits exploitants était précaire, le mécontentement était là, il n’y avait qu’à l’encourager. Entre 1717 et 1723 se produisirent trois soulèvements armés. Le premier fut marqué par l’expulsion du capitaine général Vicente Raxas, accompagné des fonctionnaires du tabac, le second en 1720, par le blocus de la capitale durant quelques jours, et le troisième par la pendaison sans jugement de huit vegueros, ce qui en termina pour toujours avec les rébellions. Le roi d’Espagne jugea cette condamnation excessive, et admit le bien fondé des revendications des mutins. Aussi suspendit-il le monopole royal du tabac durant quelques années : l’oligarchie havanaise en profita pour intervenir dans l’économie des petits exploitants, à son profit cela va de soi. Les riches Havanais ne sortirent pas seulement confortés économiquement de ces crises qu’ils avaient provoquées, ils le furent aussi politiquement. Car les oligarques de la municipalité menaient un double jeu, à l’instar de José Bayona y Chacón, encourageant d’une part les petits paysans contre les fonctionnaires royaux, et de l’autre s’interposant comme négociateur lorsque les troubles avaient éclaté44. Cela témoigne d’une pensée politique qui, pour être immorale, n’en était pas moins ingénieuse, autant que d’une capacité d’action suffisamment révélatrice du véritable pouvoir détenu.

  • 45 M. Gárate Ojanguren, Comercio ultramarino e ilustración.
  • 46 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 34-35.

38La fondation de la Real Compañía de Comercio de La Habana, le 8 août 1739, augmenta encore considérablement ce pouvoir. L’entreprise était d’importance, puisque la compagnie avait pour ambition de monopoliser le commerce de tout ce qui se vendait – y compris le tabac – et de tout ce qui s’achetait à Cuba, rien de moins. Son capital était divisé entre plusieurs actionnaires, dont le roi demeurait le principal. Elle était bâtie sur le modèle développé par Colbert quelques décennies plus tôt, et, ne serait-ce que pour cela, sa définition monopolistique n’était plus adaptée au volume du commerce. Elle n’eut jamais, même au départ, les moyens de ses ambitions, puisqu’elle manqua toujours du nombre de navires suffisants pour transporter toutes les marchandises. Pourtant, sa création fut, par bien des aspects, un facteur important dans la consolidation de l’oligarchie havanaise. Non seulement la capitale cubaine fut la première ville coloniale à abriter le siège d’une compagnie de commerce royale, mais encore, comme l’a montré Montserrat Gárate Ojanguren dans un livre qui donne à la prosopographie une place importante, la direction de la Real Compañía de Comercio de La Habana fut confiée aux plus riches des créoles et des commerçants péninsulaires installés à La Havane, à ceux que la monarchie jugeait les plus à même de supporter l’entreprise économique45. Ces puissants, intéressés cette fois aux bénéfices du monopole, se gardèrent bien de toute critique, mais en assumèrent au contraire la direction pendant plus de dix ans, défendant avec acharnement ce système, n’y trouvant que du profit. En effet, malgré le faible volume de marchandises transportées, malgré la concurrence de la contrebande, la situation de monopole sur le marché générait, au profit des actionnaires, au moins pendant les premières années, des dividendes de 30 %. Les dirigeants ne cherchaient pas à augmenter le volume du trafic dans l’intérêt général, mais voulaient seulement en tirer la meilleure rentabilité, pour leur intérêt particulier. C’est pour cela qu’ils n’augmentèrent pas les risques en investissant dans une flotte trop importante, et, comme il n’y avait que peu de bateaux, la marchandise exportée était prioritairement celle produite par les membres de l’oligarchie, et celle importée était d’abord déversée à La Havane au détriment des autres régions de l’Île. C’est pourquoi cette société se montra très active dans l’importation d’esclaves qui étaient très recherchés pour développer les nouvelles plantations46. Ce souci d’enrichissement personnel de l’élite au cours de ces années, au détriment de la plus grande partie de la population, fut une caractéristique majeure de son héritière, la saccharocratie. Très rapidement, la Real Compañía de Comercio de La Habana apparut plus comme un obstacle que comme un moteur au développement économique, lequel chercha alors à se réaliser davantage au moyen de la contrebande. Cette dernière, qui avait été pendant longtemps l’apanage presque exclusif de la région orientale (surtout autour de Bayamo), gagna aussi La Havane. Des réseaux clandestins se mirent en place, reliant la capitale cubaine à la Jamaïque, aux Treize Colonies et au reste de l’Empire : par eux transitaient ces « marchandises » recherchées qu’étaient le sucre et les esclaves, et plus généralement tout ce qui pouvait se vendre ou s’acheter. L’oligarchie havanaise était aussi très impliquée dans ce trafic qui lui permettait de gagner sur les deux tableaux, légal et illégal, se servant de l’un pour multiplier les profits de l’autre. Ce privilège lucratif concédé à quelques chefs de familles puissantes était assorti de contreparties importantes. Le roi demandait aux riches havanais de fournir aux manufactures métropolitaines une certaine quantité de tabac, de transporter des troupes vers l’Amérique, d’approvisionner une partie de la flotte, de construire des bateaux dans l’arsenal havanais, et d’armer en course pour protéger les côtes cubaines. Jamais les Havanais ne tinrent leurs obligations, et c’est en raison d’une gestion inefficace qu’en 1752 le roi leur retira la direction de la Compagnie. Ils ne se plaignirent pas outre mesure, car les dividendes considérablement réduits à cette époque étaient contrebalancés par les grands profits de la contrebande. Mieux encore, en 1760, ils surent convaincre le capitaine général Francisco Antonio Cagigal y Vega de suspendre le monopole royal en autorisant l’exportation sur des navires particuliers du sucre qui s’entassait sur les quais parce que la Real Compañía de Comercio de La Habana ne disposait pas d’assez de bateaux. On comprend mieux dans ces conditions pourquoi les oligarques accueillirent avec joie la libéralisation du commerce que leur apportait le comte Albermale. Par ailleurs, dès 1754, une ligne de courrier régulière entre Madrid et La Havane fut mise en place, et c’est alors à partir de la capitale cubaine que furent redistribués les ordres royaux dans l’Empire. Cela conférait un prestige supplémentaire à Cuba.

