Version classiqueVersion mobile

Sombras de Mayo

 | 
Christian Demange
, 
Pierre Géal
, 
Richard Hocquellet
, 
et al.

Resúmenes

Résumés

Texte intégral

Juan López Tabar

Le crissement de la plume. les afrancesados écrivains (1814-1850)

La méconnaissance du parcours et des travaux des joséfins après la fin de la guerre d’Indépendance, commence tout juste à être corrigée. Cet article prétend montrer la richesse de l’apport laissé, dans de multiples domaines, par les anciens afrancesados, par le biais de leurs publications. Il s’agit ainsi de souligner l’importance, toujours passée sous silence, de leur action durant ces années de transition de l’Ancien Régime à la modernité.

 

Gonzalo Butrón Prida

Le mythe de la mobilisation populaire. De l’enthousiasme au repli dans la ville de Cadix à la fin de l’Acien Régime

La résistance de Cadix au siège napoléonien a rapidement acquis, comme d’autres épisodes de la guerre d’Indépendance, un caractère mythique. La littérature politique a rapidement transformé Cadix en bastion de la liberté et de l’indépendance, et elle a présenté les Gaditans comme des modèles d’enthousiasme patriotique, qui auraient employé toutes leurs ressources, tant humaines que financières, dans la lutte contre la domination étrangère. En 1823, à peine une décennie après cette légendaire preuve de courage et d’héroïsme, les nouvelles tentatives de mobilisation des Gaditans, effectuées tant du côté des libéraux que du côté des absolutistes, ont échoué. De part et d’autre, l’appellation à la mémoire de la guerre d’Indépendance a fait partie, principalement ou de façon subsidiaire, du discours et de la propagande. Si les libéraux ont tenté de revitaliser les références qui ont poussé la résistance contre la domination française, les absolutistes ont essayé de mobiliser les protagonistes de la guerre en convoquant les cadres des différents corps des Volontaires Distingués qui ont résisté à Cadix pendant la guerre. Néanmoins, les nouvelles incitations n’ont pas réussi à renouveler les succès du passé. Ce travail tente d’expliquer les conditions particulières qui ont poussé les Gaditans à lutter en 1808, pour mieux comprendre la réponse de 1823.

 

Richard Hocquellet

Une expérience complexe. La « guerre ’Indépendance » à travers le parcours de certains de ses acteurs

La guerre d’Indépendance est un événement qui s’impose à tous ceux qui l’ont vécu. Il marque une rupture mais d’une façon différente selon le parcours antérieur et le type d’expérience qu’il a provoqué chez les individus. À partir du récit que les acteurs ont pu faire de cette expérience à l’occasion de demandes de récompenses, de pensions et de candidatures à des postes de magistrat, il est possible d’analyser la manière dont ils ont perçu l’événement, la sélection qu’ils opèrent dans leur vécu et enfin l’élaboration d’une posture vis-à-vis de ce qui s’est passé. Cette série d’études renvoie à la construction mémorielle de la guerre d’Indépendance effectuée par ceux qui l’ont vécue. Les effets de la conjoncture au sein de laquelle ils rédigent leur récit se combinent à ce qu’ils retiennent de leur expérience et qui déjà décalé par rapport à leur souvenir. Enfin, les attentes prévisibles des décideurs qui examineront leur candidature ou leur demande modifient encore la présentation de leur expérience de l’événement; si bien que, au fur et à mesure que les années s’écoulent entre l’événement et son récit, nous assistons à l’établissement d’un discours de plus en plus stéréotypé dont l’énoncé apparaît comme des « mots d’ordre pour la mémoire » adapté aux objectifs recherchés par son auteur.

