Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Première partie. La saccharocratie havanaise

Préambule à la première partie

Texte intégral

  • 1 On trouvera une bonne synthèse des questions militaires dans le livre de C. M. Parcero Torres, La p (...)
  • 2 Un récit très vivant de l’événement a été écrit par un des premiers historiens de Cuba, lequel inte (...)
  • 3 H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, p. 26.

1Le 6 juin 1762, une formidable flotte britannique totalisant plus de 250 embarcations (dont près de cinquante bâtiments de guerre), transportant plus de 15.000 soldats et marins, réunis sous le commandement de George Keppel comte d’Albemarle, se présenta devant La Havane dans le but de prendre d’assaut la capitale cubaine1. L’Espagne et l’Angleterre n’étaient officiellement en guerre que depuis le 15 janvier de cette année, même si depuis le 15 août 1761, en signant avec Louis XV le troisième Pacte de famille, Charles III s’était rallié à la France dans le conflit qu’elle menait depuis 1756 contre l’Angleterre. En croisant devant La Havane, Albemarle voulait seulement impressionner la population car il réservait l’attaque en un autre point de l’île. Il savait que les fortifications du port, et en particulier le château du Morro, étaient en mesure de repousser tout assaut maritime. Aussi débarqua-t-il ses troupes le lendemain sur les plages de Bacuranao et Cojimar, quelques kilomètres plus à l’est. En peu de temps, les batteries de ses vaisseaux détruisirent les petits fortins qui gardaient la crique, puis les avants gardes assurèrent la sécurité du lieu, tandis que troupes et matériel descendaient des bateaux avec ordre et méthode2. Le rassemblement effectué, l’armée marcha sur La Havane dans l’intention de prendre à revers les fortifications. Cependant, l’assaut véritable ne commença que le 1er juillet après qu’Albemarle eut reçu des renforts en provenance de la Jamaïque, ses troupes commençant déjà à être décimées par la maladie3. Dès lors, après s’être rendu rapidement maîtres de la colline de la Cabaña qui surplombait la ville et les arrières du Morro, les Anglais s’emparèrent de ce dernier après un siège qui dura tout de même jusqu’au 31 juillet. Ceci permit de débarquer d’autres troupes plus près du théâtre des combats et en toute sécurité ; une troisième vague d’assaut déferla peu après à l’ouest de La Havane. Albemarle put compter sur l’arrivée de nouveaux renforts (parmi lesquels on compte un certain capitaine Georges Washington) en provenance des colonies nord américaines. Le 18 août, encerclé et assiégé derrière ses murailles, sa principale fortification perdue, l’armée régulière pratiquement détruite (elle comptait initialement un peu moins de 9.000 hommes), le capitaine général de La Havane, Juan de Prado Mayeza y Portocarrero, se résolut à signer l’acte de capitulation. Mais les milices créoles, pourtant peu nombreuses, mal armées, mal entraînées et mal encadrées, parvinrent à bloquer toute progression ennemie vers l’intérieur de l’Île, en établissant une sorte de ligne de front qui transformait la région havanaise en enclave anglaise à Cuba. Jusqu’à la fin des hostilités entre l’Espagne et l’Angleterre, ces milices ne cessèrent de harceler les troupes régulières britanniques.

2La période d’occupation anglaise de La Havane prit officiellement fin près de onze mois plus tard lorsque, le 7 juin 1763, William Keppel (frère de George auquel il avait succédé depuis le 1er janvier) remit la ville au comte de Ricla mandaté par la Couronne espagnole pour la récupérer, conformément au traité de Paris signé le 10 février précédent. Ce traité consacrait la victoire des Britanniques et terminait une guerre qui, à partir de ce moment, prit le nom de guerre de Sept Ans. L’Espagne, traumatisée par la perte de La Havane, avait pressé les négociations et accepté de céder la Floride en échange de sa récupération. En vertu des garanties accordées par la France lors du troisième Pacte de famille, l’Espagne recevait la Louisiane en dédommagement de la Floride. Le Parlement anglais vit dans cet échange un excellent moyen pour consolider ses colonies en Amérique du Nord ; il optait aussi pour la sagesse, attendu que l’Angleterre n’était pas en mesure de conquérir le reste de l’Île (carte 1).

