Version classiqueVersion mobile

Culturas del escrito en el mundo occidental

 | 
Antonio Castillo Gómez

IV.— Entre letrados y analfabetos

Les nobles Sanvitale de Parme et leurs écritures d'achat des livres à la fin du xviiie siècle

Alberta Pettoello

Texte intégral

  • 1 Le texte présenté ici est le résultat de quelques réflexions faites au cours de mon doctorat auprè (...)
  • 2 Par souci de brièveté, voir entre autres, à De Pasquale, Godi (eds.), 2009.
  • 3 Sur l’action politique du ministre Du Tillot, voir, entre autres, à Maddalena, 2008.
  • 4 Explorées avec une précision encore très efficace aujourd’hui par Bédarida, 1928.
  • 5 Elles sont pour la plupart conservées à l’Archivio di Stato di Parma (ASPr).
  • 6 Parmi les bibliothèques privées de Parme de la même époque, elle se distingue pour les évènements (...)
  • 7 La famille, dont les origines datent du XIe siècle, doit sa fortune à l’exercice de la féodalité é (...)
  • 8 Voir DallAcqua, Calidoni, 2004, et bibliographie relative.
  • 9 Quelques exemplaires ont été retrouvés dans les fonds de la Bibliothèque Civique et de la Biblioth (...)
  • 10 Pour les événements qui ont mené à inclure les livres des Sanvitale dans la Bibliothèque Palatine (...)

1Un type particulier d’écriture était lié à l’acquisition des livres pour la constitution d’une bibliothèque, ce qui représentait une opération d’autant plus hétérogène et circonstanciée au siècle des Lumières que les collections de livres devinrent à l’époque plus nombreuses et que les critères bibliographiques et bibliothéconomiques se précisèrent davantage1. On peut le constater dans le cadre d’une période et d’un lieu bien définis, c’est-à-dire à Parme à l’époque des Bourbons, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, lorsque la Bibliothèque Palatine fut constituée. Cette institution prestigieuse, confiée au moine théatin Paolo Maria Paciaudi et inaugurée en 17692, s’insère bien dans le climat culturel du XVIIIe siècle, car elle devint le symbole d’un mouvement réformateur puissant promu dans le petit duché de Parme par Léon Guillaume du Tillot (1711-1774), ministre plénipotentiaire de Dom Filippo et Louise-Elisabette3. Dans ce contexte si profondément empreint de renouveau culturel, grâce aussi aux relations intensives avec la France4, les bibliothèques privées organisées dans ces années et les écritures relatives deviennent très importantes5. Un cas remarquable est celui de la libraria des comtes Sanvitale6, une famille parmi les plus illustres dans le duché en raison de leurs propriétés, privilèges et charges7. Ce fut justement un membre d’une branche de la famille, les Fontanellato, du nom du lieu où le château acheté par la famille au XIIIe siècle se trouve encore8, qui constitua l’une des collections de livres les plus remarquables et renommées à Parme, désormais dispersée9. Seulement une très petite partie de ces livres a conflué dans la bibliothèque de famille qui, à partir de l’an 1831, fut cédée par tranches et à plusieurs reprises par le comte Stefano et ses enfants à la Bibliothèque Palatine10.

  • 11 À propos de ce personnage, voir Lasagni, 1999, t. III, p. 297 et Talignani, 2006, p. 31.

2À partir de 1770 et jusqu’au début du siècle suivant, Alessandro IV Sanvitale (1731-1804), gentilhomme de la chambre du duc Ferdinando, aidé par son fils Stefano (1764-1838), qui était le chambellan de Maria Luigia et plus tard le premier maire de Parme, constitua dans son hôtel particulier dans la ville la « Libraria dell’Eccellentissima Casa », qui est la dénomination qu’on trouve dans les documents de l’époque. Alessandro prit soin personnellement d’une collection remarquable d’ouvrages en français, de romans et d’essais parmi les plus importants qui avaient été imprimés dans la terre de Diderot et d’Alambert. C’est donc une bibliothèque empreinte de l’esprit de l’époque, comme d’ailleurs son propriétaire11, qui avait été éduqué à l’Académie de Turin et envoyé ensuite en France pour compléter sa formation. Sans aucun doute, sa passion pour les lettres et les livres avait été alimentée au sein de sa famille ; en fait, son père Jacopo Antonio, ambassadeur des Bourbons à Paris de 1751 à 1759, était le gardien de la colonie d’Arcadie à Parme et poète lui-même sous le nom d’Eaco Panellenio.

