Version classiqueVersion mobile

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

III. — Les ordres militaires et les elites de pouvoir

Les ordres militaires au service des pouvoirs monarchiques occidentaux

Kristjan Toomaspoeg

Texte intégral

1Ce n’est pas sans hésitation que j’ai accepté de me confronter au problème des ordres militaires au service des monarchies occidentales car il s’agit d’une thématique vaste, importante et encore peu étudiée. Après quelques mois passés à rassembler la documentation, je ne peux que confirmer la spécificité et l’envergure du sujet, dont je n’ébaucherai que les contours, en me limitant à quelques problématiques principales.

  • 1 Je ne parlerai pas des fonctionnaires ou membres des cours royales qui, dans le sens inverse, s’af (...)

2Évoquer les ordres militaires au service des monarchies, cela implique d’abord la collaboration avec les souverains européens, par exemple dans le contexte des combats en Terre sainte ou en péninsule Ibérique, donc les actions menées par les ordres dans leur ensemble. Cela renvoie ensuite aux activités des frères, à titre individuel, au service des cours royales comme fonctionnaires, diplomates, spécialistes de l’art de guerre, etc. Le présent volume étant consacré au problème des élites, donc aux hommes, j’ai donné la préférence au second aspect, celui des frères au service des rois, sans oublier que, souvent, ce service ne fut qu’une conséquence de la politique d’un ordre dans son ensemble1. Parce que la question est abordée ailleurs dans ce volume, on exclut ici la présence des frères à la cour pontificale de Rome ou d’Avignon, en conservant toutefois à l’esprit que les papes ont fréquemment eu recours aux membres des ordres militaires et que le service du Saint-Siège a pu quelquefois constituer un exemple pour le service du roi.

  • 2 U. Arnold, « Der Deutsche Orden zwischen Kaiser und Papst », p. 58.
  • 3 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England… », p. 217.

3Plusieurs historiens se sont demandés si l’entrée d’un frère ou d’un dignitaire au service d’une cour royale était due à ses capacités personnelles ou bien à son appartenance à un ordre militaire. La réponse est en général assez simple : les capacités de l’homme sont importantes mais non décisives, car s’il n’avait pas appartenu à un ordre, il lui aurait été beaucoup plus difficile d’intégrer le service curial. Ainsi, comme le relève Udo Arnold, Hermann von Salza avait des origines trop modestes pour pouvoir exercer son influence auprès des pouvoirs laïques et ecclésiastiques, et sa position fut uniquement redevable à son rang de maître de l’ordre Teutonique2. D’autre part, les capacités d’une personne et les sympathies réciproques pouvaient inciter le roi à donner la préférence à l’un ou à l’autre des ordres militaires. Ainsi, Helen Nicholson le souligne, le roi d’Angleterre Henri III s’est servi du Templier Geoffroy, à un moment où la cour anglaise avait plutôt tendance à collaborer avec les Hospitaliers3. Ces deux éléments, capacités personnelles et prestige des ordres, s’entremêlent d’une manière souvent imperceptible.

  • 4 A. Demurger, « Service curial ».
  • 5 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers ; M.-L. Bulst-Thiele, « Templer i (...)
  • 6 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, surtout pp. 463-626.
  • 7 A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, pp. 344-350 ; P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne(...)
  • 8 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England » ; J. Sarnowsky, « Kings and Priors  (...)
  • 9 K. Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire » ; Id., « The Templars in Central Europ (...)
  • 10 M. A. Rodríguez de la Peña, « La orden de Santa María de España y la orden Teutónica » ; Id., « La (...)

4Dans ses travaux, Alain Demurger a souligné l’importance de l’adhésion des ordres militaires et de leur personnel au service des monarchies d’Occident et il a surtout approfondi cette question dans le cas des Templiers et de leurs activités au sein des cours françaises, anglaises et ibériques. Les frères des ordres étaient des « fonctionnaires » royaux, des administrateurs des finances, des ambassadeurs, des officiers de l’armée4. Cette thématique a été étudiée d’une manière systématique depuis le mémoire de Léopold Delisle sur les activités financières du Temple publié en 1889, puis, plus récemment, par Marie Luise Bulst-Thiele dans sa recherche sur les Templiers au service des rois de France et d’Angleterre et des papes5. Par la suite, sont parues de bonnes synthèses concernant différentes monarchies, parmi lesquelles on peut citer celles de Philippe Josserand pour la Castille6, d’Alan Forey et de Pierre Bonneaud pour l’Aragon7, d’Helen Nicholson et de Jürgen Sarnowsky pour l’Angleterre8, de Karl Borchardt pour l’Europe centrale et de Damien Carraz pour les territoires angevins9, sans oublier les articles de Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña qui regardent plutôt l’ensemble des ordres au XIIIe siècle10. Ces divers travaux proposent une approche conceptuelle sur la question, mais bien d’autres ont abordé cette même thématique.

  • 11 K. Borchardt, « The Military-Religious Orders : A Medieval “School for Administrators” ? ».
  • 12 N. Jaspert, « Military Orders and Social History ».