 

Antonio Moliner Prada

Le juntisme dans la première moitié du xixe siècle comme instrument de socialisation politique

Le mouvement juntiste de 1808, né du vide du pouvoir provoqué par la crise politique déclanchée par l’invasion française, servit de modèle et fut utilisé dans chacune des crises politiques qui se succédèrent au cours du xixe siècle. Dans l’imaginaire collectif imposé par le libéralisme, le mouvement juntiste symbolise la synthèse de la révolution espagnole et, pour cette raison, il fut considéré comme l’instrument fondamental du changement politique et social de l’Espagne à cette époque. Sans doute, les juntes contribuèrent de manière décisive à la socialisation de la culture politique des classes moyennes et populaires et à la naissance des premiers partis politiques. Pour leur part, les républicains fédéraux espagnols revendiquèrent toujours le mouvement juntiste en tant que manifestation du fédéralisme et virent dans la formation d’une Junte Centrale son expression la plus aboutie.

 

Lluís Ferran Toledano González et Maria Gemma Rubí i Casals

Les batailles du bruc et la construction de mémoires politiques nationales

Cette contribution envisage les différentes lectures auxquelles ont donné lieu les batailles du Bruc — juin 1808 — de la part des traditions politiques catalanes, très hétérogènes, tout au long du siècle. Elle remet en question l’existence d’un mythe fondateur unique de la nation espagnole en explorant les contradictions présentes dans la famille libérale et républicaine, complexe, sans oublier la tentative d’appropriation à laquelle se livrent le carlisme et l’intégrisme. On s’interroge ensuite sur le soi-disant échec de la politique commémorative du gouvernement en Catalogne, ainsi que sur la responsabilité de la Lliga Régionalista dans cet échec. À l’inverse, le centenaire a connu un grand succès dans le centre de la Catalogne (Manresa, Igualada, le Bruc), un centenaire marqué par une forte participation populaire aux cérémonies et dans lequel la Lliga et le carlisme ont eu le premier rôle. À cette époque-là, plusieurs visions du passé s’étaient déjà cristallisées, et la mémoire de la guerre d’Indépendance n’était pas forcément synonyme d’une identité nationale univoque.

 

Christian Demange

La construction nationale du point de vue des commémorations du premier centenaire de la guerre d’Indépendance

Dans les années 1890, la question ouvrière et la crise morale provoquée par le désastre de Cuba conduisent à un mouvement de renationalisation conçu comme un antidote à la lutte des classes et comme une affirmation nécessaire de l’unité de la nation. Le premier centenaire de la guerre d’Indépendance fournit à l’État et à la nation tout entière l’occasion d’achever le processus de nationalisation lancé par les Cortes de Cadix. Qui se charge de le relancer dans le nouveau contexte des nationalismes périphériques et des luttes sociales exacerbées? Autour de quels programmes et dans quelles perspectives? Autant de questions auxquelles tente de répondre cette contribution en s’appuyant sur l’analyse des célébrations du centenaire à Madrid, Saragosse, Cadix, Astorga, Medina de Rioseco, Antequera et Pontevedra - Puente Sampayo, sur l’analyse de leurs acteurs (État, Armée, Église, municipalités et associations) et sur celle de leurs modalités (fragmentation dans le temps et dans l’espace, plus forte participation du peuple, superposition et articulation des identités locales, régionales et nationale). Par sa mobilisation spectaculaire, le peuple fait éclater le patriotisme « bureaucratique » (Galdós), impose l’évidence de la nation et propose de nouvelles orientations pour asseoir le nationalisme espagnol (une citoyenneté plus forte, le progrès économique, l’appui du sentiment national sur le substrat de l’identité régionale, etc.) que les élites libérales au pouvoir, divisées et paralysées, ne sauront pas mettre en œuvre.

 

Pierre Géal

Un siècle de monuments dédiés à la guerre d’Indépendance

Où et quand sont érigés des monuments aux héros de la guerre d’Indépendance? Qui sont les promoteurs de ces lieux de mémoire? Font-ils l’objet d’un consensus ou déclenchent-ils des polémiques? L’approche chronologique retenue ici et l’attention prêtée non seulement aux réalisations mais aussi aux projets révèlent que la volonté commémorative se manifeste avec force dès l’époque de la guerre d’Indépendance, ce qui s’explique par les nécessités de la propagande patriotique mais aussi, plus profondément, par le processus de construction d’une nouvelle image de la nation. Les années 1833-1868 — probablement en partie du fait que disparaissent alors de nombreux protagonistes de la guerre — se caractérisent par une activité monumentale relativement notable. Si, avec la Restauration et le Centenaire, les inaugurations de monuments se multiplient, le contexte d’une véritable « fièvre statuaire » généralisée à cette époque invite à ne pas surestimer ce phénomène. Le panorama qui est dressé permet également d’observer l’articulation presque omniprésente des niveaux local et national, qui fonctionne généralement grâce à l’exaltation d’un héros singulier — à laquelle participent souvent activement ses descendants — ou d’un héroïsme local collectif.

