Version classiqueVersion mobile

Urbanisme civique en temps de crise

 | 
Laurent Brassous
, 
Alejandro Quevedo

I. — Histoires provinciales

Les espaces civiques dans les villes de Gaule Narbonnaise, iie-ive siècle

Marc Heijmans

Texte intégral

  • 1 Je remercie Laurent Brassous de m’avoir permis de contribuer à ce volume.

1Fortement et précocement urbanisée, avec pas moins de 25 cités, la province de Gaule Narbonnaise (fig. 1) connaît son apogée dès le Ier siècle de notre ère1. Si l’attribution un peu trop systématique de toute l’organisation des colonies romaines à l’époque augustéenne est désormais nuancée à la lumière des fouilles récentes, il n’en demeure pas moins qu’à la fin du Ier siècle, les villes avaient sans doute, à quelques exceptions près, trouvé la physionomie qu’elles ont gardée durant tout le Haut-Empire. Cela ne veut pas dire toutefois que les villes sont restées statiques et, si les constructions nouvelles sont relativement rares (par exemple le cirque d’Arles, construit au milieu du IIe siècle), il faut se poser la question du maintien en l’état de l’ensemble des bâtiments liés à la vie civique entre le IIe siècle, quand les villes ont reçu leur forme définitive, et le IVe siècle, quand, avec le christianisme naissant et l’émergence de la topographie chrétienne, s’annonce l’évolution vers la ville médiévale. Bien que ce soit un fait avéré que les documents épigraphiques disparaissent vers le milieu du IIIe siècle, nous privant ainsi de précieuses informations sur la gestion des cités, il n’y a pas de raison de penser que l’administration municipale ait changé profondément. Les sources littéraires sont également rares pour l’Antiquité tardive, mais on a encore la mention d’un sénat et d’un ordo à Vienne vers 460 (Avit de Vienne, Hom. 6).

  • 2 Salviat, 1990, pp. 2-23.

2En même temps, contrairement aux villes d’Aquitaine, où les enceintes de l’Antiquité tardive n’intègrent, le plus souvent, pas le centre civique du Haut-Empire, en Narbonnaise, le centre politique et religieux des villes n’a pas changé de place et ils ont donc gardé leur position prépondérante dans la topographie des villes chrétiennes. Suivant en cela la volonté de Constantin qui visait à calquer l’organisation ecclésiastique sur le découpage administratif, les cités antiques de la Narbonnaise sont toutes devenues des évêchés, avec deux exceptions notoires (fig. 2). La première est la colonie éphémère de Ruscino (P.-O.), abandonnée dès la fin du Ier siècle de notre ère, et dont on ne parlera plus ici. Le cas de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône) est un peu différent, car le déclin et l’abandon, non pas de certains quartiers ou monuments, mais de l’ensemble de la ville au profit d’une nouvelle agglomération située à quelques kilomètres au nord, interviennent justement durant la période qui nous occupe ici, vers la fin du IIIe siècle2.

FIG. 1. — Carte administrative du Sud-Est de la Gaule au Ier siècle (DAO M. HEIJMANS, CNRS)

FIG. 2. — Carte administrative du Sud-Est de la Gaule pendant l’Antiquité tardive (DAO M. HEIJMANS, CNRS)

  • 3 Heijmans, 1996, pp. 121-133 ; id., 2011, pp. 261-274.

3Nous avons déjà eu l’occasion de tenter de dresser un bilan de l’évolution des villes en Narbonnaise au IIIe siècle3, mais la documentation est surtout fournie par les fouilles des quartiers d’habitations, situés à la périphérie des centres urbains. Dans cette contribution, nous regardons plus spécifiquement l’évolution des centres civiques, ou plus généralement, celles des édifices dont l’entretien, malgré le rôle important de l’évergétisme, relève des pouvoirs publics.

  • 4 Planchon, Bois, Conjard-Réthoré, 2010, p. 697.
  • 5 Ibid., 218*, p. 296.

4Du point de vue chronologique, il convient de ne pas se focaliser sur le seul IIIe siècle, car cette évolution s’inscrit dans une plus longue durée. En effet, dans plusieurs villes, comme Aix (fig. 3) ou Nîmes, certains quartiers ont connu un abandon progressif dès le IIe siècle, voire dès la fin du siècle précédent. On peut supposer que l’abandon des domus de ces quartiers a également occasionné un manque d’entretien des rues qui les desservaient, mais cela n’est que rarement signalé. À Valence (Drôme) toutefois, l’abandon du secteur nord de la ville dès la fin du IIe ou durant le IIIe siècle concernait également un decumanus, alors que le cardo semble encore fonctionner4. Plus spectaculaire est sans doute l’abandon, puis la récupération d’une vaste esplanade monumentale à Die (Drôme) dans la 2e moitié du IIe siècle dans un secteur à l’ouest de la ville, qui sera par la suite exclu de l’enceinte du IIIe siècle5. On a donc dans ce cas, comme dans certains autres, un délaissement des secteurs périurbains dès le IIe siècle et un recentrage autour du centre urbain.

