Version classiqueVersion mobile

Culturas del escrito en el mundo occidental

 | 
Antonio Castillo Gómez

I. — Muros escritos, muros leídos

Les murs disputés

Les enjeux des écritures exposées à Lyon à l’époque moderne

Anne Béroujon

Texte intégral

  • 1 En revanche, on relève nombre d’études sur les écritures exposées pour des événements précis, libe (...)
  • 2 Chartier, 1981, 1996 y 2005 ; Roche, 1993 ; Métayer, 2000. Les inscriptions monumentales sont néan (...)

1La question des écritures exposées reste un domaine encore peu exploré des historiens en France sur le temps long1 de l’époque moderne. Elle a néanmoins bénéficié des travaux et des réflexions de R. Chartier, de D. Roche ou encore de Chr. Métayer2 qui ont pu montrer, notamment pour la capitale du royaume, à quel point les écrits de toutes sortes, imprimés, placards muraux, enseignes, inscriptions, libelles, envahissaient la ville à partir du XVIe siècle, alors que dans le même temps, l’alphabétisation des citadins était loin d’être acquise. Ils dressaient le constat d’un écart entre un univers urbain foisonnant d’écrits et des citadins partiellement alphabétisés. Ils incitaient alors à s’intéresser au rôle que joue l’écrit, y compris pour ceux qui ne le déchiffrent pas. Ce rôle, A. Petrucci, dans ses recherches pionnières sur la « culture graphique », puis les historiens de l’aire ibérique l’ont interrogé, montrant notamment la pluralité des usages des écritures exposées, usages esthétiques, mais encore usages politiques, idéologiques, administratifs, religieux, littéraires, privés…

  • 3 Elle a donné lieu à une thèse : Béroujon, 2009.

2C’est dans leur lignée que nos recherches se sont portées sur les écritures exposées à l’échelle d’une grande ville marchande, Lyon, en un siècle de renouvellement démographique, le XVIIe siècle, où la population passe de 30 000 à 100 000 habitants, induisant un brassage de populations culturellement très hétérogènes : quelle était l’expansion de ces écritures exposées ? De qui émanaient-elles ? Dans quels buts étaient-elles faites ? À quelles appropriations avaient-elles donné lieu ? C’est donc cette enquête portant sur la reconstitution d’une ville écrite3 qui sera ici retracée, tant pour les sources et les méthodes utilisées que par les questionnements théoriques qu’elle a mobilisés.

  • 4 D’après la définition d’A. Castillo Gómez d’écrit public : « manifestations de l’écrit qui ont pou (...)
  • 5 Notion de légitimité notamment explorée par P. Bourdieu à propos des discours d’autorité : « La sp (...)

3Il faut d’emblée préciser que les sources matérielles n’ont pas constitué le gros du corpus, bien au contraire : ce sont les sources manuscrites, en particulier celles émanant de l’institution municipale (le consulat de Lyon), et les sources imprimées qui ont principalement nourri les recherches. Or l’importance de la consignation des écritures exposées dans les sources administratives en faisait clairement apparaître les enjeux politiques. Il s’est alors agi de remonter aux affrontements noués à travers les écritures exposées et pour conquérir les écritures exposées. Des affrontements qui opposaient les institutions entre elles, mais aussi les institutions aux particuliers, et enfin les particuliers entre eux. Durant ces luttes, quelles stratégies les autorités politiques (et lesquelles) mettaient-elles en place pour rendre des écritures plus légitimes que d’autres, voire pour scinder les écritures « publiques4 » en écritures légitimes d’un côté, c’està-dire reconnues comme naturelles à s’énoncer dans l’espace public sans avoir forcément besoin d’être comprises5, et en écritures illégitimes d’un autre côté ?

LES ÉCRITURES DES AUTORITÉS, DES ÉCRITURES LÉGITIMES

SOURCES ET PREMIERS RÉSULTATS

  • 6 Sur la typologie des écritures exposées, voir Petrucci, 1986, pp. xix-xxi (trad. fr. pp. 9-11).
  • 7 Soit les séries BB des Archives municipales de Lyon (AML), BB 138 à BB 259, 1600-1700, registres d (...)

4Les autorités politiques produisent tout au long du XVIIe siècle un certain nombre d’écritures monumentales6. Ces inscriptions sont les mieux répertoriées et les sources qui les mentionnent sont variées, ce qui leur confère une forte visibilité. Elles sont notées dans les registres de délibération consulaire, dans les comptes de la municipalité (gratifications aux sculpteurs et graveurs pour leurs inscriptions), dans les registres de la voirie, ainsi que dans les guides et histoires de Lyon7. Quelques-unes subsistent au Musée de Fourvière et au Musée Gadagne.

  • 8 À raison de 39 fois et de 27 fois.
  • 9 Notamment le début de la construction de l’hôtel de ville (1646). Il y aura 10 inscriptions sur l’ (...)
  • 10 Par exemple en 1644, pour l’ouverture de la rue Sainte-Marie : « lesdits sieurs recteurs feront gr (...)

