Version classiqueVersion mobile

Urbanisme civique en temps de crise

 | 
Laurent Brassous
, 
Alejandro Quevedo

Introduction

Laurent Brassous et Alejandro Quevedo

Texte intégral

  • 1 Rostovtzeff, 1957.

1L’histoire des villes et des communautés civiques, entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive, a souvent été écrite comme celle d’un déclin progressif dans la péninsule Ibérique mais également dans l’ensemble des provinces occidentales de l’empire. En effet, à la suite d’E. Gibbon, l’idée que la « crise du IIIe siècle », affectant tous les domaines militaires, politiques, économiques et sociaux, aurait entrainé le déclin de l’Empire fut longtemps dominante dans la production historique. Dans ce contexte historique préalablement fixé, les travaux de M. Rostovtzeff ont postulé la décadence des communautés civiques qui aurait été la conséquence de la transition du Principat au Dominat et se serait traduite par la fuite des élites et la désertification des villes1. Les villes dont le développement fut le fruit de la civilisation municipale, malades des destructions et de l’appauvrissement provoqués par les guerres, les invasions et les calamités répétées, auraient été les premières victimes de cette décadence.

  • 2 Arce, 1993, pp. 176-184 ; Cepas Palanca, 1997 ; Kulikowski, 2004.
  • 3 Le tableau de l’histoire des villes et des cités dressé par A. H. Jones suffirait à s’en convaincr (...)
  • 4 Voir les synthèses éclairantes de Carrié, 2005, pp. 269-312 et Ward-Perkins, 2005, pp. 71-410.
  • 5 Pour exemples, les travaux rassemblés dans Fiches (éd.), 1996, ou encore dans Schatzmann, Martin-K (...)
  • 6 Jouffroy, 1986 ; Bouet (éd.), 2012 et en particulier la contribution de Boube, 2012, dans Bouet(...)
  • 7 Il ne s’agit donc pas de s’intéresser à tous les espaces publics qui s’étendaient dans les cités r (...)
  • 8 Sur la notion de crise voir les différentes contributions dans l’ouvrage Hekster, Kleijn, Slootjes(...)
  • 9 Alföldy, 1998.

2Depuis plusieurs années déjà, de nombreuses études ont montré que le modèle civique n’avait pas disparu, avec la « crise du IIIe siècle », ni dans les provinces d’Hispanie2 ni dans les autres provinces romaines3. Celui-ci est resté, encore au IVe siècle, le premier cadre de vie des provinciaux et la cellule administrative fondamentale de l’Empire et ce modèle s’est globalement maintenu au prix de quelques adaptations4. La documentation tardive de nature juridique ou ecclésiastique, peu abondante et de portée générale, rend compte de la permanence globale de la vie civique et de quelques transformations imposées par le haut à la civilisation municipale. Mais, la disparition progressive de la documentation épigraphique ne permet plus de cerner sa diversité géographique et sa richesse. L’image laissée par la vie civique se trouble donc progressivement entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive. Seuls les vestiges archéologiques des espaces civiques, entendus comme des lieux d’expression de la vitalité de ces communautés politiques, nous permettent aujourd’hui d’appréhender cette diversité. La documentation archéologique apparait aujourd’hui comme une voie importante du renouvellement de nos connaissances pour l’étude de la vie municipale des provinces pendant cette période5. Or, cette documentation livre un tableau contrasté de l’évolution des espaces civiques6. Si, dans quelques grandes villes, leur occupation semble se pérenniser sans changement significatif au moins jusqu’au IVe siècle, ailleurs, la dégradation de monuments et de lieux publics ou encore l’occupation des espaces civiques par des activités privées, voire leur abandon pur et simple, signalent des processus de changement dans l’activité civique qui tranchent avec l’idée de la pérennité de la vie des communautés politiques. C’est pourquoi ce livre se propose de s’intéresser à l’évolution de ces espaces civiques en postulant qu’ils sont une source précieuse pour comprendre le devenir des cités d’Occident. Il s’agit de s’intéresser à l’urbanisme civique formé par ces espaces (muraille, forum, temple, places, voirie, édifices de spectacles, etc.) qui étaient liés, par excellence, à l’activité de la communauté civique qui commandait et finançait leur construction et/ou leur entretien et veillait à leur devenir, parfois sous l’étroite surveillance de l’État et donc de son représentant, le gouverneur7. Le cadre chronologique de ce livre s’étend du IIe au IVe siècle, un temps long qui paraît plus propice à l’étude envisagée ici. D’une part, la période traditionnellement considérée comme celle de la crise, c’est-à-dire le IIIe siècle, est souvent envisagée comme l’épilogue du Haut-Empire ou le prologue de l’Antiquité tardive, ce qui involontairement conduit à la négliger et à se satisfaire du constat de la crise comme la conclusion ou l’introduction faciles d’une autre époque. D’autre part, concentrer notre seul regard sur le seul IIIe siècle risquait d’interdire de percevoir des évolutions plus longues qui contrediraient alors la réalité des ruptures qui devrait caractériser l’existence ou non d’une crise8. Enfin l’archéologie montre, mais pas seulement elle, que les manifestations d’une crise urbaine et civique sont parfois antérieures à la date traditionnellement retenue pour la « crise du IIIe siècle », particulièrement dans les provinces d’Hispanie9, ce qui interdit de faire de celle-ci et de ses manifestations le seul élément explicatif de l’histoire des cités.