FIG. 3. — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Les sites abandonnés au cours du IVe siècle et ceux qui ont continué à être habités (Plan Direction archéologique Aix-en-Provence)

5De l’autre côté, on prolongera un peu notre regard au-delà du IIIe siècle pour voir comment les villes se sont reprises, ou pas, après cette période de «  crise ». On s’arrête toutefois à la fin du IVe siècle quand, avec le développement du christianisme, commence un autre chapitre de l’histoire urbaine.

  • 6 Voir Heijmans, 2006b, pp. 25-41.
  • 7 Id., 2006a, pp. 59-74 ; pour Die : Planchon, 2006, pp. 75-79.

6Si l’on veut se former une idée de ces centres civiques entre le IIe et le IVe siècle, regardons d’abord ce qui compose le noyau central, le forum, et les bâtiments qui sont liés à l’administration politique et juridique, comme la curie ou la basilique civile, puis les temples qui ont fait partie de cet ensemble, le plus souvent dédiés au culte impérial, ainsi que les autres temples publics ; on regardera ensuite les autres édifices dont on peut supposer qu’ils ont été entretenus en partie par les pouvoirs publics, comme les monuments de spectacles ou les thermes publics, bien que, évidemment, comme on a déjà signalé, l’évergétisme ait joué un rôle important6. On revanche, on laisse de côté la question des enceintes urbaines, pour la simple raison que les fortifications du Haut-Empire n’ont pas subi de modifications avant le Ve siècle et les enceintes construites au IIIe ou IVe siècle concernent essentiellement des cités nouvellement créées, comme Genève, Gap ou Grenoble, et même Die, si l’on suppose que cette ville fédérée de la cité des Voconces a accédé tardivement au statut de chef-lieu de cité7.

LE FORUM

7Traiter de l’évolution du forum entre la fin du Haut-Empire et le début de l’Antiquité tardive suppose d’avoir déjà une idée de la localisation et de la configuration de ces places publiques au Haut-Empire. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Si dans certaines villes, on connaît bien l’emplacement du forum (comme Aix, Avignon, Arles, Narbonne, Nîmes, Vienne), ailleurs, on reste dans des hypothèses, voire dans une incertitude complète. Et même lorsque l’on saît où se trouvait du forum, les observations concernant leur abandon restent extrêmement limitées et ne permettent guère de répondre en détail à nos questions.

  • 8 Heijmans, 2004, pp. 367-369 ; Rothé, Heijmans, 2008, p. 359.
  • 9 Monteil, 1999, pp. 192 et 432.
  • 10 Guyon et alii, 1998, pp. 100-101.
  • 11 Pasqualini, 2012, pp. 149-156.

8Cela dit, dans les quelques cas où nous avons des indications d’une désaffectation ou une réoccupation d’un forum, cela se produit rarement avant le Ve siècle, parfois un Ve siècle avancé. C’est le cas à Arles, où le dallage de la place est occupé dès le début du Ve siècle8, alors qu’à Nîmes, c’est au courant du Ve siècle que commence le démantèlement de la place autour de la Maison Carrée9. Ailleurs, comme à Aix, ce n’est qu’autour des années 500 que l’on construit sur le forum le baptistère, alors que la cathédrale occupait probablement l’espace de la basilique civile10 (fig. 4) et à Fréjus, malgré l’abandon des abords du forum au IVe siècle, la place elle-même ne semble pas avoir perdu sa fonction avant le Ve siècle, quand une partie du rempart à l’angle sud-ouest du forum s’effondre sur celle-ci11.

FIG. 4. — Le centre civique d’Aix-en-Provence : a) au Haut-Empire, b) au début du VIe siècle (DAO L. Rivet et S. Saulnier, CNRS)

  • 12 Je remercie mon collègue J.-M. Mignon pour ces informations inédites.

9L’un des chantiers les plus prometteurs pour ces questions est la fouille en cours du forum de Vaison-la-Romaine, sous la direction de J.-M. Mignon (Service archéologique du département de Vaucluse). Dans ce cas, l’abandon se situerait dans les IVe-Ve siècles, mais la date doit encore être affinée12.

  • 13 Christol, Janon, 2000, pp. 52-54.

