Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Urbanisme civique en temps de crise

 | 
Laurent Brassous
, 
Alejandro Quevedo

III. — Destinées transversales

Les édifices de spectacles d’Hispanie entre les iie et ive siècles

Laurent Brassous

Texte intégral

  • 1 Veyne, 1976 ; Edmonson, 2002 ; Gros, 1987 ; Gros, 1990.
  • 2 Les magistrats pouvaient alors bénéficier d’une somme provenant de la caisse municipale : Lex Colo (...)
  • 3 Sear, 2006, pp. 11-23. La correspondance de Pline le Jeune montre la conjonction des efforts de la (...)
  • 4 Jones, 1964, pp. 724-725 et Jacques, 1984, pp. 392-393.

1Les édifices de spectacles occupaient dans la ville antique une place majeure, car ils n’étaient pas seulement des lieux de divertissement mais également des monuments fondamentalement civiques. Lors des grandes fêtes qui rythmaient la vie de la cité, la communauté s’y rassemblait et manifestait sa cohésion, ainsi que son attachement et son dévouement au pouvoir impérial1. L’empereur ou ses proches, plus souvent les flamines provinciaux et les magistrats locaux dans la grande majorité des cités, offraient aux dieux mais aussi au peuple les spectacles ainsi que les édifices nécessaires à leur bon déroulement, dont ils finançaient également l’entretien ou la restauration, librement ou contraints par la loi2. Les cités, sur leurs fonds propres ou par l’intermédiaire de collectes publiques, ont également participé à la construction et à l’entretien des édifices qui représentaient des dépenses importantes3. Les édifices de spectacles étaient donc le lieu d’expression de la munificence de l’élite et de son ascendant sur le peuple des cités mais qui trouvait là, également, la dernière tribune de son expression politique4. L’étude de l’évolution de ces édifices est donc autant un indicateur des changements culturels, un marqueur des transformations du paysage urbain, qu’un indicateur de la vitalité d’une communauté civique.

LA PERMANENCE DES JEUX DANS L’ANTIQUITÉ TARDIVE

  • 5 Ceballos Hornero, 2004, pp. 323-324 ; Pour les munera, Gómez-Pantoja, 2009.
  • 6 CIL, II2/5, 1330 (Mesa de Lora) = AE, 1997, 836.
  • 7 AE, 1953, 21 = AE, 1962, 337 = CILA 2, 1209.
  • 8 CIL, II, 5523 = CIL, II2/7, 221. Pour certains, les lusiones sont des représentations théâtrales ((...)
  • 9 CIL, II, 1663 = CIL, II2/5, 69.
  • 10 CIL, II, 1441 = CIL, II2/5, 985 = CILA 2, 1129.
  • 11 CIL, II, 1532 = CIL, II2/5, 492.
  • 12 La table de bronze d’Italica datée de 188 (CIL, II, 6278) présente le commentaire par un sénateur (...)
  • 13 Un tel souci de limiter les dépenses apparaît encore au début du IIIe siècle (SHA, vita Alex., 43) (...)
  • 14 Présentation historiographique dans Teja, 1994.

2On a longtemps supposé que les spectacles et les édifices qui les accueillaient avaient globalement disparu de la péninsule Ibérique, à partir du IIIe siècle voire dès le IIe siècle, engloutis par la crise des cités dont les élites ruinées n’auraient plus trouvé les ressources pour assumer l’entretien des édifices et le financement des spectacles. Cette idée s’appuyait sur la disparition, à partir du IIIe siècle, de la documentation épigraphique qui rappelait les dons des évergètes, et sur quelques constats archéologiques d’abandon d’édifices, rapidement actés. La documentation épigraphique, attestant des dons d’évergètes et des représentations de spectacles, se maintient jusqu’à l’époque sévérienne5. À cette époque appartiennent probablement les inscriptions d’Oducia6 et de Lucurgentum7 en Bétique qui mentionnent encore des ludi scaenici offerts par des évergètes municipaux. Le témoignage épigraphique le plus tardif concernant l’édition de munera est une inscription de l’époque sévérienne rappelant la très généreuse évergésie d’un flamine provincial de Corduba qui offrit, pour une somme de 400 000 sesterces, à la fois des combats de gladiateurs, deux lusiones, des jeux du cirque et des statues8. Outre cette inscription, la documentation épigraphique nous informe que des ludi circenses sont encore offerts à l’époque sévérienne à Tucci9, Ostippo10 et Ulia11. De telles libéralités disparaissent ensuite de la documentation. La perte de ces traces, qui accompagne celle de l’Epigrafic habit en général, a longtemps été l’argument pour justifier l’idée d’une crise des cités et des élites qui aurait provoqué le déclin des spectacles. L’inscription d’Italica, dans laquelle Marc Aurèle règlemente le prix des munera12, fut d’ailleurs utilisée comme un argument attestant de la cherté des spectacles et donc de l’impossibilité pour les cités et leurs élites de continuer à les financer13. Les critiques portées par les chrétiens à l’encontre des spectacles et la législation tardive qui les aurait interdits, auraient parachevé leur disparition14.

  • 15 Dugast, 2007 ; Soler, Thelamon, 2008. Pour l’Hispanie Teja, 2002.
  • 16 Conc. Illiber. 3, Vives (éd.), 1963.
  • 17 Innocent Ier, epist. 3.4 (PL, 20, col. 491).
  • 18 Ville, 1960, p. 295.
  • 19 Conc. Iliber. 62, Vives (éd), 1963.
  • 20 Conc. Iliber. 2-4, Vives (éd), 1963.
  • 21 Il supposait que l’absence de condamnation de gladiateurs dans le concile d’Iliberri, alors que le (...)
  • 22 Witschel, 2009, pp. 478-483.
  • 23 Ainsi Constantin, en 325, a condamné moralement ces cruenta spectacula, en interdisant la condamna (...)

3Il est toutefois bien établi que les spectacles n’ont pas disparu à l’époque tardive15. Les actes du concile d’Iliberri et la correspondance pontificale témoignent clairement de l’opposition des chrétiens à ces spectacles mais indiquent aussi par là leur maintien et leur financement par les élites locales, dans la péninsule Ibérique au IVe siècle. Le canon 3 du concile d’Iliberri16, en condamnant les flamines qui auraient sacrifié après avoir offert un munus, indique que les élites locales continuent au IVe siècle de financer ces spectacles. Une lettre d’Innocent Ier aux évêques espagnols, dans laquelle il s’indigne que ceux qui avaient offert des jeux au peuple soient devenus des évêques, confirme cette idée17. Des jeux sont donc encore offerts par les élites au IVe siècle dans les cités. Il semble que l’opposition chrétienne, de Tertullien à Lactance, qui visait d’abord les pratiques païennes qui les entouraient, a rencontré peu de succès18. Cette opposition est marquée dans les canons du concile d’Iliberri par la condamnation déjà citée, mais également par l’obligation faite aux pantomimes et aux auriges de cesser l’exercice de leur art une fois convertis19 et l’exclusion de la communauté chrétienne de celles qui les épousaient20. Ces condamnations témoignent encore en faveur de la permanence de représentations théâtrales et des courses de chars au moins en Bétique au IVe siècle, sinon dans l’ensemble de la péninsule Ibérique. Si elles ne disent rien de la gladiature, comme l’a fait remarquer en son temps G. Ville, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle a disparu des provinces21. Selon lui, la gladiature aurait disparu d’Occident au IIIe siècle où elle aurait souffert des invasions. Comme l’impact des invasions doit être aujourd’hui fortement nuancé, la cause de sa prétendue disparition doit être revue22, d’autant que la gladiature a perduré ailleurs. Jusqu’à la fin du IVe siècle, plusieurs édits ont limité progressivement les munera en posant ainsi des contraintes toujours plus fortes sur le recrutement des gladiateurs, sans les interdire toutefois23.