3Comment faut-il donc lire et interpréter l’évolution des espaces civiques dans les cités de l’Occident romain entre le IIe et le IVe siècle ? Faut-il y voir le témoignage d’une crise urbaine ou seulement la transformation de la pratique civique et un changement dans l’utilisation des espaces dédiés à la vie de la communauté ? S’agit-il de phénomènes diffus ou localisés géographiquement ? L’objectif de ce livre n’est pas de fournir une réponse définitive à ces questions mais bien d’apporter des éléments de réponse. Pour cela, nous avons d’abord souhaité croiser les points de vues et les perspectives d’analyse de ces espaces civiques qui seront générales ou particulières, singulières ou transversales tout en appuyant la réflexion générale sur l’avancée des recherches archéologiques et des découvertes récentes. La part de la documentation archéologique trouve en effet dans ce livre une place de premier plan. Elle est d’abord un élément majeur pour la compréhension de l’urbanisme civique qui était formé par des espaces matériels et construits dans lesquels s’inscrivait la vie municipale. Cela était ensuite nécessaire, car la thématique abordée s’inscrit dans une période au cours de laquelle les autres types de sources, littéraires ou épigraphiques, sont moins nombreux pour décrire les histoires provinciales et locales. Toutefois, bien que ces sources littéraires et épigraphiques se raréfient au cours de la période envisagée, elles n’ont toutefois pas été négligées quand elles étaient disponibles car elles constituent toujours des éléments fondamentaux de compréhension de l’histoire des communautés civiques, et particulièrement de l’étude des acteurs qui organisaient, occupaient et fréquentaient les espaces civiques.

4Dans une première partie de ce livre, intitulée « Histoires provinciales », l’analyse des espaces civiques s’inscrit dans une perspective volontairement large avec la présentation de quelques synthèses provinciales et régionales. Ce tour des provinces n’est pas exhaustif mais présente la diversité provinciale attendue pour éclairer le thème étudié. C’est ainsi que B. Pichon aborde en premier lieu la question de l’évolution de ces espaces dans l’Ouest de la Gaule Belgique, qui deviendra au IVe siècle la province de Belgique seconde, un territoire septentrional à proximité des frontières de l’Empire. Les espaces civiques y sont marqués par un double mouvement de mutation et de déclin à partir du milieu du IIIe siècle, marqué notamment par la privatisation rapide de certains fora et la fortification qui entraine parfois leur réduction voire leur disparition. Par la suite, J. M. Macias puis M. Heijmans présentent les transformations qui ont affecté l’urbanisme civique dans le conventus tarraconensis de la province d’Hispanie citérieure d’une part et d’autre part de la province de Narbonnaise, deux territoires marqués par une forte et précoce urbanisation. Dans le conventus tarraconensis, l’avancée des recherches archéologiques invite à revenir sur les hypothèses jadis écartées, et à reparler de destruction dans une ville comme Tarraco, et ses environs, qui expérimenta toutefois une rapide récupération, liée à une nouvelle conception de l’espace citoyen. Dans la province de Narbonnaise, le centre civique, politique et religieux des cités dans une majorité de cas ne semble pas avoir particulièrement souffert entre le IIe et le IVe siècle au contraire d’autres équipements publics, comme les thermes ou les monuments de spectacles. À partir du IIIe siècle, la province connaît une période de régression, en raison des changements géopolitiques, et des troubles politiques. Le rétablissement de l’ordre sous la Tétrarchie et au début du IVe siècle ne permettra pas de retrouver le faste des Ier et IIe siècles. La contribution suivante de S. Esmond Clearly, revient sur le devenir des espaces civiques en Bretagne dans la province occidentale la plus récemment intégrée dans l’Empire, où l’urbanisation et la municipalisation furent bien plus lâches et tardives. L’auteur propose d’interpréter l’évolution de la parure monumentale comme une transformation des nouvelles priorités et des attentes des élites provinciales. Enfin, M. Cavalieri livre le fruit de ses recherches conduites dans le cadre de la Cisalpine, formée par les regiones VIII, IX, X et XI de l’Italie augustéenne. Il s’avère que de la fin du IIe siècle à la première moitié du IVe, les centres civiques des cités de Cisalpine, dans leur majorité, maintiennent une certaine vitalité et les transformations vers une nouvelle façon de vivre le forum semblent lentes, à quelques exceptions près. Cette vitalité et le rythme lent des transformations y paraissent étroitement liés à la nouvelle fonction stratégique acquise par cette région à partir du IIIe siècle et au IVe siècle.