39Le profit politique que tirèrent les élites créoles de la Real Compañía de Comercio de La Habana fut peut-être supérieur encore au profit économique. En effet, quelques chefs de famille créoles parmi lesquels Martín de Aróstegui y Larrea, Luis Germán Herrera y Berrio, José de Arango y Losa, Bartolomé de Ambulodi y Arriola avaient été choisis par le roi pour faire des affaires avec lui. On imagine quel prestige ils devaient en retirer dans la société havanaise. Ajoutons que la Real Compañía de Comercio de La Habana, dont l’histoire se poursuivit quelques années encore, a rassemblé les principaux acteurs et éléments qui figurent au long de cette étude : l’oligarchie havanaise, la Couronne espagnole, un compromis, une question de monopole et d’exportation de sucre contre l’importation d’esclaves.

  • 47 Une arrobe équivalait à 25 livres anciennes et représenterait aujourd’hui 11,502 kg selon le Diccio (...)
  • 48 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 158-159.
  • 49 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 102.
  • 50 Un rappel historique de cet arsenal est donné par C. García del pino, « El arsenal de La Habana dur (...)
  • 51 Ph. Loupès, « L’état défensif des colonies espagnoles ».
  • 52 J. Valdés, ¿Historia de Cuba, o historia de La Habana ?

40On peut parler, pour le début du xviiie siècle, d’un grand développement économique de la région havanaise. C’est véritablement durant la première partie de ce siècle que naquirent les plantations sucrières havanaises. Certes, les premières étaient assez petites, employaient peu d’esclaves avec une machinerie des plus rudimentaires, mais les profits réalisés étaient largement suffisants pour inciter les planteurs à déloger les petits cultivateurs de tabac afin agrandir leurs propriétés. En 1759, la région havanaise, avec 88 plantations, produisait 339.480 arrobes47 de sucre, soit près de 4.000 tonnes, ce qui représentait 76 % du total fabriqué dans l’Île48. Pour cette même année, on a calculé que la valeur du sucre stocké dans le port de la capitale dépassait les trois millions de réaux49. Le tabac cubain, qui était revenu dans le régime monopolistique, était d’un rapport bien moins important que le sucre, et produit en bien plus faible quantité. Il n’en reste pas moins que c’était encore une fois la région havanaise qui occupait dans l’Île le premier rang pour la production de tabac. Les constructions maritimes prenaient une telle ampleur qu’elles firent de l’arsenal de La Havane le premier de l’Empire50. De ses chantiers, qui employaient environ 3.000 esclaves, auxquels il faut rajouter tout un monde de salariat libre, sortirent quelques-uns des fleurons de la Marine de guerre espagnole. Et sa baie était la base stratégique principale de l’Empire, port d’attache de dix vaisseaux de haut rang, lorsque Cartagena de Indias n’en protégeait que trois, et Veracruz un seul51. Or, la construction maritime ce n’est pas seulement le bois, c’est aussi les voiles, le cordage, les parties métalliques, les instruments de navigation, activités qui elles-mêmes en induisent d’autres pour alimenter et faciliter la vie de tout un monde d’ouvriers de la mer, comme les boulangers, les potiers, les tailleurs, les notaires et autres écrivains publics. La Havane offrait alors tant de travail qu’elle manquait même de main d’œuvre qualifiée, ce qui procurait des salaires élevés. L’importance de La Havane dépassait de loin toutes les autres villes de Cuba, au point que bientôt, pour certains, son histoire se confondait avec le reste de l’Île52. On peut même considérer comme tardive la cédule royale de 1733 qui, en subordonnant l’autorité du capitaine général de Santiago à celui de La Havane, faisait de cette dernière la capitale effective de l’Île.

