Version classiqueVersion mobile

Culturas del escrito en el mundo occidental

 | 
Antonio Castillo Gómez

III. — Los libros de memorias

Les pratiques d’écriture personnelle et le thème du soi

Pour une étude comparée des discours scientifiques concernant les ego-documents de l’Europe d’Ancien Régime (xviie-xviiie siècle)

Antoine Odier

Texte intégral

  • 1 Güntzer, L’histoire de toute ma vie, pp. 74 et 139.
  • 2 Par convention nous utiliserons ici le néologisme d’ego-documents. Si l’historiographie espagnole (...)

1« En l’an 1615 après la naissance du Christ, le 24 août du nouveau calendrier, je partis en pays étranger, afin de voyager selon les obligations de mon métier », écrit le potier d’étain Augustin Güntzer1. Il rédigeait alors son Kleines Biechlin von meinem gantzen Leben — littéralement le « petit livre de toute ma vie » — quelques années avant sa mort, vers 1657. Au cours de ses années de compagnonnage, il avait effectué un tour (Gesellenwandern), quittant pendant plusieurs années le domicile de son père, à Oberehnheim. Cheminant d’abord à l’intérieur du Saint-Empire romain germanique, puis à travers l’Italie, les Provinces-Unies et l’Angleterre, il gagnait finalement la France, travaillant « un trimestre chez un potier d’étain » lyonnais. Par ses voyages et la rédaction de son Biechlin, Güntzer incarne, à sa manière, la dynamique actuelle des recherches européennes sur les ego-documents2. Après avoir été longtemps tributaires des langues, des littératures et finalement des espaces nationaux définis au XIXe siècle, elles connaissent à présent une dynamique de déterritorialisation conduisant à de multiples comparaisons, à l’intérieur d’un cadre européen et parfois même au-delà de celui-ci, grâce aux apports des anthropologues. Il s’agira ici de montrer ce que l’on peut tirer de la confrontation de ces multiples travaux, provenant de différents lieux d’écriture scientifique, opérant avec des concepts spécifiques, et dissimulant plusieurs axes de questionnements demeurés informulés à propos du soi et des pratiques d’écriture personnelle, dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

EGO-DOCUMENTS ET PRATIQUES D’ÉCRITURE

2En fonction des lieux de recherche, l’étude des ego-documents d’Ancien Régime et des modalités de leur écriture renvoie, au-delà des similitudes terminologiques apparentes, à des paysages historiographiques et disciplinaires fortement différenciés.

  • 3 Petrucci, 2002, pp. 3 et 6. Une telle approche mêle étude des documents « manuscrits et imprimés » (...)
  • 4 Petrucci, 1978, p. 451.
  • 5 Petrucci (éd.), 1965 ; Pezzarossa, 1979, pp. 119-120.
  • 6 Cicchetti, Mordenti, 1984, pp. 1121 sqq.
  • 7 Castillo Goìmez, 1995 ; Castillo Goìmez, Sáez Sánchez, 1994.
  • 8 L’entrée de l’Espagne dans ce champ de recherche correspond à la publication du premier numéro de (...)

3En Italie, la storia della cultura escrita a joué un rôle fondateur. Née au sein même de la paléographie, elle étudie « l’histoire de la production, des caractéristiques formelles et des usages sociaux de l’écriture ou des témoignages scripturaires dans une société déterminée, indépendamment des techniques et des instruments successivement utilisés »3. Forgée lors du colloque de Pérouse (1977), elle se focalise sur la diffusion et surtout sur les usages de l’écriture dans une société, cessant de l’appréhender seulement comme une série de signes à déchiffrer ou à dater, en dehors de tout contexte social et culturel4. Cette paléographie rénovée s’est d’emblée tournée vers les écritures à caractère autobiographique du réservoir florentin, A. Petrucci publiant dès 1965 une édition du libro di ricordanze de la famille Corsini, abondamment citée lors du colloque de Pérouse5. Encore au début des années 1980, A. Cicchetti et R. Mordenti évoquent le célèbre paléographe au départ de leurs recherches sur les libri di famiglia6. En Espagne, la Historia de la cultura escrita prolonge son héritage depuis le début des années 1990, affirmant la primauté des méthodes paléographiques sur l’histoire de l’alphabétisation pour la saisie des usages de l’écrit7. Depuis les années 2000, ces mêmes chercheurs s’intéressent aux ego-documents, si bien que les deux thèmes restent intimement liés8.