  • 24 Ville, 1981, p. 15 ; idée nuancée par Benoist, 2008, p. 19.
  • 25 Inglebert (éd.), 2005, p. 406.
  • 26 Dumazy, 2008, p. 78.
  • 27 Selon Teja, 2002, pp. 166-167, la disparition des témoignages à partir du IIIe siècle en Hispanie (...)

4Dans l’ensemble, il y eut peut-être une laïcisation des jeux et un progressif abandon des cérémonies païennes ou du moins un désintérêt pour celles qui leur étaient liées24, mais nullement une disparition des spectacles. Le nombre des représentations a peut-être baissé25, encore que cela soit difficile à estimer en raison de l’altérité des sources entre le Haut et le Bas-Empire. En effet, les inscriptions du Haut-Empire, qui permettent de dénombrer les dons des évergètes et donc des spectacles, ont disparu au cours du IIIe siècle alors que la générosité de ces élites ne s’est pas éteinte comme nous venons de le voir. Mais la documentation tardive écrite ne permet pas d’avoir une approche quantitative. Alors quelles étaient l’ampleur et la diffusion de ces spectacles après le IIIe siècle ? En Gaule, les spectacles attestés ont été essentiellement offerts par les empereurs et ils ont eu lieu dans les grandes villes, sièges de l’administration provinciale (Trêves, Arles ou Vienne)26. Les provinces d’Hispanie s’inscrivent-elles dans ce schéma comme certains l’ont suggéré27 ? Les sources littéraires ou épigraphiques ne permettent pas d’apporter une réponse assurée. L’étude de la documentation archéologique bien que parcimonieuse mais plus révélatrice de la diversité régionale, s’avère alors nécessaire pour répondre à ces questions.

UNE DISTRIBUTION INÉGALE DES DÉCOUVERTES

  • 28 22 théâtres selon Ceballos Hornero, 2007, p. 438 ; 23 théâtres selon Sear, 2006, pp. 101-102. Il f (...)
  • 29 L’existence d’un théâtre est supposé dans les villes suivantes d’après des inscriptions : Aurgi (C (...)
  • 30 Une représentation théâtrale est attestée à Gades par Cicéron (Cic. Ad fam. 10.32.2) mais elle a p (...)
  • 31 Ainsi Agrippa lui-même est-il intervenu dans l’achèvement des travaux du théâtre d’Emerita (CIL, I (...)
  • 32 Melchor Gil, 1994.

5À ce jour, une vingtaine de théâtres ont livré des vestiges28 ; d’autres sont supposés d’après le parcellaire ou des inscriptions mentionnant des ludi scaenici29 (fig. 1). Les plus anciens théâtres permanents pourraient être ceux de Gades et d’Aecinipo, qui auraient été édifiés à la fin de l’époque républicaine30. À partir de l’époque augustéenne, la construction des théâtres s’est accélérée, encouragée par l’empereur et/ou ses proches31 et portée par les ambitions municipales des élites locales qui suivaient l’exemple romain32. Tous les théâtres connus de la péninsule Ibérique semblent

FIG. 1. — Les théâtres connus ou supposés de l’Hispanie romaine

  • 33 Ceballos Hornero, 2007, p. 439. L’exception pourrait être le théâtre de Baetulo, récemment découve (...)
  • 34 14 édifices selon Ceballos Hornero, 2007, p. 438. On consultera avec profit les diverses contribut (...)
  • 35 Bendala Galán, Durán Cabello, 1994 ; Durán, 1998, pp. 253-259.
  • 36 Ceballos Hornero, 2007, p. 439. Tarraco, dans Dupré i Raventós (éd.), 1990, pp. 196-198 ; Italica  (...)

6construits au cours du Ier siècle33. Ils sont essentiellement répartis dans le sud et le nord-est de la Péninsule. Les villes des conventus du Nord-Ouest ne paraissent pas, en l’état actuel de nos connaissances, avoir connu ce type d’édifice. Il paraîtrait étonnant que cette répartition soit le seul fruit du hasard des découvertes. Il semble nécessaire d’admettre que les villes des régions nord-occidentales, plus tardivement romanisées, n’ont pas, ou peu, connu ce type d’édifice qui serait caractéristique d’une urbanisation précoce ou alors, mais cela ne peut-être qu’une hypothèse, seulement de façon anecdotique et rudimentaire avec des édifices provisoires. Les vestiges de plus d’une dizaine d’amphithéâtres ont à ce jour été découverts, mais la documentation épigraphique et le tracé du parcellaire permettent de supposer l’existence d’un nombre au moins double de ces bâtiments (fig. 2)34. L’amphithéâtre augustéen d’Emerita paraît être l’un des plus précoces35. La majorité des autres édifices semble construite au Ier siècle. Seuls les amphithéâtres de Tarraco et d’Italica pourraient dater du début du IIe siècle36. Leur répartition est plus homogène que celle des théâtres, atteignant ainsi la Lusitanie et le Nord-Ouest. Le nombre relative-

  • 37 Carte établie d’après la lecture critique des inventaires de : Piernavieja, 1977, pp. 133-140 ; Hu (...)
  • 38 Piernavieja, 1977, pp. 83-148, mis à jour par Ceballos Hornero, 2004.
  • 39 Humphrey, 1986, p. 337.
  • 40 Nogales Basarrate, 2008, p. 162.
  • 41 Ruiz de Arbulo, Cebrián, Hortelano, 2009, pp. 99-101.

7ment important de cirques connus dans la péninsule Ibérique (fig. 3)37, comparé à celui des autres provinces, ainsi que de très nombreuses inscriptions38, témoigne du succès rencontré par les ludi circenses en Hispanie39. Ces monuments, à l’exception de celui Tarraco et de l’édifice mal connu de Callagurris, ont essentiellement été mis au jour dans une grande moitié sud de la péninsule. Ils ont été majoritairement construits au cours des Ier et IIe siècles. Les trois capitales provinciales paraissent avoir été dotées très tôt de ces édifices40. La construction du cirque de Segobriga n’aurait jamais été achevée, mais cela n’aurait nullement empêché le déroulement de spectacles41. La carte proposée de répartition des cirques tend à surreprésenter les régions où la pratique épigraphique était forte, toutefois il paraît encore étonnant que peu d’édifices aient été découverts dans le nord. Cette différence est-elle la conséquence de l’utilisation plus fréquente de structures précaires qui n’auraient pas laissé de trace dans le nord-ouest ou encore d’un manque d’intérêt des populations de ces régions pour ce type de spectacle ? Sur ce point, les questions restent ouvertes.

