Version classiqueVersion mobile

Urbanisme civique en temps de crise

 | 
Laurent Brassous
, 
Alejandro Quevedo

II. — Trajectoires singulières

Les espaces civiques d’Augustodunum (Autun, S.-et-L.) du milieu du iie à la fin du ive siècle

Michel Kasprzyk

Texte intégral

  • 1 Pan. lat., viii (5), 14, 5.
  • 2 Tacite, Ann., XI, 23-25.
  • 3 Pan. lat, v (9).
  • 4 Tite-Live, Periochae, 139.

1Augustodunum/Autun, chef-lieu de la ciuitas Iulia Polia Florentia Aeduorum1 situé dans la province de Lyonnaise à environ 150 km au nord ouest de Lyon, est une ville de création augustéenne qui supplante l’oppidum celtique de Bibracte, capitale du peuple gaulois des Éduens. Elle est généralement considérée comme un important foyer de diffusion de la culture gréco-romaine en Gaule de l’est (en témoigne la présence d’un lieu d’enseignement, mentionné par Tacite2 puis à l’extrême fin du IIIe s. par le rhéteur Eumène3). En matière religieuse, on notera que le premier sacerdos de l’autel provincial des Gaules est un Éduen4.

2La richesse de sa documentation permet d’y observer les transformations des espaces civiques entre le courant du Haut-Empire et l’Antiquité tardive.

  • 5 On peut néanmoins renvoyer à Kasprzyk, 2012 ; Labaune, 2012 ; Labaune et alii, 2013 ; Louis, Kaspr (...)
  • 6 La région d’Autun se caractérise par l’absence de roche calcaire et il semble que la combustion de (...)
  • 7 Hostein, 2010 ; Hostein, 2012.

3Le dossier s’appuie sur une abondante documentation archéologique, qui a été largement renouvelée depuis les années 1980, mais qui demeure encore peu connue au-delà de l’Est de la France5. Les sources historiques à notre disposition sont plus déséquilibrées. Alors que le dossier épigraphique est des plus lacunaires — sans doute parce que les inscriptions sur marbre et calcaire ont été en grande partie brûlées par des chaufourniers à la fin de l’Antiquité6 — le corpus des Panégyriques latins fournit un dossier exceptionnel sur la ciuitas Aeduorum et Augustodunum entre 297 et 311. Les quatre discours prononcés par des orateurs éduens (Panégyriques latins iv, v, vii, viii), dont la qualité et la richesse documentaire ont été récemment réévaluées par A. Hostein7, permettent d’étudier une politique volontariste de rétablissement urbain durant la Tétrarchie et les premières années du règne de Constantin.

LES ESPACES CIVIQUES D’AUGUSTODUNUM DANS LA SECONDE MOITIÉ DU IIe SIÈCLE

4Si la restitution de la topographie monumentale autunoise du début du Haut-Empire est encore problématique, évoquer — certes de manière schématique — celle de la seconde moitié du IIe siècle est plus aisé.

L’ENCEINTE

  • 8 En dernier lieu : Fort, 2009.
  • 9 Olivier, 1987b.

5Au Haut-Empire, la ville d’Augustodunum est délimitée par vaste enceinte, longue de près de six kilomètres8. L’entrée dans la ville se fait par quatre portes monumentales situées à l’intersection du cardo maximus, des deux decumani principaux et de l’enceinte. Par la porte dite de Rome aujourd’hui disparue, entre dans la ville la voie de Lyon à Boulogne par Chalon-sur-Saône ; elle est généralement considérée comme un axe d’époque augustéenne attribué aux travaux routiers d’Agrippa. Lors de sa traversée de la ville, elle se confond avec le cardo maximus sur une longueur de 1570 m, puis en sort par la porte nord, dite d’Arroux et s’éloigne en direction d’Auxerre puis Sens. La porte est, ou porte Saint-André laisse entrer dans la ville une voie réunissant deux tronçons provenant de Langres et Besançon. Elle se confond ensuite avec le tracé du decumanus maximus qui rejoint le cardo maximus dans l’actuel quartier de Marchaux, au centre de la ville antique. Le decumanus maximus se poursuit en direction de l’Ouest et sort de la ville par la porte dite de Saint-Andoche, donnant naissance aux voies d’Autun à Feurs et Clermont. La chronologie de cette enceinte est encore très discutée. Les portes sont traditionnellement datées de l’époque augustéenne ancienne9, mais la construction de la courtine pourrait s’étaler durant une bonne partie du Ier siècle.

6Une analyse sommaire de la répartition des îlots abritant des aménagements monumentaux — donc relevant probablement de la sphère civique — montre qu’ils occupent un groupe de sept îlots situés en position centrale de l’agglomération, de part et d’autre de la principale rue nord/sud (îlots VIII-IX 8 à XIII 8 ; VIII-IX 9 et XI 9) (fig. 1, D, E, G, H, I, J, et fig. 2), et quelques îlots situés plus à l’écart (îlots V 11 ; VI 10 ; VIII-IX 5 ; XIV 11) (fig. 1, B, C, F, K). Deux édifices de spectacle sont situés à l’extrémité orientale de la ville (fig. 1). À l’extérieur de l’enceinte, le long de la voie d’Avaricum/Bourges, se trouve un vaste sanctuaire périurbain dans le quartier de la Genetoye (fig. 1, A).

Fig. 1. — Plan d’Autun et des vestiges reconnus. Les repères de la grille urbaine théorique (chiffres latins à l’ouest ; arabes au sud) sont indiqués en gris : îlots ou secteurs abritant des aménagements monumentaux. A : sanctuaire péri-urbain de la Genetoye (comprend un théâtre, en dehors de la carte) ; B : monument indéterminé (temple ?) de Saint-Jean-le-Grand ; C : monument indéterminé ; D : forum ? ; E : thermes ou forum ; F : monument dit « Tour de Jouère » ; G : sanctuaire avec temple circulaire (temple d’Apollon ?) ; H : schola (scholae maenianae ?) ; I : îlot monumental indéterminé ; J : nymphée ? ; K : monument indéterminé (temple de Bibracte ?). En italique, lieu de découverte des inscriptions publiques d’Autun.
1 : CIL XIII, 2661 ; 2 : XIII, 2663 ; 3 : XIII, 2664 ; 4 : XIII, 2681 = XVII-2, 2490 ; 5-6 : XIII, 11225 et 11226 ; 7-8 : XIII, 2654 et 2655 ; 9 : XIII, 2733 ; 10 : XIII, 2657 ; 11 : CIG, III, 6797 ; 12 : CIL XIII, 2658 ; 13 : XIII, 2728 ; 14-16 : XIII, 2651-2653 ; 17-18 : XIII, 2659 et 2660 ; 19 : XIII, 2678 ; 20 : 2679. MK / Angelique Tisserant (Ville d’Autoum) del

LE FORUM

  • 10 Pour une étude détaillée, se reporter à Kasprzyk, 2012.
  • 11 Pan. lat., v (9).
  • 12 Voir ci-dessous.
  • 13 Hostein, Kasprzyk, 2014.