  • 9 On citera tout de même Martin, 1996.
  • 10 Le Bras, 1931 ; Certeau, 1990, pp. xxxv-liii.
  • 11 Chartier, 2003, p. 84 et 2001, pp. 785-786.
  • 12 Id., 2003, p. 96 ; Chartier, Bourdieu, 2003, p. 279.
  • 13 Bardet, 2010, pp. 645-650.
  • 14 Barton, Papen, 2010, pp. 14-23.

4En France, le rôle de la paléographie est loin d’être si prépondérant9. L’intérêt des historiens pour la notion de « pratique » remonte aux travaux d’histoire religieuse des années 1930, puis aux manières de faire certaldiennes, développées par R. Chartier dans ses recherches sur les pratiques culturelles des sociétés d’Ancien Régime10. Concernant tout d’abord les « façons de lire », ses travaux ont peu à peu exploré la notion de culture écrite11. Le colloque de Saint-Maximin sur les pratiques de la lecture (1983) joue ainsi un rôle peu connu dans l’historiographie française des ego-documents, plusieurs autobiographies populaires des XVIIe et XVIIIe siècles étant mises à contribution comme observatoires des manières de lire. À cette occasion, R. Chartier introduit le terme de for privé comme lieu de la lecture individuelle et silencieuse, réapparu un peu plus tard avec la notion d’écrits du for privé sous la plume de M. Foisil (1986)12. Or ce lien s’est distendu. Reprise depuis 2003 par un groupe de recherche maintenant bien connu, la notion est utilisée dans le cadre d’un inventaire national de ces textes, laissant une plus large place à l’histoire de la famille et de l’enfance13. À l’inverse, l’école française d’anthropologie de l’écriture se revendique davantage des travaux de R. Chartier, constituant un pôle de recherche centré sur l’écrit et ses pratiques, mais sans recourir à la notion d’écrits du for privé14.

  • 15 Günther, 1990 ; Günther, Ludwig, 1994-1996, t. I, p. v.
  • 16 Engelsing, 1970 ; Messerli, 2010 ; Kaufmann, Veit, 2008.
  • 17 Brändle et alii, 2001 ; Iggers, Wang, 2008, pp. 276-277.
  • 18 Hondius, 2010, p. 552 ; Greyerz, 2010, pp. 277-279.
  • 19 Delft, 2006 ; Blaak, 2009 ; Baggerman, 2000.

5En Allemagne, la frontière entre champ de recherche des ego-documents et culture écrite est encore plus tranchée, car la notion de Schriftlichkeit, apparue vers 1980, provient de la linguistique (Sprachwissenschaft). Elle désigne « tout ce à quoi le qualificatif d’écrit peut être associé : ce qui est constitué par l’écriture, conditionné par l’écriture, affecté par l’écriture, provoqué par l’écriture — objets, notions, êtres humains, sociétés, cultures »15. L’écrit a également été pris en compte par l’histoire de la lecture (Lesergeschichte) et la célèbre théorie situant un passage de la lecture extensive à la lecture intensive à la fin du XVIIIe siècle, avant d’être tiraillé entre histoire du livre (Buchwissenschaft) et histoire religieuse (Religionsgeschichte)16. Il existe donc une très forte fragmentation disciplinaire, expliquant peut-être la non-rencontre avec les recherches sur les ego-documents. Loin de l’histoire de la culture écrite, la Selbstzeugnisforschung de l’époque moderne (Frühe Neuzeit) s’est structurée dans le cadre de la contestation de l’histoire sociale (Sozialgeschichte) par l’histoire du quotidien et la micro-histoire, valorisant tous types de témoignages individuels17. Les recherches ont ainsi cristallisé en des termes indépendants de l’idée d’écriture : le Selbstzeugnis (témoignage de soi) actuellement dominant, ou l’Ego-Dokument proposé par W. Schulze sur le modèle néerlandais18. Aux Pays-Bas, cette tendance est encore plus nette, la notion d’ego-documenten ayant été forgée par J. Presser dans les années 1950, alors qu’il écrivait une histoire des juifs hollandais pendant la Seconde Guerre mondiale, à partir de diaires et d’interviews des survivants. D’abord éloigné de l’histoire du livre (Boekgeschiednis) pourtant très ancienne et bien implantée, le champ de recherche mis en place par R. Dekker n’y a été connecté que postérieurement, notamment par A. Baggerman, initialement spécialiste d’histoire du commerce du livre19.

