Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

III. — Les ordres militaires et les elites de pouvoir

Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480)

Pierre Bonneaud

Texte intégral

  • 1 La Valette, Archives of the Order of Malta (AOM), Cod. 1649, statut 72 de 1433. Les folios indiqués (...)
  • 2 Nous concentrons cette étude sur la catégorie des frères chevaliers, excluant les frères prêtres d’ (...)
  • 3 M.-C. Gerbet, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge, p. 60.

1Pour être admis comme frère chevalier dans l’ordre de l’Hôpital, il fallait avoir au moins quatorze ans et la plupart des réceptions concernaient des adolescents1. La décision de briguer l’acceptation de l’un des siens comme chevalier de l’Hôpital relevait donc des stratégies familiales à l’égard des cadets2. En Catalogne, la majeure partie du patrimoine familial revenait normalement au fils aîné, l’hereu, la part des puînés dans la succession ne pouvant excéder le quart de celle-ci depuis le milieu du XIVe siècle3. Les familles destinaient souvent leurs cadets à des carrières d’Église, assorties de bénéfices et de rentes.

2Obtenir une commanderie de l’Hôpital présentait au XVe siècle un grand intérêt du fait du statut d’usufruitier des commandeurs, qui étaient autorisés à conserver leur vie durant sous forme de biens propres le surplus que leur laissaient les rentes de la maison qui leur avait été confiée, une fois assumés les frais de fonctionnement de celle-ci et le paiement des contributions à Rhodes, les responsions, estimées généralement au quart des rentes. Passant souvent d’une commanderie à l’autre, les commandeurs pouvaient espérer en obtenir de meilleures, voire en cumuler plusieurs dans l’un des deux prieurés hospitaliers de la couronne d’Aragon, le prieuré de Catalogne et la châtellenie d’Amposta. Les rentes dont ces dignitaires disposaient permettaient parfois à des cadets de bénéficier de revenus supérieurs à ceux que leurs aînés retiraient du patrimoine familial. Toutefois, les biens qu’avait pu accumuler l’Hospitalier revenaient à l’ordre à sa mort et ils ne pouvaient donc être transmis à son lignage.

  • 4 Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Arxiu del Gran Priorat (AGP), Testaments 649, armari 28.

3Qu’ils fussent issus de l’un des quelques mille lignages de la chevalerie catalane, soucieuse de voir ses cadets exercer le métier des armes dans le cadre d’un ordre religieux, ou du dynamique patriciat urbain de Barcelone, Perpignan ou Majorque, toujours désireux de permettre à certains des siens de prendre pied dans le monde militaire, les nouveaux chevaliers de l’Hôpital bénéficiaient de l’aide de leur famille, tel Joan de Bellpuig, qui, en 1442, reçut de son père, le chevalier ampurdanais Roger Alemany de Bellpuig, une avance sur hoirie de 500 florins d’Aragon et l’engagement de ses deux frères à lui verser chacun 20 florins par an jusqu’à ce qu’il reçoive sa première commanderie4.

  • 5 On désignait en général par « couvent » l’ensemble des frères réunis en Orient autour du maître de (...)

4Au XIVe siècle, tout en se rendant occasionnellement au couvent central de Rhodes5, lieu de résidence du maître et des hauts dignitaires de l’Hôpital depuis 1310, afin de mieux progresser dans leurs carrières, et en accompagnant temporairement le roi dans ses expéditions militaires, en Sardaigne ou en Sicile notamment, les commandeurs et les frères du prieuré de Catalogne et de la châtellenie d’Amposta se consacraient avant tout à administrer leurs commanderies et à participer à la gestion collégiale de leur prieuré. Un commandeur hospitalier, jouissant de ses rentes et de ses droits seigneuriaux, s’apparentait donc, dans la gestion du patrimoine et des sujets de l’ordre ainsi que dans son mode de vie, aux nombreux petits et moyens seigneurs séculiers catalans.

  • 6 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon ; Id., « Catalan (...)

5Cette situation changea considérablement à partir de 1420, ouvrant désormais à une extraordinaire mobilité des commandeurs et des frères catalans en Méditerranée. Nous souhaitons ici mettre en lumière, outre les causes d’un tel changement que nous avons déjà largement étudiées, les motivations de ces Hospitaliers et de leurs lignages pour accepter de bon gré de s’éloigner de leurs commanderies et de leurs pays6.

LA PRÉSENCE MASSIVE DES FRÈRES CATALANS À RHODES

RAPPEL DES CIRCONSTANCES

6Après la période troublée du schisme pontifical pour l’Hôpital et l’absence du couvent des deux maîtres Juan Fernández de Heredia et Philibert de Naillac pendant une trentaine d’années, entre 1379 et 1420, Rhodes avait repris énergiquement en mains la conduite des affaires à partir du chapitre général de 1420, le premier à se tenir au siège de l’ordre depuis quarante-quatre ans. Philibert de Naillac voulait certainement préparer l’ordre à faire face aux conflits armés qui menaçaient, tant avec les Mamelouks d’Égypte, ennemis traditionnels de la chrétienté depuis l’expulsion des Latins d’Acre en 1291, qu’avec les Ottomans, qui prenaient en tenaille Constantinople et ne cessaient d’avancer dans l’Europe danubienne et balkanique, où ils s’étaient installés inexorablement après la déroute à Nicopolis, en 1396, de la croisade à laquelle avait participé le maître de l’Hôpital.

  • 7 Id., Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 145-148.

7Philibert de Naillac entreprit de renforcer la présence au couvent de frères convoqués d’Occident. La proportion d’Hispaniques fut particulièrement importante puisque, en 1418 et 1419, le maître fit recevoir quarante-quatre nouveaux chevaliers des prieurés d’Espagne sur un total de soixante-quinze pour l’ensemble de l’ordre, leur intimant de rejoindre le couvent avec armes et cheval. Parmi ces nouveaux chevaliers espagnols, vingt-deux appartenaient au prieuré de Catalogne et douze à la châtellenie d’Amposta. Simultanément, Philibert de Naillac avait convoqué au chapitre, outre le prieur de Catalogne et le châtelain d’Amposta, dix-sept commandeurs et frères du prieuré et dix-sept autres, dont sept Catalans, de la châtellenie. Au total, près de soixante-dix chevaliers des deux prieurés, dont 80 % de Catalans, étaient donc attendus au couvent7.

  • 8 AOM, Cod. 354, fos 103r°-104r° ; ACA, AGP 569, fos 129r°-130r° ; S. Pauli, Codice diplomatico del s (...)

8En 1426, après que le sultan d’Égypte, excédé par les actes de piraterie contre les vaisseaux de ses sujets dont il rendait responsables tant les Lusignan que l’Hôpital, eut envahi Chypre, le maître catalan Antoni de Fluvià (1421-1437), qui avait succédé à Philibert de Naillac, multiplia jusqu’en 1434 les convocations à Rhodes d’un nombre toujours plus grand de commandeurs et de frères du prieuré de Catalogne et de la châtellenie d’Amposta. Une première attaque d’une flotte mamelouke contre Rhodes en 1440, puis un débarquement sur l’île et un siège de quarante jours contre la ville, en 1444, furent repoussés par Jean de Lastic, successeur d’Antoni de Fluvià (1437-1454). À l’instar de son prédécesseur, Jean de Lastic avait appelé à la rescousse en 1440 et 1441 les Hospitaliers d’Occident et en particulier ceux du prieuré de Catalogne et de la châtellenie d’Amposta8.

  • 9 R. Valentini, « L’Egeo dopo la caduta di Costantinopoli ».
  • 10 AOM, Cod. 364, fos 5v°-6v°.