7Un réexamen récent de la documentation incite à localiser le forum d’Augustodunum au centre de la ville antique, dans les îlots VIII-IX 8 et VIII-IX 9 ou VIII-IX 8 et IX-X 8 (fig. 1, D)10. Son organisation de détail et la chronologie de ses aménagements sont très mal connues. Un imposant massif de caementicium observé au XIXe siècle au cœur de l’îlot VIII-IX 8 (fig. 2, îlot VIII-IX 8, n° 2) pourrait être le podium d’un temple. Le discours d’Eumène Pro Instaurandis Scholis11, prononcé dans l’enceinte du forum en 298 indique que le complexe comprend une basilique et probablement un capitolium12. L’îlot VIII-IX 8 a livré près de 1200 fragments d’inscriptions sur plaques de marbre pentélique et de marbre local qui sont peut-être les restes des archives municipales des Éduens13.

FIG. 2. — Topographie des îlots centraux d’Augustodunum, MK del

LES SANCTUAIRES

Le sanctuaire avec temple circulaire de l’îlot XI 8

  • 14 Sur cet édifice, Kasprzyk et alii, 2010, pp. 645-646 ; Kasprzyk, 2012 et alii, pp. 261-264 ; Louis (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Kasprzyk, 2012, pp. 261-264 ; Pan. lat., v (9), 9, 4.
  • 17 Les constructions semblent démantelées dans les années 350, voir ci-dessous.

8Des travaux récents, compilant des découvertes anciennes et le résultat de fouilles des années 1980, permettent de situer dans l’îlot XI 8 un vaste sanctuaire matérialisé par un temple à cella circulaire de près de 40 m de diamètre, dont les dimensions sont identiques à celles du « temple de Vésone » de Périgueux (fig. 3). De nombreuses découvertes lapidaires effectuées au sein de l’îlot montrent qu’il possède une architecture de très grande qualité en marbre de Carrare14. L’analyse stylistique des fragments architecturaux indique une construction entre le milieu du Ier siècle et le début du IIe siècle15. Quelques arguments iconographiques et épigraphiques suggèrent qu’il puisse s’agir du templum d’Apollon mentionné par l’orateur éduen Eumène en 29816. La qualité de l’architecture marmoréenne suggère une implication du pouvoir impérial dans la réalisation de ce programme. L’absence d’observation directe récente du cœur du sanctuaire interdit de connaître son évolution au cours des IIe et IIIe siècles17.

FIG. 3 — Le sanctuaire péri-urbain de la Genetoye, état des connaissances en 2009. Extrait de Y. LABAUNE, « Découvertes inédites réalisées sur le complexe cultuel de la Genetoye », p. 131, fig. 7

Le sanctuaire de la déesse Bibracte

  • 18 Voir l’étude détaillée de cette découverte dans Lejeune, 1990.
  • 19 Rolley, 1987.
  • 20 Lejeune, 1990.
  • 21 Voir ci-dessous.

9En 1679, dans l’îlot XIV 11 (fig. 1, nos 14-16), on a trouvé « dans un puits (…) un chaudron plein de médailles dont les moins anciennes étaient de Valentinien, (…) une plaque de cuivre rouge à deux oreilles (…) sur laquelle on lisait Deae Bibracti / P Capril Pacatus / iiiiiiuir augustalis / uslm [CIL, XIII, 2652]. Près de là, on trouva deux marbres [CIL, XIII, 2651 et 2653] sur lesquels se trouvait cette même inscription, Deae Bibracti, avec les jambes d’une figure de femme »18. Dès le XVIIIe siècle, certains auteurs ont paru douter de l’authenticité de la découverte et en 1987, Cl. Rolley a suggéré que la plaque en cuivre soit un faux du XVIIe siècle19. M. Lejeune soutient que les inscriptions sur pierre étaient authentiques et peut-être la source d’inspiration de la plaque en bronze, s’il s’agit bien d’un faux — ce dont il doute20. À la même époque (1688), on a observé à proximité immédiate « un bâtiment romain de 80 pieds [environ 27 m] en carré, dont les murs avaient quinze pieds d’épaisseur [environ 5 m] ; le pavé était de marbre incrusté et les fragments extérieurs revêtus de pâtureaux (moellons) ». Les structures décrites pourraient s’apparenter à un temple de plan gallo-romain, comparable en dimensions au temple « de Janus » du sanctuaire périurbain de la Genetoye21. L’ancienneté des observations ne permet pas de caractériser le sanctuaire, le formulaire épigraphique des deux (ou trois) inscriptions date du règne d’Hadrien au plus tôt. L’initiateur de CIL, XIII, 2652, P. Caprilius Pacatus était un sévir augustal.

Sanctuaire d’Anvallos

  • 22 CIL, XIII, 2733 = RIG, L-10. Elle doit être datable du courant du Ier siècle.
  • 23 Le Bohec, 2001, pp. 363-367.
  • 24 Bulliot, 1900 ; la proposition de localisation de Rebourg 1998, est commentée dans Kasprzyk et ali (...)

10Trois dédicaces trouvées intra-muros (fig. 1, nos 5, 6, 9) suggèrent l’existence d’un sanctuaire du dieu Anvallos dans le quart nord-occidental de la ville. Ce dieu n’est connu qu’à Augustodunum. La plus ancienne est une inscription gallo-latine22, trouvée dans l’îlot VIII-IX, 6 (fig. 1, n° 9), qui indique que Licnos Contextos a offert ou construit un canecosedlon à Anvallos. Les inscriptions CIL, XIII, 11225 et 11226, trouvées en 1900 dans l’îlot V 7 (fig. 1, nos 5-6), sont des ex-voto dédiés à l’Empereur et au dieu Anvallos, effectués par C. Secundus Vitalis et Norbaneius Thallus, des magistrats portant le titre de Gutuater23. Leur formulaire épigraphique suggère de les dater au plus tôt du règne d’Hadrien. La localisation du sanctuaire lui-même est inconnue, la dernière proposition en date résultant d’une incompréhension de plans de fouille du XIXe siècle24.

Ensembles monumentaux de nature indéterminée : Les vestiges de l’îlot V 11

  • 25 Un bilan dans Kasprzyk, inédite, pp. 99-100.

