Version classiqueVersion mobile

Urbanisme civique en temps de crise

 | 
Laurent Brassous
, 
Alejandro Quevedo

III. — Destinées transversales

Le campus dans les provinces occidentales de l’Empire

Rôle et fonctions d’un espace public de la ville romaine entre les iie et ive s.

Aldo Borlenghi

Texte intégral

  • 1 Devijver, Van Wonterghem, 1981 ; Devijver, Van Wonterghem, 1982 ; Devijver, Van Wonterghem, 1984 ;(...)

1Ces dernières décennies les études sur le campus ont souligné l’importance de cet espace public parmi les dotations urbaines des colonies et municipes1. La finalité principale de ces recherches a été la compréhension de l’évolution planimétrique et architecturale du complexe ainsi que son rôle politique et social pour chaque communauté. La documentation disponible a nécessairement orienté l’analyse vers la période de son développement, comprise entre la fin de l’époque tardo-républicaine et l’époque julio-claudienne. Les témoignages sur le campus révèlent toutefois la survie de cet édifice civique et ludique pendant la période suivante aussi, démontrant la nécessité de commencer à réfléchir et à s’interroger sur le maintien et la transformation de ses fonctions pendant toute l’époque impériale.

  • 2 Ibid., pp. 181-334.
  • 3 Pour les activités qui se déroulent dans le Champ de Mars et le campus, voir ibid., pp. 24-29.
  • 4 CIL, I², 1529, voir pp. 730, 840, 1002-1003 = CIL, X, 5807, voir aussi p. 980 = ILS, 5348 = ILLRP,(...)

2Un nombre important d’attestations épigraphiques et archéologiques2 —les plus anciennes remontent à l’époque tardo-républicaine— utilise le mot campus, dont la signification première est celle d’espace libre et plat, pour indiquer une aire publique plurifonctionnelle à destination civique : ici se déroulent l’entraînement physique et les exercices en armes des iuvenes d’une communauté. Il s’agit d’un type de préparation qui, comme sur le Champ de Mars de Rome, n’est pas organisée en vue de campagnes militaires, au moins à partir de la fin de la République. De manière plus générale, le campus fait partie des espaces publics principaux destinés à la collectivité. Chaque individu a la possibilité de prendre soin de son corps, de se dédier à plusieurs exercices, de se promener et de socialiser à l’ombre des arbres ou à l’abri des portiques3. Les fonctions ludiques et athlétiques de cet espace sont avérées déjà à la fin du IIe s. av. J.-C. : dans le Latium à Aletrium (Alatri), une inscription4, qui constitue le témoignage épigraphique le plus ancien, rappelle, parmi les ouvrages réalisés pour ses concitoyens par un magistrat et notable local, un campus ubi ludunt.

  • 5 Ibid., pp. 165-170.

3Les inscriptions concernant la réalisation ou l’enrichissement de cet édifice confirment son importance à travers la prise en charge constante des magistrats ou du Sénat de la ville, mais aussi des évergètes privés ou de la Maison Impériale5.

4Sur le modèle du Champ de Mars de Rome, le complexe du campus a une vaste diffusion en Italie et dans les provinces occidentales de l’empire : dans les provinces orientales, la tradition et la culture du gymnase empêchent l’introduction de cette installation spécifiquement romaine avec des fonctions partiellement semblables.

  • 6 CIL, I2, 3127 = CIL, X, 1236 = ILS, 5392 = ILLRP, 116. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 186-187.

5Quelques attestations épigraphiques fournissent des informations sur la forme et l’architecture du campus à l’époque républicaine : il s’agit d’une aire ouverte et rectangulaire, parfois nivelée artificiellement. Selon le texte d’une inscription tardo-républicaine6, retrouvée à Nola en Campanie, la réalisation du campus oblige à niveler un terrain pour créer un espace plan : ensuite on ajoute un mur (maceries), qui entoure le campus, des exèdres (scholae) et un cadran solaire (solarium).

  • 7 CIL, I², 3403a = AE, 1977, 328 = AE, 2001, 1100 = AE, 2002, 593 = AE, 2003, 772 ; Supplementa Ital (...)

6Quatre bornes placées aux angles du campus peuvent suffire pour délimiter cette aire et remplacer l’enceinte en maçonnerie. En Gaule Cisalpine, une pierre de grande dimension en forme de stèle, retrouvée à Vercellae (Verceil), présente une inscription bilingue tardo-républicaine en latin et celtique7 : le texte révèle que la ligne de démarcation du campus était constituée de quatre lapides.

  • 8 Torelli, 1991 ; Coarelli, 1998.
  • 9 Borlenghi, 2011c.

7Si l’on exclut les terrasses d’Alba Fucens et d’Herdonia (Ordona)8, dont l’appartenance à la typologie du campus ou du gymnasium-campus doit en partie être révisée en raison de l’existence d’un monument funéraire antérieur à la construction de ces édifices9, les témoignages archéologiques relatifs aux complexes républicains sont presque inexistants.

  • 10 Brown, 1951, p. 45, fig. 34 ; Devijver, F. Van Wonterghem, 1981, p. 60 ; Borlenghi, 2011a, p. 268.

8L’attestation la plus ancienne, datée du IIIe s. av. J.-C., est vraisemblablement constituée de la terrasse au dehors de l’enceinte de la colonie latine de Cosa10, à côté de la porte sud-est, à la fin de la route provenant du port. Il s’agit d’une vaste esplanade rectangulaire, adossée aux remparts et circonscrite par un enclos en opus polygonal, dont il ne reste que deux tronçons, grâce auxquels on peut déduire une extension de presque 2 000 m2.

  • 11 Sur les organisations de la jeunesse romaine, voir Ginestet, 1991, avec une bibliographie plus imp (...)

9Le développement définitif et monumental du complexe du campus, favorisé par la réorganisation des associations de jeunesse (iuventus, collegium iuvenum, collegium iuventutis, sodales)11, se passe à l’époque du Principat. Cet espace devient un terrain d’entraînement naturel pour les jeunes appartenant à la classe la plus élevée, dont Auguste cherche à encourager l’activité physique et la conscience de la virtus. La conduite de l’empereur pousse les magistrats et les notables de plusieurs centres à la réalisation et à la monumentalisation des structures du campus, afin de montrer leur adhésion au programme impérial. À cette époque, on enregistre l’introduction de nouvelles composantes architecturales. L’espace ouvert du campus est pourvu d’un bassin pour la natation et entouré d’un portique avec une ou plusieurs exèdres : il s’agit d’équipements que l’on retrouve habituellement, souvent en association.

  • 12 Maiuri, 1939 ; Della Corte, 1947 ; Borlenghi, 2011a, pp. 220-226.

