Version classiqueVersion mobile

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

III. — Les ordres militaires et les elites de pouvoir

Les relations du Saint-Siège avec les ordres militaires sous le pontificat d’Honorius III (1216-1227)

Pierre-Vincent Claverie

Texte intégral

  • 1 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple ; E. H. Kantorowicz, L’empereur Frédéric II ; P. -V.(...)

1Il est d’usage d’aborder dans un volume d’hommage un point d’histoire négligé ou cher au dédicataire de cet ouvrage. C’est le sens de la présente étude qui entend restaurer l’image de marque d’un souverain pontife du XIIIe siècle, considéré comme le père des ordres mendiants. Ce cliché est si vrai qu’Alain Demurger n’évoque pas une seule fois la figure d’Honorius III dans son indémodable Vie et mort de l’ordre du Temple. Cette omission tient autant à l’édition incomplète des registres d’Honorius III qu’à l’image de faiblesse attachée au profil du camérier Cencio depuis les travaux d’Ernst Kantorowicz. Ce constat nous a amené à rédiger une monographie sur sa politique orientale, dont un chapitre traite de ses relations avec les ordres militaires. La présente étude résumera les conclusions de cet essai, en évoquant succinctement le financement de la cinquième croisade, la protection canonique du Saint-Siège, ainsi que ses interventions politiques et disciplinaires dans la vie des ordres militaires1.

  • 2 J. Clausen, Papst Honorius III., pp. 1-7 ; A. Paravicini-Bagliani, « Honorius III ». Honorius n’ap (...)

2Avant d’entamer cette étude, il convient de présenter sommairement la figure d’Honorius III, élu pape le 18 juillet 1216 par un duumvirat de cardinaux chargés de trouver un successeur à Innocent III. Le cardinal Cencio était un homme d’une cinquantaine d’années, qui avait effectué toute sa carrière à la Curie. Né vers 1160 dans un lignage aristocratique romain, il avait été successivement chanoine de Sainte-Marie Majeure, camérier pontifical et cardinal-diacre de Santa Lucia in Orthea. Le pape Célestin III, qu’il avait servi dans sa jeunesse, lui confia entre 1194 et 1198 la direction conjointe de la Chambre apostolique et de la Chancellerie. Cette situation exceptionnelle ne fut pas reconduite sous Innocent III, qui ne renouvela aucune de ces charges à Cencio, pourtant promu cardinal-prêtre des titres de Saint-Jean et Saint-Paul. L’élection d’Honorius III par voie de compromis démontre qu’il garda un grand prestige au sein du Sacré-Collège pendant ces années de retrait2.

LE FINANCEMENT DE LA CINQUIÈME CROISADE

  • 3 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 1-3, pp. 1-2, n° 101-102, p. 18, n° 111, p. 19 e (...)

3Cela n’est pas un hasard si la première bulle émise par Honorius III, le lendemain de son couronnement, fut adressée au roi de Jérusalem, Jean de Brienne, et aux maîtres du Temple et de l’Hôpital qui espéraient la poursuite de la croisade décrétée lors du concile de Latran IV. Les encycliques expédiées à l’ensemble du clergé européen se firent l’écho des projets nourris par le pape afin de libérer la cité de Jérusalem, enlevée par Saladin en 1187. Une bulle adressée aux archevêques du sud de l’Italie révèle le système de collecte opérée par la Chambre apostolique. Les évêques italiens et siciliens recevaient en même temps que les commandeurs des ordres militaires une injonction de payer la contribution affectée au financement de la croisade. La Chancellerie apostolique veillait à répercuter auprès des états-majors des ordres militaires les progrès réalisés dans la collecte des sommes, comme l’illustre une bulle du 13 août 1218 faisant suite à un rapport des événements survenus en Orient3.

  • 4 Epistolae saeculi XIII, MGH, t. I, n° 79, pp. 57-58 (singulis diebus, dominicis et festivis).

4Le zèle des Templiers et des Hospitaliers alimenta en Europe des rumeurs infamantes, qui parvinrent aux oreilles de la papauté au printemps 1218. Ces quolibets incitèrent le pape à ordonner une enquête outre-mer. Elle démontra l’innocence éclatante des Templiers et des Hospitaliers qui n’entretenaient pas moins de 2 000 hommes et de 700 montures au sein de l’ost de Damiette. Autant d’éléments qui conduisirent Honorius III à ordonner, en novembre 1218, aux prélats siciliens d’organiser des campagnes de prédication afin de rétablir l’honneur bafoué des ordres militaires, en convaincant les fidèles de l’utilité de leurs donations4.

  • 5 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 1779, p. 295, n° 1815, p. 301 et n° 1824, p. 303 (...)

5Cet exemple démontre la détermination de la papauté à lever le maximum de fonds en faveur de l’ost de Damiette qui luttait farouchement contre les forces ayyoubides. Aucune région d’Europe n’échappa à cette contribution triennale, bien que certains ordres religieux fussent exemptés par nature ou dérogation spéciale du Siège apostolique. Le pape envoya deux frères du Temple et de l’Hôpital en Allemagne afin de recueillir les sommes centralisées par l’archevêque Gerhard de Brême. Le coût exorbitant des machines de guerre amena le Saint-Siège au bord du gouffre financier après l’investissement de 20 000 marcs d’argent — soit cinq tonnes de fin — dans l’affrètement d’une escadre romaine. Honorius III parvint cependant à rassembler 5 000 marcs supplémentaires durant l’hiver 1218, qui gagnèrent la Terre sainte sous la forme de deux enveloppes séparées au printemps suivant5.

  • 6 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2513-2514, p. 415, n° 2517, p. 416 et n° 2519, p (...)

6La prise de Damiette ne ralentit pas la contribution de la papauté, qui avait dépensé la somme appréciable de 30 000 marcs d’argent en près d’une année. Le templier Aymar reçut l’ordre, le premier juillet 1220, de ponctionner à hauteur de 6 000 marcs la contribution au vingtième de l’Église d’Angleterre qui était centralisée à Paris. Une notification de cet envoi fut signifiée, le jour même, au légat Pélage d’Albano dont la papauté attendait un inventaire des sommes parvenues en Orient. Cette demande découle autant de l’insécurité des voies de communication de l’époque que de la somme de 4 000 à 6 000 marcs d’argent que le commandeur de l’Hôpital de Paris devait envoyer en Orient sur ordre du pape6.

7Le souverain pontife adressa, le 24 juillet 1220, un rapport financier à Pélage d’Albano qui révèle l’investissement des ordres militaires dans la collecte du vingtième. Il mentionne, à cette occasion, l’acheminement de 5 000 onces d’or par le biais du Temple et de l’Hôpital après le départ du cardinal d’Albano de la Curie. La Chambre apostolique semble, par la suite, avoir transmis au légat pontifical 5 000 onces par le truchement de l’évêque Rainier de Bethléem et de plusieurs Teutoniques :

  • 7 Epistolae saeculi XIII, MGH, t. I, n° 124, pp. 89-90.

Nous avons ordonné également, dit le pape, que 13 000 marcs sur le vingtième collecté en Angleterre te soient remis par nos fils aimés, les frères de la milice du Temple, Hugh of St George, John of Neville, Gerald of Surrey et Roger English d’Engleburgh et que l’on œuvre afin de te transmettre le reste avec célérité7.