5Soixante treize ont ainsi pu être retrouvées pour l’ensemble du XVIIe siècle à Lyon. Quarante-sept citent le consulat (formé d’un prévôt des marchands et de quatre échevins). C’est l’institution la plus fréquemment citée, seule ou en association avec d’autres. Viennent ensuite le roi, puis son représentant, le gouverneur8. Les inscriptions sont particulièrement abondantes pour la période comprise entre 1644 et 1670 puisqu’on en relève alors 31 pour le consulat. Ce quart de siècle est aussi celui de grands travaux lancés à Lyon, et notamment de la construction de l’hôtel de ville à partir de 16469, ce qui démultiplie les espaces d’écriture. Mais la construction et la réfection d’édifices et de voies de communication ne sont pas limitées à ces 25 ans. Ce qui les caractérise, c’est que le consulat fait alors un usage intensif des inscriptions monumentales. Cette volonté consulaire de marquer systématiquement la ville est bien rendue dans les contrats souscrits au moment de la construction d’un bâtiment, qui précisent quels mots doivent être gravés, en quel endroit, sous quelle forme10.

  • 11 Petrucci, 1986.

6Ce quart de siècle correspond-il à un « programme d’exposition graphique », tel que l’a analysé A. Petrucci pour la Rome de Sixte Quint11 ? Si le marquage ne relève pas de la volonté d’un individu mais de celle d’une institution fréquemment renouvelée dans ses membres (les quatre échevins sont renouvelés par moitié tous les ans), il semble bien néanmoins y avoir une politique épigraphique suivie.

MÉTHODE

  • 12 Castillo Gómez, 1999, p. 342.
  • 13 Bartoli Langeli, Marchesini, 1986, p. 8.
  • 14 La pierre gravée est descendue dans les fondations de l’édifice en présence des autorités de la ci (...)

7Ces inscriptions solennelles ont pu être analysées à deux niveaux, suivant la typologie établie par A. Castillo Gómez12. Le premier niveau, verbal, étudie d’abord le texte en lui-même, puis le texte mis en parallèle avec la série constituée pour déceler, notamment, les termes récurrents d’une inscription à l’autre. Le texte est également apprécié de manière externe : longueur, langue. Le second registre est symbolique. Les historiens de la culture écrite, notamment les spécialistes de bibliographie matérielle, tout comme les historiens de la culture graphique, ont montré à quel point les formes informent, brident le sens, orientent la lecture : dans le domaine des écritures exposées, la facture de la lettre, sa dorure, l’éclat de la pierre, l’emplacement sont déterminants dans les processus de construction de sens, d’interprétation. « L’analphabète est parfaitement en mesure de comprendre la valeur représentative et idéologique de l’épigraphie monumentale comme expression d’un pouvoir – par exemple pour un objet qui est seulement écrit, et habituellement, en langue latine13 ». Il est possible de mener des analyses matérielles (types de caractères, matériau, couleur, taille de la pierre, rapport au monument, insertion dans la ville etc.). Les liens qui existent entre l’inscription et d’autres formes et formats de communication sont également susceptibles d’être questionnés, ainsi lorsque l’épigraphie est redoublée par l’oralité dans les cérémonies de pose de la première pierre14, ou encore par l’écrit imprimé et par les médailles qui peuvent en relayer le texte.

ANALYSE

8Une telle approche permet d’affiner l’affirmation épigraphique du consulat, et de mettre en valeur plusieurs changements :

  • la systématisation de la pratique de l’inscription. Il semble que chaque consulat à partir de la construction de l’hôtel de ville prétende à son inscription. Après la pose de la grande pierre noire sur le portail du bâtiment15, en 1648, qui inscrit les consuls en lettres dorées, une pierre dédiée au prévôt et aux échevins en place est gravée sur un édifice au moins tous les deux ans16 (durée de la fonction échevinale) : chaque consul parvient ainsi, et ce jusqu’en 1670, à être désigné dans l’espace public en tant qu’édile bienfaiteur.
  • La place dévolue aux membres du consulat au sein de l’espace d’écriture augmente considérablement en un siècle. Ce gonflement s’effectue par l’abandon des abréviations qui les désignaient et par l’adjonction de leurs titres (dignité dans l’ordre nobiliaire s’il y a lieu, seigneurie, office). À titre de comparaison (tableau 1), on peut citer l’inscription de la porte d’Ainay de 1611 (fig. 1) et celle de la fontaine de la Chana de 1670. La première, apposée sur une grande table (1,3 m de haut sur 2,3 m de long) en calcaire noir, au fronton de la porte17, place le consulat en dernière position, après le roi et la régente, inscrits au centre de la pierre en grands caractères (10 cm de hauteur), et le gouverneur Charles de Neuville. Sur la seconde, gravée sur la fontaine de la Chana, le consulat est énoncé en 64 mots et occupe donc plus de la moitié de l’inscription ; il n’a aucun concurrent18.
  • la latinisation de l’inscription. Le français est abandonné pour les inscriptions consulaires après 1633. La référence à l’antiquité est encore accentuée par la reprise des anciennes titulatures romaines dont sont affublés les consuls, clarissimus, illustrissimus, vigilantissimus, dignitissimus, dans une double logique de distinction et d’érudition.
  • le quadrillage des environs de l’hôtel de ville et des zones « chaudes » : les inscriptions, après 1646, s’insèrent surtout dans le périmètre autour de l’hôtel de ville (collège des jésuites, église des Feuillants qui jouxte la place de l’hôtel de ville, pont de Saône), ainsi que dans les franges urbaines (le nord autour de la porte de Vaise, le quartier de Saint-Just, et surtout les bords du Rhône peuplés d’une population pauvre d’affaneurs ou « gens du transport »).

