Version classiqueVersion mobile

Al-Andalus/España. Historiografías en contraste

 | 
Manuela Marín

Archéologie du Maghreb islamique, archéologie d’al-Andalus, archéologie espagnole ?

Patrice Cressier

Résumé

Un grand fossé existe entre l’archéologie d’al-Andalus et celle du Maghreb médiéval, d’autant moins justifié que les deux rives de la Méditerranée occidentale ont longtemps constitué un même espace politique et culturel. C’est sur les raisons historiographiques de cette brèche et sur les formes prises par celles-ci que nous nous interrogeons, à partir d’un triple échantillon de la production scientifique espagnole, échantillon considéré comme significatif de trois périodes successives de l’histoire de ce pays au XXe siècle : les articles et comptes rendus publiés par L. Torres Balbás — l’un des fondateurs de la discipline — durant les années 30 et 40, immédiatement avant la Guerre civile puis la décennie suivant celle-ci ; les initiatives prises par les institutions du protectorat dans les années 50 — I Congreso Arqueológico del Marruecos Español, revue Tamuda, etc. — ; enfin, les grands congrès d’archéologie médiévale espagnole des années 80-90, après la décolonisation, la fin du régime franquiste et alors que le pays s’est doté d’une nouvelle organisation territoriale. Si les deux premières phases sont à mettre en relation successivement avec la collusion entre les constructeurs d’une histoire nationale (espagnole) et les propagandistes d’un programme colonial (français), puis avec les ambiguïtés idéologiques du régime, la troisième est d’interprétation moins aisée, au moment où la politique officielle prône pourtant un rapprochement nord-sud

Texte intégral

1Je souhaite traiter, dans les pages qui suivent, de la façon dont fut perçue, par les archéologues médiévistes espagnols, l’archéologie islamique pratiquée au Maghreb, tant à l’époque coloniale qu’après l’indépendance des pays concernés. En quoi cette archéologie du Maghreb a-t-elle réellement été prise en compte et a-t-elle été intégrée scientifiquement pour mieux comprendre al-Andalus, et dans quelle mesure, aussi, a-t-elle été l’enjeu de manipulations de caractère politique ? Cette dernière question inclut celle du degré de complicité ayant existé entre les constructeurs d’une histoire nationale (espagnole) et les propagateurs d’un projet colonial (surtout français), et donc celle, bien sûr, des séquelles encore perceptibles dans l’historiographie actuelle.

  • 1 Huesca (1985), Madrid (1987) Oviedo (1989), Alicante (1993) et Valladolid (1999).

2Même minoritaire, la discipline a généré, au cours du siècle considéré, une abondante littérature dont il serait bien présomptueux de vouloir présenter un bilan exhaustif dans le cadre limité de l’intervention qui m’a été suggérée. Comment, sans se perdre ou tomber dans les lieux communs, approcher la masse de cette documentation pour en extraire l’information relative à un aspect de toute évidence secondaire — mais là, j’anticipe — dans l’esprit de ceux qui la produisirent ? Il m’a semblé qu’il était possible, pour ce faire, de se livrer à quelques « sondages » (pratique que l’on dit propre à l’archéologue que je suis) dans cette production scientifique, ou plutôt à des coups de projecteur sur des entreprises particulièrement significatives quant au sujet qui nous intéresse ici. J’ai choisi ainsi une partie de l’œuvre de L. Torres Balbás — auteur emblématique s’il en fut et peu suspect, dit-on, de collusion objective avec le régime politique qu’il lui fut donné de vivre — et plus précisément ses articles et comptes rendus publiés dans la revue Al-Andalus. Je me suis intéressé ensuite au premier congrès d’archéologie du Maroc espagnol — resté le seul —, vitrine supposée de la recherche menée par l’État de tutelle sur son protectorat maghrébin. Je me suis attaché pour finir aux plus récents congrès d’archéologie médiévale espagnole, organisés par l’association du même nom1, que je replacerai brièvement dans le contexte des orientations générales suivies par le corps des chercheurs concernés.

3Dans tous les cas — et au risque d’alourdir un peu plus mon discours —, j’ai tâché de quantifier l’information tirée des ouvrages considérés afin d’en limiter, autant qu’il était possible, la subjectivité de la perception.

L. TORRES BALBÁS, TÉMOIN PRIVILÉGIÉ

  • 2 La première chronique archéologique paraît dans le deuxième fascicule du second numéro d’Al-Andalus(...)
  • 3 Mais c’est bien depuis l’architecture qu’il considère les autres disciplines, puisqu’il fut archite (...)

4C’est, bien sûr, au travers de la Crónica arqueológica qu’il tenait dans Al-Andalus, ainsi qu’il en avait proposé le projet à Emilio García Gómez pratiquement à la naissance de cette revue2, que l’on peut le plus aisément saisir la perception qu’avait Leopoldo Torres Balbás de l’archéologie du Maghreb islamique. Dans cette chronique et dans les comptes rendus d’ouvrages qu’il publiera infatigablement jusqu’en 1960, année de sa disparition, cet architecte, historien d’art et finalement archéologue3 fait preuve d’un véritable zèle de propagandiste en faveur des travaux réalisés durant ces trois décennies en Afrique du Nord.

  • 4 Je me limite ici, je l’ai dit, à ceux publiés dans Al-Andalus (ceux-ci ont été réédités sous la dir (...)

5Si l’on s’en tient tout d’abord à ses comptes rendus eux-mêmes4, il apparaît que le tiers (25 sur 76) est consacré à des livres ou articles relatifs au Maghreb (dont, à leur tour, les deux tiers au seul Maroc), et produits presque exclusivement par l’école française (puisque seuls deux de ces travaux sont signés d’auteurs espagnols).

  • 5 Par exemple, compte rendu (Al-Andalus, 24 [2], 1959, pp. 471-472) de H. Terrasse, Islam d’Espagne.

6Ce dernier déséquilibre (celui du nombre presque anecdotique des travaux espagnols à thème maghrébin dont il est ainsi rendu compte) n’est pas surprenant et est à l’image de la réelle rareté de ceux-ci, j’aurai à revenir sur ce point. La prépondérance donnée aux publications sur le Maghreb vis-à-vis de celles concernant al-Andalus est en revanche étonnante ; elle ne peut que répondre, dans une mesure qu’il conviendrait de quantifier, au choix sélectif du rapporteur désireux de privilégier à des fins didactiques un type de recherche qui serait autrement resté inconnu de la plupart des lecteurs de la revue ; et cela alors que — et Leopoldo Torres Balbás en avait fort bien saisi l’importance — la connaissance de l’une des rives de la Méditerranée occidentale est, pour le Moyen Âge islamique, indissociable de celle de l’autre. En de nombreuses occasions, l’auteur souligne d’ailleurs tout ce que peuvent apporter les monuments maghrébins, dont les équivalents en péninsule Ibérique ont disparu du fait des vicissitudes de l’histoire, à la reconstruction du processus évolutif de l’art d’al-Andalus5.

  • 6 Sur la vision d’al-Andalus promue par H. Terrasse, on verra dans ce même ouvrage, Safia Boumahdi, « (...)