5Dans le dernier colloque de Cardiff, Karl Borchardt a comparé l’ensemble des ordres militaires à une « école d’administrateurs » qui fournissait des fonctionnaires aux bureaucraties européennes et il a souligné la nécessité d’une étude approfondie fondée sur une prosopographie des membres des ordres au service des États11. Nikolas Jaspert, lors du dernier congrès sur les ordres militaires à Palmela, a encore souligné le rôle des ordres au service des pouvoirs laïques et l’importance de la méthode prosopographique12. Il s’agit ici d’une recherche de grande envergure qui sort du cadre de l’histoire des ordres militaires proprement dite et qui devrait se baser sur un dépouillement systématique des registres des chancelleries européennes, ce qui est encore loin d’être fait. Nous avons des informations plus précises dans les cas anglais, aragonais, bohémien, castillan, hongrois, portugais et sicilien, mais partout, une liste exhaustive fait encore défaut. Dans le cadre de cet article, j’ai recueilli les noms d’environ deux cents membres de divers ordres qui ont travaillé pour les administrations royales, à plusieurs niveaux ; mais le nombre de ces frères pourra sans doute être multiplié par deux ou trois, lorsque l’ensemble des sources aura été dépouillé région par région et royaume par royaume.

ORIGINE DES LIENS ENTRE ORDRES MILITAIRES ET MONARCHIES

  • 13 Prenons seulement l’exemple de l’ordre de Montjoie, fondé en 1174 par le comte de Sarria dans le r (...)
  • 14 U. Arnold, « Die Staufer und der Deutsche Orden » ; Id., « Entstehung und Frühzeit des Deutschen O (...)
  • 15 A. Forey, « The Military Order of St Thomas of Acre », p. 482.
  • 16 Z. H. Nowak, « Milites Christi de Prussia. Der Orden von Dobrin » ; B. Jähnig, « Zisterzienser und (...)
  • 17 A. Rüther, « Between International Horizon and Regional Boundary », p. 106 ; L. Jan, A. Rüther et (...)

6Les ordres militaires sont entrés au service des monarchies au moment même de leur création. Dans certains cas, la fondation ou la militarisation des ordres furent redevables aux pouvoirs laïques ou furent tout au moins influencées par ces derniers. C’est le cas de plusieurs institutions de la péninsule Ibérique, formées sur la base de milices destinées à lutter contre les musulmans13, tout comme de l’ordre Teutonique, favorisé par la cour impériale qui y vit un instrument logistique pour les opérations en Terre sainte et dans le royaume de Sicile14. Ce fut encore le cas d’ordres plus modestes, comme Saint-Thomas d’Acre15 — fondé par Richard Ier Cœur de Lion selon Matthieu Paris —, l’ordre de Dobrzyń16 — création du duc de Mazovie Conrad Ier — ou l’ordre des Croisiers à l’Étoile rouge17 — formé à l’initiative de la cour de Bohême pour faire face à l’invasion mongole.

  • 18 « … ad honorem Dei et ad bonum Christianitatis et destructionem saracenorum, et ad servicium et fi (...)
  • 19 B. Schwenk, « Aus der Frühzeit der geistlichen Ritterorden Spaniens », pp. 129 et 131.

7Ces ordres furent créés avec la participation plus ou moins explicite du pouvoir qui, souvent, ne cachait pas ses intentions. Ainsi, pour Sanche III de Castille, la mission de l’ordre de Calatrava consistait également à contribuer à sa propre autorité, tandis qu’Alphonse II d’Aragon précisa que la fondation du petit ordre d’Alcalá de la Selva, en 1174, était faite « en l’honneur de Dieu et pour le bien de la chrétienté et la destruction des Sarrasins, et au service et en fidélité de Moi-même et de mes successeurs, pour toujours18 ». Toutefois, en s’appuyant souvent sur l’affiliation cistercienne et en tirant profit des périodes de troubles politiques, ces ordres parvinrent à s’émanciper du pouvoir royal19. En revanche, ceux qui n’arrivèrent pas à une autonomie complète, comme Alcalá de la Selva ou Saint-Thomas d’Acre, furent condamnés à rester des réalités d’une importance réduite.

  • 20 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest » ; B. Schwenk, « Aus der Frühzeit der (...)
  • 21 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen une päpstlichen Diensten », p. 292.
  • 22 M. Melville, « Les débuts de l’ordre du Temple », p. 29.
  • 23 Ibid., pp. 28-29.

8Les deux ordres majeurs du Temple et de l’Hôpital restèrent, quant à eux, en dehors de ce schéma et les pouvoirs princiers n’eurent aucun rôle direct dans leur formation. Le lien entre les administrations royales, les Templiers et les Hospitaliers se constitua d’une manière différente, mais non moins rapidement, dès les années 1130. Les deux ordres entrèrent tôt au service des royaumes ibériques dans le cadre de la Reconquête20, tandis que dès 1139 on trouve le premier Templier, Thierry Galeran, dans la familia de Louis VII de France21. Cette collaboration culmina durant la Seconde Croisade, lorsque la contribution des Templiers à l’armée royale fut décisive au point de pousser Louis VII à écrire à l’abbé Suger : « Nous ne savons pas, nous ne pouvons pas imaginer comment nous aurions pu exister dans ce pays sans leur aide. Leur assistance ne nous manqua jamais depuis le premier jour de notre arrivée22 ». Il se pourrait, comme le suggère Marion Melville, que les prouesses des Templiers tirent leurs origines de leur expérience de la guerre en montagne, acquise dans les Pyrénées23 ; soulignons cependant que le roi apprécia surtout le rôle d’intermédiaires financiers et les transferts de ressources assumés par les Templiers.

  • 24 J. Fleckenstein, « Kaisertum und Rittertum in der Stauferzeit », pp. 18-19.
  • 25 J. Richard, « Les Templiers et Hospitaliers en Bourgogne et Champagne méridionale », p. 234.
  • 26 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, pp. 55-59.