10La «  Grande Palestre » de Pompéi12, construite sous Auguste, constitue le complexe qui représente le mieux l’évolution définitive du campus. Ce complexe de forme rectangulaire (141 x 107 m), situé en face de l’amphithéâtre, près des remparts, est composé d’un espace ouvert de grande dimension (15 000 m2 env.) : au milieu, un grand bassin (34,55 x 22,25 m), entouré d’une double rangée de platanes, est utilisé pour la natation. Le long des trois côtés de l’édifice se développent des portiques : une exèdre, à identifier comme un lieu de culte, est installée au milieu du portique le plus long. Un simple mur, couronné au sommet par des petits piliers et doté de cinq portails pour l’accès au campus, constitue le quatrième côté du complexe.

  • 13 Vitr., De Arch. 1, 7, 1 : extra urbem sed ad campum.
  • 14 On a retrouvé deux inscriptions, dont le texte est presque identique : la première (CIL, I², 1905, (...)
  • 15 CIL, IX, 5541, voir p. 700 = AE, 1986, 225 = AE, 2001, 607. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 262-2 (...)

11Si l’on exclut l’exemple de Pompéi, le campus se situe extra moenia. En effet, Vitruve donne une information précieuse, en soulignant que les édifices dédiés à Mars devaient être placés «  au dehors de la ville, mais près du campus »13. Des inscriptions retrouvées en Italie, à Interamnia Praetuttiorum (Teramo)14 et à Urbs Salvia (Urbisaglia)15, semblent confirmer son emplacement à l’extérieur des remparts : dans ces attestations apparaît clairement la nécessité de réaliser des axes routiers spécifiques pour l’atteindre.

  • 16 Ibid., p. 321-322 ; Tremoleda i Trilla, 2012, pp. 64-68.
  • 17 AE, 1981, 563 = AE, 1987, 734 = IRC, III, 35. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 319-320.
  • 18 Aquilué Abadías, 2012, p. 5.

12Une localisation suburbaine ou extra-urbaine du campus est confirmée par les témoignages archéologiques. À Emporiae (Ampurias), près de l’amphithéâtre, la soi-disant «  Palestre »16 (113 x 68 m ; env. 7 500 m2), s’adosse au côté méridional de l’enceinte de la ville romaine (fig. 1) : la porte sud des remparts est juste à côté de l’accès du bâtiment. Celui-ci est composé d’un quadriportique, rehaussé et pourvu d’une exèdre, et, au centre, d’un vaste espace rectangulaire en plein air. On peut identifier ce complexe avec le campus qu’un édile et duovir construit à ses frais à l’époque augustéenne17 : la datation archéologique de l’édifice à la première moitié du Ier s. ap. J.-C., légèrement décalée par rapport à la chronologie de l’inscription, pourrait s’expliquer par la monumentalisation postérieure du premier complexe. La période d’abandon de cet espace est inconnue, mais peut-être antérieure à la deuxième moitié du IIIe s. ap. J.-C., quand l’habitat se concentre dans la Palaiapolis (Sant Martí d’Empúries) : en effet, pendant la deuxième moitié du IIe s. ap. J.-C., des transformations importantes intéressent déjà le tissu urbain et une partie des monuments publics du municipe, qui changent de destination et perdent leur fonction18.

Fig. 1. — Emporiae (Ampurias-E), côté méridional des remparts : essai de restitution des élévations du campus (d’après TREMOLEDA I TRILLA, 2012, p. 67, fig. 5.11)

13L’existence du campus et la conservation de ses fonctions, même si elles sont attestées par un nombre inférieur de documents, perdurent également après l’époque julio-claudienne.

14Il suffit de se reporter aux sources littéraires pour comprendre comment, au moins jusqu’à l’époque sévérienne, ce complexe civique reste une dotation fondamentale de chaque centre.

  • 19 Quint., inst. 11, 1, 47.

15Sous les flaviens, l’orateur Quintilien dans l’Institutio oratoria19 décrit le campus comme l’un des espaces privilégiés où se déroule une partie de la vie du citoyen, au même titre que le forum, la curie et le théâtre.

  • 20 Fronto, Ad Antoninum Imp. Epist. 1, 5, 23.

16Au IIe s. ap. J.-C., précisément en 163 ap. J.-C., Fronton, le précepteur de Marc-Aurèle et de Lucius Verus, dans sa correspondance20, dit de manière claire qu’un des passages fondamentaux pour la vie du puer est, à l’arrivée de la pubertas, l’introduction au forum et au campus.

  • 21 Ulp., dig. 43, 8, 2, 9.
  • 22 Ulp., dig. 13, 6, 5, 15.
  • 23 Ulp., dig. 8, 2, 9, 4.
  • 24 Colum. 1, 8, 2.

17Le témoignage le plus significatif, qui figure dans le Digeste, est celui d’Ulpien, juriste d’époque sévérienne, qui met en évidence le rôle encore considérable du campus aux premières décennies du IIIe s. ap. J.-C. Dans un passage21, il souligne la nature publique du complexe et le libre accès à son espace. Le droit de fréquenter l’édifice est tellement naturel et codifié qu’il est pratiquement impossible d’interdire à quelqu’un de ludere dans le campus, de se laver dans les thermes publics ou d’assister à une pièce au théâtre. Ailleurs22, il souligne que tout le monde a le droit d’usage d’un balneum, d’un portique ou d’un campus. La fonction du campus comme espace pour le ludus, mot à traduire non seulement par «  jeu » mais aussi par «  exercice physique », est mieux spécifiée dans un autre passage23 dans lequel le juriste met en relief sa vocation de lieu destiné aux exercices en armes. C’est pourquoi le campus est appelé iaculatorius, mot qui indique que celui-ci, ou plus probablement une de ses zones, était utilisé pour l’entraînement au javelot. Dans le même texte apparaît un autre aspect essentiel concernant le type de fréquentation du complexe. L’auteur atteste la présence d’esclaves, dont témoignait déjà Columelle24, qui spécifie qu’en ville ces derniers sont habitués aux loisirs parce qu’ils fréquentent le campus, le cirque et le théâtre. Le passage d’Ulpien ne permet pas de savoir si les esclaves sont des usagers du campus ou de simples spectateurs des activités qui s’y passent. En effet il rapporte que, si un esclave est frappé et tué par ceux qui s’entraînent au javelot, une loi particulière s’impose, sauf si l’accident a été causé par une conduite inopportune de l’esclave dans le campus.

  • 25 Non inrationabiliter in campo catechumenos fieri, ubi solerent martyres consecrari (Sulp. Sev., Di (...)
  • 26 Dans une récente traduction (Fontaine, 2006, p. 237 et n. 11), le mot campus est traduit «  rase c (...)
  • 27 Le fait que l’emplacement du supplice devenait souvent un des lieux privilégiés pour rendre un cul (...)