FIG. 2. — Les amphithéâtres connus ou supposés de l’Hispanie romaine

FIG. 3. — Les cirques connus ou supposés de l’Hispanie romaine

ABANDON, DÉGRADATION ET RESTAURATION

  • 42 Ce fût le cas à Tarragone (Mar Medina, Roca, Ruíz de Arbulo, 1993, p. 11).

8Cerner l’évolution de ces édifices est encore difficile, car les données stratigraphiques ne sont pas toujours disponibles. Beaucoup ont été dégagés précocement, quand l’intérêt des chercheurs se portait essentiellement vers le bâtiment original et la date de sa construction, et non sur les niveaux d’abandon ou de réoccupation. Souvent ces derniers ont été endommagés par des constructions modernes42. Des recherches plus récentes fournissent néanmoins quelques données intéressantes.

Les théâtres

  • 43 Ramallo, Asensio, Ruiz Valderas, 1998, pp. 122-123.
  • 44 Mar Medina, Roca, Ruíz de Arbulo, 1993, p. 18.
  • 45 Des sondages dans l’hyposcaenium du théâtre paraissent confirmer que l’édifice est déjà abandonné (...)
  • 46 Martín Bueno, Nuñez Marcén, 1993, pp. 131-132.
  • 47 Abascal Palazón, Almagro Gorbea, Cebrián Fernández, 2005, p. 13.
  • 48 Jiménez Salvador, 1993, p. 233.
  • 49 Rodríguez Gutiérrez, 2004, p. 193. Des structures de production de garum auraient été construites (...)
  • 50 Ventura Villanueva et alii (éds.), 2002, pp. 138-143.
  • 51 Sillières, 1995, p. 144. M. Ponsich et S. de Sancha situaient son abandon au cours du Ier siècle. (...)
  • 52 Sillières, 1995, p. 144.
  • 53 AE, 1915, 33 = AE, 1935, 4 = HEp 13, 2003/2004, p. 33.
  • 54 Durán Caballo, 1998.
  • 55 Rodríguez Gutiérrez, 2004, pp. 297-301.
  • 56 Ibid., pp. 393-394.
  • 57 R. Corzo le date du IIe siècle (Corzo Sánchez, 1993, pp. 166-168), mais O. Rodríguez suggère de pl (...)
  • 58 Rodríguez Gutiérrez, 2004, pp. 301-303.
  • 59 Hernández, 1988, p. 106.
  • 60 Les propositions récentes doivent être confirmées (Diarte Blasco, 2013).
  • 61 Beltrán Lloris, 1993, pp. 104-106 et 110-111.
  • 62 Ce phénomène est connu surtout en Orient où l’amphithéâtre n’a pas rencontré un franc succès (Robe (...)
  • 63 Collart, 1928, pp. 114-124.
  • 64 Gutiérrez Behemerid et alii, 2006.
  • 65 Palol Salellas, 1982, p. 68.
  • 66 Voir toutefois les réserves de Gómez-Pantoja, 2009, n° 47, p. 34.

9Certains ont été rapidement abandonnés ou dégradés. Dans le théâtre de Carthago Nova, les niveaux d’abandon ont été repérés sur le parascaenium oriental et dans l’intérieur du fossé de l’hyposcaenium. Sur l’orchestra, ces niveaux sont peu représentés ce qui pourrait suggérer une dégradation de l’édifice avant son abandon complet. Il semblerait que l’édifice soit donc en voie de désaffection à partir du IIe siècle. La dégradation du théâtre est contemporaine de la contraction urbaine observée dans cette ville à partir de la seconde moitié du IIe siècle43. L’abandon du théâtre de Tarraco est également daté de la fin du IIe siècle44. Mais il faut prendre avec prudence cette interprétation qui se fonde essentiellement sur le colmatage d’une canalisation d’évacuation des eaux du parascenium oriental avec du matériel daté de la fin du IIe siècle. L’édifice pourrait continuer à avoir fonctionné mais dans un certain état de délabrement. L’abandon du théâtre d’Acinipo est daté, lui, des IIe/IIIe siècles d’après le comblement de l’hyposcaenium45. Celui du théâtre de Bilbilis est situé au IIIe siècle, cette conclusion est essentiellement fondée sur l’absence de découverte de matériel tardif dans le théâtre, et déduite du déclin supposé de la ville au cours du IIIe siècle46. La date supposée de l’abandon du théâtre de Segobriga au IIIe siècle, est avancée pour les mêmes raisons47. La chronologie de l’abandon du théâtre de Malaca, parfois placée au IIIe siècle48, est peut-être postérieure d’un siècle49. La destruction du théâtre de Corduba, dont les fouilleurs suggèrent qu’elle serait liée au déclenchement d’un séisme, est bien datée archéologiquement et peut être fixée dans la seconde moitié du IIIe siècle50. La même cause aurait provoqué l’abandon du théâtre de Baelo, ville dont la destruction au IIIe siècle est également attribuée à un séisme51. La découverte d’une tombe du IVe siècle dans la fosse de la scène indique que le théâtre n’était plus en usage à cette date. Par la suite, la cavea est également investie par des habitats tardifs52. Ailleurs, des modifications observées dans plusieurs théâtres semblent indiquer la permanence de l’édifice comme lieu de spectacle ou au moins de réunion. Une inscription signale la restauration du théâtre d’Emerita vers 333-337 par l’administration provinciale53, travaux qui pourraient correspondre à la fermeture de la versura orientale du théâtre par une construction en briques54. Le théâtre d’Italica, embelli entre la fin du IIe siècle et le début du IIIe siècle, fut équipé d’un nouveau mécanisme de scène dans le courant du IIIe siècle, utilisant en remploi des blocs portant des inscriptions de l’époque sévérienne55. En revanche, à la fin du IIIe siècle, le parascaenium nord est envahi par une activité artisanale56. Au cours de ce siècle, le porticus postscaenam est également investi par des activités marchandes et un Iseum, construit dans l’aile septentrionale57. Mais ces activités ne sont pas incompatibles avec l’utilisation de l’édifice et elles témoignent même de la fréquentation du lieu. Le théâtre paraît définitivement abandonné seulement dans la deuxième moitié du IVe siècle58. À Saguntum, dont l’abandon du théâtre ne peut pas être situé avec précision, les mécanismes assurant le fonctionnement du rideau sont hors d’usage entre la fin du IIe siècle et le début du IIIe siècle. Les fouilleurs pensent que cette transformation est probablement le signe que le théâtre accueillait des combats de gladiateurs59. Les transformations observées dans le théâtre de Caesaraugusta sont également mises en rapport avec une utilisation du lieu pour des munera ou des venationes, d’autant que dans cette ville, comme à Saguntum, aucun amphithéâtre n’a été découvert à ce jour60. À partir du IIIe siècle, quelques temps après la construction d’un podium au cœur de l’orchestra dont la fonction reste inconnue, ce théâtre semble avoir servi de carrière de pierre et un conduit d’évacuation des eaux est bouché. Au IVe siècle, les gradins inférieurs ainsi que le podium sont en parties démontés et recouverts par du sable (fig. 4). Il a donc également été proposé que l’orchestra aurait été transformée en arène afin d’accueillir des combats de gladiateurs61. Ces propositions, suscitées par des parallèles observés ailleurs62, manquent toutefois d’un fondement incontestable prouvant la qualité nouvelle des représentations. En effet, quelles protections auraient offertes ces installations aux personnes venues assister à de tels spectacles63 ? Les exemples orientaux nous montrent l’édification d’un mur entre l’orchestra et la cavea dans lequel se distinguent les trous d’installation des barrières ou des filets. Or, à Caesaraugusta, les premières lignes de gradins sont démontées et semblent seulement avoir été recouvertes par du sable. Cela suppose un rehaussement du niveau de l’orchestra qui n’induit pas de dénivelé significatif entre celle-ci et les premiers rangs. Or, traditionnellement, les gradins inférieurs sont démontés afin de marquer une séparation nette entre la cavea et l’orchestra transformée en arène. De la même façon le seul constat de l’abandon des mécanismes de scène du théâtre de Saguntum ne permet pas de dire que le théâtre accueillait des combats de gladiateurs. Pourquoi ne s’agirait-il pas d’une simple dégradation de l’édifice et donc de la qualité des spectacles ? En revanche, les transformations du théâtre de Clunia, longtemps surnommé El torril par la toponymie, s’accorderaient plus sûrement avec l’introduction de munera ou venationes dans l’édifice64. En effet, les rangs inférieurs de la cavea ont été supprimés, jusqu’à la hauteur des aditus afin de créer un mur de séparation entre les gradins et l’orchestra (fig. 5)65. Une plaque, conservée au centre de l’orchestra, portant une inscription avec la mention des consuls suffects de l’année 169, pourrait célébrer ce nouvel aménagement66 car elle porte en effet la trace d’un anneau dont l’usage pourrait avoir eu un lien avec des venationes.