  • 53 P. Fornet Gil, « Habana y su Puerto : una ciudad, dos orillas », dans A. Guimerá et F. Monge (dir.) (...)
  • 54 H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, p. 18.
  • 55 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 104.

41Vers 1760 la région havanaise regroupait environ 60.000 habitants, dont plus de 40.000 s’entassaient à l’intérieur des murailles de la capitale53, ce qui, comme le rappelle Hugh Thomas, en faisait une ville plus importante que Boston ou New York54. Derrière ces murailles, une population pauvre, composée de noirs libres, de mulâtres et de blancs occupait des habitations faites d’un amalgame de boue séchée et de planches mal jointes, prêtes à s’effondrer au premier passage d’un « cicloncito », ou à s’enflammer à la moindre étincelle. À l’intérieur des murailles, les maisons paraissaient mieux construites, mais l’état des rues atténuait le contraste : comme elles n’étaient pas pavées, des nuages de poussière s’y formaient en « été », et des rigoles de boue en « hiver » ; par ailleurs, les marchandises que l’on embarquait ou débarquait les encombraient en permanence55. La constante obstruction des artères de la ville était aussi un signe que la richesse irriguait le port où se mélangeaient le situado, l’argent du sucre et du tabac, et celui du commerce le plus varié, car on vendait aux voyageurs en partance pour l’Espagne des marchandises en provenance de toute l’Amérique. Toutefois, cette richesse ne se concentrait qu’entre quelques mains, et la plus sordide misère côtoyait l’opulence. La population esclave, les naufragés du rêve américain et les légions de prostituées, qui n’étaient pas tous concentrés derrière les murailles, étaient aussi une autre composante de cette ville.

  • 56 On trouvera une description des palais construits, accompagnée d’anecdotes, de photographies et de (...)
  • 57 Voir, dans cet ouvrage, carte 4, p. 206 et fig. 1 à 6, pp. 213-216.
  • 58 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 163.
  • 59 Voir, à ce sujet, l’ouvrage de S. Larrúa Guedes, La real y pontificia universidad de San Gerónimo d (...)

42Ces différences sociales se remarquaient bien évidemment dans les habitations. Elles se voyaient non pas tant dans la beauté des palais, qui n’avaient comme ornements que les fameux balcons de bois, mais dans leur ampleur et leur aspect de solidité qui contrastait avec les maisons de torchis qui les jouxtaient. L’histoire architecturale est fondamentale pour appréhender l’élite havanaise. C’est au cours de la première moitié du xviiie siècle que les principales familles, les Peñalver, Herrera, Pedroso, Chacón, Beltrán de Santa Cruz, Espinosa, Cárdenas, Núñez del Castillo, Barreto, celles qui figureront tout au long de cette étude, édifient leurs palais56. Ces derniers sont situés à peu de distance les uns des autres, et parfois même dessinent le contour des places, comme celles que l’on nomme aujourd’hui de la cathédrale et Plaza Vieja. Ces vastes demeures obéissent à différents modèles, quelques-unes se distinguent par une grande galerie aux fortes colonnes et aux blasons des propriétaires qui décorent les façades57. L’élite inscrivait sa domination dans la pierre de la ville, tout en fondant des institutions dans le but de la perpétuer. Ainsi, dès 1688, avait été fondé le couvent de Santa Clara expressément dans le but de recevoir des filles de familles honorables qui n’avaient pas assez d’argent pour les doter58. En 1720, s’ouvrait le collège jésuite de San José, réservé à l’élite nobiliaire. Peu après, le 5 janvier 1728, la fondation de l’Université, la Real y Pontificia Universidad de San Gerónimo de La Havane, gouvernée par les Dominicains, donna à l’élite les moyens d’affirmer sa prééminence également sur le plan intellectuel59.