18Parmi les témoignages tardifs, on trouve un passage qui pourrait attester la survie du campus dans un contexte civil. Au début du Ve s. ap. J.-C., Sulpice Sévère, dans les Dialogues qui complètent la vie de Saint Martin de Tours, mort quelques années auparavant, raconte un épisode arrivé dans un vicus de la Gaule. Le saint, initiant au christianisme une grande foule de personnes à l’intérieur du campus, dit expressément «  qu’il n’était pas déraisonnable de faire des catéchumènes dans le campus, où on consacrait ordinairement des martyrs »25. Dans ce contexte le mot campus est normalement traduit par «  campagne »26, aspect qui indiquerait une aire indifférenciée à l’extérieur de l’habitat. Toutefois, on ne peut pas exclure que le campus cité ici soit à identifier avec un espace public vaste et circonscrit, qui pouvait accueillir des rassemblements de nombreuses personnes ou les exécutions des martyrs27. Cette interprétation suggérerait, dans la deuxième moitié du IVe s. ap. J.-C., l’existence physique du complexe, aspect toutefois qui n’atteste pas du maintien du rôle et des fonctions originelles : il pouvait s’agir d’un espace encore disponible mais tombé en désuétude.

  • 28 Aug., Civ. 14, 7 : iuvenes, qui nudi exercebantur in campo, pudende operiebant.

19En effet, une autre source chrétienne suggère indirectement la disparition du campus aux premières décennies du Ve s. ap. J.-C. Saint Augustin, dans le De civitate Dei, en expliquant l’origine du mot latin campestria, employé à son époque pour désigner des bandes particulières pour couvrir les parties intimes, fait dériver l’étymologie par le fait qu’autrefois «  les jeunes qui s’entraînaient nus dans le campus couvraient les parties qui exigeaient la pudeur »28.

20Si, à l’appui des sources littéraires, on parvient à prouver une fonctionnalité pleine du campus encore à l’époque des Sévères, la documentation épigraphique ne permet malheureusement pas d’aller au-delà du IIe s. ap. J.-C., confirmant néanmoins pendant la première moitié de ce siècle la mise en place de cet espace dans les centres urbains et les agglomérations secondaires.

  • 29 CIL, XIII, 4324a-b = CIL, XIII, 11353 = ILS, 7060a-b. Voir aussi Bouet, 2002, pp. 63-64 ; Borlengh (...)

21Dans une période probablement comprise entre la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. et le début du IIe s. ap. J.-C., a été aménagé le campus de Divodurum Mediomatricorum (Metz), chef-lieu de civitas en Gaule Belgique. Le complexe contribue vraisemblablement au développement monumental qui, dès l’époque flavienne et jusqu’à la moitié du IIe s. ap. J.-C., caractérise la ville, comme en témoignent la construction des thermes, de l’amphithéâtre et de l’aqueduc de Gorze. Deux inscriptions29 placées sur l’entablement d’une porte monumentale d’accès au campus montrent que la réalisation de cet espace et d’une piscine pour la natation est réalisée par un sacerdos Romae et Augusti en l’honneur de la Domus Augusta, aspect qui suggère un lien probable avec le culte impérial. La nouveauté de l’inscription tient dans le fait que ces structures sont destinées non seulement aux habitants de la ville mais aussi aux étrangers : il s’agit d’éléments qui confirment la fonction publique du campus et sa fréquentation étendue aux membres de plusieurs communautés.

  • 30 CIL, III, 7983 = ILS, 5390 = IRC, III/2, 9. Voir aussi Borlenghi, 2011a, p. 331.

22Au IIe s. ap. J.-C., l’importance du campus parmi les dotations urbaines essentielles des centres de nouvelle fondation est soulignée par une inscription30 retrouvée à Ulpia Traiana Sarmizegetusa, colonie créé entre 106 et 112 ap. J.-C. et devenue capitale de la province de la Dacie. C’est un décurion et pontife de la colonie qui, comme forme de reconnaissance pour ce dernier titre, procède à la délimitation du campus : celui-ci apparaît comme une aire entourée d’un enclos, probablement en maçonnerie et apparemment sans autres structures. Toutefois, il n’est pas possible de comprendre, sur la base du texte dont on ne connaît pas le contexte de découverte, si le campus existait avant l’intervention du magistrat. Dans ce cas-là il s’agirait d’une monumentalisation ; dans le cas contraire, sa mise en place, qui comportait peut-être la donation du terrain, pourrait être contemporaine de sa délimitation. Un aspect à souligner est la fonction commémorative de l’espace interne du campus, dans lequel les citoyens qui ont rendu service à la communauté ou ont fait des opérations en faveur du complexe peuvent recevoir des honneurs publics : c’est le cas du magistrat qui a le droit de placer une statue dans l’aire du campus.

23La réalisation ou l’enrichissement architectural de ce complexe ne concerne pas seulement les principaux centres urbains mais touche également les agglomérations secondaires, confirmant ainsi sa vaste diffusion.

  • 31 AE, 1979, 330. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 325-326.

24Selon une inscription31 retrouvée sur une borne dans le village de Meimoa, en Lusitanie, les habitants du vicus de Venia consacrent un campus pour le salut (pro salute) de Trajan, expression indiquant une forme de loyauté envers l’empereur et non nécessairement une manifestation du culte impérial. La délimitation rituelle de l’espace consacré, dans lequel il faut identifier une aire ludique plutôt que cultuelle, est effectuée grâce à quatre bornes, comme celle qui porte l’inscription, placées aux angles. Il s’agit d’un complexe qui rappelle celui de Verceil, en Italie, ce qui démontre que, même à l’époque impériale, le campus pouvait avoir l’aspect d’un espace délimité, sans portiques et sans piscine. Le rôle public du complexe lusitanien est attesté par l’intervention directe de la population dans l’aménagement de l’aire, peut-être à travers l’emploi de fonds de la communauté.

  • 32 CIL, XIII, 3107 = AE, 2006, 829 = AE, 2007, 972. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 310-311.
  • 33 Maligorne, 2007, pp. 58-59.
  • 34 Ibid., pp. 60-65, avec une bibliographie plus importante.

25Pour le IIe s. ap. J.-C., en Gaule Lyonnaise, on connaît la réalisation, par deux particuliers, d’une porticus cum campo en faveur des habitants du vicus Portensis32. Dans ce cas-là, le mot vicus n’indiquerait pas une agglomération secondaire mais plus vraisemblablement le quartier portuaire du centre romain de Nantes33, l’ancienne Condevincum, dont le développement urbain est mal connu jusqu’à la fin du IIe s. ap. J.-C. En ce qui concerne l’interprétation de l’édifice offert par les deux personnages mentionnés dans l’inscription, l’association d’un portique et d’un campus, bien attestée au niveau épigraphique, semblerait confirmer sa fonction ludique. La consécration du portique au Numen d’Auguste, qui ferait penser à la présence d’un lieu de culte impérial, et à Vulcanus, divinité protectrice des habitants du vicus et de la corporation des nautae de la Loire, a toutefois fait avancer récemment l’hypothèse sur le fait que le campus était un espace relatif à un sanctuaire34, à l’exemple de celui de la Magna Mater à Ostie.