  • 4 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 135.

3De ces onze mois d’occupation, trois faits majeurs se dégagent, par leur singularité, et à cause des conséquences décisives qu’ils entraînèrent sur l’évolution de l’Île au sein de l’Empire espagnol. Le premier, en forme de paradoxe, consiste en ce que pour l’élite créole l’occupation britannique fut un temps de prospérité. En effet, les Anglais libérèrent le commerce cubain jusque-là entravé par une série de monopoles par lesquels la métropole entendait s’attacher sa colonie. Pour la première fois, il devenait possible de vendre et d’acheter une grande quantité et une grande variété de marchandises selon la loi du marché, loin de toute réglementation contraignante, de lourdes taxes, et autres quotas. Tous ceux qui disposaient d’un certain capital purent faire des affaires et dépenser dans les produits de consommation ou dans les investissements de plantation un argent accumulé pendant des années. Le premier de ces investissements consistait en la main d’œuvre esclave, qui, pour les planteurs de canne, n’était jusqu’alors arrivée qu’au compte-gouttes. Les négriers anglais déversèrent à flots leur « marchandise » en provenance de la Jamaïque, à l’image de John Kinnion4 qui, en une seule journée, le 23 novembre 1762, plaça 1.634 esclaves. En retour, le sucre cubain se vendit très bien aussi : la flotte anglaise le transportant plus efficacement que la Marine espagnole, en Europe et en Amérique du Nord (carte 2, p. 20).

Carte 1. – L’Amérique centrale et les Antilles au lendemain du traité de Paris de 1763

  • 5 Ainsi l’exprime Albemarle lui-même : « es absolutamente necesario por el despacho de los negocios d (...)
  • 6 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.
  • 7 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 364.

4Le deuxième fait marquant qui découle directement du premier fut la passivité, voire la collaboration d’une partie de l’élite créole avec les Albemarle. George Keppel, totalement étranger au monde havanais, ne pouvait administrer sa prise sans l’aide de quelques chefs de familles influents5. Le bon climat économique qu’il avait instauré lui permit de s’en rapprocher. Albemarle prit le titre de gouverneur de La Havane et, dès le 31 août 1762, désigna Sebastián Peñalver y Calvo de la Puerta, alors regidor perpetuo et colonel de milices, comme son lieutenant6, en alternance avec un autre regidor, Gonzalo Recio de Oquendo7. Certes, l’attitude résolument engagée de Oquendo, et bien plus encore de Peñalver, apparaît comme une exception, mais il n’en reste pas moins que, pendant que flottait l’Union Jack sur le Morro, la majorité des oligarques havanais pensait davantage à gagner de l’argent qu’à résister à l’occupant. Ils se différencièrent en cela du commun de la population havanaise qui, ayant moins d’argent que l’élite à investir en marchandises anglaises et moins de produits à leur offrir, se montra beaucoup plus réticente à cette occupation. C’est avec consternation qu’elle apprit la décision du troisième comte d’Albemarle d’exiler en Floride l’évêque Pedro Agustín Morell de Santa Cruz y Lora, dont la résistance pacifique lui était devenue insupportable.

Carte 2. – Principales villes de Cuba à l’époque moderne

  • 8 P. Deschamps Chapeaux, Los batallones de pardos y morenos libres.
  • 9 Velasco, en particulier, est entré dans la légende. Lorsque, enfin, après qu’une défense héroïque l (...)
  • 10 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 19.
  • 11 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 140.
  • 12 AGI, Indiferente General, leg. 1724.
  • 13 F. Suárez de Tangily de Angulo, Nobiliario Cubano, t. II, apéndices, p. 85.
  • 14 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.
  • 15 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 72.
  • 16 V. Cadenas y Vicent, Elenco de grandezas y títulos nobiliarios españoles.
  • 17 AGI, Santo Domingo, leg. 1477.
  • 18 AGI, Títulos, leg. 12 a, exp. Villalta.