  • 60 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. IV, p. 250.
  • 61 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 114.
  • 62 Ibid., p. 294.

43Lorsque Albermale présente sa flotte devant La Havane, la ville est déjà régie par une oligarchie, laquelle s’est enrichie dans le commerce, en manipulant les deniers de la monarchie et est en train de faire fortune dans la plantation après s’être attribué les meilleures terres situées autour de La Havane. Elle exerce son pouvoir aussi à La Havane au sein de la municipalité qui compte en 1763 treize regidores permanents. Les chefs des familles puissantes marient déjà leurs enfants entre eux afin de fortifier prestige, pouvoir et fortune. Et la compétition pour les titres de Castille a déjà commencé, quoique d’une manière timide. Le premier créole havanais à demander au roi une telle grâce fut Juan Núñez del Castillo y Piñero fait marquis de San Felipe y Santiago60 en 1710, pour avoir fondé une ville sur une de ses haciendas du même nom. José Bayona y Chacón fonda lui aussi une ville, celle de Santa María del Rosario sur les terres de sa plantation de sucre, dénommée Quiebra-Hacha, mais ce n’est pas pour cette raison qu’il obtint, en 1733, le titre de comte de Casa Bayona61. Ce titre était l’un des quatre que le roi avait donnés à la ville de Fontarabie pour aider à réparer les destructions causées par un assaut français en 1687. José Bayona y Chacón justifia d’abord de son hidalguía car il ne suffisait pas d’avoir de l’argent pour l’acheter, et le paya 20.000 ducats. Cet achat est autant un indicateur de la fortune de ce créole et de son désir de reconnaissance sociale que des liens qu’il entretenait au Pays Basque pour réaliser cette démarche. Ce sont là trois facteurs intemporels de l’oligarchie cubaine. Juan José de Jústiz y Umpierrez fut fait marquis de Jústiz de Santa Ana en 1758, en hommage à ses services de contador mayor, de ceux de son frère Manuel José, capitaine général de la Floride, et pour avoir contribué à ériger une église à Matanzas62. Cette sollicitation s’appuyait donc sur des mérites autant personnels que familiaux et, parmi eux, la prise en charge d’une partie du développement de l’Île. Le roi montrait qu’il récompensait ceux qui contribuaient à l’aider à gouverner et à mettre en valeur son Empire. C’est une leçon qui fut très bien entendue par l’oligarchie havanaise.

  • 63 Comme le rappellent C. Naranjo Orovio, M. à. Puig-Semper et A. García González dans la préface de p (...)
  • 64 F. de Arango y Parreño, Obras completas.

44Les pages qui précèdent n’ont pas eu vocation à résumer la géographie de Cuba ni son histoire. Elles avaient pour objectif de montrer comment une élite, fer de lance de la société, a forgé sa propre identité à partir des données naturelles de la région havanaise, et comment elle s’est aiguisée en se frottant aux événements les plus durs : piraterie, rébellion et guerre. Ce rappel était d’autant plus nécessaire, que pendant longtemps, l’oligarchie sucrière elle-même eut tendance à nier son propre passé. Non pas qu’elle en eût honte, mais bien au contraire, parce qu’elle voulut magnifier les réformes libérales de la monarchie qui accompagnèrent la dévolution de La Havane par les Anglais63. C’était la rhétorique que développait, en 1792, Francisco de Arango y Parreño, le plus grand idéologue du lobby sucrier, dans son fameux Discurso sobre la agricultura. Dans le but de présenter à la monarchie le bien-fondé de l’ampliation des réformes libérales demandée par les producteurs de sucre, il accentuait le résultat de ces dernières, pourtant déjà spectaculaires, allant jusqu’à affirmer qu’elles « donnèrent vie » à La Havane64. C’est au contraire parce que La Havane était un fabuleux marché fortifié que les Anglais déployèrent les grands moyens pour s’en emparer. C’est la raison aussi pour laquelle l’oligarchie en place fit preuve de grande bravoure pour la défendre, et n’hésita plus à opter pour une certaine forme de collaboration dès lors que le nouveau gouverneur britannique autoproclamé lui conserva ses positions politiques. Cela amène à réfléchir sur la composition sociale et les instruments de pouvoir de cette élite, appelée saccharocratie.