10Il ressort clairement de ces quelques sites que, dans l’état actuel de la documentation, on n’a aucun exemple assuré en Gaule Narbonnaise de l’abandon d’un forum avant le Ve siècle. La seule exception est le forum de Glanum, mais on a vu que, dans ce cas, il s’agit d’un abandon général et définitif de la ville, probablement vers la fin du IIIe siècle. Les raisons du déclin de cette cité, oppidum latinum puis colonie de droit latin, demeurent incertaines, mais toujours est-il que, sans doute au moment de la réorganisation des limites administratives sous la tétrarchie, elle perd son statut autonome et est rattachée à la cité d’Avignon plutôt qu’à celle d’Arles13. Cela ne suffit cependant pas à expliquer l’abandon de l’agglomération, qui aurait bien pu continuer à vivre.

LES TEMPLES DU FORUM

11Directement lié au forum se trouvait le temple, dédié le plus souvent au culte impérial, dont deux exemples sont encore parvenus presque intacts jusqu’à nos jours, la Maison Carrée de Nîmes et le temple d’Auguste et de Livie à Vienne. On ignore évidemment ce que ces édifices sont devenus durant l’Antiquité tardive. L’hypothèse de la transformation du temple d’Auguste et de Livie en église sous l’épiscopat d’Avitus autour des années 500 est basée sur peu de choses, et elle se situerait en tout cas en dehors de notre période. Quant à la Maison Carrée, il n’est pas impossible qu’elle ait été transformée au Ve siècle pour un usage profane, une fonction qu’elle aura sûrement au IXe siècle.

  • 14 Boudartchouk, 2012, pp. 111-125.

12Des temples fouillés sont très peu nombreux. On peut citer le cas de Toulouse, où le temple, situé au nord du forum, a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles dans les années 1990. Peu importe pour notre propos s’il s’agit d’un capitole, comme le veut la tradition toulousaine encore confirmée récemment14, ou d’un temple lié au culte impérial, toujours est-il que l’édifice est démantelé dès les années 380, bien avant que n’y soit construite une église en souvenir du martyre de Saturninus. Il s’agit donc d’un des très rares cas d’une église construite à l’emplacement d’un temple païen, sans que l’on puisse le considérer comme la conversion d’un lieu de culte pour faire triompher la nouvelle foi (fig. 5).

13À Narbonne, le temple qui a été observé au XIXe siècle lors des travaux du collège Victor Hugo sur la butte des Moulinasses et qui domine le forum (place Bistan) est également considéré dans la tradition locale comme un capitole. Dans ce cas, les fouilles sont trop anciennes pour avoir pu donner des indications précises sur la désaffectation de ce monument, mais on peut être assuré qu’au Ve siècle, il était au moins en partie démoli. En effet, dans les fondations de l’église funéraire Saint-Félix, fondée dans la 2e moitié du Ve siècle, ont été retrouvés des éléments d’architecture qui proviennent certainement du démantèlement du «  Capitole ». D’autre part, l’enceinte tardive, dont une datation au début du Ve siècle doit à notre avis être préférée à l’attribution traditionnelle au IIIe siècle, empiète sur le portique qui entoure le monument. Enfin, si l’on peut faire confiance à la description poétique que donne Ausone de Narbonne à la fin du IVe siècle (Ordo urbium nobilium, XIX, 14-17), le Capitole était déjà en ruines à son époque.

FIG. 5. — Toulouse (Haute-Garonne). Projection de l’église Saint-Pierre-Saint-Géraud sur l’emprise du Capitole (DAO C. Viers, L. Llech et J.-L. Boudartchouk, INRAP)

  • 15 Monteil, 1999, pp. 229 et 432.

14Pour les autres temples qui relèvent de la communauté, nous sommes encore moins bien renseignés. On peut tout au plus signaler la démolition de deux temples à Nîmes, découverts sur le chantier de l’Ancien Théâtre, directement à l’ouest de la Maison Carrée, destruction qui intervient au cours du Ve siècle15.

  • 16 Heijmans, 2006b, p. 27.

15Ce n’est donc pas avant la fin du IVe siècle que ces temples commencent à être démantelés, sans doute au moment où le christianisme devient religion d’État. Ces observations archéologiques confirment alors ce que préconisaient les textes juridiques en faveur du maintien en état de temples au IVe siècle, bien qu’il soit interdit d’y faire des sacrifices16.

LES AUTRES PLACES PUBLIQUES ET LA VOIRIE

  • 17 Id., 2004, pp. 371-376.
  • 18 Ibid., pp. 365-367.
  • 19 Tallah, 2004, p. 101.