26Les attestations archéologiques de campi postérieurs à l’époque julio-claudienne sont, pour plusieurs raisons, moins nombreuses que les témoignages épigraphiques. L’insuffisance de la documentation est une conséquence de la forme d’espace ouvert et non bâti de ce type de complexe qui, déjà à partir de l’antiquité tardive, est réoccupé et privé des prérogatives initiales. Dans les villes qui ont été occupées sans interruption, ce phénomène a fortement limité la reconnaissance de structures relatives aux transformations architecturales et fonctionnelles de ces aires au Bas-Empire, jusqu’à rendre quelquefois impossible l’identification du campus. De plus, dans des contextes remarquables pour la recherche, comme celui d’Ampurias par exemple, la stratification archéologique a été bien endommagée, à l’époque post-antique ou même avant, par l’utilisation des structures antiques comme carrières, et, à l’époque moderne, par le déroulement des travaux agricoles.

27Quelques cas peuvent toutefois permettre de suivre la différente évolution du campus à l’époque médio-impériale dans les provinces.

  • 35 Campos Carrasco, 2009b, pp. 19-22 ; Campos Carrasco, 2009a, pp. 475-477 ; Bermejo Meléndez, Campos (...)

28Dans la Bétique, le centre de Turobriga (Aroche), fondé à l’époque augustéenne, est caractérisé, au nord des remparts, par une grande esplanade (env. 66 x 59 m) d’une surface de presque 4 000 m2, nivelée artificiellement et entourée d’un enclos (fig. 2)35. L’espace interne, accessible grâce à une porte monumentale en opus quadratum, ne présente que trois ou quatre pièces concentrées dans la partie sud-est et adossées à l’enceinte. Celle-ci, pourvue de contreforts internes à distance régulière, est réalisée en opus caementicium avec un parement externe de pierres régulières : sa hauteur originelle, de 3,50 m environ, devait être inférieure à celle des locaux internes. Les enquêtes archéologiques et géophysiques de l’Université de Huelva ont démontré que ce monument, dans lequel il faut reconnaître un campus, a été construit sur des structures artisanales. La mise en place du complexe, dont les opérations de nivellement déterminent la destruction des constructions précédentes, est datée de la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. ou des décennies suivantes, peut-être en rapport avec le nouveau programme urbanistique et monumental de l’époque flavienne. À cette dernière phase sont attribuées les pièces internes à l’esplanade, vraisemblablement liées à l’activité ludique du campus, et, dans l’axe de la porte d’accès, une structure non suffisamment claire, dont l’interprétation comme piscine est encore à vérifier. À une phase résiduelle ou d’abandon a été attribuée l’obstruction presque totale du portail d’accès : il s’agirait du seul indice relatif à un possible changement d’usage de l’édifice, peut-être lié à l’élevage du bétail. La datation de cette transformation a été mise en liaison avec d’autres événements qui intéressent le centre urbain, comme par exemple les transformations du forum, qui ont lieu dans une période comprise entre la deuxième moitié du IIIe s. ap. J.-C. et le IVe s. ap. J.-C.

FIG. 2. — Turobriga (Aroche-E) : photographie aérienne du campus (d’après BERMEJO MELÉNDEZ, CAMPOS CARRASCO, 2011, p. 57, fig. 3)

  • 36 Eck, 2004, pp. 386-387 ; Borlenghi, 2011a, p. 329.

29En Germania Inferior, dans la Colonia Claudia Ara Agrippensium, l’actuelle Cologne, précédée par la fondation d’un oppidum à l’époque augustéenne, le campus est aménagé à l’époque julio-claudienne dans la partie septentrionale de l’île du Rhin en face de la ville, à laquelle il est relié grâce à un pont36. Le complexe ludique (76 x 71,5 m env.), qui occupe une surface supérieure à 5 000 m2, est constitué d’une vaste aire libre, entourée d’un mur d’enceinte, le long duquel s’ouvrent une exèdre et vraisemblablement un portique (fig. 3). L’espace interne n’est pas dallé, si l’on exclut une petite partie autour d’un grand bassin, identifié comme une piscine pour la natation. Contrairement à d’autres sites, l’aire du campus est abandonnée entre la fin du Ier s. ap. J.-C. et le début du IIe s. ap. J.-C., peut-être à cause des crues du Rhin : un rehaussement artificiel du terrain de 2 m environ détermine, vers le milieu du IIe s. ap. J.-C., la mise en œuvre de quatre édifices, dans lesquels il faudrait reconnaître des horrea.

FIG. 3. — Colonia Claudia Ara Agrippinensium (Cologne-D), partie septentrionale de l’île du Rhin : plan du campus avec les vestiges du portique et de la piscine à l’est (d’après HELLENKEMPER, 1986, p. 99, fig. 7)

  • 37 Sur la ville et ses vestiges, voir Sablayrolles, Beyrie, 2006, pp. 248-410, avec une bibliographie (...)
  • 38 Ibid., pp. 357-363.
  • 39 L’état de conservation des vestiges, arasés jusqu’aux fondations, ne permet pas d’avoir des certit (...)
  • 40 Une pièce, très allongée, est parallèle au portique ; l’autre, de forme rectangulaire, est perpend (...)
  • 41 Ibid., p. 363.
  • 42 Il s’agit du seul édifice public abandonné avant la deuxième moitié du IVe s. ap. J.-C.
  • 43 Ibid., pp. 359 et 363-366.

30En Aquitaine, aux limites orientales de l’agglomération antique de Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges), capitale de cité dès l’époque augustéenne, on a récemment identifié le campus (fig. 4), qui avec les autres bâtiments publics contribue à la définition du premier équipement monumental du centre au Ier s. ap. J.-C.37. Dans le quartier excentré de Coupéré38, à moins de 200 m du forum et du sanctuaire civique, a été aménagé vers 20-40 ap. J.-C. un grand espace occupant une surface de près de 5 000 m2. Le complexe présente une grande cour centrale (47 x 33,90 m) encadrée vraisemblablement d’un quadriportique : les côtés nord, sud et est communiquaient entre eux à la différence du côté ouest qui, en saillie par rapport aux autres, se distinguait par son sol en gravillon tassé sur une couche de galets et par la séparation avec les branches nord et sud du portique. À l’est se développe une série de pièces symétriques, dont nous ignorons la fonction mais qui devaient être liées aux activités qui se déroulaient dans la cour : au milieu s’installe une grande salle à vocation collective39 (13 x 9,50 m), agrandie et équipée de contreforts extérieurs vers le milieu du Ier s. ap. J.-C. Au nord et au sud de cette salle sont aménagées deux pièces de chaque côté40 ; derrière les branches nord et sud, deux autres pièces, plus petites, sont placées en correspondance de la jonction avec la branche orientale du portique. La cour est occupée au milieu par un grand bassin (17,80 x 10,20 m ; prof. 1,15 m), à l’intérieur duquel on pouvait descendre par un escalier. Les caractéristiques architecturales et les dimensions imposantes de cet édifice ont amené les chercheurs à l’identifier à juste titre comme campus, plutôt que comme sanctuaire ou bâtiment thermal41. La destruction de ce monument se situe à la charnière des Ier et IIe siècles, à la suite d’un incendie : cet épisode n’est pas suivi d’une reconstruction mais de l’abandon de cet espace et de la récupération systématique des matériaux de construction42. Entre 130 et 150 ap. J.-C. le campus est réoccupé par une domus ou une villa suburbaine43, qui, ouverte sur l’extérieur de la ville et le paysage environnant, ne s’installe que sur la partie orientale du bâtiment précédent. Ce nouveau complexe, doté d’un secteur thermal, est abandonné dans la seconde moitié du IVe s. ap. J.-C., après avoir subi un remaniement important au milieu du IIIe s. ap. J.-C.