 

Ángel Duarte

Le peuple insoumis. La guerre d’Indépendance dans la mémoire historique du républicanisme espgnol

La mémoire du Deux Mai et de la guerre d’Indépendance, à partir de l’époque du Sexenio démocratique, vers le milieu du xixe siècle, opère comme un référent temporel et un exemple de conduite à suivre pour le républicanisme espagnol. Les manifestations plurielles de la démocratie fédérale ou unitaire, populaire ou bourgeoise, font de la guerre d’Indépendance un jalon de la construction d’une nation de citoyens. Dans cet article, nous nous proposons d’articuler quelques réflexions sur l’origine du mythe, sur son opérativité et sur ses limites. La géographie de l’Espagne républicaine, et les modèles de conduite que l’on exige de la part du républicain fédéral ou progressiste, posibilista ou réformiste, se nourrissent d’un souvenir largement codifié — grâce à la presse et aux histoires nationales libérales et démocratiques — qui sera transmis de génération en génération, au sein de la famille ou dans les lieux de la sociabilité populaire. Le courage du peuple et la Municipalité — entendus respectivement comme garant et espace ultime de la liberté de la nation — ou le glissement qui allait s’opérer — selon la lecture qu’en faisaient les républicains — du dynastisme vers le patriotisme, de la loyauté envers la Couronne à celle envers la Nation en armes, allaient être quelques-uns des principaux traits d’un moment fondateur qui exige de la part de tout bon républicain une commémoration régulière.

 

Javier Fernández Sebastián

Soulèvement, guerre et révolution. LEs poids des origines dans le libéralisme espagnol

Les circonstances particulières qui ont entouré l’avènement du libéralisme en Espagne, au cœur d’une très grave crise politique et militaire qui conduisit finalement à une refondation globale des bases du système, ont profondément marqué son développement ultérieur. En effet, en plus de l’empreinte décisive laissée par la matrice culturelle au sein de laquelle surgit le précoce mouvement libéral espagnol, certains de ses traits les plus caractéristiques seraient difficilement explicables sans ces débuts traumatisants; c’est le cas notamment de l’exaltation du peuple, de la forte coloration historiciste, du puissant sentiment national et monarchique, en plus d’une préférence très marquée non seulement pour des formes d’organisation à échelle locale et provinciale (le juntisme), mais aussi pour le recours à des solutions armées et à des méthodes insurrectionnelles afin de forcer les changements politiques. Toutes ces caractéristiques et ces particularités du libéralisme espagnol — patriotisme, monarchisme, populisme, historicisme, localisme, insurrectionalisme — qui allaient accompagner ce mouvement pendant bien longtemps, semblent si fortement liées qu’il s’avère difficile de faire référence à l’une d’entre elles isolément sans toucher aussitôt à plusieurs autres. En s’appuyant principalement sur quelques-unes des œuvres les plus emblématiques de l’historiographie libérale du xixe siècle, l’auteur de cette étude insiste sur l’importance fondamentale de l’héritage du processus déclenché en 1808 pour comprendre quelques-uns des traits dominants du libéralisme espagnol du xixe siècle.