  • 8 Ibid., t. I, n° 124, pp. 90-91 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2600, p. 431, n (...)

8Les registres pontificaux signalent, en marge de cette lettre, le virement par les Templiers au cours des mois écoulés de 5 000 marcs d’argent provenant d’Angleterre et de 6 000 onces d’or collectées en France. La bienveillance d’Honorius III à l’égard du trésorier Aymar se changea en réprobation quand la Curie apprit l’envoi inopiné de 13 000 marcs d’argent en Orient durant l’été 1220. La chose parut insupportable au pontife qui préférait vivre d’expédients plutôt que de diminuer le poids de sa contribution à la croisade. Il s’en ouvrit à son légat en Angleterre en avouant crouler sous les dettes, après avoir envoyé en Orient 104 000 marcs d’argent en 36 mois. L’élu de Norwich reçut l’ordre de transmettre aux Templiers et aux Hospitaliers les sommes dues au titre du denier de Saint-Pierre, du cens de l’Église romaine et du vingtième ecclésiastique. La capitulation de Barâmûn força cependant les chrétiens à évacuer, l’année suivante, l’Égypte en restituant Damiette aux Ayyoubides8.

LA PROTECTION CANONIQUE DU SAINT-SIÈGE

  • 9 D. Buschinger et M. Olivier, Les chevaliers teutoniques, p. 39 ; P. Pressutti, Regesta Honorii pap (...)

9Les ordres militaires tiraient leur légitimité au Moyen Âge de la tutelle que la papauté exerçait sur leurs institutions confirmées par voie conciliaire ou apostolique. L’examen des archives des milices laisse apparaître l’émission d’une abondance de privilèges en faveur de l’ordre Teutonique, qui avait été fondé à Acre durant la troisième croisade. Les historiens en ont déduit qu’Honorius III était mieux disposé à l’endroit de l’ordre naissant que son prédécesseur Innocent III. Il est vrai qu’Honorius III confirma dans une bulle solennelle, le 8 décembre 1216, la protection accordée aux Teutoniques par le Siège apostolique. Cette nouvelle version de la bulle Effectum justa postulantibus, promulguée en 1196, dresse un inventaire des privilèges spirituels et temporels accordés à l’ordre outre-mer9.

  • 10 D. Buschinger et M. Olivier, Les chevaliers teutoniques, p. 39 ; P. Pressutti, Regesta Honorii pap (...)

10Le privilège du pape reconnaît « la juste et canonique possession » des biens que l’ordre a acquis depuis 1192, en mentionnant son hôpital d’Acre, ses maisons d’Ascalon, Rama, Césarée, Jaffa et Tyr, ainsi que les casaux de Zamzi, Kafr Jâsîf et Betzal, sans oublier la voûte que les Teutoniques détiennent à proximité de la porte Saint-Nicolas d’Acre. Honorius III mentionne en dehors de la Terre sainte une cour chypriote et deux villages situés en Cilicie arménienne. La suite du privilège exempte l’ordre Teutonique du paiement de dîmes sur les novales qu’il exploite, et de la moindre redevance pour le chrême ou l’huile sainte délivrés par le clergé séculier. Les Teutoniques se voient confirmer la liberté de sépulture de leur cimetière et l’immunité de leurs clôtures, avant d’obtenir l’assurance de ne pouvoir élire dorénavant comme maître qu’un chevalier. Cette mesure sollicitée par Hermann von Salza témoigne de l’aristocratisation rapide de la fraternité fondée par des marchands de Lübeck10.

  • 11 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 161 p. 30 et n° 2867, pp. 474-475 ; E. Strehlke,(...)
  • 12 S. Gouguenheim, Les chevaliers teutoniques, p. 102 ; E. Strehlke, Tabulae ordinis Theutonici, n° 3 (...)

11Une partie de ces privilèges fut renouvelée dans la bulle Etsi neque, du 15 décembre 1220, qui plaça l’ordre sur un rang d’égalité avec les Templiers et les Hospitaliers. Ce privilège ne pouvait qu’exaspérer le clergé séculier qui avait dénoncé au moment du concile de Latran III de 1179 les abus des Templiers et des Hospitaliers en matière de quêtes. La bulle Etsi neque est le second privilège pontifical à mentionner le statut des frères servants, admis dans l’ordre Teutonique depuis deux décennies11. La générosité du pape s’explique par les déplacements successifs à la Curie du grand-maître Herman von Salza, qui fut l’un des plus fins négociateurs de la première moitié du XIIIe siècle. La moitié des 116 privilèges accordés à l’ordre Teutonique par Honorius III vit ainsi le jour durant le séjour prolongé d’Hermann von Salza à Rome en janvier 1221. Le pape veilla, à cette occasion, à accorder solennellement aux Teutoniques « l’ensemble des libertés, immunités et indulgences » concédées par le Siège apostolique aux Templiers et aux Hospitaliers. Il est révélateur que la Chancellerie apostolique n’ait enregistré qu’une faible part des privilèges octroyés aux ordres militaires en raison de leur dimension répétitive12.

  • 13 A. Demurger, Chevaliers du Christ pp. 64 et 93-94 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, (...)

12L’année 1221 fait manifestement figure d’année faste en ce qui concerne l’attention portée par la papauté aux milices. Honorius III entérina la fusion de l’ordre de Monfragüe avec celui de Calatrava, fondé en 1158 afin de sécuriser la rive gauche du Rio Guadiana, en Estrémadure. Les frères de Monfragüe appartenaient à une branche castillane de l’ordre de Montjoie qui avait refusé à la fin du XIIe siècle d’être absorbée par l’ordre du Saint-Rédempteur de Teruel. Le pape profita de cette opportunité pour confirmer le statut des terres exploitées par l’ordre de Calatrava dans la péninsule Ibérique. Le concile de Latran IV avait exempté du paiement de la dîme les terres cultivées par les Calatravans avant 1215, en affranchissant leurs novales de toute redevance ecclésiastique. Le pape enjoignit à l’ordre de verser au clergé séculier les dîmes afférentes aux terres acquises après 1215, en reprenant les termes d’une bulle adressée aux Templiers le 17 janvier 121913.

  • 14 A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 293-294 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° (...)

13L’année 1221 vit également la confirmation par la papauté d’un nouvel ordre, créé afin de lutter contre le catharisme. Le pape Honorius III fut invité, le 7 juin 1221, à approuver la fondation de la Chevalerie de la Foi de Jésus-Christ, appelée à combattre les hérétiques dans les provinces de Narbonne et d’Auch. Le destin de cet ordre éphémère est mal connu après le déplacement à la Curie de son fondateur, Pierre Savary, et de plusieurs de ses membres. Il en va de même de l’ordre de Saint-Samson de Constantinople auquel le pape accorda, le 14 juillet 1222, le bénéfice intégral des chevaux et des armes légués par les fidèles en sa faveur. Les registres pontificaux conservent la copie de plusieurs privilèges contemporains émis en faveur de l’Hôpital du Saint-Esprit, installé à Montpellier depuis 119514.

  • 15 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 3749, p. 35, n° 3836, p. 49, n° 4315, p. 128 et (...)
  • 16 A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 293-294 ; A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du T (...)

