Version classiqueVersion mobile

Urbanisme civique en temps de crise

 | 
Laurent Brassous
, 
Alejandro Quevedo

II. — Trajectoires singulières

De l’apogée à la crise Essor et déclin d’une ville provinciale romaine en Germanie

Les transformations urbaines d’Augusta Raurica du ie au ive s.

Thomas Hufschmid

Texte intégral

1La colonie romaine d’Augusta Raurica se dressait à une dizaine de kilomètres à l’est de Bâle (Suisse), sur la rive gauche du Rhin. Exploitant habilement la topographie locale, la ville antique s’est développée sur deux terrasses naturelles, s’écartant du fleuve pour s’étendre vers le sud. À l’est et à l’ouest de la terrasse méridionale, la plus élevée des deux, s’écoulaient les petits cours d’eau de l’Ergolz et du Violenbach ; au nord, elle s’achevait par un ravin. La partie de la ville érigée sur la terrasse supérieure, appelée « ville haute », bénéficiait de la bonne situation stratégique que lui conférait la topographie (fig. 1). C’est ici que se trouvait l’infrastructure politique et religieuse de la ville alors que plus bas, dans une zone moins bien protégée, la « ville basse » accueillait l’infrastructure commerciale, avec entre autres un port fluvial. Entre ces deux quartiers, au pied septentrional de la « ville haute », passait une importante voie à longue distance, reliant la vallée du Rhin au Plateau suisse, qui traversait la ville de part en part.

L’ESSOR ET NOUVELLES IMPULSIONS

DE LA FONDATION DE LA COLONIE...

  • 1 Sur la zone occupée plus tard par la ville romaine, on a retrouvé du mobilier datant de La Tène fi (...)
  • 2 Synthèse dans Berger (éd.), 2012, pp. 19-20.

2L’épigraphie nous apprend que la colonia raurica fut fondée en 44 av. J.-C. par Munatius Plancus, à un endroit où, à la fin de l’époque celtique, se dressait déjà peut-être un petit habitat. Après la fondation de la colonie, Plancus et ses troupes1, à la suite du meurtre de César, poursuivirent immédiatement leur route vers l’Italie, sans qu’une colonisation à proprement parler n’ait eu lieu : les témoignages archéologiques les plus anciens ne remontent qu’à l’époque augustéenne2.

  • 3 Kemkes, 2005, p. 45.

3À ses débuts, à l’époque tibéro-claudienne, l’occupation se présentait sous la forme d’une modeste ville frontière à la présence militaire marquée. Après que la politique augustéenne offensive, qui prévoyait encore une conquête de la Germanie jusqu’à l’Elbe, a connu une fin abrupte en 9 ap. J.-C. avec la « bataille de Teutobourg », on a édifié divers camps légionnaires servant de bases militaires le long de la frontière du Rhin3.

  • 4 Voir Hufschmid, 2007, pp. 60-61 ; pour les thermes, Berger (éd.), 2012, p. 152.

4C’est dans ce contexte que l’on replacera les débuts de la colonia raurica qui, malgré son statut de ville civile, constituait bel et bien l’un des éléments de cette ligne rhénane à caractère fortement militaire. Le développement urbaniste bénéficiait donc d’un moindre potentiel, et l’infrastructure de la ville à l’époque tibéro-claudienne ne dépassait pas celle d’un forum gallo-romain (forum tripartitum), d’une petite aire sacrée munie de simples chapelles et de temples gallo-romains de plan carré (fana), ainsi qu’un petit complexe de bains datant sans doute de l’époque claudienne (appelé « thermes des femmes »)4.

  • 5 Hänggi, 1988, pp. 17-21 ; Berger (éd.), 2012, p. 78.
  • 6 Ibid., p. 78.
  • 7 Hufschmid (éd.), 2009, pp. 188-191 ; synthèse également dans Berger (éd.), 2012, pp. 67-68 avec fi (...)

5Le forum principal, au cœur de la ville, fut mis en place au moment de la refondation sous Auguste (fig. 1,1) ; dans un premier temps, les constructions furent réalisées en bois5, puis la totalité du complexe fut remplacée par des édifices en dur vers le milieu du Ier s. ap. J.-C.6. En tenant compte de l’iconographie de divers fragments de dalles de marbre de l’autel principal et sur la base des éléments conservés d’une grande inscription d’architrave, on pourrait postuler que le temple aurait été en premier lieu consacré à Rome et à Auguste, ou à Jupiter Optimus Maximus et à l’empereur7.

  • 8 Deschler-Erb, Peter, Deschler-Erb (éds.), 1991, pp. 133-134 ; Berger (éd.), 2012, pp. 20-21 avec m (...)

6Par ailleurs, le camp militaire situé dans la « ville basse », à proximité du Rhin, constitue un élément essentiel qui, selon les données livrées par le mobilier, associées à des indices d’ordre numismatique et épigraphique, a dû être édifié sous Tibère déjà (fig. 1,2).8

FIG. 1. — Plan de la ville d’Augusta Raurica, état au début du IIIe s. ap. J.-C. (dessin HUFSCHMID, 2007)
1. Forum principal avec temple à podium et basilique
2. Emplacement du camp militaire tibéro-claudien
3. Temple à podium sur la colline de Schönbühl
4. Théâtre au centre de la ville
5. Sanctuaire au lieu-dit « Grienmatt » (autel monumental ?)
6. Amphithéâtre au lieu-dit « Sichelengraben »
7. Forum méridional
8. Emplacement de l’enceinte réduite sur Kastelen (dès env. 280 ap. J.-C.)
9. Complexe architectural à caractère ostentatoire de l’insula 41/47
10. Emplacement du castrum rauracense (dès env. 290/300 ap. J.-C.)

7En ces temps reculés, Augusta Raurica, partie intégrante de la ligne de fortiication militaire des frontières, correspondait sans doute à une petite ville de garnison.

... À L’EXPANSION URBAINE SOUS LES FLAVIENS

8Sous les Flaviens, la situation architecturale et politique connaît un profond remaniement. Dans la foulée des évènements qui se produisirent en 69 ap. J.-C., qui touchèrent de plein fouet le territoire helvétique et les futures provinces germaniques, on assiste à divers bouleversements d’ordre politique et administratif. Augusta Raurica est directement concernée par l’expansion romaine dans la région au nord du Rhin, les decumates agri. La nouvelle situation politique l’a fait passer du statut de ville-frontière à celui de bourgade d’arrière-pays, favorisant le développement de la ville. Ce n’est que sous les Flaviens qu’Augusta Raurica connut un véritable essor économique, transformant l’ancienne localité frontalière en cité commerciale florissante.

9Dès le dernier tiers du Ier s. ap. J.-C., on assiste petit à petit à la construction de nouvelles aires sacrées, de bains et d’un grand forum commercial, appelé « forum méridional » (fig. 1,7). On entreprit de construire un rempart (qui ne fut jamais achevé), et une importante partie des maisons d’habitations (insulae) fut du moins partiellement édifiée en dur. Le projet de construction le plus marquant, et sans aucun doute le plus coûteux, fut la construction sous Vespasien d’un sanctuaire monumental sur la colline appelée « Schönbühl » (fig. 1,3). La réalisation de ce complexe impliquait le démantèlement d’une partie de l’ancienne aire sacrée gallo-romaine, à la place de laquelle on édifia un temple à podium. À l’est, ce complexe fut agrémenté d’un théâtre de type gallo-romain, qui était relié directement au sanctuaire par un escalier monumental d’une largeur de 20 m (fig. 1,4).