Notes

1 P. Chaunu, Séville et l’Amérique, pp. 224-225.

2 J. van der Gucht et S. M. Parajón, Ruta de Cristóbal Colón por la parte norte de Cuba, p. 362.

3 C’est cependant un autre épisode mystérieux et controversé du navigateur, puisqu’il ne fit jamais le tour de l’Île personnellement. F. Royo Guardia, « Don Cristóbal Colón, la insularidad de Cuba y el mapa de Juan de la Cosa », affirme que Colomb aurait, dans un premier temps, nié l’insularité de Cuba pour satisfaire son orgueil personnel et protéger ses intérêts économiques octroyés suite à la découverte de ce qui aurait du être l’Asie.

4 L. Marrero, Cuba : economía y sociedad, t. X, p. 3.

5 Ibid., p. 246.

6 M. Guicharnaud-Tollis, Regards sur Cuba, pp. 30-32.

7 E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. I, p. 191.

8 On trouvera des photographies des plans de ces forteresses dans le livre d’I. Macías Domínguez, Cuba en la primera mitad del siglo xvii. On peut aussi se reporter à la carte 4 située p. 206 de cet ouvrage.

9 « … En ninguna otra parte del mundo el sol, la tierra y las brisas trabajan más de consumo para hacer azúcar […] » (F. Ortiz. Contrapunteo cubano del tabaco y del azúcar, p. 5).

10 « Quienes construían los más grandes barcos del mundo en la época y fundían cañones y morteros no podían tener dificultades para hacer trapiches de madera » (M. Moreno Fraginals, El ingenio, p. 8).

11 C. Bernand-Muñoz et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, t. I, p. 263.

12 O. Portuondo Zúñiga, « La consolidación de la sociedad criolla (1700-1765) », dans M. C. Barcia, G. García et E. Torres-Cuevas (éd.), Historia de Cuba, t. I, p. 204.

13 J.-P. Moreau, dans Les Petites Antilles de Christophe Colomb à Richelieu, a rétabli une vérité en montrant combien la construction de l’Empire espagnol dans ces premiers temps a été bien plus complexe que la faible historiographie traditionnelle ne l’a longtemps affirmée. Certes, si le continent avait la priorité dans la conquête, les tentatives d’implantation de colonisation dans les îles, et notamment dans les Petites Antilles, ont été nombreuses et trop longtemps ignorées.

14 E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. I, pp. 51-57, présente une réflexion intéressante sur la date exacte de la fondation de La Havane.

15 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 32.

16 J. Pérez de la Riva, « Breve historia de la división político administrativa de la Isla de Cuba » (inédit), cité par A. Sorhegui d’Mares, « El surgimiento de una aristocracia colonial en el occidente de Cuba ».

17 On trouvera une synthèse de ces premiers temps dans I. A. Wright, The Early History of Cuba.

18 Le monument le plus ancien conservé à La Havane est une petite sculpture funéraire en hommage à une dame tuée accidentellement d’un coup d’arquebuse en 1557. D’abord situé dans la première église, on peut le voir aujourd’hui encastré dans un mur du patio du palais des capitaines généraux.

19 Ce conquistador et chroniqueur a laissé un témoignage très vivant de ces premiers temps de l’implantation espagnole à Cuba (voir B. Díaz del Castillo, Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne).

20 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 57.

21 B. de las Casas, Très brève relation de la destruction des Indes.

22 B. Lavallé, L’Amérique espagnole, p. 77.

23 Une histoire de l’esclavage noir cubain, perçue d’un point de vue anthropologique a été écrite par F. Ortiz, Los negros esclavos.

24 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, p. 22, a retrouvé un document de 1794 qui précise clairement cette conception raciste qui, paradoxalement, tourne à l’avantage du Noir, puisqu’il est présenté à la fois comme plus robuste que l’Indien et moins corrompu que le conquistador.

25 « La Habana no tenía minas de oro ni plata, pero por las aguas de su bahía pasaba todo el oro y la plata de América. » (M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 56).

26 Pour plus de renseignements sur ce commerce, voir P. Pérez Herrero, « La estructura comercial del Caribe ».

27 Sur les conséquences écologiques du développement de l’arsenal de La Havane, voir l’article de M. Mestre et D. Matamoros, « Tecnología y adaptación al medio ».