5Toutefois, cette attitude des élites ne fut pas générale, et une autre partie déploya elle aussi une grande résistance, armée cette fois et victorieuse, contre les Anglais. Car si les milices firent piètre figure dans les premiers temps de la défense de la ville, la résistance qui s’organisa à la campagne par la suite leur permit de recouvrer leur honneur perdu. Cette résistance, qui est le troisième point important, est pourtant en partie méconnue. En effet, l’historiographie cubaine de ces dernières années, très attachée à redonner son importance à une partie de sa population pendant longtemps dépréciée, a rappelé le souvenir de la bravoure des compagnies de milices noires et mulâtres qui, seulement armées de machettes, ravagèrent les tranchées anglaises8. De même, la vaillance des troupes régulières est un fait établi : les attitudes téméraires du marquis de González et de Luis Vicente Velasco y Fernández de la Isla, ces péninsulaires qui commandaient la défense du Morro et qui préférèrent se faire tuer sur les remparts plutôt que de se rendre sont connues9. Par ailleurs, le pourcentage de pertes parle en la faveur des armées royales : bien qu’en très grande infériorité numérique, ayant à peine 2.000 hommes à opposer à l’armada britannique, il ne restait lors de la capitulation que 631 soldats en état de se battre10. En revanche, la témérité de quelques personnages de l’aristocratie créole havanaise commandant ces troupes de volontaires semble avoir suscité moins de commentaires. Il est vrai que l’âme de la résistance cubaine, José Antonio Gómez, n’appartenait pas à leur monde. C’était un ancien corsaire assagi puisqu’au moment des événements il était alcalde de Guanabacoa, une petite localité voisine ; les Cubains se souviennent de lui sous le surnom affectueux de « Pepe Antonio ». Il est resté célèbre pour avoir monté, pendant les premiers temps de la bataille, des opérations de guérilla particulièrement audacieuses contre l’envahisseur, équipant ses troupes irrégulières avec les dépouilles de l’adversaire. Malgré ces succès, il fut destitué par le capitaine général qui voulait que l’on s’en tînt à une stratégie de guerre classique. Son exemple inspira cependant deux autres chefs de milices, appartenant cette fois au monde de l’oligarchie havanaise : les colonels et regidores Laureano Chacón y Torres11 et Luis José de Aguiar12. Après la reddition de La Havane, certains de ne plus pouvoir être sanctionnés par le capitaine général, ils risquèrent leur vie, la ruine de leur famille avec une possible perte de leur plantation de canne à sucre, en entretenant victorieusement une guérilla contre un ennemi puissamment armé. Mais, dès avant la capitulation de La Havane, certains membres de l’élite havanaise, peu nombreux il est vrai, avaient fait preuve de vaillance dans la défense de la ville. Ainsi, Peñalver lui-même, avant d’accepter la désignation d’Albemarle, avait montré une attitude très courageuse lors de la défense, et avait recueilli, sur ses propriétés, des familles qui fuyaient l’avancée anglaise ; cela lui valu, le 20 juin, l’hommage du capitaine général et ses galons de colonel de milices13. Il ne changea d’attitude avec l’envahisseur que lorsque ce dernier se fut rendu maître de la ville. José Fernández de Zaldívar y Ximenez Borroto, commandant une compagnie de soixante hommes qu’il arma lui-même, mena une contre-offensive, couronnée un temps de succès14. Luis Francisco Basave y Espellosa se distingua à la tête de sa compagnie de dragons15, tandis que Francisco Tomás Franchi-Alfaro y Ponte, né en Italie mais marié depuis plus de vingt ans à La Havane, défendit avec panache les remparts de la capitale cubaine16. D’autres membres de l’élite, qui ne s’étaient pas engagés dans l’armée, contribuèrent à la bataille d’une autre façon, comme le regidor alguacil mayor, Jacinto Tomás Barreto y Pedroso, qui recruta, arma, solda et nourrit une compagnie de milices, fournit les chevaux qui manquaient à un régiment de dragons et arma nombre de ses esclaves de machettes et de piques contre l’envahisseur17. José Luis Herrera y Chacón prêta sans intérêts 72.000 pesos pour les urgences de la guerre18.