  • 20 La notion d’ego-document est ainsi ignorée dans des ouvrages très récents portant sur ce thème, no (...)
  • 21 Stone, 1969, p. 98 ; Kaestle, 1985 ; Raven, 1998 ; Darnton, 1982.
  • 22 Elles ont par exemple conduit à l’étude des recueils de lieux communs (commonplace books), mais sa (...)
  • 23 Goody, Watt, 1963 ; Castillo Goìmez, Sáez Sánchez, 1994, pp. 137-138 ; Bartoli Langeli, 1978, pp. (...)

6Enfin, dans le monde anglo-saxon, contrairement à l’Europe continentale, il n’est pas de véritable champ de recherche consacré aux ego-documents. Malgré nombre de monographies, on aurait peine à citer un concept similaire ou un colloque autour de ces sources20. Bien plus illustre est la notion de literacy, connue dans l’Europe entière. Désignant « la capacité à utiliser l’écrit comme moyen de communication », elle structure depuis la fin des années 1950 les enquêtes historiques sur l’alphabétisation des populations d’Ancien Régime, critiquées à partir des années 1980 au profit d’études sur les usages de la literacy, notamment du livre (book history) et de la lecture (reading history)21. Depuis lors, les notions de reading experience, de reading behaviour ou de writing practices sont très répandues22. Le rôle de la literacy a été tout aussi grand en anthropologie. Les textes de J. Goody et I. Watt lui prêtant des effets modernisateurs (1963) ont puissamment influencé l’histoire de l’alphabétisation, mais aussi les fondateurs de la storia della cultura scritta, jusqu’aux recherches les plus récentes — les New literacy studies — qui en proposent une relecture critique23.

EGO-DOCUMENTS ET RAPPORT À SOI

  • 24 Parmi les critiques récentes contre cette approche : Jouhaud, Ribard, Schapira, 2009, pp. 11-12 ; (...)
  • 25 Foucault, 1996, p. 142 ; Koselleck, 1997, p. 142. À cela s’ajoute qu’une notion peut faire l’objet (...)

7Au total, ces comparaisons historiographiques font apparaître les recherches consacrées aux ego-documents comme un point de vue parmi d’autres fondé sur des concepts élaborés dans des circonstances variables, auxquels il semble de plus en plus difficile de se limiter24. Ces concepts enveloppent le matériel textuel — les sources — d’épaisses couches de « langage déposé par le temps », dont le rythme d’accumulation masque les évolutions langagières et « extra-langagières » passées, contenant chacun une idée prédéfinie du rapport texte/scripteur(s)25.

  • 26 On reprend à M. Weber la notion de « concept historique », désignant toute « idée historiquement c (...)
  • 27 Petrucci (éd.), 1965, pp. lxii-lxviii.
  • 28 Castillo Goìmez, 2006, pp. 61-62.
  • 29 Koselleck, 2000b, p. 114.
  • 30 Stallybrass et alii, 2004 ; Allan, 2010, pp. 25-57 ; Mouysset, 2007, pp. 199-213 ; Ciappelli, 2000 (...)

8Plusieurs « concepts historiques », nés de la désignation des textes par leurs auteurs ou la littérature prescriptive, sont proposés aux chercheurs26. C’est le cas des ricordanze dont le signifiant figure en de nombreux manuscrits italiens, du Moyen Âge à la fin du XVIIe siècle. Pour A. Petrucci, il s’agit d’une « documentation privée » subdivisée en brefs paragraphes selon un « protocole » de rédaction fixe inspiré du modèle notarial, distinct des chroniques familiales (cronache familiari), au niveau de narration plus élevé27. En Espagne, le Diccionario de Autoridades (1720-1739) définit le libro de memoria comme un « petit livre que l’on porte dans la poche, aux feuillets blancs couverts d’un enduit, auquel on joint une plume de métal […] avec laquelle on note […] tout ce que l’on ne veut pas confier à la fragilité de la mémoire, et que l’on efface ensuite, afin que les feuillets puissent servir de nouveau »28. S’y ajoutent les notions de « livre de raison » et de commonplace book, répertoriées respectivement dans le dictionnaire d’Antoine Furetière (1690) et d’Ephraïm Chambers (1728). Pour chacune de ces notions, les réflexions des historiens se mêlent aujourd’hui à leur sens ancien, formant une « stratification complexe » de « significations multiples […] datant d’époques différentes », convergeant vers une interprétation utilitariste du rapport texte/scripteur(s)29. Il s’agit de prendre en note une information, de copier des fragments de lecture, de constituer des comptabilités domestiques — « compter les biens, compter les siens » selon la formule de S. Mouysset — ou d’élaborer des archives familiales non prises en charge par les autorités municipales30. On perçoit le filtre qu’elles contiennent bien qu’elles se situent au plus près des textes, issues pour certaines de l’histoire de la culture écrite d’inspiration paléographique.