FIG. 1. — Inscription de 1611. Lyon, Musées Gadagne, Inv. SN

TABLEAU 1. — Comparaison entre les inscriptions de la porte d’Ainay et de la fontaine de la Chana

TABLEAU 1. — Comparaison entre les inscriptions de la porte d’Ainay et de la fontaine de la Chana
  • 19 Damme, 2005.
  • 20 AML, BB 223, fº 272, 1668 ; BB 224 ; fº 34, 1669. Voir aussi Béroujon, 2010.

9On pourrait ajouter d’autres évolutions, comme l’utilisation croissante du terme « public » et un détournement de son sens, ou mentionner des éléments externes, comme l’appointement d’un graveur par la municipalité à partir de la construction de l’hôtel de ville. Mais ce qui ressort, c’est bien la prise de conscience par les autorités du pouvoir des signes et une entreprise concertée de monopolisation de l’épigraphie dans l’espace public. Le montre encore l’appel aux auteurs et notamment au Grand Collège, le collège de la Trinité tenu par les Jésuites, qui fait office, en l’absence d’université à Lyon, de pôle intellectuel19. Le Père Claude-François Ménestrier, très apprécié de la municipalité notamment pour son talent dans l’organisation des fêtes et des réceptions royales, est ainsi gratifié de 2 500 livres, une somme importante, pour avoir fait paraître en 1669 un ouvrage, intitulé l’Éloge historique de la ville de Lyon, qui recense 28 inscriptions consulaires contemporaines20 : l’« épigraphie de papier » double ici l’épigraphie des murs.

HYPOTHÈSES

  • 21 Kleinclausz, 1948, p. 118.
  • 22 L’édit de Chauny de 1595 réduit le nombre de conseillers municipaux et fait lourdement peser la ma (...)
  • 23 Turgeon (dir.), 1990.
  • 24 Voir notamment Fraenkel, 2007, p. 104.
  • 25 Archives départamentales du Rhône (ADR), 8C 198, fº 29-30, 8 février 1647, ordonnance du Bureau.

10Cette politique épigraphique est-elle un refuge stérile, comme l’a longtemps écrit l’historiographie lyonnaise ? A. Kleinclausz expliquait ainsi que la municipalité s’était lancée dans une politique d’apparat (mécénat aux auteurs, aux peintres, constructions monumentales, épigraphie) par dépit21 : privée de son pouvoir réel au profit des hommes du roi (gouverneur et lieutenant) à la suite de sa reprise en main par Henri IV22 et de la mise en place de l’absolutisme, elle aurait trouvé dans le faste un palliatif à sa gloire perdue. Sans doute l’explication est-elle valable, on peut toutefois penser qu’elle est partielle, puisqu’elle ne prend pas en compte les effets visés par une telle politique : produire de l’adhésion, de la croyance23. La politique épigraphique est conçue comme un moyen de persuasion de la puissance consulaire et de l’intelligence de sa gestion de la ville. La population est-elle convaincue ? Avant même d’approcher ses possibles réceptions, on peut se demander, dans la lignée des travaux d’anthropologie de l’écriture conduits par B. Fraenkel, notamment sur les effets de la pérennité des écritures exposées24, si les premiers convaincus ne sont pas les consuls eux-mêmes, commanditaires des inscriptions, au point d’en faire un instrument majeur de communication. Les effets produits sur les autres institutions par l’épigraphie agressive du consulat sont plus facilement détectables : à plusieurs reprises, le Bureau des finances, qui a également des prétentions sur la gestion de la voirie, fait entendre sa voix. Ainsi, en 1647, les trésoriers qui le composent demandent à ce qu’une inscription les désignant soit apposée sur le nouveau pont de Saône, sur une plaque située au-dessus de celle de la municipalité25 : enjeux de pouvoir, enjeux de distinction, enjeux probatoires se devinent ici.