 

Emilio La Parra López

Le mythe du roi désiré

En 1808, les Juntes eurent à cœur de marquer leur refus des abdications de Bayonne et de déclarer qu’elles luttaient pour le rétablissement immédiat de Ferdinand VII sur le trône espagnol. Par là, elles voulaient faire comprendre que tous les Espagnols étaient unis autour de leur roi légitime et qu’ils étaient disposés aux plus grands sacrifices. En outre, elles laissaient clairement entendre qu’aussi bien l’objectif de la guerre que sa durée dépendaient du sort qui serait réservé à Ferdinand VII. Ce message, qui avait entre autres pour but de couper court au débat politique, se nourrissait de la mythification de Ferdinand VII comme prince innocent et désiré, dépourvu de toute responsabilité dans les malheurs de l’Espagne. Ce mythe n’était pas né en 1808: le « parti fernandin » l’avait élaboré dès 1806 afin d’écarter Godoy du pouvoir. En 1808, il prit une dimension nouvelle en venant à l’appui de la lutte contre Napoléon. Les circonstances de la guerre contribuèrent à enraciner le mythe, si bien que ni la transformation de la monarchie opérée par la Constitution de 1812, ni le débat politique ouvert à partir de 1809, ni même le comportement de Ferdinand VII ne suffirent à le faire disparaître en 1814.

 

Fernando Molina Aparicio

La nation dans sa périphérie ethnique. La mémoire de la guerre d’Indépendance au Pays Basque (1868-1898)

Les agents sociaux (intellectuels, politiciens, académiciens, journalistes) de la périphérie ethnique de l’État espagnol du xixe siècle élaborèrent une représentation de la nation commune, l’Espagne, étroitement liée aux représentations respectives de leur propre communauté ethno-locale. Chacun d’entre eux participa à la construction d’un imaginaire national commun de mythes, symboles et images historiques, en lien étroit avec la pratique politique du libéralisme. Au Pays Basque, le culte de la mémoire locale de la guerre d’Indépendance, l’un des principaux mythes intégrateurs du nationalisme espagnol du xixe siècle, s’avéra fondamental pour la socialisation de l’idée de nation. Celle-ci se déploya principalement dans la sphère publique locale, où la presse et les publicistes donnèrent une représentation quotidienne de la nation, par le biais de commémorations et traditions populaires, comme ce fut le cas pour la guerre d’Indépendance. Tout cet univers commémoratif se basait sur une culture patriotique qui unissait les identités locale et nationale et construisait une mémoire publique destinée à représenter la nation dans la périphérie ethnique de l’État.

 

Marie Salgues

La guerre d’indépendance et le théâtre. Tentative de création et de restauration d’une épopée populaire (1840-1868)

Entre 1840 et 1868, le théâtre était — après la corrida — le spectacle le plus fréquenté par les Espagnols. La monarchie isabelline, très consciente du parti qu’elle pouvait tirer d’un tel succès, surveilla étroitement la vision que les dramaturges offraient de la guerre d’Indépendance, allant jusqu’à faire œuvre de « propagande » active afin de célébrer la mémoire du général Castaños. À la fin de la première guerre carliste, une vision censément libérale s’était peu à peu imposée, et la mémoire théâtrale se conforma à ces nouveaux « canons » politiques, tout en exaltant des figures de chefs courageux. Afin de rendre supportable la mort des compatriotes — problématique nouvelle issue des guerres napoléoniennes — on met en scène un conflit qui n’est que très rarement mortel. Le modèle ainsi élaboré fut récupéré par d’autres nations engagées dans un processus de construction identitaire similaire, notamment la Colombie. L’étude d’une trentaine de pièces de cette époque permet de cerner la construction et le fonctionnement de cette mémoire, si utile aux autorités gouvernementales.

 

José Saldaña Fernández

Autobiographie et mythe. Le guerre d’Indépendance entre le souvenir individuel et la reconstruction collective

La guerre d’Indépendance a retenu l’attention, tant d’un point de vue individuel – de nombreux récits autobiographiques allaient traiter l’un ou l’autre de ses aspects – que collectif – elle sera érigée, plus tard, en un des faits les plus significatifs de la construction de l’identité nationale espagnole. Ce moment historique est donc un espace privilégié pour analyser la manière dont s’articulent la mémoire collective et la mémoire individuelle, un processus qui en aucun cas n’est unidirectionnel puisque les deux niveaux de la mémoire, l’individuel et le collectif, ont besoin l’un de l’autre. En effet, si les témoignages individuels contribuent activement à asseoir un archétype de lecture du conflit, il n’en est pas moins vrai qu’ils ont été influencés par les interprétations collectives qui en ont été faites. Ce travail prétend, à partir de l’analyse d’une série d’autobiographies, mesurer l’influence des discours collectifs sur la mémoire individuelle, sans oublier les contraintes intellectuelles et narratives propres au récit autobiographique, ainsi que leur portée et leurs limites en tant qu’instrument d’analyse sociale.