7Mais — ainsi que nous allons le découvrir peu à peu — il est une raison beaucoup plus idéologique à ce choix : en une époque d’européo-centrisme marqué et d’expansion coloniale, les auteurs français cités de la sorte (deux principalement, puisque les noms de Georges Marçais et Henri Terrasse reviennent de façon réitérative : 14 fois sur 25) faisaient de l’art islamique des colonies et des protectorats d’Afrique du Nord un art proprement andalou ou plutôt, même, espagnol6. C’est ceci qui est souligné avec insistance par Leopoldo Torres Balbás. Qu’on en juge à travers quelques exemples recouvrant l’ensemble du Maghreb d’est en ouest, de la Tunisie au Maroc.

8À Tunis et Kairouan :

  • 7 Compte rendu (Al-Andalus, 7, 1942, p. 250) de G. Marçais, Tunis et Kairouan.

Ha sido, pues, Túnez una de las tierras extranjeras en las que la semilla de nuestro arte fructificó con mayor lozanía. Un estudio sobre la influencia de la civilización española en Ifrīqiya, y especialmente sobre la artística, no se ha emprendido todavía. Parece inútil subrayar su interés7.

9À Tlemcen :

  • 8 Compte rendu (Al-Andalus, 18, 1953, p. 478) de G. Marçais, Tlemcen.

Por todas partes — y el señor Marçais se complace en resaltarlo — surge el recuerdo hispánico […]8.

10À Marrakech :

  • 9 Compte rendu (Al-Andalus, 22, 1957, p. 250) de J. Meunié et alii, Nouvelles recherches archéologiqu (...)

El análisis de la decoración ha sido hecho por el señor Terrasse con su indiscutible competencia, insistiendo en su andalusismo […]9.

11Trois termes semblent alors équivalents sous la plume de notre auteur : espagnol, hispanique et andalou (ou plutôt « andalousien »), ce qui ne manque pas d’être paradoxal…

  • 10 À l’exception de G. Marçais et d’Henri Terrasse, c’est en vingt-cinq ans le seul auteur dont soit p (...)

12Cet hispanisme ou cet « espagnolisme » qui aurait régné en maître de Kairouan à Marrakech dans l’architecture et l’art maghrébins, devient l’un des principaux axes des préoccupations de Leopoldo Torres Balbás ; on en trouve confirmation, me semble-t-il, dans la décision prise par celui-ci de rendre également compte, parmi les reseñas qu’il rédigea pour Al-Andalus, de deux ouvrages sans relation directe aucune avec l’archéologie, l’architecture ni l’histoire de l’art, et de deux seulement. Ce sont, dans les deux cas, des livres de Robert Ricard10 ; l’un est consacré à la présence portugaise au Maroc et l’autre est un recueil d’études « hispano-africaines » couvrant une large fourchette chronologique, jusqu’au XIXe siècle, donc totalement hors du strict domaine du rapporteur. Tout se passe donc comme s’il s’agissait de documenter à toute force la permanence de la projection de la péninsule Ibérique sur le Maghreb.

13La lecture des articles de Leopoldo Torres Balbás nourrissant la chronique d’archéologie qu’il coordonnait dans la même revue Al-Andalus, nous permet de préciser les observations faites à partir des seuls comptes-rendus. On remarquera, tout d’abord, une présence plus forte des thèmes maghrébins dans les premières années (un tiers du total en 1935, puis en 1940 après la coupure imposée par la guerre civile espagnole), tandis que cette présence a tendance à se diluer dans les références et les notes de bas de page dans les articles plus tardifs.

  • 11 Intervention, alors inédite, de H. Terrasse au VIIIe Congrès de l’Institut des Hautes-Études Maroca (...)
  • 12 H. Terrasse, « Les influences ifriqiyennes sur l’art de l’Espagne musulmane ».
  • 13 G. Marçais, « Les échanges artistiques entre l’Égypte et les pays musulmans occidentaux ». À l’orig (...)
  • 14 É. Lambert, « Les coupoles des grandes mosquées de Tunisie et d’Espagne ». À l’origine une communic (...)
  • 15 G. Marçais, « L’art musulman d’Espagne ».

14Mais c’est la forme même adoptée dans les premiers temps qui attire l’attention et mérite que l’on s’y arrête. Leopoldo Torres Balbás, en effet, crée un genre nouveau : les textes en question ne sont pas des comptes rendus, pourtant ils reprennent, résument et glosent, des articles d’autres auteurs (articles dont l’origine est souvent une conférence ou une communication à un colloque). Quoique signés par lui, ils ne prêtent pas à confusion — il faut insister sur ce fait — quant à l’apport des uns et des autres et sont à ce titre d’une parfaite honnêteté intellectuelle. Je citerai, entre autres exemples : « La mezquita de al-Qarawiyīn de Fez y el aprovechamiento de elementos arquitectónicos califales » (1935), reprenant une intervention d’Henri Terrasse11, « Aportaciones del arte de Ifrīqiya al musulmán español de los siglos X y XI » (1935), basé sur un article du même auteur12, « Intercambios artísticos entre Egipto y el Occidente musulmán » (1935), élaboré à partir d’un texte de Georges Marçais13, « Las cúpulas de las más importantes mezquitas españolas y tunecinas en los siglos IX y X » (1936), recourant cette fois à Élie Lambert14 ou enfin — mais les exemples seraient plus nombreux encore — « El arte musulmán español » (1936) reprenant de nouveau une publication de Georges Marçais (où ce dernier se faisait l’écho, en de nombreux passages, des théories d’Henri Terrasse, sur l’art musulman d’Espagne cette fois15).

15Selon ce dernier article, en particulier, se verrait confirmé sous la plume des chercheurs français le caractère profondément espagnol de l’art d’al-Andalus :

  • 16 L. Torres Balba, « El arte musulmán español ».

… Afirma Terrasse que el arte musulmán de España es inseparable de la tierra en que germinó, y que los artistas de la Andalucía musulmana nos han dejado una de las expresiones más clara y seductora del genio artístico español ; […] El arte de la Aljafería es profundamente español por la abundancia y riqueza desbordante del ornato ; […] Pero el arte hispano musulmán es todavía más profundamente español por haber dado origen al mudéjar, aún tan deficientemente estudiado16

  • 17 Souvenons-nous que la littérature scientifique française du moment utilise celui d’» hispano-maures (...)

16Avec cette affirmation, la boucle est définitivement bouclée pour le lecteur discipliné : l’art d’al-Andalus, que l’on dénomme d’ailleurs hispano-musulman17, est un art profondément espagnol puisqu’il est l’image et le produit de l’essence de l’Espagne, ou encore — selon le terme utilisé — du génie espagnol ; puisque l’art maghrébin est tout entier marqué par al-Andalus, il peut être à son tour qualifié d’« espagnol » ; puisque, par ailleurs, la présence hispanique (ou péninsulaire en général) au Maghreb est documentée du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine, la composante hispanique de cette Afrique du Nord devient incontestable. Tout un programme de caution scientifique apportée à l’établissement du protectorat, en somme.