  • 26 « La lecture (de l’image ou du texte) paraît constituer le point maximal de la passivité qui carac (...)
  • 27 Zeller, 1984.
  • 28 Ainsi d’un récit de Louis Garon sur une inscription savante décidée par le consulat en 1608, qui s (...)
  • 29 AML, BB 206, fº 262 sqq, 18 juin 1652, arrêté consulaire.

11Quant aux réceptions des simples particuliers, on manque de sources pour les connaître. Les inscriptions d’apparat, placées visiblement dans l’espace urbain, participent-elles, notamment par leur permanence, à un procès d’incorporation de la dignité municipale ? M. de Certeau26 a rappelé que loin d’être un processus passif, la lecture était braconnage sur les terres d’autrui, création, interprétation à contresens parfois, détournement aussi. Quelques indices de réception figurent dans la littérature imprimée : lecture « orthodoxe » des voyageurs, notamment, qui dans leurs récits relèvent parfois la beauté et la valeur probatoire de quelques inscriptions. Mais il y a aussi des lectures hétérodoxes : ainsi d’un ouvrage satirique qui se moque des inscriptions d’apparat, bien trop savantes, et incompréhensibles pour l’immigré savoyard, « idéal-type » de l’immigré à Lyon27, comprenant seulement le patois28. Il y a enfin les graffiti qui dépareillent en 1652 le tout nouvel hôtel de ville et que l’on peut interpréter comme un acte contestataire, même si l’on ne sait pas ce qu’il y avait écrit29. Indices ténus qui disent la possibilité de dissonances.

12Dans sa captation des écritures exposées, le consulat dispose d’un précieux atout. En tant que maître de la voirie, il peut réglementer les écritures des autres. Il s’agit d’en venir à l’autre versant de l’action consulaire, son action réglementaire, qui vise à encadrer et contraindre les inscriptions des particuliers.

LES ÉCRITURES DES PARTICULIERS : DE L’ILLÉGITIME À L’ILLÉGAL

13Soit deux types d’écriture : les enseignes soumises à réglementation (les écritures contraintes), les libelles diffamatoires (les écritures interdites).

LES ÉCRITURES CONTRAINTES

14Les enseignes lyonnaises sont connues par les permissions de voirie délivrées par le consulat, par l’intermédiaire de son voyer. On en répertorie environ 600 pour le XVIIe siècle, qui spécifient le nom du demandeur, son adresse, parfois son métier, le titre de son enseigne (le plus souvent une image associée à une inscription), et la date, ainsi que les conditions requises pour la bonne apposition de l’enseigne.

  • 30 Garrioch, 1994, p. 32.
  • 31 AML, DD 33, 28 mai 1675, permission à Jean Picquan ; DD 29, 9 août 1667, permission à Jean Bourgeo (...)
  • 32 AML, DD 41, 8 août 1697, permission à Jean Dufresne ; DD 35, 21 octobre 1678, permission à Lange L (...)
  • 33 Pour plus de détail sur ces jeux identitaires (y compris sur les jeux sur l’identité genrée et con (...)
  • 34 Carruthers, 2002.

15Ces permissions offrent donc l’avantage de rapporter les enseignes à leur demandeur, identifié avec une relative précision. Quels sont les thèmes qui émergent de ces demandes ? Le plus évident est l’annonce de sa profession à travers le titre choisi, second thème récurrent après le thème religieux : soixantedix sept enseignes se rapportent à la profession du demandeur (deux cent deux professions sont connues), par le biais de la désignation du métier, de la reprise du saint patron, d’un objet ou d’une qualité propre au métier. Ainsi de trois tailleurs qui prennent pour enseigne une aiguille, des ciseaux et une écharpe. Mais l’enseigne révèle également des phénomènes identitaires, moins immédiatement lisibles. Des jeux sur le prénom ou le nom du demandeur apparaissent, jeux qui peuvent d’ailleurs doubler l’annonce du métier, comme cela se fait ailleurs, à Paris ou à Londres30. Soit deux exemples : Jean Picquant obtient une enseigne intitulée « à la botte beaujolaise picquante », joignant ainsi son nom à l’indication de sa spécialité, Jean Bourgeois fait de même en prenant pour enseigne la « botte bourgeoise31 ». Le nom peut donc servir de canevas, dans des compositions plus ou moins complexes : c’est le cas de l’enseigne du Fresne d’or pour Jean Dufresne, de l’ange pour Lange Lochon, des quatre fils Aymond (chevaliers dont la littérature raconte les hauts faits) pour les frères Émond, ou encore de l’Annonciation de la Vierge pour Jacques Gabriel32… Il y a enfin le choix du nom du saint dont on porte le prénom. C ´ est, en tout, environ une soixantaine d’enseignes, soit un dixième du corpus, qui est concerné par ce jeu sur l’identité nominative33. Cette affirmation identitaire à travers l’enseigne hérite de toute une tradition médiévale et d’une culture de l’homophonie, de l’assonance, du calembour34.