  • 31 M. Weber distingue entre concepts historiques et concepts idéaltypiques, formés a posteriori à par (...)
  • 32 Marcus, 1994, p. 12.
  • 33 Lejeune, 1975, pp. 14, 37 et 44-45.
  • 34 Darnton, 1982, pp. 67-68.
  • 35 Cicchetti, Mordenti, 1985, p. 1 ; Mordenti, 2001, p. 15.

9D’autres concepts plus célèbres ont été intégralement forgés a posteriori31. C’est le cas de la notion d’autobiography née en 1797 en Angleterre, et souvent convoquée pour désigner des pratiques d’écriture antérieures32. Selon Ph. Lejeune, il s’agit d’un « genre contractuel » proposé par l’auteur au lecteur, centré sur la « vie individuelle » de l’auteur, signalant par une publication établie selon des codes historiquement variables, la « valeur référentielle » du texte afin d’appeler un « mode de lecture » adéquat33. Il peut donc inclure certains Mémoires, dont l’auteur a engagé une stratégie de publication. Les travaux d’histoire du livre développent cette perspective, en insistant sur le « circuit de communication » auteur/lecteur créé par les ouvrages imprimés34. Il en va de même pour les libri di famiglia, centrés sur un processus de communication d’échelle plus réduite, à l’intérieur du cercle familial, véritable envers du « système littéraire » des publications imprimées35. Chaque manuscrit est considéré comme « un texte mémoriel diaristique, pluriel et multigénérationnel, dans lequel la famille représente tous les éléments du système de communication instauré par celui-ci, constituant à la fois le sujet (ou contenu) principal du message textuel, l’émetteur et le destinataire de l’écriture, ainsi que le contexte et le canal de sa transmission ». Ces concepts contiennent de fait un mécanisme d’explication communicationnel et interpersonnel, où tout rapport à soi-même ne peut être que médiatisé par ou pour autrui.

  • 36 Foisil, 1986a, p. 356 ; Krusenstjern, 1994, p. 463 ; Presser, 1969, p. 286.
  • 37 Chartier, 1986 ; Lahire, 2010, pp. 188-196 ; Habermas, 2010, pp. 54-61 ; Ulbrich, 2009, pp. 41-46  (...)
  • 38 Ruggiu, 2007, p. 167 ; Chiffoleau, 2006 ; Schrader, 1995, p. 293 ; Damrau, 2006, pp. 140-157 ; Cas (...)

10Le thème du soi forme la nature intrinsèque d’autres concepts idéaltypiques : les écrits du for privé, les Selbstzeugnisse et les ego-documents. Surplombant les textes ordonnés en corpus documentaires, leur unité procède du scripteur dont quelque chose s’incarne dans le texte : le for privé, le Selbst ou l’ego. C’est précisément ce qui en constitue l’attrait mais aussi le danger, projetant sur les sources l’objet même de leur recherche : « l’intime constitutif de la vie privé » devenu « sujet d’écriture », le « thème du soi (Selbstthematisierung) exprimé par un soi explicite », ou l’ego, qui s’y « révèle ou se dissimule »36. Ces notions relèvent malheureusement de paradigmes d’explication dont les enjeux ne sont pas tant ceux des XVIIe et XVIIIe siècles, que ceux de l’histoire de la pensée des XIXe et XXe siècles : la traduction des textes de N. Élias et J. Habermas à l’origine de l’Histoire de la vie privée ; l’emprise de la Geistesgeschichte et de l’herméneutique intéressées par l’avènement de la conscience ou de la mise en sens de soi (Selbstbewusstsein, Selbstbesinnung) ; l’impact récent de la pensée koselleckienne de l’expérience de la modernité et de la Sattelzeit37. Elles incarnent parallèlement trois milieux confessionnels distincts : le for interne des théologiens de l’Europe médiévale chrétienne puis catholique pour les historiens français ; le self et le Selbst apparus sous la plume des puritains anglais, des piétistes du Saint Empire et du philosophe John Locke dans l’Europe protestante plus familière des historiens allemands ou anglo-saxons ; l’ego utilisé par un historien juif des années 1950 — J. Presser — où résonne la traduction anglaise du moi freudien38.

PRATIQUES, ÉCRITURES ET SOIS

11Si l’on tente à présent de croiser l’ensemble des approches évoquées, plusieurs axes de questionnements demeurés informulés se font jour. Avant le commentaire ou l’exhumation de nouveaux textes manuscrits, ce sont ces questions qu’il nous semble prioritaire d’aborder.