11Des observations anciennes indiquent qu’avant 1707, un ou deux bâtiments antiques avaient été réemployés dans une église répondant au vocable de Saint-Jean-le-Grand. Cette ou ces constructions ont malheureusement été détruites lors de la reconstruction de l’église en 1707. La tradition érudite l’a (ou les a) attribué sans fondements à un temple de Cybèle. Les descriptions anciennes de l’édifice font penser à deux constructions distinctes. L’une d’elle semble correspondre à un temple à plan centré de type gallo-romain25.

LES ÉDIFICIES DE SPECTACLE

12La ville est dotée au Haut-Empire de plusieurs édifices de spectacle. Un théâtre et un amphithéâtre sont situés dans l’angle sud-est de la ville, à proximité des remparts, un odéon est peut-être situé dans le centre de la ville antique (fig. 1).

  • 26 En dernier lieu : Sears, 2006, pp. 225-226 (avec bibliographie).
  • 27 CIL, XIII, 2659 et 2660. Contrairement à ce qu’indique Sears, 2006, p. 226, l’inscription CIL, XII (...)

13Le théâtre d’Autun, qui repose à la fois sur une déclivité du relief et sur des fondations aériennes, possède deux précinctions et il est surplombé d’une galerie avec portique. Son diamètre de 148 m en fait un des plus grands de l’Empire. La date de construction n’est pas clairement établie, les travaux récents suggérant l’époque flavienne26. En l’état de la documentation, rien n’interdit qu’il ait été en usage dans la seconde moitié du IIe siècle. La cavea a livré plusieurs fragments de titulatures impériales, qui ne peuvent être restituées27.

14L’amphithéâtre, situé immédiatement au nord du théâtre, est de plan classique, construit sur fondations aériennes. Il a été entièrement détruit à la fin de l’Ancien régime. Les plans dressés lors de fouilles au XIXe siècle permettent cependant de restituer un édifice de 154 par 130 m, le plus grand des provinces gauloises. L’ancienneté des observations ne permet pas de dater sa construction et de connaître sa durée d’utilisation.

Schola de l’îlot XI 9 : les scholae maenianae ?

  • 28 Labaune et alii, 2013.
  • 29 Voir les remarques de Hostein, 2010, p. 356 et Hostein, 2011.

15Une opération archéologique effectuée en 2011 dans l’îlot XI 9 (fig. 2) a permis d’observer un vaste ensemble constitué, à l’ouest d’une importante construction dont seul un mur de plus de 2 m d’épaisseur a été observé, à l’est d’une vaste cour de plus de 50 m de côté entourée de portiques, construit dans le courant du IIe siècle sur un ancien îlot d’habitation. Situé à proximité du forum et du templum d’Apollon, le complexe correspond très probablement aux scholae maenianae décrites par Eumène dans son discours de 29828. L’ensemble, qui doit être interprété comme un conuentus iuuentis et non comme des « écoles », relève plus du phénomène associatif que du domaine civique à proprement parler29. Néanmoins, son importance dans l’histoire locale et l’attention portée par Eumène à sa restauration en 298 indique à l’évidence qu’il faisait partie des ornamenta ciuitatis.

Le sanctuaire périurbain de la Genetoye

  • 30 Bulliot, 1880. Sur le temple, voir Parlasca, 2010. Le site est essentiellement connu pour son temp (...)
  • 31 En dernier lieu, Labaune, 2012.
  • 32 Pechoux, 2010.
  • 33 Deux datations radiocarbone ont récemment été effectuées sur des charbons provenant du mortier du (...)
  • 34 Bulliot, 1880, pp. 431-432. Ces fragments semblent avoir été perdus avant la rédaction du CIL, où (...)

16Le sanctuaire de la Genetoye, situé extra muros au nord de la ville antique, de part et d’autre de la voie d’Augustodunum à Auaricum/Bourges, est un vaste complexe qui s’étend sur une surface d’au moins 13 hectares (figs. 1 et 4). Il a fait l’objet de nombreuses interventions archéologiques depuis la renaissance, mais seules celles de J.-G. Bulliot dans les années 1870 ont donné lieu à un compte rendu détaillé30. Des découvertes ponctuelles et une vaste campagne de prospections géophysiques ont fondamentalement renouvelé la perception du site ces dernières années31. Il apparaît qu’il comprend plusieurs temples (deux à plan centré de type fanum ; un temple à portiques latéraux), un vaste théâtre de plan « galloromain » de près de 100 m de diamètre et plusieurs aménagements annexes de nature inconnue, pour la plupart révélés par les prospections géomagnétiques (fig. 3). Ces recherches récentes confirment l’interprétation du lieu comme étant un sanctuaire périurbain de type civique, comparable à de nombreux autres exemples dans les provinces des Gaules32. L’ancienneté des recherches ou le mode d’acquisition des données récentes interdisent toute approche chronologique de son développement. Il semble cependant assuré que le temple dit « de Janus » doit être daté entre les années 130 et 23033. Le temple à portiques latéraux évoque celui du sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure), daté de l’époque sévérienne. L’épigraphie de cet ensemble est très lacunaire. Dans son rapport des fouilles de 1871, Bulliot mentionne la découverte de fragments d’inscriptions dans un bâtiment situé au sud du théâtre, l’une d’elle mentionnant peut-être Trajan34.

FIG. 4. — Évocation du temple à cella circulaire de l’îlot XI 8, vue en direction du nord. Antoine Louis del

ÉLÉMENTS ISOLÉS

  • 35 Étude détaillée de nombreux blocs dans Olivier, 1987a.

17Quelques éléments lapidaires isolés (chapiteaux en marbre de type « asiatique à acanthe épineuse », éléments de corniche) suggèrent l’existence de chantiers de qualité à la fin du IIe siècle, mais les monuments associés sont malheureusement inconnus35.

Les maîtres d’ouvrage

  • 36 En dernier lieu, Hostein, 2009, p. 66 et n. 48.

18Les maîtres d’ouvrage des ensembles civiques d’Augustodunum aux Ier et IIe siècles sont très mal connus. Si l’implication des autorités impériales peut être envisagée pour le sanctuaire de l’îlot XI 8, il est probable que l’essentiel des espaces civiques ont pour maître d’ouvrage des notables de la cité. On rappellera l’existence chez les éduens de notables d’un statut social suffisamment élevé pour que Claude les autorise à intégrer le Sénat dès le milieu du Ier siècle.36

LE IIIe SIÈCLE : DÉTÉRIORATION DES ESPACES CIVIQUES ?

19Plusieurs indices suggèrent que le courant du IIIe constitue une période de dégradation de l’équipement public et des espaces civiques d’Augustodunum, attestée tant dans la documentation archéologique — bien qu’il faille déplorer la rareté des observations récentes — que par le corpus des Panégyriques latins où les orateurs éduens dressent un inventaire des aménagements urbains qui nécessitent la bienveillance impériale dans les années 297-311.