16Le forum ne forme pas le seul espace public dans les villes antiques, et même l’identification d’une place comme le forum de la cité n’est pas toujours assurée, comme l’a montré la discussion autour du forum d’Aix, dont l’interprétation a soulevé des doutes du fait de son implantation assez excentrée par rapport au centre de la ville. Dans les exemples cas que l’on connaît, la date de la désaffection de ces places n’est pas différente de celle des fora. Dans le cas de la place de la rue Truchet, à Arles, le dallage a bien reçu un nouveau revêtement vers le milieu du IVe siècle, mais la fonction de place publique ne semble pas avoir été modifiée avant le début du Ve siècle17. C’est aussi tardivement que, toujours à Arles, la place dallée au sud-ouest du forum voit un chemin en terre battue aménagé sur le dallage, avec des maisons de part et d’autre18. Plus généralement, il semble que dans les centres urbains, la voirie était plutôt bien entretenue, au moins jusqu’à la fin du IVe siècle ou au début du siècle suivant. L’installation d’un pressoir sur le cardo maximus d’Apt donne un autre exemple de l’abandon d’un axe majeur de la ville au tournant des IVe-Ve siècles19.

  • 20 Carru, 2010, p. 56.

17Des cas d’abandon plus précoces de places ou de rues dans le centre ville sont rares mais ils existent. À Avignon, le monument public de la place Principale, avec son portique et son jardin, sont au moins partiellement abandonnés dans le courant du IIIe siècle, ce qui n’a pas empêché qu’une partie de la construction soit encore conservée de nos jours sur plusieurs mètres de hauteur, après avoir, peut-être, été modifiée pour servir d’élément défensif au début du Ve siècle20.

  • 21 Heijmans, 2004, p. 127.
  • 22 Renseignement E. Dantec.
  • 23 Isoardi, 2010, pp. 121-123.

18L’un des rares cas d’abandon de rue au IIIe siècle au centre d’une ville antique concerne l’extrémité nord du cardo maximus d’Arles, où une toiture effondrée durant le IIIe siècle sur le dallage de la rue n’avait pas été enlevée. J’avais expliqué cette désaffectation par la construction toute proche des thermes de Constantin, dont l’un des praefurnia empiète sur l’ancienne chaussée21. Une fouille plus récente et encore presque inédite a toutefois montré que cette explication n’est peut-être pas la seule, puisque le dallage du decumanus, directement au pied du théâtre antique, a été récupéré dans le courant du IIIe siècle, avant une restauration que l’on situe volontiers au Ve siècle22. Toujours au cœur de cette même ville, que l’on croyait relativement épargnée par les troubles qui ont affecté les quartiers suburbains, une autre fouille a livré un ensemble monumental formé par au moins deux rangées parallèles d’arcs en grand appareil, à peu de distance du Rhône. Bien que la fonction exacte de cet ensemble, sans doute construit au Ier siècle de notre ère, reste à préciser, il s’agit certainement d’un aménagement des berges du fleuve, dont l’eau a circulé entre les piles, où les dépôts s’accumulent avec chaque crue. Vers la fin du IIe siècle, l’espace entre les piles est comblé et sert de dépotoir domestique. Au IIIe siècle, une rangée de piliers grossiers est construite entre les arcs dont plusieurs sont démontés au cours du siècle. Si l’on ignore, faute d’éléments stratigraphiques conservés, ce que devient ce secteur par la suite, plus au sud, une vaste place dallée est aménagée dans la seconde moitié du IVe siècle au plus tôt23.

LES MONUMENTS DE SPECTACLES

  • 24 Heijmans, 2006b, pp. 38-39.
  • 25 De Voe, 2002, pp. 140-141.

19Le dégagement généralement assez brutal des monuments de spectacles au XIXe siècle, comme les amphithéâtres d’Arles ou de Nîmes ou les théâtres d’Arles et d’Orange, n’a évidemment pas permis de savoir à partir de quel moment ces édifices étaient à l’abandon et servaient désormais pour des habitations, mais pour la plupart d’entre eux, on peut supposer que c’était le cas au Ve siècle24. Certains textes littéraires vont dans le même sens, comme l’anecdote concernant Hilaire d’Arles qui aurait envoyé, entre 430 et 449, son diacre au théâtre pour récupérer le placage de marbre (Vie de saint Hilaire, 20). À la même période, Salvien de Marseille explique, en exagérant probablement un peu, que l’arrêt des jeux de gladiature n’est pas dû à la morale chrétienne mais simplement à un manque d’argent (Du gouvernement de Dieu, VIII, 39-45). L’évergétisme a en effet sans doute connu un déclin important au IVe siècle et il est peu probable que l’on ait encore organisé ces jeux au Ve siècle25.

  • 26 Ugolini, Olive, 2012, p. 255.
  • 27 Dellong, 2002, p. 132.
  • 28 Roumégous, 2009, pp. 193-198 ; Mignon, Roumégous, 2010, p. 109.