9La formation des liens entre la monarchie française et les Templiers relève d’un contexte social précis qui est celui de la noblesse européenne. Josef Fleckenstein a rappelé la double appartenance des chevaliers allemands à une réalité locale, le Rittertum, et à une institution universelle, le Kaisertum24. On pourrait utiliser le même schéma pour les chevaliers des ordres militaires qui représentent leur institution d’appartenance, mais restent malgré tout attachés à leurs familles et régions d’origine. Hugues de Payns était un vassal du comte de Champagne Hugues Ier — qui, lui-même, s’affilia au Temple25 — ; et la naissance des liens entre les Templiers et les Hospitaliers et les cours européennes reposa surtout sur l’intégration des maîtres et des autres frères au système féodal, comme sur les rapports noués avec la noblesse, tant en Terre sainte qu’en Europe. De ce point de vue, les voyages des fondateurs des ordres en Occident, comme celui d’Hugues de Payns entre 1127 et 112926, durent revêtir une importance essentielle.

LES MODALITES DU SERVICE CURIAL

  • 27 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England », p. 209.
  • 28 À l’exception de la partie septentrionale de l’actuelle Estonie qui appartenait à la couronne dano (...)

10Après la seconde croisade, les ordres militaires se retrouvèrent d’une manière très régulière au service des monarchies européennes, et il convient à présent d’examiner les modalités de cette collaboration. Selon la définition proposée par Helen Nicholson, les ordres pouvaient prodiguer aux cours royales des services de nature religieuse ou séculière27. Ces derniers concernent surtout la participation aux opérations militaires, le rôle de conseiller du roi, la gestion des finances ou d’autres tâches dans l’appareil bureaucratique ou les missions diplomatiques, tandis que dans d’autres champs, comme l’administration de la justice, l’implication des frères au service de la monarchie fut plus limitée. Presque tous les ordres, à l’exception de ceux qui furent isolés sur le plan géographique — comme les Porte-Glaive de Livonie qui opéraient dans une région sans monarchie constituée28 — ont servi les rois d’Occident à un moment ou à un autre. En France et en Angleterre, les Templiers collaborèrent d’abord au service curial, mais par la suite, si les rois de France continuèrent à préférer les Templiers, les rois d’Angleterre se tournèrent vers les Hospitaliers. De leur côté, les rois de Sicile ne commencèrent à s’entourer des membres des ordres qu’avec l’arrivée des Angevins en 1265.

  • 29 H. Kluger, Hochmeister Hermann von Salza und Kaiser Friedrich II. ; et J. Sarnowsky, s. v. « Herma (...)
  • 30 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, p. 545.
  • 31 K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia Medievale ; et Z. Hunyadi, « The Hospitallers (...)
  • 32 C. Barquero Goñi, « The Hospitallers and the Kings of Navarre », p. 252.
  • 33 J. Sarnowsky, « Kings and Priors », p. 85.

11Les premiers frères à servir les rois furent des conseillers et familiers des souverains : ce fut le cas surtout de prieurs ou maîtres régionaux qui gagnèrent ces positions, non seulement grâce à leurs qualités mais surtout grâce à leur rang. Il ne s’agissait pas d’une simple position honorifique, mais d’un rôle du premier plan dans la participation aux affaires du royaume et la prise de décision, avec la possibilité d’influencer la politique du roi. Ainsi, la collaboration entre Frédéric II et Hermann von Salza fut institutionnalisée en 1216, lorsque le maître des Teutoniques devint membre de la cour du souverain et son conseiller29. Sans doute, il y eut une évolution chronologique, dans la mesure où, à l’origine, tous les maîtres régionaux n’étaient pas forcément proches des rois, alors que, par la suite, le prieur ou le maître fut automatiquement le conseiller du souverain. On retrouve ce schéma en Castille au XIIe siècle30, en Sicile et en Hongrie dans la seconde moitié du XIIIe siècle31, en Navarre au XIVe siècle32, ou encore en Angleterre au XVe siècle33, pour ne donner que quelques exemples.

  • 34 K. Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire », pp. 205-206.
  • 35 Sur les rapports entre Frédéric II et les ordres militaires en général, voir H. Cleve, « Kaiser Fr (...)
  • 36 K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia Medievale, pp. 70-72.
  • 37 K. Militzer, « From the Holy Land to Prussia ».

12Cette forme de collaboration servit aussi bien les intérêts de la cour que ceux des ordres eux-mêmes qui en profitaient pour influencer la politique monarchique. Cela est bien visible durant le conflit entre la papauté et l’Empire de Frédéric II, lorsque les Hospitaliers nommèrent en Europe centrale deux grands-commandeurs, le frère Clément, pour les régions sous l’influence du pape, et Raimbaud de Voczon, pour les zones pro-impériales34, ce qui leur permit de maintenir des hommes de confiance auprès de pouvoirs en conflit35. Un peu plus tard, les chapitres du Temple et de l’Hôpital déléguèrent auprès de Charles Ier d’Anjou une série d’officiers comme Guillaume de Beaujeu, Philippe d’Égly et Jacques de Taxy36, qui furent à la fois ses conseillers et des représentants de leurs propres institutions. Les Teutoniques à leur tour surent maintenir une subtile « équidistance » — bien soulignée par Udo Arnold et Klaus Militzer — entre les pouvoirs pontificaux et impériaux grâce à l’habileté d’Hermann von Salza37. Après la mort du maître, en 1239, ces mêmes pouvoirs en conflits jouèrent sur les divisions internes de l’ordre Teutonique dont une partie se présenta comme pro-impériale, tandis qu’une autre soutenait la papauté.