16Pourquoi ce détour par les logiques identitaires que porte l’enseigne ? Car la nominalisation des enseignes particularise l’espace public. L’inscription du prénom ou du nom des uns et des autres, même sous forme codée, personnalise les rues. Et ce, alors que les enseignes servent d’élément topographique clé, de repérage dans la ville, en l’absence de numérotation des maisons. Est-ce l’une des raisons pour lesquelles la municipalité commence, à partir du milieu du XVIIe siècle, à encadrer fortement l’enseigne ?

  • 35 AML, BB 229, fº 22, 12 janvier 1673.

17Il faut revenir à la source : les permissions d’enseigne accordées par le consulat, via le voyer. On constate l’explosion de leur nombre à partir de 1664 : trentecinq permissions sont accordées pour cette seule année, alors qu’il n’y en a que trois dans les quatre années qui précèdent. De toute évidence, la municipalité se saisit alors fortement de la question. Ceci est encore attesté par l’apparition de l’enseigne dans la littérature réglementaire imprimée : les enseignes apparaissent explicitement dans les réglementations à partir de 167335, alors qu’elles étaient auparavant incluses dans les saillies et n’apparaissaient pas en tant que telles. En 1673, on rappelle qu’il faut faire la demande avant toute nouvelle pose d’enseigne, et se conformer aux règlements sur leur titre, leur taille, leur attache.

  • 36 Roche, 1981, pp. 231-232.
  • 37 Molière, Les fascheux, Paris, G. de Luynes, 1662, Acte III, scène II, pp. 60-62. Quarante ans plus (...)

18C’est donc dans la deuxième moitié du XVIIe siècle et plus précisément dans la décennie 1660, alors que Paris réglemente également en la matière36 et que vient de se créer dans la capitale l’Académie des Inscriptions (1663), que Lyon se saisit des enseignes et en fait une question de voirie à part entière. C’est aussi à ce moment que Molière, dans une de ses pièces en 1661 (Les fâcheux), évoque les enseignes à travers un personnage, Caritidès, qui demande un poste de contrôleur des inscriptions particulières en justifiant sa demande par le fait que les enseignes déparent les rues, par leurs grossières fautes d’orthographe37.

19Aux considérations esthétiques dont le théâtre se fait l’écho, aux raisons sécuritaires et normatives, peut être ajouté le problème évoqué de la particularisation des lieux. On peut émettre l’hypothèse que le consulat, dont on a vu qu’il apposait les noms de ses membres aux endroits stratégiques de la ville, n’a pas intérêt à laisser s’affirmer, ne serait-ce que sous la forme déguisée qui est la leur, des enseignes nominatives, ou, simplement, des écritures concurrentes dans l’espace urbain.

20L’analyse chronologique de la source des permissions de voirie permet donc de mettre au jour un processus, celui par lequel les enseignes sont mises sous contrôle, soumises à un enregistrement préalable dans les registres de la voirie (auparavant, le voyer devait simplement donner une permission orale) et à certaines conditions (de hauteur, de profondeur, de sécurité, d’unicité). L’affirmation professionnelle et/ou de son identité nominative dans les espaces ouverts de Lyon est donc soumise à validation à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. La surveillance municipale des enseignes indique une moindre tolérance envers les écritures des particuliers. En tant que maître de la voirie, le consulat entend ne pas se laisser dessaisir d’un champ qu’il a progressivement investi, celui des écritures exposées. Il est aidé dans sa volonté de discipliner l’espace urbain par la principale instance judiciaire de Lyon, qui traque, elle, les écritures interdites.

LES ÉCRITURES INTERDITES

  • 38 89 procès pour « cartelli infamanti » à Rome entre 1565 et 1666 : Burke, 1989, p. 50. L. Antonucci (...)

21La Sénéchaussée et Présidial de Lyon poursuit les écritures qui relèvent de la qualification juridique de « libelle diffamatoire ». Dans les archives judiciaires de la Sénéchaussée, sur les milliers d’actes concernant le XVIIe siècle, il n’y a que 22 libelles diffamatoires dont 14 exposés, soit bien peu en regard de la petite centaine recensée par P. Burke ou aux 121 reati di scrittura découverts par L. Antonucci pour Rome au XVIIe siècle38.

  • 39 AML, BB 206, fº 262 sqq, 18 juin 1652.
  • 40 ADR, BP 2925, 18 mai 1688, plainte d’Andrée Desvignes.