17On ne peut manquer d’être surpris de voir comment Leopoldo Torres Balbás, peu suspect de sympathie — selon l’opinion véhiculée par l’historiographie récente — pour le régime qui ne va pas tarder à s’imposer, opère ce filtrage idéologique de façon finalement assez systématique. Il apporte ainsi de l’eau non seulement au moulin du projet colonial officiel mais surtout à celui du programme d’élaboration d’une histoire nationale, programme dont on voit qu’il trouve son origine en amont même du franquisme.

  • 18 Voir sur ce point M. Acién Almansa, « Del Estado califal a los Estados taifas ».

18Doit-on parler de calcul, ou voir plutôt dans cette attitude intellectuelle la marque d’une époque ? Dans l’Espagne des années trente à cinquante, en effet, on ne pouvait guère concevoir qu’une innovation — aussi limitée au domaine artistique fut-elle — provînt du sud de la Méditerranée… S’agissant finalement beaucoup plus d’histoire de l’art que d’archéologie, la vision d’une évolution linéaire (des formes ornementales en particulier) était seule concevable à ce moment. Cette continuité ayant pour passage obligé, sinon pour origine, la production artistique califale de Cordoue et de Madīnat al-Zahrā’, ne tolérait ni saut ni retour en arrière, tandis que l’idée de sélections drastiques opérées par le pouvoir politique du moment pour l’élaboration d’un programme identitaire était tout juste admise — pas toujours explicitement — pour les Almohades, considérés comme les réformateurs par excellence. Pourtant, il apparaît aujourd’hui de plus en plus clairement que les choix politiques effectivement opérés et imposés aux artistes et artisans sont tout aussi importants que le maintien du savoir faire des ateliers spécialisés18. Dans ces conditions, affirmer « l’andalousisme » de l’art islamique nord africain, alors même que ces choix sont faits au Maghreb et par des dynasties maghrébines relève de la manipulation, consciente ou inconsciente, et ne serait évidemment plus admissible aujourd’hui (ou n’est-ce là qu’un vœu pieux ?).

19Mais proclamer que l’art islamique maghrébin est un art « andalou » n’est pas non plus tout à fait la même chose que de le proclamer « espagnol ». De fait, à la même époque, il aurait été bien difficile d’accepter et de faire accepter l’idée qu’un pan entier de l’histoire de la péninsule Ibérique reposait sur une profonde rupture du modèle social ; pour Leopoldo Torres Balbás comme pour beaucoup d’autres savants conscients de l’importance de cette originalité historique, la seule solution satisfaisante passait finalement par la récupération pure et simple de celle-ci à travers « l’hispanité » elle-même. C’est bien de l’hispanisation d’al-Andalus, notion longuement évoquée dans d’autres contributions à ce séminaire, dont il est question ici aussi.

  • 19 Cf. infra.
  • 20 Respectivement L. Torres Balbás, « Las ruinas de Belŷuneš o Bullones » ; et H. Terrasse, « Quelques (...)
  • 21 Ceci dit, dès 1926 (date sans aucun doute significative), H. Terrasse tentait une (brève) synthèse (...)
  • 22 Voir L. Torres Balbás, « Las ruinas de Belŷuneš o Bullones », n. 23 p. 285, et n. 26 p. 289.

20Avant de conclure ces brèves observations sur la place du Maghreb dans l’œuvre de Leopoldo Torres Balbás, je ne peux que souligner combien est, de nouveau, surprenante son absence quasi complète de la revue Tamuda, support de diffusion de la recherche espagnole au Maroc19, puisqu’il n’y publia qu’un seul bref article sur le site de Belyounech, précurseur, pour une fois, des observations d’Henri Terrasse parues un peu plus tard, elles, dans Al-Andalus20. (Auto) marginalisation d’un chercheur d’esprit indépendant vis-à-vis d’une institution qui était l’émanation du pouvoir politique alors en place ? Ou absence de réel intérêt pour un champ de recherche qui aurait, qui plus est, imposé d’être abordé de première main, et pour un territoire qui n’offrait pas à l’historien d’art de monuments aussi prestigieux que son homologue méridional21 ? Cette absence d’enthousiasme à affronter en personne un territoire sans doute ressenti comme difficile me semble trouver confirmation dans le fait que l’article relatif à Belyounech est, pour sa partie descriptive, tout entier basé sur les observations faites par un groupe d’étudiants de l’École supérieure d’Architecture de Madrid, venus y explorer (déjà !) les possibilités de construction d’un complexe touristique22. Voilà qui me semble un indice assez clair que le Maroc n’intéresse décidément pas en tant que tel mais, au mieux, pour l’éclairage qu’il peut offrir à un moment ou à un autre sur la réalité d’al-Andalus et, plus souvent encore, pour ce qu’il est censé être : un simple appendice de celui-ci.

21Mais revenons maintenant au contexte scientifique dans lequel Leopoldo Torres Balbás menait à bien sa réflexion en nous intéressant à une initiative concrète, enfin centrée sur le Maroc.

a) Du premier congrès archéologique du Maroc espagnol à la revue Tamuda

  • 23 I Congreso Arqueológico del Marruecos Español. Pour des raisons évidentes, il n’y eut pas de deuxiè (...)
  • 24 Difficile d’en rendre responsable M. Tarradell — dont la qualité du travail mené au Maroc se doit d (...)
  • 25 Il apparaît seulement mentionné dans la liste des inscrits (I Congreso Arqueológico del Marruecos E (...)

22En 1953 (du 22 au 26 juin), se tint à Tétouan, à l’instigation de Miguel Tarradell alors directeur du musée archéologique de la ville et inspecteur des fouilles, le premier congrès archéologique du Maroc espagnol23. Au contraire de ce que l’on aurait pu espérer du lieu et du thème, la part accordée à l’archéologie islamique y fut des plus congrue24 ; la couleur était d’ailleurs annoncée dès les quatre premières lignes de la présentation : « La zona de Protectorado Español en Marruecos contiene un crecido número de yacimientos de notable interés arqueológico, que van desde la época paleolítica a lo paleocristiano » ; envolée, donc, toute la phase médiévale. Des 183 chercheurs inscrits, seuls 13 (soit à peine 7 %) pouvaient se réclamer du domaine islamique, au sens le plus large du terme d’ailleurs puisque ce chiffre incluait philologues, anthropologues, historiens, administrateurs locaux et seulement deux archéologues (Ahmed Mekinasi et — théoriquement — Leopoldo Torres Balbás, aux productions scientifiques respectives bien inégales). En ce qui concerne ce dernier, on peut douter, de plus, qu’il ait véritablement assisté à la rencontre25 : ni communication, ni intervention de sa part figurant dans les transcriptions des débats réunies dans le volume d’actes (mais je n’ai pu trouver confirmation de cette absence).

  • 26 M. Tarradell et A. Mekinasi, « La colección de estelas funerarias marroquíes ».
  • 27 C. Pereda Roig, « Itinerarios arqueológicos de Gomara ».
  • 28 D. Bacaicoa Arnáiz, « Ensayo de bibliografía española de arqueología ».
  • 29 Aucun des auteurs qui auraient dû figurer dans cette bibliographie, et dont plusieurs étaient d’ail (...)