6Nul doute que cet engagement de quelques membres influents de l’élite créole havanaise dès les premiers moments de l’assaut, et durant les onze mois d’occupation, fut un élément fondamental qui explique la victorieuse résistance. Bien sûr, ce ne fut pas le seul, et certainement pas le premier. Il faut compter également avec l’avantage du terrain dont disposaient les créoles : ils en connaissaient les moindres détails, et surtout étaient beaucoup mieux acclimatés que les troupes européennes (tant anglaises qu’espagnoles). La conscience de défendre leur propre territoire était aussi une formidable motivation pour entretenir la résistance. C’était un sentiment qui transcendait les clivages de richesse ou de puissance sociale.

7Le déroulement de la prise de La Havane et la résistance créole amènent une série de questions : pourquoi une telle concentration de force de la part des Britanniques ? La Havane était-elle si bien protégée ? Qu’est-ce qui avait alors motivé l’Espagne pour vouloir défendre ainsi son port ? Pourquoi l’Espagne, lors du traité de paix, n’hésita-t-elle pas à troquer une ville contre une péninsule de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés ? Et si La Havane était si importante, comment expliquer que l’Espagne ne l’ait pas défendue avec davantage de soldats venus de la Péninsule ? Enfin, quelle était cette élite capable aussi bien d’organiser une sérieuse résistance que de collaborer sans aucune gêne apparente ? Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de s’interroger sur la place qu’occupait La Havane dans l’Empire espagnol et, pour cela, une présentation de la géographie et un rappel historique s’imposent. À cet égard, les cartes qui précèdent et celle qui suit peuvent aider à mieux rendre compte de la situation (carte 3).

Carte 3. – La région havanaise à l’époque moderne

Notes

1 On trouvera une bonne synthèse des questions militaires dans le livre de C. M. Parcero Torres, La pérdida de la Habana y las reformas borbónicas en Cuba.

2 Un récit très vivant de l’événement a été écrit par un des premiers historiens de Cuba, lequel interrogea les témoins de la prise de La Havane. A. J. Valdés, « El sitio y toma de La Habana por los ingleses ».

3 H. Thomas, Cuba, la lucha por la libertad, p. 26.

4 M. Moreno Fraginals, Cuba/España, España/Cuba, p. 135.

5 Ainsi l’exprime Albemarle lui-même : « es absolutamente necesario por el despacho de los negocios de la Ciudad de la Habana y sus dependientes que los vasallos españoles de SMB tengan un superior de su nación instruido en sus leyes y costumbres por la mejor regulación de la política de la Ciudad, y tambien a determinar en casos civiles y criminales que puedan ofrecer aun como Capitán General y Governador de esta Ysla y también lo que estaba pendiente ante el Governador antecedente o en su teniente » (AOHCH, Actas Capitulares, lib. 37).

6 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

7 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 364.

8 P. Deschamps Chapeaux, Los batallones de pardos y morenos libres.

9 Velasco, en particulier, est entré dans la légende. Lorsque, enfin, après qu’une défense héroïque lui valût l’admiration de tous, il fut blessé d’une balle anglaise, les combats s’arrêtèrent pour lui permettre d’être soigné derrière les remparts de La Havane. Les affrontements s’interrompirent de nouveau 24 heures pour son enterrement, et les Anglais se présentèrent pour lui rendre les honneurs militaires. Ils lui érigèrent un monument dans l’abbaye de Westminster, toujours visible aujourd’hui. Les Espagnols baptisèrent un navire de guerre de son nom. Charles III fit construire un monument à la mémoire du marquis de González, près de sa ville natale, à Meruelo, dans la province de Santander ; le marquis avait été tué à la baïonnette alors qu’il tenait encore la bannière royale.

10 A. J. Kuethe, Cuba, Crown, Military and Society, p. 19.

11 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 140.

12 AGI, Indiferente General, leg. 1724.

13 F. Suárez de Tangily de Angulo, Nobiliario Cubano, t. II, apéndices, p. 85.

14 AGI, Títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.

15 F. J. Santa Cruzy Mallén, Historia de las familias cubanas, t. III, p. 72.

16 V. Cadenas y Vicent, Elenco de grandezas y títulos nobiliarios españoles.

17 AGI, Santo Domingo, leg. 1477.

18 AGI, Títulos, leg. 12 a, exp. Villalta.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – L’Amérique centrale et les Antilles au lendemain du traité de Paris de 1763
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Carte 2. – Principales villes de Cuba à l’époque moderne
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Carte 3. – La région havanaise à l’époque moderne
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/14772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search