  • 12 Sur les Archives Sanvitale, leur histoire et consistance, voir DallAcqua, 1997 et 2001.

3La source principale de l’étude illustrée ici est la riche documentation venant des archives Sanvitale conservées près des Archives d’État de Parme, où elles confluèrent, non sans lacunes et mutilations, par disposition testamentaire de Giovanni, le dernier héritier de la branche des Fontanellato, en 1949. Se composant de 931 pièces couvrant la période comprise entre 1183 et 1921, elles permettent de reconstruire plusieurs siècles d’histoire de la famille à travers les papiers concernant la vie de ses membres et son patrimoine, y compris la bibliothèque12.

  • 13 Elles peuvent aussi inclure les inscriptions des dépenses pour l’aménagement des salles de bibliot (...)

4Le cas des Sanvitale est un paradigme de cette mode établie, surtout chez les familles nobles, de constituer des bibliothèques familiales, à côté des collections personnelles de quelque membre, comme celle d’Alessandro Sanvitale. Il n’y a aucun doute que le propriétaire de ces bibliothèques s’organise, personnellement ou à travers un aide, aussi appelé agent de maison, afin de créer un ensemble d’écritures à partir du moment du choix et de l’acquisition des livres jusqu’à leur vente, ce qui était assez fréquent13. Dans cette étude, j’ai identifié des modalités utilisées pour constituer une documentation adaptée pour doter une collection de livres. Dans ce cas, elles font référence tant à l’entité patrimoniale de la collection et à son coût, surtout en vue d’une évaluation totale de la bibliothèque, qu’à d’autres écritures destinées à repérer du matériel bibliographique, tels des catalogues, des fiches et des inventaires, comme on le montre dans les pages qui suivent.

5En considérant le thème de l’achat des livres j’ai distingué trois étapes, correspondant à des types particuliers d’écriture dédiée aux livres, comme suit :

  1. — l’arrivée des éditions imprimées ;
  2. — leur organisation ;
  3. — leur sortie de la maison, suite à la cession ou à la vente.
  • 14 ASPr, Archivio Sanvitale. Mantenimento Casa (1564-1921), bb. 694-741.
  • 15 ASPr, Archivio Sanvitale, Mastri (1575-1921), bb. 428-522.

6La première étape se concrétise au moment de l’inscription des achats dans lesdits Libri di Mantenimento della casa, qui listent chronologiquement au cours des siècles tous les frais ordinaires et extraordinaires de la vie quotidienne de la famille14. Ce sont des écritures comptables, auxquelles s’associent les inscriptions contenues dans les Libri Mastri15, qui portent l’indication des noms des débiteurs et créanciers de la maison et des rémunérations correspondantes dûment écrites, de la même façon que dans les livres de commerce. Ce sont donc des écritures codifiées pour le compte rendu de l’argent sortant des caisses familiales, qui montrent que les familles nobles aussi, outre les marchands et les notaires, avaient la nécessité de conserver une documentation soignée et complète, rédigée à partir d’un formulaire modèle. S’il est vrai que dans les Libri Mastri on ne trouve pas de mention directe des livres, quoiqu’on en devine leur présence cachée sous le nom des libraires et des relieurs, ils paraissent toutefois dans les écritures de la treizième série, c’est-à-dire celle de « Mantenimento della casa ». Il est donc possible de remonter aux achats effectués par Alessandro de 1773 à 1804, avec un vide dans les dix dernières années du XVIIIe siècle, à défaut du livre de caisse correspondant.