  • 38 Par exemple, Johann Frechen, commandeur du bailliage teutonique de Sicile, fut obligé de participe (...)
  • 39 Ainsi, la collaboration entre le roi d’Angleterre Richard Ier Cœur de Lion et les Templiers et les (...)

13Une fonction fréquemment exercée par les membres des ordres fut celle d’officiers de l’armée royale et de spécialistes de la guerre. Comme on l’a relevé plus haut, l’implication du Temple dans les guerres contre les musulmans en péninsule Ibérique et en Terre sainte remonte aux années 1130 ; les ordres ibériques se mirent au service des rois d’Aragon, de Castille et de Portugal au cours du XIIe siècle ; les Hospitaliers, militarisés plus tard, commencèrent à servir les armées royales aragonaise, castillane et sicilienne au siècle suivant ; en revanche, la participation des Teutoniques aux armées européennes en dehors de la Terre sainte resta plus épisodique38. Rappelons à cet égard que le présent bilan regarde exclusivement les services rendus en Occident et qu’il écarte la question, bien documentée et importante, de la collaboration entre les ordres militaires et les souverains européens dans l’Orient latin39.

  • 40 H. Nicholson, « The Hospitallers in England, the Kings of England », p. 39.
  • 41 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, p. 623.
  • 42 Ibid., pp. 545 et 548 ; A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitallers of Rhodes  (...)
  • 43 Il suffit d’évoquer la participation des Hospitaliers à l’administration de l’Irlande pour le comp (...)
  • 44 Ainsi, en Angleterre au début du XIIIe siècle, les Templiers soutinrent Jean Sans Terre lors des a (...)
  • 45 A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitallers of Rhodes », p. 4 ; P. Bonneaud, L (...)
  • 46 Ibid., pp. 269 sqq.
  • 47 B. Stossek, « Maisons et possessions des Templiers en Hongrie », p. 247.
  • 48 Ainsi, l’empereur Sigismond essaya-t-il, dans la première moitié du XVe siècle, d’utiliser les Teu (...)

14Les ordres se distinguèrent surtout comme spécialistes de la guerre maritime, en se chargeant non seulement des aspects strictement militaires, mais encore de la logistique navale et de l’organisation de la navigation. Ce fut le cas du Temple dans l’Angleterre d’Henri III, de l’Hôpital dans le royaume angevin de Sicile et dans l’Angleterre d’Édouard II et de Richard II40, comme de Santa María de España en Castille sous Alphonse X41. Une autre spécialité des ordres était la défense des régions frontalières, comme aux limites orientales de la Pologne ou bien aux confins méridionaux de la Castille et de l’Aragon42. Mais on connaît encore bien des exemples de leur participation à des expéditions terrestres, à des opérations de « sécurité intérieure »43 ou à des épisodes de guerre civile où ils soutenaient, en principe, les souverains en place44. À l’origine, ce rôle militaire des frères dérivait de leur lutte contre les musulmans ou les païens, mais au cours du XIIIe siècle, il se trouva étendu aux conflits entre pouvoirs chrétiens. Les Hospitaliers participèrent à la croisade d’Aragon de 1285, puis à la guerre des Vêpres siciliennes45 et aux hostilités entre Aragon et Castille, pour finir, aux XIVe et XVe siècles, par servir les pouvoirs ibériques dans des circonstances bien éloignées de la guerre sainte — comme la conquête du royaume angevin de Sicile réalisée par Alphonse V le Magnanime dans les années 144046. La même constatation vaudrait encore pour les ordres hispaniques, comme Alcántara, Santiago et Calatrava, et plus encore pour les petits ordres « nationaux ». La lutte pour la défense de la foi au service des pouvoirs monarchiques continua toutefois à exister et fut même ranimée avec la menace mongole, au XIIIe siècle47, et celle des Ottomans, aux deux siècles suivants48.

  • 49 K. Toomaspoeg, « Les ordres religieux-militaires et la diplomatie ».
  • 50 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England », pp. 210-211.

15Une autre fonction régulièrement exercée par les membres des ordres militaires, celle d’ambassadeur, envoyé et négociateur, nécessiterait des études plus approfondies au vu de l’importance de la question49. Les premiers Templiers et Hospitaliers au service des rois de France et d’Angleterre ou bien du pape servirent aussi comme envoyés « diplomatiques », tandis que, par la suite, même les souverains qui recoururent peu aux ordres militaires, comme l’empereur Frédéric II, se servirent des dignitaires des ordres dans leurs négociations avec la cour pontificale ou avec d’autres pouvoirs laïques. Sur ce point, il faut distinguer la participation de certains frères aux accords et les simples missions exercées pour le compte du roi. Si les missions impliquent une fidélité au souverain et une confiance de sa part — comme l’illustre bien le cas des Templiers au service d’Henri II d’Angleterre, en particulier dans l’affaire Thomas Becket50 —, les négociations d’accords exigeaient en plus des connaissances spécifiques. Or, dans ce cadre, les frères des ordres militaires étaient souvent considérés comme les meilleurs diplomates de leur temps.

  • 51 Voir par exemple I. Hlaváček, « Zur Rolle der geistlichen und ritterlichen Orden am Hofe der böhmi (...)
  • 52 D. Carraz, « Christi fideliter militantium in subsidio Terre Sancte » ; K. Toomaspoeg, Templari e (...)
  • 53 R. Filangieri et alii, Registri della cancelleria Angioina, t. XII, p. 170, et t. XIX, p. 92.
  • 54 H. Bresc, « Gli ordini ospedalieri e militari nel Mediterraneo » ; D. Carraz, L’ordre du Temple da (...)