5Dans une deuxième partie, la question de l’évolution des espaces civiques est abordée par la présentation d’études de cas de cités aux conditions juridiques et administratives, géographiques et historiques voire économiques et sociales différentes qui en font autant de « Trajectoires singulières ». Cette approche locale permet de nuancer toute tentative d’analyse trop globalisante. Si ce chapitre fait une large place aux cités hispaniques, il n’oublie de présenter quelques exemples extra-péninsulaires. Pour les différentes cités étudiées ici, la richesse de la documentation et l’avancée actuelle des recherches permettent aujourd’hui de poser les bases d’une réflexion cohérente. Les trajectoires de ces villes sont si variées qu’il est difficile de voir surgir un modèle unique d’évolution. Dans la majorité des cas, on assiste à un processus de transformation dont les traits varient en fonction de multiples facteurs et dans lequel les conditions géopolitiques jouent un rôle non négligeable. Ainsi, deux cités relativement proches dans la même province comme Valentia et Ercavica, présentées et comparées par A. Ribera et J. Morín, montrent deux trajectoires très différentes. La première, située sur la côte levantine ibérique, à proximité d’une voie de circulation majeure, souffre d’épisodes violents dans la seconde moitié du IIIe siècle qui permettent de parler d’une « crise urbaine ». La ville de Valentia survivra cependant à ces événements comme l’indiquent l’entretien et la réparation de divers équipements civiques au IVe siècle. Au contraire, l’urbanisme d’Ercavica, située dans l’intérieur des terres, s’est progressivement dégradé à partir du IIIe siècle. Néanmoins les deux cités deviendront des sièges épiscopaux à l’époque tardive. M. Kasprzyk présente le destin singulier de la ville d’Autun, chef-lieu de la cité des Éduens en Gaule dont les nombreux vestiges archéologiques anciennement connus ou récemment découverts sont magnifiquement éclairés par l’exceptionnel dossier des discours des panégyriques latins. La relecture récente de cette documentation suggère une dégradation ou un changement d’usage progressif des espaces civiques à partir du IIIe siècle sans qu’il soit toutefois possible de les lier à la traditionnelle crise de ce siècle. Les efforts de restauration connus à l’époque tétrarchique ont redonné provisoirement quelques souffles de vie aux espaces civiques. Un siècle avant, le municipium hispanique de Lucentum, étudié par A. Guilabert, M. Olcina et E. Tendero, commençait un lent déclin malgré la permanence de ses institutions. Sa fin incarne la dissolution d’un modèle d’occupation implanté à l’époque d’Auguste, et traduit avec clarté les conséquences de la réorganisation territoriale sur les villes hispaniques. À cette évolution n’a pas été non plus étrangère la ville voisine de Carthago Nova, présentée par A. Quevedo et S. F. Ramallo, qui fut pourtant l’une des grandes villes de l’époque républicaine et qui malgré sa taille et son importance comme capitale de conventus, éprouva déjà une récession marquée à la fin du IIe siècle ap. J.-C. L’analyse de différents contextes céramiques, en majorité formés dans des bâtiments publics, apporte de nouvelles données chronologiques et permet de situer plus précisément dans le temps les transformations observées. La datation des faits restant, pour l’étude de cette période, un des principaux problèmes. Par la suite, l’évolution de la colonie romaine d’Augusta Raurica (Augst, Suisse) installée sur le Rhin dans la province de Germanie, est étudiée par T. Hufschmid. Bien qu’épargnée par les invasions, elle n’en subit pas moins les vicissitudes d’une époque difficile. La colonie après avoir connu une période faste redevient au IVe siècle une petite bourgade sur les rives du Rhin. Cette évolution contraste avec celle expérimentée dans d’autres centres comme Complutum, présenté par S. Rascón et A. L. Sánchez, qui, non seulement échappe à la traditionnelle décadence associée au IIIe siècle mais affiche une exceptionnelle vitalité architecturale, marquée par l’installation d’édifices et l’usage d’une épigraphie d’exception. D’autres centres urbains, ayant jusqu’au Ier siècle occupé un rôle de premier plan, subissent une dégradation de leur rang. C’est le cas de Bilbilis, étudié par C. García Villalba et C. Sáenz, qui analysent le démantèlement de quelques édifices publics dont les programmes décoratifs ont disparu dans les fours à chaux installés dans la ville. L’exemple suivant est celui de la petite ville de Tiermes, présenté par C. Pérez González, E. Illarregui et P. Arribas. Bien que son périmètre soit réduit depuis le IIe s. ap. J. -C., cette modeste cité et ses institutions se maintiennent tout au long des IVe et Ve s. ap. J. -C. Ces exemples illustrent la variété des trajectoires des cités installées au cœur de système Central ibérique.