28 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 133.

29 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 57.

30 Une inscription lapidaire toujours visible près de la place de la Cathédrale rappelle l’événement.

31 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 110.

32 A. Sorhegui d’Mares, « El surgimiento de una aristocracia colonial en el occidente de Cuba ».

33 On trouvera leur texte complet dans Ordenanzas municipales de La Habana y de los demás pueblos de la isla de Cuba por el oidor Alonso de Cáceres, t. II de F. Carrera y Jústiz, Introducción a la historia de las instituciones locales de Cuba, pp. 225-291.

34 Une synthèse très éclairante des agressions maritimes a été écrite par P. Butel, Les Caraïbes au temps des flibustiers.

35 Cette île, partagée aujourd’hui entre Haïti et la République dominicaine, fut nommée un temps La Isla Española, qui se contracta en Hispaniola, mais plus couramment encore durant la période qui nous intéresse Santo Domingo du nom de sa capitale. Pour éviter les confusions entre les deux possessions coloniales, espagnole et française, nous employons les noms originaux de Santo Domingo pour la première et Saint-Domingue pour la seconde.

36 J.-P. Moreau, Une histoire des pirates, a dressé tout au long de son livre la liste la plus complète des attaques de pirates, corsaires et flibustiers dont fut victime Cuba.

37 Aujourd’hui Camagüey.

38 E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. I, p. 139.

39 F. Castillo Meléndez, La defensa de la isla de Cuba.

40 On trouvera un récit complet des événements et une plus ample analyse du contexte dans O. Portuondo Zúñiga, Una derrota británica en Cuba.

41 Ph. Loupès, « L’état défensif des colonies espagnoles ».

42 S. Aguirre, Historia de Cuba, t. I, p. 157.

43 Une étude retrace les premiers moments de la plantation sucrière en étudiant le fonctionnement d’un ingenio de cette époque à partir de sources originales (F. Castillo Meléndez, « Un año en la vida de un ingenio cubano »).

44 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 180.

45 M. Gárate Ojanguren, Comercio ultramarino e ilustración.

46 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 34-35.

47 Une arrobe équivalait à 25 livres anciennes et représenterait aujourd’hui 11,502 kg selon le Diccionario de la lengua española.

48 P. Tornero Tinajero, Crecimiento económico y transformaciones sociales, pp. 158-159.

49 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 102.

50 Un rappel historique de cet arsenal est donné par C. García del pino, « El arsenal de La Habana durante el siglo xviii », dans A. Guimerá et F. Monge (dir.), La Habana, puerto colonial, pp. 168-173.

51 Ph. Loupès, « L’état défensif des colonies espagnoles ».

52 J. Valdés, ¿Historia de Cuba, o historia de La Habana ?

53 P. Fornet Gil, « Habana y su Puerto : una ciudad, dos orillas », dans A. Guimerá et F. Monge (dir.), La Habana, puerto colonial, pp. 72-79.

54 H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, p. 18.

55 J. B. Amores Carredano, Cuba en la época de Ezpeleta, p. 104.

56 On trouvera une description des palais construits, accompagnée d’anecdotes, de photographies et de dessins, dans le livre écrit par l’historiador de la ciudad de La Habana (voir, E. Roig de Leuchsenring, La Habana, t. II, pp. 218-238).

57 Voir, dans cet ouvrage, carte 4, p. 206 et fig. 1 à 6, pp. 213-216.

58 F. Portuondo, Historia de Cuba, p. 163.

59 Voir, à ce sujet, l’ouvrage de S. Larrúa Guedes, La real y pontificia universidad de San Gerónimo de La Habana, qui retrace son histoire et consacre de nombreuses pages aux vies des illustres personnes qui la fréquentèrent. Les annexes sont riches aussi de documents iconographiques et de retranscriptions de documents d’époques.

60 F. J. Santa Cruz y Mallén, Historia de las familias cubanas, t. IV, p. 250.

61 R. Nieto y Cortadellas, Dignidades nobiliarias en Cuba, p. 114.

62 Ibid., p. 294.

63 Comme le rappellent C. Naranjo Orovio, M. à. Puig-Semper et A. García González dans la préface de présentation du livre d’A. de Humboldt, Ensayo político sobre la isla de Cuba, p. 59.

64 F. de Arango y Parreño, Obras completas.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search