7On voit donc ces livres émerger dans les papiers, mêlés aux autres biens de consommation et aux services rendus à la maison. Les notes les concernant mettent en évidence, dans un ordre progressif, le montant des frais versés et le nom du libraire chez qui l’achat a été effectué. À propos des livres, c’est-à-dire l’objet de la transaction, on mentionne le nom de l’auteur, ou bien le titre abrégé, ou plus rarement les deux. Ce n’est que peu de fois que l’on spécifie le format des ouvrages achetés, mais on emploie souvent des expressions de quantité, en explicitant le nombre de volumes achetés — par exemple, « n. 50 petits livres » ou « livres divers ». C’est l’agent de maison qui inscrit les frais : en effet, pour le compte d’Alessandro IV agissait un tel Pasquale Peruzzi, « Agent général et dépositaire de l’argent de toutes les rentes de Monsieur le Comte », comme l’on apprend dans les documents qu’il signe au bas de la page. Celui-ci devait sûrement connaître profondément la matière comptable et administrative, ce qui était essentiel pour aider son patron dans la gestion de l’entreprise de famille et des rapports avec les employés et l’extérieur ; ses compétences bibliographiques, par contre, ne sont pas assurées. Il se peut que l’opération de l’écriture se soit effectuée sous le contrôle vigilant du comte Sanvitale, qui avait certainement les connaissances nécessaires dans ce domaine.

  • 16 Voir Romani, 1992.
  • 17 Comme on le déduit de la liste manuscrite des souscripteurs de l’Encyclopédie mentionnée par Bédar (...)
  • 18 Archivio Notarile Distrettuale di Parma (ANDPr), maître notaire Carlo Antonio Gardini, 6 novembre (...)

8Quoique non spécialisée, cette écriture laisse néanmoins entrevoir quelques caractéristiques bibliographiques de la collection. On y fait une distinction entre les ouvrages en italien et les ouvrages en français ; on y définit de manière vague le genre des publications achetées, qui incluent des romans, des gazettes et des périodiques, souvent associées à des adjectifs quantitatifs, tels que « nombreux » ou « plusieurs ». Même à défaut de l’indication du format, des mots comme « petits volumes » ou « petits livres » auraient immédiatement fait comprendre à un lecteur avisé qu’il s’agissait de volumes non pas in folio mais in octavo ou in seize, conformément aux goûts typographiques ou aux habitudes de lecture de l’époque. On y indique également les frais d’association à quelques périodiques, par exemple La Gazzetta Universale, ce qui prouve qu’Alessandro se conformait à une coutume éditoriale typique de l’époque, c’est-à-dire à l’achat de livres par souscription16. Dans un cas en particulier, en consultant les pages des Libri di Mantenimento della casa, on peut observer que les notes sont d’autant plus détaillées que l’on peut suivre pas à pas toutes les étapes de la souscription, de l’achat ou de l’entrée dans la bibliothèque de chaque volume de la collection complète. Cet ouvrage est la deuxième édition, imprimée en 1772 à Livourne, de l’Encyclopédie, symbole de la culture qu’un gentilhomme éclairé tel qu’Alessandro se devait de posséder. L’intérêt pour les détails de l’achat, qui incluent les coûts de transport, les droits de douane et le prix de la reliure de chaque tome, est accompagné d’une écriture cursive plus soignée. Ce sont là de probables indications de l’importance que l’ouvrage eut pour Alessandro, qui fut l’un des 27 souscripteurs dans la ville de Parme17, au point qu’il voulut l’inclure dans sa bibliothèque privée. Une écriture en général aussi soignée, pour ce qui concerne les données bibliographiques, représente une exception dans le milieu de Parme, avant tout en raison du fait qu’il n’y a pas de documents semblables dans les fonds privés conservés aux Archives d’État de Parme. Par ailleurs, si des registres des entrées et sorties existent, les références aux livres sont générales, ou même inexistantes. Cette démonstration d’une bibliophilie bien connotée n’est pas du tout casuelle. En effet, dans son testament daté du 6 novembre 1782, qui remplaçait le précédent rédigé le 12 octobre 1777, conservé dans les Archives d’État de Parme, Alessandro nomme comme héritier universel son fils aîné Stefano. Dans l’intention d’établir sa succession, il ajoute « pour ce qui concerne les biens immeubles, l’argenterie, les bijoux, et les tableaux, et les autres effets de ma Maison, ceux-ci se trouvent déjà inscrits dans le Libro maestro della mia casa, rédigé et conservé toujours légalement »18. C’est donc une attestation claire de la valeur d’inventaire et de patrimoine de ces écritures, à côté de leur valeur testimoniale. Tout comme un journal, elles nous montrent en fait les étapes successives de l’organisation de la bibliothèque, qui prend corps sous nos yeux. À défaut d’un catalogue spécifique de la bibliothèque d’Alessandro, elles représentent aussi la source d’information bibliographique principale, quoique partielle. Cela dépend du fait que les indications bibliographiques y sont souvent générales, ici et là plus complètes, ce qui permet alors d’identifier des éditions précises. On ne peut donc que se faire une idée approximative de la consistance de la collection.