14Si Honorius III accompagna le développement de nouveaux ordres, il ne négligea pas les ordres plus anciens dont les archives contiennent de nombreuses bulles de son pontificat. C’est le cas de l’Hôpital de Saint-Jacques d’Altopascio, qui n’accéda jamais au statut d’ordre militaire malgré sa localisation sur une portion ardue de la Via Francigena reliant Rome au sud de l’Angleterre15. Les privilèges contemporains octroyés au Temple et à l’Hôpital peuvent faire l’objet d’une analyse statistique en raison de leur recensement exhaustif à ce jour. Près d’un sixième des privilèges octroyés aux Templiers français entre 1155 et 1312 datent des onze années du pontificat d’Honorius III, alors que celles-ci représentent 7 % de la période considérée. Des chiffres tout aussi éloquents peuvent être calculés pour les Hospitaliers, qui reçurent 241 bulles pontificales entre 1216 et 122716.

  • 17 A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du Temple conservées aux archives nationales », nos 1 (...)

15L’examen des privilèges concédés aux Templiers livre des informations intéressantes sur les pratiques de la Curie et la stratégie des ordres militaires. Les séries L et M des Archives nationales conservent une trentaine de bulles émises lors de trois périodes fastes, correspondant aux mois de décembre 1216, janvier 1217 et avril 1220. Honorius III confirma cependant, dès le 11 août 1216, la bulle Religiosos viros fratres de son prédécesseur Innocent III, qui ordonnait aux prélats de la chrétienté de dissuader les fidèles d’exiger des Templiers des droits de péage, de vente, de passage et de cauchiage aux portes des villes. Il est intéressant de remarquer que la première vague de privilèges accordés aux Templiers et aux Hospitaliers ne s’écarta guère de cette perspective conservatrice17.

  • 18 Ibid., nos 24-27, pp. 186-188.

16Honorius III renouvela, le 15 décembre 1216, la bulle Cum apostolica Sedes de son prédécesseur Eugène III qui sommait le haut-clergé de laisser les Templiers user librement de la sépulture ecclésiastique lorsque ces derniers n’étaient pas frappés d’anathème. Le pontife accompagna ce privilège d’une injonction en vue de permettre la collecte par les Templiers des aumônes et des legs détournés par certains pasteurs indélicats. Une autre bulle enjoignit aux prélats de ne prétendre qu’au quart des biens laissés par testament aux Templiers, en exonérant les armes et les chevaux de tout prélèvement du fait de leur envoi en Terre sainte. Cette missive révèle l’attachement du pape à la cause des Templiers, en évoquant « la grande révérence que l’on doit aux frères de la chevalerie du Temple18 ».

  • 19 Ibid., nos 28-32, pp. 188-191.

17La seconde vague de privilèges, concédée par Honorius III en janvier 1217, allie des dispositions anciennes à des exemptions nouvelles. Le souverain pontife renouvelle un privilège d’Alexandre III, assurant aux Templiers leur immunité face aux excommunications décrétées sans l’aval du Saint-Siège. Il rappelle, le 30 janvier, au haut-clergé qu’il ne doit excommunier sous aucun prétexte les Templiers, qui n’ont d’autre évêque que le pape. Cette mise au point fait suite à une bulle en date du 18 janvier, par laquelle le pape ordonne aux prélats de faire respecter les personnes et biens du Temple, sous peine d’excommunication19.

  • 20 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 257, p. 47, J. Delaville le Roulx, Cartulaire gé (...)
  • 21 A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du Temple conservées aux archives nationales », n° 30 (...)

18Les registres pontificaux conservent la trace d’un privilège important concédé aux Templiers dans la foulée de la bulle Effectum justa postulantibus, accordée aux Teutoniques en 1216. Ce dernier autorise les Templiers et les Hospitaliers à édifier des sanctuaires sur les terres arrachées aux Sarrasins, dont ils ont hérité par droit de conquête ou fait l’acquisition20. Un autre précepte du mois de janvier 1217 révèle la bienveillance du pape à l’égard des fidèles qui visiteront l’église du Temple de Paris le jour anniversaire de sa dédicace. Certes, les quinze jours d’in dulgence qu’il octroie aux pèlerins font pâle figure en face des un an et quarante jours accordés au même sanctuaire par Nicolas IV en 1289. Cette indulgence est cependant caractéristique de la politique du Saint-Siège au commencement du XIIIe siècle, l’église mère de l’Hôpital de Saint-Jean n’héritant que d’une remise de vingt jours à la fin de l’année 122621.

  • 22 A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du Temple conservées aux archives nationales », nos 3 (...)

19La dernière vague de privilèges accordée par Honorius III aux Templiers s’étale entre les 22 et 25 avril 1220 en raison des diverses opérations de relecture pratiquées par la Chancellerie apostolique. Le pape renouvela deux privilèges d’Eugène III de 1145 et 1151, aux côtés d’une bulle relative aux produits des églises templières. Il chargea par ailleurs les prélats d’empêcher la confiscation des offrandes faites aux Templiers et autorisa l’absolution des frères coupables de violences à l’encontre de religieux ou de confrères de l’ordre. Il est intéressant d’observer que la plupart de ces privilèges furent étendus aux Teutoniques au moment du séjour d’Hermann von Salza à la Curie au mois de janvier 1221. Il serait toutefois vain de réduire le pontificat d’Honorius III à la lente et patiente reconduction de ces privilèges entachés d’une période de validité variable. De nombreux exemples montrent que la papauté attendait une pleine et entière soumission de la part des « fils de dilection » que représentaient, pour elle, les membres des ordres militaires22.

LES INTERVENTIONS POLITIQUES DE LA PAPAUTÉ

  • 23 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 1243, p. 205 ; t. II, n° 4172, p. 103 et n° 4187 (...)

20Honorius III arbitra durant ses onze années de pontificat nombre de litiges opposant les ordres militaires à des puissances séculières ou ecclésiastiques de leur temps. L’une des missions les plus ardues consista à défendre l’implantation des Teutoniques en Transylvanie. Le roi de Hongrie André II avait cédé à l’ordre, le 7 mai 1211, la terre de Borza, en spécifiant qu’une partie de l’or ou de l’argent découverts sur place reviendrait aux frères. Les Teutoniques signèrent en 1213 un accord avec l’évêque de Transylanie, Guillaume de Weissenbourg, afin de pouvoir percevoir librement les dîmes du Burzenland et de choisir sans entraves les pasteurs de la région. Honorius III confirma le 19 avril 1218 cette convention, sans soupçonner les tensions grandissantes qui se faisaient jour en Transylvanie. Le roi André II envisagea même au début des années 1220 de reprendre le Burzenland aux Teutoniques. Il agrandit cependant leur territoire, le 3 mai 1222, dans un acte solennel confirmé par Honorius III, le 19 décembre suivant. Le Saint-Père mit dans ces circonstances deux années à prendre la terre de Borza « sous le droit et la propriété de saint Pierre23 ».

  • 24 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, nos 5531-5532, pp. 345-346, n° 5525, p. 344, n° 57 (...)

21Le roi de Hongrie réagit assez violemment à l’ingérence de la papauté dans les affaires intérieures de la Transylvanie. Il envahit au printemps 1225 le Burzenland, en tuant plusieurs frères qui s’opposaient à leur éviction. Le pape l’enjoignit, le 12 juin, de cesser ses exactions contre les Teutoniques qu’il avait installés dans la terre de Borza et sur le revers des Alpes de Transylvanie. Il chargea trois abbés austro-hongrois de mener une enquête sur les usurpations de terres, éventuellement commises par les frères. Honorius III justifia son intervention auprès du roi par le profit que la Terre sainte pourrait retirer du maintien de l’ordre Teutonique en Transylvanie. Sa vision rejoignait ainsi celle d’Innocent III à l’égard de l’utilité de l’Empire latin de Constantinople pour la reconquête des Lieux saints24.