9Après la chute de Constantinople, en 1453, le danger vint des Ottomans, qui exigèrent de l’Hôpital un tribut annuel de 2 000 ducats, que Jean de Lastic refusa de payer9. Le couvent dut faire face aux incursions et aux destructions auxquelles se livraient les vaisseaux du sultan et assumer de coûteuses mesures de défense. Jean de Lastic, qui avait cru pouvoir diminuer le nombre de frères présents au couvent après l’échec des Mamelouks en 1444, appela dès juillet 1453, soit moins de deux mois après la chute de Constantinople, tous les prieurés à envoyer chacun à Rhodes quatre commandeurs supplémentaires et tous les frères disponibles avec des escortes de « serviteurs experts en armes10 ».

  • 11 M. Navarro Sorni, Alfonso de Borja, papa Calixto III, pp. 449-570.
  • 12 G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione, t. II, pp. 333-337.
  • 13 N. Vatin, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’empire ottoman et la Méditerranée orientale.

10Entre 1455 et 1458, l’Hôpital participa à la croisade menée par la flotte dépêchée en mer Égée par le pape Calixte III, qui fit de Rhodes le centre logistique des opérations en Méditerranée orientale11. Pendant la longue guerre qui opposa Venise aux Ottomans entre 1463 et 1479, l’ordre mit deux galères à disposition de la ligue éphémère rassemblant le pape Sixte IV, le roi de Naples Ferdinand Ier et Venise12. Lorsque Venise, ayant finalement perdu la guerre et une partie de ses possessions en Grèce, dut pactiser avec le sultan, celui-ci considéra que le moment était venu d’en terminer avec Rhodes. En 1480, une flotte ottomane de cent cinquante bâtiments entreprit le siège de la ville après avoir débarqué dans l’île. Mais, après trois mois de durs combats, les Ottomans durent se résoudre à l’échec et lever le camp. Ce succès de l’Hôpital fut suivi de plusieurs années de paix, en partie dues à la crise dynastique à Constantinople qui suivit la mort du sultan Mehmed II. Les affrontements reprirent sur mer au XVIe siècle et conduisirent au deuxième siège de Rhodes par les Ottomans, entraînant le départ des Hospitaliers en 1523, après plus de deux siècles de présence dans l’île13.

  • 14 G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione, t. II, p. 264 ; AOM, Cod. 501, f° 342r°, et Cod. 283, (...)
  • 15 P. Bonneaud, Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 282-283.
  • 16 A. Luttrell, « English Contributions to the Castle of Bodrum », p. 163.

11Les maîtres Jacques de Milly (1454-1461), le Catalan Pere Ramon Sacosta (1461-1467), Giovan Battista Orsini (1467-1476) et Pierre d’Aubusson (1476-1503) accrurent le nombre de frères de toutes origines présents à Rhodes ; ce nombre fut fixé d’abord à 335 en 1459, puis 350 en 1466 et 450 en 147114. L’importance numérique ainsi que l’influence au couvent des Catalans et des Aragonais avaient été soulignées lorsque le chapitre général de 1462 avait décidé de scinder en deux la langue d’Espagne, distinguant d’un côté la Castille et le Portugal et de l’autre l’Aragon, la Catalogne et la Navarre. Parmi les 350 frères prévus statutairement au couvent en 1466, 54 étaient assignés à la langue d’Aragon, soit sans doute entre 30 et 35 Catalans, si l’on ajoute aux 21 frères du prieuré de Catalogne un bon tiers de ceux de la châtellenie d’Amposta. Ce nombre, toutefois, devait être supérieur dans les faits et voisin de la cinquantaine après l’augmentation globale à 450 frères décidée en 147115. Entre 1420 et 1480, les Hospitaliers catalans constituèrent donc une communauté très importante au couvent de Rhodes, tant par leur nombre que par leur influence. Pour la période antérieure, nous n’avons pu dénombrer à Rhodes entre 1396 et 1418 que treize frères ou commandeurs catalans : en 1403, une réunion de tous les frères de la langue d’Espagne présents au couvent rassemblait en vue la réception d’un nouveau frère trois Hospitaliers aragonais seulement et huit Catalans16. La différence était donc considérable.

LE SÉJOUR À RHODES, CONDITION D’UNE CARRIÈRE DANS L’ORDRE

  • 17 Voir, pour le fonctionnement complexe des règles de l’ancianitas que nous ne pouvons développer ici (...)

12Il devint habituel aux alentours de 1418 de convoquer à Rhodes avec armes et cheval tout nouveau frère chevalier. À partir du chapitre général de 1420 et à la suite d’une longue évolution amorcée au XIVe siècle, l’ancienneté dans l’ordre, l’ancianitas, calculée à compter du premier départ pour Rhodes puis en fonction du temps passé dans l’île, devint la condition requise pour obtenir une première commanderie dite de cabimentum17. On pouvait ensuite prétendre à une meilleure commanderie au titre du melioramentum, toujours en fonction de l’ancienneté au couvent.

  • 18 AOM, Cod. 282, f° 114v°.

13Les frères prirent l’habitude de se réunir à l’auberge de leur langue, celle d’Espagne pour les chevaliers de la châtellenie d’Amposta et du prieuré de Catalogne, pour justifier leur ancienneté et leurs droits aux commanderies et aux autres dignités. Le maître accorda formellement aux frères du prieuré, en 1442, et à ceux de la châtellenie, en 1446, le droit de déclarer, entre eux et d’un commun accord, leur rang d’ancienneté, accord toutefois soumis à son approbation. Il conserva également un droit assez étendu d’attribuer lui-même ou avec l’accord de son conseil des commanderies par grâce magistrale, droit ensuite limité à une commanderie par prieuré tous les cinq ans par le chapitre général de 146218. Dans tous les cas, il était désormais acquis que l’octroi de commanderies selon les règles de l’ordre supposait de longs séjours à Rhodes.

14Au cours du XIVe siècle, les trois langues dites françaises, celles de France, de Provence et d’Auvergne, avaient dominé la conduite des affaires et bénéficié de privilèges dans l’accès aux meilleures dignités, situation que n’acceptaient plus les langues dites mineures, celles d’Espagne, d’Italie, d’Angleterre et d’Allemagne. Il en résultait des conflits particulièrement aigus, notamment dans la gestion des finances de l’ordre. L’élection de deux Catalans, Antoni de Fluvià et Pere Ramon Sacosta, comme maîtres de l’ordre renforça l’influence de la langue d’Espagne et favorisa évidemment le rassemblement à Rhodes ainsi que les carrières des Hospitaliers catalans.

15Dans l’entourage immédiat du maître de l’ordre, la charge la plus importante de l’hôtel était celle du sénéchal, qui participait au conseil ordinaire, fonction occupée, sous Antoni de Fluvià, par les Catalans Lluís de Gualbes, Pere Metge, Joan de Vilagut et Lluís de Mur et, sous Pere Ramon Sacosta, par Pere de Lordat et Ramon Jou. Mais les autres fonctions étaient nombreuses au palais magistral, par exemple celle de maître du palais (Vicenç de Claramunt, Pere de Lordat), de chambellan (Galceran de Sentmenat, Baltasar Menaguerra), de chambrier (Bernat Villosa), d’écuyer et de chapelain. Le maître, en tant que seigneur de l’île de Rhodes, pourvoyait aussi aux offices de châtelain de Rhodes, aux mains de Joan de Vilafranca, entre 1428 et 1439, et de Joan Despilles, en 1465, de bailli du commercium, charge détenue entre 1428 et 1431 par Garcia de Torres et par Jordi Saplana en 1461, et, enfin, de bailli de l’île de Rhodes, poste successivement confié à Albert Ermengol, en 1428, à Rafael Saplana, en 1433, et à Pere Ramon Sacosta, en 1436.

  • 19 AOM, Cod. 283, f° 35r°.