  • 19 ASPr, Archivio Sanvitale, Mandati di pagamento (1727-1885), bb. 523-584.
  • 20 Les enveloppes relatives aux années 1771, 1772, 1792, 1794 font défaut.

9De même, les enveloppes de la série Mandati di pagamento19 des archives Sanvitale contiennent, malheureusement par à-coups car on n’y inclut pas toutes les années de la vie adulte et les dépenses relatives20 d’Alessandro Sanvitale, des notes de paiement pour les livres achetés. Ils sont mentionnés en termes de quantité, parfois seulement indiqués par leur titre, pour les reliures et les versements effectués lors du passage à la douane.

10Parmi ces écritures, pareillement afférentes au moment de l’achat et de l’entrée des ouvrages dans la bibliothèque, les reçus de paiement aux libraires sont les plus nombreux. Il y a, en fait, un grand nombre de notes délivrées par Pasquale Peruzzi aux libraires de la ville, Filippo Carmignani et les frères Faure. En étant reliées à un usage seulement commercial, elles sont constituées de feuilles pré-imprimées avec un en-tête portant le nom et les tâches de Peruzzi et une partie en bas de page avec des espaces à remplir avec les montants dus et les données comptables relatives à la transaction. La partie centrale, qui est vide, permet d’inscrire à la main des indications sur les biens achetés, plus ou moins circonstanciées, outre le nom du destinataire. La nature de mémorandum de ces documents, dont le but est de dresser plus aisément le compte rendu annuel de la famille, est confirmée par l’indication manuscrite qui a été apposée à chaque fois dans la marge, en haut de chaque reçu, précisant le contexte afférent de chaque dépense : « Bibliothèque », « Garde-robe », « Charités », etc.

  • 21 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio storico, b. 890.
  • 22 Sur Blanchon, l’on renvoie à Carpi, 1997, p. 63 et n. 118.
  • 23 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio Storico, b. 890.

11Inversement, dans les archives Sanvitale sont conservés les reçus délivrés par les libraires et les relieurs qui attestent le paiement du service rendu. Il s’agit d’écritures dépourvues de l’officialité des mandats de paiement de la famille, car celles-ci sont entièrement manuscrites. Elles ne font qu’une mention brève aux livres faisant l’objet de la vente ou de la reliure, de la rémunération correspondante et, enfin, de la signature. Pour la première catégorie, un bon exemple est celui d ´ un reçu délivré par Giacomo Blanchon, le 21 janvier 1803, suite à la livraison et au paiement d’une somme égale à 23 lires pour deux tomes du Moniteur en faveur d ´ Alessandro Sanvitale21. Naturellement, on réserve plus d’importance à la rémunération reçue pour la prestation, ici due à Giacomo Blanchon (1752, Parme - 1830), libraire originaire de Briançon et résidant à Parme22, qui signe en bas de page. Pour la deuxième catégorie, deux exemples éloquents sont deux reçus de relieurs, auxquels les textes étaient remis en feuilles déliées pour qu’ils soient reliés selon l’usage de l’époque. Le premier reçu atteste le paiement de Rossetti, qui déclare avoir reçu le solde pour les « Bréviaires Romains Fins avec Reliure et Enveloppe », tandis que le deuxième, plus détaillé, a été délivré le 8 février 1803 par Domenico Guarnaschelli, relieur au service de la Bibliothèque Palatine23.