10La phase de construction la plus ancienne du théâtre se présentait sous la forme d’une arène circulaire, sans doute augmentée d’une scène d’un étage dont le caractère multifonctionnel permettait de l’utiliser tant pour des spectacles sur scène que comme arène (fig. 2,a). Ce n’est que dans le cadre des travaux de transformation entrepris encore sous les Flaviens qu’on installa une construction de gradins de type « prohédrie » dans l’ancienne arène, adaptant ainsi l’édifice à une utilisation accrue pour des rassemblements, et éventuellement également comme curie/bouleutérion (fig. 2,b). Structurellement parlant, le théâtre faisait partie intégrante du sanctuaire, fonctionnant donc à la base conjointement au déroulement du culte, et ne jouant par conséquent nullement le rôle d’un lieu indépendant destiné à accueillir des manifestations. La question de l’interprétation de ce sanctuaire monumental s’impose. L’hypothèse la plus vraisemblable est celle d’un complexe destiné au culte impérial, peut-être édifié à l’initiative de Vespasien lui-même et impliquant la présence d’unités militaires, posant là un monument victorieux ostentatoire, véritable instrument de propagande de la dynastie des Flaviens.

11Outre le complexe sacré d’« Augst Schönbühl », on édifia dès le règne des Flaviens d’autres sanctuaires à Augusta Raurica ; ils se trouvent tous sans exception en bordure sud-ouest de la ville, dans une « ceinture sacrée » bien délimitée du reste de la zone occupée par la ville (fig. 1,5).

UN CENTRE LOCAL LA VILLE COMMERCIALE DU IIe ET DU DÉBUT DU IIIe S. AP.J.-C.

12Avec la politique de Trajan, les frontières de l’Empire atteignirent leur extension maximale ; pour Augusta Raurica, cette époque coïncide avec le début d’un apogée qui durera plus de cent ans, au cours desquels la ville va se développer, grâce à des conditions économiques propices, pour devenir un véritable centre régional.

a. Théâtre à arène, sous Vespasien
b. Transformation en théâtre scénique, phase ancienne (installation d’une prohédrie), sous les Flaviens
c. Semi-amphithéâtre, sous Trajan
d. Théâtre scénique, phase récente, vers 180 ap. J.-C.

FIG. 2. — Augusta Raurica, succession des théâtres dans le centre de la ville (dessin HUFSCHMID, 2007)

13Le déplacement de la frontière de l’Empire vers le nord et la mise en place du limes de Germanie supérieure et de Rhétie, qui protégeait la frontière du Danube au Bas-Rhin, en passant par le Jura souabe, conféra à l’Empire romain une solide frontière septentrionale, favorisant l’essor rapide des occupations sises dans cette zone de l’Empire. Ces conditions furent particulièrement favorables à Augusta Raurica. L’élan qui avait débuté sous les Flaviens put en effet se poursuivre sans entraves, permettant à ce qui était une petite colonie de devenir un important centre d’approvisionnement pour les camps militaires avancés situés autour des villes et des habitats de la région du limes. À Augusta Raurica, le développement économique a été favorisé par la situation géographique de la ville, sur le Rhin navigable et sur des voies à longue distance menant de la vallée du Rhin au Plateau suisse, en passant par les contreforts du Jura, avant de rejoindre l’Italie ; voilà qui allait jeter les bases du développement des infrastructures urbaines. Outre l’extension et la transformation des édifices monumentaux déjà existants, on assista au cours du IIe s. ap. J.-C. à la construction de nombreux édifices publics ainsi que de grands édifices urbains à caractère privé (domus).

a État vers le milieu du Ier s. ap. J.-C.
b État à la 1ère moitié du IIe s. ap. J.-C., adjonction d’une curie circulaire
c État vers le milieu du IIe s. ap. J.-C. Réfection de la basilique et transformation de la curie circulaire

FIG. 3. — Augusta Raurica, basilique sur le forum principal, succession des trois phases de construction connues (dessin Markus Schaub, Augusta Raurica)

  • 9 Hufschmid (éd.), 2009, pp. 166 et 169.
  • 10 C’est essentiellement sur territoire gallo-romain que l’on retrouve des monuments comparables sur (...)

14Vers 110 ap. J.-C., on construisit un amphithéâtre au centre de la ville ; peut-être s’agit-il d’une conséquence directe de la victoire de Trajan sur les Daces. Le nouvel amphithéâtre est édifié au-dessus du théâtre scénique antérieur, à présent démantelé, qui datait du règne de Vespasien (fig. 2,c)9. Sur la base du rapport tant axial que visuel régnant avec le temple se dressant sur la colline de « Schönbühl », située en face, on peut établir que cet édifice muni d’une arena couvrant une surface de 49 m × 36 m correspond à un « semi-amphithéâtre », dont l’extension de la partie occidentale demeurera réduite à la zone du podium10. Les gradins disposés en cercle, mentionnés plus haut et installés ultérieurement sous les Flaviens dans la zone de la prohédrie, appartenant à la plus ancienne phase de construction du théâtre, furent démolis lors de l’édification de l’amphithéâtre pour être sans doute remplacés par une nouvelle construction située sur le forum. Voilà du moins qui expliquerait de manière plausible pourquoi, au début du IIe s. ap. J.-C., une curie circulaire, munie de gradins comparables, fut accolée à la basilique préexistante sur son long côté oriental (fig. 3,b). On relèvera cependant que ces mesures de transformation entreprises sur le forum principal ne constituent qu’une phase intermédiaire avant que, vers le milieu du IIe s., on assiste à un bouleversement en profondeur de la totalité du complexe du forum et à une reconstruction complète de la basilique, vraisemblablement à la suite d’un incendie (fig. 3,c). On conserva cependant le concept de la curie circulaire, tout en remplaçant la tribune excavée en bois datant du début du IIe s. par une construction massive en pierre, constituée de dalles de calcaire du Jura. L’ancienne cave fut entièrement remblayée afin d’assurer la stabilité des gradins, dont le noyau se constituait de moellons et de mortier.

  • 11 Pour une tentative d’estimation du nombre d’habitants à Augusta Raurica, voir Bossart et alii, 200 (...)
  • 12 Trillmich, 1989-1990, pp. 87-98.
  • 13 Par exemple également à Avenches, Salone, Amman, Elusa, Pergame, ou Hiérapolis [Cianco Rossetto, P (...)

15Vers la fin du IIe s. ap. J.-C., la population de la colonie avait connu une croissance telle — on l’estime pour cette époque à 10 000-15 000 habitants11 — que le « semi-amphithéâtre » du centre de la ville, avec sa modeste capacité d’accueil de 8 000 places, s’avéra insuffisant. On opta donc pour la construction d’un nouvel amphithéâtre, qui fut réalisé dans un vallon en bordure sud-ouest de la ville, jouxtant les remparts (fig. 1,6). Capable d’accueillir 13 000 spectateurs, le nouvel édifice était pourvu d’une imposante façade orientale donnant sur le sanctuaire de Grienmatt ; il faisait partie intégrante de la ceinture sacrée située au sud-ouest de la ville. À l’emplacement du « semi-amphithéâtre » démantelé, datant du règne de Trajan, on édifia sur ces ruines, au centre de la ville, un nouveau théâtre scénique (fig. 2,d). Capable d’accueillir entre 10 000 et 12 000 spectateurs, cet édifice construit vers 180 ap. J.-C. bénéficiait d’un caractère monumental, contrairement à ses prédécesseurs, soulignant les rapports axiaux au temple situé en face. Une niche d’une surface de 3,35 m × 2,65 m, aménagée dans l’axe du temple et accolée à la prohédrie, semble avoir servi de lieu réservé, dans le théâtre, au culte de l’empereur : les processions déambulant du temple au théâtre en passant par le grand escalier monumental aboutissaient ici. On connaît des niches comparables, destinées aux membres de la maison impériale, dans divers théâtres scéniques romains, comme à Mérida12, où l’épigraphie mentionne un sacellum larum et imaginum, tant dans les provinces du nord que sur le pourtour méditerranéen13.