  • 39 Büttgen, 2008, pp. 69-72 ; Balibar, Cassin, Laugier, 2004.
  • 40 Certeau, 1990, pp. xxxv, 52 et 54.
  • 41 Heath, 1983, p. 392.
  • 42 Ludwig, 2005, p. 6 ; Jancke, 2002, pp. 10-11, 32 sqq.
  • 43 Bausinger, 1993, p. 135 sqq. Idem
  • 44 Certeau, 1990, pp. xl-xli ; Bourdieu, 2000, p. 256.

12La première concerne la notion de pratique(s). Devenue l’un des marqueurs les plus classiques de l’approche historienne, elle abrite une équivocité peu explorée39. La plupart des historiens utilise la notion au pluriel, au sens des usages ou des manières de faire, à partir du couple antinomique usages/consommation introduit par M. de Certeau. Il s’agit de mettre en lumière le « fond nocturne de l’activité sociale », c’est-à-dire le répertoire d’opérations singulières du sujet, dont l’histoire de la culture écrite souligne la multiplicité40. La notion d’événement d’écriture (literacy event), familière des anthropologues, permet d’en augmenter le niveau de détails, par une approche phénoménologique de l’écriture, décrite comme une « séquence d’actions »41. Or, les recherches allemandes fournissent une toute autre orientation, centrée sur l’histoire de l’activité d’écriture (Tätigkeit des Schreibens) ou de la pratique sociale (soziale Praxis) communicationnelle perçue derrière l’écriture des Selbstzeugnisse42. Dans ce cas, le rapport aux sources est inversé, afin de dépasser la description de la diversité des usages (Gebräuche) et des coutumes (Sitten) populaires, propriétés des études folkloriques (Volkskunde)43. Il s’agit davantage de réfléchir à ce qui fait l’unité des pratiques, dans le temps et parmi les acteurs sociaux, en développant un modèle de compréhension de l’action (Handeln) exécutée, rappelant les travaux français recherchant la « formalité » des pratiques ou leur « principe de génération »44. Dès lors, comment justifier la préférence pour l’une ou l’autre de ces directions ?

  • 45 Reder, Davila, 2005 ; Castillo Goìmez, Sáez Sánchez, 1994, p. 148.
  • 46 Goody, 1977 (trad. fr. pp. 31, 182-183, 192, 195 et 86) ; Goody, Watt, 1963, pp. 339-340.
  • 47 Lahire, 1995, p. 571 ; Mbodj-Pouye, inédite, t. I, p. 655 ; Barber, 2006, p. 8. Les terrains d’étu (...)
  • 48 Certeau, 1990, pp. 198-199 ; Bouza, 2010, pp. 3-34.
  • 49 Assoun, 1995, pp. 28-30.
  • 50 Austin, 1962 ; Jancke, 2002, p. 32 ; Stollberg-Rilinger, 2008.

13La notion d’écriture pose une nouvelle série de questions sur la nature des effets qu’on lui prête. Ce débat divise les anthropologues depuis les années 1980, opposant le modèle du « grand partage » soutenu par J. Goody, à ceux pour qui la valeur de l’écriture dépend de son contexte culturel45. Selon les premiers, l’écriture possède intrinsèquement des effets sociaux modernisateurs et des effets cognitifs opérant sur les « modes de pensée »46. Le diaire où le scripteur effectue une « sélection personnelle » au sein de son « répertoire culturel », encourage « la pensée privée ». La « réduction du discours parlé en liste » modifie son contenu selon des catégories plus strictes et plus hiérarchisées, mais aussi le psychisme, manipulant mieux l’information. Figeant le message oral, l’écriture offre un « moyen d’inspection du discours », favorisant « l’activité critique du scripteur ». Des études empiriques récentes prolongent ces réflexions, évoquant une « rupture vis-à-vis du sens pratique », l’objectivation d’un « espace à soi » sur le support de l’écrit, ou la « constitution de nouveaux types de self et de conscience de soi »47. Contester ce modèle revient, inversement, à dénoncer la « valeur mythique » accordée à l’écriture en Occident, pour valoriser la multiplicité de ses usages48. Or, l’historiographie des ego-documents s’est généralement structurée à l’écart de ces réflexions, les concepts utilisés privilégiant l’idée d’effets externes — comme l’expansion de l’État — sur l’évolution du soi pris au sens descriptif de la « voix intérieure » présente en chacun, dont la reconnaissance progressive s’observerait par la recrudescence de textes autobiographiques49. La théorie des actes de langage (speech act theory) de J. Austin (1962) a également joué un rôle important, notamment en Allemagne50. Elle propose de mettre l’accent sur la dimension communicationnelle de l’écriture, en rompant la distinction entre écriture et langage au fondement du modèle de J. Goody. L’ego-document, loin de permettre un retour réflexif sur soi, est adressé à autrui remplissant une fonction dans le cadre d’un agir. Trois questions mériteraient donc d’être abordées plus directement, à partir de ces différentes manières de définir l’écriture. Faut-il concevoir les pratiques d’écriture personnelles d’Ancien Régime comme cause ou comme conséquence de l’évolution du soi ? Induisent-elles des effets cognitifs spécifiques pour le sujet, au-delà du langage ou de la méditation ? Peut-on les étudier autrement que de manière micro-historique, sans présupposer que les effets de l’écriture ne dépendent pas de son usage contextualisé et donc sans les fixer par avance ?