  • 37 Pan. lat., iv (8), 20.
  • 38 Pan. lat., v (9), 4. Les traductions sont celles de Galletier, 1949.
  • 39 Pan. lat., v (9), 10.

20Les discours de l’orateur anonyme de 297 et d’Eumène en 298 font suspecter des mutations dans la parure religieuse. En 297, l’orateur remercie Constance Chlore de l’envoi d’artifices de Bretagne à Autun, qui semblent impliqués dans une restauration de la ville et notamment de ses temples37. En 298, Eumène, rappelle que les tétrarques « ont octroyé par un édit généreux les sommes les plus considérables et, en cas de besoin, toutes les disponibilités de la caisse impériale, non seulement à la réfection des temples et des édifices publics »38. En ce qui concerne les temples urbains, certaines allusions d’Eumène suggèrent qu’ils sont cependant toujours munis de leurs aménagements cultuels, ainsi lorsqu’il mentionne les autels du capitolium39.

  • 40 Bulliot, 1880, p. 429. Après avoir signalé des monnaies des Ier et IIe siècles, il indique : « Sig (...)
  • 41 Sans viser à l’exhaustivité : sanctuaires péri-urbains du Vieil-Évreux chez les Éburovices (Guyard(...)

21L’évolution du sanctuaire civique périurbain de la Genetoye à la fin du Haut-Empire pourrait s’inscrire dans ce phénomène. Bien que les principales fouilles publiées detant des années 1871, il faut noter que J.-G. Bulliot a souligné l’absence de monnaies de la fin du IIIe et du IVe siècle dans les substructions fouillées, ce qui suggère selon lui leur abandon dans le courant du IIIe siècle au plus tard40. Ce constat, certes basé sur des observations anciennes, semble posséder une valeur non négligeable, les recherches récentes menées sur les grands sanctuaires périurbains des capitales de cité des Trois-Gaules montrant leur abandon presque systématique au IIIe siècle41. À la Genetoye, on signalera la découverte vers 1810 dans le théâtre ou ses abords, d’un ensemble de statuettes en argent dont la composition n’est malheureusement pas connue, mais qui peut évoquer, avec toutes les réserves possibles, certains dépôts de sanctuaire datables du IIIe siècle.

  • 42 Bulliot, 1897.
  • 43 Aubin, 2003 soulève le problème de datation des moules monétaires, qui semblent en grande partie a (...)

22On aimerait connaître par ailleurs la nature des édifices publics dont Eumène souhaite la restauration, ce que ne permettent pas de déterminer les périphrases de son discours. Seule l’évolution du théâtre intra-muros peut être entr’aperçue grâce à l’archéologie. Plusieurs observations anciennes indiquent l’installation d’activités artisanales dans l’édifice durant le courant du IIIe siècle. Des fouilles effectuées entre 1846 et 1879 dans les galeries et dans ses alentours immédiats ont livré plusieurs dizaines de moules monétaires en terre cuite à l’effigie d’empereurs du début du IIIe siècle. Dans un cas, ils étaient associés à des vestiges liés à l’artisanat de la tabletterie42. Bien que ces découvertes ne renseignent pas sur l’état des architectures du théâtre, il n’en demeure pas moins qu’elles suggèrent une transformation importante dans son utilisation dans le courant du IIIe siècle (dans les années 250 au plus tard ?)43.

  • 44 Par exemple Rodgers, 1989.
  • 45 Voir les remarques de Hostein, 2012, pp. 186-187.

23Le discours d’Eumène suggère enfin la fermeture du complexe des scholae manianae dans le courant du IIIe siècle. Selon Eumène, il aurait été fermé avant son infantia, c’est-à-dire ses sept ans. Plusieurs auteurs pensent qu’il faut placer cet événement vers 26044, mais A. Hostein montre qu’Eumène étant un homme d’âge avancé en 298, il faudrait peut-être situer cet épisode dans les années 230-240, soit bien avant l’acmé de la « crise du IIIe siècle »45.

24Pour conclure, s’il semble indéniable que la parure civique d’Augustodunum connaît de nombreuses dégradations dans le courant du IIIe siècle, on ne saurait attribuer ces transformations aux seuls événements liés à la « crise » de la seconde moitié de ce siècle et notamment au siège de la ville par les armées de l’empereur gallo-romain Victorin en 269.

LES ESPACES CIVIQUES À LA FIN DU IIIe ET AU DÉBUT DU IVe SIÈCLE

25Le corpus des Panégyriques latins fournit un dossier exceptionnel sur la ciuitas Aeduorum et Augustodunum entre 297 et 311 et montre une politique volontariste de rétablissement durant la Tétrarchie et les premières années du règne de Constantin.

  • 46 Pan. lat., iv (8), 20.

26En 297, un orateur éduen anonyme remercie Constance Chlore dans le cadre de son discours prononcé à Trèves : « (…) Cette cité des Éduens, au nom de laquelle je dois t’adresser des remerciements particuliers et qui vous est toute dévouée, a reçu, à la suite de la victoire de Bretagne, une multitude de ces artisans qui abondaient en ces provinces, et, à cette heure, la reconstruction de ses vieilles demeures, la réfections des édifices publics (locis publicis), la restauration de ses temples (templis) la font surgir de ses ruines »46.

  • 47 Pan. lat., v (9), 1 ; v (9), 3.
  • 48 Pan. lat., v (9), 1.
  • 49 Pan. lat., v (9), 17. Sur ce personnage, voir les remarques de Hostein, 2010, pp. 355-356.
  • 50 Hostein, 2011.
  • 51 Pan. lat., v (9), 9.
  • 52 Pan. lat., v (9), 10. Sur le capitolium d’Augustodunum, voir Kasprzyk et alii, 2010, pp. 640-642.

27En 298, Eumène, directeur des écoles d’Autun, prononce un discours devant le gouverneur de Gaule Lyonnaise. L’analyse du texte montre qu’il est prononcé in foro47, dans le sedes iustitiae48, devant l’assemblée des notables de la ville et notamment d’un individu qui doit être considéré comme le curateur des travaux (curator operum)49 de la cité. Dans sa description des scholae maenianae50, Eumène précise leur localisation à proximité — sous les yeux mêmes — d’un templum Apollinis et du capitolium, les plus beaux fana de la ville51. Une allusion est faite aux autels du capitolium52. Bien que les informations sur ce forum soient limitées, elles démontrent qu’il constitue encore l’espace civique incontournable de la vie municipale à l’orée du IVe siècle. La mention du sedes iustitiae indique très probablement l’existence d’une basilique, un élément somme toute commun dans ces complexes. La mention répétée du capitolium attire l’attention. Les historiens et archéologues travaillant sur Autun ont généralement considéré qu’il s’agissait d’un sanctuaire distinct du forum, alors que la plupart des comparaisons disponibles pour l’époque impériale suggèrent au contraire qu’il s’agît probablement d’un des principaux — ou du — temple(s) du forum.