 

Luis Martín Pozuelo

Voulez-vous vous souvenir du 2 mai ? Images populaires de la guerre d’Indépendance

Les manières de regarder le Deux Mai 1808 sont variées, tant furent nombreux les événements, les acteurs et intérêts qui confluèrent ce jour-là. Parmi toutes les histoires susceptibles d’être racontées, les artistes du moment réalisèrent une sélection qui fut constamment révisée, réinterprétée et reformulée. L’une des approches privilégiées de l’histoire de l’art est précisément de suivre la piste des événements à travers les différentes versions que fixèrent les artistes dans les estampes, de connaître les modes de diffusion et ses supports pour l’ancrage dans le quotidien, de circonscrire la représentation des scènes et des acteurs qui eurent un rôle clé pour les appropriations postérieures et la recomposition des récits. Il s’agit donc d’un apport cherchant à appréhender la guerre de l’Indépendance du point de vue « populaire », révélé par des représentations artistiques chargées d’expressivité et condamnées à une existence éphémère.

 

Stéphane Michonneau

Álvarez de Castro. La fabrication d’un héros

Álvarez de Castro, le défenseur du troisième siège de Gérone, a très tôt été érigé en mythe national. L’article ne se propose pas de relater ici l’histoire des politiques de mémoire qui construisirent ce mythe mais plutôt d’appréhender ce que Marie-Claire Lavabre appelle « la mémoire commune » de l’événement, c’est-à-dire la trace laissée par l’événement vécu ou le personnage connu, la somme des expériences individuelles qui laissent des souvenirs aussi longtemps que vivent les témoins directs des sièges. Pour ce faire, il faut bien abandonner le projet qui consisterait à reconstituer le contenu de ces souvenirs: comment saisir cette mémoire si fugace lorsque l’événement date de près de 200 ans? La question ne peut donc porter que sur la permanence des catégories de la remémoration. La recherche se situe alors à trois niveaux: permanence d’une appréhension religieuse de l’événement; mise au jour d’un travail de mémoire à l’œuvre dans la société géronaise qui reflète la temporalité propre de la mémoire; invariabilité d’un récit qui révèle un art de la mémoire propre à l’oralité. Au total, s’il demeure impossible de préciser ce dont un Géronais se souvenait lorsqu’il évoquait la figure d’Álvarez de Castro, il est toutefois possible de préciser le mode de fonctionnement de sa mémoire: ces caractéristiques dessinent les contours d’une mémoire commune bien vivante en son temps.

 

Clément Thibaut

De la fiction au mythe. Les discours de la guerre dans la perspective de la construction nationale

Le rôle que jouèrent les Llaneros du Bassin de l’Orénoque au cours des guerres d’indépendance a donné lieu à la construction d’un mythe patriotique au Venezuela. Il s’agit de montrer comment les Llaneros furent enrôlés par la mémoire républicaine pour remplir une fonction nécessaire à tout système politique moderne fondé sur la souveraineté populaire: celui de la figuration du peuple. Le choix des métis des plaines intérieures comme métonymie de la nation permettait de signifier à la fois l’inclusion et le rejet des groupes populaires dans l’imaginaire politique vénézuélien. Car avant de devenir les héroïques défenseurs de la patrie de Bolívar, les futurs vainqueurs de Boyacá et Carabobo avaient été des traîtres à la solde du péninsulaire Boves lors de la grande révolte loyaliste de 1813. Différents courants de la mémoire nationale ont ainsi exploité cette ambiguïté fondatrice afin de produire une image du peuple vénézuélien destinée à légitimer certains régimes autoritaires, comme la dictature de Juan Vicente Gómez.