16Les envoyés et négociateurs issus des rangs des ordres militaires représentent, comme nous l’avons vu dans le cas d’Hermann von Salza, un bon exemple d’ascension sociale offerte aux membres de la petite et moyenne noblesse. La même constatation vaut pour ceux qui, d’une manière ou de l’autre, travaillèrent dans les administrations royales. Le service administratif, à la différence de la fonction diplomatique, ne fut pas exercé partout, et l’on rencontre des singularités chronologiques et géographiques plutôt significatives. Les fonctionnaires royaux issus des ordres militaires apparaissent dans les cours pontificale, française, anglaise et castillane dans la seconde moitié du XIIe siècle, puis on les retrouve, au siècle suivant, dans les autres États ibériques et dans le royaume angevin et aragonais de Sicile. Bien qu’ils fussent des conseillers et envoyés du monarque, les frères des ordres militaires exercèrent rarement des fonctions d’administrateur dans la plupart des autres États, comme les royaumes de Bohême, de Pologne ou de Hongrie, ou encore en Scandinavie et dans le monde germanique51. Cette différence s’explique par les divers modes de recrutement des fonctionnaires comme l’illustre bien le cas du royaume de Sicile. Les rois normands et les Staufen n’ont jamais utilisé les ordres militaires dans leur administration, qui comportait peu de religieux par ailleurs, à l’exception de quelques Cisterciens. Avec Charles Ier d’Anjou, en 1265, tout changea et le nouveau roi et ses successeurs se servirent des Templiers et des Hospitaliers qui exercèrent aussi bien des tâches traditionnellement confiées aux ordres, comme celles de trésorier, de provisor castrorum ou de responsable de la logistique militaire52, que des fonctions très spécifiques, comme celle de responsable des mines d’argent de Calabre, confiées en 1274 à l’Hospitalier Raymond d’Avignon53. Il s’agit d’une tradition importée du comté de Provence, où les Angevins s’appuyaient depuis longtemps sur les administrateurs templiers et hospitaliers et où ces derniers possédaient un certain bagage de connaissances techniques, également utilisé par d’autres pouvoirs locaux54.

  • 55 A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, pp. 344-345 : « The Order thus contributed a not i (...)
  • 56 Ibid., p. 345.
  • 57 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers ; E. Ferris, « The Financial Rela (...)
  • 58 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, pp. 37 sqq sur la gestion du tré (...)

17Comme l’a bien relevé Alan Forey, à une époque où les couronnes ne possédaient pas encore un corps suffisant d’administrateurs professionnels, les ordres militaires, comme les autres institutions ecclésiastiques, servirent de base de recrutement pour les fonctionnaires55. Les membres des ordres militaires provenaient souvent des couches dynamiques et quelquefois instruites de la société, comme la petite noblesse urbaine, et ils avaient acquis une bonne expérience administrative en gérant leurs propres possessions56. Par ailleurs, à partir du XVe siècle au moins, ces institutions se soucièrent également de l’éducation de leurs propres personnels, en envoyant quelquefois des frères dans les universités pour étudier le droit et d’autres compétences nécessaires à l’administration du patrimoine. Les qualités des administrateurs issus des ordres militaires sont particulièrement évidentes dans les domaines des finances et de la gestion du trésor57. Plusieurs frères du Temple furent trésoriers des rois de France et d’Angleterre ou fonctionnaires du trésor aragonais ; certains furent trésoriers des rois angevins de Sicile et d’autres travaillèrent pour le trésor aragonais de l’île. À cet égard, l’œuvre de Léopold Delisle sur les finances templières reste indispensable car elle montre nettement la distinction entre les simples activités de dépôt et de prêt et la gestion propre des divisions du trésor royal58. Savoir manipuler l’argent comptant est une caractéristique propre aux ordres militaires, qui, en théorie, devaient produire en Occident des ressources et les envoyer d’une manière sûre et rapide en Orient. En réalité, les ressources pouvaient aussi être utilisées en Europe, mais la clef du système résidait de toute manière dans la capacité à produire, gérer et distribuer de l’argent en s’appuyant sur une organisation très centralisée.

  • 59 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Diensten », pp. 295-297 ; A. Forey, T (...)
  • 60 R. Filangieri di Candida, Registri della cancelleria Angioina, t. I, pp. 69, 117 et 149.

18Outre la fonction de trésorier, les membres des ordres militaires, en particulier les Templiers et les Hospitaliers, ont exercé d’autres tâches dans le domaine de l’économie et des finances, comme celle d’aumônier du roi (dans les cas anglais, aragonais, français et sicilien)59, qui correspondait parfois à un véritable « ministère de l’économie ». En outre, ils avaient souvent la responsabilité de la logistique maritime et militaire et s’occupaient de l’administration territoriale : ainsi, ce Templier Geoffroy qui, en 1266, gouverna les Abruzzes au nom de Charles Ier d’Anjou60.

LE PATRONAGE ROYAL

  • 61 E. Bellomo, The Templar Order in North-west Italy, p. 32 ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la ba (...)
  • 62 E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago » ; J. Longnon, « L’empere (...)