22Les formes récurrentes de ces 14 libelles exposés consistent en affiches imprimées (deux monitoires, un jugement, une annonce de démonstration publique) et en « escripteaux » (deux). Formes uniques, une figure légendée, un « billet », une « chanson », des « lettres », un réquisitoire encore à l’état de manuscrit mais dont l’accusé aurait voulu faire un placard, des graffiti faits avec du charbon ou de la craie noire et rouge sur les murs de l’hôtel de ville, mais sans désignation particulière (« [des particuliers inconnus] escrivent & figurent sur les murailles beaucoup d’insolences39 »), et des écrits sans précision. Le plus rudimentaire, telle la figure griffonnée d’un mari affublé de cornes, avec inscription de son nom et de celui de sa femme au-dessous40, côtoie le plus habile, l’affiche imprimée revêtue des armoiries officielles. Cela correspond au large panel des accusés : le monde de l’artisanat est d’abord représenté (six affaires, des plus bas métiers, comme ceux de cordonniers, aux plus haut placés dans la hiérarchie professionnelle, imprimeurs, tireurs d’or) ; suivent les marchands (un vendeur d’orviétan, un poissonnier, un commissionnaire) ; on recense enfin un scribe, un chirurgien, ainsi, probablement, qu’un ou plusieurs religieux. Le plus souvent, plaignants et accusés appartiennent à une même profession, ce qui tend à signifier que des logiques économiques guident le geste de la diffamation, que la volonté de nuire vise d’abord un concurrent.

  • 41 28 cm de long par 22 cm de large. ADR, BP 2851, 29 octobre 1668, ajournement à comparaître adressé (...)
  • 42 Petrucci, 1986, p. 108/trad. fr. p. 175.

23C’est le cas, si l’on en croit le lieutenant criminel de la sénéchaussée et présidial lyonnais, d’une affaire jugée en 1668. Il s’agit d’un écriteau diffamatoire (fig. 2)41 collé à la porte d’une auberge lyonnaise et attribué à un cuisinier concurrent de l’auberge. La graphie en est maladroite : il porte de grandes majuscules malhabiles, tracées quasiment sans interligne ; ses mots sont séparés par des étoiles, à la manière des imprimés de large diffusion. La lettre i est surmontée de points, de croix ou traits, déviance graphique caractéristique des couches populaires42 ; certaines lettres majuscules se transforment en minuscules (le e, le r) ; l’orthographe est hasardeuse et complètement phonétique à la fin (« lorsquillaisout » pour « lorsqu’il est saoul ») ; le vocabulaire comprend une injure à connotation sexuelle, que l’on trouve couramment chez Rabelais par exemple, « viedaze », qui désigne le sexe de l’âne.

24Le message est probablement le suivant :

Ceans on / prend quisi/niers [cuisiniers] pour l/eurs [leur] evaser [ou quaser = casser] le coup [cou] / le viedaze [vit d’âne] de maistre [mettre] san [sans] ious [joues] orsquillaisout [lorsqu’il est saoûl].

FIG. 2. — L’écriteau diffamatoire (1668). ADR, BP 2851

25Lu, le placard donne l’impression d’une facétie (allusion à la boisson et à la virilité, assonances en « ou » —cou, joues, saoul—), mais d’une facétie menaçante : le prochain cuisinier qui s’embauchera à l’auberge est promis à la décapitation et à l’émasculation.

  • 43 ADR, BP 2851, 17 novembre 1668, témoignage signé de Claude Fricholet (il « vid un escriteau entre (...)
  • 44 Un marchand drapier fait par exemple enlever l’annonce de sous-location mise par le locataire prin (...)

26Pourtant, même si cet écriteau est visible et lisible par la grande taille de ses lettres (4 cm de haut pour les trois premières lignes), il n’est pas lu. Le prenant pour une offre de location de l’auberge, deux témoins disent n’avoir pas cherché plus avant43. Ce qui montre la difficulté à retenir le regard. La ville du XVIIe siècle semble saturée de signes exposés, au point que le support autorise une reconnaissance immédiate (de la nature de l’acte émis et de la qualité de celui qui s’énonce), au point aussi que les particuliers n’hésitent pas à décrocher l’écriteau du voisin pour rendre visible le leur44. Face à des pratiques d’écriture accessibles au plus grand nombre, y compris à ceux qui n’ont que de faibles compétences scripturaires, le consulat de Lyon semble chercher à faire de l’espace urbain un espace discipliné, et, face aux autres instances politiques, un espace réservé. Grâce à sa maîtrise de la voirie, grâce à l’aide intellectuelle des écrivains reconnus de la cité, les historiens jésuites, il peut ériger ses écritures en discours d’autorité. Sa politique épigraphique qui trace dans la pierre le nom de ses membres, ainsi que sa pratique réglementaire disent que face à l’abondance des écrits dans la cité, il est besoin de tracer une frontière : d’un côté les écritures légitimes, qui bénéficient d’écrivains de renom, capables de doubler l’épigraphie de pierre par une épigraphie de papier, les écritures dont la forme constitue la norme épigraphique. De l’autre, des écritures peu légitimes, soumises à autorisation, voire criminelles, tracées dans la clandestinité et poursuivies par la justice lyonnaise.

27La seconde moitié du XVIIe siècle est ainsi marquée par un contrôle accru des écritures exposées. Le XVIIIe siècle se chargera d’inscrire et de civiliser les noms de rue, de numéroter les maisons, d’interdire les enseignes suspendues pour les limiter aux enseignes plaquées, avant que la Révolution ne tente de faire du parcours dans la ville un parcours didactique, dédié à la gloire des héros et valeurs révolutionnaires.