16Outre à la transformation du centre politique, on assiste au cours du IIe s. également à l’agrandissement et à l’embellissement de divers complexes de bains, en premier lieu des thermes centraux, près du forum, à l’agrandissement de divers sanctuaires au sud-ouest de la ville, ainsi qu’à l’extension du « forum méridional », édifié à l’époque flavienne et situé en bordure occidentale de la ville haute (fig. 1,7). Ce complexe, qui se présentait sous la forme d’un centre commercial équipé d’une grande aile administrative, est un symbole marquant de l’importance économique d’Augusta Raurica, qui n’a cessé de croître depuis l’époque flavienne.

LA FIN DE L’HISTOIRE — LA CRISE DE LA FIN DU IIIe S. AP.J.-C. ET LA CONSTRUCTION DU CASTRUM RAURACENSE

17Souvent citée, la crise qui toucha l’Empire romain à la fin du iiie s. ap. J.-C. frappa Augusta Raurica de plein fouet et sur plusieurs plans. Quelques décennies suffirent à détruire ce qui, au cours de plus de 150 ans de paix et de prospérité, avait débouché sur l’existence d’une ville remarquable, munie d’une infrastructure spécialisée et pratiquant un commerce florissant. Certes, la ville ne fut pas abandonnée, mais le maintien des structures urbaines et l’entretien des monuments ne purent plus être assurés.

  • 14 Voir une synthèse dans Wittke, Olshausen, Szydlak (éds.), 2012, p. 218.

18À l’est, l’Empire subissait la menace croissante des Sassanides qui, en 260 ap. J.-C., parvinrent même, lors de la bataille d’Edessa, à faire prisonniers l’empereur Valérien et tout son état major14 ; au nord, les tribus germaniques, en premier lieu les Francs et les Alamans, se pressaient aux frontières. La ligne de défense du limes de Germanie supérieure et de Rhétie était sur le point de se démanteler dans les régions situées au-delà du Rhin, et la politique romaine fut contrainte de déplacer sa frontière septentrionale jusqu’au cours du Rhin. Parallèlement, des querelles internes entre des prétendants au trône aboutirent en 260 ap. J.-C., sous Postumus, à la création de l’Empire des Gaules.

UN ÉVENTUEL TREMBLEMENT DE TERRE À AUGUSTA RAURICA ET LES conséQUENCES DE LA CRISE POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE AU MILIEU DU IIIe S. AP. J.-C

  • 15 Voir maintenant : Schatzmann, 2013.
  • 16 Cette observation est valable par exemple pour les domus installées à la rupture de pente du haut (...)
  • 17 Pour davantage d’informations à ce sujet, ibid., p. 80.
  • 18 Ceci correspond du moins aux observations réalisées par R. Schatzmann dans le cadre d’une étude ch (...)
  • 19 À ce sujet présentation synthétique et renvoi à une abondante bibliographie dans Schatzmann, 2007, (...)
  • 20 Cependant, R. Schatzmann demeure elle aussi dans le vague lorsqu’elle écrit : « … Auch die Beurtei (...)
  • 21 Ibid., p. 85.
  • 22 Voir une synthèse dans Berger (éd.) 2012, pp. 24-25. On trouvera une vision « pro séisme », confor (...)

19Les études réalisées tout récemment sur les événements du IIIe s. ap. J.-C. le montrent : le déclin d’Augusta Raurica a débuté à une époque antérieure à 260/270 ap. J.-C., indépendamment des conflits de l’époque tardive15. En effet, en divers endroits de la ville, on observe de manière récurrente la présence de témoignages archéologiques indiquant que, dès le milieu du IIIe s. ap. J.-C., des maisons d’habitation richement équipées et implantées dans différentes zones du périmètre de la ville sont abandonnées ou transformées en édifices à vocation économique16. Selon R. Schatzman, ce phénomène, débouchant sans doute au milieu du IIIe s. ap. J.-C. sur une modification profonde du tissu urbain, aura conduit à des changements structuraux parmi l’élite sociale. Les motifs en demeurent peu tangibles, et on ne saurait dire si l’abandon complet de riches maisons d’habitation coïncidait avec un démantèlement ou un départ partiel de l’élite. De même, on ne peut établir si la transformation de bâtiments d’habitation, concrétisée par l’installation de locaux commerciaux, implique un changement de propriétaire, ou s’il s’agit plutôt d’un indice évoquant une adaptation à des conditions économiques et sociales en mouvance17. On relèvera par ailleurs une série d’incendies qui se produisirent durant la période allant de 220/230 ap. J.-C. à 260/270 ap. J.-C. Fait intéressant, une partie des édifices touchés par le feu ont bénéficié d’une remise en état (essentiellement ceux situés au centre de la ville), alors que les bâtiments en marge de la cité ont en règle générale été abandonnés immédiatement après la catastrophe18. Ces événements ont déjà été évoqués en relation avec des murs écroulés à la même période, pour être replacés dans le cadre d’un ou de plusieurs séismes d’intensité moyenne, qui seraient responsables du début du déclin de la colonie19. Une telle interprétation implique que toutes les destructions s’insèrent impérativement dans un horizon unique, dont la définition sera très stricte. Il y a peu, R. Schatzmann a émis des doutes à ce sujet, sur la base d’études céramologiques détaillées20. Schatzmann postule bien davantage que la « structure urbaine serait petit à petit tombée en ruine », sans toutefois fournir de motifs concrets pour un processus qui se serait étalé sur une période relativement longue21. Quoi qu’il en soit, il n’est pour l’instant pas possible de répondre de manière irrévocable aux questions liées à l’origine des destructions constatées durant la période mentionnée : l’hypothèse d’un démantèlement progressif de la structure urbaine est à mettre sur le même plan que l’éventualité d’une fin abrupte due à des activités sismiques22.

  • 23 Si, jusque dans les années 1980, on postulait encore une « invasion alamane » en 259/260 ap. J.-C. (...)
  • 24 Il s’agit de dépôts découverts à Augst-Insula 42, Augst-Insula 18, Augst-Regionen 4G et 5B, Augst- (...)
  • 25 Drack, Fellmann, 1988, p. 75 ; Martin-Kilcher, 1994, p. 499.
  • 26 Deschler-Erb, Schwarz, 1993, pp. 173-179 ; Berger (éd.), 2012, p. 25 avec fig. 8.
  • 27 Ibid., pp. 25 et 328 ; Schwarz, 1998, p. 105.
  • 28 Berger (éd.), 2012, pp. 25 et 147.

20Pour autant qu’on puisse en juger aujourd’hui, Augusta Raurica ne fut donc pas touchée par les événements belliqueux qui se produisirent vers 260 ap. J.-C. et débouchèrent sur l’abandon de certains tronçons du limes23. Toutefois, on décèle vers le milieu du IIIe s. une certaine crainte de la guerre, concrétisée entre autres par le fait que des objets de valeur ont été dissimulés. On sera du moins tenté d’interpréter dans ce sens une série de dépôts recelant des monnaies, dont les plus récentes datent des années 250 ap. J.-C.24. Ces événements semblent avoir eu une influence sur la structure urbaine, dans la mesure où, comme nous l’avons déjà mentionné, les édifices en bordure sud-ouest de la ville, détruits par un incendie, n’ont pas été reconstruits, ce qui a dû conduire à un dépeuplement partiel du quartier sud-ouest. Par contre, les édifices monumentaux sont demeurés intacts et ont continué d’être utilisés selon leur fonction d’origine, indiquant que l’infrastructure publique d’Augusta Raurica vers le milieu du IIIe s. demeurait en grande partie intacte, malgré la situation politique instable qui régnait dans les territoires situés au-delà du Rhin. Cependant, on dispose de quelques indices isolés révélant que, sous l’empereur Gallien déjà (253-268 ap. J.-C.), des troupes ont été stationnées de manière préventive à Augusta Raurica25. C’est en effet la piste qu’indiquent les trouvailles issues d’un contexte militaire (pointes de lances hexagonales et pendeloques appartenant au harnachement des chevaux)26 datant de cette période, de même qu’un système de fossés en V mesurant 100 m × 100 m et datant éventuellement du règne de Gallien, découvert dans la zone qui sera plus tard occupée par le castrum rauracense27. De même, la construction du complexe de bains de Kaiseraugst (appelés « thermes du Rhin ») qui, sur le plan typologique, s’oriente fortement aux thermes des castra du limes de Germanie supérieure et de Rhétie et que l’on considérera assez vraisemblablement comme édifice militaire, semble s’inscrire dans ce contexte chronologique28.

CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCÉE COMBATS DE RUE ET FORTIFICATIONS

  • 29 Martin-Kilcher, 1985, p. 149 avec fig. 2 ; pp. 174-177 avec figs. 21-30 ; Schatzmann, 2011, pp. 75 (...)
  • 30 Schwarz, 2000a, pp. 50-53 avec figs. 29, 30.
  • 31 Berger (éd.), 2012, pp. 25-26 ; Schatzmann, 2011, p. 90 ; Martin-Kilcher, 1985, p. 191-195.
  • 32 Wittke, Olshausen, Szydlak, 2012, p. 222.
  • 33 Martin-Kilcher, 1985, pp. 194-195.
  • 34 Pour la fortification établie sur « Kastelen », voir Schwar, 1990 ; Schwarz, 2002.
  • 35 Schwarz, 1990, pp. 35-37 avec figs. 9 et 11 ; Schwarz, 2002, pp. 103-107 avec figs. 55-58 ; ibid. (...)

21Ce qui, dans les années 250/260 ap. J.-C., s’annonçait comme une crise économique, allait s’amplifier jusqu’au dernier tiers du IIIe s. pour déboucher sur une grave menace politique, puis militaire, explosant en conflits vers 275 ap. J.-C. La découverte d’armes dans la zone de la voie et du portique des insulae 29 et 3429, dont l’implantation est assez centrale, de même que celle d’un casque à crête et d’autres objets issus d’un contexte militaire dans l’insula 20, datant vraisemblablement eux aussi du dernier tiers du IIIe s. (fig. 4)30, évoquent bien l’existence de conflits, sans doute des batailles de rue, qui se sont déroulé, durant cette période31. Cependant, on ne peut établir avec certitude quel est le contexte dans lequel ces dernières éclatèrent. D’après les données actuelles de la recherche, Augusta Raurica se trouvait dans la zone frontalière nord-est de l’Empire des Gaules32, rendant tout à fait probable une implication dans les conflits opposant Tetricus à Aurélien, à la suite de la réintégration de l’Imperium Gallium dans l’Empire romain. Dans ce contexte, on pourrait considérer les combats de rue attestés dans la ville haute d’Augst comme des témoignages directs de cet événement et les dater du printemps 274 ap. J.-C.33. D’autre part, on ne saurait nullement exclure que les traces de combats résultent d’invasions germaniques, telles qu’elles nous sont rapportées pour les années 275-277 ap. J.-C., qui accompagnent les troubles liés à la dissolution de l’Empire des Gaules après la mort d’Aurélien. Quoi qu’il en soit, il est établi que ces combats ont coûté la vie à de nombreux habitants d’Augusta Raurica, et que bien d’autres ont dû fuir, abandonnant apparemment une grande partie de la « ville haute », plus particulièrement les zones marginales, à l’est, au sud et à l’ouest, qui tombèrent en ruine. Vers 280 ap. J.-C., on assiste à l’édification d’un complexe fortifié sur le contrefort septentrional de la ville haute, l’éperon de « Kastelen », sans doute en réaction immédiate à ces événements, et aussi dans le cadre des mesures globales liées au concept défensif de l’empereur Probus (276-282 ap. J.-C.) (fig. 1,8)34. Ce quartier de la ville, à un emplacement techniquement facile à défendre, fut protégé par un mur d’une épaisseur de 2,50-3,00 m au niveau des fondations, équipé sur le côté sud d’un triple système de remparts et de fossés échelonnés en profondeur (fig. 5). Pour la construction du mur défensif, on a utilisé en remploi les blocs récupérés lors du démantèlement systématique des édifices urbains35.

FIG. 4. — Augusta Raurica, casque de fer du Bas Empire découvert dans l’insula 20, fin du IIIe-IVe s. ap. J.-C. (cliché Elisabeth Schulz, Augusta Raurica)

FIG. 5. — Augusta Raurica, fortification du Bas Empire (enceinte réduite) au lieu-dit « Kastelen ». Tentative de restitution avec tronçon du mur d’enceinte septentrional et aménagements intérieurs (dessin HUFSCHMID, 2007)

  • 36 À propos des murs défensifs du Bas Empire présentant une architecture comparable, tels ceux de Mea (...)
  • 37 Outre la découverte d’un gradin en grès bigarré utilisé pour le mur défensif et dont on peut démon (...)
  • 38 En postulant une datation de l’inscription sous Valentinien, on pourrait la compléter en mentionna (...)

22Le Rhin matérialisant à nouveau la frontière avec les territoires germaniques, les carrières de grès situées sur sa rive droite n’étaient plus accessibles, interdisant l’approvisionnement en grands blocs fraîchement taillés. Cependant, demeurant dans la tradition de l’architecture défensive du Bas Empire36, le niveau inférieur des fondations du mur allait être réalisé en gros blocs, pour des raisons de stabilité. Pour la construction de ce complexe défensif, on entreprit donc de démonter les édifices publics dont l’entretien ne pouvait plus être garanti au vu de la profonde crise que la ville traversait. On exploita surtout les constructions du théâtre, soit celles du théâtre scénique récent situé au centre de la ville et de l’amphithéâtre récent en marge sud-ouest de la ville qui, grâce à leurs gradins de pierre, étaient en mesure de livrer des blocs de grès en abondance37. C’est sans doute à l’initiative de Probus qu’on édifia un complexe défensif qui ne put être achevé que sous Dioclétien (286-305 ap. J.-C.). La fonction première du complexe, qui ceignait une surface d’environ 3 ha, était sans doute celle de refuge pour une population civile décimée ; par son caractère, il correspondait à l’« enceinte réduite » du centre des habitats fortifiés, soit à une zone ceinte d’un rempart, située à l’intérieur d’un complexe urbain bien plus important. De nombreux objets issus d’un contexte militaire, découverts à l’intérieur de la fortification, indiquent par ailleurs que le complexe a également été utilisé par des membres de l’armée, et probablement édifié par des troupes romaines. Une inscription découverte à Kaiseraugst en utilisation secondaire, mentionnant un murus Magidunensis (du celte Magidunum = fortification de campagne) qui, selon la manière dont on la complète peut être datée du règne de Dioclétien, pourrait éventuellement être liée à la construction de la fortification établie sur Kastelen38.

  • 39 Pour le temple de Sichelen 1, des trouvailles monétaires pourraient évoquer une utilisation jusqu’ (...)
  • 40 Synthèse dans Schatzmann, 2011, p. 89.
  • 41 Ibid., p. 89.
  • 42 Martin-Kilcher, 1985, p. 194 ; Martin-Kilcher, 1994, p. 497.
  • 43 Pour les structures et les mosaïques en particulier, voir Schmid, 1993, pp. 90-103 ; 113-132.
  • 44 Berger (éd.), 2012, pp. 202-203 ; Schatzmann, 2012, p. 80.
  • 45 Martin-Kilcher, 1994, p. 499 ; Schatzmann, 2012, p. 80.