20Si cette réoccupation des monuments de spectacles au Ve siècle est confirmée par des fouilles récentes, comme le théâtre d’Aix ou le cirque d’Arles, on connaît quelques cas d’un abandon plus tôt, comme c’est le cas, peut-être dès le IIIe siècle, pour l’amphithéâtre de Béziers26. Le fait que ce monument soit situé un peu à l’extérieur de la ville peut expliquer peut-être son abandon relativement précoce. Pour Narbonne, l’amphithéâtre, situé à l’est de la ville, aurait disparu du paysage urbain au cours du IVe siècle, mais le seul argument qu’on avance pour étayer cette hypothèse est le fait que ni Ausone, ni Sidoine Apollinaire ne mentionnent cet édifice, un argument qui paraît un peu léger27. À Orange, l’amphithéâtre, situé à peu de distance de la courtine occidentale de la cité, a certes fait l’objet de quelques sondages qui n’ont pas donné d’indications sur la date et les circonstances de son désaffectation, mais l’abandon vers le milieu du IIIe siècle d’une vaste habitation toute proche et l’installation d’une nécropole dans le courant du IVe siècle, laisse penser que l’abandon de l’amphithéâtre a eu lieu à cette même période28.

  • 29 De Michèle, 2007, pp. 127-244.
  • 30 Rothé, Heijmans, 2008, p. 301.

21Quelques fouilles récentes donnent de précieux renseignements sur l’abandon de ces monuments de spectacles. Le théâtre d’Apt, dont des restes, enfouis dans les caves au centre de la ville, font depuis plusieurs années l’objet d’une étude minutieuse de P. de Michèle, paraît à l’abandon à la fin du IIIe siècle et ce pour plusieurs générations (fig. 6). En effet, la réoccupation du monument n’intervient qu’à la fin du IVe siècle au plus tôt29. À Arles, la fouille récente de plusieurs alvéoles du théâtre a bien confirmé l’occupation du monument aux Ve et VIe siècles, mais la désaffectation a sans doute commencé plus tôt, puisque dès le IVe siècle, un atelier, peut-être lié à une activité de métallurgie, s’installe dans l’un de ces espaces30 ; pourtant, au même moment, en 353, l’empereur Constance II célèbre à Arles ses tricennalia avec, entre autres, des theatrales ludi (Ammien Marcellin, Res Gestae, XIV, 5, 1).

  • 31 Nin, 2008, pp. 627-674.

22Le site où ces occupations tardives sont les mieux connues est toutefois le théâtre d’Aix, mis au jour partiellement en 2004 par Nuria Nin au clos de la Seds, dans l’extrémité ouest de la ville, où la tradition situe l’emplacement de la première cathédrale31. Cette fouille, qui n’a malheureusement pas pu être poursuivie, a montré que l’édifice est occupé par des constructions à partir du milieu du Ve siècle, après une première phase d’abandon et de récupération partielle. La date de cette première phase n’est pas précisément établie, mais elle ne paraît pas antérieure à la fin du IVe siècle.

23Ces quelques exemples montrent qu’il y a un décalage entre l’abandon des monuments de spectacles, leur récupération et leur réoccupation, laquelle ne semble pas se produire avant le Ve siècle. La phase de l’abandon paraît moins précise : dès la fin du IIIe siècle, pour l’amphithéâtre de Béziers et peut-être d’Orange ou encore le théâtre d’Apt, dans le courant du IVe siècle pour le théâtre d’Arles, ou plus tard encore, d’Aix. Ces différences s’expliquent sans doute en partie par les difficultés de dater un abandon, mais il faut se poser la question de savoir ce qu’il faut entendre par un abandon : est-ce qu’un niveau d’abandon, un manque d’entretien, impliquent forcément l’arrêt de la fonction de ces édifices, qui était de permettre aux gens d’assister à des spectacles ? On a supposé dans le cas du cirque d’Arles que l’occupation des alvéoles sous les gradins et le développement d’un habitat autour du monument au Ve siècle n’avaient pas empêché son utilisation, qui paraît assurée par des sources littéraires jusqu’au VIe siècle (Procope, Guerre des Goths, VII, 33, 5). Ce n’est sans doute pas pour rien qu’aucune trace d’un habitat n’ait été découverte sur la piste de ce monument. Toujours au VIe siècle à Arles, ville pour laquelle la documentation littéraire est particulièrement abondante, l’évêque Césaire reproche à ses ouailles d’assister plus volontiers aux «  spectacles cruels » qu’à la messe et les incite de ne plus aller au théâtre (sermo 31, 2 ; 61, 3 ; 150, 3). Faut-il pour autant en déduire que le théâtre et l’amphithéâtre servaient encore jusque dans la première moitié du VIe siècle ? Cela paraît a priori peu probable et peut-être que Césaire, en bon prédicateur et enseignant, a exagéré un peu en ressortant de vieux clichés ; même si l’on peut imaginer qu’à Arles, ville prospère s’il en est une, la tradition d’organiser des spectacles s’est maintenue, ailleurs, il paraît difficile de s’imaginer que le fonctionnement des édifices de spectacles s’est poursuivi longtemps.