23Quant au contenu scientifique, l’ensemble des 62 contributions avait été divisé en quatre sections : « préhistoire » (17), « pré-romain » (18), « romain » (12) et « thèmes variés » (15) ; à l’intérieur de ce dernier ensemble deux contributions seulement peuvent être considérées comme relevant de l’archéologie islamique, celle de Miguel Tarradell et Ahmed Mekinasi sur les stèles funéraires du musée archéologique de Tétouan26 et celle de Carlos Pereda Roig présentant les résultats d’une prospection attentive du littoral des Jbala-Ghomara, depuis Oued Laou jusqu’à El Jebha, sur laquelle je reviendrai27. Cette présence tout juste symbolique trouve son digne complément dans le bilan établi par Dora Bacaicoa Arnáiz sur la bibliographie archéologique du protectorat espagnol du Maroc28, où ne figure aucune référence concernant l’époque médiévale. Pourtant, même rares et souvent biaisées, des publications existaient et étaient de plus imprimées localement (à Ceuta, Larache, Melilla, Tanger ou Tétouan), souvent dans des revues émanant de l’armée (África) ou de congrégations religieuses (Mauritania), donc certainement présentes dans les bibliothèques des institutions culturelles de la capitale du protectorat29.

  • 30 Même si, ponctuellement, pouvaient y être mis en évidence des parallèles stimulants et heureusement (...)
  • 31 Voir V. M. Fernández Martínez, « La arqueología española en África », pp. 707-708 ; et E. Gozalbes (...)

24Il est étonnant de constater que, si dans les trois premiers groupes ainsi définis sur des critères chronologiques, une proportion non négligeable des contributions (9 au total) incluait dans son titre même une référence aux échanges ou aux relations entre les deux rives de la Méditerranée, cela n’était justement pas le cas au sein des « thèmes variés »30. Le ton, à vrai dire, était donné par les spécialistes espagnols de l’époque antique, qui, comme cela a déjà été souligné par d’autres31, avaient privilégié les thèmes généraux impliquant l’unité des deux rives du détroit, au contraire des intervenants français qui s’étaient centrés sur les sites archéologiques marocains. L’apport de Ángel García Bellido est, par son titre (« Españoles en el Norte de África durante la Edad Antigua ») comme par son contenu, très significatif ; voici, en effet, ce qu’il nous dit à propos de l’inscription d’une stèle funéraire d’un personnage originaire d’Astigi (c’est-à-dire d’Écija, Séville) et inhumé en Algérie :

  • 32 A. García Bellido, « Españoles en el Norte de África durante la Edad Antigua », p. 377.

Este es el sentido epitafio de un emigrante español, precursor de los miles y miles que, desde hace un siglo se van a la misma Argelia donde murió el ecijano, a abrir el camino de la civilización por montes y desiertos. Entonces como ahora32.

25Impossible d’être plus explicite sur le précédent offert par l’Hispanie au processus suivi depuis le milieu du XIXe jusqu’au milieu du XXe siècle. Les manifestations de l’hispanité documentée sur la rive méridionale de la Méditerranée ne sont plus seulement médiévales comme nous invitait à le penser Leopoldo Torres Balbás, magnifiant l’opinion des chercheurs du protectorat français, elles sont plus anciennes encore et remontent au moins à l’époque romaine…

  • 33 Une vision intéressante des avatars de l’archéologie classique espagnole au Maroc dans l’article de (...)

26On ne peut s’empêcher d’observer que l’archéologie antique, qui monopolisait de fait l’intérêt, était elle-même engluée dans des débats idéologiques fortement liés à la politique intérieure espagnole, et doublée de graves conflits de personnes33.

  • 34 Voir C. Pereda Roig, « Itinerarios arqueológicos de Gomara ».
  • 35 Dans le cadre d’un programme de coopération franco marocain (Casa de Velázquez - INSAP) intitulé «  (...)
  • 36 C. Pereda Roig, Los hórreos colectivos de Beni Sech-Yel (on y regrettera seulement la « fantaisie » (...)

27Il faut insister sur le fait que les « certitudes » du type de celles évoquées plus haut, assénées par la science officielle, finissent par devenir un carcan pour la réflexion des chercheurs de terrain autodidactes que sont parfois les administrateurs locaux (les interventores). Le cas de la prospection archéologique menée sur le littoral méditerranéen par Carlos Pereda Roig34 est, de ce point de vue, tout à fait révélateur. Ainsi qu’il nous a été donné de le vérifier presque point par point35, il s’est agi là d’un travail de première main, basé sur une connaissance certaine de l’espace étudié et sur un sens de l’observation qu’auraient pu envier bien des archéologues institutionnels de l’époque. Malgré cela, la plupart des conclusions apportées sont contestables : c’est que, trop souvent, ce qu’il s’agit de montrer, c’est la romanité du passé marocain ; ce pourquoi dans la communication évoquée ici, les bassins d’irrigation médiévaux se transforment en bassins de salaison antiques, les sāqiya-s monumentales en chaussées romaines et plus d’un tesson de céramique brunie en fragment de sigillée claire, sans que les participants au congrès de Tétouan ne s’en soient apparemment émus le moins du monde… Dans la mesure où Carlos Pereda Roig avait publié dès 1939 un petit opuscule sur les greniers collectifs fortifiés des montagnes de Chefchaouen, dans lequel il faisait une analyse non dénuée de perspicacité d’un phénomène qui n’avait attiré l’attention d’aucun chercheur de l’institution universitaire espagnole, j’ai tendance à penser que la déformation qu’il inflige aux données de terrain recueillies dans les Ghomara est due avant tout à la pression du discours académique dominant36.

28Ouvrons, à ce propos une parenthèse pour remarquer que, dans l’esprit au moins de certains éléments éclairés de l’administration coloniale, l’interventor devait effectivement être amené à jouer un rôle actif dans la reconnaissance archéologique du pays ; Tomás García Figueras (qui avait été haut responsable de la culture du Protectorat) le rappelle :

  • 37 T. García Figueras, « La incognita del valle del Jarrub », p. 334.

Siempre creí que la colaboración del interventor a la obra del arqueólogo era preciosa y trascendente. Primero por la posibilidad de señalar motivo de estudios ; después por cooperar a la obra ya emprendida siguiendo las directrices técnicas o aumentando el área o la precisión de los reconocimientos37.

  • 38 C. Alonso del Real et alii, Investigaciones científicas en Marruecos.
  • 39 Ll. Pons Pujol, « Notas de historiografía española sobre arqueología marroquí » ; repris par E. Goz (...)