19La collaboration entre les ordres militaires et les monarchies européennes fut, dès l’origine, étroite et intense, et les souverains ont manifesté une confiance, de prime abord, étonnante envers les frères. Les maisons du Temple de Londres et de Paris abritèrent pas mal de secrets d’État ; en 1158, lors du siège de Milan, Frédéric Ier Barberousse établit son quartier général chez les Templiers, hors les murs de la ville ; de la même façon, un siècle plus tard, Charles Ier d’Anjou utilisa la maison templière de Marseille pour ses négociations diplomatiques61. Pour expliquer les motivations qui poussaient les rois à se servir des frères, il ne paraît nullement naïf de souligner l’importance de la discrétion et de la discipline interne des ordres militaires, donc leur capacité à tenir le secret. Les autres facteurs d’explication résident dans la présence capillaire des maisons des ordres militaires dans toute l’Europe, la fascination qu’ils exercèrent sur le plan idéologique et religieux, enfin, les capacités personnelles et les connaissances des frères. Les ordres étaient très bien vus par la plupart des monarchies, qui, quelquefois, entrèrent même en concurrence pour obtenir leur collaboration : ainsi, dans les années 1240, le dernier empereur latin de Constantinople, Baudouin II, et le roi Ferdinand III de Castille firent tous les deux appel à l’aide militaire de Santiago, finalement acquise par la cour de Castille62.

  • 63 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica en Castilla (...)
  • 64 K. Borchardt, « Military Orders in East Central Europe », p. 252.
  • 65 J. Sarnowsky, « Kings and Priors », p. 85.
  • 66 T. Leccisotti, Il « Monasterium Terrae Maioris », pp. 102-103, n° 69.
  • 67 G. L. Barberi, Beneficia Ecclesiastica.

20On a évoqué plus haut le lien étroit entre la fondation de quelques ordres militaires, en substance ceux de la péninsule Ibérique, et les dynasties royales. Ces liens se sont intensifiés au cours du temps. Entre 1250 et 1350, dans tous les royaumes ibériques, les ordres, locaux comme internationaux, ont été placés sous le contrôle du pouvoir monarchique, selon un processus bien établi par Carlos de Ayala Martínez et Philippe Josserand63. Le même constat vaut pour les « satellites » du royaume aragonais, comme la Sicile, mais aussi pour le royaume d’Angleterre. À la fin du Moyen Âge, dans des circonstances diverses mais de façon inéluctable, tous les ordres militaires à l’exception de l’Hôpital ont perdu leur autonomie. Rappelons qu’à partir de 1466, même l’ordre Teutonique en Prusse ne fut juridiquement qu’un vassal de la couronne polonaise. Cette dépendance est en partie issue du système des liens féodaux : comme le rappelle Karl Borchardt, les grands ordres militaires ne furent jamais exonérés des obligations envers les seigneurs laïques et leurs privilèges, pontificaux ou autres, ne les libéraient pas du serment d’hommage64. Au fond, leur position n’était donc pas radicalement différente de celle des autres pouvoirs féodaux. Jürgen Sarnowsky relève qu’en Angleterre, au XVe siècle, le prieur de l’Hôpital n’était pas seulement le représentant d’un ordre religieux mais aussi le premier baron du royaume65. Il existe de très nombreux exemples des liens de dépendance féodale entre les monarchies et les ordres militaires. Ainsi, en 1295, le maître du Temple en personne prêta hommage au roi de Sicile Charles II pour la possession de certains fiefs, hérités du monastère de la Terre Majeure, en Capitanate, et incorporés au temporel de l’ordre66. Toutefois, il ne s’agit pas pleinement d’une soumission de type féodal, mais plutôt d’une conséquence du patronage royal sur l’Église, et ce notamment dans le cas des royaumes ibériques. Le patronage royal se trouve théorisé dans quelques manuscrits du XVIe siècle ; par exemple, les Beneficia Ecclesiastica, rédigés entre 1511 et 1521 par un fonctionnaire de la cour sicilienne, Giovanni Luca Barberi, sont très explicites sur ce point67.

  • 68 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, p. 581.
  • 69 N. Housley, The Italian Crusades, p. 77 : il s’agit d’un passage de Bartolomeo de Neocastro, Histo (...)
  • 70 K. Toomaspoeg, « The Teutonic Order in Italy : an Example of the Diplomatic Ability of the Militar (...)

21La dépendance par rapport au pouvoir princier plaça les ordres militaires face à une série de difficultés. Sans parler des problèmes liés à l’utilisation des ressources propres aux institutions, désormais contrôlées par les rois, il n’était pas rare que les frères d’un même ordre fussent contraints de combattre les uns contre les autres. Ainsi, en 1361, dans la bataille de Miedes, entre Castille et Aragon, des Hospitaliers furent présents dans les deux camps opposés68. De même, les frères furent souvent amenés à servir deux patrons. On a évoqué ce phénomène à travers la lutte entre la papauté et Frédéric II, une situation difficile que seule l’habileté diplomatique des ordres permit de contourner. En 1285, lorsque fut proclamée la croisade contre Pierre III d’Aragon, les Hospitaliers durent participer aux opérations militaires du côté du pape, mais sans « trahir » la couronne aragonaise : il fallut donc marcher sur une corde bien étroite. Une légende veut qu’à la suite de la chute de Tripoli, les Templiers aient protesté contre le détournement de la croisade en Occident. Il est pourtant très peu probable que l’ordre ait critiqué les décisions du pape69. Les Teutoniques, de leur côté, surent s’attirer l’amitié de toutes les dynasties au pouvoir dans l’Italie méridionale, sans entrer pour cela en conflit avec la papauté70.

  • 71 T. Nyberg, « Skandinavisches Königtum, Papsttum und Johanniter : Versuch einer Charakterisierung » (...)