  • 24 Notamment en 1769, 1776 et 1794. À ce propos, voir Tavoni, 1992 et 2011.

12À la phase d’acquisition des livres appartiennent également les écritures des libraires qui présentent leur production éditoriale à leur clientèle. La propagande et l’offre avaient lieu à travers l’envoi de catalogues imprimés, ainsi que par contacts directs dans les boutiques des libraires eux-mêmes. Parmi les fournisseurs d’Alessandro se distinguent les frères Faure, qui dans l’espace d’un demi-siècle rédigèrent trois catalogues succincts des ouvrages qu’ils avaient vendus24. S’il n’y a aucune trace de correspondance entre le comte et les libraires français, ni de possession de la part de Sanvitale de leurs catalogues, il est toutefois très probable que le gentilhomme ait fréquenté leur boutique, qui était un véritable salon en ville, conformément aux coutumes de l’époque. C’est là qu’il aurait pu faire ses achats, scrupuleusement inscrits dans les livres de la maison. On sait par ailleurs, grâce à une lettre d’Alessandro à son secrétaire, qu’il lisait la Gazzetta di Parma, le périodique de la ville, qui fut imprimé avant par Filippo Carmignani et, à partir de 1768, par Giambattista Bodoni. Dans les pages du journal, on trouvait fréquemment de petites annonces de libraires, grâce auxquelles Alessandro pouvait apprendre les nouveautés et les ouvrages mis dans le commerce sur le marché de Parme ou à l’étranger.

  • 25 Sur le fournisseur principal des ducs de Modène, voir Montecchi, 1988 et Ruggerini, 2009.
  • 26 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio Storico, b. 864. Il s’agit probablement de l’édition en 8 volume (...)

13Conformément à la méthode de communication typique dans la République des Lettres au XVIIIe siècle, les achats du comte pouvaient aussi avoir lieu par voie épistolaire. Un exemple est offert par une lettre datée du 3 août 1778, écrite par Moisé Beniamino Foà, banquier du duc de Modène, imprimeur et libraire, qui opéra dans les commerces en Italie au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle25. Le marchand y prévient l’agent de maison des Sanvitale qu’il a livré les cinquième et sixième tomes des ouvrages de Shakespeare pour le compte d’Alessandro, son commettant26. Le ton obséquieux et déférent de la lettre fait percer la ruse de ce marchand cultivé qui attend sa rémunération, ainsi que le fait qu’Alessandro Sanvitale devait être un client habituel. Le courrier dénonce aussi la méticulosité de ce marchand rusé, qui écrivait à ses clients au fur et à mesure qu’il livrait des parties des ouvrages pour démontrer qu’il se souciait de ses clients, et surtout des notables, comme devait l ´ être le comte de Fontanellato.

  • 27 ASPr, Archivio Sanvitale, Inventari, b. 811a.

14Reliées à la première étape de l’arrivée des éditions imprimées, on trouve des écritures dédiées à l’organisation de la dotation des livres qui correspondent à des types d’écriture différents dans la méthode bibliothéconomique. On rédigeait des catalogues dans le but d’identifier et de repérer matériellement les volumes possédés à l’intérieur des rayons de la librairie, outre la nécessité de connaître exactement le fonds de la collection. Dans les papiers des archives Sanvitale, on a trouvé un catalogue anonyme27, dépourvu de sa couverture et de toute référence sur l’auteur et sur la date. Il s’agit d’une écriture professionnelle, établie par une personne qui possédait des connaissances en matière de bibliographie nécessaires pour organiser une collection : les ouvrages y sont mentionnés par ordre alphabétique, par auteur et par titre, accompagnés de l’indication du nombre de volumes et du format en chiffres arabes. La destination catalographique est immédiatement annoncée par l’importance attribuée à la série de lettres majuscules et minuscules pointées positionnées dans la partie gauche de chaque page, qui correspond à la position des volumes respectivement dans les armoires, les étagères et les rayons. Il en résulte la perception immédiate de l’arrangement physique de la collection, grâce à ce plan topographique des éditions. À l’heure actuelle, on ne connaît pas la raison pour laquelle ce document est conservé dans les archives Sanvitale. Une explication plausible est offerte par les maniculae dessinés, avec des interruptions ici et là, dans la marge à gauche de la page avec la même encre que celle utilisée pour la liste. Ces éléments de paratexte d’origine médiévale avaient pour but de mettre en évidence des passages importants dans un texte ; dans le catalogue examiné ici, ils signalent par exemple la Grande Passion d’Albrecht Dürer, la très célèbre série de xylographies indiquée ici comme « figurée ». Il se peut donc qu’il s’agisse du catalogue d’une bibliothèque privée présentée au comte Sanvitale pour de possibles achats, et que les pièces les plus importantes de la collection aient été signalées au moyen des manicula.