29L’administration espagnole, en la personne de Julio Martínez Santa-Olalla, alors Commissaire général des fouilles archéologiques en Espagne (et dont on connaît l’appartenance phalangiste) avait d’ailleurs élaboré, une décennie auparavant, un « questionnaire d’archéologie africaine » qui fut adressé à tous les interventores et visait à l’inventaire des ressources patrimoniales de l’ensemble du territoire du Protectorat38. Contrairement à ce qui a pu être écrit depuis39, les résultats n’en avaient pas été négatifs, si l’on en juge, du moins, par les bribes des réponses qui en sont conservées au musée archéologique de Tétouan. C’est sans doute dans l’absence de vrais archéologues prêts à prendre le relais qu’il faut expliquer que n’ait pas abouti le traitement de l’information ainsi réunie (Miguel Tarradell ne fut nommée à Tétouan qu’une dizaine d’années plus tard) et surtout dans le fait que la majeure partie des vestiges signalés… étaient islamiques et donc d’un moindre intérêt en terme de politique archéologique.

  • 40 Articles réunis plus tard en un ouvrage, voir F. Valderrama Martínez, Inscripciones árabes de Tetuá (...)

30Si 1953 fut l’année durant laquelle se célébra le Ier Congrès archéologique du Maroc espagnol, ce fut aussi celle qui vit la fondation de la revue Tamuda, destinée à devenir le pendant pour la zone de protectorat espagnol de ce qu’était Hespéris depuis 1921 pour celle de protectorat français (revue avec laquelle elle se fondit d’ailleurs à partir de 1960 sous le nom d’Hespéris-Tamuda). Il est dommage de constater que la discrétion de l’archéologie médiévale islamique continua inchangée : des 133 articles publiés au sein des 7 numéros parus, seuls 11 (8 %) en relevaient (et encore, en intégrant à ce nombre ceux d’épigraphie arabe — quatre, qui constituent en fait les quatre parties d’une seule étude de Fernando Valderrama40 — et de numismatique, qu’il vaudrait mieux considérer comme des disciplines à part entière), tandis que des 105 comptes rendus, seuls 4 y avaient trait (moins de 4 % donc).

  • 41 A. Huici Miranda, Historia política del Imperio almohade (voir aussi ses Crónicas de la Reconquista(...)

31Deux poids deux mesures ? Au même moment, ce sont l’Instituto General Franco de Estudios e Investigaciones hispano-árabes et l’Instituto Muley El-Hasan qui, à Tétouan, publient les œuvres d’Ambrosio Huici Miranda, de Jacinto Bosch Vilá et de José María Millás Vallicrosa, trois auteurs a priori en marge du régime et qui ne font pas partie de l’école intellectuelle arabisante alors dominante (auto) dénommée des « Beni Codera »41

32Les chiffres, une fois de plus, parlent d’eux-mêmes et l’existence d’une revue comme Tamuda ne suffit pas à susciter de véritables recherches d’archéologie islamique au Maroc septentrional, ni même à rendre compte de ce qui se faisait ailleurs au Maghreb dans ce domaine.

b) 1985-2005 : de l’émergence à la consolidation d’une véritable archéologie d’al-Andalus

  • 42 Où il argumente plutôt sur la nécessité de séparer clairement archéologie et histoire de l’art (G. (...)

33Faisons maintenant — de façon un tant soit peu arbitraire, je le reconnais — le saut correspondant aux trois décennies séparant la tenue du Ier Congrès archéologique du Maroc espagnol (Tétouan 1953) de celle du Ier Congrès d’archéologie médiévale espagnole (Huesca 1985), saut gigantesque puisqu’il recouvre un laps de temps durant lequel les pays du Maghreb accédèrent à l’indépendance et le régime franquiste disparut… Constatons tout d’abord que la rencontre de Huesca rend compte de la véritable explosion de l’archéologie médiévale qui se produit alors dans la Péninsule, et, avec elle, celle de l’archéologie d’al-Andalus qui en est d’ailleurs — du point de vue méthodologique — l’élément moteur : 162 communications dont 56 (soit 35 %) sur al-Andalus, et 2 sur le Maroc. Sur ces 58 articles relevant du domaine islamique, 14 (soit 24 %) font, dans leur argumentation et/ou leur bibliographie, référence à des publications relatives à l’Afrique du Nord (archéologie et ethnologie confondues). Pour important qu’ait été ce congrès pour l’affirmation de l’archéologie d’al-Andalus comme discipline propre, il ne faut pas s’enthousiasmer du subit intérêt qu’il semble révéler pour la rive sud de la Méditerranée. C’est ainsi que Guillem Rosselló-Bordoy, auteur de la conférence introductive au volet islamique exclut d’entrée de jeu toute référence au Maghreb (il s’en explique partiellement dans une note et il est vrai que l’enjeu était déjà très fort en ce qui concerne la seule Péninsule42), tandis que les deux seuls articles relatifs au Maroc ne sont pas le fait de chercheurs espagnols, mais allemands…

  • 43 V Congreso de Arqueología Medieval Española.
  • 44 On pourrait s’interroger aussi sur les raisons du temps croissant écoulé entre deux congrès consécu (...)

34S’il fallait trouver une confirmation au ton désabusé donné à mes considérations, c’est le Ve congrès (et dernier à ce jour : Valladolid, 1999) qui nous la fournirait43 : quatorze ans plus tard, en effet, il n’y a plus que 20 communications relatives à al-Andalus sur un total de 76 (donc 20 % seulement) et deux de ces articles, en tout et pour tout, se réfèrent sur un point ou un autre au Maghreb (10 %). La chute est incontestable et tout à fait spectaculaire44.

  • 45 M. Barceló et alii, Arqueología medieval. En las afueras del « Medievalismo » : une dizaine de réfé (...)

35S’agissant de manifestations scientifiques censées être l’expression de l’ensemble de la communauté des chercheurs concernés, de tels chiffres ne sauraient être dus au hasard et ne sont guère imputables, me semble-t-il, qu’à un réel désintérêt, désintérêt qu’il restera à expliquer. Difficile d’imaginer pour cela une improbable vague néoconservatrice : au-delà de références ponctuelles à des travaux ethnologiques, la militance pour le renouveau de l’archéologie d’al-Andalus ignore dans les mêmes proportions la recherche archéologique telle qu’elle fut ou est pratiquée au Maghreb, et de toute évidence la confrontation des données recueillies de part et d’autre de la Méditerranée occidentale ne constitue pas une priorité méthodologique, pour elles non plus, pas plus en 198845 donc qu’en 1953.

  • 46 Mil anos de fortificações na Península Ibérica e no Magreb.
  • 47 El Estrecho de Gibraltar. Le volume II est consacré au Moyen Âge, mais des 50 contributions, seules (...)
  • 48 La ciudad en el Occidente Islámico medieval. Sept sessions étaient prévues dont trois, au moment d’ (...)

36Au XXIe siècle déjà bien entamé, les forums favorisant les débats entre archéologues médiévistes espagnols et maghrébins sont toujours aussi rares (je rappelle que je me limite bien ici à l’archéologie : l’histoire est sensiblement mieux lotie). Ils sont le fruit, assez majoritairement, de l’initiative d’institutions étrangères (ainsi les congrès internationaux sur la céramique médiévale en Méditerranée, la série des colloques Castrum organisés par la Casa de Velázquez et l’École française de Rome, ou encore le symposium organisé au Portugal sur la fortification médiévale46), ou bien répondent à des préoccupations fortement marquées par les contingences géopolitiques régionales (colloques de Ceuta sur la céramique du bas Moyen Âge ou sur le détroit de Gibraltar, colloques d’Algésiras, ou, dans cette dernière ville, la revue Caetaria47). Seule exception récente, peut-être : le projet récemment animé par Julio Navarro Palazón depuis l’antenne grenadine du CSIC sur la ville islamique d’Occident, mais que ne semble pas devoir déboucher sur des publications pour l’instant48.