Notes

1 En revanche, on relève nombre d’études sur les écritures exposées pour des événements précis, libelles de la Ligue ou mazarinades par exemple. H. Duccini a néanmoins élargi l’enquête au règne de Louis XIII et étudié les pamphlets et images volantes répandus à Paris, créateurs d’une « opinion publique ». Duccini, 2003.

2 Chartier, 1981, 1996 y 2005 ; Roche, 1993 ; Métayer, 2000. Les inscriptions monumentales sont néanmoins plus souvent abordées : voir par exemple Coulomb (éd.), 2010.

3 Elle a donné lieu à une thèse : Béroujon, 2009.

4 D’après la définition d’A. Castillo Gómez d’écrit public : « manifestations de l’écrit qui ont pour but de construire et de donner du sens par leur insertion linguistique dans l’espace public ». Castillo Gómez, 2001, p. 805.

5 Notion de légitimité notamment explorée par P. Bourdieu à propos des discours d’autorité : « La spécificité du discours d’autorité (cours professoral, sermon, etc.) réside dans le fait qu’il ne suffit pas qu’il soit compris (il peut même en certain cas ne pas l’être sans perdre son pouvoir), et qu’il n’exerce son effet propre qu’à condition d’être reconnu comme tel. Cette reconnaissance — accompagnée ou non de la compréhension — n’est accordée, sur le mode du cela va de soi, que sous certaines conditions, celles qui définissent l’usage légitime : il doit être prononcé par la personne légitimée à le prononcer, le détenteur du spektron, connu et reconnu comme habilité et habile à produire cette classe particulière de discours, prêtre, professeur, poète, etc. ; il doit être prononcé dans une situation légitime […], il doit enfin être énoncé dans les formes (syntaxiques, phonétiques, etc.) légitimes ». Bourdieu, 1982, p. 111.

6 Sur la typologie des écritures exposées, voir Petrucci, 1986, pp. xix-xxi (trad. fr. pp. 9-11).

7 Soit les séries BB des Archives municipales de Lyon (AML), BB 138 à BB 259, 1600-1700, registres de délibération consulaire, CC des AML, DD des AML (notamment DD 369). Guides, voyages et histoires de Lyon répertoriés d’après Gardes, 1993, pp. 343-365.

8 À raison de 39 fois et de 27 fois.

9 Notamment le début de la construction de l’hôtel de ville (1646). Il y aura 10 inscriptions sur l’hôtel de ville jusqu ´ à la fin du XVIIe s.

10 Par exemple en 1644, pour l’ouverture de la rue Sainte-Marie : « lesdits sieurs recteurs feront graver sur un marbre qui sera mis en face de ladite place des terreaux du cote de matin, proche l’enchant de ladite maison qui sera construite en la place qui leur a été remise par lesdits sieurs prevot des marchands et echevins ces mots : viam hanc appellatam. Sainte Marie, confici curarunt alex. Mascranny eq. in sup. Reg. consiliis mer. Cons. in quaest. lugd. quaestor et merc. praep. Ludovicus Chappuys in elect. lugd. Cons. et Reg. proc. Janton Boniel. Guillelmus Lemaistre eq. et Joannes Pillehotte. Dom delapape coss. vigilantissimi anno salutis 1643. Et au bas dudit marbre seront mises les armes de chacun desdits sieurs prévot des marchands et echevins, pour servir de memoire du tems de la construction de ladite rue… ». AML, DD 351, pièce 25, 5 janvier 1644.

11 Petrucci, 1986.

12 Castillo Gómez, 1999, p. 342.

13 Bartoli Langeli, Marchesini, 1986, p. 8.

14 La pierre gravée est descendue dans les fondations de l’édifice en présence des autorités de la cité et du peuple assemblé, son texte lu avant qu’elle ne soit enfouie dans les fondations. Cette cérémonie a lieu en 1604 pour le collège de la Trinité, en 1624 pour le couvent des Visitandines, en 1627 pour l’église des Capucins, en 1631 pour la chapelle des pénitents du Confalon, en 1633 pour l’église de la Charité, en 1646 pour l’hôtel de ville, en 1648 de nouveau pour la Charité, en 1659 pour le pont de Saône, en 1677 pour l’église Saint-Jean.

15 AML, CC 1967, pp. 18-19, 4 août 1648.

16 À l’exception d’un intervalle de trois ans : 1654-1657.

17 Commarmond, Description du Musée lapidaire de la ville de Lyon, pp. 197-198.

18 On ne connaît pas la mise en forme de l’inscription de 1670, sinon la coupure des lignes. Il faut donc considérer l’inscription ici restituée comme hypothétique (AML, DD 362, p. 30, s. d.). Les lignes correspondant à la partie occupée par le consulat ont été soulignées par nous.