  • 28 Voir Tavoni, 2013.
  • 29 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio storico, b. 910.
  • 30 ASPr, Archivo Sanvitale, Mantenimento, b. 704.

15Pas très différentes dans leur but paraissent les fiches catalographiques dérivées des fiches mobiles introduites dans la bibliothèque ducale par le moine Paolo Maria Paciaudi, le premier à importer en Italie une méthode déjà utilisée en France, notamment dans la bibliothèque de Bordeaux28. Ce sont là des écritures qui donnent des informations plus concises qu’un catalogue traditionnel, quoiqu’absolument fonctionnelles pour l’organisation progressive des collections, car elles permettaient de connaître à tout moment le fonds de la collection sans avoir à mettre à jour à chaque fois les catalogues traditionnels. Elles portent le titre de l’ouvrage, les notes typographiques et le classement29 ; tout en appartenant à l’époque suivante, elles attestent leur usage dans la famille, ce qui est confirmé dans quelques notes de dépenses effectuées au cours de l’administration d’Alessandro par Filippo Carmignani pour l’achat de papier et de cartes portant des lettres imprimées pour le catalogue30. Des écritures qui sont mieux connotées du point de vue du paratexte sont les écritures comprises dans les ex-libris qu’Alessandro fit réaliser pour désigner les livres lui appartenant ou appartenant à la maison. À l’intérieur de l’écusson des Sanvitale on y trouve, écrit à la main, le classement des ouvrages, ce qui permet de deviner l’organisation topographique de la bibliothèque.

  • 31 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio storico, b. 865.
  • 32 ASPr, Archivo Sanvitale, Patrimonio familiare, b. 113.
  • 33 ANDPr, Notaire Carlo Gardini, 10 octobre 1804.

16On a encore d’autres écritures caractérisant l’emploi des livres à l’époque d’Alessandro, et par conséquent leurs déplacements et leur gestion. Un exemple est représenté par une lettre, conservée parmi plusieurs autres dans les archives Sanvitale. Elle est adressée par Alessandro à son secrétaire Paolo Colla, le 14 septembre 1779, depuis Colorno, la demeure du duc Ferdinando31. Depuis la résidence ducale, où il se trouvait probablement pour remplir ses tâches de gentilhomme de chambre, le comte Alessandro présente des requêtes afin de s’informer sur le travail des relieurs et sur le paiement soldé ou non aux libraires pour les volumes reçus. Le comte demande aussi au secrétaire de lui envoyer le premier tome de la Géographie de Busching pour contrôler que la reliure avait été faite correctement. On dirait donc que c’est là une preuve des soins assidus que le comte réservait à ses livres, ce qui fait deviner la façon dont il réalisait sa possession et son attachement à l’objet livre. L’écriture petite et serrée du comte, pareille aux écritures employées pour traiter des questions financières ou bureaucratiques, prouve aussi l’importance que les livres eurent pour Alessandro, tout comme d’autres aspects de son administration qui ont fait l’objet de son contrôle constant, exercé de n’importe où il se trouvait. De son usage des livres on apprend également, d’une petite feuille qui donne la liste de quelques volumes prêtés à un certain Andrea Del Pozzo, datée du 17 août 180932, soit cinq ans après la mort d’Alessandro, que les livres n’étaient pas seulement lus par les membres de la famille mais aussi par des personnes extérieures. Le reçu délivré à ces usagers ante litteram portait les noms des auteurs, les titres et la date de livraison, constituant ainsi un mémento pour leur propriétaire, Stefano Sanvitale. Une autre attestation de cette coutume du prêt se retrouve encore dans un codicille au bas de la page du testament du comte, qui demande que les livres soient récupérés et réunis dans la bibliothèque familiale pour être remis en totalité au fils aîné, Stefano33.