37Au bout du compte, dans un contexte politique et social totalement différent, et à travers des manifestations tout aussi différentes, le fond du problème reste étrangement le même : celui d’une ignorance encore généralisée des données maghrébines, même simplement livresques, de la part des archéologues travaillant sur al-Andalus.

  • 49 On trouvera un panorama récent de l’archéologie espagnole à l’étranger dans un numéro thématique de (...)
  • 50 C. Araneguí Gascó (dir.), Lixus colonia fenicia. Les niveaux et les vestiges médiévaux ne devaient (...)
  • 51 Voir Y. Bokbot et alii, « Enceintes refuges, greniers fortifiés et qaṣaba-s ».

38En ce qui concerne les travaux de terrain, il est tout aussi significatif que, toutes ces dernières années, la coopération marocaine en matière d’archéologie islamique se soit essentiellement faite avec des institutions madrilènes, certes, mais non espagnoles (Casa de Velázquez, Institut archéologique allemand), tandis que s’il y eut bien des acquits notables dans le domaine qui nous occupe ici par des équipes espagnoles travaillant au Maroc49, ils l’ont été — ultime paradoxe — dans le cadre de projets d’archéologie préislamique, qu’il s’agisse de Lixus50 au nord du pays ou du Sus-Tekna au sud de celui-ci51.

  • 52 J. Zozaya, « En torno al mundo islámico de Melilla ».
  • 53 J. B. Salado Escaño et alii, « Nueva aportación al conocimiento histórico ».

39On ne peut omettre, cependant, le cas très particulier de Ceuta et Melilla — même si nous abordons là un terrain plus délicat, il est impossible de nier « l’africanité » de ces deux anciens présides, aujourd’hui villes autonomes — : pendant longtemps, et plus encore dans la seconde d’entre elles, le passé de ces deux villes et les traces archéologiques qui ne manquaient pas d’apparaître furent tout simplement passés sous silence. Si, à Ceuta, quelques chercheurs isolés tentèrent successivement des incursions dans un domaine qui ne bénéficiait guère de l’intérêt public (il faut citer bien sûr les apports respectifs de Carlos Posac Món ou d’Emilio Fernández Sotelo), le véritable épanouissement de la discipline ne date que des années 1990 (travaux de Fernando Villada Paredes, par exemple), avec la publication assez régulière des fouilles d’urgence. Le résultat paradoxal auquel il a été abouti est que, au jour d’aujourd’hui, Ceuta est le mieux connu des établissements urbains du Maghreb médiéval septentrional ! À Melilla, les choses ont été beaucoup plus lentes à se mettre en place ; à tel point qu’en 1998, Juan Zozaya pouvait encore écrire un article sur l’archéologie médiévale de Melilla sans présenter un seul objet ni vestige de la ville (mais c’est que, officiellement, en effet il n’y en avait pas) et en ne s’appuyant que sur des exemples issus de la Péninsule : une sorte de reconstruction virtuelle en somme52. Que je sache, le premier matériel islamique publié l’a été comme résultat, une fois encore, de fouilles menées dans le cadre d’un programme d’archéologie classique dirigé par Pilar Fernández Uriel53.

c) Entre méfiance et indifférence

40Au moment de conclure, force est d’admettre que le désintérêt manifesté par les archéologues médiévistes espagnols vis-à-vis de la réalité maghrébine s’est maintenu profond et continu. Ce désintérêt a traversé sans encombre, qui plus est, les régimes et les orientations politiques, même si les causes permettant de l’expliquer ont bien entendu évolué avec le temps, le milieu savant n’échappant — qui en doutait ? — que très partiellement à la norme sociale.

Il serait absurde de placer sur un même plan l’œuvre de récupération hispanique effectuée par Leopoldo Torres Balbás, la volontaire cécité dont fit preuve le corps des archéologues dans son entier entre 1940 et 1975, et l’indifférence actuelle. La première s’intègre pleinement dans le processus de récupération de l’histoire d’al-Andalus fermement encadré par les arabisants de l’époque ; la seconde trouve sa place dans l’ombre d’un régime politique lui-même pour le moins ambigu dans son positionnement par rapport à tout ce qui procédait de la rive sud du Détroit, et en un moment où la question coloniale pouvait difficilement souffrir discussion. La dernière est à assimiler plutôt, me semble-t-il, à une certaine méfiance, méfiance vis-à-vis d’une littérature scientifique jugée par trop imprégnée de colonialisme (pour les publications anciennes du moins), mais méfiance aussi (et surtout ?) vis-à-vis de « l’autre » et de sa différence. N’oublions pas non plus que l’archéologie islamique, telle qu’elle est pratiquée en Espagne, est devenue avant tout une archéologie de sauvetage, presque exclusivement dépendante des institutions autonomiques, régionales et locales. Or, si beaucoup de celles-ci recherchent volontiers une certaine légitimation dans un al-Andalus passablement mythifié, elles offrent plus de résistance face à un Maghreb qui fait souvent irruption dans le quotidien sous des traits moins amènes.

  • 54 Tâche que V. Salvatierra Cuenca m’avait demandé d’assumer dans le cadre d’un colloque organisé à l’ (...)

41Mais, finalement, la question par laquelle j’ai ouvert ces quelques pages avait-elle vraiment un sens ? Connaître le Maghreb — et en particulier le Maroc — médiéval est-il si utile pour comprendre al-Andalus ? C’est un autre article, de pure justification, qu’il m’aurait fallu écrire54 ; je me contenterai plutôt de poser, en vrac, d’autres questions, auxquelles je laisse au lecteur le soin d’apporter ses propres réponses.

  • 55 Une thèse sur l’urbanisme islamique sévillan a pourtant été soutenue récemment sans aucune référenc (...)

42Où, mieux qu’au Maghreb, peut-on poser le problème des relations entre structures de peuplement, organisation de l’espace et société tribale ? Peut-on raisonner avec profit sur la morphologie de Séville sous les Almoravides et les Almohades sans avoir à l’esprit le programme urbanistique que ces deux dynasties développèrent à Marrakech55 ? Où ont été fouillés d’abord les édifices majeurs édifiés par ces mêmes Almohades ? De quel côté du détroit de Gibraltar ont été fouillés et publiées pour la première fois des installations médiévales d’exploitation agricole ? Sur quelle rive sont apparues, dès les années 1950, les recherches pionnières de ce que l’on appellerait aujourd’hui « l’archéologie hydraulique » ? Les ribāṭ-s du Maroc ont-ils quelque chose à nous enseigner pour la compréhension de certains établissements médiévaux « atypiques » de la Péninsule ? Et bien d’autres encore.