FIG. 4. — Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges-F), quartier de Coupéré : plan du campus avec les vestiges de la piscine au milieu et du quadriportique pourvu de salles à l’est (d’après SABLAYROLLES, BEYRIE, 2006, p. 359, fig. 438)

  • 44 À Saint-Bertrand, il faudrait toutefois enregistrer le passage du terrain public destiné au campus(...)
  • 45 Zeidler, 1991, p. 134.
  • 46 Entre la fin du Ier s. et le début du IIe s. ap. J.-C., on assiste à une reconstruction monumental (...)

31Au-delà de la différence concernant la taille de la ville, le cas du campus de Saint-Bertrand montre des ressemblances avec celui de Cologne : la destruction ou la disparition du monument entre la fin du Ier et le début du IIe s. ap. J.-C. n’est pas suivie d’un réaménagement du complexe, mais plutôt d’un abandon. Actuellement, rien n’empêche de penser que, pour des causes que nous ignorons, ce complexe ait été déplacé et réaménagé dans une autre zone du suburbium : cet aspect pourrait expliquer le manque de reconstruction du campus dans l’endroit initial et le changement de fonction de son espace44. Pourtant il faut envisager aussi une autre hypothèse : la volonté de ne pas reconstruire le campus. Il s’agit d’un choix qui peut apparaître étrange dans une période où ce type de complexe est encore bien attesté par les sources littéraires et archéologiques. La monumentalisation des thermes au IIe s. ap. J-C. autant à Cologne45 qu’à Saint-Bertrand46 pourrait constituer une explication : les bâtiments thermaux, dotés d’une palestre et d’une natatio, auraient pu remplacer en partie les fonctions du campus et mieux correspondre aux nouvelles exigences des deux communautés.

32Les témoignages d’Ulpien et le cas de Turobriga permettent d’affirmer que, dans la première moitié du IIIe s. ap. J.-C., le campus conserve sans changement ses fonctions ludiques et athlétiques. Ensuite, si l’on exclut le seul témoignage de Sulpice Sévère, qui pourrait attester éventuellement la survie, au moins physique, du campus dans la deuxième moitié du IVe s. ap. J.-C., il est difficile de se prononcer sur le sujet. Une comparaison avec des sites attestés archéologiquement en Italie démontrerait toutefois que, en général, l’abandon de ce type de complexe devrait dater déjà du IVe s. ap. J.-C.

  • 47 Johannowsky, 1961, pp. 264-265 ; De Filippis, Passaro, 2009, pp. 148-149. Dans cette zone, la prés (...)
  • 48 Johannowsky, 1961, p. 265 ; Borlenghi, 2011a, p. 191.
  • 49 Johannowsky, 1961, p. 265. Aujourd’hui il n’existe que des vestiges de l’église, partiellement dém (...)
  • 50 Saint Casto ne serait pas un martyr tué à l’époque de Néron, mais un martyr africain du IIIe siècl (...)
  • 51 Johannowsky, 1961, p. 265 ; Passaro, 2009, p. 18 ; De Filippis, Passaro, 2009, p. 149.
  • 52 Passaro, 2009, p. 18. Il faut signaler, en dessous de la partie nord de l’église, les vestiges d’u (...)
  • 53 De Filippis, Passaro, 2009, p. 148.

33Dans le suburbium occidental de la ville de Cales (Calvi vecchio), en Campanie, juste au dehors des remparts, le campus, construit le long de la via Latina dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C., est utilisé à l’époque tardo-impériale comme aire funéraire47. L’édifice, interprété initialement comme palestre, montre un plan rectangulaire et une piscine : malheureusement nous en ignorons les dimensions48. L’abandon et le changement d’usage de ce grand espace ont lieu au plus tard entre la fin du IIIe siècle et les premières années du siècle suivant. Le campus, grâce à ses caractéristiques d’aire libre et non construite, est occupé par une nécropole ; ensuite, dans la partie sud-ouest, s’insère l’église de San Casto Vecchio qui remploie une partie des murs de l’enceinte du campus49. La mise en place d’un premier lieu de culte paléochrétien remonterait au début du IVe siècle, selon le témoignage de la dédicace d’un autel à saint Casto, martyr du IIIe siècle50, de la part de Calepodio, évêque de Cales, en 307 ap. J.-C. : la construction de la première église est à dater des IVe-Ve siècles51. Le cimetière qui se développe dans l’aire du campus et, plus tard, autour de la basilique paléochrétienne, est composé de sépultures, formae et sarcophage(s), réalisées avec du matériel de remploi52. Pendant le Haut Moyen Âge, le développement d’une nécropole au sud de l’église montre la persistance de l’utilisation de cette zone comme aire funéraire53.

  • 54 Passaro, 2009.
  • 55 Ibid., pp. 16-18.
  • 56 Ibid., p. 18.

34Même si l’abandon du campus de Cales peut paraître assez rapide, son changement de fonction et sa nouvelle utilisation s’insèrent tout à fait dans les événements urbanistiques du municipe romain54. Après une intense période de construction et d’enrichissement architectural entre la fin de l’époque républicaine et l’époque julio-claudienne, une première déstructuration de la ville semble commencer dès la fin du IIe siècle : nous pouvons l’observer dans quelques zones suburbaines et sur l’acropole. Le déclin de l’habitat subit une accélération importante à cause des tremblements de terre de la deuxième moitié du IVe siècle et à cause des difficultés économiques des élites municipales, à la suite des problèmes politiques et institutionnels de l’administration impériale. Entre la fin du IVe et le début du Ve siècle, l’abandon partiel du forum et, pendant l’Antiquité tardive, la progressive décadence du théâtre à cause de l’incurie, avec la mise en place de sépultures et activités artisanales de subsistance à l’intérieur, constituent des signes évidents de récession55. Le site extra moenia de l’église de San Casto semble constituer, avec celui de l’acropole, un nouveau pôle d’habitat de la ville tardive autour duquel s’organisent les citoyens décimés par les calamités naturelles et les événements politiques56.