17À la phase de sortie des livres de la maison sont reliées des écritures ayant pour but de définir la valeur patrimoniale de la bibliothèque avant un legs testamentaire ou une vente.

  • 34 ASPr, Archivo Sanvitale, Patrimonio familiare, b. 909a.
  • 35 ASPr, Archivo Sanvitale, b. 809, Libri venduti della Libreria Sanvitale, cc. 22.
  • 36 Febvre, Martin, 1977, t. II, p. 129.

18Un exemple d’expertise aux fins de la succession par les héritiers, à travers le partage des biens, est représenté par un acte portant l’estimation effectuée en mai 1819 par un expert public de Mantoue. L ´ objectif était d’évaluer la dotation en livres de la défunte Teresa Gonzague, entrée dans la famille Sanvitale par mariage. Cet acte établit les parts qui revenaient à ses héritiers, Stefano le premier34. Les livres y sont identifiés par le nom de l’auteur, le titre, la date d’impression et — ce qui est encore plus important — le calcul de la valeur économique exprimée en lires de Parme. Des croix et des points apposés dans la marge indiquent les différents destinataires des ouvrages. De telles écritures, produites dans un cadre privé dans le but de gérer un patrimoine personnel, peuvent avoir une destination publique lorsqu’elles sont mises à la disposition de personnes externes à l’entourage familial, par exemple pour la vente par tranches de la bibliothèque de famille. C’est justement cela qui se produit quelques années après la mort d’Alessandro. La preuve se trouve dans un petit dossier — presque un carnet, soit six ans après la mort du comte. On y mentionne également, outre le titre ou le nom des auteurs des ouvrages, les noms des acheteurs correspondants et la vente de certains livres interdits dont, évidemment, on ne donne aucun détail35. Outre une indication sur les goûts du nouveau propriétaire de la bibliothèque, c’est-à-dire Stefano, ces écritures révèlent ce que les livres avaient représenté pour la famille Sanvitale : un capital patrimonial et, pour employer la définition de H. -J. Martin, une « marchandise » culturelle36.

19La prolifération de cette variété d’écritures déclare la nécessité croissante d’organiser l’ensemble des aspects attachés à l’achat des livres. C ´ est de ce point de vue que je les ai examinés, en repérant les formes différentes par lesquelles les Sanvitale ont manifesté leur intérêt pour la dotation de livres de leur bibliothèque de famille. Il s’agit là d’un premier approfondissement dans la matière de certaines écritures, qui doivent être rapportées à celles qui sont encore visibles aujourd’hui dans les livres de la bibliothèque Sanvitale qui ont été conservés afin de mieux connaître leur production et leur « consommation ».

Notes

1 Le texte présenté ici est le résultat de quelques réflexions faites au cours de mon doctorat auprès de l’Université La Sapienza de Rome, sous l ´ égide de M. G. Tavoni et M. Raffaeli, sur la question de la circulation des livres à Parme au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Je souhaite remercier A. Castillo Gómez pour m’avoir offert l’opportunité de contribuer à ce livre. J’adresse également ma reconnaissance à M. G. Tavoni pour son soutien patient au cours de cette recherche.