  • 25 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 3787, p. 41 ; F. Benninghoven, Der Orden der Sc (...)

22L’Europe orientale faisait office, à cette époque, de front pionnier de la chrétienté après l’érection en 1186 d’un évêché latin à Üxküll (Ikšķile), sur les bords de la Daugava. Le troisième évêque du lieu, Albrecht von Buxhövden, avait transféré l’évêché de Livonie sur le site côtier de Riga afin de disposer de l’appui des marchands des villes hanséatiques. S’en était suivie la fondation d’une confrérie de chevaliers vouée à défendre les conquêtes réalisées par les croisés germaniques. Cet ordre du Christ de Livonie rudoya dans sa soif d’expansion les populations baltes du cours inférieur de la Daugava. Leurs plaintes parvinrent aux oreilles d’Honorius III qui chargea le 8 février 1222 l’évêque Bernard de Selburg (Sēlpils) de mettre un terme à ces agissements avec l’aide d’ecclésiastiques locaux25.

  • 26 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 6068, p. 448 et n° 6091, p. 452 ; E. Christians (...)

23Les progrès des Porte-Glaive devaient beaucoup à cette époque au soutien du pape, qui rêvait de rattacher la Livonie au patrimoine de Saint-Pierre. Si Honorius III autorisa en 1226 les Porte-Glaive à enrôler les croisés sur le retour, il chargea l’évêque Guillaume de Modène de parcourir la Livonie afin d’expliquer aux convertis leurs droits effectifs. Guillaume de Modène profita de son séjour pour négocier une série de conventions entre l’ordre du Christ de Livonie et les évêques de Riga et de Leal (Lihula) qui subissaient les empiétements fonciers des frères. Honorius III confirma trois de ces traités, le 10 décembre 1226, avant de commettre Albrecht von Buxhövden à la résolution d’un litige opposant l’ordre à l’évêque de Sémigallie, Lambert. Le pape invita l’évêque de Riga à révoquer les sentences ecclésiastiques fulminées par l’évêque de Leal, en trouvant une issue rapide au problème26.

  • 27 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 4736, p. 203 et t. I, n° 3231, p. 528.
  • 28 Ibid., t. II, n° 5969, p. 429.

24Il est révélateur que le pontificat d’Honorius III présidât à l’apparition à travers la chrétienté des premiers évêques issus des ordres militaires. Nous savons qu’il admonesta, le 29 janvier 1224, le chapitre cathédral et le clergé du diocèse de Passau qui refusaient d’obéir à leur nouveau pasteur au prétexte que ce dernier appartenait à l’ordre Teutonique. L’évêque Gebhard Ier von Plain n’entretenait pourtant pas des rapports cordiaux avec Hermann von Salza, qui avait obtenu sa condamnation à la Curie à propos d’un différend foncier, entaché d’insubordination27. L’année 1226 vit, pour la première fois, un Templier accéder à l’épiscopat dans le sud de la péninsule Italienne, où l’évêché de Lavello reçut un pasteur du nom de Richard. Cette décision fut le fait d’Honorius III qui accepta de démembrer, au préalable, le diocèse de Venosa28.

  • 29 Ibid., t. I, n° 327, p. 58, n° 997, p. 170 et nos 2889-2890, p. 478.

25Le monde méditerranéen n’échappa pas aux tensions qui se faisaient jour dans le reste de la chrétienté dans le premier quart du XIIIe siècle. La péninsule Ibérique fut à la fois le théâtre d’exploits militaires et de rivalités entre les différents pouvoirs politiques en place. Le pape ménagea la chèvre et le chou, en accordant son soutien aux ordres militaires engagés dans la Reconquista. C’est ainsi qu’il accorda la protection de saint Pierre, en janvier 1217, aux châteaux templiers de Roda et de Castelo Branco — au Portugal — en échange d’un cens annuel d’une once d’or. La reconquête de la ville d’Alcácer do Sal n’empêcha pas les mesquineries de prospérer entre les ordres ibériques. Le maître de Calatrava, Gonzalo Yáñez de Novoa, se plaignit en 1220 de l’indulgence coupable des Hospitaliers à l’égard des transfuges de son ordre qui désiraient poursuivre la lutte contre les « infidèles ». Le pape interdit au prieur de l’Hôpital en Espagne de recevoir ces déserteurs sans l’aval de Calatrava. Cette interdiction, teintée de moralisme, incita les deux ordres à passer des conventions sur le modèle des accords conclus en Orient entre le Temple et l’Hôpital29.

  • 30 Ibid., t. II, n° 5354 pp. 314-315 ; D. Mansilla, La documentación pontificia de Honorio III, n° 56 (...)

26L’année 1225 fut tout aussi riche en événements pour la Curie avec le déclenchement d’un procès entrepris par les frères de Monfragüe à l’encontre de l’ordre de Calatrava, qui les avait expulsés de leur maison et réduits à la mendicité. Le chevalier Alonso Téllez de Meneses sensibilisa le pape, quelques semaines plus tard, à la vulnérabilité de son château situé à une quarantaine de kilomètres au nord de Badajoz. Honorius III ordonna aux Hospitaliers, Calatravans, Templiers et Santiaguistes de secourir le château d’Alburquerque à chaque fois que son maître leur en ferait la demande. Cette décision assura la pérennité de la seigneurie d’Alburquerque, que le roi de Castille Ferdinand III avait arrachée aux Almohades en 121730.

  • 31 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, nos 676-677, p. 118 et n° 3495, p. 568 ; J. Riley-S (...)

27Le sort des chrétiens n’était guère plus avantageux en Orient où une longue guerre de succession sévissait dans la principauté d’Antioche. L’un des premiers gestes politiques d’Honorius III fut de recommander aux ordres militaires le vainqueur du conflit, le 25 juillet 1217. Le prince Raymond-Roupên avait de bonnes chances, à cette date-là, de succéder à son grand-oncle Léon Ier sur le trône d’Arménie. Le pape félicita le roi de son choix, sans se douter que les événements allaient prendre un tour tragique. Léon Ier disparut en 1219, en laissant trois héritiers présomptifs se disputer le trône arménien. Le comte de Tripoli, Bohémond IV, profita de ces entrefaites pour reprendre la ville d’Antioche à Raymond-Roupên, qui n’eut d’autre recours que de se réfugier en Cilicie. L’affaire rejaillit sur l’ordre de l’Hôpital, à qui Raymond-Roupên avait cédé la citadelle d’Antioche en prenant la fuite. Bohémond IV entreprit le siège de la forteresse et essuya une excommunication en bonne et due forme de la part du légat pontifical, Pélage d’Albano31.

  • 32 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 5759, p. 390 ; C. -A. Horoy, Honorii III Romani (...)
  • 33 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 5843, p. 406, nos 6105-6106, p. 454, n° 6197, p (...)