43Il ne s’agit pas, ultime précision, de se limiter à compenser les lacunes des connaissances relatives au patrimoine architectural d’al-Andalus par des observations sur les grands monuments maghrébins (comme l’envisageait Leopoldo Torres Balbás), ni de rechercher à tout prix l’empreinte des dynasties africaines sur la péninsule Ibérique (et encore moins de traquer l’influence, le plus souvent surévaluée, d’al-Andalus sur les aspects les plus divers de la culture et du patrimoine marocains), non plus que de repérer le trajet de tel ou tel groupe de population du sud vers le nord, même si chacune de ces démarches peut avoir son intérêt. Ce dont il s’agit, plus profondément, c’est de saisir l’histoire des deux rives du Détroit, prises de façon conjointe et indissociable, les similitudes et les différences ainsi perçues concourant à un éclairage unique et cohérent. Ce qui fait — ainsi que cela a été dit par d’autres spécialistes au cours de ces journées — l’irréductibilité de l’histoire d’al-Andalus au sein de celle de la péninsule Ibérique (pour ne pas dire de l’Espagne), c’est bien en particulier l’appartenance de celle-ci à un autre système social dans la genèse duquel l’association avec le Maghreb ne peut pas avoir été anodine.

Notes

1 Huesca (1985), Madrid (1987) Oviedo (1989), Alicante (1993) et Valladolid (1999).

2 La première chronique archéologique paraît dans le deuxième fascicule du second numéro d’Al-Andalus en 1934. Voir E. García Gómez, « Leopoldo Torres Balbás ». La considération en laquelle les fondateurs de cette revue tiennent l’archéologie et surtout les archéologues laisse, par ailleurs, rêveur : Anonyme [M. Asín palacios, E. García Gómez ], « Crónica arqueológica de la España musulmana », voir p. 339 : « Casi todos los redactores de esta “crónica” son gentes más cuidadas en las faenas de consolidar un muro en ruina o sostener un arco que amenaza venir al suelo, que en la de comprobar textos en la calma y silencio de una biblioteca. Pero mientras se forman otras que sepan atender holgadamente ambos menesteres, dan lo que pueden : material de cantera, sin desbastar, que sirva para construir el día de mañana la historia artística de la España musulmana ».

3 Mais c’est bien depuis l’architecture qu’il considère les autres disciplines, puisqu’il fut architecte directeur de l’Alhambra et titulaire d’une chaire à l’École supérieure d’architecture de Madrid.

4 Je me limite ici, je l’ai dit, à ceux publiés dans Al-Andalus (ceux-ci ont été réédités sous la direction de M. Casamar : L. Torres Balbás, Obra dispersa. I. Al-Andalus). De premiers comptes rendus étaient apparus cependant à des dates plus anciennes, par exemple dans Arquitectura (la revue du collège des architectes : voir L. Torres Balbás, Sobre monumentos y otros escritos, éd. A. González Hernández), mais aucun d’eux ne concerne le Maghreb.

5 Par exemple, compte rendu (Al-Andalus, 24 [2], 1959, pp. 471-472) de H. Terrasse, Islam d’Espagne.

6 Sur la vision d’al-Andalus promue par H. Terrasse, on verra dans ce même ouvrage, Safia Boumahdi, « Al-Andalus dans les travaux d’Henri Pérès et d’Henri Terrasse (1932-1966) », pp. 83-104.

7 Compte rendu (Al-Andalus, 7, 1942, p. 250) de G. Marçais, Tunis et Kairouan.

8 Compte rendu (Al-Andalus, 18, 1953, p. 478) de G. Marçais, Tlemcen.

9 Compte rendu (Al-Andalus, 22, 1957, p. 250) de J. Meunié et alii, Nouvelles recherches archéologiques à Marrakech.

10 À l’exception de G. Marçais et d’Henri Terrasse, c’est en vingt-cinq ans le seul auteur dont soit présenté plus d’un ouvrage. Respectivement : R. Ricard, Études sur l’histoire des Portugais au Maroc ; et id., Études hispano-africaines. Il s’agit, dans les deux cas, de recueils d’articles. Les comptes rendus sont parus dans Al-Andalus, 20, 1955, p. 474, et dans Al-Andalus, 21, 1956, pp. 447-448.

11 Intervention, alors inédite, de H. Terrasse au VIIIe Congrès de l’Institut des Hautes-Études Marocaines. Cette rencontre avait accueilli une importante délégation espagnole dans laquelle ne figurait cependant aucun archéologue médiéviste. Voir Huitième Congrès de l’Institut des Hautes-Études Marocaines, ainsi que la vision, sous la plume de E. García Gómez, de cette même délégation espagnole : Al-Andalus, 1, 1933, pp. 492-494.

12 H. Terrasse, « Les influences ifriqiyennes sur l’art de l’Espagne musulmane ».

13 G. Marçais, « Les échanges artistiques entre l’Égypte et les pays musulmans occidentaux ». À l’origine une communication au Huitième Congrès de l’Institut des Hautes-Études Marocaines déjà évoqué.

14 É. Lambert, « Les coupoles des grandes mosquées de Tunisie et d’Espagne ». À l’origine une communication au XIVe Congrès international d’Histoire de l’art (Berne, septembre 1936).

15 G. Marçais, « L’art musulman d’Espagne ».

16 L. Torres Balba, « El arte musulmán español ».

17 Souvenons-nous que la littérature scientifique française du moment utilise celui d’» hispano-mauresque », aux connotations plus exotiques que politiques, mais à la charge colonialiste évidente.

18 Voir sur ce point M. Acién Almansa, « Del Estado califal a los Estados taifas ».

19 Cf. infra.

20 Respectivement L. Torres Balbás, « Las ruinas de Belŷuneš o Bullones » ; et H. Terrasse, « Quelques remarques sur les édifices de Belŷuneš ».

21 Ceci dit, dès 1926 (date sans aucun doute significative), H. Terrasse tentait une (brève) synthèse des connaissances sur l’art et l’archéologie islamiques de la zone espagnole du Protectorat (H. Terrasse, « Les monuments dans le Rif et le Jebel »). En ce qui concerne les territoires du Sud, alors que je ne connais aucune étude en espagnol sur l’architecture religieuse islamique, c’est encore à H. Terrasse que sont dus dès 1932 les commentaires aux photographies réalisées à Smara — dans les conditions aussi romantiques que dramatiques que l’on sait — par M. Vieuchange (H. Terrasse, « Notes sur les monuments de Smara »).

22 Voir L. Torres Balbás, « Las ruinas de Belŷuneš o Bullones », n. 23 p. 285, et n. 26 p. 289.

23 I Congreso Arqueológico del Marruecos Español. Pour des raisons évidentes, il n’y eut pas de deuxième congrès.

24 Difficile d’en rendre responsable M. Tarradell — dont la qualité du travail mené au Maroc se doit d’être soulignée — puisque celui-ci donna même de sa personne en contribuant à une communication à thématique médiévale (cf. infra).

25 Il apparaît seulement mentionné dans la liste des inscrits (I Congreso Arqueológico del Marruecos Español, p. 13 [n° 164]).

