Version classiqueVersion mobile

Le planteur et le roi

 | 
Dominique Goncalvès

Remerciements

Texte intégral

1Une thèse de doctorat d’histoire peut se vivre de multiples façons. J’ai vécu la mienne comme un voyage, souvent mouvementé, toujours envoûtant. Un voyage dans le temps bien sûr, un voyage aux nombreuses escales dans l’espace aussi. Un voyage à la rencontre de l’humain surtout, des individus et des sociétés. Ce ou plutôt ces voyages — tant s’entremêlent le passé, le présent, les disparus et les vivants, les Antilles et l’Europe, les drames d’hier et les difficultés d’aujourd’hui, l’aventure personnelle et intellectuelle — n’auraient pu être entrepris sans l’aide et l’appui de nombre de personnes et d’institutions. Je tiens à les remercier ici, non pas comme une formule de politesse convenue, mais en leur témoignant une gratitude aussi simple que sincère.

2C’est dans ce qui fut la Maison des pays ibériques, située sur l’esplanade des Antilles, à l’université de Bordeaux III, qu’a germé l’idée de la recherche à entreprendre, qu’ont commencé à être tracées les grandes routes à suivre. C’est en remontant la Garonne, jusqu’à l’université de Toulouse II, que l’expédition a été organisée. Le ministère des Affaires étrangères, par une bourse Lavoisier, m’a fait bénéficier des alizés (et des cyclones) qui soufflent sur les archives havanaises, tandis que la Casa de Velázquez m’a permis d’aborder les archives sévillanes avec la joie et la sérénité des navigateurs qui, autrefois, remontant le Guadalquivir, apercevaient la Tour de l’or.

3Je tiens donc à remercier ces institutions qui m’ont permis de réaliser ce travail. Surtout, à travers elles, je voudrais rendre hommage à des personnes qui ont beaucoup compté. Michel Bertrand, tout d’abord, qui a accepté de diriger cette thèse et dont le guidage, par-delà les Pyrénées et au-delà de l’océan Atlantique, les mers de vieux papiers, la bibliographie fleuve, m’a évité bien des écueils. Jean-Pierre Dedieu a armé le navire en fournissant la technologie informatique appliquée à l’histoire, me permettant notamment de toujours évaluer ma position et ma progression. Il m’est difficile, de par leur nombre, de saluer toutes ces personnes rencontrées au fil de la navigation dans les archives, les colloques, les séminaires et lors des rencontres informelles sur les terrasses havanaise, les bodegas espagnoles, les plages martiniquaises. Chacune de ces personnes représente une escale qui m’a beaucoup appris et permis de repartir avec plus de confiance. Néanmoins, je ne peux passer sous silence les noms de Antonia Marqués Dolz (†), María del Carmen Barcia Zequeira, Arturo Sorhégui d’Mares de l’université de La Havane, Rosalía Oliva Suárez du Gabinete de Arqueología de la Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, Consuelo Naranjo Orovio et María Dolores González-Ripoll Navarro du Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Allan J. Kuethe de la Texas Tech University, Pablo Tornero Tinajero de l’université de Séville et Manuel Barcia Paz, de l’université de Leeds, et Didier Corderot, de l’IUFM d’Auvergne, tant leur contribution fut fondamentale.

4Puisse la publication de cette thèse rappeler à toutes et à tous, du monde universitaire ou non, nos bons moments partagés et appeler à des vents nouveaux pour l’accomplissement d’autres projets et aventures.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search