  • 53 Pan. lat., v (9), 4. Les traductions sont celles de Galletier, 1949.
  • 54 Pan. lat., v (9), 11.

28Eumène rappelle par ailleurs que les tétrarques « ont octroyé par un édit généreux les sommes les plus considérables et, en cas de besoin, toutes les disponibilités de la caisse impériale, non seulement à la réfection des temples (templis) et des édifices publics (locis publicis), mais encore à celle des demeures particulières. Non contents de ces sommes d’argent, ils nous envoient aussi des artisans d’outre-mer, de nouveaux habitants choisis parmi les meilleurs notables des provinces et ils font hiverner chez nous les légions les plus dévouées (…) : ils veulent (…) [qu’elles] s’emploient à notre profit et fassent couler dans les entrailles presque desséchées de la ville épuisée les eaux dont le cours s’était interrompu ainsi que des sources nouvelles »53. Par ailleurs, il indique « qu’avec l’approbation de l’administration des Largesses Sacrées (…) ces princes très libéraux ont ordonné officiellement de m’affecter par des directives officielles, sur les finances de cette cité un traitement de 600 000 sesterces (…). Ce traitement, (…) je désire le porter en dépense au bénéfice de ma patrie et l’affecter à la restauration [de l’opus des scholae manianae], aussi longtemps que la nécessité l’exigera »54.

  • 55 Pan. lat., viii (5), 4, 2.

29En 311 enfin, l’orateur du discours de remerciement à Constantin indique « qu’en considération de ces mérites passés et de nos mérites récents, ton divin père [Constance Chlore] a voulu relever la cité des Éduens (…) : non seulement il a donné par ses Largesses des sommes pour édifier des thermes et il a reconstruit des bains écroulés, mais de partout il y a transféré des habitants d’autres cités (…) »55.

  • 56 En dernier lieu, voir les remarques de Hostein, 2010, p. 348 et n. 3.
  • 57 Pan. lat., viii (5), 2.

30La mise en place de ces mesures a souvent été mise en doute en raison de l’incompréhension des historiens concernant la nature réelle des discours des panégyristes56, mais aussi d’une phrase de l’orateur de 311 à l’adresse de Constantin : « (…) ces toutes dernières années (…), [les Éduens] ont obtenu de ton père des bienfaits sans nombre dont une partie leur a été effectivement accordée ; pour une autre part ce sont des promesses dont ils se réjouissent (…) »57.

  • 58 Pan. lat., iv (8), 21, 2 ; v (9), 3, 2 ; viii (5), 4, 4.
  • 59 Pan. lat., v (9), 4, 3.
  • 60 Pan. lat., viii (5), 4, 2 : mention des pecuniis ad caldaria largiendis et lauacris quae corrueran (...)
  • 61 Pan. lat., viii (5), 2, 5.

31Bien qu’il ne soit pas question d’aborder en détail cette question, il est indéniable qu’une partie de ces chantiers fut menée à terme. La première mesure, qui est attestée de manière répétée en 297, 298 et 311 est l’attribution de sommes allouées à la réfection des monuments publics d’Augustodunum, avec une distinction systématique entre opera et templa58. La remise en état de l’adduction d’eau de la ville est signalée par Eumène59. Le discours de 311 évoque la restauration des thermes de la ville par Constance Chlore, qui fournit des subsides pour reconstruire les caldaria des bains60. Étant donnée la nuance apportée par l’orateur anonyme aux restaurations de Constance Chlore, qualifiées de promesses pour l’essentiel61, on ne peut douter de la réalité de ces travaux. Incidemment, ce chantier suggère que la réfection des aqueducs signalée par Eumène a bien été menée à terme, sans quoi il paraît peu probable que les thermes aient pu fonctionner.

  • 62 Labaune et alii, 2013.
  • 63 Ibid.

32L’archéologie permet parfois d’illustrer ces mesures, bien que l’état de la parure urbaine tétrarchique soit difficile à déterminer, en grande partie à cause de la rareté et de l’exiguïté des fenêtres de fouille récentes. On peut par ailleurs supposer que la restauration des monuments, si elle ne porte que sur des élévations, est peut-être difficile à attester au moyen de l’archéologie. Les chantiers les mieux documentés sont d’une part la réfection de la principale rue de la ville (dite cardo maximus) dans le dernier tiers du IIIe siècle au moyen de dalles losangiques de fort module en granite à deux micas, chantier qui a toutes les chances d’être attribué aux initiatives tétrarchiques ; et d’autre part les fouilles effectuées en 2011 dans l’îlot XI 9 ont démontré l’existence d’un vaste chantier dans le complexe au tournant des IIIe et IVe siècles, consistant notamment à scinder en deux la cour à portiques du IIe siècle au moyen d’un portique à claire voie (fig. 2)62. Ce vaste chantier dans la schola de l’îlot XI 9, indiquerait, s’il s’agît bien des scholae maenianae, que le projet d’Eumène a bien été mené à terme63.

  • 64 Kasprzyk, à paraître, fig. 8.
  • 65 Millela, 1999, p. 113, fig. 14.
  • 66 Kähler 1973, pl. 12, n° 12f.

33Les autres attestations demeurent plus discrètes. Les plus intéressantes sont des éléments lapidaires retrouvés dans des contextes de récupération de la fin du Bas-Empire, notamment des fragments de placages en marbre portant un registre de rais de cœur64 trouvant des comparaisons avec une architrave portant kymation lesbique de la basilique de Maxence65 ou une moulure découverte dans la villa de Piazza Armerina66.

UNE MAÎTRISE D’OUVRAGE ESSENTIELLEMENT ASSURÉE PAR LES AUTORITÉS IMPÉRIALES ?

34Quelle qu’ait pu être l’ampleur des réfections des espaces civiques d’Augustodunum entre 295 et 310, il est notable que les autorités municipales dépendent systématiquement du pouvoir impérial pour mener leurs projets de restauration à bien. Leur seule possibilité d’initiative semble être d’envoyer une délégation à la cour pour demander des subsides ou une aide matérielle de l’armée. Même l’acte d’évergétisme d’Eumène, très traditionnel en apparence, paraît fortement encadré par les autorités — il transmet son projet de restauration au gouverneur pour accord, un curateur est probablement dans l’assistance lorsqu’il prononce son discours — et entièrement tributaire des finances impériales puisque la somme qu’il envisage d’utiliser n’est que son traitement ponctionné sur les finances de la cité et non un patrimoine propre. Ainsi, si le corpus éduen des Panégyriques montre bien la survie d’une vie civique à Autun autour de 290-310, il faut bien admettre que les membre de l’aristocratie locale paraissent totalement dépendants du pouvoir central en matière de restauration du patrimoine urbain, que ce soit faute de moyens financiers, de capacité d’initiative ou même de volonté d’investissement personnel.