FIG. 4. — Théâtre de Caesaraugusta. En gris, le sable déposé sur l’arène au IVe siècle jusqu’au niveau du deuxième gradin de la ima cauea (d’après BELTRÁN LLORIS, 1993, pp. 102-105)

FIG. 5. — Théâtre de Clunia. En pointillés : la partie basse de la cavea démontée (dans l’Antiquité ?) a été reconstruite lors de la restauration moderne, mais indiqué par un décalage des gradins (cliché L. BRASSOUS)

Les amphithéâtres

  • 67 Ramallo Asensio, 1989, p. 123. Les fouilleurs paraissent se fonder sur l’absence de matériel plus (...)
  • 68 Sánchez-Lafuente Pérez, 1994, p. 182.
  • 69 Ibid.
  • 70 Vaquerizo Gil, Murillo Redondo, 2010, p. 278.
  • 71 Correia, 1994, pp. 337-338.

10L’abandon de l’amphithéâtre de Carthago Nova pourrait être le plus précoce pour ce type d’édifice dans la péninsule Ibérique. La datation de cet abandon est toutefois à considérer avec précaution car elle ne repose que sur la simple considération que l’édifice est situé dans les quartiers abandonnés à cette époque, sans plus de données provenant de l’édifice lui-même67. Les abandons d’amphithéâtre sont plus souvent situés dans les siècles suivants. L’amphithéâtre de Segobriga aurait été détruit par un incendie au IIIe siècle68. Aucune donnée stratigraphique publiée ne vient confirmer cette datation qui pourrait bien être liée à la vision historiographique traditionnelle qui plaçait à cette époque la destruction des villes hispaniques et de leurs monuments. L’amphithéâtre semble occupé dans la seconde moitié du IVe siècle par des habitats «  rustiques »69. S’il n’a donc pas été désaffecté dans le courant du IIIe siècle, il y a tout lieu de penser que l’abandon s’est produit au plus tard au milieu du IVe siècle. Il semble que l’amphithéâtre de Cordoue, dont une partie très limitée des vestiges vient d’être récemment mise au jour, a été rapidement abandonné entre les IIIe et IVe siècles70. Son abandon est marqué tout d’abord par l’effondrement de la couverture d’un ambulacrum qui s’accompagne du démantèlement de la summa et de la media cavea. L’édifice est devenu une carrière de matériaux dans la première décennie du IVe siècle. L’abandon de l’amphithéâtre de Conimbriga est également situé avant la fin du IIIe siècle ou le début du IVe siècle, car il aurait précédé la construction de la muraille tardive qui le chevauche en partie (fig. 6)71.

FIG. 6. — Vestiges connus et supposés de l’amphithéâtre de Conimbriga. En pointillé : la restitution du tracé supposé ; en gris : la muraille tardive de la ville (d’après CORREIA, 1994, p. 341)

  • 72 Brassous, 2011, p. 283.
  • 73 Sánchez-Lafuente Pérez, 1994, p. 180.
  • 74 «  Dos espejos de bronce, varios anillos del mismo metal más dos piezas de aplicación, también en (...)
  • 75 Sanmartí-Grego et alii, 1994, p. 120.
  • 76 Aquilué Abadías et alii, 1984, p. 143.
  • 77 L’absence de ces données est signalée par Corzo Sánchez, 1994, p. 203.
  • 78 Cerrillo Martín, 1994, p. 320.
  • 79 Frade, Portas, 1994, p. 355.
  • 80 RIT, 84.
  • 81 Dupré i Raventos (éd.), 1990, p. 198.
  • 82 Musurillo, 1972, pp. 176-185.
  • 83 RIT, 98 et 99.
  • 84 Dupré i Raventos (éd.), 1990, p. 203.
  • 85 Durán Caballo, 2004.
  • 86 Chastagnol, 1976.