FIG. 6. — Apt (Vaucluse). Plan du centre monumental et sa réoccupation durant l’Antiquité tardive (DAO, P. de Michèle, Service archéologique du département de Vaucluse)

LES THERMES PUBLICS

  • 32 Ward-Perkins, 1984, p. 31.

24En fait, le seul type de monuments qui semble vraiment avoir eu du mal à passer le IIIe siècle, concerne les thermes publics. A priori, c’est assez surprenant, car, si les Pères de l’Église, comme Jérôme (Ep. 14, 10), recommandaient l’utilisation des bains, dans les textes plus tardifs, des allusions aux bains sont assez fréquentes et les sources épigraphiques, pour l’Italie par exemple, témoignent des efforts d’entretien et de réparation des thermes32. Mais il ne s’agit certainement plus des mêmes bains que ceux construits au Haut-Empire, car rares sont les établissements thermaux en Narbonnaise qui ne soient pas abandonnés à la fin du IIIe siècle.

  • 33 Bouet, 2003, n° 195.
  • 34 Rivet et alii, 2000, p. 284 ; Bouet, 2003, n° 60 ; Gébara, 2012, pp. 207-208.

25Cela vaut d’abord pour des bâtiments situés un peu à la périphérie de la ville, comme les thermes du Nord à Vaison, abandonnés vers 28533, ou ceux de l’Esplanade à Arles, délaissés et en partie démontés à partir des années 260/270. À Fréjus, les thermes du Clos Saint-Antoine, au pied de la butte du même nom, paraissent également à l’abandon vers la fin du IIIe siècle, et des tombes sont aménagées dans les ruines34.

  • 35 Hesnard, 1999, p. 71-74 ; Rothé, Tréziny, 2005, pp. 377-378.
  • 36 Monteil, 1999, pp. 171-173, 432 ; Bouet, 2003, n° 114.

26Plus surprenante toutefois est l’observation que l’abandon de ces édifices, sans doute difficiles et coûteux à entretenir, ne semble pas avoir épargné les établissements qui se trouvent au centre de la ville. Si, à Marseille, les thermes de la place Villeneuve-Bargemont, sur la rive nord du Vieux-Port, restent en usage, après des remaniements, jusqu’à la fin du IVe siècle35, à Nîmes, les thermes de la ZAC des Halles sont partiellement désaffectés dès la fin du IIe siècle ou au début du siècle suivant, mais la date proposée pour l’abandon total, vers 250, doit probablement être retardée36.

  • 37 Baccrebère, 2002, pp. 424-425.
  • 38 Bouet, 2003, nos 184 et 193.

27D’autres cas paraissent plus douteux et l’interprétation des données archéologiques dépend parfois de l’intime conviction des fouilleurs. J’en veux comme exemple deux cas, les thermes de la rue de Languedoc, à Toulouse37, ou les thermes dits de «  la Basilique », à Vaison-la-Romaine. Dans ces deux cas, la présence de céramique tardive trouvée dans l’égout des thermes servait d’argument pour dater le fonctionnement, voire la construction, de l’ensemble de l’Antiquité tardive. Or, comme l’a justement observé A. Bouet38, la présence de cette céramique peut également être la conséquence d’un manque d’entretien, voire d’un abandon, de ces thermes, dont le fonctionnement durant l’Antiquité tardive n’est donc pas assuré.

  • 39 Heijmans, 2004, pp. 157-160.

28Pourtant, l’attrait pour les bains n’a pas diminué, et, à côté des quelques très rares cas d’une continuité entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive, on trouve plusieurs nouvelles constructions au IVe siècle. L’exemple le plus important est évidemment formé par l’ensemble connu comme les thermes de Constantin, à Arles, dont l’attribution traditionnelle au premier empereur chrétien semble confirmée par les fouilles récentes39. Le rôle politique d’Arles au début du IVe siècle explique sans doute le caractère exceptionnel de cet ensemble, de loin le plus vaste de la Narbonnaise.

  • 40 Bouet, 2003, nos 151-154 ; Valente, 2010, pp. 164-165.

29Également imposant, et bien plus difficile à expliquer, est l’ensemble de plusieurs thermes construits au IVe siècle dans le centre de l’actuel village de Saint-Rémy-de-Provence, qui s’est développé après l’abandon du site de Glanum, peut-être sur un site déjà occupé. En effet, une fouillé récente a montré qu’une partie au moins de ces constructions date du Haut-Empire40.

  • 41 Bouet, 2003, nos 182-183.