À PARTIR DES ANNÉES 350 : LE DÉMANTÈLEMENT DES ESPACES CIVIQUES ?

35La seconde moitié du IVe et le début du Ve siècle constituent une période de désagrégation de la parure monumentale urbaine héritée du Haut-Empire et du début de l’Antiquité tardive, qui semble désormais à l’abandon ou connaître de fortes modifications.

UN DÉMONTAGE PARTIEL DES CONSTRUCTIONS DE L’ÎLOT VIII-IX 8 (LE FORUM ?)

  • 67 Kasprzyk, 2012, voir ci-dessus.
  • 68 Voir les observations de A. Hostein dans Kasprzyk, 2012, pp. 273-275 et Hostein, Kasprzyk, 2014.

36Une surveillance archéologique effectuée rue de la Vieille Halle, au cœur de l’îlot VIII-IX 8, qui doit abriter le forum67, a montré la présence de vastes nappes de chaux et roches carbonisées, datables du milieu ou du troisième quart du IVe siècle. À peu de distance, dans le même îlot, au milieu du XIXe siècle, on a découvert près de mille deux-cents fragments d’inscriptions sur plaque de marbre ayant subi un débitage particulièrement poussé. De nombreux éléments montrent de nettes traces de combustion indiquant qu’ils doivent provenir d’un four à chaux68. Bien que le contexte exact de ces découvertes soit mal documenté, il évoque les nappes de roches carbonisées observées rue de la Vieille Halle. Il faut souligner que la destruction de ces documents épigraphiques indique un désintérêt manifeste pour l’histoire de la vie municipale des Éduens.

DÉMONTAGE DU SANCTUAIRE DE L’ÎLOT IX 8

  • 69 Nous avons proposé plus haut qu’il s’agisse du temple d’Apollon mentionné par Eumène.
  • 70 Sur ces éléments lapidaires : Louis, Kasprzyk, Labaune, 2012, pp. 384-391. La couche la plus tardi (...)
  • 71 Sur l’enceinte tardive d’Augustodunum, voir en dernier lieu Balcon-Berry, 2011.

37Plusieurs interventions archéologiques effectuées dans l’îlot XI 8 montrent que le temple à cella circulaire et ses abords69 connaissent une importante phase de démolition dans la seconde moitié du IVe siècle, où apparaissent des fours à chaux et des couches liées à la récupération de matériaux. La structure même des fours à chaux n’a pas pu faire l’objet d’observations précises car ils n’ont été vus qu’en coupe. Lors d’une fouille effectuée à l’est de l’îlot, on a pu en revanche observer une pièce dont un sol était entièrement recouvert d’une couche de chaux résultant de cette activité, surmontée de deux couches contenant plusieurs milliers de fragments de placages en roches décoratives ou de blocs d’architecture en cours de débitage70. La plus riche a livré près de mille fragments d’architecture en marbre issus du démontage d’une élévation complète datant du Ier siècle ap. J.-C. (architrave, frises figurées et de rinceaux, chapiteaux, fragments de futs de colonne, bases). Plus au nord, une surveillance de travaux a révélé la présence d’une couche de placages en roches décoratives datable des années 350-360 qu’il est tentant de relier à cette phase. Il faut noter que des fragments architecturaux typologiquement identiques à ceux de cet édifice ont été retrouvés au XIXe siècle sur le tracé de l’enceinte tardive d’Augustodunum71, ce qui pourrait indiquer que le démantèlement du sanctuaire de l’îlot XI 8 a pour partie servi à sa construction.

ABANDON ET DÉMANTÈLEMENT DE LA SCHOLA DE L’ÎLOT IX 9

  • 72 J.-P. García, dans Labaune et alii, 2013.

38Des observations détaillées montrent l’abandon puis le démontage de la schola de l’îlot XI 9 dans les dernières décennies du IVe siècle. On observe le dépôt d’une couche limoneuse sur les derniers sols construits, puis, à partir de l’époque valentinienne, le débitage des éléments d’architecture de l’édifice. Au Ve siècle, les espaces ouverts de la schola semblent recouverts d’étendues d’eau stagnante alimentées par une source ou un apport très régulier d’eau qui peut résulter de la déstructuration des systèmes d’évacuation des eaux pluviales ou de l’absence de capture d’une source pérenne72. Si l’on accepte l’identification de cet édifice avec les scholae manianae d’Eumène, force est d’admettre une transformation à cette époque du cadre architectural dans lequel est dispensé l’enseignement — s’il est toujours effectué à cette époque.

DESTRUCTION DU SANCTUAIRE DE BIBRACTE

  • 73 Voir Lejeune, 1990.

39On relèvera enfin que les conditions de découverte des inscriptions du sanctuaire de Dea Bibractis, trouvées dans un puits avec un chaudron rempli de monnaies dont les plus tardives datent du règne de Valentinien pourraient être un indice du démantèlement du sanctuaire dans le troisième quart du IVe siècle73.

L’ENCEINTE

  • 74 Pan. lat., viii (5).
  • 75 Ammien Marcellin, Res Gestae, 16, 2, 1-4.

40Tout indique que l’enceinte du Haut-Empire joue encore un rôle majeur dans la perception de l’assiette urbaine de la ville de la première moitié du IVe siècle. En témoigne le récit du Discours de remerciement à Constantin, où l’orateur décrit l’entrée de l’empereur dans la ville74 et la description de l’enceinte d’Augustodunum par Ammien Marcellin75.

41L’évolution des espaces civiques d’Augustodunum, encore difficile à évaluer, bénéficie néanmoins d’un corpus de données archéologiques ayant généralement fait l’objet d’un réexamen récent et largement supérieur à la plupart des cités de l’Est des Gaules. Il faut en revanche déplorer la faible qualité du dossier épigraphique, qui semble en grande partie résulter de sa récupération systématique à la fin de l’Antiquité pour produire de la chaux. Nos sources historiques sont donc essentiellement constituées des discours des orateurs éduens du corpus des Panégyriques latins, qui offrent un aperçu exceptionnel sur la politique et les acteurs d’un rétablissement urbain de la ville au début de l’Antiquité tardive.