16En dehors des offices accordés directement par le maître, il existait des fonctions institutionnelles dont certaines donnaient accès au conseil ordinaire, organe collégial, décisionnel dans la plupart des matières. Tel était le cas des baillis conventuels représentant chacune des langues. Ces hauts dignitaires, outre les revenus de leurs commanderies, recevaient un salaire annuel de 300 florins, ramené à 200 en 146619. Parmi les baillis, la dignité de drapier était réservée à la langue d’Espagne, puis, après 1462, à la langue d’Aragon-Catalogne. Il était habituel que le drapier accédât à la tête du prieuré dont il était originaire lorsque cette fonction devenait libre, après la mort de son détenteur. Ainsi, Lluís de Gualbes et Rafael Saplana devinrent prieurs de Catalogne, alors que Pere Ramon Sacosta et Diomedes de Vilaragut furent châtelains d’Amposta. À partir de 1420 et jusqu’à la fin du XVe siècle, seize Catalans du prieuré ou de la châtellenie occupèrent la charge de drapier du couvent. En dehors de Rhodes, des dignités que l’on appelait bailliages capitulaires, telles que les commanderies de Majorque ou, dans le Levant, celles de Chypre et de Cos, donnaient également accès au conseil ordinaire du maître. Le bailliage capitulaire de Nègrepont était réservé à la langue d’Espagne et fréquemment attribué à un Catalan. Une autre fonction importante, celle de capitaine du Château Saint-Pierre, forteresse hospitalière sur la côte de l’Anatolie, donnait accès au conseil complet, dont faisaient aussi partie deux procureurs de chaque langue. Ce conseil se réunit fréquemment à partir de 1462 pour prendre des décisions importantes.

  • 20 Mentionnons parmi les dignitaires catalans, outre les membres de l’hôtel du maître, les châtelains (...)

17Plus de trente Hospitaliers catalans firent partie ainsi, entre 1420 et 1480, de l’oligarchie qui, à un degré plus ou moins important, participait au gouvernement collégial de l’ordre. Certains demeurèrent de longues années au couvent, voire toute leur vie, tel Felip d’Hortal, reçu chevalier en 1417 et mort à Rhodes trente-deux ans plus tard, alors qu’il était devenu prieur de Catalogne et commandeur de Chypre, sans être apparemment jamais retourné en Espagne. Un autre prieur de Catalogne, Jaume de la Geltrú, demeura dans le Levant pendant soixante et un ans d’une carrière de soixante-dix ans : il fut, entre 1461 et 1493, lieutenant des trois maîtres Pere Ramon Sacosta, Giovan Battista Orsini et Pierre d’Aubusson20. Chaque fonction de quelque importance disposait aussi d’un lieutenant, généralement rémunéré, qui suppléait si nécessaire à l’absence de détenteur. La perspective d’accéder à de telles dignités devait être très motivante en raison de l’influence qu’elles procuraient et de leurs retombées financières.

  • 21 AOM, Cod. 1698, fos 82r°-v°.
  • 22 AOM, Cod. 283, f° 35r° indique qu’en 1466 huit mille florins étaient consacrés annuellement aux tab (...)

18Pour les frères du couvent non pourvus de commanderies et n’ayant pas accédé aux plus hautes dignités, un très grand nombre de fonctions rémunérées étaient réservées, telles celles de connétable du Château Saint-Pierre ou, à Rhodes, de maître écuyer, de capitaine des portes de la ville, des tours du port ou des châteaux forts de l’île. D’une manière générale, les frères non pourvus recevaient une rémunération dont le montant annuel de 40 florins avait été décidé lors du chapitre général de 144621. Leur nourriture donnait également lieu au paiement, à leur auberge, de dépenses de table, les tabulae22. La situation des frères non pourvus résidant à Rhodes, chevaliers ou sergents, pouvait donc apparaître comme plus avantageuse et davantage porteuse de perspectives que celle dont jouissaient les simples frères des prieurés d’Occident. Ceux-ci, en effet, étaient envoyés en stage dans une commanderie ou auprès d’un commandeur, et seuls leur étaient garantis l’habit et le couvert.

AUTRES ATTRAITS DU SÉJOUR À RHODES

  • 23 AOM, Cod. 283, f° 37v°.
  • 24 AOM, Cod. 74, fos 53v°-54v° et 64r° ; N. Tsirpanlis, Anekdota, pp. 604-609, doc. 244 ; AOM, Cod. 37 (...)
  • 25 ACA, AGP 567, fos 96r°-98r°. Référence à un acte notarial fait par Gualbes in colatu Rhodi infra ca (...)
  • 26 AOM, Cod. 348, f° 88v°, Cod. 350, f° 235r°, et Cod. 381, fos 202v°-203r° (il est fait également réf (...)

19Le mode de vie des Hospitaliers à Rhodes était à bien des égards celui d’une ville de garnison, mais il était loin d’être spartiate. Les frères avaient en principe l’obligation de résider à l’intérieur du collachium, c’est-à-dire de l’espace urbain emmuré qui délimitait le couvent, et ils ne pouvaient en sortir sans cause légitime entre l’heure du déjeuner et celle du dîner, d’après les prescriptions du chapitre général de 1466 qui constituaient un rappel à la discipline dicté par le pape Paul II23. On peut toutefois douter de la rigueur réelle de pareils horaires à en juger par la participation d’Hospitaliers à des rixes hors les murs de la cité ou par le rapatriement à Rhodes de frères vagabonds s’étant incrustés à Chypre ou à Cos sans y exercer aucune mission24. Les auberges des langues fournissaient des lieux de réunions et de restauration et elles possédaient aussi sans doute quelques chambres comme celle qu’utilisait en 1426 le prieur de Catalogne Lluís de Gualbes25. Les frères, toutefois, semblent surtout avoir résidé par petits groupes dans des maisons dont certaines appartenaient aux langues. Ainsi, en 1428, le maître Antoni de Fluvià donna l’usage d’une maison du collachium qui lui appartenait à trois frères catalans, Antoni de Fluvià, son neveu, Lluís de la Sala et Pere Ramon de Fluvià, jusqu’à ce qu’ils fussent dotés d’une commanderie, puis il la remit en 1433 à son chambellan, Galceran de Sentmenat, étant entendu que le lieu deviendrait à la mort du dignitaire propriété de la langue d’Espagne26.

  • 27 AOM, Cod. 357, f° 237v°.
  • 28 AOM, Cod. 1471, f° 81r°.
  • 29 AOM, Cod. 53, sans numérotation.

20D’autres maisons du collachium étaient tenues en propriété par des frères qui les avaient soit achetées, soit reçues en donation du maître. En 1445, Jean de Lastic avait autorisé son maître d’hôtel, le frère catalan Vicenç de Claramunt, à vendre des maisons de la ville de Rhodes qu’il avait acquises ou qui lui avaient été concédées27. En 1461, les frères Guillem Sesavasses et Ramon Llull détenaient une maison du collachium, en surplomb de l’église Saint-Dimitri28. Par l’utilisation de leurs biens propres, les Hospitaliers de Rhodes pouvaient acheter des maisons et des jardins, voire des boutiques et des moulins, dont ils retiraient des rentes. Ainsi, à sa mort, en 1488, le prieur de Catalogne Jaume de la Geltrú légua à la langue d’Aragon deux moulins, cinq boutiques, une vigne et un terrain qu’il possédait à Rhodes29.

  • 30 AOM, Cod. 352, f° 66r°, et Cod. 357, f° 233r°.
  • 31 N. Vatin, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’empire ottoman et la Méditerranée orientale, p. 31  (...)

21De nombreux Hospitaliers étaient aussi propriétaires d’esclaves. En 1436, le maître Antoni de Fluvià avait autorisé le châtelain d’Amposta Joan de Vilagut à émanciper certains de ses nombreux esclaves et, en 1446, Jean de Lastic accorda au frère Miquel d’Olzinelles, qui se rendait à Alexandrie pour négocier une trêve avec les Mamelouks, d’affranchir son jeune esclave, Louis, de nation russe30. L’existence d’esclaves détenus par des Hospitaliers de Rhodes nous est connue par les licences d’affranchissement délivrées par le maître ; celles-ci étaient obligatoires du fait de la diminution du patrimoine de l’ordre que cette liberté nouvelle supposait puisque, au décès des frères qui les possédaient, les esclaves faisaient partie de leurs dépouilles et devenaient la propriété du trésor jusqu’à ce qu’ils soient affranchis ou revendus. On manque cependant d’informations sur la manière dont les esclaves étaient achetés ou bien acquis par les frères ; leur nombre, à Rhodes, a été estimé à trois mille en 1522, mais, dans son ouvrage sur l’esclavage dans l’Europe médiévale, Charles Verlinden a souligné à quel point nous sommes peu renseignés sur l’organisation d’un véritable marché des esclaves dans l’île, les archives de l’ordre semblant muettes à ce sujet précis31. Il est évident que, du fait de sa situation géographique et de la fréquentation de son port par les vaisseaux de marchands et de pirates, Rhodes était un lieu de transit important dans le trafic des esclaves, dont beaucoup demeuraient dans l’île après y avoir été achetés ou conservés par qui les avait capturés.