  • 51 Barresi, Martin, 2011, p. 50 sqq. ; Seigel, 1999, pp. 285-287 sqq.
  • 52 Locke, 2001 [1690], pp. 536-539.
  • 53 Damasio, 2002, pp. 201-210, 219-229 et 254. Les ouvrages de synthèses soulignent néanmoins les con (...)
  • 54 Ricœur, 1990, pp. 137-198 ; Taylor, 1998, p. 233 sqq. ; Dilthey, 1968, p. 200 ; Schechtman, 2011.
  • 55 Le Breton, 2008, pp. 62-65 ; Gergen, 2011, pp. 645-647.
  • 56 Mead, 2006, pp. 268 et 213.
  • 57 Mauss, 1938 ; Carrithers, 1985 ; Ulbrich, Jancke, 2005, pp. 23-26 ; Kormann, 2004 ; et Hermans, 20 (...)
  • 58 Lacan, 2001, pp. 66-67.

14La notion de soi recèle une dernière série d’interrogations. Morcelée par la prolifération des définitions concurrentes, nées de la multiplication des disciplines qui l’étudient, elle présente aujourd’hui les mêmes défauts que la notion d’individu qu’elle devait permettre de dépasser51. Il est d’abord un soi corporel au sens du sentiment d’être soi, ou conscience continuée, dont Locke pensait qu’elle était « vitalement unie » au corps, sans y être réductible52. Certains travaux de neurosciences l’identifient aux notions de proto-soi et de soi-central (core self), spécifiant ses territoires cérébraux53. Parallèlement existe un soi narratif hérité de l’herméneutique, exigeant la recherche réflexive d’une connexion (Zusammenhang) des événements de sa vie par le sujet, à travers leur mise en récit mémoriel54. Il existe enfin un concept de soi relationnel forgé par la sociologie interactionniste55. Celui-ci est clivé en un moi (me) proposant des rôles interchangeables revêtus par le je (I), simple sujet, en fonction de la situation ou de l’interlocuteur avec lequel il se trouve en interaction56. De fait, le soi authentique et singulier se dissout en « une pluralité de soi qui correspondent à une pluralité de réponses sociales ». Jusqu’à présent l’historiographie des egodocuments a peu mobilisé ces définitions, mettant les sources au premier plan. Malgré tout, ce sont bien ces concepts qui sont utilisés sans les nommer, d’autant que la prolifération de signifiants générée par les traductions — le self est traduit en français tantôt par moi tantôt par soi — brouille les généalogies notionnelles. Les travaux portant sur l’élaboration d’un récit mémoriel individuel, ou collectif, présupposent une définition narrative du soi. Ceux qui recourent à la notion de personne (Personkonzept), empruntée à M. Mauss et aux anthropologues britanniques des années 1980, pour dépasser la dimension culturelle et sociale du soi occidental moderne, ont défini des formes de soi relationnel marquées par les relations à autrui ou le dialogue intérieur (soi dialogique)57. On se demandera alors ce que l’on peut encore espérer découvrir dans les sources dont les sciences sociales ou cognitives n’aient pas déjà connaissance, nous renvoyant à nos propres catégories et hésitations quant à l’appréhension du sujet humain, plutôt qu’à la véritable nature de celles qui animaient les sociétés du passé dans leur altérité constitutive. Ne faudrait-il pas opérer, dans ce cas, un « décentrement » ou une « séparation de plan » plus radicale par rapport à cette notion pour en mieux saisir les variations, historiques, culturelles et sociales58 ?

  • 59 Foucault, 1969, p. 67.