22Pour conclure ce rapide tour d’horizon, il faut une nouvelle fois souligner l’importance et le caractère universel de l’adhésion des ordres militaires et de leur personnel au service des monarchies. Certes, les modalités de ce dernier varièrent souvent, et si les dignitaires furent presque partout des conseillers des rois et souvent des diplomates, le service administratif et militaire des ordres se distingua avant tout dans la péninsule Ibérique, en Sicile angevine et aragonaise, en France et en Angleterre. Les liens entre les monarchies et les ordres s’établirent au moment de leur fondation et se transformèrent progressivement en une dépendance par rapport au pouvoir princier. Rares furent finalement les cas où se déclencha un conflit violent entre les rois et les ordres militaires, comme par exemple en Norvège71. Il est de même difficile d’évoquer la préférence des frères pour une monarchie en particulier car, pour les ordres militaires, les nécessités politiques rendaient tout simplement ce genre de choix impossible.

  • 72 Z. Hunyadi, « Hospitaller Officials of Foreign Origin ».
  • 73 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, p. 94.

23Le personnel des ordres militaires au service des monarchies occidentales offre un formidable exemple d’ascension sociale pour des hommes qui, par leurs seules origines, auraient difficilement pu s’élever au rang de proches collaborateurs de la cour. Ce phénomène s’avère particulièrement intéressant si l’on prend en considération les origines géographiques de ces frères qui parfois n’étaient pas issus du royaume qu’ils servaient, tels les ressortissants de territoires français en Angleterre, les Provençaux en Sicile ou encore les Italiens du Nord en Hongrie72. Une telle constatation renvoie parfaitement à la question des frères des ordres militaires comme membres d’une élite médiévale. Finalement, on peut se référer à Léopold Delisle, en concluant que l’éclat des prouesses militaires des frères a peut-être éclipsé les services « civils » que leurs ordres ont rendus à la société européenne, « mais [que] de tels services ne devront pas être oubliés, quand il s’agira de porter un jugement équitable et définitif sur un ordre de chevalerie73 ».

Notes

1 Je ne parlerai pas des fonctionnaires ou membres des cours royales qui, dans le sens inverse, s’affilièrent aux ordres militaires, comme Sanche d’Aragon, entré à l’Hôpital au début du XIVe siècle, A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitallers of Rhodes », p. 18. Il s’agit dans ces cas des mesures prises par les pouvoirs monarchiques pour exercer un contrôle sur les Ordres.

2 U. Arnold, « Der Deutsche Orden zwischen Kaiser und Papst », p. 58.

3 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England… », p. 217.

4 A. Demurger, « Service curial ».

5 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers ; M.-L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Diensten ».

6 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, surtout pp. 463-626.

7 A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, pp. 344-350 ; P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, surtout pp. 245-270. Voir aussi E. Albert i Corp, « Els templers i la politica de la Corona d’Aragó ».

8 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England » ; J. Sarnowsky, « Kings and Priors ».

9 K. Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire » ; Id., « The Templars in Central Europe » ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône ; Id., « Christi fideliter militantium in subsidio Terre Sancte » ; Id, « Pro servitio maiestatis nostre ».

10 M. A. Rodríguez de la Peña, « La orden de Santa María de España y la orden Teutónica » ; Id., « Las órdenes militares como instrumento de la monarquía ».

11 K. Borchardt, « The Military-Religious Orders : A Medieval “School for Administrators” ? ».

12 N. Jaspert, « Military Orders and Social History ».

13 Prenons seulement l’exemple de l’ordre de Montjoie, fondé en 1174 par le comte de Sarria dans le royaume de León, A. Forey, « The Order of Mountjoy », p. 251.

14 U. Arnold, « Die Staufer und der Deutsche Orden » ; Id., « Entstehung und Frühzeit des Deutschen Ordens ».

15 A. Forey, « The Military Order of St Thomas of Acre », p. 482.

16 Z. H. Nowak, « Milites Christi de Prussia. Der Orden von Dobrin » ; B. Jähnig, « Zisterzienser und Ritterorden » ; A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 70-71 ; J. Sarnowsky, s. v. « Dobrin, ordre de ».

17 A. Rüther, « Between International Horizon and Regional Boundary », p. 106 ; L. Jan, A. Rüther et M. Starnawska, s. v. « Croisiers ».

18 « … ad honorem Dei et ad bonum Christianitatis et destructionem saracenorum, et ad servicium et fidelitatem meam meorumque successorum per secula cuncta » (Ph. Josserand, « Ad bonum Christianitatis et destructionem saracenorum », p. 324).

19 B. Schwenk, « Aus der Frühzeit der geistlichen Ritterorden Spaniens », pp. 129 et 131.

20 A. Forey, « The Military Orders and the Spanish Reconquest » ; B. Schwenk, « Aus der Frühzeit der geistlichen Ritterorden Spaniens », p. 120 ; et sur le rôle joué par les Teutoniques, J. M. Rodríguez García, « Alfonso X and the Teutonic Order », p. 320. Voir aussi R. Hiestand, « Die Anfänge der Johanniter ».

21 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen une päpstlichen Diensten », p. 292.

22 M. Melville, « Les débuts de l’ordre du Temple », p. 29.

23 Ibid., pp. 28-29.

24 J. Fleckenstein, « Kaisertum und Rittertum in der Stauferzeit », pp. 18-19.

25 J. Richard, « Les Templiers et Hospitaliers en Bourgogne et Champagne méridionale », p. 234.

26 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, pp. 55-59.

27 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England », p. 209.

28 À l’exception de la partie septentrionale de l’actuelle Estonie qui appartenait à la couronne danoise, cet espace ayant toutefois été usurpé par les Porte-Glaive, qui n’y reconnurent pas l’autorité royale. Pour tout ce qui touche à l’histoire de cet ordre, voir F. Benninghoven, Der Orden der Schwertbrüder ; et K. Militzer, s. v. « Porte-Glaive, ordre des ».