  • 32 ACA, Registre de Cancilleria (RC) 2521, f° 20 (Torelles) ; AOM, Cod. 355, f° 144r° (Loscos), Cod. 3 (...)
  • 33 A. Luttrell, « The Earliest Documents on the Hospitaller Corso at Rhodes », p. 183.
  • 34 AOM, Cod. 282, fos 114 v° et 172r°-173r°, et Cod. 283, f° 41r°.
  • 35 En 1443, Gilabert de Loscos s’était approprié la totalité de la prise lors d’une opération contre l (...)
  • 36 Citons, en 1466, l’attaque d’une embarcation florentine par le commandeur Galvany Tolsa, qui avait (...)

22Des commandeurs voire de simples frères catalans ou aragonais possédaient aussi des embarcations diverses, des fustes, des gripariae, des birèmes, des baleinières, des galiotes ou même des galères, alors qu’ils étaient à Rhodes. Ce fut le cas pour Antoni Pere de Torelles, en 1441, Gilabert de Loscos, en 1443, Juan Claver, entre 1451 et 1457, Francesc Pallers, en 1453, Galceran de Toroella, en 1454, Jaume de la Geltrú, en 1458, Guillem de Castellvi et Lluís de Vilanova, entre 1461 et 1467, Jordi Saplana, en 1463, Galvany Tolsa, entre 1465 et 1467, et Lluís de Caramany, en 146632. On a constance, en 1413, d’une licence de course accordée par le lieutenant du maître à deux Hospitaliers de la langue de France33. Cependant, nous n’avons trouvé par la suite aucune autre mention relative à de telles licences avant les chapitres généraux de Rhodes, en 1462, et de Rome, en 1466, qui entendirent mettre fin à des pratiques de piraterie de la part des frères34. La possession d’une embarcation armée était sans aucun doute une source de profit à en juger par les disputes qui surgissaient lors du partage des prises35. Ces dernières étaient légitimes lorsque les attaques visaient des musulmans, mais des actes de piraterie furent également pratiqués contre des bateaux de Venise, de Gênes ou d’ailleurs par des Catalans notamment, y compris par des frères36. À Rhodes, les embarcations étaient également utiles, moyennant une rémunération à leurs propriétaires, pour renforcer la défense du couvent et, plus largement, du Dodécanèse et assurer des missions de transport de vivres et d’armement. Mais, devant l’aggravation de la menace turque, l’ordre prit conscience qu’il ne pouvait s’exposer à se créer d’autres ennemis que les Ottomans et il tenta de limiter les dérives de la piraterie qui risquaient de lui aliéner bien des chrétiens.

  • 37 P. Bonneaud, « Un débouché fréquent pour les cadets des différentes aristocraties catalanes ».

23Les avantages de carrière et les profits ou le bien-être que les Hospitaliers pouvaient retirer de leur résidence à Rhodes devaient contribuer à rendre plus légères leurs obligations militaires. L’éloignement était sans doute d’autant mieux vécu que les Catalans étaient devenus plus nombreux au couvent et que des liens familiaux les unissaient fréquemment entre eux. Ce fut le cas notamment de l’important lignage du patriciat urbain barcelonais des Gualbes, représenté par les deux frères, Lluís et Gabriel de Gualbes, et par leurs cousins Felip de Gualbes et Jaume de la Geltrú. Signalons aussi, parmi d’autres exemples, Rafael Saplana et ses deux neveux, Jordi et Nicolau, ainsi que cinq membres du lignage noble de Vilanova et quatre du lignage de Foxa37.

  • 38 Voir, au sujet du grand commerce catalan en Méditerranée orientale, les ouvrages de C. Carrère, Bar (...)
  • 39 AOM, Cod. 374, fos 96r °-103r °, Cod. 375, fos 130r °-162v°, Cod. 376, fos 130v°-134v° et Cod. 377, (...)

24La présence de nombreux marchands catalans à Rhodes contribuait aussi à gommer le sentiment d’être en terre étrangère. L’île, en effet, était devenue au XVe siècle la première destination du grand commerce catalan vers le Levant, à la fois plaque tournante et entrepôt pour les marchandises en provenance ou à destination des différents pays d’Orient. Plusieurs marchands de Barcelone, Perpignan ou Majorque résidaient ou se rendaient fréquemment à Rhodes38. En l’espace de quatre ans, entre 1463 et 1466, malgré la vigueur de la guerre civile sur leur sol natal, quarante-trois marchands catalans avaient contribué au financement de la dette de l’Hôpital en remettant en personne au trésor de Rhodes des fonds remboursables soit à Rhodes même, soit en Occident, principalement à Avignon, par des lettres de change39. Ces marchands, qui ne dédaignaient pas à l’occasion de pratiquer la piraterie, étaient très utiles à l’ordre, tant en approvisionnant l’île, en payant l’impôt du commercium et de la gabelle, qu’en apportant éventuellement le concours rétribué de leurs galères lors d’attaques des Mamelouks ou des Ottomans.

LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES

  • 40 Sur la crise financière, voir J. Sarnowsky, Macht und Herrschaft im Johanniterorden des 15. Jahrhun (...)
  • 41 AOM, Cod. 282, fos 55r°-62r°.

25Cependant, de graves déséquilibres se manifestaient pour les frères résidant à Rhodes. Après les attaques des Mamelouks, l’Hôpital dut faire face, pour s’armer et se défendre, à une grave crise financière. Les différents maîtres s’endettèrent lourdement, notamment auprès de marchands catalans ou génois, tant pour armer ou contracter des vaisseaux que pour engager des mercenaires, construire ou renforcer les fortifications et maintenir au couvent un plus grand nombre de frères. La dette, qui avait déjà été supérieure à 100 000 florins de Rhodes sous Antoni de Fluvià, s’éleva à 160 000 florins après l’assaut des Mamelouks contre Rhodes en 1444. En 1462, l’ordre devait à ses créanciers 450 684 florins et, en 1466, 575 858 florins, soit plus de dix fois le coût annuel estimé de fonctionnement du couvent40. La gestion des finances par les maîtres et par le trésor provoqua d’aigres dissensions entre les langues. Lors du chapitre général de 1459, les frères catalans conduisirent une véritable fronde des langues mineures41. L’ampleur de la dette de l’Hôpital et la férocité des conflits internes amenèrent les papes Eugène IV, en 1446, et Paul II, en 1466, à prendre les choses en main et à convoquer le chapitre général à Rome, en clair désaveu des maîtres Jean de Lastic et Pere Ramon Sacosta.

26Ces difficultés obligèrent les maîtres à prélever auprès des commandeurs de lourdes annates, soit en sus des responsions, soit à leur place. En 1462, Pere Ramon Sacosta décida que pendant trois ans la totalité des rentes de chaque commanderie devrait être versée au trésor, à l’exception uniquement d’un quart jugé indispensable pour faire face localement aux frais courants. Le rejet d’un tel remède fut tel que le chapitre général de 1466 ramena cette ponction à 50 % des rentes pendant cinq ou six ans. En fait, cette demi-annate continua à être imposée jusqu’en 1480 et au-delà.

  • 42 Z. Tsirpanlis, Anekdota, pp. 566-567 et 571-573, nos 225 et 227.
  • 43 AOM, Cod. 283, fos 34v°-36r°.