  • 57 Van Wonterghem, 1984, pp. 157-162 ; Borlenghi, 2011a, pp. 252-255.
  • 58 Staffa, 1997, pp. 173-175. Un vaste quartier résidentiel, fouillé dans la localité «  Piano S. Gia (...)
  • 59 Iasiello, 2007, pp. 112-115 ; Tornese, 2004-2005, pp. 684-685.
  • 60 Van Wonterghem, 1984, p. 167 ; Giuntella, 1990, p. 487.
  • 61 Tornese, 2004-2005, p. 684, n. 42.
  • 62 Les sépultures ont été retrouvées à l’antérieur de l’oratoire de S. Alessandro et au sud de celui- (...)
  • 63 Giuntella, 1998, p. 64.
  • 64 Celidonio, 1909, pp. 20-38.
  • 65 Ibid., pp. 44-47 ; Lanzoni, 1927, p. 372 ; Buonocore, Firpo, 1991, pp. 217-218.
  • 66 Ibid., pp. 217-218.

35En Italie centrale, le campus d’époque impériale de Corfinium (Corfinio)57 (fig. 5), dont la grande extension (237 x 143 m ; 33 900 m2 env.) est à attribuer vraisemblablement à la monumentalisation d’un précédent complexe tardo-républicain, semble cesser ses fonctions au cours du IVe s. ap. J.-C. Même si les données de fouille du XIXe siècle sont difficiles à interpréter, il est possible de supposer avec prudence, sur la base de quelques objets retrouvés dans le remblai de la piscine (51 x 34 m ; prof. 2 m) appartenant au complexe, son abandon définitif dans la deuxième moitié du IVe s. ap. J.-C. Cette hypothèse serait compatible avec les données archéologiques concernant la ville impériale, qui aurait gardé son tissu urbain jusqu’à la fin du IVe siècle58. À l’époque du Haut Moyen Âge, l’habitat se concentre autour deux pôles urbanistiques : le théâtre romain, dont la cavea est occupée par des maisons, et la zone de la cathédrale de Corfinium-Valva localisée dans l’aire du campus59. Ce complexe religieux, renouvelé et reconstruit à la fin du XIe siècle et au début du XIIe siècle, est composé d’une basilique dédiée à saint Pelino et d’un oratoire dédié à saint Alessandro, qui réutilisent un nombre important de fragments architecturaux et d’inscriptions d’époque romaine ainsi que d’autres éléments appartenant aux structures précédentes. La basilique médiévale s’installe dans l’aire sud-ouest du campus, en supprimant une partie de l’enceinte en opus reticulatum du monument. L’oratoire se trouve dans une zone funéraire de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge ; la tour à l’ouest de cette construction réutilise les vestiges d’un mausolée d’époque impériale60. Autour du complexe religieux se développe un habitat entouré de remparts, un centre fortifié61 : à celui-ci appartiennent des sépultures, datées de la fin du VIe et du VIIe siècle, qui remploient des fragments architecturaux d’époque romaine62. Ces inhumations pourraient constituer la trace d’un précédant lieu de culte, légèrement décalé par rapport à la cathédrale actuelle et peut-être concernant un complexe paléochrétien, dont la naissance pourrait être liée à la tombe d’un martyr63. La reconnaissance de cette sépulture avec celle de saint Pelino, qui aurait subi le martyre dans la deuxième moitié du IVe siècle, à l’époque des persécutions de Julien l’Apostat64, est aléatoire. En effet, cette tradition, basée sur la Passio sancti Pelini, serait peu fiable et remonterait aux XIe-XIIe siècles : pourtant, il est plausible de retenir que saint Pelino, vraisemblablement originaire de la région des Pélignes, ait été évêque de Corfinium, peut-être entre la seconde moitié du IIIe et le début du IVe siècle65. En tenant compte de l’existence du siège épiscopal de Corfinium-Valva au moins à la fin du Ve siècle66, nous pouvons supposer la présence d’un premier complexe religieux à cette époque : l’hypothèse la plus vraisemblable serait de le localiser à l’intérieur du campus où nous retrouvons la cathédrale actuelle. Même si nous ne disposons pas de données archéologiques qui permettraient d’en avoir la certitude, nous pouvons présumer, après une phase d’abandon au IVe siècle, de l’occupation du campus, ou mieux de sa partie sud-ouest, et de la nouvelle fonction cultuelle de son aire avant la fin du Ve siècle.

FIG. 5. — Corfinium (Corfinio-I), suburbium : plan des vestiges du campus avec la Cathédrale (38) qui s’installe dans la zone occidentale (d’après VAN WONTERGHEM, 1984, p. 158, fig. 177)

  • 67 Lamboglia, 1971 ; Borlenghi, 2011a, pp. 270-271, avec une bibliographie plus importante.
  • 68 AE, 1994, 650 ; Mennella, Spadea Noviero, 1994 ; Borlenghi, 2011a, p. 269.

36En Ligurie, juste en face d’une des portes de la muraille de la ville d’Albingaunum (Albenga), un grand édifice du milieu du Ier s. ap. J.-C., pourvu de portiques et fouillé seulement en partie, a été interprété, entre autre, comme un campus67. Entre la fin du IVe s. ap. J.-C. et le début du Ve s. ap. J.-C., le complexe est occupé par une nécropole paléochrétienne, à laquelle appartiennent 55 sépultures à «  cappuccina » et en amphores. L’identification du complexe en tant que campus, dont l’existence à Albingaunum est attestée par une inscription du début du Ier s. ap. J.-C.68, est toutefois incertaine : il existe plusieurs hypothèses sur sa fonction, comme celles de macellum ou de monument honorifique, qui empêchent son insertion à pleine titre parmi les campi connus.

  • 69 Ginestet, 1991, pp. 185-191.

37Dans un cadre plus général, entre les IIIe et IVe s. ap. J.-C. la fonctionnalité réelle du campus peut être liée à la permanence des organisations de jeunesse69, qui constituaient les principaux usagers de cet espace d’entraînement, dans lequel se déroulaient des spectacles et des compétitions ludiques. Les sources témoignent de l’existence de ces associations encore vers la moitié du IVe s. ap. J.-C., mais on peut situer leur disparition à la fin du même siècle. En tout cas, déjà avant cette date, la vitalité des associations est variable selon les lieux et les circonstances. Après le milieu du IIIe s. ap. J.-C., les attestations concernant les iuvenes baissent de manière considérable et commencent à montrer le début de la crise des activités des associations, même si ce phénomène ne se développe pas à la même échelle dans tout l’empire.

  • 70 Dubouloz, 2003a, pp. 102-103.
  • 71 Dubouloz, 2003b, pp. 922-931, 949-953 ; Dubouloz, 2006, pp. 58-59.