29 H. Kluger, Hochmeister Hermann von Salza und Kaiser Friedrich II. ; et J. Sarnowsky, s. v. « Hermann de Salza ».

30 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, p. 545.

31 K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia Medievale ; et Z. Hunyadi, « The Hospitallers in the Kingdom of Hungary ».

32 C. Barquero Goñi, « The Hospitallers and the Kings of Navarre », p. 252.

33 J. Sarnowsky, « Kings and Priors », p. 85.

34 K. Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire », pp. 205-206.

35 Sur les rapports entre Frédéric II et les ordres militaires en général, voir H. Cleve, « Kaiser Friedrich II. und die Ritterorden ».

36 K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia Medievale, pp. 70-72.

37 K. Militzer, « From the Holy Land to Prussia ».

38 Par exemple, Johann Frechen, commandeur du bailliage teutonique de Sicile, fut obligé de participer, au milieu du XVe siècle, à la guerre du roi d’Aragon d’Alphonse V pour la conquête du royaume angevin de Sicile, K. Toomaspoeg, Les Teutoniques en Sicile, pp. 281-283.

39 Ainsi, la collaboration entre le roi d’Angleterre Richard Ier Cœur de Lion et les Templiers et les Hospitaliers durant la troisième croisade, J. Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus, p. 119.

40 H. Nicholson, « The Hospitallers in England, the Kings of England », p. 39.

41 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, p. 623.

42 Ibid., pp. 545 et 548 ; A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitallers of Rhodes », pp. 8-9.

43 Il suffit d’évoquer la participation des Hospitaliers à l’administration de l’Irlande pour le compte des rois anglais du XIVe siècle, A. Demurger, « Service curial », p. 866.

44 Ainsi, en Angleterre au début du XIIIe siècle, les Templiers soutinrent Jean Sans Terre lors des affrontements entre la noblesse et la cour royale, M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Diensten », p. 297. En Aragon, en 1347, le châtelain d’Amposte de l’Hôpital, le maître de Montesa et le grand-commandeur de Montalbán restèrent loyaux envers le roi, A. Luttrell, « La Corona de Aragón y las órdenes militares », p. 72. Pour un autre contexte plus complexe, voir J. F. O’Callaghan, « The Masters of Calatrava and the Castilian Civil War ».

45 A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitallers of Rhodes », p. 4 ; P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, p. 247.

46 Ibid., pp. 269 sqq.

47 B. Stossek, « Maisons et possessions des Templiers en Hongrie », p. 247.

48 Ainsi, l’empereur Sigismond essaya-t-il, dans la première moitié du XVe siècle, d’utiliser les Teutoniques contre les Turcs, Z. H. Nowak, « Die imperialen Vorstellungen Siegmunds von Luxemburg und der Deutsche Orden ».

49 K. Toomaspoeg, « Les ordres religieux-militaires et la diplomatie ».

50 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England », pp. 210-211.

51 Voir par exemple I. Hlaváček, « Zur Rolle der geistlichen und ritterlichen Orden am Hofe der böhmischen Luxemburger » ; Z. Hunyadi, « Milites Christi in the Medieval Kingdom of Hungary ».

52 D. Carraz, « Christi fideliter militantium in subsidio Terre Sancte » ; K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia Medievale.

53 R. Filangieri et alii, Registri della cancelleria Angioina, t. XII, p. 170, et t. XIX, p. 92.

54 H. Bresc, « Gli ordini ospedalieri e militari nel Mediterraneo » ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 213-217.

55 A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, pp. 344-345 : « The Order thus contributed a not inconsiderable number of those temporary officials on whom any royal administration of the period so much depended ».

56 Ibid., p. 345.

57 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers ; E. Ferris, « The Financial Relations of the Knights Templar to the English Crown » ; M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Diensten » ; A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, pp. 345-350 ; A. Demurger, s. v. « Trésor ». Pour le cadre général, voir aussi A. Baudin, G. Brunel et N. Dohrmann, L’économie templière en Occident.

58 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, pp. 37 sqq sur la gestion du trésor royal.

59 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Diensten », pp. 295-297 ; A. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, p. 345 ; H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England », pp. 205 sqq ; et D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, p. 449.

60 R. Filangieri di Candida, Registri della cancelleria Angioina, t. I, pp. 69, 117 et 149.

61 E. Bellomo, The Templar Order in North-west Italy, p. 32 ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, p. 447.

62 E. Benito Ruano, « Balduino II de Constantinopla y la orden de Santiago » ; J. Longnon, « L’empereur Baudouin II et l’ordre de Saint-Jacques ».

63 C. de Ayala Martínez, « Las órdenes militares y los procesos de afirmación monárquica en Castilla y Portugal » ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 463-647.

64 K. Borchardt, « Military Orders in East Central Europe », p. 252.

65 J. Sarnowsky, « Kings and Priors », p. 85.

66 T. Leccisotti, Il « Monasterium Terrae Maioris », pp. 102-103, n° 69.

67 G. L. Barberi, Beneficia Ecclesiastica.

68 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, p. 581.

69 N. Housley, The Italian Crusades, p. 77 : il s’agit d’un passage de Bartolomeo de Neocastro, Historia sicula, pp. 108-109.

70 K. Toomaspoeg, « The Teutonic Order in Italy : an Example of the Diplomatic Ability of the Military Orders ».

71 T. Nyberg, « Skandinavisches Königtum, Papsttum und Johanniter : Versuch einer Charakterisierung », p. 134.

72 Z. Hunyadi, « Hospitaller Officials of Foreign Origin ».

73 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, p. 94.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search