26 M. Tarradell et A. Mekinasi, « La colección de estelas funerarias marroquíes ».

27 C. Pereda Roig, « Itinerarios arqueológicos de Gomara ».

28 D. Bacaicoa Arnáiz, « Ensayo de bibliografía española de arqueología ».

29 Aucun des auteurs qui auraient dû figurer dans cette bibliographie, et dont plusieurs étaient d’ailleurs issus du milieu ecclésiastique ou de celui de l’administration civile coloniale, ne peut être considéré comme de premier plan (Angelo Ghirelli, César Morán Bardón, etc.). C. L. de Montalbán, qui avait été démis de ses fonctions d’asesor técnico à la Junta Superior de Monumentos Artísticos e Históricos en juillet 1936, avait brillé, quant à lui, par sa fantaisie interprétative (voir sa carte archéologique du Maroc espagnol : Mapa de la zona de Protectorado de España en Marruecos). Certains administrateurs locaux, enfin, se sont démarqués du lot par le sérieux de leur engagement personnel (Carlos Pereda Roig, ou A. Sánchez Pérez, le premier et le seul à avoir tenté une étude archéologique la ville de Nakūr). De toute évidence, il n’y eut pas d’équivalent pour l’archéologie médiévale de ce que furent Miguel Tarradell pour l’archéologie classique ou Emilio Blanco Izaga pour l’anthropologie.

30 Même si, ponctuellement, pouvaient y être mis en évidence des parallèles stimulants et heureusement dépourvus d’a priori entre al-Andalus et son vis-à-vis africain ; ainsi l’étude de J. Albarracín sur un type particulier de bijoux tétouanais (« Elʿjayt’ »).

31 Voir V. M. Fernández Martínez, « La arqueología española en África », pp. 707-708 ; et E. Gozalbes Cravioto, « África antigua en la historiografía y arqueología de época franquista », p. 153. Je remercie Helena de Felipe de m’avoir indiqué cette dernière référence.

32 A. García Bellido, « Españoles en el Norte de África durante la Edad Antigua », p. 377.

33 Une vision intéressante des avatars de l’archéologie classique espagnole au Maroc dans l’article de E. Gozalbes Cravioto, « África antigua en la historiografía y arqueología de época franquista », avec une bibliographie très détaillée.

34 Voir C. Pereda Roig, « Itinerarios arqueológicos de Gomara ».

35 Dans le cadre d’un programme de coopération franco marocain (Casa de Velázquez - INSAP) intitulé « Prospection d’archéologie médiévale dans les Jbala-Ghomara » ; voir, par exemple, A. Bazzana et alii, « Première prospection d’archéologie médiévale et islamique ».

36 C. Pereda Roig, Los hórreos colectivos de Beni Sech-Yel (on y regrettera seulement la « fantaisie » — c’est un euphémisme — de la présentation des illustrations).

37 T. García Figueras, « La incognita del valle del Jarrub », p. 334.

38 C. Alonso del Real et alii, Investigaciones científicas en Marruecos.

39 Ll. Pons Pujol, « Notas de historiografía española sobre arqueología marroquí » ; repris par E. Gozalbes Cravioto, « África antigua en la historiografía y arqueología de época franquista », p. 142.

40 Articles réunis plus tard en un ouvrage, voir F. Valderrama Martínez, Inscripciones árabes de Tetuán.

41 A. Huici Miranda, Historia política del Imperio almohade (voir aussi ses Crónicas de la Reconquista) ; J. Bosch Vilá, Los Almorávides ; et J. M. Millás Vallicrosa et M. Aziman (éd. et trad.), Ibn Baṣṣāl. Libro de agricultura.

42 Où il argumente plutôt sur la nécessité de séparer clairement archéologie et histoire de l’art (G. Rosselló-Bordoy, « Islam andalusí e investigación arqueológica », p. 20).

43 V Congreso de Arqueología Medieval Española.

44 On pourrait s’interroger aussi sur les raisons du temps croissant écoulé entre deux congrès consécutifs (d’abord deux ans, à trois reprises, puis quatre, et maintenant sept depuis le dernier en date).

45 M. Barceló et alii, Arqueología medieval. En las afueras del « Medievalismo » : une dizaine de références bibliographiques relatives au Maghreb sont citées pour des comparaisons ponctuelles concernant la petite hydraulique ou la céramique, mais la systématisation d’une prise en considération conjointe des deux rives de la Méditerranée occidentale n’est suggérée à aucun moment.

46 Mil anos de fortificações na Península Ibérica e no Magreb.

47 El Estrecho de Gibraltar. Le volume II est consacré au Moyen Âge, mais des 50 contributions, seules 5 relèvent de l’archéologie médiévale du Maroc (au sens large d’ailleurs, puisque 3 traitent de numismatique). On pourra voir, par ailleurs Fortificaciones en al-Andalus ; La ciudad en al-Andalus y el Magreb ; et Cerámica nazarí y meriní ; etc.

48 La ciudad en el Occidente Islámico medieval. Sept sessions étaient prévues dont trois, au moment d’écrire ces lignes, ont déjà eu lieu. Sur les 68 communications qu’ont regroupées ces dernières, 11 étaient dues à des chercheurs maghrébins (dont 7 anciens étudiants de l’Université Lumière - Lyon 2). Ces proportions ont décru dans les quatre sessions suivantes.

49 On trouvera un panorama récent de l’archéologie espagnole à l’étranger dans un numéro thématique de la revue Bienes Culturales. Revista del Instituto del Patrimonio Histórico Español, 3, 2004 (En el exterior : Excavaciones arqueológicas).

50 C. Araneguí Gascó (dir.), Lixus colonia fenicia. Les niveaux et les vestiges médiévaux ne devaient pas être inconnus des archéologues ayant travaillé à Lixus (la Tishummish du haut Moyen Âge) au temps du protectorat. Il est alors piquant de constater que les premières publications s’y rapportant, d’ailleurs tardives par rapport aux trouvailles elles-mêmes, avaient été le fait de chercheurs marocains ou français (M. Ataallah, « Céramiques musulmanes à paroi fine » ; et M. Ponsich, Lixus. Le quartier des temples, pp. 123-127).

51 Voir Y. Bokbot et alii, « Enceintes refuges, greniers fortifiés et qaṣaba-s ».

52 J. Zozaya, « En torno al mundo islámico de Melilla ».

53 J. B. Salado Escaño et alii, « Nueva aportación al conocimiento histórico ».

54 Tâche que V. Salvatierra Cuenca m’avait demandé d’assumer dans le cadre d’un colloque organisé à l’université de Jaén (Problemas en arqueología medieval [Jaén, 4-7 de mayo de 1993], publié dans la revue Arqueología y territorio medieval, 1, 1994) et que je ne pus mener à son terme pour des raisons extérieures aux organisateurs. Hommage soit rendu ici à l’intérêt que ceux-ci avaient manifesté à l’époque.

55 Une thèse sur l’urbanisme islamique sévillan a pourtant été soutenue récemment sans aucune référence aux publications relatives à la capitale maghrébine…

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search