2 Par souci de brièveté, voir entre autres, à De Pasquale, Godi (eds.), 2009.

3 Sur l’action politique du ministre Du Tillot, voir, entre autres, à Maddalena, 2008.

4 Explorées avec une précision encore très efficace aujourd’hui par Bédarida, 1928.

5 Elles sont pour la plupart conservées à l’Archivio di Stato di Parma (ASPr).

6 Parmi les bibliothèques privées de Parme de la même époque, elle se distingue pour les évènements qui menèrent à sa constitution et pour le caractère exceptionnel des documents qui ont survécu.

7 La famille, dont les origines datent du XIe siècle, doit sa fortune à l’exercice de la féodalité épiscopale et à la profession de podestat dans plusieurs villes italiennes entre le XIIIe et le XIVe siècles. Dans les siècles suivants, la famille chercha à étendre sa seigneurie rurale jusqu’à assumer un rôle primaire dans le domaine culturel et social dans la capitale du duché. Pour l’histoire de la famille, voir Talignani, 2006.

8 Voir DallAcqua, Calidoni, 2004, et bibliographie relative.

9 Quelques exemplaires ont été retrouvés dans les fonds de la Bibliothèque Civique et de la Bibliothèque du Séminaire Majeur de Parme, ainsi que dans la bibliothèque municipale « Glauco Lombardi » de Colorno (Parme).

10 Pour les événements qui ont mené à inclure les livres des Sanvitale dans la Bibliothèque Palatine au cours du XIXe siècle, voir Del Monaco, 1997 ; De Pasquale, 2010, pp. 13-21. Près de la Bibliothèque, comme l’indique Del Monaco, il existe un catalogue avec une liste des livres arrivés de la maison des Sanvitale : Biblioteca Palatina di Parma (BPPr), Catalogo dei libri della Libreria del Patrimonio Sanvitale con Appendice e rispettiva stima, cat. 144.

11 À propos de ce personnage, voir Lasagni, 1999, t. III, p. 297 et Talignani, 2006, p. 31.

12 Sur les Archives Sanvitale, leur histoire et consistance, voir DallAcqua, 1997 et 2001.

13 Elles peuvent aussi inclure les inscriptions des dépenses pour l’aménagement des salles de bibliothèque, ou leur ameublement.

14 ASPr, Archivio Sanvitale. Mantenimento Casa (1564-1921), bb. 694-741.

15 ASPr, Archivio Sanvitale, Mastri (1575-1921), bb. 428-522.

16 Voir Romani, 1992.

17 Comme on le déduit de la liste manuscrite des souscripteurs de l’Encyclopédie mentionnée par Bédarida, 1928.

18 Archivio Notarile Distrettuale di Parma (ANDPr), maître notaire Carlo Antonio Gardini, 6 novembre 1782.

19 ASPr, Archivio Sanvitale, Mandati di pagamento (1727-1885), bb. 523-584.

20 Les enveloppes relatives aux années 1771, 1772, 1792, 1794 font défaut.

21 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio storico, b. 890.

22 Sur Blanchon, l’on renvoie à Carpi, 1997, p. 63 et n. 118.

23 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio Storico, b. 890.

24 Notamment en 1769, 1776 et 1794. À ce propos, voir Tavoni, 1992 et 2011.

25 Sur le fournisseur principal des ducs de Modène, voir Montecchi, 1988 et Ruggerini, 2009.

26 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio Storico, b. 864. Il s’agit probablement de l’édition en 8 volumes imprimée à Londres en 1757 (Theobald, The works of Shakespeare).

27 ASPr, Archivio Sanvitale, Inventari, b. 811a.

28 Voir Tavoni, 2013.

29 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio storico, b. 910.

30 ASPr, Archivo Sanvitale, Mantenimento, b. 704.

31 ASPr, Archivo Sanvitale, Archivio storico, b. 865.

32 ASPr, Archivo Sanvitale, Patrimonio familiare, b. 113.

33 ANDPr, Notaire Carlo Gardini, 10 octobre 1804.

34 ASPr, Archivo Sanvitale, Patrimonio familiare, b. 909a.

35 ASPr, Archivo Sanvitale, b. 809, Libri venduti della Libreria Sanvitale, cc. 22.

36 Febvre, Martin, 1977, t. II, p. 129.

Auteur

CERB- Università degli studi di Bologna

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search