27Devant les difficultés financières croissantes, les coûts de fonctionnement du couvent firent également l’objet de réductions drastiques. Dès 1450, Jean de Lastic et son conseil avaient décidé que les commandeurs résidant à Rhodes ne pourraient plus être nourris par l’ordre, ni recevoir de l’orge pour leurs chevaux. Ils ne devraient dorénavant compter que sur les revenus de leurs commanderies pour faire face à leurs besoins. Cependant, il fut entendu que, pour les commandeurs dont les maisons rapportaient moins de 100 florins annuellement, le trésor compléterait leurs revenus jusqu’à un tel seuil42. Le chapitre général de 1466 imposa certaines baisses des frais liés à la présence des Hospitaliers à Rhodes : de nombreux salaires diminueraient d’un tiers ou de moitié, à commencer par ceux des huit baillis conventuels et de leurs lieutenants ; des rémunérations seraient dorénavant perçues en pièces de drap et non plus en argent43.

  • 44 AOM, Cod. 361, fos 130v°-131r°, et 108r°-109r°.
  • 45 AOM, Cod. 361, f° 101v°.

28L’augmentation des prélèvements dans les commanderies et la diminution des salaires et des avantages procurés aux frères résidant à Rhodes rendaient sans doute moins motivants les passages vers le Levant, mais un autre élément concourait également à les décourager. Les commanderies du prieuré de Catalogne et de la châtellenie d’Amposta ne se libéraient pas assez vite pour permettre aux nouveaux venus d’obtenir leur cabimentum avant dix à quinze ans, à moins que la faveur du maître ne leur accorde une commanderie par grâce magistrale. La concurrence et les querelles étaient donc continuelles entre les frères. Pour y remédier, le chapitre général de 1449 avait décidé d’augmenter le nombre de commanderies dans les deux prieurés en morcelant les plus importantes44. Les rentes de ces nouvelles unités étaient faibles, ce qui les rendait moins attrayantes. Les frères convoitaient en priorité les commanderies les plus riches. Or, il apparaissait qu’il pouvait y avoir, en dehors du couvent, d’autres chemins pour les obtenir. En voici une illustration. En 1447, trois frères de la châtellenie d’Amposta non encore pourvus d’une commanderie conclurent entre eux un pacte de solidarité qu’ils déclarèrent comminatoire et qu’ils firent inscrire dans le registre de chancellerie. Le premier à recevoir une commanderie céderait aux deux autres les deux tiers des rentes de celle-ci. Il en irait de même du second jusqu’à ce que le troisième soit à son tour pourvu. L’accord précisait que peu importait l’origine de l’attribution : il pouvait s’agir d’un cabimentum ou d’une grâce magistrale, donc d’une décision prise au couvent, mais également d’une concession du pape ou d’une intervention du roi d’Aragon, autorités qui se trouvaient à Rome, dans le premier cas, et à Naples, dans le second45.

LES FRÈRES CATALANS EN ITALIE

AUPRÈS DU ROI D’ARAGON

  • 46 P. Bonneaud, Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 100-116.

29Bien que ne disposant d’aucun droit formel pour faire admettre de nouveaux frères ni pour accorder des commanderies hospitalières dans les territoires de la couronne, les rois d’Aragon ont néanmoins toujours fait usage de leur influence auprès du pape, du maître, du prieur de Catalogne et du châtelain d’Amposta en faveur des cadets des familles qui leur apportaient leur appui militaire ou financier. Cependant, à quelques exceptions près, comme le prieur de Catalogne Guillem de Guimerà, auprès de Pierre IV, ou bien le prieur de Messine Alamany de Foxa, avec Martin Ier, la plupart des Hospitaliers catalans n’avaient prêté leurs services à la monarchie que de manière épisodique46.

  • 47 Sur le règne et la personne d’Alphonse V, voir A. Ryder, Alfonso the Magnanimous, King of Aragon, N (...)

30Avec Alphonse V le Magnanime, dont le règne s’étendit de 1416 à 1458, le recours de la monarchie à des Hospitaliers prit un tout autre aspect. Le roi passa trente ans en Italie en deux séjours, le premier d’une durée de quatre ans, de mai 1420 à novembre 1423, le second de vingt-six ans ininterrompus, entre 1433 et 1458. Il lutta pendant de longues années contre les Angevins pour obtenir le royaume de Naples, qu’il emporta en 1442 et qu’il gouverna, depuis Naples même, jusqu’à sa mort47. Pour conduire à son terme cette conquête, le roi avait eu désespérément besoin de fonds et de chevaliers. Il avait donc fait appel à un certain nombre d’Hospitaliers aragonais et catalans.

  • 48 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, pp. 267-270. Jo (...)

31Lors de la première expédition catalano-aragonaise en Italie, la flotte d’une trentaine de bâtiments rassemblés par Alphonse V appareilla dans l’intention de prendre la Corse aux Génois, mais elle se détourna rapidement vers Naples après que la reine Jeanne II eut décidé d’offrir sa succession au roi. La reine ne tarda point ensuite à changer d’opinion, forçant le roi d’Aragon à guerroyer contre les Angevins et les troupes napolitaines. L’envoi d’une flotte en renfort depuis Barcelone fut nécessaire, et ses bateaux raccompagnèrent Alphonse V en péninsule Ibérique en 1423. Lors de ces premiers épisodes, sept Hospitaliers catalans servirent aux côtés du roi à un moment ou à un autre, les commandeurs Joan de Vilagut, Garcia de Torres, Lluís de Mur, Dalmau Ramon Xetmar, Hug de Pau et les frères Rafael Saplana et Roger de Peguera. Toutefois, après l’échec de l’expédition, cinq d’entre eux ne tardèrent pas à rejoindre le couvent de Rhodes, où ils assistèrent au chapitre général de 1428, obtinrent des dignités importantes et cessèrent d’apporter au roi leur concours armé48.

  • 49 Ibid., pp. 296-312.

32La seconde étape de la conquête de Naples, entre 1433 et 1442, vit au contraire une douzaine d’Hospitaliers catalans du prieuré de Catalogne et de la châtellenie d’Amposta se mettre au service d’Alphonse V et combattre à ses côtés de manière permanente. Il s’agissait de Joan Barutell, Joan de Cardona, Pere Cases, Lluís d’Espès, Berenguer de Fontcoberta, Bernat Guillem de Foxa, Pelegrí de Montagut, Francesc de Montsoriu, Bernat Roger Sarriera, Ramon de Siscar, Ramon de Soler et Galvany Tolsa. Outre ces Catalans, les commandeurs et frères aragonais Juan de Heredia et Juan Claver étaient également au service du roi. Face au maître de Rhodes, Alphonse V revendiquait son droit à disposer à ses côtés d’un groupe d’Hospitaliers jouissant des mêmes privilèges que ceux qui demeuraient au couvent, bien qu’ils ne s’y rendissent pas49.

33Pour constituer un tel groupe, qui faisait partie de sa garde rapprochée, le roi parvint à faire accorder l’habit de l’Hôpital à certains de ses proches comme Berenguer de Fontcoberta et Pere Cases, qui avaient fait partie de son hôtel comme maîtres des écuries, ou comme Joan de Cardona, qui combattait aux côtés de ses deux frères à Naples. Pour eux, comme pour ceux qui étaient déjà frères ou commandeurs, il intervint sans cesse auprès du maître, mais surtout auprès du pape, afin de leur faire obtenir une première commanderie ou, le cas échéant, une meilleure. L’acharnement d’Alphonse V le conduisait à inciter ses protégés à occuper les maisons auxquelles ils prétendaient avec l’appui des officiers royaux au prix d’incessantes tensions entre le roi et le maître. Le souverain parvint à imposer Pere Cases comme prieur de Messine, mais échoua pour les dignités de prieur de Catalogne et de châtelain d’Amposta. Il considérait que les revenus de leurs commanderies devaient permettre à ces fidèles chevaliers de faire face aux frais de leur service armé, sollicitant l’intervention des officiers royaux pour que les rentes des maisons leur parviennent effectivement. Il ne faut donc point s’étonner que, mieux que Rhodes, en proie aux attaques des musulmans et en pleine détresse financière, une carrière en Italie auprès du roi Alphonse V comportât bien des attraits.