11Cependant, cette datation fondée sur une chronologie relative soulève une difficulté, car la datation de la muraille est encore incertaine72 et donc celle de l’abandon de l’amphithéâtre l’est également. L’abandon de l’amphithéâtre de Carmo, également situé au IIIe siècle, paraît plus approximatif encore. Il est fixé d’après la découverte en 1970 dans la cavea73 d’une tombe datée de la fin du IIIe siècle ou du début du IVe siècle, dont le matériel interdit toutefois d’être aussi précis74. Cette datation de l’abandon au IIIe siècle paraît donc douteuse. L’évolution de l’amphithéâtre d’Emporiae qui semble avoir été construit au milieu du Ier siècle75, n’est pas connue mais il doit avoir été abandonné au plus tard avec le reste de la ville dans la seconde moitié du IIIe siècle76. Le déblaiement de l’amphithéâtre d’Italica77 et les fouilles de l’amphithéâtre de Capara78 n’ont pas laissé de renseignements sur la chronologie d’abandon de ces édifices. En revanche, l’amphithéâtre de Bobadela semble avoir été abandonné plus tardivement, dans le courant du IVe siècle, avant qu’il ne soit définitivement détruit par un incendie à la fin de ce siècle79. Cette datation est obtenue par la découverte de céramique africaine sigillée de type D dans les niveaux de cendres qui couvrent l’arène. L’évolution et les transformations de l’amphithéâtre de Tarraco sont mieux connues. La restitution de l’inscription du podium par G. Alföldy indique que l’édifice a bénéficié d’une restauration grâce à une évergésie impériale de l’empereur Élagabale dans le premier tiers du IIIe siècle80, confirmée par l’archéologie81. L’édifice servait encore aux exécutions publiques dans la seconde moitié du IIIe siècle, puisque il fut le lieu du martyre de l’évêque Fructuose et des diacres Augurus et Eulogius brûlés dans l’amphithéâtre, le 1er janvier 25982. Deux inscriptions datées de la première moitié du IVe siècle – probablement dédiées à Licinius et Constantin – pourraient indiquer une nouvelle restauration de l’édifice à cette époque83. Il ne paraît abandonné qu’au Ve siècle, et sur ses ruines fut édifiée au VIe siècle une basilique dédiée aux martyrs chrétiens84. L’évolution de l’amphithéâtre d’Emerita est moins bien connue85. La date de son abandon ne peut être précisée, mais elle pourrait être postérieure à la première moitié du IVe siècle, quand les autorités provinciales s’évertuent alors à restaurer le théâtre et le cirque de la ville86.

Les cirques

  • 87 Pereira do Vale, 2001.
  • 88 Ibid. p. 135.
  • 89 Une ampoule de verre incolore datée du IIIe siècle serait l’objet le plus tardif. L’absence de des (...)
  • 90 Almeida, 1969, pp. 179 et 181.
  • 91 Biers (éd.), 1988, pp. 41-43.
  • 92 Ibid., p. 43.
  • 93 Dupré i Raventos (éd.), 1990, p. 65.
  • 94 Ribera i Lacomba, 1998, pp. 336-337.
  • 95 Ruiz de Arbulo, Cebrián, Hortelano, 2009, p. 101.
  • 96 AE, 1927, 165 = AE, 1975, 472. Chastagnol, 1976 ; Ceballos Hornero, 2004, pp. 609-613, n° 148.
  • 97 Sánchez-Palencia, Montavo, Gijón, 2001, p. 93.
  • 98 Ruiz Lara et alii, 2003.
  • 99 Ibid.
  • 100 CIL, II, 5523 = CIL, II2/7, 221. Cette inscription est datée par les éditeurs, d’après la paléogra (...)
  • 101 Hidalgo Prieto, 1999.

12Le cirque d’Olisippo pourrait être le seul monument de spectacle hispanique construit dans le courant du IIIe siècle. Des opérations préventives ont permis de découvrir dans la ville un large bassin, identifié comme un euripus, construction qui agrémentait la spina des grands cirques87. De l’autre côté du mur, des niveaux de terre battue semblent correspondre à l’arène. Le matériel archéologique étant peu significatif, la datation proposée reste discutable, car elle est fondée sur deux arguments incertains de chronologie relative88. D’une part, le cirque aurait été construit sur une nécropole dont l’abandon est situé au cours du IIIe siècle, mais cette date est douteuse en raison de l’imprécision portant sur la chronologie du matériel sur lequel elle est fondée89. D’autre part, l’approvisionnement en eau de tels bassins n’aurait été possible que grâce à la présence d’un aqueduc dont le seul connu a Olisippo est traditionnellement daté du IIIe siècle, mais sans argument convaincant90. La datation de ce cirque, dans l’état actuel de la documentation, paraît donc hypothétique. La restauration du cirque de Mirobriga vers le milieu du IIIe siècle semble mieux assurée. Sa construction présente au moins deux phases que marque la discontinuité du mur de soutien du podium sur ses deux côtés91. La première, située entre le Ier siècle et le début du IIe siècle, serait celle de la construction proprement dite du monument. La seconde, située vers le milieu du IIIe siècle, d’après la découverte d’une monnaie de Sévère Alexandre dans la tranchée de fondation du nouveau mur, correspondrait au doublement du podium de la moitié nord. L’abandon du cirque est situé après les IVe/Ve siècles92. À Tarraco, l’absence de niveau entre le IIe siècle et le milieu du Ve siècle paraît indiquer que le cirque est fonctionnel entre ces deux dates. Il semble en voie d’abandon à partir du milieu du Ve siècle93. L’abandon du cirque de Valentia est placé seulement aux Ve/VIe siècles94. Celui du cirque de Segobriga n’est pas situé avec précision, mais il est envahi par des sépultures à l’époque islamique95. La documentation archéologique n’a pas permis de dater l’abandon du cirque de Saguntum dont l’utilisation est supposée au moins jusqu’aux Ve/VIe siècles, essentiellement d’après des considérations générales sur la popularité des courses dans l’Antiquité tardive. À Emerita, la documentation épigraphique nous apprend que le cirque, endommagé par le temps (circum vetustate conlapsum), a été restauré entre 337 et 34096. Il est difficile de savoir d’après cette indication si l’état du cirque empêchait son utilisation. L’expression n’était peut-être qu’un pathos épigraphique destiné à valoriser la nécessité de la restauration. Menée sous l’autorité du comte des Espagnes et du gouverneur de la province de Lusitanie, elle incluait l’élévation de colonnes, l’adjonction de nouveaux ornements et d’une adduction d’eau (ou d’un drain). L’abandon du cirque est donc postérieur au milieu du IVe siècle. Les données archéologiques paraissent insuffisantes pour déterminer la date exacte de cet abandon97. Signalons enfin l’abandon du cirque de Corduba, situé à la fin du IIe siècle.98 Une datation qui paraît bien précoce pour un édifice construit au Ier siècle99 dans une ville d’une telle importance, dans la riche province de Bétique, d’autant que des ludi circenses et l’embellissement du cirque par des statues sont mentionnés par une inscription datée de l’époque sévérienne100. Mais lors de la fouille de l’édifice, la précocité de l’abandon n’a pas paru gênante, car il était traditionnellement admis qu’un second cirque existait à l’ouest de la ville101 où auraient pu se dérouler les courses offertes par le flamine provincial et mentionnées par l’inscription de l’époque sévérienne. Or, depuis cette date l’existence du prétendu cirque occidental a été infirmée par la découverte à son emplacement supposé, d’un amphithéâtre, lui même jusqu’alors supposé situé au sud-est du théâtre. Il n’y aurait donc pas de deuxième cirque, et l’inscription pose problème. Si le cirque a bien été abandonné sans être remplacé, ce serait un signe de crise bien précoce dans une ville aussi importante que Corduba.