 

Élise Marienstras

La guerre d’indépendance nord-américaine L’invention d’une nation par la guerre civile

Pour désigner le conflit armé entre les colonies britanniques et leur métropole, qui se déroula de 1775 à 1783, les Américains usent volontiers du terme « Révolution »: l’histoire comme la mémoire collective englobent ainsi les faits militaires dans un processus de conflit qui les déborda de beaucoup, autant dans les faits que dans la durée, puisqu’il se déroula successivement, puis tout ensemble, sur les fronts politique, constitutionnel, fiscal, et surtout, ce qui nous intéresse ici, national. À l’issue d’une réflexion sur la typologie des guerres américaines, cet article s’intéresse aux conflits internes à la guerre civile — conflits conçus par les acteurs comme infra-parentaux. On y démontre que, dans la révolution des colonies britanniques d’Amérique qui aboutira à la création d’une nation, les révolutionnaires ont moins cherché à renverser l’ordre social qu’à bouleverser le sentiment d’appartenance. Le débat, puis le conflit armé virent s’affronter des « frères » d’empire britannique, des « frères » — colons et autochtones — par la colonisation, l’enjeu étant la création d’une nouvelle parentèle, citoyenne des États-Unis naissants.

 

Vittorio Scotti Douglas

La guerre de guérilla et la constitution de Cadix. Deux événements de la référence pour le Risorglimento italien

Dans les premiers temps de la Restauration, on peut observer, dans les milieux libéraux italiens, une sorte de pause dans le débat politique. Mais le cas espagnol et surtout la Constitution de Cadix continuaient de stimuler les patriotes et d’inquiéter les souverains. Il s’agissait certainement plus d’un objet de spéculation théorique que d’une revendication politique. Les choses changent radicalement en 1820, quand arrivent en Italie les nouvelles de la conclusion heureuse du pronunciamiento de Riego: en quelques mois, deux révolutions éclatent, à Naples d’abord (juillet 1820) et à Turin ensuite (mars 1821). L’une et l’autre utilisent comme drapeau et signe de reconnaissance la Charte gaditane, même si les libéraux italiens n’en acceptent pas tous les principes. La guerre de guérilla, utilisée avec un certain succès en Espagne dans la lutte contre les Français, fut l’autre modèle étudié et défendu par certains patriotes particulièrement versés dans les questions militaires. Elle parvint à être considérée jusqu’en 1848 comme le meilleur système, sinon l’unique, pour libérer la Péninsule de l’occupant autrichien et des différents souverains absolutistes dans le but d’établir un État unitaire et indépendant.

 

Véronique Hébrand

L’oligarque, figure de l’infâme dans le Venezuela en guerre (xixesiècle)

Cet article se propose d’analyser les logiques de construction des identités politiques telles qu’elles sont à l’œuvre au Venezuela à partir de l’indépendance. Il s’agit pour ce faire d’appréhender les contours d’une identité nationale où la stigmatisation de l’Autre, nécessaire à la cohésion du groupe, qu’il s’agisse de l’ennemi du moment ou des indésirables de la nation, est déterminante. Fil rouge de cet anathémisation de l’Autre, la figure de l’Oligarque est d’autant plus forte qu’elle se trouve chargée des sens négatifs cumulés des figures disqualifiantes brandies durant la guerre d’Indépendance (godo, isleño, Espagnol), qui incarnent des ennemis extérieurs. Renvoyant tout à la fois à l’Autre dans sa représentation de celui venu d’ailleurs et à l’ennemi interne qui est, de ce fait, toujours suspecté d’avoir des origines « étrangères », l’usage du substantif oligarque témoigne non seulement d’une culture politique héritière de l’unanimisme d’Ancien Régime — qui « oblige » en quelque sorte à reléguer l’ennemi politique dans le champ du social et à le rejeter dans l’altérité —, mais aussi d’une identité fragile, puisque l’on refoule à l’extérieur ceux dont on considère qu’ils ne partagent pas les valeurs de la communauté nationale.

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search