23La surface habitée de la « ville haute » a littéralement fondu, passant de 35 ha (350 000 m2) à 6-7 ha (60 000-70 000 m2), l’habitat cessant de fonctionner en tant que centre urbain. Pour les édifices du théâtre, on décèle un démantèlement vers 280 ap. J.-C., destiné à se procurer des matériaux de construction ; pour les autres bâtiments publics, l’état encore rudimentaire des études interdit des conclusions plus précises. Il est très probable que le « forum sud » et les thermes centraux aient eux aussi été démantelés à ce moment. Par contre, il est difficile de savoir si, et sous quelle forme, les sanctuaires remplirent encore leur rôle au-delà de cette date : le pillage de pierres au début de l’époque moderne, mais aussi parfois les fouilles anciennes du XVIIIe et du XIXe s., ont fortement dégradé les monuments et les stratigraphies conservées39. Pour le forum principal également, les sources sont plutôt maigres et leur interprétation parfois ardue. On trouve d’une part des indices montrant que certaines zones ont été pillées après 275 ap. J.-C., servant sans doute de carrières pour se procurer des matériaux de construction ; d’autre part, on décèle quelques rares traces de transformations et d’aménagements qui perdurent jusqu’à la fin du IIIe et la moitié du IVe s. indiquant que, pour cette période, certaines activités ont encore dû avoir lieu sur le forum40. R. Schatzmann considère ces processus comme découlant d’un phénomène observé dans d’autres villes et dans des vici « indem öffentliche Komplexe ab der zweiten Hälfte des 3. Jahrhunderts und bis in die Spätantike hinein eine neue Zweckbestimmung erhielten — seien es Thermen, Theater, Amphitheater oder Fora, die zu eigenständigen Wehrbauten ausgebaut, in eine Befestigung integriert oder für Wohn — und Gewerbezwecke umgenutzt werden »41. On soulignera par ailleurs que, bien que la population ait été décimée, certaines zones centrales de la ville haute demeurèrent habitées jusqu’à la fin du IIIe s. ou même au début du IVe s. La situation de destruction et les conditions politiques précaires pourraient faire penser qu’il ne s’agirait que d’habitations improvisées, dans lesquelles vivaient les derniers membres d’une population appauvrie ; force est cependant de constater qu’elles se présentent sous la forme de maisons d’habitation richement équipées, appartenant à une élite apparemment encore nantie42. Dans cette catégorie d’édifices, on compte entre autres les domus des insulae 30 et 41/47 (fig. 1,9)43, ornées de mosaïques et ayant parfois fait l’objet de plusieurs réfections. C’est surtout le vaste édifice de l’insula 41/47, décoré d’abondantes mosaïques, qui possède un caractère résidentiel permettant de se demander s’il s’agit ici simplement d’une maison d’habitation particulièrement riche, ou plutôt du siège d’un important magistrat ou d’un fonctionnaire militaire44. L’état actuel de la recherche ne permet pas d’établir avec certitude si cette famille aisée était membre de l’élite locale ou s’il s’agit bien plutôt d’un nouveau groupe de riches fonctionnaires et officiers ayant beaucoup d’influence et qui semble s’être établi dès la 2e moitié du IIIe s. parallèlement aux notables indigènes45.

DE LA « VILLE HAUTE » AU RHIN — LE CASTRUM RAURACENSE

  • 46 Voir les représentations synthétiques dans Guggisberg (éd.), 2003, pp. 217-220 ; Berger (éd.), 201 (...)
  • 47 En dernier lieu ibid., p. 26.
  • 48 Pour l’utilisation de blocs en remploi dans le rempart du castrum rauracense, voir Schwarz, 2002, (...)

24Sans doute dans le contexte des importantes mesures de protection des frontières ordonnées par Dioclétien, on assiste vers 290/300 ap. J.-C. à la construction d’un nouveau complexe défensif, le castrum rauracense, situé cette fois directement sur les rives du Rhin, dans la zone occupée autrefois par la « ville basse » (fig. 1,10)46. Au cours de la 1re moitié du IVe s. ap. J.-C., le complexe servit de garnison à la legio I Martia, nouvellement créée par Dioclétien et peut-être également responsable de sa construction47. Avec les limitanei, les troupes frontalières, la population civile demeurée ici trouvait du moins en période de détresse à s’abriter dans le complexe de 3,6 ha, muni de 26 tours défensives (fig. 6). Les nombreux blocs utilisés en remploi dans la zone des fondations du mur défensif, d’une épaisseur de près de 4,00 m, révèlent que les derniers édifices publics de la ville haute ont été pillés pour la construction du castrum48.

FIG. 6. — Augusta Raurica, castrum rauracense, plan au sol et tentative de restitution. La flèche indique le lieu de découverte du trésor d’argenterie (dessin Markus Schaub, Augusta Raurica)

  • 49 Guggisberg (éd.), 2003, p. 212 avec n. 684 ; Berger (éd.), 2012, p. 27 ; Fellmann, 2000, p. 53.
  • 50 Amm. 16, 12, 5.
  • 51 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 221-222.

25Dans le cadre des disputes pour le trône qui opposèrent les fils de Constantin et conduisirent à l’usurpation de la moitié occidentale de l’Empire par Magnence en 350 ap. J.-C., on assista à de nouveaux conflits dans la région d’Augusta Raurica. Après que Constance II incita les Germains à envahir le territoire de son adversaire Magnence afin d’affaiblir ce dernier. On assiste à partir de 351 ap. J.-C. à d’importantes attaques récurrentes de tribus germaniques contre la zone située à gauche du Rhin et le territoire de la Suisse actuelle49. Le castrum rauracense ne fut lui non plus épargné par ces attaques, et Ammianus Marcellinus rapporte que, dans ce contexte, de nombreuses villes établies sur le Rhin furent détruites50. Les indices numismatiques fournis par divers dépôts monétaires permettent de déduire que les habitants du castrum rauracense furent également touchés par ces attaques, que le castrum fut attaqué au plus tard à la fin de l’été 352 ap. J.-C., et qu’il fut sans doute partiellement détruit51.

  • 52 Pour le trésor d’argenterie en général, Guggisberg (éd.), 2003 ; Rütti, Aitken (éds.), 2003 ; Fell (...)
  • 53 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 289-290 ; Rütti, Aitken (éds.), 2003, pp. 72-74 ; Fellmann, 2000, p. 5 (...)
  • 54 Rütti, Aitken (éds.), 2003, pp. 40-42 ; Guggisberg (éd.), 2003, pp. 225-232.
  • 55 Par exemple dans le calendrier de 354 ; à ce propos, voir Rütti, Aitken (éds.), 2003, p. 45 avec f (...)
  • 56 Pour le plat des decennalia de Constant, voir Guggisberg (éd.) 2003, pp. 117-164 ; ibid., pp. 178- (...)
  • 57 Fellmann, 2000, pp. 53-55 avec fig. 10 ; Rütti, Aitken (éds.), 2003, p. 74 ; Guggisberg (éd.), 200 (...)
  • 58 Au sujet des propriétaires, voir Guggisberg (éd.), 2003, pp. 237-240, 287-288 ; synthèse également (...)