28Le pape ignorait que Bohémond IV avait fini par prendre le contrôle d’Antioche et mettre sous séquestre un grand nombre de propriétés de l’Hôpital. Le comte n’hésita pas à envahir la commanderie de Tripoli avec ses troupes, en tuant un frère qui s’opposait à son passage, tandis qu’un second était écorché par ses hommes. Le pape autorisa dans ces conditions les Hospitaliers à user de la force, le 18 décembre 1225, afin de repousser les assauts du comte de Tripoli, nonobstant sa qualité de « chrétien »32. La papauté accentua la pression en février 1226, en habilitant l’Hôpital à utiliser les armes pour recouvrer la citadelle d’Antioche occupée par les troupes tripolitaines. Le maître de l’Hôpital, Garin de Montaigut, obtint d’Honorius III, après une nouvelle offensive diplomatique, que les évêques de Valénie et de Tortose contraignent la population de la principauté d’Antioche à n’approcher le comte sous aucun prétexte. Cette mesure ne régla pas l’affaire, qui perdura jusqu’en 123333.

  • 34 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, nos 1522-1524, pp. 252-253 et t. II, n° 5822, p. 40

29L’action politique d’Honorius III ne négligea pas l’île de Chypre, que les Latins avaient arrachée à la domination byzantine en 1191 et érigée en royaume, quatre ans plus tard, avec l’aval de l’empereur Henri VI. Le pape apprit la disparition au cours de l’été 1218 du roi Hugues Ier de Lusignan, qui avait été terrassé par une fièvre foudroyante dans les premiers jours de janvier. Il présenta ses condoléances à la reine Alix de Champagne, le 12 juillet, en lui annonçant sa décision de prendre le royaume sous la protection de saint Pierre. Le légat Pélage d’Albano et les maîtres du Temple et de l’Hôpital reçurent une missive d’Honorius III, déplorant que certains agitateurs envisagent de porter atteinte à la famille royale. Les ordres militaires se virent confier la responsabilité de dissuader par la force ceux qui souhaiteraient profiter de la régence exercée par la reine Alix pour bousculer l’ordre établi34.

  • 35 Ibid., t. I, n° 3478, p. 565.
  • 36 Ibid., t. II, n° 5186, p. 283.

30L’enlisement de la cinquième croisade poussa le pape à conseiller en 1221, par deux fois, aux ordres militaires et au légat Pélage d’Albano de négocier une paix profitable avec les Ayyoubides pour l’intérêt de la chrétienté. Honorius III annonça dans le second de ses courriers le passage imminent en Orient de l’empereur Frédéric II et du marquis Guillaume de Montferrat avec une armée importante35. Ces projets furent contrariés par la lenteur des préparatifs de Guillaume de Montferrat, qui ne gagna la Grèce qu’au printemps 1226 pour trouver la mort au mois de septembre suivant dans le golfe de Volos. La détermination d’Honorius III parvint à des résultats plus probants en matière de discipline ecclésiastique, comme le prouvent de nombreuses bulles conservées au Vatican36.

LES ARRÊTS OU COMMANDEMENTS DE LA COUR DE ROME

  • 37 Ibid., t. II, n° 5794, p. 397 ; C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. IV, n° (...)

31Par « Cour de Rome » on entendait au Moyen Âge l’ensemble des services de la Curie qui supervisaient le règlement des litiges ecclésiastiques. Le dépouillement des registres d’Honorius III montre que les ordres militaires ont subi ou bénéficié de nombreuses sentences exécutoires, prononcées au nom du pape. Certains transfuges regrettaient leur choix à l’instar d’un dénommé Thomas, qui sollicita l’appui du Siège apostolique à la fin de l’année 1224. Honorius III demanda, le 22 janvier 1225, au maître Pierre de Montaigut de faciliter le retour du frère au sein de l’ordre du Temple, après une expérience malheureuse au sein d’un ordre contemplatif dont il n’avait pu supporter l’austérité. Le pape lui-même avait dû dissuader en 1223 les Cisterciens, les Templiers et les Hospitaliers d’admettre dans leurs rangs des profès qui s’étaient engagés préalablement à Grandmont37.

  • 38 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2543, p. 420 (éd. dans Recueil des historiens de (...)

32Honorius III dut régler durant son pontificat une affaire encore plus délicate, survenue dans le Velay à la fin de l’année 1219. Le chevalier Bertrand de Cares prémédita l’assassinat de l’évêque du Puy, Robert de Mehun, qui l’avait excommunié pour diverses déprédations contre des biens ecclésiastiques. Ses complices allèrent demander l’absolution de leur faute auprès d’Honorius III, après avoir essuyé la vindicte de la population anicienne révoltée. Le pontife, le 10 juillet 1220, imposa une lourde pénitence aux coupables dont il confia l’exécution aux évêques de Viviers et de Saint-Paul-Trois-Châteaux : ils devaient gagner, au terme de cette procédure, la Terre sainte afin de combattre les « infidèles » durant deux ans et observer un jeûne pénitentiel le reste de leur vie, le jour de la Passion du Christ38.

  • 39 Ibid., t. I, n° 2543, p. 420 (éd. dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XIX, (...)
  • 40 Ibid., t. II, n° 5219, p. 289.

33Ces dispositions furent durcies pour Bertrand de Cares, qui avait porté le coup fatal à l’évêque du Puy aux abords de l’abbaye de Doue. Le chevalier vellave se vit offrir la possibilité d’intégrer les ordres cistercien ou cartusien à l’issue d’une pénitence publique dans les rues du Puy39. Il préféra gagner la Terre sainte, où il essuya une fin de non-recevoir de la part du patriarche Raoul de Mérencourt, en l’absence d’un ordre officiel de la papauté. Il exposa son problème au maître du Temple, Pierre de Montaigut, qui accepta de l’intégrer dans son ordre pendant une année avant de le renvoyer à la Curie. Honorius III valida cette solution, le 15 décembre 1224, en priant Pierre de Montaigut de déduire des sept années de pénitence la période de service déjà accomplie par Bertrand de Cares40.

  • 41 Ibid., t. II, n° 4403, p. 142 et n° 4899, p. 231 (voir D. Mansilla, La documentación pontificia de (...)

34Les registres d’Honorius III conservent les traces de rivalités survenues entre les ordres militaires ou à l’intérieur d’une même congrégation. Le commandeur du Temple dans les royaumes de Castille, León et Portugal sollicita ainsi en 1223 l’appui du Siège apostolique avant de se soumettre à la justice de ses coreligionnaires. Honorius III invita le maître du Temple à encenser plutôt qu’à sanctionner Pedro Alvítiz lors de l’examen de sa cause en Terre sainte. Les prud’hommes du Temple se jugèrent incompétents pour apprécier l’ampleur des sommes que le dignitaire hispanique avait inconsidérément empruntées. Ils renvoyèrent Pedro Alvítiz à la Curie, en laissant au pape la possibilité de le priver de son manteau. Honorius III engagea Pierre de Montaigut à le traiter avec déférence, le 29 mars 1224, après avoir imaginé un règlement amiable de l’affaire. La décision d’Honorius III laisse entendre que les fonds gagés relevaient de la décime collectée au titre de la croisade. La chose n’est pas étonnante au vu du rôle prépondérant joué par la commanderie léonaise de Ponferrada dans la centralisation du vingtième levé par la papauté. Pedro Alvítiz parvint, quoi qu’il en soit, à rembourser les sommes qu’il devait et à être confirmé dans ses fonctions jusqu’au printemps 122741.