  • 50 AOM, Cod. 361, f° 102r°.

34Une fois passée la dure étape de la conquête, Alphonse V, installé à Naples, continua à intervenir avec une influence accrue dans l’attribution des commanderies et à retenir à sa cour des Hospitaliers. Il ne s’opposa plus à ce que certains d’entre eux, comme Joan de Cardona ou Juan Claver, visitent le couvent, assistent aux chapitres généraux et jouent même un rôle d’ambassadeurs ou de porte-parole auprès du maître. Jean de Lastic accorda d’ailleurs l’ancianitas à Juan Claver en dépit de ses absences du couvent, louant « sa constante habileté et sa diligence à servir au mieux les intérêts de l’ordre auprès du roi d’Aragon et ailleurs lorsque nécessaire50 ».

  • 51 P. Bonneaud, « Un débouché fréquent pour les cadets des différentes aristocraties catalanes », p. 1 (...)

35De nombreux Hospitaliers catalans visitèrent la cour de Naples, certains sur le trajet de Rhodes à Barcelone, comme le prieur de Catalogne Gilabert de Loscos, avant de prendre sa nouvelle fonction, ou Pere Ramon Sacosta, rejoignant, lui, la châtellenie d’Amposta. D’autres venaient retrouver à la cour, à Gaète puis à Naples, des membres de leurs familles, car trente-cinq lignages catalans, dont beaucoup comptaient des Hospitaliers, avaient accompagné ou rejoint Alphonse V en Italie51. Après la mort du souverain, en 1458, la situation se modifia profondément car le royaume de Naples fut séparé de la couronne d’Aragon et remis au fils naturel du roi, Ferdinand, par testament paternel. Le nouveau souverain ne paraît pas avoir conservé à ses côtés le noyau d’Hospitaliers qui avaient été fidèles à son père. Plusieurs, à l’instar de Joan de Cardona, Pere Cases, Bernat Guillem de Foxa ou Pelegrí de Montagut, rejoignirent le couvent de Rhodes pour y occuper parfois des dignités importantes. D’autres, comme Ramon de Siscar ou Luis d’Espès, maintinrent des relations de caractère clientéliste avec Jean II, successeur d’Alphonse V dans les territoires de la couronne d’Aragon.

LES RECOURS À LA PAPAUTÉ

36L’espoir d’obtenir des dignités par décision pontificale pouvait constituer un autre motif de se rendre en Italie pour les Hospitaliers catalans. Attribuer des commanderies ou accepter d’accorder l’arbitrage de la Curie dans des conflits opposant des Hospitaliers au maître et au couvent faisait partie des pouvoirs du Saint-Siège. Après les conciles de Pise et de Constance, dans lesquels le maître Philibert de Naillac avait joué un rôle de premier plan, les supérieurs de l’Hôpital s’employèrent à obtenir des papes le respect de leurs prérogatives et des règles de l’ordre en matière de carrières, notamment s’agissant de l’ancienneté. Certains papes, comme Martin V, Calixte III et Pie II, acceptèrent de se plier à cette exigence, mais d’autres, à l’instar d’Eugène IV, de Nicolas V et de Paul II, n’en firent que peu de cas.

  • 52 AOM, Cod. 355, fos 86-87, et Cod. 362, fos 64r° et 78v°-79r°.
  • 53 AOM, Cod. 1441, bulle nº 244, fos 371r°-v°.

37Les cas d’appels d’Hospitaliers catalans au jugement du pape ne manquent pas, le plus significatif étant celui du futur maître Pere Ramon Sacosta, qui obtint d’Eugène IV d’être rétabli dans la charge de drapier dont l’avaient privé Jean de Lastic et son conseil52. À cette occasion, le dignitaire fit certainement acte de présence à Rome, où il gagna la confiance du pape, qui lui accorda ensuite la châtellenie d’Amposta. Je ne pense pas néanmoins que des Catalans faisaient habituellement partie de ces Hospitaliers qui s’installaient en permanence auprès de la Curie afin d’en obtenir des bénéfices et dont Jean de Lastic obtint de Nicolas V le renvoi53. L’octroi de commanderies par grâce pontificale à des frères catalans répondit plus fréquemment aux interventions du roi d’Aragon qu’à un quelconque lobbying direct des bénéficiaires.

  • 54 M. Navarro Sorni, Alfonso de Borja, papa Calixto III, pp. 476-527.
  • 55 AOM, Cod. 367, fos 64r°-65v°.

38Le premier pape Borgia, Calixte III, recourut à plusieurs Hospitaliers catalans comme patrons de quelques-unes des embarcations qu’il avait contractées ou fait construire pour mener à bien sa croisade contre les Ottomans entre 1455 et 1458. Il s’agissait, pour les galères engagées, de celles de Joan Barutell et de Juan Claver armées à Naples, certainement avec l’accord, sinon à l’initiative d’Alphonse V, dont les deux frères étaient des proches, ainsi que celle de Pere de Biure, occupant illégitime de la commanderie de Tortosa avec l’appui du roi. D’autre part, Jaume de la Geltrú, bailli de Majorque et homme du couvent, Ramon de Siscar, commandeur de Torrente et de Valence, engagé au service du roi d’Aragon, et Joan Rotllan, neveu du pape, furent faits capitaines ou patrons d’embarcations pontificales armées à Ostie. Juan de Alcañiz, qui avait été le procureur général de l’Hôpital à Rome, fut désigné comme administrateur de la flotte pontificale. Sept frères catalans participèrent donc à un moment ou à un autre à la conduite de la flotte de la croisade54. Quatre d’entre eux n’avaient pas fait carrière au couvent, mais ils devaient leurs dignités au roi. Tous se retrouvèrent cependant à Rhodes, qui servit de base d’opérations à la croisade, et ils participèrent aux combats qui permirent de reprendre aux Turcs plusieurs îles du nord de la mer Égée. L’un d’entre eux, Juan Claver, trouva même la mort dans l’assaut lancé contre l’île de Taxos55.

LE MAINTIEN DE LIENS AVEC LA CATALOGNE

  • 56 ACA, RC 3176, f° 47v°.

39Entre 1420 et 1480, la grande majorité des commandeurs et des frères chevaliers catalans se trouvait habituellement soit dans le Levant, soit en Italie. Il ne faut cependant pas imaginer qu’ils perdaient tout contact avec la Catalogne ou l’Aragon où se trouvait la source de leurs rentes. Ils s’y faisaient représenter par un procureur, presque toujours un très proche parent, frère ou bien neveu, qui procédait en leur nom à l’affermage des commanderies, en principe en vertu d’une autorisation magistrale, et encaissait le montant des fermages. Leur lignage se substituait donc aux commandeurs dans la gestion de leurs intérêts et dans la perception des rentes. Ainsi, en 1435, le chevalier Joan Saplana était-il procureur de son frère Rafael Saplana, drapier du couvent, pour la commanderie de Barbens, et de son fils Antoni Pere pour celle d’Huesca56.

  • 57 P. Bonneaud, Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 300-302.

40Toutefois, sous le magistère de Jacques de Milly, devant le coût excessif de tant de frères à Rhodes, deux mesures vinrent inciter les Catalans à retourner au pays. D’une part, les règles de l’ancienneté furent assouplies et il fut généralement accordé que les droits acquis par la présence au couvent continueraient à se constituer lorsque leurs bénéficiaires étaient autorisés à en partir. D’autre part, il fut décidé qu’à part les plus pauvres, les commandeurs devraient faire face entièrement à leurs frais de séjour et de nourriture au couvent. Une troisième raison majeure des retours était la multiplication des occupations de commanderies par d’autres que leurs légitimes détenteurs, en général des Hospitaliers soutenus par le roi d’Aragon57.