42Dans ce chef lieu de cité, on observe de manière classique un fort investissement édilitaire au cours des Ier et IIe siècles, qui se traduit par la mise en place d’une parure monumentale de grande qualité (temple de l’îlot XI 8) ou de dimensions exceptionnelles (théâtres intra-muros et du sanctuaire périurbain de la Genetoye ; amphithéâtre). Le forum demeure mal connu, mais la qualité d’un ensemble épigraphique récemment redécouvert indique sans aucun doute la place centrale qu’il occupe au sein des espaces civiques de la cité. La chronologie des chantiers est encore imprécise ; la documentation épigraphique et quelques observations archéologiques montrent néanmoins qu’elle peut s’étendre jusque dans la seconde moitié du IIe siècle. Les maîtres d’ouvrage de cette activité édilitaire sont difficiles à identifier. L’implication des notables locaux paraît évidente, dans la mesure où ils sont fortement impliqués dans les espaces civiques du reste de la ciuitas (sanctuaires ruraux ou d’agglomérations secondaires). Dans quelques cas, on ne peut écarter une implication des autorités impériales, lors de la construction du sanctuaire de l’îlot XI 8 notamment.

  • 76 Phénomène bien mis en évidence à Augusta Raurica/Augst : Schwartz, à paraître.

43La documentation archéologique et historique suggère une détérioration — ou un changement d’usage progressif — des espaces civiques à partir du IIIe siècle. Il faut souligner — à rebours des interprétations traditionnelles — que rien ne permet de lier cette évolution à la seule « crise » de la seconde moitié du IIIe siècle, et notamment au siège d’Autun sous le règne de l’empereur gaulois Victorin. Le cas des scholae maenianae, apparemment fermées bien avant les années 260-270 doit, bien qu’il ne s’agisse pas d’un espace civique à proprement parler, inciter au doute méthodologique. Des recherches récentes sur les cités des Gaules montrent en effet un mauvais entretien des espaces civiques dès les années 23076. Dans cette évolution, l’abandon probable du sanctuaire civique péri-urbain de la Genetoye dans le dernier tiers du IIIe siècle illustre à nos yeux une profonde transformation à cette époque de la perception des équipements essentiels à la vie civique dans son acception traditionnelle des Ier-IIe siècles.

44Une spécificité de la ciuitas Aeduorum est de bénéficier d’un riche dossier documentaire illustrant une politique de restauration urbaine durant la période tétrachique. Il faut souligner que les circonvolutions des orateurs ne permettent généralement pas de préciser la nature des monuments concernés — ils sont souvent désignés sous les termes d’opera et templa — ni si les chantiers ont été menés à terme. Le discours de 311 semble indiquer qu’il s’agit pour partie de déclaration d’intentions et on soulignera que les chantiers assurément menés à bien ne concernent pas des monuments civiques dans leur acception la plus évidente (thermes, aqueducs, rue principale de la ville, schola de l’îlot XI 9).

  • 77 Voir Hostein, Kasprzyk, 2012, p. 537.
  • 78 Pan. lat., viii (5), 5.

45Quoi qu’il en soit, il paraît dangereux de généraliser la politique de restauration des monuments publics (et civiques ?) d’Augustodunum à l’ensemble des chef-lieu de cité des diocèses des Gaules ou de Viennoise, tant elle semble liée aux liens très forts tissés entre la cité des Éduens et Claude II, Constance puis Constantin. À ce titre, les chantiers effectués à la fin du IIIe et au début du IVe siècle la rapprochent probablement plus de villes comme Trèves ou Arles que de cités plus obscures de Gaule de l’Est. Il faut noter enfin que l’intérêt porté aux monuments publics de la ville cède dès 311 à des considérations bien plus concrètes relevant du domaine fiscal77 car, comme l’indique crument l’orateur, « (la ville) gisait accablée moins par la ruine de ses bâtiments publics que par l’épuisement de ses capacités financières depuis que la rigueur du nouveau cens lui avait ôté la vie »78.

  • 79 La seule allusion à la « vie municipale » des Éduens après 310 est une lettre de Sidoine Apollinai (...)

46La seconde moitié du IVe siècle (entre 350 et 370 ?) voit l’abandon et le démantèlement de nombreux espaces monumentaux et civiques situés en position centrale de l’agglomération (forum, temples). À cette époque, il semble évident que leur sort ne soucie plus d’intérêt de la part des autorités municipales et que leur existence n’est plus nécessaire à la vie civique, dont on peine d’ailleurs à saisir la nature à la fin du Bas-Empire79.

Notes

1 Pan. lat., viii (5), 14, 5.

2 Tacite, Ann., XI, 23-25.

3 Pan. lat, v (9).

4 Tite-Live, Periochae, 139.

5 On peut néanmoins renvoyer à Kasprzyk, 2012 ; Labaune, 2012 ; Labaune et alii, 2013 ; Louis, Kasprzyk, Labaune, 2012.

6 La région d’Autun se caractérise par l’absence de roche calcaire et il semble que la combustion des matériaux calcaires afin de produire de la chaux ait été fréquente à la fin de l’Antiquité (voir infra). L’essentiel du corpus épigraphique subsistant est constitué d’inscriptions non officielles sur blocs de grès, non réutilisables dans des fours à chaux.

7 Hostein, 2010 ; Hostein, 2012.

8 En dernier lieu : Fort, 2009.

9 Olivier, 1987b.

10 Pour une étude détaillée, se reporter à Kasprzyk, 2012.

11 Pan. lat., v (9).

12 Voir ci-dessous.

13 Hostein, Kasprzyk, 2014.

14 Sur cet édifice, Kasprzyk et alii, 2010, pp. 645-646 ; Kasprzyk, 2012 et alii, pp. 261-264 ; Louis, Kasprzyk, Labaune, 2012.

15 Ibid.

16 Kasprzyk, 2012, pp. 261-264 ; Pan. lat., v (9), 9, 4.

17 Les constructions semblent démantelées dans les années 350, voir ci-dessous.

18 Voir l’étude détaillée de cette découverte dans Lejeune, 1990.

19 Rolley, 1987.

20 Lejeune, 1990.

21 Voir ci-dessous.

22 CIL, XIII, 2733 = RIG, L-10. Elle doit être datable du courant du Ier siècle.

23 Le Bohec, 2001, pp. 363-367.

24 Bulliot, 1900 ; la proposition de localisation de Rebourg 1998, est commentée dans Kasprzyk et alii, 2010, pp. 643-644.

25 Un bilan dans Kasprzyk, inédite, pp. 99-100.

26 En dernier lieu : Sears, 2006, pp. 225-226 (avec bibliographie).

27 CIL, XIII, 2659 et 2660. Contrairement à ce qu’indique Sears, 2006, p. 226, l’inscription CIL, XIII, 2658, datée de 105 ap. J.-C., n’a pas été trouvée dans le théâtre mais dans l’îlot XIII 7 (fig. 1, n° 12).

28 Labaune et alii, 2013.

29 Voir les remarques de Hostein, 2010, p. 356 et Hostein, 2011.

30 Bulliot, 1880. Sur le temple, voir Parlasca, 2010. Le site est essentiellement connu pour son temple à cella centrée de type gallo-romain improprement appelé « temple de Janus ».