Conclusion

  • 102 Pour cette ville, l’abandon au IIe siècle est traditionnellement accepté, mais nous avons signalé (...)
  • 103 Dupont, 1985, p. 391. Sur un type de spectacle très populaire dans l’Antiquité tardive, Webb, 2006
  • 104 Dugast, 2007, pp. 12-13.
  • 105 Humphrey, 1986, p. 579.

13Quelques abandons de théâtres relativement précoces, comme dans le chef-lieu de conventus Carthago Nova ou dans la capitale provinciale Corduba, parfois sous l’effet de causes probablement externes, sont bien signalés mais la majorité d’entre eux apparaît plutôt simplement dégradée au cours du IIIe siècle. Cette évolution est observée aussi bien dans des capitales provinciales comme Tarraco102, que dans un chef-lieu de conventus comme Caesaraugusta ou de simples cité comme Italica voire Saguntum. Si les espaces élémentaires pour la tenue de spectacles que sont la cavea ou l’orchestra subsistent, les parties annexes et techniques et probablement secondaires sont souvent dégradées. Faut-il alors considérer l’absence d’un mécanisme permettant la montée du rideau comme l’indice de la disparition des ludi scaenici ? Ces spectacles n’ont probablement pas disparu dans la péninsule Ibérique comme en témoignent les actes du concile d’Iliberri cités précédemment, mais la mention de pantomime qui s’y trouve témoigne d’une transformation de la qualité des spectacles. La pantomime ne fut pas la forme la plus développée des représentations théâtrales et plaisait à un public populaire moins exigeant103. De telles représentations ont donc pu se maintenir dans les théâtres dont il faut reconnaître que la qualité esthétique s’est probablement dégradée puisque les mécanismes de scène sont souvent endommagés ou hors d’usage. Il est cependant difficile d’assurer que dans les théâtres hispaniques se déroulaient des munera ou des venationes. En revanche, de simples rassemblements, peut-être du populus, ont pu encore se tenir dans ces lieux mais dans un cadre dégradé104. De tels rassemblements restent toutefois hypothétiques et il n’y en a aucune mention pour l’Hispanie. Il a été plus difficile de suivre l’évolution des amphithéâtres en raison d’une documentation très lacunaire. Rappelons seulement que tous ne paraissent pas abandonnés au début du IVe siècle. À quelques exceptions près, l’abandon des amphithéâtres paraît s’inscrire dans une période postérieure à celle des théâtres, vers les IIIe/IVe siècles, mais dans l’ensemble, les informations archéologiques sont souvent floues ou suspectes. Remarquons que l’abandon de ces édifices fut souvent lié à des conditions locales d’urbanisme comme à Carthago Nova ou Emporiae, ce qui exclut de considérer cet abandon comme la traduction d’un désintérêt général pour les munera. Par ailleurs, les cas de Tarraco, Corduba, Carthago Nova ou Bobadela, soulignent également que la conservation ou l’abandon de l’édifice ne sont pas liés à un statut administratif (résidence du gouverneur ou chef-lieu de conventus) ou juridique (colonie ou municipe) particulier. L’évolution des cirques a pu être observée plus nettement. Les découvertes archéologiques confirment ce que suggérait déjà la documentation littéraire ou figurative, à savoir que le cirque n’a pas perdu de son attrait dans les villes hispaniques dans l’Antiquité tardive puisque nombre d’entre eux seront encore debout jusqu’aux IVe/Ve siècles, même s’il ne semble pas y avoir eu de constructions nouvelles au IVe siècle, période majeure de construction de cirque dans l’empire105. Au IIIe siècle, le cirque de Mirobriga est clairement restauré, celui d’Olisippo a peut-être été construit. Le cirque d’Emerita est restauré dans la première moitié du IVe siècle. L’exception est le cirque de Corduba, capitale de la Bétique, qui pourrait avoir été abandonné précocement au IIe siècle.

14Dans l’ensemble, les édifices de spectacle ne paraissent pas avoir disparu massivement entre les IIe et IVe siècles. Le meilleur maintien des cirques par rapport aux autres édifices pourrait signaler un plus grand intérêt des populations pour les ludi circenses au dépend des autres spectacles. Dans les villes où les édifices se maintiennent et où des jeux sont encore offerts, il n’est pas invraisemblable de penser que les fêtes et les célébrations qui s’y déroulaient sont encore restées des vecteurs de la cohésion de la communauté urbaine et civique. Il ne paraît donc pas possible de parler de crise générale des cités à partir de cette unique documentation. Par ailleurs, bien que les seules restaurations d’édifices de spectacles bien attestées par l’épigraphie, entre les IIIe et IVe siècles, proviennent respectivement de Tarraco et d’Emerita, deux capitales provinciales, la documentation archéologique indique que l’abandon, l’entretien ou la rénovation de ces édifices n’a pas dépendu pas nécessairement du rôle administratif de la ville.

  • 106 Pérez Centeno, 1999, pp. 424 et 433.

15Il convient toutefois de souligner que, si les bâtiments de spectacles sont dans l’ensemble conservés, dans un état de délabrement peut-être plus ou moins avancé selon les villes et les catégories d’édifices, peu voire aucun monument n’a été construit après le IIe siècle. Les cités vivaient alors sur un patrimoine ancien. L’idée que celles-ci étaient déjà équipées et qu’il n’était plus nécessaire de construire de nouveaux édifices a souvent été avancée, surtout pour tenter de nuancer la notion de crise des villes au IIIe siècle106. Si elle est exacte, cette remarque montre toutefois que, si le goût pour les spectacles n’a pas disparu, la croissance démographique de ces villes a été au mieux nulle, car les capacités des édifices déjà en place sont restées suffisantes — l’unique exception serait le cirque de Mirobriga. Cette idée porterait donc en elle la marque de la stagnation urbaine générale des villes hispaniques. L’histoire des monuments de spectacle entre le IIe et le IVe siècles ne serait pas alors le signe d’une crise économique et politique généralisée de la cité hispanique mais plutôt celui de la perte de dynamisme de la péninsule, dans laquelle l’histoire singulière des différents monuments témoigne surtout des réussites ou des difficultés locales.

Notes

1 Veyne, 1976 ; Edmonson, 2002 ; Gros, 1987 ; Gros, 1990.

2 Les magistrats pouvaient alors bénéficier d’une somme provenant de la caisse municipale : Lex Coloniae Genetivae § 70 et 71 (Crawford, 1996, n° 25, pp. 393-454). Ville, 1981, pp. 175-177 et Gómez-Pantoja, 2009, pp. 35-42, n° 1.

3 Sear, 2006, pp. 11-23. La correspondance de Pline le Jeune montre la conjonction des efforts de la communauté et des particuliers sous la surveillance du gouverneur, lors de la construction d’un nouveau théâtre à Nicée (Pline, Epist. 10.98).