15En définitive, l’étude du soi et des pratiques d’écriture personnelles dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles peut difficilement se passer de la confrontation des discours scientifiques produits en ses différents lieux géographiques et disciplinaires, dont se dégage une pluralité de manières de faire adossées à des concepts spécifiques. Utilisés de manière visible pour désigner des textes manuscrits et leurs pratiques de production, ou de manière imperceptible pour en organiser le questionnement et l’interprétation, ceux-ci agissent « comme des pratiques qui forment systématiquement les objets dont ils parlent »59. Plusieurs orientations divergentes se sont dessinées, nées de disciplines, d’historiographies et de corpus de sources spécifiques. Toute prise de parti apparaît aujourd’hui difficile. Toutefois, il semble acquis qu’un travail sur les sources ne peut désormais faire l’économie d’une réflexion préalable sur ces points de divergences, par l’analyse comparée des positions qu’il occupe dans les discours théoriques, sous peine de rester enfermé dans ses propres représentations.

Notes

1 Güntzer, L’histoire de toute ma vie, pp. 74 et 139.

2 Par convention nous utiliserons ici le néologisme d’ego-documents. Si l’historiographie espagnole utilise davantage le terme d’« écritures de la mémoire personnelle » (formas escritas de la memoria personal), la première notion présente le grand avantage d’être aujourd’hui connue ou immédiatement compréhensible par un très large public en Europe.

3 Petrucci, 2002, pp. 3 et 6. Une telle approche mêle étude des documents « manuscrits et imprimés », des « inscriptions » et des « graffitis », ce qui revient à brouiller les frontières traditionnelles entre paléographie et épigraphie, mais aussi entre histoire de l’écriture et histoire du livre. La question du lieu de l’écriture devient alors centrale.

4 Petrucci, 1978, p. 451.

5 Petrucci (éd.), 1965 ; Pezzarossa, 1979, pp. 119-120.

6 Cicchetti, Mordenti, 1984, pp. 1121 sqq.

7 Castillo Goìmez, 1995 ; Castillo Goìmez, Sáez Sánchez, 1994.

8 L’entrée de l’Espagne dans ce champ de recherche correspond à la publication du premier numéro de la revue Cultura Escrita y Sociedad en 2005, consacré aux ego-documents (Amelang [coord.], 2005), et à la multiplication des travaux sur les « écritures de la mémoire personnelle », notamment Castillo Goìmez, 2006, pp. 59-91.

9 On citera tout de même Martin, 1996.

10 Le Bras, 1931 ; Certeau, 1990, pp. xxxv-liii.

11 Chartier, 2003, p. 84 et 2001, pp. 785-786.

12 Id., 2003, p. 96 ; Chartier, Bourdieu, 2003, p. 279.

13 Bardet, 2010, pp. 645-650.

14 Barton, Papen, 2010, pp. 14-23.

15 Günther, 1990 ; Günther, Ludwig, 1994-1996, t. I, p. v.

16 Engelsing, 1970 ; Messerli, 2010 ; Kaufmann, Veit, 2008.

17 Brändle et alii, 2001 ; Iggers, Wang, 2008, pp. 276-277.

18 Hondius, 2010, p. 552 ; Greyerz, 2010, pp. 277-279.

19 Delft, 2006 ; Blaak, 2009 ; Baggerman, 2000.

20 La notion d’ego-document est ainsi ignorée dans des ouvrages très récents portant sur ce thème, notamment : Smyth, 2010, p. 13.

21 Stone, 1969, p. 98 ; Kaestle, 1985 ; Raven, 1998 ; Darnton, 1982.

22 Elles ont par exemple conduit à l’étude des recueils de lieux communs (commonplace books), mais sans rencontre avec le concept d’ego-document : Steedman, 2009 ; Allan, 2010 ; Smyth, 2010, pp. 123-158 ; Eliot, 1996.

23 Goody, Watt, 1963 ; Castillo Goìmez, Sáez Sánchez, 1994, pp. 137-138 ; Bartoli Langeli, 1978, pp. 439-441 ; Fraenkel, Mbodj-Pouye, 2010.

24 Parmi les critiques récentes contre cette approche : Jouhaud, Ribard, Schapira, 2009, pp. 11-12 ; Burguière, 2011, p. 19 ; Lilti, 2009, pp. 3 et 9-11 ; Monnet, Schmitt, 2010, pp. xii xiii ; Greyerz, 2010, pp. 277-280 ; Amelang, 2007, pp. 131 et 134-135.

25 Foucault, 1996, p. 142 ; Koselleck, 1997, p. 142. À cela s’ajoute qu’une notion peut faire l’objet d’interprétations contradictoires ou être confrontée à des notions concurrentes, du fait de la multiplicité des groupes de recherche à l’intérieur d’un même espace linguistique.