31 En dernier lieu, Labaune, 2012.

32 Pechoux, 2010.

33 Deux datations radiocarbone ont récemment été effectuées sur des charbons provenant du mortier du mur de la cella : Haupt, 2008, p. 185.

34 Bulliot, 1880, pp. 431-432. Ces fragments semblent avoir été perdus avant la rédaction du CIL, où ils n’apparaissent pas.

35 Étude détaillée de nombreux blocs dans Olivier, 1987a.

36 En dernier lieu, Hostein, 2009, p. 66 et n. 48.

37 Pan. lat., iv (8), 20.

38 Pan. lat., v (9), 4. Les traductions sont celles de Galletier, 1949.

39 Pan. lat., v (9), 10.

40 Bulliot, 1880, p. 429. Après avoir signalé des monnaies des Ier et IIe siècles, il indique : « Signalons (...) l’absence de toute pièce de basse époque, de ces petits bronzes de Claude le Gothique, de Tétricus, de Constantin et ses successeurs qui pullulent dans nos ruines [d’Autun]. (…) Rien, dans les maçonneries, ne révèlent des remaniements de basse époque, sauf les altérations observées sur quelques points et qui paraissent l’œuvre du Moyen Âge ».

41 Sans viser à l’exhaustivité : sanctuaires péri-urbains du Vieil-Évreux chez les Éburovices (Guyard, Fontaine, Caraire, 2012) ; de Chartres « Saint-Martin-au-Val » chez les Carnutes (Bazin, Drost, Simon, 2008 ; du « Haut-Bécherel » à Corseul chez les Coriosolites (Provost, Mutarelli, Maligorne, 2010) ; de Lenus Mars à Trèves (Gose, 1955).

42 Bulliot, 1897.

43 Aubin, 2003 soulève le problème de datation des moules monétaires, qui semblent en grande partie attribuables à la période de l’Empire gaulois.

44 Par exemple Rodgers, 1989.

45 Voir les remarques de Hostein, 2012, pp. 186-187.

46 Pan. lat., iv (8), 20.

47 Pan. lat., v (9), 1 ; v (9), 3.

48 Pan. lat., v (9), 1.

49 Pan. lat., v (9), 17. Sur ce personnage, voir les remarques de Hostein, 2010, pp. 355-356.

50 Hostein, 2011.

51 Pan. lat., v (9), 9.

52 Pan. lat., v (9), 10. Sur le capitolium d’Augustodunum, voir Kasprzyk et alii, 2010, pp. 640-642.

53 Pan. lat., v (9), 4. Les traductions sont celles de Galletier, 1949.

54 Pan. lat., v (9), 11.

55 Pan. lat., viii (5), 4, 2.

56 En dernier lieu, voir les remarques de Hostein, 2010, p. 348 et n. 3.

57 Pan. lat., viii (5), 2.

58 Pan. lat., iv (8), 21, 2 ; v (9), 3, 2 ; viii (5), 4, 4.

59 Pan. lat., v (9), 4, 3.

60 Pan. lat., viii (5), 4, 2 : mention des pecuniis ad caldaria largiendis et lauacris quae corruerant exstruendis.

61 Pan. lat., viii (5), 2, 5.

62 Labaune et alii, 2013.

63 Ibid.

64 Kasprzyk, à paraître, fig. 8.

65 Millela, 1999, p. 113, fig. 14.

66 Kähler 1973, pl. 12, n° 12f.

67 Kasprzyk, 2012, voir ci-dessus.

68 Voir les observations de A. Hostein dans Kasprzyk, 2012, pp. 273-275 et Hostein, Kasprzyk, 2014.

69 Nous avons proposé plus haut qu’il s’agisse du temple d’Apollon mentionné par Eumène.

70 Sur ces éléments lapidaires : Louis, Kasprzyk, Labaune, 2012, pp. 384-391. La couche la plus tardive de blocs débités est datable des années 360-370.

71 Sur l’enceinte tardive d’Augustodunum, voir en dernier lieu Balcon-Berry, 2011.

72 J.-P. García, dans Labaune et alii, 2013.

73 Voir Lejeune, 1990.

74 Pan. lat., viii (5).

75 Ammien Marcellin, Res Gestae, 16, 2, 1-4.

76 Phénomène bien mis en évidence à Augusta Raurica/Augst : Schwartz, à paraître.

77 Voir Hostein, Kasprzyk, 2012, p. 537.

78 Pan. lat., viii (5), 5.

79 La seule allusion à la « vie municipale » des Éduens après 310 est une lettre de Sidoine Apollinaire (Ep., V, 18) qui félicite en 466 un dénommé Attalus de Haeduae ciuitate (...) presidere

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Plan d’Autun et des vestiges reconnus. Les repères de la grille urbaine théorique (chiffres latins à l’ouest ; arabes au sud) sont indiqués en gris : îlots ou secteurs abritant des aménagements monumentaux. A : sanctuaire péri-urbain de la Genetoye (comprend un théâtre, en dehors de la carte) ; B : monument indéterminé (temple ?) de Saint-Jean-le-Grand ; C : monument indéterminé ; D : forum ? ; E : thermes ou forum ; F : monument dit « Tour de Jouère » ; G : sanctuaire avec temple circulaire (temple d’Apollon ?) ; H : schola (scholae maenianae ?) ; I : îlot monumental indéterminé ; J : nymphée ? ; K : monument indéterminé (temple de Bibracte ?). En italique, lieu de découverte des inscriptions publiques d’Autun.1 : CIL XIII, 2661 ; 2 : XIII, 2663 ; 3 : XIII, 2664 ; 4 : XIII, 2681 = XVII-2, 2490 ; 5-6 : XIII, 11225 et 11226 ; 7-8 : XIII, 2654 et 2655 ; 9 : XIII, 2733 ; 10 : XIII, 2657 ; 11 : CIG, III, 6797 ; 12 : CIL XIII, 2658 ; 13 : XIII, 2728 ; 14-16 : XIII, 2651-2653 ; 17-18 : XIII, 2659 et 2660 ; 19 : XIII, 2678 ; 20 : 2679. MK / Angelique Tisserant (Ville d’Autoum) del
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende FIG. 2. — Topographie des îlots centraux d’Augustodunum, MK del
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 3 — Le sanctuaire péri-urbain de la Genetoye, état des connaissances en 2009. Extrait de Y. LABAUNE, « Découvertes inédites réalisées sur le complexe cultuel de la Genetoye », p. 131, fig. 7
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 4. — Évocation du temple à cella circulaire de l’îlot XI 8, vue en direction du nord. Antoine Louis del
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1438/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search