  • 42 P.-V. Claverie, L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre, t. II, pp. 193-194 ; K. Toomaspoeg,(...)

35Le pontificat d’Honorius III présida au développement d’une querelle plus sérieuse entre les Templiers et les Teutoniques au niveau vestimentaire. Ces derniers avaient tenté d’arborer en 1210 le manteau de laine blanc qui faisait la réputation et la spécificité du Temple à travers la chrétienté. L’affaire rebondit durant la cinquième croisade pendant laquelle les Teutoniques abandonnèrent le manteau d’estanfort, qu’ils portaient auparavant, pour arborer un manteau blanc. Le coup de force des Teutoniques eut lieu après la concession à l’ordre d’une rente annuelle de 200 onces d’or par l’empereur Frédéric II42.

  • 43 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, nos 3927-3928, p. 63 et t. I, n° 1172, p. 195.

36Les Templiers exprimèrent leur indignation auprès du Siège apostolique, après avoir découvert les modifications apportées à la donation de 1217 dans un privilège impérial du mois de décembre 1221. La rente accordée pour l’achat de vêtements chauds avait en effet été dévoyée afin de permettre aux Teutoniques de copier l’uniforme du Temple. Les protestations des Templiers se heurtèrent à la volonté conciliatrice d’Honorius III, qui confirma, le 19 avril 1222, les termes de la donation de Catane, en révoquant un de ses privilèges antérieurs. Le Saint-Père prit soin d’inviter les Templiers dans une lettre exemplaire à abandonner leur rancœur pour se joindre aux Teutoniques dans un esprit de charité et d’unité retrouvée43.

  • 44 Ibid., t. I, n° 295, p. 53 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. II-B, n (...)

37Les ordres militaires entretinrent plusieurs contentieux sous le pontificat d’Honorius III avec le clergé séculier, qui admettait mal leurs multiples exemptions. Les Templiers eurent la sagesse de demander la confirmation en 1217 d’une sentence rendue par Innocent III à propos du statut de l’église de Tomar, abritant le siège de leur ordre au Portugal. Les frères du Temple subissaient à l’époque, en tant que seigneurs fonciers, de multiples vexations de la part des communes en voie d’autonomie. Honorius III s’inquiéta en 1220 d’une querelle qui opposait les frères aux échevins d’Ypres, avant d’ouvrir au mois de juin 1222 une enquête sur le statut juridique des maisons que le Temple occupait dans la ville de La Rochelle44.

  • 45 Ibid., t. II, n° 5266, p. 297 (éd. P.-V. Claverie, L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre, (...)

38L’ordre du Temple était alors parvenu à une opulence et une puissance foncière qui lui permettaient de prendre le contrôle de diocèses entiers en Terre sainte. L’évêque Durand de Tortose, au cours de l’année 1224, dressa un réquisitoire sévère contre les empiétements dont l’ordre se rendait coupable dans son diocèse et sa cité sur le plan féodal et ecclésiastique. Honorius III exhorta le maître Pierre de Montaigut à amender ses torts, le 10 janvier 1225, en cessant de léser les « hommes, pêches, forêts et autres biens » relevant de l’Église de Tortose. Le souverain pontife confia le soin aux archevêques de Tyr et de Césarée de veiller à la régularisation de la situation avec l’aide de l’évêque d’Acre45.

  • 46 Ibid., t. II, n° 5507, p. 341 et n° 4889, p. 230 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis o (...)

39Les règlements du Siège apostolique pouvaient être longs et pénibles, comme le démontre un accord négocié en 1225 entre l’archevêque de Bourges, Simon de Sully, et les Templiers berrichons, qui refusaient de voir leurs hommes se fédérer en communes. L’affaire avait été confiée, en première instance, au chancelier de l’Église de Chartres qui l’avait renvoyée devant le pape en raison de ses implications féodales. Un scandale plus grand était survenu en Artois, l’année précédente, après l’ouverture d’églises templières et hospitalières à des clercs frappés d’excommunication. L’évêque Pons d’Arras obtint du Siège apostolique une condamnation formelle de ces pratiques préjudiciables à l’exercice du droit canon46.

  • 47 Ibid., t. II, n° 3812, pp. 44-45, n° 3934, p. 64 et n° 5469, p. 334 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III (...)

40La papauté faisait l’économie d’une enquête de terrain lorsque les plaintes revêtaient un caractère général. Le 20 février 1222, Honorius III donna ainsi satisfaction aux Teutoniques qui se plaignaient de l’hostilité de certains curés à l’encontre de leurs campagnes de quêtes. La prudence du pape ressort de nombreuses commissions édictées en réponse à des plaintes officielles en Cour de Rome. Il chargea par exemple, le 30 avril 1222, l’abbé et le prieur du monastère de Czikator d’enquêter sur les usurpations de dîmes dont l’abbé de Szekszárd avait grevé les Hospitaliers de Hongrie. Ce soin revint en 1225 à l’abbé de Bakony dans le cadre de l’arbitrage d’un conflit opposant les Hospitaliers au monastère bénédictin du Saint-Esprit47.

  • 48 Ibid., t. II, n° 5788, p. 396 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. V, n (...)

41La volonté d’Honorius III se heurtait parfois à la complexité des appels interjetés devant le Saint-Siège. L’évêque de Langres, Hugues de Montréal, proposa en 1225 de céder aux Hospitaliers l’hôpital de Mormant, dont il souhaitait réformer les fondements spirituels et matériels. Le pape accéda d’abord à sa demande, avant de recevoir à la Curie une délégation du chapitre de Langres et de l’hôpital, hostile à une inféodation aux Hospitaliers. Honorius III chargea alors l’abbé de Sainte-Geneviève, Herbert, et deux clercs parisiens de veiller à préserver les droits du chapitre de Langres sur l’hôpital en Mormant, en amendant la procédure engagée. Les manœuvres des Hospitaliers ne trompèrent pas Grégoire IX, qui annula dès l’année 1227 les conventions signées sous l’égide de son prédécesseur48.

  • 49 Ibid., t. II, n° 5957, pp. 426-427.

42Honorius III fut jusqu’à son dernier souffle un allié de poids pour les ordres militaires qui se retrouvaient dans certaines situations particulièrement démunis. Il enjoignit ainsi, au mois de mai 1226, à l’archidiacre et au chapitre cathédral de Brindisi de contraindre les habitants de la cité à rendre aux Hospitaliers la cargaison d’une nef naufragée. Rien n’indique que la mesure fut suivie d’effets en raison de l’anonymat des pilleurs d’épaves impliqués dans le dépeçage du navire. Ces décisions montrent que les sentences d’Honorius III présentent, dans le détail, une aussi grande variété que les missions confiées aux ordres militaires durant ses onze années de pontificat49.

LES COMMISSIONS DU SIÈGE APOSTOLIQUE

  • 50 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen une päpstlichen Diensten », pp. 301-302 ; P. Pressutt (...)
  • 51 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2815, pp. 466-467 (éd. C. -A. Horoy, Honorii III (...)