26 On reprend à M. Weber la notion de « concept historique », désignant toute « idée historiquement constatable » caractérisée par son ancrage parmi les « concepts de son époque », ses « nuances » et les difficultés qu’elle suscite pour l’historien qui voudrait en déterminer le sens. Voir Weber, 1992, pp. 179-180 et 185.

27 Petrucci (éd.), 1965, pp. lxii-lxviii.

28 Castillo Goìmez, 2006, pp. 61-62.

29 Koselleck, 2000b, p. 114.

30 Stallybrass et alii, 2004 ; Allan, 2010, pp. 25-57 ; Mouysset, 2007, pp. 199-213 ; Ciappelli, 2000, pp. 27-28.

31 M. Weber distingue entre concepts historiques et concepts idéaltypiques, formés a posteriori à partir des concepts historiques, par souci de classement, « en procédant par abstraction et par accentuation de certains de leurs éléments conceptuellement essentiels ». Voir Weber, 1992, p. 185.

32 Marcus, 1994, p. 12.

33 Lejeune, 1975, pp. 14, 37 et 44-45.

34 Darnton, 1982, pp. 67-68.

35 Cicchetti, Mordenti, 1985, p. 1 ; Mordenti, 2001, p. 15.

36 Foisil, 1986a, p. 356 ; Krusenstjern, 1994, p. 463 ; Presser, 1969, p. 286.

37 Chartier, 1986 ; Lahire, 2010, pp. 188-196 ; Habermas, 2010, pp. 54-61 ; Ulbrich, 2009, pp. 41-46 ; Dilthey, 1968, pp. 199-204 ; Misch, 1949, pp. 10-11 ; Gens, 2002, pp. 11-27 et 117-118 ; Baggerman, Dekker, Mascuch, 2011, pp. 3-6 ; Baggerman, 2011, pp. 466-467 ; Koselleck, 2000a, pp. 315-323.

38 Ruggiu, 2007, p. 167 ; Chiffoleau, 2006 ; Schrader, 1995, p. 293 ; Damrau, 2006, pp. 140-157 ; Cassin, 2004, p. 1194.

39 Büttgen, 2008, pp. 69-72 ; Balibar, Cassin, Laugier, 2004.

40 Certeau, 1990, pp. xxxv, 52 et 54.

41 Heath, 1983, p. 392.

42 Ludwig, 2005, p. 6 ; Jancke, 2002, pp. 10-11, 32 sqq.

43 Bausinger, 1993, p. 135 sqq. Idem

44 Certeau, 1990, pp. xl-xli ; Bourdieu, 2000, p. 256.

45 Reder, Davila, 2005 ; Castillo Goìmez, Sáez Sánchez, 1994, p. 148.

46 Goody, 1977 (trad. fr. pp. 31, 182-183, 192, 195 et 86) ; Goody, Watt, 1963, pp. 339-340.

47 Lahire, 1995, p. 571 ; Mbodj-Pouye, inédite, t. I, p. 655 ; Barber, 2006, p. 8. Les terrains d’étude sont évidemment très différents.

48 Certeau, 1990, pp. 198-199 ; Bouza, 2010, pp. 3-34.

49 Assoun, 1995, pp. 28-30.

50 Austin, 1962 ; Jancke, 2002, p. 32 ; Stollberg-Rilinger, 2008.

51 Barresi, Martin, 2011, p. 50 sqq. ; Seigel, 1999, pp. 285-287 sqq.

52 Locke, 2001 [1690], pp. 536-539.

53 Damasio, 2002, pp. 201-210, 219-229 et 254. Les ouvrages de synthèses soulignent néanmoins les contradictions des résultats obtenus et le primat des définitions utilisées dans l’orientation des protocoles d’expériences, reposant sur des techniques d’observation des différentes aires d’activité cérébrale. Voir Vogeley, Gallagher, 2011.

54 Ricœur, 1990, pp. 137-198 ; Taylor, 1998, p. 233 sqq. ; Dilthey, 1968, p. 200 ; Schechtman, 2011.

55 Le Breton, 2008, pp. 62-65 ; Gergen, 2011, pp. 645-647.

56 Mead, 2006, pp. 268 et 213.

57 Mauss, 1938 ; Carrithers, 1985 ; Ulbrich, Jancke, 2005, pp. 23-26 ; Kormann, 2004 ; et Hermans, 2011.

58 Lacan, 2001, pp. 66-67.

59 Foucault, 1969, p. 67.

Auteur

Université Paris 4 - Freie Universität Berlin

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search