30Ces cas sont toutefois exceptionnels et les thermes édifiès que au IVe siècle sont le plus souvent de biens moindres dimensions. C’est le cas de ceux de la place Saint-Étienne, à Toulouse, dont le premier état remonte au début du IVe siècle, avant sa destruction quelques décennies plus tard, suivie par la construction d’un nouveau bâtiment41. Les petits bains élevés près des cathédrales entrent dans la même catégorie, mais ils sont le plus souvent plus tardifs, comme d’ailleurs la transformation des thermes en lieu de culte, comme à Riez, ou, en dehors de la Narbonnaise, à Cimiez.

  • 42 Fabre, Fiches, Paillet, 2000, pp. 411-415.

31Ces abandons de thermes doivent certainement, au moins en partie, être mis en rapport avec les difficultés d’entretien des aqueducs, mais, malgré une attention accrue dont bénéficient ces ouvrages, les données concernant leur abandon demeurent rares et peu précises. Dans certains cas, il semble bien que l’aqueduc fonctionnait encore durant l’Antiquité tardive. C’est le cas pour l’aqueduc de Nîmes, désormais bien connu, qui a été en parti dégradé au cours du IIIe siècle, puis réparé dans le courant du IVe siècle. L’abandon définitif n’intervient qu’au début du VIe siècle pour l’alimentation en eau de cette ville, où l’on connaît ne en revanche aucune installation thermale contemporaine42.

  • 43 Leveau, 1995, pp. 128-130 et 134-135.

32La situation est différente à Arles, où le fonctionnement des thermes de Constantin et sans doute d’autres bains plus modestes a nécessité un approvisionnement en eau réguliere et l’aqueduc semble effectivement avoir été reconstruit partiellement au IVe siècle43 ; c’est encore plus tard, sans doute au début du Ve siècle, qu’une inscription de Narbonne signale, entre autres, la restauration de l’aqueduc (CIL, XII, 4355).

  • 44 Gébara, Michel, Guendoin, 2002, pp. 128-130 et pp. 134-135 ; Gébara, 2012, p. 170.
  • 45 Garczynski, Foucras, 2005, pp. 33-34.

33En revanche, l’aqueduc de Fréjus, qui a également pu bénéficier d’une étude récente, ne semble plus fonctionner après le début du IVe siècle44 et l’un des aqueducs d’Antibes, dit de la Bouillide, construit entre le milieu du Ier siècle et le début du IIe siècle, aurait eu, d’après l’étude des lamines, une durée de fontionnement d’environ 160 ans, ce qui nous amène vers le courant du IIIe siècle pour la fin de son utilisation45.

34Ce très rapide survol montre que les aqueducs semblent, au moins en partie, être entretenus tardivement, alors qu’en même temps, dans les villes qui sont desservies par ces ouvrages, on ne connaît pas de thermes en fonctionnement. Cela est sans doute en partie dû au hasard des fouilles et l’état forcément incomplet de la documentation, mais on peut aussi se demander si dans certains cas, l’eau n’était pas «  détournée » pour un usage local.

EN GUISE DE CONCLUSION

35Cette brêve enquête montre un état contrasté de l’évolution des centres urbains des villes de la Narbonnaise entre le IIe et le IVe siècle. Dans la grande majorité des cas, le centre civique, politique et religieux ne semble pas avoir particulièrement souffert durant cette période. Ils ont continué à remplir leurs rôles et même si les temples ont peut-être été moins fréquentés, ils semblent avoir été entretenus. Ce maintien de l’utilisation de ces centres s’explique évidemment par la continuité de la fonction administrative des villes, qui gardent leur rôle dans la gestion de la cité.

  • 46 Pailler, 1986, pp. 151-165.

36En revanche, d’autres équipements publics, comme les thermes ou les monuments de spectacles ont davantage souffert. Beaucoup de thermes ont fermé leurs portes et les monuments de spectacles semblent également désaffectés dès la fin du IIIe siècle et au IVe siècle, avant une réoccupation qui intervient le plus souvent au Ve siècle. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’entretien de ces édifices dépendait beaucoup de l’évergétisme privé. Légèrement en dehors de la Narbonnaise, l’épitaphe de Nymfius (CIL, XIII, 128), le propriétaire, sans doute païen46, du domaine de Valentine (Haute-Garonne), qui avait donné durant sa carrière civile des munera, probablement des jeux de gladiateurs, est là pour nous montrer que l’évergétisme n’était pas mort au milieu du IVe siècle. Il s’agit toutefois d’un cas unique qui ne doit pas nous faire oublier que les particuliers étaient certainement de moins en moins enclins à investir dans l’entretien de ces monuments, faute d’intérêt ou faute de moyens.

  • 47 Voir Christol, 1996, pp. 15-31 ; id., 2010, pp. 623-626.