38À la suite de ces changements, le rôle et les fonctions originelles du campus doivent perdurer de manière hétérogène dans les différents centres. L’occupation d’une partie ou de la totalité de ces structures par l’Église entre les IVe et Ve s. ap. J.-C., au moins selon les attestations italiennes, est vraisemblablement une conséquence d’un abandon prolongé du complexe, qui, pendant cette période de passage, ne semble pas être envahi par des structures privées. Cet aspect pourrait s’expliquer par le fait que cette aire, en vertu de son usage collectif de la part du populus, devait faire partie des loca publica urbains, comme le forum, les thermes et les édifices de spectacle70. C’est pourquoi le campus constituait un espace inaliénable appartenant au territoire de la ville. De ce fait, même si ces espaces étaient abandonnés, seule l’autorité centrale pouvait accorder une concession de son espace pour des nouveaux usages71.

39En conclusion, dans le cadre des provinces occidentales, les sources disponibles, bien que limitées, permettent de souligner la contribution du campus au développement urbanistique et monumental des centres urbains, encore au IIe s. ap. J.-C., qu’ils soient de fondation récente ou non, et quelle que soit leur taille. À l’époque julio-claudienne, la politique augustéenne et un probable lien avec le culte impérial justifient l’impulsion initiale pour la réalisation et l’enrichissement du campus, qui devient alors un espace préférentiel pour la promotion des élites locales. Pendant la période qui suit, le rôle civique fondamental de cette aire et de ses composantes, démontré par l’intervention directe des administrations et de la communauté entière, légitime toujours sa place parmi les espaces publics essentiels de chaque centre.

40Parallèlement, toujours au IIe s. ap. J.-C., nous pouvons enregistrer des cas qui montreraient une situation différente : le campus semble disparaître, peut-être à la suite du développement monumental des bâtiments thermaux, qui en remplaceraient partiellement les compétences et les fonctions. Pourtant, les complexes de Cologne et de Saint-Bertrand-de-Comminges constituent actuellement un échantillon trop restreint qui ne nous permet que d’avancer une simple hypothèse.

41En ce qui concerne les siècles suivants, il est indubitable que la carence de la documentation littéraire et archéologique, surtout pour l’époque postérieure aux Sévères, représente un obstacle à la compréhension des dynamiques qui sont à la base de la vie du campus, ne permettant pas de mettre en évidence de manière claire une crise réelle de ses fonctions ou plutôt un rôle encore actif à l’intérieur des différentes communautés. Le nombre réduit des attestations archéologiques n’est pas suffisant pour reconstruire sur une large échelle l’histoire du campus, mais semblerait suggérer une perte des fonctions et un abandon du complexe pendant le IVe s. ap. J.-C., souvent en lien avec les transformations des autres espaces et monuments publics des villes prises en examen.

42Actuellement, dans l’attente de nouvelles découvertes, il est difficile de faire face à ce manque de données. Notre étude montre toutefois l’intérêt de ne pas arrêter les recherches sur le campus à son installation dans l’habitat romain, mais de commencer une réflexion sur son évolution et sa modification pendant l’époque impériale, afin de comprendre son apport à la transformation de l’urbanisme de la ville tardive.

Notes

1 Devijver, Van Wonterghem, 1981 ; Devijver, Van Wonterghem, 1982 ; Devijver, Van Wonterghem, 1984 ; Devijver, Van Wonterghem, 1985 ; Devijver, Van Wonterghem, 1994 ; Bouet, 1998 ; Bouet, 1998 ; Bermejo Meléndez, Campos Carrasco, 2011 ; Borlenghi, 2011a.

2 Ibid., pp. 181-334.

3 Pour les activités qui se déroulent dans le Champ de Mars et le campus, voir ibid., pp. 24-29.

4 CIL, I², 1529, voir pp. 730, 840, 1002-1003 = CIL, X, 5807, voir aussi p. 980 = ILS, 5348 = ILLRP, 528 = AE, 2006, 136 ; Supplementa Italica 16 (1998), Aletrium, pp. 36-38, 5807. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 183-184.

5 Ibid., pp. 165-170.

6 CIL, I2, 3127 = CIL, X, 1236 = ILS, 5392 = ILLRP, 116. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 186-187.

7 CIL, I², 3403a = AE, 1977, 328 = AE, 2001, 1100 = AE, 2002, 593 = AE, 2003, 772 ; Supplementa Italica 19 (2002), Vercellae, pp. 297-300, n° 1. Voir aussi Borlenghi, 2011b ; Maganzani, 2009-2012.

8 Torelli, 1991 ; Coarelli, 1998.

9 Borlenghi, 2011c.

10 Brown, 1951, p. 45, fig. 34 ; Devijver, F. Van Wonterghem, 1981, p. 60 ; Borlenghi, 2011a, p. 268.

11 Sur les organisations de la jeunesse romaine, voir Ginestet, 1991, avec une bibliographie plus importante. En particulier, sur la floraison de ces associations sous Auguste, voir ibid., pp. 84-93.

12 Maiuri, 1939 ; Della Corte, 1947 ; Borlenghi, 2011a, pp. 220-226.

13 Vitr., De Arch. 1, 7, 1 : extra urbem sed ad campum.

14 On a retrouvé deux inscriptions, dont le texte est presque identique : la première (CIL, I², 1905, voir aussi p. 1051-1052 = ILS, 5393a = ILLRP, 619) est conservée dans le hall de l’Hôtel de Ville de Teramo ; la deuxième (CIL, I², 1906, voir p. 1052 = CIL, IX, 5076 = ILS, 5393) est perdue. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 259-260.

15 CIL, IX, 5541, voir p. 700 = AE, 1986, 225 = AE, 2001, 607. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 262-263.

16 Ibid., p. 321-322 ; Tremoleda i Trilla, 2012, pp. 64-68.

17 AE, 1981, 563 = AE, 1987, 734 = IRC, III, 35. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 319-320.

18 Aquilué Abadías, 2012, p. 5.

19 Quint., inst. 11, 1, 47.

20 Fronto, Ad Antoninum Imp. Epist. 1, 5, 23.

21 Ulp., dig. 43, 8, 2, 9.

22 Ulp., dig. 13, 6, 5, 15.

23 Ulp., dig. 8, 2, 9, 4.

24 Colum. 1, 8, 2.

25 Non inrationabiliter in campo catechumenos fieri, ubi solerent martyres consecrari (Sulp. Sev., Dial. 2, 4, 9).

26 Dans une récente traduction (Fontaine, 2006, p. 237 et n. 11), le mot campus est traduit «  rase campagne ». Dans le commentaire au passage, on souligne que les exécutions romaines avaient lieu hors des villes, mais on ne considère pas que le campus du texte puisse indiquer un espace précis plutôt qu’un simple terrain indistinct à l’extérieur des habitats.

27 Le fait que l’emplacement du supplice devenait souvent un des lieux privilégiés pour rendre un culte au martyr pourrait faire envisager cette possibilité, sur la base des témoignages de culte de martyrs attestés ou présumés dans les campi de Cales et de Corfinium (voir ci-dessous).