26C’est sans doute dans le cadre de cette attaque que l’on dissimula le célèbre trésor d’argenterie qui, à ce moment, devait appartenir à un seul ou plusieurs officiers de haut rang (fig. 7)52. Ce trésor du Bas Empire découvert à Kaiseraugst est évocateur des temps troublés qui caractérisent le milieu du IVe s. ap. J.-C. Comptant 270 pièces pour un poids total de 57,5 kg, il fut caché entre le printemps 350 ap. J.-C. et la fin de l’été 352 ap. J.-C. dans l’angle sud-ouest du castrum rauracense, au pied du mur méridional ; les objets avaient été placés dans un coffre en bois rembourré de foin (fig. 6)53. Divers éléments, entre autres les grands plats en argent d’une qualité artisanale surprenante, ainsi que des bols exempts d’ornements, révèlent qu’une grande partie du trésor correspondait à des cadeaux impériaux (largitiones), au travers desquels les souverains s’assuraient la loyauté de leurs fonctionnaires et de leurs officiers54. La coutume selon laquelle l’empereur, dans le cadre d’occasions particulières comme des anniversaires ou des jubilés, offre en reconnaissance de précieux cadeaux et d’importantes sommes d’argent à ses fidèles partisans, constituait un élément caractéristique de la politique du Bas Empire, qui s’exprime de diverses manières dans l’iconographie55. Cette coutume se révèle particulièrement bien dans le trésor d’argenterie de Kaiseraugst, avec le plat réalisé à l’occasion des decennalia de l’empereur Constant, au riche décor niellé (fig. 7). Une inscription métrique autour du médaillon central se rapporte au dixième anniversaire de l’accession au trône de l’empereur Constant, en 342/343 ap. J.-C., indiquant que le plat est un cadeau impérial destiné à un haut fonctionnaire56. Les trois lingots d’argent, pesant chacun trois livres romaines, ont eux aussi une importance particulière ; il s’agit sans doute également de cadeaux pour loyaux services ; avec une datation vers 350 ap. J.-C., ils correspondent aux objets les plus récents retrouvés dans le trésor57. Les lingots, frappés d’un poinçon de Magnence, révèlent que l’un ou l’autre des derniers propriétaires du trésor58 auront pu être des partisans de l’usurpateur germanique - on pensera entre autres à un tribun du nom de Marcellianus, dont le nom est très présent sur les objets, avec 11 inscriptions gravées.

FIG. 7. — Augusta Raurica, trésor d’argenterie datant du Bas Empire, mis au jour dans le castrum rauracense (lieu de découverte, cf. fig. 6), enfoui entre 350 et 352 ap. J.-C. Premier à gauche : le plat commémorant les dix ans de règne de Constant, avec une inscription métrique dans le médaillon central (cliché Ursi Schild, Augusta Raurica)

  • 59 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 208-214.
  • 60 À ce sujet également Berger (éd.), 2012, p. 29.

27Bien que nous ne sachions pas dans le détail quels furent les motifs ayant poussé ses propriétaires à dissimuler un trésor dont la valeur était immense durant l’Antiquité déjà, la mention de Magentius et d’un tribun militaire illustre bien que l’on se trouvait dans un contexte conflictuel, en rapport avec les combats visant à replacer la totalité de l’Empire sous le règne de Constantin II. Ce conflit, comme on le sait, déboucha en 353 ap. J.-C. sur la victoire de Constantin II à la bataille du Mons Seleucus, suivie du suicide de Magnence59. En ce qui concerne la garnison du castrum rauracense, le fait que le trésor n’a jamais été récupéré indique que les troupes stationnées à Kaiseraugst ont été surprises par les combats. Les propriétaires n’ont plus été en mesure de reprendre leur bien, pour quelque raison que ce soit60.

ÉPILOGUE

  • 61 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 222-223 ; Berger (éd.), 2012, p. 29 ; Rütti, Itken (éds.), 2003, p. 17 (...)

28Après sa victoire totale sur Magnence, Constance II régna dès 353 ap. J.-C. sur l’Empire romain en souverain absolu61.

  • 62 Berger (éd.), 2012, p. 29 ; Guggisberg (éd.), 2003, p. 223.
  • 63 Amm. 14, 10, 6 f.
  • 64 Synthèse dans Berger (éd.), 2012, p. 30.
  • 65 Kemkes, 2005, pp. 52-53.
  • 66 Amm. 20, 10, 3 évoque un voyage d’inspection entrepris par Julien « ad usque Rauracos ».

29Certes, les tensions internes qui duraient depuis la mort de Constantin le Grand étaient apaisées, mais, sur le plan de la politique extérieure, les menaces n’avaient fait que croître. C’est pour cette raison que, dans le cadre de la défense des frontières de l’Empire, Constance II déplaça une partie de ses troupes de la Gaule vers le Rhin d’où, en 354 ap. J.-C., il prépara une opération militaire contre les Germains. Après que les dégâts que la guerre avait fait subir au castrum rauracense ont été réparés, entre autres avec des matériaux de construction issus du démantèlement de l’« enceinte réduite », il semble que Constance ait utilisé la région actuellement occupée par Kaiseraugst comme place de rassemblement de son armée de campagne, afin de préparer l’attaque prévue contre les Alamans installés au-delà du Rhin62. Avec un pont fait de bateaux amarrés côte à côte, installé « prope Rauracum » comme l’écrit Ammien, il tenta de traverser le fleuve pour pénétrer en territoire germanique, mais dut renoncer à cette entreprise sous la pluie de projectiles des troupes ennemies63. Il en découla un traité de paix avec les Alamans, qui ne fut toutefois que de brève durée. Finalement, Julien, corégent en fonction depuis 355 ap. J.-C., parvint en 357 ap. J.-C. à vaincre les Alamans rassemblés sous le roi Chnodomar, lors de la bataille de Strasbourg64. Le Rhin redevint dès lors définitivement fleuve frontière entre la Germanie et l’Empire romain ; il s’en suivit une remise en état et un agrandissement des fortifications frontalières et des castra déjà existants pour former le limes « Danube-Iller-Rhin »65. Dans le cadre de ses tournées d’inspection, l’empereur séjourna semble-t-il à différentes reprises au castrum rauracense, en 360 ap. J.-C. par exemple, lorsque Julianus, dans le cadre d’une inspection de la frontière du Rhin, visita le complexe défensif, comme l’évoque Ammianus Marcellinus66.

  • 67 Pour la date du démantèlement de l’« enceinte réduite », Schwarz, 2002, pp. 183-184 ; 441.
  • 68 Martin, 1979, p. 428 ; synthèse également dans Berger (éd.), 2012, p. 32.
  • 69 Au sujet de l’église, Faccani (éd.), 2012 ; synthèse à présent également dans Berger (éd.), 2012, (...)
  • 70 La traduction de l’article est due à Catherine Leuzinger-Piccand.

30Le démantèlement de l’« enceinte réduite » de Kastelen vers le milieu du IVe s. ap. J.-C. avait scellé la fin de l’occupation principale située dans la « ville haute », qui s’était déplacée définitivement dans le castrum situé sur les rives du Rhin67. Autrefois étendue, la colonie fut définitivement abandonnée et les nombreux édifices monumentaux tombèrent en ruine ou firent l’objet d’un pillage à large échelle. La population largement décimée qui avait survécu aux crises et aux combats de la fin du IIIe s. et de la 1ère moitié du IVe s. alla définitivement s’installer sur les rives du Rhin, à l’intérieur et autour du castrum rauracense où, sous protection militaire, un petit centre urbain put se développer, abritant une population romane christianisée68. Aux alentours de 400 ap. J.-C. déjà, on édifia une première église au sein des murs du castrum, constituant le centre d’un siège épiscopal dont on suppose l’existence à Kaiseraugst durant le Bas Empire69. Voilà qui mettait un terme à la centaine d’années de déclin de la ville de province impériale. Des crises économiques, des épidémies de peste et des conflits armés avaient tant affaibli la région qu’une ville florissante comptant près de 15 000 habitants avait pratiquement été rayée de la carte. Les gens avaient été emportés par les maladies ou par les guerres, quand ils ne s’étaient pas enfuis vers des régions plus sûres. Seule une petite population de quelques centaines de personnes était demeurée sur place, ou était même venue s’installer ici, bien à l’abri derrière les murs du castrum et soutenue par des unités militaires basées sur place. Au IVe s. ap. J.-C., l’occupation était redevenue ce qu’elle était sous Auguste : une bourgade de province sur les rives du Rhin, contrainte d’être toujours sur le qui-vive aux frontières de la Germanie libre70.