43Alexandre III avait été le premier pape à admettre des Templiers dans sa familia en la personne des frères Petrus, Franco et Bernardus, pourvus des charges d’aumônier et de camérier sous son long pontificat. Honorius III n’hésita pas à déléguer, pour sa part, en 1219 un Hospitalier de son entourage auprès du calife almohade, Yūsuf al-Mustansir, qui refusait de laisser les communautés chrétiennes du Maroc pratiquer librement leur foi50. Le pape ne voyait pas dans les Templiers et les Hospitaliers seulement des hommes de guerre. Il commit ainsi, à plusieurs reprises, des clercs des ordres militaires pour régler des affaires délicates. Il chargea, le 3 décembre 1220, le chapelain de la maison du Temple de Paris, frère Raoul, de veiller à la collecte des revenus de l’élu de Beauvais, Milon de Nanteuil, qui participait à la cinquième croisade. La nomination du Templier aux côtés du prieur de l’abbaye Saint-Victor de Paris, Jacques, résultait d’une prérogative accordée au Saint-Siège en cas de force majeure. Milon de Nanteuil avait en effet organisé l’administration de son diocèse avant de partir en Terre sainte, en nommant des procureurs qui avaient trouvé la mort rapidement ou accédé à l’épiscopat51.

  • 52 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 4410, pp. 143-144 ; A. du Monstier, Neustria pi (...)

44La collaboration engagée entre le templier Raoul et le prieur de l’abbaye Saint-Victor de Paris fut reconduite en 1223, à la suite d’une plainte de l’évêque de Lisieux contre l’un des monastères de son diocèse. Guillaume du Pont-de-l’Arche avait dénoncé au pape l’incurie de l’abbé Guillaume de Bernay, qui avait souscrit près de 7 000 livres de dettes auprès de prêteurs juifs et chrétiens. L’imprudent abbé avait été contraint d’aliéner une partie des bois de son couvent afin de rembourser ces créances. Le témoignage accablant des moines de Notre-Dame-de-la-Couture incita Honorius III à confier à l’abbé Jean de Saint-Victor une enquête de moralité avec l’appui de son prieur conventuel et du templier Raoul. Si l’abbaye de Bernay survécut à cette crise, ses effectifs tombèrent en 1249 à 15 misérables moines52.

  • 53 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 3911, p. 60 (éd. C. -A. Horoy, Honorii III Roma (...)

45Honorius III employa sur tous les fronts de la chrétienté les compétences des chapelains appartenant aux ordres militaires. La population du diocèse de Lisbonne lui adressa en 1222 une plainte véhémente contre l’évêque Soeiro Viegas, qui exigeait avec plusieurs clercs le tiers des héritages transmis dans son diocèse. Le pape confia au prieur de l’ordre franciscain et à celui de l’ordre de Santiago le soin de ramener ce taux à la normale, en dissuadant les prélats incriminés de suspendre les sacrements ecclésiastiques en cas de résistance de la population. La décision d’Honorius III fut appliquée par le franciscain Zacharie de Rome avant la confirmation par le Saint-Siège de la seconde règle de son ordre53.

  • 54 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 5572, p. 353 et n° 5568, p. 352 ; P. -V. Claver (...)

46La situation était plus tendue en Orient, où l’ancien vice-chancelier de l’Église romaine, Raniero da Castelvecchio, administrait le patriarcat d’Antioche depuis 1219. Il dénonça auprès d’Honorius III les agissements de nombreux laïcs qui rejetaient sa juridiction « en instituant ou destituant à volonté des prélats ». Le pape chargea, le 19 juillet 1225, l’archevêque de Césarée, Pierre, et l’évêque d’Acre, Jacques de Vitry, de mettre un terme à ces pratiques sous peine d’anathème. Il avait invité, la veille, le « prieur de la milice du Temple » d’Antioche à remettre personnellement le patriarche Raniero en possession physique de ses églises. Il est probable que cet ordre de mission échut en fait au commandeur de la terre d’Antioche, qui dirigeait les opérations militaires dans les frontières de la principauté54.

47L’ensemble de ces exemples donne un aperçu des relations complexes tissées par la papauté avec les ordres militaires sous le pontificat d’Honorius III. Ses registres épistolaires affichent avec leurs 6288 bulles un taux d’enregistrement annuel de 585 lettres, qui s’avère honorable au regard des 164 bulles enregistrées par certains pontifes du XIIIe siècle comme Grégoire X. La documentation vaticane présente le mérite supplémentaire d’embrasser tous les domaines de compétence du Saint-Siège à son apogée, en englobant des règlements pénétrés de considérations féodales aussi bien que canoniques. Les statistiques démontrent l’égale prédisposition du Saint-Siège vis-à-vis des sollicitations des ordres militaires.

48Si Honorius III plaça les Teutoniques sur un pied d’égalité avec les Templiers et les Hospitaliers, aucune de ses largesses ne fut dictée par le moindre projet en rapport avec leur installation imminente en Prusse. Les rivages de la Baltique étaient à son époque l’apanage de l’ordre du Christ de Livonie, qui œuvrait à l’évangélisation des Sémigalliens et des Séloniens, l’épée à la main. Le pape croyait en la possibilité du retour des Teutoniques en Transylvanie, qu’il voyait comme le premier jalon d’une voie sacrée en direction de la Terre sainte. Il implora le roi de Hongrie, André II, de revenir sur sa décision malheureuse, en entretenant une correspondance suivie sur la question avec le cardinal de Saint-Ange, qui supervisait la lutte contre les Albigeois dans le Midi de la France.

49Honorius III relaya toujours les attentes des ordres combattants auprès des monarques dont il avait l’oreille. Il ne fut cependant jamais la créature des ordres militaires, dont il admirait la vocation guerrière et religieuse. Ses décrétales montrent qu’il ne transigea jamais en matière disciplinaire, bien que la diplomatie ait été son maître mot au niveau politique. L’ancien camérier Cencio veilla durant ses onze de pontificat à assurer la pérennité de l’ordre établi à travers la chrétienté et à œuvrer en faveur de la reconquête des Lieux saints.

Notes

1 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple ; E. H. Kantorowicz, L’empereur Frédéric II ; P. -V. Claverie, Honorius III et l’Orient, pp. 235-270.

2 J. Clausen, Papst Honorius III., pp. 1-7 ; A. Paravicini-Bagliani, « Honorius III ». Honorius n’appartenait, semble-t-il, pas au lignage des Savelli qui comptait à son époque un représentant au sein du Sacré-Collège en la personne du cardinal de Saint-Jean-et-Saint-Paul, Bertrand, mort en 1223 (R. Lefevre, « Cronache del Duecento romano »).

3 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 1-3, pp. 1-2, n° 101-102, p. 18, n° 111, p. 19 et n° 1580-1581, pp. 263-264.

4 Epistolae saeculi XIII, MGH, t. I, n° 79, pp. 57-58 (singulis diebus, dominicis et festivis).

5 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 1779, p. 295, n° 1815, p. 301 et n° 1824, p. 303 ; P.-V. Claverie, L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre, t. II, n° 1, pp. 411-412.

6 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2513-2514, p. 415, n° 2517, p. 416 et n° 2519, p. 416.

7 Epistolae saeculi XIII, MGH, t. I, n° 124, pp. 89-90.

8 Ibid., t. I, n° 124, pp. 90-91 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2600, p. 431, n° 1824, p. 303, n° 2620, p. 435 et n° 3450, p. 560.

9 D. Buschinger et M. Olivier, Les chevaliers teutoniques, p. 39 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 161, p. 30 (éd. d’E. Strehlke, Tabulae ordinis Theutonici, n° 303, pp. 272-274).