6Dans une troisième partie, la question des transformations de l’urbanisme civique est traitée d’après le destin de quelques types d’espaces civiques et de monuments publics comme autant de « Destins transversaux ». Cette approche permet de s’interroger sur d’éventuelles transformations dans la nature des cités de l’Occident romain. La contribution d’A. Borlenghi s’intéresse à l’évolution des campi, qui étaient spécifiquement liés à la vie civique, et s’interroge sur le maintien et la transformation de leurs fonctions pendant toute l’époque impériale. La documentation est rare mais pourrait indiquer une perte des fonctions et un abandon du campus pendant le IVe s. ap. J.-C., souvent en lien avec les transformations des autres espaces et monuments publics des villes. Ce fait suggère une transformation de la qualité des espaces civiques. L. Brassous étudie, dans la péninsule Ibérique, l’évolution des édifices de spectacles (théâtre, amphithéâtres et cirques) dans lesquels s’exprimait la cohésion de la communauté civique. Cette étude indique que l’histoire de ces édifices peut difficilement être interprétée d’une manière globale comme un témoignage d’une crise de l’institution civique en Hispanie au IIIe siècle. L’abandon, la permanence ou la transformation — parfois mal comprise — de ces monuments s’inscrivent dans un double contexte où se rencontrent l’histoire particulière de chacune des cités et l’évolution générale des goûts des spectateurs. Enfin, P. Diarte aborde la question de l’évolution des forums d’Hispanie en étudiant leur investissement par des installations domestiques et des activités artisanales. Le développement de ce phénomène est divers, mais dans la majorité des cas, certes avec des différences, l’utilisation originale du principal espace public de la cité perdure.

7Comme le rappelle en conclusion J. Arce, il en ressort un tableau nuancé autant à l’échelle de l’Occident qu’à l’échelle des provinces et en particulier de celles d’Hispanie. Les transformations affectent tous les types d’espaces, tous les types de villes et toutes les provinces, mais à des degrés et des rythmes divers. Si la crise urbaine et des institutions civiques est parfois patente et apparaît comme une rupture dans certaines villes ou provinces, ailleurs il est plus difficile de parler de crise tant la récupération fut rapide. La période étudiée semble plus nettement avoir été celle d’une redistribution des centres de pouvoirs accentuée par la crise du IIIe siècle que celle d’une transformation fonctionnelle des espaces civiques.

Notes

1 Rostovtzeff, 1957.

2 Arce, 1993, pp. 176-184 ; Cepas Palanca, 1997 ; Kulikowski, 2004.

3 Le tableau de l’histoire des villes et des cités dressé par A. H. Jones suffirait à s’en convaincre (Jones, 1964, vol. 2, pp. 712-766) ; Claude Lepelley a révélé « l’insolente prospérité » des communautés africaines au IIIe voire au IVe siècle (Lepelley, 1979) ; Les travaux plus récents de Chr. Witschel montrent les difficultés traversées par certaines mais soulignent également la permanence des modèles urbain et civique au cours de la crise dans les provinces occidentales (Witschel, 1999).

4 Voir les synthèses éclairantes de Carrié, 2005, pp. 269-312 et Ward-Perkins, 2005, pp. 71-410.

5 Pour exemples, les travaux rassemblés dans Fiches (éd.), 1996, ou encore dans Schatzmann, Martin-Kilcher (éds.), 2011.

6 Jouffroy, 1986 ; Bouet (éd.), 2012 et en particulier la contribution de Boube, 2012, dans Bouet (éd.), 2012.

7 Il ne s’agit donc pas de s’intéresser à tous les espaces publics qui s’étendaient dans les cités romaines parfois au cœur des propriétés privées (Zaccaria Ruggiu, 1995).

8 Sur la notion de crise voir les différentes contributions dans l’ouvrage Hekster, Kleijn, Slootjes (éds.), 2007, et plus récemment dans l’article de Alföldy, 2013, pp. 13-28.

9 Alföldy, 1998.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search