Notes

1 Sur la zone occupée plus tard par la ville romaine, on a retrouvé du mobilier datant de La Tène finale ; il semble corroborer une hypothèse discutée de longue date, postulant à Augst un habitat ou une tête de pont datant de La Tène finale [Berger (éd.), 2012, pp. 17-18 ; Vogel Müller, Nick, Peter, 2012, p. 153].

2 Synthèse dans Berger (éd.), 2012, pp. 19-20.

3 Kemkes, 2005, p. 45.

4 Voir Hufschmid, 2007, pp. 60-61 ; pour les thermes, Berger (éd.), 2012, p. 152.

5 Hänggi, 1988, pp. 17-21 ; Berger (éd.), 2012, p. 78.

6 Ibid., p. 78.

7 Hufschmid (éd.), 2009, pp. 188-191 ; synthèse également dans Berger (éd.), 2012, pp. 67-68 avec fig. 52 ; voir en outre Schwarz, 1991, pp. 181-184 et 196. Synthèse dans Berger (éd.), 2012, pp. 70-78 avec figs. 54 et 55.

8 Deschler-Erb, Peter, Deschler-Erb (éds.), 1991, pp. 133-134 ; Berger (éd.), 2012, pp. 20-21 avec mention d’une stèle funéraire évoquant les membres de l’ala moesica felix torquata et de l’ala hispana.

9 Hufschmid (éd.), 2009, pp. 166 et 169.

10 C’est essentiellement sur territoire gallo-romain que l’on retrouve des monuments comparables sur le plan architectonique, pour un type de construction défini par la situation topographique. Cependant, l’amphithéâtre de Cyrène, en Libye, montre qu’il est parfaitement possible de trouver des bâtiments de ce type également en dehors des provinces gauloises et germaniques. Voir synthèse dans Hufschmid (éd.), 2009, p. 157.

11 Pour une tentative d’estimation du nombre d’habitants à Augusta Raurica, voir Bossart et alii, 2006.

12 Trillmich, 1989-1990, pp. 87-98.

13 Par exemple également à Avenches, Salone, Amman, Elusa, Pergame, ou Hiérapolis [Cianco Rossetto, Pisani Sartorio (éds.), 1994/95/96, pp. III, 281 ; I, 307 ; II, 76 ; III, 347 ; III, 396 ; III, 400 ; III, 487].

14 Voir une synthèse dans Wittke, Olshausen, Szydlak (éds.), 2012, p. 218.

15 Voir maintenant : Schatzmann, 2013.

16 Cette observation est valable par exemple pour les domus installées à la rupture de pente du haut plateau dans les insulae 1, 20 et 34, de même aussi peut-être que pour la maison à péristyle découverte il y a quelques années seulement dans l’insula 27 (cf. à ce sujet, synthèse dans Schatzmann, 2011, pp. 78-79).

17 Pour davantage d’informations à ce sujet, ibid., p. 80.

18 Ceci correspond du moins aux observations réalisées par R. Schatzmann dans le cadre d’une étude chronologique détaillée des structures concernées. Parmi les neuf maisons détruites par un incendie et s’insérant dans cette fourchette chronologique, les cinq édifices implantés au centre ont été remis en état après leur destruction (bâtiments des insulae 16, 22, 30, 35 et 36), alors que les quatre maisons en position marginale sur le plan géographique ont été abandonnées (l’édifice de Kaiseraugst-Schmidmatt, à la limite entre la ville haute et la ville basse, ainsi que trois bâtiments en bordure sud-ouest de la ville), (ibid., pp. 82-88 avec fig. 14).

19 À ce sujet présentation synthétique et renvoi à une abondante bibliographie dans Schatzmann, 2007, pp. 50-51 ; Schatzmann, 2011, p. 66 avec note 5 ; Berger (éd.), 2012, p. 24.

20 Cependant, R. Schatzmann demeure elle aussi dans le vague lorsqu’elle écrit : « … Auch die Beurteilung der Zeitpunkte der verschiedenen Brände zueinander ist derzeit nicht genauer zu beurteilen : Zwar fallen die mehrfach vorhandenen termini post quos mit Münzen des Gordian III. auf, so dass an einen relativ kurzen Zeithorizont gedacht werden könnte. Die jeweils zugehörigen Keramikspektren lassen sich aber nicht eng genug datieren, um dazu klärend beizutragen. Es kann sich um zeitgleiche Brände in verschiedenen Stadtquartieren handeln — was an eine gemeinsame Ursache denken lässt —, ebenso gut aber auch um Einzelereignisse. » (Schatzmann, 2011, p. 82).

21 Ibid., p. 85.

22 Voir une synthèse dans Berger (éd.) 2012, pp. 24-25. On trouvera une vision « pro séisme », confortée par divers murs écroulés, dans Amman, Schwarz, 2011b, pp. 96, 100, 120 ainsi que Amman, Schwarz (éds.), 2011a, pp. 112-113. Une attitude plus critique est formulée par Schatzmann, 2011, pp. 66-67 ; Schatzmann, 2007, pp. 50-53.

23 Si, jusque dans les années 1980, on postulait encore une « invasion alamane » en 259/260 ap. J.-C., au cours de laquelle les Germains auraient en un instant franchi le limes, la recherche récente rejette cette hypothèse pour évoquer un modèle aux multiples facettes, dans lequel diverses influences conduisent au démantèlement de la frontière. Pour ces événements et les arguments en faveur d’un démantèlement progressif, voir Kuhnen, 1992, p. 35 ; Kemkes, 2005, p. 52.

24 Il s’agit de dépôts découverts à Augst-Insula 42, Augst-Insula 18, Augst-Regionen 4G et 5B, Augst-Kastelen et Kaiseraugst-Dorfstrasse [voir Berger (éd.), 2012, p. 25 ; Schatzmann, 2011, pp. 82-83 ; Guggisberg (éd.), 2003, pp. 220-222].

25 Drack, Fellmann, 1988, p. 75 ; Martin-Kilcher, 1994, p. 499.

26 Deschler-Erb, Schwarz, 1993, pp. 173-179 ; Berger (éd.), 2012, p. 25 avec fig. 8.

27 Ibid., pp. 25 et 328 ; Schwarz, 1998, p. 105.

28 Berger (éd.), 2012, pp. 25 et 147.

29 Martin-Kilcher, 1985, p. 149 avec fig. 2 ; pp. 174-177 avec figs. 21-30 ; Schatzmann, 2011, pp. 75-76 avec fig. 10.

30 Schwarz, 2000a, pp. 50-53 avec figs. 29, 30.

31 Berger (éd.), 2012, pp. 25-26 ; Schatzmann, 2011, p. 90 ; Martin-Kilcher, 1985, p. 191-195.

32 Wittke, Olshausen, Szydlak, 2012, p. 222.

33 Martin-Kilcher, 1985, pp. 194-195.

34 Pour la fortification établie sur « Kastelen », voir Schwar, 1990 ; Schwarz, 2002.

35 Schwarz, 1990, pp. 35-37 avec figs. 9 et 11 ; Schwarz, 2002, pp. 103-107 avec figs. 55-58 ; ibid. pp. 114-115 avec figs. 67 et 68 ; Berger (éd.), 2012, pp. 60-61 avec fig. 41.