19 Damme, 2005.

20 AML, BB 223, fº 272, 1668 ; BB 224 ; fº 34, 1669. Voir aussi Béroujon, 2010.

21 Kleinclausz, 1948, p. 118.

22 L’édit de Chauny de 1595 réduit le nombre de conseillers municipaux et fait lourdement peser la main royale sur les élections. Bayard, Cayez, 1990, pp. 90-91.

23 Turgeon (dir.), 1990.

24 Voir notamment Fraenkel, 2007, p. 104.

25 Archives départamentales du Rhône (ADR), 8C 198, fº 29-30, 8 février 1647, ordonnance du Bureau.

26 « La lecture (de l’image ou du texte) paraît constituer le point maximal de la passivité qui caractériserait le consommateur, constitué en voyeur (troglodyte ou itinérant) dans une “société du spectacle”. En fait, l’activité liseuse présente au contraire tous les traits d’une production silencieuse : dérive à travers la page, métamorphose du texte par l’œil voyageur, improvisation et expectation de significations induites de quelques mots, enjambement d’espaces écrits, danse éphémère… [Le lecteur] insinue les ruses du plaisir et d’une réappropriation dans le texte de l’autre : il y braconne, il y est transporté, il s’y fait pluriel comme des bruits de corps ». Certeau, 1990, p. 49.

27 Zeller, 1984.

28 Ainsi d’un récit de Louis Garon sur une inscription savante décidée par le consulat en 1608, qui se moque du décalage entre le langage du Savoyard et les savantes langues de l’inscription, latin, hébreu, grec et syriaque. Garon, Le chasse-ennuy ou l’honneste entretien des bonnes Compagnies (2 vol.), Lyon, C. Larjot, 1628, p. 523 (LXXXIX).

29 AML, BB 206, fº 262 sqq, 18 juin 1652, arrêté consulaire.

30 Garrioch, 1994, p. 32.

31 AML, DD 33, 28 mai 1675, permission à Jean Picquan ; DD 29, 9 août 1667, permission à Jean Bourgeois.

32 AML, DD 41, 8 août 1697, permission à Jean Dufresne ; DD 35, 21 octobre 1678, permission à Lange Lochon ; DD 32, 30 mars 1672, permission aux Emond ; DD 35, 28 mars 1680, permission à Jacques Gabriel.

33 Pour plus de détail sur ces jeux identitaires (y compris sur les jeux sur l’identité genrée et confessionnelle), voir Béroujon, 2009, pp. 58-61.

34 Carruthers, 2002.

35 AML, BB 229, fº 22, 12 janvier 1673.

36 Roche, 1981, pp. 231-232.

37 Molière, Les fascheux, Paris, G. de Luynes, 1662, Acte III, scène II, pp. 60-62. Quarante ans plus tôt à Lyon, en 1627, un ouvrage anonyme (Entrée de Bacchus avec Mme Dimanche Grasse), relation de Carnaval, donnait un récit burlesque en partant des enseignes de cabaret : il contenait le récit du parcours aviné de la garde de Bacchus, d’enseigne de cabaret en enseigne de cabaret, enseignes décodées de manière triviale et grossière, en singeant les ouvrages savants donnés après une entrée royale pour expliciter le sens des images et des sentences inscrites le long du parcours royal, notamment les ouvrages donnés après l’entrée de Louis XIII à Lyon en 1622.

38 89 procès pour « cartelli infamanti » à Rome entre 1565 et 1666 : Burke, 1989, p. 50. L. Antonucci recense 121 procès pour délits d’écriture (« reati di scrittura ») à Rome au XVIIe siècle. Cependant, outre les procédures engagées contre des documents infamants, injurieux ou menaçants, le chiffre comprend les affaires de faux en écriture. Antonucci, 1989, p. 490.

39 AML, BB 206, fº 262 sqq, 18 juin 1652.

40 ADR, BP 2925, 18 mai 1688, plainte d’Andrée Desvignes.

41 28 cm de long par 22 cm de large. ADR, BP 2851, 29 octobre 1668, ajournement à comparaître adressé à Antoine Bard.

42 Petrucci, 1986, p. 108/trad. fr. p. 175.

43 ADR, BP 2851, 17 novembre 1668, témoignage signé de Claude Fricholet (il « vid un escriteau entre l’allee de ladite maison et une boutique de celier et son camarade avec qui il estoit lui dict qu’il croyoit que la maison dudit logis de la chasse marée estoit a louer »).

44 Un marchand drapier fait par exemple enlever l’annonce de sous-location mise par le locataire principal d’une maison, pour poser sa « montre » (ADR, BP 2886, 18 février 1683, plainte de Jean-Baptiste La Chapelle).

Table des illustrations

Légende FIG. 1. — Inscription de 1611. Lyon, Musées Gadagne, Inv. SN
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre TABLEAU 1. — Comparaison entre les inscriptions de la porte d’Ainay et de la fontaine de la Chana
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende FIG. 2. — L’écriteau diffamatoire (1668). ADR, BP 2851
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search