  • 58 Id., Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, p. 182.
  • 59 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, Mateu de Mitjavila 1451-1452, Llibre de negocis de la ord (...)

41On assista donc, surtout dans la deuxième moitié du XVe siècle, à des allées et venues fréquentes entre Rhodes et la Catalogne, contradictoires dans la mesure où les attaques des Mamelouks et des Ottomans provoquaient des demandes de renforts tandis que la défense des intérêts des commandeurs exigeait un certain degré de présence en Occident. Il s’agissait aussi de l’intérêt de l’ordre car d’une bonne perception des rentes dépendait l’arrivée au trésor central des responsions et des annates. Lors du chapitre provincial du prieuré de Catalogne, le nombre de commandeurs et de frères chevaliers présents qui oscillait entre quinze et vingt de 1400 à 1428 s’était ensuite trouvé réduit à six ou huit, en raison d’une présence importante au couvent ou en Italie58. Mais, en 1451, douze commandeurs assistaient au chapitre provincial du prieuré et, en 1453, seize étaient présents à celui de la châtellenie d’Amposta59.

  • 60 AOM, Cod. 369, f° 76r°.

42La présence permanente de certains dignitaires dans leurs prieurés était requise et assurée ; lorsque le châtelain d’Amposta ou le prieur de Catalogne étaient absents, l’autorité de l’ordre était exercée par leurs lieutenants et par les receveurs du Trésor de Rhodes. D’autres frères, enfin, une fois acquis à Rhodes leurs bénéfices, ne souhaitaient pas retourner dans le Levant. Ainsi, Antoni de Fluvià, commandeur de Gebut, Cervera et Puig-Reig, avait regagné ses commanderies après la mort de son oncle et homonyme, le maître Antoni de Fluvià, en 1437. Bien ancré en Catalogne, il fut menacé vingt-trois ans plus tard par le maître Jacques de Milly d’être privé de l’habit s’il ne se rendait à Rhodes pour défendre le couvent. La même menace était adressée à Guillem de Santceloni, commandeur de Castelló d’Empuries, et à Guillem de Sagaró, commandeur d’Aiguaviva, qui se trouvaient dans la même situation60.

  • 61 AOM, Cod. 379, fos 64v°-65v°.
  • 62 Nous ne pouvons nous étendre davantage, dans le cadre de cette étude, sur la longue et complexe gue (...)

43Entre 1460 et 1472, une crise politique entraîna une longue guerre civile en Catalogne entre le roi Jean II, successeur d’Alphonse V en 1458, et une grande partie des nobles, des chevaliers et surtout des membres du patriciat urbain barcelonais regroupés autour de la Generalitat. Trois Hospitaliers combattirent aux côtés du souverain. Le plus important d’entre eux fut Bernat Hug de Rocabertí, l’un des principaux capitaines de l’armée royale à qui Jean II fit conférer la châtellenie d’Amposta par le pape Paul II en 146761. Les deux autres partisans du roi furent Ramon de Siscar, commandeur de Valence et d’Horta, et Pere de Biure, commandeur intrus de Tortosa. Trois autres frères catalans jouèrent un rôle dans la guerre du côté de la Generalitat, Pere Joan Saplana, commandeur de La Guardia-Lada, Joan Despilles, commandeur de Barbens, et frère Joan de Pinos. En fait, les commandeurs et frères catalans avaient dans leur majorité suivi Pere Ramon Sacosta à Rhodes et ils demeurèrent au couvent pendant toute la durée du conflit. Le roi Jean II confisqua un grand nombre des commanderies abandonnées par ces détenteurs absents, et il fallut à l’Hôpital plusieurs décennies pour les récupérer62.

44Au total, alors que longtemps les Hospitaliers catalans s’étaient avant tout consacrés à la gestion de leurs commanderies, en demeurant la plupart du temps au pays, les événements et les crises militaires qui traversèrent la Méditerranée au XVe siècle les amenèrent à se porter en masse à la défense de Rhodes et, dans une moindre mesure, au service de la monarchie aragonaise en Italie. Leur première motivation était sans doute d’en retirer des commanderies et d’autres bénéfices. Toutefois, un certain nombre d’entre eux accéda ainsi aux élites et aux groupes de pouvoir, tant à l’intérieur de l’ordre qu’aux côtés de la monarchie. L’influence catalane dans les hautes instances de l’Hôpital ne se limita pas aux périodes de gouvernement des deux maîtres catalans, Antoni de Fluvià et Pere Ramon Sacosta ; elle se poursuivit bien au-delà, car deux catégories sociales constituaient en Catalogne un important réservoir pour les chevaliers de l’ordre : d’une part, la pléthorique classe militaire, avec un millier de lignages chevaleresques, et d’autre part, le dynamique patriciat urbain de Barcelone et des autres villes catalanes qui, plus prospère, briguait et obtenait une reconnaissance sociale égale à celle de la petite et de la moyenne noblesse.

Notes

1 La Valette, Archives of the Order of Malta (AOM), Cod. 1649, statut 72 de 1433. Les folios indiqués dans les notes suivantes sont ceux qui correspondent à la nouvelle numérotation.

2 Nous concentrons cette étude sur la catégorie des frères chevaliers, excluant les frères prêtres d’origine souvent inconnue et généralement plus modeste, peu affectés par la mobilité, ainsi que les frères sergents, pratiquement inexistants en Catalogne au XVe siècle.

3 M.-C. Gerbet, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge, p. 60.

4 Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Arxiu del Gran Priorat (AGP), Testaments 649, armari 28.

5 On désignait en général par « couvent » l’ensemble des frères réunis en Orient autour du maître de l’ordre. Le couvent de Rhodes, installé dans l’enceinte de l’ancien château byzantin que l’on appelait le Collachium, abritait le palais du maître, l’hôpital, l’église Saint-Jean, les auberges des différentes langues et des maisons diverses.

6 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon ; Id., « Catalan Hospitallers in Rhodes » ; Id., Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana ; Id., « Un débouché fréquent pour les cadets des différentes aristocraties catalanes ».

7 Id., Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 145-148.

8 AOM, Cod. 354, fos 103r°-104r° ; ACA, AGP 569, fos 129r°-130r° ; S. Pauli, Codice diplomatico del sacro militare ordine Gerosolimitano, t. II, pp. 121-123, n° 102.

9 R. Valentini, « L’Egeo dopo la caduta di Costantinopoli ».

10 AOM, Cod. 364, fos 5v°-6v°.

11 M. Navarro Sorni, Alfonso de Borja, papa Calixto III, pp. 449-570.

12 G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione, t. II, pp. 333-337.

13 N. Vatin, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’empire ottoman et la Méditerranée orientale.

14 G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione, t. II, p. 264 ; AOM, Cod. 501, f° 342r°, et Cod. 283, f° 87v°.

15 P. Bonneaud, Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 282-283.

16 A. Luttrell, « English Contributions to the Castle of Bodrum », p. 163.

17 Voir, pour le fonctionnement complexe des règles de l’ancianitas que nous ne pouvons développer ici, P. Bonneaud, « La règle de l’ancianitas dans l’ordre de l’Hôpital ».