37Après une période faste aux Ier et IIe siècles, la Narbonnaise connaît une période de régression, au mieux une stabilisation, qui s’explique en partie par des changements géopolitiques, avec le déplacement du centre économique vers la Gaule du Nord, et des nouvelles routes commerciales, au détriment des provinces méridionales, en particulier pour les régions un peu éloignées de l’axe majeur qu’était le Rhône. Les troubles politiques du troisième quart du IIIe siècle ne peuvent qu’avoir aggravé une situation devenue fragile, bien que la Narbonnaise paraisse relativement épargnée. Malgré cela, le rétablissement de l’ordre sous la Tétrarchie et au début du IVe siècle n’a pas permis, même aux villes de la vallée de Rhône, de retrouver leur splendeur d’antan47.

Notes

1 Je remercie Laurent Brassous de m’avoir permis de contribuer à ce volume.

2 Salviat, 1990, pp. 2-23.

3 Heijmans, 1996, pp. 121-133 ; id., 2011, pp. 261-274.

4 Planchon, Bois, Conjard-Réthoré, 2010, p. 697.

5 Ibid., 218*, p. 296.

6 Voir Heijmans, 2006b, pp. 25-41.

7 Id., 2006a, pp. 59-74 ; pour Die : Planchon, 2006, pp. 75-79.

8 Heijmans, 2004, pp. 367-369 ; Rothé, Heijmans, 2008, p. 359.

9 Monteil, 1999, pp. 192 et 432.

10 Guyon et alii, 1998, pp. 100-101.

11 Pasqualini, 2012, pp. 149-156.

12 Je remercie mon collègue J.-M. Mignon pour ces informations inédites.

13 Christol, Janon, 2000, pp. 52-54.

14 Boudartchouk, 2012, pp. 111-125.

15 Monteil, 1999, pp. 229 et 432.

16 Heijmans, 2006b, p. 27.

17 Id., 2004, pp. 371-376.

18 Ibid., pp. 365-367.

19 Tallah, 2004, p. 101.

20 Carru, 2010, p. 56.

21 Heijmans, 2004, p. 127.

22 Renseignement E. Dantec.

23 Isoardi, 2010, pp. 121-123.

24 Heijmans, 2006b, pp. 38-39.

25 De Voe, 2002, pp. 140-141.

26 Ugolini, Olive, 2012, p. 255.

27 Dellong, 2002, p. 132.

28 Roumégous, 2009, pp. 193-198 ; Mignon, Roumégous, 2010, p. 109.

29 De Michèle, 2007, pp. 127-244.

30 Rothé, Heijmans, 2008, p. 301.

31 Nin, 2008, pp. 627-674.

32 Ward-Perkins, 1984, p. 31.

33 Bouet, 2003, n° 195.

34 Rivet et alii, 2000, p. 284 ; Bouet, 2003, n° 60 ; Gébara, 2012, pp. 207-208.

35 Hesnard, 1999, p. 71-74 ; Rothé, Tréziny, 2005, pp. 377-378.

36 Monteil, 1999, pp. 171-173, 432 ; Bouet, 2003, n° 114.

37 Baccrebère, 2002, pp. 424-425.

38 Bouet, 2003, nos 184 et 193.

39 Heijmans, 2004, pp. 157-160.

40 Bouet, 2003, nos 151-154 ; Valente, 2010, pp. 164-165.

41 Bouet, 2003, nos 182-183.

42 Fabre, Fiches, Paillet, 2000, pp. 411-415.

43 Leveau, 1995, pp. 128-130 et 134-135.

44 Gébara, Michel, Guendoin, 2002, pp. 128-130 et pp. 134-135 ; Gébara, 2012, p. 170.

45 Garczynski, Foucras, 2005, pp. 33-34.

46 Pailler, 1986, pp. 151-165.

47 Voir Christol, 1996, pp. 15-31 ; id., 2010, pp. 623-626.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. — Carte administrative du Sud-Est de la Gaule au Ier siècle (DAO M. HEIJMANS, CNRS)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 2. — Carte administrative du Sud-Est de la Gaule pendant l’Antiquité tardive (DAO M. HEIJMANS, CNRS)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 3. — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Les sites abandonnés au cours du IVe siècle et ceux qui ont continué à être habités (Plan Direction archéologique Aix-en-Provence)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende FIG. 4. — Le centre civique d’Aix-en-Provence : a) au Haut-Empire, b) au début du VIe siècle (DAO L. Rivet et S. Saulnier, CNRS)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1428/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 5. — Toulouse (Haute-Garonne). Projection de l’église Saint-Pierre-Saint-Géraud sur l’emprise du Capitole (DAO C. Viers, L. Llech et J.-L. Boudartchouk, INRAP)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1428/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende FIG. 6. — Apt (Vaucluse). Plan du centre monumental et sa réoccupation durant l’Antiquité tardive (DAO, P. de Michèle, Service archéologique du département de Vaucluse)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1428/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search