4 Jones, 1964, pp. 724-725 et Jacques, 1984, pp. 392-393.

5 Ceballos Hornero, 2004, pp. 323-324 ; Pour les munera, Gómez-Pantoja, 2009.

6 CIL, II2/5, 1330 (Mesa de Lora) = AE, 1997, 836.

7 AE, 1953, 21 = AE, 1962, 337 = CILA 2, 1209.

8 CIL, II, 5523 = CIL, II2/7, 221. Pour certains, les lusiones sont des représentations théâtrales (Ventura, 1996, p. 92), pour d’autres de simples «  jeux » du cirque (Curchin, 1990, p. 146, n° 93) ou une forme particulière de munera (Gómez-Pantoja, 2009, pp. 78-79, n° 11).

9 CIL, II, 1663 = CIL, II2/5, 69.

10 CIL, II, 1441 = CIL, II2/5, 985 = CILA 2, 1129.

11 CIL, II, 1532 = CIL, II2/5, 492.

12 La table de bronze d’Italica datée de 188 (CIL, II, 6278) présente le commentaire par un sénateur d’un discours de Marc-Aurèle qui limite le prix des combats de gladiateurs. Commentaires et bibliographies détaillées dans Ceballos Hornero, 2004, pp. 162-178 ; Gómez-Pantoja, 2009, pp. 44-66, n° 3.

13 Un tel souci de limiter les dépenses apparaît encore au début du IIIe siècle (SHA, vita Alex., 43) et dans deux édits des IVe et Ve siècles (CTh., 15.9.1 et 2).

14 Présentation historiographique dans Teja, 1994.

15 Dugast, 2007 ; Soler, Thelamon, 2008. Pour l’Hispanie Teja, 2002.

16 Conc. Illiber. 3, Vives (éd.), 1963.

17 Innocent Ier, epist. 3.4 (PL, 20, col. 491).

18 Ville, 1960, p. 295.

19 Conc. Iliber. 62, Vives (éd), 1963.

20 Conc. Iliber. 2-4, Vives (éd), 1963.

21 Il supposait que l’absence de condamnation de gladiateurs dans le concile d’Iliberri, alors que les auriges et les acteurs sont explicitement mentionnés, était un indice de la disparition de la gladiature. Ville, 1960, pp. 313-314.

22 Witschel, 2009, pp. 478-483.

23 Ainsi Constantin, en 325, a condamné moralement ces cruenta spectacula, en interdisant la condamnation à la gladiature mais non les jeux eux-mêmes (CTh., 15.12.1). Soler, 2008, pour une étude détaillée de cette législation.

24 Ville, 1981, p. 15 ; idée nuancée par Benoist, 2008, p. 19.

25 Inglebert (éd.), 2005, p. 406.

26 Dumazy, 2008, p. 78.

27 Selon Teja, 2002, pp. 166-167, la disparition des témoignages à partir du IIIe siècle en Hispanie traduirait aussi celle des jeux mais cela ne concernerait que les petits centres urbains et non les plus grands.

28 22 théâtres selon Ceballos Hornero, 2007, p. 438 ; 23 théâtres selon Sear, 2006, pp. 101-102. Il faut ajouter à ces inventaires les découvertes récentes des théâtres de Baetulo et Palma et de celui plus douteux de Toletum, relevées par Monterroso, 2002, pp. 55-76.

29 L’existence d’un théâtre est supposé dans les villes suivantes d’après des inscriptions : Aurgi (CIL, II, 3364 = CIL, II2/5, 31) ; Canama (CIL, II, 1074) ; Cartima (CIL, II, 1956) ; Lucurgentum (AE, 1953, 21 = AE, 1962, 337 = CILA 2, 1209) ; Isturgi (CIL, II, 2121) ; Oducia (CIL, II2/5, 1330 = AE, 1997, 836) ; Osset (CIL, II, 1255) ; Tucci (CIL, II, 1663 = CIL, II2/5, 69 et CIL, II, 1685 = CIL, II2/5, 93) ; Castulo (AE, 1976, 351) ; lecture hypothétique d’une inscription de Mago (CIL, II, 6001b).

30 Une représentation théâtrale est attestée à Gades par Cicéron (Cic. Ad fam. 10.32.2) mais elle a pu avoir lieu dans un théâtre en bois (Gros, 1987, p. 321). Pour la datation du théâtre d’Acinipo, Amo, 1982, pp. 227-228.

31 Ainsi Agrippa lui-même est-il intervenu dans l’achèvement des travaux du théâtre d’Emerita (CIL, II, 474 = HEp 8, 1998, 31). Rodà de Llanza, 1998. Les fils de ce dernier ont probablement participé à l’édification ou à la dédicace de celui de Carthago Nova (Ramallo Asensio, Ruiz Valderas, 1998, pp. 125-141).

32 Melchor Gil, 1994.

33 Ceballos Hornero, 2007, p. 439. L’exception pourrait être le théâtre de Baetulo, récemment découvert. Les sondages effectués porteraient sa datation vers le début du IIe siècle. Mais il ne s’agit que de sondages dont les résultats doivent encore être vérifiés par des recherches à venir (cf. l’interprétation prudente de Padrós i Martí, Comas i Solá, 2003, p. 197).

34 14 édifices selon Ceballos Hornero, 2007, p. 438. On consultera avec profit les diverses contributions du colloque de Mérida de 1992 [Álvarez Martínez, Enríquez Navascués (éds.), 1994]. Ajoutons la récente découverte de l’amphithéâtre de Corduba [Vaquerizo Gil, Murillo Redondo (éds.) 2010]. Inventaire récent de la documentation épigraphique dans Gómez-Pantoja, 2009.

35 Bendala Galán, Durán Cabello, 1994 ; Durán, 1998, pp. 253-259.

36 Ceballos Hornero, 2007, p. 439. Tarraco, dans Dupré i Raventós (éd.), 1990, pp. 196-198 ; Italica : Roldán Gómez, 1994, p. 213.

37 Carte établie d’après la lecture critique des inventaires de : Piernavieja, 1977, pp. 133-140 ; Humphrey, 1986, p. 337 ; Nogales Basarrate, 2008 ; Ruiz de Arbulo, Cebrián, Hortelano, 2009, p. 38. Les cas simplement supposés à partir de représentations sur mosaïques n’ont pas été retenus ni l’existence souvent avancée du cirque d’Italica, car la documentation est encore trop hypothétique (Caballos Rufino, Marín Fatuarte, Rodríguez Hidalgo, 1999, pp. 109-111). Il ne serait pas étonnant toutefois, en raison de l’importance de la ville, que des découvertes prochaines mettent au jour des vestiges. Le cas de Capara a également été exclu ; un temps supposé, il n’est plus aujourd’hui mentionné par les archéologues du site (Cerrillo Martín, 2000).

38 Piernavieja, 1977, pp. 83-148, mis à jour par Ceballos Hornero, 2004.

39 Humphrey, 1986, p. 337.

40 Nogales Basarrate, 2008, p. 162.

41 Ruiz de Arbulo, Cebrián, Hortelano, 2009, pp. 99-101.

42 Ce fût le cas à Tarragone (Mar Medina, Roca, Ruíz de Arbulo, 1993, p. 11).

43 Ramallo, Asensio, Ruiz Valderas, 1998, pp. 122-123.

44 Mar Medina, Roca, Ruíz de Arbulo, 1993, p. 18.

45 Des sondages dans l’hyposcaenium du théâtre paraissent confirmer que l’édifice est déjà abandonné au IIIe siècle, mais les archéologues ne donnent ni le détail de la stratigraphie, ni celui du matériel récupéré. C’est donc essentiellement l’espace dédié aux mécanismes de scène qui serait comblé entre le IIe et le IIIe siècle (Amo, 1982, p. 232).