36 À propos des murs défensifs du Bas Empire présentant une architecture comparable, tels ceux de Meaux (France), Soissons (France), Bordeaux (France), Le Mans (France) et Jublains (France), voir Schwarz, 2002, pp. 118-121 avec figs. 69 et 70.

37 Outre la découverte d’un gradin en grès bigarré utilisé pour le mur défensif et dont on peut démontrer qu’il provient de l’une des constructions du théâtre (voir Hufschmid, 2012, p. 117 ; Schwarz, 2002, pp. 134-135), on a retrouvé à Kastelen des éléments de parapet eux aussi en remploi qui, sur la base de leur profil, devraient provenir du théâtre scénique récent (Hufschmid, 2012, p. 117).

38 En postulant une datation de l’inscription sous Valentinien, on pourrait la compléter en mentionnant une réparation effectuée auprès du mur défensif du castrum rauracense, construit vers 290/300 ap. J.-C. (voir à ce propos plus de détails dans Schwarz, 2000b, pp. 156-162 ; par ailleurs synthèse dans Berger [éd.], 2012, p. 31).

39 Pour le temple de Sichelen 1, des trouvailles monétaires pourraient évoquer une utilisation jusqu’à la fin du IIIe s. ap. J.-C. ; il en va de même pour le temple de Sichelen 2, dont la monnaie la plus tardive indique pour sa part le IVe s. ap. J.-C. (335-341 ap. J.-C.) (synthèse dans Berger [éd.], 2012, pp. 175 ; 179).

40 Synthèse dans Schatzmann, 2011, p. 89.

41 Ibid., p. 89.

42 Martin-Kilcher, 1985, p. 194 ; Martin-Kilcher, 1994, p. 497.

43 Pour les structures et les mosaïques en particulier, voir Schmid, 1993, pp. 90-103 ; 113-132.

44 Berger (éd.), 2012, pp. 202-203 ; Schatzmann, 2012, p. 80.

45 Martin-Kilcher, 1994, p. 499 ; Schatzmann, 2012, p. 80.

46 Voir les représentations synthétiques dans Guggisberg (éd.), 2003, pp. 217-220 ; Berger (éd.), 2012, p. 26 ; ibid., pp. 317-333.

47 En dernier lieu ibid., p. 26.

48 Pour l’utilisation de blocs en remploi dans le rempart du castrum rauracense, voir Schwarz, 2002, p. 121 avec fig. 71 ; Berger (éd.), 2012, p. 320.

49 Guggisberg (éd.), 2003, p. 212 avec n. 684 ; Berger (éd.), 2012, p. 27 ; Fellmann, 2000, p. 53.

50 Amm. 16, 12, 5.

51 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 221-222.

52 Pour le trésor d’argenterie en général, Guggisberg (éd.), 2003 ; Rütti, Aitken (éds.), 2003 ; Fellmann, 2000.

53 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 289-290 ; Rütti, Aitken (éds.), 2003, pp. 72-74 ; Fellmann, 2000, p. 53 ; Berger (éd.), 2012, p. 29.

54 Rütti, Aitken (éds.), 2003, pp. 40-42 ; Guggisberg (éd.), 2003, pp. 225-232.

55 Par exemple dans le calendrier de 354 ; à ce propos, voir Rütti, Aitken (éds.), 2003, p. 45 avec fig. 45.

56 Pour le plat des decennalia de Constant, voir Guggisberg (éd.) 2003, pp. 117-164 ; ibid., pp. 178-179 ; synthèse également dans Fellmann, 2000, pp. 51-52 ; Rütti, Aitken (éds.), 2003, p. 3 ; Ibid., p. 41 avec fig. 39.

57 Fellmann, 2000, pp. 53-55 avec fig. 10 ; Rütti, Aitken (éds.), 2003, p. 74 ; Guggisberg (éd.), 2003, p. 290 ; Berger (éd.), 2012, p. 29.

58 Au sujet des propriétaires, voir Guggisberg (éd.), 2003, pp. 237-240, 287-288 ; synthèse également dans Berger (éd.), 2012, p. 29.

59 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 208-214.

60 À ce sujet également Berger (éd.), 2012, p. 29.

61 Guggisberg (éd.), 2003, pp. 222-223 ; Berger (éd.), 2012, p. 29 ; Rütti, Itken (éds.), 2003, p. 17 avec fig. 12.

62 Berger (éd.), 2012, p. 29 ; Guggisberg (éd.), 2003, p. 223.

63 Amm. 14, 10, 6 f.

64 Synthèse dans Berger (éd.), 2012, p. 30.

65 Kemkes, 2005, pp. 52-53.

66 Amm. 20, 10, 3 évoque un voyage d’inspection entrepris par Julien « ad usque Rauracos ».

67 Pour la date du démantèlement de l’« enceinte réduite », Schwarz, 2002, pp. 183-184 ; 441.

68 Martin, 1979, p. 428 ; synthèse également dans Berger (éd.), 2012, p. 32.

69 Au sujet de l’église, Faccani (éd.), 2012 ; synthèse à présent également dans Berger (éd.), 2012, pp. 336-340. Pour les premiers témoignages chrétiens à Augst et Kaiseraugst, voir Schwarz, 1989/1990.

70 La traduction de l’article est due à Catherine Leuzinger-Piccand.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. — Plan de la ville d’Augusta Raurica, état au début du IIIe s. ap. J.-C. (dessin HUFSCHMID, 2007)1. Forum principal avec temple à podium et basilique2. Emplacement du camp militaire tibéro-claudien3. Temple à podium sur la colline de Schönbühl4. Théâtre au centre de la ville5. Sanctuaire au lieu-dit « Grienmatt » (autel monumental ?)6. Amphithéâtre au lieu-dit « Sichelengraben »7. Forum méridional8. Emplacement de l’enceinte réduite sur Kastelen (dès env. 280 ap. J.-C.)9. Complexe architectural à caractère ostentatoire de l’insula 41/4710. Emplacement du castrum rauracense (dès env. 290/300 ap. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1446/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende a. Théâtre à arène, sous Vespasienb. Transformation en théâtre scénique, phase ancienne (installation d’une prohédrie), sous les Flaviensc. Semi-amphithéâtre, sous Trajand. Théâtre scénique, phase récente, vers 180 ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1446/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende a État vers le milieu du Ier s. ap. J.-C.b État à la 1ère moitié du IIe s. ap. J.-C., adjonction d’une curie circulairec État vers le milieu du IIe s. ap. J.-C. Réfection de la basilique et transformation de la curie circulaire
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1446/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 4. — Augusta Raurica, casque de fer du Bas Empire découvert dans l’insula 20, fin du IIIe-IVe s. ap. J.-C. (cliché Elisabeth Schulz, Augusta Raurica)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1446/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 5. — Augusta Raurica, fortification du Bas Empire (enceinte réduite) au lieu-dit « Kastelen ». Tentative de restitution avec tronçon du mur d’enceinte septentrional et aménagements intérieurs (dessin HUFSCHMID, 2007)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1446/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende FIG. 6. — Augusta Raurica, castrum rauracense, plan au sol et tentative de restitution. La flèche indique le lieu de découverte du trésor d’argenterie (dessin Markus Schaub, Augusta Raurica)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1446/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende FIG. 7. — Augusta Raurica, trésor d’argenterie datant du Bas Empire, mis au jour dans le castrum rauracense (lieu de découverte, cf. fig. 6), enfoui entre 350 et 352 ap. J.-C. Premier à gauche : le plat commémorant les dix ans de règne de Constant, avec une inscription métrique dans le médaillon central (cliché Ursi Schild, Augusta Raurica)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1446/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Responsable Monuments Aventicum — Projet du théâtre Augusta Raurica

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search