18 AOM, Cod. 282, f° 114v°.

19 AOM, Cod. 283, f° 35r°.

20 Mentionnons parmi les dignitaires catalans, outre les membres de l’hôtel du maître, les châtelains de Rhodes, les baillis du commercium et de l’île de Rhodes que nous avons cité plus haut, les drapiers Dalmau Ramon Xetmar (1421-1422), Lluís de Gualbes (1422-1428), Ramon Roger d’Erill (1428-1432), Gabriel de Gualbes (1433), Gispert de Miralpeix (1434), Rafael Saplana (1434-1439), Pere Ramon Sacosta (1439-1446, avec une interruption en 1441-1442, la fonction étant temporairement attribuée à Felip d’Hortal), Azbert de Vilamari (1456-1466), Joan Despilles (1470-1475), Nicolau Saplana (1478-1479), Guillem de Castellvi (1479-1483), Galceran d’Oluja (1485-1486), Diomedes de Vilaragut (1487-1493), Martí Blanch (1495-1498) et Albert de Vilanova (1498-1501) ; les baillis de Majorque Lluís de Gualbes (1428-1429), Joan de Vilafranca (1439-1447), Felip d’Hortal (1447), Simon de Vallgornera (1447-1451), Jaume de la Geltrú (1454-1460), Joan de Cardona (1460-1487), Francesc de Boxols (1487-1495), Martí Blanch (1495-1498) et Joan d’Argensola (1498-1500) ; les grands-commandeurs de Chypre Felip d’Hortal (1444-1449) et Nicolau Saplana (1471-1475) ; le commandeur de Cos Jaume de la Geltrú (1461-1467) ; les baillis de Nègrepont Ramon Roger d’Erill (1423-1428), Garcia de Torres (1428- ?), Gispert de Miralpeix ( ?-1433), Rafael Saplana (1434), Lluís de Mur (1435-1450), Ramon Jou (1464-1467) et Bernat Guillem de Foxa (1480-1481) ; les capitaines du Château Saint-Pierre Jaume de la Geltrú (1433 et 1446-1447), Ramon Jou (1448), Francesc de Boxols (1470-1472, 1480-1482 et 1483-1486), Baltasar Sunyer (1473-1476), Galceran d’Oluja (1478-1480). Références dans P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, pp. 347-389 ; Id., « Un débouché fréquent pour les cadets des différentes aristocraties catalanes » ; et J. Sarnowsky, Macht und Herrschaft im Johanniterorden des 15. Jahrhunderts, pp. 651-694.

21 AOM, Cod. 1698, fos 82r°-v°.

22 AOM, Cod. 283, f° 35r° indique qu’en 1466 huit mille florins étaient consacrés annuellement aux tabulis albergiarum, camerarum et aliorum fratrum.

23 AOM, Cod. 283, f° 37v°.

24 AOM, Cod. 74, fos 53v°-54v° et 64r° ; N. Tsirpanlis, Anekdota, pp. 604-609, doc. 244 ; AOM, Cod. 374, f° 79v° et Cod. 375, f° 108r °.

25 ACA, AGP 567, fos 96r°-98r°. Référence à un acte notarial fait par Gualbes in colatu Rhodi infra cameram albergie Yspanie habitacionis dicti domini constituentis.

26 AOM, Cod. 348, f° 88v°, Cod. 350, f° 235r°, et Cod. 381, fos 202v°-203r° (il est fait également référence, en 1472, à des maisons qui étaient propriétés de la langue de France).

27 AOM, Cod. 357, f° 237v°.

28 AOM, Cod. 1471, f° 81r°.

29 AOM, Cod. 53, sans numérotation.

30 AOM, Cod. 352, f° 66r°, et Cod. 357, f° 233r°.

31 N. Vatin, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’empire ottoman et la Méditerranée orientale, p. 31 ; Ch. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, t. II, pp. 975-977.

32 ACA, Registre de Cancilleria (RC) 2521, f° 20 (Torelles) ; AOM, Cod. 355, f° 144r° (Loscos), Cod. 363, f° 244r° (Claver) ; ACA, RC 2551, fos 174v°-176r° (Pallers) ; AOM, Cod. 365, f° 66r° (Toroella), Cod. 372, fos 82r°-v° (La Geltrú), Cod. 373, f° 69v° (Castellvi et Vilanova), Cod. 374, fos 88v°-89r° (Saplana), Cod. 375, f° 53v° (Tolsa) et f° 61r° (Caramany).

33 A. Luttrell, « The Earliest Documents on the Hospitaller Corso at Rhodes », p. 183.

34 AOM, Cod. 282, fos 114 v° et 172r°-173r°, et Cod. 283, f° 41r°.

35 En 1443, Gilabert de Loscos s’était approprié la totalité de la prise lors d’une opération contre les Turcs au grand dam de ses deux associés qui réclamaient leur part (AOM, Cod. 355, f° 144r°). En 1462, les deux frères Francesc de Boxols et Aymeric Despilles, qui étaient en charge d’une galée ou trirème appartenant au prieur de Catalogne, Jaume de la Geltrú, se plaignaient que ce dernier ne les faisait pas suffisamment bénéficier des gains de leur activité (AOM, Cod. 372, fos 82r°-v°).

36 Citons, en 1466, l’attaque d’une embarcation florentine par le commandeur Galvany Tolsa, qui avait mis sa galère à disposition de l’ordre pour aller chercher du blé en Sicile (AOM, Cod. 375 f° 54v°, et Cod. 376, fos 82v°-83r°).

37 P. Bonneaud, « Un débouché fréquent pour les cadets des différentes aristocraties catalanes ».

38 Voir, au sujet du grand commerce catalan en Méditerranée orientale, les ouvrages de C. Carrère, Barcelone, centre économique, de D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, et de M. Del Treppo, I mercanti catalani.

39 AOM, Cod. 374, fos 96r °-103r °, Cod. 375, fos 130r °-162v°, Cod. 376, fos 130v°-134v° et Cod. 377, fos 178r °-197v°.

40 Sur la crise financière, voir J. Sarnowsky, Macht und Herrschaft im Johanniterorden des 15. Jahrhunderts, pp. 525-582, et P. Bonneaud, « La crise financière des Hospitaliers de Rhodes au XVe siècle ».

41 AOM, Cod. 282, fos 55r°-62r°.

42 Z. Tsirpanlis, Anekdota, pp. 566-567 et 571-573, nos 225 et 227.

43 AOM, Cod. 283, fos 34v°-36r°.

44 AOM, Cod. 361, fos 130v°-131r°, et 108r°-109r°.

45 AOM, Cod. 361, f° 101v°.

46 P. Bonneaud, Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 100-116.

47 Sur le règne et la personne d’Alphonse V, voir A. Ryder, Alfonso the Magnanimous, King of Aragon, Naples and Sicily.

48 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, pp. 267-270. Joan de Vilagut devint châtelain d’Amposta puis, par la suite, lieutenant du maître Jean de Lastic, Garcia de Torres, bailli du commercium et procureur de l’ordre auprès du pape, Lluís de Mur, sénéchal du maître et bailli de Nègrepont, Dalmau Ramon Xetmar, drapier puis châtelain d’Amposta, Rafael Saplana, drapier puis prieur de Catalogne.

49 Ibid., pp. 296-312.

50 AOM, Cod. 361, f° 102r°.

51 P. Bonneaud, « Un débouché fréquent pour les cadets des différentes aristocraties catalanes », p. 11.

52 AOM, Cod. 355, fos 86-87, et Cod. 362, fos 64r° et 78v°-79r°.

53 AOM, Cod. 1441, bulle nº 244, fos 371r°-v°.

54 M. Navarro Sorni, Alfonso de Borja, papa Calixto III, pp. 476-527.

55 AOM, Cod. 367, fos 64r°-65v°.

56 ACA, RC 3176, f° 47v°.

57 P. Bonneaud, Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 300-302.

58 Id., Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, p. 182.

59 Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, Mateu de Mitjavila 1451-1452, Llibre de negocis de la orden de Sant Joan de Jerusalén ; Archivo Histórico Nacional, Cod. 606, Capítulos provinciales 1453-1466, fos 2v°-3v°.

60 AOM, Cod. 369, f° 76r°.

61 AOM, Cod. 379, fos 64v°-65v°.

62 Nous ne pouvons nous étendre davantage, dans le cadre de cette étude, sur la longue et complexe guerre civile catalane, ni sur le rôle joué par les Hospitaliers mentionnés ci-dessus, non plus que sur les effets du conflit dans les deux prieurés catalan et aragonais. Nous renvoyons sur ces sujets à P. Bonneaud, Els Hospitalers catalans a la fi de l’Edat mitjana, pp. 349-411.

Auteur

Chercheur indépendant

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540