46 Martín Bueno, Nuñez Marcén, 1993, pp. 131-132.

47 Abascal Palazón, Almagro Gorbea, Cebrián Fernández, 2005, p. 13.

48 Jiménez Salvador, 1993, p. 233.

49 Rodríguez Gutiérrez, 2004, p. 193. Des structures de production de garum auraient été construites sur le théâtre (Mayorga Mayorga, Escalante Aguilar, Cisneros García, 2004, p. 157) mais la superposition n’est pas clairement exposée.

50 Ventura Villanueva et alii (éds.), 2002, pp. 138-143.

51 Sillières, 1995, p. 144. M. Ponsich et S. de Sancha situaient son abandon au cours du Ier siècle. Le théâtre aurait été réinvesti par la suite avec d’autres finalités qu’ils ne précisent pas. Cette date paraît précoce et eux-mêmes supposent qu’une seconde scène a remplacé la première, détruite, et donc que l’activité théâtrale s’est poursuivie dans ce lieu (Ponsich, Sancha, 1979, pp. 577-580).

52 Sillières, 1995, p. 144.

53 AE, 1915, 33 = AE, 1935, 4 = HEp 13, 2003/2004, p. 33.

54 Durán Caballo, 1998.

55 Rodríguez Gutiérrez, 2004, pp. 297-301.

56 Ibid., pp. 393-394.

57 R. Corzo le date du IIe siècle (Corzo Sánchez, 1993, pp. 166-168), mais O. Rodríguez suggère de placer sa construction au IIIe siècle (Rodríguez Gutiérrez, 2004 p. 393).

58 Rodríguez Gutiérrez, 2004, pp. 301-303.

59 Hernández, 1988, p. 106.

60 Les propositions récentes doivent être confirmées (Diarte Blasco, 2013).

61 Beltrán Lloris, 1993, pp. 104-106 et 110-111.

62 Ce phénomène est connu surtout en Orient où l’amphithéâtre n’a pas rencontré un franc succès (Robert, 1940, p. 34).

63 Collart, 1928, pp. 114-124.

64 Gutiérrez Behemerid et alii, 2006.

65 Palol Salellas, 1982, p. 68.

66 Voir toutefois les réserves de Gómez-Pantoja, 2009, n° 47, p. 34.

67 Ramallo Asensio, 1989, p. 123. Les fouilleurs paraissent se fonder sur l’absence de matériel plus tardif (Pérez Ballester, San Martín Moro, Berrocal Caparrós, 1994, pp. 100-101), ce qui pourrait indiquer que l’édifice n’est pas devenu un dépotoir et reste en usage.

68 Sánchez-Lafuente Pérez, 1994, p. 182.

69 Ibid.

70 Vaquerizo Gil, Murillo Redondo, 2010, p. 278.

71 Correia, 1994, pp. 337-338.

72 Brassous, 2011, p. 283.

73 Sánchez-Lafuente Pérez, 1994, p. 180.

74 «  Dos espejos de bronce, varios anillos del mismo metal más dos piezas de aplicación, también en bronce, de una cajita que debió ser de madera y 14 clavos de hierro de ataúd que contuvo el cadáver de la niña » (Chicarro, Olivella, 1977 p. 124). Ce matériel ni dessiné ni photographié pourrait être aussi bien plus précoce que plus tardif.

75 Sanmartí-Grego et alii, 1994, p. 120.

76 Aquilué Abadías et alii, 1984, p. 143.

77 L’absence de ces données est signalée par Corzo Sánchez, 1994, p. 203.

78 Cerrillo Martín, 1994, p. 320.

79 Frade, Portas, 1994, p. 355.

80 RIT, 84.

81 Dupré i Raventos (éd.), 1990, p. 198.

82 Musurillo, 1972, pp. 176-185.

83 RIT, 98 et 99.

84 Dupré i Raventos (éd.), 1990, p. 203.

85 Durán Caballo, 2004.

86 Chastagnol, 1976.

87 Pereira do Vale, 2001.

88 Ibid. p. 135.

89 Une ampoule de verre incolore datée du IIIe siècle serait l’objet le plus tardif. L’absence de description du matériel ne permet pas de vérifier cette datation qui paraît approximative (Heleno, 1965, p. 307).

90 Almeida, 1969, pp. 179 et 181.

91 Biers (éd.), 1988, pp. 41-43.

92 Ibid., p. 43.

93 Dupré i Raventos (éd.), 1990, p. 65.

94 Ribera i Lacomba, 1998, pp. 336-337.

95 Ruiz de Arbulo, Cebrián, Hortelano, 2009, p. 101.

96 AE, 1927, 165 = AE, 1975, 472. Chastagnol, 1976 ; Ceballos Hornero, 2004, pp. 609-613, n° 148.

97 Sánchez-Palencia, Montavo, Gijón, 2001, p. 93.

98 Ruiz Lara et alii, 2003.

99 Ibid.

100 CIL, II, 5523 = CIL, II2/7, 221. Cette inscription est datée par les éditeurs, d’après la paléographie, entre la fin du IIe siècle ou du début du IIIe siècle.

101 Hidalgo Prieto, 1999.

102 Pour cette ville, l’abandon au IIe siècle est traditionnellement accepté, mais nous avons signalé qu’il pourrait s’agir d’une simple dégradation.

103 Dupont, 1985, p. 391. Sur un type de spectacle très populaire dans l’Antiquité tardive, Webb, 2006.

104 Dugast, 2007, pp. 12-13.

105 Humphrey, 1986, p. 579.

106 Pérez Centeno, 1999, pp. 424 et 433.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. — Les théâtres connus ou supposés de l’Hispanie romaine
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 2. — Les amphithéâtres connus ou supposés de l’Hispanie romaine
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 3. — Les cirques connus ou supposés de l’Hispanie romaine
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 4. — Théâtre de Caesaraugusta. En gris, le sable déposé sur l’arène au IVe siècle jusqu’au niveau du deuxième gradin de la ima cauea (d’après BELTRÁN LLORIS, 1993, pp. 102-105)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 5. — Théâtre de Clunia. En pointillés : la partie basse de la cavea démontée (dans l’Antiquité ?) a été reconstruite lors de la restauration moderne, mais indiqué par un décalage des gradins (cliché L. BRASSOUS)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 6. — Vestiges connus et supposés de l’amphithéâtre de Conimbriga. En pointillé : la restitution du tracé supposé ; en gris : la muraille tardive de la ville (d’après CORREIA, 1994, p. 341)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1461/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Université de La Rochelle — LIENSs

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540