28 Aug., Civ. 14, 7 : iuvenes, qui nudi exercebantur in campo, pudende operiebant.

29 CIL, XIII, 4324a-b = CIL, XIII, 11353 = ILS, 7060a-b. Voir aussi Bouet, 2002, pp. 63-64 ; Borlenghi, 2011a, pp. 314-315.

30 CIL, III, 7983 = ILS, 5390 = IRC, III/2, 9. Voir aussi Borlenghi, 2011a, p. 331.

31 AE, 1979, 330. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 325-326.

32 CIL, XIII, 3107 = AE, 2006, 829 = AE, 2007, 972. Voir aussi Borlenghi, 2011a, pp. 310-311.

33 Maligorne, 2007, pp. 58-59.

34 Ibid., pp. 60-65, avec une bibliographie plus importante.

35 Campos Carrasco, 2009b, pp. 19-22 ; Campos Carrasco, 2009a, pp. 475-477 ; Bermejo Meléndez, Campos Carrasco, 2011, pp. 55-65.

36 Eck, 2004, pp. 386-387 ; Borlenghi, 2011a, p. 329.

37 Sur la ville et ses vestiges, voir Sablayrolles, Beyrie, 2006, pp. 248-410, avec une bibliographie plus importante.

38 Ibid., pp. 357-363.

39 L’état de conservation des vestiges, arasés jusqu’aux fondations, ne permet pas d’avoir des certitudes sur la fonction de la pièce : le manque de podium et la nature des aménagements feraient exclure, selon les fouilleurs, son interprétation comme cella d’un temple (ibid., p. 361). Toutefois, nous ne pouvons pas exclure l’aménagement d’une statue de culte à son intérieur.

40 Une pièce, très allongée, est parallèle au portique ; l’autre, de forme rectangulaire, est perpendiculaire au portique.

41 Ibid., p. 363.

42 Il s’agit du seul édifice public abandonné avant la deuxième moitié du IVe s. ap. J.-C.

43 Ibid., pp. 359 et 363-366.

44 À Saint-Bertrand, il faudrait toutefois enregistrer le passage du terrain public destiné au campus au domaine privé pour la construction d’une villa, à différence de ce qui se passe à Cologne où la destination publique du terrain est conservée à travers l’aménagement des horrea.

45 Zeidler, 1991, p. 134.

46 Entre la fin du Ier s. et le début du IIe s. ap. J.-C., on assiste à une reconstruction monumentale des thermes du forum (Sablayrolles, Beyrie, 2006, pp. 295-308) et des thermes du nord (ibid., pp. 379-383).

47 Johannowsky, 1961, pp. 264-265 ; De Filippis, Passaro, 2009, pp. 148-149. Dans cette zone, la présence de nécropoles remonte au IVe s. av. J.-C. : parmi les monuments funéraires les plus anciens, datés du IIIe s. av. J.-C., nous retrouvons le mausolée à naiskos de la gens Calpurnia.

48 Johannowsky, 1961, p. 265 ; Borlenghi, 2011a, p. 191.

49 Johannowsky, 1961, p. 265. Aujourd’hui il n’existe que des vestiges de l’église, partiellement démolie dans les années 1940 et oblitérée dans les années 1960 à la suite de la construction de l’autoroute Milan-Naples.

50 Saint Casto ne serait pas un martyr tué à l’époque de Néron, mais un martyr africain du IIIe siècle transformé ensuite en martyr italien (Lanzoni, 1927, pp. 178 et 187).

51 Johannowsky, 1961, p. 265 ; Passaro, 2009, p. 18 ; De Filippis, Passaro, 2009, p. 149.

52 Passaro, 2009, p. 18. Il faut signaler, en dessous de la partie nord de l’église, les vestiges d’une chambre sépulcrale à abside avec quatre sarcophages, dont un en marbre bleuâtre décoré de figures d’amours et victoires qu’on pourrait dater de 260-280 ap. J.-C. (Johannowsky, 1961, p. 265).

53 De Filippis, Passaro, 2009, p. 148.

54 Passaro, 2009.

55 Ibid., pp. 16-18.

56 Ibid., p. 18.

57 Van Wonterghem, 1984, pp. 157-162 ; Borlenghi, 2011a, pp. 252-255.

58 Staffa, 1997, pp. 173-175. Un vaste quartier résidentiel, fouillé dans la localité «  Piano S. Giacomo », est occupé dès l’époque tardo-républicaine jusqu’aux IIIe-IVe s. ap. J.-C.

59 Iasiello, 2007, pp. 112-115 ; Tornese, 2004-2005, pp. 684-685.

60 Van Wonterghem, 1984, p. 167 ; Giuntella, 1990, p. 487.

61 Tornese, 2004-2005, p. 684, n. 42.

62 Les sépultures ont été retrouvées à l’antérieur de l’oratoire de S. Alessandro et au sud de celui-ci, mais en dehors du campus (Van Wonterghem, 1984, p. 167 ; Giuntella, 1990, pp. 488-496 et 502-503).

63 Giuntella, 1998, p. 64.

64 Celidonio, 1909, pp. 20-38.

65 Ibid., pp. 44-47 ; Lanzoni, 1927, p. 372 ; Buonocore, Firpo, 1991, pp. 217-218.

66 Ibid., pp. 217-218.

67 Lamboglia, 1971 ; Borlenghi, 2011a, pp. 270-271, avec une bibliographie plus importante.

68 AE, 1994, 650 ; Mennella, Spadea Noviero, 1994 ; Borlenghi, 2011a, p. 269.

69 Ginestet, 1991, pp. 185-191.

70 Dubouloz, 2003a, pp. 102-103.

71 Dubouloz, 2003b, pp. 922-931, 949-953 ; Dubouloz, 2006, pp. 58-59.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Emporiae (Ampurias-E), côté méridional des remparts : essai de restitution des élévations du campus (d’après TREMOLEDA I TRILLA, 2012, p. 67, fig. 5.11)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 2. — Turobriga (Aroche-E) : photographie aérienne du campus (d’après BERMEJO MELÉNDEZ, CAMPOS CARRASCO, 2011, p. 57, fig. 3)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende FIG. 3. — Colonia Claudia Ara Agrippinensium (Cologne-D), partie septentrionale de l’île du Rhin : plan du campus avec les vestiges du portique et de la piscine à l’est (d’après HELLENKEMPER, 1986, p. 99, fig. 7)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 4. — Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges-F), quartier de Coupéré : plan du campus avec les vestiges de la piscine au milieu et du quadriportique pourvu de salles à l’est (d’après SABLAYROLLES, BEYRIE, 2006, p. 359, fig. 438)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 5. — Corfinium (Corfinio-I), suburbium : plan des vestiges du campus avec la Cathédrale (38) qui s’installe dans la zone occidentale (d’après VAN WONTERGHEM, 1984, p. 158, fig. 177)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1459/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search