10 D. Buschinger et M. Olivier, Les chevaliers teutoniques, p. 39 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 161, p. 30 (éd. d’E. Strehlke, Tabulae ordinis Theutonici, n° 303, pp. 272-274).

11 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 161 p. 30 et n° 2867, pp. 474-475 ; E. Strehlke, Tabulae ordinis Theutonici, n° 306, pp. 275-279.

12 S. Gouguenheim, Les chevaliers teutoniques, p. 102 ; E. Strehlke, Tabulae ordinis Theutonici, n° 309, p. 281.

13 A. Demurger, Chevaliers du Christ pp. 64 et 93-94 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 1806, p. 300. Le rattachement de l’ordre de Monfragüe à celui de Calatrava fut décrété, le 23 mai 1221, par le roi de Castille Ferdinand III, « considerans penuriam et annullationem ordinis de Montfrac, qui licet quondam magnus fuerit a miniculo indiget jam extremo » (A. Forey, « The Order of Mountjoy », p. 263).

14 A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 293-294 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 3502, p. 569 ; t. II, n° 4088, p. 87, n° 5422, p. 326 et n° 5433, p. 328.

15 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 3749, p. 35, n° 3836, p. 49, n° 4315, p. 128 et n° 4688, p. 195 ; J. -M. Poisson, s. v. « Altopascio, ordre de San Jacopo d’ » ; E. Bellomo et K. Toomaspoeg, s. v. « Via Francigena ».

16 A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 293-294 ; A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du Temple conservées aux archives nationales » ; J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. II, n° 1477-1849, pp. 192-357 ; t. IV, n° 1597 bis et n° 1741 bis, p. 273, n° 1741 ter, n° 1746 bis, n° 1767 bis et n° 1767 ter, p. 274, n° 1769 bis, n° 1770 bis, n° 1775 bis et n° 1815 bis, p. 275, n° 1849 bis, p. 276, n° 1849 ter, pp. 276-277, n° 1851 bis et n° 1854 bis, p. 277.

17 A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du Temple conservées aux archives nationales », nos 19-45, pp. 184-195.

18 Ibid., nos 24-27, pp. 186-188.

19 Ibid., nos 28-32, pp. 188-191.

20 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 257, p. 47, J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. II, n° 1528, p. 207 (exemplaire non enregistré).

21 A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du Temple conservées aux archives nationales », n° 30, pp. 189-190 et n° 161, p. 229 ; J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. II, n° 1849, p. 357.

22 A. de Loisne, « Bulles de papes pour l’ordre du Temple conservées aux archives nationales », nos 36-41, pp. 192-194 ; A. Paravicini Bagliani, La cour des papes au XIIIe siècle, pp. 92-93.

23 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 1243, p. 205 ; t. II, n° 4172, p. 103 et n° 4187, pp. 105-106 ; S. Gouguenheim, Les chevaliers teutoniques, pp. 43-49.

24 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, nos 5531-5532, pp. 345-346, n° 5525, p. 344, n° 5702, p. 319 et n° 5831, p. 404 ; S. Gouguenheim, Les chevaliers teutoniques, pp. 43-51.

25 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 3787, p. 41 ; F. Benninghoven, Der Orden der Schwertbrüder : Fratres milicie Christi de Livonia, p. 172 (référence aimablement communiquée par Kristjan Toomaspoeg).

26 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 6068, p. 448 et n° 6091, p. 452 ; E. Christiansen, Les croisades nordiques, p. 210 ; E. Strehlke, Tabulae ordinis Theutonici, nos 236-240, pp. 229-230.

27 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 4736, p. 203 et t. I, n° 3231, p. 528.

28 Ibid., t. II, n° 5969, p. 429.

29 Ibid., t. I, n° 327, p. 58, n° 997, p. 170 et nos 2889-2890, p. 478.

30 Ibid., t. II, n° 5354 pp. 314-315 ; D. Mansilla, La documentación pontificia de Honorio III, n° 569, pp. 421-422 (cette édition corrige la transcription fautive de J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. II, n° 1819, pp. 340-341).

31 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, nos 676-677, p. 118 et n° 3495, p. 568 ; J. Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus, pp. 158-160.

32 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 5759, p. 390 ; C. -A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. V, n° 89, col. 17-18 et n° 94, col. 25-26 (pour l’inventaire des méfaits du comte de Tripoli).

33 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 5843, p. 406, nos 6105-6106, p. 454, n° 6197, p. 471 et n° 6243, p. 480 ; J. Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus, pp. 160-162.

34 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, nos 1522-1524, pp. 252-253 et t. II, n° 5822, p. 402

35 Ibid., t. I, n° 3478, p. 565.

36 Ibid., t. II, n° 5186, p. 283.

37 Ibid., t. II, n° 5794, p. 397 ; C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. IV, n° 131, col. 350-351.

38 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2543, p. 420 (éd. dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XIX, p. 703).

39 Ibid., t. I, n° 2543, p. 420 (éd. dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XIX, pp. 703-704).

40 Ibid., t. II, n° 5219, p. 289.

41 Ibid., t. II, n° 4403, p. 142 et n° 4899, p. 231 (voir D. Mansilla, La documentación pontificia de Honorio III, n° 447, pp. 324-325) ; G. Martínez Díez, Los Templarios en la corona de Castilla, pp. 40, 42 et 64.

42 P.-V. Claverie, L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre, t. II, pp. 193-194 ; K. Toomaspoeg, Les Teutoniques en Sicile, n° 37, p. 572 (24 juin 1217) et n° 42, p. 573 (3 janvier 1218).

43 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, nos 3927-3928, p. 63 et t. I, n° 1172, p. 195.

44 Ibid., t. I, n° 295, p. 53 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. II-B, n° 184, col. 225-227), n° 2761, p. 458, et t. II, n° 4051, p. 82 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. IV, n° 223, col. 197-198).

45 Ibid., t. II, n° 5266, p. 297 (éd. P.-V. Claverie, L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre, t. II, n° 2, pp. 412-413).

46 Ibid., t. II, n° 5507, p. 341 et n° 4889, p. 230 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. IV, n° 168, col. 577-578).

47 Ibid., t. II, n° 3812, pp. 44-45, n° 3934, p. 64 et n° 5469, p. 334 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. IV, n° 121, col. 99-101, n° 164, col. 140 et n° 152, col. 847-848).

48 Ibid., t. II, n° 5788, p. 396 (éd. C.-A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. V, n° 86, col. 10-12).

49 Ibid., t. II, n° 5957, pp. 426-427.

50 M. L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen une päpstlichen Diensten », pp. 301-302 ; P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2190, p. 364 (éd. C. Baronio, Annales ecclesiastici, t. XX, § 46, pp. 420-421).

51 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. I, n° 2815, pp. 466-467 (éd. C. -A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. III, n° 114, col. 580-581).

52 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 4410, pp. 143-144 ; A. du Monstier, Neustria pia, p. 403 ; A. Blais, Notice historique et archéologique sur Notre-Dame-de-la-Couture de Bernay, p. 56.

53 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 3911, p. 60 (éd. C. -A. Horoy, Honorii III Romani pontificis opera omnia, t. IV, n° 155, col. 129-130) ; Crónica da Ordem dos Frades Menores, t. I, pp. 16-17.

54 P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, t. II, n° 5572, p. 353 et n° 5568, p. 352 ; P. -V. Claverie, L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre, t. II, p. 161.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search